Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Prendre le temps... juste comme ça
Lun 10 Juin 2013 - 10:31
avatar
Féminin

Messages : 130
Date d'inscription : 18/05/2013
Humeur : Compliquée... Floue...

Ça fait quelques jours qu’elle est arrivée à Terrae et qu’elle a pris possession, en un sens, des dortoirs. Ça lui a été un peu difficile de s’endormir avec plein de monde autour d’elle, s’éveillant au moindre bruit, se demandant même parfois où elle était, mais elle y est arrivée. Elle se sent un peu plus sereine. Un peu. Joanie ouvre les yeux. Le ciel est d’un bleu limpide, enfin presque, il y a ces quelques petites traînées de nuage ou bien de cette pollution qui dorment au-dessus de la ville et qu’elle a remarquée, sentie à son arrivée. C’est bien différent de là où elle vient, c’est sûr. Le vent avec son air iodé, les falaises, l’océan qui brille sous les rayons du soleil ou bien en furie les jours de mauvais temps... ça lui manquait un peu, beaucoup même. Joanie soupira et referma ses yeux et inspira à fond. Erreur.

Elle ouvre les yeux rapidement en les écarquillant se tenant la gorge. Des larmettes se montrent et une toux lui prend la gorge, ça la gratte. C’est pas de chance, ça ! Elle vient d’inspirer, certainement, quelque chose qui l’irrite. Ça lui chatouille les narines et elle passe rapidement une main sur son nez et tousse, aussi. C’est la saison des cerisiers en fleurs et donc, bah du pollen. Pourtant elle se sait insensible à ce genre de chose. Elle n’aurait pas dû inspirer si fort, peut-être. C’est vrai quoi, l’air de ses souvenirs est bien loin ! Croyait-elle le retrouver dans cette inspiration ? Peut-être. Joanie rouspète dans un murmure en cherchant un mouchoir dans ses poches. Elle en a toujours un avec elle, au cas où. C'est surtout elle a pris l’habitude d’en avoir un sur elle, avec l’atmosphère venteuse des falaises écossaises. Ce qu’elle a pu être enrhumée dans les premiers jours de son arrivée là-bas ! Là aussi c’était bien différent de sa terre natale.

Ça y est, elle le trouve après quelques secondes de panique croyant l’avoir oublié sous son oreiller, en se voyant courir comme une dératée dans les couloirs de l’institut. Vite vite, elle le déplie, ça chatouille vraiment là ! Elle éternue. C’est assez discret, pour le premier. Mais le deuxième lui, ne l’est pas. Il fait même s’envoler un pitit zoziau qui gazouillait, là, sur la branche en fleurs au dessus de sa tête. Joanie le regarde s’envoler en arquant un sourcil, vexée. Bah c’est pas un coup de tonnerre pourtant qu’elle a fait sortir d’elle ! Elle hausse les épaules. Les oiseaux toute façon ça a peur du moindre bruit et mouvement. Joanie se mouche discrètement, s’essuie les petites larmettes qui ont coulées sur ses joues pâles et range le tout de nouveau dans sa poche.

Puis, elle reprend sa pose, assise, les jambes à demi allongées et ses mains sur posées nonchalamment, pendouillant sur les genoux, dos contre le tronc d’arbre sur lequel elle a jeté son dévolu, depuis au moins 1/2 heure. Elle n’a pas encore fait la découverte de l’institut, juste le tour des longs, très longs couloirs. Elle a bien vu que c’est grand ici, elle a même repéré quelques endroits à l’extérieur bien entendu, assez espacés, libres de tout arbres, pour y poser son télescope, le soir, quant elle aura le courage de sortir, aussi. Après une autre larmette récidiviste essuyée furtivement avec sa main, Joanie regarde autour d’elle et son regard se perd, comme son esprit d’ailleurs, sur le mouvement des branches, mues par le vent léger, d’un arbre en face d’elle...
Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Joanie Lacroix le Mar 18 Juin 2013 - 8:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Lun 10 Juin 2013 - 13:28
avatar
Féminin

Messages : 123
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 21
Emploi/loisirs : dessiner et rêver
Humeur : calme

Aria venait de sortir de la cafétéria avec sa petite soeur Jane. Elle a une envie soudaine de faire un tour, de s'ahérer l'esprit et de penser à rien ne serrais ce qu'un petit moment, entrer dans son monde et se sentir bien, loin de tout se bruit. Elle fit pars de son envie à Jane qui partit en direction des dortoirs. Après tout Aria était la plus calme des deux, même si elle avait un tempérament bien trempé et qu'elle ne se laissait pas faire. Elle portait un jean assez confortable et un large tee-shirt, rien de trop extravagant pour un jour banale à Terrae. Elle avait bien évidament, comme toujours, ses écouteurs ainsi que son mp3, les deux objets inséparables d'Aria. Elle avait noué ses cheveux en une tresse pour éviter au vent de les défaire et de les avoir dans les yeux.

Aujourd'hui, elle se sent apaisé, ce qui n'est pas le cas tous les jours, et calme, ce qui était le cas dans ce qu'Aria appelé son ancienne vie mais qui avait relativement changé depuis son arrivé à Terrae, le jour ou le master vint la chercher elle et sa soeur et changea à jamais sa vie. En y repensant, Aria avait murie face à cette histoire et avait appris à prendre confiance en elle, même si quelque doute subsisté en elle. Elle regarde autour d'elle mais trouve que la cour est remplie de gens et qu'elle ne serait pas tranquille sur un banc au milieu de ces personnes qui parler de tout et n'importe quoi. C'est sutout qu' elle n'est
pas d'humeur à entendre des ragots ou des débilités. Elle voulait un endroit calme, ou elle puisse se détendre et éventuellement parler à quelqu'un, de calme et qui pourra la détendre, l'apaiser en ce jour venteux.

C'est alors qu'elle apperçue un coin d'arbres au loin, elle mis ses écouteurs, alluma son mp3, mit sa musique préféré et partis en direction de cette endroit calmeet reposant. Au fur et à mesure qu'elle approchait de ses arbres,une silhouette se dessinait. Bientot, l'image fut claire : c'était une jeune fille, qui devait être arrivé depuis quelques jours seulement, elle était adossée à un arbre, les jambes à demi allongés et l'air triste, quelque trace de larmes sur ses joues. Aria fut immédiatement intrigué par cette personne, elle n'aimat pas voir les gens triste, en tout cas ceux qu'elles apprécient ou ceux qu'elle ne connait pas. Cette fille a l'air douce et Aria voudrait bien lui parlait mais une peur de déranger la pris et elle voulut faire demi tour. Quand d'autres larmescoulèrent sur ses joues, ce fut trop pour Aria qui sortir un mouchoir de sa poche droite et alla vers elle avec un air chaleureux et apaisant.

"Salut, moi c'est Aria.... (elle était génée et cela se voyait) Tiens, j'ai un mouchoir si tu veux."

En espérant une réponse positive, Aria enleva ses écouteurs et attendit.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Mar 11 Juin 2013 - 8:50
avatar
Féminin

Messages : 130
Date d'inscription : 18/05/2013
Humeur : Compliquée... Floue...

Vraiment ailleurs. L’esprit de Joanie est parti, vers l’écosse, la falaise, le visage de ses parents, celui de sa s... une voix. Une voix qui efface la dernière image aimée et l’interrompt dans ce voyage virtuel, mais elle n’en n’ai pas très sûre. Aussi, elle ne réagit pas vraiment tout de suite. Joanie continue de rêvasser, cette voix ne peut être que le fruit de son imagination.Elle est jolie cette fleur parmi les autres, là-bas dans cet arbre qui danse au gré du vent. Puis, une main recouverte de tissu se met sur le devant de la scène, enfin à côté. Le visage impassible de Joanie, lui ne bouge pas d’une ride, non, c’est à l’intérieur que ça se passe ce sourcil qui s’arque en se demandant ce que cet objet fait dans le panorama. Alors elle tourne la tête, plisse les yeux , ça lui pique un peu et en plus c’est humide sur sa joue. Pourtant il lui semblait bien avoir effacé la dernière larmette rebelle ! Alors elle a bien entendu une voix, oui il y a quelqu’un à côté d’elle. Joanie ne prend pas le mouchoir qu’on lui tend gentiment, non, mécaniquement elle sort plutôt le sien qui est un peu en boule dans sa poche et le montre casé dans sa paume à demie fermée, non pas comme un trophée mais juste pour dire qu’elle n’a pas besoin d’un deuxième, parce qu’à son avis c’est ce que lui propose la fille devant elle. Esprit ailleurs donc proposition pas assimilée du tout. Mais elle répond quand même, on ne sait jamais.

- ... merci, mais j’en ai un...

Elle esquisse un très léger sourire, comme elle fait tout le temps, à peine visible puis regarde la personne qui le lui a proposé. Elle a l’air ennuyée en plus d’avoir l’air d’être un tout petit peu plus âgée qu’elle. Il y a quelque chose qui ne va pas ? Elle doit lui dire quelque chose de grave ? Y a un insecte qui fait peur sur ses cheveux ? Joanie ne le montre pas mais elle, elle s’inquiète. Alors, elle se lève doucement, on ne sait jamais la bestiole sur son crâne pourrait lui descendre sur le bout du nez ! Une fois levée, bien ancrée sur ses deux pieds, elle passe alors une main un peu tremblante sur le dessus de sa tête, frôle ses cheveux et... rien. Au fond, elle se sent soulagée mais l’air gêné de son interlocutrice l’interpelle en même temps que le retour de la suite de ces paroles qui l’on interrompu dans son voyage virtuel, tout à l’heure. Puis aussi, comment Joanie pourrait lui demander pourquoi elle a cet air, en même temps que se présenter à son tour ?

- ... Et moi Joanie...... y a quelque chose que tu dois me dire ?

Et bien voilà, ça c’est fait. Elle qui cherchait un moyen de demander sans trop être directe, bah, c’est un peu manqué, non ? Heureusement que le ton de sa voix, lui, il est doux. Mais maintenant c’est elle qui se sent gênée, là. Alors Joanie tente un sourire, oui et c’est pas évident pour une fille qui ne montre aucune émotion, expression, en public. Machinalement, elle essuie une énième larmette qui lui humidifie la joue gauche. En plus son nez commence à la chatouiller de nouveau. Joanie espère profondément qu’elle va pas éternuer encore une fois et c’est pour ça qu’elle réussit à faire à son visage une mimique façon ma sorcière bien aimée en espérant fortement que le chatouillis disparaisse. Et ça marche, enfin un tout petit peu.

-...tchi !

Oups, manqué. Elle n’est pas malade Joanie, faut pas croire, c’est juste une allergie qu’elle ne se connaissait pas qui la prend soudainement. Mais ça, Aria ne le sait pas. Au faite, elle ne va pas fuir en croyant qu’elle est malade et que c’est contagieux, hein ?
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Mar 11 Juin 2013 - 18:05
avatar
Féminin

Messages : 123
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 21
Emploi/loisirs : dessiner et rêver
Humeur : calme

Aria avait le sentiment d'avoir dérangé cette jeune fille à l'aparence fragile et triste. Elle souriait de façon détendu maissur son visage, l'on pouvait voir de la gène. Aria est une fille d'ordinaire très timide et n'ose pas faire le premier pas. Elle est réservé mais aime parler avec les autres et construire des liens. Depuis son arrivée à Terrae, elle n'avait pas rencontré grand monde et souhaitait que cela change. En abordant cette personne assise contre un arbre toute seul, elle espérait sans doute changer les esprits de cette personne et ainsi lui donner un sourire. Mais peut-être se faisait-elle des illusions ?

- ... merci, mais j’en ai un...

Sa réponse était courte mais claire. Aria se sentit mal à l'aise mais ne voulait pas baisser les bras. Les personnes qui l'ont entourés toute sa vie l'ont laissé tombé une par une et ignoré le reste du temps. En plus, c'était la première fois qu'Aria voyait une personne seul à Terrae et elle voyait son reflet en cette fille.

- ... Et moi Joanie...... y a quelque chose que tu dois me dire ?

Aria parut surprise par cette question, elle ne s'y attendait pas du tout. Elle voulait juste aider après tout. Peut-être que Joanie voulait rester seul, c'est compréhensible si elle est dans une mauvaise passe.

-...tchi !

Aria compris directement que c'était la cause d'une allergie, sa soeur était allergique au pollen et durant son enfance se fut dure de s'occuper d'elle. Elle fut attendris par Joanie, un peu plus jeune qu'elle, il lui semble, ce qui la touche encore plus. Aria était une fille qui passait la plupars du temps dans son monde à elle, seul... et c'est exactement ce qu'elle avait pensé de Joanie quand elle la vit pour la première fois.

"Non désolé si je te parait un peu... ennuyé mais c'est que je ne voulais pas t'embéter. Je peux partir si tu veux"

Elle rangea son mouchoir dans sa poche et se prépara à partir n'attendant qu'un mot de la part de Joanie même si elle avait envie de faire plus ample connaissance aveccette mystérieuse jeune fille.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Mer 12 Juin 2013 - 9:34
avatar
Féminin

Messages : 130
Date d'inscription : 18/05/2013
Humeur : Compliquée... Floue...

Joanie ouvrit sa main, son mouchoir et s’essuya le nez même si il n’y avait rien à essuyer, c’était plutôt sur les joues qu’il fallait le passer. Les allergies, elle connaît, sur les autres. Elle sait que c’est contraignant, mais pour l’instant ce n’est pas trop grave pas au point d’aller se faire désensibiliser et ça c’est un grand soulagement pour elle, qui n’aime pas trop les cabinets médicaux et trucs dans le genre. Elle sourit doucement à Aria en essuyant une dernière larme. Oui, elle sent que ça passe. Et la prochaine fois Joanie sait qu’il faudra pas qu’elle vienne se coller sous un cerisier en pleine floraison. Puis elle à l'air si distante que ça ? Oui elle à l'air, mais elle ne s'en rend pas toujours compte. La pauvre.

- M’embêter ? Non non pas du tout.

Elle parle tout bas et pourtant y a aucune raison à ça. Mais c’est ainsi, ELLE est ainsi, plutôt. Joanie regarde autour d’elle. Y a peut-être un endroit moins fleuri où elle pourrait s’installer. Sur un banc par exemple. Ce banc là-bas, tiens, qui semble s’ennuyer tout seul dans son coin, qui semble lancer un appel. Bon il est pas abrité d’un arbre quelconque, mais ça fera bien l’affaire. Puis après tout, le soleil n’est pas trop fort aujourd’hui avec les légers nuages blancs qui le cache un peu. A moins que ça dérange Aria d’être en plein soleil, voilé ? Joanie se tourne vers elle. Aria semble se préparer à partir. Ça y est elle lui a fait peur en éternuant. Elle l’a croit certainement contagieuse.

- ... Par contre, on peut aller s’asseoir un peu plus loin là-bas... j’ai vu un banc... tout seul.

Ça veut dire sans d’autres personnes dessus qui pourrait occasionnellement gêner Joanie dans son infernale solitude. On l’aura compris, la foule c’est pas son hobbie. Pourquoi elle a dit par contre. Elle soupire pour elle-même. Joanie a oublié de précisé qu’avec les fleurs dans le coin, valait mieux s’en éloigner si Aria ne voulait pas être dérangée par une fille qui éternuerai toutes les deux secondes. Oui mais les grandes phrases, les longs discours, c’est pas elle. Et pourtant elle fait des efforts pour se socialiser, même si d’apparence on ne voit pas grand chose de ce côté là. Pendant ce temps avec toutes ces réflexions qui parcourent son esprit, Joanie, elle, à commencé à se diriger vers le banc sans avertir Aria. Ce qui n’est pas très poli. Aussi, après deux pas, elle se retourne vers elle.

- Si tu veux, hein...

Encore un autre murmure. On va la surnommer la murmurante, si ça continue et même si ça ne se dit pas vraiment. Si ? Elle hausse les épaules intérieurement. C’est mignon après tout la murmurante. Non ? Mettant une nouvelle fois son mouchoir, humidifié par ses larmettes d’allergie, dans sa poche, Joanie attend patiemment une réponse de Aria. En même temps, elle l’observe discrètement. Une de ses activités préférées. Brune comme elle, enfin presque, Aria n’a pas la couleur un peu cendrée, dans ses cheveux, comme elle. Elle a des écouteurs et ils sont vraiment... gros et une image déformée dessus. Déformée, parce que de là où elle se trouve, elle ne l’a voit pas bien. Ce qui attire le regard vide de Joanie. Du coup, elle laisse son impassible observation d’Aria, de côté. Elle n’est pas curieuse, mais cette image à moitié cachée, ça l’intrigue.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Mer 12 Juin 2013 - 14:50
avatar
Féminin

Messages : 123
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 21
Emploi/loisirs : dessiner et rêver
Humeur : calme

Citation :
Aria se sentait intrigué par Joanie, elle le trouve mystérieuse et calme, un peu comme elle et s'imagine toute sorte de chose à son sujet. Elle contemplé less fleurs autours d'elle, toutes différentes et pourtant identiques. Elle se dit des choses bizarre Aria, en même temps elle était comme ça. Son esprit prenait le dessus et se mettait à réfléchir au point de lui donner mal à la tête et de la rendre malade. Peut-être à cause du fait qu'elle est autodidacte et qu'elle s'occupe jour et nuit de sa soeur. Elle se savait chanceuse se l'avoir mais doutait de sa compétence en menière d'éducation. Toujours à se poser des questions, toujours dans son monde, c'est comme ça qu'est Aria.
Elle sentit que Joanie était plutot une fille solitaire, et maintenant elle ne savait pas comment réagir. Elle vit Joanie s'essuyer le nez avec son mouchoir et fut maintenant sur qu'il s'agissait d'une allergie, elle ne savait pas pourquoi mais elle le devinait. Elle sourit à Joanie essayant de lui faire comprendre que cela n'était pas grave si elle souhaiter être seul et qu'elle le comprenait très bien.

- M’embêter ? Non non pas du tout.

Elle fut quand même soulagé de la réponse de Joanie et rebroussa chemin. Elle la regardé maintenant droit dans les yeux, de beau yeux d'ailleurs. Elle commença a détailler les affaires de Joanie, passant de ses vêtements à ses cheveux d'un brun un peu cendré.

- ... Par contre, on peut aller s’asseoir un peu plus loin là-bas... j’ai vu un banc... tout seul.

- Si tu veux, hein...


Elle suivis discrètement Joanie jusqu'a un banc mi-ensoleillée, mi-ombragé. Aria s'assis et demanda :                                                                             

"Je suis arrivé à Terrae il y a quelques jours avec ma soeur. Sa fait combien de temps que tu es à Terrae ?"

Aria voulait vraiment en savoir plus sur Joanie

Ps: désolé mais mon ordi beugue à mort et j'arrive pas à retirer "citation"
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Jeu 13 Juin 2013 - 9:36
avatar
Féminin

Messages : 130
Date d'inscription : 18/05/2013
Humeur : Compliquée... Floue...

Aria avance et ce mouvement tire Joanie de son observation passive. Toutes les deux s’assoient sur un banc de l’autre côté de l’allée, entre moitié ombre et soleil. Joanie regarde l’arbre non loin de là, celui qui fait de l’ombre au banc, mais par chance il a un peu moins de fleurs que l’autre. Tant mieux, elle n’aura plus besoin de son mouchoir. Faudra quand même qu’elle pense à cette allergie. Pourtant en France, elle ne l’avait pas. En écosse non plus. Elle hausse les épaules et pense que c’est peut-être dû au climat. Très différent. Elle écoute les mots de Aria. Une soeur. Cela éveille des souvenirs en Joanie. Gais et tristes à la fois. Très tristes. Elle réfléchit en gardant toujours son air impassible, ses yeux se promenant sans but autour d’elle.Elle a l'impression que ça fait une éternité qu'elle est ici et pourtant.

- Ça va faire... une ou deux semaines, ou plus, je ne sais plus trop, en faite.

Sur son visage sans expression, elle réussit néanmoins à étirer ses lèvres dans un mince sourire navrée de pas pouvoir donné plus de renseignements à ce sujet à Aria. Joanie  n’a pas vraiment compté le nombre de jours et nuits qu’elle a passé et qu’elle passe ici. Déjà qu’elle a eu du mal à y entrer ! Le voyage, l’arrivée sur l’île Japonaise, la voiture, l’inconnu en noir qui l’a laissé en plan devant cet immense portail avec des instructions, si on peut dire ça comme ça, qu’elle n’a pas encore assimilées, sa première rencontre avec un membre de l’institut qui l’a, au premier regard, impressionnée et rassurée par la suite... Elle soupire doucement. C’est tout récent et pourtant si lointain en même temps.

- Tu a une soeur ici alors ?

Arrivée avec quelqu’un de sa famille ou bien un(e) ami(e) ça doit aider quand même. Joanie n’est pas jalouse, au contraire, elle est contente pour Aria. Elle a dû se sentir un peu moins abandonnée quant elle a passé l’impressionnant portail. Puis de toute façon, en un sens, Joanie n’était pas seule, il y avait l’esprit de sa soeur tout près d’elle. Elle le sentait. A travers son télescope. Non ce n’est pas bizarre. Et elle n’est bizarre non plus, contrairement aux apparences aux attitudes qu’elle pourrait avoir, à certains moments. Puis, de toute façon qui ne l’est pas dans ce monde. Elle tourne son visage vers Aria.

- Elle est plus jeune que toi ta soeur ?


Joanie ne lui laisse pas le temps de répondre à sa première question. Elle s’en rend compte, mais Aria a l’air toute aussi ailleurs qu’elle. Aurait-elle rencontré quelqu’un à l’esprit aussi vagabond que le sien ? Cette idée fait sourire Joanie intérieurement, parce que Aria n’a pas l’air autant paisible qu’elle-même et en plus elle à l’air plus sociable, aussi. La preuve, elle est venue vers elle en premier. Joanie ne fera jamais le premier pas. Enfin, peut-être qu’un jour elle y arrivera. Elle y travaille en tout cas. Elle se souvient même des encouragements de ses parents, pour aller vers les autres, avant son départ pour Terrae. Elle incline très légèrement la tête sur un côté, en attendant une réponse de Aria. Ça c’est pas encore dit, aller vers les gens, toute seule.  A cette idée, elle colle son dos contre le banc comme si elle voulait s’y enfoncer et n’y faire plus qu’une avec. Déjà elle réussit à parler et ça c’est déjà pas mal, c’est un grand pas pour Joanie.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Jeu 13 Juin 2013 - 17:51
avatar
Féminin

Messages : 123
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 21
Emploi/loisirs : dessiner et rêver
Humeur : calme

Aria et Joanie était désormais assises sur le banc,toute les deux dans leur bulle. Aria sentait qu'à l'évocation de sa soeur, Jane, quelque chose s'était passé en Joanie. L'aurait-elle blessé sans le vouloir ? Après tout, toute les personnes qu'Aria avait rencontré avait un lourd passé et évité d'en parler. En même temps, Aria aussi n'en avait pas parler à Terrae, qui cela interressé après tout. Son enfance n'avait pas été facile mais ça aurait pus être pire, elle savait qu'elle aurait pus perdre sa soeur... Aria essayer de ne plus y penser et regarde maintenant tout autour d'elle et essaye de se concentrer sur un objet pour faire le vide dans sa tête. Aria a eut l'impression d'avoir blessé Joanie sans le vouloir, elle s'en voulait mais savait au fond d'elle que ce n'était pas sa faute et qu'elle ne savait pas. Se sentant mieux, elle tourne son regard sur Joanie et attend toujours sa réponse même si elle se doutait de ce qu'elle allait dire.

- Ça va faire... une ou deux semaines, ou plus, je ne sais plus trop, en faite.

C'est vrai que maintenant que Joanie le dit, Aria ne savait pas non plus quand elle était arrivée à Terrae exactement. En tout cas, ce qui est sur c'est que cela fait plus d'une semaine. Elle ne savait même pas la date d'aujourd'hui.

- Tu a une soeur ici alors ?
- Elle est plus jeune que toi ta soeur ?

Elle n'avait pas eut le temps de lui répondre mais Aria était enfermé dans son monde et savait que Joanie lui ressemblé sur ce point. D'ailleurs, elles ce ressemblaient beaucoup, Aria, à son arrivée à Terrae était très timide, elle a appris à se livrer un peu au fil des jours. Jane, elle au contraire, s'était renfermé sur elle-même et restée seul.

"J'ai une petite soeur de sept ans, Jane, qui m'a accompagné ici. Elle est au dortoir des filles, surement avec un livre. T'es venu seul ?"

Aria était venu avec Jane mais ce n'est pas plus facilepour autant. Elle s'inquiète pour deux, Jane ne parle pas depuis ce qu'il s'est passé il y a cinq ans et Aria doit s'occuper d'elle en plus de s'intégrer à Terrae. Etre seul ne doit pas être désagréable même si il a quelque inconvénients évidemment.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Ven 14 Juin 2013 - 9:08
avatar
Féminin

Messages : 130
Date d'inscription : 18/05/2013
Humeur : Compliquée... Floue...

Elle est bien sur ce banc. C’est calme, il n’y a pas grande foule en plus dans cette petite cour. C’est parfait pour Joanie. En plus, elle est en train de faire connaissance avec une fille plutôt sympathique. Une nouvelle après elle, d’après ce qu’elle entend vu le nombre approximatif de jours qui les séparent de leur arrivée. Mais, elle, elle est venue avec sa soeur. Joanie pense à la sienne et lève son regard vide vers le ciel. La regarde-t-elle de là où elle se trouve ? Est-ce qu’elle lui manque autant qu’elle lui manque à elle ? Joanie sourit tristement au ciel, l’ombre de quelques oiseaux de passage passant au-dessus d’elles deux, avant de reporter son attention sur Aria et de reprendre son visage sans expressions.

- Ah d’accord.

Joanie pense à cette petite fille, toute seule, dans les grands dortoirs. Ces dortoirs qui l’ont impressionnés quant elle y a mit les pieds pour la première fois, l’autre jour. Elle était même restée scotchée dans l’encadrement de la porte à regarder tout ces lits, les uns à côté des autres, séparés par une simple armoire. Elle s’était sentie un peu étouffée, écrasée. Et pourtant ce n’était pas confiné, mais... la grande solitaire qu’elle est en souffre un peu. De plus elle a peur de faire du bruit, de réveiller, quant le soir est bien avancé et qu’elle a envie de sortir avec son télescope. Elle sent qu’elle est à une bonne altitude sur cette île et que les étoiles doivent être plus proches, plus brillantes que chez elle. Oui, il lui faudra prendre le courage de sortir, une nuit. Rien qu’une, pour commencer, juste pour voir comment c’est ici.

- Elle n’a pas peur de rester toute seule dans les dortoirs ? Enfin, je veux dire... elle  n’aime pas rester avec toi ?

Acte que faisait souvent Joanie avant. Collée à sa soeur. Faut dire que c’était réciproque aussi. Les jumelles ne se quittaient pas d’une seconde. Alors normal qu’elle trouvait étrange que Aria soit sans sa petite soeur et vice versa. Mais, il est vrai que Aria avait le droit à un peu d’intimité, l’envie de sortir avec des filles, ou garçons, de son âge. C’est ce que faisait Joanie aussi, avant, de toute façon, quant sa soeur allait avec propres amis(es). Elle n’avait donc pas à juger ou dire quoi que ce soit dans le genre. En plus, elle n’aimait pas ça. Juger les autres. Aussi elle regrettait d’avoir posé cette question et répondit très vite. Parce qu’en faite, ça ne la regardait pas vraiment ce que faisait et avait envie de faire la petite soeur de Aria.

- Oui, je suis venue seule. Je veux dire sans ami(e) ou soeur ou frère. Parce que y a eu l’inconnu en noir qui m’a accompagnée jusqu’au portail.

Et ça a été un grand défi pour Joanie. Voyager avec un inconnu, sans sa famille ou quelqu’un de proche pour la rassurer. L’inconnu avait été pourtant sympathique, mais Joanie l’avait trouvé étrange. Tout habillé en noir, pratiquement aussi silencieux qu’un courant d’air après quelques explications qu’elle n’avait pas retenues, en plus. Ou si peu. C’est sans doute pour cette raison que sa tête est remplie de multiples questions. Oui bon, elle aussi elle n’avait pas été bien causante pendant le voyage. Voire pas du tout.

- Toi aussi tu a été amenée par une personne... comme ça ?

La langue de Joanie de délie peu à peu, une certaine curiosité l’emportant. C’est encore timide, mais c’est normal. Faut lui laisser le temps. Puis, elle est plutôt du genre à écouter qu’à discuter. Enfin quand son esprit n’est pas ailleurs, bien entendu.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Ven 14 Juin 2013 - 11:39
avatar
Féminin

Messages : 123
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 21
Emploi/loisirs : dessiner et rêver
Humeur : calme

Aria se sent bien sur le banc avec Joanie, elle sent qu'une amitié est en train de naitre. Elle pense malgrès tout à sa soeur, mais retourne très vite à ses pensées. Elle préfèrerait ne pas trop parler. Que lui dirait ses parents si ils étaient encore là ? Elle ne savait plus quoi faire avec Jane et se sentait désespéré mais avait encore l'espoir qu'une chose, même infime, puisse arranger la situation entre elle et sa soeur.
 
- Elle n’a pas peur de rester toute seule dans les dortoirs ? Enfin, je veux dire... elle  n’aime pas rester avec toi ?
 
Elle qui essayé de ne plus y penser, elle se trouve désormais avec un esprit bouillonant autour de sa soeur. Elle se pose de multiple question sur son comportement et ne sais plus quoi penser. Aria regarde les feuilles de l'arbre en face d'elle. Les feuilles d'une couleur si claire et si fragile mais qui tiennent à cette arbre si fort et puissant. Elle ne savait pourquoi mais pouvait sentir ses feuilles bouger grâce aux vents et se sentait apaisé par ce spectacle. Elle essaye de se vider la tête après tout, les feuilles lui font penser à sa soeur fragile, solitaire mais qui a besoin d'elle, une personne qui sait ce qui lui faut et qui sera toujours là pour elle. Et puis, Jane était en sécurité, elle était entouré de jeunes filles et ne courait aucun danger. Aria tourna son regard vers Joanie et vis qu'elle regardait au ciel avec tristesse, Aria su au fond d'elle qu'elle ne saurait probablement pas pourquoi.

- Oui, je suis venue seule. Je veux dire sans ami(e) ou soeur ou frère. Parce que y a eu l’inconnu en noir qui m’a accompagnée jusqu’au portail.
- Toi aussi tu a été amenée par une personne... comme ça ?

Aria ne pus s'empécher de sourire en repensant à cette homme vétu de noir qui l'a approcher dans une rue, en compagnie de Jane puis lui avait murmuré le nom de Terrae. Elle avait été intrigué par cette homme et comme elle n'avait aucune raison de rester dans cette ville, aucune famille, aucun amis, elle partit sans hésiter avec Jane jusqu'à Terrae, la ou sa vie a basculé.

" Oui, je pense que toute les personnes quis sont à Terrae sont arrivés ici grâce à cette homme (ou ses hommes). Ce doit être le messager de Terrae en quelque sorte."

Elle savait que ce qu'elle avait dit à propos de cet homme était probablement vrai et qu'ils étaient surement plusieurs. Mais comment faisait il pour trouver les bonnes personnes ?

" Tu sais... ma soeur et moi... nous sommes très différentes. On a pas été élevé dans les mêmes conditions et c'est vrai qu'elle a reporté toute les fautes sur moi... Bref, c'est normal qu'elle veule prendre du recul et rester un peu seul ne t'inquiète pas"
Dis-je en esquissant un sourire discret.

Elle sentait qu'il fallait qu'elle lui explique pourquoi sa soeur et elle était si éloignés car cela avait l'air d'ennuyé Joanie, qui ne comprenait pas trop.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Ven 14 Juin 2013 - 16:20
avatar
Féminin

Messages : 130
Date d'inscription : 18/05/2013
Humeur : Compliquée... Floue...

L’inconnu en noir. C’était étrange tout de même, pour Joanie. Il aurait pu être un peu plus joyeux dans sa façon de se vêtir. Ce qu’elle avait eu peur quant elle l’avait rencontré, quant elle y repensait parfois ! Comme aujourd’hui. Une chance qu’elle a le sens de l’équilibre, sinon elle se serait retrouvée en bas. Écrasée contre les rochers... Un frisson la parcourut et son regard s’assombrit un peu l’espace d’une seconde, baissant la tête, yeux posés vers le sol, une image frôlant sa vue. C’était loin tout ça et pourtant tellement ancré en elle. Elle releva sa tête et regarda Aria. Elle souriait. Sûrement un bon souvenir ou bien autre chose de joyeux. Joanie écouta attentivement la réponse de Aria. C’était l’évidence même, cette réponse et elle roula intérieurement des yeux pour ne pas y avoir réfléchi toute seule. Bien sûr ! Un messager. Ce mot lui fit penser à un ange. Même si le sien avait eu une allure qui était loin de ressembler à celle d’un ange ! Bon, elle n’a jamais vu d’ange, c’est vrai. Elle soupire. Elle pense sûrement que c’est pour être moins remarqué, parce que les messagers en principe, c’est discret. En principe.

Ce que ça fumait dans son esprit ! Il fallait qu’elle chasse tout ça de sa tête. Elle avait d’autres choses à faire à penser. Lesquelles ? Bonne question. Nouvelle interrogation qui vient de naître dans ses neurones. Joanie passa une main sur son front, comme si tout à coup une grande fatigue la prenait et porta de nouveau son regard sur Aria. Elle parlait de sa soeur. Allez, on se concentre sur ce qui se passe maintenant. C’est un peu plus gai, tout de même et Joanie réussit même à faire apparaître l’esquisse d’un sourire compatissant sur ses lèvres et lâche une phrase d'une longueur qu'elle ne refera peut-être pas de sitôt.

- D’accord. Je suis désolée, je ne voulais pas de peiner avec mes questions. Être différent, c’est bien... Puis, elle est jeune et je suis sûre qu’un jour, elle oubliera ce que tu penses qu’elle te reproche.

En plus, elle se dit que c'est pas très clair ce qu'elle dit à Aria. Puis ces questions... Des questions qu’elle pourrait garder pour elle-même, des questions qui donnaient des réponses, en somme, qui ne la regardait pas. La conversation tournait tristesse. Il fallait qu’elle change de direction dans ses paroles. Joanie était triste et ce n’était pas la faute d’Aria et donc, elle ne devait pas la rendre triste à son tour. Puis, elle n’est pas venue dans cette cour pour rendre toutes les personnes susceptibles de lui parler, mélancoliques.

- Dis... Tu viens d’où ? Moi je viens d'Écosse, mais je ne suis pas écossaise.

Voilà, c’est bien ça de demander l’origine, non ? En plus, sans le faire exprès, Joanie ne parle pas de son pays de naissance. C’est vrai que c’est un sujet comme un autre mais c’est plus joyeux que la conversation que Joanie et Aria venaient d’entamer et qui aurait pu finir en torrent de larmes, de souvenirs plus ou moins douloureux pour elle et peut-être aussi pour Aria. La journée était belle, valait mieux pas la gâcher avec tout ça, ce passé en partie triste, qui leur était propre, intime.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Ven 14 Juin 2013 - 22:14
avatar
Féminin

Messages : 123
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 21
Emploi/loisirs : dessiner et rêver
Humeur : calme

Elle se sentait mieux d'avoir parler de son enfance, ne serais ce qu'un tout petit peu, Joanie était la première personne à qui elle avait expliqué sa douloureuse relation avec sa soeur. Mais ce que ça lui faisait du bien d'en parler.
Et maintenant elle se sentait fautive, se qui est paradoxale vus que Joanie vient de s'excuser, Aria aurait voulus que la conversation tourne vers quelque chose de drôle et non de triste. Néanmoins, Joanie avait réussi à détendre Aria et a la rassurer au sujet de sa soeur. Maintenant, elle était sur que tout allait s'arranger.
Aria tourna sa tête vers Joanie et voulut la remercier mais celle-ci dit: 

- Dis... Tu viens d’où ? Moi je viens d'Écosse, mais je ne suis pas écossaise.

L'Ecosse... Aria n'y était jamais aller. Elle, elle n'était jamais partis de son pays natal, n'y même de sa ville. Quand elle y penser, elle n'avait jamais voyagé mais en avait toujours eut envie, avant d'arriver à Terrae, elle n'avait jamais pris un train. L'écosse, quand elle y pensé elle voyait une cornemuse et.... Mince, elle venait de se rappeller que Joanie lui avait posé une question. Elle regarda Joanie et lui répondit d'un air nonchalant :

"Moi, je viens de Paris, en France. Je suis une pure française, même si je ne connais de la France que Paris. Tu verrais comme c'est beau Paris avec la Tour Eiffel, le Louvre... Bref, tous ses beaux monuments qui font le prestige de Paris. T'y es déjà allé ?"

J'aime la France, même si ce n'est pas le meilleur endroit au monde, ça le restera pour moi.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Sam 15 Juin 2013 - 17:15
avatar
Féminin

Messages : 130
Date d'inscription : 18/05/2013
Humeur : Compliquée... Floue...

Elle a bien fait de changer de sujet, même si Aria semblait comme blasée, comme si on lui posait tout le temps cette question. Bon à bien y réfléchir, Joanie aurait peut-être dû demander autre chose. C’est vrai que c’est banal, un peu cette demande. En tout cas, elle était ravie de rencontrer une compatriote. La France, c’était tellement loin pour Joanie. La famille l’avait quittée alors que les jumelles n’avaient que 5 ans, environ. C’est pas bien net dans l’esprit de Joanie, mais elle se souvient du bord de mer gris, des rares journées de soleil. Et dire qu’ils avaient quittés ce panorama tristounet pour en retrouver un autre, presque tout pareil, de l’autre côté de l’océan. Si c’est pas risible. Joanie tente de revoir dans sa tête, les images de ces monuments que citaient Aria.

- Oui, je connais Paris. Enfin de nom et aussi pour y avoir vu quelques photos.

Y mettre les pieds ? Peut-être, un jour ou pas. Les grandes villes, c’est plein de monde, de bruit, de pollution. Bon, ici aussi c’est à peu près pareil. C’est sans doute pour cette raison qu’elle ne s’y sent pas trop encore bien à l’aise. Elle ne doit pas être la seule, c’est sûre. Joanie lève une nouvelle fois son regard vers le ciel. Elle s’y perd un instant, respire, croise les bras et les jambes. Oui c’est pas une posture qui convie à la relaxation, mais elle en trouve pas d’autre pour l’instant pour tenter de se sentir mieux, sur ce banc avant de réponde à Aria sur un ton un très neutre.

- J’imagine bien que ce doit être une jolie ville. Mais franchement je ne pense pas que j’irai un jour. Tu sais, je suis Française aussi. Nord de la France.

Un petit bled dont elle ne se souvient plus du nom bien entendu. Elle était si jeune quant elle l’a quitté. Et ses parents ne lui en n’ont pas parlé, non plus. Juste que quelques photos souvenirs rangées dans des vieux cartons casés dans le grenier, en Écosse. Et là, elle essaie de savoir ce que font ses parents à cette heure-ci. Pas longtemps. Parce qu’avec le décalage horaire, et bien ce n’est pas trop évident. Joanie calcule rapidement et c’est pas son truc les calculs mentaux, les calculs tout court aussi. Donc, elle ne cherche pas longtemps, mais se souvient de son voyage en avion. Ça l’aide un peu, en faite...  ils devaient dormir alors. Elle se retourne vers Aria et prend un ton ironique. Très rare ça, le changement de ton chez Joanie.

- Ne me demande pas la ville, je ne m’en souviens pas. On est partis quand j’étais très jeune.

Oui et si la famille n’aurait pas eu à partir de France peut-être que... Joanie décroise les jambes et les collent l’une contre l’autre en y posant les paumes de ses mains dessus. Elle ne doit plus y penser. Impossible, bien entendu, c’est trop récent. De nouveau, alors son regard se vide, l’espace de quelques secondes avant qu’elle ne secoue très légèrement la tête pour chasser tout ça de son cerveau. Joanie avait réussi à changer de sujet, alors il lui fallait s’y tenir. Elle porte un regard neutre sur Aria. Peut-être veut-elle parler d’autre chose que de leur origine ?
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Sam 15 Juin 2013 - 18:37
avatar
Féminin

Messages : 123
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 21
Emploi/loisirs : dessiner et rêver
Humeur : calme

Aria regardait vers Joanie, plus pécisément derrière elle. Elle regarde le vide, pour se vider la tête mais aussi pour se concentrer sur ce que dit Joanie. Elle et son légendaire regard blasée ne faisait qu'un. Etant petite elle n'a pas eut d'autre choix que d'adopter ce regard et depuis elle l'utilise tout le temps pour se préserver et cacher ses sentiments. Mais ça ne veut pas dire qu'elle n'écoute pas ou que les propos raconté ne l'interresse pas. Loin de la, elle entend tout a fait ce que dit Joanie à propos de Paris. Elle repensa à l'Ecosse, là ou a grandi Joanie. Y irait-elle un jour ? Elle n'avait jamais pensé a partir de Paris, à voyager... Avant elle devait s'occuper de sa famille, c'est sans doute pour cette raison qu'elle n'a pas pus voyager. Peut-être le pourra t'elle maintenant qu'elle est à Terrae. Et puis cela permettra à Jane de voir du pays et de visiter le monde.
Aria a réagis quand Joanie lui a dit qu'elle était française. C'est la première personne qu'elle rencontre à Terrae qui vient de France. Elle eut un large sourire et se dit qu'elle avait eut de la chance de la rencontrer. Aria essaya de se figurer un petit village au nord de la France, un endroit ou, soit disant, il pleuvait beaucoup.

" Je ne suis jamais sortis de Paris, ni même de ma ville... J'aurais bien aimé voyagé étant petite."

Oui, elle aurait aimé. Mais le passé est le passé et se n'est pas bon de trop y repenser. Aria tourna son regard vers sa droite et apperçu une bande de jeune, qui, livres sous le bras, se rendaient probablement en salle de cours. En parlant de cours, Aria se dit qu'elle devrait peut-être y aller.

" Dis... Je sais que je vais changer radicalement de sujet mais... T'es déjà aller en cours ici ? J'ai entendu dire que les profs étaient spéciale mais que les cours étaient intéressant ? Et pis c'est l'occasion de faire des connaissances tout en apprenant. "

C'est l'occasion de passer à un autre sujet et d'entérer le passée. Et puis, c'est vrai qu'Aria s'intéresse au cours de Terrae mais n'y est jamais allé.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Dim 16 Juin 2013 - 10:19
avatar
Féminin

Messages : 130
Date d'inscription : 18/05/2013
Humeur : Compliquée... Floue...

Joanie reste un moment, silencieuse, tout comme Aria, visiblement, qui regarde ailleurs. Un fin sourire effleure l’esprit de Joanie. Elle connaît ce regard, pas la forme blasée, mais celle qui est derrière. Le voyage. Le regard de Aria voyage, comme fait très souvent le sien. Mais en plus de voyager, celui de Joanie, garde ce côté mort, vide. Il est presque sans vie. Il est avec Josie... Elle soupire et tente de se concentrer de nouveau sur ce que dit Aria. Elle est bien sympathique cette fille et elle semble bien s’entendre toutes les deux. Un autre sourire virtuel avant de se décoller le dos du banc, se pencher un peu en avant en posant chacune de la paume de ses mains de chaque côté d’elle, contre ses cuisses et de croiser les chevilles qu’elle passe gentiment sous le banc. Elle sort tout doucement de sa bulle.

- Tu sais... la seule chose que je me souvienne, c’est le voyage en avion. Ça été impressionnant. J’étais très petite, mais y a des images parfois qui me reviennent.

Des images floues, bien sûr. A cinq ans, ou presque, on ne se souvient pas de tout. Enfin, chez Joanie,c ‘est comme ça. Peut-être que chez les autres c’est différent. Et tant mieux pour eux, ils ont pleins de souvenirs. Beaucoup plus qu’elle. Elle, elle se souvient qu’il faisait froid. C’était en hiver aussi, juste avant noël. Oui, une lointaine image de neige et de sapin de noël que l’on range rapidement, lui revient. Aria parle d’autre chose. Joanie refait alors surface, le souvenir neigeux s’évaporant totalement.

- Y a pas de problème.... Les cours ? ... Non, pas encore.

Joanie suit le regard de Aria. Plus, loin elle a juste le temps d’apercevoir d’autres jeunes qui semblent pressés et portant des livres disparaître dans l’institut. C’est vrai qu’elle en a entendu parler, mais elle a mit ça de côté dans un coin de sa mémoire. Les cours... Elle a vraiment oublié qu’ici aussi, il y en a. C’est ça de bien ranger des trucs importants dans un coin de son esprit. C’est vrai que l’on fait des rencontres dans ces salles. Ailleurs aussi. Des sympathiques et d’autres moins, également. Mais c’est la vie. Elle regarde de nouveau Aria. Peut-être a-t-elle, elle aussi comme le petit groupe de jeunes, envie d’y aller ?

- Oui, c’est sûr. Pour les rencontres, j’veux dire, pour les profs j’sais pas. J’en n’ai pas encore croisé un seul. Tu veux aller voir ?

Puis, les on dit, ils sont pas toujours fondés. Joanie, elle, elle préfère vérifier par elle-même la véracité des rumeurs. Discrètement, bien entendu. Et là c’est son côté observateur qui parle. Quant à aller en cours. Elle fait une moue, invisible à l’oeil nu bien sûr. A-t-elle envie, elle, de quitter ce banc et ce généreux soleil ? Et la sympathique discussion et compagnie de Aria ? Vraiment ? A moins que Aria veuille y aller toute seule. Joanie hésite. Puis le soleil, lui, il va pas partir. Elle pourra le retrouver tout à l’heure ou bien demain et autre part, là où il y a moins de fleurs. Moins de fleurs en effet, pour éviter cette nouvelle et fichue allergie. Oui, mais dans une salle de classe, y a de la foule. En plus, elle connaît. Bah oui tiens. C’est pas des cours particuliers, non plus. Elle peste intérieurement, pour avoir eu cette idiote pensée.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

 

Prendre le temps... juste comme ça

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae. :: Cour.
Aller à la page : 1, 2  Suivant