Partagez | 
- Me laisserais-tu .. passer du temps avec toi ? -
##   Mer 30 Mar 2011 - 18:21
avatar
Invité


Je commençais peu à peu à contrôler le don qu’on m’avait donné. Entrainant mon corps et mon esprit chaque jour afin de contrôler mes flammes, j’arrivais enfin à les activer et les arrêter quand je le voulais. Évidemment, ma flamme n’était pas plus grande que celle d’un briquet, mais j’étais au moins contente de ne plus risquer de bruler tout ce qui m’entourais. Aujourd’hui était un jour spécial pour moi, cela faisait quatre mois pile que j’étais arrivée à Terrae. J’avais l’impression que les saisons n’avaient aucune emprise sur l’institut à vrai dire, même si nous étions au centre de Tokyo, le ciel passait du bleu clair au gris foncé en un clin d’œil. Toujours pas de neige en vue aussi, cela était normal après tout pour un jour de printemps n’est ce pas ?

Sortant de ma chambre en fermant la porte derrière moi, j’avais décidé de sortir de l’institut aujourd’hui pour la première fois. J’avais demandé à Aya-Tan si l’envie de m’accompagner lui dirait mais celle-ci m’avait répondue que si elle le voulait elle aurait du prendre le train hier pour être là au matin. Tokyo, Kyoto, c’était quand même un long chemin à faire, que ce soit en train ou en voiture à vrai dire.

Passant le majestueux portail de l’entrée, je marchais jusqu’à l’arrêt de bus en attendant que celui-ci arrive. Il n’était pas dans mes habitudes de prendre les transports en commun, mais bon, une fois ne me tuera pas … n’est ce pas ? Voyant celui-ci arriver, je serais mon sac à main en affichant un sourire de contentement. Heureusement que je n’ai pas dû attendre longtemps pour une fois, qui sait ce que j’aurai fait au chauffeur s’il m’avait fait poiroter ?

Arrivée au village de Terrae, je commençais par faire les lèches vitrines avant de rentrer dans quelque magasins m’intéressant. J’ai passé à peu près une heure dans chacun en ressortant avec des paquets divers, décidant que mon temps shopping était fini, je voulu me relaxer quelque part et boire un bon petit thé fumant. Cherchant des yeux un café, je ne vis rien de très intéressant et je n’avais pas envie de rentrer directement à l’institut, même si les paquets que je portais était encombrant.

Réfléchissant un cours instant, je décidais finalement d’appeler une voiture afin que mes paquets soient livrés dans ma chambre. Ainsi, je pouvais pleinement profiter du reste de ma journée.

Une fois débarrassée de mes paquets, je commençais ma marche à la recherche d’un endroit pour m’y poser. Je n’étais pas du genre à apprécier les endroits regorgeant beaucoup de gens à vrai dire, j’aimais le calme, plus que tout. Avançant dans les ruelles sombres de la capitale du Japon, je fini par atterrir dans un cul-de-sac. Malchance … Me retournant pour faire marche-arrière, je continuais jusqu’à ce que j’arrive dans un petit café délabré ou quelques chaises été posées à l’entrée de celui-ci. Regardant l’affiche pendante au dessus de ce qu’il me semblait être la porte d’entrée, je laissai échapper un petit rire en remontant dans mes souvenirs. Après tout, c’était dans un endroit tel que celui-ci que j’avais rencontré Aya-Tan pour la première fois …

Décidant d’entrer dans cet endroit, je fus surprise de voir la décoration intérieure. Même si l’extérieur laissait un sale avant gout, l’intérieur était rempli d’une atmosphère chaude et douce. Quelques papys ainsi que des petits jeunes merdeux s’étaient posés dans cet endroit, contrastant avec le lieu.

M’adossant au bar en regardant les gens converser, la barman s’approchait de moi pour prendre ma commande. Demandant un thé vert, elle s’en alla le préparer en me laissant seule sous les regards pesant des buveurs. Une fois la femme revenue, je me saisis de mon thé et m’en allai me trouver une table à l’abri des regards ou je pourrai le boire tranquillement. Cherchant des yeux un coin ou m'installer, je remarquais une table occupée par une jeune demoiselle qui me semblait familière. Analysant la personne de dos, sa chevelure bleutée me fit comprendre qui était cette fille.

Approchant de la table en affichant un sourire amusé, je tirai la chaise délicatement devant la personne et m’y assit. Regardant le visage inexpressif de Natsuki et ses yeux clos je compris directement que celle-ci se permettait un petit somme devant sa commande.

- Ara … Ce n’est pas un endroit où l’on peut se permettre de dormir Natsuki-Chan …

Approchant mon visage de celle-ci, je déposai mes lèvres sur les siennes dans un geste doux avant de me reculer. Voyant que celle-ci ne se réveillait pas toujours, je laissai sortir un petit rire cristallin avant de prendre une gorgée de ma boisson. Il fallut au moins une bonne dizaine de minutes avant que je ne reçoive un signe de vie de Natsuki, je ne m’en plaignais pas du tout … après tout, il n’y a que quand elle somnole que je peux me permettre de la fixer ainsi. Ouvrant doucement les yeux, son regard croisa le mien, premièrement sans vraiment me regarder, elle referma les yeux. Puis, elle les rouvrit, et ainsi de suite jusqu’à ce qu’elle me fixe de son regard si froid qui ferait trembler la terre …

- Ara, je crois que MA petite Natsuki s’est endormie au mauvais endroit.

Souriant d'amusement, je portais mes lèvres à ma tasse sans lâcher les émeraudes qui me fusillaient du regard.

##   Mer 30 Mar 2011 - 20:52
avatar
Invité

Cela faisait quelques jours que j'ai commencé à découvrir ce qu'est Terrae. Un institut remplit de gens aux pouvoirs étranges qui, ne leur servaient pas à grand-chose. Enfin, ils avaient tellement de possibilités à les utiliser, mais on dirait que cet endroit était rempli de saints. Quoi que... Je n'ai pas vu énormément de gens depuis mon entrée dans ce nouveau monde, donc je ne pouvais pas me baser sur ce que je vis en si peu de temps. Par contre une chose restait identique... Les cours, cet enfer qui me faisait dans être inactive pendant des heures. Chose insupportable que je réglais à ma façon.

Donc, décidant de sécher un cours particulièrement ennuyant, je m'éclipsais de la classe ni vue ni connue. Vagabondant dans les couloirs tout en faisant attention de ne pas tomber sur un prof, je cherchai un endroit qui puisse être assez divertissant. Les couloirs? Ennui ... Dehors? Ennui ... En fin de compte quand on ne connait pas la raison de son existence et quand on ne possède pas d'hobby, il était assez compliqué de trouver quelque chose à faire.

Après quelques longues minutes de cette marche inutile, je décidai de rentrer au dortoir question de me changer et aller à a découverte de la ville. Ce serait assez intéressant d'aller casser la figure à quelques machos trop sur d'eux. Question de rire un peu. Arrivée devant ma chambre, j'ouvris la porte avec la ferme conviction de me défouler aujourd'hui. Fouillant rapidement dans ma garde-robe, je sortis ma combinaison noire que je contemplais pendant un long moment, admirative. Décidant tout de même d'arrêter la contemplation de mon habit toujours fidèle pendant mes courses nocturnes, je l'enfilai en deux trois mouvements, délaissant mon uniforme habituel. J'avais hâte de monter sur mon fidèle ami qui m'attendait dehors pour me procurer une sensation inoubliable d'adrénaline. Si tout était en ordre, mon destrier devait être garé à l'arrière du bâtiment bien cacher dans les feuillages.

Sans attendre d'avantage, je sortis dans le couloir, revenant sur mes pas quelques secondes pour chercher mon casque et de nouveau refermer la porte à clé. Descendant rapidement les marches devant moi, parcourant silencieusement les couloirs déserts, j'arrivai calmement près de ma Ducati. Bien luisant sous le soleil du printemps, elle se dressait fièrement devant moi. Une machine lourde pour une fille comme moi, diraient les gens en me voyant devant. Mais cet engin imposant se laissait commander par ma personne facilement, les impressions étaient bien fausses sur ce point. Voilà un avantage pour bien enrouler les gens qui ne me connaissaient pas.

Mettant le casque, je démarrai rapidement laissant échapper un bruit sourd, un grognement qui sonnait comme un murmure doux à mes oreilles. Roulant vers la route principale, j'accélérai de plus en plus, slalomant entre les voitures. Mais où aller?

Arrivée au village de Terrae, je me garais à une place quelconque attachant mon précieux trésor. Me promenant dans différentes ruelles à la recherche d'une bagarre ou tout simplement d'un mec friqué pour lui voler quelque chose, je marchais d’une manière détendue. Il était vrai que mes problèmes d'adrénaline et de drogue revenaient à chaque fois que j'avais un peu de liberté comme maintenant. D'ailleurs, je me demandais s'il n'y avait pas un bon dealer quelques part dans les environs. Effectivement, à Kobe je trouvais ce genre de personnes à tous les coins de rue. Galère, Tokyo était un endroit assez inconnu pour moi. Les quelques fois que je venais faire un tour ici, ce n'était que pour les « affaires ». Grognant de mécontentement, je sortis mon portable en espérant trouver un contact qui pourrait m'aider dans mon malheur. Trouvant un numéro où il était écrit « TJ », je souris avant d'appeler. La réponse ne se fit pas attendre, et une voix endormie me répondit. Je constatais par la qu'il devait être déjà après sa dose quotidienne. Demandant s'il n'avait pas de connaissances ici, mon ton enjoué devait se faire entendre car il me demanda si Tokyo me plaisait. Je m'abstenais de répondre. Mais à mon grand plaisir, il me donna les coordonnées d'un certain bon dealer qui pourrait répondre à mes attentes. M'arrangeant pour trouver un point de rendez-vous fiable, je reçu la rue et aussi le nom du bar.

Enfin, je me disais que c'était un bar ordinaire avec des buveurs et toute sorte de racaille dans tous les coins. Je me trompai largement sur cela. J'étais plus qu'étonnée en rentrant dans ce lieu peu logique pour ce genre de transaction. Peu être c'était à la mode ici pour ne pas attirer des soupçons. Ne me posant pas d'avantage de questions sur le pourquoi du comment, j'avançais jusqu'au bar et pris un bon whisky. Ma commande dans les mains, j'allais m'installer dans un coin calme sans faire attention au décor et aux gens, en gros à toutes ces choses inutiles.

Une table, un verre devant moi, et l'attente. Des minutes interminables... un sms de la part du mec en disant qu'il a des empêchements mais sera là le plus vite possible. Un grognement, un soupir et la promesse de le bousiller par la suite... l'attente et les yeux qui se ferment. Un sursaut, une gorgée de cette boisson alcoolisée, et le sommeil...

Et le réveil!! Je n'en croyais pas mes yeux, un mauvais rêve surement. Refermant et rouvrant les yeux, son image ne disparaissait pas et c'est à ce moment que j'ai compris qu'elle était bel et bien dans le même endroit que moi, et que c'était réel.

-Ara, je crois que MA petite Natsuki s’est endormie au mauvais endroit.

Mon regard glacial ne lâchait plus ses rubis qui pétillaient d'amusement. Que de pire que de voir une telle personne juste au réveil. Je me demandais tout de même, avec des sueurs dans le dos, depuis combien de temps elle se trouvait là. Sans attendre, je lui sortis agressivement:

-Qu'est ce que tu fous là?!

Tout en lançant un regard à mon portable, je vis qu'une vingtaine de minutes à peine étaient passées. Reportant mon regard sur la jeune femme, je la fusillais avec colère. Elle ne pouvait pas rester ici, surtout si le type en question devait se ramener, cela pourrait me poser des problèmes.

-Vas voir ailleurs!
##   Mer 30 Mar 2011 - 21:31
avatar
Invité


- Qu'est ce que tu fous là ?!

Me fusillant du regard comme à son habitude, Natsuki crachait ses mots tel le venin sortant des dents aiguisée d’un serpent. Elle ne changera donc d’aussi tôt son comportement envers moi. Restant de marbre en affichant toujours mon petit sourire amusé, je pouvais facilement lire la confusion dans son regard. Avait-elle été surprise de ma présence, l’aurai-je donc manquée à ce point ?

- Vas voir ailleurs !

La jeune femme devant moi sortis ses mots laissant échapper sa colère d’un quelconque contrôle, ne répondant pas à ses dires je continuais à la fixer intensément en buvant mon thé. Je n’étais pas d’humeur à me prendre la tête aujourd’hui et encore moi à me chamailler avec ma douce Natsuki, j’avais plus envie de jouer … Si je pouvais dire cela ainsi.

- Ara, Natsuki devrait saluer les gens avant de leurs dires si … gentiment … de te laisser.

Souriant en sachant très bien que ma remarque allait avoir des conséquences désastreuses, je continuai d’un bon train en gardant mon air amusé plaqué sur le visage.

- Aurais-tu des choses secrètes à faire ? Ou n’oses-tu pas admettre que tu es heureuse de me revoir ?

Mon sourire s’élargissait sur chacune de mes paroles, je jouais un jeu dangereux et je savais pertinemment que ca ne lui plaisait pas. Pourtant l’envie de la taquiner se fit ressentir dans ton mon corps tel une excitation intense.

- Alors dis-moi, que c’était-il donc …

Avant que je ne puisse finir la phrase une ombre gigantesque recouvrit la table, tournant le regard pour savoir quel était la personne qui venait de me déranger, j’avalais de travers en remarquant que cet inconnu ressemblait à une armoire à glasses tailler avec du bêton. Son visage sali par la sueur et l’odeur dégageant l’homme me fit comprendre que celui-ci n’avait rien de clean, bien au contraire.

- Natsuki Kuga ?

Me tournant vers Natsuki en affichant un sourire faussement moqueur, je lui fis comprendre des yeux que l’inconnu venait de dévoiler une information qu’il aurait fallut laisser secrète. Une petite recherche sur la jeune Kuga ? Moi ? Evidement que je ne ferai pas ça …

- T’es censé être seule, j’joue pas sur deux plans trop de risques. Si tu veux quelque chose vient le chercher seule.

Nous tournant le dos, l’homme s’en alla comme il était venu … en coup de vent. Le regardant partir en faisant faussement un signe amical pour lui dire au revoir, je le vis hausser des épaules en marmonnant quelques insultes inaudibles. Pauvre homme … était-il ce que j’avais pensé ? Vu sa dégaine et ses dires, il n’y avait pas autre chose à croire. Entre un trafiquant de prostitués ou un dealer, je pencherai pour le dealer … je verrai mal ma chère petite Natsuki se payer des hommes ou des femmes.

- Ara … aurai-je interrompu une rencontre important Natsuki ?

Mordillant ma lèvre inférieur pour ne pas exploser de rire en voyant son air déconfit, je sentis qu’une troisième guerre mondiale allait éclater ce jour même dans ce petit café à l’abris des regards des quelques personnes nous faisant compagnie.

##   Ven 1 Avr 2011 - 20:00
avatar
Invité

Sans prendre en considération ma demande de sa disparition, elle commença sans gène à sortir ses remarques des plus énervantes.

-Ara, Natsuki devrait saluer les gens avant de leurs dires si … gentiment … de te laisser.

-Aurais-tu des choses secrètes à faire ? Ou n’oses-tu pas admettre que tu es heureuse de me revoir ?


Toujours sans répondre à ses dire, je la regardais de travers. Fronçant des sourcils et serrant les poings sous la table, le stress montait avec les minutes qui passaient. Et de plus, son sourire plaqué sur le visage laissait bien comprendre qu'il sera difficile de la faire dégager.

-Alors dis-moi, que c’était-il donc …

Avant qu'elle s'interrompe, je tournai déjà mon regard vers l'homme qui nous faisait face. Je reconnu tout de suite de quel milieu il venait et dans quel but il était là. Mauvais timing, vraiment mauvais... Ouvrant la bouche pour expliquer à l'homme ou à l'importune face me faisant face, la situation du moment, je n'eus pas le temps.

-Natsuki Kuga ?

Oui... Effectivement. Laissant mon visage de marbre en lançant un coup d'oeil à Shizuru, je vis cette dernière afficher un sourire suspect. Mon nom! Merde! Je ne savais pas ce qu'elle pouvait faire avec, mais jamais trop de prudence avec ce genre de personne.

-T’es censé être seule, j’joue pas sur deux plans trop de risques. Si tu veux quelque chose vient le chercher seule.

Non.. NON! Avant même que je puisse bouger, l'homme en question partit aussi vite qu'il fut venu. Je sentais déjà une rage grogner dans tout mon être. Bon sang... C'était une occasion en or pour me procurer du vrai et bon marché en plus. Comment j'allais faire maintenant? Il ne me fera plus confiance à la prochaine fois. Merde... Ainsi dans mes pensées noires, ma colère explosa à la remarque de la femme que j'eus oublié y a quelques secondes de là.

-Ara … aurai-je interrompu une rencontre important Natsuki ?

Si le regard pouvait tuer, elle sera déjà morte sous des affreuses tortures. M'exclamant avec rage qu'elle n'était qu'un incapable, je fis grincer ma chaise sans ménagement et plaquai mes mains avec force sur la table, faisant renverser le liquide se trouvant dans mon verre et attirant le regard des gens autour de nous.

-Espèce de ... T'imagines ce que tu viens de faire?! Dégages de là!

Plus de pitié pour cette porteuse de poisse. Sans attendre d'avantage, je l'empoignai par le col la faisant se relever de sa chaise, sans manquer la table qui fut projetée à quelques mètres par mon élan. Avant même que je puisse réagir en faisant rencontrer mon poing avec sa figure, le barman gueulait dans tout le bar qu'on aille dehors où il allait appeler la police. Tout en voyant certains hommes se lever pour aider la demoiselle en détresse, je leur lançais des regards de défi tout en déclarant.

-Bougez même pas bande de nuls.

Voyant que la tension montait, je trainai la femme toujours par le col, en dehors de ce lieu. Sorties à l'air libre, je la projetai avec force, lui faisant perdre l'équilibre et la faisant tomber au sol par la même occasion.

-Tu ne vas pas t'en sortir comme ça. Je ne sais pas ce que tu foutais ici, mais maintenant t'as intérêt à me trouver ce genre d'homme, de suite!

Évidement que j'allais pas lui dire quel genre de rendez-vous j'avais dans cet endroit, mais je n'allai pas lui laisser passer ça, surtout que dans peu mes propres réserves de cette marchandise allaient se terminer. Tremblant de tout mon corps tout en lui tournant autour, j'attendais juste qu'elle se relève pour lui assener un autre coup bien placé.

-Alors?!
##   Ven 1 Avr 2011 - 21:02
avatar
Invité


- Espèce de ... T'imagines ce que tu viens de faire?! Dégages de là!

M’empoignant par le col en renversant tout ce qui était autour de nous, Natsuki surchauffait de toute parte. Son visage froid se transformait en une expression de colère, à croire que le monde venait de s’effondrer sur elle. Alors que le barman criait son incompréhension envers le comportement brutal de la jeune fille m’accompagnant, les autres baraqués de services se levèrent à leurs tours pour interrompre les menaces de Natsuki. Sans succès.

- Bougez même pas bande de nuls.

L’atmosphère était lourde, les hommes se rapprochèrent de nous, mais Natsuki n’avait pas l’air de vouloir me lâcher. Toujours en me tenant fermement, elle plaça une de ses mains sur un de mes poignets pour m’entrainer dehors avec elle. Une fois arrivée dehors, elle me poussa sur le sol. Ma chute fut assez douloureuse, ce n’était pas tous les jours qu’on arrivait d’une manière aussi violente sur le béton armé qui recouvrait le route.

-Tu ne vas pas t'en sortir comme ça. Je ne sais pas ce que tu foutais ici, mais maintenant t'as intérêt à me trouver ce genre d'homme, de suite!

S’approchant de moi à grande vitesse, elle reprit possession de mon col après que je me sois levée pour m’assigner un coup bien placé dans l’abdomen. Malheur … j’aurai plus d’un bleu.

-Alors?!

Je pouvais sentir en moi la colère gronder de toute part ainsi que le mal, devait-on toujours s’emporter à chacune de nos rencontres ?! Affichant toujours mon sourire narquois en sentant le sang dans ma bouche, je sortis d’un son froid et faussement amusé :

- Tu crois me faire mal avec tes petites baffles mon cœur ?

Savant très bien qu’elle allait réagir une fois de plus au quart de tour, je pris l’avance pendant sa confusion pour me libérer de son attache et lui faire une clé anglaise la faisant basculer à l’aide de ma jambe, elle s’écrasa lourdement sur le sol dans un cri de douleur. Me retrouvant au dessus d’elle en face de son dos tandis que son visage était compressé contre le béton, je pliais de plus en plus ses bras afin de l’immobiliser. Ma colère prenait le dessus sur mes mouvements, cela faisait bien longtemps que je ne m’étais pas sentie aussi énervée. Entendant un crac signifiant que je venais de déboiter son épaule gauche, je me relevais en gardant une bonne distance entre nous.

Sans que je ne la vis venir, Natsuki se releva à une vitesse folle et m’envoya son poing dans le visage. Laissant échapper un cri de douleur à mon tour, je titubais sur le sol en crachant du sang. Je savais très bien qu’en combat physique jamais, jamais je n’arriverai à la battre. L’idée d’avoir ma hallebarde sous la main aurait été bonne, malheureusement celle-ci se trouvait dans ma chambre à m’attendre gentiment. De plus, Natsuki serait capable de me tuer dans son état, et jamais, jamais je n’autoriserai ça ! Je ne peux pas ! Pas maintenant ! J’ai encore … un rêve.

- Je ne peux pas … Te laisser faire …

M’enflammant de moi-même, je sentais mon corps se réchauffer à une vitesse folle. Tout mon corps était en ébullition, les flammes bleues qui caressaient mon corps de leurs chaleurs se transformèrent en flammes rouge brulant mon propre corps. Je n’avais pas le potentiel pour contrôler cette puissance et je savais très bien que comme j’étais partie, je me consumerais dans les minutes qui allaient suivre. Mais je ne laisserai pas mon protagoniste s’en sortir ainsi, je m’étais promise de l’avoir que ce soit par la force ou non. Mourir avec elle … serait l’obtention de son être en pesant mon crime sur ma conscience, mais je n’en avais plus de toute façon.

Laissant ma vision se troubler pour afficher une image rouge de tout ce qu’il y avait autour de moi, je me rapprochai d’un pas lent vers Natsuki avant de bouger rapidement et l’enfermer dans une étreinte. Sentant son corps se débattre de plus en plus, je resserrais mon étreinte en laissant couler mes larmes. Je n’avais pas peur de la mort, mais je ne voulais pas mourir maintenant, j’avais encore à faire … Mais je n’arrivais pas à m’arrêter, je n’arrivais pas à contrôler ma haine que j’avais ressentie envers Natsuki à ce moment là. Je n’avais pas accepté qu’elle me résiste.

- Peut-être dans un autre monde … Tu comprendras ce que je suis sans me juger … N-A-T-S-U-K-I.

Tel un murmure sortant des flammes, ma voix affichant sa peine et sa tristesse serrait l’être qui jamais ne serait mien. Je pouvais sentir mes vêtements fondre sur mon corps, le contact de ma poitrine nue sur celle de Natsuki qui criait sa douleur et son impuissance, pour une fois, sans doute la dernière fois que nous nous verrons. Alors que mes yeux se fermaient dans une dernière vision enflammée, je croyais déjà aux portes des enfers mais cela fut bien autre chose.

Une vieille femme du haut de sa fenêtre venait de nous balancer une marmite d’eau froide en criant de son être notre stupidité. Levant les yeux vers celle qui venait de nous sauver, je la vis sourire avant de nous gueuler une fois de plus dessus.

- Bandes de pyromanes ! C’est peut être le japon ici, mais c’est pas pour autant qu’il faut faire les ampoules vivantes ! Rentrez chez vous !

Disparaissant de son balcon en emportant sa casserole avec elle, elle nous laissa seule sans un mot de plus. Posant mes yeux sur Natsuki, je vis que celle-ci était inconsciente. Si la vieille n’était pas venue, je l’aurai tuer en me suicidant par la même occasion. Un coup de chance ? Je ne crois pas … Me relevant en déposant le corps inerte de Natsuki sur le sol, je titubais une fois de plus à la recherche de mon portable. Heureusement pour moi, celui-ci était tombé sur le sol au premier coup que m’avait porté Natsuki. Attrapant gauchement mon cellulaire, je composais un numéro à la va-vite avant de disposer celui-ci sur mon oreille.

- Shizuru … Fujino, j’ai besoin que quelqu’un vienne me chercher … et de suite.


END
##   
Contenu sponsorisé

 

- Me laisserais-tu .. passer du temps avec toi ? -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Bar.