Partagez
Vagabondage de l'électron libre en sweat rose [SOLO]
##   Mar 30 Juil 2013 - 17:08

Personnage ~
► Âge : 20 ans. C'est pas ça qui m'empêche de boire...
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Michigan Carter
Messages : 348
Date d'inscription : 13/06/2013
Age : 22
Emploi/loisirs : ♪ Tous les matins j'fais chier les gens, ça m'purifie, c'est important~ ! ♪
Humeur : La mienne, l'unique, la plus parfaite, quoi !

Haaaaa ! Y'a pas à dire, l'avion c'est crevant ! Bon, on est bien installés, ok, mais y'a pas une seule hôtesse de l'air qui est venue me parler après ce que j'ai fait à la première ! Non, en plus c'est pas vraiment de ma faute ! Comment, COMMENT je pouvais savoir que le plateau allait aller direct sur la tête d'une femme d'affaire, hein ? C'est totalement imprévisible, ce genre de trucs ! En plus elle est a fait un de ces bruits la meuf ! "Je peux pas aller au G20 comme ça !", "Je porte toute la responsabilité sur votre compagnie qui engage des nanas aussi incompétentes", "je vous le dis, je vais porter plainte !" et bla bla bla et bla bla bla... Quoi ? Si je l'ai défendu ? Bah non, c'est moi qui lui ai fait le croche patte...
Bon, à part cet événement plus que trop marrant, il s'est vraiment rien passé... A part le gars à qui j'ai foutu la tête dans sa bouffe, mais le coup de frein de l'avion m'a un peu aidé, donc ça compte pas... J'ai atterri pile poil dans ma ville natale. Je cite pas le nom, je hais cette ville et j'ai pas envie que quelqu'un de ma connaissance mette les pieds là bas. En fait ça fait à peine un mois que j'ai quitté cette ville, mais elle a déjà changé. C'est sur qu'avoir passé un an dans ma chambre, ça aide...
Je réajuste mon sweat rose en sortant de l'aéroport. Oui, cette ville est assez grande pour avoir un aéroport. Je vois des familles, des étrangers, des gens perdus, mais tous savent où ils vont. Moi non. Je les regarde et mon masque craque. Je vais retourner chez moi, pour mieux en repartir.
Parce que je ne peux pas rester ici. 
Je remarque que peu importe la langue qu'ils parlent, je la comprend. Ça doit être un cadeau de Terrae... L'air me paraît lourd. Pourtant le vent emporte les feuille, le bonheur est là pour les plus nombreux. Et moi ? Qu'est ce que j'en pense ? FUCKING BONHEUR. Une fois entré dans cette ville, oubliez tout. Surtout, oubliez vos notions de ce qui est bien ou mal. Ici, tout est noir.
Je prend le trajet de tous : métro, bus, tram, re-métro... Inconsciemment, je joue avec la perle verte en plastique que m'a offerte Sixtine. On dirait qu'elle me brûle le poignet, cette merde ! J'espère que c'est pas une allergie... Malgré la possibilité d'une maladie, je n'arrive pas à me convaincre de retirer le bracelet... MAIS C'EST QUOI CA ?! Une coalition pour me pourrir la vie avant même que j'arrive ou quoi ?!
Je réajuste encore mon sweat. Stressé, moi ? Non, pas du tout, juste hyperactif... BIEN SUR QUE JE SUIS STRESSE BANDE DE BOUSES ! Arg, c'est bien la première fois que ça m'arrive, ce merdier ! Concentre toi sur autre chose... Le rose ! Pourquoi tu aimes le rose, au juste, Michigan ? On sait tous que c'est pas parce que tu est gai, mais alors POURQUOI ? Bien sur, je vais répondre, je dirais même.... PUTAIN VOS GUEULES ! Pourquoi je saurais pourquoi j'aime le rose ?! Je sais pas, c'est Dieu qui est venu dans mon rêve et qui m'a dit "AIME LE ROSE", comme il aurait très bien pu dire "AIME LES BANANES" !!! Sauf qu'un mec fan des bananes, c'est de la grosse daube !
Je suis devant ma maison. Cette maison dans cette ville. Tout ce que je déteste le plus ou presque se trouve dans cette ville, et tout ce que j'aimerais détruire se trouve dans cette maison. Pendant cette année complètement alone avec les neurones qui partaient en vrilles à cause de mes conneries, de l'alcool, des jeux vidéos, des inconnus d'un soir... j'avais toujours pensé que mes parents me soutenaient, me protégeaient... Vous savez, cette histoire des souvenirs immédiats qui disparaissent et qui réapparaissent plus tard, quand on prend le temps d'écouter... Je pense que c'est vrai.
Je sonne. De longues secondes se déroulent. Mais j'en ai plus rien à faire. J'ai une vague idée de ce qui m'attend... Une femme ouvre. Elle est fine, svelte, au visage sévère et aiguë. Ma mère. Blonde, une beauté froide. Elle me regarde dans les yeux. Il n'y a aucune compassion, juste un soupons de surprise, qui disparaît aussi vite.

_ Michigan, qu'est ce que tu fais là ? Entre.

Elle n'a pas changé. Quoiqu'il ai pu se passer, elle n'a pas changé. Son invitation n'en ai pas une. C'est un ordre. J'obéis (le premier qui tente ça à Terrae, je lui explose la gueule, on est clairs ?).
Elle s'assoit sur le canapé comme si il allait prendre feu. Je fait la même chose, mais en m'affalant dedans.

_ Si tu veux me parler, fais vite, j'ai un rendez vous.

Elle ne me pose pas de questions sur ma nouvelle école. Elle s'en fout, en fait... Bof, j'ai l'habitude.

_ Qu'est ce que tu pense des gay ?

Pas besoin de tourner autour du pot. Je suis pas con, mais j'ai besoin de le savoir. Vous vous demandez pourquoi ? Quand ils ont su mon orientation, ils ont tout de suite pris ma défense, eux qui n'en avaient rien à foutre. Ça m'a fait plaisir au début. Au début...

_ Pourquoi cette question ?

Elle a l'air troublée. Tiens, je m'y attendais pas...

_ Répond, c'est tout.
_ Je les tolère. Le petit frère de ma meilleure amie l'était.

Crac. Cette fois, ce n'est pas mon masque que j'entend craquer, mais le sien. Elle connait ma prochaine question. Ses yeux se remplissent de larmes. J'en ai rien à faire de la détruire. Ils l'ont fait avec moi.

_ Et papa ?

Une larme coule, mais elle tiens bon.

_ Ton père est homophobe.

Je le savais. Je n'avais pas besoin de poser la question. Cette voix, quand on me battait parfois après les cours, cette voix grave, sombre, que j'avais l'impression de connaître...
Ma mère éclata en sanglots.
Ho oui, elle m'avait bien protégée...
Et mon père m'avait battu.


Dernière édition par Michigan Carter le Dim 4 Aoû 2013 - 22:14, édité 1 fois
##   Dim 4 Aoû 2013 - 22:02

Personnage ~
► Âge : 20 ans. C'est pas ça qui m'empêche de boire...
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Michigan Carter
Messages : 348
Date d'inscription : 13/06/2013
Age : 22
Emploi/loisirs : ♪ Tous les matins j'fais chier les gens, ça m'purifie, c'est important~ ! ♪
Humeur : La mienne, l'unique, la plus parfaite, quoi !

Fucking world.
Je crois que j'ai jamais pensé une insulte autant que ça. J'ai même pas la force de la dire à voix haute, mais mon corps entier me fait mal. Plus que quand on me tabassait. Une voix me dis "pousse encore, tu ne sais pas tout" et une autre "MAIS T'ES MASO OU QUOI ?! Dégage de ce foutoir, tu en sais assez comme ça !". En fait, il y a bien un million de voix dans ma tête, qui disent toutes des trucs contradictoires. Et pas une seule qui me plaise (je suis un peu capricieux sur les bords...). Mais finalement, je crois que je suis déjà à bout. Le voyage et tout, c'est vraiment fatigant, au final... (le mensonge tellement gros que personne y croit... En quoi c'est fatigant de rester assis ?).
Ma mère a arrêté de pleurer. ha bah zut ! Je pensais que ça durerais plus longtemps, mais là j'ai l'impression d'être au cinéma. Elle me regarde. Elle s'attend à quoi ? Que je la pardonne ? Heuu.... Je suis vraiment son fils ? (dites moi non, s'il vous plait, je veux tellement qu'elle soit pas ma mère ! Elle ou une autre je m'en tape) Non parce que j'ai l'impression qu'elle me connait super mal, en fait...

_ Bon, je m'en vais. Le thé était sympa. Ha mais non, tu m'as même pas offert le thé...

Oui, j'ai le don de dire des trucs très inutiles quand je sais plus où j'en suis. Et -comme vous l'avez bien gentiment deviné depuis le temps que je le dis- je sais pas où j'en suis.

_ Non attends ! Je... Au début je...

La colère monte en moi comme une dangereuse vague.

_ Tu le savais pas ? Et quand tu l'as su ? Ton comportement a changé, peut-être ?!

Question rhétorique (oui, encore les trucs inutiles de la prof de français... Pourquoi je ressort ça maintenant, moi ?!). Je connaissais la réponse, et c'était non, bien évidemment. Sinon elle aurait divorcé. Mais l'honneur et l'orgueil des riches, vous imaginez même pas ce que c'est...

_ Mais si tu en avais parlé plus tôt, aussi !

Ben voilà ! Maintenant c'est de ma faute ! Non mais je rêve ! Quelle gamine, en fait ! Je la regarde dans les yeux.

_ Vous m'auriez chassés. Pour garder votre honneur.
_ C'est faux ! On aurait pu parler, t'aider, te soigner...

Elle s'arrête immédiatement. Elle veut avoir l'air rassurante ? Premièrement, cette pose dans son langage, c'est du tchité. Vous voyez au ciné, quand ils font des supers phrases parce qu'en réalité ils ont fait la scène trois cent fois et qu'il y a un scénariste qui a réfléchi à la phrase toute la nuit ? Ben pareil. Même accent usé, trop répété pour marcher. Et ce qu'elle sit n'arrange pas son cas. Me soigner ? Je ne trouve pas les mots. Je n'en revient pas.

_ Alors c'est ça... C'est ça que tu pense de moi depuis le début... Que je suis malade...

Elle semble reprendre de l'assurance, à mon grand désespoir. 

_ Ce n'est pas quelque chose d'incurable, tu sais... Quand tes amis m'ont dit qu'ils avaient peut-être un moyen pour te soigner...

Elle vient de m'anéantir. M'enfoncer un pieu en plein cœur, que même le temps ne pourra jamais refermer. Ma personnalité déjà en miette dans mon esprit m'attire à elle. "Après tout tu t'en fout, non ?" me répète t-elle sans cesse. Oui, j'ai été détruit une fois. Et mon masque tout neuf est sur le point de faire pareil. Exploser en mille morceaux, au vent. Un vide se fait en moi. Dans ce vide monte un bruit sourd. Sourd et effrayant. Une haine, noire et lourde comme du pétrole.

_ Tu savais...

Ma voix n'est qu'un murmure. Le dernier souffle de vent avant le cyclone froid de ce qu'il reste de moi.

_ Michigan....

La voix est pliée, douloureuse. N'inverse pas les rôles, c'est moi qui souffre. Moi qui doit endurer. Moi... Ne me supplie pas de te pardonner, je te tuerais. Si violemment que même les portes de Terrae se refermeront à jamais sur moi.
Je prend ma tête dans mes mains, sentant monter cette haine sordide.

_ Tu savais et tu n'a rien fait... ILS ONT ESSAYE DE ME VIOLER ET TU LE SAVAIS !
_ Michi...
_ SHUT UP ! GET OF MY BACK ! fUCKING WORLD ! YES, I'M SICK : I'M CRAZY ! AND YOU TOO ! SHAME ON YOU !
_ Mais...
_ YOU ARE MONTERS ! MY PARENTS ARE MONTERS ! I HATE YOU ! I HATE YOU ! I HATE YOU !

Il n'y a plus rien dans mon esprit que ce bourdonnement sourd. mon cœur me fait mal. Il se vide de tous sentiments, emportés par ma seule haine, ma seule envie de vengeance, de sang, de meurtre. Ça ne se traduit même plus, à ce stade. Il n'y a plus rienq ui puisse faire ressortir ma douleur, rien d'autre que ces cris. Et même là, je sens ma conscience qui dérape lentement vers la folie... 
Mon poignet me démange. J'y jette un coup d’œil. Le bracelet de Sixtine. Ce bijou sans importance semble désormais peser son poids au bout de mon bras.

_ Je quitte cet endroit. Et je n'y reviendrais jamais.

Mes mots sont durs, froids. Ils retransmettent désormais le détachement que j'éprouve envers ma soi-disant famille bien aimée. Je n'ai plus de parents, plus de famille. Je ne peux faire qu'une seule chose pour ne plus me perdre : les renier. Et je le fait de bon cœur, depuis le temps que j'en rêvais ! Enfin, je n'ai plus rien à voir avec cette famille de connards (disons ce qui est), je n'ai plus rien à voir avec personne, je suis libre. Si je vais changé de nom de famille ? Non, des Carter il y en a des tonnes. Et puis c'est trop d'administratif aussi. Trop de temps et trop de blabla inutile. Juste ce détachement affectif me convient pour le moment.
Mais je ne suis pas encore au bout de mes peines. Alors que je me dirigeais vers la sortie, l'esprit aussi bas que terre, une fille ouvrit la porte.
Je n'ai pas besoin de la décrire. Je n'ai pas besoin de vous dire son âge, ni qu'elle m'a salué, ni rien. Juste la présence de cette fille, son regard, m'a fait comprendre ce que je n'avais jamais compris, et que je n'aurais jamais pu faire sans elle. Pourquoi ma vie avait-elle été un enfer ? Pourquoi mes parents ne m'avaient jamais adressé de marque de tendresse ? Pourquoi ils partaient si souvent en voyage d'affaire ?
Mme Carter arriva derrière mon dos et vint se blottir chétivement dans les bras de la jeune fille. Elle avait peur. Peur que je lui fasse du mal. Elle ne voulait pas que je la voit, cette fille à qui elle tenait tant. Elle me la présenta, mais ne me présenta pas. Son nom me fit frissonner.
Seattle Carter.
Ma sœur.




Je ne l'avais jamais vu, elle ne m'avait jamais vu. C'était voulu, si vous voulez mon avis. Nos parents nous avaient certainement séparés dès la naissance. Pourquoi ? Ma mère m'a eu jeune. Elle ne voulais pas de moi. Par contre, de ce fille, oui elle en voulait. Quitte à mener une double vie, il fallait que nous soyons séparés, pour qu'elle ne soit pas importuné par moi, comme mes parents l'étaient. Depuis tout ce temps, j'avais une sœur. Et je ne le savais pas. Et je suis encore plus paumé, maintenant. C'est à moi de parler ? Que puis-je répondre ? Lui dire que je suis son frère, tout simplement ?
Le regard e Mme Carter me dégoûta. Elle implorait ma clémence. Je ne suis pas un monstre. Je ne lui doit rien. A part le fait qu'elle a détruit ma vie.

_ Bonjour Seattle ! Je suis Carl Marlt ! Tu ne te souvient pas de moi ? Je suis un stagiaire que tes parents avaient embauché pour... Non , Tu ne vois pas ? C'est pas grave ! J'allais partir, mais ce serais sympa que vous passiez à la maison, un de ces jours !

Mme Carter hocha rapidement tête avec un sourire pâle. Oui, peut-être est elle un peu étonné par mon talent d'acteur ? Elle peut être fière, c'est la seule chose que je tiens d'elle. Le don de cacher ses sentiments. Cool, hein ?
Elle me raccompagna à la porte.

_ Je suppose que pour ça aussi tu as une bonne excuse...

Elle baissa le tête. Ho oui, tu fais bien de ne pas me regarder dans les yeux. Ils te tueraient.

_ Elle vit mieux sans te connaître.

Quelqu'un peut m'expliquer pourquoi ça fait aussi mal ?

_ Vous finirez par la détruire. Comme vous l'avez fait avec moi.

Elle laissa une larme couler sur sa joue.

_ Joyeux anniversaire, Michigan.
_ Adieu, Madame Carter.

Je tournais les talons, l'esprit noir.
Aujourd'hui, j'ai 20 ans.
Et c'est la journée la plus pourrie de ma vie.
##   Mer 7 Aoû 2013 - 21:25

Personnage ~
► Âge : 20 ans. C'est pas ça qui m'empêche de boire...
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Michigan Carter
Messages : 348
Date d'inscription : 13/06/2013
Age : 22
Emploi/loisirs : ♪ Tous les matins j'fais chier les gens, ça m'purifie, c'est important~ ! ♪
Humeur : La mienne, l'unique, la plus parfaite, quoi !

Qu'est ce qui est mieux qu'une journée pourri ? Allez, tous en cœur ! Une journée que tu achève toi même ! Yeah~ ! Bref, comme j'avais aucune envie de vivre sur le moment (vous savez, ce genre de trucs passager qui te dis "Tiiiiens ? Si j'arrêtais de respirer pour voir ?" ou "Quiiiii tiens le pari que je peux respirer sous l'eau !", ce genre de trucs... Non, vous voyez pas ? Hé ben y'a pas beaucoup de suicidaires ici, je vous félicite pas !) Généralement, c'est le type de trucs que tu fais quand tu es bourré. Bah moi j'ai pas besoin ! Moi je peux le faire sans la gueule de bois, ça marche tout aussi bien ! Bon, n'empêche que 20 ans, ça se fête, on est d'accord ?! Ha, j'ai déjà reçu le cadeau de maman, un cadeau tellement énorme qu'il est... inoubliable, c'est le cas de le dire, mais MOI, est ce que je me suis offert un cadeau ? Non, je crois pas, hein... On est d'accord ! Avec moi, forcément, tout le monde est toujours d'accord avec moi !
Donc, direction... l'autre côté de la rue ! Un bar, quoi, avec pleiiiin de bouteilles remplies d'un élixir précieux qu'on appelle... Attendez, j'ai un trou... Ha oui ! L'alcool ! Le meilleurs truc qu'ai inventer l'être humain pour se faire vomir ! Oui parce que excusez moi la technique de la petite cuillère, c'est pas super cool... Ça tombe bien, il est déjà tard, je serais pas emmerdé par les vieux campeurs de l'après midi qui jouent à leurs jeux de vieux, là... Je vois un domino par terre, je vous jure que je lui met le feu !
J'entre. Je m'installe. Je commande un cocktail de la maison. Me souvient pas de ce qu'il y a dedans mais je sais que ça en envoie grave. En une demi heure je suis par terre, et c'est tout ce qui compte ! Le vendeur me demande si j'ai l'âge. Tu peux pas contenter de me la servir, ta boisson, au lieu de me faire chier ?! Je lui dit que c'est mon anniv'. Il sourit. Quel con. Il a du croire que je parlais de mes 21 ans... C'est fou ce que la suggestion est efficace chez certains... M'en fout de toutes façon je vais forcément finir au poste, donc avec zéro ou trois grammes d'alcool dans le sang, ça change quoi ?
MAIS VOUS ÊTES CHIANTS AVE VOS QUESTIONS, VOUS TOUS ?! Pourquoi je fais ça ?! A votre avis ?! J'ai fais ça un an non stop et ça dérangeait personne, alors j'en ai rien à foutre de vos états d'âme ! Je sors une clope. Je l'ai volée, ça fait un paquet de temps que j'ai pas fumé, tiens... Pff ! Ça fait un bien fout, quand même...


Premier verre. Il y a pas encore trop d'ambiance. Trop tard pour les gars qui sortent du boulot, trop tôt pour les premiers qui vont en boîte de nuit. Le barman me harcèle de question pour savoir pourquoi y'a pas mes potes pour fêter la nouvelle. Je lui répond pas. Je le regarde même pas. Je fume et je bois sans intérêt ni pour la boisson ni pour le goût de la clope. Juste parce que c'est un bon moyen d'oublier, et que là c'est le seul truc dont j'ai envie. Oublier. Juste pour quelques heures, quitte à me réveiller dans le lit d'un inconnu, je m'en tape. Je veux juste que, pour une fois dans ma vie, on me laisse tranquille...


Cinquième verre. Wow, le monde est super coooool ! La musique est trop marrante, aussi ! Et puis tous les gens sont super sympa et tout, c'est la teufff ! Allez, on monte sur la scène et on chante ! "Temporary Bliss" pour tout le monde ! Le pire c'est que je le sais, je suis super bon en chant ! Vive le karaoké ! Après mon spleeendide chant, j'ai au moins trois nanas aux trousses ! Bon, après elle sont parties. Le monsieur derrière le bar il m'a dit que c'était parce que il fallait pas dire à des filles qu'elles sont moches et méchantes. Mais c'est vrai ! Elles sont touuutes moches et touuutes méchantes d'abord ! Na !


Septième verre. Tiens ? On dirait que l'effet l'alcool retombe (ce n'est qu'une impression...)... A cause du paquet de clope que je de m'enfiler ou quoi ?! Ha bah non, suis pas d'accord !


_ Yep ! Le môsieur là ! Voui, toi ! Pourquoi t'es derrière le bureau ? Ha non attends je sais, barman c'est ça ?! C'est parfait ! Veux un truc... Un truc trèèèès trèèèès fort ! Genre après je, je veux voir.... Ze veux voir des licornes ! Pleins de zolies licornes toutes bleues... Tu as ça ?
_ Je crois pas que...
_ Parfait ! Tu as je prend ! Sers moi ça vite !


Huitième verre, première gorgée. J'ai même pas le temps de profiter de CE FUCKING PRODUIT que y'a déjà une meuf qui m'accoste ! Voui je suis beau, je sais... Mais c'est qu'elle me drague en plus ! Oui, j'ai encore conscience de ça, je tiens plutôt bien... Je sais même pas si elle es joli, je la regarde pas... Je look ma montre.


_ Haaaaaaa ! Désolée ma puce ! Tu peux pas repasser dans... trois minutes 40 secondes ? Ha non, 39 !


Elle s'en va en rigolant. Bah quoi ?! Si je te plais pas vient pas me voir ! Grognasse ! Chaudasse ! Marmelasse ! Voui ok je me caaaalme ! Fais comme Gandhi ! Ressemble à un indien... Je me met en position de kung-fu. Quoi c'est pas ça ?! Pas gentil, vous êtes chiant ! Partez na ! La fille revient me voir. Ha oui c'est vrai ! Je lui avais dit d'attendre un peu, pour que minuit soit passé ! Hé oui, comme ça ma journée de merde es officiellement close ! Ha ha ! Dans ta gueule, destin de merde ! Tiens ? Elle a amener des amis ! Voui, ça se trouve y'a des jolis garçons ! Je me retourne pour la regarder.
Je la regarde. Elle me sourit. Je la regarde. Je dé-saoule en une demi seconde, record absolu. Je me tourne vers le barman, en lui tendant mon verre.


_ Mec. J'ai dit quoi, déjà ? Ha oui. Des licornes. DES LI-COR-NES. J'AI DIS QUE JE VOULAIS VOIR DES FUCKING LICORNES, MERDE ! Ou je sais pas moi, des éléphants-ninja verts ! Avec des griffes et des crinières ! Mais qu'est ce que j'ai avec les animaux... TOUT MAIS PAS ÇA !


Je montre la fille du doigt. Le barman s'excuse et dis qu'il va chercher un truc plus fort. BAH T'AS INTÉRÊT, OUI, SINON JE TE DÉFONCE ! Ha ? Je suis pas tout à fait blanc en fait... J'ai la peau d'un martien... Ha, c'est à cause des éclairages ?
Je me retourne. Je regarde de nouveau la fille. La petite fille et tout ses amis~ ♥ ! Beaucoup beaucoup de garçons ♥ !
C'est ainsi que commence la deuxième journée la plus merdique de ma vie.


_ Hé bien, que de connaissances ! Comment ça va, Ginette ?


En ce moment même, je me tiens devant ma violeuse.
Elle est pas belle la vie~ ?

Pour l'ambiance musicale... :
 
##   Ven 23 Aoû 2013 - 13:24

Personnage ~
► Âge : 20 ans. C'est pas ça qui m'empêche de boire...
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Michigan Carter
Messages : 348
Date d'inscription : 13/06/2013
Age : 22
Emploi/loisirs : ♪ Tous les matins j'fais chier les gens, ça m'purifie, c'est important~ ! ♪
Humeur : La mienne, l'unique, la plus parfaite, quoi !

Bon ok, quand j'ai dit que j'avais complètement dessouler, c'était peut-être pas tout à fait vrai. Voir même pas du tout en fait. C'est pas parce que j'ai réussi à aligner UNE phrase correct que je suis clean... Pis alors la drogue, on peut pas dire que ça aide beaucoup... (COMMENT CA JE SUIS UN CAS SOCIAL ?! Non mais hé, vous vous êtes vu ?!)
Je voyais les gens de toutes les couleurs. Hooooo ! Y'en a un qui clignotte ! C'est Lanternman ! LANTERNMAN, viens me sauver ! Après on va manger des saucisses crues sur le bord d'un lac en fusion... Haa~, quel romantisme ♥ ! "Hé ho ?! Y'a encore quelqu'un là dedans ?!" Vouiiiiiiii ! Présent ! "Fuit en vitesse si tu veux pas crever !" Hahaha ! T'es ricolo toi ! Moi z'aime ici ! "C'est trop dangereux, mec !" Ho voui, tu as raison ! Je pourrais me couper avec le verre ! Méchant verre, méchant ! C'est MOA le maître ici ! I AM THE KING OF THE WORLD -gloups- ! Brise toi ! Ha non en fait, sinon je pourrais plus voir les dadas cornus... Dadas ! Revenez ! Dadaaaaaaaa~...
Ginette me regarde. Ha bah non, elle s'appelle pas Ginette en vrai ! Elle s'appelle... Vous voulez savoir, hein ? Hé ben na, vous saurez pas ! C'est mon secret à moi tout seul d'abord ♥ ! Elle est super explosive, Gigi ! Vouii comme les bombes ! Parce que C'EST une bombe, un espèce de morceau de bonasse, c'est iiiiiiimpressionnant ! C'est grâce à toi Gigi ♪ ! ("Ho misère...")

_ T'as l'air en forme, Michi-chan...


Ha bah nan alors nan nan nan nan na ! Aime j'pas ! Ha non attends... J'aime pas ! Ouais, c'est mieux dans ce sens là... PAS DE SURNOMS A LA CON ! NON ! PAS ! D'ACCORD ! PAS D'ACCORD ! -hic- Pas gentille Gigi ! Traaaaaansformationnnnn ! ULTIMATE CHAT NINJA PASTEQUE ! Opération lattage de la face de Gigi ! Fallait pas me... C'est quoi déjà le mot ? Aïeeeee ! Me aïe ? Non c'est pas ça... Mais aïïïïïe ! Pourquoi il me tape lui ?! L'aime pas ma tête ?!


_ C'est pas zentil...
_ Mais c'est qu'il est mignon quand on lui tape dessus ! Redonne un coup pour voir ?

Aïe ! Non, devraient pas ça ! Manque pas un mot ? Ha zi ! Devraient pas FAIRE ça. Je fais, tu fais, il fait, nous faisons, vous faisez la faites ! Nul, hein ? Pas bien, Michigan, pas bien... Pourquoi ils doivent pas me taper ? MOUHAHAHAHA ! Déjà oublié...

_ J'en ai marre...
_ Ho pauvre chou ! Continuez les gars. Plus fort.
_ Marre...
_ Tu vois, c'est là d'où vient le mot tapette. Vous êtes bon qu'à vous faire frapper.

Tiens ? J'ai dit ça moi ? C'est vrai que j'en ai marre ! Ils sont méchants ! Ca fait mal ! Aaaaaaaarg ! MES CÔTES, BORDEL DE MERDE ! Ha nan, putain, nan !
Je commençais doucement à reprendre mes esprits, à cause de la douleur aiguë. L'alcool atténue ce genre de choses... normalement. J'avais mal partout (surtout au crâne, en fait). J'étais toujours près du bar. Enfin plutôt au pied du bar, maintenant. Personne n'avait levé le petit doigt, évidemment. Tous déjà bourrés, ou pour ceux qui le sont pas, je n'ai même pas de mot assez violent pour les décrire. Ils étaient huit. Ils se tenaient au dessus de moi, avec leurs regards suffisants, snobs.
Je hais cette ville. Je hais ces gens. Je hais ma vie. Elle n'est qu'une suite d'évènements prévus pour me détruire. Une suite de poisse invétérée liée à un destin fataliste écrit par je ne sais quel alcoolique de dieu. Qui qu'il soit, je le hais aussi.


_ Déshabillez-le.

Je hais n'importe quelle parole sortant de n'importe quelle bouche de n'importe qui. Je hais tous ces hypocrites, ces abrutis, ces dieux, ces bourges, ces sœurs, ces démons, ces naïfs, ces vieux, en gros tous ceux qui me prennent tout bonnement pour leur punching-ball. Je peux voir toute la noirceur de leurs cœurs. Et en fait, je m'en fout.
Un gars s'est penché sur moi.

Après, je ne me souviens pas.

Pour l'ambiance musicale... :
 
##   Dim 8 Sep 2013 - 13:01

Personnage ~
► Âge : 20 ans. C'est pas ça qui m'empêche de boire...
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Michigan Carter
Messages : 348
Date d'inscription : 13/06/2013
Age : 22
Emploi/loisirs : ♪ Tous les matins j'fais chier les gens, ça m'purifie, c'est important~ ! ♪
Humeur : La mienne, l'unique, la plus parfaite, quoi !

QUI s'est amusé à me foutre une bombe dans le crâne ?! Non mais sérieux, on a pas idée, hein ! Mon crâne ma fait mal, je souuuuuffre ! Je n'ouvre pas les yeux. Pas besoin. Je pense savoir où je suis et je sens que ma caboche (expression de vieux) va pas tenir le coup d'un rayon de soleil. Je préfère rester dans mes ténèbres intérieurs... (joli, hein~ ?) Et qu'y a t-il donc là dedans ? Ben déjà, beaucoup de douleurs (côtes re-re-re-re-fêlées plus gueule de bois puissance max !), un peu d'hallucinations (elle est super cool cette drogue, elle a un effet longue durée !) et l'impression d'avoir fait une grosse connerie (comme toujours, j'ai envie de dire...). Alors oui, je préfère ça que d'être confronté à la dure réalité du réveil. Je suis bien dans mon coltard, moi... Suis sur un nuage tout mou~... Mais qu'est ce que j'ai mal au crâne...

_ Alors il décuve, le nabot ?!

Pof. Coup sur la tête.

_ Naaaaaaaaaan~...

J'ai pas le temps de m'attarder sur le truc qui m'énerve le plus. QUI C'EST QUE TU TRAITES DE NABOT ?! CONNARD, VA ! Aïïïïeeeeeee... ♪Mon crâne fait du tchatcha avec les pingouins dans la jungle amazonienne ♪ ! Voilà pourquoi j'essaye même pas de m'énerver. Et pourquoi j'ai toujours les yeux fermés, aussi. Mais ce gars me re-frappe et je vous jure que je le défonce. Ça fera un peu d'action héroïque dans ma triste vie... Et si y'en a un qui me dis que c'est pas héroïque, il va pleurer sa mère (bah ouais, marre de m'en prendre à des gens de mon âge...). Et si elle est déjà morte, je tuerais le chat (j'aime pas les chats). ET SI IL A PAS DE CHAT ?! Mais j'en sais rien moi ?!? Bowling peut-être ! (Bowling c'est le poisson rouge, parce que tous les poissons rouges s'appellent Bowling...)
Bon, le "nan" prolongé était peut-être pas non plus la meilleure réponse, je l'admet... Surtout que...

_Non mais c'est qu'il se fout de ma gueule en plus ! Tu vas voir si tu veux pas te réveiller !
_ Parle moi fort...

Tout à fait d'accord avec moi. Non, en fait il ferait mieux de se la fermer tout court, je l'aime déjà pas... Paf ! Encore un coup. Mon corps agit instinctivement. J'ouvre les yeux et attrape le bras de mon agresseur.

_ Refait ça t'es mort.

Je regarde le gars qui vient de me foutre une baffe. Il porte un uniforme bleu et un badge. De police. Il est de l'autre côté des barreaux de la cellule de garde à vue. Je le regarde dans les yeux, avec une soudaine envie de voir couler son sang sur le sol si propre. Il déglutit. Ha oui, mince, ça arrive que je sois effrayant pour certaines personnes, des fois. Surtout quand j'ai envie de les tuer, en fait... Mais d'où me vient cette envie ? J'ai comme la vague impression qu'elle n'est qu'un flot continue que j'aurais libéré... quand, je ne sais plus, mais que j'aurais oublié de fermer par mégarde. Yo, self contrôle, mec... Je fais tous les efforts du monde pour étouffer cette envie soudaine et je lâche le bras du policier. Je sourit, histoire de bien faire la différence entre ma bonne humeur nouvelle et ma mauvaise humeur passée. Sourire sadique, qui peut passer pour certaines personnes peu vigilantes comme un sourire normal, simple.
Il se frotte le bras, tentant d’effacer les marques de doigts rouges. Oups ? J'ai serré trop fort ? Il grogna et ma douleur revint au galop quand je relâchais ma pression sur mon mental. Aïe, je crois que je suis de nouveaux en train de cuver... Je me laisse retomber sur la banquette. J'ai pas fini ma nuit, moi...

_ Tu crois faire quoi, là ?! On doit t'interroger mon gars ! Tu vas pas te remettre à pioncer ?!?

J'ouvre de nouveau les yeux. Le policier fait un mouvement vers l'arrière presque imperceptible. C'est ça, fait le dur, va ! En attendant je suis sur que c'est moi qui remporte une bataille de regards, na ! N'empêche je suis trop fort, non ? J'avais deviné que j'allais terminer dans un poste, c'est fou ! Je devrais m'improviser devin de moi même, ça aurait du succès, je pense, vu le nombre de mes admirateurs... Je suis un dieu ♥ ! Je m'aime tellement que je devrais m'épouser. Je vois bien un mariage avec des costumes roses clairs et aucun invité. Et pas dans une église. Et nulle part en fait, parce que j'ai nulle part où aller... C'est embêtant ça... Ça m'énerve ! Ma vie m'énerve, ce gars me saoule (si je le suis pas déjà assez comme ça BLAGUE DE MERDE), et.... PUTAIN J'EN AI MARRE ET JE SAIS MÊME PAS POURQUOI !?!

_ Tu veux pas parler moins fort, merde ?! Y'en a qui essayent de dormir ! Apporte moi un truc à bouffer au lieu de me faire chier !

Je me retourne. Non mais faut arrêté d'exagérer, là ! J'ai eu une journée de merde, une soirée de merde, une nuit de merde (je m'en souvient pas mais je suis sur que c'était de la merde) alors si le monde pouvait faire ses tours tranquille et me laisser pioncer, ce serait cool ! En plus, je suis sur que ces connards ont réussi à me violer...
...
...
...
Tiens ? Petite incohérence de mon côté, là. J'ai pas mal au dos... Et je suis en garde à vue... Et j'ai chuté hier soir... Hoho. Je crois que j'ai vraiment fait une grosse connerie...
Je me retourne vers le policier.

_ Attends deux secondes, j'ai fait quoi hier soir ?

Il prend un air sérieux et grave. Genre qui annonce rien de bon, quoi. Mais il fait semblant, en vrai je sais que je le fait trop flipper, c'est marrant ! En tout cas il a pas l'air sympa (il a JAMAIS eu l'air sympa, en fait...)

_ J'appellerais ça un massacre.

Il me regarde. Je le regarde. Il me regarde. Je hoche la tête.

_ C'est bien ce que je pensais.

Je me repose sur la banquette. Je peux dormir tranquille, j'en ai encore pour un moment...

Toujours pour l'ambiance...:
 
##   Lun 16 Sep 2013 - 8:44

Personnage ~
► Âge : 20 ans. C'est pas ça qui m'empêche de boire...
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Michigan Carter
Messages : 348
Date d'inscription : 13/06/2013
Age : 22
Emploi/loisirs : ♪ Tous les matins j'fais chier les gens, ça m'purifie, c'est important~ ! ♪
Humeur : La mienne, l'unique, la plus parfaite, quoi !

HRP : Ce RP est plus court et ne comporte pas de narration, dans le but de faciliter la lecture et de respecter le temps de l'entretiens. Merci de ne pas vous en inquiéter ! (Vous avez vu c'te phrase comment elle fait trop pro !)

Extrait de l'enregistrement de l'interrogatoire de Michigan Carter, le --/--/----

_ Résumé des accusations : vous avez consommé de l'alcool et de la drogue malgré votre âge, sous l'effet de ses produits, avez battus sept jeunes garçons et une jeune fille, dont vous avez aussi éclaté une bouteille sur la tête, soit dit en passant, et sans vous arrêter d'après les témoins, avez entièrement saccagé le bar avant de partir sur un scooter volé, que vous avez également détruit. En passant les frais dus aux victimes, vous en avez pour un sacré bout de temps d'enfermement.
_ Je vous l'avais dit...
_ Pardon ?
_ Non rien...
_ Avez vous quelque chose à ajouter ?
_ J'ai vraiment fait tout ça ?
_ Oui.
_ Je m'impressionne... Je peux plaider la légitime défense ?
_ Ça risque d'être dur.
_ Bon ben autant y aller franco, alors ! Hum hum ! (*raclements de gorges théâtraux*) L'alcool et la drogue, je prends ce qu'on me donne, voyez ça avec le barman. Pour les mecs, sincèrement pas désolé du tout. Pour Ginette, une bouteille sur la gueule contre cinq ans de ma vie, je trouve qu'elle s'en sort super bien. Les soi-disant témoins étaient tous bourrés, et le scooter... Il était de quelle couleur ?
_ Rouge, pourquoi ?
_ J'aime pas le rouge.

Silence

_ C'est tout ?
_ Ben ouais... Ha non ! Vous auriez du café ?
_ Non. J'ai appeler votre médecin traitant, Docteur Renart, je crois... Il viendra vous examiner dans dix minutes.
_ Mais c'est un vrai défilé ma parole...
_ Pardon ?
_ Encore quelqu'un que j'ai pas tellement envie de revoir...
##   Sam 19 Oct 2013 - 18:46

Personnage ~
► Âge : 20 ans. C'est pas ça qui m'empêche de boire...
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Michigan Carter
Messages : 348
Date d'inscription : 13/06/2013
Age : 22
Emploi/loisirs : ♪ Tous les matins j'fais chier les gens, ça m'purifie, c'est important~ ! ♪
Humeur : La mienne, l'unique, la plus parfaite, quoi !

HRP : Note personnelle : C'est super dur de se motiver à retaper un texte. Surtout quand il est long...

Remballer les profs, les policiers, les barmans, taper sur les gens que vous aimez pas, pourrir la vie d'un pote, confondre votre compagnon en flagrant délit de tromperie... Vous en rêvez ? Michigan le fait ! Franchement, je devrais ouvrir une agence de chieurs où les gens déposent leurs plaintes et, moyennant une récompense variable, voient leurs souhaits les plus sadiques exécutés dans le plus grand anonyme ! Je vois bien le nom d'ici "L'agence Carter, au service de votre mauvaise foi !" Faudrait vraiment que j'y pense, ça pourrait être un projet de carrière intéressant... Non mais avouez que j'ai géré face au policier, quand même ! Bon maintenant je vais faire carrière en prison, mais je préférais aller direct en taule que de revoir Môsieur le Docteur Renart...
Bon, il va déjà falloir que je vous parle de deux-trois détails que j'ai oublié dans ma présentation. Le premier est minime. Bipolaire est une maladie mentale, tout comme la schizophrénie (mais c'est PAS LA MEME !). Elle se déroule généralement en trois phases : la première est la phase « banale », où la personne vit normalement (ce que j'avais initialement appeler mon pôle -). La deuxième est la phase de la « chute », en quelques sorte, une phase de déprime plus ou moins longue avec des tentatives de suicides à la clef (oui c'est sympathique). La troisième phase, que j'appelle généralement mon pôle +, est euphorique, survoltée, où on est heureux comme un con et qu'on vit à deux cent à l'heure. Cette maladie se soigne en hôpital psychiatrique. Pourtant, je n'y ai jamais mis les pieds. Mon cas a été classé « bipolaire modéré instable ». Rapidement : « modéré » parce que je ne souffre pas trop des symptômes secondaires tels que les hallucinations ou autres trucs sympa dans le genre, et « instable » parce que mes phases euphoriques et normales sont plus ou moins fusionné, ce qui cause une certaine instabilité émotionnelle (j'en entend déjà qui disent « sans blagues !? » et je les emmerde, ok ?)
Bon, ça c'est les trucs chiants qui me permettent d'en arriver à mon deuxième point, bien plus marrant pour vous et bien plus énervant pour moi. Le Docteur Renart. Oui, je me fout de sa gueule, là. Quand je l'ai connu, j'avais 14 ans, lui 18, et il venait de commencer ses études de médecines. C'est grâce à lui que j'ai pas été interné, il a réussit à convaincre mes parents et m'a même utilisé pour sa thèse de fin d'année sur les pathologies psychologiques instables. C'était mon meilleur pote en dehors du collège. On s'amusait bien, il m'apprenait la vie et moi les déboires, on sortait, on partageaient tout... Jusqu'à mes 15 ans. Car je lui dois un cadeau bien particulier, dont je me serais bien passé. C'est grâce à lui que je me suis aperçu de mon attirance envers les garçons. En fait, pour faire plus court, je suis tombé amoureux de lui. Il avait 19 ans, il était bien foutu, super sympa, on s'entendait bien... J'y ai cru. Je me suis lancé. Il m'a écouté. Il ne m'a pas répondu. Une semaine plus tard, j'ai souhaité de tout mon cœur me faire écraser par un convoi spécial transportant des mammouths, ça m'aurait fait moins mal. Il avait disparu. Parti à l'étranger. Je n'avais ni son adresse, il avait changé de numéro et pouf ! Plus rien. Je ne l'ai pas revu depuis. Tous des connards, je vous dis...
Alors OUI c'est vrai, j'appréhende un petit peu ce qu'il va se passer. NORMAL, j'ai envie de dire, ça fait 5 ans que je l'ai pas vu et il m'a toujours pas répondu, au final. Pour une fois, j'aimerais être télépathe, savoir ce qu'il pense de moi, si ça le dégoutte... Parce qu'au fond, il y a toujours ce gamin de 15 ans qui me souffle des « peut-être... » et celui de 20 qui me dis que je ne suis plus tombé amoureux après (même si ça m'empêchait pas de coucher avec des mecs)...
MAIS TA GUEULE ! J'ai plus le temps de courir après des chimères, merde !
La porte s'ouvre. Ho putain ! Quelqu'un a un mouchoir, je sens que je vais pisser le sang par le nez...

_ Tu fais toujours de la muscu, à ce que je vois...

Il me fixe d'un œil froid et distant.

_ M. Carter, je suis là pour parler de votre santé.

Je le regarde s'asseoir en face de moi, suivi par le policier en charge de ma garde. Ce mec est encore plus beau de près. Mais, allez savoir pourquoi, sa présence me laisse un arrière goût amer dans la bouche, un peu comme une envie fugace de lui envoyer mon poing dans la figure, vous voyez ?

_ Ha oui, Docteur, j'avais oublié, je lance avec un sourire en coin.
_ A quand remonte votre dernière rechute ?


Il m'ignore complètement. Je connais Steve, c'est pas la présence du policier qui le rend timide. Ça prouve qu'il en a rien à faire. Je suis juste un poids mort sur la liste de ses patients. Il aurait pû se renseigner avant de venir, quand même. C'est culotter de venir me dire ça alors que ma dernière rechute a débuté par le fait que je sois gay, donc un peu par sa faute, quand même. Je sort un rictus et un petit rire nerveux. C'est étrange que je sois si mal à l'aise.

_ Si il y a quelqu'un qui devrait être au courant de ce genre de chose, ce serait plutôt mon médecin. Ha mais je suis bête, c'est toi ! C'est un peu con, non ?

Il fronce les sourcils. Qu'est ce qu'il s'imaginait ? Que j'allais lui faciliter la tache ?

_ Réponds.
_ Depuis quand ça t'intéresse, ce genre de choses ?

Il souffle de lassitude.

_ Depuis que j'ai ton dossier dans les mains. Et il est plutôt bien rempli.
_ On passe au tutoiement ? On progresse !

Il me fusille du regard.

_ Je serais même pas capable de te dire la moitié de ce qu'il y a dans ce dossier, tu sais, mais je suis sûr que le tien est pas mal non plus, vu les conneries qu'on a fait ensemble...

Le policier adresse un regard à Steve. Mais ne dis rien. Ben oui, il doit penser que je suis complètement fêlé, comme tout le monde ici...

_ Quand avez-vous eu votre dernière rechute ?
_ Hm... ... ... * en intense réflexion * Hier soir ?

Il semble un peu énervé.

_ Ne joue pas à ça avec moi. Chuter une soirée n'a jamais été possible. La grande dernière, c'était quand ?

Ses yeux me traversent de toutes parts. Il croit que je mens. Mais c'est faux, j'ai bien chuté hier soir. Maintenant c'est possible. Depuis que j'ai détruit mes sentiments sous mon masque... Mais qu'est ce qu'il peut bien en avoir à foutre, hein ?

_ Elle s'est terminée il y a trois mois. Elle a duré un an, je crois que c'est mon record !

Je lui adresse un faux sourire aimable. Il me regarde. Je sens comme une pointe de doute et de peur percer en lui. Il m'a étudié, il connais les stades de ma maladie. Il sait que je ne n'ai pas pu sortir comme ça d'une période de déprime qui a duré un an. Il sait que si je commence déjà à rechuter, c'est qu'il y a un truc qui va pas. Il commence à comprendre que mes déprimes prennent le dessus, que c'est trop trad. Que si je continue à être aussi instable, je ne tiendrais pas deux ans. Il sait. Et il ne dit rien. Il observe avec terreur la situation aggravée. Il sait que je vais devenir fou.
Le silence se fait trop long. Le policier ne comprend pas. Renart se lève. Il se tourne vers lui. Il ne prend même pas la peine de me regarder.

_ Ne cherchez pas la raison de ses actes, il n'y en a pas. Commencez la procédure, il est fou, et je ne peux plus rien pour lui. Pas la peine de perdre notre temps sur son cas. 

Il se retourne ver la porte. Ses pas détruisent mon cœur à coups de hache. Des cristaux de mon masque tombent comme des flocons. Ça fait mal.

_ Alors c'est tout ?

Je rigole. Un rire nerveux. Un rire dément.

_ C'est donc ça le dernier cadeaux que j'aurais de ta part ? Sympa, merci de me laisser tomber !
Je crie. Il s'arrête, sans se retourner. Le policier m'observe.

_ Vous êtes tous pareils ! Ce que je suis te fais peur ? Rappelle moi qui est le meilleur pote qui m'a laissé en plan ?!? Ta bonne conscience me dégoute, Steve. Et...

Je me sens au bord des larmes. Non, pas maintenant. J'en ai marre qu'ils me croient fou. J'en ai marre de me faire taper dessus. J'en ai marre d'avoir mal. Je dois le dire. Je ne veux pas rester dans ce doute, cet espoir. Mon cœur accélère. Maintenant...

_ Et j'attends toujours une réponse.

Ma voix était un murmure. Je sais qu'il l'a entendu. Je veux qu'il le dise, que ce soit clair, pour une fois. Il se tourne vers moi. Ses yeux n'expriment que de la peur. Et de la haine.

_ Crève.

Il claque la porte.
Le policier sort.
Je m'effondre sur la table.
Une larme ruisselle sur mon visage.
Au moins ça a le mérite d'être clair.
##   Lun 25 Nov 2013 - 8:49

Personnage ~
► Âge : 20 ans. C'est pas ça qui m'empêche de boire...
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Michigan Carter
Messages : 348
Date d'inscription : 13/06/2013
Age : 22
Emploi/loisirs : ♪ Tous les matins j'fais chier les gens, ça m'purifie, c'est important~ ! ♪
Humeur : La mienne, l'unique, la plus parfaite, quoi !

Ai je vraiment besoin de vous raconter combien de photographes sont venus savourer l'instant ? Combien de plaintes ont été retenues contre moi ? Combien d'années de prison je risque ? Non, je crois que tout ça est déjà assez clair dans vos têtes. 
J'ai attendu, j'ai fait ma garde à vue, puis, comme je m'y attendais, on est venu me chercher. Je n'ai pas cherché à entamer la conversation avec Houston, mon cousin, et il n'en avait pas non plus envie, donc tout va pour le mieux, non ? Il a pas arrêté de râler tout le long parce que « je suis un boulet humain » et « je sais pas me tenir tranquille deux minutes » et « c'est toujours pour ma pomme, merde ! » et ça m'a bien fait sourire, en fait. Houston a pas que ça à foutre de sa vie, et à chaque fois qu'il s'est retrouvé dans la merde, c'était soit ma faute, soit celle de mon père. Ou sa mère, qui cherche désespérément à le tuer, aussi. Lui non plus est loin d'avoir une vie facile, et pourtant, il résiste. Et il s'en sort toujours. Et même si il râle, il est incapable de me détester, comme je suis incapable de m'énerver vraiment contre lui. Pour certains, il paraîtrait agaçant, parce qu'il connait tout de votre vie sans vous avoir jamais vu, pour moi il est celui qui n'a rien dit à mon père quand il a appris que j'étais gay. Mon père l'a découvert par lui même. Mais Houston ne donne pas d'infos sans contreparties, c'est pour ça que c'est tellement drôle de le voir venir me chercher, de payer ma caution alors qu'il peut pas vraiment me voir. Et qu'il a probablement un ou deux gangs aux trousses qui veulent renégocier leurs contrats avec mon père avec des armes à feu pointées sur sa tête.
J'ai tourné la tête.

_ You (surnom de Houston) ? On va prendre un café ?

Il me regarde avec étonnement.

_ Je sais pas si t'es au courant, mais tu viens de saccager un bar et ton image traverse en ce moment les journaux américains. Tu devine la réponse tout seul ou tu veux un dessin ?
_ Tu dessines comme un pied, Houston.
_ Peut-être mais j'explique assez bien pour que ta petite cervelle comprenne mon raisonnement, non ?
_ Au fait, t'étais pas censé disparaître ? Genre que mon père puisse pas te retrouver ?

Il sourit imperceptiblement.

_ C'est surtout de toi que je veux me cacher, tu me cause bien plus de problèmes que lui ! Allez, je te cède le café. Mais juste pour cette fois.

Je suis un bon acteur, comme vous le savez. Je connais aussi mon cousin. Et rien de semble aller bien. Son regard traduit de la mélancolie, et ses gestes la peur. Ho oui, ça c'est sûr, il va pas tarder à disparaître pour de bon. J'ai toujours hésité à savoir comment il allait s'y prendre. J'espère juste qu'il me laissera un numéro pour que je puisse le contacter en cas de pépin. J'espère, mais j'y crois pas trop, en fait. Houston est comme ça, sans attaches, il n'a jamais voulu naître dans cette famille. Comme moi. Il a toujours été manipulé par mon père, menacé par sa propre mère et a toujours géré des problèmes qui n'étaient pas les siens. Et même si il s'en plaint tout le temps, il le fait. Et bien. Le jour où il partira, non seulement on sera tous dans la merde, mais je suis persuadé qu'il deviendra une légende urbaine. Plus qu'il ne l'est déjà, je veux dire.
J'ai pris la boisson commandée. Une boisson fraiche. Je regarde les gens autour de moi. Tous si naïfs...

_ Je veux partir.
_ Tiens, le contraire m'aurait étonné.
_ Arrête tes sarcasmes, tu veux ?
_ Non, tu viens de me faire dépenser un max de fric, alors je vais pas me gêner.

Sur le coup, j'ai eu une profonde envie de le faire chier. Ce qu'il peut être exaspérant, quand même !

_ Je veux aller en Russie.
_ Ok, t'as perdu la tête.
_ Non, je veux y aller.
_ Tu dis ça juste pour me mettre au défit de te supporter plus d'une seconde, et saches que j'ai déjà envie de te foutre mon poing dans la gueule, pas la peine de t'enfoncer.
_ Paye moi un trajet vers la Russie.
_ Ha parce qu'en plus je devrais payer ?! Je te signal que t'as pas le droit de sortir du territoire !
_ Les lois ça a jamais été ton fort, pas vrai You ?
_ Non mais la Russie, merde ! T'as pété un boulon ou quoi ?!?
_ Je veux y aller.
_ J'y crois pas, mon cousin homo veut aller en Russie alors qu'il a un procès sur le dos ! T'en as pas marre de faire des conneries ?
_ Je me lasse jamais.

Il me regarde. Je lis non pas de la pitié dans ses yeux, mais... un profond agacement. Et une malice que je n'avais pas détecté jusque là.

_ Ok, Russie. Je pensais pas que tu choisirais ça mais bon...

Il a fouillé dans sa poche et en a sorti un paquet de billet d'avions. Il en a posé un avec précaution sur la table. Destination, je vous laisse deviner.

_ Tu me demandais si je devais disparaître ? Ben voilà la réponse.

Il a payé le café et est parti. Je n'allais sûrement jamais le revoir, quoi qu'il fasse. Une seule certitude : mon cousin était bel et bien une légende urbaine.
##   Mar 17 Déc 2013 - 12:26

Personnage ~
► Âge : 20 ans. C'est pas ça qui m'empêche de boire...
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Michigan Carter
Messages : 348
Date d'inscription : 13/06/2013
Age : 22
Emploi/loisirs : ♪ Tous les matins j'fais chier les gens, ça m'purifie, c'est important~ ! ♪
Humeur : La mienne, l'unique, la plus parfaite, quoi !

MOUHAHAHAHA ! Je suis trop content ! Déjà j'ai quitté les États Unis sans me faire emmerder par personne, ensuite je viens de me rendre compte que je suis officiellement reconnu comme un détraqué en fuite ! C'est super cool, hein ?! Je suis un fucking Dieu ! Boooon c'est vrai j'avoue ça m'a un peu grisé, cette fuite sous le nez de la première puissance mondiale, mais faut dire aussi que c'est pas donné à tout le monde ! Dites le, que je suis un Dieu, vous pouvez plus le nier !
Bon du coup, comme j'étais super en forme, je me suis un peu plus défoulé que la première fois. Je m'amusais à changer les affaires des passagers, comme dans le dortoir de Terrae, et les réactions ont été plutôt vives, c'était génial ! J'ai dragué une hôtesse alors que je savais qu'il y allait avoir une zone de perturbation (elle risque fort de perdre son job, d'ailleurs) et j'ai emmêlé un stewart en faisant des phrases avec un mot dans chaque langue du globe (merci Terrae, c'est un cadeau sympa en fait, ce petit traducteur !). Je ne compte pas l'ado nolife de devant à qui j'ai programmé des films pornos sur l'écran de son siège, provoquant la honte de ses parents et le choc d'une personne âgée. Je vous parle pas non plus de la fille à qui j'ai mangé la moitié de son paquet de bonbons (moyennant une dispute avec son frère : « c'est toi qui les a mangé et d'abord blablabla... » Ce qu'ils peuvent être chiants quand même !) et la dame qui s'est retrouvée les quatre fers en l'air, et dont tout le monde a vu les écœurant dessous. Bref, tout ça pour dire que je me suis éclaté comme un fou ! Je devrais habiter dans les avions, tiens !
Évidemment, il y a toujours un moment où ça commence à chauffer il faut se poser, donc je débarquais en Russie ! Premier truc pour me foutre de mauvaise humeur : il y a une tache d'un demi-millimètre sur mon sweat rose. QUI ?!? QUI A FAIT CA ?!? Deuxième truc qui me tape carrément sur le système : je suis VRAIMENT allergique au bracelet de Sixtine. Ma pauvre peau, snif... J'vais lui faire bouffer, son putain de bracelet, vous allez voir ! Enfin, si je la revois, évidemment, ce qui pour l'instant est loin d'être au goût du jour (le goût du jour c'est plutôt jambon fromage ! Ahem...)
Troisième et ULTIMATE truc qui fait chier sa race : PUTAIN IL FAIT FROID DANS CE PAYS ! Je passe de 25° à l'ombre à -20° au soleil, y'a un fucking beug ! C'est censé être à peu près à la même longitude, non ?! Qui a dit que je voulais avoir froid ?! Moi ? Vous délirez, j'ai jamais dis ça ! ... Si ?!? BANDE DE FUCKING LECTEURS DE ************ ! Vous auriez pas pu me prévenir de MES intentions ?!? C'est encore un coup de Chantal, ça ! Je t'aurais connasse ! [Pour une fois que j'ai rien fait --']
Bon c'est pas tout mais il me faut un truc chaud. Fini la bonne humeur ! C'est la tournée des bars ! Oui je sais j'apprends pas de mes erreurs c'est drôle, hein ? Mais en fait non, faut que je me ressaisisse, que je m'accroche ! (à quoi ?) Il est encore trop tôt pour finir à plat. Je vais passer le temps. Si j'essayais de trouver du boulot ? Allez, je vais faire ça ! Direction de le pôle emploi russe !

*♥*

_ Rappelez moi votre prénom ?
_ Michigan.
_ Et votre nom ?
_ J'en ai pas.
_ Pardon ?
_ C'est la crise, on a pas tous les moyens de s'acheter un nom...
_ Je vois... (menteuse !) Vos papiers d'identité et votre adresse actuelle, s'il vous plait.
_ Mes papiers ? Je crois qu'ils sont restés dans ma cheminée... Et mon adresse... Mettez le premier bar du coin.
Silence.
_ Bon écoutez monsieur, on a pas le temps pour les guignols comme vous, vous me faites perdre mon temps.

*♥*

Ok j'abandonne ! On va juste commencer à boire un peu plus tôt ! Ho et puis non, faut que je sois clean, sinon j'en ressortirais jamais.
Je regarde la ville autour de moi. Ce froid, ces gens emmitouflés, tout est si différent et en même temps identique. Tout le monde se fout de tout le monde, encore plus ici qu'ailleurs. Je secoue la tête. Pas le moment de repenser à ces choses ! Je suis crevé. Faut que je trouve un endroit pour dormir...
Un bar ?


Ambiance musicale !:
 
##   Dim 29 Déc 2013 - 21:16

Personnage ~
► Âge : 20 ans. C'est pas ça qui m'empêche de boire...
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Michigan Carter
Messages : 348
Date d'inscription : 13/06/2013
Age : 22
Emploi/loisirs : ♪ Tous les matins j'fais chier les gens, ça m'purifie, c'est important~ ! ♪
Humeur : La mienne, l'unique, la plus parfaite, quoi !

HRP : 200ème message. Ça se fête, non ? ^^

Quelle que soit la douceur que je sentais sous mes doigts, j'avais bien envie de la garder plus de deux minutes. Mais vous connaissez ma légendaire chance qui me suis depuis le début de ce fucking voyage, et vous devinez donc que ce sommeil réparateur ne va pas durer longtemps. Cette langueur acquise par les doux rêves fut mise en totale contradiction avec la douleur qui déchira mon dos et qui tentait de m'en extirper avec le moins de tact possible du monde. Une douleur qui pourtant ne m'empêcha pas de rester dans ma forteresse de ténèbres, car mon cycle de sommeil a bien assez morfler pour que je lui préfère ce monde de douleurs. Bon, le mec qui gueule après, ça c'était pas prévu.

_ ENFOIRÉ ! CONNARD ! RÉVEILLE TOI OU J'TE BUTE !

Tout ça avec un joli accent russe tout à fait honorable. Merde. Je suis en Russie ? Depuis quand ? C'est quoi l'arnaque ? Le visage de mon cousin me revient en mémoire, furtivement. Ha ouaiiiiiis meeeeeerde ! C'est moi qui avait décidé ça ! Et après ? Le bar. Ho non mais je m'étais JURE de pas me faire avoir, mais c'est pas vrai ! Mais je suis vraiment maudis !

_ LÈVE TOI !

Péniblement, je tente d'ouvrir les yeux. La lumière pénétrant la barrière de mes cils m'ébranla jusqu'au fond de mon être. Mais jamais je pourrais passer une nuit tranquille ou quoi ? Je veux pas me leveeeeeeeeeeeeer ! Je me retourne péniblement dans mon lit et me cache un peu plus sous les draps. OUI, j'ai conscience d'avoir l'air d'un triple gamin mais il a qu'à attendre un peu que je me réveille, vu ce qu'il a probablement à dire, ça peut attendre.
Un deuxième coup me déchire l'omoplate. PUTAIN CA FAIT MAL ! Non mais il peut pas se calmer un peu, ouais ?!? Parce que je lui ai fait quelque chose, peut-être ?!? QUE DALLE ! (Ou presque)

_ Je t'ai dit de te lever !

Je tente une deuxième percée, qui réussi, à mon plus grand dépourvu. Je cligne des yeux et m'étale dans le lit blanc. J'ai en face de moi un magnifique éphèbe, habillé et le visage rouge de rage, une chaise à la main. Ils sont fous ces Russes. Me réveiller à coups de chaise, je crois que c'est le pire truc qu'on m'a fait ! Je me redresse dans une position un peu plus avantageuse et lui adresse un sourire, pas le moins du monde intimidé par son arme en bois.

_ Bien dormi ?
_ TA GUEULE !

Il tente de m’asséner un autre coup mais son dos ne tient pas et il se voit obligé de lâcher la chaise. Petit résumé de la situation : il se peut que j'ai encore fait une connerie. Hier, je me suis rendu dans un bar-hôtel, j'ai payé ma cambre à l'avance et ai demandé au barman de me limiter à 3 verres. Alors pourquoi ça a finit comme ça ? PAS MA FAUTE, pour une fois. J'avais pris pour victime le jeune ici présent, déjà pas mal bourré, et je lui avait piqué son portable. Pauvres amis qui reçoivent des messages étranges à 2 heures du mat'... Ça c'était drôle ! Ce qui l'a été un peu moins c'est quand il m'a rattrapé dans le couloir pour -comme je le pensais- le récupérer. Bon je commence à m'excuser (J'AVAIS BU, JE PRÉCISE) et là quoi ? Il commence à m'embrasser sauvagement. Si je l'ai repoussé ? Heu... Vous êtes sûrs que vous me connaissez bien ? BEN NON, je suis un vrai profiteur je vais pas rechigner pour un bon coup de temps en temps ! Puis vous verriez ce physique, ces anches, ça valait le coup, quoi !
Bon, moi qui m'était promis de pas faire de vagues, c'était raté quoi. JAMAIS COUCHER AVEC UN HETERO. Même les be sont pas fiables, croyez moi. Mais on est d'accord, c'est LUI qui s'est jeté sur moi, hein ! Moi j'ai (presque) rien fait !
Et puis comme toujours, il y a la scène du réveil. Ils sont pas capables de rester endormi plus de deux heures après l'acte, profiter du moment avant de se foutre en rogne ! NON ! Tous des cons.

_ Ho c'est bon, on a couché ensemble, tu vas pas en faire tout un plat quand même ! Lançais-j d'un air endormi.
_ COMMENT OSES-TU ?!? Je ne suis pas comme toi ! Je ne suis pas...
_ Homosexuel ? Pourtant tu couches avec le premier mec qui passe... Drôle de concept.

Il me regarde d'un air supérieur. Je hais ça. Je hais ce mec. Il était plus beau quand il se la fermait ou quand il laissait échapper ses... QUOI ?!? Holalala, bande de chochottes, va ! BREF, il me regarde de haut.

_ Tu m'as forcé.
_ Ha, on va avoir un légé conflit sur la version, je crois.
_ Tu étais au dessus. Tu m'as forcé.

Je le vois sourire. Non. Non. Non, j'en ai marre. Je refuse de payer pour les conneries des autres. Je refuse de payer ENCORE. S'il s'assume pas, c'est pas mon problème. Non, pas du tout. Il saute en dehors de la chambre, mais je suis plus rapide. Je l’attrape par l'épaule, et avant qu'il n'ait le temps de hurler, je cogne violemment sa tête sur le mur et le ramène dans la chambre.
Et maintenant ? Fuir. Encore et toujours.




Deux semaines plus tard...
Toujours fuir. Mais ma fuite ne mène à rien. A campagne russe a failli me tuer. Il fait froid, les gens se méfient des étrangers. J'ai été poursuivi trois fois par la police, et j'ai du faire jouer mes relations pour m'en sortir. Je pourrais presque m'installer dans un coin paumé et tout recommencer, encore.
Mais je n'ai plus la force. Je n'ai plus l'envie de fuir. Plus non plus envie de me reposer. Juste, pour une minute, de me trouver dans un endroit dont je connais les moindres ficelles, un endroit où je pourrais prendre une pause, pour recoller ce masque qui n'en arrête plus de craquer. Un endroit... Mais où ?
Je suis dans un aéroport. Aucune des destinations ne me donne envie. Aucune personne autour de moi ne me regarde. Je ne bouge pas. Je sais que la douane ne tardera pas à me retrouver. A moins que quelqu'un de plus puissant ne veille sur moi. Et même ça, je n'aurais jamais le pouvoir de le lui rendre. Je regarde le panneau des départs. Où ? Où recommencer ? Devrais-je toujours recommencer encore ? Quand est-ce que je pourrais me poser ? Est-ce que j'y arriverais ne serait-ce qu'un temps ?
Tokyo. Le nom vient de s'afficher, comme une révélation. Tokyo. Il m'arrache un sourire discret. C'est un trucage, du foutage de gueule. Pourquoi là bas ? Pour qui ? Sixtine ? Son bracelet me fait atrocement souffrir, et je n'ai même plus la force de m'énerver dessus. Camus ? Pour lui rendre la monnaie de sa pièce ? Ipiu ? Il lui reste notre deal à honorer. L'autre meuf des dortoirs ? Si je la revois je voudrais la tuer.


Tokyo. Terrae. Mon portable sonne. Je ne regarde pas. Je grogne. Ok Houston, j'ai compris. Terrae. Soyons fous.


Dernière édition par Michigan Carter le Dim 29 Déc 2013 - 22:33, édité 1 fois
##   Dim 29 Déc 2013 - 21:33

Personnage ~
► Âge : 20 ans. C'est pas ça qui m'empêche de boire...
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Michigan Carter
Messages : 348
Date d'inscription : 13/06/2013
Age : 22
Emploi/loisirs : ♪ Tous les matins j'fais chier les gens, ça m'purifie, c'est important~ ! ♪
Humeur : La mienne, l'unique, la plus parfaite, quoi !

♪ Conclusion : ♫

_ Côté famille : J'ai découvert que mon père me battait, que ma mère a contribué à mon viol, que j'avais une sœur.
_ Côté violence : J'ai tabassé un paquet de monde et cassé pas mal de trucs et j'me suis pris deux coups de chaises.
_ Côté cœur : Je me suis fait "gentiment' largué par mon premier amour et j'ai couché avec un hétéro.

C'est fou ce que ce voyage aura été reposant ! ♥
##   
Contenu sponsorisé

 

Vagabondage de l'électron libre en sweat rose [SOLO]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Le Monde.
 :: L'Amérique du Nord.