Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
faire la connaissence du toit de l'institut ^^
Dim 30 Juin 2013 - 19:38
avatar
Invité

Alors que je me déplaçais dans les ruelles, j'étais tombée sur le groupe de tout à l'heure. Ricanant, ils s'étaient jetés sur moi et j'avais juste eu le temps de crier avant d'être ensevelie sous une avalanche de coups. Ma lèvre se fendit de nouveau, mes habits furent quelques peu mis en miettes par les matraques et l'un des garçons appuya si fort sur ma jambe déjà blessée qu'elle émit un craquement terrifiant. L'un de mes attaquants, je ne sais pas lequel, rit et prenant mes cheveux sourit :

Héhé sans ton keum tu fais plus rien espèce de poufi---- tu vas déguster !

Je tremblais, incapable de me remettre sur mes jambes, ni de bouger. J'étais paralysée par la peur. Qu'aurait dit Aaron en me voyant comme ça..? Sûrement que j'étais la pire honte pour lui. Je fermais les yeux, résignée, lorsqu'il y eut du grabuge derrière moi. Je me sentis soulevée et j'ouvris les yeux pour être déposée en hauteur sur un balcon par Léon. Il était furieux. Pourtant il revêtit un masque jovial et me sourit :

Bon tu auras pas de pop corne mais tu pourras admirer le carnage !

Je lui fis un sourire tremblant, retenant mes larmes. Larmes de dépit, de colère.
Les garçons de la bande interpellèrent violemment mon ami qui, cette fois, sortit de ses gonds. La terre trembla violemment. Pas déstabilisés le moins du monde, la bande se rua sur Léon. Sous l'avalanche d'attaques, Léon plia et se roula en boule. Inquiète pour lui, je sautais de mon perchoir et atterris comme je pouvais. Ma jambe blessée, sûrement cassée, lâcha et je m'effondrais au sol. Zut, zut, zut !!! Qu'est-ce que je pouvais faire... Les garçons se reculèrent et Léon se redressa en époussetant ses habits. Soulagée de savoir qu'il allait bien, je fus néanmoins horrifiée lorsqu'il fondit sur ses assaillants. Il les battit en très peu de temps puis prit le visage du chef à pleine main, le plaquant contre un poteau. Il avait un sourire sadique que je ne lui connaissais pas.
Le reste, je ne le vis pas vraiment, car Léon se déplaça dans une ruelle près de là où je me trouvais. Ce qui me fit bouger, ce fut ses paroles :

-Il a parlé de tuer Crystal ! Et a osé retoucher Kana ! Qu'il crève qu'il crève tous ! Je hais ce genre de comportement sales cloportes minables vous méritez juste de mourir après avoir subit une grande souffrance ! Nettoyer les rues de minable comme vous c'est pas mal après tout ! MOURREZ TOUS !

J'entendis un grand bruit de ferraille et les voix terrifiées des garçons de la bande. Je me levais et allait jusqu'à Léon. Je posais une main sur son épaule et lui envoyais une décharge dans le bras pour lui faire lâcher le lampadaire qu'il tenait. Je lui dit doucement :

S'il te plais, arrête-toi là... Ils ont assez été corrigés.

Je m'étais placée entre lui et la bande, le dos tourné à cette dernière. Les garçon s'éveillaient ou se frottaient la tête et je leur jetais un regard. Ils comprirent et se levèrent. Ils partirent en courant, emportant leur chef évanoui. Une fois les racailles hors de vue, je souris à Léon :

Je crois qu'il est temps de rentrer...

La tête me tournait, ma jambe me faisait souffrir horriblement, et je sentais du sang sur ma tempe et dans ma bouche. Je ne voulais faire qu'une chose, c'est de m'allonger ici et de ne plus bouger. Mais je me forçais à bouger. Je m'approchais de Léon en boitant sérieusement et le tirais par la manche dans la direction du bâtiment de l'institut. Seulement, je n'avais pas fait trois pas que ma tête me tourna plus durement et je m'effondrais.
Revenir en haut Aller en bas

Dim 30 Juin 2013 - 21:47
avatar
Invité

Sa décharge m'avait un peu engourdie le bras tendis que je lâchais mon lampadaire avec fracas sur le sol me tenant un peu l'épaule à cause de la douleur " bordel ça fait mal une tonnerre " " Je sais baka " . j'étais tout de même toujours emplie de fureur envers ces gars et je voulais leur faire payer leur affront " au pire assomme Kan- " " Ferme la de suite ou je te vire ". Je tentais alors de me calmer comme je le pouvais malgré ce que j'avais pus entendre, si seulement j'avais continué je les aurais sûrement tué. J'entendis alors la douce voix de Kana qui disait doucement :

S'il te plais, arrête-toi là... Ils ont assez été corrigés.

Elle c'était tout aussitôt placée entre moi et ces abrutit de malfrats m'empêchant ainsi de continuer mon carnage tendis que je les voyais se réveiller doucement. " allez continu Léon tu étais sur le bon chemin " " non sinon je vais la blesser pas la peine ". elle les regardait et ils avaient du comprendre quelque chose car ils avaient pris leur jambe à leur cou pour s'enfuir très loin. " Un jour on les aura " " Hum j'y compte bien " résignais à mon idée de vengeance pour ce soir j'écoutais alors Kana qui m'avait dit en souriant :

Je crois qu'il est temps de rentrer...

Elle avait raison il fallait vraiment que l'on rentre avant que je ne change d'avis et surtout pour la soigner. Alors qu'elle boitait encore plus " putain les con " " on se vengera " elle essayait de me tirer pour repartir en direction de l'institut avant qu'elle ne tombe dans mes bras totalement inconsciente , moi inquiet je disais alors :

-Hey Kanette ça va ? Kanette ?? C'est pas drôle répond moi ??? Ka...Je m'étais stoppé et avait poussé un cri avant de cogner dans le sol le plus fort possible créant un plus gros cratère.

Je finissais de découper tout mon t-shirt pour lui enrouler autour de la tête car je voulais pas du tout fouiller dans ses affaires et l'avais alors porté et avais commençais à marcher. Je grommelais plusieurs insulte et mot débile le long du chemin, puis finalement arriver à l'établissement j'allais en courant jusqu'à l'infirmerie. Toquant à la porte , infirmière avait ouvert tout en me laissant passer en voyant la blessé et m'avait laissé la poser sur un lit totalement libre près d'une fenêtre pour qu'elle ait une vue de dehors à son réveille " toujours romantique dans les pires moment non " " jt'emmerde ". L'infirmière me regardait et me dit :  

-Mr Valentine Léon c'est ça , pourquoi je te vois aussi souvent en ce moment ?
-Désolé mademoiselle mais cette journée à été assez dur pour Kana et ce n'étais en aucun cas ma faute mais désolé si je vous importune ! avais-je dis en m'inclinant
-*soupir* pas grave, mais tu m'expliquera jeune homme en attendant prends un t-shirt et va patienter dans le couloir .

Je lui avait alors obéit et avais pris le t-shirt blanc assez simple qu'elle m'avait donné en fouillant dans une armoir et j'attendais alors dans le couloir patientant pour savoir si tout allait bien ou du moin si Kana n'allait pas avoir de séquelle et surtout pour être là à son reveille puisqu'elle déteste ces endroits là.
Revenir en haut Aller en bas

Mer 3 Juil 2013 - 10:15
avatar
Invité

J'ouvris les yeux sur un plafond blanc. Je regardais autour de moi. J'étais dans un lit, à côté d'une fenêtre donnant sur un endroit très mignon avec quelques fleur et de l'herbe.
Une drôle d'odeur flottait dans l'air. Je me redressais. Oh merde, ce que j'ai mal... Je sentais des bandages sur ma jambe, et on avait soigné mes blessures. L'odeur que je sentais, quant à elle, se précisa. Une forte odeur de désinfectant.
Une alarme se déclencha dans mon cerveau embrumé et je sursautais : Je suis à l'infirmerie !! Naaaaaaaan !!! La voix dans ma tête ricana : enfin debout, c'est pas trop tôt. Allez lève toi on s'en va.
Je tentais de me lever lorsqu'une infirmière entra et me congela du regard :

Ne tente pas de sortir ou je te cloue au lit à force de calmants !

Je déglutis. Je voulais vraiment sortir moi... Je me rallongeais néanmoins, moins pour moi, que pour l'infirmière qui me foudroyait du regard. Une fois qu'elle fut partie j'éclatais en sanglots et criais un bon coup (qui dût ébranler les murs) :

JE VEUX SORTIR D'ICI !!!

La voix soupira, mais je me fichais bien de son avis. Tout ce que je voulais c'était dégager d'ici en vitesse ! C'est ainsi que je m'effondrais sur mon lit et éclatais en sanglots. J'avais vraiment la frousse des infirmeries...
Revenir en haut Aller en bas

Mer 3 Juil 2013 - 11:47
avatar
Invité

L'infirmière avait été stricte et en plus je devais attendre dans le couloir sans savoir ce qu'il se passait dans la chambre, enfin si je le savais mais je savais pas vraiment si c'était grave ou pas ce que Kana avait subit. Quand à moi je pouvais à peine bouger mon bras du à cette magnifique décharge " tu l'avais bien cherché je crois aussi " " Bof faut bien se défouler de temps en temps ", en plus l'infirmière n'avait même pas prit le temps de m'examiner moi aussi, c'était * tu sors puis c'est tout * et comme si cela ne suffisait pas j'allais devoir lui expliquer pourquoi nous étions ici à une telle heure la poisse total. J'étais assez exténué et mes paupières devenaient lourde à supporter alors que je devais rester éveillé au cas ou elle viendrait me chercher pour me donner des nouvelles concernant la santé de Kana, néanmoin je pouvais sentir que j'étais sûr le point de m'endormir quand tout à coup ce qui me réveillait et m'avait fait sursauter c'était un crie assez violent émanant de, deviner, la chambre de Kana :

JE VEUX SORTIR D'ICI !!!

J'avais alors bondi de ma chaise pour rentrer dans la pièce en même temps que l'infirmière sortait, elle soupirait tout en enlevant ses mains de ses oreilles " à elle a du avoir mal aux oreilles elle " " ba en même temps vu le crie c'est pas étonnant " Puis en croisant mon regard elle me disait alors:

-J'ai laissé une feuille et un stylo pour que tu me décrives la raison de votre venue ! sur ce j'ai d'autre personne à aller voir ! Puis elle partie en fermant la porte derrière elle.

Je soupirais et prenais alors la chaise pour m'assoir juste à côté du lit et regardais Kana qui était en train de sangloter. Je savais qu'elle détestait cette endroit et c'était la raison pour laquelle j'avais veillé au moin trois ou quatre heures sans dormir puis je lui disais alors doucement en posant une main sur son ventre :

-ça y est tu es enfin debout, désolé mais j'ai été obligé de t'amener ici à cause de ta jambe, puis la doctoresse m'a obligé d'attendre à l'extérieur de la pièce donc bon sinon ça va comment te sens tu à par mal à cause du lieu ?

Tout en enlevant alors ma main je lui donnais un baisé sur le front histoire de la rassurer un peu plus avant de prendre le formulaire ma fois un peu bizarre " nom prénom age machin normal quoi, mais ça * avis sur les lieux * c'est quoi " " bof on se contentera de répondre hein ". Je m'hâtais alors à écrire tout ce qu'il c'était passé en grognant parfois sur quelque question. Ce formulaire me prenais tellement la tête que j'avais envie de le défenestré de l'étage où nous étions mais si je faisais ça ce serait ensuite moi que l'on jetterais, en répondant toujours je disais à Kana :

-Tu sais que mon bras est inutilisable pour le moment, la preuve je suis obligé de tenir ce truc avec mes genoux pour écrire avec mon autre main...mais je t'en remercie car au moin ça m'a évité de faire quelque chose d'impardonnable merci...

Revenir en haut Aller en bas

Jeu 11 Juil 2013 - 12:31
avatar
Invité

Je n'avais pas entendu Léon arriver en trombe, ni l'infirmière sortir. Je sursautais donc lorsque la main de Léon se posa sur mon ventre. Il me dit doucement :

ça y est tu es enfin debout, désolé mais j'ai été obligé de t'amener ici à cause de ta jambe, puis la doctoresse m'a obligé d'attendre à l'extérieur de la pièce donc bon sinon ça va comment te sens tu à par mal à cause du lieu ?

J'avais complètement craqué et je répondis donc comme une gamine en train de faire un caprice :

Je sais pas et je m'en fiche ! Je veux juste sortir de là !!

Il enleva sa main de mon ventre et déposa un baiser sur mon front. Je me calmais progressivement. Il remplissait un dossier pour l'infirmière. Je lus la question "Avis sur les lieux" et, unanimement, moi et la voix nous écriâmes : L'ENFER !!
La voix de Léon me ramena la la réalité :

Tu sais que mon bras est inutilisable pour le moment, la preuve je suis obligé de tenir ce truc avec mes genoux pour écrire avec mon autre main...mais je t'en remercie car au moin ça m'a évité de faire quelque chose d'impardonnable merci...

Je me redressais et lui lançais un regard foudroyant :

Tu me remercie de t'avoir blessé ? Ça va pas oui ! Je déteste blesser les autres, encore plus mes amis ! Alors ne me remercie pas ! Je ne l'ai pas fait pour toi mais pour cette bande de crétins !

Sur ces bonnes paroles, je sautais à bas du lit et m'en allais vers la sortie. Une fois hors de l'infirmerie, je m'accroupis contre le mur d'en face et éclatais en sanglots. Tiens ? Une nostalgie soudaine ? Ah oui, j'ai fait la même chose maintenant que lors de mon arrivée, avec la rencontre de ce garçon... C'était quoi son nom déjà ? Ah oui, Bito. Un gentil gaillard. Je souris entre mes larmes, perdues dans mes souvenirs.
Revenir en haut Aller en bas

Ven 12 Juil 2013 - 17:32
avatar
Invité

Alors que je continuais de remplir ce formulaire ou questionnaire au choix car il posait quand même quelque question personnel mais bon je suppose que j'en étais obligé. alors que je me cassais la tête à y répondre et à parler à Kana en même temps qui d'ailleurs cette dernière qui étais dans ses pensés mais qui avait été réveillée par mes paroles, elle c'était alors redressée vivement sur son lit pour me foudroyer du regard en disant sur un ton assez sec :

Tu me remercie de t'avoir blessé ? Ça va pas oui ! Je déteste blesser les autres, encore plus mes amis ! Alors ne me remercie pas ! Je ne l'ai pas fait pour toi mais pour cette bande de crétins !

Elle en venait presque à me faire peur à réagir de la sorte, pour tant elle m'a évitait une grosse bêtise donc pourquoi était elle montée sur ses grands chevaux comme ça, elle était assez bizarre parfois. Je venais juste de finir de remplir le formulaire quand elle s'enfuyait littéralement hors de l'infirmerie sans que je puisse rien dire ni la rattraper. En sortant de la chambre a mon tour j'allais d'abord rentre le papier à l'accueil m'excusant alors que infirmière me fusillait du regard genre * tu aurais dû la tenir * mais bon Kana était presque soigné donc j'en avais pas besoin.

Sortant dehors je la voyait en train de sangloter en boule contre un mur en face des lieux qu'elle détestait tant. Je m'approchais alors d'elle et m'accroupissant je lui caressais ses cheveux avec un grand sourire espérant la réconforter un peu car je savais pas trop ce qu'elle avait et lui demandait alors :  


-Dis Kanette que ce passe t'il donc...tout va bien, tu es rétablit mais il faudra faire un peu attention à toi à l'avenir et moi je n'ai rien regarde la preuve !

je m'étais alors levé pour fabriquer un mur ( bancale je vous l'accorde mais mes pouvoirs me faisaient encore défaut ) Et de mon bras presque non valide je tapais dedans avec une charge d'énergie pour le détruire. Cependant je retenais la douleur en ne disant rien et la re regardais :

-Mademoiselle je vous ordonne d'être joyeuse car vous avez évité un gros carnage dont je me serais mordu les doigts pour toujours alors reprenais vous et vite !, en disant ses mots je m'étais remis à son niveau pour sécher ses larmes qui coulait et lui adressait l'un des plus doux sourire que je pouvais faire.
Revenir en haut Aller en bas

Dim 21 Juil 2013 - 17:28
avatar
Invité

J'avais été méchante avec lui, alors que Léon tentait seulement de me réconforter. En pensant ça, mes pleurs redoublèrent. En me voyant dans cet état, la voix était partie et se faisait discrète jusqu'à ce que j'aille mieux. Je lui en fut reconnaissante. Léon arriva vers moi et demanda :

Dis Kanette que ce passe t'il donc...tout va bien, tu es rétablit mais il faudra faire un peu attention à toi à l'avenir et moi je n'ai rien regarde la preuve !

Je levais les yeux face au mur et sursautais en écarquillant les yeux en le voyant taper dedans et le détruire en intégralité. Après cela, il s'accroupit et se mit à ma hauteur. J'étais recroquevillée contre le mur en face de l'infirmerie. Il me dit gentiment :

Mademoiselle je vous ordonne d'être joyeuse car vous avez évité un gros carnage dont je me serais mordu les doigts pour toujours alors reprenais vous et vite !

J'avais été méchante avec lui et il venait me voir sans m'en vouloir... Il essayait même de me remonter le moral après cette journée éprouvante. Les signes ne trompent pas, il parait. C'est la vérité. Mon menton trembla et je poussais un petit gémissement de culpabilité. Puis je fis ce qu'aurait fait une petite fille en voyant son sauveur. Je me blottis dans ses bras et me mis à sangloter. Je hoquetais :

P-pardon... Je voulais p-pas être méchante... J-je voulais p-pas....

Je pleurais à chaudes larmes. Décidément cette journée était très dure.
Revenir en haut Aller en bas

Lun 22 Juil 2013 - 0:53
avatar
Invité

Oups j'avais fais sursauter la demoiselle que je cherchais à réconforter plutôt que de l'effrayer quelle action stupide avais-je entrepris * À bas on peut pas être éclairé à tout les étages hein * mais tu va la fermer oust enfin tranquille. Je ne savais que trop dire face à elle alors que pourtant elle allait pas bien du tout à cause de cette satanée journée, je m'étais juré ce jour là que la prochaine fois je ne la quitterais pas des yeux une seule seconde même si je devais lui tenir la main pour ça. Elle avait réagis à mes paroles avec une sorte de gémissement que je n'avais encore jamais entendu auparavant puis au bout d'un moment elle c'était mise contre moi toujours en pleurant et elle c'était excusée :

-P-pardon... Je voulais p-pas être méchante... J-je voulais p-pas....

Alors qu'elle pleurait encore plus j'avais posé mon doigt sur sa bouche pour la faire taire car elle avait la fâcheuse manie d'enchaîner les bêtise dans ses paroles. Je la portais alors en la serrant contre moi et la ramené dans sa chambre, cela étend fait l'infirmière soupirait avant de venir avec une seringue, sûrement une truc pour endormir. Je l'éloignais gentiment du regard de Kana en disant que c'était une mauvaise idée à moi qu'elle veuille devenir un para-tonnerre, elle sortait de la pièce me râlant après que si Kana me blessait je serais pas soigné. Je me contentais de l'écouter avant de fermer la porte derrière elle et de revenir auprès de Kana. Puis me glissant juste a côté d'elle dans le lit je lui avait alors dit d'une voix très douce :

-Sèche tes larmes veux tu ? Tout est finit et tout va bien maintenant... C'est ma faute si tout ça est arrivé, si seulement je ne t'avais pas emmené en ville tu en serais pas là...

La tristesse s'abattant sur toi tu luttes,
Tes pleures et tes larmes se libèrent,
Jouant avec une mélodie comme un aire,
Te transportant au loin jusqu'à une bute,

Ta tristesse et ton chagrin finalement cesse,
Laissant place à la joie et à la beauté,
La lumière du soleil t'enveloppe et te caresse,
Laissant place à des rires et des chants sans s'arrêter.  


J'espère que ça t'aidera à te consoler un peu et peut voudrais tu bien pardonné ma bêtise ?


Avais-je alors dit en la prenant contre moi et en essayant de retenir mes quelques larmes.
Revenir en haut Aller en bas

Lun 22 Juil 2013 - 17:51
avatar
Invité

J'allais continuer de m'excuser lorsque Léon posa un doigt sur mes lèvres. Je me tus. Il me serra contre lui alors que je tremblais et me porta littéralement dans la chambre qui m'avait été attribuée. J'entendis des pas et Leon détourna mon regard. Sur le coup je ne compris pas. Je l'entendis qui disait que "ce" n'était pas une bonne idée. L'infirmière sortit en râlant.
Je me glissais dans les draps froids empestant les antiseptiques et tournais le dos à la porte. Je regardais par la fenêtre, pleurant toujours comme une madeleine. Je sentis soudain une présence à mes côtés et Léon chuchota :

Sèche tes larmes veux tu ? Tout est finit et tout va bien maintenant... C'est ma faute si tout ça est arrivé, si seulement je ne t'avais pas emmené en ville tu en serais pas là...

La tristesse s'abattant sur toi tu luttes,
Tes pleures et tes larmes se libèrent,
Jouant avec une mélodie comme un aire,
Te transportant au loin jusqu'à une bute,

Ta tristesse et ton chagrin finalement cesse,
Laissant place à la joie et à la beauté,
La lumière du soleil t'enveloppe et te caresse,
Laissant place à des rires et des chants sans s'arrêter.  

J'espère que ça t'aidera à te consoler un peu et peut voudrais tu bien pardonné ma bêtise ?


Je hochais la tête incapable de parler, la gorge serrée. Il me serra contre lui et je me roulais en boule en pleurant. La voix dans mon esprit tentais de me rendre plus joyeuse en envoyant des décharges d'idées positives. Peu à peu calmée, je finis par m'endormir et avant de fermer les yeux je murmurais :

Pardon...
Revenir en haut Aller en bas

Mar 23 Juil 2013 - 12:36
avatar
Invité

alors que je venais de citer un magnifique poème pour essayer de la réconforter un peu mais cela eu un effet inverse car elle c'était totalement roulé en boule contre moi. La prochaine fois il fallait que je me retienne de sortir un truc du genre si ça faisait pleurer, moi qui pensais avoir bien fait ba j'avais été totalement perdu sur le moment j'espérais vraiment ne pas l'avoir blessé. Si c'était le cas elle m'aurait jeté je pensais mais en même temps peut être n'osait elle pas me le dire ce que je pourrais aussi comprendre puisque j'essayais de tout faire pour qu'elle se remette à sourire de nouveaux. À la place de ça elle pleurait à chaude larme, elle devait sûrement évacuer toute la pression qu'elle avait subit jusqu'à présent.

J'allais pour essayer de la consoler encore en utilisant d'autre mot un peu plus joyeux mais je ne le pus et j'avais du refermer ma bouche car dans un dernier murmure elle c'était excusée avant de s'endormir un peu plus calmée mais toujours les yeux remplient de larme. Je les lui essuyaient délicatement pour ne pas la réveillé ou lui faire mal et en attendant je me contentais juste de la garder contre moi pour ne pas qu'elle soit effrayée quand elle se réveillera. Le temps quand à lui passait lentement car de mon côté je ne faisais pas grand chose à par regarder les aiguilles de l'horloge qui était en face de moi, mais au moin ça lui permettait à elle d'avoir un long sommeil paisible que je ne laissais être dérangé pour rien au monde.

La nuit arriva alors, car oui elle c'était endormie en pleine après midi et la lune commençait à se trouver au dans le ciel accompagné de quelques étoiles qui se faisaient tout de même assez timide dans le ciel d'un bleu sombre mais accueillant. Elle avait alors commençait à enfin ouvrir les yeux en cette nuit très calme où seul le bruit de notre respiration régné car il y avait personne d'autre pour une fois ici à par nous et l'infirmière de nuit qui devait être en train de dormir paisiblement elle aussi. Gardant Kana contre moi je la fixais alors dans les yeux et disaient en chuchotant presque :


-Alors tu as bien dormi ? Comment tu te sens mieux j'espère ? S'il te plait pourrais tu retrouvais ton sourire en essayant d'oublier tout ça car c'était une mauvaise journée puis voila tout, en tout cas je serais toujours là si tu as besoins. La preuve j'ai pas dormi en attendant ton réveil pour te rassurer !Avais-je dis en arborant un doux sourire.
Revenir en haut Aller en bas

Mar 23 Juil 2013 - 16:12
avatar
Invité

Lorsque j'ouvris les yeux j'étais toujours dans cet pièce puante et horriblement blanche. Sauf qu'il faisait nuit. La lune était déjà haute. Léon était toujours là. Il planta ses yeux dans les miens et dit d'une voix douce et rassurante :

Alors tu as bien dormi ? Comment tu te sens mieux j'espère ? S'il te plait pourrais tu retrouvais ton sourire en essayant d'oublier tout ça car c'était une mauvaise journée puis voila tout, en tout cas je serais toujours là si tu as besoins. La preuve j'ai pas dormi en attendant ton réveil pour te rassurer !

Je rougit en le voyant si près et eut le réflexe malheureux de le repousser. Or, étant Titan, il était plus fort que moi et je basculais du lit. J'atterris sur le carrelage, ma jambe blessée sous moi. Je poussais un couinement de douleur avant de me relever difficilement. Je me rapprochais du lit en boitillant et m'excusais :

Pardon, j'ai eu un peu peur quand j'ai vu que tu étais si... si proche...

Je passais en mode coquelicot. Je m'assis sur le bord du lit, me cachant derrière mes cheveux. Je dis timidement :

Merci de m'avoir veillée... Tu peux dormir si tu veux, tu dois être épuisé. Je reste ici, sois tranquille.
Revenir en haut Aller en bas

Mar 23 Juil 2013 - 17:18
avatar
Invité

Je l'admirais ouvrir les yeux petits à petits comme si elle sortait d'un long rêve ou tout ça ne serait pas réel et ou rien en c'était produit. Mais malheureusement c'était totalement le contraire enfin maintenant que tout était réglé nous n'avions plus à y penser et nous pouvions nous reposer tranquillement et plus important encore nous changer les idées en sortant dans Terrae ou en faisant des activités ensemble. Je la voyait qui rougissait encore une fois et elle avait même tenté de me pousser du lit sauf que bon se fut l'inverse qui se produit, et bien évidement elle se rapprochait pour encore s'excuser :

Pardon, j'ai eu un peu peur quand j'ai vu que tu étais si... si proche...

Je me contentais de secouer la tête gentiment comme pour montrer une négation et lui disait alors d'une voix douce :

-Allez va dis pas de bêtise c'est moi qui aurait du prevoir ta réaction et m'éloigner un peu mais en même temps j'avais peur que tu te réveilles en panique car dans ton sommeil tu me serrais comme un gros doudou et si je m'étais un peu écarté bein tu aurais paniqué !

Elle était devenu totalement rouge genre comme de la lave et son côté petite timide mignonne ressortait à nouveau et elle m'avait dit doucement :

Merci de m'avoir veillée... Tu peux dormir si tu veux, tu dois être épuisé. Je reste ici, sois tranquille.

Je rétorquais alors :

-Bein à vrai dire tu sais je n'ai pas sommeil du tout et pour tout t'avouer je voulais faire une petite balade au clair de lune histoire de m'apaiser un petit peu, voudrais tu bien m'accompagner ?
Revenir en haut Aller en bas

Mer 24 Juil 2013 - 18:55
avatar
Invité

Je rougis lorsqu'il me signala que je l'avais tenu "comme un gros doudou". Je balbutiais quelque chose de totalement incompréhensible.
Il continua ensuite, répondant à ma proposition :

Bein à vrai dire tu sais je n'ai pas sommeil du tout et pour tout t'avouer je voulais faire une petite balade au clair de lune histoire de m'apaiser un petit peu, voudrais tu bien m'accompagner ?

Je rougis à nouveau. Décidément, Kana mode tomate est de retours ! Je baissais les yeux et répondit timidement :

Ben... Si tu veux pas dormir... Alors je veux bien t'accompagner... Si ça te dérage pas trop...

J'étais empotée parfois. Ouaip ! Confirma la voix de retours dans ma tête. Si il te propose de sortir c'est que tu le gênes pas !
Je soupirais. Pas faux. Je me levais et me dirigeais vers la porte lorsque l'infirmière m'intercepta. Elle insista pour m'examiner avant que je m'en aille. Je me pliais de mauvaise grâce à son contrôle pointu. Une fois la pauvre femme rassurée de mon état, je pris Léon par la main et le tirais hors de l'endroit que je redoutais tant. Trop heureuse de m'éloigner de ce lieu de torture, je continuais dans la direction de la cours. Sans lâcher la main de Léon, je m'arrêtais au milieu de celle-ci et inspirais un grand coup. Pour me rendre compte que je le tenais toujours. Je lâchais sa main comme si j'avais été brûlée par son contact et reculais dans l'ombre d'un arbre en m'excusant.
Revenir en haut Aller en bas

Mer 24 Juil 2013 - 23:32
avatar
Invité

Décidément ma pauvre Kana elle ne faisait que de rougir en se moment, faut dire aussi dans sa tête tout devait tellement bien se mélanger qu'elle en perdait sûrement le contrôle et que du coup elle ne savait que faire d'autre. Je pouvais la comprendre et j'espérais juste que ma seul présence pourrait l'apaiser car il fallait que je face attention à mes prochaine phrases. Forte heureusement je ne lui avais point coupé son envie de parler du moin dans la mesure du possible car je la voyais qui en baissant les yeux, avait accepté ma proposition timidement :

Ben... Si tu veux pas dormir... Alors je veux bien t'accompagner... Si ça te dérage pas trop...

Elle avait alors soupirait pour ensuite partir à toute vitesse vers la porte, sauf que infirmière la bloqua pour la contrôler et bien évidement vu que c'était sur tout le corps bein je détournais les yeux un petit moment. Au bout de quelques minutes une main m'attrapa et m'avait conduit jusqu'à la cour, mais elle réalisa une choses et me lâchais alors ma main pour se cacher dans le noir sous un arbre en s'excusant encore. Je la tirais par le bras doucement pour la faire revenir vers moi elle lui disait alors:

- Tu n'as ni à te cacher ni à t'excuser tu sais, tu réagis comme toute personne normal voyons. Et puis si je te demande si tu peux m'accompagner c'est que je le veux et c'est surtout pour toi puisque tu n'aimes pas les infirmeries ou hôpitaux. Allez va tout va bien et puis tu me connais depuis que je suis ici donc ne t'en fais vraiment pas va. Attends j'ai une idée vu que l'on se connait depuis longtemps et que tu étais la premiére à m'avoir remonté le moral.

J'eus pensé alors à une chose que j'avais entendu, on pouvait se servir de notre pouvoir pour créer des cristaux. Je concentrais alors mon énergie comme je le pouvais suant fortement et me vidant peu à peu mais c'était pour la bonne cause. L'énergie devenait instable et me claqua une fois dans les main * J'y arriverais bordel * enfin une bonne action ALLEZ * Je recommençais l'épreuve tombant au sol à genoux mais forçant quand même de tout mon être. à la fin haletant je me relevais lentement et m'appuyais à l'arbre pour ne pas tomber, la regardant avec un grand sourire je lui disais alors en tendant une paire de boucle d'oreille couleur marron :

-Tient c'est pour toi, mon cœur est déjà ailleurs et vue que tu es une amie admirable accepte se présent, il t'accompagnera et te guerrira de tes peines et de ton chagrin si besoin en est !
Revenir en haut Aller en bas

Jeu 25 Juil 2013 - 23:13
avatar
Invité

Léon me tira par le bras et m’amena vers lui. je tentais de garder une contenance lorsqu'il me dit :

Tu n'as ni à te cacher ni à t'excuser tu sais, tu réagis comme toute personne normal voyons. Et puis si je te demande si tu peux m'accompagner c'est que je le veux et c'est surtout pour toi puisque tu n'aimes pas les infirmeries ou hôpitaux. Allez va tout va bien et puis tu me connais depuis que je suis ici donc ne t'en fais vraiment pas va. Attends j'ai une idée vu que l'on se connait depuis longtemps et que tu étais la premiére à m'avoir remonté le moral.

Il sembla alors se concentrer comme un forcené. Je le regardais faire, curieuse. Une lueur apparut dans ses mains avant de se disperser avec un claquement sec. Je sursautais. Mais qu'est-ce qu'il faisait ? Je commençais à m'inquiéter lorsqu'il plia sous l'effort et tomba à genoux. Je posais une main sur son dos et l'appelais doucement, puis un peu plus fort. Il ne me répondit pas mais se releva et recula, s'adossant à un arbre. Souriant, fier il me présenta une paire de boucles d'oreilles d'un brun chaud. Je compris alors. Il avait créé un cristal pour moi. Comme Hideko lors de mon initiation. Instinctivement je sortis la gemme rouge que je portais dans une bourse, toujours à mon cou. Puis je pris les boucles d'oreilles et mon regard passa des bijoux à Léon, de Léon aux bijoux. Il dit :

Tient c'est pour toi, mon cœur est déjà ailleurs et vue que tu es une amie admirable accepte se présent, il t'accompagnera et te guerrira de tes peines et de ton chagrin si besoin en est !

Je ne put me retenir. Pour la seconde fois de la journée, je lui sautais au cou et me mis à sangloter. Je le remerciais :

Merci, merci... C'est magnifique... Je sais pas quoi dire... Snif... Merciiiii...

Je pleurais à chaudes larmes maintenant. Le voix soupira. Who cares ? J'avais l'un des amis le plus précieux au monde.
Revenir en haut Aller en bas

 

faire la connaissence du toit de l'institut ^^

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 6Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae. :: Toit de l'institut
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant