Partagez
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Save me or I will destroy all of you [privé]
##   Dim 26 Mai 2013 - 22:49

Personnage ~
► Âge : 24 balais
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Gaetano Bianchi
Messages : 514
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 22
Emploi/loisirs : Hum... Je me demande...
Humeur : Calme

J'ai mal. Vraiment mal. D'une de ces douleurs insupportable, insoutenable qui vous rend fou, vous mine de l'intérieur. Je ne parle pas d'une douleur physique, bien que mon cœur serré dans ma poitrine me face souffrir affreusement. Non, je parle d'une douleur psychique, morale. Et plus qu'une douleur il s'agit bien d'une blessure, béante et venimeuse, plus profonde qu'un gouffre. C'est un poison qui coule dans mes veines et me détruit de l'intérieur, petit à petit, lentement mais sûrement. Je n’ai jamais autant souffert de ma vie. Pourquoi ça fait si mal ? Pourquoi est-ce que tout ça est arrivé ? Pourquoi ai-je été aussi stupide ? Pourquoi suis-je si faible ? Pourquoi n’ai-je pas pu le protéger ? J’aurais dû le sauver, j’aurais dû garer un œil sur lui. Pourquoi n’ai-je pas réagi plus tôt ?
Je me recroqueville sur moi-même, enfouissant ma tête entre mes bras que j’ai passé autour de mes jambes et menaçant ainsi mon équilibre précaire tandis que je me trouve au sommet d’un arbre, sur une branche. Je m’en fou. Je pourrais bien tomber du haut de mes vingt-cinq mètre que je ne ferais absolument rien pour me rattraper. Je souhaiterais mourir pour ne plus ressentir toute cette douleur qui me dévore, toute cette souffrance insupportable.
J’ai tellement mal que mes larmes ne s’écoulent plus. J’ai déjà trop pleuré et toutes les larmes du monde ne suffiraient pas à endiguer ma douleur et ma peine.
Je me hais. Je hais ma propre faiblesse et ma lâcheté. Mais plus que moi-même ce sont eux que je hais, que j’exècre. Il n’y a même pas de mots pour décrire toute cette haine, ce dégoût que je ressens pour eux. Ces crevures… Je les détruirais, les anéantirais pour tout ce qu’ils ont fait. Pour tout ce qu’ils m’ont fait. Je le vengerais et je détruirais chaque brique, chaque pierre de tous leurs laboratoires. Je les tuerais tous jusqu’au dernier même si je dois y laisser ma vie. Ma vie… Quel foutage de gueule ! Je suis mort en même temps que mon frère. Je ne suis plus qu’une ombre. Une ombre destructrice et violente. Oui je veux voir leur sang couler, leurs visages se tordre de douleur, je veux entendre leurs cris d’agonie résonnant dans la nuit, je veux qu’ils comprennent ce que signifie le mot peur, qu’ils comprennent ce qu’est la souffrance.
Je les tuerais tous jusqu’au dernier.
Sans que je ne m’en rende compte, mon énergie enflait en moi, bouillonnait tel du magma en fusion tandis que de gros nuages d’un noir d’encre s’amassaient au-dessus de la forêt. De grosses gouttes de pluie se mirent alors à tomber comme si un véritable ouragan se déchaînait.
Mes yeux, devenus totalement bleus n’exprimaient plus que la rage et mon désir de vengeance. Plus rien à cet instant n’aurait pu apaiser ma colère, et si personne ne m’arrêtais je risquais bien de provoquer un ouragan qui pourrait bien détruire Terrae et une bonne partie de Tokyo.


Save me or I will destroy all of you  [privé] 1477317971-white-cat-black-cat-by-pascalcampion-d8ewm5b


Spoiler:
 
##   Lun 27 Mai 2013 - 18:43

Personnage ~
► Âge : 30. Ca y est. C'est la fin :'o
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aaron Williams
Messages : 3182
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?

Nous étions à peine rentrés de mission. Le temps de panser nos blessures, et nous repartions chacun de notre côté ; là, je suis chez moi, à regarder le ciel devenir de plus en plus gris, de plus en plus maussade.
Je sens.
Je sens la souffrance de mon collègue comme si elle était la mienne, sa peine traversant mon corps de part et d'autre. La douleur, vive, acérée. Je l'avais connue, celle-là aussi ; il y a longtemps ; il y a cinq ans. C'est court et long en même temps, cinq ans. On a l'impression d'être arrivé qu'hier, et voilà qu'on se retrouve Master, face à des tâches qui nous dépassent de loin. De trop loin. Nous ne sommes que des hommes.
La pluie se met à tomber drue ; forte, trop forte pour être naturelle. Je prends une grande inspiration, et me décide à sortir. Au diable notre convalescence ; on a foiré notre mission. De A à Z. L'élève est en sécurité, mais son frère, lui, n'a pas eu la même chance. Je repense à Cassidy, dans une des chambres de l'institut, et pince les lèvres douloureusement. Je comprends ce qu'il ressens, pas mieux que personne, mais je le comprends. C'est le plus important je crois.
Mon gilet à capuche ne m'est pas d'un grand secours contre les trombes d'eau que déverse le ciel, et je finis bien vite complètement trempé. Le ciel s'obscurcit de plus en plus, et le vent se lève ; un orage se prépare. Manque juste les éclairs, et même si ils font partie de moi, je ne les apprécie pas forcément. À vrai dire, j'ai toujours détesté le tonnerre, ça m'effrayait. Et aujourd'hui ne déroge pas à la règle : je ne veux même pas en entendre parler.
J'abaisse les paupières, me concentre sur l'aura de Gaetano, que je suis au radar. Très pratique lorsqu'il s'agit de retrouver quelqu'un à l'institut, et pourtant pas très utile quand cette personne se trouve à 25 mètres au dessus du sol, assis en haut d'un arbre. D'un arbre. Assis. En haut. Oui, je décompose la phrase, mais si vous voyiez ma tête, vous comprendriez ma douleur. J'ai la pluie qui me fouette le visage, je suis aussi trempé qu'un chat qu'on a balancé dans une bassine d'eau (j'aime pas les chats) et je me retrouve à essayer de raisonner un type qui se trouve à... Ouais. En haut d'un arbre. J'hallucine. Je l'arrête comment moi ?

– Gaetano ! je hurle, le visage relevé vers le ciel. Descend de là, bordel, tu vas inonder la ville !

Et moi, je me pète les cordes vocales dans le vide, parce que c'est pas sûr qu'il m'entende de là où il est. Puis vu le bruit que fait la pluie...
J'en ai marre. Ils peuvent pas faire les trucs comme tout le monde, ces morphes ? Il veut que je le descende comment, aussi, en lui balançant un éclair dessus ?!
… Pas mauvaise l'idée. Vraiment pas mauvaise. Bon, d'un point de vue technique, je risque probablement de faire s'effondrer l'arbre en foutant le feu à la forêt, et je risque aussi de me faire tailler en pièces par Hideko – déjà qu'elle était pas contente à notre retour, là, c'est foutu foutu foutuuuu !
Putain. Quel couillon...
Merci de m'avoir apporté les nuages, déjà, ça me fait au moins ça en moins à convoquer... Dire que je suis crevé. Il veut me tuer, en fait, c'est pas possible. Mes yeux virent au doré, et un éclair s'abat sur l'arbre où il se trouve.
… Merde, j'avais pas pris en compte le fait que je risquais aussi de le tuer en faisant ça. Boarf, et puis tant pis, il avait qu'à pas aller là haut... Et un pigeon rôti, un !
Je vais me faire tuer.



Aaron vit en #FEA347.
Louisa danse en #90C15A.


Un peu d'amour ♥:
 
##   Sam 1 Juin 2013 - 15:55

Personnage ~
► Âge : 24 balais
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Gaetano Bianchi
Messages : 514
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 22
Emploi/loisirs : Hum... Je me demande...
Humeur : Calme

De grosses gouttes s'écrasaient sur mon visage me trempant jusqu'aux os, tandis que le vent, forcissant de seconde en seconde, secouait les arbres aux alentours, me faisant frissonner. Je m'en foutais éperdument. Cette qui s'insinuait à travers mes vêtements, ne me gênait pas. Après tout ne s'agissait-il pas de mon élément ? Toutes ces trombes d'eau, cet orage violent reflétaient parfaitement le tourbillon de sentiments infernaux qui m'agitaient. Dans l'instant présent, je ne savais plus ce que signifiait aimer, rire, s'amuser. Il ne restait plus que le haine, la colère et cette tristesse plus puissante que tout.

Durant un instant je crus distinguer une voix à travers la tourmente, une voix d'homme qui me disait de descendre. J'eus un sourire amer. Qui pouvait bien être assez stupide pour sortir par un orage pareil ? Et qui pourrait être assez stupide pour venir me trouver en ce moment ? Je baissais me tête. Ah et bien apparemment Aaron était stupide !
Je décidais de l'ignorer. Je ne voulais pas l'entendre déblatérer sur le bien être et bla bla bla, je sais ce que tu traverse et gna gna gna... Personne ne pourrait jamais comprendre la culpabilité et la douleur que je ressentais. Personne. En plus voir Aaron me rappelais notre mission...
Je relevais mon visage fixant le ciel d'un noir d'encre, exposant ainsi mon visage à la pluie battante. Ce fut sans doute ce qui m'évita de ne pas finir électrocuté par un éclair.
Je me jetais dans le vide, évitant de justesse l'éclair qui frappa le branche où je me tenais quelques seconde plus tôt. Je transformais alors en un grand aigle afin de ralentir ma chute et atterrissais au sol en un seul morceau.
Je savais parfaitement que cet éclair provenait d'Aaron, ça ne pouvait pas être naturel alors qu'un master tonnerre se trouvait dans les parages.
Je vis rouge. Comment osait-il venir me déranger ? Comment osait-il m'attaquer ? Ne pouvait-il pas me laisser faire mon deuil ?
Mon coeur se serra un peu plus dans me poitrine suite à cette pensée. Je ne pourrais jamais faire mon deuil, passer à autre chose, aller de l'avant. Pas cette fois. La perte de mon petit frère m'avait anéantit et jamais la blessure qui en découlait ne se refermerait.

Je fixais Aaron avec un regard meurtrier. Il n'aurait pas dû s'en prendre à moi. Non vraiment, il n'aurait pas dû car en cet instant je n'étais plus qu'un immense amas de haine et de colère et même un master risquais d'avoir du mal à me maîtriser.
D'un coup je me transformais en un grand tigre noir et blanc et me jetais violemment sur lui. Ma mâchoire se referma sur son bras gauche et j'entendis son bras produire un craquement sinistre.
Tant pis pour sa gueule !


Save me or I will destroy all of you  [privé] 1477317971-white-cat-black-cat-by-pascalcampion-d8ewm5b


Spoiler:
 
##   Sam 1 Juin 2013 - 17:22

Personnage ~
► Âge : 30. Ca y est. C'est la fin :'o
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aaron Williams
Messages : 3182
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?

Je regrette quelques secondes après avoir lancé mon éclair dans sa direction de l'avoir fait. Il se laisse tomber dans le vide en se transformant en aigle pour pas atterrir sur le sol comme une pauvre merde. Ouch, il est en colère – mais vraiment. Même en utilisant mes pouvoirs de sensitif contre lui, je constate qu'il ne se calme pas. En croisant ses yeux couleur océan, qui m'assassinent littéralement sur place. Mon ventre se tord d'appréhension. Son aura destructrice m'écrase littéralement – et je constate que ça faisait bien longtemps que je n'avais pas été autant... Pas réellement effrayé, mais pas loin.
Je vais me faire tuer.
Gaetano se transforme en tigre et se jette sur moi. J'ai à peine le temps de reculer d'un pas que je sens sa mâchoire se refermer sur mon bras gauche. Un cri de douleur m'échappe, et, pour qu'il me lâche, je suis contraint de lui envoyer un violent coup de jus. Je titube un peu, et m'appuie de la main droite sur le tronc d'arbre le plus proche, haletant. Quelques points blancs dansent devant mes yeux.
Putain ! Il me l'a pété cette espèce d'enfoiré !

– G-Gaetano, merde, reprends-toi ! je lance entre mes dents serrées pour me concentrer sur autre chose que la douleur.

Je jette un œil à l'état de mon bras, en retenant quelques larmes de douleur. Oh putain c'est moche. C'est vraiment moche. Il fait un angle bizarre et en plus ça pisse le sang, c'est en train de goutter sur le sol. Je crois que l'os est ressorti. Oh putain la vache, ça tue...
Les dents toujours serrées, je lui renvoie un regard noir.

– Je sais que tu veux pas de pitié, mais putain, c'est pas comme ça que ça s'arrangera !

Mes yeux virent au doré sous la colère et la douleur, qui m'étreignent la poitrine sans douceur. Je repense avec Diana, ma colère redouble, laissant courir quelques éclairs autour de mon corps. La pluie s'abat toujours sur nous, créant des crépitements bien désagréables. Ma peau sera certainement recouverte de jolies brûlures après ça, mais putain, putain ! J'en ai juste rien à branler. S'il s'approche encore, je lui renvoie un éclair en plein dans la gueule, mais là, j'ai vraiment pas envie de me battre.

– Gaetano, je grince à nouveau, toujours accroché à l'arbre pour ne pas m'écrouler, reprends ton calme... C'est pas la solution. On est dans le même camp.

Si j'avais pas été aussi crevé au retour de la mission, j'aurais pu mieux tenir face à la douleur. Mais là, c'est tellement... Non, j'arrive pas, je tiens pas. Et les quelques forces qu'il me reste, je les emploie à utiliser mes pouvoirs de sensitif à leur plus haut niveau pour le réduire au calme.
Pourvu que ça marche. Sinon, je suis mort. Je suis pas assez réactif pour espérer en sortir en un seul morceau. Sans compter que là, c'est déjà assez mal parti...



Aaron vit en #FEA347.
Louisa danse en #90C15A.


Un peu d'amour ♥:
 
##   Lun 3 Juin 2013 - 18:32

Personnage ~
► Âge : 24 balais
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Gaetano Bianchi
Messages : 514
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 22
Emploi/loisirs : Hum... Je me demande...
Humeur : Calme

L'électrochoc que m'envoya Aaron me projeta en arrière et je me re-tranformais avant de m'écraser contre un arbre. Une onde de douleur se propagea dans mon dos et je serrais les dents pour ne pas gémir.
Je levais la tête me préparant à contre-attaquer, mais je me stoppais en entendant la voix de mon collègue.


– Je sais que tu veux pas de pitié, mais putain, c'est pas comme ça que ça s'arrangera ! – Gaetano, reprends ton calme... C'est pas la solution. On est dans le même camp.

Ses paroles me firent l'effet d'une douche froide. Je vis alors son visage qui avait pris une teinte blafarde et puis il y avait le sang. Ce sang qui coulait abondamment le long de son bras pour venir se perdre dans le sol qui n'étais plus qu'une immense flaque de boue. Son bras... Il formait un angle absolument anormal et... mon dieu ce truc blanc qui dépasse est-ce que c'est... Je chancelais et dû me rattraper à un arbre pour ne pas tomber. Ce n'était pas que cette blessure m'horrifiais, après tout j'avais déjà vu et fais des choses bien pire, mais la réalité de mes actions me revint avec une violence inouïe.
Qu'avais-je fait ? Mais bordel, qu'est-ce que j'avais fait ?! Comment avais-je pu attaquer Aaron ? Étais-je à ce point aveuglé par le colère et la haine au point d'attaquer un de mes collègues ? Non, plus qu'un collègue, un ami.
A présent bien que la colère m'ait quittée, je sentais tout le poids de la culpabilité m'accabler bien que je sois plus calme. Je soupçonnais d'ailleurs Aaron d'y être pour quelque chose.


-Je... Aaron, je sais pas ce qui m'a pris. Je... je suis désolé, balbutiais-je.

La pluie drue qui battait nos visages commença à se calmer, signe que mon coeur commençait à s’apaiser.
J'avais mal. Physiquement, parce que je m'étais écrasé comme une grosse merde contre un arbre mais surtout mentalement. La disparition de mon frère me tuais et à présent venait s'ajouter la culpabilité. Un poids bien trop lourd à porter. La culpabilité d'avoir trahi Terrae, de n'avoir pas su sauver Adriano et maintenant d'avoir attaquer Aaron alors qu'il tentais de m'aider.
Avec milles précautions je m'approchais de mon collègue pour qu'il comprenne bien que je m'étais calmé et évite de m'électrocuter, bien qu'il aurait eut raison de le faire.


-Je t'emmène à l'infirmerie, fis-je en désignant son bras.


Save me or I will destroy all of you  [privé] 1477317971-white-cat-black-cat-by-pascalcampion-d8ewm5b


Spoiler:
 
##   Lun 3 Juin 2013 - 19:22

Personnage ~
► Âge : 30. Ca y est. C'est la fin :'o
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aaron Williams
Messages : 3182
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?

Mon souffle se bloque dans ma gorge lorsque je le vois se redresser, prêt à me renvoyer une attaque, mais il semble s'arrêter brutalement. Je l'observe avec des yeux ronds se rattraper à l'arbre derrière lui après avoir scanné ma blessure. Ah, vu de l'extérieur, ça doit être encore plus moche. Quoi que moins douloureux. Je vous ai déjà dit que je souffre, là ? Mais genre vraiment. Je crois qu'il m'aurait arraché le bras, ça m'aurait fait le même effet.
Sa colère reflue peu à peu, remplacé par un sentiment prédominant de culpabilité. Ah, merde, mais je voulais pas le faire culpabiliser en plus, moi, il fait chier ! Je vais presque m'en vouloir de m'être fait bouffer le bras, là...
Je ferme néanmoins les yeux, et tente de refréner les battements affolés de mon cœur, rassuré de le sentir plus calme, et plus apte à parler. Comme quoi, être sensitif et pas téléporteur, c'est pas plus mal parfois... Quoi que. Ça m'aurait évité de me mettre dans la merde.

-Je... Aaron, je sais pas ce qui m'a pris. Je... je suis désolé.

La pluie se calme doucement, elle aussi, et je plante mes yeux dans les siens alors qu'il se rapproche avec lenteur. Je baisse ma garde, fais disparaître mes éclairs et mes yeux reprennent leur couleur rubis habituelle. Mes paupières sont à demi closes sous la douleur et la fatigue qui me soulève le cœur. Je suis vraiment pas dans mon état normal là, ça va pas. Je tiens beaucoup mieux en général.
Sûrement que cette mission m'a plus épuisé que je n'oserais l'admettre. Je ne suis pas invincible, c'est clair ; mais aussi faible ? C'est pathétique. Faut pas qu'Hideko me voit comme ça sinon elle va encore trouver le moyen de me rabaisser – surtout qu'elle est pas de bonne humeur en ce moment.
Je me redresse néanmoins, tente d'adopter un visage premièrement impassible, puis à demi amusé.

-Je t'emmène à l'infirmerie.

Je secoue la tête – et commence à voir des points blancs danser devant mes yeux. Pas bon, je perds trop de sang je crois. Donc : ne pas secouer la tête comme un demeuré, et ne pas faire de mouvements brusques. Ne surtout pas bouger son bras, aussi.

– Ça va, t'en fais pas, je commence avec un sourire grimacé qui se voulait moqueur, à la base. J'ai connu pire.

Et je mens même pas sur ce coup là...
Je commence à marcher, lui tapote le bras de ma main valide.

– Et t'inquiète, je peux me démerder, je vais pas me--

Ma phrase n'a pas le temps d'être terminée que je trébuche sur une racine en manque de me ratatiner sur le sol. Je me retiens à son bras en fermant les yeux et me mordant les lèvres jusqu'au sang.
A-ï-e.

– … --latter la gueule. J'ai rien dit, oublie ça, j'ai de nouveau l'air stupide, je murmure en essayant de me remettre correctement sur mes jambes et de continuer mon chemin en lâchant des injures douloureuses.

Chaque pas que je fais me force à bouger l'épaule et donc, par conséquent, le bras. Donc, j'ai mal. Que ce soit clair. Je suis pas une chochotte douillette, mais là, je crois que c'est une fracture ouverte. Oui, je dis « je crois » parce que j'ai pas regardé suffisamment longtemps pour en être persuadé, et j'avoue ne pas avoir envie de le voir.
Si je pouvais m'effondrer sur le sol et m'évanouir, je le ferais bien, là, tiens... C'est moi ou il fait froid ?
Je jette un regard à Gaetano, lui lance un léger sourire crispé.

– Par contre, si l'infirmière me fout encore une droite parce que je me suis de nouveau blessé, je te rendrais le coup plus tard, je fais mine de bougonner en essayant d'atténuer mes gémissements de douleur.

Pensons à autre chose. Tiens, le ciel commence à se découvrir peu à peu...
Plus sérieusement, je reporte encore une fois mon attention sur mon collègue, mais ne dis rien. Je sais qu'il a pas besoin de pitié, donc je lui en donnerai pas. N'empêche que son état m'inquiète et que s'il fait mine de re-péter un câble, bras pété ou pas, je lui saute dessus et je l'étrangle.
Je demanderais de l'aide à ma lampe de bureau pour m'aider, au pire ; elle a l'air de bien s'y connaître.



Aaron vit en #FEA347.
Louisa danse en #90C15A.


Un peu d'amour ♥:
 
##   Lun 3 Juin 2013 - 20:04

Personnage ~
► Âge : 24 balais
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Gaetano Bianchi
Messages : 514
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 22
Emploi/loisirs : Hum... Je me demande...
Humeur : Calme

– Ça va, t'en fais pas. J'ai connu pire.

J'eus un petit sourire en coin bien que mon visage reste fermé. C'est ça, tu va très bien ! J'ai manqué de t'arracher le bras, tu as une fracture ouverture mais tu vas bien !
Je retiens un soupir en le voyant et s'éloigner et... Bah voilà, mais quel abruti ! Attrapant Aaron sous son bras valide, je le soutenais, voyant qu'il n'était absolument pas en état de marcher tellement la douleur lui brouillait l'esprit. Je ne fais aucun commentaire sur ces remarques, auxquelles il n'attend d'ailleurs pas vraiment de réponses. C'est entièrement de ma faute s'il se trouve dans cet état alors ce n'est pas comme si je pouvais me permettre la moindre remarque, d'autant plus que de nous deux, je dois surement être le plus con !


– Par contre, si l'infirmière me fout encore une droite parce que je me suis de nouveau blessé, je te rendrais le coup plus tard.

Je me mord la lèvre en voyant son teint cireux. Le gémissements qu'il tente de dissimuler à travers ses paroles ne m'échappent pas, je vois très bien qu'il a mal et n'étant pas guérisseur je ne peux absolument rien faire pour atténuer la douleur.
Putain ! Mais qu'est-ce qui m'a pris. Je crois que j'ai jamais été aussi irréfléchi de toute ma vie.
Aaron se tait. Je ne baisse pas les yeux mais je sais très bien qu'il m'observe. A tout les coups il tente d'évaluer si je vais à nouveau l'attaquer ou pas.


-Ne t'inquiètes pas. Je vais pas t'attaquer à nouveau, je fais d'une voix sombre . Et de toute façon je doute que tu sois encore en état de te battre.

Je lui rend son sourire tout aussi crispé et nous continuons notre marche en silence.
La pluie a cessé, tout comme la vent et à présent des étoiles brillent au dessus de nos têtes. Ce sont autant d'étoiles que je ne pourrais jamais plus admirer avec Adriano.
Je sais parfaitement qu'Aaron ressent mes émotions et sais à quel point je souffre mais il se tait et je lui en suis reconnaissant.


-Je crois bien que j'ai une dette envers toi maintenant...


Save me or I will destroy all of you  [privé] 1477317971-white-cat-black-cat-by-pascalcampion-d8ewm5b


Spoiler:
 
##   Mar 4 Juin 2013 - 14:54

Personnage ~
► Âge : 30. Ca y est. C'est la fin :'o
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aaron Williams
Messages : 3182
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?

J’aurais presque été rassuré de le sentir me rattraper avant que je me massacre la tronche par terre s’il ne m’avait pas mis dans un état aussi… pathétique, je devais bien l’avouer. Certes, il va mal, et je lui en veux pas pour ça – je suis un grand cœur, vous avez vu ? Ce qui m’énerve dix fois plus, c’est qu’il se sent incapable d’assumer ses actes une fois réalisés. D’accord, je veux pas qu’il saute de joie à l’idée de m’avoir pété le bras comme un bourrin, mais j’avoue que ça m’aurait au moins donné une raison valable de lui en vouloir un peu – chose que je suis incapable de faire en cet instant. Ô désespoir !
On devrait me décerner le prix Nobel de la paix, sérieux.
Ce qui m’arrangerait encore plus, tant qu’on en parle, ce serait qu’il essaie de dire quelque chose pour me répondre, parce que j’ai comme l’impression de causer à un fantôme là. Ou dans le vent. Sauf que le vent, quand il te fout des vents, bah tu lui en veux pas parce que… c’est le vent et que c’est ce qu’il fait de mieux. Ah. Logique quoi.

- Ne t'inquiètes pas. Je vais pas t'attaquer à nouveau. Et de toute façon je doute que tu sois encore en état de te battre.

Je laisse une nouvelle grimace – pas de douleur cette fois, je précise – se fondre sur mes traits. Bon, visiblement, il a vu que je suis encore un peu méfiant – logique en même temps ! Je vais pas aller danser la valse avec lui trente secondes après qu’il m’ait attaqué, quoi ! Et je répète que je suis pas une chochotte, c’est juste que là, ça fait mal.
Je suis tenté de hausser les épaules, mais me retiens un millième de secondes avant de le faire. Ahahahah, mauvaise idée !

– Ca va je suis pas si faible que ça. Je vais pas crever à cause de ça, faut pas croire. T’as vraiment pas une haute estime de moi, je me trompe ? je grommelle pour la forme, avant de retenir une grimace de plus.

Ouais, bien, c’est sûr que t’as l’air super crédible, là, Aaron ! Va te pendre et reviens nous voir après…
Je soupire presque de désespoir. C’est loin l’infirmerie, en fait, je me souvenais pas. Au train où on y va, on sera arrivé d’ici vingt minutes – et j’aurais le temps de me vider très élégamment de mon sang. Boarf, au pire si je clamse, il aura qu’à me porter jusqu’à la morgue, c’est sa punition !
… Eh, j’déconne, hein. J’ai pas encore envie de mourir ! Quoi que c’est une solution envisageable pour arrêter la douleur… Si je lui demande de me tordre le cou, il va le faire ou juste me frapper ? Non parce que si c’est pour ajouter à mes souffrances, ça sert à que dalle !

- Je crois bien que j'ai une dette envers toi maintenant...

Je manque de m’étouffer avec ma salive lorsqu’il dit ça.
J’ai pas halluciné ? J’ai vraiment pas halluciné ? Le grand Gaetano Bianchi qui en doit une au merveilleux Aaron Williams ? Non mais je rêve ! Il se passe un truc pas net, là. Genre un truc cosmique intersidéral qui fait que les étoiles sont alignées avec la Terre et le Soleil et y aurait un bouleversement au niveau atomique qui déstructurerait nos cerveaux ou qui s’attaquerait directement à notre esprit pour le renverser totalement ?! En gros les gentils deviennent méchants et les méchants gent--… Oh, tiens, faut que j’essaie de discuter avec Haley et Hideko pendant ce temps alors, je me ferais peut-être pas tuer. Eh mais ça voudrait dire que Tomoe est devenue méchante et me déteste ?! Noooooonnn pas ma Tomoe, vous n’avez pas le droit ! Enlevez moi ma dignité si vous le souhaitez, mon honneur et ma vie, mais pas ma douce et trop meugnonne Tomo-chaaaaan !
Heurm, c’est moi qui débloque, finalement.

– Bah écoute, si tu tiens tant que ça à te faire pardonner, tu me paies à boire ce soir, et de toute manière t’as pas le choix. Par contre je te préviens, j’ai la descente facile et l’alcool mauvais, donc tu vas morfler et ton portefeuille aussi. Et si t’es pas d’accord, je te fais bouffer du sable par les narines. Ou autre part, mais ça risque pas de te plaire, donc on va dire les narines. Ou au pire tu fais comme si j’avais rien dit…

Je lâche un léger rire, plutôt faible, et chancèle en lui rentrant dedans sans le faire exprès – de mon épaule valide, heureusement pour moi : j’ai suffisamment mal comme ça. J'ai l'impression d'être déjà bourré, mais en mode deux fois pire en fait. Et un bras en charpie, mais ça, on va pas le préciser.
Boarf de toute manière, je suis le meilleur, je peux pas avoir mal.
(Aïe...)



Aaron vit en #FEA347.
Louisa danse en #90C15A.


Un peu d'amour ♥:
 
##   Sam 22 Juin 2013 - 16:16

Personnage ~
► Âge : 24 balais
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Gaetano Bianchi
Messages : 514
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 22
Emploi/loisirs : Hum... Je me demande...
Humeur : Calme

– Ca va je suis pas si faible que ça. Je vais pas crever à cause de ça, faut pas croire. T’as vraiment pas une haute estime de moi, je me trompe ?

Je haussais un sourcil. A vrai dire je me sentais un peu blessé qu'il puisse penser ça de moi. Bon d'accord ! A sa décharge, je venais de lui défoncer le bras et il souffrait le martyr, mais je n'avais pas dit ça pour sous-entendre qu'il était faible. Je voulais seulement lui faire remarquer qu'avec un bras dans cet état, il risquait d'avoir du mal à se battre. Tiens déjà qu'il tient à peine debout...

- Détrompes-toi Aaron, je n'ai pas une si mauvaise estime de toi, au contraire. Je te respecte parce que tu m'a aidé sans penser aux conséquences que ça aurait pour toi.

Je marquais une pose. Bon d'un autre côté, je n'étais pas sûr que foncer tête baissée dans la merde pouvait être considéré comme une qualité... Quoi que... En fait, il s'agissait là de l'une des spécialité d'Emmy : foncer dans le tas et réfléchir une fois que tu trouve dans les emmerdes.

– Bah écoute, si tu tiens tant que ça à te faire pardonner, tu me paies à boire ce soir, et de toute manière t’as pas le choix. Par contre je te préviens, j’ai la descente facile et l’alcool mauvais, donc tu vas morfler et ton portefeuille aussi. Et si t’es pas d’accord, je te fais bouffer du sable par les narines. Ou autre part, mais ça risque pas de te plaire, donc on va dire les narines. Ou au pire tu fais comme si j’avais rien dit…

J'eus un petit rire. Décidément, Aaron avait un don pour sortir des phrases débiles. Enfin débiles... Disons qu'il avait tendance à partir tout seul dans des délires...
J'allais répondre quand je le vis chanceler et me rentrer dedans. Je le retenais pour éviter qu'il ne tombe et poussais un léger soupir.
Il avait beau faire son dur, il peinait à rester debout et peut importe ce qu'il pouvait dire, il finirait vidé de son sang si je ne faisais rien... Je devais trouver une solution.


-Euh, Aaron... Je vais stopper un peu ton hémorragie donc ne crie pas s'il te plait...

Avant même qu'il n'ait le temps de protester, j'attrapais délicatement son bras pour ne pas lui faire mal et posais ma main sur la blessure à vif. Mon énergie afflua et lorsque je retirais ma main, la sang qui coulait en surface de la blessure s'était métamorphosé en une fine couche de glace, empêchant le liquide pourpre de s'écouler.
Je n'avais effectué cet opération qu'une ou deux fois auparavant et jamais sur une autre personne que moi, aussi j'espérais que la glace tiendrais.


-Bon, si tu veux te bourrer la gueule, moi ça me pose absolument aucun problème ! C'est un de mes passe temps favori. Et t'en fais pas pour mon porte-feuille, il ira très bien, répondis-je avec un sourire ironique. Après tout c'est pas comme si j'allais pas souvent boire avec Emmy ou Eion...

Mais avant d'aller au bar nous devions passer par l'infirmerie et nous devions nous dépêcher avant qu'Aaron ne tombe dans les vapes. J'avais bien une idée mais elle n'allait vraiment pas lui plaire... Oh et puis merde, il peut bien me détester, en attendant je vais lui sauver la vie !
Sans même lui demander son avis, j'attrapais Aaron dans mes bras, le portant façon "princesse", et fit apparaître deux grandes ailes au plumage d'un noir de geai dans mon dos. En quelques battements je me retrouvais au dessus des arbres, survolant la forêt en direction de l'institut.


-Dis donc t'es vachement léger pour un mec, lui fis-je avec un sourire goguenard. Il manquerais plus que t'es les cheveux longs...

Bon ok, c'est peut-être pas très gentil, mais d'un autre côté il a vraiment une carrure chétive !


Save me or I will destroy all of you  [privé] 1477317971-white-cat-black-cat-by-pascalcampion-d8ewm5b


Spoiler:
 
##   Sam 22 Juin 2013 - 22:29

Personnage ~
► Âge : 30. Ca y est. C'est la fin :'o
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aaron Williams
Messages : 3182
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?

Il semble avoir été un peu vexé par mes mots. J'aurais bien été tenté de hausser les épaules mais – ahah ! Je peux pas. J'ai mal, je souffre. Bon, d'accord, j'avoue que quand je bouge pas trop, ça va mieux. J'ai une capacité d'adaptation à la douleur plutôt rapide ; en même temps, se prendre des coups dans la tronche depuis que j'ai cinq ans, ça aide. Je sais pas si je dois remercier ou haïr ma mère, pour ça... Boarf, n'y pensons simplement pas, c'est pas le moment de partir en divagations, je suis pas sûr que mon cerveau supporterait ça.
- Détrompes-toi Aaron, je n'ai pas une si mauvaise estime de toi, au contraire. Je te respecte parce que tu m'a aidé sans penser aux conséquences que ça aurait pour toi.
Je frissonne légèrement – et grimace de ce fait, à cause de la douleur. Wow. Du respect ? Personne mérite de respect, ici. Enfin lui, peut-être, pour être allé chercher son frère malgré tout ; surtout pas moi. C'est n'importe quoi. Du respect ?
Qui peut être assez con pour respecter quelqu'un comme moi ?
Disons surtout que je réfléchis pas, je lâche du tac au tac, mal à l'aise.
Je chancelle un peu et il me retient une nouvelle fois. Sa main dans mon dos me rappelle un souvenir assez lointain – que je chasse immédiatement, soudainement encore plus livide qu'auparavant.
-Euh, Aaron... Je vais stopper un peu ton hémorragie donc ne crie pas s'il te plait...
Attends, comment ça ne pas cr--
J'ai à peine le temps de réagir qu'il m'attrape le bras et... me gèle le sang. Oh. Putain.
Ahhhh mais ça tue ton truc, merde ! je lâche en sursautant, en me retenant de pas lui arracher mon bras des mains. T'es complètement barré, en vrai !
Mais bon, euh, j'évite quand même, histoire que mes deux bouts de bras restent accrochés l'un à l'autre.
J'ai beau avoir conscience que c'est pour éviter que je continue à jouer au petit poucet avec mon sang, je lui lance un regard noir, les yeux légèrement embués de larmes de douleur. Au début, c'est apaisant, je veux bien ; mais va mettre de la glace sur une chair à vif pendant un long moment et vois ma souffrance, un peu, pour rire. Espèce de taré !
-Bon, si tu veux te bourrer la gueule, moi ça me pose absolument aucun problème ! C'est un de mes passe temps favori. Et t'en fais pas pour mon porte-feuille, il ira très bien. Après tout c'est pas comme si j'allais pas souvent boire avec Emmy ou Eion...
Ouais, c'est ça, rechange de sujet, crétin.
Bon bah c'est parfait, je siffle tout de même avec mauvaise humeur. Au moins tu seras pas complètement flippé en me voyant.
Je le vois me jeter quelques petits regards en coin qui ne me plaisent pas du tout. Les sourcils froncés, je l'interroge :
Pourquoi tu me regardes comme ça ? Je vais pas m'évanouir, ça va, je peux tenir jusqu'à l'infirmer—iiiie !
Ma phrase se termine en un léger couinement surpris, et j'en aurais presque rougi de honte si j'avais eu plus de sang disponible dans les veines. Ce con m'a pris dans ses bras comme une putain de princesse pour s'envoler, et ça me rappelle encore Damian quand il m'a ramené à moitié mort après une rencontre avec mon père. Je le hais. Vous savez que je déteste ce type, mais vraiment ?
Putain, Gaetano, je grince des dents en m'accrochant de mon bras valide et en retenant un gémissement de douleur suite au décollage soudain du sol.
-Dis donc t'es vachement léger pour un mec. Il manquerais plus que t'es les cheveux longs...
J'écarquille les yeux en rougissant réellement, cette fois. Oh le traître. Oh le sale petit conn--... Hum hum hum.
Quand on se posera, je t'exploserai la tête. C'est une promesse. D'ailleurs je t'emmerde, j'avais les cheveux longs quand j'étais ado ! je râle en lui donnant un léger coup.
J'y peux rien si je suis maigre et pas mince, merde.
Et ose encore me comparer à une fille et je t'électrocute.
Déjà que la position amène à se poser des questions débiles, si en plus il commence avec ça, je vais pas m'en sortir...
J'essaie de me calmer un peu quand je revois danser quelques points blancs devant mes yeux, et appuie ma joue sur son épaule.
Je suis vraiment un Master pathétique... je souffle au bout d'un temps en fermant les yeux, à demi dans les vapes.
J'ai mal.



Aaron vit en #FEA347.
Louisa danse en #90C15A.


Un peu d'amour ♥:
 
##   Mar 2 Juil 2013 - 0:17

Personnage ~
► Âge : 24 balais
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Gaetano Bianchi
Messages : 514
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 22
Emploi/loisirs : Hum... Je me demande...
Humeur : Calme

Je me sentais un peu mal à l'aise face au regard assassin que me lançais Aaron. Apparemment, il n'avait pas du tout apprécié que je lui gèle à moitié le bras, ce qui en somme était tout à fait compréhensible vu la douleur que cela pouvait causé. Cela dit, ça n'aurait jamais pu être pire que de continuer à abreuver le gazon de son sang... Bon je reconnais que c'est vraiment pas agréable comme sensation, mais au moins il ne mourra pas d'une anémie ! Et puis merde, il pourrait au moins être un peu reconnaissant non ? Je viens quand même de lui sauver la vie... en ayant tenter de lui arracher le bras juste avant... Bon ok, je comprends qu'il puisse être en colère, voir carrément furax.
Non, en fait le must du must, c'est le petit couinement qu'il vient de pousser. C'était vraiment très... mignon. Enfin si tant est qu'Aaron puisse être mignon. Ah oui, et le petit rougissement, non vraiment, c'est magnifique ! Ça lui va très bien au teint.
Comment ça je suis un connard ? Non pas du tout ! Ça m'évite juste d'avoir des pensées morbides, de pas songer à... C'est bon, arrêtons-nous là ou je vais encore provoquer un cataclysme.


– Quand on se posera, je t'exploserai la tête. C'est une promesse. D'ailleurs je t'emmerde, j'avais les cheveux longs quand j'étais ado !

J'écarquillais les yeux de surprise, ou plutôt de stupeur. Durant un instant l'image d'Aaron avec les cheveux longs s'était imposée dans mon esprit et je du me retenir pour ne pas exploser de rire. S'aurait été vraiment stupide de ma part de le vexer, en plus de lui avoir défoncer le bras, bien que je le voyais très bien avec des couettes et une petite jupe d'écolière...

– Et ose encore me comparer à une fille et je t'électrocute.

Mon envie de fou-rire cessa net.

-Tu sais, si tu m'électrocute, je risquerais bien de te faire tomber par inadvertance... Et cette fois-ci ce ne serait pas de ma faute.

Je pousse un soupir. Non mais quelle soirée de merde ! Je manquais de provoquer un ouragan, cassais un bras à Aaron qui se retrouvais maintenant dans mes bras à plus de trente mètres au dessus du sol... Euh... Y a vraiment un truc qui doit pas tourner rond...

– Je suis vraiment un Master pathétique...

Je tressaillais en entendant le murmure de sa voix. Qu'étais-je censé répondre à ça ? J'avais épuisé mon stock de paroles réconfortantes et ne me sentais pas non plus dans un meilleur état que mon collègue, psychologiquement parlant. Quelque part, j'aurais souhaité que cette nuit eut été un rêve, que tous ce qui m'était arrivé récemment ne se soi jamais passé. J'aurais souhaité que la personne dans mes bras soit Adriano que j'aurais emmener à l'infirmerie parce qu'il se serait blessé en tombant d'un arbre.
Cruelles chimères. Mais la personne dans mes bras était bel et bien Aaron et je me sentais tout aussi pathétique que lui, si ce n'est plus après avoir manqué de le tuer.
J'eus un sourire amer.


- Je crois qu'on forme une belle paire de bras cassé tout les deux ! Sans mauvais jeux de mots, bien sûr.

Tandis que je parlais, nous survolions des bâtiments, nous rapprochant progressivement de l'institut et donc de l'infirmerie. Aaron commençait à peser lourd dans mes bras et ses yeux clos ainsi que son air comateux ne laissaient présager rien de bon.

- Me claque pas entre les mains, dis-je en serrant les dents, on y est presque !


Save me or I will destroy all of you  [privé] 1477317971-white-cat-black-cat-by-pascalcampion-d8ewm5b


Spoiler:
 
##   Mar 9 Juil 2013 - 23:39

Personnage ~
► Âge : 30. Ca y est. C'est la fin :'o
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aaron Williams
Messages : 3182
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?

Je tiens à préciser que, non, je ne suis pas une chochotte. J'ai pas compté le nombre de fois où je me suis fait lyncher, où j'ai fini par manquer de me noyer dans mon sang, où je me suis pété des trucs, etc, etc. Nan, j'ai pas compté, et je crois qu'il vaut mieux, parce qu'autant c'est flippant, autant... Autant bah, on va pas se mentir, mais je me demande comment j'ai fait pour survivre. Aucun rapport ? Comment ça mes phrases veulent rien dire ? J'en ai rien à branler. Et vous savez pourquoi ? Parce que j'ai mal et que mon bras pété a été congelé par un débile mental qui s'imagine que je suis pas capable de tenir le coup jusqu'à l'infirmerie. Autant avant, j'avais mal mais tant que je bougeais pas, j'arrivais à flotter comme un papill-- euh, un nuage dans le ciel (sauf que c'était dans ma tête, vous voyez le genre?) et j'arrivais à pas penser que j'avais mal. Genre je m'auto-persuadais que j'avais pas mal. Là, j'ai tellement froid au bras que j'ai l'impression qu'il est en feu. Oohhh, le joli oxymore !
Bref. Le pire, c'est que je me retrouve dans ses bras, à moitié dans les vapes, en train de me souvenir de mon ex. Merveilleuse soirée, vraiment. Je rêve que de me bourrer la gueule et de dormir, ENFIN. Ça fait des jours qu'on est en cavale et qu'on dort pas, merde, comment vous voulez qu'on tienne le coup ? D'ailleurs, j'aime pas la satisfaction qui l'a envahi après m'avoir soulevé. Si c'est à cause de mon couin-- mon cri viril et puissant, je le noie. Enfin il est Eau, je peux pas le noyer, mais vous avez compris le principe... Puis merde, qu'il ait pas l'air aussi abasourdi, je les avais pas si longs que ça, mes cheveux ! Genre ils m'allaient aux épaules et étaient tout le temps attachés... C'est parce que j'avais la flemme de les couper, ça.
-Tu sais, si tu m'électrocute, je risquerais bien de te faire tomber par inadvertance... Et cette fois-ci ce ne serait pas de ma faute.
Je m'avoue vaincu et ne réplique rien, un peu comateux. Encore, si je bougeais, j'aurais pu rester un minimum conscient, mais là, le battement des ailes du Master me semble si régulier et monotone que je manque de plonger dans le sommeil.
On reste quelques instants silencieux, mais je me surprend à murmurer quelques paroles dont je ne parviens qu'à peine à saisir le sens.
- Je crois qu'on forme une belle paire de bras cassé tout les deux ! Sans mauvais jeux de mots, bien sûr.
Ces mots me réveillent totalement.
– Sans mauvais jeu de mots ? Tu te fous de la gueule de qui, là ? je siffle en gardant les yeux à demi clos pour éviter la migraine, à présent prêt à lui lancer ma chaussure en pleine tête.
Je baisse les yeux vers le sol pour constater... déjà, qu'on est prêt des bâtiments, et ensuite, qu'on est à genre trente mètres du sol. Comment ils disent les jeunes, déjà ? Genre le mot bien ironique, là... Ah, ouais. « Lol. » J'ai le vertige.
J'ai pas peur de grand chose, mis à part d'Emmy et sa poêle. Mais si y a bien deux trucs que je déteste, c'est les chats et la hauteur. Là, j'ai manqué de me faire bouffer le bras par un gros chat (un chat ENORME... Un tigre, quoi. C'est pareil, c'est aussi violent ! Et on se demande pourquoi j'aime pas ça, hein.), je suis dans les bras d'un mec (tiens, comme ça change... ironie quand tu nous tiens) qui a des ailes et qui me transporte en mode princesse au dessus de la ville. Soirée de merde...
Le cœur battant, je m'accroche de ma main libre à son haut. Ce type, il me verra vraiment dans tous mes états, c'est navrant...
- Me claque pas entre les mains, on y est presque !
– Merci mais crois-moi, je vais pas crever tout de suite. Juste pour avoir le plaisir de t'étrangler de mes mains...
Je crois qu'à cet instant, mon regard et mon sourire de psychopathe ne doivent pas être très rassurants, mais soit. Je l'emmerde, ce grand con.
– Ah et on atterrit quaaaaand tu veux, hein, je souffle, pas rassuré à cette altitude.



Aaron vit en #FEA347.
Louisa danse en #90C15A.


Un peu d'amour ♥:
 
##   Lun 22 Juil 2013 - 18:56

Personnage ~
► Âge : 24 balais
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Gaetano Bianchi
Messages : 514
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 22
Emploi/loisirs : Hum... Je me demande...
Humeur : Calme

Je pousse un soupir devant le regard noir que me lance Aaron et me sens légèrement frissonner face au grand sourire sadique qui flotte sur ses lèvres. C'est qu'il est vraiment flippant quand il s'y met lui !
Je m’apprêtais à lui répliquer que tous les regards noirs du monde ne changeraient rien à la situation, lorsqu'il s'accrocha à mon col de sa main libre.
Je fus tellement surpris que j'en oubliais presque de battre des ailes. Je ne savais absolument pas comment réagir car c'était bien la première fois que je le voyais dans un tel état, même si j'en étais en grande partie responsable. Sa réponse me fit l'effet d'un électrochoc.


– Merci mais crois-moi, je vais pas crever tout de suite. Juste pour avoir le plaisir de t'étrangler de mes mains...

Je dégluti péniblement. Je sens comme une menace de mort dans l'air...

– Ah et on atterrit quaaaaand tu veux, hein.

Je haussais un sourcil, en le voyant si mal alaise. Ne me dites pas que... Ah bah si, je crois bien qu'il a le vertige ! Bon bah je vais peut-être atterrir avant qu'il ne me gerbe dans le tee-shirt.
Joignant le geste à la pensée, je descendais progressivement vers le sol, tout en faisant bien attention à ne faire aucuns mouvements brusques, pour ne pas heurter Aaron. Finalement, je touchais le sol, et tout en faisant disparaître mes ailes, je reposais soigneusement Aaron. Nous étions arrivé devant le bâtiment qui abritait l'infirmerie.


-Merci d'avoir choisi GaetanoAir, en espérant que vous ayez passé un agréable voyage ! fis-je avec un grand sourire.

... J'aurais dû me la fermer, je sens que je vais en prendre plein la gueule. Mais en même temps c'est tellement drôle !


Save me or I will destroy all of you  [privé] 1477317971-white-cat-black-cat-by-pascalcampion-d8ewm5b


Spoiler:
 
##   Jeu 25 Juil 2013 - 17:48

Personnage ~
► Âge : 30. Ca y est. C'est la fin :'o
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aaron Williams
Messages : 3182
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?

Le sol. Le sol ! On revoit le sol ! Dieu, sois-je loué, nous sommes en vie. Je commence à en avoir vraiment ras-le-cul de flotter dans les airs – oui, non, on ne flotte pas ; mais c'est pas grave, ne me dites pas que des humains normaux peuvent voler, je vous croirai pas. Vraiment. Un humain avec des ailes, ce n'est pas humain du tout du tout du tout. Je peux vous l'assurer.

Je suis bien content que l'imbécile heureux qui m'a servi de partenaire de mission ait eu la merveilleuse idée de fermer sa grande gueule cette fois ; je crois qu'il a compris que s'il sortait encore la moindre connerie, j'allais finir par l'émasculer.

Finalement, Gaetano me repose par terre et je le repousse un peu plus brusquement que je ne le voudrais de me bras valide. Merci bien, mais j'ai déjà donné dans le rôle de la princesse. Malgré tout, je chancèle en avançant, lèvres pincées. Je suis pas un infirme, j'ai pas besoin qu'on me porte, merde !

-Merci d'avoir choisi GaetanoAir, en espérant que vous ayez passé un agréable voyage !

… Il se fout vraiment de ma gueule, hein ?

Je tourne très lentement la tête vers lui pour l'assassiner du regard.

– Dis encore un truc comme ça et tu pourras saluer la lune de ma part. Je t'en foutrais, moi, des bons voyages, je grommelle en continuant à avancer sans lui, pressé de me faire rafistoler un peu le bras.

Nan mais sérieux, faites une bonne action, genre sauvez Terrae d'un débile et vous vous retrouvez avec le bras en écharpe ! J'adore, quoi. Merci, le super karma de la mort qui tue.

En montant l'escalier, je manque de louper une marche et de me latter royalement la gueule. Crotte. Je me reprends en grimaçant, puis entre dans le bâtiment, un peu plus lucide maintenant que je me suis habitué à la douleur – malgré tout, celle-ci me fait encore grincer des dents. C'est loin d'être agréable...

Nous atteignons rapidement l'infirmerie, et j'entre sans même frapper à la porte, la mine sombre mais la face pâle. J'interpelle l'infirmière qui m'envoie d'abord royalement bouler sans même me regarder, visiblement occupée à remplir un dossier.

– S'il te plaît, j'insiste en soupirant, m'accrochant au comptoir pour ne pas tourner de l'œil. Là, je crois que c'est un peu urgent quand même.

– Williams, je t'ai déjà dit--


Elle marque une pause en relevant les yeux vers moi et pousse un petit cri.

– Mais qu'est-ce que t'es encore allé faire ?! Tu crois qu'un membre cassé, ça se répare si facilement ?!

– Va lui dire ça à lui, je grogne en pointant Gaetano de la tête. D'ailleurs, si tu pouvais me décongeler le bras, ça m'arrangerait un peu, merci beaucoup.

La femme secoue la tête, agacée, et m'entraîne à sa suite pour que j'aille m'asseoir sur un lit de libre.

– Gaetano, lui demande-t-elle d'une voix douce, est-ce que tu pourrais enlever ça pour que je puisse l'examiner ?


Ouais, ouais. Fais pas comme si je l'avais pas dit juste avant, grognasse !



Aaron vit en #FEA347.
Louisa danse en #90C15A.


Un peu d'amour ♥:
 
##   Ven 26 Juil 2013 - 18:58

Personnage ~
► Âge : 24 balais
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Gaetano Bianchi
Messages : 514
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 22
Emploi/loisirs : Hum... Je me demande...
Humeur : Calme

– Dis encore un truc comme ça et tu pourras saluer la lune de ma part. Je t'en foutrais, moi, des bons voyages.

J'eus un petit rire nerveux, et lui fit un grand sourire mais ne dis rien. Je ne tenais pas vraiment à aggraver encore plus mon cas et je décidais d'arrêter les blagues débiles pour le reste de la soirée.
Je laissais Aaron passer devant dans les escaliers pour le rattraper si il chutait, ce qui, bien sûr, failli arriver.
Nous arrivâmes, bon gré mal gré à l'infirmerie et l'infirmière vint nous accueillir en commençant par engueuler Aaron... avant de remarquer l'état de son bras.


– Mais qu'est-ce que t'es encore allé faire ?! Tu crois qu'un membre cassé, ça se répare si facilement ?!
– Va lui dire ça à lui. D'ailleurs, si tu pouvais me décongeler le bras, ça m'arrangerait un peu, merci beaucoup.

Hum... Non je ne vois absolument pas de quoi il veut parler en disant que c'est de ma faute. Après tout ce n'est pas comme si j'avais manqué de lui arracher le bras dans un élan de colère. Je crois bien que je ne vais pas lui dire pourquoi son bras est dans cet état là, elle risquerais de nous envoyer direct chez Hideko, comme si nous étions de sales gamins. Même si c'est vrai que là j'ai fait une grosse bêtise.

– Gaetano, est-ce que tu pourrais enlever ça pour que je puisse l'examiner ?
-Oui, bien sûr, je lui réponds.

J'approche ma main du bras d'Aaron et mobilisant une toute petite parcelle d'énergie, je fais s'évaporer la petite couche de glace. Je me recule ensuite, signifiant ainsi à l'infirmière qu'elle peut faire son boulot. J'espère tout de même que c'est réparable, parce que sinon je vais vraiment m'en vouloir à mort.
Je pousse un léger soupir. Ce que je peux être con parfois ! Je crois bien qu'Aaron a raison quand il dit vouloir se bourrer la gueule, parce que là y a vraiment que ça, qui pourra me faire un peu oublier ma soirée merdique.


Save me or I will destroy all of you  [privé] 1477317971-white-cat-black-cat-by-pascalcampion-d8ewm5b


Spoiler:
 
##   
Contenu sponsorisé

 

Save me or I will destroy all of you [privé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Aux alentours de Terrae.
 :: Forêt.
Aller à la page : 1, 2  Suivant