Partagez | 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
C'est un peu con de se rencontrer ainsi. [terminé]
##   Sam 20 Juil 2013 - 0:29

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Destan Villaça (RIP), Afya Soubagamousso, Charlie-Ange Petit
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2292
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Les beaux jours reviennent, et avec les beaux jours… Les cours de piscine. De cela découle plusieurs soucis pour Ipiu. Déjà, accepter de se mettre en maillot de bain. Les complexes sont lot courant chez les adolescentes. Pourtant la petite brune, n’a pas peur de son corps, elle le connait, elle le respecte. Elle ne cherche pas à devenir un stéréotype, elle s’est acceptée aux travers des yeux de celui qu’elle a aimé. Elle est celle qu’il désirait et ne voudrait devenir autre pour rien au monde.

Cependant, il faut avouer qu’Ipiu n’a jamais été bonne en sport… Excepté en gymnastique. La brasse elle ne maitrise pas vraiment. Ce qui fait qu’elle a peur des cours de sports. D’un autre côté Henrietta elle sait nager sans problème. Elle n’est pas marathonienne, mais elle se défend. De plus elle doit justifier de son tatouage, pourtant rentrer dans le rôle d’Ipiu, certaines choses s’imposent…

Ce tatouage, elle l’aura officiellement fait à la mort de ses parents, dans une recherche de conflit avec les adultes ayant pris la relève e décidé de devenir ses nouveaux parents. L’histoire semblait cohérente, ou presque. De toute manière le maillot couvre intégralement son dos, il ressemble aux maillots de sport des écolières japonaises, à ce détail qu’il est d’origine française et acheté chez décatflon.

Elle l’enfile sous une robe chemise qui donne un style petite maison dans la prairie. Comme ça elle n’aura pas à se changer en arrivant mais seulement en repartant. Pratique non ? Quand elle arrive la piscine est pratiquement vide. Il ne faut pas être dupe, elle l’a fait exprès. Venir dès neuf heure de mat, tout le monde ne le fait pas. Elle met un certain temps à rentrer dans l’eau… Puis elle essaie de battre des pieds cramponnée qu’elle est à sa planche flottante elle fait juste un jet d’eau qui éclabousse les gens autour.

Elle rougit, elle ne veut pas les déranger. Elle se force à éloigner la dite planche de son corps, et même si ses mains restent crispées dessus, elle se force à la tenir loin devant. Comme souvent lorsqu’on reste crispé trop longtemps…  Une crampe se fait sentir, mais elle est à un endroit où elle a pied… Non ?

Non. Elle reste figée Elle n’a pas pied. Pourtant elle est dans l’incapacité de crier. Elle se sent juste couler… Comme ça. En silence.


L'art du mensonge c'est de toujours dire la vérité.



Dernière édition par Ipiu Raspberry le Dim 4 Aoû 2013 - 16:27, édité 1 fois
##   Sam 20 Juil 2013 - 1:36
avatar
Invité

Ce jour là j'étais complétement déboussolé voir frustré à cause de ce que je venais de faire mais le mieux c'est de tout expliquer je pense car vous en conviendrez sans départ il n'y à pas de fin. Donc aujourd'hui je m'étais tout d'abord levais tôt pour faire ma course du matin qui était devenu quotidienne grâce à Katharina, en général j'essayais de faire en sorte de la voir les matins comme la dernière fois mais en vain car elle arrivait sûrement à mieux dormir. Mais cela ne m'avais empêché en rien de prendre l'habitude plutôt agréable de me lever à six heures du matin ou du moin l'été car en hiver jamais je ne ferais ça.

Alors que je faisais ma course, ensuite en général je prenais une boisson au distributeur pour rejoindre ma chambre avec mon colocataire qui s'en fichait d'ailleurs totalement de ce que je faisais du temps que ça ne le dérangeait pas. Au moin il était comme moi, prenant mes affaires j'allais d'abord prendre une douche pour me rincer à cause de la transpiration avant de me préparer, Sauf que aujourd'hui il devait au moin faire quarante degré.

De la chambre je regardais le soleil qui chauffait les pièces les allés et les salles de plus en plus. Même la chambre était devenue un satané four. N'en pouvant plus j'allais alors à la piscine vers les huits heures trente du matin et me posais sur le bord juste pour pouvoir me mettre au bord de la piscine mais loin des bassins car il y avait quelque personne et j'aime pas les gens.

Alors que je me reposais avec mes lunettes de soleil, j'entendis vaguement des pieds taper dans l'eau * un enfant * pensais-je alors à ce moment là, mais bizarrement les gens * civilisés à ce que l'on dit * râlait car ils se faisaient éclaboussés. J'enlevais juste mes lunettes pour les regarder d'un aire méchant en me redressant pour me lever et marcher vers eux pour vouloir les engueuler, car si ils étaient pas content ils avaient qu'à dégager non mais.

Commençant à les pointer du doigt, j'entendis dans l'eau des bulles qui remontaient à la surface. Me tournant je regardais ce qu'il se passait, une planche seul dans l'eau sans personne et des bulles ( Putain mais quelqu'un se noie à cause de ces cons en plus ). Sans réfléchir je jetais mon portable sur ma serviette au loin et sauté habillé dans l'eau pour repêcher une fille à l'aire assez fragile. la ramenant au bord je ne savais que faire d'autre à par la ramener sur ma serviette ,frappant violemment un gars au passage, puis je lui passais ma serviette autour d'elle en lui demandant totalement perdu :


-Heu jeune demoiselle tu te sens bien ? Tu as pas besoin de médecin ou de quelque chose dans le genre ? Tu veux manger ou boire un truc ou je sais pas quoi ?

Je tentais de respirer un bon coup pour me calmer, la voyant trembler à cause de ça ba j'eu nul autre idée que de la, bein, vous savez ce truc là quand les gens vont pas bien ça s'appel comment déjà ? A oui j'enroulais mes bras autour d'elle tentant de la rassurer attendant une réponse quelconque.
##   Sam 20 Juil 2013 - 15:35

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Destan Villaça (RIP), Afya Soubagamousso, Charlie-Ange Petit
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2292
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

L’idée de se débattre dans l’eau ne monte pas à l’esprit de la gamine. Henrietta pourrait prendre le dessus, mais elle ne le fait pas. Le maitre-nageur sert à ça non ? Et puis une toute petite voix, bien trop profonde pour qu’elle en distingue l’origine, lui dit qu’au pire, si personne ne la sauve ce ne sera pas si terrible. Elle rejoindra juste celui qu’elle aime… Ou alors elle ne souffrira plus de sa perte.

Elle se laisse couler. Elle ne veut déranger personne. Sur son tombeau son épitaphe serait sans doute « elle est morte comme elle a vécu, en silence. » Cela ne la perturbait pas. Elle n’était pas suicidaire, mais elle ne se défendrait non plus pas de la mort. Elle l’acceptait comme elle avait accepté toute sa vie. Elle ne souhaitait pas se battre contre l’inéluctable.

Ses yeux restèrent ouverts sous l’eau malgré la douleur provoquée par la javel de l’eau, elle était curieuse de voir comment sa mort se passerait. Des bulles échappaient de sa bouche. Les dernières, ses poumons demanderaient de l’air. Elle préféra perdre connaissance. C’était dommage, elle n’aurait jamais l’occasion de voir sa mort.

Elle ne sentit pas qu’on la prenait par les aisselles et qu’on la trainait vers le bord de la piscine. L’aurait-elle sentit aurait-elle réagit autrement ? L’air rentra à nouveau dans ses poumons avides, elle toussa, cracha l’eau qui avait pénétré ses poumons. Elle n’avait pas la tête vraiment à sa place. Elle était totalement dans les vapes et désorienté, heureusement Henrietta n’était pas loin pour empêcher tout débordement, ou presque.

Une serviette autour des épaules, quelqu’un qui la frictionne et la rassure. Il n’en faut pas plus pour qu’une image s’impose à son esprit. Une image unique, un jeune homme souriant, cheveux bruns mal peignés et yeux assortis, teint pâle, un menton carré. Pas vraiment beau, mais tellement plus à ses yeux ! Un dernier soubresaut, elle se calme pour crier un mot. Un nom.


« JULIEN ! »


Ses bras se serrent contre le corps de l’homme qu’elle prend pour son amant perdu. Ses lèvres trouvent les siennes et elle l’embrasse tout simplement.


[HRP : Je t’ai dit que je foutrais la merde ! xD ]


L'art du mensonge c'est de toujours dire la vérité.

##   Sam 20 Juil 2013 - 19:48
avatar
Invité

Je tentais de la consoler ou de la réconforter comme je le pouvais puisque n'étant plus habitué à ce genre de chose j'avais perdu totalement la main. Mais tout cela je ne savais pas si ça faisait effet ou pas car elle n'avait aucune réaction, allait elle bien était elle consciente, vue qu'elle avait toujours les yeux ouverts je pouvais dire que oui. Donc pourquoi ne réagissait elle pas, peut être que j'avais oublié quelques chose puis après vérification tout était la donc c'était pas ça non plus.

Alors que je cherchais toujours ce qui n'allait pas, je la sentit se redresser tout en se calmant mais elle avait crié dans mes pauvres tympans le nom de Julien. Sauf que non moi c'était Lucky et non Julien donc bon, en même temps je ma comprenais elle aurait pu y passer donc je pouvais bien laisser passer ça. Par contre ce qui me surpris c'est quand elle m'avait serrée de ses bras et le pire c'est qu'elle m'avait embrassée. Comment devais-je réagir moi face à ça. 

Je la repoussais un tout petit peu tout en pensant que Julien devait être quelqu'un qu'elle aimait sûrement mais bon moi je ne pouvais pas remplacer quelqu'un d'autre. Je restais tout de même la à la consoler comme je le pouvais et je lui avais alors dit entre deux pensés :


-Non je ne suis pas Julien moi je m'appelle Lucky Nakamura et tu viens de me voler un baisé si je ne m'abuse donc d'abord je voudrais savoir comment tu t'appelles et surtout comment t'es tu retrouvés dans cette situation a par a cause de ces DÉBILES d'à côté ?

L'un des gars me regardé de travers, je le regardais et lui faisais signe de se ramener sauf qu'il le fit et me menaça ainsi qu'elle aussi ce que je fit ? C'est simple je l'ai balancé dans l'eau avant de me rassoir auprès de la fille. Je m'étalais sur le sol complétement fatigué et regardé le ciel en attendant sa réponse et en surveillant bien évidement si personne venait l'emmerder.
##   Sam 20 Juil 2013 - 23:23

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Destan Villaça (RIP), Afya Soubagamousso, Charlie-Ange Petit
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2292
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Julien la repousse doucement. Elle écarquille les yeux. Julien ne l’a jamais repoussée… Enfin, ne la repousserait plus maintenant… Sauf… Que… Si, il la repousserait si elle avait cherché à aller trop loins. Il ne connaissait pas son passé, et avait peur d’aller trop vite avec elle et de lui faire du mal. Enfin, j’vais passer les détails de leurs relations intimes… C’est mieux… (non ?)

Elle bondit en arrière, elle vient de reprendre ses esprits. Le rouge monte à ses joues. Comment a-t-elle pu… si proche… De… Inconnu… Pas Julien… Quoi ? Elle tousse encore. Elle reprend ses esprits. Pour de bon.

Elle regarde son sauveur. Elle a honte, et pourtant elle lui doit des explications et des excuses, et des remerciements. Mais pour le moment elle a la lèvre qui tremblote et les joues rouges. Elle inspire, expire. Soupire. Sourit, ce qui semble être un bon début, qui aurait pu se faire attendre plus longtemps si la jeune fille n’était pas si terre à terre… Et si elle n’avait pas besoin d’agir pour ne pas s’enliser dans le souvenir du rêve des brats de son amant.


« Moi c’est Ipiu, Ipiu Raspeberry. Je ne voulais pas… Enfin, si… Mais pas à toi… Enfin… euh… Je t’ai confondu avec quelqu’un d’autre… Désolée… Si je suis arrivée là… C’est parce que je ne sais pas nager, et que les cours de piscine vont pas tarder à commencer… J’ai peur d’être ridicule… Et ils ne sont pas débiles, je les dérangeais alors qu’ils sont là pour se reposer…»


Oui elle était encore très préoccupée de les avoirs dérangés… Mais à l’évidence seul Lucky s’était dérangé pour elle... Même le maitre-nageur n’avait pas bronché... Enfin, si maintenant qu’elle était sauvée il venait vers elle… Elle le voyait à travers ses lunettes remplies de gouttelette d’eau. Cependant le garçon n’apprécia pas de la même façon qu’elle la situation, sans doute était-il trop énervé par cette bande de con qui avaient manqué de la faire se noyer… Mais là…

Il poussa tout bonnement le maitre-nageur à l’eau… AÏE ! Pas cool, certes l’air désapprobateur, lui donnait un air menaçant mais… Bref, vive les quiproquos. Là le type a l’air enragé. En un regard circulaire elle juge la situation… Pas brillante, ils allaient passer un sale quart d’heure. Elle attrape la main du jeune homme pour attirer son attention sur lui. Elle a besoin de dix secondes.


« Tu as jeté le maitre-nageur, prend l’air paniqué, le but du jeu c’est de se retourner dans les vestiaires sans qu’il ait eu le temps de nous faire un sermon. »


Elle fait semblant d’essayer de se relever… Perd l’équilibre et s’effondre, simulant assez bien un malaise alors que le maitre-nageur rapplique l’air énervé. Il a le devoir d’amener Ipiu à l’infirmerie et celui de garder son poste au bord de l’eau… Ca réduit le temps à sa disposition pour les engueuler… Normalement.


L'art du mensonge c'est de toujours dire la vérité.

##   Dim 21 Juil 2013 - 12:31
avatar
Invité

Quand je l'avais repoussé sa premiére réaction fut d'être à moitié choquée, ba en même temps je n'étais pas la personne qu'elle voulait que je sois alors j'allais pas la laisser faire et puis ce genre de marque d'affection n'était pas mon truc du tout et je n'y comprenais rien et voulais pas y comprendre quelques chose pour le moment. Alors qu'elle reprenais enfin ses esprits, elle était aussitôt devenue toute rouge. Peut être avait elle trop chaud ou quelque chose dans le genre et elle avait agrémentée à tout ceci un petit bon.

Elle me regardait d'un aire totalement différent d'un coup puisqu'elle avait réalisé ce qu'elle venait de faire, et je la voyais reprendre ses esprits petit à petit tout en se calmant en douceur avec un exercice de respiration. Elle commençait enfin à sourire qu'elle avait été longue pour ça, et elle se présenta ensuite comme étant Ipiu Raspeberry et elle ne savait pas nage, comment cela se faisait il et bien évidement que si que c'était les autres qui l'avait emmerdé puisque l'eau arrivait seulement à deux mètres de leurs pied donc il y avait encore de la marge pour les éclabousser.

Le type que j'avais jeté à l'eau avait l'aire furieux, mais en même temps fallait pas venir nous embêter hein, j'avais besoin de calme moi en ce moment donc pas d'intrus à partir d'un certain périphérique autour de moi puis c'est tout. Et puis de toute façon ce gars n'avait pas qu'à être de mèche avec les autres sinon bein ça ne serait tout simplement pas arrivé. Je sentit la fille m'attraper la main, mais bordel on était pas ensemble donc allait elle me lâcher un jour oui c'est bon qu'elle soit dans les vapes je voulais bien mais à force c'était gavant alors je me tournais vers elle et elle m'expliqua un truc de manière assez rapide peut être même trop pour moi.

Il fallait que je prenne un aire paniqué mais pourquoi faire et puis qu'il me sermonne je m'en foutais royalement moi, mais sans avoir le temps de réfléchir elle se relevé maladroitement pour s'effondrer à terre d'un coup. Heu prendre un aire paniqué bein...je commençais à essayer de m'agiter un peu tendis que le maître nageur me disait finalement de juste la ramener par moi même à l'infirmerie et il reprit son poste, je la portais alors en marchant rapidement pour faire semblant et quand on y arrivais je la posais dans le lit pour finalement lui dire :


- Au la morte moi c'est Lucky Nakamura même si je t'ai déjà dit mon prénom, ensuite je m'en fou qu'il nous aurait engueulé parce qu'au pire il était en tord puisqu'il n'a pas réagit pour toi. Ensuite pour ce qui est de la nage bein moi j'aime pas que l'on se moque de moi quand les gens le peuvent donc : Tu vas aller apprendre à nager tendis que je me défoulerais sur le monde qui te fera des remarques et tu as pas le choix, par ce que aussi bien personne te sauvera la prochaine fois.

Voila cela étend dit je ressortais de l'infirmerie pour éxpliquer aux jeunes abrutis de première qu'il ne valait mieux pas qu'il fasse quoique ce soit de stupide et quand au maître nageur ba je me contentais de rien dire puis je sautais à l'eau pour récupérer la planche d'Ipiu et de la lui ramener à l'infirmerie. Je rajoutais alors une chose que moi même ça me faisait du mal à dire :

-Bon et au pire...je peux te soutenir si il le faut...mais pas plus...tu as bien de la chance que je sois assez remonté pour vouloir t'aider sinon je t'aurais laissé te débrouiller. Tu as 30 min pour te préparer pour le cour.
##   Dim 21 Juil 2013 - 20:40

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Destan Villaça (RIP), Afya Soubagamousso, Charlie-Ange Petit
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2292
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Le tact jeune homme le tact… T’en a peut-être rien à foutre de te faire engueuler, mais Ipiu a tout sauf envie de se faire engueuler après avoir manqué de se noyer… Et encore moins envie de devoir gérer une bataille rangée entre deux types pleins de testostérone alors qu’elle a du mal à tenir debout. De toute manière elle se désigne comme la seule responsable de tout se merdier. Elle n’a pas envie d’entendre des gens crier, se défouler et dans le pire des cas en venir aux mainq à cause de son manque de prudence.

Cependant il marque un point, personne ne la sauvera la prochaine fois… Elle ferait bien d’acheter des brassards avant de revenir à la piscine, ou peut-être un maillot à flotteurs… Quoi que… Au vu de la frayeur qu’elle a eu plus tôt, il est plus certain qu’elle sèche les cours de natation… Tant pis, on peut vivre toute une vie sans savoir nager non ?

Pourtant Lucky ne semble pas être de cet avis. Pas vraiment. Il lui laisse trente minutes avant qu’elle recommence à patauger. Très bonne blague… Tact… Tact… TACT ! Enfin, sans doute que la douceur est un concept étranger aux hommes. Tant pis. Ipiu fera avec, elle arrive à conditionner son esprit de la sorte à penser que c’est une bonne chose, elle va apprendre à dominer l’eau et plus à la craindre. Le garçon est vraiment sympathique, il lui propose de la soutenir…

Elle le regarde avec perplexité… Il a parlé de la défendre de la connerie des gens, et de la soutenir… Il parle bien de la soutenir moralement ? Non ? Euh… Hum… Il part devant… Elle se décide au bout de quelques minutes à quitter l’infirmerie, juste assez longtemps pour ne pas avoir l’air suspecte en revenant en forme. Ses lunettes ont eu le temps de sécher tout de même ! Elle les garde sur le nez en s’approchant du blond/roux elle n’est pas sûre… Elle s’approche de lui avant d’essayer de rentrer à nouveau dans l’eau…


« Dis… Pour être sûre… Quand tu disais soutenir, tu parlais d’encouragements ? Parce qu'on risque de déranger les autres...»


L'art du mensonge c'est de toujours dire la vérité.

##   Dim 21 Juil 2013 - 23:14
avatar
Invité

J'avais peut être été un peu trop sec dans mes paroles ou directe car elle tirait une tête assez bizarre après que je lui avais parlé mais bon si elle oulait savoir nager en même temps elle n'avait pas trop le choix du tout. Moi me moquer d'elle vous êtes pas malade jamais je ferais ça puisque c'est pas tout le monde qui peut réussir certaine chose, mais comme on dit chacun trouve chaussure à son pied. Ensuite pour ce qui est de ce que l'on sait pas faire bein on se concentre dans ces domaines là pour y arriver ou au moin apprendre les bases et ensuite les développer. Après ces quelques pensées j'étais à nouveau ressortie dehors pour prendre l'air.

Retournant à ma serviette, je l'avais alors entendu derrière moi cinq minute après qui arrivait comme une fleur, elle paraissait un peu moin anxieuse qu'avant, peut être était-ce mes mots qui l'avaient touchés. Si c'était ça je pouvais en être fier car j'aurais réussi à convaincre quelqu'un en trouvant des phrases justes et pleines de sens. Je la voyais qui avait juste mit ses pieds dans l'eau et qui m'avait alors demandée si je parlais d'encouragement car elle avait dis largement plus bas que ça pourrais déranger. Les autres ont s'en fiche c'est pour elle qu'elle était là et si quelqu'un était pas content bas qu'il venait me voir pour régler ça en attendant je lui répondait simplement :


-Je parle surtout de te soutenir physiquement enfaite, je resterais non loin pour éviter que tu te noies à nouveau et bien évidement je t'encouragerais et les autres bein ils ont pas qu'a venir à cette heure là si ils sont pas content. Bon maintenant que c'est dit tient ta planche car ton cour commence je crois bien.

Quand à moi je m'asseyais au bord de l'eau songeur ( mais que suis-je en train de faire là moi ). Sur ces pensés je secouais la tête doucement pour les évacuer car il fallait que je change un peut se côté ci de mon être car c'était bien pour écraser des gens mais c'était tout. Bon d'accord j'en garderais une partie mais pas plus hein pour éviter de causer trop de catastrophe.
##   Lun 22 Juil 2013 - 13:21

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Destan Villaça (RIP), Afya Soubagamousso, Charlie-Ange Petit
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2292
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Elle sourit, elle reprenait un peu de son aplomb ou du moins elle essaie de ne pas laisser paraitre sa peur. Ce n’est pas tout à fait la même chose, l’une montre un véritable apaisement, l’autre un apaisement simulé. Par expérience je peux vous dire que ce n’est pas le même état d’esprit.

Là dans la tête de la brunette ça ressemble plus « AU SECOURS JE VAIS MOURIR ! » Pourtant elle se maitrise. Elle se force à sourire. Elle n’est pas rassurée. Elle respire lentement pour se calmer. Ferme les yeux. Inspire. Expire. Inspire à nouveau. Souffle lentement tout l’air qu’elle a dans les poumons. Déstresse meuf, tu ne joues pas ta vie. Elle a beau le savoir et pourtant elle serre tellement la planche contre sa poitrine que ses bras blanchissent par le manque d’arrivée de sang. Elle murmure doucement :



« Ipiu calme toi, ce n’est que de l’eau. La même que celle qui t’a servi à te laver et à boire toute ta vie… »


Rien n’y fait. Elle se force pourtant à avancer, l’eau lui arrive aux genoux. Elle stoppe encore. Elle n’arrive pas à faire un pas de plus. Elle essaie une nouvelle tactique… Et si elle fléchissait les genoux ? Elle y va lentement, très lentement, mais ne réussit au final qu’à gagner un tout petit nombre de centimètres, rien de très signifiant. C’est ce moment que choisit un bambin pour l’arroser par inadvertance.  Elle fait un grand bond en pensant un cri très aigu. Elle se met à trembler mais se force à l’immobilité la plus totale. Elle ne trouve même pas assez de force pour rougir, contrairement à son habitude.

Il lui a demandé de s’entrainer, elle ne veut pas décevoir celui qui a pris la peine de la sauver. Elle ne veut pas être un cas désespéré, et pourtant l’évidence est là. Elle est terrifiée par cette mare gigantesque.  Elle soupire vaincue et tourne un regard presque suppliant vers Lucky. Oui presque, car il ne faut pas abuser, elle a sa fierté… Peut-être.


« Je suis forcée d’y retourner ? »


S'il lui dit que oui elle obtempérera à contre cœur. Elle aimerait bien lui faire plaisir en réussissant, mais elle a peur. Henrietta hésite à reprendre le dessus pour calmer le jeu, mais pour le moment elle reste silencieuse. Elle laisse Ipiu se démerder toute seule sachant que son intervention serait trop visible.


L'art du mensonge c'est de toujours dire la vérité.

##   Lun 22 Juil 2013 - 14:27
avatar
Invité

Je la voyais tout le temps sourire sauf que ce sourire cachait la peur qui était en elle et je pouvais le voir puisque je l'avais sauvé une première fois. Elle rentrait petit à petit dans l'eau mais vraiment juste un minimum à chaque fois car en cinq minutes l'eau lui arrivait juste aux genoux. J'avais presque envie de la pousser non pas par méchanceté mais plutôt pour qu'elle arrive à vaincre sa peur de l'eau. Puis j'étais à côté donc elle pouvait y aller franchement car moi je pouvais plonger aussi longtemps qu'il le fallait pour la repêcher donc elle n'avait vraiment aucun soucie à se faire de se côté là mais bon que voulez vous si on à vraiment trop peur bein on y arrive pas hein.

Elle tentait quand même de se forcer ce qui était plutôt admirable, je me contentais juste de la surveiller car ce maître nageur m'avait l'aire trop fainéant pour puisqu'il l'aurait laissé se noyer. Alors que je la fixais et que je voyais ses bras changer de couleur légèrement, elle avait tournée la tête pour me regarder presque comme un chien à l'agonie pour me demander si elle devait vraiment y retourner alors qu'auparavant elle avait criée en se faisant arroser par quelqu'un d'autre.

Je soupirais et enlevé finalement mon t-shirt qui était un peu moin trempé et sautais alors dans l'eau qui était vachement bonne d'ailleurs. Je nageais pour alors arriver à son niveaux et la détailler, elle avait vraiment très peur elle était comme paralysée et ses bras étaient vraiment très pâle à force de tenir cette planche. Je savais se que je devais faire même si cela serais mal vu par les gens bein qu'ils s'en aillent en attendant :


-Oui il le faut mais comme tu peux le voir je reste dans l'eau avec toi jusqu'à ce que tu arrives à t'en sortir toute seul, en attendant je te collerais comme un chewing-gum pendant toute la matinée ou la journée si il le faut. Allez on commence, lâche cette planche et donne moi tes mains veux tu. 

J'attendais qu'elle réagisse même si dans sa tête tout devait se chambouler il le fallait bien et puis au moin elle devrait se sentir en sureté maintenant. Quand elle le ferait, je l'aiderais d'abord à se lier d'amitié avec l'eau et ensuite je lui donnerais deux trois conseils et exercice.
##   Lun 22 Juil 2013 - 17:14

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Destan Villaça (RIP), Afya Soubagamousso, Charlie-Ange Petit
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2292
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Il plonge vers elle… Elle comprend à ce moment-là que c’est foutu. Il ne la laissera pas fuir. Elle ne le décevra donc pas. Même si elle tremble, même si elle est terrifiée. Elle ne se le doit pas à elle-même, elle le doit à lui. Elle comprend que s’il la laisse partir dans cet état il n’aura pas accompli jusqu’au bout son rôle de sauveur. D’autre part se serait dangereux de la laisser partir ainsi. S’il apprenait par la suite qu’elle s’était noyée il se sentirait coupable.

C’est cette pensée qui la force à ne pas bouger. Elle arrive tellement facilement à se mettre dans la peau des gens que cela peut se révéler parfois difficile de vivre sa vie… Elle a trop d’empathie. C’est d’ailleurs assez paradoxal lorsqu’on sait qu’Henrietta s’est toujours protégé de ses propres sentiments, pourtant depuis qu’elle est devenue Ipiu elle a commencé à voir comme elle. Ce qui est parfois très gênant, elle ne réagit plus toujours comme si elle été dissociable de son rôle, elle agit comme si elle devenait de plus en plus son rôle.

En attendant il est clair. Il la collera tant qu’elle ne saura pas nager. Elle ne laisse pas entendre le fait que dans l’eau un chewing-gum ça colle du coup beaucoup moins. Là n’est pas la question de toute manière. Il lui demande ses mains. Elle sait ce que ça entraine comme responsabilités. Elle les lui confie. De toute manière il ne la laissera pas s’échapper.


« Je te fais confiance hein ? tu me lâches pas ! »

Grace à sa présence elle a légèrement moins peur. De toute manière elle n’a pas le choix ce qui rend sa décision d’autant plus facile. Alors que la planche flotte à côté elle plie lentement les genoux de manière à s’immerger. Le contact de l’eau lui rappelle le cercueil aqueux auquel elle a échappé. Elle se concentre sur le contact de ses mains sur celles du garçon pour oublier la désagréable sensation de son souvenir. Elle s’accroupit jusqu’à avoir de l’eau jusqu’aux épaules. A ce moment-là des éclaboussures parviennent jusqu’à ses joues. Elle doit énormément prendre sur elle pour ne pas se redresser et partir en courant.

Elle tourne la tête vers l’endroit d’où venaient les éclaboussures. Une gamine tremblante venait de se jeter à l’eau et sous les encouragements de son père elle s’était mise à barboter alors qu’il la tenait par les mains. Un sourire réussit à apparaitre sur son visage crispé.


« Moi aussi je dois t’appeler papa ? »



L'art du mensonge c'est de toujours dire la vérité.

##   Mar 23 Juil 2013 - 14:44
avatar
Invité

Je la voyais qui été encore plongée dans ses pensées, mais pourquoi hésitait elle j'étais là elle n'avait vraiment rien à craindre et si au pire elle venait à tomber et couler je la rattraperais car j'avais dit ma phrase de tout à l'heure comme quoi personne l'aiderait pour un autre jour, pas pour celui-ci. Celui-ci j'étais à cent pour cent à ses côtés. J'attendais patiemment qu'elle veuille bien se décider les bras toujours tendu vers elle, je commençais à avoir mal d'ailleurs mais c'est pour la bonne cause il fallait se dire et puis maintenant que je m'étais proposé je n'allais pas fuir au loin ça aurait été de la lâcheté. Au bout d'un moment elle c'était enfin décidée à me donner ses mains tout en me demandant de ne pas la laisser car elle avait confiance. Alors j'essayais de lui répondre avec un doux sourire ( c'est le comble je crois ) :

-Non je ne te lâcherais pas sinon je ne t'aurais jamais proposé une telle chose. Et quand je dis un truc je le fais donc tu peux me faire entièrement confiance !

Elle avait un peu moin peur grâce au contact de nos main et surtout pour le fait que je la tenais quoiqu'il arrivait. Elle s'immergeait toujours aussi lentement dans l'eau qu'elle devait voir comme une sorte de faucheuse qui n'attendait uniquement qu'elle vienne pour happer son âme, mais pas de chance cela n'arriverait pas. Elle c'était accroupi et l'eau lui arrivait désormais jusqu'aux épaules. Des éclaboussures c'étaient faites ressentir alors comme Ipiu j'avais tourné la tête pour voir une petite fille qu apprenait à nager avec son pére, cela me renvoyait l'image de moi et d'Ipiu car j'allais tout bonnement faire la même chose.

Elle m'avait alors demandée avec l'un de ses premiers sourire de la journée, et j'espérais entre autre que ce ne soit pas son dernier, la chose la plus surprenante qui soit c'est à dire si elle devait m'appeler * papa * je restait béa devant ce que j'avais entendu. Je lui répondais alors de manière assez douce :


-Tu n'y est pas obligé du tout, bon après si cela te rassure tu le peux mais pour cette fois ci uniquement d'accord ? Je l'entrainais alors doucement dans l'eau puis en la tenant je lui demandais,-Allez commence par essayer de nager comme les grenouilles avec tes jambes veux tu !
##   Mar 23 Juil 2013 - 20:00

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Destan Villaça (RIP), Afya Soubagamousso, Charlie-Ange Petit
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2292
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Ce qui est dur dans une telle situation ce n’est pas vraiment de faire confiance à l’inconnu qui vous tient les mains… Non, Ipiu serait du style à faire confiance à n’importe qui, une proie facile pour les pédophiles de tout bord dira-t-on… alors ce n’est pas qu’elle n’a pas confiance en Lucke… C’est qu’elle n’a aucune confiance en ses capacités à elle.

Elle tremble comme une feuille ne serait-ce qu’après avoir reçu quelque goutes sur le visage. Alors quand il lui dit de faire la grenouille… Elle ne s’imagine même pas décoller ses jambes du sol. Elle le regarde encore une fois, vérifiant qu’il ne va pas la lâcher… Après tout il lui a permis de l’appeler papa non ? Donc il n’avait pas peur du ridicule, donc il ne la lacherait pas car elle serait ridicule… Non ? de toute manière elle le verrait bien assez tôt…

Elle étend une jambe derrière elle. Puis l’autre, la voilà sur le ventre flottant à peu près dans l’eau. Elle se met à plier les jambes comme une grnouille, elle connait le principe de la brasse, elle la maitrise en fait… Mais seulement hors de l’eau. Dans l’eau elle coule, enfin quand personne lui tient les mains et l’aide à garder la tête hors de l’eau.


« Et maintenant je fais quoi ?
elle hésite et ajoute, Papa ? »

Ca devait faire une belle jambe au garçon de se retrouver père de substitution d’une gamine quatorze ans… Bon okay, d’une fille en réalité plus âgée que lui… Mais ça personne n’est censée être au courant…

Il la trainait dans la piscine, et elle jugeait qu’au niveau où l’eau lui arrivait elle avait encore pieds… Des fois qu’il perde l’équilibre… Elle savait, bon c’était peu probable et tout et tout, mais elle restait quand même plus que mal à l’aise dans ce milieux aqueux. Certes, elle n’y était plus seule, mais… Mais, elle avait manqué de se noyer une petite heure plus tôt.

Les regards des baigneurs se posaient maintenant de plus en plus souvent sur eux, comme s’ils pensaient qu’ils n’avaient rien à faire là. En quoi ça les dérangeait ? Il lui apprenait juste à nager, c’pas comme s’ils étaient en train de s’envoyer en l’air en plein milieu de la piscine non plus ! La okay, ça aurait pu être dérangeant…


L'art du mensonge c'est de toujours dire la vérité.

##   Mer 24 Juil 2013 - 13:10
avatar
Invité

La pauvre fille elle ne se sentait pas du tous en confiance ici, bon d'accord elle à peur mais quand même elle pouvait essayer de penser positif en se disant qu'elle y arriverait coûte que coûte. Elle commençait lentement à lever une jambe, c'était pas trop tôt ( ro commence pas / Bein mais / Tu lui à dis tu assume bordel / D'accord ) Je me contentais de la soutenir alors qu'elle avait finalement décollé ses pieds du sol mais je la sentais qui tremblait toujours autant à cause de la peur de couler, c'était la raison pour laquelle je la tenais fortement, pour qu'elle se sente rassuré et en sécurité.

Elle flottait sur le ventre et commençait alors à faire ce que je lui avais demandé auparavant a mon grand étonnement elle se débrouillait bien alors comment cela se faisait il qu'elle ne savait pas nager dans l'eau, pourtant elle possédait les mouvement de base avec ses jambes, peut être y arrvait elle pas avec les bras. Sauf que pour ça il faudrait que je la lâche, ouais ba on verra ça plus tard hein. À la suite de ça, elle m'avait alors demandé que faire par la suite en ajoutant bien évidement * papa * ce qui eu pour effet de me dépiter un peu car je ne pensais pas qu'elle était sérieuse moi bon dieu.


Je l'éloignais un peu du bord pour aller vers un coin un petit peu plus profond mais là ou elle pouvait toujours avoir pied au cas où un problème arrivait. Je me sentais étrangement épié alors je regardais autour de moi pour constater que plusieurs personnes avaient les yeux rivés sur nous. Soupirant et n'y tenant pas compte pour le moment je lui disais alors:

-Vue que tu connais le mouvement avec les jambes, bein...il faudrait que tu fasses pareil avec les bras. Cela implique qu'il faut que je te lâche, mais promis sur tout ce que tu veux je reste à peine à un centimètre de toi, allez à trois je lâches et tu fais la grenouille avec tes bas et tes jambes en synchronisant tes mouvements...1...2...3!

Je la lâchais lentement me mettant en position pour la rattraper si il le fallait et aussi pour lui monter que je ne lui mentais pas et qu'elle n'avait rien du tout à craindre. Je la regardé alors faire ses mouvements et d'une voix basse et douce ( oui je peux totalement le faire chui fort hein ) je l'encourageais alors toujours sous le regard des gens, bein quoi je n'étais pas en train de la violer merde alors il pouvait allez voir ailleurs si on n'y était.

-Au et dernière chose ne pense pas au gens autour, pense qu'a nous ce sera mieux pour toi.
##   Mer 24 Juil 2013 - 19:31

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Destan Villaça (RIP), Afya Soubagamousso, Charlie-Ange Petit
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2292
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Comme je le disais, le problème ne vient pas des gestes, parce que ça elle maitrise… Seulement elle ne semble pas capable de flotter. Comme si elle était faite d’autre chose que d’air et de chair. Peut-être de plomb… Ou alors son manque de graisse là où il faut était à l’origine de son problème de flottaison ?

Dès le moment où il annonça qu’il allait la lâcher, elle se mit à paniquer. Elle ne voulait pas, d’autant plus qu’elle n’était plus certaine d’avoir pieds. Elle le regarda terrifiée, mais il ne s’en rendit pas compte. Il était persuadé lui qu’elle y arriverait… C’était bien souvent un problème pour la gamine, les gens avaient plus confiance en elle qu’elle-même. Ils la pensée mature, elle le laissait paraitre. Pourtant elle était en réalité qu’une peureuse, et toute les fois où on la prenait pour une enfant courageuse c’est qu’elle agissait pour quelqu’un d’autre…

Sa vie elle l'aurait donné pour les autres car ayant tout perdu elle n'était plus sûre de s'appartenir elle-même. Elle vivait pour autruit et à dépend d’autrui. C'est pour cela qu'elle fit ce que lui demandait le jeune homme, pour cela qu'elle lui montra sa brasse parfaite... Tant qu'elle restait à la surface.

Elle réussit d’ailleurs à flotter quelques instants, son mouvement ample lui permettant d’avancer sans couler… Il lui dit d’ignorer le regard désapprobateur des gens qui les entouraient. Elle fit trois brasses avant de commencer à couler, l’eau atteint sa bouche. Puis son nez. Elle hurla de frayeur, ce qui permit à l’eau de rentrer dans ses voix aérienne… Elle but la tasse. Toussa des larmes montèrent à ses yeux. Elle se jeta sur Lucky, vraiment. Il semblait ne pas couler et avoir pied lui.


« Papa ! »


Ainsi elle s’agrippa comme une enfant au torse de son père. Ce ne fut nullement prémédité, elle avait régressé sous l'effet de la peur à un stade d'enfant. D’ailleurs il parut tout aussi surpris de sa réaction qu’elle le fut. Pourtant malgré la surprise qu’elle éprouvait il était hors de question qu’elle lâche les épaules du garçon. Elle était terrifiée.


L'art du mensonge c'est de toujours dire la vérité.

##   
Contenu sponsorisé

 

C'est un peu con de se rencontrer ainsi. [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Loisirs. :: Piscine.
Aller à la page : 1, 2  Suivant