Partagez | 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Opération sauvetage de sommier !
##   Ven 25 Oct 2013 - 9:15

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2369
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Faire ce que je veux o/
Humeur : EXCELLENTE !

Alors qu'Isis partait dans son coin s'occuper de toutes ces choses que j'ai toujours galérer à faire -d'où l'avantage d'avoir une coéquipière dans ce projet !- je me laissais aller à mes idées. Parfois, je me rendis compte que je m'étais tellement emportée que j'avais réalisé quelque chose de totalement impossible, ou en tout cas, qui n'aurait pas sa place dans un carrousel. Oui parce qu'en fait, c'était aussi l'un de mes problèmes, lorsque laissai aller mes pensées, parfois, ça faisait un peu n'importe quoi... Par exemple, je m'étais perdue lorsque j'étais en train de manipuler un fil électrique, et quand je suis revenue à la réalité, j'avais fait plein de nœuds dedans pour faire quelque chose qui aurait du ressembler à un cheval, mais qui n'y ressemblait pas.
Du coup, après une jolie claque mentale, je m'étais remise dans le droit chemin ! Fini les idioties, les bêtises et les pertes de temps ! J'avais repris mon sérieux et avait récolté trois bons fils assez fins. J'avais retiré les noeuds du quatrième, et m'étais remis au boulot. Je les avais dépecés, et j'en avais profite pour déjà donné à certains leur forme ronde. Un se situerait en bas, dans le socle, et ferait tout le tour pour éclairer peut être certaines figurines. L'autre serait en haut et ferait le tour du chapiteau. Je mis également de côté plusieurs résistances, et je trouvais quelques ampoules que je gardais afin de voir si leur taille correspondrait ou non, plus tard. Je pris ensuite la liberté de préparer mon circuit. Trouvant une plaquette verte, j'allais vers le pistolet pour souder et commençai mon travail. J'y soudai deux fils : ceux que je mettrais dans le chapiteau et dans la colonne qui allait faire le lien entre le socle et le chapiteau.
Quand j'eus fini de faire ça, j'aperçus Isis qui venait vers moi. Faisant une pause dans mon travail, j'observai le sien. Un sourire se dessina sur mes lèvres.

-Oh, non, c'est parfait !
m'exclamai-je.

Je tournai ensuite la tête, suite à ses paroles, vers les lattes sur lesquelles elle travaillait avant que je ne la dérange.

-Oui, d'accord, je comprends.

Je lui adressai un sourire, et ajoutai :

-Je vais continuer à souder un peu, et à diviser mes fils en plusieurs pour qu'on puisse y ajouter plusieurs petites ampoules sur toute la longueur du fil. Comme ça j'aurais déjà mon circuit pour le chapiteau qui sera fait. Il ne me restera plus qu'à faire le bas, mais également le plus dur avec la dynamo.

C'est vrai qu'en même temps, j'avais pris l'habitude de travailler avec une pile géante : moi. Du coup, je n'avais plus l'habitude d'utiliser un intermédiaire pour allumer quelque chose...

-On se retrouve demain pour continuer ? ou comme tu veux, dès que tu as du temps !




En ligne##   Sam 26 Oct 2013 - 17:52

Personnage ~
► Âge : 22 ans
► Doubles-comptes ? : Houston Carter, Dunkan D. Carter (en pause), Michigan Carter (mort)
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 558
Date d'inscription : 17/05/2013
Age : 21
Emploi/loisirs : Faire de mon cerveau un enfer pour les télépathes ♥
Humeur : Nickel Giselle

J'ai écouté ses explications. J'ai hoché la tête. J'ai accepté le rendez-vous du lendemain. Je suis retournée aux dortoirs. J'ai installé silencieusement ma latte. Jai trouvé un truc à manger au passage. Je me suis allongée sur mon lit tout neuf, en le rassurant par de belles paroles. J'ai souris. Je me suis endormie...


Ouais, enfin presque. Parce que tenter de dormir avec un projet dans la tête, c'est comme tenter de s'engloutir une montagne de plats sucrés après un repas de Noël. Sauf que là c'est pas mon estomac qui y passe mais mon cerveau. Au milieu des flots gélatineux de rêves et de cauchemars, je voyais sans cesse apparaître des tailles, des engrenages, des coups de crayons et des chevaux galopants à toute allure, de toutes les couleurs (mais surtout des bleues, allez savoir pourquoi) et qui criaient toutes sortes de choses comme "à bat les robinets !" ou "toujours plus haut, toujours plus grand, le trou de mon collant !". Une nuit parfaitement déstabilisante et au sommeil profond assez rare. Résumé : n'y tenant plus, je me suis levée 3 heures avant le levé du soleil.
Je me suis traînée avec mes idées jusqu'à l'atelier, et une fois là bas, je n'ai même pas allumé la lumière. J'ai laissé mes doigts tordre des filins dans tous les sens, et mes calculs internes se terminer. ENFIN ! Je connaissais parfaitement le nombre de plaques nécessaires à la fabrication des boulons sur mesure ! Oui, ça peut paraître stupide de réfléchir à ça toute la nuit, et là je vous comprend, mais c'est pas ma faute si ma cervelle travaille plus que la votre, ok ? Pff, je deviens méchante, là, ça me ressemble pas...
Je me suis jeté sur mon matos, ai inlassablement chauffé le métal, soudé, et... Ben non seulement j'ai pas vu le temps passer mais en plus j'ai laisser mes mains faire, si bien que c'est allé beaucoup plus vite ! En fait je crois que je devrais être somnambule, ce serait plus pratique, vu qu'apparemment j'ai pas vraiment besoin de mes yeux pour faire ça... Aurais-je un sens du toucher plus développé que les autres , Ben ça me fait une belle jambe, en plus de mon cerveau hyperactif ! Enfin plutôt de belles mains, si vous voyez... Hm, bref, blague de merde...
Je me suis approchée pour voir le travail de Mitsuki. Ce que je voyais de loin avait l'air tellement... fini. Tellement en accord avec ce que m'étais imaginée... Je me suis empressée de fixer mon mécanisme et me suis approchée de ses circuits. J'ai saisie le squelette du carrousel et ai essayer de tout mettre dedans.
Même dans le noir, ce que j'en apercevais était beau.

_ Ho my god...

J'ai souri.

_ Tu vas être un petit bijou, toi. Tu dirais quoi de t'appeler Philomène ?

Note personnelle : ne pas dormir n'arrange pas mon état mental...


Merci Frosteen pour le dessiiiiiin ♥
##   Mer 13 Nov 2013 - 19:35

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2369
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Faire ce que je veux o/
Humeur : EXCELLENTE !

J'ai regardé Isis quitter la salle avec un sourire, en lui adressant un petit signe d'au revoir, puis je me suis replongée dans mon travail. Je crois être restée dans la salle une ou deux bonnes heures de plus, tant j'étais absorbée par ce que je faisais, ayant encore l'image en tête de ce manège que j'imaginais aussi resplendissant que dans mes rêves. Finalement, c'est lorsque je me suis brûlée le doigt avec le fer à souder, mes paupières devenant affreusement lourdes, que j'ai décidé d'aller enfin dans ma chambre trouver le sommeil. Je me suis endormie rapidement, comme un bébé, bercée par cette mélodie incessante qui tournait en boucle dans mon esprit : celle que j'imaginais pour le carrousel. Il nous fallait une de ces petites boîtes à musique qu'on actionne en tournant la clé... Qu'elle s'accorde avec la clé du carrousel qui ferait tourner les chevaux, activerait la dynamo et allumerait les lumières. Oh oui... Mes rêves furent ainsi animés par des songes d'enfant, m'emmenant loin dans les bras de Morphée.

Je me réveillai finalement avec ce sentiment de béatitude, et lorsque je regardai mon réveil, je pestai. Et voilà ! Je me levais encore tard ! Il était quasiment 11h... Je maugréai quelque chose d'incompréhensible, et sortis de mon lit pour traîner des pieds jusqu'à la salle de bain. Une fois sur place, je pris une douche agréablement chaude -voire bouillante- et me séchai avec rapidité pour retrouver le plus vite possible mes vêtements chauds. Désormais habillée d'un pull léger et d'un jean bleu marine, je sortis de ma chambre et partis vers la cafétéria, avant de finalement faire volte face et me diriger directement vers l'atelier. Vu l'heure... Le petit déjeuner n'était plus très utile, et aller retrouver Isis dans l'atelier était plus intéressant. J'aurais tout le plaisir de me gaver de choses et d'autres à midi.
Dévalant les escaliers jusqu'au rez-de-chaussée, je déambulai dans les couloirs jusqu'à l'atelier. Une fois sur place, j'ouvris la porte et toquai deux coups à la porte pour signaler ma présence à Isis qui semblait perdue dans son travail. Elle avait eu le temps de bien progresser, elle aussi, ce matin !
Je lui adressai un grand sourire et me dirigeai vers elle d'un pas enjoué.

-Coucou ! Bien dormi ?
m'enquis-je, jetant un oeil à ce qu'elle avait fait.

Finalement, je me stoppai dans ma réflexion en apercevant le squelette du carrousel dans lequel elle avait déjà intégré mes circuits. Mon sourire se figea un instant, comme si un rêve devenait vrai. Finalement, fidèle à mon affinité et donc à mon impulsivité, je m'exclamai :

-C'est magnifique !!




En ligne##   Ven 15 Nov 2013 - 18:52

Personnage ~
► Âge : 22 ans
► Doubles-comptes ? : Houston Carter, Dunkan D. Carter (en pause), Michigan Carter (mort)
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 558
Date d'inscription : 17/05/2013
Age : 21
Emploi/loisirs : Faire de mon cerveau un enfer pour les télépathes ♥
Humeur : Nickel Giselle

J'étais bien tranquille en train d'observer Philomène tandis que... Ben je sais pas, je me suis sentie attirée par quelque chose. Un reflet dans une pierre. Je me suis avancée. Elle était là. Déposée sur mon plan de travail, au milieu de tout un tas d'autres trucs. Une pierre précieuse. Je ne m'y connais pas bien, mais j'aurais dis du souffre vu la couleur jaune vive. Je n'ai jamais essayé d'intégrer ce genre de chose à mes plans. J'ai penché la tête d'un côté. Qu'est ce que je pourrais en faire ? Un petit cheval ? non, c'est trop jaune, autant faire une girafe. Noooon Isis on a déjà dis non à la girafe, non ! Je penche la tête de l'autre côté. Y'a pas assez pour faire tous les chevaux, mais pour des ornements...
J'ai cherché un métal pour faire la structure. J'ai fait un grand sourire quand j'ai aperçu les grandes plaques de bronze. Je vous l'avais dis, les génies ça existe ! Ou les télépathes réalisateurs de miracles, aussi ! En tout cas peu importe la personne divine, y'a le matériaux parfait, au bon moment. Timing parfait, je vous dis ! Bon enfin bref, j'ai commencé à travailler sur des incrustations de souffre. Après plusieurs complications, techniques, j'ai réussi à faire une forme potable. La pierre, c'est pas si facile à manier, hein... 
Nouveau coup d’œil dans une armoire en face. un mini reflet rouge. Nouveau sourire, et des yeux qui brilles. La bonne fée n'existe pas ? Mon cul ouais ! Oups, postérieur, restons polis...


Quand il fut presque midi, Mitsuki débarqua comme une fleur épanouit dans l'atelier. Elle me salua, ce que je lui rendis, et félicita mon travail de la nuit. Ha oui c'est vrai, ça va presque faire... 6h que je suis là, déjà ? Wow, je suis plutôt increvable, une vraie warrior, je vous jure ! "Moi ça m'arrangerait que tu pionces un peu, hein..." Non, toi tu te tais et tu travail ! non mais, faudrait arrêter de râler et bosser un peu ! "Non mais quelle mauvaise foi je vous jure !" Jure pas, c'est malpoli ! Enfin, tel est-il que quand Mitsuki a laissé éclater sa joie (qu'elle pouvait difficilement contenir, faute à une certaine affinité, je pense) je n'ai pu m'empêché de me sentir impatiente de lui montrer mon prochain chef d'oeuvre. J'ai trottiné d'un pied sur l'autre vers elle, dans ma main cinq petits carrés de métal.

_ Tu y as beaucoup participé ! Je n'ai encore rien fixé, pour pouvoir faire les derniers réglages.

Mes yeux brillent littéralement. Ho, ce serait dommage qu'elle voit venir la surprise avant, non ? Mais en même temps j'ai hâte de lui montrer, comme un gosse de 5 ans qui fait son premier dessin de sa maman. Ho non ! Ça veut dire que ça doit pas vraiment être une performance ! Après tout, je suis loin d'être bijoutière... Bon tant pis, j'ai quand même envie de lui montrer...

_ J'ai aussi un peu bossé sur un possible revêtement, par dessus le bois...

Je lui tend les cinq plaquettes. La première est en bronze incrusté de souffre. La seconde argent et lapis lazuli. La troisième métal doré et rouge (pas rubis, mais je connais pas son nom, alors on fait sans, hein !). La quatrième dans les tons vert-argent et la dernière violette-dorée. Juste des plaquettes de 5 centimètres, avec des motifs entremêlés incrustés. Pas tout à fait avec la plus grande justesse, mais assez pour donner un rendu esthétique.

_ Tu préfères quelle couleur ?

Mes yeux brillent encore plus. Est ce qu'elle préféreras le jaune, comme les tonnerres ? ou le bleu , ou... Ha mince, encore des réflexions inutiles...


Merci Frosteen pour le dessiiiiiin ♥
##   Sam 16 Nov 2013 - 11:05

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2369
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Faire ce que je veux o/
Humeur : EXCELLENTE !

Tout sourire, je retrouvai rapidement dans le regard d'Isis le même éclat qui brillait dans le mien. J'observai son travail avec une joie contenue, me retenant à chaque instant d'exploser et de me mettre à sauter partout. J'avais bien fait de me coucher tard, finalement, et de terminer mon travail, ou en tout cas la plus grosse partie. Ce qui était dingue, c'est qu'on ait été capable de faire tout ça... De créer cette merveille en si peu de temps.
Peut être que ce n'était qu'une idée, mais j'étais persuadée qu'Isis et moi, à deux, nous pouvions faire des choses incroyables. Un vrai duo de choc !
Finalement, elle dévoila à mes yeux cinq plaquettes... Qui étaient tout bonnement magnifique. Serties d'ornements, une était couverte de souffre, l'autre de lapis lazuli, l'autre de grenat, une autre encore d'émeraude et la dernière d'améthyste. Je fixai les cristaux avec un air qui devint rapidement absent tandis que mon esprit commençait à partir loin. La voix d'Isis me sembla venir d'ailleurs, comme un écho, tandis que résonnait sa voix dans mes tympans :

_ Tu préfères quelle couleur ?

Je fixai le violet, qui me rappelait les cheveux de Papa, ainsi que ses yeux. Le vert, qui me plongeait dans les prunelles de Maman. Le doré, qui me renvoyait assez bêtement à mon affinité, mais surtout et avant tout à celle que Papa et Maman avaient tout deux maîtrisés. Puis j'entrevis le rouge, qui m'attirait et m'envoûtait, me plongeant dans cet amour familier dont Papa et Maman m'avait couvert. Me renvoyant aussi avec un petit sourire aux blessures et au sang qui avait coulé de différentes parties de mon corps suite à l'entraînement que Papa et Maman me faisaient faire. Enfin... Le bleu. Comme les yeux d'Allen.
Je crus rester un instant comme ça, les pupilles fixées sur ces plaquettes décorées, me perdant un temps infini dans mes pensées. Finalement, je revins à la réalité en secouant la tête, et en murmurant d'une voix agitée par l'émotion.

-J'arrive vraiment pas à décider... Tous ces cristaux sont magnifiques, ces plaquettes sont parfaites ! Si tu devais choisir, tu choisirais quoi, toi ? demandai-je en tournant mon regard encore parsemé d'étoiles vers Isis.

Mes lèvres s'étirèrent en un nouveau sourire.

-Tu as vraiment fait un travail fantastique ce matin, c'est magnifique ! J'adore...

Je reportai mon regard sur les plaquettes. Finalement, j'en désignai une.

-En fait, je crois que si je devais choisir, je prendrais la bleu ou la verte... Mais en même temps, la rouge est magnifique aussi...




En ligne##   Dim 24 Nov 2013 - 12:46

Personnage ~
► Âge : 22 ans
► Doubles-comptes ? : Houston Carter, Dunkan D. Carter (en pause), Michigan Carter (mort)
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 558
Date d'inscription : 17/05/2013
Age : 21
Emploi/loisirs : Faire de mon cerveau un enfer pour les télépathes ♥
Humeur : Nickel Giselle

Je la regardais hésiter avec une appréhension presque malsaine. Non, je n'ai pas de drôles d'idées derrière la tête, mais comprenez, les couleurs sont un facteur important de notre personnalité. En la regardant hésiter, promener son regard sur les petites plaquettes... Déjà, elle n'e élimina aucune d'office, me faisant deviner une largesse d'esprit et un tempérament positif (que j'avais déjà on ne peut plus constaté, pour tout dire !). Pourquoi ? Il arrive que certaines couleurs nous rappellent de très mauvais souvenirs. Pour moi, il s'agit du orange je pense. Il ne serait pas impossible que j'élimine inconsciemment cette couleur si on me demandait de choisir, car elle me rappellerait trop Ersh, le tigre que j'ai élevé (et qui a croqué le bras de mon père, probablement pour le goûter. Ça aurait été plus drôle si j'avais pas assisté à la scène, évidemment.) D'ailleurs, pour preuve de ce que j'avance, il n'y a pas de plaquette orange. Elle par contre ne sembla perturbée dans le négatif par aucune des couleurs proposées.
Chez elle, certaines couleurs emplissaient son regard de nostalgie, ce qui n'est pas mauvais non plus. On peut être nostalgique de certaines choses, mais généralement, avec un tempérament un peu plus septique, cette nostalgie se transforme vite en colère ou en refus catégorique de regarder derrière soi. Pas chez quelqu'un de positif, donc. Toutes ces propositions semblaient faire appel à des souvenirs pas très douloureux, et ça c'était bien.
 Travaux pratiques et mise en situation de la psychologie des couleurs, terminé. "Enfin !"
Elle m'en désigna une...

-En fait, je crois que si je devais choisir, je prendrais la bleu ou la verte... Mais en même temps, la rouge est magnifique aussi...


... mais se ravisa et montra presque aussitôt les autres. Quel esprit torturé, dites moi, j'ai l'impression de la mettre devant une pile de Cheese burgers et de lui demander d'en choisir un. Le plus gros, le moyen, le plus petit, le moins cher,  le plus enfromagé ou avec des tomates ? Avec la différence certaine que mon travail ne se mange pas, et que quelque soit le cheese burger choisi, la personne finira quand même dans les toilettes à recracher pour cause de mauvaise qualité. Mais il reste à voir si la qualité de mes plaques est meilleure que cette nourriture, même si personnellement je n'ai pas trop de doutes là dessus.
Je secouais la tête pour me sortir de ces pensées étranges et lui offrait un sourire pour la rassurer.

_ T'inquiète, c'est pas comme si elles allaient disparaître, tu as encore le temps pour choisir ! Moi je pencherais pour...

Rouge et jaune pour le cirque ? Bleu pour les yeux de Dunkan ? Vert pour ceux de Ersh ? Violet pour... Tiens, c'est la seule couleur qui ne m'évoque rien de très fort. Dis donc, c'est pas si facile, décidément !

_ Heu... Bleu aussi, tiens. D'ailleurs on pourrais alterner, une verte une bleu, etc, aussi. Je vais en fabriquer d'autres, tiens !

En me retournant vers mon plan de travail, je me suis demandé si Dunkan aimerait bien que la couleur de ses yeux figure sur un jouet pour enfant... Bof, de toutes façon, il a sûrement le même âge mental !


Merci Frosteen pour le dessiiiiiin ♥
##   Mar 26 Nov 2013 - 11:54

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2369
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Faire ce que je veux o/
Humeur : EXCELLENTE !

Mon regard resta un instant fixé sur les ornements qu'elle avait fabriqué et qui continuait à me fasciner. Cet éclat qui brillait dans les pierres avait le don de m'envoûter.
Finalement, je reportai mon regard sur Isis qui semblait revenir à elle, elle aussi, apparemment encore perdue dans ses pensées quelques secondes plus tôt. Décidément, trouver la couleur que nous préférions ne semblait pas gagné d'avance ! Elle prit alors la parole pour m'avouer qu'elle choisirait le bleu, elle aussi, si elle devait choisir, et me proposa d'alterner le bleu et le vert. Je souris et hochai la tête pour acquiescer.

-D'accord, ça me va !


Enjouée à l'idée de reprendre le travail, je remontai mes manches. J'observai Isis retourner vers son plan de travail, déjà prête à reprendre le travail. De mon côté, je m'approchai du squelette, déjà plus très squelette, de notre carrousel. Mon doigt glissa sur la surface lisse du manège où il ne manquait déjà plus grand chose. Pour moi, il avait déjà un aspect parfait. Les finitions ne serviraient qu'à embellir. Rien de plus. Il était déjà magnifique tel qu'il l'était actuellement.
Je souris en me revoyant gamine, lorsque je rêvais chaque fois que je me trouvais devant un énorme carrousel. Malheureusement, ma peur des autres et leur jugement m'avait bien souvent ravisé, et je n'avais que très rarement osé monter dedans pour m'installer comme les autres enfants sur un cheval. Et puis j'avais grandi, et même si je n'avais plus peur du regard des autres sur mes yeux ou sur mes cheveux, j'avais cessé de vouloir monter sur un carrousel. Alors là, c'était un peu un rêve d'enfant qui se réalisait. Même si je ne pourrais pas monter sur les chevaux, bien sûr. A moins qu'une fée arrive et me transforme en polly pocket !
Je cessai enfin de rêvasser et me tournai vers Isis avec un sourire.

-Tu veux que je t'aide à faire quelque chose ?
lui demandai-je avec un sourire.

M'approchant d'elle, je regardai le travail qu'elle avait déjà commencé à accomplir. Décidément, elle était rapide ! En même temps, elle s'était entraînée avec les autres plaquettes qu'elle avait déjà fait.

-Au fait, tu as déjà trouvé une dynamo ? Ou tu veux que j'en cherche une ?




En ligne##   Ven 29 Nov 2013 - 18:49

Personnage ~
► Âge : 22 ans
► Doubles-comptes ? : Houston Carter, Dunkan D. Carter (en pause), Michigan Carter (mort)
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 558
Date d'inscription : 17/05/2013
Age : 21
Emploi/loisirs : Faire de mon cerveau un enfer pour les télépathes ♥
Humeur : Nickel Giselle

Elle approuva mon choix. Au fond, c'est plutôt normal, il est proche du sien. Voir même carrément identique, en fait. Elle trottina d'un pas joyeux jusqu'au petit objet. Si attirant. Si complexe et si fin en même temps. L'alliance passive de deux capacités humaines. Construire. Quelque chose de beau. Un vrai trésor quand on considère la capacité que les hommes ont à tout casser. Trop souvent ils passent à côté des objets, ils oublient, puis ils finissent toujours pas détruite. Se détruire. J'ai regardé de loin le futur jouet pour enfant avec un fond nostalgique. Puis les plaquettes que je tenais dans les mains. Les yeux de Dunkan. Et ceux de Ersh. Les deux que je n'avais pu sauver. Le premier par égoïsme, parce que malgré sa disparition, je n'avais rien vu de ce qui allait mal chez lui, ou j'avais semblant de ne rien voir. Le second parce que de nouveau, je m'étais montrée égocentrique et m'étais renfermée sur moi même. Et les monstres restent des monstres. Au fond, le fait d'avoir choisi ces couleurs me dégouttait de moi même. Qu'est ce que j'essayais de faire ? Recoller des morceaux de vie détruis ?
J'ai serré le poing. Je suis stupide. Un enfant va recevoir en cadeau un objet chargé d'une histoire qui n'a pas marché, des petits bouts de verres recollés avec regrets, mais qui ne peuvent pas aller ensemble. C'est comme reconstruire sur des ruines sans changer les fondations. La base s’effrite et on veut bâtir un empire dessus. Je suis idiote. Stupide. Égoïste. Penser que tout va bien, je ne le fais que pour moi.
Mes mains allaient plus vite à mesure que mes pensées sombraient.

-Tu veux que je t'aide à faire quelque chose ?

Je l'ai regardé. Comme une voix qui me sortait des ténèbres. Mais je le sais bien. Même rester avec elle est une preuve de ma faiblesse. Elle me rappelle tant ce qu'on faisait ensemble. Qu'y a t-il de mal à chercher à vivre, même si c'est dans un éternel souvenir ? Je lui souris. Oui, je suis écœurante. Je ferme les yeux, je ne veux pas accepter. Et je veux rester. Continuer à vivre dans ce souvenir, comme bloqué dans le temps. Je pourrais être heureuse comme ça. Même si je n'avancerais jamais.
J'ai repris le cours de mes pensés matérielles.

_ Hm... Tu peux commencer à fixer les mécanismes entre eux, je pense. Et la coque en bois aussi, comme ça on aura plus qu'a mettre les plaquettes dessus !

Puis elle s'est approchée de moi, comme ébahis devant mon travail. Oui, qui y a t-il de mal a vouloir qu'on s'intéresse à ce travail, même si il est en tout point semblable à ce que je faisais avec lui ?

-Au fait, tu as déjà trouvé une dynamo ? Ou tu veux que j'en cherche une ?

Je me suis frappée le crâne de stupeur. Je suis une abrutie finie. Dis donc, cette dynamo elle m'en aura fait voir de toutes les couleurs ! Elle voudrait pas se manifester un peu que je l'oublie pas ?! Je regarde Mitsuki avec un soupir.

_ Alors là désolée, j'ai complètement zappé. Mais je pense qu'il y en a dans le placard là bas.

Je lui ai montré celui derrière moi. Je ne l'ai jamais ouvert, mais je suppose que ça doit être là, vu l'abondance des matériaux électriques présents dans ce coin... J'ai regardé notre maquette encore une fois. Il ne nous restait plus grand chose à faire... Les tiges seraient vite prêtes, manquerait plus que les chevaux. Et il tournerait. En rond. Tout au long de sa vie. J'aime cet objet, il est comme moi. Il n'avancera jamais.
Je poussais un nouveau soupir.

_ Regarde si tu trouves des chevaux aussi !

Je souris. Je suis heureuse. Je m'en fout de me mentir, de m’écœurer, de tourner en rond. Si c'est mon seul moyen d'être heureuse, pourquoi briser cette boucle ?


Merci Frosteen pour le dessiiiiiin ♥
##   Mar 3 Déc 2013 - 14:29

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2369
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Faire ce que je veux o/
Humeur : EXCELLENTE !

L'espace d'un instant, je croisais dans le regard d'Isis un éclat que je ne reconnaissais pas. Comme si elle était perdue dans le passé. Pendant un moment, je me demandais si je devais lui demander si tout allait bien. Puis je me ravisais, probablement parce qu'elle me donna la consigne que je lui avais demandé. Tournant la tête vers le carrousel et les pièces qu'elle m'avait demandé de monter, je hochai la tête. Reportant de nouveau mon regard sur Isis, je lui adressai un sourire quand elle se frappa le crâne. Elle soupira, et je ris légèrement.

-T'inquiète pas, je vais m'en occuper. Je vais aller voir dans le placard,
dis-je en me dirigeant là où elle m'avait dit que je pourrais trouver des dynamos.

J'ouvris la porte du placard et commençai à chercher ce pour quoi j'étais venue. Fouillant un peu dans l'armoire aux trésors, je revis le regard d'Isis. Je sentais... C'était plus fort que moi en fait, je sentais que quelque chose n'allait pas. Je ne savais pas quoi, je n'arrivais pas à le déterminer... A vrai dire, je n'avais jamais été douée pour ça. C'était Allen qui savait lire sur le visage des gens. Mais je savais que ça n'allait pas. Elle ne semblait plus comme hier soir ou comme tout à l'heure, quand j'étais arrivée. C'était comme si une pensée était venue peser sur sa conscience pour lui rappeler quelque chose qu'elle avait voulu chasser.
Mais enfin... Je dis ça, alors qu'au final, je n'en sais rien. Et c'est très dérangeant.
C'était ce même regard que j'avais croisé dans celui de Maman et Papa, ce jour où je suis partie en cours le matin, où ils m'ont dit "à ce soir", et quand je suis rentrée, la maison d'Allen brûlait, ses parents, mes parents, tous avaient disparu.
Je me pinçai la lèvre, refermant mes doigts sur la dynamo. J'avais enfin mis la main dessus...!
Je me tournai vers Isis, prête à la questionner, quand j'aperçus un sourire sur son visage. Ce même sourire qu'avait Maman et Papa. Ce sourire qui signifie "Tout va bien" alors qu'en réalité... En réalité...

_ Regarde si tu trouves des chevaux aussi !
-Oui...

Ce petit mot s'échappa de ma bouche dans un souffle, et je me replongeai dans le placard. Je détestais ce sentiment qui s'emparait de moi. Après tout, je ne connaissais Isis que depuis hier. Qu'est-ce que j'en savais, moi, qu'elle allait bien ou non, qu'elle me cachait quelque chose, ou que sais-je ? Je ne la connais pas. Enfin, à peine. Je veux dire... Nous ne sommes pas véritablement amie. C'est une connaissance. Une "copine". Pas mon amie. Alors pourquoi je m'en fais tant, hein ? C'est stupide. C'est sa vie, pas la mienne, si jamais il y a quelque chose qui cloche -et une fois encore, je n'en sais rien- ça ne me regarde pas tant qu'elle ne décide pas de m'en parler. Je n'ai pas à jouer le rôle de la super amie qui est là pour elle et qui va la soutenir. Alors quoi ? Pourquoi est-ce que je sens mes phalanges blanchir et mes ongles me rentrer dans la peau alors que je tiens cette fichue dynamo ?
Je me mordis la lèvre, mais c'était trop tard, les mots étaient déjà sortis.
Il y a des jours où, vraiment, je me mettrais des baffes. C'est dingue d'être stupide à ce point.

-Isis, est-ce que quelque chose ne va pas ?


Je pestai intérieurement, gardant mon visage nichée dans les étages du placard. Allez, petits chevaux... Ramenez-vous. Vite. Comme ça on reprend la fabrication du carrousel et on oublie ma manie de toujours vouloir que tout aille pour le mieux dans le meilleur des mondes.
Tu sais quoi, Mitsuki ? T'es vraiment conne.




En ligne##   Jeu 5 Déc 2013 - 23:08

Personnage ~
► Âge : 22 ans
► Doubles-comptes ? : Houston Carter, Dunkan D. Carter (en pause), Michigan Carter (mort)
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 558
Date d'inscription : 17/05/2013
Age : 21
Emploi/loisirs : Faire de mon cerveau un enfer pour les télépathes ♥
Humeur : Nickel Giselle

Je ne suis pas aveugle au point de ne pas avoir vu son regard peser sur moi. J'étais si débile de gâcher cet instant si beau par des réflexions inutiles qui  me feraient du mal, sans pour autant changer quelque chose ! Je m'en voulais de la voir prendre lentement conscience que je n'allais pas pour le mieux, car des gestes comme ça me faisaient pensé encore que je ne vivais pas dans le souvenir que je souhaitais. Et c'était douloureux.
Elle a écouté ce que j'ai dit, mais son sourire est devenu moins joyeux, a perdu son ardeur. J'entendais ses gestes au loin devenirs hésitants, moins précis, en tentant de me concentrer sur les miens, en vain. J'attendais qu'elle tombe, cette question à laquelle je ne voulais pas répondre, pas maintenant. Pourtant, je savais qu'elle allait arriver et ça rendait justement cette chose plus insoutenable. Je ne voulais pas l'entendre, mais la sentir planer me rendait anxieuse. Et si elle ne la posait pas ? Et si elle lui restait en travers de la gorge jusqu'à ce qu'on se quitte ? Sentirait-elle ce goût amer de n'avoir rien pu faire ? Et moi, la quitterais-je dans l'espoir de ne plus la revoir ? Tout ça m'effrayait et grandissait en même temps que le silence s'installait. 
Puis elle a cessé de chercher, je l'ai entendu. j'ai serré les lèvres quand elle s'est retournée. 

-Isis, est-ce que quelque chose ne va pas ? 


La question a heurté mon cœur avec brutalité. Elle était prévisible, attendue, mais terriblement douloureuse malgré tout. Mais j'ai tenu bon. La forteresse qui avait toujours séparé mon cœur de mon cerveau a tenu sous l'assaut des sentiments irrationnels. Un barrière que seule Dunkan avait su franchir, et que personne d'autre ne passera. Je ne suis pas un génie. Ni une fille insensible capable de tout analysé avec distance. Le Vide me l'avait prouvé. J'étais humaine. Mais j'avais décidé de ne plus écouter ce que me disait mon cœur. Les sentiments n'avaient pas besoin de mon intelligence comme mon intelligence pouvait se passer de sentiments. Alors j'avais tout enfermé, loin. L'irrationnalité des émotions m'avait fait commettre une erreur, je ne voulais pas la répéter. Je devais juste être une sorte de machine humaine, capable de comprendre, d'analyser, et rien de plus. Et le reste, je le gardais précieusement.
Mais ça ne m'empêche pas d'apprécier des gens, de faire leur connaissance, de parler et rire avec eux. Du moment qu'ils ne m'approchent pas de trop près. Ils n'ont pas besoin de savoir qu'une partie de moi est caché, ils croiront que je leur mens. Mais c'est faux, il n'y a qu'à moi que je mens. J'ai regardé mon amie d'un air las et limité.

_ Je suis ici depuis peu de temps. Je pense que j'ai encore des choses à mettre au clair avec moi-même, c'est tout.

Rationnelle. Toujours et encore rationnelle. Je souris. Oui, je suis inchangeable.
_ Je pensais à un ami. Il aimerait sûrement pouvoir travailler avec nous. Vous vous entendriez bien, vous avez le même tempérament.
Je replongeais dans mon travail. Je ne suis pas en deuil, il n'est pas mort. Je ne suis pas triste, je voudrais juste savoir où il est. Je n'ai pas mal, je vais m'en sortir, ce n'est rien. Il n'y a qu'une seule chose que je ne sais pas, depuis que je suis arrivé ici, ... Mais alors, où j'en suis ?
HRP : Ben dis donc en ce moment il pleut des textes psychologiques, on dirait --'


Merci Frosteen pour le dessiiiiiin ♥
##   Mar 10 Déc 2013 - 16:24

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2369
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Faire ce que je veux o/
Humeur : EXCELLENTE !

HRP : Effectivement xD Mais c'est pas ma faute, c'est toi qui lance Mitsuki, moi je suis son caractère T.T

Suite à ma question, un blanc s'installa. Long. Trop long même. Un frisson me parcourut l'échine. Je n'aimais pas ça. De toute façon, j'avais toujours détesté le silence.
Prenant une longue inspiration après avoir enfin trouvé ce que je cherchais dans le placard, je me tournai pour faire face à Isis. Son regard avait changé. Je sentais comme une forme de... distance. Je compris que j'avais été trop loin. Je n'aurais jamais du poser cette question. Elle semblait lasse. Comme dérangée à l'idée de répondre.

_ Je suis ici depuis peu de temps. Je pense que j'ai encore des choses à mettre au clair avec moi-même, c'est tout.

Je la regardai avec un air entendu avant de hocher la tête pour simple réponse. Tu avais dit assez de bêtises pour aujourd'hui Mitsu ! C'était assez pour la journée. Stop.
Pourtant, la suite des événements me surprit. Je ne m'y attendais pas. Un sourire revint sur ses lèvres, et elle reprit exactement le même air qu'à notre rencontre. Comme si ce passage qui avait précédé n'avait jamais vraiment existé. La gêne occasionnée était partie. Ou bien... Peut-être que je m'étais fait des films depuis le début ? Qu'il n'y avait rien d'étrange dans son attitude ?
Finalement, je me mis une baffe mentale. Mitsuki, arrête de réfléchir. Tu es stupide. Tu t'immisces dans des histoires qui ne te regardent pas, et tu poses des questions qui n'auraient jamais dû être posées !
Il y a vraiment des jours où je m'énerve.

_ Je pensais à un ami. Il aimerait sûrement pouvoir travailler avec nous. Vous vous entendriez bien, vous avez le même tempérament.

Je me dirigeai vers mon plan de travail pour poser mes trouvailles et les trier. Certains trucs étaient inutiles, mal faits, ou en mauvais état. Je secouai légèrement la tête pour me changer les idées. C'était bon maintenant, les questions idiotes et stupides, et la curiosité dérangeante.
Je tournai la tête vers Isis, et lui offris un joli sourire.

-J'espère que c'était une chouette personne alors ! S'il me ressemble, comme tu dis.


Je lui adressai un sourire entendu. Et puis, ça m'échappa. Il y a des jours où je me hais.

-Isis, si jamais un jour tu as besoin de parler, je suis là, hein.

Et BAM. Dans ta face Mitsu. Tu es stupide. Je te hais. Tu m'énerves. Sentant la colère monter en moi contre moi-même, je soupirai.

-Excuse-moi. Oublie !




En ligne##   Dim 15 Déc 2013 - 11:06

Personnage ~
► Âge : 22 ans
► Doubles-comptes ? : Houston Carter, Dunkan D. Carter (en pause), Michigan Carter (mort)
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 558
Date d'inscription : 17/05/2013
Age : 21
Emploi/loisirs : Faire de mon cerveau un enfer pour les télépathes ♥
Humeur : Nickel Giselle

HRP : Je t'accuse de rien, c'est moi qui doit être déprimée en ce moment pour écrire des trucs pareils ! XD

L'espace d'un instant, j'ai eu l'impression qu'elle était presque plus gênée que moi de parler de ça. C'est étrange comme on peut se sentir coupable de quelque chose qu'on fait de bien. Coupable de vouloir aider. Peut-être qu'en effet ça ne la regarde pas. Mais peu importe, je me serrais aussi proposée dans la même situation. Je ne pense pas qu'il faille avoir honte de chercher à aider, même sans avoir envie de savoir ce que l'autre garde en lui, au risque de sombrer avec lui dans ses ténèbres. On peut toujours se relever et on peut toujours relever quelqu'un, même sans savoir ce qu'il lui ai arrivé, j'en suis persuadée.
Certes, j'ai souffert, mais sûrement pas autant qu'elle. Moi je suis juste victime de la culpabilité récente. Et je sais qu'elle passera avec le temps, même si ça me fait mal d'admettre qu'un jour je puisse oublier ce que j'ai fait à Dunkan et à mon père. Ou plutôt ce que je n'ai pas fait à Dunkan et à mon père.
Elle tourna la tête avec un très beau sourire. Oui, il fallait passer à autre chose, ce que j'ai vécu n'est pas triste, il peut encore changer. Même si ce n'est pas encore ce que je désire.

-J'espère que c'était une chouette personne alors ! S'il me ressemble, comme tu dis. 

J'étouffe un petit sourire. Oui c'était un chouette type. Mais sa façon de le dire m'a touché. Une petite pointe de narcissisme bien placée et sans penser à mal, exactement dans son genre. Oui, ils s'entendraient vraiment bien, en duo super-actif ! Hm... Au lieu de me complaire dans mon malheur, ne devrais-je pas plutôt chercher à savoir ce qu'il est devenu ? Ou aurais-je encore peur de ça ?

-Isis, si jamais un jour tu as besoin de parler, je suis là, hein.

J'ai levé la tête pour la regarder, et elle m'a semblé très incertaine. Elle semblait honteuse d'avoir proposé ça. Allons bon. Pourquoi ? C'est grâce à elle que j'ai pu me remémorer de si bons moments et parler avec franchise, que j'ai pu réfléchir sur moi, cela même par sa simple présence. Elle soupira puis...

-Excuse-moi. Oublie !

Je la regardais, indécise. Je ne savais pas si je devais être fâchée, contente ou ne rien dire. Finalement la réponse me vint instinctivement. Je fus prise d'un petit rire gentil et chaleureux, comme une mère regarderais son enfant se confesser d'une bêtise qu'il n'a pas commise.

_ Tu sais, tu n'as pas besoin de te sentir mal quand tu proposes ton aide, on dirait que je suis un malade sans espoirs !

Mon rire s’amplifia un peu quand je tendais la plaque que je venais de finir vers le plafond.

_ Ça me rassure de savoir que je ne suis pas seule, merci. Mais avant de m'ouvrir, il faudrait peut-être que je cherche une solution à mon problème, au lieu de passer mon temps à me plaindre... Je suis une sacrée maso-fumiste en fait !

Je la regardais l'oeil pétillant.

_ Et pour le moment, on a le plus beau projet de ma vie à finir ! T'en est où avec la dynamo ?

Oui, ne nous laissons pas abattre. J'aurais bientôt fini les plaques nécessaire à l'habillage et il nous manquera plus que les chevaux pour faire une petite oeuvre d'art ! En avant la musique ! Yeah !


Merci Frosteen pour le dessiiiiiin ♥
##   Mer 18 Déc 2013 - 13:24

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2369
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Faire ce que je veux o/
Humeur : EXCELLENTE !

Un... Malade sans espoir ? Cette idée me tira un frisson, et je m'empressai de secouer négativement la tête pour lui faire comprendre que ce n'était absolument pas ce que je pensais d'elle. Je m'étais simplement tellement impliquée dans des histoires qui ne me regardaient pas, sans compter les histoires qui m'avaient, elles, impliquées sans que je ne doive être normalement concernée, que du coup, au moindre excès de ma part, je tentais maintenant de rectifier le tir et de me faire entrer dans le crâne que ça ne me regardait pas.
Enfin bon... Malgré tout, le léger rire qu'avait laissé échapper Isis me fit plaisir. C'était mieux qu'une ambiance tendue.

_ Ça me rassure de savoir que je ne suis pas seule, merci. Mais avant de m'ouvrir, il faudrait peut-être que je cherche une solution à mon problème, au lieu de passer mon temps à me plaindre... Je suis une sacrée maso-fumiste en fait !

Je hochai la tête à nouveau, acquiesçant. Même si dans le fond je pensais parfois que s'ouvrir permettait de trouver des solutions aux problèmes. C'était son choix, et dans tous les cas, je devais le respecter. Et puis, bon, je m'étais déjà assez imposée comme ça ! Chacun gérait ses problèmes à sa façon. Je n'avais pas à négocier !
Son regard pétillant revint se poser sur moi.

_ Et pour le moment, on a le plus beau projet de ma vie à finir ! T'en est où avec la dynamo ?

J'éclatai d'un rire léger, avant de vivement hocher la tête, laissant échapper un enjoué :

-Oui oui je m'y remets !


Dis donc, je hochais beaucoup trop la tête aujourd'hui. Vous êtes sûrs que mes parents ne m'avaient pas appelé Noddy ? Nan, sérieux ? Parce que je fais un peu pareil. Je hoche la tête sans arrête. Je comprends d'ailleurs pas pourquoi les français ont traduits ça en "Oui-oui". On n'hoche pas toujours la tête quand on dit oui ! ... Quoi que... Ouais bon, je sais pas !
Me retournant face à mon plan de travail, j'observai mon butin. La dynamo était en très bon état, et comme j'avais préparé les circuits hier... C'était parfait ! Me concentrant un instant pour ne pas faire de bêtises, j'entrepris de relier le circuit à la dynamo pour que l'énergie qu'elle fabrique soit transmise directement aux loupiotes du carrousel.

-J'ai presque terminé,
déclarai-je à l'intention d'Isis.

Fronçant les sourcils, je fixai avec minutie chacun des fils que je connectais les uns aux autres. Ce tic des sourcils froncés m'était resté après toutes ces années... A chaque fois que je me concentrais. C'était quand même embêtant. Mais bon, ça va. Avant, ça s'accompagnait d'un pincement de lèvre et de grimaces assez étranges. Au moins, maintenant j'avais juste l'air contrariée h24 quand je bossais. Même si c'était pas le cas.
Finalement, lorsque je terminai tout ça -les raccords n'étaient pas compliqués- je me tournai vivement vers Isis, ayant retrouvé mon sourire.

-La dynamo, c'est ok ! Il manque les chevaux. Je n'en ai trouvé que quelques uns... Et il nous faut un peintre.




En ligne##   Sam 21 Déc 2013 - 19:36

Personnage ~
► Âge : 22 ans
► Doubles-comptes ? : Houston Carter, Dunkan D. Carter (en pause), Michigan Carter (mort)
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 558
Date d'inscription : 17/05/2013
Age : 21
Emploi/loisirs : Faire de mon cerveau un enfer pour les télépathes ♥
Humeur : Nickel Giselle

Elle sembla reprendre des couleurs. Tant mieux, elle est plus joli quand elle sourit. Il faudra que je lui dise un jour, mais pas maintenant, elle pourrait croire que ça a un côté nostalgique. Avant de mourir. Pas juste avant, mais assez pour qu'elle s'en souvienne qu'elle a un joli sourire, même quand je serais morte. Pourquoi je pense à des trucs aussi horribles ? Non, ce n'est pas horrible, au contraire ! La mort fait parti d'un parcours que nous devons tous accomplir dans nos vies, je le met donc à la même place qu'un autre élément inéluctable, tel que la vieillesse. On vieilli tous comme on meurt tous. Si j'y pense si tôt, c'est parce que ce n'est pas la première fois que je ressens la peur de mourir; On ne veut pas mais c'est indépendant de notre volonté. Et je sens au fond de moi que certaines choses sont faites pour durer, d'autres non. Et... Je sens que je n'aurais pas la force de survivre à ce qui m'attend. Peut-être est ce pour ça que je m'isole ? Parce que je pressens que ma mort arrivera plus tôt que celle des autres ? Mais ça ne m'attriste pas, contrairement à ce qu'on pourrait penser. J'ai déjà confié à quelqu'un ce que je veux qu'on mette sur ma tombe. Une petite note d'humour.

-J'ai presque terminé.

Je regardais mon travail et en arrivais à la même conclusion. J'avais presque fini. Nous avions presque fini. Je m'étais remise à la mécanique, peut-être que bientôt l'envie du cirque circulera à nouveau dans mes veines, qui sait ? Mieux vaut ne pas y penser et laisser les choses venir en leur temps, n'est ce pas ? Je fixais les dernières pierres, poli le tout et vérifiais une dernière fois les tout petits engrenages. L'un allait peut-être se tordre, je l'ai solidifié. J'en ai retapé un par précaution. Puis j'ai observer avidement le travail de ma collègue. Vraiment, avoir un pouvoir ça devait être cool quand même... Dire que je vais sûrement hériter de cette plaie des terres... Pitié, pas titan, si il y a une chose que Dieu peut faire pour moi... Pas titan !
Mitsuki se tourna vers moi, l'air empressé et joyeux, comme à son habitude.

-La dynamo, c'est ok ! Il manque les chevaux. Je n'en ai trouvé que quelques uns... Et il nous faut un peintre.

Je me suis gratté le menton de mes doigts salis. Oui je sais j'ai des manies de vieux barbus. Vieux barbus jeunes sans barbe et féminin. Pas vraiment, en fait... J'avalais les informations et les traitaient avec ce qu'il me restait de surface pensive à exploiter. Et les solutions sortirent presque d'elles mêmes.

_ Je peux faire des moules pour multiplier les chevaux. Mais du coup ils seront en plâtre, ce sera un peu plus fragile. Même si c'est toujours moins dangereux qu'en métal... Pour le peintre, on a qu'à aller faire les rabatteuses.

Je voyais pas d'autres solutions, je ne connaissais pas grand monde ici, et aucune des personnes que je connaissait n'était peintre. Par contre il est facile de les repérer dans une foule, à cause de leurs mains fines mais plus solides sur l'index et le pouce, leur gestuelle souple et les taches qui ornent un peu tout leur corps.
Mais la technique proposée nous ferait sûrement passer  pour deux grosses folles. Bah tant pis, hein, perso je suis plus à ça près !

*

La conception des moules a pris plus de temps que je ne le pensais. Parce que j'étais peut-être douée de mes mains, mais retirer des chevaux qui avaient tendance à s'incruster dedans.... J'avais l'impression d'être en pleine fouille archéologique. On en a abîmé un et on a du recommencé, ce qui augmenta encore le temps de travail. Mais finalement, ça ne nous pris pas plus de deux heures, ce que j'estime correcte pour une première fois. Après il a fallu couler le plâtre sans s'en foutre de partout (presque impossible, je suis une vraie merde en tout ce qui ressemble à de la cuisine) et enfin, faire une pause. En attendant qu'ils sèchent, j'ai proposé qu'on commence notre recherche de peintre.
Alors oui, j'avais l'air un peu ridicule en me baladant dans Terrae le T-shirt plein de plâtre, arrêtant parfois des gens au pif pour regarder leurs mains. J'ai fini par arrêter la recherche visuelle et à gueuler comme une conne "CHERCHE PEINTRE POUR DÉCORER CARROUSEL, TRÈS BEAU CARROUSEL !" qui ne fut pas tellement efficace. J'espérais que Mitsuki se débrouillait mieux de son côté, parce que moi et les relations humaines, c'est pas encore ça...


Merci Frosteen pour le dessiiiiiin ♥
##   Mar 24 Déc 2013 - 11:17

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2369
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Faire ce que je veux o/
Humeur : EXCELLENTE !

Suite à la proposition d'Isis, je hochai la tête. C'était parti pour le plâtre !
Après deux heures de travail sur les chevaux, nous parvinrent enfin à avoir toutes les petites statuettes prêtes à être déposées dans le carrousel. Il ne manquait qu'un peintre pour les achever.
Je n'avais encore jamais utilisé de plâtre avant. Attentive, j'avais écouté les conseils d'Isis et je m'étais appliquée à réaliser chacun de ses mouvements avec précision. Finalement, nous en avions cassé un à cause d'un mauvais moule, mais nous parvinrent à nos fins rapidement après. Je pensais que ça prendrait plus de temps... Mais apparemment, d'après Isis, on avait été assez lente, ce qui me laissa amusé. On voyait bien la différence entre celle qui avait déjà manipulé du plâtre -à savoir elle- et... moi. Qui était plutôt une novice du plâtre !
Je souris à l'intention de mon ami lorsqu'elle me proposa, après tout ce travail préliminaire, d'aller chercher un peintre. On se sépara dans les couloirs pour commencer notre recherche, et pendant un bon moment, je me sentis particulièrement stupide à arrêter les gens dans les couloirs pour leur demander à tous s'ils savaient peindre et s'ils pouvaient m'aider. Il s'est rapidement avéré que je faisais tellement peur à arrêter les gens comme ça que même ceux qui savaient peindre ont préféré me dire qu'ils étaient nuls pour que je ne leur tienne pas la jambe plus longtemps. Ce que, après réflexion, je comprends, et ne blâme pas. Si on m'avait arrêté pour la même raison, j'aurais dit non. Bon, en même temps, je ne sais pas peindre.
Mais mince, ça devrait pas être compliqué à trouver une personne comme ça pourtant !
Une idée naquit en moi alors que j'entendais la voix d'Isis s'élever dans les airs dans un couloir adjacent. Je souris.
Il devait bien y avoir des cours d'arts plastiques ici ! Nan ? Oh allez ! Je me souviens plus de la liste des cours, comme je ne vais qu'à ceux que j'ai choisi, mais quand même !
Traçant dans le couloir, j'arrivais rapidement aux salles de cours pour les cours pratiques. Est-ce que j'allais trouver une salle d'arts appliqués... Oh, s'il vous plaît ! S'il vous plaît !
Avec une chance inouïe, je tombais sur la bonne salle. Bon, l'inconvénient, c'était que j'étais entrée dans la pièce... Un peu à l'arrache. Genre "Hey les gars y a des peintres ici ?!". Et donc, je suis tombée sur la salle d'art ! Dans le fond de la salle, on aurait dit qu'il y avait l'atelier... Mais pour peintre. Avec plein de craies, de gadgets, de pinceaux, de peinture et d'aquarelle. Il y avait une tonne de pot à crayons, et j'en passe. J'affichai un grand sourire alors que tout le monde avait le regard fixé sur moi, même la Master qui donnait le cours. Ce qui me fit rapidement descendre de mon petit nuage. Tous les élèves étaient devant elle, qui présentait un diapo. Apparemment, ça avait l'air important... J'ouvris la bouche, pour la refermer. Oui, bon, ça suffit Mitsu ! T'es pas rentré pour rien, tu parles maintenant !

-Est-ce qu'il y aurait un peintre ici qui pourrait me rendre service ?

Je levai vers eux un regard désespéré. Ce fut pourtant la prof qui prit la parole. Je tournai mon regard vers elle. Je crois qu'après ça, j'aurais pu pleurer des heures, si j'étais une fille sensible qui pleure toujours comme une madeleine.

-C'est le cours sur la photographie là. Les élèves en peinture n'ont plus cours jusqu'à nouvel ordre car le professeur est malade.

Je baissai les yeux sur ma montre. J'avais vraiment envie de pleurer.
Je sortis de la salle. M'adossai contre le mur. Je me laissai tomber au sol pour m'asseoir, ramenant mes jambes contre moi. J'entourai mes genoux de mes bras. AAAAAAHA JE DETESTE CETTE ECOLE ! Ils pouvaient pas mettre un panneau d'affichage où les peintres posteraient des annonces pour dire "Hey les gars, je suis peintre, et je cherche à peindre un carrousel ! Qui a ça pour moi ?!". Franchement... Ce serait cool ça au moins.
Lâchant un long soupir, j'enfouis ma tête dans mes bras en tentant de me calmer. Je réfléchis à où je pourrais aller pour trouver un peintre. C'est dingue, y a vraiment pas de mine à peintre ici.
Je soupirai à nouveau, jusqu'à ce que j'entende une voix qui s'adressait à moi :

-Hey.


Je maugréai quelques trucs incompréhensibles avant de laisser échapper, plus clairement :

-Oui, j'ai compris, je vais m'en aller, j'ai pas le droit de rester dans les couloirs comme ça...


Toujours sans relever ma tête de mes bras, vivant dans mon monde noir, je pris le temps de réfléchir encore un peu. Je n'avais pas envie de bouger d'ici tant que je n'aurais pas trouvé, peu importe ce que me disait ce gars. Même s'il était Master !

-Nan, c'est pas pour ça que je viens te voir... Je suis peintre, si tu veux.

Hein ?! Je relevai la tête vers lui et le regardai avec des soucoupes à la place des yeux. Nan mais... mais... C'est un rêve ?! Mon anniversaire c'est passé, vous savez ! C'est pour Noël, c'est ça ? Un cadeau en avance !

-T'es sérieux ?!


Il laissa échappe un léger rire et hocha la tête. Je bondis instantanément sur mes pieds et me jetai sur lui pour le serrer dans mes bras. J'affichai un grand sourire alors que je m'éloignai de lui, gardant ses épaules entre mes mains, fixant son visage comme s'il n'était pas réel.

-Tu me sauves la vie ! Je ne te remercierais jamais assez !

J'arquai alors un sourcil, et le regardai avec un air curieux.

-Attends... Comment tu sais que je cherche un peintre ? Je ne l'ai pas hurlé dans les couloirs...

-J'étais au cours de photo, déclara-t-il dans un sourire amusé. Mais je suis aussi le cours de peinture.

Mon sourire revint sur mes lèvres, et je me dandinai d'un pied à l'autre. J'avais hâte de ramener mon peintre à Isis.
C'est rigolo... Dis comme ça, c'était comme si je ramenais mon butin. Le butin d'une longue et rigoureuse quête.
Je le choppai par le bras sans lui laisser le temps de réagir, et me mis à courir dans les couloirs. J'étais tellement excitée de ma trouvaille que je ne faisais qu'à peine attention aux gens que je croisais. Et je ne faisais pas trop attention à mon peintre non plus. Mince, faudrait pas l'abîmer ! Je ralentis un peu l'allure, avant de tourner au bout d'un couloir. C'était de là que je suis partie au moment où j'ai entendu Isis qui criait qu'elle cherchait un peintre. Je tendis l'oreille, mais n'entendis rien. Bon, peut être qu'elle n'appelle plus de peintre... Si ça se trouve, elle en a trouvé un ! Oh non. Le mien a l'air cool. J'suis sûre qu'il est sympa en plus. Pis il est pas trop moche, ça va. Je dirais même que pour certaines filles, il pourrait être mignon !
Finalement, je repris ma marche en entraînant encore et toujours mon peintre derrière moi, qui ne devait rien comprendre. En fait, je crois qu'il avait essayé de communiquer avec moi, mais j'étais tellement pressée de le ramener à Isis que j'avais pas fait gaffe à ce qu'il me disait.
Au bout de quelques minutes à déambuler, j'aperçus une chevelure blanche à l'angle d'un couloir. Elle venait de tourner. Je me remis à courir, entraînant une fois encore le peintre derrière moi.

-ISIS !
criai-je pour être sûre qu'elle m'entende.

Elle revint sur ses pas. Je freinai ma course aussi bien que je le pus, même si je crois que ça surprit mon peintre qui ne s'attendait pas à ce que je m'arrête si soudainement. J'affichai un grand et large sourire à l'intention d'Isis.

-J'ai trouvé un peintre !
m'exclamai-je.

Je me tournai vers le peintre en question, qui semblait un peu essoufflé. Mince ! Il faut le garder en vie maintenant ! Je lui lâchai enfin le poignet, et le laissai souffler. Je reportai mon regard sur Isis.

-Tu verras, je suis sûre que c'est un peintre du Tonnerre !


Je viens de remarquer que je connais même pas son nom. Bah ! Tant pis. Il afficha un sourire un peu intimidé à l'intention d'Isis, en guise de salut. Je crois qu'il était un peu perdu, là.




##   
Contenu sponsorisé

 

Opération sauvetage de sommier !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: L'atelier.
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant