Partagez
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Chambre de Natsuki Kuga
##   Ven 1 Avr 2011 - 21:34
Anonymous
Invité

Cela faisait plus d’une semaine que Natsuki était arrivée à l’hôpital de Terrae, ses blessures étaient bien plus graves que je ne l’aurai cru. En plus d’une épaule cassée qu’elle devait exercer afin de retrouver une capacité normale ainsi que ses jambes ayant subit une trop grande pression l’empêchant de bouger pour un bon moment, elle avait reçu un choc cérébrale ce qui lui valu une belle commotion et des points de sutures un peu partout. Les cicatrices étaient à la mode de toute façon. Je lui avais rendu visite chaque jour étant donné que mes blessures étaient moins grave que les siennes, des brulures aussi et quelques points, mais sans plus. Mes relations avaient fait en sorte de camoufler l’histoire en disant que cela s’est passé pendant un incendie alors que nous avions rendez-vous ensemble dans un petit bar malfamé. Les preuves ? Le bâtiment à brûlé, et aucun témoin.

J’avais demandé l’autorisation à ce que Natsuki puisse retourner sur le campus et se reposer dans sa chambre jusqu’à son réveil. Les médecins et les autres infirmiers le jour de garde de ma demande ne trouvèrent rien à dire et m’autorisèrent donc à faire comme bon me semblait. C’est ainsi que je me retrouvais dans la chambre de Natsuki. Par la même occasion pendant son coma, j’avais eu le temps de faire quelques recherches sur celle-ci. Ses parents morts, abandonnée dès son plus jeune âge dans un orphelinat, un casier judiciaire bien remplis : drogues, trafiques de prostitutions, cambriolages, etc. Ce n’était pas un enfant de cœur à ce que je voyais et je l’avoue que je ne fus pas surprise en lisant cela.

- Natsuki … Tu as donc … tant souffert.

Restant sur une chaise à regarder la jeune fille endormie, je me demandais quel genre de souffrance elle avait du endurer durant son passé peu glorieux. La famine, la solitude, la rage, … la confusion. Tournant la tête pour regarder par la fenêtre, je me demandais quand elle allait se réveiller après tout. Cela faisait déjà un bon moment qu’elle était dans cet état. Je n’avais pris que trois jours pour revenir à moi, même si mon corps était rempli de bandages, je n’avais plus mal sauf dans les exercices demandant beaucoup d’endurance. Me relevant de ma place, je décidais d’aller jusqu’à l’infirmerie pour aller chercher des bandages et changer ceux de Natsuki. Je l’avais déjà fait ce matin et nous étions en fin d’après midi, avec un peu de chance, elle se sentirait mieux ainsi.

***

Dix minutes plus tard, je revenais dans la chambre avec un kit de soin pour grande brulures. Allant vers la salle de bain pour prendre une bassine d’eau chaude afin de nettoyer le corps de l’endormie, je me regardais dans la glace pendant que l’eau coulait. Avais-je fais le bon choix d’agir ainsi ? Je ne voulais pas me faire pardonner … pourtant j’avais un ressenti me disant de rester à côté d’elle. Jusqu’à son réveil.

Retournant dans la chambre, je retirai la couverture que j’avais placé sur Natsuki, déboutonnant sa chemise, je la bougeais de manière à ce que je sache changer ses bandages, faisant bien attention à ne pas heurter son épaule d’avantage, je m’attelais à ma tache jusqu’à ce que ceux-ci soient changés. Regardant le buste dénudé de Natsuki en passant ma main froide sur son abdomen, je remarquais une petite cicatrice à ce niveau là, aurait-elle était violé ? Secouant la tête pour faire sortir ses idioties de ma tête, je continuais à frôler son corps du bout des doigts.

- Natsuki …
##   Sam 2 Avr 2011 - 0:07
Anonymous
Invité

La dernière chose dont je me rappelle c'est certainement les flammes consumant mon corps, ainsi qu'un regard rubis plongé dans le mien. Et ensuite, ce fut le néant. Étais-je morte si stupidement? Je savais que ma mort n'aura rien de glorieux ou extraordinaire, mais je ne m'attendais pas à ce que cela arrive si tôt. D'accord, frôler la mort en côtoyant des gens louches c'était une habitude dans le milieu d'où je venais, mais ce n’est pas pour autant que ca devait recommencer à Terrae. Et surtout pas à cause d'une certaine fille venue de nul part. Shizuru... Je ne savais pas si c'était fait exprès que cette plaie me tombe dessus dans ce nouveau monde, mais il fallait que je m'en débarrasse. C'était ce genre de pensée que j'avais depuis toujours. Faire disparaitre tout ce qui se mettait en travers de mon chemin. Fuir le danger en s'enfermant dans sa bulle. Car oui, le danger physique n'était rien aux cotés de celui qui pouvait attaquer ton cœur.

Depuis quand j'ai perdu cette humanité? Depuis quand j'ai arrêté de croire en l'être humain et ses mensonges? Depuis très longtemps ... Tout ce monde n'était rempli que de requins cherchant constamment à s'enrichir quitte à faire souffrir leur entourage. Mensonges, violences, trahisons, tout cela ... Sans pitié. Surtout pour un être aussi inexistant que le mien. Qui suis-je? Non, qui étais-je? Une chose à utiliser qui n'était là que pour servir ses supérieurs, sans renchérir, avec automatisme. Humain ou machine? Peut être qu'une machine était plus humaine qu'un homme lui même. Les sentiments? Les humains les utilisent pour faire souffrir les autres, c'était ma seule conviction. Alors je suis devenue une machine, sans émotions? Non pas tout à fait ... Disons que seul la haine, la colère et peut être encore, la tristesse qui faisaient partie de moi. Sans plus.

Depuis combien de temps étais-je dans cet état? J'avais mal, vraiment mal. Était-ce dû à mon dernier souvenir de rage entremêlé de la souffrance que me procurait mon épaule déboitée? La chaleur ainsi que mon corps qui s'embrasait devait aussi être là pour quelque chose. Je sentais cette douleur dans tout mon être, si j'étais morte, je ne devrais ne plus rien ressentir? Où étais-je dans ce cas? J'entendais des voix et j'avais mal, toute parcelle de mon corps était comme électrisée. Seule l'envie de hurler me prit, mais je ne pouvais pas, je ne savais rien faire. Juste le néant et mon corps plongé dans les ténèbres, resterais-je comme ceci à tout jamais?

Je ne sais plus à quel moment je me suis posée cette question, mais la réponse me vint assez rapidement. Enfin, selon mes propres estimations, car je ne pouvais dire depuis combien de temps étais-je ici. Ici? Donc où? Mon corps fut comme propulsé. Une douleur vive s'est emprise de moi, pas la même que celle d'avant à laquelle je me suis déjà habituée, non, celle-là était plus puissante, impossible à supporter. Mon épaule était comme traversée d'un millier d'aiguilles frappant systématiquement sans arrêt au même endroit, ma tête était en feu.

-Natsuki …

Cette voix, je la connaissais ... Mais d'où? Pourquoi venait-elle perturber mon agonie? Il fallait que je vois, il fallait que j'ouvre les yeux pour constater par moi-même ce qu'il se passait. Oh non, j'étais pas morte, car l'endroit où j'irais ne serait surement pas envahi par cette voix. J'essayais des les ouvrir, pour la première fois de ma vie j'avais tellement de mal à soulever mes paupières. Elles étaient comme soudées l'une à l'autre. Cela pourrait me faire rire même, mais pas à ce moment précis. Un gémissement de douleur... était-ce moi? Possible. Mes émeraudes qui se dévoilaient peu à peu se faisant agresser par la lumière extérieure. C'est fou comment je haïssais cette couleur verte qui ressemblait tellement à celle de mon père. Quel père? Laissez moi rire. Même si le moment présent n'était pas pour les plaisanteries... Mes yeux luttaient de toutes leurs forces pour faire face à la lumière, des couleurs floues commençaient à apparaitre devant moi. Des formes de plus en plus précises qui se dessinaient autour de moi, une silhouette aussi. Mais tout ceci vu comme à travers une brume causée par mon mal de tête. Une grimace se forma sur mon visage et j'essayai de dire quelque chose, n'importe quoi, mais rien ne sortit de ma bouche pâteuse, comme après avoir trop dormi.

Et c'est là que je me rendis enfin compte de qui il s'agissait. Shizuru ... Et la mes souvenirs refirent surface d'un coup. Du début jusqu'à ce que je perde conscience, et ceci couronné d'une douleur vive à la tête. Mais qu'est-ce que...? Mon cerveau se remettait rapidement en marche, surement à cause du mal qui le poussait à se secouer. La première idée qui me vint à l'esprit fut de me relever et fuir cet endroit, mais pour seule réaction un autre gémissement se fit entendre. Ce n’est là que je me rendis compte que je ne pouvais pas bouger, mes jambes furent comme cloué au lit dans lequel je me trouvais. Même l'un de mes bras resté valide était trop engourdit pour bouger. Juste mon esprit qui tournait à toute vitesse en réalisant dans quelle situation je me trouvais. Devant elle ... sous une couverture laissant dévoiler les parties de mon corps... mais comment...?! Les sentiments se mélangeaient dans mon esprit confus, la colère, la gêne, l'incompréhension, tout ceci à une vitesse effroyable. Des questions qui ne voulaient pas franchir mes lèvres aussi... Trop vulnérable. Aller Natsuki, un effort!

-Où...? Com..ment? Nan...

Oui bravo, c'est très compréhensible, la palme d'or. Bien, un deuxième essai était bienvenu à croire. Laissant planer un moment mes pensées désordonnées, je structurais du mieux que je pouvais mes questions. Si on peut dire cela ainsi avec le mal que je me donnais.

-Où... suis-je?

Très innovant...

-Comment...? Tu? Quoi?!

Encore mieux.
##   Sam 2 Avr 2011 - 0:36
Anonymous
Invité


Voyant un mouvement aussi minime que soit-il de Natsuki, j’arrêtais tout de suite de toucher son corps de mes mains glaciales. La regardant ouvrir les yeux petit à petit, je compris que celle-ci avait du mal à le faire. Oui, la lueur de la pièce devait sans doute la déranger étant donné qu’il commençait à faire sombre dehors. Ma première envie fut d’aller abaisser l’éclairage, mais mon corps resta collé à ma chaise en regardant Natsuki s’éveiller.

Une fois les yeux ouverts, elle regarda ce qu’il y avait autour d’elle comme si elle ne reconnaissait pas sa propre chambre, déposant enfin ses yeux sur moi, je pouvais y lire de la colère se mélangeant à un autre sentiment que je n’arrivai pas à décrire.

-Où...? Com…ment? Nan...

Pardon ? Affichant une mine intriguée en essayant de comprendre ses paroles, je la regardais d’un air embêté pendant que celle-ci se tût en prenant un air pensif. A quoi pouvait-elle bien penser à ce moment précis, sa réaction normale aurait été de me dire de foutre le camp de sa chambre et cela immédiatement.

-Où... suis-je?

Ah voilà la raison … Elle n’avait pas l’air de savoir où elle était, perte de mémoire ? Cela serait bien trop beau pour être vrai.

-Comment...? Tu? Quoi?!

Ara ? Aurai-je laisser échapper quelques mots accidentellement ? Ou est-ce que celle-ci avait le pouvoir de lire dans mon esprit ? Non, je ne crois pas, elle n’a toujours qu’une seule étoile sur son uniforme après tout. Me levant rapidement, j’allais chercher un verre d’eau, une fois de retour dans la chambre, j’aidai Natsuki à se redresser de fus un peu pour la faire boire. Je voyais dans ses traits que celle-ci n’était pas contente que je l’aide pour quelque chose comme ça ou tout court à vrai dire, mais de l’eau était quand même bienvenu après tout ce temps où elle était endormie.

- Tu es dans ta chambre, à l’institut Terrae Natsuki …

Déposant le verre sur la table de chevet après que celui-ci soit à moitié vide, je continuais à parler sans oser croiser les émeraudes de la malade.

- Je tenais à m’excuser pour ce qu’il s’est passé la dernière fois, à croire que je n’arrive pas à contrôler mon pouvoir quand tu es dans les parages Natsuki. Et je ferai en sorte de me faire pardonner, quoi qu’il en soit … demande moi ce que tu veux.

Mes paroles dépassaient mes pensées et je n’arrivais pas à arrêter le flot de paroles qui sortait de ma bouche. Comme si je ne faisais plus attention à ma fierté et autre, comme si j’étais la seule responsable de son état actuel.

- Si tu me demandes … de ne plus interférer dans ta vie, je refuserai. Ne me demande pas pourquoi, mais j’ai une attirance prononcée pour toi …

Tournant le regard en essayant de cacher mes rougissements ainsi que les petites larmes commençant à perler sur mes joues, je me giflais mentalement d’être si émotive et sensible devant elle. Je savais très bien qu’elle se foutrait de moi ou ne comprendrait rien à la situation. Un je t’aime ne se dit pas comme ça … Même si j’allais mourir par amour en l’emportant avec moi. Etait-ce vraiment de l’amour … Oui, je ne sais l’expliquer, mais cette personne froide qui est devant moi, qui me fusille du regard, me bat, me hait … je l’aime.

- Tu dois me prendre pour une folle … même si c’est ce que tu dois penser depuis le début en fait …

Ironie de la situation, la reine des glaces clouée au lit avec comme seule compagnie une psychopathe lui avouant son amour … Tu trouves ça marrant toi ? Personnellement, j’aurai préféré un meilleur scénario.
##   Sam 2 Avr 2011 - 15:42
Anonymous
Invité

Sans me répondre, elle sortit pour revenir avec un verre dans ses mains. Pendant son absence, je pris le temps de me couvrir ne serait ce qu'un peu, dur travail vu mon état. Revenue, elle me releva en attendant que je boive. Pour seule remerciement, elle reçu un regard noir tueur made in Kuga. Je n’avais pas besoin de son aide après tout!

-Tu es dans ta chambre, à l’institut Terrae Natsuki …

Merci oui, et qui m'expliquera comment je me suis retrouvée ici? Pas elle.

-Je tenais à m’excuser pour ce qu’il s’est passé la dernière fois, à croire que je n’arrive pas à contrôler mon pouvoir quand tu es dans les parages Natsuki. Et je ferai en sorte de me faire pardonner, quoi qu’il en soit … demande moi ce que tu veux.

- Si tu me demandes … de ne plus interférer dans ta vie, je refuserai. Ne me demande pas pourquoi, mais j’ai une attirance prononcée pour toi …


Oh justement, elle devança ma propre pensée. Évidement si je pouvais lui demander quoi que ce soit, ce serait de la voir disparaitre une fois pour toute, mais on dirait que mes souhaits ne seront pas exaucés. N'empêche, elle me prenait au dépourvu, c'était quoi cette façon de s'excuser? Et elle pensait peut être que j'allais lui sauter dans les bras pour sa ... gentillesse du moment? C'est quoi ce monde? Je devais vraiment avoir une tête de ahuri à ce moment même. Je ne m’attendais pas du tout à ce genre de manœuvre de sa part.

- Tu dois me prendre pour une folle … même si c’est ce que tu dois penser depuis le début en fait …

Ah? C'était quoi ce regard triste qu'elle me lançait là? Je ne le sentais pas bien. Heureusement ou malheureusement pour moi, ma tête me faisait trop souffrir pour capter clairement ses paroles. La colère que je ressentais envers elle se transformait en un mélange d'incompréhension totale et de gène. Pourquoi donc? Bonne question. D'ailleurs, même si je voudrais qu'elle parte, il fallait que je sache le pourquoi du comment de sa seule présence ici, sans oublier les autres détails.

- Folle? Ouais 'spèce de pyromane. Si tu penses que tes excuses changeront quelque chose, tu te mets un doigt dans l’œil.

Oui, commençons comme il se doit, question de remettre les bonnes bases.

- D'ailleurs depuis combien de temps je suis dans cet état? Et comment se fait-il que je ne suis pas à l'hôpital? Il s'est passé quoi?

La fixant sans relâche, je fronçais les sourcils en attendant sa réponse qui tardait à mon gout. Pendant qu'elle se décidait à me répondre, j'essayais de bouger mes jambes sans succès. Mais c'est quoi ce délire? Une panique imperceptible s'est emprise de moi à la seule pensée d'une quelconque paralysie. Ma main engourdie ayant reprit un peu de sa vigueur tenait avec force les couvertures et avec un air interdit devant sa personne, je lui lançai avec crainte.

-Pourquoi..qu'est-ce.. Qu'est-ce que tu fou là au juste?!

J'aurai surement du mal à l'impressionner au point qu'elle se décide de bouger d'ici. Mais fallait pas qu'elle se sente trop à l'aise dans MA chambre.
##   Sam 2 Avr 2011 - 15:59
Anonymous
Invité

- Folle? Ouais 'spèce de pyromane. Si tu penses que tes excuses changeront quelque chose, tu te mets un doigt dans l’œil.

Se ramasser une douche froide après avoir été si ouverte était tout à fait normal venant de Natsuki après tout, comme si elle allait me dire des mots doux et être gentille tout d’un coup ce n’était pas son genre après tout.

- D'ailleurs depuis combien de temps je suis dans cet état? Et comment se fait-il que je ne suis pas à l'hôpital? Il s'est passé quoi?

Continuant sans me laisser le temps de répondre quoi que ce soit, Natsuki m’interrogea sur son état physique et la raison de sa présence à Terrae. Le regardant en me demandant quoi répondre, je la vis essayer de faire bouger ses jambes en vain. Les médecins avaient dit que celle-ci ne saurait les utiliser pendant un petit moment à cause des blessures que j’avais infligé à son corps, la pauvre …

- Pourquoi ... qu'est-ce ... Qu'est-ce que tu fou là au juste?!

Et voilà que sa recommençait, des questions sans me laisser le temps de répondre aux premières. Soupirant en essuyant les quelques larmes qui s’étaient battues sur le bord de mes pupilles, je pris un moment pour répondre avant de déclarer d’un ton faussement calme :

- Si je suis là c’est parce que j’étais en train de refaire tes bandages, cela fait plus d’une semaine que tu dors telle une marmotte et si tu n’es pas à l’hôpital, c’est tout simplement parce que les médecins ont prétendus que j’étais assez bonne pour m’occuper de toi.

Tournant le visage en affichant un petit air boudeur, je marmonnais quelques phrases incompréhensibles avant de continuer à lui parler d’un ton enjoué en fixant un point invisible.

- Et j’ai eu au moins la chance de voir le corps de Natsuki et de le toucher …
##   Sam 2 Avr 2011 - 16:28
Anonymous
Invité

-Si je suis là c’est parce que j’étais en train de refaire tes bandages, cela fait plus d’une semaine que tu dors telle une marmotte et si tu n’es pas à l’hôpital, c’est tout simplement parce que les médecins ont prétendus que j’étais assez bonne pour m’occuper de toi.

Une semaine? Elle m'a vraiment mit dans un état monstre à croire. Et voila, ma colère refit de nouveau surface. Bon sang! Elle a faillit me tuer la tarée et on lui laisse.. s'occuper de moi?! Oh que ca clochait là.

-Et j’ai eu au moins la chance de voir le corps de Natsuki et de le toucher …

Et c'est là que le déclic se fit. Passant de blanc à rouge pivoine en revenant à blanc craie, mes yeux devinrent deux grandes billes rondes qui la fixaient avec effroi.

-HEIN?!

Avec un mouvement de recul peu fructueux à cause de mon invalidité, je lui lançais des regards surpris, noirs, bouleversés. Comment a-t-elle osé me toucher?! Personne n'en avait le droit et elle.. cette.. à profité de mon incapacité à me défendre pour..pour... Et je piquais un far de nouveau, complétement dépourvue par la situation de plus gênantes.

-Mais.. tu.. tu.. TU PEUX PAS!! T'avais pas le droit!

Eh bien, on dirait que j'ai perdu tout mon self-contrôle là... Gesticulant dans tous les sens, mon épaule me remit dans le droit chemin. Affichant une grimace, je la fusillai du regard.

-Sors!!

Plus furieuse et gênée que moi à ca moment, ca n'existait pas. Lui montrant la porte d'un signe de tête, mon attention se porta sur ma garde-robe. Drôle de moment de penser à ça.

-Ton kimono, prends-le d'abord!

Ouais Nat's, il serait mieux que tu reprennes tes esprits et maintenant, parce que là c'est elle qui allait me prendre pour une folle. Mais elle n'avait pas le droit de m'approcher et après qu'est-ce qu'elle voulait dire par toucher... ?

-Qu'est-ce que tu m'as fait?

Trop bouleversée pour raisonner, j'ai perdu tout de mon air glacial de toujours, et tout ça à cause d'une ... telle personne. Mais d'un coup une autre pensée me frappa de plein fouet, pensée que je lui exposais sans réfléchir d'avantage, détournant mon regard de sa silhouette.

-Pourquoi tu t'es occupée de moi après m'avoir presque tué? Si c'est pour te racheter t'es mal barrée.

Tout ça dans un murmure gêné. Subtilité, subtilité, quand tu nous manques.
##   Sam 2 Avr 2011 - 17:02
Anonymous
Invité


-HEIN?!

-Mais.. tu.. tu.. TU PEUX PAS !! T'avais pas le droit !

Me fusillant du regard en affichant un air gêné mélangé à la colère, Natsuki me montra la porte de la tête avant de me dire de sortir.

-Sors !!

Je n’étais pas résolue à bouger de ma place, et je n’avais pas envie de partir maintenant, pas comme ça, pas sans que je ne lui aie parlé plus. Suivant ses gestes du regard, je la vis fixer sa commode avant qu’elle me dise de reprendre mes affaires.

-Ton kimono, prends-le d'abord !

Ne te l’avais-je pas dit Natsuki ? Ce kimono n’est plus mien à présent. Même si l’idée de vêtir quelque chose qui à touché ton corps nu et que tu as porté était plus qu’excitant, je devrai m’en passer parce que je te l’ai déjà offert. Me relevant tout de même pour aller vers la commode et ouvrir celle-ci, je me fis interrompre dans mes gestes par les paroles de la souffrante.

-Qu'est-ce que tu m'as fait?

Ne voulait-elle pas que je parte ? Si c’était le cas, elle aurait du s’abstenir de me poser plus de questions. Regardant mon kimono pendant à un cintre, un petit sourire de contentement se forma sur mes lèvres. Elle avait pris la peine de le placer de manière à ce que celui-ci ne soit pas chiffonné … quelle douce attention. Ce qui me paraissait le plus étrange était le fait que le calme de Natsuki l’avait quitté tout le long de notre discussion, à croire que je la mettais hors d’elle.

-Pourquoi tu t'es occupée de moi après m'avoir presque tué? Si c'est pour te racheter t'es mal barrée.

Me racheter ? Non je ne pense pas. De la pitié ? Je n’en n’avais pas du tout. Je dirais juste de la sympathie, même si ce mot semblait étrange quand il sortait de ma bouche. Pour seule réponse, je la qualifiai d’un regard froid avant de reprendre mon attention sur sa commode. Répondant à ses questions sans bouger de la place, je touchais du bout des doigts une combinaison qui se trouvait dans l’étagère.

- Hormis changer tes bandages et dévorer ton corps des yeux je n’ai rien fait, ne t’inquiètes donc pas autant pour ta pudeur Natsuki.

Pudeur … était-elle du genre pudique ? Vu son comportement, je dirais oui.

- De plus, si tu voulais que je sorte il ne fallait pas me retenir avec ce genre de questions Natsuki, retiens le pour la prochaine fois …

Y aura-t-il seulement une prochaine fois ? Va savoir …

- Tu fais de la moto ?
##   Sam 2 Avr 2011 - 19:04
Anonymous
Invité

Sans prendre garde à mes piques de colère, elle se dirigea vers la garde-robe. L'ouvrant, je pensais qu'elle allait tout simplement prendre son kimono et sortir sans demander son reste et surtout, ne pas répondre à mes questions, après la gentillesse dont j'ai fait preuve. Mais pour seul geste de sa part, j'eus droit à un regard froid et son dos à contempler par la suite.

-Hormis changer tes bandages et dévorer ton corps des yeux je n’ai rien fait, ne t’inquiètes donc pas autant pour ta pudeur Natsuki.

Et me voilà de nouveau rouge pivoine. Je me demandais si en fin de compte ça l'amusait autant que ça de me faire subir ces changements de couleurs. Je m'abstiendrai de commenter.

-De plus, si tu voulais que je sorte il ne fallait pas me retenir avec ce genre de questions Natsuki, retiens le pour la prochaine fois …

Ah? Erreur de ma part, certes. Mais je voulais tout de même savoir ce qui se passait avec moi pendant tout ce temps. Simple curiosité tiens! Affichant une mine contrariée, je ne dis rien.

-Tu fais de la moto ?

Je fais de la moto? De la... moto?! Des injures incompréhensibles sortirent de ma bouche quand j'essayai de me relever en vain. Na mais fichues jambes, bougez! Ma Ducati chérie doit être en plein centre-ville depuis une semaine, prenant en compte les dires de la fille du feu. Impossible... Et si quelqu'un l'aurait volé? Ou tout simplement griffé? Ou juste touché? Impardonnable. Tout mais pas ça! C'était mon précieux trésor et là, je ne savais même pas ce qui se passait avec. Passant de l'inquiétude à la colère pour revenir à une mine complétement ravagée, je lançais un regard désespéré à la demoiselle toujours de dos. Au moins elle ne voyait pas mes changements d'état du moment, fallait que je reprenne mon calme légendaire.

-Ma moto! Shiz...Fujino! Il faut que j'aille la chercher!

Mais comment si je ne pouvais même pas lever un bras? Mon portable. Il fallait que j'appelle mes connaissances pour être sure de la récupérer dans un état impeccable.. S'il y avait encore moyen de la récupérer bien sur. Où était-il? Cherchant des yeux dans toute la pièce, je ne le voyais pas apparaitre. Si mes souvenirs sont bons, je l'avais sur moi il y a une semaine quand je suis partie dans ce bar. Et je pense l'avoir perdu, ou tout simplement il a cramé après cette attaque des plus chaleureuses. Tendant la main valide vers Shizuru, je lui demandai d'un ton redevenu glacial.

-Passes moi ton cellulaire...

J'avais comme l'impression que ca n'allait pas marcher. Mais si le mien était hors d'usage, c'était sa faute à la base! Détournant le regard, je soupirai en ajoutant de façon presque inaudible:

-... S'il te plait?

Aïe, ca faisait mal. Le simple fait de sortir ce mot à l'encontre de cette personne, me donnait envie de vomir. Mais ma Ducati était plus précieuse que tout.
##   Sam 2 Avr 2011 - 19:17
Anonymous
Invité


- Ma moto! Shiz...Fujino! Il faut que j'aille la chercher!

Shizuru ? Allait-elle enfin prononcer mon prénom ? Non, elle finissait avec Fujino. Commençant à s’exciter dans son lit, je tournais le regard pour voir la jeune Natsuki passer par toutes les couleurs. Aurait-elle oublié quelque chose lors de notre rencontre ? La regardant d’un air intrigué celle-ci me tendu la main en attendant quelque chose. Ne bougeant pas avant qu’elle formule sa demande d’un ton glacial, je restais perplexe en face de celle-ci.

- Passes moi ton cellulaire...

Mon cellulaire ? Aie … Je sens que ca va lui déplaire, mais ce qui me déplaisait à moi était le ton qu’elle avait utilisé pour formuler sa demande. Un peu de politesse et de gentillesse ne la tuerait certainement pas bon sang ! Comprenant que ce n’était pas comme ça qu’elle recevra quelque chose de ma part, elle sortit enfin les mots magiques tant espérés.

- ... S'il te plait?

Et bien voilà … Mais bon, cela n’arrangeait pas mon problème qui deviendrait le sien dans peu. Passant ma main dans mes cheveux d’un air gêné, je lui attrapai la main avant de me pencher respectueusement devant elle.

- Comment te le dire … Je n’ai plus de portable non plus, après l’avoir utilisé la dernière fois pour que quelqu’un vienne nous chercher, je suis tombée dans les vapes. Et ce qu’il me sert d’homme de main n’ont pas eux l’intelligence de le ramasser.

Mauvaise nouvelle, une fois de plus. On s’y ferait facilement à vrai dire !

- Si tu veux … Dis moi où elle est et j’irai la chercher moi-même si elle est toujours là … Si je ne te la ramène pas dans l’état parfait que tu l’as laissé, je te laisserai mon être.

Te laisser mon être ? Une formulation plus compréhensible peut être ? Tout simplement que je serai sienne pour qu’elle passe sa colère contre moi sans que je réplique quoi que ce soit. Difficile à imaginer ? Crois-tu que je suis soumise? Ca dépend qui est ma partenaire … de jeux.
##   Sam 2 Avr 2011 - 20:40
Anonymous
Invité

Quand elle attrapa ma main, mon premier instinct fut de la retirer de suite de son emprise. Mais ce qu'elle vient me dire par la suite, me fit regretter ma politesse d'avant.

-Comment te le dire … Je n’ai plus de portable non plus, après l’avoir utilisé la dernière fois pour que quelqu’un vienne nous chercher, je suis tombée dans les vapes. Et ce qu’il me sert d’homme de main n’ont pas eux l’intelligence de le ramasser.

Elle le faisait exprès. C'était bien clair et net maintenant, c'est pas possible à quel point elle arrive à me déstabiliser en un temps record.

-Si tu veux … Dis moi où elle est et j’irai la chercher moi-même si elle est toujours là … Si je ne te la ramène pas dans l’état parfait que tu l’as laissé, je te laisserai mon être.

Son être? Mais j'avais rien à faire de sa personne, je voulais ma moto chérie moi! Bon sang... Me laissant tomber contre le coussin, je laissai échapper un soupir las de découragement. Tout tournait mal dès que je croisais son chemin.

-Laisses tomber...

Une petite lueur d'espoir qui s'allumerait de je ne sais où? Pas dans ce genre de situation. Ca me donnait juste l'envie de massacrer quelqu'un à ce moment précis. Je me rappelle encore combien je dus 'travailler' pour pouvoir me la payer. Et maintenant tout tomba à l'eau. Moi mélancolique? Oh non, juste dangereuse quand on s'attaque à quelque chose à quoi je tiens.

-Il me faut la chercher.

On s'en fou de mon état. Quitte à me trainer par terre, je la trouverai par mes propres moyens. Ah merde! J'avais rien sur moi. Remettant mes couvertures d'un air gêné après les avoir balancé dans une tentative de fuite, je lançais un regard de travers à la demoiselle devant moi.

-Elle est dans le centre-ville.. Près de l'hôtel Suimi. C'est une Ducati noire, facilement repérable. Je... J'y tiens...

Détournant mon regard des rubis qui me fixaient, jamais je ne me suis sentie si impuissante. Mais après tout, si je me retrouvais dans cet état, c'est à cause d'elle. Elle pouvait bien me faire cette.. faveur.
##   Sam 2 Avr 2011 - 21:17
Anonymous
Invité


-Laisses tomber...

Après ces mots, elle afficha un air tétanisé comme si on venait de lui apprendre qu’on devait l’amputer de ses jambes. Un grand malheur … Pourtant je venais de lui proposer mon aide et elle la refusait.

- Il me faut la chercher.

Dans un courage surhumain, elle retira les couvertures qui couvraient son corps avant de se bloque littéralement et de retomber sur le lit. Affichant un rougissement prononcé sur son visage, elle tira les couvertures à elle comme si rien ne s’était passé. Sa moto était-elle donc si précieuse pour elle ?

- Elle est dans le centre-ville ... Près de l'hôtel Suimi. C'est une Ducati noire, facilement repérable. Je ... J'y tiens ...

Me relevant de ma chaise en affichant un sourire content sur le visage, je m’approchai de Natsuki et déposa mes lèvres sur les siennes avant de lui tourner le dos et sortir de sa chambre rapidement en lançant quelques dernières paroles.

- Fais moi confiance, je suis là dans une demi-heure.

Fermant la porte derrière moi, je rentrais de nouveau dans la chambre pour lui demander où était la clé de son bolide. Voyant son air perdu en plus d’un rougissement, elle me montra de sa main valide son bureau, me saisissant de la clé, je repartis. Sortant de la chambre en pressant le pas, je couru jusqu’à ma chambre pour chercher quelques affaires. Voyant mon cellulaire sur mon bureau, je restais perplexe en parlant seule.

- Ara … je l’avais finalement, tant pis.

Prenant un air enjoué et enfantin en sortant ces derniers mots, je le balançai dans la poubelle avant de sortir de ma chambre et me diriger vers la réception de l’institut Terrae. Demandant à la réceptionniste de m’appeler un taxi, j’attendis un court instant avant que celui-ci se pointe devant le portail de l’académie.

Une fois arrivée au centre ville, je cherchais des yeux l’hôtel que m’avait indiqué Natsuki. Le trouvant, je demandais au conducteur d’arrêter la voiture. Le payant en sortant de celle-ci, je pressais le pas une fois de plus en cherchant la Ducati de la convalescente. La trouvant après quelques minutes, je laissai apparaître un sourire satisfait sur mon visage en me rapprochant de celle-ci. Parfait ! Elle n’avait aucune griffe ou quoi que ce soit ! Ce bijou était resté identique qu’une émeraude à son état d’origine. Enfourchant la moto, j’allumai le contact en faisant ronronner le moteur et d’une pression forte, je disparu au loin avec la moto.

Une fois arrivée à Terrae, je garai la moto juste à côté des dortoirs. L’attachant avec un cadenas se trouvant dans le-porte-bagage, je retournais vers la chambre de Natsuki une fois que cela soit fait. Toquant à la porte de la chambre avant d’entrer, je retirai la veste que j’avais enfilé et la déposai sur la chaise devant le lit. Déposant la clé sur le bureau, j’affichais une mine désolée en me tournant vers Natsuki.

- Je suis désolée, ta moto a été volée … Elle n’était pas à l’endroit que tu m’avais indiqué, et j’ai cherché dans les environs sans résultat …

Un petit mensonge pour voir sa réaction ? Oui, je savais très bien que celle-ci allait me faire rire et son visage pale me fit lever un rictus. Éclatant de rire devant son air dépourvu, je fini pas sortir :

- Je plaisante ! Elle est garée juste à côté du dortoir, à l'abri des regards quand même. Alors ? Contente ?
##   Sam 2 Avr 2011 - 22:30
Anonymous
Invité

Avant que je puisse réagir quelque chose de doux vint se plaquer contre mes lèvres pour un court instant. Affichant une mine ahurie après son geste de plus déplacés. Je n'eus pas le temps de protester avant qu'elle déclare d'un ton bizarrement content.

-Fais moi confiance, je suis là dans une demi-heure.

Mais comment? Qu'est-ce qu'elle comptait faire au juste? Ma réponse ne tarda à arriver quand elle revint dans la chambre pour me demander où se trouvaient les clés de ma chère Ducati. Ne savant pas trop quoi penser, je fis un geste vague vers mon bureau où devait se trouver les doublures des mes clés originels, surement fondu après « l'incendie ». S'emparant rapidement de ces dernières, elle sortie en trombe me laissant avec mon incompréhension.

Je me demandai si elle allait la retrouver. Mais d'un autre coté, je n'avais pas que ça en tête à ce moment. Qui était-elle au juste? Pourquoi prenait-elle la peine de fournir un quelconque effort pour quelqu'un qui la haïssait à ce point? En fin de compte ces humains sont étranges. Et le pire dans tout ça, c'était le fait qu'elle m'intriguait. Ce sentiment étrange de curiosité mêlé tout de même à une crainte dont je ne savais définir l'origine. Cette Fujino était une personne dangereuse, et je m'en suis rendue compte à mes propres dépends. Ce monstre qui grognait en moi pour que je fasse attention à elle, et surtout ne la laisse pas approcher pour mon propre bien, me fit plus peur qu'autre chose. Non, je ne laisserai personne s'approcher de moi. Au pire, je dirai à cette Shizuru de foutre le camp quand elle essayera de trop savoir sur ma personne. Mais avant ça, il fallait que je sache pourquoi elle tenait à m'approcher, c'était louche... Surtout sa façon de se comporter envers moi! Repensant à son baiser de tout à l'heure, je me suis rendue compte que ce n'était pas le premier, et je n'appréciais guère cela. Personne n'avait le droit de me toucher... Personne... Surtout pas depuis ce jour...

Secouant la tête d'un geste fatigué, je vis le soleil se coucher peu à peu. Dans quelques instant il fera bien noir dehors. Oui, la nuit, le moment où je pouvais me sentir à l'aise, à l'abri des regards telle une ombre frôlant cette terre. Silencieuse, invisible, en sécurité.

Tournant mon regard vers la porte d'où un bruit me parvint. Je ne fus pas étonnée de voir la Fujino apparaitre dans son encadrement. Une petite lueur d'espoir apparue sur mon visage, disparaissant à la vue de son visage et surtout de ses mots.

-Je suis désolée, ta moto a été volée … Elle n’était pas à l’endroit que tu m’avais indiqué, et j’ai cherché dans les environs sans résultat …

Elle a disparu... Ma moto, volée...? Mon visage perdit de sa couleur, et un air choqué apparut dessus. Avant de se transformer en un regard glacial après son éclat de rire.

-Je plaisante ! Elle est garée juste à côté du dortoir, à l'abri des regards quand même. Alors ? Contente ?

D'un coté j'étais en colère contre elle, car je ne supportais pas qu'on plaisante sur ce genre de chose. Mais d'un autre, mon soulagement dû être bien visible sur mon visage à ce moment même. Reprenant soit peu de ma froideur, je lui grognai dessus.

-Ce n'est pas drôle!

Tout en affichant une mine contrariée, je lui lançais un petit regard en biais pour remarquer que son visage ne changeait toujours pas son expression enjouée. Me renfrognant, je fis une moue pas contente en ajoutant d'une voix bizarrement calme.

-Arrêtes de sourire comme ça.

Tout en lançant un soupir de soulagement, je lui posai une question.

-Pourquoi tu t'acharnes tant à me pourrir la vie? Enfin...

Je ne savais pas comment formuler ce que je voulais dire vraiment. A croire que j'étais nul pour ça. Et d'ailleurs, pourquoi j'engageai une conversation avec elle? Peut être car je lui étais reconnaissante un minimum pour m'avoir rapporté mon trésor. Qui sait.

-Sais-tu quand je pourrai remarcher?
##   Sam 2 Avr 2011 - 22:51
Anonymous
Invité


-Ce n'est pas drôle!

Sa colère était visible, mais le soulagement se laissant ressentir dans son expression. Elle n’était pas du genre à apprécier les plaisanteries à ce que je voyais mais ce n’était pas pour autant que j’allais m’arrêter là.

-Arrête de sourire comme ça.

Tout en affichant une mine contrariée, elle continua à parler en me regardant de travers. Sa voix était calme, ce qui contrastait avec effrois sur la description que j’avais fait d’elle. Je ne pouvais que m’en réjouir après tout. Gardant mon sourire sur le visage, je continuai à la regarder en l’écoutant parler.

-Pourquoi tu t'acharnes tant à me pourrir la vie? Enfin...

Pourrir sa vie ? Va le savoir, désolée de te l’apprendre Natsuki mais tu es devenu mon nouveau passe-temps favoris. Affichant un petit air contrarié, je tournais le visage en l’écoutant me poser encore une question.

-Sais-tu quand je pourrai remarcher?

Reportant mon attention sur ma douce convalescente, je tournais la tête une fois de plus pour la fixer dans les yeux. C’était la première fois que je voyais cette lueur dans ses yeux, ce n’était plus de la haine ni de l’incompréhension … j’aurai décrit ça comme de l’espoir en quelque sorte.

- En vue de ta capacité, je dirai une semaine ou deux … Tu devras aller à l’hôpital tout les trois jours par contre, histoire que les médecins fassent une évaluation de ton état régulièrement. Si tu ne veux pas y aller, je peux toujours appeler une de mes connaissances, elle se déplacera jusqu’ici sans que tu n’aies à te déplacer.

Prenant un instant pour réfléchir, je me demandais que répondre à sa dernière question. Je ne pouvais pas lui dire que je l’aimais ainsi, pas si « simplement », hormis me ramasser un râteau et en plus de ça des regards de dégouts et froids, rien d’autre en sortirait de cette iceberg.

- Dis moi Ma Chère Reine des glaces, serais-tu déjà tombée amoureuse ?
##   Sam 2 Avr 2011 - 23:20
Anonymous
Invité

-En vue de ta capacité, je dirai une semaine ou deux … Tu devras aller à l’hôpital tout les trois jours par contre, histoire que les médecins fassent une évaluation de ton état régulièrement. Si tu ne veux pas y aller, je peux toujours appeler une de mes connaissances, elle se déplacera jusqu’ici sans que tu n’aies à te déplacer.

Alors j'étais plus amochée que je ne le pensais. Mais au moins, je pouvais être sure de pouvoir remarcher de nouveau. On ne pouvait me donner meilleure réponse. Et de nouveau sa proposition intrigante, pourquoi elle s'en faisait autant pour moi? Ca me perturbait plus que ca ne le devait, et surtout je ne comprenais pas pourquoi.

-Dis moi Ma Chère Reine des glaces, serais-tu déjà tombée amoureuse ?

Lui lançant un regard étonné, je me questionnais encore et toujours sur le pourquoi de ses dires. Pour enfin montrer un visage inexpressif et réciter presque ma 'définition'.

-L'amour est un sentiment inutile qui ne fait que nuire dans ce monde. Les gens qui aiment sont naïfs et stupides, c'en est ridicule.

Rivant mon regard dans le sien, je voulus déceler la moindre de ses réactions après mes paroles. Sans succès. Abandonnant, je soupirai une énième fois en disant avec ennui.

-Juste Natsuki. Évites ce genre de surnom, sauf si tu veux te prendre encore mon poing dans la figure. Pour ce qui est de l'hosto, je ne comprends pas ta proposition.

Mais oui, soyons sincère tant qu'on y est. Ou pas quoi. À ce moment précis, je voulus aussi lui poser cette question qui me brulait la langue, mais je ne savais si c'était approprié. Après tout, je ne voulais pas lui faire de faux semblants comme quoi je veux connaitre d'avantage sur sa personne. Laissant planer un silence pendant un moment, j'ajoutai d'une voix neutre.

-Tu comptes rester ici encore longtemps? T'as pas des choses à faire? Par exemple aller brider ton fichu pourvoir.

Ma curiosité me tuera un jour, c'est quasiment certain.

-Et toi, t'as déjà aimé quelqu'un?
##   Sam 2 Avr 2011 - 23:54
Anonymous
Invité


-L'amour est un sentiment inutile qui ne fait que nuire dans ce monde. Les gens qui aiment sont naïfs et stupides, c'en est ridicule.

Me fixant des émeraudes, je restais perplexe à ses dires. Elle avait raison en quelque sorte, mais passer à côté d’un tel sentiment serait un affront à la nature de l’homme el lui même. Ne pas aimer, dire ce genre de chose d’un ton aussi froid et dépourvu de sentiment … ce n’était plus une humaine en pensant comme ça, non ce n’était qu’une coquille vide.

-Juste Natsuki. évite ce genre de surnom, sauf si tu veux te prendre encore mon poing dans la figure. Pour ce qui est de l'hosto, je ne comprends pas ta proposition.

Ara, voilà qu’elle recommençait avec ses menaces. De plus, elle n’arrivait même plus à comprendre ce que je disais … Ne m’exprimais-je pas de façon claire peut être ?

-Tu comptes rester ici encore longtemps? Tu n’as pas des choses à faire? Par exemple aller brider ton fichu pourvoir.

Deuxième erreur en une journée Natsuki. Une fois de plus elle me demanda de partir, mais elle me retenu avec une dernier question qui me laissait sans voix. Je ne savais pas quoi répondre à vrai dire … Aimer était quelque chose d’inconnu en quelques sorte … Mais je ressentais de l’envie envers elle … et je voulais en savoir plus, non pas seulement pour qu’elle m’appartienne … Mais je voulais voir naitre un sourire sur son visage, un seul et je serai heureuse jusqu’à la fin de mes jours.

-Et toi, t'as déjà aimé quelqu'un?

Aimer et être aimé … Qui sait ?

- Je dois t’interrompre sur ta petite définition Natsuki, aimer n’est pas se rendre vulnérable en face du monde. Tu partages cela avec la personne qui est en face de toi … celle qui t’aime après tout. Ne trouves-tu pas excitant de pouvoir clamer son amour et avoir quelque chose à protéger ?

Prenant un court instant de répit pour mettre mes idées en places, je continuais en regardant par la fenêtre. La nuit était déjà tombée depuis un bon moment, dans peu, nous aurons peut être la chance de voir la lune depuis la fenêtre.

- Pourquoi vivre si nous n’avons pas de but ? Se préserver … Crois-tu découvrir le bonheur ainsi, as-tu seulement déjà songé être heureuse ?

Mes questions allaient la laisser perplexe, mais d’une manière ou d’une autre elle y penserait et la ferait peut être changer sa conception des choses.

- Je ne suis jamais tombée amoureuse, parce que personne n’arriverait à aimer celle que je suis.

Tournant le regard pour me river dans les émeraudes de Natsuki, je laissais un fin sourire se dessiner sur mes lèvres. Je savais que ce que j’allais dire allait me tuer un jour, mais c’était ainsi … On ne contrôle pas ce qui ne se contrôle pas après tout.

- Je suis amoureuse en ce moment, peut être de la mauvaise personne et peut être même que ce n’est pas ce qu’on appelle de l’amour … Mais pourquoi ne pas tenter … Ne voudrais-tu pas … avoir une personne sur qui te reposer ? Ne voudrais-tu pas seulement te dire « je ne suis plus seule ? »

Attrapant sa main d’un geste doux, je vins m’asseoir à côté d’elle sur son lit. Posant ma tête sur son front, je pouvais sentir son souffle caresser mon visage. Fermant les yeux, je restais ainsi sans bouger en attendant la moindre réaction de sa part.

- Pourquoi … as-tu si peur de ne plus être seule … Natsuki …


##   
Contenu sponsorisé

 

Chambre de Natsuki Kuga

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Dortoirs Novices. :: Dortoirs des filles.
Aller à la page : 1, 2  Suivant