Partagez | 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sous le regard des étoiles
##   Lun 17 Juin 2013 - 11:49

Personnage ~
► Âge : 15 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 130
Date d'inscription : 18/05/2013
Humeur : Compliquée... Floue...

Joanie n’arrive pas à fermer l’oeil. Enfin, si, mais elle n’arrive pas à trouver le sommeil qui c’est certainement bien caché. Oui, mais elle a pas envie de jouer à cache cache, ce soir. Alors, elle laisse tomber et se mettant sur le côté dans son lit, elle fixe la fenêtre, là-bas à quelques pas de son lit. Les rideaux sont tirés, mais la luminosité qui vient de l’extérieur tend à aller dehors, pour une fille qui a un télescope et qui aime regarder les étoiles, c’est tentant. Mais voilà. Elle n’ose pas se lever de peur de réveiller le peu de filles qu’il y a ici. Les autres doivent traînées dans l’institut, car en réalité il n’est pas si tard. Si ? Joanie jette un regard sur le réveil de sa voisine et s’écrase contre son oreiller. Il n’est que 22 h ! A peine. Pire que les poules, le coucher là.

Joanie s’assoit, replie les jambes contre elle avec la couverture et entoure le tout avec ses bras en posant ensuite son menton sur ses genoux. Grand soupir. A droite, ça ronfle bien, en face, ça remue beaucoup, certainement un mauvais rêve vu les gémissements plaintifs. Nouveau soupir quand son regard se pose de nouveau sur les rideaux tirés. Une fente dans ceux-ci lui montre que le ciel est joliment étoilé. Elle se penche un peu plus vers l’avant en étendant en même temps ses jambes. Oui, sinon, c’est pas possible. Elle va se faire mal. En effet, c’est bien tentant ce ciel, ces étoiles qui semblent l’appeler. Joanie pousse alors doucement les couvertures sur le côté. Faire le moins de bruit possible. Elle revêt par dessus sa nuisette, un jean, un sweet, réajuste ce ruban dans ses cheveux, qu’elle n’a pas pris la peine d’enlever pour dormir. Un oubli se dit-elle quant elle le remet en place d’un geste machinal. Son télescope maintenant.

Tout en mettant ses tennis, elle se penche se pliant en deux et regarde sous le lit. Nan, c’est vrai qu’elle ne le met pas là. Elle se lève alors lentement, son sommier émet un grincement qui la fait se figer et regarder autour d’elle. Pas de mouvement suspect. Elle serait bien embêtée si elle réveillait quelqu’un. Elle continue. Joanie ouvre son armoire, aussi lentement qu’un escargot fait pour traverser la route. Son télescope chéri est là, bien tranquille reposant sur trois piles de vêtements. Elle le prend délicatement et lui murmure, en même temps. Les cliquetis de l’objet, assez encombrant, se fondent dans les bruits feutrés de ses gestes, de ses pas qui se dirigent lentement mais sûrement vers la sortie. La lumière du couloir éclaire l’espace de quelques secondes le dortoir endormi. Le coeur de Joanie accélère ses battements et ses mains tremblent un peu quant elle referme la porte. Ça c’est fait. Maintenant, la sortie.

Joanie a réussi à sortir. Elle est dehors ! Quel exploit ! On ne se moque pas, ce n’est pas évident pour une fille comme elle. Très réservée et peut-être autre chose aussi ! Bon, par où aller. un espace où il n’y a pas de lumière artificielle qui pourrait la gêner. Son regard parcours les alentours sombres. Ce n’est pas évident. Mais elle trouve. Dans le noir, presque complet, là-bas, à quelques mètres il lui semble voir un lieu assez dégagé. Bon, ce n’est pas à côté, mais tant pis. Joanie, descend de l’entrée rapidement et de la même façon arrive là où elle voulait être. Sans perdre une minute, elle installe son télescope tout en lui murmurant toujours. Elle enlève les caches de l’oculaire, pose son oeil et fait la mise au point entre lui et l’objectif. Lève un peu le tube, le descend... Après de minutieux réglages, Joanie trouve la bonne position elle peut maintenant regarder à loisir les étoiles, sans trop se fatiguer le dos et les yeux. En plus, il ne fait pas froid et le ciel est lui aussi, bien dégagé.

- Oui... je la vois...

Un murmure... Voilà. Elle est dans sa bulle, son monde à elle et elle est seule dans ce grand espace. Que demander de plus ? Cette présence jumelle à qui elle murmure, qui pourrait se matérialiser, peut-être ? Non, elle sait que cela est impossible.
##   Lun 17 Juin 2013 - 13:01

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 663
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

Je poussai un soupir de soulagement lorsque je vis la nuit gagner peu à peu le ciel. J'avais attendu, encore une fois, toute la journée pour que ce moment arrive. Sauf qu'il avait fait chaud aujourd'hui, et rester à l'intérieur était difficilement tolérable, surtout quand on entend les gens rigoler sous le soleil ou s'asperger d'eau pour se rafraîchir. J'imaginais même Les autres adolescents de mon âge en train de se baigner à la piscine, prenant un bon bain rafraîchissant. Moi je ne pouvais pas... Déjà, je partageai ma chambre avec d'autre, je ne voulais pas leur piquer toute l'eau disponible et puis... La salle de bain est très mal orienté au heure de pointe du soleil, ce qui fais que je ne peux pas m'y rendre. Encore heureux qu'ils aient changés les néons de la pièce, sinon je n'aurai jamais pu me laver car, les lumières d'avant, dégageaient trop d'UV. 
Je poussai un nouveau soupir... Ce n'était pas commode pour mes colocataires de m'avoir dans leur chambre, même s'ils faisaient des efforts... Au moins, je les laissai dormir tranquille. 


La nuit était arrivé vite aujourd'hui, où alors c'est tout simplement parce que mes colocs se couchent de plus en plus tard. La chaleur les énerve on dirait. Du coup, lorsque je sort le soir maintenant, ils sont encore éveillés et me saluent au moment de partir. Très étrange moi je dis...
Ce soir là ne fit pas exception. Prenant un pull léger, en pleine nuit il commence à faire froid quand même, je me dirigeai d'un bon pas vers l'extérieur. Aujourd'hui, plus que jamais, j'avais besoin de sortir prendre l'air. J'étais resté enfermé avec une chaleur horrible, augmenté par le volume des rideaux qui cachaient mes fenêtres. Là, je voulais vraiment respirer de l'air pur.


La petite brise du soir me revigora immédiatement. J'inspirai l'air à plein poumon, prenant plaisir à sentir ses rafales de vie déferler en moi. Puis, plus par jeu qu'autre chose, je me mis à utiliser mon pouvoir pour attiser cette brise encore davantage. Le vent commença à souffler plus fort, apportant une véritable vague de fraîcheur sur mon visage. C'était si agréable...
sans réfléchir, je me mis à déambuler dans la cour puis sortit un peu du périmètre même de l'institut pour vagabonder dans les alentours, comme à mon habitude. Pourtant, même si je faisais cela depuis un bon moment, j'étais persuadé de n'avoir encore vu qu'une légère partie de ce qu'offrait Terrae. Loin de me déprimer, cette constatation me faisait plaisir. Ce ne serai pas drôle si je connaissais déjà tout. Tout en marchant, continuant d'attiser le vent autour de moi comme si j'étais l'oeil du cyclone, je me remémorai mes entraînements avec Ryu avec un léger sourire aux lèvres. Malgré mes faiblesses dues à cette maladie qui était mienne, il n'y allait pas mollo pour autant. Chaque entrainement me laissait éreinté au possible. Mais au moins j'avais progressé, de façon certaine. Et je n'en étais pas peu fier. Je lui réservais d'ailleurs une surprise pour la prochaine fois. Mes entraînements auprès des guérisseurs de l'infirmerie avaient portés leurs fruits, j'étais capable à présent de lui retiré cette cicatrice que je n'avais pas été capable de faire disparaître la dernière fois. Mes pouvoirs augmentaient, c'est sûr... "Mais pas assez vite" pensais-je douloureusement.


Perdu dans mes pensées, j'émergeais assez vite en entendant une petite voix s'élevait. Après un rapide coup d'oeil autour de moi, je constatai que mes pas m'avaient menés jusque dans la prairie, près du champ de fleurs. Mon sourire reprit ses droits sur mes lèvres. J'aimais cette endroit. Le vent y soufflait bien, sans interruption. Et j'aimais en plus les grands espaces comme celui-ci. Je balayai alors l'espace d'un regard curieux lorsque mes yeux accrochèrent une présence un peu plus loin. Fait surprenant, du moins que je n'avais encore jamais vu, elle n'était pas réellement seule. Elle avait apporté avec elle un télescope, et semblait se perdre dans la contemplation des étoiles. Je comprenais mieux maintenant sa présence aussi loin de l'institut à cette heure-ci.
Avec discrétion, pour ne pas la déranger, je marchai vers elle en douceur, ne voulant pas plus lui faire peur.


-Bonsoir , dis-je à voix basse pour ne pas la surprendre trop fort.


Mon visage était fendu d'un large sourire et mes yeux brillaient de contentement. Il semble  décidément presque normal ici de rencontrer des gens la nuit. C'est bien différent du village dans lequel j'ai vécu.
##   Lun 17 Juin 2013 - 16:41

Personnage ~
► Âge : 15 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 130
Date d'inscription : 18/05/2013
Humeur : Compliquée... Floue...

Impossible oui. Elle ne pourrait pas la revoir. Jamais. Un petit pincement au coeur et puis elle fit un petit virage à son télescope. Doucement elle le faisait bouger pour regarder un peu plus loin, le ciel. Elle était concentrée, elle murmurait, comme le fait le vent en hiver quant il joue à passer dans des petites ouvertures.

- ... Oh regarde... elle est jolie celle-là...

Joanie arrêta le mouvement, ajusta la vue de nouveau en grossissant l’image que lui renvoyait le petit point lumineux, là-haut. Elle ne connaissait pas le nom des étoiles qui brillaient dans le firmament, mais elle s’en fichait un peu. Joanie, elle, elle était là pour être avec Josie. Elle a fait un grand effort d’ailleurs pour sortir du dortoir et venir aussi loin de l’institut. Elle lève la tête, regarde le ciel un instant. Pour se situer. Elle se sent si petite aussi en dessous de cette voûte ! Toujours aussi émerveillée qu’une petite fille de 5 ans qui découvre pour la première fois quelque chose de merveilleux, de féerique ! Elle sourit. Elle a bien fait de venir, de prendre son courage à deux mains. Elle ne regrette pas. Le ciel est partout pareil, mais ici elle sent que c’est différent. Peut-être parce qu’il lui semble être plus près des étoiles ? Qui sait. Il y a quelque chose en tout cas. Elle respire l’air qui se rafraîchit un peu. Elle a bien fait aussi de prendre un sweet, même si c’est bien différent de la fraîcheur écossaise. Joanie repose son oeil droit, ferme doucement l’autre, bien sûr, et osculte le ciel de nouveau.

-... Je sais oui... mais dis...

Silence radio. Quelqu’un vient-il de l’interpeller ou a-t-elle entendu une autre voix ?  Elle ne sait pas trop avec sa manie de murmurer toute seule, ou presque. Joanie ne bouge pas d’un millimètre. Seul l’air ambiant montre qu’elle n’est pas une statue. Elle attend alors un peu,puis bouge. Un tout petit peu. Non, elle n’a pas entendu de voix. Les pas sont discrets et il y a bien quelqu’un derrière elle. Joanie redresse la tête et fait un petit demi tour, mains posées sur son télescope, comme pour le protéger, le cacher. Bon il est imposant l’objet, donc... faut peut-être oublier. Mais non, elle le fait quand même. Même qu’elle reste bien devant. D’accord, la personne qui vient d’arriver a dû le voir depuis longtemps. Joanie pose son regard vide sur l’inconnu. Fille, garçon ? Elle ne voit pas bien après avoir observer à la loupe les étoiles. Faut qu’elle refasse une mise au point naturelle de sa vue. Puis aussi et surtout se souvenir du son qu’elle a entendu. Féminin, masculin ?

Masculin. En plus il sourit de toutes ses dents. Joanie essaie alors de se détendre. Il n’a pas l’air bien méchant. Mais elle est méfiante, tout comme le jour de son arrivée et pire qu’avec sa rencontre avec Aria. C’est pour dire. En plus, il fait nuit. C’est un autre inconnu qui veut l’emmener encore ailleurs ? Et là, une image lui revient en force. Celui de l’inconnu en noir au bord de la falaise en écosse. Mais là, maintenant, ce soir, il n’y a pas de visage familier derrière lui. Joanie met alors un certain moment avant de réaliser qu’elle n’est plus chez elle et que l’image qu’elle visualise n’est plus réelle.

- B’soir.

Elle garde sa position protectrice envers son télescope tout en se tournant, vraiment cette fois-ci, vers ce garçon tout sourire. Et dire qu’elle pensait ne croiser personne par ici, vu que ce n’est quand même pas près de l’institut. Que c’est même assez isolé. Manqué.
##   Lun 17 Juin 2013 - 17:56

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 663
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

La première chose qui me vint à l'esprit en observant la jeune fille au télescope, c'est qu'elle était très étrange. Je veux dire, elle parlait toute seule. Ou alors elle parlait à son télescope  mais ça revenait quasiment au même. Je n'avais jamais croisé de personnes comme ça auparavant. Mais en même temps... J'ai l'impression que Terrae est un pôle d'attraction au bizarre. C'est vrai! Il n'y a que des gens étranges dans cet institut. Bon d'accord, peut-être pas tous. Certains sont même plutôt normaux. Mais dans l'ensemble, il y avait vraiment des personnalités très diverses.

Je secouai la tête pour chasser ces pensées... Ce n'était pas vraiment gentil en plus ce que je disais. Après tout, chacun est comme il veut. Et puis, je trouvais ça amusant qu'une personne soit différente des autres, à sa propre manière. Et puis, ce n'est pas comme si elle parlait seule réellement. Je veux dire, ce n'est pas comme si elle croyait parler à quelqu'un d'autre que moi alors que je suis bien là. Elle est juste... intéressé par les étoiles à ce qu'il semble. C'est forcément quelqu'un de bien alors. Seuls les gens bien apprécient la nuit et les étoiles. Enfin, je ne compte pas parmi eux, moi, j'y étais un peu contraint.

Je posai un regard avenant sur la jeune fille, ravi de rencontrer une fille possédant son petit univers. Son geste de protection envers son télescope me fit sourire, bien qu'il me surpris également. Elle avait peur que je ne le lui prenne ? Aie! Elle me prenait pour un voleur, ou un méchant garçon... J'entrepris alors de la rassurer, lui parlant avec ma douceur coutumière.

- Ne t'en fais pas, je ne suis pas quelqu'un de mauvais, affirmais-je en rigolant légèrement.

Puis, de façon à rendre la rencontre plus officielle, et aussi pour l'aider à se détendre en parlant un peu, je décidai de me présenter.

-Au fait, je m'appelle Matheo. Enchanté!

Je lui fis un petit geste de la main pour la saluer en même temps.
##   Mar 18 Juin 2013 - 9:00

Personnage ~
► Âge : 15 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 130
Date d'inscription : 18/05/2013
Humeur : Compliquée... Floue...

Joanie ne quitte pas du regard le garçon. Quoique... non, elle regarde aussi derrière lui. Il y a de la place, d’autres endroits où aller, alors pourquoi est-il venu vers elle ? Bon d’accord, elle n’a pas réservé. Puis ça la fiche mal de mettre une pancarte ne pas déranger, merci. Idée qui vient juste de lui traverser l’esprit. Elle soupire tout bas. C’est vrai que pour se socialiser, c’est mieux de rencontrer d’autres personnes. Bah oui. C’est pas en murmurant à son télescope qu’elle va réussir à nouer des liens avec les gens qui l’entoure, dans cet immense bâtiment. Il lui dit qu’il n’est pas mauvais. Elle ne le connaît pas, il peut dire ce qu’il veut après tout. Par contre, avec son attitude assez distante on va dire, elle, elle peut paraître hostile et c’est sûrement pour cette raison qu’il lui a dit cette phrase sur un ton confiant, avec une pointe d’humour. Joanie répond par un timide demi sourire tout en restant silencieuse jusqu’à ce qu’il se présente.

- Joanie.

Ça fait longtemps qu’elle n’a pas entendu ce mot là. Enchanté. Ça lui fait... drôle. Mais, elle lâche une main de son télescope et la lève doucement pour répondre à son tour au signe que Matheo lui fait, avant de la remettre rapidement sur l’objet. Il ne va pas s’envoler, d’accord et il ne va pas le lui voler non plus, visiblement, mais elle y tient énormément. Elle tente alors de se détendre. Une autre idée lui traverse l’esprit. Une lampe de poche, elle aurait dû en prendre une. Oui mais pour ça, il aurait fallu d’abord qu’elle en ai une dans sa valise. De toute façon avec la lumière pâle de la lune, elle n’en n’a pas vraiment l’utilité, en faite.

- ... Je n’ai pas le droit d’être là ? C’est ça ? Je vais partir.

Le ton de sa voix est bien neutre, voire plat, dit toujours dans un murmure. On ne sait jamais si il y a quelqu’un d’autre qui peut entendre. De toute façon, elle parle souvent tout bas, Joanie, au début d’une rencontre. Elle ne sait pas si c’est parce qu’elle n’a pas l’autorisation d’être là ou pas, qu’il est venu vers elle, mais elle anticipe et donc Joanie commence lentement à remettre les caches sur l’oculaire et l’objectif, à dévisser ensuite les petites vis qui maintiennent les pieds en se disant que la prochaine fois, elle s’abstiendra de sortir ou bien elle vérifiera les lieux où elle peut aller, le soir. Sans gêner qui que ce soit. Oui, c’est ça, elle vérifiera. C’est mieux. Parce que ne plus pouvoir se servir de son télescope, ne plus pouvoir communiquer avec... tout en observant les étoiles. Non, elle n’ose imaginer cette situation et opine négativement de la tête, tout en jetant des regards furtifs au garçon. C'est pas de chance, pour une fois qu'elle ose enfin mettre le nez dehors quant il fait nuit.
##   Mar 18 Juin 2013 - 17:22

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 663
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

Bon... eh bien je dois faire bien plus peur que je ne le pensais. Même en souriant et en étant le plus gentil possible, je n'ai pas l'impression qu'elle ai envie de se détendre ou que je l'aide en quoi que ce soit. Pourtant je ne voyais pas comment lui faire comprendre autrement que je n'étais pas un garçon méchant. En plus je restai à une distance respectable, que l'on ne pouvait pas qualifier de menaçante. Alors pourquoi je lui fais toujours peur?
En plus, elle a toujours la main sur son télescope. Mais je ne veux pas lui voler! Je ne suis pas un voleur moi.

Elle parvint toutefois à me dire son nom. Intérieurement, mes intestins se délièrent car j'avais eu peur qu'elle se mette à hurler ou qu'elle me dise de m'en aller. Dans un sens c'est un peu ce qui arriva... Enfin, elle ne me demanda pas de m'en aller, mais c'est elle qui commença à ranger ses affaires, croyant ne pas avoir le droit d'être ici. J'ouvris alors de grands yeux surpris, ne comprenant pas pourquoi elle croyait ça. Elle me prenait pour un membre des surveillants ou quelque chose comme ça ? Je combattis rapidement ma surprise pour la détromper avec précipitation, agitant mes mains devant moi.

-Non non non, je ne viens pas te chasser enfin! Tu as parfaitement le droit d'être ici!

En même temps, je peux comprendre sa suspicion. Rencontrer quelqu'un aussi loin de Terrae en pleine nuit, ça peut lui paraître étrange. Ça l'était pour moi aussi jusqu'à ce que je me rende compte que je rencontrai finalement beaucoup de gens la nuit. Voulant à tout prix la rassurer, je lui racontais que je n'avais aucune intention de la déloger.

-En réalité, comme je vois peu de monde, j'avoue que lorsque j'aperçois quelqu'un, j'ai tendance à m'approcher pour le saluer. Mais je comprends que tout le monde ne soit pas comme ça et que j'ai pu te faire peur, lui dis-je à voix basse, puisqu'elle me parlait également ainsi, sans que je sache pourquoi.
##   Mer 19 Juin 2013 - 8:36

Personnage ~
► Âge : 15 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 130
Date d'inscription : 18/05/2013
Humeur : Compliquée... Floue...

Dans sa précipitation à ranger son télescope, puis aussi parce qu’en faite elle n’y voit pas trop, Joanie fait tomber une petite vis, enlevée plus qu’il ne le faut, dans l’herbe. Une chance que ce soit bien entretenu et que ces trucs là, ça brille, même dans la nuit. Oui, c’est tout neuf car elle ne s’en ai servi à vrai dire pas souvent depuis l’accident. Donc, ça brille bien. Même si en se baissant pour la ramasser elle met quelques secondes à l’attraper. Ça glisse, c’est tout petit et ça file entre ses doigts fins. En même temps qu’elle se relève, elle aperçoit le garçon faire de grands signes de la main. Il avait chaud, alors il s’aérait ? Non, il lui disait quelque chose. Il parlait tout bas et Joanie dû tendre l’oreille. Elle pouvait rester, à ce qu’elle comprit. Elle fut soulagée, parce qu’en réalité elle se voyait mal tout ranger, trop vite et peut-être perdre quelques trucs en route.

- Ah d’accord.

Joanie remit avec précautions la vis dans son logis et revissa celles qu’elle avait commencé à défaire. Les caches eux attendront un peu avant d’être enlevés. Elle se tourne vers le garçon. Elle l’écoute attentivement parce qu’il parle tout bas, enfin presque, son regard est attiré par une étoile filante au dessus de la tête de Matheo et ça suffit pour la faire décrocher. Juste quelques secondes. Faut pas louper le vœu quant on voit une étoile qui meurt dans le ciel. Alors elle en fait un. Puis elle reporte son attention sur le garçon. C’est mieux pour pouvoir lui répondre. Oui, mais elle n’a pas capté tout ce qu’il a dit parce qu’il a parlé tout bas. D’ailleurs elle se demande pourquoi il a parlé en murmurant presque, lui aussi. Elle, elle les connaît les raisons pour lesquelles elle murmure. Joanie monte un peu le son de sa voix faible, gardant son ton monocorde.

- Ah... euh... non je n’ai pas eu peur, j’ai été juste... surprise.

Mais bien sûr. Et son cœur qui a failli sortir de sa poitrine, c’est quoi ? Elle soupire. Elle observe Matheo, cette fois. Passage en mode observatrice impassible. Enfin, ce qu’elle peut en voir dans cette pénombre. Il n’a pas l’air bien grand pour un garçon et vu l’intonation de sa voix, il n’est pas jeune mais pas vieux non plus. Juste un peu plus âgé qu’elle ? Peut-être. Elle passe au visage et elle remarque la clarté de sa peau, tout comme ses cheveux. D’ailleurs dans l’obscurité elle a l’impression que ça ne fait qu’un, tout cet ensemble. Avec visiblement les yeux assez clair, en prime. Ça lui penser tout à coup au garçon qui est venu l’accueillir. Pourtant, il y a quelque chose de différent. Oui, c’est ça, il n’a pas les yeux rouges. Elle fait un petit pas en avant, vers lui.

- ... Ça a l’air d’être bien par ici, pour observer les étoiles. Tu es venu pour ça aussi ?

Joanie n’a pas entendu ce qu’il a dit au début. Mais en posant cette question, les mots lui reviennent doucement. Non, il n’est pas venu spécialement pour regarder le ciel et ses paillettes. Il est venu parce qu’il a vu quelqu’un et comme c’est rare, à ce qu’elle comprend, voilà quoi. Aussi, elle se sent un peu gênée d’avoir dit ça et du coup elle se retourne vers son télescope parce qu’en plus en faisant le petit pas en avant, sa main ne fait que l’effleurer maintenant. Et dire que pendant la journée elle le laisse dans son armoire ! Sans réelle surveillance ! Elle est compliquée, spéciale aussi, parfois, à ce qu’elle a entendu en Écosse. Mais elle s'en fiche.
##   Jeu 20 Juin 2013 - 10:54

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 663
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

Son soulagement était perceptible lorsque je lui annonçais qu'elle pouvait rester. Je pouvais comprendre. Ce n'était pas amusant de se voir déloger comme ça... Surtout que son matériel avait l'air assez compliqué, et long à organiser correctement. En plus, je constatai que c'était une belle nuit pour observer les étoiles, le ciel était clair et dégagé. Mais on aurait dit que son télescope était bien plus qu'un objet pour elle. J'avais cette impression étrange d'avoir plutôt une autre personne avec moi. Sa façon de le regarder, le toucher, le protéger... C'était étrange, c'est certain, mais pas plus que toutes les autres choses que j'avais pu voir ici. Et puis, de quel droit pourrais-je la juger ?

Je perçus en revanche sa surprise lorsque je commençai à murmurer. D'une manière ou d'une autre, j'avais commis une erreur, elle ne s'attendait pas à ce que je le fasse. Moi je pensais qu'elle le faisait pour une bonne raison, ou juste parce qu'elle voulait s'amuser. Mais elle ne s'attendait pas à ce que j'en fasse autant. La preuve, c'est qu'elle éleva légèrement la voix pour me répondre. Je dissimulai mon trouble et ma perplexité derrière un sourire lorsqu'elle me répondit.

-Oh je vois... Désolé de t'avoir surprise alors, ce n'était pas mon intention, dis-je avec gêne.

Je sentis qu'elle me détailler alors. Je feignais de ne pas y porter attention mais, du coin de l'oeil, je voyais qu'elle détaillai mes traits comme un microscope à la recherche d'une bactérie. En plus, elle ne m'écoutai même pas! J'avais remarqué que son attention tait focalisé sur le ciel pendant que je lui avais parlé... C'est peut-être une manière de me montrer que je ne l'intéresse pas... et qu'elle voudrais que je parte. C'est surement aussi pour ça qu'elle me détaille avec autant d'insistance, pour me faire peur sans doute...

Sur ce, elle fit un pas en avant, et par réflexe, encore perdu dans mes pensées, j'esquissai le début d'un pas en arrière. Je ne le fit pas cependant, me contentant de basculer légèrement mon corps vers l'arrière. 
Et elle recommence à me parler, pour faire la conversation. Mon visage se peignit d'une expression surprise et d'incompréhension. Je ne parvenais pas à cerner cette jeune fille. Tout ce qu'elle me renvoyai était contradictoire, je ne savais à quoi me raccrochais.

Un sourire s'épanouit sur mes lèvres. Elle était un peu étrange c'est sûr, mais au moins, elle était différente des autres. Et ce n'était pas nécessairement plus mal. C'était même ... assez amusant une fois que l'on se remet du fait d'avoir été déstabilisé dans un premier temps.

-Eh bien... oui et non. En général, je profite de la nuit pour me balader un peu partout dans l'institut, lui expliquais-je. Et mes pas m'ont conduit ici aujourd'hui.

Les étoiles... je les connaissais par coeur. Je les voyais tout les soirs, chaque moment de ma vie était bercé par leur clarté. Tout comme la lune, c'était de vieilles amies pour moi.
##   Jeu 20 Juin 2013 - 15:17

Personnage ~
► Âge : 15 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 130
Date d'inscription : 18/05/2013
Humeur : Compliquée... Floue...

Elle se promet d’être un peu plus attentive à l’avenir. Puis, Joanie se demande s’il a remarqué qu’elle n’avait pas vraiment fait attention à ce qu’il lui disait. C’est pas de sa faute, une étoile filante est passée au même moment, alors qu’elle tente d’en voir une de près dans son télescope ! Oui bon, ce n’est pas une excuse. Puis suivre une étoile filante dans l’objectif d’un télescope n’est pas réellement chose aisée. Ça va tellement vite ces p'tites bêtes ! Joanie qui regarde de nouveau son télescope tend l’oreille, cette fois, aux paroles de Matheo. Mais ne s’approche plus. Car pendant son observation accrue du garçon, elle a vu son très léger mouvement de recul et son air stupéfait même si  le temps d’une seconde elle a levé les yeux au dessus de sa tête. Se rendre compte de son geste ? Inutile.

- Ah oui ?

Se balader juste la nuit ? C’est ce qu’elle avait compris ? Retirant un des caches, Joanie se retourne de nouveau vers lui, dans un mouvement vif. Le regarde intérieurement éberluée. Reste un long muette et ça, ça ne change pas du quotidien vu qu’elle ne cause pratiquement jamais. Enfin, presque. Il est vrai que depuis son arrivée elle avait fait quelques rencontres. Pas beaucoup certes, mais c’est déjà beaucoup pour Joanie. Et depuis donc, sa langue se déliait un peu plus qu’à l’accoutumée, un peu plus que depuis ce fameux jour, au bord de la falaise. Donc, en elle se passe de drôles de choses, un million de question se pose mais une seule, la taraude. Plus importante que les autres, plus futiles que les autres, on va dire. Et cela la contraint à rester plantée, là, entre le garçon et son télescope. Et si c’est un vampire ? De nouveau elle se fait statue, mais pas longtemps sinon c’est lui qui va s’enfuir. Si l’idée ne l’a déjà pas frôlée. Le ton de la voix de Joanie est plutôt posé, malgré le doute, vampire pas vampire, qui la ronge doucement. Puis est-ce que ça existe vraiment les vampires ? Ce n'est pas d'un autre temps ? Elle soupire et fait partir ses nuisantes pensées.

- Tu... tu n’aimes pas sortir le jour ?

Après tout, il fait ce qu’il veut et cette pensée lui arrive un peu tard. Oui, ça ne la regarde pas. Si il a envie de ne sortir que la nuit, hein. Elle se cache bien de la foule, elle, quant elle peut. Et dieu que dans un institut ce n’est chose évidente. La preuve, même en pleine nuit, ou presque, dans un endroit qui lui paraissait pourtant bien isolé, elle rencontre quelqu’un. D’ailleurs il lui faudra revenir en plein jour, pour voir comment c’est réellement. Joanie ne l’a vu que brièvement lors de son arrivée et au loin, mais ça lui semblait bien grand, cet espace de verdure dégagé. Et en plus, il n’y avait pratiquement pas d’arbres, voire pas du tout même, avec des fleurs. Donc, au loin sa nouvelle allergie. Oui, elle se promit de revenir en journée.

- Je n’ai pas encore parcourut l’institut. Mais je trouve qu’il a l’air d’être assez grand.

Elle se souvient qu'elle s’était perdue quant elle avait dû trouver les dortoirs des filles, la première fois. Même si elle avait eu de bonnes indications. Mais celles-ci s’étaient évanouies comme neige au soleil. Comme souvent quant on lui parle, elle se déconnecte. Pour aller à la cafétéria ? Et bien elle suit son flair de gourmande. Ça y est elle recommence à penser à autre chose ! Elle secoue brièvement la tête. Elle se promet de faire un peu plus attention à la discussion qu'elle a avec Matheo. Puis, elle enlève le deuxième cache de l’objectif en posant comme une main protectrice sur le télescope en se tournant une nouvelle fois vers le garçon, attentive. Bah oui, elle s’est faite une promesse.
##   Sam 22 Juin 2013 - 9:59

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 663
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

Pour être totalement honnête, je ne compris pas immédiatement tut ce qui se passait. Je ne sais pas si c'est dû au fait que j'ai remarque qu'elle ne m'écoutait pas ou quoique ce soit d'autre mais, elle se commença à me regarder autrement, avec plus... d'attention. Comme si elle venait finalement juste de remarquer ma présence. Et je dois bien avouer que c'est un petit peu perturbant. Je n'ai pas l'habitude de ce genre de personne. Mais au fond, même si au départ c'est un peu déstabilisant, son attitude est assez rigolote. Du moins, une fois qu'on y est accoutumée. Surtout qu'elle parlait peu donc je n'avais pas vraiment moyen de savoir ce qu'elle pensait...

Elle poussa une légère exclamation lorsque je lui dit que je ne sortais que la nuit. Presque aussitôt, je sentis un regain d'attention de sa part, alors qu'elle se tournait d'un bloc vers moi pour me détailler un peu plus. Je ne sais pas si ça se voit à ce moment-là mais... j'étais un peu gêné. Bon certes, j'ai l'habitude qu'on me regarde et qu'on m'observe mais pas qu'on me... fixe comme ça. Ça me ferait presque peur. Et puis, comme je disais, elle parle pas beaucoup, donc j'ai aucun moyen de savoir à quoi elle pense. Si ça se trouve, elle doit se faire plein d'idées bizarres.

Sa question sur le fait que je n'aime pas sortir me confirma cette dernière hypothèse. A mon avis, elle se faisait des idées pas nettes. Elle devait m'imaginer en chauve-souris ou autre chose du genre. Enfin, j'avais l'habitude.... les enfants de mon village me disaient ça aussi... 
Avec douceur, je secouai la tête, un léger sourire aux lèvres.

-Ce n'est pas vraiment ça. Ce n'est pas une question de vouloir, mais une question de pouvoir, lui dis-je en rigolant.

Puis, me rendant compte que ça ne l'aidait pas vraiment, et même que ça devait la conforter dans l'idée que j'étais une sorte de chauve-souris vampire qui ne peut pas sortir le jour, je me décidai à clarifier ma pensée par jeu, lui posant une simple question.

-Connais-tu une maladie que l'on appelle XP ?, demandais-je en souriant largement.

De nouveau, elle sembla se perdre dans ses pensées. Toujours mon sourire aux lèvres, je parti d'un air rêveur en l'observant vagabonder dans ses pensées. Elle semblait décidément très particulière, plus que la plupart des gens. Mais c'était loin d'être un défaut. J'aimais les gens différents, en étant moi-même un.
Sa remarque me fit rigoler. Malgré mes escapades, j'étais loin de connaître tous les recoins de l'institut.

-Il l'est en effet! Je suis ici depuis plus d'un an et je ne crois pas pouvoir me vanter d'en connaître la moitié, lui expliquais-je avec douceur.

Et pourtant, dieu sait que j'ai le temps d'explorer durant la nuit. Même si les rares personnes que je croisent me prennent souvent pour un fantôme qui hante l'école... Puis, de nouveau, elle se tourne vers moi, redoublant d'attention. au moins cette fois, je suis sûr qu'elle m'a écoutée... On aurait dit qu'elle se forçait à être attentive pour ne pas me vexer. "C'est amusant" pensais-je joyeusement.
##   Lun 24 Juin 2013 - 9:05

Personnage ~
► Âge : 15 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 130
Date d'inscription : 18/05/2013
Humeur : Compliquée... Floue...

Ça la travaillait. Comme ne pas aimer sortir le jour. La nuit, ça c’est plutôt compréhensif. Mais le jour ! Nan, ça ne se mettait pas en place dans l’esprit tortueux de Joanie. Puis en plus, il est tout pâle, des pieds à la tête, même si elle ne voit pas le reste du corps, elle imagine bien, en voyant le visage de Matheo, que les reste doit être pareil. Et ça fait bizarre aussi, sous le reflet de la faible lune présente ce soir, ses cheveux tout.... aussi clairs. Il y a quelque chose. Elle se repositionne de l’autre côté de son télescope. Ou plutôt, elle le tourne pour non seulement être en face de Matheo et ne pas lui tourner le dos, mais aussi pour regarder une autre partie du ciel. Plus tard. Tout en restant bien entendu, assez attentive aux paroles du garçon. D’accord, elle s’était retournée vers lui, mais rester immobile, là... elle le sentait pas. Et pourtant c’est sa position préférée. La statue.

- Ah ? Tu ne peux pas ? Ah bon, une maladie.... Euh...Non je ne connais pas.

Elle faillit demander si c’était contagieux, mais elle se retint. Mais la question elle, trottinait allègrement dans ses méninges. Pour s’effacer rapidement, car si cela était contagieux, il ne serait pas venu vers elle et il n’irait pas vers les autres non plus, à moins qu’il ne veuille contaminer tout l’institut. Une nouvelle fois Joanie secoua la tête, un peu plus vigoureusement que précédemment. Il lui fallait arrêter de penser à des trucs aussi.... idiots. Ce serait bien. En effet, elle se trouvait bien bête, intérieurement, de penser à des choses comme ça. Elle fit un nouveau réglage de son télescope tout en regardant, de temps en temps, Matheo et chassant tout ces trucs négatifs de sa tête. Elle se redresse.

- Un an ?

Elle le fixa un court instant, un tantinet perturbée. Elle tourne son regard vers l’institut. Elle se demande combien de temps, elle va rester ici. Ah, si seulement elle avait bien écouté l’inconnu en noir ! Elle ne serait pas là, à se poser toutes ces questions.  Il lui avait pourtant dit qu’une nouvelle vie l’attendait ici. Une vie, c’est sûr que ça ne dure pas que quelques jours, quelques mois. Elle soupira. Car si elle mettait son côté observateur en route, comme elle le faisait d’habitude, elle se serait rendu compte qu’il se passait des trucs bizarres autour d’elle. Peut-être que justement, ces trucs bizarres, elle ne voulait pas les voir. Elle regarde de nouveau Matheo, triturant les caches de son oculaire et objectif. Puis descend ses yeux sur son télescope. Heureusement qu’il est là. Puis lève la tête de nouveau vers le garçon.
 
- Alors... c'est... c’est quoi ta maladie ?

De nouveau un murmure. Joanie étire le coin gauche de ses lèvres. Elle tente de former, sur son visage impassible, ce qui s’appelle un sourire. Mais c’est très infime. Penser à autre chose, se concentrer de nouveau sur la conversation qu’elle a avec Matheo. Après tout, elle trouvera bien le temps d’y penser, aux nombres de mois qu’elle va passer ici.
##   Sam 29 Juin 2013 - 11:08

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 663
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

Je la voyais se dépêtrer avec une chose invisible pour moi. enfin, se dépêtrer... C'est un peu fort comme mot. Mais c'est l'impression qu'elle me donnait. Elle se tournait à moitié vers moi, pour reprendre sa position et pour enfin, me faire totalement face. Si cela me surpris un court instant, je n'en laissai rien paraître. Au contraire, je le contemplai d'un air amusé. J'aimais bien voir ses différentes mimiques ou ses tics qu'elle ne semblait pas contrôler. Comme si elle luttait contre ses tendances. je comprenais que faire face aux gens, alors qu'elle voulait contempler les étoiles, s'intéresser à eux plutôt qu'aux astres célestes, n'était pas dans ses habitudes. J'étais donc assez flatté qu'elle fasse des efforts pour moi. Gardant mon sourire, sa réaction élargit ce dernier un peu plus.

-C'est surement normal, j'utilise l'expression abrégé mais le nom complet est Xeroderma pigmentosum. peut-être que ça te parle un peu plus... Tu en as surement entendu parlé en cours de sciences non? Demandais-je avec curiosité.

Je demandai ça parce que la plupart des gens qui en avait entendu parler l'avait vu rapidement e science au Lycée ou au collège. N'ayant jamais eu ce genre de cours, je ne pouvais pas savoir ce qu'il apprenait sur ça. Je me demandais donc s'ils connaissaient réellement le vrai fonctionnement de la maladie.

L'annonce du temps passé à l'institut sembla la déstabiliser un petit peu. Je pouvais la comprendre. Surtout que, maintenant que j'y pensais, ça faisait bien plus d'un an... Presque un an et demi. Le temps passe sacrément vite en fait. Peut-être qu'elle ne se voyait pas rester aussi longtemps. C'était compréhensible, à mon arrivée, je en pensais resté plus de quelques semaines. Puis les semaines sont devenus des mois et le temps à continué de passer...

-Ne t'en fais pas le temps passe vite ici. Tu ne t'en rendras surement même pas compte, tentais-je de la rassurer.

Je voyais qu'elle faisait des efforts pour rester concentré sur moi et mes paroles. Un nouveau sourire amusé naquit sur mes lèvres. Je ne voulais pas non plus lui imposer ma présence. Mais apparemment, elle était prête à poursuivre ses tentatives. Je ne disais donc rien, attendant qu'elle me chasse pour me faire comprendre que je devais partir. Enfin je sais bien que je n'attendrai pas jusque là, si je vois qu'elle fait trop d'effort, ou plutôt qu'elle se force trop, je m'en irai.

Puis, retrouvant sa toute petite voix si timide, elle me demanda quelle était ma maladie. Pour être honnête, j'eus du mal à l'entendre. Elle parlait avec une voix normale jusque là et passait d'un seul coup à sa voix du départ me perturba un instant. Je ne compris pas immédiatement. C'est seulement ensuite que la lumière se fit dans mon esprit. Décidé à lui expliquer, je me gardais d'adopter un ton dramatique. Je le lui dit d'une voix normale, mon sourire toujours accroché aux lèvres.

-C'est une maladie rare qui me prive de protection contre les ultra-violets. De ce fait, je ne peux pas sortir lorsqu'il y a du soleil sous peine de subir de graves brûlures. Je ne sors donc que la nuit pour plus de sécurité, racontais-je.
##   Lun 1 Juil 2013 - 9:12

Personnage ~
► Âge : 15 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 130
Date d'inscription : 18/05/2013
Humeur : Compliquée... Floue...

Le cours de sciences. Ce n’est pas particulièrement l’une des ses matières préférées. Elle avait dû zapper ce passage si jamais il y en avait eu un d’ailleurs. Alors elle fit un signe négatif de la tête. Même si le terme employé par Matheo, maintenant lui disait quelque chose. Elle peut paraître un peu niaise, mais non, elle sait des trucs. Tout de même. Elle triture toujours le cache de l’objectif et si elle continue ainsi il ne va pas résister longtemps. Malgré le fait que ces choses là, bah c’est assez solide. Oui, mais dans les mains de Joanie, la durée de vie de certains objets sont réduits, à cause de sa nervosité, son stress inné. C’est que le fait d’apprendre, dans un sens, qu’il va lui falloir rester plus de quelques mois, même plus d’un an ici, la perturbe un peu. Mais elle reste concentrée sur les paroles de Matheo, parce que si elle continue à montrer qu’elle n’est pas très à l’aise ou quoi que ce soit d’autre, et bien elle pense qu’il risque de mal le prendre et de partir.

- Je me doutais bien que je devais rester un certain temps ici... mais...

Elle ne finira pas sa phrase. Ça lui apprendra de ne pas tendre l’oreille aux explications de certaines personnes qui ont eu la grande amabilité de lui expliquer. Elle se maudirait presque pour ça. Mais elle se trouve une excuse. Son esprit était ailleurs. Elle n’avait pas été elle-même, non plus. Oui bon, elle n’est jamais elle-même. Différente chaque jour. Parfois elle, parfois son double perdu. Double pas si loin que ça, en souvenirs et aussi en la présence de son télescope. En pensant à lui justement, Joanie range les caches dans les poches de sa veste. Elle va finir par les casser et puis retrouver les mêmes ne serait pas chose évidente. Puis, ce serait un bout de son double qui partirait. Alors non, pas question de les abîmer. Une fois cela fait, elle écoute les explications sur la maladie de Matheo.

- Oh. Je vois. J’ai entendu parler de cette maladie. Mais normalement il y a des protections. Des... comment dire... des combinaisons pour la journée. Tu n’en n’a pas une ?

Elle comprend mieux l'extrême pâleur du jeune homme. Il doit avoir l’habitude, mais elle pense que ça doit être assez compliqué, contraignant de vivre avec la peur de brûler au soleil. Joanie lève son regard un court instant vers le ciel. Il est toujours bien dégagé, malgré le fait qu’il y a quelques petits nuages gris qui se promènent, certainement, arrivés là avec ce léger vent qu’elle a senti depuis quelques minutes. Son regard continue vers l’astre de la nuit. Le regarde quelques secondes et baisse son regard aussi gris qu’un jour de pluie, vers Matheo.

- Dis... tu t’y connais en étoiles ? J’veux dire, leur nom... Tu sais les reconnaître ?

Ou comment, mine de rien, dévier sur un sujet un peu plus joyeux et dit en plus avec un délicat sourire. Puis, il est vrai que Joanie et les noms des étoiles, c’est pas ça. Oh, elle a bien lu des livres, mais elle n’a pas vraiment retenu ce qu’il fallait. Ou presque. Mais elle n’est pas cruche non plus. Elle connaît quelques constellations, les plus connues. Elle en reconnaît certaines autres aussi, mais a du mal à y mettre un nom dessus. Elle les a sur le bout de la langue, quant elle les voit, mais ces noms ne veulent pas venir, parfois. Alors elle se dit que comme Matheo sort très souvent la nuit, lui, il pourrait l’aider à s’en souvenir. Enfin, elle se doute qu’il ne sort pas que pour regarder ce qui se passe dans le ciel, la nuit.
##   Lun 1 Juil 2013 - 10:33

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 663
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

Je ne sais pas si ce sont mes paroles ou quelque chose à quoi elle pensait, mais elle me semblait extrêmement nerveuse. Je ne pouvais m'empêcher de l'observer discrètement, laissant mon regard balayer ses affaires, ses tics ou autre expression corporelle. J'en avais pris l'habitude. Les gens me parlaient rarement alors je me contentais de ce qu'ils exprimaient pour les comprendre. Et elle... elle dégageait une sorte de stress dont je ne percevais pas l'origine. Mais j'étais presque sûr que c'était de ma faute. Surement quelque chose que j'ai dit. Même si je ne voyais pas immédiatement de quoi il pouvait s'agir. Le commencement de sa phrase, qu'elle ne sembla pas vouloir finir, me donna l'indice recherché. L'annonce de mon temps à Terrae l'avait visiblement déstabilisé. Pour une raison qui m'échappait, elle ne comptait pas, ou ne voulait pas rester aussi longtemps dans cet endroit. Était-ce de la peur ? Je n'osais pas le demander... et puis, ce n'était pas mes affaires.

-Tu n'ais pas obligé de rester aussi longtemps tu sais, dis-je d'une voix douce. Lors de ton initiation, tu pourras refuser tes pouvoirs et repartir si tu le souhaite. Ou si tu les acceptes, tu pourras toujours partir en mission de temps en temps.

J'essayai de trouver des solutions, ou des compromis pour la rassurer. Comme elle ne voulait apparemment pas finir sa phrase, je ne pouvais comprendre ses raisons. Mais je ne voulais pas non plus la laisser dans un tel désarroi. Même si ce n'était pas grand chose, je pouvais au moins tenter de la rassurer.

Elle semblait connaître ma maladie. Mes explications n'étaient donc pas vaines. Et elle en profita pour me poser une question plus que... pertinente. Elle avait raison bien sur, mais c'était plus compliqué que ça.

-Tu as raison, ces combinaisons existent. J'en avais une avant, mais je l'ai déchiré... avant de venir ici. Elle ne sert donc plus à rien, dis-je avec tristesse. Et puis, la production de ces combinaisons à été arrêtées, c'est dur d'en trouver maintenant. Et elles sont extrêmement chers.

C'était vrai. J'avais eu la mienne à mes 16 ans. mes parents avaient économisé toute ma vie pour pouvoir finalement m'en acheter une et moi... je l'avais déchiré... sans m'en rendre compte, pour me précipiter vers elle. J'eus, pour le première depuis longtemps, depuis mon arrivée, une forte envie de pleurer en repensant à tout ça. Mais je me retins pour ne pas mettre Joanie mal à l'aise. je ne voulais qu'elle pense qu'elle m'avait blessé.

Sa question sur les étoiles me fournit une excellente échappatoire. Me concentrant vers ciel, je pus tout de même apercevoir les traces d'un sourire sur son visage. encore timide, mais bel et bien un sourire. Peut-être qu'elle commençait enfin à se détendre.
Les yeux vers les étoiles, je calculais les différentes positions que je connaissais tout en lui répondant.

- Ça peut sembler surprenant, mais je ne connais pas si bien les étoiles que ça. Je connais les constellations les plus communes c'est tout, dis-je d'une voix lointaine.

Je cherchai en même temps dans le ciel nocturne celles que je connaissais. Mes yeux azurs si clairs, tournés vers la clarté de la lune, reflétaient l'éclat de ces petites boules de gaz allumant l'espace comme des lucioles.

-Là, c'est la grande ourse! Et là Cassiopée! Je n'en connais pas beaucoup d'autres... J'en suis désolé, dis-je d'un air un peu gêné.
##   Lun 1 Juil 2013 - 14:57

Personnage ~
► Âge : 15 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 130
Date d'inscription : 18/05/2013
Humeur : Compliquée... Floue...

Pas obligé de rester longtemps ici. Ces paroles réconfortèrent en un sens Joanie. Mais ce qu’il dit par la suite, la laissa un peu pantoise. Après Sergueï, voilà Matheo qui lui parlait d'initiation. Bon ce n’était pas dit pareil mais elle comprit que ça voulait dire la même chose. Ça y est ça s’embrouille de nouveau dans son cerveau. Elle regarde alors Matheo interloquée. Elle se souvient bien entendu, d’avoir aperçut des trucs bizarres se passer avec les autres, mais de là à dire que c’est dû à des pouvoirs... Enfin si... Oui ça se pourrait bien. Avec ce qu’elle a vu et entendu les bruits qui vont avec. Elle soupire doucement. Joanie sent qu’elle allait devoir faire beaucoup d’effort, pour vivre ici. Et elle pouvait très bien repartir aussi vite qu’elle était arrivée. Mais il y avait quelque chose en elle qui lui disait le contraire. Serait-ce son double perdu qui tentait de lui communiquer quelque chose ?

- Ah oui ? Mince... Désolée.

Désolée, elle pouvait l’être, à l’écoute du ton triste que Matheo venait d’employer pour sa combinaison perdue. Joanie s’en voulait d’avoir posé cette question. Mais quand ça la travaille, elle demande. Enfin pas tout le temps. Mais là, elle se sent un peu plus à l’aise que tout à l’heure. Peut-être. Même si elle se sent toujours stressée. Elle soupire tout bas. A propos de ça, il va lui falloir apprendre à s’en débarrasser, sinon, elle va avoir un ulcère avant l’âge. Si y a un âge pour avoir ces trucs là, hein. Elle a de ces pensées parfois qu’elle se demande même où elle va les chercher ! Elle chasse tout ça de ses méninges et regard pointé vers le ciel et même si elle les connaît, elle suit ce que lui désigne Matheo, même s’il s’excuse de n’en connaître d’autres.

- Ah oui, je ne les avaient pas encore vues.... Nan... Ca ne fait rien. Il doit bien y avoir des livres.. quelque part dans l’institut, qui parlent de ça. J’en connais aussi des simples, comme Vénus dite l’étoile du berger, même si ce n’est pas une étoile, puisque c’est une planète...Je connais aussi.... la constellation d’Orion... Et tu vois ? Au dessus de la Grande Ourse il y a la petite... Avec une carte du ciel ce serait plus facile...

Et il lui faudra en trouver une, tiens. Joanie vient de faire une très très longue phrase et elle baisse la tête en même temps qu’elle baisse le bras qui lui a servi à pointer du doigt, ladite Petite Ourse. D’une, parce qu’elle faillit s’étrangler avec sa salive et de deux, pour reprendre sa respiration. Puis, ça fait très très longtemps qu’elle n’a pas parler aussi longuement. Elle qui ne dit que des bouts de phrases ou même ne dit rien, parfois. Ah, ses parents seraient là, ils seraient bien ravis d’entendre le son de la voix de leur fille aussi longtemps! Du coup, bien sûr, Joanie se sentie un peu embêtée d’avoir pour ainsi dire étalé ses très minimes connaissances sur ce qui se trouvait dans l’infini. Elle resta donc silencieuse un bon moment, relevant doucement sa tête vers le ciel, regardant glisser les fins et transparents nuages gris au travers desquels elle pouvait quand même apercevoir un tout petit peu de voie lactée. Un peu oui. Et à travers le télescope, elle la verrait beaucoup mieux et de plus près, évidemment.
##   
Contenu sponsorisé

 

Sous le regard des étoiles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Aux alentours de Terrae.
 :: Espace vert.
Aller à la page : 1, 2  Suivant