Partagez | 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Le Lac ou la mare aux grenouilles !
##   Dim 30 Juin 2013 - 21:53

Personnage ~
► Âge : 17 cerises
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 185
Date d'inscription : 02/06/2013
Age : 21
Emploi/loisirs : Ça dépend du canapé !
Humeur : Pour l'instant, je nage dans l'canapé du bonheur.

-Princesse s'il vous plait ne bougé surtout pas je vais chercher nos affaires pour faire quelque chose alors soyez sage et écoutez moi ! Avait-il dit dans un grand sourire.

"Soyez sage ". "Ecoutez moi !". Bien.
Est-ce que je dois admettre le fait que j'ai la sensation d'être une gamine ou pas ? Non ? Vous êtes décourageant !
Pourtant je fis ce qu'il dit sans broncher, le regardant partir, revenir avec nos affaires, bizarrement fière de lui. Il attrapa, mes pieds. Y plaça, mes ballerines. Je fus, très gênée. Comme d'habituuuuude ! Oh chut moi-même.
Léon fouilla dans son sac et en sortis un appareil photo : une passion ?
Je n'eu pas le temps de poser la question, car il plaqua ses mains au sol et transforma mon petit coin d'herbe, en TRÔNE !
Ahaha. Vous avez la rage les nanas hein ? Et bin c'est bien fait pour vous les blondasses ! Quoi ? J'ai toujours eu un problème avec les "bimbos-blondasses-qui-embrassent-tout-ce-qui-bouge-même-les-chiens" !  Euké je me tais.
Je me sentis tout de même EXTRÊMEMENT gênée, surtout quand il aborda un pensionnaire comme si tout était normal.

-Euh...toi excuse moi tu pourrais nous prendre en phot ?Mais seulement quand je dis que c'est bon !

-Hein ? A oui bien entendu heureusement je n'ai rien d'urgent à faire.

Je ne sais pas vous, mais j'ai comme l'impression qu'il 'y a pas que moi qui trouve ca anormal ?
[Début d'un délire hautement violent]Bref,on s'en fiche, parce que de toute façon c'est un sous-fifre HAHAHAHA ! Il m'obéit comme tout les autres : " Toi là ! Va récurer les toilettes", " La blondasse, là-bas ! Va manger les grenouilles, c'est un ordre !" " Que quelqu'un aille tuer mon père !" "Sir, vous voulez une tasse de thé ?" "QUI a mangé ma confiture ? Toi ? Qu'on lui TANCHE LA TÊTE !" ...
Je sais, LIKE A PRINCESSE !
[Fin du délire hautement violent]
Léon lui passa l'appareil et retournant vers moi et ... heu ... mon royale siège ! Il s'agenouilla et si j'avais une épée, j'aurai pus le nommé " blablabla, comte de blablabla, seigneur et chevalier de blablabla" ! On se regarda une fois de plus dans les yeux. Et une fois encore je me noyais dans ce rouge si étrange. Tellement que je ne vis pas l'autre prendre la photo et s'enfuir en courant. En faite, je ne vis même pas Léon quitter mon champs de vision. C'est grave docteur ? Il me montra la photo, très jolie Pour une fois que mes pommettes rouge -de gêne- me servaient à quelque chose !

-Au moi tu auras un souvenir princesse, et ce sera la preuve comme quoi tu sais que tu peux faire appel à moi quand tu en aura besoin !

"Tu" ? Oh ! Finis le vouvoiement. Ca ma tellement fais bizarre que j'ai hochée la tête en rigolant un peu. Je lui sourie, tandis qu'il claqué des doigts. Mon mini-trône vola en éclats et moi je finis, une fois encore dans ses bras. Et non, je ne me plains pas ! J'accepte mon sort. Aussi agréable soit-il ...
Assise sur l'herbe, je le regarde s'afférer autour de moi, sans vraiment comprendre.

-Je sais que tu veux pas que l'on se sépare, donc on peut admirer le coucher de soleil sur le lac vu qu'il commence à se faire tard ça devrais pas tarder tu crois pas ? Au moin en plus de ça on pourra se faire un pic nique donc on y gagne tout à rester encore un peu, à moin que mademoiselle ai d'autre chose à faire !

Nous rigolâmes ensemble. Il n'a pas tords. Il installe sa pauvre serviette sur le sol. Autant vous dire que je vais directe dessus. Mon short orange ne va pas supporter le passage au vert. La prochaine fois, je mets mon vert pomme. Ca passera crème. Léon passe son bras autour de ma taille. Posant ma tête su son épaule, je me rends alors compte du temps passé en sa compagnie : Toute une après-midi !

-Merci pour la photo, je l'appelerai " La Princesse du royaume Grenouille et son fidèle chevalier Sir Léon aux yeux flammes !" !

Je ris et regarde le début du couché de soleil. Je pointe alors mon doigt haut dans le ciel, vers notre droite.

-Là-bas, ma mère me disait souvent que c'était le paradis des gens heureux ! Tu vois ?

Le ciel virant au orange-rose pendant 2 minutes nous permit de voir ce "Paradis des gens heureux", puis les couleurs s'échangèrent et il disparut. Trèèèès mignon. Moment pathétique finis. Pensons aux choses sérieuses. Je relève la tête vers mon chevalier si formidable, attirant son attention de mes yeux perçants !

-Mais Léon ! T'as tout de même pas un pique-nique dans ton sac ? Je te préviens , dis-je en rigolant, je ne touche pas aux grenouilles grillées moi !

En attendant que ma question arrive jusqu'à son cerveau, j'attrape une pâquerette et enlève délicatement ses pétales une par une.

-Je ne suis pas méchante petite fleur, je t'épargne le fait d'être écrasée par mon corps. Nuance non ?

Et sur ce, je m'allonge, n'attends pas une seconde de plus et fais des tonneaux jusqu'au plus loin que je peux. Sauf que ... devinait ce qui a juste sous mon nez de pas douée ? Allez, un indice : c'est ... mouillé ?
##   Dim 30 Juin 2013 - 22:57
avatar
Invité

La princesse était toujours aussi gêné face à mes idées les plus bizarre les unes que les autres mais au moin on passait de bon moment ensemble et n'est ce pas la chose recherché par tout le monde ? Moi en tout cas je crois bien que si car sans amis certains d'entre nous seraient tout bonnement perdus ou se seraient peut être suicidé pour d'autre " vive tes idées noir parfois " " non du tout pourquoi ? " Quand j'avais posé la serviette elle c'était alors assise dessus sans attendre, en même temps je la comprenais car personne ne voulait finir avec des habits vert alors qu'à la base ils étaient d'une tout autre couleur. Puis quand je passais mon bras autour de sa taille elle elle avait posée sa tête sûr mon épaule en disant :  

-Merci pour la photo, je l'appelerai " La Princesse du royaume Grenouille et son fidèle chevalier Sir Léon aux yeux flammes !" !

Ce titre m'avait fait rire mais me plaisais beaucoup car ça immortalisé bien le moment tout comme la photo. je revois encore la tête de l'autre qui était choqué haha c'était tellement drôle, il se demandait tellement ce que l'on faisait " hey aussi bien il va te prendre pour un soumis " " bof et alors je m'en tape ". Puis à un moment elle pointait un endroit dans le ciel tout en disant :

-Là-bas, ma mère me disait souvent que c'était le paradis des gens heureux ! Tu vois ?

Donc elle pointait le crépuscule, quelle belle parole que ça mère lui avait dit, malheureusement moi je n'y croyait pas vraiment et je me contentais juste de l'écouter, avant que les couleurs ne s'effacent pour laisser place au bleu foncé de la nuit tout en voyant plein d'étoile dans le ciel. Elle relevait alors sa tête pour planter se yeux obnubilant face au mien tout en disant et riant :

-Mais Léon ! T'as tout de même pas un pique-nique dans ton sac ? Je te préviens  je ne touche pas aux grenouilles grillées moi !

Me laissant réfléchir elle avait pris une fleurs dans ses mains tout en enlevant les pétales une par une " pauvre fleur " " tient tu es revenu toi " " non j'ai toujours été là mais je me taisais " " ouais ba recommence à te taire alors ce sera mieux " et elle disait tout innocente :

-Je ne suis pas méchante petite fleur, je t'épargne le fait d'être écrasée par mon corps. Nuance non ?

Hum elle avait pas tord dans un sens car c'est comme un humain la fleur aurait été cassée et aurait alors souffert alors que là elle n'avait pas à souffrir ce qui était bien puisque la seconde d'après elle c'était mise à rouler dans l'herbe " elle voulait pas ne pas se salir " " euh je crois si mais bon ". Elle avait atterrit juste au bord du lac et était à la limite de tomber dans l'eau . J'avais alors accouru jusqu'à elle et la récupéré dans mes bras avant qu'elle touche complétement l'eau et lui avais dit :

- Maintenant que je peux parler, fais attention à se que tu fais car aussi bien une grenouille aurait pu être là !

Je la remontais alors dans mes bras juqu'à la serviette et la posé alors à terre . Puis en m'asseyant je fouillais alors dans mon sac puis lui disais alors :

- Ne t'inquiète pas , pour le pic-nique j'ai juste un ou deux sandwich avec de la salade mais rien d'autre ! Avais-je dis en les sortant et les posant sûr la serviette.

Tout en enlevant complétement ce qu'il restait de mon t-shirt, je m'en servait alors pour lui sécher quelque point de ses cheveux qui n'avaient pas échappés à l'eau " tient torse nue devant elle " " NO COMMENT " Ensuite je lui tendais alors un sandwich avec le pot de salade dont il ne restait plus grand chose mais tant pis et continuais en rajoutant : 

-Tient regarde les reflets de la lune dans le lac, ne sont ils pas magnifiques quand tout est si calme. Parfois j'aimerais bien dormir ici mais je sais pas du tout si on peut donc bon j'évite mais un jour je le ferais puis au diable si on m'engueule !

En revêtant alors mon bout de tissus je m'assis face au lac puis commençais à manger moi aussi pendant cette douce soiré.
##   Lun 1 Juil 2013 - 22:08

Personnage ~
► Âge : 17 cerises
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 185
Date d'inscription : 02/06/2013
Age : 21
Emploi/loisirs : Ça dépend du canapé !
Humeur : Pour l'instant, je nage dans l'canapé du bonheur.

Je n'eu jamais à savoir ce que être mouillée veut dire. Parce que Léon m'avait habilement rattrapé. Réflexe.

- Maintenant que je peux parler, fais attention à se que tu fais car aussi bien une grenouille aurait pu être là !

Je vis certaines de mes mèches jouer dangereusement avec l'eau. Je laisse une fois de plus Léon me porter jusqu'à la serviette. C'était devenus notre marque discount de me porter. J'eu presque l'envie de recommencer pour l'embêter, mais je ne le fis pas. Le pauvre à bien assez à me surveiller quand je ne le fais déjà pas exprès ! Il se rassit et fouilla dans son sac à la recherche de ... de ?

- Ne t'inquiète pas , pour le pique-nique j'ai juste un ou deux sandwich avec de la salade mais rien d'autre !

Le pique-nique ! Sir Valentine est THE mec à avoir avec sois. Le genre d'homme à tout avoir sauf des pansement mais on s'en tape ! Il sorti le tout sur la serviette et je me demande vaguement si il avait prévu de manger avec quelqu'un ou bien si il a habituellement une faim de loup pour manger deux sandwiches. Woow. Pourquoi j'ai l'impression que y'a un truc qui ne colle pas ? Ah oui, les sandwiches. Hein ?! SANDWICHES ! Oh mon Dieu à l'aide, il a des sandwiches, il va me tuer avec ! A l'aiiiiiiiiide !
Calmons-nous. Respirer. C'est la clés, respirer.
Je regarde ailleurs que vers lui, espérant que l'image d'immondes petits lascars me balançant des sandwiches , disparaisse. Je sentis alors un bout de tissus chaud sécher mes pointes de cheveux mouillées. Sauf qu'un petit point s'aposa à mon esprit. Je suis assise sur sa serviette. Je n'ai pas de serviette. Il n'a pas l'air d'avoir d'autres serviettes. Bon, soyons franches ! Non, toi sois franche. D'accords, je vous jure, que c'est parce que je n'ai pas de réponse à ma question que je me suis retournée. Pour me retrouver nez-à-nez avec un torse nu. J'ai pas besoin d'additionner A+B pour savoir que c'est celui de Léon.
Bien, vous connaissiez la tomate, le lampadaire, la peinture rouge. Et bien, aujourd'hui en avant première, venez découvrir : le magma de gêne intersidérale de Sixtine Szpadime. Un torse nu pour un magma, un !
Non, sans déconnée, je suis une fille ! Une innocente  jeune fille. Autant vous dire immédiatement que mon innocence est passée de 100% à -50%. Non, je ne suis pas devenu perverse. Juste, mon innocence est morte. Paix à moi-même. Je tente de regarder à droite, à gauche, en bas, en haut, mais je n'y peux rien ca reste ! Franchement, il dirait quoi lui, si on inverse les rôles.
Oh mauvaises pensées, mauvaises !
Il me tendit un sandwiche dans lequel je mordis directement, histoire de ne pas à avoir à me justifier !

-Tient regarde les reflets de la lune dans le lac, ne sont ils pas magnifiques quand tout est si calme. Parfois j'aimerais bien dormir ici mais je sais pas du tout si on peut donc bon j'évite mais un jour je le ferais puis au diable si on m'engueule !

Tout en disant cela, il remet son lambeau de tissus. Trop tard, le traumatisme est là. Je regarde à mon tour la sphère blanche représenté dans les reflets de l'eau du Lac. Beau.

-C'est une bêtise ca Léon ! Riais-je. Mais dès que tu le fais, tu m'en parle ! Je garderai un œil sur les Masters au cas où par un malheureux hasard, ils te couraient après.

Je laisse mon sandwiche et lui tend. J'ai un appétit d'oiseaux, je préfère nettement finirent avec de la salade.

-Sinon, à par faire exploser des cailloux ou sauver des princesses : des passions dans la vie ?

Je le regarde en souriant, la lune éclairant fortement notre établissement, je pus voir son expression ravis. Bien, au moins je suis sur que, quoi qu'il arrive demain : j'ai vécue une belle après-midi !
Ouai bah tiens toi bien ma jolie, parce que demain : c'est premier cour de maths !
Hum. Sans commentaire.
##   Lun 1 Juil 2013 - 22:54
avatar
Invité

La pauvre princesse elle avait été toute gêné à la vue de mon torse, bon d'accord je n'était pas spécialement fort dans les relations amical parfois, mais il fallait sûrement que j'évite ce genre de chose non ? " Non tant que tu fais rien de méchant " " mais les gens..." " On les embête OK " . En attendant elle était devenue totalement rouge comme un piment en essayant de regarder ailleurs pour éviter de me regarder moi.
Quand je lui avais donné le sandwich elle l'avait croqué à pleine dent sûrement pour éviter de perdre les pédales " Si tu veux mon avis c'est déjà fait " " je t'ai rien demandé toi d'abord ", puis je remettais mon t-shirt comme je le pouvais vu qu'il avait de nombreux troue. Puis en regardant le lac comme je le lui avais dit , elle me disait alors souriante et joyeuse :


-C'est une bêtise ca Léon ! Mais dès que tu le fais, tu m'en parle ! Je garderai un œil sur les Masters au cas où par un malheureux hasard, ils te couraient après.

Donc comme ça ma princesse voudrait bien me couvrir pour faire une telle chose " Garde ça en mémoire " " Mouais on verra " alors qu'elle avait à peine entamé le sandwich elle le laissé de côté et me le tendait. Je l'avais alors pris en souriant et la voyait prendre le pot de salade, je mordais alors dans le sandwich entamé laissant l'autre de côté pour le moment tout en regardant le ciel pensif " tu crois que maman serait fière de nous " " dit pas de bêtise s'il te plait...tu sais très bien que oui on est gentil serviable protecteur tous ce qu'elle souhaitait donc ça ira ". Elle me coupa alors dans mes pensés en me demandant :

-Sinon, à par faire exploser des cailloux ou sauver des princesses : des passions dans la vie ?

C'est vrai que j'avais complétement oublié de lui parler de mes passions alors qu'elle elle m'avait parlé des siennes. Je finissais ma bouché de sandwich avant de lui répondre gaiment :

-J'adore dessiner, en général je fais des croquis de ce que je vois puis je les modifies dans ma chambre pour qu'ils soient tous beaux ! Et bien sûr je dessine de tout : des gens , des animaux , la nature etc...

Je fouillais alors dans mon sac pour en sortir mon précieux carnet qui avait failli mourir cramer je précise, et le lui tendait alors pour qu'elle puisse tout voir pendant que je continuais :

-J'écoute tout type de musique soit pour me calmer ou me motiver ou en bagard quand c'est drôle d'avoir du métal face à un adversaire sinon j'aime bien lire , et comme tu a pu le constater j'aime bien faire dans le romantisme et surtout en restant humble et poli.

En y réfléchissant j'étais vulgaire que quand on me poussait dans mes derniers retranchement et que l'on continuait encore, là je perdais les pédales et devenais différents mais bon * il faut se méfier de l'eau qui dort comme on dit * puis je lui demandais à mon tour :

-Et toi princesse à part le dessin qu'elles sont tes autres passions dis moi ? Avais-je dis en posant ma tête sur ses genoux pour pouvoir l'admirer elle tout autant que le ciel.

Les étoiles brillaient de milles feux dans le ciel tout comme un feux d'artifice, tendis que la lune était spectatrice de ce beaux spectacle. Je n'avais même plus envie de manger dans cette position. Et les yeux vert de la princesse était encore plus illuminaient par la lune que par le soleil et je ne pouvais m'empêcher de plonger mon regarde dedans pour m'y perdre attendant ses réponses comme un enfant.
##   Jeu 4 Juil 2013 - 22:14

Personnage ~
► Âge : 17 cerises
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 185
Date d'inscription : 02/06/2013
Age : 21
Emploi/loisirs : Ça dépend du canapé !
Humeur : Pour l'instant, je nage dans l'canapé du bonheur.

Sir Léon finit sa bouchée avant de me répondre assez joyeusement.

-J'adore dessiner, en général je fais des croquis de ce que je vois puis je les modifies dans ma chambre pour qu'ils soient tous beaux ! Et bien sûr je dessine de tout : des gens , des animaux , la nature etc...

Il fouille dans son sac et en sort un carnet à dessin, qu'il me tends. Autant vous le dire tout de suite : je me suis fais violence pour ne pas lui arracher des mains. Temps que c'est artistique, moi, ca me plait ! De toute manière, la vie est une œuvre d'art en sois. Je regarde ses croquis, complètements charmée par son coup de crayon. On voit bien les coups timides, ceux qu'il fait en premier, dans l'espoir d'en tirait un si beau souvenir. Par dessus, ce sont les coups plus fort, plus artistique, ils donnent la vie au dessin. Bref, j'adore !
On a comprit ... Tais-toi et admire en silence !

-J'écoute tout type de musique soit pour me calmer ou me motiver ou en bagard quand c'est drôle d'avoir du métal face à un adversaire sinon j'aime bien lire , et comme tu a pu le constater j'aime bien faire dans le romantisme et surtout en restant humble et poli.

Se battre ? Encore une fois, je le vois avoir la carrure pour le faire. Mais psychologiquement, je ne le vois pas se battre ! Léon, l'homme adorable, gentil et prévenant ... Devenir un monstre enragé qui écoute du métal en tapant sur un vulgaire crétin ? Merci mais non merci ! Je préfère de loin mon Léon à moi. Euh ... A toi je ne sais pas ... Roooh ! Chut toi, on se comprends [ Et vous, sans commentaires !].

-Et toi princesse à part l'écriture qu'elles sont tes autres passions dis moi ? Dit-il en posant sa tête sur mes genoux.

Effectivement, côté romantisme ca y va fort ! Mais j'adore, donc je me tais et je profite. C'est pas interdit non ?!
Je regarde le ciel, tentant vainement de trouver quelque chose qui me plais. Puis je sens son regard sur moi et me plonge dans ses yeux. Je ne m'y ferai jamais, jamais ! Ils sont trop magnifiques, bizarres, certes. Mais magnifique !
Je lui caresse les cheveux tout en tentant de lui donnais une réponse satisfaisante.

-Jouer du violoncelle, je crois. Oui, j'aime bien ca ! Donc je pense être quelqu'un qui a plus d'affinités avec le classique. Et puis, j'aime beaucoup allez en forêt parce que ... J'aimerai voir des renards ! Mais je n'y arrive jamais.

Je sourie en pensant aux nombres de fois où ma mère et moi restions des heures sans bouger dans l'espoir d'en voir. C'était avant qu'on ne me disent qu'il n'y en avait pas par chez nous.

-Oh ! Et j'aime le vert. A chaque fois que je vois quelque chose de vert, il faut que je l'achète. Mais j'ai abandonnée ma collection chez moi ...

Je lui enlève les quelques mèches qui se perdent devant ses yeux, ne voulant pas être gênée dans ma contemplation abyssale de ses iris.

-Trier les Tic-Tac aussi.

Ok. Je sais, c'est stupide. Mais dès que je vois des boites bi-goût, vous êtes sur que je vais les ouvrir pour trier les couleurs.

-Par exemple, dis-je en rigolant, savais-tu qu'il y a plus de tic-tac jaune que de tic-tac rouge dans les boites cerises/passions ? C'est scandalisant !

Je ris encore et coupe le contacte visuelle. C'est la nuit, une brise légère nous frôle mais il ne fait pas froid pour autant. C'est l'Eté. Et comme à chaque été vers des points d'eau, les grenouilles chantent. Mer-veil-leux !
Je sourie, plus pour m'enlever l'image de millier de crapauds autour de moi qu'autre chose. Je baisse les yeux et voit une moue plus qu'amusé sur son visage. Oh ! Diable rêverai-je donc ou bien Sir Léon Valentine est en train de se payer ma tête ?
Je lui tire la langue tout en commençant à lui chatouiller les côtes, à la recherche de son point faible pour le faire rire ! Voilà une punition digne d'une princesse diplomate non ? Non ? Bah allez vous faire voire !

-Alors ? On se moque toujours de sa Princesse maintenant ?
##   Lun 8 Juil 2013 - 22:50
avatar
Invité

Nous nous regardions chacun dans les yeux de l'autre sans pouvoir s'en décrocher ou du moin c'était très dur de faire ceci alors que nous parlions de tout et de rien, de nos hobbys, de nos préférence. Tout en faisant cela elle fusait l'une des choses qui me rendais complétement gaga c'est à dire me caresser les cheveux, si il y avait bien une chose qui me plaisait plus que tout c'était bien ça je pouvais rester des heures de cette façon si elle continuait de le faire. Elle c'était mise à répondre à ma question toujours avec sa main dans mes cheveux :

-Jouer du violoncelle, je crois. Oui, j'aime bien ca ! Donc je pense être quelqu'un qui a plus d'affinités avec le classique. Et puis, j'aime beaucoup allez en forêt parce que ... J'aimerai voir des renards ! Mais je n'y arrive jamais.

Elle souriait à ce qu'elle venait de me dire, je souriait aussi car je l'imaginé très jouer du violoncelle au bord du lac avec un tapis d'herbe et un halo de lumière perçant les nuages tel un projecteur eclairant une star sur une scène. Quand à l'idée de voir des renards c'est vrai que c'était un peu dur car il ne s'approchait de personne et fuyait au moindre bruit de pas qu'ils entendaient. Puis elle continuait dans son élan : 

-Oh ! Et j'aime le vert. A chaque fois que je vois quelque chose de vert, il faut que je l'achète. Mais j'ai abandonnée ma collection chez moi ...

Toute en disant cela elle m'avait enlevé quelques mèches qui c'étaient envolés à cause du vent pour se poser devant mes yeux, elle avait bien fait car ça m'empêchait de la contempler et je voulais pour rien au monde en être dans l'incapacité. Et sans la lâcher du regard je lui avais alors dis : 

Ba t'en fais pas un de ces jours on ira la chercher ta collection il faut juste encore une fois être patient...ce qui est pénible je te l'accorde mais on y peut rien.

Puis elle avait rajoutée rapidement :

-Trier les Tic-Tac aussi.

* Trier des tic-tac bizarre * * Chacun fait bien ce qu'il veut idiot * Elle avait réussi à éveiller ma curiosité et je la regardais assez interrogateur alors qu'elle me répondait en riant :

-Par exemple, dis-je en rigolant, savais-tu qu'il y a plus de tic-tac jaune que de tic-tac rouge dans les boites cerises/passions ? C'est scandalisant !

Elle avait alors regardée ailleurs coupant alors le lien entre nos yeux me réveillant à moitié de mon état de zombie hypnotisé. Les batraciens c'étaient remis à chanter encore une fois, pauvre princesse elle qui détestait ça bein elle était servie là. Je devais aborder une sorte de petit sourire nargueur sur mon visage car parois fallait bien un petit peu embêter ceux que l'on aime non ? À ce moment là elle m'avait alors regardait * oups boulette * * je crois en effet * elle c'était alors mise à me chatouiller comme une folle cherchant à me faire rire par presque tout les moyens, bien évidement j'eu fini par craquer et céder au rire qui voulait sortir de mes entrailles quand elle me dis d'un aire victorieuse :

-Alors ? On se moque toujours de sa Princesse maintenant ?

Je riait et pouvais pas rétorquer quoique ce soit car je n'en avais point l'occasion, je me tortillais juste attendant le bon moment. Quand celui-ci se présenta à moin je l'avais attrapé et donc attrapais ses mains à elle pour l'empêcher de se débattre et la plaqué alors au sol en disant :

-Je ne me moquais pas j'étais juste amusé par la réaction que tu aurais pu avoir c'est tout rien de plus...puis je suis là donc tout va bien n'est ce pas ?

Avais-je dis d'un aire à la fois sérieux et content avant de la relacher délicatement et de la chatouiller à mon tour Faisant attention à ne pas l'écraser et rajoutais alors :

-Certes tu es une princesse mais j'ai le droit de t'embêter car je suis euh...euh...bein car je suis moi voila et oui ça compte plus que n'importe quoi !
##   Mar 9 Juil 2013 - 19:31

Personnage ~
► Âge : 17 cerises
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 185
Date d'inscription : 02/06/2013
Age : 21
Emploi/loisirs : Ça dépend du canapé !
Humeur : Pour l'instant, je nage dans l'canapé du bonheur.

Reprenant un peu mon souffle, je ne me rendis compte qu'un instant trop tard que nos rôles furent inversés. La micro fenêtre que je pensais invisible fut utilisée à ma grande surprise ! Mes mains retenus par les siennes, je ne pus qu'attendre.

-Je ne me moquais pas j'étais juste amusé par la réaction que tu aurais pu avoir c'est tout rien de plus...puis je suis là donc tout va bien n'est ce pas ?

Bien sur que tout va bien ! A par le fait que tu t'es moqué de moi. Et cela, c'est un fait et personne ne m'en dissuadera.
N'empêche que ce Sir osa l'impudence en me chatouillant à son tour. Ne pouvant à peine respirer, je ne fis aucuns gestes pour me dégager. léon est bien plus fort que moi !

-Certes tu es une princesse mais j'ai le droit de t'embêter car je suis euh...euh...bein car je suis moi voila et oui ça compte plus que n'importe quoi !

-Nan ! Je refuse d'admettre cela ...tu n'as pas ... le droit de m'embêter en position ... de faiblesse ...

Mes rires me coupent la respiration, mon manque d'oxygène ne permets pas d'avoir les idées claires. Mauvaise posture !

-Léon ! Arrête Léon !

Rhaaaaaa ! Il va me tuer. Préférant ne pas mourir ce soir, je la joue fine en ne réagissant plus ce qui est -ma foie- très DIFFICILE quand on vous CHATOUILLE !
N'empêche qu'il se stoppa et vint verre moi rapidement. Bon ok je me sens mal pour lui et j'ai presque envie de rouvrir les yeux et lui dire " Tout va bien, je ne suis pas morte !" !
Mais mon égo prend le dessus et j'attends l'occasion qui se présenta rapidement. Relâchant toute la pression, j'échange nos positions, lui sous moi. Trop hébété pour réagir à ma tactique de mono-sauvetage, il ne bouge pas. J'en profite pour me lever et partir un peu plus loin en courant.
Sauf que Sixtine. C'est à dire -malheureusement- moi. A oubliée un détaille important. Il fait maintenant clairement sombrement nuit [ admirés le jeux de mots clair/sombre !] et il me fus bientôt impossible de savoir où j'étais !

-Léon ? Murmurai-je pas du tout sûr de moi.

Je tournais mon corps dans tout les sens, ce qui fait que je fus très vite désorienté. Et bien malgré moi, le stresse me gagna. Je déteste être aveugle !
##   Mar 9 Juil 2013 - 22:41
avatar
Invité

Alors que je la chatouillais joyeusement elle ne se débattait même pas elle se contentait juste de rire en respirant par parcimonie quand elle pouvait. D'ailleurs j'avais osé commettre l'affront de plaquer une princesse au sol pour pouvoir la chatouiller et je savais que j'allais un jour ou l'autre payer cette affront à cause des lois qui sont instauré dans ce royaume * Tu pars loin dans ton délire là * Euh nonon du tout *. alors que je continuais de la chatouiller elle avait trouvé le moyen de parler et dire :

-Nan ! Je refuse d'admettre cela ...tu n'as pas ... le droit de m'embêter en position ... de faiblesse ...

Pourtant elle allait devoir l'admettre mais pire que tout, en théorie on doit utiliser certaine faiblesse des autres pour pouvoir les embêter car sinon ça perdrait tous son sens et on ne pourrait pas s'amuser. Bien évidement il fallait le faire de façon gentil car sinon on pouvait blesser l'autre personne ce qui pourrait s'avérer assez fâcheux. Alors que je continuais de l'ennuyer , elle avait alors dit autoritairement :

-Léon ! Arrête Léon !

Je m'étais alors stoppé net trop anxieux et m'étais doucement rapproché d'elle, elle m'avait alors sauté dessus pour se mettre en dessus de moi. Bien évidement je m'étais laissé faire surprendre pour m'excuser un peu avant qu'elle ne se lève et que je l'entende courir au loin avant que je n'entende plus le bruit de ses pas. Elle avait du stopper sa course et je la voyais à peine au loin vers le lac sombre car sa silhouette caché le reflet de la lune et je l'entendais alors dire d'un murmure perdu en bougeant de droite à gauche :

-Léon ?

Je la voyais qui commençait un peu à paniquer seul au milieu de nul part heureusement que je pouvais la voir et je me levais pour me rapprocher d'elle doucement et passer mes bras autour de son coup pour être derrière elle et la tourner vers le la pour pouvoir l'admirer et lui soufflait à l'oreille :

-Princesse tu devrais évité de te détacher de moi par cette nuit...je t'ai trouvé car tu cachais le lac mais sinon ça aurait été compliqué.

Sans la lacher j'avais alors crée un pilier pour nous monter en hauteur et avoir une grande vue sur le panorama qui s'offrait à nous car on pouvait voir l'institut et ses alentours partir d'ici et je continuais alors à lui souffler quelques mots :

-J'espère avoir fait de cette fin de journée une grande rencontre et que ça aura excusé le comportement de ce Michigan ! Car je n'aime vraiment pas ce qu'il t'a fait et ça me rend presque fou donc je te pris d'excuser son comportement !

Après un petit quart d'heure à la tenir comme ça en hauteur, je nous avait fais redescendre et arrivé au sol j'avais déposé un petit baisé dans son cou lentement.
##   Jeu 11 Juil 2013 - 22:17

Personnage ~
► Âge : 17 cerises
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 185
Date d'inscription : 02/06/2013
Age : 21
Emploi/loisirs : Ça dépend du canapé !
Humeur : Pour l'instant, je nage dans l'canapé du bonheur.

Alors que la panique commence grandement à grimper des échelons, une paire de bras vint m'entourer le coup. Ayant d'abord crus à un tueur/violeur/sadique/personne louche, je me suis tendus, me préparant à une attaque incertaine. Pourtant, mes muscles se relâchèrent au son de la voix maintenant habituelle de mon pseudo agresseur :

-Princesse tu devrais évité de te détacher de moi par cette nuit...je t'ai trouvé car tu cachais le lac mais sinon ça aurait été compliqué.

-Désolé Sir ... !

Puisque je le sentis me retourner, j'eus l'immense courage d'ouvrir les yeux et de me retrouver effectivement nez à nez avec le reflet de la Lune sur notre si beau Lac ! Une seconde plus tard, nous voilà perchés sur un pilier, beaucoup plus haut que l'établissement : nous donnant une splendide vue. Juste splendide et merveilleux. Un rêve éveillé ? J'en ais le doute ...

-J'espère avoir fait de cette fin de journée une grande rencontre et que ça aura excusé le comportement de ce Michigan ! Car je n'aime vraiment pas ce qu'il t'a fait et ça me rend presque fou donc je te pris d'excuser son comportement !

Je contient comme je le peux, le micro rire qui s'insinue entre mes lèvres à l'énonciation de mon cher cobaye des mauvais traitements. Je me ressers contre lui et admire le panorama espérant presque restée bloquer ici ! Masochiste ? Non, seulement en pleine hallucination !
Je sentis la pression atmosphérique se faire moindre, m'indiquant que nous redescendions. Le paysage aussi me donna ce genre d'indices, mais je veux faire ma scientifique intelligente donc "SHUT" !
Lorsque mes pieds touchèrent le sol, j'expirée profondément. Tentant plus d'oublier que demain ne sera pas sous le signe de Léon -malheureusement- mais de mon abominable cour de maths !
Mes pensées divaguèrent, jusqu'à ce que je sente des lèvres se déposés sur mon coup, me faisans directement frissonner. Je me doute très fortement que c'est Léon. Sauf que je vous l'ai déjà dis ... Les marques affectives, j'y connais presque rien, pour pas dire nada !

-Je ... Enfin ...

Voilà ... Merci corps d'adorable adolescente qui ne se sent plus quand on l'embrasse dans le coup. Bah c'est pas commun non plus ! Ah bon ? Zut !

-C'était ... Une agréable ... Très agréable ! Agréable fin de journée. Si à l'occasion, tu pouvais encore me sauver pour une après-midi... Je ne dirai pas non !

Woow ... Tu fais dans la déclaration Sixtine ? N-No-on ! Comme c'est peu convaincant ... Je cherche seulement un moyen de dire que ... Que ... J'apprécie grandement sa compagnie, voilà ! Ah ? Et depuis quand la compagnie d'un garçon t'es agréable ? Depuis ... Ce soir je dirais !
Secouant ma tête pour faire fuir cette mauvaise conscience qui m'aime autant que les grenouilles, je me retourne et me retrouve face à Léon.
Prenant un courage nouveau et inconnu à deux mains, je me rehausse jusqu'à sa joue où j'y dépose un baiser.

-Vraiment. J'ai adoré !

Bon, ne mentons pas à la société. J'ai les joues cramoisie et si j'arrive à refaire une seconde phrase sans me perdre dans mes mots ... Nan, oubliez, c'est impossible ca ! Bref, je cours jusqu'à nos affaires, histoire de ne pas les oublier. Revenus à mon sauveur, je lui passe son sac et attrape timidement sa main. Nos pas nous mènes vers ce sentier que je HAIS plus qu'autre chose, mais être proche de Léon me rassure. Arrivés au bord de ce chemin de campagne, je ralentis un peu l'allure et trottine derrière Léon qui me tiens toujours la main et qui nous mènes dans le noir. Parce que, étrangement, ce soir, la Lune n'éclaire que le Lac. Si bien qu'un rien pourrait nous faire trébucher et tomber par terre !
##   Ven 12 Juil 2013 - 13:59
avatar
Invité

Quand j'avais enroulé mes bras autour d'elle elle c'était tendu directement * en même temps elle voyait rien * * merci bien de cette aide précieuse * Tendu comme elle était elle aurait pu me gifler et ce débattre pour crier à l'agresseur en demandant de l'aide mais elle ne le fit pas car elle avait relâchée ses muscles à l'entente de ma voix pour se détendre toute en s'excusant alors. Même si elle en avait pas vraiment besoin elle l'avait fait, je savais très bien qu'elle était partie pour s'amuser mais bon protecteur que je suis je ne pouvais m'empêcher de lui avoir fait la remarque.

Après notre petite ascension en hauteur, qui d'ailleurs à force d'utiliser mes pouvoirs me fatigué, elle avait expirée tendis que je la tenais encore. Elle devait soit penser que j'étais fou ou soit penser à la journée de demain ou encore que nous allions bientôt devoir nous séparer, ce qui était assez triste mais vue que l'on était dans la même institut on pouvait se revoir n'importe quand. Après mon petit bisous dans son cou elle avait alors eut quelques frissons qui la parcouraient le long de son corps et elle avait bafouillé juste un mot avant de se taire, sûrement pour se reprendre et elle avait alors enfin réussi à parler :


-C'était ... Une agréable ... Très agréable ! Agréable fin de journée. Si à l'occasion, tu pouvais encore me sauver pour une après-midi... Je ne dirai pas non !

Pour moi aussi cette fin de journée avait été tout aussi agréable que la sienne car qui pouvait croire que je pouvais faire une telle rencontre aussi hasardeuse, sûrement pas moi enfin maintenant si mais avant non je n'y aurais jamais cru...quoique à la bibliothèque avec Cendre c'était vraiment du pur hasard aussi. Elle c'était alors tournée vers moi en ayant secouer la tête avant pour ensuite me donner un petit baisé sur la joue et de me dire qu'elle avait adorée, alors je lui répondais à mon tour :

-Au mais moi aussi princesse j'ai adoré cette fin de journée! Et je te sauverais autant de fois que tu sera en mauvaise posture, et je peux même te sauver pendant tout une journée la prochaine fois si tu veux , moi ça ne me dérangerait pas du tout !

Elle était alors partie en courant pour aller chercher nos affaires qui étaient toujours au même endroit avant de les ramener près de moi tout en me donnant mon sac à dos fermé et rangé. Elle avait ensuite pris ma main pour nous diriger vers le chemin du retour * non pas maintenant * euh ba si désolé...* Je la sentais un peu ralentir et je la guidais alors en tâtant le terrain pour éviter qu'elle ne tombe et qu'elle se blesse car il faisait vraiment trop noir pour pouvoir voir plus loin que le bout de notre nez.

Arrivé alors finalement de l'autre côté du chemin, nous pouvions enfin voir facilement car tout était éclairé par la lune puisqu'aucun arbre ne pouvais gêner ses rayons. Je marchais alors le plus lentement possible tout en la laissant revenir à mon niveau pour nous diriger d'un pas vraiment lent du côté des dortoirs. Arrivé devant l'entrée je savais alors qu'il fallait nous dire au revoir mais comment pouvais-je faire cela, je ne voulais pas la lâcher alors ma voix flancha d'un coup pour dire bien déprimé :


-Bon...ba voila...je...enfin nous allons devoir nous séparer...du moin pour le moment...je...enfin c'est à dire que...

Je ravalais mes mots qui ne voulais pas sortir de ma bouche car je voulais vraiment que le temps se stop maintenant la tout de suite, mais ma montre me rappelais de son horrible tic-tac que le temps continuait de défiler quoique l'on fasse. Je fis alors une chose dont je me croyais incapable jusqu'à présent, et je la tirais alors doucement vers moi pour pouvoir poser mes lèvres sur les sienne avant de la relâcher doucement et de m'éloigner au loin en lui faisant un petit signe de la main.
##   Ven 12 Juil 2013 - 15:31

Personnage ~
► Âge : 17 cerises
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 185
Date d'inscription : 02/06/2013
Age : 21
Emploi/loisirs : Ça dépend du canapé !
Humeur : Pour l'instant, je nage dans l'canapé du bonheur.

HRP : Comme Sixtine va beaucoup dialoguer avec elle même, sa conscience est en italique :P.

Léon est un vrai nyctalope. Il nous ramena sur le sentier où la Lune pouvait enfin nous éclairer. Je fixe son dos, me demandant comment j'allai pouvoir lui dire "Au revoir" sans me mettre à pleurer. Je ne comprends pas. Disons que ca fait 7 ans que je ne comprends plus les /mes sentiments. Ce qui est -ma foie- très désagréable. Claquant dans un cailloux, j'accélère un chouia, histoire d'être à sa hauteur. Je resserre ma main dans la sienne ...
Je vois le bâtiment des novices se rapprocher lentement. Très lentement. Ce qui est un bonheur et en même temps un vrai calvaire. Je ferme les yeux et suis les pas de Léon, jusqu'à ce que je le sens s'arrêter. Les yeux ouvert, je regarde la porte, assez méchamment ! Lorsque je me retourne vers mon Sir, c'est pour le voir aussi déboussolé que moi :

-Bon...ba voila...je...enfin nous allons devoir nous séparer...du moins pour le moment...je...enfin c'est à dire que...

Silence. Un silence passe entre nous. Je devrais dire quelque chose moi aussi. Mais je ne peux pas ... Bah essaye !

-Je ~

Pas le temps d'en placer une, je sens mon corps se rapprocher du siens. Je ferme les yeux, sur d'être la cause de tout ca, je suis bien capable de tombé sur un cailloux en étant immobile. Bref, j'attends un choc, qui n'arrive pas. A la place, je sens quelque chose sur mes lèvres. Gnééééééé ?
J'ouvre les yeux assez vite pour voir Léon se détacher de moi ET de mes lèvres. Il s'en va, me faisant un petit signe de la main. Je lève mon doigt en direction d'un visage inconnu en face de moi. Mon expression peut se comparer à rien de très naturel. Je cligne plusieurs fois des yeux. Alors que dans ma pauvre cervelles de moineau, ca carbure !

Qu'est-ce qui se passe ? Je crois, tactiquement parlant, que Léon t'a embrassé. Hein ?! C'est qui Léon ? [ Totalement à l'Ouest ] Je sais pas moi, peut-être le gars avec qui tu as passée TOUTE l'après-midi ! KYYYYYYYAAAAA !
Oh mon dieu ! Oh mon dieu ! Oh mon dieu ! On m'a embrassé, on m'a embrassé !
Bravo ... Arrête de te foutre de moi ! Qu'est-ce que ca veut dire ? Qu'est-ce que je dois faire ? Ca signifie quoi déjà s'embrasser ? Etre ensemble, se marier, faire des enfants ! Oh mon dieu je ne veux pas avoir d'enfants ! Calme toi là, tu déraille ... C'est la première fois qu'on m'embrasse ... Wow ... LEON m'a embrassé ! Ca remonte à quand mon dernier baisé ? A JAMAIS espèce de débile, tu viens de dire que c'est le premier ! Oh mon Dieu !
Respire ... Allez, calme ! Là voilà, respire, abaisse ce stupide doigt au milieu du vide et respire encore une fois, bien. Je me suis faite embrassé ! Sixtine arrête.
Qu'est-ce que je dois faire ? Me coucher ? Bah qu'est-ce que j'en sais moi ... Mais, mais tu es la voie de la raison : tu dois me dire quoi faire !
Ok. Cours lui après ! PARDON ? Il te laisse en plan, après t'avoir "volé" ton premier baisé, sans même te dire au revoir ... Cours lui après ! Techniquement parlant en faite, je me suis laissée faire, donc on peut pas dire "volé". Est-ce que je t'en pose moi des question, COURS ! Ok.

Et c'est ainsi, que moi, pauvre enfant désorientée, cours après une ombre dans la nuit. Bah oui les gens, Léon, lui, il a fait un bon bout de chemin après m'avoir jeté comme une vulgaire chaussette ! Je ne dirais pas ca ... Tais -toi !
Bon, résumons la situation : Je suis dans le noir, à la recherche d'une ombre, je suis rouge comme une pivoine et par dessus le marché, je viens habilement de tombée par terre. Comment t'as fais ? Sais pas ...
Bref, mes pauvres genoux doivent être mal en point, parce que le gravier ca fait un mal de chien. Je me relève et cour droit devant.

-Léon attend !

Je dérape une ou deux fois, avant de percuter le dos de quelqu'un. Je ne sais pas si c'est Léon, j'en ais strictement rie à cirer, je place mes bras autour de sa taille comme une bouée de sauvetage. Même si au faond, avec ses cheveux long, je sais que c'est lui ! Vas y tape le ! Léon m'a embrassé. Sixtine ... Non mais quoi ! C'est pas commun de s'embrasser pour se dire bonne nuit ! Je suis nul en matière de dialogue inter corps humain ok ?! J'ai jamais eu d'ami, alors excuse-moi si se faire embrassé me mets dans ... dans ... Bref !

-Abruti de chevalier.

Heu ... Ok. Désolé, c'est sorti tout seul. Je vois ca ! Mais, mais je dis quoi ? Je fais quoi ? Je suis perdue ! Maman, elle a pas eu le temps de m'apprendre ca ! Je colle un peu plus ma tête contre son dos.

-Hum ... Tu ... tu m'as même pas ... heu ... dis au revoir !

Oh l'excuse à deux balles ! Mais ... Bah dis lui que tu veux des explications ! Mais je ne veux pas être jetée comme un sandwiche ! Mais t'es débile ou quoi, tu l'aime pas d'abords ! Et qui te l'as dis ? Bah ... Qu-QUOI ? ... Sixtine ? Oui. T'as pas oublié de me filer deux trois détailles ? Mais c'est ca le problème, je ne SAIS PAS ! Ca m'avance ... Pff, t'façon, t'es nul comme conscience. Dis ca encore une fois et je fais en sorte que toi, adorable Sixtine tu te jette dessus sans êtas d'âme ! Gloups ...

-Bah ... Dis ... Dis quelque chose ?

Et bien malgré moi, je sens mes larmes piquer mes yeux.
##   Ven 12 Juil 2013 - 16:30
avatar
Invité

J'avais réussi à l'embrasser alors que cela me démangeais depuis sûrement une ou deux heures et je l'avais enfin fait * oui mais en attendant tu l'as planté devant le bâtiments * Euh à bon tu es sûr ? * Ba oui banane tu vois pas que tu es en train de partir du côté de la cafétéria là ? * Euh...oups. Effectivement j'étais en train de, on peut le dire, me défiler comme un gros peureux stressant à mort et ayant chaud de la tête au pied, mon corps était comme un volcan en irruption et je pouvais pas stoper ça à par marcher, marcher tout droit * PONC ailleux c'était un panneaux tourne parfois crétin * Euh...d'accord * PONC et ça c'était une hais, bon je prends les commandes * . Je me dirigeais alors sur le chemin normal évitant tout obstacle assez gênant. Quand soudain alors que j'étais totalement à l'ouest j'entendis alors un petit crie familier :

-Léon attend !

Attendre c'est quoi ça ? * ça veut dire pas bouger alors stop *. En une demi second  je m'étais arrêté ne bougeant plus aucun membre de mon corps attendant juste là comme un plot car on me l'avait ordonné, mais au moin je pouvais reprendre mon souffle évacuant cette pressions qu'il y avait en moi et causais pas ba moi. Alors que je respirais et expirais assez fort, je sentis quelques choses me rentrer dedans assez rapidement pour ensuite passer ses bras autour de ma taille et qui disait :

-Abruti de chevalier.

sur le coup il était vrai que j'avais agis un peu bêtement car j'aurais jamais du partir comme un voleur, quel crétin j'avais fais de l'avoir laissé en plan alors que j'aurais du au contraire la serre dans mes bras mais bon c'était la faute de la timidité, tendis qu'elle elle continuait beaucoup plus timidement :

-Hum ... Tu ... tu m'as même pas ... heu ... dis au revoir !

Bon la par contre le au revoir c'était censé être ce baisé mais bon c'est vrai que des mots sont parfois mieux que ce genre de chose mais de temps en temps l'on ne peut que exprimer certain sentiment uniquement avec le corps..enfin bref elle me demandait alors :

-Bah ... Dis ... Dis quelque chose ?

* Allez mon petit Léon dis quelque chose à la demoiselle * J'essaie je te figure * Mais oui c'est ça * sisi * faux * vrai * alors grouille * Tout en me battant mentalement je cherchais quoi lui répondre, mais d'abord je me tournais face à elle pour qu'elle puisse voir mon visage et moi le sien. Voyant qu'elle avait les larmes aux yeux, je les lui séchais avec ma manche avant d'enfin pouvoir me reprendre et alors lui dire :

-Dans toute romance c'est censé être le baisé du départ jeune princesse et non un au revoir puisque les héros se revoient après donc en aucun cas je ne voulais te blesser !,Je lui donnais alors un autre baisé moin tendu,voila donc cela vous conviens t'il jeune demoiselle ?

J'arborais un sourire plutôt fier de moi et de la prouesse que j'avais réussi à accomplir en cette belle et merveilleuse soiré comme pour seul témoin la lune et ses rayons aussi blanc que la pureté du moment, je ne voulais pas vraiment la lâcher et puis en toute sincérité elle aussi elle devait me dire au revoir à son tour.
##   Ven 12 Juil 2013 - 18:03

Personnage ~
► Âge : 17 cerises
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 185
Date d'inscription : 02/06/2013
Age : 21
Emploi/loisirs : Ça dépend du canapé !
Humeur : Pour l'instant, je nage dans l'canapé du bonheur.

Je n'ose même pas bouger. J'avais entendus certaines filles pleurer à l'orphelinat parce qu'elles s'étaient prisent des "râteaux" ... Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai l'impression que c'est dans ces moments là qu'on se les prends les râteaux ! Déjà que j'ai les sandwiches à évités, alors des outils de jardinages. Je le sentis se retourner, je pris mon immense - pour pas dire sidérale- courage pour le regarder en face. Très difficile.

-Dans toute romance c'est censé être le baisé du départ jeune princesse et non un au revoir puisque les héros se revoient après donc en aucun cas je ne voulais te blesser !

Ses lèvres se posèrent une nouvelles fois sur les miennes. Inconsciemment, je me mis à frissonner, voir même à apprécier. Nan, en vrai, j'adhère à ce genre de pratique ! Mais voilà quoi ... C'est pas normal ! Ah bon ?

-Voilà, donc cela vous conviens t'il jeune demoiselle ?

Tandis que mes rougeurs ne disparaisse pas, que mes genoux me piquent affreusement, que mon cerveau n'est pas tout à fait sacro avec mon cœur et que la Lune se reflète dans les yeux d'un Léon tout fière de lui ... Bah y'avait moi ! Et moi en l'occurrence, j'ai l'impression qu'on attends quelque chose de ma si INNOCENTE personne.

-Heu ... C'est ... Bizarre ?

Je ne peux décidément pas être une fille normale. Sixtine est nulle. Je sais. Moi aussi. Merci. Pff.
Je le vis parti pour en placer une, mais je mis directos mon index sur ses lèvres : c'est moi qui parle.

-Je veux dire ... C'est bizarre pour moi ! J'ai jamais eu d'ami au masculin. Alors plus ... Bah nada ...

Vas y, tu peux le faire, tu es une fille forte. Va te coucher toi, tu ne me sers décidément à rien ! Oh.

-Bref, emmène moi manger un soir et ... Heu ... C'est comme ca qu'on fait non ? Normalement ...

En faite reviens, je suis paumée sans toi. Non.
Bon, analyse de la situation : je suis dans une merde pas possible. Mais en même temps, Léon ne m'avait-il pas déjà emmené manger ? Oui mais il faut qu'une certaine confiance s'installe. A qui d'autre as-tu fais lire tes écris ? Personne. Léon et moi. Moi et Léon. Princesse et Chevalier. Chevalier et Princesse.

-Et puis zut ! Tu m'as déjà emmené dîné au clair de Lune !

Sur ces mots forts romantiques, j'embrasse Léon.
Parce que de 1) J'en ais envie [ Oui !]. De 2) Lui aussi. Et de 3) Le cœur à ses raison que la raison ignore !
Je me sépare à contrecœur de ... heu ... Bah ouai au faite, c'est qui pour moi maintenant ?

-Bonne nuit. Lui-dis-je timidement.

Nota Bene : Acheter d'URGENCE le livre des "Relations et sentiments humains" !
##   Ven 12 Juil 2013 - 19:04
avatar
Invité

Voila je crois bien que j'avais fini par craquer cette soirée là mais bon au moin je savais à quoi m'attendre * c'est a dire * bein tu sais bien : soit on se faisait jeter par un non catégorique soit elle disait oui. * a oui c'est pas faux ça *. Elle avait l'aire un peu perdu et ne savais sûrement pas quoi faire * oui oui tout a fait logique tu l'embrasses sans prévenir donc bon demmerde toi maintenant * pff jamais eu besoin de toi de toute façon...J'espérais juste qu'elle allait éviter de me foutre une claque si elle n'était pas d'accord.

elle commençait alors à ouvrir la bouche juste pour dire que c'était bizarre * a y est je pige plus * je ne t'ai point pas sonné toi. Je me demande bien ce qu'elle pouvait trouver de bizarre à se faire embrasser, a moin que...effectivement ça tient debout ça...c'était son premier baisé on dirait bien, et moi je le lui ai volé mon dieux je suis mort que l'on m'enterre de suite * t'en fais pas je creuse ta tombe *. Alors que j'allais commencer à parler, elle avait posé son doigt sur mes lévres me faisant taire illico puis elle confirma alors ce que je pensais en rajoutant :  


-Je veux dire ... C'est bizarre pour moi ! J'ai jamais eu d'ami au masculin. Alors plus ... Bah nada ...

Elle pas d'amis pourtant elle était super gentil, bon pas très forte pour communiquer parfois mais je pense être comme elle, car je me méfie tout le temps des gens qui m'abordent n'importe qui que ce soit je suis toujours prudent. Donc je pouvais comprendre ça, plongeais dans mes pensés elle m'en tira pour me demander :

Bref, emmène moi manger un soir et ... Heu ... C'est comme ca qu'on fait non ? Normalement ...

Mais c'était ce que l'on venait de faire ça, j'avoue que ce n'était pas très copieux mais bon si elle le désire tant je le ferais la prochaine fois, genre un petit restaurant romantique suivie d'une promenade dans la ville pendant le crépuscule et ensuite un petit tour au lac avec de quoi la satisfaire en bonne cuisine. Elle avait alors rapidement enchainée en disant :

-Et puis zut ! Tu m'as déjà emmené dîné au clair de Lune !

Sur ses mots elle avait pris l'initiative de m'embrasser, ce qui avait eu pour effet de me surprendre assez facilement car elle était supposé être super timide mais bon pour moi je l'acceptais avec passion et rien d'autre. Puis au au bon d'un moment elle me lâcha tout en me disant bonne nuit. Avant qu'elle ne franchisse alors le seuil de la porte je lui avais dit :

-Bonne nuit à toi aussi, à bientôt très vite princesse !

Je me retournais alors pour partir en direction des distributeurs à la cafeteria la ou je pris un jus de pomme avant de retourner dans ma chambre tranquillement pour pouvoir prendre ma douche et me brosser les dents puis au final m'allonger sur mon lit et finir ma boisson et ma journée forte en émotion.
##   
Contenu sponsorisé

 

Le Lac ou la mare aux grenouilles !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Aux alentours de Terrae.
 :: Lac.
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3