Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Retrouvailles autour d'une table
#   Mer 6 Mar 2013 - 20:15
avatar
Invité

Deux jours après mon initiation, j'était toujours chamboulé par ce qui s'était passé et je préférait ne pas y penser. J'avais finalement a dormir un peu, et donc récupérer un peu d'énergie, mais ce n'était pas vraiment ça.

C'était donc avec le peu d'énergie que je disposait que je me dirigea vers la cafétéria. Par chance, elle n'était que peu rempli, j'aurai donc tout le loisir de manger tranquillement dans mon coin. Je me dépêcha de remplir mon plateau et fila directement m'installer dans un coin, a une table pour deux personnes. J’espérai qu'avec mon allure, personne ne vienne me voir pour s'installer avec moi.

Je commença donc mon repas quand je remarqua au loin quelqu'un qui préparer son plateau mais dont le visage me semblait familier. Après quelques instant je reconnut Fallen, et notre rencontre dans le parc me revint en tête subitement, ce qui me fit rougir. Je continua de manger comme ci de rien était, essayant de me calmer un peu et la suivant en permanence du coin de l'oeil pour voir si elle m'avait vu et si elle allait venir.

HRP : Excuse moi si c'est pas top je me rattraperai sur les suivants x)
#   Jeu 7 Mar 2013 - 12:56
avatar
Invité

[hrp: Désolée, j'ai fait court car j'étais en cours lorsque je te l'ai fait. Puis sincèrement, je voyais pas qu'est-ce que je pouvais rajouter de plus xD]

La rencontre avec Einar au lac était vraiment un bon commencement. Cette bataille de boule de neige et après un petit chocolat chaud au bar avec un shooter au caramel lui ravivait ses désirs d'enfance. Malgré qu'elle ne pouvait revoir sa famille, Fallen était d'humeur enjouée et toute mouillée dû à la neige fondu sur sa petite robe blanche. Ses bottes, trempées elles aussi, faisaient de drôles de bruit "Flic Floc Flic Floc". Ayant quitté son nouvel ami, la demoiselle commençait à avoir faim. Le chocolat chaud lui avait simplement réchauffé son estomac et il était temps de partir prendre de la nourriture consistante. Rentrant donc pour retourner à l'institution de Terrae, la guérisseuse emprunta le hall bondé comme à son habitude et chercha la direction de la cafétéria. Après avoir demandé son chemin à une fille certainement du même âge, celle ci se dirigea enfin vers l'endroit où elle allait pouvoir se restaurer.

Fallen entra et vit quelques personnes. C'était une salle rectangulaire, de taille moyenne, les murs étaient tapissés de ce crépis blanc, des tables en bois avec un mini bar étaient à disposition des élèves. Une dame s'occupait des élèves qui avaient une petite faim en leur proposant des croissants ou des chocolatines. Toute heureuse de sentir le pain chaud, la jeune fille s'empressa d'aller acheter deux croissants et une chocolatine. Une machine à café était juste à côté de la porte. Plaçant son petit déjeuner sur un plateau, elle se dirigea vers la machine et prit un cappuccino bien sucré. Fallen aperçut au fond de la salle une frimousse qu'elle avait déjà vu auparavant. Avec de grands yeux, la demoiselle s'avança et salua son ami Arsax avec un signe de la main. D'une petite voix timide, elle lui dit:

- Bonjour Arsax ! Comment vas tu ? Tu te souviens de moi ? Nous nous sommes rencontrés dans le parc de Terrae. C'était intéressant comme rencontre, non ? Mais … tu as froid ? Tu as le feu aux joues. C'est mignon !

Il était là, assit sur cette table deux personnes, ses cheveux débraillés, ses yeux s'étaient fixés sur l'initiée qui commençait à installer son plateau et son cappuccino à côté. Elle entama son croissant et bu une gorgée de son chocolat. Fallen était toujours dans ses pensées mais tremblait de froid. L'extérieur et l'air frais lui avaient dégourdis les jambes. Elle détourna son regard du petit déjeuner pour lui parler de ces récentes découvertes.

- Hey, tu sais ce matin, j'ai voulu partir au lac pour voir le lever du soleil. Et j'ai fait la rencontre d'une enfant de 12 ans. Il était tout mignon et tout gentil. On a parlé de nos familles, de nos vies, nos goûts, nos envies… Et toi, qu'as tu fais entre temps ?
#   Ven 8 Mar 2013 - 21:21
avatar
Invité

Elle se dirigeait droit vers moi, son plateau à la main. Elle était trempée de la tête au pied, mais ce n'est pas forcement très étonnant vu le temps qu'il fait. Elle me salua d'un signe de la main en arrivant et s'adressa a moi d'une voix timide :

- Bonjour Arsax ! Comment vas tu ? Tu te souviens de moi ? Nous nous sommes rencontrés dans le parc de Terrae. C'était intéressant comme rencontre, non ? Mais … tu as froid ? Tu as le feu aux joues. C'est mignon !

Je rougissait encore un peu plus et lui répondit pendant qu'elle s'installa à la table, prenant l'autre place libre :

- S-Si tu le dit que c'est mignon ... N-Non j'ai pas froid ne t'en fait pas Fallen, car oui je me souvient de toi.

Fallen commença à manger son croissant et bu une gorgé de sa boisson qui semblait être un chocolat chaud. C'était a ce moment la que j'avait remarquer ses tremblements. Elle devait être glacé, en étant mouillé par ce froid, pensai-je. Elle détourna son regard de son déjeuné pour me parler.

- Hey, tu sais ce matin, j'ai voulu partir au lac pour voir le lever du soleil. Et j'ai fait la rencontre d'une enfant de 12 ans. Il était tout mignon et tout gentil. On a parlé de nos familles, de nos vies, nos goûts, nos envies… Et toi, qu'as tu fais entre temps ?

- M-Moi ? Heu ... J'ai rencontré une autre personne qui s’appelait Jack. Il avait pas vraiment l'air sympathique a première vu mais finalement il l'était. Comme quoi il faut pas forcement ce fier aux apparences. Ah et aussi j'ai été initié il y a deux jours maintenant. Je comprend pratiquement pas mon pouvoir encore mais je pense que sa viendra. Et au fait ... Je quitta ma veste pour me retrouver habillé d'un pull a capuche noir et d'un pantalon noir et lui tendu ma veste en rougissant fortement et en tremblant un peu. T-Tu devrai mettre ça. Tu as l'air frigorifié.

Je releva directement la capuche de mon pull sur ma tête. J'avais vraiment trop de timidité pour rester ne serai-ce qu'en pull dans une cafétéria. Mais je pouvais bien me forcer pour une personne proche, qui se disait même être mon "ami". Bien que cette notion restait encore un peu flou à mes yeux.
#   Mar 19 Mar 2013 - 10:55
avatar
Invité

Fallen enfila la veste que lui passa son ami Arsax. Le froid lui engourdissait les mains et les pieds. La jeune femme en profita pour finir son petit déjeuner en quelques minutes. Son estomac avait crié famine toute la matinée. Seule la petite pomme du matin qu'elle avait partagé avec Einar avait été son repas. Cet instant était resté dans sa mémoire, celui d'un matin hivernal, la texture poudreuse de la neige, le chant des oiseaux qui rappelait que le soleil s'apprêtait à illuminer le ciel. C'était tout simplement parfait. La tête dans les nuages, réfléchissant à un sujet sur lequel Arsax et elle pourraient parler tranquillement, la jeune femme détourna la tête en direction de la Dame qui vendait les pains et croissants. C'était une femme un peu enveloppée, surement la quarantaine, des cheveux bonds frisés atteignaient ses épaules. Son visage était rond, de petits yeux bleus avec un sourire aux lèvres constants. Etait-elle heureuse ? Avait-elle eu une bonne nouvelle ? Puis, elle posa son regard sur deux filles qui devaient avoir entre 13 et 15 ans, riant à coeur joie et se racontant des potins.

Puis, ses yeux bleus passèrent sur le visage de son ami. Sa timidité le rendait vraiment craquant. Il n'arrivait pas à contrôler ses pouvoirs. Ce jeune homme semblait vraiment sensible et avec un coeur généreux. La jeune femme pensait qu'il aurait surement un grand avenir. Dans sa tête, elle s'imaginait le fait qu'il soit un preux chevalier secourant sa demoiselle ou encore un héros qui sauverait tout ceux qui auront besoin d'aide. Chez Fallen, tout le monde devrait être bon. Enfin presque. Il arrive que des personnes malsaines finissent par causer des pertes. S'approchant d'Arsax, elle lui caressa les cheveux puis lui fit un baiser sur la joue pour le remercier de son geste.

- J'aime beaucoup ton style vestimentaire Arsax. Dis-moi, ce Jack était si étrange que ça ? Qu'avez vous fait ? Certes, il ne faut jamais se fier aux apparences. Si ça se trouve, une jolie fille peut être la pire des pestes comme la plus aimable et généreuse qui soit. J'irais prendre une douche. Tu m'accompagneras jusqu'à ma chambre après ? Je prendrai deux ou trois affaires pour me changer. Ce petit déjeuner a tout de même réchauffer mon petit être.

Fallen eut un petit rire et caressa la joue d'Arsax pour lui demander si un jour, elle pourrait enlever son bandeau et voir ce qui se cache dessous. C'était sans précaution et sans réfléchir qu'elle lui demanda. A vrai dire, la jeune femme n'arrivait pas à avoir une vraie image de cet homme sans son bandeau. C'était comme un "cache" de censure. Intriguée, elle se demandait même si plus tard, en apprenant à bien manipuler ses pouvoirs, la rêveuse serait capable de lui rendre la vue. Elle lui murmura également ces quelques mots:

- Un jour Arsax, je te promets que je te rendrai le sourire. Je veux voir les gens qui m'entourent heureux. Je compte bien commencer par toi dans le futur.
#   Jeu 21 Mar 2013 - 22:28
avatar
Invité

[hrp : Désolé si c'est un peu long j'ai pas su m'arreter d'écrire x)
Dit moi si tu veux que je change quelque chose ^^]

Fallen enfila ma veste et termina son petit déjeuner. Elle tourna ensuite la tête vers une dame, un peu plus loin. Mais mon regard ne dériva que peu de temps, puis il se posa de nouveau sur la jeune fille en face de moi. Je l'observa pendant tout ce temps. Étrangement d'ailleurs, car mon regard n'arrivait pas a la quitter. Il était comme attiré par elle, et mon coeur battait un peu plus vite que d'habitude. Je me demandait pourquoi d'ailleurs.

Finalement, ses yeux bleues se posa sur mon visage, ce qui me fit immédiatement un peu rougir. Elle m'observa ainsi un court instant, puis elle commença a se rapprocher de moi. Plus elle se rapprochait et plus mon coeur battait vite et fort, plus mes joues s'enflammait. Pourquoi je réagissais ainsi ? Je n'en savais absolument rien. Cela ressemblait a ce que j'avais ressenti durant notre première rencontre, dans le parc.

Arrivé juste a côté de moi, elle caressa mes cheveux et déposa un baiser sur ma joue. Mes joues me brûlais comme jamais et je frissonna intérieurement. Mais ce n'était pas vraiment un frisson de peur ou de répulsion. Non. C'était autre chose, mais je ne saurais dire quoi. A la suite de son geste, elle dit :

- J'aime beaucoup ton style vestimentaire Arsax. Dis-moi, ce Jack était si étrange que ça ? Qu'avez vous fait ? Certes, il ne faut jamais se fier aux apparences. Si ça se trouve, une jolie fille peut être la pire des pestes comme la plus aimable et généreuse qui soit. J'irais prendre une douche. Tu m'accompagneras jusqu'à ma chambre après ? Je prendrai deux ou trois affaires pour me changer. Ce petit déjeuner a tout de même réchauffer mon petit être.

Je voulu lui répondre mais j'était encore trop gêné et chamboulé par ce qui venais juste de ce passer. Et ce n'était pas fini, car juste après avoir prononcé ces mots, elle caressa doucement ma joue. Je frissonna de nouveau. Cette caresse était douce. C'est comme si elle voulais me demander quelque chose en faisant se geste. Elle voulais surement voir ce qu'il y avait derrière mon bandeau.

Étrange. C'était vraiment étrange. D'habitude, dès que je pensait que quelqu'un voulais voir "ça", je le repoussait immédiatement et m'enfuyais. Mais la, c'était comme si. Comme si je pouvais. Elle murmura aussi quelque chose a mon oreille :

- Un jour Arsax, je te promets que je te rendrai le sourire. Je veux voir les gens qui m'entourent heureux. Je compte bien commencer par toi dans le futur.

J'étais sans voix. Mon corps tremblait. Mes joues me brûlais comme si elle étaient coller à un four. Cette phrase. Cette simple phrase venait de chambouler tout mon être. Je voulais dire quelque chose. Mais je ne savais pas quoi dire, et de toute façon les mots étaient bloqués dans ma gorge. Je hocha simplement et doucement la tête, sentant sa main frôler de nouveau ma joue. Je fini rapidement mon petit-déjeuner à mon tour, puis me leva, pris nos deux plateaux et alla les donner aux gens qui s'occupait de les nettoyer, les remerciant au passage. Je retourna ensuite après de Fallen, et tremblant comme une feuille, je tendit une main vers elle pour qu'elle puisse se lever en lui disant à voix basse pour qu'elle seule puisse entendre :

-J-Je ... Je te ... Je te suis ...
#   Sam 30 Mar 2013 - 20:30
avatar
Invité

| Musique |

Spoiler:
 

Dehors le ciel était lumineux, le soleil et ses rayons éblouissaient à travers les vitres du corridor. C'était un matin encore tranquille, sans que personne ne vienne vous déranger. Amatrice des jeux de rêves et de lyrique, la jeune fille commençait à chantonner. Son esprit était ailleurs, bouleversée par quelques images en tête qui lui rappelaient de lointains souvenirs. Au temps en emporte le vent. C'était une douce caresse qu'elle aurait voulu tendre vers le ciel. C'était ce regard plein de joie et de tristesse à la fois, en regardant au travers de ce miroir, ce bleu océan et ces quelques nuages. Voguant à travers cette épaisse brume et cette neige, un froid mordant qui remplissait les poumons et le corps de cette glace qui pétrifie vos muscles. C'était toucher l'intouchable, délivrer une pensée sans crier "garde !". Oui. Quelques mots étouffés dans un murmure qui se dirige dans cet lueur et cette brise hivernale. Le jeu de la vie, le cycle incessant de ce qui doit vivre ou non. Et pourquoi n'existe t-il pas de machine à remonter le temps ? Pourquoi ne pas replonger ses souvenirs dans son "moi" antérieur et lui faire comprendre que telle action engendre telle action. Que son "moi" antérieur puisse changer le cours des choses. Mais hélas, ce ne sont que de douces illusions. Tout humain aimerait sauver la personne chère à son coeur, éviter que telle action ne se produise. C'est comme tout ces "et si ..." que chaque personne suppose. C'est toujours aussi beau, l'Homme pense et se croit intelligent. Cependant, par cette intelligence qui n'est que poison, il se détruira. Non. Il détruira le monde. Et ce monde, c'est nous. C'est notre avenir, notre futur. Et nous, Homme de notre temps, nous devons agir en conséquence. Penser à ce qu'il adviendra et éviter de faire toutes ces conneries. Pourquoi tant de haine ? Pourquoi tant de mépris ? C'était comme jouer un rôle à la troisième personne, devenir son "sims". Qui nous guide ? Avons-nous déjà un choix tout tracé ?

Ne disant aucun mot, la jeune femme continuait sa route en chantonnant une chanson triste, seule dans sa bulle, rêvant d’agonie et d'amertume. Le temps nous manque. Et si nous pouvions revenir en arrière, que ferions-nous ? Changerions-nous le monde ? Il deviendrait ainsi un autre univers et notre autre "moi" du futur qui nous avait prévenu resterait dans son monde mais aurait changé son "moi" antérieur qui aura créer ainsi un autre avenir, un autre chemin, un autre univers. Réfléchissant de plus en plus, la jeune femme désirait à tout prix écrire. A tout prix s'exprimer par des mots et sortir toutes ces pensées de sa tête. Et tout ça, personne ne le saurait. Seule elle, protagoniste de sa propre existence saura. Pourquoi ne peut-on blâmer le monde sans recevoir de coups ? Alors restons silencieux et le monde finira par s'écrouler. Autant éclaircir les choses quand les Hommes seront plus aptes à comprendre l'univers. Mais les sentiments sont choses difficiles, tel du poison. Il nous tue. L'amour, la haine nous tuent. Si nous n'étions que des mammifères incapable de penser, nous serions comme ces animaux qui vivent pour leur survie sans penser à ce qu'il se passe à l'autre bout de la Terre. C'était un jour différent. Oui. Différent. Aujourd'hui, Fallen prenait conscience que personne ne sera tranquille. Que quoi qu'il arrive, ça devra arriver. Ces "et si..." disparaitront en même temps que l'humanité. Pourquoi penser cela maintenant ? En fait, en y réfléchissant bien ...

- Arsax. Il faut que je te dise quelque chose ...

Elle lui prit la main et l'emmena jusqu'à sa chambre d'un pas forcé, le regard ailleurs, comme si elle venait de perdre toute conscience de ce qu'elle faisait. Les Hommes perdent la tête. Ils deviennent fous lorsqu'ils pensent trop. Les scientifiques pensent trop, les littéraires pensent trop, les dictateurs pensent trop, les politiciens pensent trop ... Penser et agir sont deux choses totalement différentes. Alors c'est comme ça qu'on entreprend les choses. On finit par perdre raison et de prendre des décisions, parfois irréversibles. C'est comme ça que Fallen voyait les choses. Et maintenant, qu'allait-il se passer ? Elle emmena Arsax dans sa chambre, ferma la porte et poussa un gros soupir. Aucun son. Aucun mot. Aucun pas. Que se passait-il ? Une atmosphère trop silencieuse. On n'entendait que la faible respiration de nos deux protagonistes. Soudain, un pas. Puis un autre. Pous enfin placer ses mains contre le corps d'Arsax, la tête baissée s'appuyant contre son torse. D'un murmure à peine audible, ce fut ces quelques mots.

- Il faut savoir, parfois oser.
#   Sam 30 Mar 2013 - 21:06
avatar
Invité

Nous marchions, seuls tout les deux, dans le corridor. Les rayons du soleil qui traversaient les vitres éclairait notre chemin. Aucun mot ne fut prononcer durant le chemin. Juste Fallen qui chantonnait un air, plutôt triste d'ailleurs. Elle semblait pensive, ailleurs. Notre marche continua ainsi pendant quelques temps encore, jusqu’à ce que Fallen brise le silence

- Arsax. Il faut que je te dise quelque chose ...

Elle attrapa ma main et commenca à marcher d'un pas forcé vers sa chambre, toujours en silence. Je la suivis. Mais son attitude commencait à m'inquiéter un peu. C'était-il passé quelque chose de grave ? Peut-être ne pourrait-il plus se voir. Rien qu'en pensant à cela, j'eus comme une douleur dans le coeur.

Nous entrions dans sa chambre. Elle referma la porte et poussa un long soupir. Puis plus rien. Tout était silencieux. Finalement elle fit un pas vers ma direction. Puis un deuxième. Elle posa finalement ses mains sur moi, et appuya sa tête baissée sur mon torse. Elle murmura quelques mots qui brisa finalement le silence.

- Il faut savoir, parfois oser.

Je la regardait, et c'était comme si ma timidité venait de s'envoler. Je l’enlaça doucement avec l'un de mes bras tandis qu'avec l'autre, je souleva doucement son visage tout en rougissant, afin de lui parler d'une voix a peine audible.

-Tu as quelque chose sur le coeur non ? Je suis la. Tu peut m'en parler si tu le désir. Oui tu as raison, il faut parfois savoir osé.

Je me recula alors, doucement. Je porta mes mains a l'arrière de ma tête, et, maintenant mon oeil droit fermé, je détacha doucement mon bandeau et le pris dans la main gauche. Je la regardait de mon oeil gauche tandis que je rougissait encore un peu plus. Puis, doucement, j'ouvris mon oeil droit, afin de lui révélé un oeil rouge, avec l'iris d'un violet foncé autour de la pupille.
#   Dim 31 Mar 2013 - 13:03
avatar
Invité

| Musique |

Spoiler:
 

Un geste. Un simple petit geste et une vérité éclate au grand jour. Elle ne pensait pas à une telle action de sa part. C'était comme se dévoiler, être mis à nu. La jeune femme devait surement être la seule à savoir ce qu'il se cachait sous ce bandeau. Un oeil, si beau. D'une couleur peu ordinaire. C'était comme un rubis qui éclatait de toute sa splendeur face à la lumière. Tel un joyaux, précieux qu'on aimerait posséder. C'était ce geste qui rendit la scène si parfaite. Sans un mot et avec surprise, Fallen s'avança. Son visage se rapprochant de son ami. Parlant à voix basse pour que personne hormis Arsax ne puisse l'entendre :

- Ton regard est incroyable. Un tel joyau, si précieux. Tu m'étonnes que tu ne montres pas cet oeil. Des gens auraient aimés le posséder. A t-il quelque chose de spécial ? Renferme t-il un démon ? Est-il ... Tellement de question. Est-ce de naissance ? Peut être as tu une famille de sorciers. C'est complètement fou. J'aime ce regard. Arsax, c'est une vrai attraction ce que tu viens de me montrer. Ne t'inquiètes pas, je ne vais pas te l'arracher de ton corps. Mais le cacher, c'est tout de même dommage. Tu as du charme et ce regard te rend ... intriguant. Tu es hors du commun et c'est ça qui fait toute la différence.

Elle poussa un soupir et s'asseya sur son lit, tapotant à côté d'elle pour inciter son jeune ami à faire de même. Sa chambre était baignée de lumière, sa petite table de chevet à côté de son lit avec un livre nommé "Le dragon du ciel". Juste en face, à côté de la porte, il y avait une table avec papiers, livres et encrier. Son journal était ouvert, encore page blanche. Il serait temps de poser quelques notes à l'intérieur. Histoire de montrer son existence et se délivrer.

- Je n'ai rien. Je vais bien. Juste que je pose trop de questions à moi même. Je n'ai pas trouvé de personne pouvant me comprendre. Hormis ma famille. Je n'ai jamais eu de petits copains. J'ai vécut dans une famille incroyable, charmante et toujours présente. Je m'entends avec mes parents et mes frères que je compte protéger toute ma vie. Voilà tout. Et je repense à ma contrée, là où nous vivions dans un monde de paix. Terrae est tout de même bien différent du lieu où j'étais.

Elle ferma les yeux puis se tapota la joue. Se levant, elle alla dans sa commode et chercha un sweat avec un jean et des sous vêtements. Prenant une serviette et du shampoing, Fallen s'apprêtait à aller prendre sa douche. Elle baissa la tête, posa ses habits sur le lit et attendit. Un silence. Un temps. D'un coup de vent, ses mains tenaient la tête d'Arsax, ses yeux bleus dans ceux du jeune homme. Une question.

- Que comptes-tu faire ?
#   Dim 31 Mar 2013 - 14:00
avatar
Invité


Elle semblait émerveillé par mon oeil. Elle le regardait avec attention. Evidemment, cela devait être la première fois qu'elle voyais un oeil comme celui-ci. Silencieusement, elle s'avanca, son visage se rapprochant du mien. Elle me parla alors à voix basse.

- Ton regard est incroyable. Un tel joyau, si précieux. Tu m'étonnes que tu ne montres pas cet oeil. Des gens auraient aimés le posséder. A t-il quelque chose de spécial ? Renferme t-il un démon ? Est-il ... Tellement de question. Est-ce de naissance ? Peut être as tu une famille de sorciers. C'est complètement fou. J'aime ce regard. Arsax, c'est une vrai attraction ce que tu viens de me montrer. Ne t'inquiètes pas, je ne vais pas te l'arracher de ton corps. Mais le cacher, c'est tout de même dommage. Tu as du charme et ce regard te rend ... intriguant. Tu es hors du commun et c'est ça qui fait toute la différence.

Elle poussa un petit soupire et s'assis sur son lit, tapotant à côté d'elle pour m’inciter à la rejoindre. Je m'assis donc à ses côtés, et pris la parole d'une voix basse et calme.

-Cet oeil n'es pas naturel, loin de la. Un démon ? Oui on pourrais dire les choses comme cela ...

Je laissa ma phrase en suspends, et pris le temps d'observer sa chambre. Elle étais ordonné, chaque chose avait sa place. La lumière qui passait par la fenêtre baignait la chambre de lumière. Devais-je lui dire ? Allait-elle fuir en sachant la vérité ? Ces deux questions me trottait dans la tête. Sa réaction à la vue de mon oeil me revint en tête. Non, elle ne fuira pas. J'en suis sur. Elle reprit alors la parole.

- Je n'ai rien. Je vais bien. Juste que je pose trop de questions à moi même. Je n'ai pas trouvé de personne pouvant me comprendre. Hormis ma famille. Je n'ai jamais eu de petits copains. J'ai vécut dans une famille incroyable, charmante et toujours présente. Je m'entends avec mes parents et mes frères que je compte protéger toute ma vie. Voilà tout. Et je repense à ma contrée, là où nous vivions dans un monde de paix. Terrae est tout de même bien différent du lieu où j'étais.

Elle se leva alors après s'être tapoté la joue. Elle prit des affaires pour se changer, ainsi que des affaires de toilettes. Elle baissa la tête et posa ses affaires sur son lit. Un petit moment passa ainsi dans le silence. Ce fut l'affaire d'un instant. Elle attrapa doucement mon visage avec ses mains et, plongeant son regard dans le mien, me posa une question. Une seule.

- Que comptes-tu faire ?

Je rougissait tandis que je posais ma main gauche sur une de ses mains qui tenait mon visage et que je posais doucement ma main droite sur sa joue. Je lui répondit alors de manière calme et douce, ce qui m'étonna moi-même.

-T'aider. Tu te pose trop de question ? Pose les moi, et je t'aiderai à y répondre du mieux que je peut. Personne ne te comprends ? Alors laisse moi le temps. J'apprendrais à te connaitre et à te comprendre.Je te fait confiance. Et je pense que tu peut aussi me faire confiance. Pour te répondre. Mon oeil n'es pas naturel. On pourrais dire qu'il renferme un démon. Si tu le souhaite, je peut te raconter son histoire.

Je la regardait dans les yeux moi aussi, armé d'une détermination que je n'avais jamais connu alors. C'est étrange. Quand je lui parlais ainsi, je sentait que j'étais capable de tout. Je voulais vraiment l'aidé, plus que tout autre personne. Je voulais être la pour elle. Quoiqu'il arrive. Peut-être était-ce cela ... L'Amour ?
#   Dim 31 Mar 2013 - 17:30
avatar
Invité



Citation :
- T'aider. Tu te poses trop de question ? Pose les moi, et je t'aiderai à y répondre du mieux que je peux. Personne ne te comprends ? Alors laisse moi le temps. J'apprendrai à te connaitre et à te comprendre. Je te fais confiance. Et je pense que tu peux aussi me faire confiance. Pour te répondre. Mon oeil n'est pas naturel. On pourrait dire qu'il renferme un démon. Si tu le souhaites, je peux te raconter son histoire.

Fallen lui posa un regard attendrissant, baissa la tête avec un petit rire. S'asseyant à ses côtés, elle finit par penser à des choses bien. Sentant en elle un grand espoir et une immense joie. C'était comme si, ce qu'elle désirait allait se produire. Qui était ce Arsax ? Était-il vraiment celui qu'il prétendait être ? Mais au fond, la demoiselle sentait qu'elle pouvait lui faire confiance. Était-ce le bon jour pour tout avoué ? elle s'étendit de tout son long sur son lit, à la verticale, les bras derrière sa tête en regardant le plafond.

- Tu vois. J'aime le jour et la nuit. Je me contredis souvent. Je me posais des questions sur le Monde. Où est-ce qu'il nous mènera ? Je n'ai pas pu sauvé ma meilleure amie. Je n'étais pas là. Je n'ai pas pu être là. Tu imagines la possibilité si nous pouvions revenir en arrière ? Le seul bémol, c'est que nous modifierions notre futur. Nous détruisons notre monde à cause de nos sentiments. C'est ce qui nous rend fort et dangereux. Nous ne pouvons défier la Nature. Nous sommes des êtres avancées mais parfois, il y a des limites que nous ne devrions pas franchir. Et parfois, certains deviennent fous. Je crois que je sombre dans la folie. Mais ça passera. J'ai eu un moment de folie dans le couloir. Une peur. Et j'ai voulu osé. J'ai osé t'approcher. Moi. Qui n'ai jamais approché un homme de cette manière. Je m'en excuse si cela t'as provoqué une gêne. Le feu de tes joues me rend sensible, tu sais ...

Elle eut un grand sourire et pensait à toutes ces choses qui se passeraient. Ce n'était que le début de cette grande mésaventure, Terrae. Sa vie allait complètement changé. Le fait de pouvoir rencontrer de nouvelles personnes, être loin de sa famille permet aussi de se forger son propre caractère et se construire. Fallen se senti vivre, en cet instant. Elle inspira un grand coup et restait là, allongée à se demander quel sera son parcours. Initiée Air, guérisseuse. C'était sa voie.

- Il faudrait que je m'entraîne pour mon pouvoir. Je devrais pouvoir guérir des blessures. Je pense que je testerai d'abord sur moi. Par exemple quelques coupures et je testerai mon pouvoir afin de le maîtriser. Après je testerai sur des personnes. Qu'en penses tu ? Est-ce une bonne solution ? Bon alors. Raconte moi ton histoire. Je t'écoute, les yeux fermés pour me concentrer sur tes mots et éviter que mon esprit de vagabonder dans les méandres de mes souvenirs.
#   Dim 31 Mar 2013 - 18:04
avatar
Invité

Fallen me fit un regard attendrissant puis baissa la tête avec un petit rire. Elle s'assit à mes côtés, l'air un peu pensive, avant de s'allonger à la verticale, les bras au dessus de sa tête. Son regard était posé sur le plafond et le mien, sur son visage.

- Tu vois. J'aime le jour et la nuit. Je me contredis souvent. Je me posais des questions sur le Monde. Où est-ce qu'il nous mènera ? Je n'ai pas pu sauvé ma meilleure amie. Je n'étais pas là. Je n'ai pas pu être là. Tu imagines la possibilité si nous pouvions revenir en arrière ? Le seul bémol, c'est que nous modifierions notre futur. Nous détruisons notre monde à cause de nos sentiments. C'est ce qui nous rend fort et dangereux. Nous ne pouvons défier la Nature. Nous sommes des êtres avancées mais parfois, il y a des limites que nous ne devrions pas franchir. Et parfois, certains deviennent fous. Je crois que je sombre dans la folie. Mais ça passera. J'ai eu un moment de folie dans le couloir. Une peur. Et j'ai voulu osé. J'ai osé t'approcher. Moi. Qui n'ai jamais approché un homme de cette manière. Je m'en excuse si cela t'as provoqué une gêne. Le feu de tes joues me rend sensible, tu sais ...

Elle fit un grand sourire. Elle s'en voulais de ne pas avoir sauvé son amie. Mais elle n'y pouvais rien. "On ne peut pas changer le passé. Juste vivre avec et essayer de ne pas reproduire les même erreurs.

- Il faudrait que je m'entraîne pour mon pouvoir. Je devrais pouvoir guérir des blessures. Je pense que je testerai d'abord sur moi. Par exemple quelques coupures et je testerai mon pouvoir afin de le maîtriser. Après je testerai sur des personnes. Qu'en penses tu ? Est-ce une bonne solution ? Bon alors. Raconte moi ton histoire. Je t'écoute, les yeux fermés pour me concentrer sur tes mots et éviter que mon esprit de vagabonder dans les méandres de mes souvenirs.

Elle voulais s'auto-blesser pour s’entraîner ... Alors que je venait juste de lui proposer mon aide. Je refusait qu'elle se blesse. Je ne pouvais pas la laisser faire.

-Je vais te raconter mon passé. Je te demanderai juste de ne rien dire avant la fin de mon récit. Alors voilà. Je vivais dans un pays avec mes parents. Tout se passait bien. Jusqu'à l'âge de mes 8 ans. J'ai été enlevé par des scientifiques sous les yeux de mes parents qui n'ont rien fait pour les en empêcher. J'ai été amené dans un laboratoire, et j'y ai subit, jour après jour, des expériences. C'est comme cela que mon oeil est devenu ce qu'il es. Puis un jour, il y eu un problème. Une explosion rasa entièrement le laboratoire. J'étais le seul survivant. C'est à ce moment la que le master est apparu.

Je la regarda alors droit dans les yeux. Mes muscles, qui s'étaient crispés durant tout le long de mon récit, se calmèrent. Regarder Fallen m’apaisais. Je me sentais serein. Je m’allongea à côté d'elle, sur le côté, et pris doucement une de ses mains entre les miennes avec le feu aux joues.

-T’entraîner à utiliser ton pouvoir est une très bonne idée. Mais. S'il te plait. Ne te blesse pas volontairement. J'ai dit que je t'aiderai non ? Mon corps est déjà meurtri. Utilise le. Je suis prêt à t'aider. Pour ton amie. Je suis vraiment désolé pour toi, mais tu n'y pouvais rien. Tu n'étais pas avec elle. On ne peut pas changer le passé. Mais on peut en tirer une leçon et éviter de refaire la même erreur par la suite. Je ne pense pas que ton amie serai heureuse en te voyant tourmenté ainsi. Le mieux que tu puisse faire et d'accepter ce qui c'est passé et de continuer à vivre comme tu était lorsqu'elle était encore de ce monde.

Je sentais mes joues qui me brûlais et mon coeur qui battait la chamade. Je la regarda alors dans les yeux de manière rassurante et même, ce qui m'étonna moi même, protectrice.
#   Dim 31 Mar 2013 - 19:30
avatar
Invité


Se sentir à l'abandon. Croire que l'on se sentirait sauver et comprendre que personne ne viendra vous cherchez. Ce devait être une dure épreuve pour Arsax. Le fait que ses parents ne l'ai même pas aider rend l'histoire encore plus triste. Des expériences ? Fallen se demandait bien quelles genre de choses avait pu subir son ami. Il l'a rassura également sur le fait que le passé restera le passé. Que les erreurs ne se reproduiront pas. Il se posa à ses côtés et prit la main de la jeune fille entre les siennes. Un élan de tendresse soudain qu'elle ne s'en rendit pas compte sur l'instant. Ne sachant pas trop quoi penser, elle regardait cet homme avec ce regard de braise puis se releva, lâchant la main de son ami. Par la suite, elle n'hésita pas un seul instant. La rêveuse se posa sur Arsax, rougissant et agrippant les poignets d'Arsax.

Une chaleur. Un boum boum dans le coeur. Qu'était-ce ? Qu'allait-il advenir ? Recommençons ces "et si". Erreur ou bonne voie ? Quel était ce chemin sur lequel elle s'aventurait. Pas d'insistance. Pas de brûlure. Il n'y a que les flammes qui réchauffent, ces flammes qui brûlent son âme. Qui effleure d'une main attendrissante le visage de celui pour qui, il allait se passer quelque chose, certainement. Une envie. Décuplée par mille, en cet instant. Magique et lyrisme sont les mots attribués à cette scène de conte de fée. Fallen n'avait jamais ressenti ce sentiment. Une voix à l'intérieur l'interpella. Une voix qui n'était pas la sienne. Une voix qui lui disait "vas y, ne te retiens pas !".

Choc. Bouleversée. La jeune femme n'avait jamais entreprit un tel acte envers un mâle. son bandeau de côté, cet homme dégageait un charisme fou, ses cheveux blancs ondulaient sur le lit. Et ce Rubis qui lui donnait cette obsession, celui de le posséder ou bien d'être posséder. Lui ou l'oeil. Un démon ? Avait-il une double personnalité ? Sa robe avait un peu séché, elle ne sentait plus le froid de l'hiver sur son corps mais bien une chaleur immense qui la submergeait. Quel était ce sentiment ? Était-ce réel ? Trop de questions, encore. Ses jambes étaient de chaque côté du corps d'Arsax. Retirant son écharpe, celle que sa mère lui avait tricoté, celle ci la posa sur le côté. Fallen rapprocha son visage d'Arsax, ses lèvres non loin des siennes. Ce serait tellement doux. Et d'un coup, prit un oreiller et le balança dans la tête du jeune homme.

- Que croyais-tu mon jeune ami ? Il n'est pas si aisé de m'obtenir. Prouve-moi que tu es loyal et sincère et nous verrons après. Pour le moment, faisons une bataille de polochon !

Fallen se retira du lit, polochon en main et le secoua dans tous les sens en évitant de renverser les livres et son encrier sur le bureau. Riant de cette situation qu'elle trouvait amusante. Le fait de jouer à une bataille de polochon pouvait rendre plausible le fait qu'elle aurait chaud. Afin d'éviter de lui montrer cette forte attirance. Cependant, elle rappela à Arsax qu'elle devait aller prendre une douche et éviter d'attraper un quelconque rhume. Et dans un murmure presque inaudible, elle se murmura à elle même "Me rejoindras-tu ?"
#   Dim 31 Mar 2013 - 20:51
avatar
Invité

Fallen se releva en lâchant ma main. L'instant qui suivi, elle se posa sur moi les jambes de chaque côté de mon corps, tout en agrippant mes poignets tout en rougissant. Je rougissait aussitôt et la regardait, surpris. Mon coeur tambourinait dans ma poitrine, mes joues me brûlais. Elle rapprochais lentement son visage du mien, et plus elle se rapprochais, plus une envie grandit alors en moi. Elle retira son écharpe et la posa sur le côté. Qu'allait-il se passer ? Elle rapprocha son visage jusqu’à ce que nos lèvres soit très proche les unes des autres. Encore un peu, juste un peu plus, me dis-je à ce moment. A ce moment la, je reçut un polochon en pleine tête.

- Que croyais-tu mon jeune ami ? Il n'est pas si aisé de m'obtenir. Prouve-moi que tu es loyal et sincère et nous verrons après. Pour le moment, faisons une bataille de polochon !

Fallen se releva alors du lit, polochon en main et le secoua dans tout les sens, signe qu'elle était prête à ce battre. J'attrapa le premier polochon que je trouva et me leva à mon tour. Un léger sourire amusé se dessina alors sur mes lèvres, sans que je ne m'en aperçoive. Elle me rappela qu'elle devait quand même aller prendre une douche, mais je ne fit pas attention. Je l'attaqua directement avec mon polochon, mais gentiment. Si la bataille durait, j'aurai une excuse pour ma rougeur permanente. Je lui donna donc quelques coups. Et j'en reçut quelques uns en échange.

Commençant à être un peu essoufflé, je décida d'attaquer sérieusement. Je l'accula jusqu'au bord de son lit, avant de lui donner un grand coup de polochon qui la fit tomber en arrière sur le lit. Je fit mine de trébucher au même instant, et je retomba juste au dessus d'elle. Je la regardai dans les yeux, et mon coeur se mit a battre la chamade de nouveau. Ses affaires de toilettes et de rechange était posé juste à côté, et mon regard dériva inconsciemment entre ceux-ci et Fallen, tandis qu'un très léger sourire se dessinait sur mes lèvres.
#   Dim 31 Mar 2013 - 21:44
avatar
Invité


La bataille de polochon avait fait rage. C'était avec une hardeur sans pareil que nos deux protagonistes échangeaient des coups de coussins. Ils étaient restés quelques instants ainsi à rigoler et se chamailler. C'était ces petits moments si précieux de la vie qu'on n'oublie jamais car ils vous marquent. Fallen commençait à s’essouffler. Elle lâcha son attention et ce fut fatal. Arsax asséna un coup qui la bouscula jusqu'au lit, celui ci vint au dessus d'elle. Il tourna un peu son regard puis reposa ses yeux sur ceux de la rêveuse. Ce petit jeu les amusait. C'était intéressant et intriguant de voir deux jeunes adultes se pousser à bout avant de savoir qui fera le premier pas. Si il y en aura un. Elle caressa les cheveux de celui pour qui elle en pinçait. Était-ce le destin cette rencontre au parc ? Qui aurait crû que cela aurait amené jusqu'à sa chambre, l'un sur l'autre, à se lancer des jeux de regard. Ce regard qu'elle pourrait admirer sans cesse car la jeune femme en était tombée amoureuse. Mais elle avait peur. Peur de perdre la raison. Elle même y avait pensé tout à l'heure dans le couloir. Les sentiments sont la perte du monde. La folie viendra la toucher. C'était avec une telle envie qu'elle voudrait lui mordre les lèvres, goûter sa peau, sentir son odeur... Puis elle regarda ses vêtements juste à ses côtés et soupira.

- Bon. Il doit être aux environs de 11h30, il faut vraiment que j'aille me laver mon Arsouille. Ce n'est pas tout ça mais le contact du chaud et du froid avec la robe, même si elle a séché, m'a rendu un peu... uhm .. fiévreuse. Une bonne douche me fera le plus grand bien. Est-ce que tu peux m'indiquer où se trouve les douches ? Je ne sais pas du tout où est-ce que ça se situe.

Fallen toucha le corps du jeune homme du bout des doigts, le repoussa gentiment avec un clin d'oeil et prit les affaires qui étaient posés sur son lit, bien entassés. Il fallait absolument qu'elle puisse être en sa compagnie un maximum de temps. Au fond, la jeune fille ne voulait pas se séparer de lui et passer le plus clair de son temps en sa compagnie. C'était un homme vraiment attachant. Plein de bonté et le coeur généreux. Sur le moment, elle lui passa son bandeau et toussa un peu.

- Tu vois ! Je vais être malade si ça se trouve. Dis moi Arsax, tu comptes faire quoi dans l'après midi ? Je pense qu'après le repas je vais aller m’entraîner à utiliser mon pouvoir. J'irais seule. J'en profiterais pour méditer. Mais je ne resterai pas des heures. Et vers 19h j'ai un rendez-vous ... Tu sais, tu me plais. Beaucoup. J'ai envie de partager pleins de choses. Oh. Voilà. Maintenant je me confie.

Elle ronchonna un peu et commença par partir en ouvrant la porte. Attendant que le jeune homme l'accompagne pour lui montrer le chemin des douches. Vérifiant si elle avait tout, hochant de la tête une fois la vérification, celui ci prit les devants.
#   Dim 31 Mar 2013 - 22:21
avatar
Invité

Fallen caressa mes cheveux. Nous restâmes ainsi quelques instants. Plus le temps passait, plus je me disais qu'elle aussi devait ressentir quelque chose envers moi. Cela se voyait dans son attitude joueuse, et dans ses gestes. Elle regarda finalement ses affaires à côté d'elle puis soupira.

- Bon. Il doit être aux environs de 11h30, il faut vraiment que j'aille me laver mon Arsouille. Ce n'est pas tout ça mais le contact du chaud et du froid avec la robe, même si elle a séché, m'a rendu un peu... uhm .. fiévreuse. Une bonne douche me fera le plus grand bien. Est-ce que tu peux m'indiquer où se trouve les douches ? Je ne sais pas du tout où est-ce que ça se situe.

Je rougissais aussitôt. "Mon Arsouille" ? Drôle de surnom ! Enfin, si elle veut m’appeler comme cela ... Je ne dirai pas non. Elle toucha mon corps du bout des doigts, avant de me pousser gentiment avec un clin d'oeil. Elle prit ses affaires et mon bandeau, qu'elle me donna en toussant un peu.

- Tu vois ! Je vais être malade si ça se trouve. Dis moi Arsax, tu comptes faire quoi dans l'après midi ? Je pense qu'après le repas je vais aller m’entraîner à utiliser mon pouvoir. J'irais seule. J'en profiterais pour méditer. Mais je ne resterai pas des heures. Et vers 19h j'ai un rendez-vous ... Tu sais, tu me plais. Beaucoup. J'ai envie de partager pleins de choses. Oh. Voilà. Maintenant je me confie.

Je rougissais aussitôt tandis qu'elle fit mine de ronchonner un peu et partit devant pour ouvrir la porte. J'en profita aussitôt pour prendre un papier et un crayon afin de lui noté le chemin jusqu'à ma chambre, notant dans un coin qu'elle pouvait venir quand elle le souhaitait pour discuter tandis que je lui répondait.

-Moi ? Je n'ai rien de prévu pour cette après midi. Je ne sais vraiment pas ce que je ferai.

Je laissa le papier sur un coin de son bureau, remit mon bandeau en place et pris les devants afin de lui montrer le chemin des douches.

Finalement arrivé au niveaux des douches. Je la regardait, un air attristé se dessina alors son mon visage. Je ne voulais pas la quitter de si tôt. Il fallait que je lui dise. Mais je n'y arrivais pas. Cela m'était impossible. Je me résigna donc à espérer qu'elle le fasse.

-Bon et bien ... Voilà. Tu sait Fallen. Tout à l'heure, tu as dit être en train de sombrer dans la folie. Je ne pense pas que se soit le cas. Tu te pose juste des questions que bien peu de gens se posent. Je ne pense pas que l'on doit de qualifier de "folle". Selon moi, tu as ta propre façon de penser, et c'est ce qui fait ta singularité.
 

Retrouvailles autour d'une table

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Cafétéria.
Aller à la page : 1, 2  Suivant