Partagez | 
Sauvetage suspect !
##   Sam 27 Juil 2013 - 23:33
avatar
Invité

Coulant dans le lac peut à peut je voyais ma vie défiler devant mes yeux de mon enfance jusqu'au début du lycée là ou tout était parfait, là ou rien n'avait pu me gêner, là ou tout était en harmonie avec mon âme. Puis au cour de ce défilement ce fut la descente en enfer car je voyais les 6 derniers mois les plus pénibles à cause de l'hésitation, des troubles de la peur et pour finir de la douleur en ce jour totalement maudit. Peut être aurais-je du ne rien dire, peut être aurais-je du mourir avant qui sait c'était sûrement un caprice de la mort.
Au terme de ce défilement je pouvais enfin me dire que c'était fini car je manquais d'air et mes poumons commençaient à être remplie d'eau je sentais enfin que j'allais pouvoir me reposer éternellement et quitter ce monde dénué de tout sens, une force me portait d'où venait elle, qui était elle ? Me sentant remonter à la surface puis ensuite être sorti de l'eau puis  déposé au bord du lac, je me contentais de cracher de l'eau et de reprendre ma respiration.

À la fin de se piteux spectacle je me relevais pour voir qui m'avait sauvé, c'était un homme assez grand et bien musclé faisant plusieurs centimètre de plus que moi aux cheveux blanc mais qui lui allaient à merveille, ce qui me fit descendre le regard était son magnifique  pardessus rouge sang avec la chemise noir qu'il avait en dessous on aurait dit une sorte de comédien un peu comme moi. Quand à son jean il était tout à fait banal avec des rangers à la fin, bien évidement j'avais remarqué son épée dans son dos et ses armes à feux et alors ? Devais-je fuir devant un sauveur ? Je ne crois pas non.
Je le vis se tourner pour marcher en direction de la sortie du lac moi je le suivais en me tenant un petit mètre derrière lui il n'avait pas l'aire pressé par le temps et moi non plus d'ailleurs puisque j'avais failli mettre fin à mes jours sortant du lac au loin j'apercevais ma maison avec une moto garé devant et l'homme lui en prenait la direction. Je ne me stoppais pas pour autant car peut être avait il parlait à ma famille peut être tout allait s'arranger non ? Plongée dans mes songes on arrivait alors devant la maison je m'avançais la premiére car lui il c'était arrêté d'un coup puis la porte s'ouvrit alors avec des cries furieux puis des formes passaient le seuils de la porte, ce n'étaient autre que mon oncle mon père et trois amis à eux.


-Enrica monstre je t'avais prévenu je vais t'étriper sale monstre pourquoi est tu revenue garce ? Et lui là c'est qui le même genre de monstre que toi ? Nous allons vous mettre en pièce puis cacher vos cadavres au milieu de la forêt déchets !Avait alors dit mon père.

Les voyants comme ça je m'étais caché vivement derrière l'homme le serrant un peu à cause de la peur, j'avais fermé les yeux pour essayer de me calmer mais je versais tout de même des larmes dans son dos. Alors qu'une main se posa sur ma tête je relevais le regard vers son visage qui arborait un sourire joyeux. et il partie en avant alors que tous se ruèrent sur lui. À ce moment précis il m'avais fais un signe avec son épée que je compris instinctivement. Rentrant dans la maison et me dirigeant dans ma chambre je prenais alors un sac avec tout les affaires qui me passaient par la tête sans oublier Sigrid ma fidèle lame avant de redescendre. Retrouvant alors mon sauveur qui avait mit sa moto en marche, j'avais pu voir avec stupeur que les hommes gisaient au sol avec de jolis hématomes et quelques nez cassés et mon père qui me regardait avec un regard suppliant.
je m'étais juste contenté de rejoindre la moto et pris le casque qu'il me tendait pour ainsi partir en trombe. Sur le chemin que l'ont parcouraient on traversait de nombreuse villes sans s'arrêter. Au bout d'un moment il c'était stoppé devant quelque chose qui avait l'apparence d'une grande institut je descendais alors m'approchant du portail posant mes affaires juste devant gardant Sigrid à la taille. C'était un endroit bien magnifique qui me paraissait assez ancienne école pour son architecture. Me tournant vers l'homme qui était entrain de fumer, je lui découpais d'un simple mouvement sa cigarette pour lui demander en le pointant avec Sigrid : 


-Merci mais euh...qui êtes vous ? qu'est ce que je fais ici ? Comment m'avait vous trouvez alors que j'étais au milieu de nul part ? Vous êtes un ravisseur ou un sauveur ? Bon je peux juste dire que vous êtes bien habillé mais hélas cela n'altérera en rien m'a méfiance envers vous veuillez me pardonner.  
##   Lun 5 Aoû 2013 - 14:41

Personnage ~
► Âge : 25
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 307
Date d'inscription : 19/03/2013

Un courant d'air léger, le soleil qui abat impitoyablement ses rayons sur mon visage, la bouche pâteuse et le cœur au bord des lèvres.... Ah non c'est une cigarette.... et le morceau " Funk Soul Brother" qui passe à fond dans mon salon. Oui, c'est bien le matin.

Bon question numéro 1: D'où je sors ce paquet de clopes qui se trouve sur ma table? Et à qui appartient-il? Seven Stars... J'ai dû croiser Eion Hier soir. Je crois que je comprends mieux le trou noir.

Question numéro 2: C'est quoi ce dossier posé sur ma table avec un mot dessus? Je me redresse pour lire la note, ça vient d'Hideko et y a marqué urgent dessus souligné 3 fois en rouge.... ça doit être important.

Après quelques minutes de lecture je fais finalement le lien. J'ai dû aller au bar hier soir et y rencontrer Eion avec qui je me suis probablement mis minable avant de voir la Cheftaine qui m'a confié ce dossier pour aller chercher une nouvelle élève du nom de Enrica Pedroski.... Cet après midi et il est déjà 10 heure. Oh merde.

En courant je file sous la douche, m'habille, prend mes armes, le paquet de cigarettes et un briquet, passe un bon quart d'heure à la recherche des clefs de ma bécane... Qui ne se trouve même pas chez moi... Bordel de merde.

Je me téléporte au bar et alors que je m'avance vers le patron qui me tend immédiatement les clés en me disant de ne plus me ramener avec ici. Je le remercie et part en courant retrouver ma moto, je regarde l'adresse sur le dossier, le balance dans ma sacoche de selle et met le contact.

Alors que ma bécane avale les kilomètres, que le vent fouette mon visage parce que j'ai oublié de mettre mon casque et que je prie le grand barbu pour ne pas croiser de flics, je ne peux m'empêcher de me demander si je suis la bonne route. Mon superbe sens de l'orientation m'ayant souvent couté plusieurs heures de ma vie, je crains maintenant que cela ne soit encore plus problématique.... Surtout quand y a marqué urgent souligné 3 fois par la patronne.

J'arrive devant ce qu'il me semble être la bonne maison, je check le nom sur la boîte aux lettres... Pedroski... C'est bien ça. je fais rapidement le tour de la maison et m'approche de la porte avec l'intention d'agir en homme civilisé, c'est de frappé... La porte hein? Mais coupé dans mon élan, je capte un éclat de voix et une discussion entre deux hommes parsemées de jurons et une information qui peut m'être utile, apparemment la demoiselle que je cherche est partie en direction du lac... Reste à savoir où  est ce lac.

Je me fais indiquer la route par une jeune femme, relativement aimable à ce que je vois, et suis donc ses indications. Je découvre l'étendue d'eau au bout d'un chemin. Le cadre est pas mal, je devrai y emmener Makiko un de ces jours.

Petit problème, il n'y a personne. C'est calme, l'eau ondule légèrement sous l'effet de la brise qui souffle faiblement et le silence est quasi total, si on omet le bruit de bulles qui éclatent à la surface de l'eau. Des bulles d'air qui remontent? Elle aurait quand même pas..? Au risque de me répéter: Bordel de merde!!!

Je balance mon pardessus et Vendetta à terre avant de plonger dans le lac. Dans l'eau presque limpide j'aperçois une forme, un corps, celui d'une jeune fille. Quelques brassés plus tard je l'attrape et la remonte tant bien que mal à la surface pour ensuite la trainer sur la berge où elle recrache plus d'eau que je n'en ai but cette semaine. Je reprend mes affaire et attends  qu'elle soit à peu près en état de me suivre pour me diriger vers sa maison. Des bruits de pas provenant du bâtiment et qui approchent dans notre direction. La porte s'ouvre sur cinq hommes apparemment prêts à en découdre. L'un d'eux prend la paroles, traitant la jeune fille de garce et de monstres, nous promettant à tout les deux une mort prochaine. Enrica se cache derrière moi, apparemment apeurée et en larmes. Alors comme ça on me menace? Si il savait ce que je peux faire il aurait sans doutes  repensé son discours. Dommage pour lui et ses amis.

Je pose ma main sur la tête de la demoiselle en tirant mon épée de son fourreau, le sourire aux lèvres. Alors que nos opposants s'approche je désigne l'entrée de la maison de la pointe de ma lame à Enrica qui court aussitôt à l'intérieur. Une fois qu'elle a disparu dans l’entrebâillement de la porte, je plante Vendetta dans le sol et regarde mes assaillants avec un sourire emplit d'amusement et de condescendance. Le premier se jette sur moi avec l'adresse d'un enfant de 3 ans. Je bloque le coup de poing qu'il me lance et lui rend un direct dans le sternum qui lui coupe le souffle et le mettra probablement hors combat pour les 5 prochaines secondes. Je me lance alors sur le second, celui qui avait pris la paroles et enchaine un petite série de crochets, ne laissant de ses côtes qu'un douloureux souvenir, enfin de quelques unes, j'ai pas vraiment le temps de toutes les cassés. Le premier vient de se redresser et m'entoure à l'aide de ses trois camarades, pensant sans doutes que cela leur donnerait un avantage sur moi.

Deux viennent sur moi en même temps, je m'écarte d'un pas au dernier moment, esquivant ainsi le premier et attrapant au passage le second pour le jeter sur celui qui se trouvait face à moi. Un de ces fourbes m'attaque alors dans le dos, m'infligeant un coup un peu faiblard avec son poing. Je me retourne vers lui, rigole et ... PAF... un bourre pif. Le combat se poursuit ainsi une petite minutes ou deux, je brise encore un nez colle quelques paires de claques, bref un truc qui ressemble plus à une rixe dans un bar qu'à un véritable combat.

Je retourne en direction de ma moto, crachant au passage sur celui qui m'avait menacé et attends la jeune fille que je dois ramener à Terrae. Elle sort de la maison et je lui tend mon casque que je venais de trouver sous le dossier, dans la sacoche de selle justement. Une fois qu'elle est installé, je pars sur les chapeau de roue et me rend rapidement compte que je suis trempé et que j'ai un peu froid. Pourquoi fallait qu'elle tente de se suicider dans un lac? c'est tellement pas original.

Le trajet me semble plutôt long mais je me plains pas, pour une fois qu'on me donne l'occasion de travailler. Arrivée à l'entrée de l'institut, Enrica descend et contemple le bâtiment, moi-même je sors une cigarette de mon pardessus et l'allume. Je ferme les yeux lâche un soupir, il m'a fallu des mois pour arrêter et une soirée seulement pour reprendre. Le sifflement d'une lame qui passe devant mon visage et coupe ma cigarette me les fait ouvrir aussitôt. Enrica me menace avec son cure-dents et me pose une série de questions auxquelles je dois maintenant répondre. J'allume une nouvelle cigarette avant de lui donner ce qu'elle veut.

" Bon je vais être aussi clair et concis que possible. Je suis Dante Alighieri et, si je ne me trompe pas, tu es Enrica Pedroski. Ici, c'est Terrae, un endroit où les jeunes gens comme toi et moi viennent quand l'appel retentit, et c'est grâce à cet appel qu'on à pu te retrouver. Tu es ici pour qu'on t'offre la chance de recommencer une nouvelle vie, sauf si tu souhaites retourner à l'ancienne même si je ne pense pas que les messieurs que j'ai laissé au tapis te fassent un bon accueil. Quant à savoir si je suis un ravisseur ou un sauveur, je ne répondrai même pas tellement je trouve cette question stupide. D'autres trucs à me demander? Et baisse ta lame, ça me rend nerveux quand on pointe un cure-dents sur moi, même de très bonne facture."


##   Jeu 8 Aoû 2013 - 18:51
avatar
Invité

La première cigarette que j'avais coupé tomba net au sol et il recracha ce qui lui restait puis en prit une seconde comme si de rien était. J'eu à ce moment là un sourire provocateur car après tout que pouvait il m'arriver de pire que ce que je venais de traverser ? Rien pour le moment enfin si la mort mais bon je venais de la frôler donc y goûter entièrement ne pourrait pas vraiment me poser de problème puisque j'avais perdu en une microseconde tous ce que j'avais de plus chère à mon cœur et je ne voyais pas vraiment de solution pour tout retrouver. Lui il restait tout de même assez calme alors que je le menaçais de mon arme il avait répondu à toute mes questions une par une sans oublier aucun détail toujours dans la paix et la sérénité.

Donc cette endroit s'appelé Terrae, pas mal comme nom et puis les bâtiments étaient tellement attirant, mais l'appel qu'était-ce cette chose ? Et recommencer une nouvelle vie ? Bien sur que je le voudrais et non je ne retournerais jamais chez moi puisque de toute façon si un jour j'y vais c'est pour leur faire subir ce qu'ils m'ont tous fais sans exception. Tendis qu'il avait raison ma dernière question avait été tellement stupide et même si je l'avais posé, comme il avait dit je n'avais pas besoin d'avoir de réponse car je savais déjà ce que c'était.


-Heu d'accord je comprends à peut près mais, comment saviez-vous ce qu'il se passait ? Et l'appel c'est quoi ça, une sorte de halo magique ou un truc dans le genre ? Et mon arme n'est pas un cure-dent un peu de respect s'il vous plais, c'est sûrement l'une des seuls chose qui me reste de précieux alors j'y tient énormément !

Sur ces mots j'avais rengainé ma rapière contre ma volonté car après tout il l'avait dénigré mais bon je n'allais pas faire de grabuge dès mon arrivés car si cette endroit pouvait m'aider, j'allais sûrement devoir me plier au règle. Je me pinçais les lèvres alors que je m'adossais au portail essayant de remette de l'ordre dans ma tête car ça commençait vraiment à faire beaucoup pour moi. Je faisais des exercices de respiration comme on avait appris à faire au théâtre pour me calmer tout en attendant sa réponse.
##   Jeu 8 Aoû 2013 - 23:13

Personnage ~
► Âge : 25
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 307
Date d'inscription : 19/03/2013

Le sourire qui se dessine sur son visage m'amuse, j'ai souvent le même gravé sur le visage. Comme quoi, il n'y a vraiment que des gens assez spéciaux à Terrae. Remarque je suis pas sûr qu'elle sache pourquoi je suis si détendu.

Elle prend un instant pour regarder les bâtiments de l'institut. Je me souviens que moi-même je n'y avais pas prêté attention une seule seconde, j'avais franchi la grille sans me soucier de savoir si le master me suivait ou pas, simplement animé par l'envie de trouver un peu de calme.

Alors que je viens à peine de répondre à ses questions, elle m'en assène deux nouvelles et pas franchement les plus simples. Je lâche un soupir et entame des explications. Au moins elle a rangé son arme.

" Bon alors comment j'ai su? Bah j'en savais rien à vrai dire, je connaissais juste ton adresse et quand je suis arrivé, alors que je m'apprêtais à frapper pour parler à tes parents, j'ai entendu des voix provenant de l'intérieur parler de toi et du lac. Donc je suis parti à ta recherche et c'est la que je t'ai repêché. Ensuite si je me suis battu, c'est parce que mon boulot consiste à te protéger, ensuite parce que je ne laisse pas une demoiselle seule se débrouiller face à cinq petites frappes qui ne savent mettre un coup de poing et enfin parce qu'il m'ont menacé et je n'aime pas ça. Pour l'appel..."

Je marque une pause pour réfléchir. Comment expliquer ça simplement. Je fouille un peu dans mon cerveau et l'image d'une étendue d'eau me vient à l'esprit.

" ...c'est plus difficile à expliquer. Il intervient quand une personne, en l'occurrence toi, est touché par une forme de mal-être, une trouble existentiel qui se caractérise généralement par un vide. C'est généralement un grande souffrance qui provoque ça ou une un trouble qui ronge la personne. Ce trouble émet des ondes, un peu comme quand tu jette un cailloux dans l'eau. Ces ondes ont été captées ici à Terrae par notre directrice que tu rencontreras en temps et en heures. Une fois que l'appel est localisé on envoie quelqu'un comme moi pour te récupérer. c'est assez clair? Et si tu attaches un tant soit peu de valeur à ton arme, ne la dégaine pas devant n'importe qui, ce n'est pas un outil que tu brandis pour menacer les gens, si? "

Je tire un grand coup sur ma cigarette et recrache lentement la fumé alors qu'Enrica s'adosse au portail de l'entrée. Elle vient de pincer ses lèvres, trop de chose à gérer pour une jeune fille. J'ai bien envie de la rassurer.

" Ici personne ne te jugera, tout le monde est passé par là, moi y compris. C'est un havre de paix pour se reconstruire, reprendre confiance en soi... ou simplement oublier de vieilles blessures. "

Le dernier exemple est plus pour moi. Mais je ne compte pas terminer sur une note aussi sérieuse.

" Par contre il faut que je te prévienne de quelques petites choses. Tout d'abord, les élèves ici se voient offrir des pouvoirs, ce que le type lambda appellerait de la magie. Tu les reçoit au cours de ton initiation. Je ne t'en dirai pas plus là dessus, il faut voir par soi même, c'est impressionnant la première fois. Après Terrae regorge de jeunes gens de ton âge d'un peu partout dans le monde, donc tu devrais pouvoir t'amuser aisément et faire des... rencontres intéressantes. "


##   Mar 13 Aoû 2013 - 11:33
avatar
Invité

Il avait l'aire assez amusé par mon sourire provocateur que j'avais eu auparavant mais cela aurait été allez plus loin s'il ne m'avait rien expliqué, car heureusement pour lui j'étais calmé et grâce à lui d'ailleurs, mais il était vrai que j'avais tellement de question concernant cette endroit que j'étais en train de le noyer sous celle ci. Et lui même ne savait rien pour moi, seul l'adresse lui avait été utile, comme quoi dans la vie on peut s'attendre à tout on dirait bien. Quand à me protéger j'avais pu voir ça car sinon, à l'heure qu'il est je serais morte soit noyé ou soit sous les coups de ces gens que je pouvais qualifier dorénavant de détestable.

Pour ce qui était de l'appel je comprenais à peu près ce qu'il disait mais cela restait toujours un mystère pour moi car le fonctionnement était étrange mais si j'avais bien compris, cela voulais dire que toute les personnes qui sont ici avaient toute subis un trouble de ce genre qu'il soit petit ou pas. Toujours était il que si c'était comme ça ici, toue les personnes devaient s'entre aider à aller mieux et à se soutenir les uns les autres, ce qui me réchauffaient légèrement le cœur.


-D'accord je comprends un peu mieux comment tu m'as trouvé maintenant, et désolé que tu ais été menacé gratuitement de la sorte alors que tu n'avais rien demandé. Ils ne t'ont pas blessé par ma faute au moins j’espère ? Sinon je dois pouvoir trouver quelque chose si tu a as une marque quelque part sinon ta copine risquerait d'être furieuse. Tu en as une au moins ?

Je restais à l'écouter attentivement quand il me parlait des pouvoirs, cela pouvait vraiment exister ? Pourtant nous sommes dans la vrai vie là, ce n'est pas un jeu de fantasy dans lequel on peut faire du feu ou de la foudre sur commande. Pendant une petite je me demandais tout de même si il ne se moquait pas de moi car ce qu'il me disait faisait tellement partie de l’irréelle que j'avais du mal à y croire. Pourtant il en parlait d'un aire tellement sérieux que je doutais moi même sur ce que je croyais ou pas.

-Hum...désolé de demander mais pour les pouvoirs c'est sérieux ? Car j'ai assez de mal à y croire tout de même vu que ce monde regorge uniquement de chose banal. Et pour ce qui est des rencontres il y a déjà toi que je peux noter sur une liste, ensuite pour les autres je verrais bien si la complicité passe ou si on contraire c'est la tention qui passe car après tout on ne peut pas plaire à tout le monde !Avais-je dis en rigolant un peu.
##   Mer 27 Nov 2013 - 5:04

Personnage ~
► Âge : 25
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 307
Date d'inscription : 19/03/2013

Franchement, les nouveaux arrivant m'étonneront toujours. Elle boit presque littéralement mes paroles et ne semble pas plus surprise que ça quand je lui parle des pouvoirs et de tout le truc qui tourne autour de l'Appel... Je crois même qu'elle comprend presque mieux que moi. Faut bien dire que je cherche pas trop la réponse aussi, on me donne un truc à faire , sauver un gamin de la dépression ou de la noyade selon le contexte, puis je le ramène ici et lui donne toutes les infos sur Terrae qui me passent par la tête, rien de plus simple. Mais j'ai jamais vu un novice avoir peur de ce qu'il découvre ici. Le plus souvent, je crois que c'est de la fascination.

Sa question, que j'aurai dû trouver intrusive, me fait plutôt rire. Oui Kiko serait sans doute de mauvais poil si je rentre blessé, mais elle m’achèverait probablement pour m'apprendre à faire attention.

" Euh.... Oui j'ai une copine , jeune curieuse. Et j'ai connu pire que quatre guignoles qui veulent me taper dessus, ma copine dans ses mauvais jours par exemple... Et non je suis pas blessé, je leur ai pas laissé le temps de me toucher sauf un dans le dos mais c'est rien y aura une petite marque au pire."

je ris quand elle me demande si c'est du sérieux pour nos pouvoirs, non pas que je me moque d'elle mais cette question là est récurrente, un peu comme le produit pour toilettes... ou Eion.

" Parce qu'une courte démonstration vaut mieux qu'un long discours... Ferme les yeux."

J'attend qu'elle s'exécute pour poser ma main sur son épaule et nous téléporter directement dans la salle des masters pour que je puisse lui remettre sa puce histoire qu'elle se perde pas au milieux des conversations.

Alors que l'on arrive a destination, on se trouve sur la trajectoire d'un éclair. Je me téléporte entre le projectile et la demoiselle et j'encaisse le coup, laissant un jolie trou dans ma chemise et une blessure sympa au ventre. Je grimace rapidement avant de foudroyer le master responsable de ça de mon regard glaciale et comme d'habitude ça fait effet. Merci la mauvaise réputation.

Je me dirige vers le carton à puce en me tenant le ventre, en sors une et le donne à Enrica.

" Met ça dans ton oreille, comme ça te comprendra toutes les langues et c'est plutôt pratique."


##   Ven 20 Déc 2013 - 20:29
avatar
Invité

Tient donc ma question sur le fait qu'il pouvait potentiellement avoir une petite amie l'avait fait rire. Bon ok j'avais demandé quelque chose qui ne me regardais pas spécialement mais c'était pour la bonne cause car une fille peut être assez furieuse de voir son copain revenir avec une taillade ou une blessure à quelque part car en premier lieu ça l'inquiète plus que ce qu'il faut. De toute façon ça allait être la seul question personnelle que j'allais lui poser car le reste ne me regardais pas du tout, même si j'étais assez curieuse sur les bords je le connaissais à peine et franchement il avait l'air d'avoir assez de boulot comme ça. Il avait tout de même prit la peine de me répondre contrairement à ce que je pensais et donc je l'avais écouté sans le couper.

Et effectivement il avait une petite amie et il avait une telle façon de la décrire que l'on dirait que c'est un ogre violent quand elle est de mauvais poil mais bon elle devait avoir pas mal de bon côté et puis ce gars était plutôt bien battit physiquement et il avait l'air d'avoir une petite once de provocation dans sa façon d'être. Il riait encore une fois pour ma deuxième question, à croire que j'étais un clown qui faisait son show, et il me parla de faire une démonstration par rapport au pouvoir car ça valait mieux qu'un long discours.

À sa demande je fermais les yeux tout en empoignant mon arme on savait jamais ce qu'il pouvait se passer. En une fraction de seconde je me sentit porter ailleurs et quand je rouvris les yeux nous étions dans une pièce plutôt sombre tendis qu'un éclaire jaillissait sur moi aussitôt arrivait. L'homme c'était placé entre moi et le * sort * tendis qu'il se le prit de plein fouet. Je le vis se redresser et je vis aussi l'autre personne partir presque au pas de course tendis que Dante me passait des trucs avec des instructions.


Hum d'accord, et ensuite ? Enfin je veux dire pour s'inscrire il faut rien faire d'autre ? Pas de recensement ou de papier à signer ? Oui je sais je pose trop de question pardon de vous embêter mais...je me sens tellement perdus et tellement loin de chez moi que je n'ai pas un seul repère, j'espère au moins que la population d'ici sera plutôt indulgente avec moi car je ne veux pas me sentir rejeté..
##   
Contenu sponsorisé

 

Sauvetage suspect !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Entrée.