Partagez | 
Amies ou rivales ? Tel est la question.
##   Jeu 7 Mar 2013 - 13:50

Personnage ~
► Âge : 16 ans (Et non je ne suis pas PETITE !!)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 207
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 20
Emploi/loisirs : En train de jouer avec le paratonnerre de l'institut
Humeur : Pétillante !

Depuis ce matin, je maudissait mon prof de français. Quelle idée, non mais quelle idée il avait celui là de nous faire étudier la poésie, la seule chose au monde que je ne peux pas supporter ! Je n'avais rien comme la littérature. Bien au contraire, j'adore lire. Mais la poésie, déjà le principe de la poésie était totalement bête. Comme si ça ne suffisait pas de se creuser la tête à écrire un texte, en plus il fallait faire des rimes ! Et en alexandrin s'il vous plait. Vraiment je ne comprenais vraiment pas ce genre là. Peut être que tout simplement il n'y avait RIEN à comprendre. En tout cas, tout ce que je savais c'est que mon prof avait demandé à toute la classe d'acheter un roman de notre choix écrit en alexandrin. Et donc ce matin, je devais aller à la bibliothèque pour acheter ce satané bouquin. Alors maintenant m'y voilà.
J'entra dans la bibliothèque. La salle était assez impressionante de par sa grandeur que par ses étagère en bois massifs où étaient entreposés et centaines de milliers de livres de toutes les tailles et de toutes les couleurs. Cette bibliothèque était un véritable labyrinte. Alors pour éviter de me perdre, l'alla demander le "rayon" des oeuvres poétiques. On aurai dit que le rayon faisait des kilomètres de long. Trouver un livre à peut près intéréssant n'allais pas être facile avec tous ces bouquins différents. J'étais encore en train de chercher un livre qui pourrait m'intérésser quand j'entendis quelqu'un qui montait le ton, limite il ou elle commençait à hurler. Et franchement, c'était assez énervant quand on pense que dans une bibliothèque, la dernière chose que les gens aimerait entendre, c'est entendre quelqu'un gueuler. Je me rendis compte que cette personne était de l'autre coté de "mon" étagère. La personne n'avait pas l'air de vouloir se calmer et n'arrêtait toujours pas de s'égausiller pour une raison que j'ignorai complètement. Eh bien je vais aller la calmer moi. Je me dirigea aussitôt vers la source du bruit et contourna mon étagère pour voir ...

(Désolée du retard, mais avec le début des cours j'ai pas trop eu le temps. Si tu n'a pas d'idée pour rep, je peux te rajouter quelques lignes pour t'aider)



Chibi Aki ♥:
 

##   Dim 31 Mar 2013 - 15:02
avatar
Invité


Une journée avait commencé sur Terrae. Nuy avait rencontré Alicia, une jeune fille charmante aux cheveux bouclés. C'était vraiment fascinant de voir de nouveaux paysages, de nouveaux visages et pouvoir établir peut être un nouveau monde. Un nouvel Ordre au sein de cette communauté d'élèves plus ou moins jeunes. Il faut un Délégué suprême. La demoiselle serait heureuse de pouvoir accomplir une telle prouesse. Étant fille d'une grande lignée aristocratique, tout était faisable. Ne manquant pas d'argent, la jeune fille se demandait si elle pourrait aider l'établissement et créer des groupes d'étudiants. Une idée comme une autre. Au fond, qu'est-ce qui l'en empêchait ? Mais avant tout, il faut se faire connaitre. Nuy devait écrire tout ça sinon elle risquerait de l'oublier. Après avoir fait une balade avec Alicia, elle retourna dans sa chambre.

[...]

Froid, silencieux, des livres étaient éparpillés sur son lit. Il fallait qu'elle les range. Sortant de ses diverses valises quelques habits, livres, maquillage et des dossiers. Il ne fallait pas oublier de travailler même pour la Demeure Aisling. Ses parents étant souvent absent, Nuy devait régler des affaires importantes. Une fois terminé, elle se posa, prit un bout de parchemin et écrit de sa belle plume ce qu'elle désirait entreprendre. Ce ne serait pas une mince affaire mais être délégué suprême pourrait être envisageable. Ainsi, Nuy écouterait les problèmes des uns et des autres, tenterait de les résoudre et deviendrait populaire. C'est alors qu'elle établira son plan de créer un Ordre en établissant des règles. Pourquoi pas. Seulement, l'aristocrate manquait d'informations sur Terrae et cette école. Il fallait se procurer des livres à la bibliothèque. Y avait-il une bibliothèque à l'école ? Assez grande pour pouvoir étudier de fond en comble l'univers dans lequel la jeune fille se trouvait ?

Une fois à l'accueil, Nuy posa la question concernant une bibliothèque. La femme lui indiqua la route qui emmenait au village de Terrae. La jeune femme prit un sac à main, une ombrelle et passa la cour pour prendre un long chemin jusqu'au village. Il semblait ne pas y avoir de moyens de locomotions. Pas de cheval, pas de voitures. Quel était ce monde ? Anti pollution ? En tout cas, avec ses chaussures à talon, les maux de pieds commencèrent. Une fois à destination, la jeune femme se tenait là, devant une grande porte massive, la bâtisse de pierre semblait s'étendre au loin. Les connaissances dont elle voulait s'acquérir se tenaient surement à l'intérieur. Entrant, la tête haute et un large sourire, Nuy passa les portes. Grand. Intéressant. Et poussiéreux. Voilà les mots qu'avaient en tête notre aristocrate. Interpellant un petit homme barbu, le teint grisâtre et en tenu noir, Nuy demanda :

Nuy - Excusez-moi. Pourriez-vous m'indiquez où je pourrais trouver des livres concernant Terrae et son institution ? Les lois qui y régissent ?

Petit homme - Bien sur. Venez avec moi je vous prie.

Le suivant, ils empruntèrent quelques chemins de livres, tous plus ou moins épais. Il y avait énormément de lecture. Nuy Aisling aimait la lecture. C'était toute son enfance et surement qu'elle continuerait de lire jusqu'à sa mort. Les mots, les belles lignes étaient son plaisir. S'arrêtant net, le petit homme lui pointa du doigt l'étagère avec les livres qu'elle souhaitait. S'approchant, elle distingua bien des livres sur Terrae. L'histoire du village, les différentes lois, la constitution, les livres de cours... Mais quelque chose ne lui plaisait pas. Elle prit un bouquin au hasard, ouvrit le livre et un cafard en sorti. Elle cria et s'énerva. Le petit homme la regarda perplexe et essaya de la calmer. Jetant le livre au loin, elle se mit à poser son ombrelle et son sac violemment sur le sol.

- C'est un scandale ! Vous n'entretenez donc pas votre bibliothèque ? Et tout ces livres ne sont pas de la décoration. Prenez-en soin ! Faites quelque chose ! Tuez cette bête !

Le petit homme s'en alla en s'excusant. La jeune femme reprit ses affaires et regarda les autres livres lorsqu'elle senti un regard se poser sur elle. D'un mouvement vif, Nuy semblait connaitre ce visage. Non. Impossible. Elle interpella la jeune demoiselle qui était à l'autre bout de l'étagère. D'une voix paisible, elle lui tint ses mots :

- Pardonnez-moi. Je ne souhaitais pas crier ainsi mais ... Ils sont incapables de tenir une bibliothèque propre et en bon état. Il y avait un cafard dans ce livre. Si vous aviez été à ma place, je pense que vous auriez eu la même réaction. Enchantée. Je suis Nuy Aisling. Et vous ? Qu'est-ce que vous cherchez mademoiselle ?
##   Jeu 4 Avr 2013 - 16:54

Personnage ~
► Âge : 16 ans (Et non je ne suis pas PETITE !!)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 207
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 20
Emploi/loisirs : En train de jouer avec le paratonnerre de l'institut
Humeur : Pétillante !

J'entendit un livre valser sur le paquet de la salle puis une voix féminine hurler.

- C'est un scandale ! Vous n'entretenez donc pas votre bibliothèque ? Et tout ces livres ne sont pas de la décoration. Prenez-en soin ! Faites quelque chose ! Tuez cette bête !

"Elle va s'arrêter de hurler oui ?!" je me disais. Nan mais les gens vraiment, s'ils ont envie de s'énerver qu'il aillent où ils veulent mais pas dans la bibliothèque mince ! Et puis, entre nous ... Surtout pour ce pour ce genre de chose. C'était qu'un cafard ! C'est pas comme si ils avaient trouvé un tigre dans les étagère de bibli' non ? Oh, ça va c'est rien; il faut pas être trop chochotte dans vie. Mais le pire c'est qu'elle demandais à ce pauvre bibliothécaire de tuer ce cafard. Comme si on pouvais se permettre de supprimer une vie gratuitement, comme si on n'en supprimais pas assez chaque jour. Je sais très bien que ce n'étais qu'un cafard mais c'était tout de même un être vivant. Je veux dire qu'on pourrait tuer un cafard, comme on pourrait tuer un éléphant ou même un être humain. Toutes ces vies avaient toutes le même prix et il était inacceptable de les supprimer, surtout sans raison valable. Et d'ailleurs, si elle disais qu'il fallait prendre soin de ces livres, pourquoi est ce qu'elle les envoyer valser par terre ? Non mais vraiment !

Trop énervée pour continuer ma recherche tranquillement, j'alla regarder au "rayon" d'a coté d'où venais cette source de bruit. Je me baissa pour emprisonner le pauvre cafard dans mes mains et me dirigea vers la fenêtre la plus proche pour le mettre dehors, là, une vie en moins de gaspillée. le La fille qui avait hurlé devait avoir à peu près mon âge. Elle avait les cheveux d'un rose clair et les yeux vert. Elle avait un bijoux en forme de croix était suspendu à un collier. Je ne sais pas si c'était à cause du fait qu'elle ai crié mais elle ne m'inspirais pas confiance. Et ne me demandez pas pourquoi, je dirais juste que c'est un pré sentiment.

- Pardonnez-moi. Je ne souhaitais pas crier ainsi mais ... Ils sont incapables de tenir une bibliothèque propre et en bon état. Il y avait un cafard dans ce livre. Si vous aviez été à ma place, je pense que vous auriez eu la même réaction. Enchantée. Je suis Nuy Aisling. Et vous ? Qu'est-ce que vous cherchez mademoiselle ?

Pourquoi, mais pourquoi les gens se sentait obligé de se vouvoyer quand ils se rencontrait. C'était franchement agaçant. Mais je pense qu'il n'y avait pas que de ça. Aisling ... Aisling ... ça me disais vaguement quelque chose. Pourtant j'étais sûre d'avoir déjà entendu ce nom quelque part. Dans les liste d'invité de mon père ? Surement. Mais en tout cas, cette Nuy n'avait pas l'air de venir des quartiers les plus modestes. Et je ne disais pas ça seulement à cause de son nom, non ça se voyait même à l'attitude qu'elle avait et surtout à la peur qu'elle avait éprouvée à la vue de ce misérable cafard. Et cette phrase : "Si vous aviez été à ma place, je pense que vous auriez eu la même réaction.", ha bon tu crois ça ? Mais bon ce n'était pas totalement de ça faute la pauvre, elle avait été élevée comme ça. Mais cette réaction était si naïve ... apparemment elle pensait encore que tout le monde était aussi craintif qu'elle. Je n'avais pas du tout envie d'être hostile envers elle mais j'étais complètement consternée par ce genre de façon d'être ... pauvre cafard.

- Akira Nakamura, enchantée. Tu sais, tu peux me tutoyer, je ne suis pas si vielle que ça quand même. Moi je cherchais un livre écrit en alexandrins, pour mon cours de français. Je pourrai te retourner la question d'ailleurs. Et pour ce qui est de la propreté de la bibliothèque ... Je ne crois pas que nettoyer une centaine d'étagères et des milliers de livres soit une mince affaire, c'est mon avis en tout cas. Bien sûr, ce n'est pas normal d'y trouver des cafards mais à ta place je considérerai un peu le travail des employés qui s'occupnt du nettoyage de la bibliothèque.

Oui bon ce n'était pas mon habitude de parler comme ça (d'habitude j'étais plus directe) mais bon la pauvre je n'allais pas l'attaquer avec des propos trop directs même si j'avais bien envie de lui dire que Terrae était très différent de l'endroit d'où elle venais.



Chibi Aki ♥:
 

##   Jeu 4 Avr 2013 - 19:28
avatar
Invité


Cette jeune demoiselle se présentait avec une telle arrogance. Dans ses yeux on pouvait distinguer une certaine froideur. Le temps fut figé l'espace d'un instant. Le seul son provenait des personnes tournant les pages des livres qu'ils avaient empruntés. Cette personne ne devait pas venir des hautes lignées et ne savait surement pas à qui elle avait affaire. Akira Nakamura. Ce nom ne lui disait strictement rien. C'était comme un fantôme au sein d'une maison abandonnée. Détournant son regard, l'aristocrate reprit le livre qui se trouvait à même le sol, les pages encore ouvertes. Nuy lui rétorqua ces mots :

- Je recherche des informations. Voilà tout. Et en ce qui concerne nettoyer la bibliothèque, sache que des gens doivent s'en occuper. Certains ont besoin d'argent pour vivre et font des petits boulots. Celui là n'est pas aisé certes mais il ne faut tout de même pas délaissé ces livres. Si on n'en prend pas soin, les pages jaunissent et pourrissent. Je suis grande amatrice de lecture. Les livres et les écrits sont mes passions principales. J'ai énormément donné d'argent pour des collections de livres ou pour garder une grande bibliothèque encore en vie. Mes parents connaissent tout autant que moi la valeur des livres. Nous ne gaspillons pas inutilement notre argent. Nous savons sur quoi donner des priorités. Cependant, les affaires sont parfois prenantes et nous ne pouvons pas tout prévoir. Nous avons besoin de gagner notre pain.

Sur ce, Nuy prit deux autres livres qui l'intéressaient et parti se poser un peu plus loin, délaissant Akira. Son petit sac à la main et les livres à l'intérieur, la demoiselle alla se poser sur une des chaises en bois. Le petit monsieur de tout à l'heure discutait avec une autre personne, l'aidant à récupérer un livre un peu plus haut à l'aide d'un tabouret. D'autres avaient le nez fourré dans leur bouquin, sans lâcher le regard des lignes. Sortant ses livres du sac, l'aristocrate en ouvrit un et commença la lecture. La couverture était brune, une légère liasse dorée et une écriture d'or dont le nom était "Histoire de Terrae". Les deux autres livres restaient pour l'instant fermé et elle y portait moins d'intérêt. Le lieu où la demoiselle se trouvait était une pièce reliée aux autres étagères, où en son sein était érigé plusieurs tables à la verticale. Les lecteurs se trouvaient face à face. Des lampes étaient sur chaque table, une faible lueur mais suffisante pour pouvoir lire correctement.

Le regard fixé sur l'histoire, la demoiselle se rendait compte que Terrae était vraiment ancien. Les pouvoirs, les originels, l'éclipse... Et l'histoire d'Hideko Honda ainsi que Philos, Zane, Alia semblait très intéressante. La jeune femme écrivit sur son carnet les parties qu'elles devaient connaitre par coeur afin de se souvenir ce dont elle lisait. Un surplus d'informations peut endommager, il fallait donc rédiger. Mais comment savoir son pouvoir ? Nuy n'en avait aucune idée. L'histoire du vide en elle, celle ci ne le comprenait pas encore tout à fait bien. C'était comme une histoire de conte de fée, réelle. Un autre monde qui doit rester cacher et éviter de se montrer au grand jour. Les scientifiques auraient fait des expériences et tués bon nombre des gens de Terrae, certains se sont sacrifiés pour pouvoir ressusciter des gens importants comme Alia. Nuy n'en croyait pas ses yeux. Terrae était une vraie mine d'or. Un trésor qu'Hideko protège en son sein. Il est sa vie. Son espérance. Ses convictions. Terrae permet à ceux qui auraient acquiert une source de magie de la développer dans cette école, sans que les personnes "normales" ne voient un monstre en eux.

Relâchant son intention, l'arisocrate revit Akira qui faisait un tour dans la bibliothèque. Avait-elle trouvé son livre écrit en alexandrin ? Après tout, elle s'en fichait. Ce n'était pas ses affaires. Une importante mission l'attendait et elle espérait pouvoir compter sur l'aide d'Hideko. Pourtant, il fallait qu'elle ai d'abord sa magie. Ouvrant le livre des lois de Terrae, une voix l'interpella de nouveau.

[Ah ! Je manquais un peu d'inspiration >.< J'espère que ça ira quand même :/]
##   Jeu 25 Avr 2013 - 0:16

Personnage ~
► Âge : 16 ans (Et non je ne suis pas PETITE !!)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 207
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 20
Emploi/loisirs : En train de jouer avec le paratonnerre de l'institut
Humeur : Pétillante !

La fille, Nuy puisque c'est comme ça qu'elle s'appelait, me regarda avec un air plus que dédaigneux durant toute ma tirade. Un de ces regard qui prouvais bel et bien qu'elle me considérais comme une moins que rien. Ignorante. Je ne sais pas pourquoi mais je sentais qu'on allait pas être que des amis elle et moi, en fait je sentait même qu'on allait pas s'entendre du tout, surtout avec des points de vue aussi différents. Pauvre petite ignorante va.

- Je recherche des informations. Voilà tout. Et en ce qui concerne nettoyer la bibliothèque, sache que des gens doivent s'en occuper. Certains ont besoin d'argent pour vivre et font des petits boulots. Celui là n'est pas aisé certes mais il ne faut tout de même pas délaissé ces livres. Si on n'en prend pas soin, les pages jaunissent et pourrissent. Je suis grande amatrice de lecture. Les livres et les écrits sont mes passions principales. J'ai énormément donné d'argent pour des collections de livres ou pour garder une grande bibliothèque encore en vie. Mes parents connaissent tout autant que moi la valeur des livres. Nous ne gaspillons pas inutilement notre argent. Nous savons sur quoi donner des priorités. Cependant, les affaires sont parfois prenantes et nous ne pouvons pas tout prévoir. Nous avons besoin de gagner notre pain.

Franchement, je crois que je n'ai jamais eu autant envie de couper la parole à quelqu'un. Bien sûr parfois elle avait un peu raison. Les livres c'était important, même si lire n'était pas mon activité favorite j'étais quand même d'accord avec elle sur ce point. Mais l'une des phrase qui m'a le plus choque est quand même son "Certains ont besoin d'argent pour vivre et fond des petites boulots." On voyait bien qu'elle n'avait jamais eu a travailler pour gagner quoique ce soit. Bien consciente qu'elle ne m'entendrai pas vu que je ne suis pas télépathe, je lui dit intérieurement "Et bien tu va devoir t'y mettre, cocotte.". Je bouillonnais de l'intérieur et je faisais tout ce que je pouvais pour m'empêcher de lui jeter ces quatre vérités à la figure à celle là. En matière d’arrogant-isme et de "moi je, moi je", elle était plutôt forte.

Sans me laisser le temps de répondre, l'aristocrate (car c'est ce qu'elle était, ça crevait les yeux) s'assit avec deux livres en main, me dédaignant complètement. Je décida d'aller chercher mes fameux livres en alexandrin et me rendis dans le rayon qui leur était destiné. ET 5 minutes plus tard, j'étais de retour avec un magnifique livre avec mes petits alexandrins, ni trop épais, ni trop fin, pile ce qu'il me fallait. Je retourna à la salle de lecture où se trouvais toujours Nuy, plongée dans un livre sur l'histoire de Terrae. D'ailleurs il avait l'air intéressant, ce serai bien de savoir comment l'institut avait été créé et comme était-il arrivée jusqu’à aujourd'hui. Quoi ? Ce n'est pas parce que je n'aime pas lire que je ne n'intéresse à rien. Mais en passant devant elle, je ne suis dit que je ne dormirais pas dit cette nuit si je ne lui parlais pas de ce qui l'attendais maintenant qu'elle n'était plus dans son petit nid douillet d'aristocrate. En essayant de ne pas trop la provoquer bien sûr ... ttsss, ça allait être compliqué ça.

- Hum ... Tu sais que maintenant que tu es à Terrae beaucoup de choses vont changer pour toi. Si tu continue à te comporter comme tu te comportait avant que tu ressente le vide, c'est possible que tu ai pas mal d'ennuis. Ici, tu n'auras pas de serviteur prêt à faire des pieds et des mains pour le plaisir de ta petite personne. Tu sais, ici, tu n'a pas toute une garde robe de princesse, il n'y a pas de serviteur qui t'apporte ton petit déjeuner au lit tout les matins et j'en passe. Ici, on se débrouille; pour manger on descend à la cafétéria comme tout le monde et on n'attend pas que des gens viennent s'occuper de toi parce qu'il n'y en a pas. Je sais très bien ce que ça fait ce changement parce que je l'ai vécu. Et oui, moi aussi je viens d'un famille de gens qui ne pense qu'à leurs argent et à leur petite personne. (Aïe, aïe, aïe, j'espère que j'y suis pas allée trop fort sur la provocation là ...) Enfin pour finir, évite de traiter les gens comme des moins que rien. Ici a tous ressentis l'Appel, on est tous égaux. Et ce n'est pas parce tu viens d'une famille privilégiée que tu aura des avantages sur les autres.


J'avais gardé mon calme tout le long de la tirade. En tout cas, j'espérais bien qu'elle avait compris la leçon parce que je ne lui dirais pas deux fois.



Chibi Aki ♥:
 

##   
Contenu sponsorisé

 

Amies ou rivales ? Tel est la question.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Bibliothèque.