Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
- Quand le sang coule d'un iceberg -
#   Sam 19 Mar 2011 - 15:24
avatar
Invité


Cela faisait un petit plus d’une semaine que j’étais à Terrae, un univers étrange qui se dressait au centre de Tokyo. J’avais reçu mon pouvoir des Master, un pouvoir étrange si je pouvais l’appeler comme ça. J’étais devenue détentrice d’un feu bleu tirant son énergie de la Lune et le don de marionnettiste que je devais apprendre à contrôler ainsi que le feu.

Restant dans ma chambre en regardant mes mains, j’essayais de faire apparaître une flemme, après une bonne heure d’essais acharné j’avais enfin eu un résultat. Si on pouvait appeler ca comme ça, sur le bout de mon index, une petite flemme bleu se formait, elle n’était pas plus grande que celle sortant d’un briquet mit à son plus bas niveau. Claquant des doigts pour la faire disparaître, j’avais aux moins une technique d’acquise. Claquer des doigts = éteindre, ok. Continuant à jouer ainsi, je fini par perdre le contrôle et c’est là qu’une monstrueuse flamme apparut dans la paume de ma main. Courant rapidement vers la salle de bain, je passais ma main sous le robinet en la sortir un juron. Ara … Je ne me savais pas si impolie.

Retournant dans ma chambre, j’allumais la bouilloire afin de me préparer un bon petit thé. Préparant ma tasse ainsi que la mixture dans laquelle j’allais ajouter mon eau, il ne fallut que quelque instant pour que celui-ci soit fait. Portant la tasse à mes lèvres, un sourire se formait sur celle-ci en appréciant le thé, je m’assis sur mon lit en soupirant de contentement. Déposant ma tasse sur ma table de chevet, je recommençais à essayer de former une petite flamme … sans succès … Réfléchissant à la manière que je pouvais amplifier mon pouvoir, une idée, quoi que étrange, me vint à l’esprit. Cherchant dans mes poches l’objet que je convoitais tant, je trouvais enfin celui-ci. Briquet = Gaz = Conducteur = Big Feu !

Laissant le gaz s’échapper dans ma main fermée, j’arrêtais le briquet et me concentrais pour former une petite étincelle. Bingo ! Boule de feu active ! Seul hic … Mon feu bleu tourna au rouge, mauvais signe je croyais et c’était le cas. Courant une fois de plus vers la salle de bain, je passais ma main sous le robinet en laissant échapper des gémissements. Et oui … Je m’étais brulée. Retournant dans ma chambre après mes aller-retour interminables, je cherchais ma boite de secours pour premier soin que je trouvais en dessous de mon lit. Sortant la pommade, la bôme pour les brulures ainsi qu’un bandage, je m’attelais à la tache en essayant de rendre au moins cet accident « joli ».

Une fois cela fait, je me recouchais sur mon lit en soupirant de frustration. Non mais il me faudra bien plus d’un mois pour contrôler enfin ce pouvoir … Moi qui voulait gravir les échelons rapidement après avoir reçu ce don ! Qu’importe, j’essayerai du mieux que je peux pour maitriser cela ! Le feu … un élément que je n’aurai jamais cru contrôler ni penser qu’il était capable de le faire … Mais alors ? Pourquoi laisse-t-on des incendies se propager ? Ah … Oui, la cruauté des gens … J’en fais partir en fait. Rigolant à ma stupidité, je me laissais submerger et je m’endormis.

****

Il faisait sombre dehors, mon corps se laissait déchiqueter par les chaines qui m’oppressaient sur ma peau, je ne savais même plus depuis combien de temps j’étais dans cette position à attendre que la mort me libère de mon calvaire infernal. Je ne me souvenais même plus comment j’avais atterris dans cet endroit dépourvu de population, les seules choses que je me souvenais était ma tortionnaire et sa longue lame qui m’avait déjà entailler par-ci par-là. Je ne pouvais que crier sans fin, ma gorge était sèche, ma voix se voulait stridente à chaque fois que le métal froid caressait ma chair.

Me redressant dans mon lit en laissant échapper un cri, je posais mes mains sur mon visage pour essayer de reprendre mes esprits. Comprenant que je venais de faire un cauchemar, je soupirais lourdement avant de hisser mes jambes hors du lit. Me relevant en cherchant un point de repère dans la chambre, je pris enfin conscience que je n’étais plus dans la demeure des Fujino, non … j’étais à Terrae. Je ne devais plus être dans cette chambre étant donné que j’étais initiée, mais j’avais convaincu les master pour me laisser seul ici le temps que je contrôle le nouveau pouvoir en moi. Cela ne serait-il pas fâcheux que je brule accidentellement ma compagne de chambre ?

Me dirigeant vers le coin salle de bain, j’ouvris le robinet et aspergeais de l’eau froide sur mon visage à l’aide de ma main valide. Mon Dieu Shizuru, ce n’est pas ton genre de faire de tels rêves ! Reprend-toi donc ! Secouant la tête en me regardant dans le miroir, je m’accordais un doux sourire avant de décider qu’il serait préférable que je prenne l’air avant de retourner me coucher. Enfilant un kimono mauve au lys blanc, je sortis de ma chambre et me dirigeai vers la sortie.

Une fois dehors, je levais les yeux vers le ciel pour admirée ma complémente, celle qui brillait dans les ténèbres, celle qui me ressemblait tant … la lune. Commençant ma marche, j’essayais en vain de me rappeler ce dont j’avais rêvé … c’était sombre et meurtris, une seule couleur vive me revenait à l’esprit … celle du sang.

Enchainée contre un arbre dans une clairière, dépourvue de population à plus de 50km, ses cris essayaient en vain de transpercer les arbres. Son corps mutilé de toute part se débattait contre les chaines quand soudain ... ma main se leva pour enfoncer la lame pour la faire taire … le sourire de l’ange.

Quel rôle jouais-je donc dans ce rêve ? Celui de la victime … où celui … de l’agresseur ? Avançant sans but sans faire attention où j’allais, je restais perdue dans mes pensées quand soudain j’heurtai quelque chose ou quelqu’un. Atterrissant sur les fesses en cassant l’une de mes Geta, laissant échapper un petit cri de surprise accompagné d’un soupir de frustration, je levais la tête pour vois ce qui m’avait fait tomber.

Une … une fille ? Devant moi se trouvait une demoiselle à l’allure nonchalante, la première chose qu’on pouvait remarquer chez elle ses yeux d’un vert émeraude. Ara … Restant perplexe ne laissant un silence entre nous se former quand nos regards se rencontrèrent, je voulu me lever pour commencer à critiquer cette jeune fille quand soudain je perdis l’équilibre et atterrissais directement dans ses coussins moelleux. Me redressant toujours en restant à califourchon sur la jeune fille, on aurait sans doute pu apercevoir mon expression faciale passer de surprise à un léger rougissement. Ce n’était pas mon genre de rougir, mais les imprévus tel que celui-ci ne me loupa pas.

- Ara … Est-ce que Ojou-Sama s’amuse à faire tomber ainsi les jolies demoiselles ?

Restant sur elle un moment avant de me relever en voyant son regard noir, je laisser échapper un rire cristallin avant de lui tendre la seule main valide que j’avais.

#   Sam 19 Mar 2011 - 15:31
avatar
Invité

J'étais arrivée dans la soirée à Terrae. A première vue cet endroit n'avait rien de particulier, une école de bourges remplie d'étudiants de tout type. Ne voulant pas me mélanger à ces personnes, je demandais au Master de m'indiquer un endroit où je pouvais me prélasser. Ayant laissé à contrecœur mes bagages à l'entrée, je suivis la personne m'accompagnant sans brocher. Regardant à gauche et à droite pour m'imprégner du décor au cas où je voudrais faire une escapade nocturne ou tout simplement retrouver mon chemin par la suite, je remarquais quelques étudiants éparpillés un peu partout dans les couloirs.

Depuis toujours j'avais horreur des cours, ne les suivant que très rarement quand j'en avais encore l'occasion, je passais mes journées à dormir pendant que le prof déballait son blabla habituel. C'est surement la raison pour laquelle j'ai rapidement abandonné l'école. Et ici, me voilà replonger dans cette même ambiance. Je me demandais quelles seraient les répercutions si par malheur il m'arrivait de sécher..disons, quatre jours sur cinq. Je le découvrirai bien rapidement, me connaissant.

Arrivée devant une porte, le Master me laissa là en disant que c'était ma chambre. Curieuse de découvrir ce qui s'y trouvais, je passais le seuil sans attendre. A première vue, il n'y avait rien de spécial ici; un lit me certifiant que je ne serais la seule occupante de cette endroit (chose qui ne me déplaisait pas du tout), un bureau que je savais serait désert de ma présence, une chaise, et, mes bagages près du lit n'attendant qu'à être placés dans les armoires près du mur latéral. Grognant comme à mon habitude quand quelque chose ne me plaisait pas, je m'affalais sur le lit sans moindre cérémonie. Restant ainsi, je me mis à réfléchir au pourquoi de ma présence ici.

Le vide... L'Appel... Des pouvoirs... Tous ces termes dont on n’avait pas envie de croire et qui deviendront dans peu mon quotidien. Je me demandais quel genre de pouvoirs me seront assigné. Et en même temps, je n’avais nullement envie de ça. La seule raison pour laquelle je me retrouvais là, c'était tout bonnement pour me remettre en question et peut être trouvé un autre chemin pour survivre. Survie... Terme que je me plaisais à utiliser.

Plongée dans mes pensées, je ne vis la nuit tomber sur Terrae. M'étirant de tout mon long, je me relevais d'un mouvement rapide et regardais de nouveau ce qui m'entourait. Mes bagages? Demain. Pour le moment, la nuit me dévoila une lune brillante de tous ses feux. J'aimais la lune. C'était d'ailleurs la seule chose que j'aimais, celle qui me suivait pendant mes nuits de 'missions'. Celle qui était là pour m'éclairer parmi les ténèbres du crépuscule. Décidant de sortir de cette petite pièce pour prendre l'air, je n'eus pas de mal pour arriver jusqu'à l'entrée. Sortant sans bruit et en faisant bien attention de ne pas me faire voir par qui que ce soit, je débouchais sur l'extérieur. Par pure habitude, je restais prudente en avançant dans l'herbe. Après quelques minutes de marches silencieuses, en admirant les alentours, je levais ma tête pour contempler la sphère lumineuse au dessus de moi. Pourtant, ce que je n'ai pas prévu, c'est qu'une personne me heurte de plein fouet. Fusillant le perturbateur des lieux, je remarquais qu'il s'agissait d'une fille. Croisant son regard, je restais neutre face à ses yeux d'un rouge sang. Voulant partir sans y prêter d'avantage de l'attention, je fus coupée dans mon élan quand cette même fille tomba de nouveau, mais cette fois sur moi.

-Ara … Est-ce que Ojou-Sama s’amuse à faire tomber ainsi les jolies demoiselles ?

Lui lançant un regard assassin, je voulu la repousser mais celle-ci me devança en se relevant et me tendant la main. Laissant échapper un sifflement de colère, je me relevais d'un coup sans faire attention à sa main tendue. La regardant avec mépris, je rétorquai d'une voix glaciale.

-Faire tomber? C'est plutôt que tu es maladroite, et aveugle pour ne pas voir ce qui se trouve devant toi.

Je n'avais pas l'intention d'être gentille avec cette inconnue qui se permettait de m'approcher de trop, même si ce n'est par accident. M'époussetant de l'herbe qui vint se coller à mes vêtements, je restais perplexe devant elle. Je ne voulais rien savoir à son égard après tout. Mais le fait qu'elle était là... Cela voulait dire qu'elle aussi était une de ces personnes possédant des pouvoirs. M'offusquant presque au seul fait qu'elle me regardait, je crachais littéralement:

-Qu'est-ce que tu fais là?!

Qui dans mon langage voulait plutôt signifier « bouges de là, tu me déranges! » Toujours en la fusillant du regard, je ne lâchais plus ses yeux particulièrement rouges.
#   Sam 19 Mar 2011 - 15:44
avatar
Invité


-Faire tomber? C'est plutôt que tu es maladroite, et aveugle pour ne pas voir ce qui se trouve devant toi.

Quelle politesse, pourtant, je n’arrivais pas à lui répliquer quoi que ce soit pour l’instant, j’étais complètement omnibulée par sa beauté. Qui pouvait bien être cette jeune fille ? Une nouvelle ? Sans doute ! Je n’aurai jamais rater un tel spécimen si elle était arrivée avant moi. En dehors de sin regard glacial qui ne me fit ni chaud ni froid, son expression faciale en disait long sur son contentement.

-Qu'est-ce que tu fais là?!

Me crachant ses mots en me foudroyant de ses émeraudes, je restais un instant perplexe avant de le ver un rictus de contentement. Enfin une personne intéressante au caractère bien trempée, ça me changera des enfants débiles et des bimbo que j’ai pu croiser jusqu’à présent. Décidant de répondre à sa provocation en prenant un air enjôleur et mesquin, je laissais échapper quelques mots en faisant vibrer mon accent de Kyoto.

- Ara … Ne serait-ce donc pas plutôt qui ne faisait pas attention aussi ? Si tu ne regardais pas ailleurs, tu aurais pu m’éviter … Ojou-Sama.

Restant devant elle toujours avec mon sourire montrant bien que la situation me faisait plus rire que peur, je laissais un silence se former entre nous pour regarder le changement d’expression se dessiner sur son visage fin, elle était si belle et bizarrement dangereuse aussi … un pressentiment ? Ils ne me trompèrent jamais.

- Ce que je fais là dis-tu ? Ne sais-tu donc pas cet endroit est public ? Nous sommes au parc après tout …

Devrais-je arrêter de lui clouer le bec en retournant ces dires contre elle ? Hum … Bonne question, mais l’envie de continuer à m’amuser de son manque de déconcertement est plus que divertissant … quelle personne amusante.

- Si je suis là, c’est tout simplement parce que je désirai prendre l’air, n’en est-il pas de même pour toi …

Remarquant enfin que je ne connaissais pas le nom de la belle noiraude se trouvant devant moi, je me penchais poliment avant de me présenter avant de lui demander qui elle était … même une fine lueur de chance se présenterait pour qu’elle le fasse.

- Je suis Shizuru, Shizuru Fujino, et toi ?


#   Sam 19 Mar 2011 - 16:09
avatar
Invité

Je n'attendis pas longtemps pour quelle me rétorque sans moindre gène.

-Ara … Ne serait-ce donc pas plutôt qui ne faisait pas attention aussi ? Si tu ne regardais pas ailleurs, tu aurais pu m’éviter … Ojou-Sama.

Elle se moquait de moi ouvertement. Son sourire m'énervait plus qu'autre chose. Une personne normale aurait tracé sans chemin sans se poser plus de question, mais on dirait que cette fille aimait jouer avec le feu. Tant pis pour elle.

-Ce que je fais là dis-tu ? Ne sais-tu donc pas cet endroit est public ? Nous sommes au parc après tout …

-Si je suis là, c’est tout simplement parce que je désirai prendre l’air, n’en est-il pas de même pour toi … 


Erreur. Laissant un sourire moqueur apparaitre sur mes lèvres, je la regardais toujours avec cet air de mépris. A quoi pensait-elle arriver en essayant de m'attaquer ainsi? Mais avant que je puisse répliquer, ou tout simplement la laisser en plan, elle se pencha et se présenta.

-Je suis Shizuru, Shizuru Fujino, et toi ?

Affichant une mine étonnée pendant une fraction de seconde, je repris mon expression moqueur. Elle se foutait de moi? Ou juste qu'elle voulait se prendre un vent monstre? Sans attendre d'avantage, je laissais échapper un grognement presque inaudible en croisant les bras devant elle.

-Shizuru Fujino.. C'est quoi ce nom? Et tu n'as pas à savoir qui je suis.

Décroisant mes bras pour s'avancer vers elle, je la larguais de mon regard froid en déclarant tout simplement:

-Et bien reste dans ce parc, et attention parce que tu risques de te prendre une racine, gamine à grande gueule.

Tout en empêchant mes pulsions de lui envoyer mon poing dans la figure, de me submerger, je lançais des regards furtifs autour de moi, question de voir s'il n'y avait pas d'autres incapables dans ce paysage calme.
#   Sam 19 Mar 2011 - 16:31
avatar
Invité


-Shizuru Fujino ... C'est quoi ce nom? Et tu n'as pas à savoir qui je suis.

Voulait-elle jouer à celle qui à le plus de tact ? Elle n’avait pas l’air douée dans son genre pour se brigadier sous des insultes aussi futile. De plus, je me réjouissais intérieurement en me disant que j’avais eu raison en sachant que cette fille ne me dirait pas son nom. La regardant s’approcher de moi d’un pas rapide en me fusillant, pour ne pas changer, du regard. Je la laissais faire sans même détacher mon sourire.

-Et bien reste dans ce parc, et attention parce que tu risques de te prendre une racine, gamine à grande gueule.

Encore des insultes ? Venait-elle de me traiter de gamine ? Ce qui veut dire qu’elle est plus âgée que moi, j’eu raison de l’appeler Ojou-Sama dans ce cas. La voyant tourner le regard pour porter son attention sur quoi que ce soit d’autre, je me disais qu’elle venait de faire une erreur si elle voulait m’ignorer. Enlaçant mes bras autour d’elle en la prenant dans une accolade en affichant un air enfantin sur mon visage, je déclarais d’une voix douce :

- Moue ! C’est décidé ! Je vais t’adopter … laisse moi te trouver un nom … Je sais ! Kaiinu-Chan !

Resserrant mon étreinte, je sentis quelque chose de bizarres grogner dans mon être. Sentant mes mains se réchauffer à une vitesse folle, je compris que mon pouvoir venait de se réveiller seul. Mauvais moment … Très mauvais moment … Sans que je ne comprenne quoi que ce soit, mon corps commençait à dégager une chaleur telle que les vêtements de ma nouvelle rencontre commençait à se désintégrer sous mon étreinte. Poussant violement celle-ci afin de ne pas la bruler d’avantage, j’essayais de me concentrer pour faire disparaître les flammes bleues qui se dessinaient autour de mon corps. Concentration immense, je laissais échapper un « Stop » ce qui fit disparaître le tout. Ara … J’ai cru mourir aujourd’hui … Relevant la tête vers Kaiinu-Chan, je pouvais voir la colère se dessiner sur son visage, mais cela ne m’infecte pas étant donné que mes yeux étaient rivés sur ses vêtements devenus … cendres.

- Ara … Je ne contrôle pas encore mon … pouvoir, t’aurais-je brûlé par mégarde Kaiinu-Chan ?

Ne remarquant aucune brulure sur sa peau pale, je souriais de contentement sans bouger de place. Qui serait qu’elle saura sa réaction après que je l’ai … dévêtit ainsi.

- Ara … Kaiinu-Chan fait survolter mes hormones en me donnant terriblement chaud, honte à toi d’infliger cela à une demoiselle de mon rang …

Ironique de la situation ? Oui, je l’étais.


PS: Kaiinu signifie " Chienne Domestique " xD
#   Sam 19 Mar 2011 - 18:30
avatar
Invité

-Moue ! C’est décidé ! Je vais t’adopter … laisse moi te trouver un nom … Je sais ! Kaiinu-Chan !

Pardon?! Avant que je puisse exclamer mon indignation, cette Fujino vint me serrer dans une étreinte. Ne m'attendant pas à cela, je ne pus qu'essayer de la repousser en me débattant. Mais je m'arrêtais net en sentant une chaleur inhabituelle sur ma peau. Écarquillant les yeux de surprise, je ne fis que peu attention quand la dénommée Shizuru me repoussa pour.. calmer son pouvoir?! Mais c'est quoi ce délire?

-Ara … Je ne contrôle pas encore mon … pouvoir, t’aurais-je brûlé par mégarde Kaiinu-Chan ?

-Ara … Kaiinu-Chan fait survolter mes hormones en me donnant terriblement chaud, honte à toi d’infliger cela à une demoiselle de mon rang …


Que... Ne prenant même pas garde à ses paroles, j'essayais tant bien que mal de cacher ma poitrine avec mon bras. Devenue rouge de honte, j'échappai un hurlement de rage. Tandis que mon regard devient sombre comme la nuit, je lui hurlais dessus sans ménagement.

-Ne m'appelle pas comme ça!! Comment t'as osé?!

Perdant contrôle de tout mon être, je m'approchais d'elle pour l'attraper par le col avec ma main de libre. Grinçant des dents sous la colère, mes envies meurtrières prenait le dessus. Elle n'avait pas le droit.. Comment elle a osé m'infliger ça comme ça! Et en plus elle osait se moquer de la situation. Impardonnable!! La repoussant de force conte un arbre se trouvant derrière elle, je sentais le sang me battre dans les oreilles.

-Tu vas payer...

Sifflant de rage plus qu'autre chose, j'envoyais mon poing dans sa figure, mais celui-ci dévia et cogna sur l'écorce. Si je m'attaque à l'un des étudiants dès mon premier jour ici, serait-ce si mal vu? Possible. Mais à voir les circonstances, elle n'était pas innocente non plus. Il était vrai qu'avec une seule main, je n'avais pas trop d'avantages face à la situation, de plus si elle possédait cet étrange pouvoir qui vint me bruler au part avant. Peu importe, elle avait l'air aussi douée à l'utiliser que moi à être gentille. L'agrippant encore une fois par sa chemise, je bloquais mon bras sous son cou, l'étouffant par la même occasion. Une personne de son rang hein!

-Je ne supporte pas les personnes comme toi!

Suffit! Réalisant enfin ma position, j'ordonnais à mon corps d'arrêter cela tout de suite. Un nouveau départ, un nouvel endroit qui n'attendait qu'à être découvert, des pouvoirs, mon autre moi,... Je n'allais pas gâcher tout ceci pour une personne que je ne connaissais pas. Lâchant mon emprise, je me reculais d'elle. Il fallait que je me trouve rapidement des vêtements, je n'allais pas traverser tout le campus dans mon état non plus. Me mettant à réfléchir comment passer sans qu'on m'aperçoive, j'oubliais presque la présence de la fille que je voulais tuer il y a de cela quelques secondes.

-Bon sang! Hm... Si je passais par là...?

Me parlant à moi-même, je sentais mon être devenir de plus en plus mal à l'aise.
#   Sam 19 Mar 2011 - 19:17
avatar
Invité


-Ne m'appelle pas comme ça!! Comment t'as osé ?!

Me poussant contre un arbre avec froid, je sentais mon corps se heurter avec celui-ci. Laissant échapper un cri de douleur, je la vis s’approcher de moi en levant la main.

-Tu vas payer ...

Laissant tomber sa main en ma direction à une vitesse folle, j’eu un instant fermé les yeux et les rouvrir pour voir que son poing venait de taper juste à côté de mon visage. Si je l’avais reçu de face, la seule chose qui se serait passé était telle que la chirurgie esthétique deviendrait mon dernier recours.

-Je ne supporte pas les personnes comme toi !

Me prenant par le col en me tirant de l’arbre, elle entoura mon cou de son bras en pressant de plus en plus celui-ci. Sentant ma respiration se perdre de plus en plus, la jeune fille décida finalement de me relâcher en me laissant tomber au sol. Atterrissant brutalement sur celui-ci, du sang sortit de ma bouche. Mais que venait-il donc de ce passer. Restant un instant ainsi à la regarder s’éloigner pour s’arrêter un peu plus loin, elle se mit à parler toute seule en ignorant ma présence.

-Bon sang! Hm... Si je passais par là...?

Me relevant tant bien que mal, je crachais les résidus de sang se trouvant dans ma bouche dans un geste vulgaire. Essuyant ma lèvre ouverte avec la manche de mon kimono, je lançais un regard froid au dos de ma chère Kaiinu-Chan. M’avançant vers elle pour l’attraper par les cheveux, je la tirai de toutes ma puissance de manière à ce qu’elle soit vautrée au sol. Me mettant au dessus d’elle à califourchon, mes mains entourèrent son cou en pressant de plus en plus.

- Oser … faire cela à une Fujino … à moi … à …

Ma main ne voulait plus décrocher son cou que je pressais de plus en plus, un sentiment de nostalgie se fit ressentir au fond de moi. Etait-ce … comme la dernière fois ? Ma vision se troublait pour laisser ma haine et ma colère agir à son bon vouloir, mes yeux d’un rouge sang commencèrent à prendre une lueur transparente, autant qu’un sourire sadique se dessinait sur mes lèvres.

- Oya Kaiinu-Chan, ne sais-tu pas qu’il ne faut jamais attaquer son maitre ?

La regardant toujours avec mon même sourire, je pouvais voir son tint virer au blanc pale pour passer à un bleu ciel. Décidant de lâcher mon emprise, j’approchais de son visage pour venir susurrer à son oreille quelques mots.

- Crois-tu … être la seule à avoir de la puissance … Veux-tu que je te montre ma jouissance quand je tue quelqu’un … Ojou-Sama ?

La regardant avec supériorité, je déposais mes lèvres sur les siennes en quémandant l’entrée, ne recevant évidemment rien de sa part, je mordis sa lèvre inférieur avant de la gifler avec effrois.

Me relevant de ma place en faisant un saut en arrière, je voulu continuer mon manège mais d’autres personnes arrivèrent sur le lieu de notre combat. Entendant des pas précipités, j’attrapais la main de la noiraude en l’emportant avec moi. Toutes cachettes pouvaient être bonnes. Sautant dans un buisson en tirant Kaiinu avec moi, je plaçais ma main devant sa bouche en voyant une petite troupe s’activer devant nous.

Cinq personnes, dont deux à trois étoiles et les trois autres à quatre étoiles. La merde, ils étaient plus nombreux et plus puissant que nous. Si on se faisait attraper maintenant on recevrait l’exclusion à coup sur ! L’un d’un s’approcha du buisson dans lequel nous étions. Me relevant en le regardant avec un sourire jaune, je déclarai la première excuse que je trouvais.

- Ara … Je m’excuse de mettre cachée ici … avec ma petite amie, mais nous ne voulions pas que quiconque nous surprennent étant donné que …

Montrant du doigt l’était de la noiraude, les hommes en déduisent tout de suite que nous étions en train de « s’unir » et que les cris de « souffrance » n’était autre que des cris de « jouissance ». S’excusant de nous avoir interrompues, ils partirent en affichant un air benêt sur le visage. Laissant échapper un soupir de frustration, je me retournais vers ma compagne du jour et lui attrapai le poignet pour la sortir du buisson. Une fois devant moi, j’ôtais la première surface de mon kimono et l’enroula autour de la jeune fille.

- Je crois que notre petite bagarre est finie pour aujourd’hui …

Soupirant de lassitude, je remettais mes mèches brunes en place en échangeant un regard avec ma compagne.

- Ne crois pas être la seule à avoir de la puissance, nous avons tous un monstre en nous. A différent degré si je peux dire, d’autre les refoule, d’autre en fait leurs puissances. Je ne suis pas ici pour retrouver mon quotidien de tueuse, j’ai une nouvelle opportunité et il est de mon devoir de la saisir.

Tendant un main en laissant mes yeux rouges se poser sur ses émeraudes, j’attendais qu’elle accepte cette poignée parquant un pacte entre nous tout en continuant à faire vibrer ma voix.

- Tu dois aussi vouloir recommencer à zéro n’est ce pas ? Je ne serai pas du genre à me mettre sur ta route, mais je peu voir dans ton regard que je nous ne sommes pas différentes l’une de l’autre. Recommençons … à zéro.
#   Sam 19 Mar 2011 - 21:08
avatar
Invité

Mais il fallait être vraiment stupide pour manquer de vigilance deux fois de suite. Et bien sur l'autre furie en profita, et pas qu'un peu. Moi qui essayais de me conformer aux règles de la nouvelle école, on dirait que y a que des brutes ici. Comme là-bas... Sentant ses doigts se resserrer sur mon cou, je me débattit instinctivement. Peine perdue, sa position lui donnait avantage. Je n'écoutais qu'à moitié ses paroles qui commençaient à se brouiller dans mon esprit. L'ai me manquait et ce jusqu'à me rendre de plus en plus vulnérable à ses assauts.

-Crois-tu … être la seule à avoir de la puissance … Veux-tu que je te montre ma jouissance quand je tue quelqu’un … Ojou-Sama ?

Libérée de son emprise, je pris un grand bol d'air toussotant après cet affront. Tuer... Tuer, il y aurait autant de personnes ici avec un même passer effrayant? Ils avaient tous du sang sur les mains? Si ce n'était pas le cas, alors je suis mal tombée pour ma première rencontre à Terrea.

Et ce qui suivit me laissa stoïque. Elle venait de m'embrasser, puis me gifler pour ensuite me tirer dans un buisson pour se cacher de gens qui arrivaient à notre rencontre. J'étais tellement déboussolée par la situation que je n'avais même pas le temps d'avoir mal. Regardant dans le vague cachant du mieux que je pouvais mes parties dévêtues, je regardais Fujino parler avec un des hommes qui nous a remarqué.

-Ara … Je m’excuse de mettre cachée ici … avec ma petite amie, mais nous ne voulions pas que quiconque nous surprennent étant donné que …

Elle ne pouvait pas trouver mieux comme excuse? On dirait que non. Sentant qu'on me tire encore par le poignet, je ne fis que suivre le mouvement. Sorties du buisson, elle me couvrit de son propore kimono. Chose que je ne refusais pas, vue ma position.

-Je crois que notre petite bagarre est finie pour aujourd’hui … 

Toujours sans la quitter des yeux, je me disais bien que ce sera le commencement d'une longue guerre. Surtout après le traitement de faveur qu'elle m'a fait subir.

-Ne crois pas être la seule à avoir de la puissance, nous avons tous un monstre en nous. A différent degré si je peux dire, d’autre les refoule, d’autre en fait leurs puissances. Je ne suis pas ici pour retrouver mon quotidien de tueuse, j’ai une nouvelle opportunité et il est de mon devoir de la saisir. 

- Tu dois aussi vouloir recommencer à zéro n’est ce pas ? Je ne serai pas du genre à me mettre sur ta route, mais je peux voir dans ton regard que nous ne sommes pas différentes l’une de l’autre. Recommençons … à zéro.


Tout en l'écoutant, je vis sa main tendue vers moi pour la deuxième fois aujourd'hui. Elle était marrante, d'un coté on s'amuse à se lancer de piques et de l'autre elle veut faire comme si de rien était. Vraiment, pour qui elle me prenait? Mais après tout...

Ajustant son kimono sur mon corps, je la foudroyais du regard sans pour autant saisir sa main.

-A vrai dire Fujino, tu es déjà un obstacle à ma personne du seul fait que t'es là. Et tes menaces, tu peux te les garder, j'ai vu pire que toi. Mais je dois avouer que c'était une rencontre intéressante...

Intéressante? Certainement! Elle vient de me prouver que ce monde ressemble énormément dans ce que j'ai vécu au part avant, à seule différence qu'ici, on avait des pouvoirs pour infliger une douleur encore plus grande. Plus de pouvoirs, plus grandes chances de survie... Oui, il fallait que je les acquière par tous les moyens. Quitte à faire meilleure connaissance avec cette fille qui en possède déjà? Non, pas à ce point, y en a surement d'autres qui peuvent me faire gravir les échelons. Me détendant un peu, je me plaçais dos à un arbre, sans pour autant quitter la fille des yeux, deux fois, mais pas trois. Soupirant lourdement, je me frottais la joue où sa main avait atterrit quelques minutes au part avant. Il faudra que je la lui rende celle-là.

-La prochaine fois quand tu me feras face, je ne te manquerai pas Fujino. Et oui, si je suis ici c'est dans le but de recommencer tout.

Recroisant mes bras, je la larguais du regard pour finir sur un seul mot presque murmuré.

-Natsuki...

Détournant mon regard vers la sphère argentée qui brillait au-dessus de nos têtes, je lançais des regards en coin à la dénommée Shizuru pour m'assurer qu'elle est à une distance acceptable de ma personne.

-Faudra que je te rende ça.

Faisant signe pour montrer le kimono, je voyais dans son regard toujours cette question, si on fera trêve ou pas. Cela reste à voir. Moins je croiserais sa personne, mieux ce sera pour moi. J'avais encore trop de choses à découvrir ici pour m'arrêter sur elle. Je me demandais combien de spécimens de sa sorte parcouraient Terrea.

#   Sam 19 Mar 2011 - 21:32
avatar
Invité


-A vrai dire Fujino, tu es déjà un obstacle à ma personne du seul fait que t'es là. Et tes menaces, tu peux te les garder, j'ai vu pire que toi. Mais je dois avouer que c'était une rencontre intéressante...

S’en allant pour se poser contre un arbre, elle frotta sa joue en me lançais des petits coup d’œil. Une trêve est envisageable si je pouvais comprendre, mais pour cela, il faudra du temps.

-La prochaine fois quand tu me feras face, je ne te manquerai pas Fujino. Et oui, si je suis ici c'est dans le but de recommencer tout.

Fujino, elle m’avait enfin appelé par mon nom. A part « la gamine qui prend racine » c’était la première fois qu’elle me montre enfin un signe de respect. Je n’avais pas tord sur le fait qu’elle et moi nous étions pareilles après tout, nous voulions toutes les deux recommencer à zéro.

-Natsuki...

Natsuki ? était-ce son prénom ? Plutôt joli en tout cas. Le regardant croiser les bras en levant les yeux pour regarder la lune, je suivais son mouvement en prenant une pause tranquille. Même si ca distance était raisonnable contre toutes prises, je ne me sentais pas rassurée. J’aurai plutôt préféré être à côté d’elle que si loin à vrai dire …

-Faudra que je te rende ça.

Montrant le kimono que je lui avais prêté, je la gratifiai d’un sourire avant de prendre parole.

- Ne t’en fait pas pour le Kimono, je te le donne. Ca sera en souvenir de notre première bataille … N-A-T-S-U-K-I.

Epelant bien chaque lettre en affichant un sourire charmeur, je donnais geste à mes paroles en imitant un faux rougissement sur mes joues. M’approchant d’elle pour venir m’asseoir contre l’arbre, je fouillais dans mes poches pour sortir un paquet de cigarettes. Allumant l’une d’entre elle, je tendis le paquet à Natsuki en attendant qu’elle en prenne une.

- C’est la première fois que je rencontre une personne comme toi ici, Natsuki. La plus part sont idiots et sans importances, des enfants croyant que le monde est rose … Et que leurs présents peuvent arranger leurs passés. Des foutaises en somme.

Baissant le regard en tirant sur ma cigarette, je pris un instant avant de continuer à parler.

- D’où sors-tu toi ? Tu n’as pas l’air d’avoir eu un passé chaleureux et si je peux porter des conclusions sur tes réactions, je ne suis pas la seule à avoir du sang sur les mains. Tu n’as pas l’air d’avoir tilter à cela, pourtant ici ce n’est pas une chose commune.

#   Dim 20 Mar 2011 - 0:26
avatar
Invité

-Ne t’en fait pas pour le Kimono, je te le donne. Ca sera en souvenir de notre première bataille … N-A-T-S-U-K-I.

Mais c'était quoi ce changement de personnalité d'un coup. Je ne savais pas pourquoi, mais le ton qu'elle prit pour prononcer mon nom me donna des sueurs froides dans le dos. Et je ne voulais pas de son kimono. Résolution prise, j'allais le lui rendre plus tard.

S'approchant de moi,elle s'assit à mes cotés. Mon premier instinct me dit de reculer ou au moins de s'éloigner de cette personne étrange. Mais je ne bougeais pas d'un poil, l'ignorance était mon mot clé dans cette situation. Quoi que, cette fois, une ignorance surveillée tout de même. Me tendant une cigarette, je n'ai même pas pris la peine de refuser, restant de marbre.

-C’est la première fois que je rencontre une personne comme toi ici, Natsuki. La plus part sont idiots et sans importances, des enfants croyant que le monde est rose … Et que leurs présents peuvent arranger leurs passés. Des foutaises en somme.

- D’où sors-tu toi ? Tu n’as pas l’air d’avoir eu un passé chaleureux et si je peux porter des conclusions sur tes réactions, je ne suis pas la seule à avoir du sang sur les mains. Tu n’as pas l’air d’avoir tilter à cela, pourtant ici ce n’est pas une chose commune.

Il était assez normal que cet endroit soit peuplé de gens normaux et aussi de ceux à problèmes. Après tout, ce vide n'était pas si simple à gérer. Ce vide... Serait-ce un endroit pour tout simplement ceux qui sont trop faible pour le combattre seuls? Non! Jamais je ne prendrais ça en considération. Je détestais tout ce qui était faible. Prenant un moment pour réfléchir ce que je pouvais lui dire et ce qu'il voudrait mieux que je garde pour moi, je me décidais de lui répondre d'une voix dénuée de sentiments.

-Je ne sais pas qui tu es... Et qu'est ce que t'as pu faire pour te retrouver ici. Tu dis que les gens ici sont plus .. normaux? Alors pourquoi tu affiches librement que t'as déjà tué dans ton passé?

Cette fille m'intriguait. Même si je la détestais au plus profond de moi et que je ne voulais que lui arracher sa tête de petite bourge narquoise, je voulais tout de même savoir quels genres de personnes pouvaient se trouver là. Et elle serait un bon outil. C'est pourquoi, j'essayerai de découvrir cet endroit avec sa coopération, même si elle ne doit pas le savoir pour le moment. Et comme je venais de gaffer sur mes propres mystères, il fallait bien que je me rattrape.

-Tu as l'air de bien analyser les gens, Fujino. Mais pour ma part, tu n'as pas à savoir d'avantage sur ma personne. Occupe-toi de tes affaires.

Sachant pertinemment que j'ai pas répondu assez poliment comme il se devrait dans un cas normal aux coté d'une personne semblant tout à fait apte à écouter, je me ressaisis et rétorqua d'un ton moqueur :

-Alors comme ça tu es venue ici pour te trouver des nouvelles victimes? Ou peut être te repentir?

Elle n'avait pas à savoir d'avantage sur moi, mais personne n'a dit que je ne pouvais pas moi, m'informer sur elle. Question de bien frapper par la suite.
#   Dim 20 Mar 2011 - 14:31
avatar
Invité


-Je ne sais pas qui tu es... Et qu'est ce que t'as pu faire pour te retrouver ici. Tu dis que les gens ici sont plus ... normaux? Alors pourquoi tu affiches librement que t'as déjà tué dans ton passé?

Sa voix était dépourvue de sentiments, mais ses paroles restaient tout de même douces en vue de ce qui venait de se passer. Ce n’était pas que j’affichais librement le fait que je suis coupable d’un meurtre, mais le fait que seule cette personne le saura. Après tout, je me répète, mais nous ne sommes pas si différente l’une de l’autre.

-Tu as l'air de bien analyser les gens, Fujino. Mais pour ma part, tu n'as pas à savoir d'avantage sur ma personne. Occupe-toi de tes affaires.

Ara, Natsuki est tellement mystérieuse, et cela me plait à vrai dire. N’est-il pas excitant de mettre quelqu’un a nu ainsi ?

-Alors comme ça tu es venue ici pour te trouver des nouvelles victimes? Ou peut être te repentir?

S’intéresserait-elle à moi ? Mademoiselle ne voulait pas répondre à mes questions, mais elle me demandait de répondre aux siennes, soit, si je voulais en savoir plus sur elle, je devais faire le premier pas après tout.

- Je ne suis pas ici pour reprendre mon train-train habituel, Natsuki. Il est vrai que l’envie de se retrouver plus des « proies » sur lesquelles je pourrais m’amuser est tentante. Mais avant toutes choses, je suis là pour repartir à zéro.

Tournant le regard pour qu’il se pose sur Natsuki, je restais un moment à la regarder. Elle était vraiment, mais vraiment pas mal … De plus, c’était bien la première qui pouvait m’exciter autant sans que je puisse la toucher. Je me le promettrai, un jour … Elle sera mienne.

- Je ne savais pas que Natsuki pouvais s’intéresser à moi ainsi.

Prenant un air honorée, je lâchais un petit rire tout en affichant un doux sourire.

- D’où viens-tu Natsuki ? D’après ton accent, je dirai que tu es Japonaise …


#   Dim 20 Mar 2011 - 16:44
avatar
Invité

-Je ne suis pas ici pour reprendre mon train-train habituel, Natsuki. Il est vrai que l’envie de se retrouver plus des « proies » sur lesquelles je pourrais m’amuser est tentante. Mais avant toutes choses, je suis là pour repartir à zéro.

Repartir à zéro... Elle répétait cela depuis un bon moment, ca voulait dire qu'elle y tenait vraiment. Ou tout simplement que c'était un façon de dissimuler son but premier. Qui sait.

-Je ne savais pas que Natsuki pouvais s’intéresser à moi ainsi.

Riant puis affichant un sourire, elle ne me laissa pas le temps de répliquer en me posant une question.

-D’où viens-tu Natsuki ? D’après ton accent, je dirai que tu es Japonaise …

Elle me mettait vraiment, mais vraiment mal à l'aise. Cette fille analysait un peu trop ma personne. Son regard commençait à me peser lourd. Mais bon, je peux quand même lui répondre à ça.

-Oui, je viens de Kobe.

Sans oublier une réplique mordante, cela va de soi.

-Et non, je ne m'intéresse pas à n'importe qui.

Ce qui voulait dire, à personne, dans mon langage. Je me demandais pourquoi elle restait encore là en ma compagnie. Prenant un air songeur, je cherchais une façon de me débarrasser d'elle. Mais d'abord, il fallait que je sache où je pouvais la trouver pour lui rendre ce bout de tissu. J'avais en horreur d'avoir en ma possession les choses données, je préférais les voler. De plus, il était temps de rentrer au dortoir.

-Dis-moi... Tu es à Terrea depuis longtemps? Et comment cela se fait que tu ne contrôles pas ton pouvoir?

Une grimace se forma sur mon visage en posant cette question. Quel genre d'incapable était cette fille. A part m'insupporter ainsi, elle n'avait rien d'exceptionnel.. Quoi que, elle était dangereuse, et ca, je l'ai sentis sur ma propre peau.

-Il serait temps de rentrer aussi.

Mais pas avant ses réponses, et surtout pas avant que je me rappelle le chemin du retour.
#   Dim 20 Mar 2011 - 16:59
avatar
Invité


-Oui, je viens de Kobe.

Kobe … je n’y étais jamais allée à cause de manque de puissance de la police dans cette région. La plus part des gens s’y trouvant étaient des voyous ou encore des trafiquants.

-Et non, je ne m'intéresse pas à n'importe qui.

Elle ne s’intéresse pas à n’importe qui ? Mais le fait est tel que je l’intéresse … Serais-je donc unique à ma petite Natsuki ? Son ton de voix voulait clairement dire que ce n’était pas le cas, mais le double de sens de sa phrase ne m’échappa pas non plus.

-Dis-moi... Tu es à Terrae depuis longtemps? Et comment cela se fait que tu ne contrôles pas ton pouvoir?

-Il serait temps de rentrer aussi.


Sans que je n’eu le temps de lui répondre directement elle poursuivra en disant qu’il était tard. Effectivement, il devait être facilement deux heures du matin si pas plus. Me relevant en essuyant mon kimono, j’écrasai ma clope sur le sol avant de répondre à sa question.

- On ne contrôle pas directement ce qui est nouveau pour soi, Natsuki. Je suis un feu lunaire, ce qui veut dire que je tire ma puissance de la lune, de la nuit … Mes flammes sont bleues et j’ai déjà remarqué que leurs puissances sont incomparables.

Montrant ma main où j’avais placé un bandage sur mes brulures pour accentuer mes dires, je l’invitais à me suivre en direction des dortoirs tout en continuant à parler.

- Ils m’ont dis que je commencerai à savoir l’utiliser parfaitement d’ici un mois plus ou moins. Mais bon, on ne nous laisse pas toute la capacité du pouvoir non plus, on nous en donne qu’une petite partie à la fois …

Me retournant vers elle, je lui demandais ce qu’était son pouvoir à elle.

- Et toi ? Quelle est ta spécialité ? Le sais-tu déjà ?

Continuant la marche, j’apercevais le dortoir juste devant nous. D’ici un instant … Nous nous quitterons.

#   Dim 20 Mar 2011 - 17:13
avatar
Invité

-On ne contrôle pas directement ce qui est nouveau pour soi, Natsuki. Je suis un feu lunaire, ce qui veut dire que je tire ma puissance de la lune, de la nuit … Mes flammes sont bleues et j’ai déjà remarqué que leurs puissances sont incomparables. 

-Ils m’ont dis que je commencerai à savoir l’utiliser parfaitement d’ici un mois plus ou moins. Mais bon, on ne nous laisse pas toute la capacité du pouvoir non plus, on nous en donne qu’une petite partie à la fois …

Donc c'était ça. Ils nous disaient qu'on peut avoir des pouvoirs, mais ils ne nous laissaient pas les utiliser pleinement de toute façon. Évidement ça devait être pour notre sécurité, mais tout de même, bloquer des pouvoirs. Ils devaient être bien organisés pour gérer ça par rapport à chaque étudiant se trouvant là. Intéressant. De plus comme je m'en doutais, cette fille avait le pouvoir du feu... Le feu, oh oui, cela me restera comme un mauvais souvenir. Mais lunaire? Qu'est ce que cela voulait dire? En plein jour, elle était moins puissance que les jours de lune? Certainement.

-Et toi ? Quelle est ta spécialité ? Le sais-tu déjà ?

Cette question me dérouta. Mon pouvoir? Je n'en avais pas la moindre idée. Mais il allait de soi, que je ne le lui avouerais pas. Les dortoirs se discernaient enfin devant nous. Je pressais le pas, jusqu'à arriver devant l'entrée. Je m'arrêtai ensuite et me tournai vers la dénommée Shizuru.

-Tu le sauras un jour, peut-être.

Laissant échapper un ricanement avant de lui tourner le dos, je levais la manche du kimono.

-Si tu bruleras pas quelque part, je te le rendrai.

Et je m'avançais dans le couloir sombre.
#   Dim 20 Mar 2011 - 17:23
avatar
Invité

-Tu le sauras un jour, peut-être.

Me tournant le dos en se dirigeant vers l’entrée des dortoirs, Natsuki s’arrêtait tout de même pour me faire signe en me montrant le kimono que je lui avais prêté.

-Si tu bruleras pas quelque part, je te le rendrai.

S’enfonçant dans les couloirs sombres du dortoir, je restais devant l’entrée et la regardant partir. Un sourire s’était formé une fois de plus sur mes lèvres, cette fille était vraiment intéressante … Oui, vraiment.

- Ne t’inquiète pas pour moi Natsuki … Nous-nous retrouverons bien plutôt que tu ne le penses. Mais avant tout … Je dois réussir à me contrôler …

J’avais enfin un but, j’allais faire de Natsuki ma chose. Elle allait devenir mienne que ce soit par la force ou non. Les étoiles plein les yeux, je m’enfonçais à mon tour dans le dortoir. Arrivée devant. Ma chambre, j’ouvris la porte et passai le seuil avant de la refermer derrière moi. M’avançant vers mon bureau, je pris mon gsm qui vibrait sans doute depuis un bon moment en vu des appels manqués qui y était affiché.

- Aya-Chan …

Aurais-je la chance d’avoir un nouveau trophée à ma collection ? M’avançant vers la fenêtre, je regardai la lune en laissant échapper un soupir.

- Natsuki … Attend moi …



FIN
 

- Quand le sang coule d'un iceberg -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Parc.