Partagez
Ce que l'on peut rencontrer en salle de retenue [PV]
##   Lun 11 Fév - 15:25

Personnage ~
► Âge : 29 ans (05/10/1990)
► Doubles-comptes ? : Bito Daisukenojo
► Rencontres ♫♪ :
Akira Buichi
Akira Buichi
Feu au pouvoir solaire
Messages : 403
Date d'inscription : 13/09/2012
Age : 29
Emploi/loisirs : Flâner
Humeur : Arrogant

Pourquoi..?
Pourquoi Akira avait dû franchir cette porte, pour se retrouver dans cet autre monde, un monde où les élèves sont d'une bizarrereté des plus affolante et où certain ont un mentalité qui n'a pas évolué depuis leur dixième année de d’existence. Vous l'auriez compris, ici on trouvait toute sorte de déchets de l'humanité: Des gens étranges, d'autres débiles qui passent leur temps à se lancer des morceaux de gommes, des délinquant, des dormeurs, des joueurs, des artistes sur table...
Ce monde s'appelait la salle de retenu.

Nous étions un samedi matin, il était neuf heure du matin et il y avait déjà quelques personnes qui devaient être ici depuis huit heure. Akira avait été forcé de venir ici à cause de ce qu'il c'était passé la veille: Ce maudit professeur l'avait collé pour s'être occupé à manipuler une petite flamme avec ses doigts plutôt que d'écouter son "cours passionnant". Tout le monde savait pourtant que les pouvoirs étaient interdit en cours, mais lui n'avait rien trouvé de mieux pour combler son ennui. Normalement on a le doit à un petit avertissement la première fois, mais le professeur n'était pas de bonne humeur ce jour là.

Un long soupire sortit de sa bouche et Akira, il s'installa alors à une table à coté d'une demoiselle avec frange assez longue pour cacher ses yeux. On ne pouvait pas discerner ses yeux à travers ses cheveux, mais elle avait l'air gênée. Quelques secondes à la fixer avaient suffit pour faire rougir la jeune fille, elle supporta pas cela longtemps et elle changea de place pour aller s'asseoir autre part...
Encore une fille bien trop réservé, bien trop timide pour supporter le regard d'un inconnu et complètement perturbé quand on franchissait son espace vitale.

Tant pis pour elle, après tout il ne pouvait pas savoir qu'elle ferait cela, il n'y avait pas marqué "Ne pas s'asseoir à coté de moi".
Toujours aussi silencieux au milieu de ce brouhaha, le jeune homme aperçue qu'il avait un dessin de la jeune fille sous le coude. C'était un dessin incompréhensible que seule elle pourrait expliquer l'origine. Mais le regard d'Akira ne s'attarda pas plus longtemps sur le dessin, il alla se perdre lorsqu'il regarda par la fenêtre.
Akira ne tenu pas longtemps avant de fermer doucement les yeux et de somnoler. Il avait garder ce dessin sous sa main...
Quand tout à coup on entendit la porte de ce monde s'ouvrir à nouveau ce qui engendra des braillements insupportables. Surprit par la hausse soudaine du bruit, le papier sous sa main prit immédiatement feu.
Vu que les petites flammes n'avaient rien de méchant, il les étouffa rapidement avec sa main puis regarda la curieuse origine de ce bruit.


Dernière édition par Akira Buichi le Dim 24 Fév - 10:32, édité 1 fois
##   Lun 11 Fév - 20:07
Anonymous
Invité

Son premier week-end à Terrae et elle devait passer son samedi matin nul part ailleurs qu'en salle de retenu. La salle commune était animée. Certains parlaient de manger, d'autres de s'entraîner, d'autres encore de travailler... Mais pas pour Reiko. Son professeur de maths venait de l'avait collée. Motif : manque de respect envers son professeur. Il n'avait pas compris qu'elle lui avait fait une faveur, au contraire ; ce n'était pas tous les jours qu'elle écrivait quelques mots derrière une copie pour un professeur, aussi mignon soit-il. Elle s'était juste demandée à quoi il pouvait ressembler sans ses lunettes et l'instant d'après elle gribouilla quelques mots avec son imagination légendaire. Reiko n'écarta pas la possibilité qu'il désirait seulement la garder à l’œil le week-end en salle de retenu... Néanmoins elle resta objective et rappela à sa raison que les professeurs tenaient un rôle plus important dans cet institut que dans une autre école.
Quelqu'un l'appela. Elle reconnue une fille des dortoirs qui lui faisait signe en courant vers elle.


- Reiko te voilà ! Je t'ai cherché partout ! dit-elle essoufflée

La fille était plus jeune de quelques années mais Reiko l'appréciait. Ses cheveux courts coupés en carré et ses grands yeux bleus lui attribuaient ce côté infantile qui rafraîchissait n'importe quelle âme. Elle rayonnait tellement qu'elle saurait même éclairer les couloirs les plus sombres de l'institut !

- Tu veux nous accompagner à la patinoire ?

Reiko se souvint de la première fois qu'elle apprit l'existence d'une patinoire dans ce lieu inaccessible. Ses grands parents l'y avait amenée une fois lorsqu'elle était petite, puis ils vieillirent et n'y retournèrent pas.

- J'aurais adoré venir mais je dois aller en retenu ce soir. Tu m'excuseras auprès des filles.

Elle afficha une expression déçue puis fit un sourire encourageant. La fille hésita trois secondes et s'en alla par où elle était venue. Sa véritable punition était de ne pas pouvoir aller à la patinoire. Reiko remonta son sac sur son épaule. En vérité, ce n'était pas la première fois que la jeune fille était collée. Cependant les filles du dortoirs lui avaient parlé de la salle de retenu de l'institut, « carnavalesque » avait-elle dit. On y trouvait toutes sortes de gens. Une rumeur circulaient selon laquelle une personne vivait en salle de retenu et que la nuit on pouvait l'entendre rugir. Oui oui, rugir !
Choisissant par contrainte l'ennui dans la salle tumultueuse plutôt que l'ennui dans le couloir désert, elle passa l'encadrement de la porte et s'installa à la première table dans la rangée de gauche à côté du plus beau garçon qui se trouvait là. Au moins elle avait à disposition une chaise, une table et une magnifique vue sur l'institut tout entier. Passant distraitement sa main dans ses longs cheveux, elle remit quelques mèches en place – son miroir de poche trônait sur la petite table à côté de son lit dans les dortoirs. Elle sentit un regard pesé sur elle et leva les yeux. Un peu plus loin il fille baissa instinctivement la tête. D'autres personnes la regardaient, comme si elle avait commis la plus grosse erreur de sa vie. Qu'avait-elle fait de si grave ?
Une odeur étrange lui chatouilla le nez. Se tournant vers son voisin elle lui fit remarquer :


- Ne trouves-tu pas qu'il y a comme une odeur de... brûlé ?

Ses lèvres s'étirèrent en un charmant sourire. C'était plus une habitude qu'une véritable volonté de sa part. Le chaos fit rage dans la salle de retenu, qui était assez calme depuis l'arrivée de Reiko. Décollage de boulettes en papier, bavardages, bruits d'animaux non identifié et autres parasites qui empêchait la jeune fille de se concentrer sur son camarade.
##   Mer 13 Fév - 19:52

Personnage ~
► Âge : 29 ans (05/10/1990)
► Doubles-comptes ? : Bito Daisukenojo
► Rencontres ♫♪ :
Akira Buichi
Akira Buichi
Feu au pouvoir solaire
Messages : 403
Date d'inscription : 13/09/2012
Age : 29
Emploi/loisirs : Flâner
Humeur : Arrogant

Même si cela ne se voyait pas sur son visage, Akira devait avouer qu'il avait un peu honte. Avoir mit accidentellement le feu à ce dessin qui ne lui appartenait même pas, en plus lorsque la seule personne qui parait normale fait son arrivé, pouvait faire porter un jugement négatif à son égard. Pour quoi allait-il passer maintenant, un pyroman amateur?
Même si ce petit détail n'avait pas l'air de gêner la jeune femme qui s'était assise à coté de lui, mise à part l'odeur que cela avait provoqué, elle lui fit un sourire qu'il n'hésita pas à lui rendre.

- C'est de ma faute, j'ai encore un peu de mal à maîtriser mes pouvoirs. Fit-il en lui montrant la feuille a moitié brûlé.
On pouvait voir un trou aux bordures brulées de la forme de sa main en plein milieu de la feuille.

A ce même moment, la jeune auteure de ce dessin leva la tête et vit le piteux état de son œuvre. Akira prit alors un air désolé pour lui faire comprendre qu'il s'excusait...

Le bruit n'avait cesser de monter depuis que la demoiselle avait fait son entré dans la salle de retenu. Akira commençait à comprendre pourquoi certains comparaient cette salle à un vrai supplice. L'origine de ce cirque était malheureusement, et principalement, causé des par la gente masculine. C'était dans ces moments là qu'on pouvait comprendre la raison pour laquelle les femmes se méfiaient parfois des hommes.
A pêne une jolie fille entrait, qu'ils la guettaient comme des prédateurs cherchant à traquer leur bout de viande. D'ailleurs, l'un de ces prédateur ne mit pas longtemps à s'approcher de notre table.
Le garçon se tenait devant nous les mains dans les poches, son uniforme était légèrement déchiré, une imposante chaîne ornait son cou et ses cheveux coiffés en pointes. Il ne faisait pas plaisir à regarder, surtout avec ses de piercings sur le visage.

- Wesh blondinet, tu pourrais pas m'prêter ta place quelques minutes, histoire que je fasse connaissance avec ta jolie p'tite camarade.

Un sourcil levé, Akira eut du mal à croire à ce que ce crétin était en train de faire. On avait pu remarquer dans le ton de sa voix que ce n'était pas une demande, mais plutôt un ordre qu'il lui imposait.
Le blond ne donna aucun signe de panique, ni de nervosité, il lui répondit calmement en le regardant droit dans les yeux.

- Tu devrais plutôt demandé à cette demoiselle si elle a envie de parler avec un mec comme toi, au lieu de me demander de bouger. Un petite sourire provocateur prit place sur le visage d'Akira. Mais vu le charisme que tu dégage, ça m'étonnerais qu'elle accepte.

Après ce qu'il venait d'écouter, une petite touche d'impulsivité se ressentit chez le délinquant. Il attrapa alors Akira par le col de son uniforme et le força à se lever.

- T'es ouf ou quoi! Plus beau gosse que moi y'a pas!

- Ah oui? Demandes lui son avis pour voir...

Le voyou tourna alors la tête vers la camarade d'Akira en montrant bien qu'il attendait une réponse de sa part. Le blond en profita pour faire un discret clin d'œil à la jeune femme pour lui montrer qu'elle pouvait avoir confiance.

[Hésites pas à faire réagir le PNJ si tu veux ^^.]
##   Mer 20 Fév - 5:58
Anonymous
Invité

D'un visage ensommeillé et irrité, il passa à une expression des plus amicales. Reiko se plaça sur la chaise de façon à faire face à son voisin. Cette fois, elle avait eu l’œil et la jeune fille ne manqua pas de se féliciter. Qu'il lui montra de l'attention la réjouit. Ce n'est pas qu'elle douta un seul instant de sa capacité attractive mais sa réaction avait dépassé les scénarios négatifs qu'elle s'était imaginée. Les parasites s'intensifiaient toujours.

- C'est de ma faute, j'ai encore un peu de mal à maîtriser mes pouvoirs.

Il décala sa main, laissant à découvert une feuille avec en son centre un trou qui avait sans aucun doute été causé par une flamme. Un dessin ? C'était un artiste ? Voilà qui intéressait la jeune fille. Mais il n'était pas plus affecté quant à la brûlure de son art. La fille de tout à l'heure regardait encore vers eux à nouveau. Reiko la soupçonna d'être une ancienne petite-amie rejetée puis analysa l'ambiance qui planait entre eux... Trop légère pour qu'il se soit passé quelque chose.

- Wesh blondinet, tu pourrais pas m'prêter ta place quelques minutes, histoire que je fasse connaissance avec ta jolie p'tite camarade.

Reiko avait sursauté en entendant le bougonnement de la créature qui s'était glissés en douce derrière sa chaise. Voyant le type aux allures de punk, la jeune fille manqua de crier, encore traumatisée des animaux à crête – perroquets inclus. Le peu d'ouverture d'esprit dont elle avait fait preuve jusqu'à présent s'évapora subitement suite aux effluves qui émanaient de la créature, portant davantage des morceaux de tissu qu'un uniforme. Elle fit preuve du retenu pour s'abstenir de lui faire la remarque. Ce n'était pas le moment de se créer des problèmes avec les autres élèves. Puis son voisin choisit de lui dire à sa place, mais une légère provocation au rendez-vous :

- Tu devrais plutôt demander à cette demoiselle si elle a envie de parler avec un mec comme toi, au lieu de me demander de bouger. Mais vu le charisme que tu dégages, ça m'étonnerais qu'elle accepte.

Et il marqua un point ! Son assurance attirait l'attention de la jeune fille. Il lui rappelait d'une certaine façon son frère, vaguement, à quelques détails près, juste un petit quelque chose dans... Bref un truc qu'elle n'arrivait pas à identifier. Après une telle réplique porteuse de vérité la créature à crête ne pouvait que réagir, son ego en avait pris un coup. Il sauta à gorge du mec le redressa sur ses jambes d'un coup sec. Reiko était restée assise mais l'inquiétude la saisit. Elle n'aimait pas déclencher des bagarres et encore moins impliquer quelqu'un qui lui faisait penser d'une manière ou d'une autre à son frère. Le perroquet sur patte lui cracha à la figure :

-T'es ouf ou quoi ! Plus beau gosse que moi y'a pas !

Et plus affreux tu meures... S'il avait un quelconque charme, Reiko ne le trouva pas. Difficile de voir derrière son visage plissé de colère. Ou alors les critères à Terrae était bien différents de l'extérieur.

- Ah oui ? Demandes lui son avis pour voir...

Il parlait à elle ?! Le mec lui fit un clin d’œil comme pour confirmer. Qu'attendait-il au juste ? Lui donnait-il le feu vert pour lâcher les pires horreurs à propos de cet être surnaturel et provoquer un véritable chaos dans la salle de retenu ? Le spectacle commençait à intéresser les nouveaux spectateurs qui attendaient la prochaine réplique. Reiko avouait que l'idée de voir son camarade se battre lui plaisait. Ils semblaient d'accord sur ce point. Mais elle se sentait d'humeur taquine. L'animation du jour de la salle de retenu présentée par Reiko Mori et … un mystérieux inconnu tout droit sorti d'un film relatant les épopées de l'ère Edo – elle avait bien le droit de rêver ! La jeune fille pivota, de façon à faire face aux deux garçons. Elle appuya un coude sur le dossier de sa chaise et s'efforça d'employer un ton poli à l'attention de la créature.

- Peut-être que si tu lâchais mon ami je te donnerais mon avis sur ton physique... imposant.

Il se sentit... flatté. Reiko avait du mal à comprendre ce type étrange. Il devait venir d'une autre planète finit-elle par conclure. Son poing se resserra sur le vêtement de son complice.

- Ton ami ? Ce type ?! Te fous pas de ma g...

Une aura menaçante se dégageait de la jeune fille. Menaçante, certes, mais qui causa l'excitation du gars à crête. Il défroissa l'uniforme du mec, qui faisait plus une tête de plus que lui – ce qui amusa Reiko.

- Tu tiens toujours à entendre mon avis ? (Hochement de tête) Alors ferme les yeux.

La créature ne comprenait plus rien. Cette consigne était au-delà de sa capacité de raisonnement. Le regard insistant de la jeune fille finit par le persuader. Fier de lui, il aligna les vertèbres de sa colonne vertébrale et s'exécuta tout en faisant des ronds avec ses épaules. La bêtise et la naïveté dans toute sa splendeur ! Le fille se dépêcha de griffonner quelques mots sur un bout de papier qui traînait et le glissa dans la main de son camarade avec un dé. Je vous avais dit que Reiko était une joueuse compulsive et aimait les paris stupide ?

1- Je l'embrasse.
2- Tu l'embrasses.
3- Un coup de pied bien placé par moi.
4- Un coup de pied mal placé par toi.
5- Fais jouer de ta lame.
6- Montre-moi ce que tu sais faire avec tes pouvoirs.


Des règles simples. Mais elle aimait les jeux de hasard et elle espérait bien que son partenaire la surprendrait. La fille qui avait baissé les yeux plus tôt hésitait entre regarder sans rien faire ou s'enfuir en courant, présentant la tournure des événements. Il fallait bien se détendre de temps en temps. Reiko guettait la réaction de son complice. Elle regrettait de ne pas avoir mis des conséquences plus osés, elle gardait quelques idées pour les prochains paris.

Spoiler:
 
##   Dim 24 Fév - 17:26

Personnage ~
► Âge : 29 ans (05/10/1990)
► Doubles-comptes ? : Bito Daisukenojo
► Rencontres ♫♪ :
Akira Buichi
Akira Buichi
Feu au pouvoir solaire
Messages : 403
Date d'inscription : 13/09/2012
Age : 29
Emploi/loisirs : Flâner
Humeur : Arrogant

Spoiler:
 
La nouvelle camarade d'Akira réussit sans aucun problème à manipuler l'énergumène. Comme par magie, l'homme aux piercings était tombé sous le charme de la brune et c'était mit en tête de faux espoirs. Ce qui allait le mener tout droit à sa perte. Malgré son aspect si "agressif", le délinquant était bien naïf pour croire qu'il allait recevoir quoi que ce soit venant d'elle.
Akira remarqua que la demoiselle avait un caractère qu'il connaissait bien, cette façon de se servir de son charme pour obtenir ce que l'on veut lui était familière. Mais à qui pouvait-elle tant lui faire penser?
La réponse, c'était à lui même, il avait devant lui une femme qui savait se servir de ses atouts physique tout en cachant ce qu'il avait derrière la tête. Tout comme il le faisait si bien lui aussi.

L'idiot aux cheveux en pics lâcha alors le blond et ferma les yeux comme lui demanda la jeune fille. D'ailleurs, celle-ci ne tarda pas à lui proposa un petit jeu sadique où le hasard allait définir ce qui allait se passer pour notre pauvre inviter. Cependant il y avait un risque, il y avait une chance sur six pour qu'Akira ai à embrasser cette chose dégoutante si humaine soit elle.
Mais le jeune homme aux yeux rouges trouva l'idée amusante et il accepta le défi d'un hochement de la tête. Il laissa alors le dé rouler sur la table et le résultat fût malheureusement: 1.
[J'ai vraiment lancé un dé, deux fois même et il est tombé deux fois sur 1 xD]

Voyant le résultat du tirage, un sourire moqueur s'afficha sur les lèvres d'Akira, apparemment la chance n'était pas du coté de sa camarade... Du moins pour l'instant, car un évènement vint quand même sauver notre joueuse de ce supplice. Eh oui quelqu'un venait d'entrer dans la salle de retenu et ce n'était pas n'importe qui.
C'était jeune homme, qui malgré son âge qui ne semblait pas supérieur à ceux élèves, avait un uniforme orné de quatre étoiles. Eh oui c'était un master qui avait été désigné pour surveiller la salle de retenu.

Qu'est ce que c'est que ce bazar!? Fit-il en voyant la moitié des élèves debout. Allez vous asseoir et en silence!

C'est donc dans un grand "Oooh..." de désespoir que les habitués de la salle de retenu retournèrent à leur place. Au moins, il y avait quelque chose de rassurant dans cette jungle, quelqu'un y venait parfois mettre de l'ordre.
Le Master s'assit alors au bureau et fit régner le silence dans la salle de retenu. Ce garçon avait réussi a s’approprier un certain respect en quelques minutes, c'était surement grâce à sa maturité qu'il avait eu son grade.
Sa maturité pensait-il... ce fut quand on le vit qui commençait à curer le nez sans aucune discrétion, qu'on pouvait comprendre qu'il n'avait rien de différent d'un autre. A voir l'ardeur qu'il mettait dans son geste, on aurait pu croire qu'il cherchait son subconscient au plus profond de ses narines...

Bref ce Master ne resta pas plus longtemps le centre d'attention de notre cher Akira vu ses pratiques dégoutantes. Il tourna alors la tête vers sa voisine dont le nom lui était toujours inconnu.

Cherchant un moyen de communiquer discrètement avec elle, il fut devancer par quelqu'un. Oui, on pouvait voir un petit avion en papier flotter à travers la salle. Bizarrement un avion comme celui-ci n'aurait pu faire un tel chemin, quelqu'un utilisait ses pouvoirs d'Air pour le faire virevolter jusqu'à notre table.
Le petit avion avait des cœurs dessiné sur ses ailes, c'était si enfantin d'envoyer une lettre d'amour en faisant un avion.
Akira n'attendit pas que l'avion se pose, il l'attrapa au vol pour ensuite le tendre à sa destinataire. C'était évident, cet avion de l'amour était pour elle.

- On dirait que ton charme a fait une victime de plus. Chuchota Akira sur un ton amusé. Aller ouvre la qu'on voit ce que vaut ton admirateur secret.
##   Lun 25 Fév - 17:37
Anonymous
Invité

Le résultat tomba comme une enclume sur la tête de notre Reiko. Bien que la malchance la suivait comme son ombre, elle n'aurait jamais pensé que son propre jeu se retournerais contre elle. Elle examina longuement le dé, sa face supérieur arborant une petite cavité en son centre vernie de noir. 1- Je l'embrasse... Ces mots passèrent plusieurs fois dans son esprit. Reiko avait un mot d'ordre : « Le jeu c'est le jeu. Si on perd c'est pour mieux gagner la prochaine fois. » Fidèle à son idée, elle serra les poing et inspira – au moins quatre fois – pour oublier le physique qu'elle trouvait si repoussant en face d'elle. Même les yeux fermés, le punk n'avait aucune disposition. Quant à son camarade, il semblait la narguer de ses magnifiques yeux rouges. Quelle injustice ! Dégonflage intolérable dans les règles du jeu qu'elle venait d'inventer.
Seulement, les prunelles flamboyantes se détournèrent. La jeune fille fit de même. Sauvée par le gong ! Le master venait de faire une entrée héroïque. Reiko voulut l'embrasser afin de le remercier mais fut surprise du ton sec et sévère avec lequel il ordonna à tout le monde de s'asseoir. Ce que les élèves firent sans vraiment oser protester. La jeune fille se souvint que le professeur lui avait donné des exercices de mathématiques à rendre pour le premier jour de la semaine. Presque studieuse, elle étala quelques feuilles et son livre de maths ouvert sur la table. La difficulté des exercices la déconcerta. Elle reprit son calcul une dizaine de fois et chaque résultat différait des autres. Son camarade était certes plus âgé, plus expérimenté, mais elle ne se serait pas abaissée à demander de l'aide pour de simples exercices. Pas si simples que ça... L'abandon de poste était pour les lâches qui plus est. La concentration n'était pas son fort, surtout lorsqu'un jeune homme à la hauteur d'un mannequin pour un parfum de marque se tenait à côté d'elle. Finalement elle le voyait davantage comme un acteur jouant dans un film américain narrant les épopées des légendes japonaises, avant son charmant sourire et ses yeux d'assassin. Ce paradoxe perceptible la fit frissonner, car elle se rendit compte de ce point commun qu'elle avait avec son camarade. Parfois elle se comparait à une veuve noire. Quant à lui, il était aussi mignon et rusé qu'un renard. Reiko adorait les renards ! Dommage que le chiffre 6 n'était pas tombé.
Son voisin fit un geste brusque qui arracha la jeune fille de ses pensées et, par la même occasion, manqua de la faire sauter au plafond. Habillé de son sourire troublant, il avait un avion en papier entre ses doigts.


- On dirait que ton charme a fait une victime de plus, chuchota-t-il afin que le master ne l'entende pas. Allez ouvre la qu'on voit ce que vaut ton admirateur secret.

En effet, les ailes de l'avion en papier portaient des cœurs dessinés grossièrement au crayon de couleur. Reiko n'avait pas reçu de telle lettre d'amour depuis le collège. Loin de l'attendrir, elle déplia rapidement le papier en évitant de tâcher le bord de ses manches blanches avec le rouges des cœurs. Elle lut en diagonale et s'attarda sur les derniers mots. Elle était signée « Makino Aisawa ». Elle coula un regard interrogateur vers son voisin. C'était une fille, la lettre devait lui être destinée... non ?

- Je ne comprends pas, mon nom est pourtant écrit à plusieurs reprises...

Elle pointa de l'index Reiko inscrit à l'encre noire au début de la lettre et ailleurs dans les pavés suivant. Une poussière avait du lui chatouiller la boîte crânienne car, à défaut d'une crise cardiaque, un fou rire silencieux secoua ses épaules qu'elle avait étouffer dans avec ses mains. Elle leva des yeux larmoyants vers son camarade. Les mots refusèrent de sortir tant sa gorge était serrée par rire. Pourquoi riait-elle ? L'idée absurde qu'elle put plaire aux filles l'avait juste effleurée. Reiko s'amusait avec la gente masculine depuis... un certain temps. Elle les manipulait, leur faisait que c'était eux qui prenait l'initiative, oui elle prenait un malin plaisir à se moquer d'eux... Alors pourquoi une fille s'intéresserait à ce genre de personne ?! Elle utilisait ses talents de comédienne pour berner les filles et cacher sa nature de croqueuse d'hommes, mais jamais son rôle n'avait plu à une fille au point qu'elle en tombe amoureuse. Sans compter que Reiko était là depuis à peine quelques jours. La jeune fille était décontenancée.
Son esprit joueur s'était effectivement éteint sous le choc, alors que l'occasion se présentait de renouveler les paris...


- Mon admiratrice secrète, rectifia-t-elle

Spoiler:
 
##   
Contenu sponsorisé

 

Ce que l'on peut rencontrer en salle de retenue [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Salles de cours. :: Salle de Retenue.