Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Interrogation et chantage. Quel programme!!!
Lun 22 Juil 2013 - 13:21
avatar
Masculin

Messages : 234
Date d'inscription : 24/02/2013
Age : 24
Emploi/loisirs : Procrastiner, lambiner, être parfaitement improductif.
Humeur : lyrique, libertine et volage, telle est mon humeur

Il me fallut plus ou moins une demi-heure pour rejoindre ma destination, le toit de l'institut. Les masters qui étaient arrivés avaient bien tenté de me rappeler mais, sans doute parce que je suis trop têtu, je n'avais pas donné suite à leur demande. Je devais m'imposer de nombreux arrêt pour reprendre mon souffle, mon corps avait mal vécu la rencontre avec celui de Léon et la brûlure au bras me faisait un peu souffrir.

Pourtant ce n'était pas le pire. Mon esprit, partagé entre une rage dantesque et une profonde affliction, ne parvenait pas à suivre un fil d'idées cohérent. Je m'étais pour ainsi perdu à l'intérieur de moi-même entre ces différents sentiments que je ne parvenais pas à maitriser. Et toujours présente cette colère que mon rongeait.

L'ascension des escalier me rappelait vaguement le film Vertigo, je n'était pas sur de la hauteur et souvent pris d'étourdissement, alors que je me gaussais habituellement du vide. je peinais à grimper chaque volet de marche et quel ne fut pas mon soulagement quand je mettais enfin un pied sur le toit.

J'allumais une cigarette grâce à mon pouvoir, à défaut d'avoir encore un briquet, et regardais en direction du lac, qui était invisible d'ici entre l'obscurité nocturne et le couvert des arbres. La nuit était clair et fraiche, le vent soufflais doucement sur mon perchoir et je contemplais maintenant Terrae dans son ensemble. L'espace alloué à l'institut et aux élèves me semblait immense... Une vaste blague. On nous avait promis la paix et la sécurité ou alors j'avais mal compris le discours que l'on m'avait fait lors de mon initiation.

Je m'approchais du vide qui se trouvait après la bordure du toit, écarté les bras et pris une grande bouffée d'air. Je me demandais si sauter ne serai pas la voie la plus rapide pour en finir avec tout ça. Même si je savais pertinemment que ça ne mènerait à rien, l'idée avec un charme tragique assez attractif pour qu'elle reste dans un coin de mon esprit.

Et puis quel gain de temps énorme.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Lun 26 Aoû 2013 - 13:13
avatar
Féminin

Messages : 2495
Date d'inscription : 24/12/2010
Age : 23
Emploi/loisirs : Heuu... Directrice à plein temps, à c'qui paraît.
Humeur : C'est vous qui voyez :3

HRP : Tu dois te dire : ENFIN et moi je dois te dire... DESOLEE. Je suis vraiment désolée d'avoir mis tant de temps... Mais entre les vacances, mon boulot, ma semaine où je suis partie, et puis bah les sorties avec les amis que je vois beaucoup moins qu'avant maintenant que je suis en études supp... Je suis désolée ! Là, j'ai enfin un peu de temps, entre la fin de mon boulot de vacances et le début du réaménagement de mon appartement, avec le déménagement de meubles et tout le patatra ! BREF.

Mes yeux se stabilisèrent, et la fixèrent. Ma cible était verrouillée. Enfin. Mes jambes, avant même d'attendre l'ordre d'attaquer de la part de mon cerveau, se mouvèrent et en quelques secondes à peine, j'entrai déjà dans une course folle. J'arrivai devant la jeune femme aux yeux arc-en-ciel qui me fixait avec dégoût. Mon emprise sur son corps avait fonctionné, jusque là. Mais, bizarrement, alors que mes pupilles croisaient les siennes, je comprenais la stratégie. Elle s'envola. Tout n'était qu'illusion. Et là, derrière elle, Daisuke, qu'elle m'avait envolé. Et là, face à moi... Mon poing enflammé qui s'envolait dans sa direction, le rencontrant lui alors qu'il aurait du se retrouver sur Aëlita.
Mon monde s'effondra. Mon coeur s'arrêta. Ma respiration me lâcha. Et dans un affreux cri de douleur, je me réveillai en sueur.
Je m'assis immédiatement dans mon lit, essuyant les larmes qui coulaient sans fin sur mes joues. Ryu, qui s'était réveillé suite à mon cri, se redressa à côté de moi et posa une main sur mon épaule pour me tirer contre lui. Mes sanglots ne semblaient pas vouloir se taire... Et pourtant, pourtant... Ce n'était qu'un rêve.
Je quittai mon lit pour courir vers la chambre de Daisuke. Il était là... Oui, il était là, plongé dans ses rêves. Son visage endormi me fit soudain prendre peur. Et s'il était... Mort ?! Affolée, je posai une main sur son petit ventre, et ce ne fut que lorsque je captai les "hauts et bas" dus à sa respiration que je fus une fois pour toute soulagée.
Je quittai sa chambre en silence, et partis dans la cuisine boire un peu d'eau, rejointe par Ryu. J'allais retourner me coucher quand je me rendis compte que je n'avais plus sommeil. Impossible de dormir... Priant à Ryu de retourner terminer sa nuit pour être en forme demain, je lui promis de le rejoindre dans le quart d'heure à venir. Joli mensonge. Une fois les dix premières minutes passées, je quittai la maison, tout habillée de noir, et rejoignis l'institut. Je parcourus les couloirs rapidement, et montai les marches jusqu'au toit sans ressentir la moindre trace de fatigue. Enfin, j'y arrivai. Mais je n'étais apparemment pas la seule à avoir eu cette idée ce soir...
Je me mordis la lèvre inférieure. Il était avec Léon... Lorsque Livy était morte. Et il était sur le rebord du toit.

-Tu n'arrives pas à dormir ?
l'abordai-je.
Voir le profil de l'utilisateur http://terrae.forumpro.fr



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas

Mer 28 Aoû 2013 - 21:13
avatar
Masculin

Messages : 234
Date d'inscription : 24/02/2013
Age : 24
Emploi/loisirs : Procrastiner, lambiner, être parfaitement improductif.
Humeur : lyrique, libertine et volage, telle est mon humeur

Je contemplais cette horizon nocturne, où ce vide insondable, devant moi, incertains de la marche à suivre. Cette état mental presque lymphatique failli d'ailleurs me coûter la vie. En effet, une personne surgit derrière moi, m'abordant avec une question au combien importune. l'effet premier fut un sursaut, le second un léger déséquilibre vers l'avant qui me tira une grimace.

Mon équilibre rétablie, ma contenance récupérée, je me retournais vers l'arrivante. Mon regard tombait donc sur Mademoiselle Honda. Je ne pus, dans un élan de... je ne saurais comment le définir, m'empêcher de la reluquer un instant. C'était malheureux mais elle représentait pour moi une figure d'autorité, ce qui nuisait selon moi à son charme, pourtant indéniable. Je en me sentais pas de faire une réponse trop travaillée ou même simplement aimable.

" Non je suis atteint d'une forme très extrême de somnambulisme."

Ah doux sarcasme, sans toi ma vie serait un navire sans pavillon, destiné à vogué au gré des flots sans port d'attache, sans patrie. En d'autres circonstances, j'aurais sans doute trouvais cela malheureux qu'elle fut la victime de mon humeur massacrante, mais à cet instant précis, je faisais feu sans considérations aucunes. Autant dire que la pique était partit toute seule.

Je la toisais un moment du regard, trouvant soudainement un certains attrait à sa présence sans trop savoir pourquoi. Il fallu un instant supplémentaire pour comprendre que ma chance insolente venait de se manifester de manière grandiose. C'est avec un sourire assuré que je m'adressait à elle.

" C'est fou, quand on parle du loup, il montre sa queux. Les dictons de marché ont sans doute une forme de véracité qu'on leur refuse bien souvent. Il se trouve qu'il y a peu, on m'a parlé de vous, une demoiselle aux cheveux auburn qui semblait vous connaitre, ça vous dit quelque chose? "

[HRP: Franchement, il n'ya pas de problème, j'ai moi aussi d'énorme problème de ponctualité sauf que je n'ai pas d'excuse et je suis donc impardonnable^^.]
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Mer 4 Sep 2013 - 10:10
avatar
Féminin

Messages : 2495
Date d'inscription : 24/12/2010
Age : 23
Emploi/loisirs : Heuu... Directrice à plein temps, à c'qui paraît.
Humeur : C'est vous qui voyez :3

Sa réponse à ma question, sarcastique, dite sur un ton ironique, me fit presque mal au coeur. L'espace d'un instant, dans sa voix, dans ses yeux, j'eus l'impression d'être responsable de ce malaise. Je fis assez rapidement le rapprochement avec... L'histoire de Livy. Et le fait que je n'avais pas été une assez bonne directrice pour prévenir les élèves. Je déglutis avec peine, bien que silencieusement, et tournai la tête pour regarder les étoiles au loin. Pourquoi ? Pourquoi me bornai-je à penser que le mieux à faire, encore et toujours, était de prendre sur moi, de ne rien dire, et de "gérer" le problème ? Voilà comme ça finissait. Je n'avais rien dit au début, et pris de curiosité, deux élèves avaient libéré Aëlita. S'ils avaient été prévenu... Ce ne serait pas arrivé. Je n'avais ensuite rien dit concernant sa fuite, et une élève était... morte. Qu'est-ce que la suite annonçait, hein ? Depuis le début, il me manquait ça. Cette petite voix qui arrive et qui m'ordonne de demander de l'aide, ou au moins de prévenir. Parce que c'était l'essentiel. Depuis le début... Quand j'ai amené Aëlita ici... Il y aurait eu Light, ça aurait été différent.

" C'est fou, quand on parle du loup, il montre sa queux. Les dictons de marché ont sans doute une forme de véracité qu'on leur refuse bien souvent. Il se trouve qu'il y a peu, on m'a parlé de vous, une demoiselle aux cheveux auburn qui semblait vous connaitre, ça vous dit quelque chose? "

Je reposai mon regard sur lui, observai son sourire assuré. Je ne pus m'empêcher de pousser un soupir mêlé à un sourire presque sarcastique. Ironie du sort... Je secouai la tête, pour tenter de chasser ce sourire maudit, et fixai mes yeux sur les étoiles.

-Elle s'appelle Aëlita. C'est... L'Avatar. La seule personne humaine capable de contrôler toutes les affinités et tous les pouvoirs qui existent ici, à Terrae.


Bravo Hideko. Tu lui dis quelque chose qu'il connait à coup sûr !
Voir le profil de l'utilisateur http://terrae.forumpro.fr



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas

Lun 21 Oct 2013 - 0:11
avatar
Masculin

Messages : 234
Date d'inscription : 24/02/2013
Age : 24
Emploi/loisirs : Procrastiner, lambiner, être parfaitement improductif.
Humeur : lyrique, libertine et volage, telle est mon humeur

C'est avec un soupir que notre bonne directrice me rendait un sourire pour le moins étrange. Son regard avait quelque chose de dérangeant et à vrai dire il me mettait mal à l'aise. Il me donnait l'impression d'être jugé par une personne qui m'était en tout points supérieurs, en force et hiérarchiquement et c'était probablement le jugement et la supériorité que je pensais deviner qui me déplaisaient.

Je lâche un soupir, exaspéré. Je n'obtiens que de maigres informations. Son nom Aëlita, son titre, Avatar, et une confirmation de ce que je savais déjà sa quasi omnipotence. J'étais bien avancé avec ça.

" C'est un peu court, jeune fille. Vous auriez pu dire bien des chose en somme. Comme par exemple ses intentions ou ce qu'elle vous veut. Sinon, il aurait été tout aussi sensé de m'expliquer pourquoi elle a tué Noisette, même si je me doute de la réponse."

Je porte ma cigarette à mes lèvres, prenant une longue bouffée que je laissé ensuite échapper au gré des cieux et du vent avant de reporter mon regard sur Hideko. De mon bras blessé, je désignais Terrae dans son ensemble, sans perdre mon sourire.

" Parce que tout ceci est une vaste blague, Terrae et sa sécurité promise, notre monde en entier perpétuellement au bord du chaos. Le non sens de l'humanité. Balzac devait être un génie exceptionnel pour avoir titré l'ensemble de son oeuvre La comédie Humaine, bien que je trouve que le titre de de Dante, La Divine Comédie soit tout aussi bien trouvé. Les choses qui arrivent sans raisons ont ça de beaux qu'il n'y a rien à comprendre derrière, mais ce qui est malheureux, c'est que à cause de ça je n'aurai pas de concert privé avant un bon moment."
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Jeu 24 Oct 2013 - 9:58
avatar
Féminin

Messages : 2495
Date d'inscription : 24/12/2010
Age : 23
Emploi/loisirs : Heuu... Directrice à plein temps, à c'qui paraît.
Humeur : C'est vous qui voyez :3

Mon regard quitta alors rapidement les étoiles pour se fixer sur lui à l'entente de l'appellation "jeune fille". Je le fixai avec un air absent face à l'apparente supériorité dont il faisait preuve et à la façon qu'il avait de s'adresser à moi. Muette, j'écoutai son discours, ne comprenant la fin que par la signification des titres, la littérature française échappant par bien des aspects aux enseignements japonais. Je gardai cependant le silence, gardant mes yeux posé sur lui, observant son sourire. Je retournai dans ma tête les titres des œuvres qu'il avait évoqué avant de laisser un sourire franc et ironique étirer mes lèvres. Oui. Disons ça alors. Aëlita et son arrivée, sa présence à Terrae, n'est qu'une comédie, divine et par conséquent orchestrée par Dieu.

-"Les choses qui arrivent sans raisons ont ça de beaux qu'il n'y a rien à comprendre derrière",
répétai-je pour moi.

Un léger rire m'échappa, et je passai une main dans mes cheveux, les remettant en place, m'accoudant aux rebords du toit, fixant l'institut dans son ensemble.

-Cela est peut-être court mais chaque question amène à une réponse et il ne me semble pas que votre question ait demandé une réponse qui nécessite de ma part un long discours pompeux. Alors avant de me reprocher la petitesse de mes réponses, songez d'abord à élargir la possibilité de réponse de vos questions. Un "avez-vous entendu parler d'elle" n'équivaut en rien à un "que fait-elle ici et que cherche-t-elle à faire ?".

Je tournai la tête vers lui, mon visage resté calme mais ne dégageant aucune preuve de sympathie pour autant. Je n'aimais pas ces personnes qui me parlaient comme ça, et à vrai dire, je n'étais pas Feu pour rien, dans un sens. Oui, je m'en voulais et je m'en voudrais certainement toujours pour ce qui arrivait à ces étudiants qu'Aëlita trouvait, mais ce n'était pas une raison pour me parler ainsi. Je laissai un soupir m'échapper.

-De même, je n'ai jamais parlé de monde perpétuellement au bord du chaos, de la même manière que la sécurité promise à Terrae était garantie pour ce qui venait de l'extérieur.

Je laissai un ange filer, avant de poursuivre, et d'achever :

-Cependant, non contre l'idée de venir briser votre schéma bien ficelé, rien n'arrive jamais sans raison.
Voir le profil de l'utilisateur http://terrae.forumpro.fr



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas

Dim 17 Nov 2013 - 6:39
avatar
Masculin

Messages : 234
Date d'inscription : 24/02/2013
Age : 24
Emploi/loisirs : Procrastiner, lambiner, être parfaitement improductif.
Humeur : lyrique, libertine et volage, telle est mon humeur

J'écoutais ce qu'elle me disait, passant nonchalamment ma main dans mes cheveux pour dégager mon visage. Je retenais, non sans peine, le fameux regard internationalement connu pour dire " Tu te fous de ma gueule hein?". Je préférais cependant un peu de légèreté.

" Je prend donc en note que les japonais ont un goût très limité pour les figures rhétoriques. C'est toujours bon à savoir. Je reprend, que veut-elle? Après tout elle a mentionner votre nom et pense que vous devez savoir pourquoi. "

Condescendance, désintérêt. Finalement Terrae, au détail près des pouvoirs, n'était pas différent. Enfin les gens ne l'étaient pas. Les larmes me montaient aux yeux, la colère avec alors que je recevais chaque mots de la directrice sans l'interrompre. Je bouillais intérieurement et tenais de ne pas le laisser paraitre.

" C'était donc ça les lettres en petit caractères en bas du contrat, la close cachée du contrat. Donc quelqu'un qui s'amuse à tuer ici est libre de ses mouvements si je comprend bien."

Je laissais tomber ses mots, qui aurait dû être accompagné par un sourire ou une mimique quelconque mais je n'en avait pas l'envie, ou la force allait savoir. Je descendais du rebord car la tentation du plongeon devenait de plus en plus forte et m’asseyais. J'étais simplement adossé à cette bordure, descendu de mon piédestal.

De nouveau, mon esprit était perdu, sans pensés cohérente. Et toujours ces larmes coulaient, il aurait été vain de les effacer d'une revers de la manche car d'autres n'attendaient que ça pour les remplacer. Sans relever la tête je me remis à parler. Prenant sur moi et ma fierté, j'articulais péniblement des excuses.

" Je vous demande pardon. Ce n'est évidemment pas votre faute ce qui est arrivé. Qui aurait pu prévoir ce qui allait se passer? C'est juste que.... Noisette était rayonnante d'innocence, ce qu'il y a de plus doux en ce bas monde, c'est probablement de là que je tiens mon affection pour elle. Et c'est un sort bien difficile que de voir mourir quelqu'un que l'on a tenté de protéger. C'est plus difficile à avaler quand avec cela on réalise sa propre faiblesse."

Je marquais une pause, tentant vainement de ravaler ces gouttes salées qui perlées le long de mes joues.

" Et maintenant, je suis là, en train de m'apitoyer sur mon sort, de quémander de la pitié."

je finissais mes phrases en ramenant mes genoux vers moi, en serrant les dents pour contenir ce flot bouillant qui était en moi. En colère contre moi-même, je me haïssais de n'être pas mort à sa place et je me détestais de penser ça, parce que je devinais pertinemment n'aurait pas voulu que quelqu'un meurt à sa place. Je découvrais en cette instant l'Absurde avec un grand A, et je le haïssais lui aussi.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Sam 23 Nov 2013 - 13:07
avatar
Féminin

Messages : 2495
Date d'inscription : 24/12/2010
Age : 23
Emploi/loisirs : Heuu... Directrice à plein temps, à c'qui paraît.
Humeur : C'est vous qui voyez :3

Toutes les piques qu'il s'amusait à lancer dans ma direction commençaient décidément à m'énerver. Il n'allait pas tarder à recevoir une jolie boule de feu dans la tête, et une bonne nuit à l'hôpital. Est-ce qu'il voulait que je lui parle de quelques auteurs Japonais, qu'on rigole ? Les classiques japonais, il les connait, lui ? Alors ce n'est pas la peine de me juger car je ne connais pas les classiques stupides et inintéressants de son pays !
Hrrm. Calme-toi Hideko.
Son histoire de close cachée me tira hors de moi, et je dus faire preuve d'un effort immense pour ne pas exploser. Je fermai les yeux et inspirai une longue bouffée d'air. Nan mais c'était pas croyable ! Ouais, ok, j'avais merdé. Oui, je l'admets, sur ce coup, j'avais fait une erreur. Mais alors quoi ? Il était obligé de tout me remettre en pleine face comme ça ? Il était obligé de m'accuser de tous les maux ? C'est incroyable ça !
Je crois que mon caractère de Feu reprenait le dessus. Moi qui avait travaillé de si longues années à devenir moins... Moins comme ça. Combattante. Refusant de me faire marcher dessus. Un peu trop courageuse à mon goût, tirant davantage sur l'audace.
Je pris une nouvelle inspiration et rouvris les yeux, sentant qu'ils hésitaient entre le rouge de mon affinité et le bleu habituel de mes prunelles.
Finalement, ils se décidèrent sur la couleur qu'ils allaient adopter au moment où, alors que j'ouvrais les paupières, je croisai le regard du jeune homme. Mes yeux redevinrent bleus et je fixais mon regard sur ses pupilles, qui semblaient agitées par le trouble.

" Je vous demande pardon. Ce n'est évidemment pas votre faute ce qui est arrivé. Qui aurait pu prévoir ce qui allait se passer? C'est juste que.... Noisette était rayonnante d'innocence, ce qu'il y a de plus doux en ce bas monde, c'est probablement de là que je tiens mon affection pour elle. Et c'est un sort bien difficile que de voir mourir quelqu'un que l'on a tenté de protéger. C'est plus difficile à avaler quand avec cela on réalise sa propre faiblesse."

Mon sourire se pointa sur mes lèvres, un mélange d'entente, de sarcasme, et d'ironie du sort. Qu'est-ce que je pouvais répondre, hein ? Après le nombre de personne que j'avais vu mourir... Des personnes qui ne méritaient pas de mourir. Des enfants. Des mamans. Toutes ces personnes innocentes et que le monstre qui naissait en moi était en train de détruire, alors que mon véritable moi ne pouvait que rester en spectateur de cette scène atroce et pourtant véritable.
Je me pinçai la lèvre, alors qu'il prononçait de nouvelles paroles que je perçus à peine.
Il ramena ses genoux contre lui, ressemblant dans la seconde à un enfant égaré, effrayé, dégoûté par le monde et n'ayant plus foi en rien. Je revins, moi, à la réalité, abandonnant ce passé qui me hantait, et me fixant sur Jacques qui tentait vainement de ravaler ses larmes.
Je m'approchai de lui, et posai mes mains sur mes genoux, m'accroupissant en face de lui. Je tentai d'afficher un visage doux et souriant.

-Je sais que c'est dur de répondre ça, mais ce qui est fait est fait.

Je marquai une légère pause. Je songeai à mon expérience. A ce qui m'avait aidé à aller mieux.

-La seule chose que tu puisses faire maintenant, c'est lui montrer que dorénavant tu seras capable de protéger les gens que tu aimes.


Je me pinçai la lèvre, désolée.

-Son temps est passé... Et je suis persuadée que vu dont la façon dont tu la décris, elle n'aurait jamais accepté que quelqu'un meure pour elle. Alors maintenant qu'elle a donné sa vie pour toi, pour les autres... Ne gaspille pas ça.


Je me redressai, et m'appuyai sur le rebord du toit.

-Je suis désolée qu'elle soit partie. Je sais que ce n'est en rien joyeux. Mais la seule chose qu'il te reste à faire maintenant, c'est d'honorer sa mémoire.
Voir le profil de l'utilisateur http://terrae.forumpro.fr



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas

Mar 24 Déc 2013 - 2:13
avatar
Masculin

Messages : 234
Date d'inscription : 24/02/2013
Age : 24
Emploi/loisirs : Procrastiner, lambiner, être parfaitement improductif.
Humeur : lyrique, libertine et volage, telle est mon humeur

Je restais un moment interdit fasse à sa réponse. L'envie de lui hurler que tout ceci n'aurait jamais dû arriver me tenaillait, pourtant je restais muet, persuadé quelque part qu'elle n'avait pas complétement tord. Sanglotant toujours, je l'écoutais comme un enfant apprend une leçon, j'étais ouvert à tout ce qu'elle me disait et assimilais tout ce que je ce qui passait, en d'autre termes j'étais aisément manipulable en cette instant. Je crois même qu'elle aurait pu définitivement faire de moi un élève modèle et droit en cet instant là, mais elle ne songea pas un instant à profiter de sa supériorité et je l'en remerciais intérieurement.

Il me fallut encore quelques temps avant de pouvoir faire cesser les larmes, rouge de honte de m'être montré ainsi devant elle, je me redressais péniblement. J'allais me poser à coté d'elle, laissant le silence durer encore un peu avant de rouvrir le dialogue.

" De toutes façons, je ne pense pas que vous me laisseriez faire le grand plongeon donc je n'ai pas spécialement le choix, je dois juste continuer à vivre avec mes faiblesses. Je me demande encore ce qui est le pire... Au moins je suis en vie, sans concert de piano privé, mais en vie. "

Je parlais en regardant le vide, une fois de plus.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Mar 24 Déc 2013 - 12:17
avatar
Féminin

Messages : 2495
Date d'inscription : 24/12/2010
Age : 23
Emploi/loisirs : Heuu... Directrice à plein temps, à c'qui paraît.
Humeur : C'est vous qui voyez :3

Je crus comprendre dans ses prunelles bleu azur, et pourtant sombres de tourment, qu'il semblait perplexe. En accord mais aussi en désaccord avec moi. Je tentais malgré tout de rester neutre, pour ni tomber dans l'apitoiement, ni m'énerver pour une raison diverse.
Ne cessant de le regarder, je me reculai alors qu'il se redressait. Me relevant à mon tour, je le suivais des yeux. Il se posta à côté de moi, le regard fuyant.
Il m'avoua qu'il savait que je n'allais jamais le laisser se suicider et il affirma qu'il allait devoir vivre avec ses faiblesses. Je songeai alors un instant à mes propres faiblesses et fronçai les sourcils. C'était... Quelque chose de très dur. Vivre avec ses faiblesses.
Je hochai la tête lorsqu'il ajouta qu'au moins, lui était resté en vie. Je tentai de lui adresser un petit sourire, même si je savais qu'il ne le voyait pas.

-Ne vis pas avec tes faiblesses Jacques. Fais-en ta force. Ne les subis pas, contrôle-les.

Je laissai mon regard partir au loin, se fixant sur les arbres, la cime de ses arbres, et le ciel étoilé qui les surplombait.

-On fait plus d'erreurs en vivant avec ses faiblesses qu'en apprenant à en faire notre force.
Voir le profil de l'utilisateur http://terrae.forumpro.fr



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas

Mer 25 Déc 2013 - 3:53
avatar
Masculin

Messages : 234
Date d'inscription : 24/02/2013
Age : 24
Emploi/loisirs : Procrastiner, lambiner, être parfaitement improductif.
Humeur : lyrique, libertine et volage, telle est mon humeur

Un hochement de tête et une poignée de conseil sensée mais que je considérais comme inapplicable au premier abord. Contrôler ses faiblesses, en faire une force. On aurait dit une phrase tirée d'un roman d'héroïque fantaisie ou quelque chose du genre. Mais après tout, ma vie n'était-elle pas devenue un peu comme cela? Je pouvais produire des flammes et manipuler les corps dans une certaine mesure... La difficulté étant que ces pouvoirs étaient très, trop, limités. Je ne tardais pas d'ailleurs à lui faire savoir, j'en profitais pour m'allumer une cigarette, contemplant un instant la flammèche que je venais de produire.

" Une faiblesse reste une faiblesse. Mes flammes sont ridicules et mon don de manipulation, pour être presque efficace sur un mannequin inarticulé, me laisse sans ressources et exsangue. Je ne trouve aucune logique dans la maitrise de ces compétences, je suis donc bien incapable de combattre efficacement. Le seul changement que j'ai pu observer, c'est que je me laisse plus souvent emporté par des sentiments, pour peu qu'ils soient un peu exacerbés. L'ancien moi aurait plutôt sauté dans que de fondre en larmes devant vous, il n'aurait jamais songé un seul instant au suicide. Pourtant cet ancien moi à eu besoin de Terrae... Encore un non-sens."

Encore un mur d'incompréhension en effet. Pourtant, j'avais la sensation de tenir quelque chose, mon instinct me disais que je me trouvais sur la bonne voie. Je décidais de prendre de la hauteur en montant de nouveau sur le rebord, scrutant le vide comme si il allait m'offrir une réponse.

" En fait, je crois que la bonne question à se poser c'est en quoi j'ai changé? Je suis toujours aussi attractif, il faut bien l'avouer, je ne suis pas moins génial qu'avant ni plus modeste d'ailleurs ... La seule grosse différence sont ces pouvoirs... ou sont-ce mes pouvoirs? "

Je faisais des va et viens nerveux sans me soucier un seul instant de chuter et m'écraser plus bas. J'étais incapable de finir ce raisonnement, je me sentais incapable de le faire... Depuis quand étais-je incapable de faire ça... ou encore le suis-je vraiment?

Je m'arrêtais soudainement au niveau de notre belle directrice et la regardais droit dans les yeux.

" Que je suis con mais c'est bien-sur!!! Dès que j'ai reçu ces pouvoirs, j'ai cessé de croire en moi pour me baser pleinement sur le potentiel que m'offrait ce pouvoir, je les ai vu comme des outils plus que comme un part de moi. En fait, j'ai complétement cessé de croire en moi parce que tant de gens me dépassaient en pouvoir. Il ne tient qu'à moi de faire mieux et de me dépasser, pas à mes pouvoirs de se développer selon la fréquence à laquelle je les utilisent. Est-ce que je me trompe ... Sensei, c'est ça?"

Je terminais ma phrase en lui offrant mon plus beau sourire qui s'était dessiné au fur et à mesure de ma réflexion à voix haute.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Mar 31 Déc 2013 - 11:32
avatar
Féminin

Messages : 2495
Date d'inscription : 24/12/2010
Age : 23
Emploi/loisirs : Heuu... Directrice à plein temps, à c'qui paraît.
Humeur : C'est vous qui voyez :3

Je crois que j'étais devenue très douée pour ça. Ecouter. Ecouter, et ne rien dire.
Autrefois, je détestais ça. Je ne supportais pas de rester là à rien dire, à simplement regarder. Le nombre d'engueulades que j'avais pas pu avoir avec Misao, pour des choses plus bêtes les unes que les autres, simplement pour l'ouvrir un peu ! Et à votre avis, pourquoi était-je déléguée au lycée ? Il fallait bien que j'ouvre ma bouche. Au moins un peu.
Et pourtant, en devenant directrice à Terrae, j'avais appris à écouter. Et petit à petit, c'était devenu... Pas forcément un plaisir, mais en tout cas, c'était agréable. Ne rien dire, attendre. Laisser l'autre parler, puis réfléchir à ses paroles. Les analyser, formuler sa réponse. Au moins, je me laissais moins emporter par mes sentiments et mes émotions. C'était un bon point... Surtout pour moi.
Je crois qu'en fait, je n'avais pas eu le choix. Il fallait bien que j'apprenne à me contrôler, sinon le monde entier aurait fini sous les flammes... Bon, bien sûr, j'aurais fini complètement détruite aussi en dégageant tant de pouvoir, et j'aurais probablement... explosé ? ouais, un truc comme ça. Ce qui explique alors pourquoi Ryu, en me rencontrant, c'est dit qu'il devait m'apprendre à écouter. A rester calme. A ne plus m'imposer. Surtout que s'imposer par la parole, ça va. En revanche, s'imposer par des flammes, c'est plus dangereux.
Bref. Je m'emporte.
J'écoutai donc Jacques, calme, attentive, sérieuse. Je préparais ma réponse au fur et à mesure de ses paroles, lui souriant doucement, jusqu'à ce qu'il se tourne soudainement vers moi, plantant son regard dans le mien, sûr de lui et déterminé. Je sursautai légèrement face à cet entrain, et écoutai alors l'explication qu'il livra quant à son statut. Apparemment, sa réflexion à voix haute semblait avoir porté ses fruits. Alors qu'il terminait de parler, son sourire atteignait des sommets sur son visage. Croyez-le ou non, je n'avais que rarement vu de sourire aussi sincère, surtout sur les lèvres d'un Feu. Et tout sourire sincère était bon à prendre.
Mon sourire se peignit à son tour sur mes lèvres, et je penchai légèrement la tête sur le côté après l'avoir hoché.

-Tes pouvoirs font partie de toi. Leur évolution et la tienne sont liées. Tant que tu n'a pas confiance en toi, tu ne peux pas avancer. Là, en revanche...

Je marquai légèrement une pause, fermant les yeux quelques instants pour ressentir son énergie qui s'était remise à vivre en lui. Je rouvris mes paupières, posant mon regard azur sur lui.

-... Tu sembles enfin prêt à avancer. Un pas après l'autre, tes pouvoirs dans une main, et ton assurance dans l'autre. Tu n'as besoin de rien d'autre... Si ce n'est de croire en toi.

Mon sourire s'effaça légèrement tandis qu'un rire à peine perceptible franchissait la barrière de mes lèvres.

-Et puis... Personne n'est nul. Ce sur quoi il faut compter, ce n'est pas seulement sur la puissance. Un initié malin et rusé bat une étoile. Il suffit d'avoir de l'esprit.


Je penchai la tête sur le côté.

-Et je ne pense pas que tu en manques.
Voir le profil de l'utilisateur http://terrae.forumpro.fr



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas

Mer 15 Jan 2014 - 23:20
avatar
Masculin

Messages : 234
Date d'inscription : 24/02/2013
Age : 24
Emploi/loisirs : Procrastiner, lambiner, être parfaitement improductif.
Humeur : lyrique, libertine et volage, telle est mon humeur

Je la regardais en souriant, elle confirmait ce que je venais de dire, annonçant que j'étais fin prêt à aller de l'avant. Ce n'était pas comme si j'avais besoin de l'entendre dire.... J'étais probablement de mauvaise foi. En fait je crois que j'avais vraiment besoin d'être rassuré. Je rougissant, me sentant comme un gamina lors que je réalisais qu'a cet instant, je venais d'être materné par notre directrice. En lui riant, je lui lançais:

" Un peu plus et je me sentirai tenu de vous appeler maman. Mais je vous remercie de m'avoir supporté et écouté, j'ai beau être mégalo, je n'arrive pas toujours à m'écouter moi-même."

Je tirais à nouveau sur ma cigarette et la regardais alors que mon opportunisme refaisait lui aussi surface, en effet une idée me trottait maintenant dans le tête. On ne se refait pas, que voulez-vous?

" Dites-moi, je ne voudrais pas abuser de votre temps et de votre bonté mais j'aurai une petite requête. Vous voyez, je suis titulaire d'un diplôme et j'ai donc que peu d’intérêt et je vous l'avoue d'envie également de reprendre les cours. Je pensais donc à un autre projet qui me correspond plus mais qui nécessite votre accord. Je souhaiterai monter une radio propre à Terrae avec une volonté de divertir et de faire passer les diverses nouvelles que l'on peut trouver en grattant un peu au milieu des ragots. Le tout avec un but non lucratif et parfois pédagogique. Vous en pensez quoi?"
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Jeu 16 Jan 2014 - 9:30
avatar
Féminin

Messages : 2495
Date d'inscription : 24/12/2010
Age : 23
Emploi/loisirs : Heuu... Directrice à plein temps, à c'qui paraît.
Humeur : C'est vous qui voyez :3

Sa réflexion sur le fait de m'appeler maman me tira un sourire et je répondis à la suite de ses remerciements par un hochement de tête. Si au moins ça avait pu l'aider, c'était le principal. J'avais parfois l'impression de parler pour rien dire ici, alors savoir qu'il m'avait écouté, c'était tout de même sympa.
Cependant, il sembla bien vite reprendre son tempérament et je me repris à penser que j'aurais peut être du prendre plus de temps à savourer ses remerciements, qui devaient probablement être rares.
Malgré tout, tandis qu'il formulait sa demande, je laissai un sourire amusé étiré mes lèvres. Je ne me moquais pas de ce qu'il disait, non. Je trouvais juste amusant de voir à quel point... Et bien d'une certaine façon, il pouvait être changeant. Passer du tout au tout. S'il n'avait pas eu tant de confiance et s'il n'était pas du genre à ne pas hésiter à aborder les jolies filles, je pense qu'il aurait fait un très bon Tonnerre.
Alors qu'il terminait de parler, je hochai la tête.

-Et bien c'est une bonne idée, pourquoi pas oui. Mais tu voudrais t'en occuper seul ? Il te faudrait probablement d'autres personnes pour t'aider, non ? Dans tous les cas je suis pour, c'est une bonne idée. Il ne reste qu'à trouver un local à réaménager et... Le matériel. Si tu t'y connais, ça pourrait être sympa de me faire une liste pour que je sache quoi acheter... Ah, et si tu as déjà une part du matériel, je ne suis absolument pas contre.


Je vais faire chuter l'économie de Terrae à force. Il faut croire que nous avons de la chance d'aider parfois de grands hommes... Ca fait de l'argent.
Voir le profil de l'utilisateur http://terrae.forumpro.fr



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas

 

Interrogation et chantage. Quel programme!!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae. :: Toit de l'institut