Partagez | 
Aller à la page : Précédent  1, 2
C'est Ma Folie, c'est Mon sourire... [CLOS]
##   Jeu 8 Aoû 2013 - 19:06

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 84
Date d'inscription : 06/08/2013
Age : 23

Elle l'avais encore défié. Et elle avait marqué un point, cette fois. Archibald ne l'avait pas attrapé, elle était souple, et agile, et lui en avait fait une très belle démonstration.
Il faut le dire, ce n'est pas ce qu'Archibald tenterais de faire. Ca spécialité n'était pas les sauts artistiques, mais plutôt l’adrénaline montante du danger. Ce qu'il aimait le plus était de frôler la mort. Une énergie surpuissante, l'instinct humain, s'incruste dans le corps, et repousse les limites de l'être en question. Une course à contre-sens. Balancer sur une corde au beau milieu du vide. Ou encore, monter sur une tour, ou un bâtiment, sans protection. C'était les capacités d'Archibald, ses sensations fortes. Et surtout, c'était sa liberté.

Cependant, quelque chose clochait. Elle disait qu'on ne pouvait capturer une âme. Mais pour Archibald, c'est possible. Capturer une âme, c'est capturer un coeur. Et donc, aimer. Aimer, pour Archibald, se résumait à une petite citation " Aimer c'est le droit que l'on donne à l'autre de nous persécuter " de Fedor Dostoïevski. La capture de l'âme est possible, mais elle est surtout fragile. Comme de la glace. Un simple coup de vent frais, et tout s'abat.

Archie ressortait donc de ses pensées, bien décidé à encore la provoquer, sans s'attarder sur la remarque qu'elle avait fait.

- La preuve en image. D'autres suggestions ?

Elle riait, lui, l'observait avec un petit sourire aux lèvre, puis se permit ensuite de faire une tout autre remarque, provocatrice, et d'un ton d'un poil d’orgueil. Il la provoquait, et voulais encore en voir plus. Voir où étaient ses limites. Et il voulait aussi, enfin, souhaitait et espérait, qu'elle l’emmène à son tour à ses limites.
Limites, qu'il ne sait généralement pas déterminer lui même.

- Ce n'était qu'une démonstration de gymnastique, mais dans tous les cas, bravo, c'était une bien belle prestation

Il applaudissait la jeune fille, la regardant toujours de son regard glacial dans les yeux. Puis, une petite chose revint dans ses pensées. Le jeu n'était pas terminé, et elle avait oublié quelque chose. Archibald lui avait accordé une réponse à sa question il fallait donc qu'elle lui en donne une seconde. Les règles se faisaient au fur et à mesure, et il faut l'avouer, Achibald aimait quand elles étaient tout à son avantage.

- J'en déduis donc que tu as quelques talents, qu'est ce que tu sais faire d'autre ?

Le sourire d'archibald était à son apogée, il n'avait pas souri comme cela depuis longtemps. C'était un petit sourire dans ce visage si neutre, mais c'était le plus grand sourire qu'il puisse donner. par cette question, la provocation était toujours présente, mais en plus il allait en apprendre un peu plus sur elle, peut être même sentir un rapprochement, dans ce jeu rien n'était joué, rien n'était sur. Ils avançaient dans le brouillard, mais s'amusaient. C'était une belle manière de faire connaissance.
##   Jeu 8 Aoû 2013 - 19:30

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 419
Date d'inscription : 21/07/2013
Emploi/loisirs : .../Ecouter de la musique
Humeur : Prête à Bondir
http://nariwen-ecrivaine.e-monsite.com/

Sa façon de m'observer exprimait royalement qu'il n'en n'avait pas finit avec moi. Je pris tout de même son compliment, souriante mais pourtant méfiante. Je savais qu'il me réservait encore quelque chose.  Ses applaudissements, couplés avec son regard glacial, appelaient ma méfiance. Et j'avais raison de me méfier, car sa question suivante attendait une réponse. Non, je n'avais pas envie de répondre. C'était en partie un caprice qui faisait part entière du jeu, mais aussi parce que j'étais bien incapable de répondre correctement à cette question.
Avouez que vous aussi, vous avez du mal à vous juger de part vous même. On a tendance à se déprécier, à ne regarder que nos défauts.  Aussi comment pouvais-je répondre à cette question ? Et puis, ce n'était pas drôle si je lui disais tout maintenant il fallait que je le fasse patienter, que je libère les infos au bon moment. Je regardais un instant vers le ciel, toujours debout à un petit mètre de lui. Puis je le regardais de nouveau avec un de mes plus beaux sourires :
"Talent est un bien grand mot. Mais je sais... Je sais sourire."
Et ça, c'était important. Surtout lorsqu'on débarquait à Terrae. Je levais de nouveau la tête et tournais sur moi même les yeux fermés. Aller, retour au point de départ. Je m'assis devant Archibald et plantais mon regard droit dans le sien. J'avais envie de dire autre chose, une chose en rapport avec un moment que l'on venait de passer, celui dont je me souviendrais probablement le plus de notre rencontre. Un sourire malicieux anima mes lèvres et mes yeux.
"Je parle couramment le langage des notes."
C'était vrai. Même si je ne me prenais ni pour une bonne gymnaste (ni même pour une gymnaste tout court), ni pour une judoka ou autre combattante malgré que j'ai pratiqué ces sports, je savais que j'étais une musicienne. Cela coulait dans mon sang. Une qualité qui venait de mon père et qui jamais ne m'abandonnerait. Il m'avait tant appris que la musique était maintenant tout aussi importante que l'air que je respirais. Je pense que Archibald comprenais cela. Sa définition de la musique le démontrait bien. Tiens, c'était à mon tour de jouer :
"Je sais que toi, tu le comprends. Peut-être même que tu balbuties quelques mots de ce langage."
Il voulait jouer sur la provocation, je pouvais le faire aussi. Et le pire, c'est que j'aimais le faire. J'adorais la sensation que ce genre de jeu laissait. Et la tension que l'attente de la réponse répartissait dans le corps. Pourtant j'étais détendue, tout à fait à mon aise.
"Ai-je tord, cher Archibald ?"
Mes yeux auraient voulu traversé son regard pour lire directement en lui. Je n'attendais qu'une chose, c'est qu'il m'en dévoile plus sur lui, juste avec un regard, un changement d'expression. Lui qui semblait neutre, froid et pourtant pas distant, je voulais savoir ce qu'il ressentait au moment même où il le ressentait. Cela faisait partie du jeu, non ?


La Passion est mon Etre comme le Vent est la Liberté
##   Jeu 8 Aoû 2013 - 20:07

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 84
Date d'inscription : 06/08/2013
Age : 23

Archibald ne ratait pas une seule expression visible de son visage. Chose qu'elle n'a pu faire que deux petite fois, elle, et ce n'était que parce qu'Archibald le voulait bien, en quelque sorte.
Alors elle était debout, toujours souriante, devant Archie, qui lui était encore assis. Toujours dans ma même position, assis sur les fesses, depuis quelque temps déjà, il décida de s'allonger à nouveau, sur le dos, la tête qui reposait sur ses bras.
A l'aise encore ...

Aller, fais moi rêver, surprend moi ! Je veux voir ce que tu as dans le ventre petite !

Elle en avait déjà bien montré. Jusque là, elle avait autant montré la force de sa répartie, mais aussi montré à quel point elle pouvait vivre dans la joie. C'était un atout.
Mais encore, elle lui répondait, cette fois sans provocation, c'était en quelque sorte sa réponse, mais ça, Archibald le savait déjà.

- Talent est un bien grand mot. Mais je sais... Je sais sourire.

Ca, j'le sais p'tite !

Mais finalement, même si Archie le savais, il n'en était pas moins mécontent de la réponse. Ca lui convenait. Ca l'invitait même à sourire un peu plus tous les jours. Il est vrai qu'il faudrait vivre les instant présents. Mais il faut avouer que parfois, souvent, le passé nous rattrape. Mais pas maintenant ! En ce moment, c'était la joie qui primais. Les sentiments passaient à côté, et aujourd'hui, cette après-midi, sous un ciel bleu, de jolis nuages, avec une belle enceinte et une jolie fille, on se laissait aller, et on montrait dès à présent ce que chacun valait.

Un petit tour les yeux fermé, et op, elle s'était déjà rassise à côté de notre cher et tendre. Et surtout, elle le regardait dans les yeux. De beaux yeux turquoises faces à des yeux bleus de glace. Elle n'avait pas l'air d'avoir fini de parler, alors Archibald tendait les oreilles, et plongeait son regard si émouvant en attendant.
Un sourire se dessine, qui se vut bien évidemment dans ses yeux, et sur ses lèvres. C'était fascinant, elle arrivait à nous faire ressentir tout ce qu'elle ressentait, du moins, presque tout.

- Je parle couramment le langage des notes.

Ca ! Je le savais, mais c'est intéressant !

Le notes. Parler les notes. Parler une langue que l'on de connait que la théorie, et surtout, qu'on ne peut pas traduire ensuite. C'est le langage du vent pour les instrument à vent, à vibration pour les instruments à cordes, ou même les percutions. Mais avant tout, c'est le langage de l'âme.
Un langage qu'Archibald, et sa jeune amie, arrivaient à comprendre, mais pas à expliquer. Ce serai comme un problème mathématique tellement logique qu'il serait impossible de l'expliquer autrement que sa logique même. Les notes ne s'expliquent que par d'autres notes.

Le silence se brisa ensuite, elle voulait en savoir un peu plus ... Elle voulait encore une réponse, et cherchait à l'avoir de sa petite voix bien énergique, en plus de son beau sourire.

- Je sais que toi, tu le comprends. Peut-être même que tu balbuties quelques mots de ce langage.

Avec un léger rajout, le provocant d'autant plus. Tel était notre jeu.

- Ai-je tord, cher Archibald ?

Alors, la provocation n'était pas levée. Mais là, Archibald n'allait pas la satisfaire comme tout à l'heure. Lui aussi devait garder ses petits secrets, et garder un air mystérieux. Il ne voulait pas lui servir le tout sur un petit plat. Si elle voulait savoir quelque chose à propos de lui, il fallait creuser, provoquer, persévérer, et surtout, arriver à le piéger.

On va voir c'que tu vas bien pouvoir dire, aller, surprends-moi, pièges moi !

- Et bien, peut-être !

Un petit sourire, voulant donner le doute. Il voulait que sa chère amie ne sache pas quoi en penser. Son sourire douteux et plein de malice, avec un regard bleu des plus provoquants, c'était là la méthode d'Archie pour essayer de la déstabiliser.
##   Jeu 8 Aoû 2013 - 20:28

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 419
Date d'inscription : 21/07/2013
Emploi/loisirs : .../Ecouter de la musique
Humeur : Prête à Bondir
http://nariwen-ecrivaine.e-monsite.com/

Archibald était maintenant allongé dans l'herbe, ses yeux toujours dans les miens. Un regard remplis de provocation, d'un calme olympien que je ne pouvais me permettre aujourd'hui (j'aurais explosé sur place sinon), qui disait qu'il voulait jouer encore aussi. Tant mieux ! J'avais l'impression que je ne m'en lasserais jamais. Pourtant, c'était à vous rendre fou : on enchaînai les questions aux sens cachés, cachant aussi nos émotions ou tentant de le faire, et répondant à l'autre par du vide bien trop remplis. De quoi vous rendre dingue.
Mais nous, nous étions là, à jouer et à aimer ça. Ah, on s'était bien trouvé, pour sur. Il me répondit alors, évasif encore une fois, avec ce petit sourire qui vous disait tout et rien à la fois. Je faillis être piquée au vif par son détachement, mais je compris alors quelque chose : J'étais sur de ce que je venais d'avancer, alors je n'avais pas besoin de réponse. Et j'allais lui montrer. Mon sourire se fit plus confiant tandis que je ne lâchais toujours pas ses yeux de mon regard. Je lançais d'une voix douce, presque murmurée
"Ce n'était pas une question, en réalité."
Mon sourire s'agrandit un peu, rempli d'assurance. Mon raisonnement était à mes yeux infaillible. Il avait parler de la musique avec les mots qu'il fallait, les seuls qui pouvaient correspondre et sa description était pleines de sentiments. Alors dans tout les cas, il savait parler la musique, ne serait-ce qu'un peu. Car soit il jouait vraiment d'un instrument, soit il savait sans savoir, ce qui était aussi plausible. Même si je penchais plus pour la première possibilité personnellement. 
Soudain, la musique me fit relever la tête. Et oui, comme j'avais remis ma première musique, on en revenait finalement à Lips of an Angel. Roh, j'avais besoin de musiques qui pulsent ! Je me glissais de nouveau au-dessus du jeune homme, oubliant totalement son avertissement. Vu qu'il ne m'avait pas fait le moindre peur, je ne l'avais pas vraiment enregistrer. Innocemment  je trifouillais mon mp3 pour changer de répertoire, direction les musiques instrumentales. Cela allait plutôt bien avec la clairière dans laquelle nous étions étalée, non ? Je n'avais plus qu'à reposer mon mp3.


La Passion est mon Etre comme le Vent est la Liberté
##   Jeu 8 Aoû 2013 - 20:53

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 84
Date d'inscription : 06/08/2013
Age : 23

Eh bien, elle est tenace !

Il pensais gagner sur ce point, mais encore, elle avait trouvé un échappatoire. Elle ne fit pas déstabilisée, elle faillit être piégée, mais ce n'était pas encore pour maintenant. Archie frola la victoire. C'était la première fois qu'une personne tenait autant. C'était à la limite surprenant, ca n'aurait pas été elle, la personne en question en aurait déjà vite eu marre, et serai déjà partis. Ca aurait été pas mal non plus, Archie aurait eu tout l'espace vert à lui seul. Mais il se trouve qu'il devait le partager avec quelqu'un dont la présence n'était pas désagréable, et surtout elle avait une bonne répartie, ce qui donnait un air intéressant à toute réponse.

Tout était si clair, mais en même temps si flou, dans leur discussion. Mais à les voir, ils n'avaient pas de mal à se comprendre tous les deux. Un sourire, un regard, une intention de voix particulière. Tout était filtré naturellement, et leur suffisait pour comprendre les sens cachés.
Ils n'avaient pas besoin de se parler, juste de s'observer, et les présentation étaient déjà faites. Elle lui permettait d'oublier son passé, et de passer maintenant à un avenir plus joyeux.

Puis, une autre émotion fit son apparition. La confiance. Sur son sourire, cette fois, elle était plus confiante. Elle regardait réellement Archibald dans les yeux, alors Archie la regardait également dans les yeux, et n'avait pas l'intention de la lâcher du regard.

- Ce n'était pas une question, en réalité.

Elle l'avait presque chuchotée. D'une voix douce. Confiante, et calme. Il faut dire que ce fut agréable, et si il était possible de l'entendre encore une fois Archibald sauterait sur l'occasion.
Cependant il n'avait vraiment pas l'intention de répondre, et voulait un peu plus accentuer le doute, puisqu'elle avait l'air sûr d'elle, et confiante. Alors, il dit d'un air joueur :

- Alors ce n'était pas une réponse, en réalité.

Puis, encore une fois, Archibald se retrouvait dans l'ombre de la jeune fille, en dessous d'elle. Il l'avais pourtant prévenu, et ne se fit pas prié. C'était l'heure de lui montrer qu'Archibald n'avait qu'une parole. Montrer maintenant quoi il était capable, et montrer que capturer une âme était possible.
Il passa, sans gêne, ses bras autours de la taille de la jeune-fille, la bloquant en premier lieux. Mais ce n'était pas suffisant, lever les bras, c'était trop facile. Alors, le jeune homme la poussa sur le côté doucement d'une roulade, se retrouvant alors au dessus d'elle, ayant inversé les rôles. C'était maintenant lui qui était sur elle, à quelques centimètres d'elle, et c'est à son oreille qu'il vint murmurer :

- Tu vois, il est possible de capturer une âme.
##   Jeu 8 Aoû 2013 - 21:52

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 419
Date d'inscription : 21/07/2013
Emploi/loisirs : .../Ecouter de la musique
Humeur : Prête à Bondir
http://nariwen-ecrivaine.e-monsite.com/

La réponse qui n'en était pas une montrait bien ce qui se passait à l'instant. Archibald résonnait sur les mêmes longueurs d'ondes que moi, du moins sur ce sujet. Ce qui était déja pas mal, car cela nous avait permis de nous comprendre, de lire entre nos lignes brumeuses.  Je reposais mon mp3 à sa place initiale, c’est-à-dire dans l'herbe douce, lorsque je sentis des bras envelopper ma taille. C'est alors que tout me revint en mémoire : son avertissement, ma sensibilité lorsqu'un garçon m'approchait de trop près. Mais pourquoi diable n'avais-je pas mieux enregistrer ce qu'il avait dit ?
Son contact m'électrisa de la tête aux pieds et je perdis mon sourire, tendue et tout à coup très méfiante. Non, pas un séducteur. Déja, il nous faisait changer les rôles et se trouvait au dessus de moi, si près que je m'en serais arrêter de respirer. Il me murmura alors à l'oreille et je laissais échapper un frisson. Argh, le souffle dans l'oreille, ça tuait tout.
- Tu vois, il est possible de capturer une âme.
J'étais plongée dans sa chevelure blanche. On aurait dit que je nageais dans les nuages, ce qui aurai été plutôt agréable si le corps du garçon n'avait pas été aussi près. Mais sa phrase, sa simple phrase, suffit à me détendre et je repris un souffle normal. Oui, j'étais sensible, très sensible même lorsque j'étais dans les bras d'un homme. Parce que je n'étais jamais vraiment tombée amoureuse, que personne (hormis mon papa qui ne compte pas) ne m'avait jamais vraiment aimé. Alors quand on jouait au jeu de la séduction, oui, je perdais mes moyens, frissonnais et devenait timide. Mais il y avait des limites à tout.
J'avais compris ce que Archibald entendait par "capturer une âme". Il entendait "voler un coeur". Mais je ne laisserais personne me voler mon coeur aussi facilement. Il pouvait emprunter mon sourire et mon assurance, me rendre aussi frêle qu'une feuille en hiver, mais mon coeur, je le garderais.
"Oui c'est possible. Mais rien ne dit que tu réussirais à le faire. Surtout avec moi."
Je souriais de nouveau et la malice avait percé ma voix lors de ma dernière petite phrase. J'allais mieux, du moins pour le moment. Tant qu'il ne s'aventurait pas dans des terrains qui pour moi, étaient plus glissants, tant qu'il ne me murmurait plus à l'oreille, laissant son souffle pétrifier mon coeur. En fait, s'il pouvait s'écarter de moi dès maintenant, ce serait parfait, ça m'enlèverais un poids. Et je pourrais de nouveau bouger librement. Ou alors, un changement de musique pourrait advenir et me libérer de nouveau. Je priais mentalement pour que cela arrive.
*Aller mon petit mp3... Aide moi.*


La Passion est mon Etre comme le Vent est la Liberté
##   Jeu 8 Aoû 2013 - 22:20

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 84
Date d'inscription : 06/08/2013
Age : 23

Au dessus de la jeune femme, Archibald avait bien remarqué qu'il avait réussi à la surprendre, ou du moins à la déstabiliser un petit moment. Alors, elle était sensible face au souffle qu'on pouvait lui faire à l'oreille. C'était une belle sensibilité, quelque chose dont il fallait se rappeler, qui serait éventuellement utile pour plus tard, non pas pour quelques petites choses dont on ne devrait pas avoir en tête entre amis, mais bien pour jouer, la déstabiliser. Il avait maintenant trouvé son point faible.

Archibald n'avait pas l'intention d'aller plus loin. Ce qu'il voulait n'était pas de la séduction. Il voulait jouer avec elle, et si les simple paroles ne suffisaient pas, il fallait agir pour la surprendre. Archibald l'avait compris, et il n'allait pas l'oublier.
Il voulait marquer le coup, rajouter une petit couche de provocation, sans pour autant aller trop loin. La jeune-fille avait marqué sa limite, Archibald l'avait senti. Même si pour lui ses limites ne se limitaient pas à un petit murmure à l'oreille, il devait s'arrêter là, et respecter la ligne à ne pas franchir. C'était Archibald, un homme respectueux, froid, mais rassurant.

Alors, pour en rajouter une légère couche, il repositionna sa bouche près de son oreille, revenant donc lui murmurer :

- Je n'avais peut-être pas l'intention de le faire

Il resta quelques moments, voulant un peu jouer avec le feu, soufflant légèrement sur son oreille, puis doucement, se décale, légèrement, décalant ses lèvres en fasse des siennes. Ce n'était pas de la séduction, mais de la provocation. Archibald pouvait aller aussi loin que " l'adversaire " le lui permettait. Or ici, elle avait déjà montré la limite. Archibald jouait avec la ligne jaune, celle qu'il ne faut pas dépasser. C'est ce qui était le plus jouissif, ce qui poussait l'adrénaline.
Cependant, il ne toucha pas ses lèvres, il ne les avait que frôlées, et roula sur la côté pour s'allonger à côté d'elle, le sourire au lèvre.

J'ai gagné.

Il savait où s'arrêter, il savait son nom, les styles de musiques qu'elle aimait, et connaissait déjà l'énergie qu'elle avait en elle. A cela s'ajoute un caractère mystérieux et joueur. Archie comprenait pourquoi cette fille l'attirait autant. Non pas pour l'expression qu'elle avait tout à l'heure en penchant la tête, d'une manière similaire à Valentine. Les filles faciles, qui tombaient sous son charme sans aucun défis, en regardant ses yeux ou ses cheveux, c'était comme un ras-le-bol.
Il espérait cependant que la jeune fille n'allait pas lui en vouloir pour ces petits geste déplacés, ce n'était qu'un jeu. Il reprenait donc son air neutre, le sourire léger. Regardait les nuages, fermait les yeux ... Et retournait dans son monde Utopique, pour chasser cette peur, la peur qu'elle lui en veuille. Si elle lui en voulait, il serait obligé d'avouer sa faute, mais surtout, il n'y aurait plus ce genre de jeu. Le jeu où chacun se cherche, et se comprend sans avoir de réponse.
C'était un bon jeu ... C'était dommage qu'il soit déjà terminé, qu'Archibald ait gagné si vite. En fait, quelques regrets prirent le coeur du jeune-homme, il aurait voulu faire durer, plutôt que l'attaquer directement pile dans sa faiblesse. C'était bête, mais c'était fait.



- Mon corps est si vide qu'il paraîtrait qu'il n'ait jamais été habité ni par mon âme ni par celle d'un autre -
##   Jeu 8 Aoû 2013 - 23:13

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 419
Date d'inscription : 21/07/2013
Emploi/loisirs : .../Ecouter de la musique
Humeur : Prête à Bondir
http://nariwen-ecrivaine.e-monsite.com/

Ce regard... Le plus terrible a ce moment là, car il disait qu'il n'avait pas finit, il disait qu'il en voulait davantage. Davantage de quoi ? C'est bon, j'avais perdu... Paralysée, je le laissais me murmurer de nouveau des mots à mon oreille. J'eus envie de crier : Heureusement que tu n'en avais pas l'intention !!!!! Mais j'en étais strictement incapable. Et puis, il allait s'en aller là, non ? A cet instant, je n’espérais plus que deux choses, vu que mon mp3 m'avait lâché : que Archibald décide de me libérer et surtout que j'arrive a me remettre de tout ça. Je n'aimais pas du tout quand on jouait avec cela, même si je ne l'aurais jamais avoué, Jamais !
Mais Archibald n'avait pas décidé de me libérer. Il me souffla dans l'oreille, ce qui me fit trembler de plus belle. Mon coeur un instant loupa un battement. Puis dans un mouvement fluide, il se mit face à moi, ses lèvres a quelques millimètres des miennes. Bouger ? Impossible... Mes pensées s'affolèrent, je ne contrôlais plus rien.
*Et s'il décide de vraiment m'embrasser ? Quand arriverais-je a réagir ? Arriverais-je a me défendre ? Il n'a pas le droit de faire ça ! Je suis un esprit libre, je ne m'accrocherais à personne, encore moins à un homme. Jamais ! Pourquoi je n'arrive pas à bouger ? Pourquoi ? *
Enfin, après un moment qui me sembla une éternité, Archibald me laisse en paix, s'allongeant à côté de moi. On avait tout les deux compris qu'il avait gagné. Je repris enfin ma respiration, quelque peu saccadée. Je fermais les yeux et une larme s'échappa. Dieu ce que j'étais sensible sur ce point là. Après tout, je n'aurais pas du m'en faire autant, ce n'était qu'un jeu et j'en étais parfaitement au courant. Cette peur était juste paralysante. Ma respiration se calma peu à peu.
Aller Nariwen, remets t-en ! Je pris une grande inspiration, essuya ma larme et fis craquer mon cou. Aller, encore un effort. Je me redressais, me mis sur un coude en face de Archibald. Il était bien de s'avouer vaincue lorsqu'on l'était. 
"Ok, je m'incline. Mais pour cette fois seulement. La prochaine, tu m'auras pas."
Je me levais et commençais à m'étirer comme à mon habitude, à la manière d'un chat. J'attendis que ma tête arrête de tourner en continuant mon manège, puis alla ranger mon matériel, coupant d'un même coup la musique. En même temps, je m'adressais à Archibald.
"Il faudrait quand même y aller, si tu veux un jour réellement renter à Terrae. Allez, debout petit !"
Je riais de nouveau et mon énergie revint peu à peu. Voilà, j'avais finis de plier bagage, je n'attendais plus que ce cher Archie. Je regardais au passage ma montre. Ouh ! Mais avec tout ça, c'est qu'il était tard ! Presque l'heure de manger. Et bien c'était parfait, j'allais montrer à Archibald où était le dortoir et le laisserais pour aller manger.  Et après, je verrais. 
"On y va ? Je t'accompagne jusqu'au dortoir."
Mon sourire aussi était revenu, simple et chaleureux, et mes yeux pétillaient de nouveau. La seule séquelle qui restait ? Ma confiance en lui. S'il s'approchait, je serais plus méfiante, plus fuyante. Mais ça, il n'avait pas à le savoir. J'étais de nouveau détendue...


La Passion est mon Etre comme le Vent est la Liberté
##   Jeu 8 Aoû 2013 - 23:40

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 84
Date d'inscription : 06/08/2013
Age : 23

Elle reprenait ses esprits, Archibald, lui, repartait dans les siens ... Ce qu'il avait fait à l'instant était peut être trop osé ... Mais à quoi bon, il avait gagné. Ce n'est pas cela qui va l’effleurer, il avait comblé son ego, mais il avait un peu salit la confiance qui s'était peu à peu installée. Il le regrettait, mais bon, c'était fait.

J'aurais peut-être dû y aller moins fort ...

Dans tous les cas, la jeune-femme avait reprit ses esprit, elle était redevenue la fille rassurée et souriante qu'elle était. Mais Archibald l'avait vue, cette larme, cette petite larme qui en lisait long, rien que par son passage, et la manière dont elle l'avait virée de son visage pour afficher un beau sourire.
Il avait poussé le bouchon trop loin, c'était l'un de ces défauts. A ne jamais s'avouer vaincu, Archibald allait trop loin, et pouvait faire mal alors qu'il n'y avait pas lieu d'être ... Et pouvait même se faire du mal, autant physiquement que mentalement.

Elle s'avouait vaincue. C'est elle qui avait perdue, et c'est elle qui s'avouait vaincue. Archibald ne voulait plus en rajouter une couche, la fille avait assez souffert.
Puis, elle arrêta la musique d'un coup, elle voulait rentrer, il était tard. Il est vrai qu'il avait passé toute l'après-midi à jouer avec elle, et qu'il n'avait même pas visité l'école, même pas vu le hall d'entré. Il aurait pu passer son après-midi à découvrir les lieux, ou même les élèves, mais à la place de ça il avait préféré la compagnie de cette jeune-fille. Va savoir pourquoi, elle était amusante.

Archibald se leva donc ensuite, puis lui donna encore un regard pile dans le sien, s'expliquant, ne s'excusant pas de manière bien clair, mais c'était compréhensible dans le ton de sa voix, dans la manière de la regarder, et surtout par ces mots et les regrets ressentit.

- Je n'aurais pas du, je suis allé trop loin. Mais je veux bien que tu m'amènes un peu à Terrae, j'sais pas où est la cantine, ni le dortoire, ni les douches, enfin, j'sais rien du tout, j'ai passé toute l'après-midi avec toi !

Il regardait maintenant la bâtisse de l'école. C'était accueillant, il faut dire que ça donnait envie d'entrer. Archibald, ayant remarqué le caractère captivant de la jeune fille, se rejouait légèrement rien qu'à l'idée de pouvoir la revoir dans les couloirs, et de rencontrer d'autres personnes à la personnalité tout aussi inconventionnelle.



- Mon corps est si vide qu'il paraîtrait qu'il n'ait jamais été habité ni par mon âme ni par celle d'un autre -
##   Ven 9 Aoû 2013 - 0:05

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 419
Date d'inscription : 21/07/2013
Emploi/loisirs : .../Ecouter de la musique
Humeur : Prête à Bondir
http://nariwen-ecrivaine.e-monsite.com/

Archibald avait l'air de vouloir venir. Mais avant que l'on se mette en route, il m'arrêta d'un regard rempli de regrets.
"- Je n'aurais pas du, je suis allé trop loin. Mais je veux bien que tu m'amènes un peu à Terrae, j'sais pas où est la cantine, ni le dortoir, ni les douches, enfin, j'sais rien du tout, j'ai passé toute l'après-midi avec toi !
- Pas besoin d'excuse. J'ai joué, j'ai perdu, rien de catastrophique. Allez viens."
Mais même si ma voix était posé, remplie d'une maturité jusque là inexprimée, j'avais légèrement rougit du haut des pommettes à sa dernière réflexion. Je n'avais plus besoin de cacher cela. Maintenant qu'il connaissait mon gros point faible, je n'avais plus rien a cacher. Et quelque part, cela faisait un bien fou. Avec lui, je pouvais être folle à liée, joueuse, ou même une grande sensible qui frissonne au moindre contact. Cela ne faisait qu'une après-midi que l'on se connaissait et pourtant, je pouvais être totalement naturelle. Comme quoi !
Je l'avais inviter à me suivre, mon sac sur une épaule. Je lui montrais les bâtiments, indiquant aussi à quoi ils servaient Rapidement, ils arrivèrent au dortoirs et elle s'arrêta. D'un côté, elle était heureuse de se retrouver seule et de s'éloigner de celui qui était maintenant dangereux car il savait de quoi elle avait peur. Mais d'un côté, elle avait aimé cette après-midi a ses côtés, elle avait aimé jouer et était prête à recommencer dès qu'ils se recroiseraient. Elle était prête à repousser la limites de sa peur pour gagner même ! Mais ce n'était pas pour tout de suite.
"Je vais te laisser là. Si tu montes cet escalier, tu arrives au dortoirs garçons. Tu pourras aller à la cafetéria dès que tu auras faim. Les douches sont en haut aussi. Et tu auras surement des colocataires, tu n'as qu'à leur demander si jamais tu as un problème. Bonne soirée."
Je lui souris, un doux sourire qui lui montrait bien que je l'appréciais désormais. Puis, discrète, semblable à un chat, je m'évaporais vers mon propre dortoir. Tout cela m'avait quelque peu secouée, dites-moi ! A une prochaine fois, Archibald !


La Passion est mon Etre comme le Vent est la Liberté
##   
Contenu sponsorisé

 

C'est Ma Folie, c'est Mon sourire... [CLOS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Aux alentours de Terrae.
 :: Espace vert.
Aller à la page : Précédent  1, 2