Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2
Comment ne pas ruiner son petit-ami, mode d'emplois !
##   Mar 6 Aoû 2013 - 17:25
Anonymous
Invité

Elle avait l'aire de mettre un peu plus de temps que moi pou choisir quelque chose dans la boutique mais bon on allait bientôt devoir se séparer, à par si bien évidement elle voudrait dormir avec moi cette nuit. Au oui on ferait les petits fous toute la night. Euh oui mais non voit tu car j'ai besoin d'un peu de paix et de repos moi aussi donc non ça arrivera pas de toute façon. Pfeuh qu'est ce que tu es vieux jeux. Non mais idiot je la connais uniquement depuis une semaine, je vais pas coucher avec elle en un si peut laps de temps, au pardon si MOI au moin je la respecte ! Pas drôle tout de même. Blablabla à tient elle sortait enfin du magasin et je me rapprochais alors d'elle à vive allure tendis qu'elle me tendis le cadeau tout en m'embrassant et qu'elle me dit :

-Pour que jamais plus tu ne puisses oublier !

Je lui rendis tout de même son baisé et lui donnait moi aussi mon cadeaux qui était cela dit moi grand que le sien mais bon comme on me dirait si on m'entendait : la taille ne fait pas tout. Je la regardais sourire aux lèvres puis pris le sien à pleine main car j'étais vraiment curieux de savoir ce que c'était surtout après ce qu'elle venait de me dire. Prenant mon mal en patience je lui disais d'abords :

-Normalement on dit honneur aux dames ma princesse, donc en tout homme polie que je suis tu dois ouvrir le tient en première !

Je la laissais alors ouvrir l'emballage pour ensuite qu'elle y découvre la petite boite argenté et noir, quand elle l'ouvrit elle put finalement apercevoir le bracelet que je pris délicatement pour le lui mettre autour du poignet droit. Quand ce fut fait je posais un doigt sur ses lèvres pour ne pas qu'elle brise le silence du moment et j'ouvrais alors à mon tour mon cadeau pour y découvrir un album photo. À ce moment là je compris mieux le sens de sa phrase puis en ressassant tout de même un ou deux souvenir je l'embrassais la larme à l'œil car au cas ou je venais à reperdre la mémoire, j'aurais mes souvenirs avec moi cette fois ci. En l'enlaçant tendrement je lui dit alors la voix un peu tremblante :

-Je te remercie ma princesse, et en plus je n'y avais jamais pensé que suis-je bête parfois ! Et mon cadeau te plait-il ?

Lui avais-je demandé tout en marchant vers l'institut pour essayer de m'aérer les idées qui se bousculaient toute les unes contre les autres dans ma tête. Je me reprenais un peu et stoppais les larmes avant qu'elles ne tombent pour enfin reprendre mon sourire que j'avais tout à l'heure.
##   Jeu 8 Aoû 2013 - 19:24

Personnage ~
► Âge : 17 cerises
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Sixtine Szpadime
Messages : 185
Date d'inscription : 02/06/2013
Age : 22
Emploi/loisirs : Ça dépend du canapé !
Humeur : Pour l'instant, je nage dans l'canapé du bonheur.

-Normalement on dit honneur aux dames ma princesse, donc en tout homme polie que je suis tu dois ouvrir le tient en première !

Surprise et en même temps pas du tout. Surprise parce que je voulais voir sa réaction. Pas du tout parce que Léon est un grand gentleman. Fallait s'y attendre. J'attrape le petit boitier noir et argent et l'ouvre doucement, à la limite de l'émerveillement. Est-ce que je vous est déjà dis qu'à l'orphelinat, les cadeaux ca existe pas ? Y'a qu'Arthur qui m'en offrait ...
Puis je vois un bracelet. Un bracelet m'aurais normalement rendus joyeuse. Sauf que là, je ne suis pas joyeuse. Je suis au bords de la crise de joie. Y'a que la couleur du bracelet est VERT émeraude ! Je sens Léon me le piquer et me l'accrocher au poignet. Magnifique. Je veux lui dire tout ce que je ressens, mais il me stoppe en posant doigt sur lèvres. C'est à lui d'ouvrir son cadeau !
Il l'ouvre. Et à vue d'œil, j'ai l'impression que j'ai fais le bon choix. Il le regarde un instant de plus, puis m'embrasse. Léon passe un bras autour de moi, pour m'enlacer et me dit :

-Je te remercie ma princesse, et en plus je n'y avais jamais pensé que suis-je bête parfois ! Et mon cadeau te plait-il ?

Même si ce n'est pas vraiment l'endroit, ni le moment. Même si on est en pleins chemin direction l'Institut. Même si il pouvait y avoir un volcan qui explose, une mer qui nous électrifient et que sais-je encore ! Je lui saute littéralement au coup et l'embrasse comme si c'était la chose la plus naturelle du monde. Mais c'est NATURELLE ! Je cours un peu plus loin de lui. Donc plus proche de l'Institut. Mais c'est pas grave, pour l'occasion.

-J'adore ton cadeau Léon ! C'est. Du. VERT ! Hurlais-je en souriant.

Puis, alors que je l'attends à ma hauteur. Un nuage noir. Genre big boss de toute notre life, vînt se placer au-dessus de Terrae. Et l'orage éclata. La pluie me rentra par tout les pores. Je sourie à Léon qui tire une tête magistrale. Comme la plupart des gens autour de nous. Mais moi je suis Made in Pologne. Nous on boit sous la pluie ! Et j'adore la pluie. Je sautille sous l'eau, attendant toujours un Léon resté choqué sur place. Quoi ? Il croyait pas que cette journée se terminerai sous le soleil tout de même ? Bah 99% de la population pense de cette manière. Tu es le dernier pourcent bien sur ...

-Viens vite Léon ! On va être mouillés !

Non, parce que là on est pas du touuuut mouillés ! Non ! On est trampée sombre abrutie !



##   Jeu 8 Aoû 2013 - 20:17
Anonymous
Invité

Elle avait l'aire à moitié surprise de ma réaction mais bon en même temps elle commençait à me connaître donc c'était totalement normal qu'elle sache comment j'allais réagir, mais elle ne refusa pas et avait ouvert le sien en première. Elle avait une tête totalement ravis de ce que je venais de lui offrir mais en même temps je me rappelais qu'elle adorait collectionner tout ce qui avait une couleur verte de près ou de loin et même ses dérivés, et comme j'avais prévu, elle allait parler et heureusement que j'avais posé mon doigt sur ses douces lèvres pour qu'elle puisse garder une part de mystère en elle qu'elle pourrait me dire plus tard. À l'entente de mes paroles pour ce qu'elle m'avait offert, elle m'avait sauté au cou alors que nous étions tout deux au milieux d'un grand passage ou du monde c'était stoppé pour nous regarder faire. Ba quoi ils étaient jaloux ? Si ils étaient pas content ils avaient qu'à continuer leur chemin et puis c'est tout.

Au bout d'un moment elle se détacha de moi pour courir un peu plus proche de l'institut donc un peu plus proche de notre séparation mais j'en restais pas moin content car j'allais pouvoir mettre une photo en couverture de l'album, oui je parle de celle ou on avait posé ensemble au lac pendant le crépuscule. Dans un grand sourire totalement satisfaite, Sixtine m'avait alors dit tout en hurlant assez fort en se plantant encore plus au milieu des jaloux passants :


--J'adore ton cadeau Léon ! C'est. Du. VERT !

Je lui rendais un tendre sourire tout en rigolant un peu et j'allais la rejoindre quand je fus interrompu par un grand grondement et levant les yeux au ciel, je remarquais alors qu'il se mettait à pleuvoir des trombes d'eaux. Je fus étonné qu'elle reste comme ça sous l'eau à s'amuser comme une petite fille alors qu'elle était imbibé par cette élément aqueux de la tête au pied, bien évidement les gens la regardaient bizarrement et j'avais envie de tout transformer en un gros cratère pour leur montrait que grâce à des sentiments l'on peut tout faire mes bons ses paroles me calmèrent un peu.

-Viens vite Léon ! On va être mouillés !

Je lui répondais alors tout en riant :
-Oui oui j'arrive ma princesse attends deux secondes que je range l'album se serait bête de l'abîmer alors que tu viens de me l'offrir et en plus je vais pouvoir y mettre tellement de truc dedans donc je ne veux pas qu'il soit bousillé dès maintenant !

Je rangeais alors l'album dans le sac qui allait avec et la rejoignais en sautillant aussi car j'étais super content et au diable les idiots, l'embrassant en prenant son visage dans mes mains. Le baisé dura une dizaine de secondes avant que je la lâche pour la prendre par la main et nous diriger alors à Terrae. Je la guidais tout en la prenant par la taille car je voulais pour une fois qu'elle soit un peu plus collé à moi quand on marchait, puis comme j'avais prévu, nous arrivions à l'heure que j'avais dit, à la cafétéria. Je prenais un plateaux tout en lui disant :

-Et voila princesse, il est pile 20h comme je te l'avais dit, allez profitons en pour manger ensemble et puis après ba ce sera comme tu veux même si je sais que tu veux dormir tu m'as dit.

Je me servais alors en tarte au pomme, pâte et boulette de viande puis m'installais à une table prêt d'une fenêtre alors que tout le monde nous regardait encore de travers. Ba quoi on avait quoi encore hein ? Ah ba oui nous étions trempe et nous dégoulinions d'eau mais bon temps pis moi je m'en foutais puisque personnellement j'avais ma douche dans ma chambre.
##   Ven 9 Aoû 2013 - 0:53

Personnage ~
► Âge : 17 cerises
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Sixtine Szpadime
Messages : 185
Date d'inscription : 02/06/2013
Age : 22
Emploi/loisirs : Ça dépend du canapé !
Humeur : Pour l'instant, je nage dans l'canapé du bonheur.

La pluie n'empêcha pas Léon de me rejoindre. Le regard des autres était rieurs, voir jaloux. Mais la mains de mon petit-ami enserrant la mienne effaça un peu près toutes les autres images de mon esprit. Celle de son visage près du miens, effleurant mes lèvres aussi. La pluie a un pouvoir magique sur les gens. Les gouttes d'eau nous accompagna jusqu'au self. Son bras autour de ma taille, nous rapprochant tout deux m'apporta la chaleur que cet orage d'été n'avait pas. Quand nous entrâmes dans le self, il était effectivement 20H. Léon est ponctuel.

-Et voila princesse, il est pile 20h comme je te l'avais dit, allez profitons en pour manger ensemble et puis après ce sera comme tu veux même si je sais que tu veux dormir tu m'as dit.

Le liquide froid qui s'est imprégné de ma peau me laisse encore toute gaga, c'est donc un sourire aux lèvres que j'acquiesce. Mais ma fatigue reprends vite le dessus. Je prends la même chose que lui. C'est bon, ça réchauffe, que du bonheur ! J'ai l'espoir qu'on ne finira jamais de manger.
J'avale mes pâtes en profitant de leur chaleur et joue avec mes boulettes avant de les manger. Je sais qu'il ne faut pas jouer. Mais je ne veux pas m'en aller ! Je déguste ma tarte aux pommes en même temps que mon amoureux, yeux dans les yeux. Synchro. On a pas envie de partir.

-J'ai pas envie de te quitter ! Dis-je d'un ton suppliant.

On a finit, je suis fatigué, je ne pense qu'à dormir. Mais à ne surtout pas le quitter. Ca en devient vitale. Ca y est, je me comporte en petite fille gâtée qui crise si elle n'a pas ce qu'elle veut. E même temps, c'est plus fort que moi, y'a que Léon qui me gâte. Je fais tourner mon bracelet dans ma main. Je suis trempée. Lui aussi. Je sens sa main sur mon poignet. J'ai à peine conscience de nos pas vers sa chambre. Je sais que mon pyjama est chez lui. Que je vais devoir me lever tôt pour attraper des vêtements propres chez moi m'enchante moins. Je me serre contre son dos. J'entends vaguement quelque chose comme "douche". Mon mode Dodo est activé et je vais sous l'eau sans demander mon reste.

-Eau !

Ma vie reprends forme pendant mes quelques minutes de douche bien chaude. Je sors de là et mon côté Dodo me rattrape. Je trouve mon short, mais impossible de mettre la mains sur mon débardeur. Pas grave, j'attrape un T-shirt à Léon l'enfile , finis ce qu'il y a à finir et retourne dans la chambre. Léon m'embrasse, je lui sourie. Je l'aime. Je m'allonge dans le lit, mais ne m'endors que quand je sens son torse contre mon dos et ses bras qui m'enlacent. Merveilleuse journée. Je l'aime.

-Je t'aime ...

Ca y est. Je suis malade de lui. Après c'est le noir totale.
##   Sam 10 Aoû 2013 - 13:08
Anonymous
Invité

Nous mangions tout deux nos plateaux lentement car nous ne voulions pas nous quitter l'un l'autre mais nous étions trempé de la tête au pied et la seul chose que nous pouvions faire pour ne pas tomber malade c'était de vite prendre une douche tout en se changeant car bien évidement nos affaires allez être assez humide le lendemain. Pendant tout le repas nous ne nous quittions pas des yeux trop absorbé par l'autre et par cette journée qui venait de nous épuiser entièrement. Quand nous eûmes finis le repas, elle m'intima qu'elle ne voulait pas me quitter, je souriais à ses mots tout en lui répondant :

-Moi non plus je n'en ais pas envie mais bon il le faut bien tu sais et puis nous aurons d'autres occasions pour nous voir ne t'en fais pas pour ça va !

Je la voyais qui était totalement exténué et je décidais de débarrasser nos plateaux la laissant se reposer un peu assise qui faisait d'ailleurs joujou avec le bracelet. Revenant vers elle je la prenais par le poignet délicatement tout en 'aidant à marcher puis la prenais par la main. Nous nous dirigions vers ma chambre puisque la douche était à l'intérieur et que de toute façon elle y avait laissé des trucs à elle. J'ouvrais la porte alors que je la sentais qui se serrait sur mon dos à moitié en train de dormir, quand nous rentrâmes dans la chambre, je refermais la porte derrière moi puis lui disais :

- Il faut aller prendre une douche mademoiselle avant d'aller dormir et ne t'en fais pas tu as de l'eau chaude.

Elle s'y était dirigé tendis que je m'occupais de ranger deux trois trucs car c'est bien connu, on a beau remettre en ordre et ba deux jours après c'est le retour du bazar donc bon à force c'est gavant mais il faut nettoyer quand on reçoit sa petite amie. Elle sortait de la douche et se posait dans le lit je l'embrassais tout en allant en prendre une à mon tour tranquillement. Je commençais à avoir froid à force mais heureusement l'eau chaude répara vite ça. Je revins vers elle tout en prenant un nouveau pantalon pour dormir puis me posé dans le lit contre elle et passais alors la couverture par dessus nous pendant qu'elle me disait qu'elle m'aimait. Bien évidement je lui avais dis la même chose avant de complètement m'endormir.

Le lendemain je me rappel m'être fait réveillé par un doux baisé suivie d'un je t'aime et de la porte qui se fermait par la suite. Sixtine avait du partir bien assez tôt on dirait bien pour rejoindre sa chambre, moi à peine réveillé je marchais en titubant un peu dans ma chambre jusqu'a trouver un petit mot comme quoi on ne se verrait pas pendant quelques jours, je souris puis me préparé pour une nouvelle journée.
##   
Contenu sponsorisé

 

Comment ne pas ruiner son petit-ami, mode d'emplois !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Boutiques.
Aller à la page : Précédent  1, 2