Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Guide de survie en bibliothèque hostile [Enri ?]
#   Dim 4 Aoû 2013 - 16:18

Personnage ~
► Âge : 26 ans (sans doute)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1836
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Ipiu avait retrouvé un peu de poil de la bête suite à son entrevue avec Takeda. Bon, okay, il l’avait remise sur le droit chemin, elle lui en était reconnaissante. Elle ne passait plus son temps à déprimer et c’était le principal.

Aujourd’hui, elle travaillait encore, et à vrai dire, cela ne la dérangeait pas. Au contraire, elle se régalait. Elle adorait trainer dans la bibliothèque le soir, et puis elle pouvait emprunter autant de livre qu’elle voulait… Ce qui signifiait une très grande quantité. Elle encourageait les lecteurs à lui donner leur avis sur ce qu’ils avaient lu, et il n’était plus bien rare de trouver une fiche rouge dans les livres souvent empruntés avec l’avis des lecteurs…

Pourtant ce jour-là elle s’était attelée à une tâche fastidieuse mais cependant  des plus importantes. Elle avait couvert et enregistré quasiment cent livres, ce qui constitue un record en cent-vingt minutes de son service. Cependant, ce soir-là elle ne quitterait pas la bibliothèque à vingt heure trente comme tous les étudiants. Elle avait demandé de rallonger son service d’une demi-heure pour pouvoir ranger tous les livres qu’elle avait couvert dans les rayons… Ça serait un peu juste, mais si elle devait travailler gratuitement une dizaine de minutes de plus, elle le ferait.

Elle partit donc premièrement en direction du rayon jeunesse, elle avait reçu pas mal de mangas, et bien entendu s’était empressée de les rendre accessible au prêt. Elle se doutait bien, que les gens attendaient plus la suite d’une série déjà entamée que le début d’une nouvelle. Elle plaça environ soixante pour cent de sa marchandise dans ce rayon. Elle se rendit ensuite dans le rayon nouvelles technologies, et y rangea  deux ou trois guides apprenant à utiliser un nouveau programme installé sur les ordinateurs de la bibliothèque…

Ensuite, elle alla vider son stock de livres dans le rayon théâtre, elle avait pas mal investigué pour qu’on y trouve autre chose que du Racine ou du Molière, maintenant quelques auteurs contemporains y faisaient leur apparition, mais elle trouvait qu’au même titre que le rayon poésie, il était trop petit… Enfin, ce n’était pas une demi-bibliothécaire qui changerait tout ça… Mais cela ne l’empêchait pas de sacrifier quelques mangas ou roman de jeunesse pour faire grandir ces rayons…

Elle venait de poser le dernier livre quand elle aperçut une paire de jambe dépasser du fauteuil qui faisait angle à ce rayon… Hein une paire jambe ? Elles faisaient quoi là ces jambes ? Elles appartenaient à qui ? Ralalala ! Il y en avait qui avaient pas fait leur boulot, ou trop vite préjugé qu’ils ne trouveraient personne à ce rayon… Connard.


« Mademoiselle ? »


Avec son visage rond et son nez pointu elle ressemblait à un lutin… Pourtant ces habits ne ressemblaient aucunement à ceux du peuple des collines, elle portait une longue robe style néo-gothique, mais sans toutes les fioritures qui vont avec qui font ressembler à une poupée bedonnante plutôt qu’à une jeune fille… Ipiu aurait dit de bon gout. Ce qui dénotait le plus pourtant c’était ses cheveux bleus… Une couleur ? Un pigment naturel ? C’était peut-être dû à l’éclairage… Qui s’éteint brusquement, ne laissant pour toutes lumières que celles projeté par les petites diodes des panneaux de sortie de secours. Merde.


« Mademoiselle ? »


Comment elle s’appelait déjà ? Elle avait déjà rendu des livres quand Ipiu était derrière le guichet… Dieu de dieu ! Elle réfléchit à toute vitesse. Elles n’avaient que peu de temps avant de se faire enfermer. Elle se souvint. Elle remua doucement , puis avec un peu plus de vigueur la jeune fille. »


« Enrica ? La bibliothèque est fermée, il faut partir. »


#   Dim 4 Aoû 2013 - 18:00
avatar
Invité

En cette journée de chaleur je voulais me rendre à la bibliothèque pour un peu étudier et en même temps pouvoir trouver quelques pièce de théâtre que je ne connaissais pas et que je pourrais apprendre au fur et à mesure des années que je passerais ici. Après tout à quoi bon avoir fait ça pendant toute ma vie presque si c'était pour à la fin ne plus en faire ce serait un peu bête, et puis aussi bien ici il y avait d'autre élève à qui dans cette institut ça pouvait plaire.
Enfin cessons de penser enfilons notre robe préféré et allons en direction de la bibliothèque dans le bâtiment opposé bien évidement, mais bon au moin ça faisait marcher et vu que j'allais rester sur une chaise pendant un bon moment autant me défouler un peu auparavant. Sortant de la chambre que je fermais bien évidement à double tour je prenais d'abord la direction du hall principal en cette après midi humide car il devait déjà être seize heures et que la pluie gouté toujours un peu.

Bien évidement ne m'étant pas encore intégré à toute cette grande communauté, je fuyais le regard des gens en marchand à vive allure parmi le halle puis les grandes allées qui étaient d'un style assez sobre mais plaisant au regard car en plus des jolies lustres aux plafonds il y avait quelques plantes qui étaient posés par ci par la le long des chemins. Mais finissons notre analyse là pour le moment car j'atteignais enfin la bibliothèque. Me recoiffant juste un coup je pénétrais alors en ce lieux magique riche en diverse culture tant sentimental qu'historique.
Franchissant le premier hall je disais comme à mon habitude bonjour au caissière puis me dirigé vers mon coin favoris qu'étais l'allée pour le théâtre.

Bon bien évidement on y croisait toujours les mêmes auteurs dans le genre Albert-Camus ou autre mais bon c'était toujours un tel délice d'en lire que j'avais pris tout une pile de livre et que je m'étais installé dans un fauteuil loin des regards du monde pour me plonger dans tous ses écrits et styles différents. Quelques heures passèrent alors que je m'étais totalement endormie j'entendis une voix qui me réveillait instantanément...enfin au bout de la troisième fois plutôt.

-Hein ? Mais pourtant il n'est que...au non j'ai passé mon après-midi à dormir et j'ai même pas pu lire plusieurs pièce. Moi qui voulait en apprendre une pour montrer au supérieur qu'il pourrait créer une scéne pour les élèves bein c'est raté pour aujourd'hui. Je suis vraiment désolé euh...Ipiu c'est ça ? Je vais t'aider à ranger ça ira plus vite, encore pardon.
#   Dim 4 Aoû 2013 - 21:19

Personnage ~
► Âge : 26 ans (sans doute)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1836
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Ses yeux fermés et l’air serein qu’affiche la jeune fille aux cheveux blonds lui donne un air quasiment enfantin. Ipiu trouve cela presque dommage de devoir la réveiller, mais en même temps il est l’heure de quitter ce lieu. Tant pis, elle se lance. La jeune fille aux cheveux bleus ouvre un œil, puis un autre. Elle bâtit des paupières pour se réveiller complètement. C’était charmant du point de vue d’Ipiu, voir quelqu’un sans aucune défense, mais en même temps elle était pressée. Ou plutôt, elles étaient pressées.

Quelqu’un avait déjà éteint la lumière dans cette partie de la bibliothèque, elle estimait qu’il faudrait environ encore quinze minutes avant que les portes soient fermées… Quinze minutes maximum. Elle passa à la méthode forte et secoua un peu plus Enrica, jusqu’à ce qu’elle ait les yeux totalement ouverts et qu’elle lui réponde.

Elle dut lire le nom marqué sur son badge de bibliothécaire officielle, ou peut-être se rappelait-t-elle de ce qui était écrit dessus. C’était sans doute ça, parce qu’avec le peu de lumières restantes dans la bibliothèque, elle ne pourrait pas lire grand-chose. Elle lui propose gentiment de l’aider à ranger la pile de livres se trouvant au bas du fauteuil.


« Si on range on passera la nuit ici. »


Elle se saisi de la pile et la met en vrac sur son chariot. Pas le temps c’est pas le temps. Elle tend sa main à la fille dont les cheveux bleus paraissent maintenant noir avec le faible éclairage et l’aide à se relever.

« Dépêchons nous. »


Elle garde la main d’Enri dans la sienne et laisse le chariot trainer. Tant pis, quelqu’un le récupèrera et elle doit faire au plus pressé. Elle se met à slalomer entre les étagères. Elle les connait comme sa poche… Elle a beau entrainer sa compagne à toute allure, lorsqu’elles arrivent à la porte de la salle elle est fermée à clé
.

« MERDE ! Et dire qu’ils ont installé les brouilleurs de portable il y a deux jours !!! »


Elle se met à toquer sur la porte, bon okay à la remuer pour faire un boucan pas possible.

« Hey on est encore là !!!! »


#   Mar 6 Aoû 2013 - 21:40
avatar
Invité

Quand j'ouvris les yeux, les lumières étaient déjà en train de s'éteindre alors que moi je venais à peine de lire un seul livre sur les quatre que j'avais pris. Mais la demoiselle me secouait presque dans tout les sens pour me réveiller de manière assez forte, mais je ne pouvais pas vraiment l'engueuler car dans l'immédiat c'était moi la fautif et personne d'autre. Je m’attelais alors à me réveiller du mieux que je pouvais tendis qu'elle avait refusé de ranger la pile car ça prendra trop de temps et que l'on en avez pas assez pour faire cette tâche, mais elle avait tout de même prit les livres pour les mettre en vrac dans un chariot avant de me tendre une main tout en disant qu'il fallait se dépêcher.

je lui donnais alors ma main et elle m'embarqua dans une longue course abandonnant le chariot sur place sûrement parce qu'elle allait le ranger le lendemain. Nous slalomions entre les étagères comme si c'était un parcourt du combattant mais pourtant nous passions avec une grande facilité et pourtant elle devait me traîner comme un prisonnier traînait un boulet mais pourtant je n'avais aucunement l'aire de la ralentir.

Arrivait devant la porte Ipiu me lâchais alors et se rendis compte que celle ci était fermé à clef et que bien évidement nous ne pourrions pas utiliser nos portable car des brouilleurs avaient été installé pour éviter qu'il y ait du dérangement dans la bibliothèque. Elle se mit à hurler tout en secouant violemment les portes pour faire acte de présence mais personne n'avait l'aire de nous entendre, et tout ceci était ma faute.


-Je suis vraiment confuse désolé, nous sommes enfermé ici par ma faute on dirait bien. Et bien évidement je suppose que la seul sortie possible sont ces portes puisque les fenêtres donne directement sur la cours. Mince si seulement je n'avais pas dormi on en serait pas là. Bon bein si on est condamné ici je pourrais rattraper ma lecture au moin, et pour toi ça va aller ?  
#   Mar 6 Aoû 2013 - 23:18

Personnage ~
► Âge : 26 ans (sans doute)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1836
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Visiblement personne ne viendrait les sortir de là… Elle ne put retenir un grand sourire… Une nuit entière dans une bibliothèque. C’était juste trop le pied. Certains rêvent de passer la nuit dans un centre commercial, d’autres dans un magazine de bonbons, Ipiu elle ne rêvait que d’une bibliothèque. Ce n’était pas un rêve grandiose, mais elle n’avait jamais prétendue être grandiose. Elle avait des rêves de son envergure.

Les paroles d’Enrica vinrent faire échos à ses pensées. Une nuit entière dans la bibliothèque ne la dérangeait pas. Tant mieux, en fait. Si sa compagne avait réellement désiré sortir, elle se serait débrouillée, après tout elle était employée ici. S’il avait fallu elle serait passé par une fenêtre et aurait réussi à atterrir en bas. Elle était gymnaste et elle avait souvent fait des sorties spectaculaires des barres asymétriques… Mais cela avait toujours sous-entendu qu’un matelas de mousse l’attendait en bas. Mais puisqu’elles étaient sur la même longueur d’onde…


« Non, c’est super, j’ai toujours rêvé de passer ma nuit ici. »


Elle réfléchit un instant, le seul souci c’est qu’elles n’avaient pas de lumière pour lire… Enfin, personnellement, vu l’état de ses yeux… Elle n’allait pas s’amuser à lire à la faible lueur des sorties secours…


« Il me semble qu’il y a des lampes de lecture dans la salle de lecture ouest… Attends j’vais t’y conduire. »


Elle s’empara à nouveau de la main de la jeune fille aux cheveux bleus et l’entraina derrière elle. Ce coup-ci elle ne courait pas, elles avaient toute la nuit devant elles. Elles firent d’abord un arrêt au rayon théâtre histoire de prendre ce qu’elles avaient laissé un peu plus tôt, puis toujours dans la pénombre elles se dirigèrent vers la salle d’études aux grandes tables de bois…


« Au fait, tu fais du théâtre ? Tu empruntes quasiment que des pièces de théâtre… »



#   Jeu 8 Aoû 2013 - 16:33
avatar
Invité

Quand Ipiu réalisa que l'on était enfermé ici, elle avait eu un très grand sourire et je pouvais donc en déduire qu'elle était contente de passer la nuit parmi tout ces livres. Tendis que pour mon cas ba c'était simple, j'avais fais une très longue sieste donc c'est pas moi non plus qui allait me plaindre car après il y avait presque tout ce qu'il nous fallait ici au cas ou on tomberait de sommeil et que l'on voudrait finalement dormir en paix. Je la contemplais alors elle qui avait toujours son grand sourire et qui me fit sortir le mien car nous nous étions toute deux compris et nous voguions sur la même longueur d'onde. Elle avait même rajouté qu'elle rêvait de passer la nuit dans une bibliothèque, je reteins un petit rire d'amusement à cause de la situation, tendis qu'elle me parlait de lampe de lecture.

À oui il était vrai que lire dans le noir était assez compliqué et c'était sûrement pas moi qui allait m'amuser à lire uniquement grâce à la lumière que les portes laissaient filtrer car il y avait pas mieux pour s’abîmer les yeux et de choper un mal de tête atroce pendant au moin quelques jours. Elle me repris dès lors la main une deuxième fois pour repartir dans une traverser de la bibliothèque mais cette fois lentement car après tout on avait tout notre temps, tellement de temps que nous avions pu reprendre mes livres empruntés et nous arrivions dans une autre salle pas très grande mais largement pour nous deux quand elle me demanda pour le théâtre.  


-Euh à oui oui j'en fais depuis que je suis toute petite, enfin dans mes plus jeunes âges c'était avec mes amis pour en rire puis arrivé au collège j'ai pu m'inscrire pour en faire officiellement. Les débuts été dur et j'avais souvent peur de la scène puis au fil du temps je me suis amélioré et voila.

Je pris l'initiative de nous installer sur un bureaux près d'une fenêtre car, quand je lisais parfois j'aimais me perdre dans le paysage qui se profilait à l’extérieur en imaginant différente scène jouable dans les forêt ou parmi les immeubles et les petites rues. Je posais alors la pile face à moi tout en en prenant un totalement aux hasards puis en l'ouvrant je demandais à Ipiu :

-Nous nous sommes pas vraiment présenté de la meilleur façon qui soit si ? Alors laisse moi commencer : Enrica Pedroski je suis arrivais il y a quelques jours déjà et je me plais assez bien ici car on ne me juge pas. Et toi, as tu une pratique quelconque en sport ou en art ?
#   Ven 9 Aoû 2013 - 0:12

Personnage ~
► Âge : 26 ans (sans doute)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1836
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Elle ne s’était pas trompée. La gothique, non ce n’était pas le bon terme, elle était plus… Dix-neuvième siècle, mais en relax et revisité… Bref, la jeune fille lui confirma qu’elle faisait du théâtre. Ipiu en avait fait quelques fois en cours de français ou de langue étrangère, ça lui avait plus, mais elle ne pouvait pas appeler ça une passion… Sauf qu’Ipiu est un personnage de théâtre… Elle sourit dans la pénombre :

« Tous les enfants aiment jouer différent rôle, je me demande quand j’ai arrêté de m’amuser ainsi… »


Sans doute à la mort de ses parents. Peut-être ce jour là avait-elle définitivement perdu son âme d’enfant, et sa puérilité affichée n’était qu’une façade. De même que son sourire… Elle était forte. Elle serait forte. Toujours. Elle chassa toutes ces pensées farfelues de son esprit en secouant légèrement la tête. Enrica se présenta proprement, ce qui était quelque part drôle, les humains ont décidément besoin de ce petit rituel que l’on nomme présentations… Ipiu connaissait le nom et le prénom de la jeune fille, et avait intuité qu’elle n’était pas là depuis longtemps au fait que sa fiche d’inscription à la bibliothèque date de moins d’une semaine… Mais elle avait déjà trouvé le temps d’emprunter plus d’une dizaine de pièces. Pourtant Enri avait raison, en entamant les présentations, elle obtiendrait quelque chose de plus ou moins important. Le nom d’Ipiu qui ne figurait pas sur son badge d’employée.

« Tu as raison, il faut arranger ça tout de suite ! Moi, c’est Ipiu Raspberry, je suis là depuis un mois et demi… J’aime bien Terrae, enfin surtout la bibliothèque… Mais tu as raison, on est tous tellement zarbi ici que si on se mettait à se juger les uns les autres… On en aurait pas fini ! »


Elle lui demanda si elle avait une passion… C’était une bonne question, mais il y avait plusieurs façons de répondre à cela. Elle envisage une demi-seconde de répondre :

« Le sexe. »


Merde. C’était sortit tout seul, elle l’avait pensé pour déconner. Heureusement que la pénombre masquait ses joues, parce qu’en cet instant elle devait être cramoisie. Elle sentit le malaise dans l’air et rit un peu pour détendre l’atmosphère.

« Je rigole, mes seules passions sont les livres et la gymnastique. »


Qui s’attendait à ce qu’un rat de bibliothèque soit gymnaste ? Peu de monde en général. Elles arrivèrent dans la salle et Ipiu tira sur une ficelle qui alluma une lampe. La lumière l’éblouit un instant, cela faisait bien une demi-heure qu’elles étaient dans le noir. Ses pupilles étaient totalement dilatées pour percevoir le moindre rayon de lumière.

« Au fait, tu as pensé quoi de l’entrée de Terrae ? »


Sixtine lui avait posé la même question… Et elle avait pris l’habitude de la poser aussi… C’est fou ce que les gens pouvaient imaginer ! En même temps, elle-même avait pensé que c’était un centre de redressement pour mineurs…


#   Ven 9 Aoû 2013 - 21:24
avatar
Invité

Effectivement elle avait raison tous les enfants aimaient se mettre dans la peau de diverse personnage comme les chevaliers héroïque pour les garçons et les filles souvent voulaient être les princesses que l'on sauve du dangereux chevalier noir, c'était parfois drôle à voir mais pour ma part même petite je trouvais pas ça assez recherché, je préféré quand ces histoires, même basiques, étaient remplie d'imprévue et de sentiment aussi bien visible par nous que par les personnes qui regardaient les enfants jouer dans cette minuscule court de primaire. Ce qui m'avait fait continuer ce genre de chose c'était de se transformer en quelqu'un d'autre et le mieux c'était et pour moi ça restera toujours les rôles bien complexe que l'on peut trouver dan certaines œuvres. Je la voyais malgré que l'on soit presque entièrement dans le noir qu'elle arborait un petit sourire et puis quand elle me répondit pour nos présentation j'eu un petit rire qui avait raisonné entre les murs de la salle. Quel calme nous étions tellement bien ici toute les deux, et en ce qui concernait de juger les gens, elle avait raison car comme m'avait expliqué Dante on était tous pareil mais avec un différent problème.

En ce qui concernait les passions, elle parla d'une chose que je n'avais pas vraiment abordé quand j'étais au collège ou au lycée qui était le sexe. En même temps en étant presque seul je ne pouvais pas en connaître un rayon sur ça, mais bon j'en étais pas vraiment en manque et puis certes j'avais eu que peu d'amis mais je pouvais compter dessus sauf une bien évidement mais je vais éviter de revenir sur ça pour le moment car j'en était pas guérit du tout. Heureusement Ipiu avait réussi à me faire rire car depuis quelques temps me retrouver dans le noir était l'une de mes phobies premières par peur que quelqu'un me surprenne et m'attaque sans que je puisse réagir pour me défendre. Lire ça je le savais, mais elle faire de la gymnastique ce devait être assez gracieux et surprenant à voir, je me rappel que j'avais essayé d'en faire auparavant mais je tombé plus qu'autre chose à cause d'un mauvais équilibre sur les poutres, et quand ils s'agissaient des barres je me défilaient tout le temps.


-T'as réussi à me faire rire c'est bien car en se moment je dois t'avouer que c'est assez dur pour moi. Mais sinon tu fais de la gymnastique depuis combien de temps ? Et aurais-je un jour le droit à une démonstration ou pas ?

En effet j'aimerais bien voir comment son ses mouvements contrairement à ce que moi je peux faire à cause de ma maladresse qui de temps en temps avait réussi à faire capoter quelques scènes que l'ont joué au collège et ensuite au lycée. Heureusement les comédiens s'entre aidaient la où j'étais donc je n'avais pas vraiment de quoi m'en faire contrairement à certaines personnes qui venaient nous féliciter pour notre coopération car pour eux dans l'écoles où ils étaient, tout le monde voulait paraître pour le meilleurs en rabaissant les autres. Quand à l’entrée de Terrae ma fois je la trouvé fort bien et c’était un lieu qui inspiré à la paix.

-Pour moi je trouve cette endroit totalement génial, j'aime me sentir entouré de personne qui ne critique pas les autres, j'aime toute cette verdure ou encore le paysage que nous offre le coin et pourtant je n'ai pas encore pu en visiter un seul. Mais au fur et à mesure je le ferais j’espère juste que ce sera pas seul !Avec toi par exemple !

Je lui adressais un doux sourire alors que la lumière m'avait éblouit la vue puis me frottait les yeux à cause de la petite douleur subit à ce moment là. Mais une dernière chose me titillait quand même l’esprit et après tout nous allions être enfermé ici pendant plusieurs heures avec une multitude de sujet et de conversation possible. Mais allait elle se moquer de moi si elle entendait ma question ? Je ne savais pas mais en même temps elle l'avait dit pour rire, enfin je croyais qu'elle l'avait dit pour rire mais bon on ne peut jamais être sûr tant que l'on ne demande pas si ? Je prenais alors une petite respiration puis tout en lui demandant, je commençais à rougir.

-Dit moi..tu...tu as parlé de sexe...mais moi je n'y connais rien là dedans...peut être...p...pourrais tu me dire deux trois trucs non ? Je me suis dis que nous avions largement de quoi faire cette nuit donc voila j'ai pensé à te demander ça, si..si...ça te gêne on peut parler d'autre chose c'est pas grave hein.
#   Ven 9 Aoû 2013 - 23:06

Personnage ~
► Âge : 26 ans (sans doute)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1836
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Enrica rit un bon coup de la blague d’Ipiu. Oui, elle l’a pensé, mais plus par esprit de provocation et de contradiction. Elle aime provoquer les gens, enfin, pas méchamment je veux dire, mais elle aime les surprendre…  Les pousser dans leur dernier retranchement, leur faire changer de vision sur le monde, ou du moins trouver les arguments qu’il faut pour justifier ses dires… Ainsi elle n’a pas honte à se prétendre lesbienne devant les manifestants contre le mariage pour tous, musulmane devant les racistes, raciste devant certaines personnes qui se croient victime de la société.

Pourtant, elle ne voulait pas choquer la jeune femme. Elle fut plutôt heureuse d’entendre raisonner son rire dans la pénombre. Elle avait eu un moment peur de choquer totalement la nénette avec laquelle elle allait passer la nuit… Dans le sens propre du terme. Pas dans le sens figuré, quoi qu’aient envie de faire les deux écrivains derrière leurs écrans…

Elle lui demande une démonstration de gymnastique rien de plus simple… Une idée saugrenue germe dans la tête de la gamine à tresses… est-ce qu’elle arriverait à s’entrainer dans la bibliothèque vide ? Peut-être…

« Je te ferais une démonstration tout à l’heure si… Tu me fais une démo de théâtre ! »


Le noir ne semble pas masquer son sourire. Elle aime aussi Terrae… Mais pour de diverses raisons… Pas particulièrement parce qu’on la juge moins qu’ailleurs. Elle sait que personne ne la jugera jamais aussi sévèrement  qu’elle-même. Alors ce que pensent les autres elle s’en fout. Elle se fait confiance… Pour être juste envers elle-même.

« Je te ferais visiter avec plaisir mais le lieux que je connais le mieux reste la bibliothèque… »


En même temps, vous vous attendiez à quoi ?
Ipiu reste un rat de bibliothèque, et elle n’en est pas peu fière. Elle aime ce lieu..

Elle manque de s’étouffer quand… Enri lui demande de parler de… De… De sexe ?  WTF ? Voilà qu’Ipiu prend des couleurs cramoisies. En même temps elle l’a cherchée hein ? Euh… Bref. Elle n’est pas du style à dire où, qui, quoi, comment et dans quelle position…. De toute manière il n’en a eu qu’un. Et elle est persuadé qu’il n’y en aura toujours qu’un seul… Elle ravale sa honte et s’asseyant sur une chaise lui dit :

« Tu veux savoir quoi ? »


#   Dim 11 Aoû 2013 - 15:14
avatar
Invité

Ipiu avait accepté ma demande pour une démonstration de gymnastique et j'en fus totalement heureuse, mais en cotre partie elle m'avait demandé de lui faire une démonstration théâtral ce qui me ravit une seconde fois car après tout le décors s'y prêtait bien puisque nous étions la nuit dans une bibliothèque uniquement toute les deux, à partir de là je pouvais choisir plusieurs scénario possible, mais lequel ? Il y en avait au moins trois possible. En un je pouvais jouer une meurtrière qui attendait uniquement ce moment là pour agir, en deux je pouvais jouer la séductrice qui veux faire craquer l'autre fille, en trois je pouvais jouer la comédienne qui à finalement peur de ce qui l'entoure et qui ne comprends plus ou elle est et dans qu'elle but à cause de ses pensés qui se mélangeaient un peu trop.

-L'échange me parait équitable mademoiselle Raspberry donc je l'accepte volontiers, mais si ce lieu est trop dangereux pour toi bien évidement ne te force pas hein !

Il était vrai que faire de la gym dans une salle ou il y avait plein de bureaux, de livre, d'armoire et même un chariot et un tabouret pouvait être assez risqué. Pour ma part je sais que ce serait pas moi qui ferait des figures ici et la de peur de percuter une armoire et que ça se transforme en domino car après il faudrait tout ranger et ça prendrais beaucoup de temps pour que l'on ai notre nuit tranquille à nous. Elle me parlais de me faire visiter tout en me disant que son lieux qu'elle connait plus que les autres était ici même la bibliothèque.

-Sinon c'est pas grave ça permettra toujours une promenade entre fille à parler de magasin et de boutique et de... non je rigole je suis pas ce genre la même si j'ai bien besoin d'autre vêtement !

J'étais presque persuadé que les certaines personnes devaient penser d'elle que c'était une intello chouchou du prof qui profitait de ça pour se faire augmenter ses notes et j'en passe. Moi au contraire j'aimais bien ce genre de fille qui se distinguait des pimbêches avec une tonne de maquillage et au vocabulaire sous développé qui se résumé à * En les filles se mecs est beau mais il a l'aire faible * BBBRR je détestais entendre ce genre de commentaire. Je voyais Ipiu qui était devenue rouge face à ma demande et j'en avais fais de même mais en même temps c'était elle qui en avait parlé et vu que j'avais peur que l'on se moque ba je préférais demander, d'ailleurs elle me questionna sur ce que je voulais savoir et timidement je lui répondais :

-Je...je sais pas vraiment moi même car il y à tellement de truc à dire sur ça...mais mais par exemple...euh...ça fait mal la première fois ou... pas ? Et..avec une fille tu sais comment c'est toi ?

Je cachais presque ma tête dans le livre que je lisais tellement j'étais couverte de honte par rapport à ce que je venais de demander mais bon autant que je m'informe on sait jamais ce qui pourrait arriver ici à Terrae.
#   Dim 11 Aoû 2013 - 23:34

Personnage ~
► Âge : 26 ans (sans doute)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1836
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Enrica ne se fait pas trop prier pour accepter les conditions d’Ipiu. La gamine à tresses l’imagine interpréter une des pièces qu’elle connait, un personnage, un monologue. Elle en connait quelques uns elle-même… Les récitations ne passeraient-elles jamais de mode chez les profs de français ? Elle ne voyait pas quel était le but éducatif d’apprendre par cœur un poème sans savoir y mettre d’intonation, le rendant morne est abject. Le seul qu’elle arrivait à voir c’était de vérifier que les élèves avaient lu leur texte… Et il y avait des moyens plus intelligent de le faire… enfin, elle connaissait quelques extraits de Molière et Racine grâce à ça… Et avait retenu des extraits de l’Enseigneur parce que cette pièce lui plaisait.

Enrica précise que si le lieu est trop dangereux pour s’adonner à la gymnastique, elle comprendrait qu’Ipiu s’abstienne. Ce lieu est bien moins dangereux que de nombreux dans lesquels je me suis entrainée. lui glisse un voix dans sa tête. Elle sourit, elle est confiante en son équilibre. Elle peut paraitre un peu balourde avec sa gueule d’intello… Mais elle ne l’est absolument pas.

« Si cela avait été dangereux, je ne l’aurais pas proposé ne t’inquiète pas. »


En plus elle connait l’endroit sur le bout des doigts, elle pourait même s’entrainer en ces lieux les yeux fermés. Elle n’a aucunement peur de l’effet domino des étagères, car comme toute bibliothèque japonaise aux normes, les étagères sont fixées au sol solidement.

« Sinon c'est pas grave ça permettra toujours une promenade entre fille à parler de magasin et de boutique et de... non je rigole je suis pas ce genre la même si j'ai bien besoin d'autre vêtement !
- Je ne suis pas certaine que tu trouves facilement quelque chose d’aussi classe que ta robe, mais je connais une bonne friperie pas trop chère. »

Oui, elle est pingre et elle ne dépense pas facilement ses sous dans les magasins de fringues, alors elle apprécie d’acheter des habits d’occasion. Surtout qu’elle n’aime pas du tout la mode d’aujourd’hui comme le montre son style petite maison dans la prairie. Elle s’éclate à se donner un côté vieillot, mais elle choisit surtout ses fringues car elle y est à l’aise dedans… Des chemises amples, des jeans élastiques, rien de mieux pour être à l’aise !

Enrica précise sa question. Ipiu vire rouge pivoine ? Coquelicot ? Ou simplement de honte ? Elle n’a jamais vraiment parlé de ça avec qui que ce soit. Elle se voyait mal aborder le sujet… Et de toute manière n’avait pas d’amies avec qui en parler. Ce qui réduisait encore plus les occasions où elle aurait pu en parler. Elle n’aurait de toute manière jamais lancé le sujet d’elle-même. Pourtant maintenant elle y est.

« Ca ne m’a pas fait horriblement mal la première fois, c’est désagréable mais pas vraiment douloureux. Et on s’en souvient toute sa vie, car ça finit par être merveilleux. »


Elle ment. Elle a oublié sa première fois, ou du moins son premier. Elle ne se souvient que de sa première fois avec Julien. C’était agréablement bizarre. Elle sourit malgré sa rougeur en se souvenant de cela.

« Je suppose que si ta première fois est avec une fille ça fait moins mal… Mais je n’ai jamais rien fait avec une fille. »



#   Lun 12 Aoû 2013 - 11:07
avatar
Invité

Je cherchais toujours ce que je pouvais lui interpréter mais était-ce mieux de faire de l'improvisation comme j'avais pensé ou valait-il mieux que au contraire je lui demande ce qu'elle voudrait que je fasse comme pièce ? Je le lui demanderais quand j'aurais finis mon bouquin en attendant j'attendais sa réponse pour la démonstration de gymnastique car même si elle était douée, il y avait tellement de facteur à prendre en compte que moi même à force j'en perdais entièrement la tête après tout rien n'était protégé ici et la moindre erreur et c'était direction hôpital ou infirmerie et vu que nous étions enfermé ici je ne pourrais que lui prodiguer les premiers soins uniquement, à par si j'arrivais à défoncer les portes mais bon ce serait trop beau pour être vrai vu la force de moineau que je possédais.

Elle tentait tout de même de me rassurer en me disant qu'elle ne me l'aurait pas proposé en cas de réelle danger, j'en était pas très convaincue car après tout quand nous étions bon dans un domaine nous avions tendance à nous rendre de moins en moins compte des choses qui nous entourait et nous croyons que des ailes nous poussent dans le dos et que nous sommes presque invincible face à l'adversité. Ce qui avait parfois coûté assez chère à certaine personne par le passé et moi y compris mais depuis j'ai bien retenu cette leçon.

-Oui tu as raison j'imagine bien mais bon fais quand même attention ce serait dommage qu'une petite perle comme toi se blesse !

Oui je pensais ce que je venais de dire pourquoi ? Car après tout le monde serait tellement mieux si il délestait toute les idiotes possible pour au contraire préférer les filles comme Ipiu et moi même car après tout qui avait besoin d'une fille grande blonde aux yeux bleu qui étaient le parfais modèle de la fille aux yeux brun ? Leur comportement robotique d'aguicheuse d'homme était tellement abjecte, et c'était surement du à ça que j'étais assez seul mais bon au moins je savais me démarquer des autres en étant différente sur certain point.

En ce qui concernait les vêtements, elle m'avait dit connaître une bonne friperie qui était pas chère ce qui m’intéressait fortement car même si je ne trouvais pas d'habit comme ma robe je pouvais au moins voir ce qu'il y avait pour rester dans les tons un peu sobres ou au pire trouver un ou deux jeans et t-shirt normaux sans symbole particulier dessus comme par exemple ceux qui se baladaient avec les t-shirts des Rolling Stones mais qu'ils ne savaient pas ce que c'était.

- Ça m’intéresse bien ta friperie et je suis sur que l'on pourra tout de même trouver quelque chose de bien dedans ! Et puis de toute façon qu'est ce que l'on s'en fous de la mode du temps que NOUS on aime ce que l'on porte et que l'on trouve de bonne personne qui jugerons pas sur les apparences.

Et s'en suivis ma question sur la première fois, je restais toute rouge toujours plongée dans mon bouquin pour pas qu'elle vois que j'étais rouge de honte car après tout j'avais dix huit ans mais je n'avais toujours rien fais alors bon nombre de personne pouvait se moquer de mon ignorance sur ça. Elle m'avoua que la première fois était pas si douloureuse et que l'on s'en souvenait pour un bon bout de temps et que à contrario avec une fille ce n'était qu'une supposition mais que ça devait faire moins mal.  Je me mis un peu à rire mais plus de gêne qu'autre chose.

-D'accord je vois et merci, à au faite j'ai oublié de te dire je fais aussi de l’escrime j'ai même été une championne international par le passé alors que je n'avais que seize ans !
#   Lun 12 Aoû 2013 - 14:04

Personnage ~
► Âge : 26 ans (sans doute)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1836
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

« Oui tu as raison j'imagine bien mais bon fais quand même attention ce serait dommage qu'une petite perle comme toi se blesse !
- C’n’est pas parce que tu me dépasses de trois cheveux avec tes talons que je suis petite ! »


Elle lui tire la langue puis souri. Elle connait ses limites, et tu t’es déjà entrainée sur des falaises escarpées, sur des toits d’immeubles… tu ne risques rien. Son sourire confiant était tout à fait naturel, pas de présomption. Elle savait très bien que le plus dangereux qu’il y avait ici, c’était les chaises qui pouvaient basculer si elle prenait trop d’élan. Mais tu aurais largement le temps de bondir vers un support plus fixe. Sauf, que ça, elle ne le montrerait pas, elle se contenterait de tomber de manière à se protéger. Elle ne se blesserait pas… Et une chute était son lot quotidien de toute façon.

« Mais je ferais attention. »

Elle ne ment pas. Si cela peut rassurer sa compagne. Elle est prudente. C’est le moins qu’on puisse dire. Seulement ça ne se voit pas, elle sait qu’elle doit paraitre prétentieuse, mais elle ne l’est pas. Elle sait aussi qu’on la juge souvent sur son apparence de petite gamine sage. On la pense frêle, on n’admet jamais que quelqu’un peut être doué en sport et dans les études. Trop de perfections en quelque sorte fait peur…. Cependant, ce n’est pas inné chez Ipiu, elle a dû travailler énormément pour atteindre son niveau scolaire autant que sportif. Elle est loin d’être parfaite mais elle a une volonté de fer.

Une volonté qui l’a poussée à vouloir maitriser son corps, tout comme elle l’a poussée à se donner à fond dans ses études. Elle est le type de fille à essayer, ré-essayer, essayer encore jusqu’à arriver au résultat qu’elle désire. Elle apprend de ce fait vite et bien. Ce n’est pas un génie loin de là, elle est le type d’élève que les profs préfèrent, les bosseurs.

Enrica est intéressée par la friperie. Elle comme Ipiu sur ce genre de choses, ou peut-être pas. Ipiu aime les friperies plus pour le prix que pour autre chose, après elle n’est pas trop compliquée dans ses recherches, elle veut des jeans élastiques et taille haute, elle préfère les slims car ils rentrent dans ses bottes, mais ne voit pas d’inconvénient à porter des pattes d’éléphants. Elle aime les chemises colorées, bref tout ce que les gens donnent à la friperie suite au décès de mamie… ou simplement parce que c’est passé de mode, ou encore mieux, quand mamie a grossis et ne rentre plus dans ses fringues de jeune fille… Bref, elle trouvait toujours son bonheur.

« Avec un peu de chance on trouvera des choses qui nous plaisent parce que les gens normaux n’aiment pas l’originalité. »


Avec un peu de chance aussi. Elles étaient capables de trouver bien des choses intéressantes. Heureusement, Enri ne relance pas sur le sujet du sexe. Pas sûr qu’Ipiu en ait supporté davantage. Elle est passée de rouge à cramoisie. Remarque, Enri n’est pas dans un état bien meilleur.

Elle pratiquait donc l’escrime. C’est physique mais plus très efficace de nos jours, il vaut mieux un berreta ou une dague qu’une épée… Elle sourit, mais pas de moquerie, plutôt avec admiration. Elle, elle n’avait jamais vraiment fait de compétitions, sauf avec l’UNSS, mais elle était trop timide pour gagner vraiment… et elle se laissait toujours perdre préférant se casser la gueule que de voler le sourire de quelqu’un d’autre. Elle se foutait de la victoire, elle aimait la gym, pas la compétition.

« Trop forte !  mais attends, tu as quel âge maintenant ? » elle fronce les sourcils, elle ne lui donne pas beaucoup plus de seize ans, un peut-être deux ans de plus… En tous  les cas elle était plus âgée qu’Ipiu.

« Attend, je reviens. »


Elle partit et revint les bras chargés de livres, trois mangas, un recueil de poésie, un livre d’astrophysique pour les nuls, et pour clore le tout un roman de la renaissance espagnole. Oui, ça partait dans tous les sens. Elle aimait lire de tout. De n’importe quoi aussi, elle lisait autant pour se divertir que pour se cultiver. Elle s’assit en tailleur face à Enri. Elle gouta au plaisir d’ouvrir un livre.


#   Mar 13 Aoû 2013 - 18:10
avatar
Invité

Elle avait réussis à me faire rire avec ses paroles et la langue qu'elle avait tiré, elle affirmait ne pas être petite mais elle avait presque eu une réaction de petite le non ? Enfin toujours était il qu'elle avait totalement raison dans ses propos et que ce n'était pas moi qui allait lui dire le contraire car après tout j'étais loin de juger à cause des apparences. On peut juger réellement une personne uniquement sur les actes qu'elles accomplies ou sur le degré de malheur qu'elle peut apporter volontairement aux autres. Je lâchais un peu mon livre sans en perdre la page puis, tout en m'étirant le dos et les jambes je remarquais que ma collègue à natte avait complètement l'aire d'être plongée dans une grande réflexion.

ne voulant point la déranger je restais juste là sans rien dire à l'observer, ou plus précisément à observer les mimiques qu'elle faisait qui parfois était rigolote, sérieuse ou même qui faisait un peu peur mais bon ça arrivait à tout le monde d'avoir des moments de blanc ou l'on se parlait à sois même dans sa propre tête mais c'était parfois tellement amusant de regarder les autres faire ça. Elle avait l'aire de revenir peu à peu à elle quand elle parla alors des gens * normaux * et de l'originalité, dans un sens elle avait pas tord mais en un autre elle avait tord.


-Bein tu sais nous sommes tous normaux c'est juste qu'il n'y à pas assez de personne ouverte d’esprit en ce bas monde et que seul les amis ou personne comme nous ne jugent pas !

Se monde était remplie de tellement de personne sans joie de vivre ou d'idée un peu farfelue que parfois ça en devenait lassant de les voir dans les rues. Il faudrait leur crier dans les oreilles que parfois il fallait savoir s'amuser et s'habiller différemment des personnes lambda sans vie ni sourire vide de tout sentiment joyeux. Quand j'en étais venue à parler d'escrime, surtout pour changer de sujet, Ipiu avait l'aire d'être en admiration devant les mots que je venais de lui dire. Bon en même temps un cas comme moi c'était rare mais je n'avais pas les chevilles qui gonflaient pour autant car j'étais pas la seul à être dans ce cas là.

-Merci bien mais tu sais j'ai faillis perdre la final à un petit centimètre près car j'ai ma jambe qui avait flanché à un moment et du coup mon adversaire m'avait sauté dessus mais je l'ai eu par surprise grâce à mes réflexes ! Et j'ai 18 ans et toi quel âge à tu ?

Ipiu partie pendant un petit moment, mais elle m'avait tout de même écouté, puis quand elle fut revenu elle posa tout un tas de livre différent qui n'avait rien avoir les uns avec les autres mais bon de la diversité c'est pas mal de temps en temps, et pis ça permet de ne pas s'ennuyer sur le même thème si on en avait pas la patience, moi c'était différent le théâtre était ma passion mais j'avoue que changer de temps en temps ne me faisait pas de mal.

-Contrairement à moi tu es bien courageuse, je n'ai jamais vraiment été attiré par la science car je n'y comprend rien du tout et que souvent ça m'énervait !
#   Mer 14 Aoû 2013 - 21:21

Personnage ~
► Âge : 26 ans (sans doute)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1836
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Un peu de tout et de n’importe quoi. Ipiu aimait lire, et lire de tout. Elle aimait les polards, et aimait la physique quantique. Enfin, une partie d’elle enfouie trouvait enrichissant et génial d’approfondir les connaissances qu’elle avait déjà. Ce qu’elle n’aurait pas pu faire dans une salle de classe, elle se serait sans doute trop fait remarqué, non. Elle aimait énormément étudier, mais elle connaissait déjà tout ce qu’elle apprenait.

« Bein tu sais nous sommes tous normaux c'est juste qu'il n'y à pas assez de personne ouverte d’esprit en ce bas monde et que seul les amis ou personne comme nous ne jugent pas !
- la norme est une notion de masse, et peu sont ceux qui assument d’établir leur propre norme, ceux-là on les nomme originaux. »


Oui, elle utilise la norme collective et pas la norme de G. Canguilhem. Elle est d’accord sur le fait que chacun peut redéfinir sa norme, mais elle comprend qu’il est plus facile de suivre la masse que de se faire sa propre opinion. Elle les comprend et ne les approuves pas. Elle aime son originalité, et la simplicité qui fait que les gens la regardent comme une excentrique. Non elle ne porte pas de talons de dix centimètres, de jupes trop longues en partant du bas, et de haut trop courts en partant du bas. Non. Elle ne se conforme pas à ce que les gens attendent de voir, à ceux qu’ils aimeraient voir…

Au final elle est elle-même et c’est ce qui compte. Non ?

Elle lui explique comment elle a failli perdre la finale. C’est un peu du charabia pour Ipiu qui n’a jamais fait d’escrime, mais tout comme elle imagine ce qui se passe dans ses livres, elle imagine la finale, le retournement de situation incroyable. Elle imagine, la joie qui remplace la peur de la défaite en un instant dans le cœur d’Enrica. Elle devait avoir un sourire particulièrement magnifique à cet instant. Elle aurait bien aimé le voir.

« Je n’ai que quatorze ans… Ce qui fait… que… C’est toi l’adulte responsable ici ! »


Ouai, mais toi cocotte tu restes employée de la bibliothèque… Bon, en même temps elle disait ça pour rire. De même qu’elle appellerait l’ancêtre quelqu’un âgé d’une poignée de jour de plus qu’elle. Ca m’en rappelle une autre qui appelle papi quelqu’un de plus âgé qu’elle. Ipiu ouvre le livre intitulé « La physique Quantique pour les nuls. » Elle en savoure les premières phrases, une page, deux. Trois. Elle lit vite. Très vite. Elle saisit tout dès la première lecture, mais pour certains passages relis pour être sûre de bien saisir le sens.

« Contrairement à moi tu es bien courageuse, je n'ai jamais vraiment été attiré par la science car je n'y comprends rien du tout et que souvent ça m'énervait !
- Je souhaite être institutrice, je veux savoir le plus de choses possibles, sur tout, pour pouvoir répondre avec précision à la moindre question… Et toi tu veux faire quoi plus tard ? »



 

Guide de survie en bibliothèque hostile [Enri ?]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Bibliothèque.
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant