Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Après un combat sanglant, direction l'hôpital ! Mais une minute... qui a gagné le pari ?!
Lun 9 Avr 2012 - 2:26
avatar
Féminin

Messages : 642
Date d'inscription : 03/11/2011
Age : 19
Emploi/loisirs : Singer. Sleep. Be with him. What else ? Oh... Shatter you.
Humeur : Electrique !

Noir. Tout était noir autour de moi. Je ne me souvenais plus de rien. Où est-ce que j'étais ? Voyons voir... Ah, dur de me rappeler ! Et merde !
Je me sentais observer. Je vis une paire de yeux rouges me fixer. C'était mes yeux ! Une minute... Les yeux rouges... Mais oui ! Mon combat avec Matthew ! Des images sanglantes de notre combat apparaissaient. Le bruit de mes côtes qui était en train d'être brisées résonnaient. Je me souviens qu'à la fin du combat... je ne contrôlais plus mon corps et un énorme cri s'était échappé de ma bouche puis après, plus rien. Soudain, j'ouvris les yeux avant de faire un mini bond. Un médecin me retenait. J'avais mal partout. Je lâchais un léger cri.

-Hey du calme ! Vous êtes à l'hôpital ! Quelqu'un nous a prévenu d'un combat à mort dans l'arène et qu'il y avait deux blessés. Comment vous vous sentez Mademoiselle ?

J'avais mal partout, je me rallongeais. La douleur était atroce. Il fallait s'en douter. J'avais des bandages partout et je ne voyais que d'un œil. Putain ça fait chier.

Spoiler:
 

- J'ai mal. Grommelais-je.

Il rigola légèrement avant de s'exclamer :

- Ca ne m'étonne pas ! Vous êtes gravement blessée et vous avez des côtes de cassées et encore d'autres blessures graves. Mais qu'est-ce qu'il vous a pris de vous battre ?

- En quoi ça vous intéresse hein ? C'est pas vos oignons doc'. Dites... j'ai les yeux de quelle couleur ?

- Euh... bah couleur or pourquoi ?


Génial, la furie était partie. J'étais de nouveau... moi. Je ne répondis pas et je bougeais légèrement. Je lâchais un autre petit cri de douleur en faisant une grimace. Putain, j'étais vraiment dans un sale état, mais au moins je n'étais pas la seule... Comment je le savais ? Parce que non loin de moi se trouvait un lit où Matthew se trouvait. Il était pas dans un bonne état non plus. Je me demande bien qui à gagner le pari. Perso, j'ai perdu conscience une minute après lui donc je sais pas trop... Je levais légèrement le bras pour me gratter la tête et je ressentis une énorme douleur venant de mes côtes. Je refis une autre grimace avant de me faire engueuler par le médecin.

-Ne bougez pas !

- La ferme ! J'ai déjà assez mal comme ça alors ne me donner pas la migraine en plus merde ! Je sais ce que je dois faire ou pas...

Je soupirais. Je pouvais même pas bouger. Génial ! Enfin bon, au moins j'ai eu droit à un super combat. Je dois avouer que je me suis bien éclatée. Je sais pas si lui aussi se dit pareil, mais... c'était vraiment un combat comme dans mon enfance. Un combat à sang. Je me demande si Matthew est réveillé...
Voir le profil de l'utilisateur


You decided to take my hand, you have no right to let go, because I would lose my way.
Revenir en haut Aller en bas

Lun 9 Avr 2012 - 2:47
avatar
Féminin

Messages : 423
Date d'inscription : 11/08/2011
Age : 25
Emploi/loisirs : Me plonger dans ses yeux.
Humeur : Tout dépends de toi.

Quand j'avais ouvert les yeux la première chose que j'avais remarqué était la douleur, cette horrible douleur qui tiraillait tout mon corps. Rien n'avait été épargné, la douleur s'était infiltrée partout. Côtes brisées, organes abimés par mon électricité mal contrôlée, c'était le topo que le médecin m'avait fait. Il avait prit le plaisir d'ajouter 'c'est un plaisir que vous avez, d'essayer de mettre un terme à votre vie?'. Apparemment l'hôpital entier avait aimé parler de ma petite tentative de suicide. Je ne voyais presque rien, j'avais l'impression d'être entouré de brouillard. Le bruit des infirmières dans le couloir, les sonneries de leur téléphone, les plaintes des patients... J'étais comme retombé en enfance, une fois de plus. J'y prenais un certain plaisir cette fois, à entendre tout ces bruits familiers. Je me sentais revenu chez moi, j'avais l'impression d'être encore en Angleterre. Je refermais vite les yeux, encore fatigué malgré mon long sommeil. La réalité devint un rêve, un rêve tout en anglais, un rêve dans lequel j'avais quelques années de moins et où mon fardeau avait disparu. Un des plus beaux rêves de ma vie. Jusqu'à ce qu'il ne tourne en cauchemar, comme toujours. Toujours la même chose.

Ma mère était là, a coté de moi, inquiète. Elle me faisait rire, elle s'agitait partout, elle osait à peine m'engueule. Je lui disais que tout allait bien, que de toute manière ce n'était pas ses affaires. Cette scène, je l'avais vécu encore et encore. Puis soudain elle devint livide, ses yeux perdirent toute forme de lueur. Elle m'observa, sans rien dire, et moi j'étais complètement figé. Je connaissais la suite, je l'avais déjà vue, enfin rêvée, et ce plus d'une fois. Elle se redressa et m'attrapa par la gorger pour m'étrangler, hurlant encore et encore ces mêmes mots 'Je suis morte à cause de toi!'.

J'ouvris les yeux, le souffle court, trempé de sueur, je crois même que j'avais laissé échapper un cri. Une main vint attraper mon bras, et j'osais à peine regarder qui s'était. J'essayais de me relever, de m'en aller, de courir loin. J'avais peur de dormir encore, qu'elle soit là, qu'elle me regarde encore avec ces yeux morts, qu'elle me dise encore ces mots. Le médecin me mit une claque, et je revins enfin à la réalité. Je n'osais même pas l'engueuler, je n'étais capable de plus rien. Il me lâcha, doucement. Je fixais le plafond, sans savoir quoi faire, encore tétanisé par mon rêve. Pour je me souvins d'une chose : je n'étais pas seul lors de ce combat. Où était-elle, cette fille?

Je tournais la tête, et je la vis, réveillée. Elle avait tout vu. Ma crise de panique, cette claque, et surtout moi, incapable de dire ou de faire quoi que ce soit. Elle me regardait, et ça m’insupportais. Elle devait bien rire, intérieurement, et je m'attendais même à ce qu'elle le fasse ouvertement. Je l'aurais fait si j'avais été elle, et elle me ressemblait beaucoup. Alors pourquoi ne le ferait-elle pas?


- Aucun commentaire ne sera toléré...

Je posais une main sur mes côtes, j'avais encore mal partout, malgré les doses de médicaments que les médecins faisaient entrer dans mon corps.

- Cette fois-ci, vu le coups de la dernière fois, une infirmière sera toujours présente. Puis on aimerait éviter que vous preniez votre chambre pour un champs de bataille.

- Je ne partirais pas, promis, de toute manière j'en suis surement pas capable.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Lun 9 Avr 2012 - 3:27
avatar
Féminin

Messages : 642
Date d'inscription : 03/11/2011
Age : 19
Emploi/loisirs : Singer. Sleep. Be with him. What else ? Oh... Shatter you.
Humeur : Electrique !

J'observais mon entourage, soudain je vis Matthew ouvrir les yeux, trempé de sueur, le souffle court. J'avais entendu un cri de sa part. Le médecin lui choppa le bras avant de lui donner une belle claque. Le blondinet ne disait rien. Puis il le lâcha doucement. Matthew fixa le plafond. Il se perdais dans ses pensées je crois. Puis il tourna la tête vers moi. Si je pouvais, j'aurais fait un sourire amusé, mais j'avais un peu mal au visage pour le faire. Mais pourtant, le fait de le voir comme ça me faisait plutôt rire je dois l'avouer. J'étais presque morte de rire à l'intérieur. J'avais pas trop la force de rire à gorge déployé. Puis je respirais un bon coup avant de me calmer.

- Aucun commentaire ne sera toléré...

Finalement, j'eus assez de force pour lâcher un rire plutôt moqueur. Il posa une main sur ses côtes. Lui aussi souffrait, ça se voyait.

- Cette fois-ci, vu le coups de la dernière fois, une infirmière sera toujours présente. Puis on aimerait éviter que vous preniez votre chambre pour un champs de bataille.

- Je ne partirais pas, promis, de toute manière j'en suis surement pas capable.

Le coup de la dernière fois ? Il était déjà venu ici ? Et en plus... il avait essayé de se sauver ? Faut être taré pour faire ça voyons ! Quoi que.. j'aurais peut-être fait la même chose.

- Bon, mademoiselle. Il est temps de vous injectez de la morphine pour que vous ne sentez plus rien...


Morphine ? Ca me rappelait quelque chose... Un souvenir douloureux me revint. La famille du côté de mon père qui avait voulu se débarrasser de moi en m'injectant plusieurs doses de morphine... Je pris mon courage à deux mains et sortis d'un coup de mon loin en voyant le médecin se ramener avec une énorme seringue. La douleur était atroce, je voulais tout faire pour ne pas revivre ce souvenir. Il me choppa par le poignet avant de s'exclamer :

- Mais qu'est-ce qu'il vous prend ?!

Je ne répondis pas et lui lança un regard noir. Tellement noir qu'il fut pétrifié et qu'il me lâcha. Deux infirmières arrivèrent en même et me retenait. Malgré la douleur je me débattais. J'étais déterminée. Je ne voulais pas revivre tout ça.

- Lâcher moi ! Je ne peux pas...

- Vous ne pouvez pas quoi ? Ce n'est que de la morphine voyons ! C'est pas comme si on voulait vous tuez ! Hurla l'une des deux infirmières.

Je me débattais toujours quand soudain, j'arrêtais de me débattre. La douleur était toujours aussi atroce. Plusieurs larmes coulèrent sur mes joues.

- Ce souvenir... Je ne veux pas le revivre... Soufflais-je.

- Mais quel souvenir ? De quoi vous parlez...


- Savez-vous ce que ça fait quand une partie de votre famille veut se débarrasser de vous en vous injectant tellement de morphine que plus jamais vous auriez pû vous réveillez ?! Vous le savez ça ? Non ! Je ne veux pas revivre cette chose. Cela fait des années que je me bats avec de lourdes cicatrices en moi. Regarder bien mon bras... Vous voyez toutes ces cicatrices de trou ? C'est eux qui me l'ont fait. A force de m'injecter de la morphine. Tellement ils m'ont piqué... Donc foutez moi la paix. Bande d'abrutis va...

- Ecoutez Mademoiselle Ayako. Je vous promets qu'il ne vous arrivera rien d'accord. Remettez la sur le lit.

- C'est bon, c'est bon. J'y vais.

J'essuyais les quelques larmes qu'ils restaient et les infirmières m'aidaient à retourner dans le lit. Une fois de nouveau dedans. La douleur s'était amplifiée. Je fis une grimace de douleur encore. Du calme Nana. Je respirais profondément comme je pouvais. Sans regarder Matthew je lui dis :

- Sans commentaire non plus...

Puis le médecin m'injecta ensuite de la morphine. Je lui lançais un regard noir de nouveau. Il trembla légèrement avant de prendre une autre seringue et d'aller vers Matthew cette fois-ci.

- A vous jeune homme. Vous vous sentirez bien mieux après.

Quand à moi, je fixais le mur en face de moi. J'ai eu une trop grosse vague d'émotions. Je continuais de respirer profondément. Fais chier, je sens que ça va pas être ma journée... Si Matthew ose dire quelque chose d'emmerdant... Ca va mal se passer.
Voir le profil de l'utilisateur


You decided to take my hand, you have no right to let go, because I would lose my way.
Revenir en haut Aller en bas

Lun 9 Avr 2012 - 3:41
avatar
Féminin

Messages : 423
Date d'inscription : 11/08/2011
Age : 25
Emploi/loisirs : Me plonger dans ses yeux.
Humeur : Tout dépends de toi.

J'en profitais pour me venger, et je ris un peu à mon tour, mais la douleur me fit vite taire. La voir ainsi s'agiter, c'était une petite vengeance, ça me faisait du bien, même si en même temps je la plaignais un peu. A force de rester avec Mitsuki j'étais devenu... Peut-être trop gentil? J'avais un peu changé en tout cas. Avant j'aurais juste trouvé ça drôle et stupide, je me serais moqué d'elle sans même prêter attention à ce qu'elle avait bien pu ressentir. Mais là... C'était moins drôle qu'avant, de voir quelqu'un souffrir ainsi mentalement.
Lorsque le médecin se dirigea vers moi je tendis le bras docilement.


- Ne vous en faites pas, je serais moins chiant qu'elle. J'ai l'habitude de ce genre de choses.

- Et vous en êtes fière?!, hurla une des infirmière visiblement en rage que l'on néglige à un tel point sa santé.

Elle me fit bien rire, vraiment. Le médecin fit son travail et, comme promis, s'en alla en laissant une infirmière. Il lui dit que si il y avait un problème, elle devait pas hésiter à l'appeler, ce genre de choses quoi. Visiblement ils avaient bien compris qu'ils n'avaient pas affaire a deux patients facile.
Je poussais un long soupire, observant par la fenêtre. Mais finalement, qui de nous deux avait bien pu gagner? J'étais tombé en premier, mais après tout là on était bien... Tout les deux dans le même état. Je ne savais pas trop. Une égalité? Je fus perturbé par le regard de l'infirmière, elle ne cessait de me fixer, attendant que je fasse une connerie sans doute.


- Ah tiens... Vous êtes pas celle de la dernière fois?

- Est-ce que ça t'amuse? De mettre ta vie en danger ainsi? Tu veux mourir tant que ça?

J'eus un léger rire, avant de poser mon regard sur le plafond, un peu pensif.

- Non, je ne veux pas mourir. Je ne le veux plus. C'est tellement... Horrible comme sensation. Mais je suppose que vous, vous n'avez jamais essayé, n'est-ce pas?


Elle baissa la tête, puis sortit un peu râleuse. Elle restait à coté de la porte, dehors, lançant régulièrement des regards vers l'intérieur pour être sure que je ne disparaisse pas. Je posais mon regard sur Nana, un sourire sur les lèvres.

- Alors, dis-moi, qui de nous deux à gagner d'après toi?
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Lun 9 Avr 2012 - 4:35
avatar
Féminin

Messages : 642
Date d'inscription : 03/11/2011
Age : 19
Emploi/loisirs : Singer. Sleep. Be with him. What else ? Oh... Shatter you.
Humeur : Electrique !

- Ne vous en faites pas, je serais moins chiant qu'elle. J'ai l'habitude de ce genre de choses.

Enfoiré... Dès que je serais rétablie... Si je te recroise tu vas morfler. D'ailleurs, je sentais de moins en moins la douleur. J'allais lui répondre quand une infirmière se mit à hurler.

- Et vous en êtes fière?!

J'eus un sourire amusé. Je n'ai jamais vu quelqu'un aussi râleur qu'elle. Impressionnant. Enfin bon. Matthew poussa un long soupire en observant par la fenêtre. Le médecin venait de partir en nous laissant une infirmière pour nous surveiller. Ils nous prennent pour des animaux ou quoi ?

- Ah tiens... Vous êtes pas celle de la dernière fois?
- Est-ce que ça t'amuse? De mettre ta vie en danger ainsi? Tu veux mourir tant que ça?

Ah ? Soudain, je me souvins des cicatrices que j'avais vu sur son poignet quand il était venu m'engueuler dans la chambre. Mais oui ! Il a voulu se suicider plusieurs fois ! J'en suis sûr... Quel crétin. Pourquoi vouloir se suicider ? Il eut un léger rire avant de répondre :

- Non, je ne veux pas mourir. Je ne le veux plus. C'est tellement... Horrible comme sensation. Mais je suppose que vous, vous n'avez jamais essayé, n'est-ce pas?

L'infirmière baissa la tête avant de sortir de la pièce. Toujours en train de râler. Elle resta à côté de la porte. Je gardais mon sourire amusé.

- Alors, dis-moi, qui de nous deux à gagner d'après toi?

Je tournais la tête vers Matthew qui avait le sourire aux lèvres. Même blessé il essaie de rester supérieur. Tss.

- Eh bien, après mon coup magistral que je t'ai fait... Mon sourire amusé se transforma en sourire moqueur. Je dirais une égalité. J'ai perdu conscience une minute après toi quasi. J'aurais pu dire que c'est moi qui avait gagné mais je ne mens pas quand il s'agit de combat. Oh, comme c'est dommage. Je crois qu'on va devoir se cosplayer. Tous. Les. Deux.

J'accentuais bien les derniers mots que je prononçais. Je verrais Matthew habillé en fille. C'est une super récompense pour moi. Tant pis si je devais être en Neko Girl. Au moins, j'aurais eu... disons... ma vengeance. Je gardais mon sourire moqueur avant de rajouter :

- Pauvre de toi... Tu vas devoir te déguiser en fille. Un imbécile heureux déguisé en fille. J'ai hâte de voir ça !
Voir le profil de l'utilisateur


You decided to take my hand, you have no right to let go, because I would lose my way.
Revenir en haut Aller en bas

Lun 9 Avr 2012 - 18:16
avatar
Féminin

Messages : 423
Date d'inscription : 11/08/2011
Age : 25
Emploi/loisirs : Me plonger dans ses yeux.
Humeur : Tout dépends de toi.

Je ris un peu, la douleur se faisait moins forte, ça faisait du bien. Je pouvais être plus libre dans mes mouvements, je préférais largement ça. Je croisais un peu les bras, sans perdre mon sourire.

- Et une fille aussi fière que toi en une frêle et mignonne neko-girl. Vraiment, je ne sais pas lequel de nous deux sera le plus honteux.

Même si j'allais avoir la honte, même si je risquais d'être surpris ainsi par nombreux de mes ennemis, ça me faisait bien rire. Je trouvais ça incroyablement drôle, l'imaginer ainsi, les joues rouges, piquant une colère à chaque remarque. Ce genre de vêtements, ça devait juste... Ne pas lui aller. Elle était tellement combative, tellement fière d'elle!

- Au moins je me serais bien amusé. Ça faisait longtemps que je n'avais pas trouvé un combat aussi... Vivifiant.


Je posais mon regard sur le plafond, repensant à tous ces coups que l'on s'étaient échangés. C'était... Jouissif.

- Si tu veux remettre ça un jour, je serais ravi de t'affronter à nouveau. J'avais l'impression d'être retombé en enfance, à la sortie des cours. Sauf que pour me mettre dans un tel état, ils devaient être à plusieurs. Je n'aime pas admettre ce genre de choses mais... Tu es plus balaise que je ne le croyais.

Je ne pouvais pas le nier. Je ne m'attendais pas à un combat aussi rude, je m'attendais même presque à une victoire facile au final, malgré mon manque de maîtrise de l'électricité. J'avais été surpris, et ce n'était pas pour me déplaire. Il n'y avait de plus agréable qu'un combat tel que celui que l'on avait livré, un combat équitable, agréable, sans que l'un ou l'autre n'ait le réel dessus. C'était mieux que tout ce que j'avais pu connaitre, toutes ces fois ou au final, j'étais plus fort et je le savais. Ici je m'étais sentis vivre, vraiment, cette sensation était tellement superbe. Je voulais encore l'affronter, pour ressentir cela à nouveau, cette bouffée d'énergie, cette douleur qui nous rappelle que l'on est en vie, cette volonté de réussir à la vaincre tout en sachant que ce sera compliqué. Vraiment... C'était sans doute le meilleur combat de toute ma vie.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Lun 9 Avr 2012 - 19:25
avatar
Féminin

Messages : 642
Date d'inscription : 03/11/2011
Age : 19
Emploi/loisirs : Singer. Sleep. Be with him. What else ? Oh... Shatter you.
Humeur : Electrique !

- Et une fille aussi fière que toi en une frêle et mignonne neko-girl. Vraiment, je ne sais pas lequel de nous deux sera le plus honteux.

Ce gars me faisait bien rire. Je pense qu'entre nous deux, c'est Matthew qui sera le plus honteux. Une fille en Neko-girl, c'est plutôt normal comme déguisement, tandis qu'un gars en fille... C'est moins normal. Tant pis, je devrais me déguiser. Mais... celui qui osera dire un commentaire désagréable... Je lui botterais les fesses sur le champ ! Illico presto !

- Au moins je me serais bien amusé. Ça faisait longtemps que je n'avais pas trouvé un combat aussi... Vivifiant.

Je suis bien d'accord. Cela faisait longtemps que je n'avais pas eu un combat comme celui là. Tous ces coups qu'on se donnaient. J'en ai encore des frissons rien que d'y penser.

- Si tu veux remettre ça un jour, je serais ravi de t'affronter à nouveau. J'avais l'impression d'être retombé en enfance, à la sortie des cours. Sauf que pour me mettre dans un tel état, ils devaient être à plusieurs. Je n'aime pas admettre ce genre de choses mais... Tu es plus balaise que je ne le croyais.


Un sourire satisfait apparut sur mes lèvres. Ah, parce qu'il pensait que j'étais faible parce que j'étais une fille ? Tu rêves. Mais je dois avouer que lui aussi était plus balaise que je ne le pensais. Ce combat était vraiment... comment dire... plaisant ? On dira ça. On était à chaque fois à égalité. Aucun de nous n'avait le contrôle sur l'autre. Je me sentais libre. Je crois que j'étais dans le même cas que Matthew dans mon enfance à un certain moment. Puis à force de m'entraîner, j'arrivais à gagner face à plusieurs personnes. En tout cas, je me souviendrais longtemps de ce combat mémorable. C'était l'un des meilleurs que j'ai fait !

- Une fille en Neko-girl, c'est normal de voir ça mais un gars en fille. C'est moins normal. Et puis celui qui dira quoi que ce soit d'emmerdant à propos de mon cosplay... il sera déjà mort.


Mon sourire s'élargit. Je posais doucement ma main sur ma hanche avant de reprendre :

- Enfin bon. Je dois avouer que c'était l'un de mes meilleurs combats. Moi aussi ça faisait longtemps que je n'avais pas eu un combat comme ça. Je me suis vraiment bien éclatée.

On dirait que à Terrae, les gens n'ont plu la volonté de se battre. A moins qu'ils ont la trouille... Je rigolais légèrement en fixant sur le côté.

- Oh que oui. Ça sera pour moi un grand plaisir de t'affronter à nouveau. Je serais même capable de refaire un autre pari ! Et cette fois-ci, c'est moi qui gagnerais. Ce combat... m'a aussi rappelé mon enfance. Avant, il fallait être plusieurs pour m'achever. Puis à force que je m'entraîne, je pouvais battre des groupes entier. D'ailleurs, il y a quelques années je me souviens, j'ai réussi à battre un groupe de... 50 personnes ou plus. Tsss, les imbéciles.

A cette époque, j'avais provoqué des gars d'une école voisine et ils se sont ramenés avec tous leurs potes. J'étais dans un pitoyable état mais à la fin j'avais gagné. C'était tellement puissant... Enfin bref. Je toussais légèrement avant de rajouter :

- Merci. Je dois avouer que toi aussi tu étais beaucoup plus fort que je ne l'avais imaginé... Beaucoup de gens pensent que les filles sont plutôt faibles. Eh bien ils ont tord. J'en suis la preuve même.
Voir le profil de l'utilisateur


You decided to take my hand, you have no right to let go, because I would lose my way.
Revenir en haut Aller en bas

Mar 10 Avr 2012 - 16:27
avatar
Féminin

Messages : 423
Date d'inscription : 11/08/2011
Age : 25
Emploi/loisirs : Me plonger dans ses yeux.
Humeur : Tout dépends de toi.

Je ris un peu à ses remarques. Effectivement, les filles n'étaient pas faibles, elle venait de m'en donner la preuve. Et puis... Mentalement elles étaient souvent fortes, capable de tout ou presque. J'étais sans aucun doute plus faible que certaines filles d'ici, si pas physiquement mentalement, ma tentative de suicide me le prouvait. Et puis l'abandon face à la mort. Je poussais un léger soupire en fixant le plafond blanc. Je n'aimais vraiment pas rester ainsi, couché, a ne rien pouvoir faire. Je me sentais comme prisonnier de mon propre corps. C'était le défaut de ce genre de combats, après on ne pouvait plus faire grand chose pendant un moment.

- J'en ai déjà marre de devoir rester couché...

Un nouveau soupire m'échappa. J'essayais de trouver un sujet de discussion, dire de ne pas m'emmerder jusqu'à ce que je puisse enfin sortir. Si je ne pouvais pas bouger, je pouvais au moins toujours parler, c'était un bon début. Si j'avais du rester là, à ne même pas pouvoir parler, je serais devenu complètement fou. Et si elle ne voulait pas me parler il me suffirait de faire en sorte de faire tourner en bourrique l'infirmière, ça m'occuperait au moins. Ce serait drôle. D'ailleurs elle me faisait déjà bien rire à observer toutes les deux minutes à l'intérieur de la chambre pour vérifier que je n'avais pas fait un sale coups. Moi ou ma compagne, car il fallait bien avouer qu'elle avait l'air d'être aussi du genre à faire des conneries.

- Tu crois qu'il y des gens qui rentrent de temps en temps chez eux? Qui vont voir leurs parents, ce genre de chose? Je n'entends personne me parler de ça, mais il doit bien y en avoir, non?


Oui, je n'avais pas trouver mieux, c'était la première idée qui m'était venue. Ce n'était pas la première fois que je me posais la question, et tant qu'à être là, enfermé avec elle, autant parler non? C'était un sujet comme un autre, bien qu'à Terrae ça devait surement être souvent un sujet délicat à aborder, la famille. Pour moi ça l'était, mais je ne pouvais pas retenir ma curiosité à ce niveau. Moi, je n'avais nulpart où aller, aucun lieu ou on m'attendait, ni même aucune personne que je voulais revoir. J'étais un peu comme un orphelin maintenant, la seule personne qui m'ait jamais aimé dans ma famille était morte, mon père disparu, et le reste de la famille maternelle me détestait.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Mar 10 Avr 2012 - 17:17
avatar
Féminin

Messages : 642
Date d'inscription : 03/11/2011
Age : 19
Emploi/loisirs : Singer. Sleep. Be with him. What else ? Oh... Shatter you.
Humeur : Electrique !

- J'en ai déjà marre de devoir rester couché...

Il soupira et je fis de même. J'aime pas rester comme ça sans rien faire, sans pouvoir bouger. Un peu comme si on étaient enchaînés. Fallait que je bouge, mais avec tous ces bandages c'était pas si facile que ça.

- Moi aussi j'en ai déjà marre...

Je vis que l'infirmière était toujours en train de nous observer. Toutes les minutes elle se tournait pour voir si on ne faisait pas une connerie. Quoi que, je serais bien capable d'en faire si je pouvais. Mais j'avais pas trop d'idées de conneries qui me montait à la tête. Je fis un sourire très amusé à l'infirmière pour l'énerver un peu et la mettre sous pression. Elle me lança un regard noir. C'était un plaisir pour moi de faire ce genre de choses. Les gens étaient perdus après.

- Tu crois qu'il y des gens qui rentrent de temps en temps chez eux? Qui vont voir leurs parents, ce genre de chose? Je n'entends personne me parler de ça, mais il doit bien y en avoir, non?


Va savoir... Je ne pense pas que c'est possible. On serait poursuivit par les scientifiques. Et puis, si j'avais le droit d'aller voir ma famille. Ça serait délicat pour moi. Entre ma mère qui est toujours en mission de guerre, mon père qui est mort, ma famille du côté maternelle qui pense que je suis morte et celle du côté paternel qui me déteste et qui me prend pour une ordure. J'ai déjà mon cousin à Terrae. Ça me suffit amplement. Rien que de repenser à toute ma famille, j'en avais mal au cœur. Je posais une main sur ma poitrine en respirant un bon coup.

- Je pense pas, on serait poursuivit par les scientifiques. Moi perso, j'ai pas grand endroit où aller en dehors de Terrae. Entre un père décédé, une mère qui est toujours en mission de guerre,ma famille du côté paternelle qui me hait au plus au point en pensant que je suis ordure et ma famille du côté maternelle qui pense que je suis morte... Je préfère rester à Terrae. La présence de mon cousin me suffit amplement.

Je lâchais un long soupir en faisant mine de rester calme. Sauf qu'à ce moment précis, j'étais loin d'être calme. J'avais envie de tout défoncer. Rien que de repenser à tout ça. Ca me rendait malade. Je serrais légèrement le poing. Oh et mon bandage sur l'oeil qui m'énervait en plus. J'arrachais le bandage qui était sur mon oeil. Le contour de mon oeil était légèrement violet mais ce n'était rien. Et c'est pour ça qu'ils m'ont bander l'oeil ? Tch.

- Putain, j'en avais marre de ne voir que d'un œil. Enfin bref, et toi alors ? Si tu avais le moyen de revoir ta famille tu irais ?
Voir le profil de l'utilisateur


You decided to take my hand, you have no right to let go, because I would lose my way.
Revenir en haut Aller en bas

Mer 11 Avr 2012 - 15:56
avatar
Féminin

Messages : 423
Date d'inscription : 11/08/2011
Age : 25
Emploi/loisirs : Me plonger dans ses yeux.
Humeur : Tout dépends de toi.

Hé bien, elle avait une famille assez chouette elle aussi visiblement. C'était courant ici. Je n'avais pas vraiment envie de répondre à sa question, je n'en avais pas du tout envie en fait. Mais elle avait parler, elle m'avait dit ses soucis familiaux, je le ferais également. Je devais passer au dessus de tout cela, apprendre à savoir le dire, sinon... Sinon je sentais que je resterais enchaîné à cela jusqu'à la fin de mes jours. Je souris tristement, fixant le plafond. Un long soupire m'échappa avant que je ne pose finalement mon regard sur elle, après un assez long silence.

- Je n'ai nul part ou rentrer non plus. Ma mère est morte, elle s'est suicidée. Mon père, il a disparu, évanouit dans la nature. Apparemment c'était un ancien de Terrae, il a du fuir avec sa... Enfin, avec la mère d'Allen pour ne pas se faire avoir par les scientifiques. Le reste de ma famille... Je n'ai jamais rencontré ma famille paternelle, et ma famille maternelle me tiens pour responsable de la mort de ma mère.


Je tournais la tête vers la fenêtre, pour ne pas qu'elle puisse voire à quel point ça me faisait mal de parler de cela.


- Et ils ont pas tout à fait tort, malheureusement...
Murmurais-je pour moi-même.

J'avais du mal à m'y faire, depuis que j'avais ouvert les yeux. Depuis que j'avais compris que je tenais mon père comme responsable pour me décharger, alors qu'en réalité... C'était sans doute de ma faute. Savoir cela, ça me tuait. Mais maintenant j'avais une raison de rester en vie. Une personne au moins voulait que je vive, une personne qui m'était assez chère. Alors je ne pouvais pas partir, je ne pouvais pas fuir ma culpabilité en arrêtant de vivre. Ce serait tellement simple... Mais ma mère méritait qu'au moins je continue à vivre. Elle avait toujours vécu pour moi, sans cesse, jusqu'à en mourir. Je ne pouvais pas simplement la trahir ainsi... Ni trahir Mitsuki.


- Je m'amuse à faire chier la directrice mais au final, sans elle, je serais là bas. Et j'aurais encore droit tout les jours aux remarques de mes grands parents. Au final, je devrais la remercier, mais ce n'est pas le genre de chose que je suis capable de faire. Et puis... Elle n'a pas été super tendre avec moi non plus.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Mer 11 Avr 2012 - 17:42
avatar
Féminin

Messages : 642
Date d'inscription : 03/11/2011
Age : 19
Emploi/loisirs : Singer. Sleep. Be with him. What else ? Oh... Shatter you.
Humeur : Electrique !

- Je n'ai nul part ou rentrer non plus. Ma mère est morte, elle s'est suicidée. Mon père, il a disparu, évanouit dans la nature. Apparemment c'était un ancien de Terrae, il a du fuir avec sa... Enfin, avec la mère d'Allen pour ne pas se faire avoir par les scientifiques. Le reste de ma famille... Je n'ai jamais rencontré ma famille paternelle, et ma famille maternelle me tiens pour responsable de la mort de ma mère.

Lui non plus n'avait pas une famille des plus simples. Peut-être que c'est pas sa faute si sa mère s'est suicidée. Enfin bon, je ne connais pas vraiment son histoire alors je peux rien dessus. Et puis... Attends une minute... il a bien dit... la mère d'Allen ?! Le Allen que je connais ?! C'est possible après tout... C'est sûrement pour ça qu'ils ne s'entendent pas.
Il tourna la tête vers la fenêtre. Je savais que ça ne lui faisait pas du bien de me raconter ça. Je l'avais vu dans ses yeux, toute sa tristesse.

- Et ils ont pas tout à fait tort, malheureusement... Murmura-t-il.

Je soupirais intérieurement. Eh oui, tout ce qui peut se produire peut nous laisser des marques. Jamais je n'oublierais toutes les tortures que j'ai subit à cause de la famille de mon père. Si un jour je peux aller en dehors de Terrae, j'irais tuer ces enfoirés de démocrate qui ont cru que j'étais une ordure. Même si ils n'étaient pas les seules à penser ça.

- Je m'amuse à faire chier la directrice mais au final, sans elle, je serais là bas. Et j'aurais encore droit tout les jours aux remarques de mes grands parents. Au final, je devrais la remercier, mais ce n'est pas le genre de chose que je suis capable de faire. Et puis... Elle n'a pas été super tendre avec moi non plus.

Ah ouais ? On dirait que Matthew a toujours été quelqu'un qui pouvait être sociable mais qui est incapable de remercier ou de complimenter et ce genre de trucs. Enfin, je dis ça mais j'étais pareil que lui avant. Depuis, je suis plus sociable mais ça ne m'empêche d'agresser ou d'emmerder les gens.
Bon ! Il était temps de changer de sujet au lieu de repenser à toutes ces choses tristes. Je fis un sourire en coin avant de voir que l'infirmière nous surveillait toujours. Elle nous lâchera jamais celle-là.

- Tu me fais penser à moi en disant ça. Toi qui n'est pas capable de faire ce genre de choses comme remercier. J'étais comme ça avant, enfin, je le suis toujours mais moins. C'est plutôt amusant.


Je lâchais un rire qui résonna dans la pièce. La pièce est pourtant pas très grande pour que ça résonne. Je commençais à ne plus supporter ce lit. Fallait que je bouge, mais je pouvais pas. Ca m'énerve. Beaucoup trop même.

- Enfin bon, c'est le passé, on peut rien y changer. Oui, c'est douloureux mais c'est pas en restant comme ça qu'on avancera. Dis-je en haussant les épaules. Perso, j'ai pas envie de rester dans mon passé tortueux alors je préfère oublier, même si l'envie irrésistible de tuer ceux qui m'ont toujours maltraités dans mon enfance.

Il était temps de enfin changer de sujet pour "briser la glace" on dira ça. Je ne voulais pas rester dans le passé. Je voulais repartir à zéro. C'est pour ça que je suis venue à Terrae. Pour tout oublier et ne plus jamais penser à ce qui s'est produit.

- Il y a quelque chose qui m'intrigue. Où as-tu appris à te battre ? Lors de notre combat, j'étais plutôt étonnée de voir autant de rage dans tes coups. Disons que, d'habitude je suis toujours la seule à me battre comme ça et maintenant, j'ai bien l'impression que je ne le suis plus.

Voir le profil de l'utilisateur


You decided to take my hand, you have no right to let go, because I would lose my way.
Revenir en haut Aller en bas

Sam 14 Avr 2012 - 3:31
avatar
Féminin

Messages : 423
Date d'inscription : 11/08/2011
Age : 25
Emploi/loisirs : Me plonger dans ses yeux.
Humeur : Tout dépends de toi.

Alors qu'elle parlait d'oublier le passé, ou plutôt de faire avec, je ne pu m'empêcher de regarder la cicatrice qui était présente sur mon poignet. J'avais déjà avancé, énormément. J'avais grandis très vite, j'avais appris à vivre avec tout cela, parce que quelqu'un ici voulait que je reste en vie. J'avais trouvé quelqu'un qui me regardait à nouveau, qui faisait attention à moi, pour qui mon sort avait une quelconque importance. Je savais que je pourrais y arriver, que je finirais par aller mieux, doucement. Grâce à elle, sans doute même sans qu'elle ne s'en rende compte. Après tout elle était ainsi, Mitsuki. Incapable de voir le bien qu'elle faisait. Elle était tellement innocente, et un peu bête pour certaines choses. Mais c'est ainsi que je... Oui... Sans doute que je l'aimais.
Je fus tiré de mes réflexions lorsque Nana repris la parole, pour complètement changer de sujet. Je posais mon regard sur elle, enfin. Je haussais légèrement les épaules.


- J'ai appris tout seul, sur le tas. J'ai toujours été fort en sport, j'ai pratiqué un peu de tout, mais ma manière de battre ne vient d'aucun art martial.


Je levais les yeux vers le plafond, un sourire sur les lèvres.


- J'ai commencé à me battre à cause de l'école. À l'époque j'étais... Assez faible, physiquement et mentalement. Je marchais toujours tête baissée, je n'osais pas répondre, j'avais même peur de devoir m'exprimer devant la classe pour mes travaux. J'étais ce qu'on appelle un otaku doublé d'un geek, avec le caractère typiquement faible et fuyard que l'on peut leur imaginer.


Je ris un peu, me revoyant encore à l'époque.

- Puis un jour il y a eut une sorte de déclic, comme si mon vrai moi enfuit depuis des années derrière cet idiot avait décidé de faire surface. J'ai donné un coup, puis deux, y mettant toute la colère que j'avais pu accumuler. Cette manière de se battre avec rage... Doit me venir de là. J'ai toujours combattu pour exprimer cette colère envers les autres, et c'est resté.

Je tournais à nouveau la tête vers elle, elle était la première à qui je décrivais autant mon ancien moi. Je croisais les bras, non sans une faible douleur.


- Et toi, alors? D'où ça te vient cette manière de te battre?
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Sam 14 Avr 2012 - 4:34
avatar
Féminin

Messages : 642
Date d'inscription : 03/11/2011
Age : 19
Emploi/loisirs : Singer. Sleep. Be with him. What else ? Oh... Shatter you.
Humeur : Electrique !

- J'ai appris tout seul, sur le tas. J'ai toujours été fort en sport, j'ai pratiqué un peu de tout, mais ma manière de battre ne vient d'aucun art martial.

Un large sourire apparut sur mes lèvres. Je me doutais bien que ça ne vient pas d'un art martial. C'était beaucoup trop brutal pour que ça le soit.

- J'ai commencé à me battre à cause de l'école. À l'époque j'étais... Assez faible, physiquement et mentalement. Je marchais toujours tête baissée, je n'osais pas répondre, j'avais même peur de devoir m'exprimer devant la classe pour mes travaux. J'étais ce qu'on appelle un otaku doublé d'un geek, avec le caractère typiquement faible et fuyard que l'on peut leur imaginer.

Il rigola légèrement avant de lever les yeux au plafond. Alors avant il était un otaku doublé d'un geek ? J'aurais bien aimé voir ça ! Avant d'être ce que je suis... j'étais presque pareil. Mais j'étais un peu plus sociable. C'était une époque dont je me souviendrais longtemps.

- Puis un jour il y a eut une sorte de déclic, comme si mon vrai moi enfuit depuis des années derrière cet idiot avait décidé de faire surface. J'ai donné un coup, puis deux, y mettant toute la colère que j'avais pu accumuler. Cette manière de se battre avec rage... Doit me venir de là. J'ai toujours combattu pour exprimer cette colère envers les autres, et c'est resté.

Il tourna de nouveau la tête vers moi avant de croiser les bras.

- Et toi, alors? D'où ça te vient cette manière de te battre?

Oh et bien... Attends une seconde. Ca vient de me remonter au cerveau ce qu'il vient de dire. Ce gars a eu le même passé que moi ! J'affichais un air complètement blasé. J'étais bien plus qu'étonnée, je n'aurais jamais penser qu'il aurait eu le même déclic que moi. Gardant mon air blasé je lui répondis :

- Si tu veux tout savoir, j'ai eu le même passé que toi. Sauf que quand j'étais jeune, j'étais... Rien que d'y penser j'en ai des frissons...

Je me secouais légèrement avant de reprendre :

- J'étais une fille comme les autres je pense. Sauf que j'étais un peu sociable avec les gens malgré le fait que je restais timide, je n'aimais pas la violence et je n'osais pas frapper même toucher quelqu'un. J'adorais m'habiller dans des couleurs flash, je détestais les légumes, je dessinais tout le temps, je ne quittais jamais mon ordi, grande accro au shopping et aux sucreries. Malgré le fait que j'étais rejetée dans mon école en France, après que mes parents ce soit séparés, je restais tout le temps positive. Même quand je revenais chez moi avec des bleus partout, des côtes cassés, pleine de sang. Je me faisais souvent taper dessus par les gens de mon école. Ces enfoirés... Et donc, quoi qu'il arrivait, je ne broyais jamais du noir, je m'extasiais devant n'importe quel truc à froufrou. C'était impressionnant à voir.

J'éclatais de rire. Je ne peux pas dire que c'était le bon temps mais je me revoyais bien à cet époque. Toujours avec une jupe, pleine de joie, j'aimais la vie qui m'était adressée. Je sautillais à gauche à droite. Je me demande comment je faisais pour être comme ça avant ! Toujours pleine de bonne humeur, toujours en train d'aider les autres...
Je posais une main sur ma hanche, je refis un autre sourire.

- Et puis un jour, moi aussi j'ai eu ce fameux déclic. Deux brutes voulaient me piquer mon argent, je voulais montrer que j'étais forte et je refusais, ils me tabassaient mais je ne lâchais pas prise. Puis je me suis rappelée les mots d'une personne qui m'était cher. Et à ce moment là, le moi qui était enfouit au fond de mon coeur s'est réveillée. Mon expression a soudainement changé et je les ai cogné comme pas possible. Toute ma haine et ma colère qui étaient cachés par mon optimiste sont passés à travers mes poings. Je pense que c'est aussi pour ça que je me bats de cette manière là. Avec ma haine envers les autres. Et bien sûr, j'ai appris seule à me battre aussi. Je me suis entraînée à feux et à sang pour gagner en force et en puissance, mais aussi en agilité et en souplesse.

Je lâchais un autre rire avant de rajouter :

- Depuis que j'ai eu mon déclic, tout mon caractère de fifille s'est transformé en ce que je suis maintenant, la vrai Nana. Et donc après, j'étais devenue la terreur de mon école, je faisais souvent des combats. Des combats de rue et à l'école aussi. Mes tatouages, piercings, la cigarette, l'alcool, la drogue, tout est venu ensuite. Je ne regrette pas d'avoir eu ce déclic. Malgré le fait qu'on me traitait comme une ordure. J'ai toujours emmerdé le monde et je continuerais toujours.

Gardant mon sourire, j'observais la pièce. Tous ces souvenirs... Toute mon enfance... Je n'aurais jamais crû en raconter autant sur moi ! Surtout que Matthew était la première personne à qui je raconte autant. Toutes les images de mon enfance me revenait en tête. Quand je revenais en sang après m'être fait tabassé. Mon père qui me soignait, qui m'emmenait à l'hôpital, mon déclic, tout...
Je déposais de nouveau mon regard sur lui, d'ailleurs...

- Ce qui m'étonne et ce que je trouve amusant, c'est le fait que nous ayons eu le même déclic et quasi le même passé... Pour une fois que je croise quelqu'un qui est du genre comme moi. Je trouve ça plutôt cool, perso. Qu'est-ce que tu en penses toi ?

Je me demande bien ça sera quoi ça réaction et sa réponse. Peut-être qu'il va dire un truc genre "Perso, je m'en fous" ou alors il va être étonné ou surpris ou alors il va trouver que c'est plutôt cool aussi. Va savoir...
Voir le profil de l'utilisateur


You decided to take my hand, you have no right to let go, because I would lose my way.
Revenir en haut Aller en bas

Sam 23 Juin 2012 - 14:57
avatar
Féminin

Messages : 423
Date d'inscription : 11/08/2011
Age : 25
Emploi/loisirs : Me plonger dans ses yeux.
Humeur : Tout dépends de toi.

Je l'écoutais raconter son histoire, comme si elle racontais la mienne, a quelques différences près. Oui, on se ressemblait, je l'avais déjà sentit lors de nombre combat. Mais là, c'était plus fort que tout ce que j'avais pu ressentir avant. Cette ressemblance... Je n'aurais jamais cru rencontrer quelqu'un d'aussi proche de moi. Après tout, des emmerdeurs comme moi, des bagarreurs, il y en avait pleins. Mais jamais aucun d'eux n'avait été comme moi, n'avait eut la même manière de combattre, de vivre. Elle était... Un double de moi, quand je lui parlais, quand elle me parlait, c'était comme si nous pouvions parler aux reflets de nos miroirs.

- Ce qui m'étonne et ce que je trouve amusant, c'est le fait que nous ayons eu le même déclic et quasi le même passé... Pour une fois que je croise quelqu'un qui est du genre comme moi. Je trouve ça plutôt cool, perso. Qu'est-ce que tu en penses toi ?


Je souris doucement, j'aurais voulu croiser mes bras derrière ma tête mais je savais que mon corps n'accepterait pas cela après les épreuves que j'avais osé lui faire subir. Je me contentais donc de le faire mentalement, je n'avais pas des masses le choix.

- Je ne sais pas si je dois trouver ça chiant ou amusant en fait. Mais je plains cette école, je pense qu'ils avaient largement assez avec une seule personne dans notre genre.

Je ris, tout en grimaçant de douleur. Pauvre directrice. Devoir supporter deux personne comme nous... Tiens d'ailleurs...

- Dis-moi, tu as déjà frappé la directrice?

Il fallait que je sache si elle avait osé me voler la vedette ou pas. Moi, je me souviendrais toujours de ce coup de poing lors de mon initiation. Je refusais que quelqu'un d'autre ai ait un truc de ce genre! C'était mon oeuvre, a moi, rien qu'à moi! On se ressemblait, ok, d'accord, mais ce n'était pas une raison pour que je lui laisse le devant de la scène. Mes sales coups devaient restés les miens, mes exploits devaient être uniques! Hors de question de les partages avec elle, qu'importe nos ressemblances.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Dim 24 Juin 2012 - 0:18
avatar
Féminin

Messages : 642
Date d'inscription : 03/11/2011
Age : 19
Emploi/loisirs : Singer. Sleep. Be with him. What else ? Oh... Shatter you.
Humeur : Electrique !

Matthew sourit doucement, ça faisait bizarre de le voir sourire comme ça... Depuis notre rencontre, je ne l'avais pas vu sourire gentillement. Il souriait toujours avec un air d'emmerdeur (tient ça me rappelle quelqu'un ça...). Décidément, nous nous ressemblons beaucoup. Ca me fait trop bizarre de me dire que quelqu'un me... ressemble ?

- Je ne sais pas si je dois trouver ça chiant ou amusant en fait. Mais je plains cette école, je pense qu'ils avaient largement assez avec une seule personne dans notre genre.

Il avait pas tord ce gars. Une seule personne dans notre genre dans cette école aurait suffit ! Sauf que cette école n'avait pas de chance car voilà, nous étions deux dans le même genre et à n'importe quel moment nous foutions le bordel, nous détruisions tout et n'importe quoi ou alors... enfin bref ! Vous avez compris. Il se mit à rire, grimaçant de douleur, ce qui me fit rire intérieurement. C'était amusant de voir les autres souffrir... Bah quoi ? Vous n'avez jamais rigolé en voyant quelqu'un se casser la gueule par exemple ?

- Dis-moi, tu as déjà frappé la directrice?


Hm... Pas que je me souvienne. Mais on m'avait raconté que quelqu'un avait réussi à frapper la directrice durant... je ne sais plus quel évènement. Est-ce que, par hasard, c'est Matthew qui aurait frappé la directrice ? Il n'est pas impossible que ce soit lui après tout, vu comment il est, que ce soit son caractère ou autre chose, il pourrait très bien frapper tout le monde, même les personnes les plus hautes que lui. Ca me rappelle le jour où quand j'étais au collège en 5è, j'avais tenté de frapper une fille de seconde du lycée qui était pas loin du collège, j'avais un peu picolé ce jour là et du coup je ne contrôlais pas vraiment ce que je faisais alors après, la meuf m'a frappé plusieurs fois avant d'essayer de me jeter à la poubelle, mais un passant est venu à mon aide. J'ai dut, encore, retourner à l'hôpital ce jour là, pour deux ou trois côtes fêlées et une légère hémorragie. J'ai l'impression que... l'hôpital était comme ma maison avant, un peu comme le commissariat mais ça c'était un peu plus tard.

- C'est vrai qu'une personne dans notre genre aurait suffit. Seulement voilà, on est là, deux personnes chaotiques prêtent à détruire tout et n'importe quoi en deux secondes.

Je fis un sourire en coin, fermant les yeux, je revoyais encore ma mère, cassant tout sur son passage. Elle qui m'avait apprit tant, c'est une femme forte, et je me demande encore si elle est toujours vivante malgré toutes les guerres et les missions qu'elle fait dans l'année. Oui bon, après c'est une commandante ! C'est pas un soldat qui glande toute la journée en attendant que l'autre camp attaque non plus. Enfin bon, revenons à la réalité.

- Si j'ai déjà frappé la dirlo ? Hm... Non, c'est pas encore arriver. Mais j'ai entendu dire que quelqu'un avait réussi à la frapper une fois. J'aurais bien voulu voir ça. J'ai déjà frappé grand nombre de personnes ici, mais jamais la dirlo. Faut dire que je la croise pas souvent aussi. Je me demande bien qui est la personne qui a fait ça. Dis-je en levant un sourcil.

Je lâchais un léger soupir. Je rouvris les yeux doucement avant de bailler, mettant ma main devant ma bouche. Mon bras craqua légèrement, faisant apparaître une douleur. Je grimaçais légèrement avant de re-déposer ma main. Putain, qu'est-ce que j'en ai marre de rester allonger dans ce foutu lit ! Faut que je bouge ou que j'explose quelque chose. Soudain, je sentis mon ventre qui gargouillait pendant au moins plus d'une minute. Je l'entendais légèrement.

- Bon, c'est pas tout, mais je commence vraiment à avoir faim. Le combat, le réveille, l'hôpital tout ça... Déjà que ça me gave de pas pouvoir bouger. Franchement ça me fait chier là.

Y a pas de nourriture ou quoi ici ?! Enfin je sais pas moi, dans un hôpital normalement t'as déjà un plateau non loin de toi pour manger après ton réveille et là y a rien dans c'te chambre d'un blanc à te péter les yeux.
Voir le profil de l'utilisateur


You decided to take my hand, you have no right to let go, because I would lose my way.
Revenir en haut Aller en bas

 

Après un combat sanglant, direction l'hôpital ! Mais une minute... qui a gagné le pari ?!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village. :: Hôpital.
Aller à la page : 1, 2  Suivant