Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Tiens, qui voilà? [Ipiu Raspberry]
#   Ven 19 Juil 2013 - 23:22
avatar
Invité

Et bien... Quelle bien étrange cour, après les portails se cachent donc une si belle cour... Je n'y aurais jamais cru.
Je viens d'entrer dans ce nouveau monde appelé "Terrae" et je tombe sur une... Cour... Remplie d'arbres qui forment des zones d'ombre sur cette grande place ensoleillée, je la trouve très belle. Elle me plaît

Je la scrutais lorsque j'aperçu un arbre, je ne sais pas pourquoi celui-là, il était près d'un banc, c'est peut-être pour ça qu'il m'a tapé dans l’œil. Mais bon, pour me remettre de cette arrivée qui, je l'avoue me déstabilise un peu. Arriver dans un nouveau monde, seul, sans repères... Je n'aurai jamais cru ça si.. Déstabilisant.

Sur ce, en allant contre l'arbre, je m'y adossa. Ayant une vue d'emblée sur la cour et ses portails servant de limite entre ce monde magnifique où ma destinée se fera et l'autre monde injuste, laid qui ne représente que le passé triste de mon histoire.

Je baisse la tête avec toutes ses pensées qui affluent, je me demande ce que réserve mon avenir... Tout commence maintenant, dans cette cour...


Dernière édition par Takeda Seiwa le Sam 20 Juil 2013 - 11:51, édité 1 fois
#   Ven 19 Juil 2013 - 23:56

Personnage ~
► Âge : 26 ans (sans doute)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1861
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Ce matin Ipiu n’a pas cours, elle s’en réjouit pas mal. Cependant, il faut avouer que l’institut regorge d’élèves, elle cherche un peu de solitude pour lire. Aucun endroit ne lui semblait réellement approprié au final. Elle perdit presqu’une heure son sac sur le dos… même les toilettes lui semblaient trop peuplées.

Le parc qui bien souvent abritait ses lectures était à l’occasion de cette matinée de liberté devenue un lieu très prisé. Elle allait abandonner et s’assoir aux pieds d’un arbre quelconque quand elle aperçu quelque chose d’intéressant. Le tronc était parcouru de prises assez faciles pour s’y élever. Une fourche et une branche robustes semblaient être très confortable…

Elle n’hésita pas vraiment longtemps. Si elle eut du mal à atteindre son perchoir, elle fut ravie de la vue qu’il lui offrait. C’était vraiment magnifique. Le vert du parc, les bâtiments au loin, tout était nimbé de soleil, et le ciel était si bleu qu’il aurait rendu jaloux un schtroumpf. Elle sortit son portable et prit une photo avant de le reranger.

Elle passa les anses de son sac autour d’une branche, histoire de ne pas le faire tomber. Elle prend son livre… En quelques heures il est fini… pourtant elle n’a pas envie de redescendre, pas de suite. Elle veut profiter encore un peu… Alors une idée terrible la prend. Elle retire des chaussures qu’elle glisse dans son sac et en sort en échange un vernis à ongle vert pomme…. Elle commence soigneusement à l’étaler sur ses ongles des pieds.

Hélas ce qui doit arriver arrive toujours… Un faux mouvement et le petit flacon lui échappe. Elle manque de se ramasser en essayant de le rattraper. Si elle ne se retrouve pas cinq mètres plus bas, elle le doit à sa position sur la fourche d’arbre. Lorsque le petit flacon lui échappe elle n’a que le temps de crier :


« Attention en bas ! »



#   Sam 20 Juil 2013 - 0:23
avatar
Invité

Toujours occupé dans mes pensées, je laisse le vent bercer les battements de mon cœur. L'ombre faite par l'arbre est fraîche et fait du bien sur la peau surtout quand on a trop chaud, vraiment agréable cette place. J'avais déjà ça à l'extérieur, je m'en rappelle, c'était sur le terrain de basket dans ce petit parc... Je ne retombe plus sur ce nom, dommage, ça m'aurait rendu sûrement de beaux souvenirs...

Cette arbre sera sûrement mon endroit pour penser, jamais je n'ai été si paisible, seul, libre et vivant pour penser à ce qui me traverse l'esprit... Je vais appeler cette arbre "Philo, l'Arbre aux multiples pensées" je trouve cette idée géniale. Enfin... Normal venant d'un esprit comme le mien. Quoi que ce nom est beau mais pas très original... Mais tant qu'il me plaît, je m'en fou...

- Attention en bas!

Je n'aime même pas le temps de faire le moindre mouvement, sorti brusquement de mes pensées qu'un flacon de... C'est quoi ça, du vernis?! Je sens le vernis couler sur mon crâne, je dois en avoir plein sur les cheveux... Mes beaux cheveux rebelles! Je vais devoir me les laver des centaines de fois pour les retrouver, c'est pas vrai!

- Qu'est-ce que...!

D'où vient ce vernis de malheur? Enfin, pas la peine de s'excité, j'ai juste les cheveux verdâtre... Et c'est quoi cette couleur horrible? Un vernis vert tombant du ciel, je suis vraiment béni moi... Je ne savais vraiment pas que les arbres se mettaient du vernis... Mais j'y pense, il doit y avoir quelqu'un dans cette arbre, en y repensant, en arrivant vers celui-ci j'ai vu des branches capable de tenir quelqu'un dans une position, certes pas de luxe mais une position assez agréable pour s'y coucher
Je lève donc la tête d'où provenait le vernis céleste et aperçu cette silhouette en haut de l'arbre, je ne pu qu'apercevoir les lunettes qui brillaient avec les rayons du soleil.

- Hey, il est àtoi ce superbe vernis?
#   Sam 20 Juil 2013 - 14:52

Personnage ~
► Âge : 26 ans (sans doute)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1861
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Comment dire ? La position dans laquelle se tient la jeune fille est assez improbable. Déjà elle a glissé pour rattraper son verni, et si elle n’a pas rejoint se dernier sur la tête du garçon plus bas, c’est en grande partie due à la fourche sur laquelle elle se tenait. En effet son pied s’est coincé entre deux branches alors qu’elle basculait… Ce qui fait que maintenant le haut de son corps pendouille dans le vide. Elle serre les cuisses histoire d’assurer sa prise. Pourtant ça fait fichtrement mal, sa jambe coincée était tordue dans un angle peu conventionnel avant que la seconde vienne à sa rescousse. Grace à la gymnastique elle a une musculature puissante ce qui lui permet jouant sur ses abdos de se retrouver bientôt en position de cochon pendu.

- Hey, il est à toi ce superbe vernis? Demande le jeune homme.
- Non, je l’ai emprunté à ma copine l’écureuil !


Oui, elle sait, elle aurait du éviter ce sarcasme. Cependant ça lui a échappé, de même que ses lunettes. La rendant myope et de mauvaise humeur d’un seul coup. Certes Henrietta n’a aucun problème de vue, mais ce n’est pas le cas d’Ipiu. C’est fou ce que l’esprit peut faire sur le traitement d’informations du cerveau. La gamine a du mal à voir bien que rien ne gêne sa vision… L’art de devenir autrui.

Elle respira lentement histoire de se calmer. La peur de se ramasser lui avait perdre ses moyens. Elle savait qu’elle avait été un peu dure. Elle remonta sur sa branche sans geste brusque et une fois bien installée elle cria à celui de dessous.


« Vraiment désolée, je descends de suite pour essayer de t’enlever ce gel vert. »


Elle enfile ses chaussures rapidement mais descend très doucement de son perchoir. Sans lunette, elle est presque aveugle, ça lui ferait une belle jambe de finir à l’infirmerie. De plus, une radio marquerait bien sa croissance arrêté, et mettrait un doute sur son âge réel. En descendant elle réfléchit… Comment enlever ce verni sans enlever les cheveux de ce gamin ?



#   Sam 20 Juil 2013 - 16:20
avatar
Invité

La voir pendre est assez marrant, malgré le fait qu'un vernis soit tombé sur ma tête, j'ai le sourire aux lèvres en me disant que ça aurait pu être pire comme dans les films où le passant se ramasse un pot de fleur. Là, ça n'est que du vernis qui, je dois l'avouer, est d'une couleur immonde...

- Non, je l’ai emprunté à ma copine l’écureuil !

Mais... Quel humour! Mesdames et messieurs nous sommes en présence d'une future humoriste. J'ai une veine pas croyable aujourd'hui, le taxi ce matin qui titille mes nerfs et maintenant elle qui fait une réponse sarcastiq... Mais en y pensant, ma question était complètement idiote, c'est vrai que le vernis ne peut être que le sien et non celui d'Aphrodite en train de se faire une manucure... Ou que sais-je.

Elle se remet droite sur sa branche, je ne comprends même pas comment elle a pu se remettre vu sa position d'origine. Elle doit être un minimum musclée, c'est un fait. Voir à la vitesse où elle se remet, elle est douée.

- Vraiment désolée, je descends de suite pour essayer de t’enlever ce gel vert.

Elle entame la descente de cet arbre, elle n'a pas l'air très sûre de ses mouvements en voyant la vitesse avec laquelle elle pose ses pieds. Et... Que veut-elle faire avec mes cheveux, je peux rien y faire même si ça m'énerve. Mieux vaut avoir les cheveux verts, un vert complètement moche que de les couper, mes superbes cheveux... Mais je ne vais pas m'énerver pour ça, je vais faire attention qu'elle ne tombe pas.

- Ne t'inquiètes pas si tu tombes, je te rattraperai et au pire, tu tomberas sur moi. Et superbe humour, franchement, magnifique.

J'aime utiliser l'ironie, c'est mon pêché mignon, ironiser avec mes réponses pour voir comment les autres réagissent. En sachant qu'elle peut utiliser le sarcasme, elle ne le prendra pas mal, du moins, je pense.
#   Sam 20 Juil 2013 - 22:16

Personnage ~
► Âge : 26 ans (sans doute)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1861
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

La descente est lente… Comme bien souvent devant une gamine chétive les hommes sentent poindre un besoin de leur offrir leur protection… Quand ce n’est pas autre chose qui point chez eux. La testostérone est une molécule bien ravageuse. Ah moins que ce trait de caractère soit lié à une partie de leur anatomie que je m’abstiendrais bien de nommer ici.

« T’inquiète je gère ! »


Grâce à sa persévérance, elle arrive à rejoindre la terre à tâtons. C’est long et fastidieux, mais réalisable malgré ses longues, trop longues hésitations. Lorsqu’elle arrive elle s’approche comme une fusée du garçon. Le verni sèche en approximativement… 7 minutes ? Il lui en a bien fallu huit pour descendre.

Son visage s’approche à quelques centimètres de celui du garçon… On plutôt quelques centimètres de ses cheveux, histoire d’évaluer les dégâts. Merde alors, il a de superbes cheveux bruns… et si son bandeau est celui qui a le plus souffert de leur rencontre, il a quelques éclaboussures vert pomme sur les cheveux. Cheveux dont il semble prendre soin. Il faut agir vite.


« Tu me pardonneras si tu ne veux pas couper tes cheveux. »


Elle sort une petite bouteille de son sac magique. Et vlan sur les cheveux du garçon. Elle lui saisit ensuite la main et d’une voix assurée, ou presque… Pas le temps de s’embarrasser d’embarra.


« A ta gauche il y a une petite fontaine, tu peux m’y conduire, j’ai fait tomber mes lunettes en manquant de me ramasser. Le vernis est une pourriture ailleurs que sur les ongles, il faut l’enlever avec du dissolvant et tes cheveux sont fait de matière organique qui serait abimé par un tel produit. Donc je te propose, eau et friction pour sauver ta jolie chevelure. »



#   Dim 21 Juil 2013 - 6:04
avatar
Invité

- T'inquiète, je gère!

C'est bien avec des réponses comme celles-là que quelques instants plus tard, elles ne gèrent plus rien... Franchement, la voir trembler et hésiter à tout ses pas montre bien qu'elle à besoin d'aide... Ou ne serait-ce que des encouragements. Mais bon, si elle dit pouvoir gérer, elle gérera en tombant par terre...

Pied à terre, elle accourra auprès de moi, son changement de vitesse m'a surpris, son attitude à complètement changée. De passer à  l'incertitude de ses mouvements en descendant à une vitesse de pointe dépassant les 40 km/h, elle en a de la force dans les jambes. Mais je préfère la voir sûre sur ses pieds que tremblotante sur un arbre...

A peine quelques secondes sont passées et la voilà devant mon nez, me regardant d'un air... Inquiet, je pense qu'elle n'a pas de très bonnes nouvelles à m'annoncer... Mon visage se crispe en sentant que le résultat ne sera vraiment pas fameux... Foutu vernis, et surtout foutue fille mais bon, elle n'a pas l'air méchante et ses tresses la rendent enfantine. JE ne vais pas juger par l'apparence, surtout en voyant ça peau blanche comme l'innocence, je ne pense pas qu'elle soit si innocente que ça au vu de ses sarcasmes.

- Tu me pardonneras si tu ne veux pas couper tes cheveux.

Rien que d'entendre ces deux mots dans la même phrases me fait frissonner de peur. "Cheveux" et "couper" ces deux mots ne font absolument pas bon ménage dans mon vocabulaire, ils se détestent. Mais à première vue, elle n'a pas l'air de vouloir les couper, sûrement une mauvaise compréhension de ses propos...

Sur mon incompréhension, elle sort une bouteille et vide le contenu de celle-ci sur ma tête, et sans attendre, m'attrape la main et réplique :

-  A ta gauche il y a une petite fontaine, tu peux m’y conduire, j’ai fait tomber mes lunettes en manquant de me ramasser. Le vernis est une pourriture ailleurs que sur les ongles, il faut l’enlever avec du dissolvant et tes cheveux sont fait de matière organique qui serait abimé par un tel produit. Donc je te propose, eau et friction pour sauver ta jolie chevelure.

A ma gauche, à ma gauche... une fontaine... Je tourne la tête sans trop faire attention à ce qu'elle a pu dire juste après cette information. J'aperçois la fontaine, après cela, je me re-concentre sur sa voix. Elle a compris que je tenais à ma chevelure et que j'y faisais attention, son compliment me plu et me flatta. Sur ces paroles, et son aveux de ne pas voir grand-chose sans ses précieuses lunettes, je la guida jusqu'à la prétendue fontaine.

- On y est presque, fais attention où tu mets les pieds, il y a des cailloux, ça serait bête que tu tombes, j'ai besoin de toi pour me rincer
#   Dim 21 Juil 2013 - 10:49

Personnage ~
► Âge : 26 ans (sans doute)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1861
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Heureusement il n’a pas perdu un temps précieux à l’engueuler car… Ouai bon elle lui a quand même envoyé du verni sur la tête puis de l’eau… Il y en a qui se seraient énervés pour bien moins que ça. Elle a de la chance de pas être passée à la moulinette, mais en même temps s’il l’avait fait, il aurait fallu couper par la suite ses cheveux, et même pour une fille aussi négligée qu’elle voulait le paraître, voyait le soin apporté par le jeune homme à ses cheveux. Pas comme certaines qui négligeaient l’après champoing et le séchage des cheveux… jusqu’au jour où elles commençaient les couleurs…

Enfin c’est une autre histoire. Elle se laisse guider jusqu’à la fontaine. Là elle ne tangue plus. Sur le plancher des vaches, même sans ses lunettes elle a un équilibre parfait. Merci la gymnastique ! Elle n’a aucun mal à le suivre. Bien entendu cela admets qu’elle lui fasse confiance malgré le fait d’une possible vengeance en cours… Ca elle ne s’en soucie guère, elle fait toujours confiance à tout le monde. Elle est vraiment conne.

Enfin ils survivront à ça. En moins d’une minute les gamins se retrouvent face à la fontaine. Elle soupire, elle aurait bien utilisé de l’eau chaude, ce remède de grand-mère pour enlever le verni marche à merveille sur de la peau… Quand le verni est sec. Bref, le truc qu’elle aimerais éviter. En attendant les voilà devant la fontaine et une foule de curieux. Tant pis.


« Installe toi sur la margelle et incline la tête en arrière s’il te plait. »


Il s’exécute… Il a un gros point faible ce jeune homme, c’est toujours bon à savoir… Enfin, elle n’en fera pas usage. Comme il est plus grand qu’elle le fait qu’il soit debout ne l’arrange pas. Assis c’est mieux. Elle commence par lui enlever le bandeau des cheveux, et récupère ainsi une bonne partie du verni, mais pas l’intégralité. Elle oriente un jet d’eau de la main (oui, alors orienter hein… euh… elle arrose bien le garçon avant d’arriver à viser… Mais il ne s’en offusquera pas hein ?) et de l’autre se met à gratter. Elle aimerait avoir du savon sur elle, mais rien de tel dans son sac magique… Tant pis, elle fera partir tout ça à l’huile de coude… Ca commence d’ailleurs à disparaitre.

« C’est presque parti, normalement même s’il en reste un peu ça se verra pas sous ta crinière. »


#   Dim 21 Juil 2013 - 17:45
avatar
Invité

Elle est quand même bien blanche cette fille... C'est assez bizarre mais ça ne gêne pas mes yeux, ça leur plaît même, sa peau luit et est telle une lumière céleste recouvrant l'élu... Bon, ok, je m'emporte mais j'aime cette pensée. Elle n'avait pas ses lunettes, et ses yeux couleur améthyste étaient magnifique. Je n'arrive pas à la penser avec des lunettes... Enfin soit.

On est devant la fontaine et une assemblée de regards se sont posés sur nous... Enfin, surtout sur la belle coloration gratuite à laquelle j'ai eu droit. Certains ont le sourire aux lèvres et d'autres cherchent à comprendre enfin, essayer de comprendre comment j'ai pu me mettre du vernis sur les cheveux. J'imagine déjà toutes les histoires farfelues qu'ils inventeront "Ce mec aime se mettre du vernis sur la tête pour se refroidir". Une belle image pour ces gens. Je suis content...

- Installe toi sur la margelle et incline la tête en arrière s’il te plait.

Dès lors que ces paroles soient sorti, je m'assis directement, la demande était faite gentiment, sa voix ne démontrait que l'envie de m'aider au mieux et je dois dire que si je reste debout, elle aurait du mal à rincer mes cheveux, sans me moquer.

Elle enlève mon bandeau instinctivement, mon bandeau, mon meilleur ami, mon compagnon, l'objet auquel je tiens le plus au monde.

- Fais-y attention, j'y tiens fortement. J'espère qu'on pourra le récupérer...

J'étais un peu triste de ne plus le sentir sur ma tête, ça fait un vide. Je ne me sens plus vraiment moi-même sans... Levant les yeux pour la regarder le prendre. Quand je reçois un putain de jet d'eau dans le visage, je ferme mes yeux directement, un réflexe. Le jet se redirige vers le haut de me crâne pour s'arrêter à mes cheveux, rouvrant doucement mes yeux, je vois ses mains occupées, l'une à dévier le jet d'eau de la fontaine en ma direction et l'autre à gratter pour nettoyer le vernis comme elle pouvait.

- T'es pas très douée pour viser, j'espère franchement que tu ne l'as pas fait exprès pour me mouiller. Je risquerais de mal le prendre..

Elle me rassura que le vernis partait mais qu'il en restait un peu, non-visible sous mes belles mèches. Je souris, soulagé et surtout pour la remercier malgré le fait qu'elle soit à l'origine de notre situation actuelle.
#   Dim 21 Juil 2013 - 22:47

Personnage ~
► Âge : 26 ans (sans doute)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1861
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

A défaut de shampoing elle a utilisé de la force. La force de friction s’entend. Il reste quelques taches de verts mais elles sont discrètes et partiront vraisemblablement avec le prochain véritable shampoing du jeune homme. Du moins, s’il en restait il n’aurait qu’à retirer un ou deux cheveux verts… Pas toute une touffe. Dans l’esprit d’Ipiu du verni dans les cheveux c’était presque pire qu’un chewing-gum…

Elle fut vraiment désolée quand le garçon lui dit qu’il tenait énormément au bandeau… Ca elle était quasiment sûre de ne pas réussir à le récupérer sans fusiller l’élastique qu’il contenait. Enfin, elle essaiera, et si elle ne réussit pas à le sauver tel quel elle récupèrera le tissus, le doublera et rajoutera à la main les élastiques nécessaires. Certes ce ne sera plus le même, mais il aura gardé son âme d’origine. Elle le rince soigneusement, le frottant doucement sous l’eau. Elle le plie avec précautions.


« Tu veux bien me le laisser un peu ? Je te promets que je vais faire mon possible pour le nettoyer. Tu pourras le porter à nouveau… »

Mais pas maintenant. Pour l’instant le bandeau est tout aussi mouillé que le visage du garçon… Enfin, tel qu’elle le voit, elle ne saurait dire que le garçon est mouillé il est trop loin. Elle ne s’offusque même pas de sa remarque. Après tout elle l’a bien cherché, elle se contente de soupirer.


« Désolée, si en d’autres circonstances cela aurait pu être volontaire, là je ne vois juste pas assez clair pour viser…
»


En parlant de ça, elle aurait besoin de chercher la petite chose indispensable à sa vue nommée… Lunettes ! Parce que bon, elle pourrait envisager de mettre des lentilles, mais franchement… Ca la gaverait, alors si elle pouvait retrouver ses lunettes entières se serait vraiment génial… Elle garde espoir car elle n’avait pas entendu de bruit de verre brisé.


« Je sais que je t’en demande beaucoup après la crasse que je t’ai faite, mais tu pourrais m’aider à trouver mes lunettes ? »



#   Lun 22 Juil 2013 - 3:39
avatar
Invité

Elle ajoute de l'huile de coude dans ses gestes, elle semblait déterminé à enlever toutes traces de vernis, elle forçait dans tous les sens, moi, j'essaye en vain de contrôler ma tête, secouée partout. Ça donne même le tournis, mes yeux ne sont plus en face de leur trou. Une centrifugeuse qui ne fait tourner QUE la tête, je trouve ça marrant. Ce pourquoi j'ai un petit sourire aux lèvres.

Souriant, je lève la tête quand le tour de manège s'est arrêté, je la vois, l'air déçue, attristé. Qu'est-ce qu'il a pu se passer... Secouer la tête d'un inconnu dans tous les sens n'est pourtant pas si triste... Enfin, j'ai jamais essayé et je n'essayerai sûrement jamais. Cependant, je doute que ce soit ça sinon, elle serait très sensible.. Tout d'un coup, elle reprend mon bandeau en main, le regard insistant dessus. Elle le rinça un coup, commença à le plier très soigneusement en passant délicatement sa main pour ôter les plis qui se présentent.

- Tu veux bien me le laisser un peu ? Je te promets que je vais faire mon possible pour le nettoyer. Tu pourras le porter à nouveau…

... Une promesse, je suis un illustre inconnu sur qui son vernis est malencontreusement tombé, et de son air triste et désolé, elle me promet de faire son possible afin de redonner le blason qu'avait mon bandeau avant sa mauvaise rencontre avec ce vert... Je la crois... Elle m'a bien fait confiance pour parcourir la distance qui sépare l'arbre à la fontaine, au fond de moi, dès l'instant où elle pris ma main pour directement me décrasser, j'avais confiance en sa bonne foi...

- Prends-le, c'était un accident malencontreux, si ça ne part pas, ne t'acharne pas..

Elle soupire en prononçant quelques paroles. Ma phrase ne lui a pas plu... L'ironie frappe encore, mais bon, elle a d'autres chats à fouetter que de se laisser vexer par une phrase mal placée et composée d'ironie mal dosée.

- Je sais que je t’en demande beaucoup après la crasse que je t’ai faite, mais tu pourrais m’aider à trouver mes lunettes ?

Hmmmm... Je me dis d'un côté, je ne lui dois rien, j'étais paisible, j'avais bon jusqu'à la rencontre trop brusque à mon goût que j'ai eu avec son vernis... Cependant, elle démontre une gentillesse incroyable, beaucoup n'aurait pas fait ne serait-ce que la moitié de ce qu'elle a fait. Je ne sais pas... ça m'apporterait quoi, sérieux?

- Hmm... Lunettes, nous voilà!

Je me lève en lui reprenant doucement une de ses mains pour nous ramener à l'arbre en utilisant l'autre main libre pour gratter les cheveux afin de faire partir le reste de vert inutilement.
#   Lun 22 Juil 2013 - 15:38

Personnage ~
► Âge : 26 ans (sans doute)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1861
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Il lui conseille de ne pas s’acharner sur le petit bout de tissu, mais la gamine se sent responsable. Il lui a dit qu’il y tenait. De toute manière elle est plus têtue qu’une mule. Dès qu’elle a uhne idée en tête ça en devient presque obsessionnel. Enfin, nuance, quand elle a quelque chose à faire pour faire le bonheur de quelqu’un d’autre elle n’a de répit que lorsque elle l’a fait. Drôle de gamine, mais bon, son bonheur c’est de rendre les gens heureux, son malheur de les blesser.

Heureusement le garçon accepte de l’aider. C’est un gros voire très gros gain de temps. Même s’il suffirait sans doute d’une poigné de seconde à Henrietta pour deviner le point d’impact des lunettes grâce à l’angle, l’élan, le sens du vent, Ipiu n’en est pas capable. Ce qui est bien dommage car elle en est à nouveau réduite à suivre, le garçon ayant rattrapé sa main. Elle plice les yeux dans le vain espoir de percer les nAvec inquiétude elle dit au garçon :


« Il faut faire attention où on met les pieds… »


Dans sa tête elle entend déjà le bruit de verre brisée d’une pauvre petite choupinette de paire de lunettes sans défenses. Elle n’a rien demandé la pauvre petite. C’est Ipiu qui la maltraite… Peut-être qu’un jour cette étrange jeune fille créera un groupe de soutien aux paires de lunettes maltraitées. Ces pauvres petits êtres sans défense trop souvent dupée par des miros violents. Il y a vraiment trop d’injustices dans se monde, pourquoi sous le prétexte d’être nées lunettes elles n’auraient pas une âme ? Un cœur ? Des sentiments ?

Soudain une révélation la frappe… Elle tient la main à un parfait inconnu. Bah… C’est pas tellement gênant en fait, juste que… Ça serait pas mal de remédier à cet état de fait.


« Au fait j’m’appelle Ipiu. »



#   Lun 22 Juil 2013 - 20:00
avatar
Invité

Ma remarque ne lui avait pas plu en voyant la tête qu'elle tirait, ne pas s’acharner pour lui rendre une seconde vie ne lui plaisait pas. Je dois sûrement comprendre qu'elle veut réellement le nettoyer afin de me le rendre... Je sais très bien que si elle n'y arriverais pas, je ne lui en voudrais pas, ça serait complètement débile. Je ne suis pas assez bête pour en vouloir à cause d'un incident fortuit.

Je la vois se concentrer au maximum sur le sol, elle plisse les yeux afin de voir quelque chose. Mais je doute qu'elle y arrive, je serai ses yeux. Je pense que ça devrait suffire. Tout du moins, j'espère ne pas échouer et retrouver ses lunettes. Ça me ferait plaisir de l'aider comme elle l'a fait.

- Il faut faire attention où on met les pieds…

Elle y tient aussi à ses lunettes. Normal vous allez dire mais c'est pas une inquiétude comme les autres. On dirait qu'elle ne veut pas leur faire de mal... Mais je vais les retrouver enfin, on va les retrouver. Je scrute le sol avec une attention extrême.

- On va les retrouver, je serai tes yeux, fais-moi confiance.

On regardait le sol tout les deux quand soudain elle se releva et me regarde, elle semblait interrogée par quelque chose.

- Au fait j’m’appelle Ipiu.

Je la regarde, surpris de sa présentation...

- Euh... Enchanté, je suis Takeda.
#   Lun 22 Juil 2013 - 22:07

Personnage ~
► Âge : 26 ans (sans doute)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1861
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Les deux enfants, car à cet âge-là on peut encore parler d’enfants sont à quatre pattes dans l’herbe. Ils recherchent la sacro-sainte paire de lunettes de la jeune fille quand elle se fige. Un doute est passé dans ses yeux violets, cela fait près d’une demi-heure qu’ils sont ensembles et ils ne savent même pas le nom de l’autre, bon certes en général dans ce genre de situation elle est du genre à dire des trucs du style de « dis comment tu t’appelles ? » mais là elle n’en a pas envie. Une fois n’est pas coutume elle va tenter d’user de subtilité. Si elle se présente, le fera-t-il à son tour.

Oui, il le fait sans doute tout aussi étonné qu’elle de se rendre compte qu’ils ont sauté cette étape dans les présentations. C’est tout de même un rituel essentiel… Pis franchement, c’est super désagréable de chercher à faire dire son nom à quelqu’un (ou de devoir attendre qu’un prof le dise) parce qu’on a oublié de lui demander la première fois…


« Tout aussi enchantée malgré les dramatiques circonstances de notre rencontre ! Je suis heureuse de pouvoir associer un prénom à ta voix. »

Car oui, si normalement on peut associer un visage à un nom, privée de ses seconds yeux elle ne peut y associer qu’une ombre… Et une voix. C’est déjà pas mal. Elle a un certain regret, elle est trop myope pour être considérée comme voyante par les gens normaux, mais elle y voit assez myope pour être considérée comme non-voyante par les non-voyants. Elle est souvent incomprise de tous les côtés. A quatre pate elle cherche à tâtons quand soudain. BANG ! Son front vient de percuter celui de Takeda.

« Aïe… Désolée ça va ? »


Elle rapproche son visage plus doucement de celui de son comparse. Il ne semble pas avoir de bosses, pourtant en l’absence de son bandeau il y a quelque chose qui ne va pas… Ses cheveux lui tombent dans les yeux. Ca ne doit pas être très agréable. Elle se redresse sur les genoux et retirant un des élastiques de ses tresses lui demande :


« Tu veux que je te coiffe pour ne plus avoir les cheveux dans les yeux ? »



#   Lun 22 Juil 2013 - 23:29
avatar
Invité

Elle a l'air tout à fait surprise que je me sois "présenté", si je puis dire. Le fait qu'elle sache mon prénom ne changera rien, mais je pense pas qu'on puisse se faire des présentations dignes des romains, sortir nos parchemins avec 4-5 trompettistes annonçant que notre voix retentira dans les secondes qui suivent... Mais j'aimerais bien, ça serais une énorme fierté. Une annonce digne des plus grands seigneurs... "Takeda, notre Seigneuries!" ces mots me font rire, je ne cherche même pas pourquoi je pense à ça. Peut-être qu'on pourra amplement se connaître, c'est pas tous les jours qu'on vit ça, ah ça non. Mes cheveux ne résisteraient pas...

Ipiu... Ce prénom est étrange, pourtant, il sonne étonnement bien, je ne sais pas de quelle origine c'est mais ces gens là ont des idées non banales, ça change du monde où les prénoms se ressemblent tous et sonnent aussi faux les uns que les autres. Ces prénoms que leurs parents croient originaux, fantastique, magnifique, ces prénoms que portent leurs enfants. Certains parents ne daignent pas penser à la nouveauté. Ils s'achètent des livres comportant une assemblée de prénoms tous aussi nuls les uns que les autres. Ces gens sont pitoyables je trouve. Takeda, je trouve ça cool moi, en plus, mon physique le rend encore plus cool. Apollon m'aurait bien été aussi mais je m'égard là, revenons à nos lunettes..

- Tout aussi enchantée malgré les dramatiques circonstances de notre rencontre ! Je suis heureuse de pouvoir associer un prénom à ta voix.

C'est vrai que l'on se sent mieux en sachant qui nous avons en face de nous... Enfin, avec qui on parle, si c'est une personne inconnue dont on ne sait rien on se sent plus en sécurité tout du moins, je l'ai compris au fil des années. Et moi-même, je me sens plus libre de penser quand je sais qui est mon interlocuteur. Cependant, je n'aime pas trop parler de moi, quand quelqu'un sait qui je suis et me connaît trop, j'ai peur qu'il me fasse du mal. C'est pas quelque chose que je fais facilement.

Je cherche partout à la recherche de ses hublots, avec un soleil aussi radieux, elles devraient briller un peu... Tout du moins je le pense. Elle regarde près de l'arbre, là où son vernis est tombé sur mon crâne. Je ne dois peut chercher au bon endroit. Les lunettes, ça ne vole pas... Je n'en ai jamais vues voler en tout cas. Je décide d'aller près d'elle, je me relève, fais quelques pas et je ré-agenouille directement. Je recommence à chercher, sans plus trop faire attention à Ipiu.

BIM mon front vient de se faire percuter par quelque chose de dur, reprenant mes esprits, je redresse la tête et vois Ipiu juste devant ma tête, elle a l'air sonnée mais reprend vite ses esprits. Elle s'excuses directement, je lui fais comprendre que c'était rien par un sourire gêné en me frottant la tête.

Elle semble en train de me regarder bizarrement, scrutant si j'étais blessé, mais... Quelque chose d'autre attise sa curiosité, elle se lève en tirant un de ses élastiques, laissant libre les cheveux qui formaient une belle tresse. Les cheveux, gardaient un peu la forme de la tresse mais certains s'envolent avec le vent, en plus des rayons du soleil qui frappent doucement sa chevelure brille, ça la rend angélique... Elle me sort de mes pensées en me demandant :

- Tu veux que je te coiffe pour ne plus avoir les cheveux dans les yeux ?

C'est pour ça qu'elle a enlevé un élastique... C'était pour moi, je n'aurai jamais cru qu'elle me proposerait ça. Une deuxième fois étonné par ce qu'elle dit. Mais je pense surtout aux coupes qu'elle pourrait me faire... Une belle bouille que je me taperais...

- Si ça te dérange tant, je t'en prie. Rends-ma chevelure aussi utile que belle.
 

Tiens, qui voilà? [Ipiu Raspberry]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Cour.
Aller à la page : 1, 2  Suivant