Partagez
When the lights fade out | Pv.
##   Sam 20 Juil 2013 - 20:10
Messages : 37
Date d'inscription : 19/07/2013



    Le monde, ce soir, semblait imploser, alors que le soleil couchant enflammait les cieux de mille couleurs, feintant presque la guerre et l'horreur qui sévissaient à l'autre bout du monde. L'autre bout du monde ... A le fois si lointain et si proche. Qu'était-ce que cette frontière, que cette limite que tout le monde s'imposait, que tout le monde rêvait ? Il le savait, pourtant, lui, que rien n'était plus loin désormais. Les continents, si divers étaient-ils, avaient tous été réduits à quelques heures d'avion. L' « autre bout du monde » était devenu « la porte à côté ». Pourtant, ce soir, la forêt semblait ne plus appartenir à ce bas-monde. Elle semblait être un sasse de décompression entre deux univers qui, ici, ne formaient plus qu'un, alors que ni le Temps ni l'Espace n'existaient davantage. Ciel et terre étaient réunis, alors que de partout jaillissait le feu. N'était-il pas en train de rêver, lui qui avait passé ses derniers jours enfermé dans une chambre noire ? Son esprit, n'était-il pas devenu dément à force de ne plus voir le jour ? Avait-il seulement conduit une bonne partie de la nuit ? Avait-il réellement aperçu cette silhouette noire qui l'avait invité à la suivre ? Ne nageait-il pas en plein délire, alors qu'il semblait avoir perdu toute notion ?

    Vladimir marchait, l'esprit ailleurs, se bornant à vouloir percer l'horizon de ses yeux clairs, comme s'il avait le pouvoir de deviner et les mers, et les océans, et les terres sauvages et suaves. Le crépuscule, incarnation du sort, peignait sur son visage d'étranges ardeurs, invocations vodous peut-être. Mais le jeune homme n'y pensait pas. A vrai dire, ne restait dans son esprit embué à cette heure que deux souvenirs : les yeux plein de larmes de son père, et cette fulgurante soirée au large des côtes ... au large des côtes. Déjà, il en venait à se maudire de penser. Âgé à peine de 23 ans, il semblait être fatigué par la vie, qui l'avait, il fallait le dire, usé. Mais n'en avait-il pas profité ? N'était-ce pas lui, le responsable ? Personne ne lui avait jamais demandé de gaspiller ses années de jeunesse et d'insouciance ; personne ne l'avait poussé à l'excès, aux vices et aux plaisirs. C'était seul, de son propre chef et de son plein gré qu'il avait brûlé les meilleurs jours de sa vie. De cette erreur, il était le seul à pouvoir en être accusé.

    Mais, alors qu'il marchait depuis une bonne heure maintenant, il se sentit soudain comme fatigué, et il s'arrêta. Il n'avait aucune idée de l'endroit où il se trouvait, et il savait encore moins quel chemin il avait emprunté. Un sourire presque amer passa sur son visage aux traits nets mais sauvages, alors qu'un rire léger s'échappa de son corps tout en finesse. Ainsi donc, le jour, déjà, mourait ? Léger, il se laissa aller, et il bascula sur le dos, s'étalant de tout son long sur une pelouse verdoyante à l'herbe humidifiée par la fraîcheur du soir venant. Mille pollens se soulevèrent sous l'impact, et s'envolèrent autour de lui comme des lucioles dans la nuit. Il en arrivait presque à se sentir bien, alors que pour la première fois depuis longtemps, son esprit ne se focalisait pas sur les évènements passés.


When the lights fade out | Pv. 56212211Copie
##   Dim 21 Juil 2013 - 19:09

Personnage ~
► Âge : 18
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Dan Ushiromiya
Messages : 236
Date d'inscription : 22/06/2011
Emploi/loisirs : #Stock Exchange
Humeur : #Furieux

- Si si, en fait vous n'avez pas le choix. Notre argent peut vous permettre de financer quelques infrastructures comme les hôpitaux.
- Monsieur-
- N'inventez pas d'excuses, monsieur. On est bien d'accord, vous manquez d'hôpitaux. Vous ne prenez pas soin de vos habitants, et de ce fait, depuis un an vous assistez a un exode rural...

- Mais monsieur Von Blumen a déjà réservé l'ach-
- Je ne veux pas entendre parler de cet abruti. Je vous propose plus que lui, donc si vous êtes rationnel, vous choisirez ce qui vous est le plus rentable... À savoir notre offre.

- Mais nous l'avons delà réservé a-
- C'est vous qui perdez. Vous préférez tenir un engagement qui ne vous est pas rentable plutôt que de préserver vos habitants. Si jamais notre vous conviant vous-

- D'accord, monsieur. Je vous le vend.
- Voilà un choix judicieux. Dans ce cas, je vous mets immédiatement en relation avec le chef.
- ....


Dan composa un numéro et transféra l'appel à son père. Celia l'observait, un petit sourire aux lèvres. Décidément, son grand-frère chéri était vraiment trop fort. Celui-ci soupira et marmonna:

- Cette fille me rendra fou!

Celia rit légèrement.

- On parle d'elle, après tout.


La "elle" en question n'était personne d'autre qu'Akari qui s'était attirée les faveurs d'un Héritier Von Blumen. Bien sûr, étant donné que c'est une fille sans tact et beaucoup trop directe, elle avait refusé de façon brutale la proposition du garçon. Celui-ci, dont la fierté avait été blessé, s'était décidé à réserver l'achat d'une certaine ligne ferroviaire que la famille Ushiromiya convoitait depuis pas mal de temps. Et c'est après une vingtaine de minutes de négociations au téléphone par Dan (oui, car étant donné qu'il est "responsable" d'elles comme le dit si bien son père, c'est sur lui qu'est tombé toute la faute).
Il s'était promis une chose: dès qu'il verrait le gamin Von Blumen, il irait lui "parler" à sa façon.

Rapidement, la journée passa. Les cours de Terrae ne l'intéressait guère (il préférait s'amuser avec des filles ou plonger dans des livres de finances), donc il glandait presque dans la classe. On l'enviait: il était populaire, beau, et intelligent. Sans oubleir riche. Héritier d'une superpuissance anglaise ayant un impact assez important autant financièrement, politiquement ou culturellement en Angleterre, leur influence s'étendait en Europe. Donc être l'aîné d'une telle famille n'était pas de tout repos. N'oublions pas qu'il avait en plus de ça de nombreux cousins. Il les connaissait plus ou moins bien. Ceux du côté de son père étaient très proches de lui. Néanmoins, ceux du côté de sa mère,c'était la relation "bonjour, comment ça va? Très bien et toi? Ouais. OK."

En soirée, Dan décida d'aller faire une promenade dans Terrae. Bien qu'il soit tard, pas mal d'élèves étaient dehors. C'était l'été, il faisait chaud, alors pourquoi rester enfermé? Il passa par le parc, le centre du village de Terrae, et... par la forêt. Etrange choix, mais quelque chose l'y attirait. Peut-être la solitude, et l'air pur qui émanait de cet endroit. Mais il n'y resta pas longtemps seul. Alors qu'il marchait dans la pénombre, il aperçut une silhouette... d'homme. Il aurait préféré une femme en cette soirée chaude. Il ne parvint pas tout de suite à voir son visage. Mais quelque chose lui semblait... familier. Il s'approcha, comme poussé par une force invisible, et alluma un lampadaire (éteint...) du regard (à quoi sert son élément sinon?). Et ce qu'il vit... ou du moins la personne qu'il vit le laissa de marbre, pendant quelques secondes. Il ne parvint pas à cacher sa surprise, lui, qui était réputé pour ne pas montrer ses émotions. Devant lui, aux cheveux sombres, et aux yeux clairs... il chercha dans sa mémoire son nom et son prénom. Il parvint à prononcer sur une voix qui se voulait neutre

- Vladimir .... von Winchester!?    




When the lights fade out | Pv. Signad10

« Wanna see my awesome slice of hell?  »

Is it too late...?:
 


Dernière édition par Dan Ushiromiya le Dim 21 Juil 2013 - 21:18, édité 1 fois
##   Dim 21 Juil 2013 - 20:29
Messages : 37
Date d'inscription : 19/07/2013

    Le jeune homme avait fermé les yeux, et s'imposaient maintenant à lui des images du passé. Il se revoyait enfant, alors qu'il vivait encore à Moscou, à attendre devant la large porte d'entrée. Son père, ce soir là, devait rentrer d'un voyage d'affaires. Mais malgré les heures qui passaient, personne ne poussait cette porte qui devait devenir par la suite la crainte du jeune garçon. Au bout d'un moment, il s'était endormi, alors que minuit était passé. Il attendait seul, recroquevillé sur le canapé, le corps agité par un mauvais rêve. Un bruit de clef dans la serrure le fit revenir à lui, alors qu'il ouvrait de grands yeux terrifiés par le noir absolu qui régnait chez lui. Mais déjà, l'homme avait appuyé sur l'interrupteur, et dans un seul et même éclair, toutes les lampes se mirent à briller, chassant l'ombre et ses mauvais sorts. Quelle avait été la joie du jeune garçon ! Son père, enfin, était de retour chez eux ! Pourtant, alors qu'il se précipitait vers lui, il fut frappé par son visage aux traits tirés, aux yeux rougis. S'il ne disait rien alors que l'homme le portait dans ses bras en le serrant fort, il était comme perdu face à ce spectacle touchant mais injuste. Ce n'est que plus tard qu'il devrait apprendre le monde de cet homme qui était devenu pour lui un véritable héros.

    Si Vladimir avait été un élève brillant, et ce, malgré tous ses 'écarts' de comportement, c'était son père qui l'avait véritablement initié à l'économie et au dur monde des finances. Les rares fois où ils s'étaient retrouvés, ils avaient passé des heures enfermés dans une pièce secrète de l'hôtel particulier munichois, que Vlad avait pris pour habitude d'appeler « la salle de classe ». Là, le jeune Germano-russe s'était attaqué aux véritables rouages de l'économie moderne, après des heures de théories classiques. Maintes fois il avait exprimé un rejet, cherchant à s'opposer à son père, alors qu'il avait comme coupé les ponts. Pourtant, il n'avait pu nier que ce monde l'intéressait. Il avait donc décidé de poursuivre des études d'avocat, dans le but de compléter, d'améliorer ces compétences déjà acquises. Il était aujourd'hui un homme complet, qui savait aussi bien y faire en matière d'O.P.A qu'en action judiciaire. Pourtant, ce n'était pas lui qui gérait les affaires familiales. Il savait jusque que son père avait mis à sa disposition une petite entreprise basée au Lichtenstein avec une jolie mise de fonds. Il était libre d'en disposer comme bon lui semblait, même s'il savait que, bientôt, son père l'impliquerait dans la formidable machine qu'il avait bâti seul, contre vents et marées. Si la formidable histoire de Thomas von Winchester avait commencé par un investissement pétrolier, il s'était considérablement élargi et diversifié, allant de la petite compagnie aérienne très privée jusqu'aux grand hôtels des capitales. Pourtant, en même temps que ces francs succès, s'étaient greffées d'autres affaires, bien plus sombres cette fois. Où était-il prêt à aller pour racheter groupes, parts d'entreprise ? Seul lui le savait, ainsi que son fils, qui avait surpris quelques conversations. Mais pour l'heure, Vladimir ne pensait plus, ne pensait pas.

    Alors qu'il était allongé dans l'obscurité, tous les réverbères qui bordaient les allées s'allumèrent, dans un même éclair, comme lorsqu'il était enfant. Intrigué, il se redressa brusquement, restant tout de même assis. Un jeune homme se tenait face à lui. Il devait être de quelques années son cadet, et son visage ne lui semblait pas inconnu -il n'oubliait jamais un visage-. L'étranger prononça alors son nom, d'une voix qui devait se vouloir neutre. Cette fois, le Germano-russe se releva, intrigué. Il chercha alors dans ses souvenirs, remontant bien au-delà de ces dernières années. Berlin, Paris, L.A., Cambridge ...

    « Dan, Ushiromiya Dan ... ? »

    Il s'avança alors, ses muscles élastiques se contractant, alors qu'il était à présent certain d'avoir reconnu son jeune cousin. Le charmant blond était le fils de la sœur de sa mère, Katarina Rosenthal de son nom de femme non-mariée. Un sourire discret mais sincère égaya son visage aux traits si fins, alors qu'il levait la main à la verticale : serrer la main à son cousin ne lui disait rien, c'était bien trop sérieux ! Il préférait -et de loin- lui donner l'accolade !


When the lights fade out | Pv. 56212211Copie
##   Mar 23 Juil 2013 - 15:46

Personnage ~
► Âge : 18
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Dan Ushiromiya
Messages : 236
Date d'inscription : 22/06/2011
Emploi/loisirs : #Stock Exchange
Humeur : #Furieux

- Dan, Ushiromiya Dan ... ?

Lui aussi l'avait reconnu. Vladimir était le fils de la sœur de sa mère, Béatrice Rosenthal de son nom de jeune fille. Donc en plus simple, son cousin. Il ne le connaissait pas autant que Ted par exemple, mais Dan avait eu l'occasion de rencontrer Vladimir plusieurs fois lors de grands banquets et réunions de famille. Il se souvint que son cousin était quelqu'un de plutôt poli mais qui profitait bien de l'argent du mari de sa tante. Il avait aussi entendu des rumeurs comme quoi son meilleur ami était décédé, il n'y a pas longtemps.
Dan s'approcha également de son interlocuteur, et lui fit une accolade. Il était content de le voir, mais aussi surpris. Que faisait il a Terrae? Avait il lui aussi ressenti un Vide? Que s'était-il passé? Beaucoup de questions se bousculaient dans la tête du jeune Héritier. Bientôt Terrae allait être envahi par sa famille! C'est avec un sourire heureux et sincère qu'il lui dit:

- Ça fait plaisir de te revoir, Vlad'!

Il avait l'air content de le revoir, mais son cousin semblait également être mélancolique. Peut être que Dan se trompait, mais pourtant il ne revoyait plus cet éclat qu'il avait vu il y a quelques années. Cet éclat... Ou était il?
Dan s'assit sur le banc entraînant son cousin avec lui. "s'assoir" était peut être pas le bon mot, "s'affaler" était mieux. Il balança de tête en arrière pour regarder les étoiles. Terrae n'émettait pas beaucoup de lumière, et ils étaient dans la forêt. Ce qui lui permettait de voir beaucoup, énormément d'étoiles, toutes plus belles les unes que les autres. Chacune envoyait une intensité de lumière différente. L'étoile a côté de lui semblait briller moins fort. Il finit par lui demander, sur un ton très calme:

- J'ai entendu parler de ce qui était arriver a Matthew par Celia...

C'était Celia qui le lui avait dit. Elle était connue pour être celle qui était toujours au courant de tout avant tout le monde, la miss Potins de la famille.
Dan laissa le temps a Vladimir de parler. Lui rappeler subitement la mort de son meilleur ami avait peut être été cruel de la part de Dan, mais celui-ci ne l'avait pas fait pour le blesser.

HRP: T'écris trop bien et ça me saoules! <3


When the lights fade out | Pv. Signad10

« Wanna see my awesome slice of hell?  »

Is it too late...?:
 
##   Mar 23 Juil 2013 - 22:20
Messages : 37
Date d'inscription : 19/07/2013

    Vladimir se souvenait bien de ces grands banquets de famille, et à vrai dire, il n'en gardait pas un très bon souvenir. Certes, il avait pu y rencontrer ses cousins, sa famille du côté de sa mère ; mais ce dont il se rappelait surtout, c'était l'aspect irréprochable qu'ils devaient avoir, eux, jeunes garçons plein de rêves et d'innocence, promis déjà à un grand avenir, puisqu'ils étaient tous -ou presque- des héritiers. Quelque chose l'avait effrayé, alors qu'à l'époque, il n'était qu'un enfant pris dans des discussions de grands.

    Mais cette époque était désormais révolue, et jamais plus on ne l'avait forcé à retourner à ces manifestations, alors qu'il était devenu un adolescent au fort caractère. Indépendant et presque lunatique, on l'avait laissé explorer la vie, ses excès, ses vices et ses douleurs. Et on l'avait ensuite serré dans ses bras, alors qu'il était devenu un homme.

    Dan se disait heureux de le revoir, et il l'entraînait déjà à sa suite. Le Germano-russe se laissait faire, et presque las, il se laissa tomber sur le banc aux côtés de son cousin. Comme lui, il regarda les étoiles, se demandant peut-être si l'une d'elle brillait pour lui ce soir. Tout chavira ensuite. Si son jeune cousin avait eu la délicatesse d'amener doucement la chose, il prononça tout de même les mots qui avaient été proscrits, interdits ; les mots qui l'avaient tant fait souffrir, les mots qui l'assassinaient dès qu'ils étaient prononcés à vive voix. Et comment devait-il réagir à cette question ?! Que pouvait-il dire de plus ? Matthew était mort, c'était un fait. Personne ne pourrait y changer quoi que ce soit désormais. Pourtant, Vladimir tourna son visage sauvage vers le blond, parlant d'une voix sourde et comme brisée.

    Par Celia, hein ? Et comment l'a-t-elle su ? Que sais-tu d'autre sur cette histoire, Dan ?

    Ses grands yeux bleus s'étaient mis à luire, alors qu'il exprimait comme une urgence. Ils n'avaient pas le droit ! Non, ils n'avaient pas le droit de parler de sa vie dans son dos, de s'approprier ses souvenirs qui étaient comme ses bagages de vie. Mais étrangement, il ne lui en voulait pas. Ce n'était pas de sa faute, aussi, il se contenta d'attendre sa réponse, sans montrer aucun signe d'énervement ou de souffrance.


HRP : que dalle ! là ça se termine en nœud de boudin mon post ! x)


When the lights fade out | Pv. 56212211Copie
##   Mer 16 Oct 2013 - 17:31

Personnage ~
► Âge : 18
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Dan Ushiromiya
Messages : 236
Date d'inscription : 22/06/2011
Emploi/loisirs : #Stock Exchange
Humeur : #Furieux

Par Celia, hein ? Et comment l'a-t-elle su ? Que sais-tu d'autre sur cette histoire, Dan ?

Dan ne répondit pas tout de suite. Il continua d'observer les étoiles. Il n'avait jamais vu ce "Matthew", ou du moins, il avait dû le croiser sans le connaître. Il se remémora les circonstances de la mort du meilleur ami de Vladimir. D'après ce que lui avait dit Celia, c'était parce-qu'il avait essayé de sauver son cousin d'une noyade ou d'un truc dans le genre... Il faut dire que Dan n'avait pas été très intéressé jusqu’à ce que Célia lui précise que c'était le meilleur ami de Vladimir. Oui, car dans le capital social de Dan, tout le monde le connaissait. Indépendant, toujours à faire n'importe quoi paraît-il, un homme qui a su s'émanciper de l'autorité de son père.

Quelque part, Dan l'enviait un peu. Il enviait son indépendance. Car lui, il ne l'avait pas fait. Il s'était plié à la volonté de ses parents. Mais, son père était tout de même un peu plus ouvert que M. Von Winchester. De loin. Après réflexion, Dan finit par comprendre qu’il n’avait rien à envier à qui que ce soit. Il avait eu la chance d’être né dans une famille un peu crazy sur les bords, ouverte et drôle. Ses parents lui avaient toujours montré leur affection, même s'ils lui faisaient également part de toutes les espérances qu'ils plaçaient en lui.

Dan se tourna lentement, plongeant dans les yeux bleus de son cousin. Une triste lueur les éclairait. L'avait-il vexé? Peut-être. Dan n'était pas forcément quelqu'un qui avait du tact, mais pourtant, il lui semblait avoir fait un minimum d'efforts en parlant de son meilleur ami. Un sourire amusé se dessina sur ses lèvres.

- J'ignore comment elle l'a su. Tu la connais, non? Elle est toujours au courant de tout, avant tout le monde.


Il fit une pause, avant de continuer:

- Ce que je sais...? Figure toi que je ne sais pas grand chose en fait. Il serait mort en essayant de te sauver d'une noyade... C'est tout.

Il reprit sa position initiale, et contempla les étoiles:

- Je comprends que ça te frustre de savoir qu'on parle de toi derrière ton dos... mais tu sais parfaitement que dans notre monde, on est constamment surveillés et jugés. Nous, héritiers.


HRP: "Nœud de boudin"? Encore une nouvelle expression, walibi? :p Moi je trouve qu'elle est très bien la fin de ton post! ;o


When the lights fade out | Pv. Signad10

« Wanna see my awesome slice of hell?  »

Is it too late...?:
 
##   
Contenu sponsorisé

 

When the lights fade out | Pv.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Aux alentours de Terrae.
 :: Forêt.