Partagez
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Au bon souvenir
##   Jeu 7 Mar 2013 - 18:38

Personnage ~
► Âge : 18
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Lou_A
Lou_A
Inactif
Messages : 174
Date d'inscription : 16/02/2013
Age : 24
Emploi/loisirs : rêver de l'avenir
Humeur : Happiness

Je me promenais autour de l’institut, au départ seulement pour marcher et prendre l’air, au fur et à mesure de ma promenade je me rappelais des endroits que celle qui m’avait fait visiter l’institut m’avait montrés, je pris une allée et la vision d’un bar me revint.
Je me dis alors que cela faisait longtemps que je ne mettais pas posée dans un bar boire quelques gouttes d’alcool, je n’avais pas spécialement besoin de me noyer dans la boisson pour oublier quelque chose mais j’avais envie de devenir folle, de faire et dire n’importe quoi à n’importe qui sans en être consciente ou réellement responsable.
Je me suis donc mise en route vers le bar, j’avais quand même l’espoir d’u voir des têtes connues, on verra bien !
Peut-être que je vais aussi avoir l’occasion de rencontrer de nouvelles personnes…

Je passe donc la porte du bar : « Bonjour »
Le barman me répond poliment.
Je regarde les gens présent, personne de connu, ils ont tous l’air plus vieux que moi.
Je pars m’asseoir au comptoir et demande une bière à la cerise, c’est alors qu’il me demande mon âge.
Surprise je lui réponds « 18 ans, mais je suis majeure, j’ai le droit de prendre une bière non ? »
Le Barman m’apprit alors que la majorité Japonaise était à 21 ans et n’a donc pas voulu me servir ma bière, un sirop de violette à la place de ma boisson préférée…
Du coup j’avais une ‘raison’ de déprimer, au moins en France j’étais autorisée à me plonger dans l’ivresse et à fumer en toute légalité lorsque l’envie m’en prenais, ici il faut que j’attende encore 3 ans, d’un coup la nostalgie de mon pays me prenait d’un coup.
Je pensais alors que mon pays natal ne me manquait que pour sa majorité avancée, c’est déprimant dit comme ça, de plus je n’ai toujours pas envoyé de mail à mes parents, ils ne me manquent pas.
Je n’ai pas encore commencé les cours donc j’ai du temps à perdre mais je n’ai pas envie de leur donner des nouvelles, eux qui n’ont même cherché à me retenir et qui m’ont laissé partir à l’autre bout du monde, presque à me pousser vers le master pour se débarrasser de moi, sans poser de questions aux gens qui étaient venus me chercher.

C’est alors qu’un homme est rentré dans le bar et c’est assis à côté de moi, pris une consommation et se retourna vers moi avec un grand sourire mais resta étrangement silencieux.
Il me fixait, j’étais surprise car je ne le connaissais pas du tout, je lui dis donc :
« Euh… Bonjour !... Mais qui êtes-vous au juste ? »



Lou   Sleep2
Spoiler:
 
##   Ven 8 Mar 2013 - 0:27

Personnage ~
► Âge : 20
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Jacques Duroy
Jacques Duroy
Etoile Feu Lunaire
Messages : 234
Date d'inscription : 24/02/2013
Age : 26
Emploi/loisirs : Procrastiner, lambiner, être parfaitement improductif.
Humeur : lyrique, libertine et volage, telle est mon humeur

Je poussais un soupir..... Même moi, j'avais mes limites en ce qui concernait la procrastination, voila une semaine que je n'avais rien fait de constructif, à part faire soigner mon nez, et je commençais vaguement à ne plus tenir en place, signe chez moi que le plafond que représentait l'ennui avait était non seulement atteint mais littéralement pulvérisé par l'inaction. Je devais donc tuer le temps, et à défaut d'une arme à feu je disposais d'un village dans lequel se trouvait un bar. Je me mis donc en route pour ce débit de boisson. En route je préparais mon petit stratagème pour que l'age légal ne sois pas un problème, puis satisfais de mon plan j’accélérais le pas pour arriver le plus vite possible.

J'arrivais devant le bar et je regardais par la fenêtre histoire de voir si ce n'était pas trop bondé. Je vis une jeune fille rousse aux habits très, très colorés quoique sans faute de gouts. devant le zinc elle était en train de parler au patron qui semblait lui refuser quelque chose, surement de l'alcool. Elle repartie avec une boisson violette. Une démonstration s'imposée.

Aussitôt Je poussais la porte du bar, et me dirigeais le plus naturellement du monde vers le bar et entamais la conversation avant que le barman ne puisse me dire quoi que ce soit

"Bonjour patron, dites moi par le plus grand des hasards auriez vous de la MacEvans?"

Comme je l'avais prévu il n'en avait pas, déjà compliquée à trouver en Europe, alors au Japon cela tenait de l'impossible.

"Bon dans ce cas, donnez moi un demi quelconque alors...." achevais-je avec un soupir peut-être un peu surjouer. Mais au bout de quelques instant je me dirigeais, bière à la main vers la jeune fille à la crinière flamboyante et m'assis à sa table avec un grand sourire en la regardant avant de boire la première gorgée de ma bière.

"Euh… Bonjour !... Mais qui êtes-vous au juste ?"

C'était mignon, elle semblait presque inquiète.

"Mademoiselle je me présente, Jacques Duroy, enchanté et, sans aucun doute, bientôt charmé. Mais avant toutes choses je dois vous apprendre une petite chose qui pourra vous servir. Quand vous voulez faire quelque chose et que vous n'avez pas le droit, comme.... je sais pas moi boire une bière sans en avoir l'âge, n'attendez jamais qu'on vous pose une question, soi on ne laisse pas parler le barman, soi on fait le connaisseur et on demande une bière plutôt rare. Tel que vous me voyais j'ai 19 ans, dans un bar au Japon bière à la main."


Au bon souvenir 684226JacquesDuroy
##   Ven 8 Mar 2013 - 19:30

Personnage ~
► Âge : 18
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Lou_A
Lou_A
Inactif
Messages : 174
Date d'inscription : 16/02/2013
Age : 24
Emploi/loisirs : rêver de l'avenir
Humeur : Happiness

« Mademoiselle je me présente, Jacques Duroy, enchanté et, sans aucun doute, bientôt charmé. Mais avant toutes choses je dois vous apprendre une petite chose qui pourra vous servir. Quand vous voulez faire quelque chose et que vous n’avez pas le droit, comme… je sais pas moi boire une bière sans en avoir l’âge, n’attendez jamais qu’on vous pose une question, soit on ne laisse pas parle le barman, soit on fait le connaisseur et on demande une bière plutôt rare. Tel que vous me voyais j’ai 19 ans, dans un bar Japonais bière à la main. »

Je le regardais, surprise de son discours il avait surement de m’entendre parler avec le Barman qui m’a refuser de me vendre de l’alcool.

« Ne t’inquiète pas pour ça Jacques, j’ai aussi l’habitude de faire ce genre de chose mais on ne m’avait pas prévenu en arrivant qu’ici j’étais redevenu mineur. »

Il me regardait avec un grand sourire, surement surpris que je fasse la même chose que lui en France, ou peut-être qu’il se moquait de moi…

« Enfin, sinon moi c’est Lou, enchantée de te rencontrer, tu es charmant aussi d’ailleurs ! »


Je le regardais avec mon sourire légendaire qu’il avait fait revenir, mais mon verre de violette et sa bière en face de moi me rendait un peu amer.

« Bon moi le Barman m’a griller maintenant, et comme je suis assez reconnaissable je pense que c’est mort, tu ne voudrais pas aller m’en chercher une ? A la cerise s’il te plait, si tu es gentil ! »

Et je lui fis un clin d’œil.



Lou   Sleep2
Spoiler:
 
##   Ven 8 Mar 2013 - 22:42

Personnage ~
► Âge : 20
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Jacques Duroy
Jacques Duroy
Etoile Feu Lunaire
Messages : 234
Date d'inscription : 24/02/2013
Age : 26
Emploi/loisirs : Procrastiner, lambiner, être parfaitement improductif.
Humeur : lyrique, libertine et volage, telle est mon humeur

Mon dieu quelle sourire!!! On avait à peine entamer le dialogue et elle avait parfaitement compris comment me faire agir, un sourire radieux d'une jolie demoiselle et je soulevais des montagnes.Décidément j'aime trop les femmes, ça me perdra....Pourtant je m'exécutais sans me plaindre, au contraire j'y prenais un plaisir immense à satisfaire les envies des jolies jeunes filles. En guise de réponse, je m'inclinais de manière très formelle en disant:

"A vos ordres ma belle demoiselle!!"

Et je me dirigeais d'un pas presque dansant vers le comptoir et fit signe au patron qui vint aussitôt vers moi et avant qu'il ne me demande ce que je veux je lui disais:

" Chef, devinez quoi je viens retenter ma chance, pas de MacEvans mais peut-être de la Kriek?"

Et comme par enchantement, il n'avait toujours pas de quoi me satisfaire, aussi commandais-je une banale bière à la cerise avec une moue presque dépressive. Je mériterais un César franchement. Alors qu'il me servais je déplorais le fait de devoir faire boire une bière de seconde zone à le demoiselle au sourire, mais bon à défaut d'autre chose, je faisais de mon mieu. Je retournais vers la demoiselle au sourire gracieux. J'affichais moi aussi un grand sourire, j'étais heureux d'avoir pu lui rendre service, en contre parti je pourrais profiter quelques instants de sa compagnie.

"La boisson de mademoiselle est avancé, avec les compliments du patron, et les louanges de votre humble serviteur"

Il faut toujours que j'en fasse trop, mais ça m'amuse.


Au bon souvenir 684226JacquesDuroy
##   Sam 9 Mar 2013 - 13:24

Personnage ~
► Âge : 18
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Lou_A
Lou_A
Inactif
Messages : 174
Date d'inscription : 16/02/2013
Age : 24
Emploi/loisirs : rêver de l'avenir
Humeur : Happiness

Il se leva alors et s’inclina vers moi : « A vos ordres ma belle demoiselle »
Et parti me chercher ce que je lui avais demandé.

Il parla quelques instants avec le barman, surement en train de refaire son coup du connaisseur, même si inutile vu que le Barman lui en avait servi une il y a moins de 10 minutes, enfin bon…
Il revint alors avec la bière que je lui avais gentiment demander de me rapporter.

« La boisson de mademoiselle est avancé, avec les compliments du patron, et les louanges de votre humble serviteur »

Me dit-il avec un grand sourire dragueur, je pensais alors qu’il devait toujours être prêt à rendre service aux jeunes femmes, cela pouvait être intéressant mais je n’avais pas spécialement envie de me rapprocher d’un autre homme, ma rencontre sur le toit m’avais suffi, je sentais bien que je n’étais pas encore prête à refaire confiance aux hommes.
Je renonçai donc à trop boire en présence d’un homme, je me faisais peur toute seule, qu’est-ce que je pouvais bien faire avec un peu d’alcool dans le sang…
Je le savais très bien, j’en avais déjà fait la douloureuse expérience, cela ne me rassurais pas du tout.

« C’est gentil, merci beaucoup »

Nous restâmes silencieux quelques secondes le temps que chacun savoure sa bière.
Je me disais que même si je ne voulais pas me rapprocher d’un autre homme je n’allais pas l’envoyer balader après le service qu’il m’a rendu.

« Cela fait longtemps que tu es à Terrae ? Je ne connais pas encore grand monde ici alors je me sens un peu seule quand ils sont tous en cours… »



Lou   Sleep2
Spoiler:
 
##   Sam 9 Mar 2013 - 17:03

Personnage ~
► Âge : 20
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Jacques Duroy
Jacques Duroy
Etoile Feu Lunaire
Messages : 234
Date d'inscription : 24/02/2013
Age : 26
Emploi/loisirs : Procrastiner, lambiner, être parfaitement improductif.
Humeur : lyrique, libertine et volage, telle est mon humeur

" Cela fait longtemps que tu es à Terrae ? Je ne connais pas encore grand monde ici alors je me sens un peu seule quand ils sont tous en cours…"

Je failli m'étouffer avec ma bière. On était sensé retourner à l'école? Cela devait être une mauvaise blague, moi à 19 ans retourner au collège.

"Parce ce qu'il ya des cours à suivre? Il n'est jamais trop tard pour apprendre ce genre d'information pour mieux l'esquiver, merci de l'info Mademoiselle Lou., commençais-je avec un clin d’œil " quant à moi je suis arrivé la semaine dernière, du coup je me retrouve pas mal isolé moi aussi, je n'ai pas vraiment sympathisé avec grand monde"

Je bus encore une longue gorgée de ma bière et fit signe au serveur de m'en apporter une autre d'ici peu.

"Remarque temps que j'ai de la bière et des cigarettes, ainsi qu'une personne avec qui discuter, je suis le plus heureux des hommes, d'ailleurs je vais m'en griller une à l'entrée, ça vous tente?"

Je sortais mon paquet de Benson, et j'en profitais pour jeter un rapide coup d'oeil dans la salle, en espérant que le patron ne regardait pas la jeune fille avec sa bière à la main sinon j'allais probablement passer un très sale quart d'heure. Je pourrais même faire de la prison et cette éventualité ne me plaisais guère. Je n'osais même pas y penser.


Au bon souvenir 684226JacquesDuroy
##   Jeu 14 Mar 2013 - 19:18

Personnage ~
► Âge : 18
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Lou_A
Lou_A
Inactif
Messages : 174
Date d'inscription : 16/02/2013
Age : 24
Emploi/loisirs : rêver de l'avenir
Humeur : Happiness

A mes paroles je cru que Jacques allait s'étouffer avec sa boisson. Il s'exclama :

"Parce ce qu'il y'a des cours à suivre? Il n'est jamais trop tard pour apprendre ce genre d'information pour mieux l'esquiver, merci de l'info Mademoiselle Lou., commençais-je avec un clin d’œil " quant à moi je suis arrivé la semaine dernière, du coup je me retrouve pas mal isolé moi aussi, je n'ai pas vraiment sympathisé avec grand monde"

Il s'arrêta pour s'hydrater puis repris son monologue :

"Remarque temps que j'ai de la bière et des cigarettes, ainsi qu'une personne avec qui discuter, je suis le plus heureux des hommes, d'ailleurs je vais m'en griller une à l'entrée, ça vous tente?"


-« Oui bien sûr, si ça ne te dérange pas de m’en passer une, mais discrètement sinon le Barman va t’engueuler. » Lui dis-je en lui faisant un clin d’œil, « Allons dehors, n’oublie pas ta bière. »

Nous partons donc sur le pas de la porte du Bar pour fumer.
Ah cela faisait aussi bien longtemps que je n’avais pas fumé, ce Jacques va finir par me faire tomber dans la délinquance… Je me disais qu’il fallait peut-être que je le prévienne pour l’achat de cigarette au Japon, seule chose dont on m’avait prévenu.

-« Tu sais Jacques, Ici pour acheter des clopes il faut obligatoirement présenter une carte de majorité… »

Il me regarda avec de grands yeux, sois il se foutait encore de moi, sois il ne le savait pas, j’attendais ça réponse en allumant ma cigarette.


Lou   Sleep2
Spoiler:
 
##   Jeu 21 Mar 2013 - 0:09

Personnage ~
► Âge : 20
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Jacques Duroy
Jacques Duroy
Etoile Feu Lunaire
Messages : 234
Date d'inscription : 24/02/2013
Age : 26
Emploi/loisirs : Procrastiner, lambiner, être parfaitement improductif.
Humeur : lyrique, libertine et volage, telle est mon humeur

Je restais muet à la nouvelle qui venait de m'être annoncée. Ma réaction fut peut-être un peu démesurée.

" Quoi??? Mais on est pourtant dans une démocratie. Mes aïeux c'est une dictature!!! On atteint donc dans ce pays le sommet des lois liberticides, on bafoue nos droits fondamentaux tout cela au nom d'une politique fumeuse. Je dis NON, je suis assez vieux pour choisir tout seul la manière dont je vais gâcher mon existence, je n'ai pas besoin de l'assistanat de quelque larrons crapuleux pour m'occuper de pourrir ma santé. Me voilà obligé de commander mes cartouches sur internet maintenant."

Je regardais mon interlocutrice, qui semblait un peu surprise par ma réaction. Il me semblait nécessaire de lui expliquer mon écart de conduite, je ne voulais que, à peine arrivé, l'on prenne pour un sauvage ou un junky de bas étages. Je tentais donc de me dédouaner.

" Mes excuses mademoiselle, mais ma liberté est quelque chose qui me tiens vraiment à coeur. Enfin aux poumons en l'occurrence. Finalement, qu'est ce que l'on a le droit de faire dans ce pays despotique, cette monarchie absolue, cette empire sith...... Au moins pour un temps j'ai ma boisson et de la compagnie. Et il y a des gens qui rêve de vivre dans ce pays. Quitte à vivre sous un régime dictatorial, autant aller à Cuba, au moins la bas je pourrais fumer. "

Je bus une gorgée de ma bière, qui me détendit immédiatement. Ouais au moins il me restait ça. Je lâchais un soupir et reportais mon attention sur Lou.

"Une question me taraude, vous parlez de cours, et des autres élèves qui y sont, mais pourquoi ne pas y assister vous-même, vous souffririez sans doute moins de la solitude. Je m'excuse, vous avez sans doute vos propres raisons et cela ne me regarde pas. Autre sujet, Il y a des choses intéressantes à faire dans le coin? Ou c'est une sorte de prison de haut standing? "

J'attendais ma réponse en allumant une cigarette. plus que 10 dans le paquet.... MERDE


Au bon souvenir 684226JacquesDuroy
##   Jeu 28 Mar 2013 - 17:11

Personnage ~
► Âge : 18
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Lou_A
Lou_A
Inactif
Messages : 174
Date d'inscription : 16/02/2013
Age : 24
Emploi/loisirs : rêver de l'avenir
Humeur : Happiness

" Quoi??? Mais on est pourtant dans une démocratie. Mes aïeux c'est une dictature!!! On atteint donc dans ce pays le sommet des lois liberticides, on bafoue nos droits fondamentaux tout cela au nom d'une politique fumeuse. Je dis NON, je suis assez vieux pour choisir tout seul la manière dont je vais gâcher mon existence, je n'ai pas besoin de l'assistanat de quelque larrons crapuleux pour m'occuper de pourrir ma santé. Me voilà obligé de commander mes cartouches sur internet maintenant."

Et il s’emporta d’un coup, avec des grands gestes son verre et sa clope à la main, il risquait d’en foutre partout mais ce n’est pas grave, je ne me voyais pas mais je devais faire une sacrée tête ! je le regardais avec des grands yeux, j’avais envie qu’il se calme, on aurait dit qu’il allait en mettre une au premier imbécile qui passerait dans son emportement.

« Mais tu sais il y a des gens majeurs ici, tu peux leur demander s’ils ont la gentillesse de t’acheter des clopes, de plus il y beaucoup de français natifs ici qui comprennent la situation, enfin je pense … »

Je lui parlais mais il n’avait pas l’air de m’écouter, il c’était enfin calmé et fini par s’excuser, je pense qu’il a dut voir ma tête pour me dire cela :

" Mes excuses mademoiselle, mais ma liberté est quelque chose qui me tiens vraiment à coeur. Enfin aux poumons en l'occurrence. Finalement, qu'est ce que l'on a le droit de faire dans ce pays despotique, cette monarchie absolue, cet empire sith...... Au moins pour un temps j'ai ma boisson et de la compagnie. Et il y a des gens qui rêvent de vivre dans ce pays. Quitte à vivre sous un régime dictatorial, autant aller à Cuba, au moins la bas je pourrais fumer. "

A ces paroles j’explosa de rire, ça c’est sûr à Cuba ils vous laissent fumer, entre le joint et le cigare …
Je pensais alors que sa réaction était un peu violente, certes le pays a des règles stricte mais c’est pour une bonne raison, et puis une fois majeur les règles se relâchent énormément, même si dans leur culture se relâchement n’est pas forcément visible, quoi que quand je pense à certains style vestimentaires ça fait peur …
Il but une gorgée, comme pour se calmer, puis repris d’une nouvelle voix :

"Une question me taraude, vous parlez de cours, et des autres élèves qui y sont, mais pourquoi ne pas y assister vous-même, vous souffririez sans doute moins de la solitude. Je m'excuse, vous avez sans doute vos propres raisons et cela ne me regarde pas. Autre sujet, Il y a des choses intéressantes à faire dans le coin? Ou c'est une sorte de prison de haut standing? "

En attendant ma réponse il s’alluma une cigarette et regarda son paquet à moitié vide l’air désespéré.

« Je ne vais pas en cours car l’année scolaire Japonaise s’arrête dans 3 semaines, alors autant attendre l’année prochaine pour reprendre une scolarité normale.
Pour répondre à ta question, je pense que ‘prison de haut standing’ définis assez bien cette endroit, même si en vue de nos raisons d’avoir été amené ici je pense que c’est toujours mieux d’être à l’intérieur qu’à l’extérieur avec des gens complétement dingues qui nous courent après… »


J’attendis quelques instants, le temps de reprendre une petite gorgée et je continua :

« Personnellement j’adore aller sur le toit, il n’y a rien à y faire à pars rêvasser, sauf aux heures de repas car les gens y montent en groupes pour manger, il y a le parc aussi, on y rencontre pas mal de gens à la sortie des cours.
Après si tu veux en découvrir plus sur Terrae tu peux aller à l’arène regardé des combats ou à la salle d’entrainement.
Ya une bibliothèque, fin c’est normal pour une école, il y a aussi pas mal d’espaces verts, et si tu à envie de jouer il y a une salle de loisirs avec pas mal de jeux, ça ressemble un peu à un game center, quand il fait trop froid sur le toit j’y descends jouer. »


Je le regardais avec un grand sourire, j’avais répondu à sa question, j’attendais sois une réaction, en espérant qu’elle soit moins violente cette fois-ci, soit une nouvelle question à la qu’elle je me ferais un plaisir de répondre.


Lou   Sleep2
Spoiler:
 
##   Ven 29 Mar 2013 - 22:46

Personnage ~
► Âge : 20
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Jacques Duroy
Jacques Duroy
Etoile Feu Lunaire
Messages : 234
Date d'inscription : 24/02/2013
Age : 26
Emploi/loisirs : Procrastiner, lambiner, être parfaitement improductif.
Humeur : lyrique, libertine et volage, telle est mon humeur

Finalement il y pas mal de de trucs à faire à Terrae, et l'idée de me trouver un "dealer" me semblait excellente. Mais c'était quand même un peu trop restrictif comme vie à mon goût. Faut me comprendre je suis un amoureux de liberté, un dingue du déplacement libre et gratuit, un..... bah j'en perdais mon latin et probablement mon grec ancien aussi. Je partis dans un éclats de rire à la mention des scientifiques.

" J'ai l'habitude que des gens courent après ma chasteté, ce ne serait donc pas une nouveauté pour moi. En ce qui me concerne je hais l'enfermement et puis savoir l'une des plus grandes métropoles d'Asie à quelques pas et ne pas pouvoir y aller, ça relève de l'enfer. Puis il parait que les petites japonaises aiment bien la frenchtouch, c'était enfin le moment de vérifier. C'est un peu le drame de ma vie, celui de la prison dorée."

Je marquais une pose et emplissais mes poumons de fumer et la recrachais lentement en regardant les volutes que cela formait se disperser dans le vent. Une gorgée de bière supplémentaire et je relançais la conversation à l'aide d'une question.

" Tu m'as quand même l'air bien renseigné sur le Japon, tu y as vécu ou quelque chose dans cette idée là?"


Au bon souvenir 684226JacquesDuroy
##   Sam 30 Mar 2013 - 13:06

Personnage ~
► Âge : 18
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Lou_A
Lou_A
Inactif
Messages : 174
Date d'inscription : 16/02/2013
Age : 24
Emploi/loisirs : rêver de l'avenir
Humeur : Happiness

" J'ai l'habitude que des gens courent après ma chasteté, ce ne serait donc pas une nouveauté pour moi. En ce qui me concerne je hais l'enfermement et puis savoir l'une des plus grandes métropoles d'Asie à quelques pas et ne pas pouvoir y aller, ça relève de l'enfer. Puis il parait que les petites japonaises aiment bien la frenchtouch, c'était enfin le moment de vérifier. C'est un peu le drame de ma vie, celui de la prison dorée."

Je comprenais très bien son sentiment, moi qui ai toujours cherché à fuir n’importe quel endroit je m’étais faite retenir ici, mais je savais que cette fois-ci personne ne me ferais du mal, j’étais arrivée ici pour qu’on m’aide à reprendre un nouveau départ pas pour fuir à nouveau.

« Moi aussi je rêve de pouvoir bouger d’ici et visiter la capitale qui se trouve à proximité, mais je me contente du terrain qu’on me donne car si je suis arrivée ici c’est justement pour arrêter de fuir.
Si tu veux vite pouvoir être libre de mouvement tu devras être très actifs en cours et en entrainement pour acquérir tes pouvoirs et savoir t’en servir au plus vite, après ça ils te laisseront quelques liberté à l’extérieur. »


D’un coup j’avais très envie de connaitre son histoire, et lui pourquoi avait-il débarqué ici ?

" Tu m'as quand même l'air bien renseignée sur le Japon, tu y as vécu ou quelque chose dans cette idée-là?"

Je rigolais à cette question, cela me faisais repenser à ma réputation dans mon ancienne ville, celle d’une fille exclu, associable, toujours fixée derrière son ordinateur à lire et voir des choses étrange parlant une langue étrangère qui me permettais de les insultais à mon bon plaisir sans qu’il n’en comprenne mot.

« On peut dire ça effectivement, je n’y avais jamais mis les pieds mais ma vie à fait que je connais très bien la culture Japonaise, l’organisation des journées, l’école, les styles vestimentaires dont je m’inspire, disons que pour un Français je suis une « Geek » ou pour ceux qui connaissent un peu du langage une « Otaku » serait plus approprié même si un Japonais qui me regarderai et à qui on dirait que je suis une « Otaku » rirait bien au nez de la personne qui lui ferait cette confidence.
J’avais pour habitude chez moi lorsque je ne pouvais m’échapper de chez moi, de m’échapper dans ma vie virtuelle grâce aux nombreux animés et mangas que je pouvais visionner et lire ce qui m’as permis d’avoir une bonne vision du Japon mais aussi une mauvaise appréciation des gens qui ne me connaissaient pas… »


Surpris par ma soudaine grande prise de parole, il dut comprendre qu’à mes yeux le Japon était tout.
C’est ça culture qui m’as permis de tenir toutes ces années au milieu de gens irrespectueux d’autrui, je lui dois beaucoup à ce pays, je lui dois ma vie que j’aurais peut-être perdue.

« Une question me trotte dans l’esprit depuis tout à l’heure Jacques, pourquoi es-tu arrivé ici ?, surtout à ton âge, enfin je dis ça mais je suis à peine plus jeune que toi, malgré qu’il me reste un an de lycée à faire avant d’avoir un diplôme. »



Lou   Sleep2
Spoiler:
 
##   Mer 10 Avr 2013 - 16:40

Personnage ~
► Âge : 20
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Jacques Duroy
Jacques Duroy
Etoile Feu Lunaire
Messages : 234
Date d'inscription : 24/02/2013
Age : 26
Emploi/loisirs : Procrastiner, lambiner, être parfaitement improductif.
Humeur : lyrique, libertine et volage, telle est mon humeur

Elle était donc complétement éprise le la culture nippone comme moi de la littérature. Une sorte de bouée de sauvetage dans le bateau, probablement ivre, de notre vie qui à un moment donné à fait naufrage. Nous nous ressemblions sur ce point là, forcés à vivres en marge du monde et se réfugier dans un autre "virtuel" comme elle l'avait si bien dit. Mais toutes semblances s'arrêtaient ici, elle avait l'univers de ses rêves à portée de main, moi je devais me contenter des mes réflexions empreintes d'onirisme.

Ma songerie fut brusquement interrompue par une question qui me pris un peu de court, pourquoi je suis arrivé ici? Je ravalais mon laconisme en même temps que le "J'en sais rien" qui pendait au bord de mes lèvres. Ce n'était pas la réponse qu'elle voulait.

Je terminais ma cigarette, en sortis une autre de mon paquet et l'allumas sans autre forme de procès. je recrachais la première bouffé de fumé avant de débuter mon récit.

" Attention mademoiselle, tu viens d'ouvrir un flot pratiquement intarissable de paroles. Je dois commencer par le commencement pour que tu comprennes le personnage qui se trouve au coeur du récit et que je ne passe pas pour un simple cynique blasé, à la fois détestant et détestable. J'ai grandi dans le ville de Bordeaux, au milieux des bourgeois et autres philistins pédants et suffisants qui pavaient la rue de mon quotidien. J'ai très tôt appris qu'il ne fallait rien attendre de ce genre de personnes, pourtant d'une certaine manière c'était eux qui menés le train de la vie publique. Je ne me sentais absolument pas à ma place au milieu de ces menteurs égocentriques et hypocrites, mais leurs vices on un peu déteint sur moi. Je pense être assez habile en ce qui concerne la manipulation des mots et je suis capable de faire dire pratiquement n'importe quoi à n'importe qui. De fait, je devenais ce que je haïssais plus que tout."

Je marquais ici une petite pause, finissais ma bière et repris:

" Par nécessité de détachement, je me suis plongé dans la littérature, particulièrement la littérature classique et française. Combien de fois j'ai rêvé être aux cotés des plus grands héros, qu'ils soient grecques, latin ou français? Je tentais de remplir le trou béant de ma vie par des amoncellements sans fin de lectures. Mais cela ne me suffisait pas, appliquer un mouchoir sur une plaie la soigne pas pour autant. Quand j'ai eu mes 18 ans, je ne savais pas quoi faire, j'avais mon bac dans la poche, les clés d'un appartement offert par le seigneur de la bourgeoisie bordelaise, mon père, ainsi que de l'argent à dépenser. C'est tout naturellement que je me suis tourné vers les pubs anglais qui décorent si bien la ville. Il n'y avait aucun but précis à cette démarche, mais au moins je tuais le temps comme je pouvais. C'est lors d'une soirée d'ivresse que j'ai rencontré le master qui m'a amené ici. Alors que je venais de sauver une demoiselle de deux assaillants malintentionnés au prix de mon appendice nasal, le belle s'est enfui sans un mot pas même un merci. Je crois que c'est à ce moment là que j'ai réalisé l'ampleur de mon trouble. Depuis ma plus tendre enfance, j'avais une image négative d'un monde pleins d'idiots, d'ingrats et d'injustice, un monde sans idéaux. Ma vie n'a été qu'une succession de confirmations de cette thèse. Je n'attend plus rien de personnes et ne crois plus en les vaines promesses de paix que l'on m'offre, je refuse d'être dupe. Malheureusement, Terrae est rangée à la même enseigne.

J'en avais dis bien plus qu'il ne le fallait ou que je ne le voulait, mais ça faisait un bien fou de dire ce qu'on avait sur la conscience, même à une parfaite inconnue. Surtout à une parfaite inconnue.


Au bon souvenir 684226JacquesDuroy
##   Jeu 11 Avr 2013 - 18:46

Personnage ~
► Âge : 18
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Lou_A
Lou_A
Inactif
Messages : 174
Date d'inscription : 16/02/2013
Age : 24
Emploi/loisirs : rêver de l'avenir
Humeur : Happiness

Jacques commença alors à me raconter son enfance à Bordeaux, une ville que je connaissais peu mais que j’appréciais, j’y avais quelques amis et j’aimais leur rendre visite.
Mais la description qu’il m’en faisait était noir, moribond, repoussante, cela en était arrivé à troubler l’image que j’avais de cette ville.
Il m’y décrivait les gens qu’il côtoyait, tous des idiots, des menteurs, un monde fondé sur l’injustice et l’incompréhension.
J’avais l’impression qu’on se ressemblait, je m’enfuyais à travers le monde virtuel qu’es l’ordinateur et son accès aux animés, manga, et autres type de culture japonaise, lui c’était dans la littérature, il disait passer ses journées à lire des livres d’auteurs français, Je me voulais Japonaise, limite à vouloir vivre dans un animé, la vie y était tellement belle, lui voulait rejoindre ses héros dans les livres pour y vivre des aventures extraordinaire.
Son dégout des gens m’impressionnais, il ne supportait pas le mensonge, et toutes ces choses si horrible qui malheureusement avait créé la nature humaine dans toute sa beauté, mot ironique, comment pouvions nous dire que l’humanité était belle, le monde oui lui était magnifique, la faune et la flore était quelque chose d’extraordinaire, mais l’humain lui était ici comme une tâche, quelque chose planté là pour tout gâcher, tout bousiller et trouver ça normal.
Sur ce point-là nous nous rassemblions une deuxième fois, j’étais ici parce que je ne supportais plus les mensonges, les tromperies, l’incompréhension et l’insensibilité des gens, j’en avais trop souffert, lui était la parce qu’il n’avait tout simplement jamais compris et encore moins supporter les gens qui l’entourait.

« Que je te comprend Jacques …. Les gens sont tous tellement con, pardon pour la vulgarité mais ils ne méritent pas un effort de langage. Malheureusement nous sommes tous pareils, tous humains, tous d’une nature ignoble et sans cœur.
Terrae est rangée à la même enseigne, oui c’est vrai, c’est normal j’ai envie de dire, nous avons beau être ‘spécial’ nous restons des humains, tous aussi con les uns que les autres, c’est la vie, c’est comme ça, nous deux on a été envoyé ici pour essayer d’accepter le fait que les humains soient comme ils sont et que nos pauvres petits idéo utopiques n’y changerons strictement rien. »


Après cela nous avions l’air de deux âmes perdues devant le bar avec des mégots et des verres presque vide à la main. Cette image devait être assez déplorable, comme deux pauvres manants atterrit là on ne sait pas trop comment ni pourquoi.
Cet air paumé lisible sur le visage de Jacques me faisait rire jaune, ce n’était pas drôle du tout.
Je comprenais si bien son désarroi face à la connerie des gens. Mais en même temps Jacques ferait surement parti des gens que je n’apprécie pas car il l’avait avoué lui-même ; lui aussi manipulait les autres.
C’était ces hommes, manipulateurs, qui m’avait fait souffrir et auquel je ne voulais plus avoir affaire, cette nouvelle pensée me dégoutais, je ne pouvais plus regarder cet homme à mes côté, je fixais donc mon verre vide, les larmes aux yeux.


Lou   Sleep2
Spoiler:
 
##   Ven 12 Avr 2013 - 15:31

Personnage ~
► Âge : 20
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Jacques Duroy
Jacques Duroy
Etoile Feu Lunaire
Messages : 234
Date d'inscription : 24/02/2013
Age : 26
Emploi/loisirs : Procrastiner, lambiner, être parfaitement improductif.
Humeur : lyrique, libertine et volage, telle est mon humeur

[Hrp: Je me permet quelques néologisme, je préfère prévenir^^ Nota bene: c'est dur de se concentrer sur ce que l'on écrit dans un cdi surpeuplé.]

On était du même bois elle et moi, à la fois brut et pourtant assez tendre, apparemment j'avais assez mal estimé à quelle point le monde l'avait fait souffrir. J'avais peut-être trop tendances à me prendre pour un cas particuliers. La beauté de l'égocentrisme. Je la sentais pourtant plus vulnérable que moi, je ne sais pas pourquoi. Une forme de machisme, de la fierté mal placée ou simplement une différence de caractère? J'étais un bon hédoniste, j'avais la capacité pour faire des choses mais mon goût du plaisir me poussé à me concentrer sur moi-même parce que je n'attendais rien du mon et je pensais que la réciproque devait être nécessairement vrai.

Hors j'étais confronté à un autre cas de figure, J'avais devant moi une demoiselle plus fragile que l'être cyniquo-narcissique que je constituais. Un silence s'était installé sans que l'on ne l'y invite, j'en profité pour sortir deux autres cigarettes.....8..... j'allumais la mienne et glisser l'autre directement entre les lèvres de Lou sans lui demander et l'allumais également. Je regardais son visage en même temps, si exalté il y quelques instants alors qu'elle parlais du Japon, elle était maintenant sur le point de pleurer, cela se voyais.

Les cigarettes m'offriraient un gain de temps pour tenter de découvrir l'origine de ces larmes que je voulais ,à tout prix , ne pas voir couler. J'ai horreur de voir une femme pleurer.

Alors, d'abord son discours sur l'effroyable nature humaine... Elle se concentrait sur l'ignominie partagée du genre humain, ce qui collait plus ou moins à ce que j'avais dit, donc ce n'est pas ça.

Alors cela tenait peut-être des propos de mon discours. Elle aurait réagit plus vivement si elle avait un amour éperdu de Bordeaux, le triste tableau que j'avais esquissé n'était probablement pas en cause. Notre consensus sur l'idée de le l'Homme aurait du lancé un échange plus poignant sur les méfaits de l'humanité.

Il ne restait que deux hypothèses viable:
1) Notre petite discussion avait réveillé de mauvais souvenir, ce qui me paraissait peu probable, c'est elle qui avait prononcé la dernière phrase et je n'y avais pas décelé un ton ou une attitude qui correspondrait à une gène de ce genre, pas un mordillement de lèvre ou un tic quelconque qui aurait pu passer pour un moye de mystifier la résurgence d'un sombre souvenir.

2) D'une manière ou d'une autre, le problème venait de moi. Si je lui avait déplu d'office elle ne m'aurait pas accompagné pour fumer, cela venait donc de ce que j'avais pu lui dire de moi. Riche, cynique et... Mais c'est bien sur.

Alors que j'achevais mon analyse, je la regardais. Elle me rappelait un peu la chansons de Brassens "les sabots d'Hélène", non pas qu'elle fusse mal vêtue, mais simplement qu'elle m'apparaissait comme une âme en peine, je voulais y remédier.

" Si ma présence te dérange je peux paritr, mais je tiens à dire que si j'avais été mal intentionné, je ne me serai jamais désigné comme ce que tu préfère voir en moi. Après le choix te reviens."


Au bon souvenir 684226JacquesDuroy
##   Ven 12 Avr 2013 - 19:41

Personnage ~
► Âge : 18
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Lou_A
Lou_A
Inactif
Messages : 174
Date d'inscription : 16/02/2013
Age : 24
Emploi/loisirs : rêver de l'avenir
Humeur : Happiness

Jacques profitait de ce silence pour sortir une nouvelle cigarette, je ne le regardais même pas, toujours à fixer mon verre, et sans rien demander il me glissa une cigarette entre les lèvres et me l’alluma, cet homme était vraiment très étrange mais son geste était appréciable et me fit esquisser un très léger sourire qui fit couler une larme de mes yeux humides.
Je pense qu’il avait vu mon visage changer, passé de mon grand sourire à ma « vrai » tête, celle qu’il ne faut surtout pas voir, la mauvaise, celle déprimée et blasée.
Il devait maintenant chercher pourquoi ce changement radical, j’espérais simplement qu’il ne comprenne pas que c’était à cause de lui et qu’il se vexe, car même si je n’arrivais plus à le regarder sa présence m’évitais d’être seule.
Il prit du temps avant de reprendre la parole, à ce moment-là mon espoir fût vain, il l’avait compris !

" Si ma présence te dérange je peux partir, mais je tiens à dire que si j'avais été mal intentionné, je ne me serai jamais désigné comme ce que tu préfères voir en moi. Après le choix te reviens."

Je cherchais maintenant ce que je pouvais bien lui dire, pour expliquer mon changement d’humeur si rapide, bien sûr sa présence ne me dérangeais pas et puis il était sincère au moins, il m’a prévenu qu’il était mauvais, maintenant je savais qu’il fallait que je fasse très attention à ne pas me faire manipuler par lui, je savais que c’était une mauvaise idée de parler à un homme, tant pis je ne pouvais pas lui dire de partir, et je n’en avais pas envie.

Par Envie de réconfort, et pour changer, moi et ma grande envie de câlin reprirent le dessus. C’est vrai que je suis très tactile même avec les gens que je ne connais pas, c’est parfois ce qui me joue des tours mais bon, là c’était ça et il n’avait plus la possibilité de voir mon visage et les quelques gouttes qui risquaient d’y couler ou je me m’étais à pleurer devant lui et je n’aimais pas du tout ça !
Je décidais donc de poser ma cigarette dans le cendrier et finis par enlacer cet homme si horrible, qui par sa propre description me dégoutait, mais la chaleur d’un corps est toujours réconfortante alors bon…
Surpris, il n’osait bouger, je profitais pour lui glisser ma raison dans l’oreille :

« Ce sont des hommes manipulateurs, comme toi qui m’ont fait souffrir, je ne veux plus avoir affaire à eux, mais ne pars pas s’il te plait, j’ai besoin de réconfort maintenant.
Et puis il ne faut pas me laisser seule, parce que je pense à de trop mauvaises choses quand je suis seule, surtout quand je suis déjà triste en compagnie de quelqu’un.
Donc s’il te plait reste encore un peu… »


Après cela je reposai ma tête sur son épaule, cet homme était grand mais j’arrivais juste à la bonne taille pour pouvoir poser ma joue contre son épaule chaude tout en le serrant dans mes bras.


Lou   Sleep2
Spoiler:
 
##   
Contenu sponsorisé

 

Au bon souvenir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Bar.
Aller à la page : 1, 2  Suivant