Partagez
Solitude, amie de mes nuit, et tombe, tombe la pluie... [Privé]
##   Lun 26 Aoû 2013 - 23:04

Personnage ~
► Âge : 21 ans, vous y croyez vous ?
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Cassidy Williams
Cassidy Williams
Feu au pouvoir lunaire
Messages : 48
Date d'inscription : 11/02/2013
Age : 26
Emploi/loisirs : Emmerder les autres c'est bien non?
Humeur : Peux-tu voir la tristesse sans fond qui me broie le coeur ?

Tout me semblait gris et morne. Le soleil, autrefois si brillant, si chaud avait disparu derrière de sombres nuages qui envahissaient le ciel.
Ploc, ploc, ploc…
Bruit monotone des petites gouttes qui vont s’écraser au sol déjà complètement détrempé. Moi aussi, cela faisait déjà plusieurs heures que j’avais cessé d’être sèche. Et tandis que l’eau s’infiltrait à travers mes vêtements, que le vent venait fouetter mes cheveux détachés, que le ciel semblait s’acharner contre moi, je restais là, debout, dans ce cimetière vide. Empli seulement du murmure des morts, ou plutôt du silence devrais-je dire. Les morts ne parlent pas. Ne parlent plus depuis que leur cœur a cessé de battre. Comme elle, comme lui.
Debout dans ce cimetière vide, je fixais de mes yeux emplis de larmes les deux tombes de marbre qui se tenaient immuables et terribles face à moi. Les tombes de ces deux personnes que j’avais tant aimées, et que j’aimerais toujours tandis que mon cœur saignait, une plaie béante ouverte en son milieu. Une plaie qui jamais ne cicatriserais, qui jamais ne se refermerait. Plus maintenant.
Où était-il ? Où donc se trouvait la dernière personne qui me restait. Où donc était mon frère alors que je demeurais seule, perdue dans des ténèbres sans noms ? Où se trouvait Aaron ?
Parti. Disparu. Perdu dans ses propres ténèbres.
Ne pouvait-il pas se tenir à mes côtés pour me soutenir, pour m’aider ? Non. Il était bien trop lâche pour faire face à la dure réalité du monde, pour affronter la mort et le deuil. Il s’était enfui, s’était dérobé à ses responsabilités.
Je le maudissais. Lui et ses faiblesses, lui et son orgueil, lui et ses peurs, lui et sa lâcheté. Je le haïssais de m’avoir laissée. Seule. Sans attaches, sans moyens, sans rien. Rien. C’est étrange comme un simple petit mot peut tout définir. Je n’étais plus rien, je n’avais plus rien. Seulement cette solitude infinie, immense et destructrice. Cette solitude, mon amie de toujours, amie de mes nuits les plus sombres. Amie destructrice et dévorante.
Je me trouvais abandonnée, comme nue dans des ténèbres insondables. Je me débattais en vain, étouffée, emprisonnée.
Et je tombais, tombais, tombais.


~*~


Je me réveillais en sursaut dans mon lit, couverte de sueur, le visage inondé de larmes. Je me recroquevillais sur moi-même et restais là, à attendre. J’aurais tellement souhaité ressentir la chaleur de Diana, entendre à nouveau le rire un peu grave de Damian, les voir sourire de nouveau. Mais il était trop tard et pour la énième fois je réalisais que plus jamais ils ne seraient là.
Et tandis que j’éclatais en sanglots amers, telle une enfant perdue, je suppliais pour que mon frère vienne. Cet homme que j’aimais tant et que j’avais tant détesté. Je suppliais qu’il me prenne dans ses bras, qu’il me réconforte et réchauffe mon cœur gelé.
Mais les prières sont ce qu’elles sont. Des prières. Je n’étais pas télépathe, ne pouvais donc pas l’appeler et même si je l’avais pu je ne l’aurais pas fait. Après tout lui n’avait rien demandé à son départ, était parti sans rien dire. Il ne m’avait pas parlé de sa douleur, de ses problèmes. Alors pourquoi lui demanderais-je de l’aide ? Oui pourquoi ? Je ne voulais pas qu’il constate à quel point j’avais mal. Parce que lui aussi souffrait je le savais, mais ce n’était certes pas par sollicitude que je lui épargnais ce spectacle pitoyable. Je voulais qu’il comprenne d’une autre manière. D’une manière qui peut-être n’allait pas lui plaire. Je voulais qu’il sache à quel point je m’étais sentie seule et abandonnée. Qu’il comprenne à quel point j’avais pu le détester durant ces soirées interminables, assise dans l’obscurité de l’appartement à chialer comme une gosse.
J’avais mal et je voulais qu’il le sache.

Je me redressais lentement, les cheveux en bataille, les yeux rouges, le souffle saccadé. Je m’approchais de la fenêtre de ma chambre et écartais les rideaux d’un geste sec pour regarder au dehors. Il pleuvait. Comme dans mon rêve. Ou plutôt dans mon souvenir. De grosses gouttes venaient s’écraser sur la vitre et au dehors les arbres ployaient sous les rafales de vent. Mais si l’orage se déchaînait à l’extérieur, c’est bien en moi qu’il se faisait le plus violent.


Solitude, amie de mes nuit, et tombe, tombe la pluie... [Privé] Silenc10

Spoiler:
 


Dernière édition par Cassidy Williams le Lun 4 Aoû 2014 - 16:32, édité 1 fois
##   Mar 26 Nov 2013 - 18:15

Personnage ~
► Âge : 30. Ca y est. C'est la fin :'o
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aaron Williams
Aaron Williams
Master Tonnerre Solaire
Messages : 3215
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?

Je n'ai pas toujours été un frère exemplaire. Je crois même que je ne l'ai jamais vraiment été.
J'étais faible. Un vrai pleutre, un lâche ; quelqu'un qui n'a jamais supporté de voir la vérité en face. De l'accepter. Qui se cherchait constamment des excuses. Qui se cachait derrière les autres pour essayer de me reconstruire.
Seul.
Quoique je fais des efforts maintenant, je crois ; je fais quelques efforts pour essayer de pas complètement sombrer. Retrouver le sourire, un semblant de goût à la vie. Mais c'est pas grâce à moi. C'est grâce à eux. J'ai pas le mérite de la chose, étant donné que la seule chose que j'arrive à faire, quand je suis pas avec eux, c'est de me prendre la tête. Ça, ça changera jamais je crois.
Cette nuit, je me suis réveillé en sursaut ; une sueur froide me coulait le long du dos, et j'essayais tant bien que mal de chasser les images qui emplissaient mon esprit. Ces images de douleur et de mort, de sang et de larmes. Peut-être que j'étais trop vulnérable à ce moment-là, bercé par ce cauchemar silencieux ; mais pendant quelques instants, j'ai ressenti chaque pincement au cœur, chaque larme versée dans ce foutu institut. Toute la douleur du monde tournée vers moi, m'accablant l'esprit, me poussant dans mes derniers retranchements. Comme souvent, la nuit. Comme trop souvent, lorsque la pluie se déchaîne sur les vitres et l'asphalte.
Puis je l'ai sentie. Cette déchirure familière, ce cri du cœur ; ce cri d'un cœur que je m'étais toujours juré de protéger. Une minuscule aura reconnaissable entre des milliers d'autres.
Je suis sorti sans prendre le temps de m'habiller décemment. Pieds nus, sous la pluie ; juste un jogging enfilé à la hâte et un sweater sans rien dessous.
Durant le chemin, j'ai eu le temps de repenser à tout ça ; toutes ces conneries, tous ces mensonges, cette saloperie de vie que j'ai voulu m'inventer pour pas inquiéter la seule personne qui comptait. Et que j'ai fini par perdre lamentablement.
À présent, j'attends devant la porte, appuyé contre le mur d'à côté, sans savoir si je dois frapper ou pas. Je ferme les yeux, prends une grande inspiration – puis je m'avance, et toque quelques coups à la porte. Il est tard, et je sais pas si elle m'enverra chier ou pas. Mais si déjà j'ai fait le chemin...
Je me mordille la lèvre. Attends longuement, en me passant une main dans les cheveux, complètement détrempés par la pluie. Finis par vouloir tourner les talons.
Pourtant la porte s'ouvre. Cassidy apparaît dans le battant de la porte, les yeux rougis, vides ; le visage terne. Cette image me donna un nouveau coup au cœur.

– Pardon, je murmure en glissant précautionneusement une main sur sa joue, comme pour chasser les dernières traces de larmes sur sa peau pâle. Tu as encore fait un cauchemar.

Je te jure que je veillerai toujours sur ton sommeil et tes nuits. Mais ne pleure plus, Cassidy...



Aaron vit en #FEA347.
Louisa danse en #90C15A.


Un peu d'amour ♥:
 
##   Mer 1 Jan 2014 - 21:15

Personnage ~
► Âge : 21 ans, vous y croyez vous ?
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Cassidy Williams
Cassidy Williams
Feu au pouvoir lunaire
Messages : 48
Date d'inscription : 11/02/2013
Age : 26
Emploi/loisirs : Emmerder les autres c'est bien non?
Humeur : Peux-tu voir la tristesse sans fond qui me broie le coeur ?

Des petits coups frappés sur la porte me firent sursauter et je me détournais de la fenêtre. Qui pouvait bien venir à cette heure de la nuit ? Personne de ma connaissance, je ne connaissais personne encore à Terrae, enfin... Une seule personne aurait pu se tenir de l'autre côté du battant.
D'un pas chancelant je me dirigeais vers la porte que je fini par ouvrir après un moment d'hésitation. Il était là, trempé de la tête au pieds, juste avec un jogging, pieds nu et un air inquiet inscrit sur le visage.
Durant une demi seconde je fus tentée de lui claquer la porte au nez mais je stoppais mon élan. De quoi avais-je l'air avec me cheveux en batailles, mes cernes et mes yeux bouffis ? Sûrement que je ne paraissais pas en forme.
Je ne cillais pas lorsqu'il passa sa main sur ma joue d'un air tendre.

– Pardon, tu as encore fait un cauchemar.

Ma vue se brouilla, les larme se remirent à couler le long de mon visage et mon masque d'impassibilité se craquela. Je me jetais dans les bras d'Aaron et éclatais en sanglots et tandis qu'il refermait ses bras autour de moi je me raccrochais à cette douce chaleur.

- Il ne sont plus là Aaron, sanglotais-je le souffle saccadé, je pouvais voir ces deux pierres grises sous la pluie de Boston... Toi non plus tu n'étais pas là.

Je serrais un peu plus son sweet déjà trempé entre mes mains.

- Pourquoi n'y a-t-il plus que des ténèbres autour de moi, grand frère ? Pourquoi ne sont-ils plus avec moi ? Pourquoi est-ce que je ne sens plus leur chaleur ?

Oui pourquoi ? Pourquoi s'est-elle faite agressée alors qu'elle n'avait jamais rien fait ? Pourquoi avait-il fallut que Damian parte à la guerre ? Et pourquoi, oui pourquoi...

- Pourquoi es-tu parti Aaron, fis-je dans un sanglot déchirant.

Tellement de questions qui m'engloutissaient. tellement de peurs, de remord, de désespoir, de peine et de souffrance. Où donc se trouvait la lumière. Où était la sortie du tunnel ? Je n'en voyais plus le bout, seulement des ténèbres grandissantes, encore et encore, m'entourant, me faisant perdre pieds. Oui, où donc se trouvait me lumière ?


Solitude, amie de mes nuit, et tombe, tombe la pluie... [Privé] Silenc10

Spoiler:
 


Dernière édition par Cassidy Williams le Lun 4 Aoû 2014 - 16:33, édité 1 fois
##   Mer 29 Jan 2014 - 9:18

Personnage ~
► Âge : 30. Ca y est. C'est la fin :'o
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aaron Williams
Aaron Williams
Master Tonnerre Solaire
Messages : 3215
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?

Mon cœur sa brise devant son visage décomposé par la douleur et le déchirement. Comment avait-elle pu vivre cinq ans de cette manière ? Seule ? Sans personne… Sans moi ? C’est de ma faute si elle n’avait plus sa sœur auprès d’elle – je ne peux pas m’empêcher de ressentir du remords. Mais est-ce que ce n’était pas la punir elle que de m’enfuir lâchement de cette manière, plutôt que de punir moi-même ? J’avais toujours voulu la protéger – mes pouvoirs, bien que bridés par mon esprit, ont réagi à son appel alors que j’étais à l’autre bout de l’institut, c’est dire. Je veux bien croire que le manque de sommeil me fasse perdre tous mes moyens, et le contrôle complet de mon pouvoir de sensitif ; mais j’ai appris à ne pas réagir à chaque vide, à chaque souffrance de chaque individu présent à Terrae. Ça fait trop mal. Beaucoup trop mal… Alors pourquoi j’ai réagi, cette fois ?

- Il ne sont plus là Aaron, je pouvais voir ces deux pierres grises sous la pluie de Boston... Toi non plus tu n'étais pas là.

Je frissonne à ses mots, alors qu’elle se blottit contre moi comme une enfant apeurée par l’orage. Des souvenirs remontent – ceux, durant ces longues nuits, où je les berçais contre moi en leur murmurant des histoires pour les endormir. Pour espérer leur faire oublier que leur mère devenait un peu plus folle chaque jour, brisée par le désespoir et la souffrance. Je me rends compte que j’ai failli laisser Cassidy dans le même état. Est-ce qu’elle réussirait à se remettre de ce vide dans son cœur, dans son âme ? Ce vide…

- Pourquoi n'y a-t-il plus que des ténèbres autour de moi, grand frère ? Pourquoi ne sont-ils plus avec moi ? Pourquoi est-ce que je ne sens plus leur chaleur ?

Je continue à la serrer contre moi, silencieux, la mâchoire serrée, forçant mes yeux à ne pas s’embuer. « Grand frère. » Je me demande encore comment elle parvient à m’appeler de cette manière-là, après tout ce temps. Ne devrait-elle pas me haïr de l’avoir laissée ? Ne devrait-elle pas me haïr pour n’avoir pu la sortir de ce gouffre obscur ? J’aimerais tellement qu’elle le fasse – ce serait si simple. Mais je me fais mon propre procès, je me juge à sa place et je m’éxècre, seul, pour ce que j’ai fait. Ce que je n’ai pas fait. Et ce que j’ai failli faire.

- Pourquoi es-tu parti Aaron ?

Ma main caresse doucement ses cheveux, en une caresse tendre, assurée, alors qu’à l’intérieur, mon âme tremble et manque de se briser. Je ne sais pas si la tristesse que je ressens est la mienne ou la sienne – qu’importe après tout ? Nous souffrons du même mal, de la même absence. À cause de moi. À cause de moi, de mon égoïsme, de mon besoin de tout contrôler, de tout vouloir gérer, seul ; comme toujours. C’est moi. Je les ai tués.
Je continue à la serrer contre moi durant un temps infini, le temps qu’elle se calme, qu’elle reprenne ses esprits. Il faut que je lui dise. Que je lui parle de mon séjour à Boston. Que je lui dise la vérité, cette fois. Mais je suis censé commencer par quoi ? Tout ce que je vais lui dire ne fera que la blesser d’autant plus. Et je ne pourrais alors rien faire pour la voir s’éloigner définitivement de moi.
Même si je lui dois bien ça.

- Pardon Cassidy. C’est de ma faute.

Je prends une grande inspiration.

- C’est de ma faute, tout ce qui est arrivé. C’est entièrement de ma faute.

Un sourire triste et pâle se glisse sur mes lèvres. Les étire en une grimace sans vie, inhumaine.

- J’ai jamais pu te le dire. Parce que je suis qu’un con. Et que je voulais pas que tu me regardes différemment. Que je savais que ce serait encore pire.

Mes yeux brillent, humides, mais je ne pleure pas. J’ai évacué toutes les larmes de mon corps lors de ma dernière visite à Boston.
Parce que c’était la seule chose que je pouvais faire.



Aaron vit en #FEA347.
Louisa danse en #90C15A.


Un peu d'amour ♥:
 
##   Dim 2 Fév 2014 - 21:00

Personnage ~
► Âge : 21 ans, vous y croyez vous ?
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Cassidy Williams
Cassidy Williams
Feu au pouvoir lunaire
Messages : 48
Date d'inscription : 11/02/2013
Age : 26
Emploi/loisirs : Emmerder les autres c'est bien non?
Humeur : Peux-tu voir la tristesse sans fond qui me broie le coeur ?

La pluie continue de tomber drue dehors et je ne parviens plus à retenir me larmes. Trop longtemps je les ai gardés, mais maintenant je ne peux plus. Maintenant qu'il est là, que je sens sa chaleur, sa peau contre la mienne. Je voudrais pouvoir le tenir contre moi des heures durant. Pour rattraper toutes ces années d'absence, pour retourner à ces instants de mon enfance où il nous berçait. Qu'avons-nous fait pour mériter ça ? Qu'avait-elle fait pour mourir ainsi ? Qu'avait-il accomplit qui explique qu'il meurt dans une explosion ? Je ne le sais pas. Aaron le sait, il l'a toujours su, j'en ai la conviction mais je n'ai jamais eut le courage de lui demander. Je le connais par coeur. Je sais quand il ment, je sais ses non-dits et quand il cache quelque chose. Il en a toujours su plus que ce qu'il prétendait mais sous prétexte de nous protéger, de me protéger il s'est tu, s'est enfermé dans son silence. C'est ainsi qu'en croyant me protéger il m'a blessée plus encore.

- Pardon Cassidy. C’est de ma faute.

Je resserre mon étreinte tandis que mes larmes redoublent. Crois-tu donc que je ne le sais pas ? C'est ta faute, mais ça ne l'est pas non plus. Tu me protégeais comme tu l'as toujours fait. Mais parfois trop de secrets peuvent vous tuer.

- C’est de ma faute, tout ce qui est arrivé. C’est entièrement de ma faute.

Je tente de calmer ma respiration sans grand succès. Arrêtes ! Cesse de porter le poids du monde sur tes épaules !

- J’ai jamais pu te le dire. Parce que je suis qu’un con. Et que je voulais pas que tu me regardes différemment. Que je savais que ce serait encore pire.

Un sourire tordu par la douleur et la tristesse étire mes lèvres. Oui, tu es un con Aaron Williams ! Tu es imbécile, un abruti fini et le pire des égoïstes ! Alors pourquoi ne puis-je pas te haïr ? J'ai essayé tu sais ? Mais même dans les pires moment la seule chose à laquelle je me raccrochais c'était ton nom, la couleur de tes yeux, ton visage. Pourquoi est-ce que je continu de t'appeler grand-frère ? Tu ne le mérite pas...
Je me détache petit à petit de lui et le fixe. Lui aussi à les yeux humides mais il ne pleure pas. Je le soupçonne de ne pas pouvoir, d'avoir déjà pleurer toutes les larmes de son corps.

- Je le savais, murmurais-je d'une voix enrouée. Je ne suis pas aveugle, je ne suis pas sourde et je ne suis pas stupide.

Je plantais mes yeux dans les siens. Ces yeux pleins de douleur, de colère et de tristesse. Tu ne pourra plus te dérober maintenant, c'est trop tard !

- Tu ne m'as jamais dit ce qu'il s'était réellement passé mais tu savais. Et sous prétexte de me protéger tu t'es tu.

C'est trop tard maintenant. Trop tard pour garder ta bouche close alors dis-le moi. Je ne pourrais pas te détester plus que je ne l'ai déjà fait.
C'est tellement ironique. Je crains tellement cette vérité que je voudrais te faire taire, que je voudrais ne rien savoir. Mais paradoxalement ce silence me tue, petit à petit depuis ton départ, depuis la mort de Diana.
Il est trop tard pour réparer le passé. Il est déjà détruit en morceaux...


Solitude, amie de mes nuit, et tombe, tombe la pluie... [Privé] Silenc10

Spoiler:
 


Dernière édition par Cassidy Williams le Lun 4 Aoû 2014 - 16:35, édité 1 fois
##   Mar 11 Fév 2014 - 14:59

Personnage ~
► Âge : 30. Ca y est. C'est la fin :'o
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aaron Williams
Aaron Williams
Master Tonnerre Solaire
Messages : 3215
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?

HRP : Pour mettre dans l'ambiance ♥ Clique :3


Je frissonne lorsqu’elle me répond, et ferme douloureusement les yeux, incapable de supporter son regard fixe. Elle le savait. Elle le savait, hein. Elle aurait mérité une réponse claire, dans ce cas. Mais j’avais été con de penser pourvoir gérer ça tout seul, comme d’habitude. Mais à situation exceptionnelle devrait correspondre une réaction exceptionnelle. J’ai joué au con, parce que j’ai pas été capable de gérer correctement. J’avais dix-neuf ans, en même temps. À dix-neuf ans, on est pas censé te demander de regarder ton meilleur pote crever à son tour parce que tu as été incapable de faire les choses correctement.
Mes yeux se rouvrent et je me force à la regarder dans les yeux. C’est vrai, je lui dois des explications maintenant. Mais comment je suis censé lui dire tout ça ? Comment je suis censé lui parler de mon père, alors que ça ne devrait premièrement pas la concerner ? Putain, je sais très bien que je peux pas reculer, mais là, j’ai l’impression que j’y arriverai pas. Les mots restent bloqués dans ma gorge, et c’est un supplice que de sentir autant de douleur en elle. J’aimerais pouvoir l’apaiser de ma voix, chasser cette souffrance d’un baiser, briser la tristesse d’un mouvement de la main, d’une caresse. Mais la tendresse, elle ne l’acceptera certainement jamais. Pas avant que je ne m’ouvre enfin. Pas avant que la vérité ne soit exposée au grand jour ; ou au moins à elle. C’est suffisant. Mais c’est tellement dur.
Un soupir à fendre l’âme m’échappe malgré moi. Je lui fais signe de s’asseoir sur le lit et ferme la porte derrière moi, avant de me mettre à côté d’elle. Je suis trempé et je vais avoir la crève, alors j’espère au moins qu’elle va pas me jarter de son pieu. Quoiqu’elle en serait capable.
Je me mets en tailleur, face à elle. Les mots ne sortent toujours pas, et je reprends longuement mon souffle, comme après une longue apnée. Je n’ai jamais avoué à voix haute ce que je m’apprête à lui dire. Une grande première, donc.

- C’est… une assez longue histoire. Dont je n’ai toujours pas compris tous les tenants.

Je me mordille la lèvre, joue un instant avec mes doigts, réfléchissant. Et finalement je me lance.

- Je pense que tu sais que je suis pas ton frère. Ton père n’est pas le mien.

À vrai dire elle le sait peut-être, j’en sais rien ; elle me l’a jamais demandé. Mais elle reste ma petite sœur, peu importe si on ajoute ou enlève des demis… Je glisse ma main sur sa joue en une caresse tendre, un peu désolé.

- Maman l’avait trompé y a longtemps. Et… ben je suis né. Fun, non ?

Un rire sans joie m’échappe alors que je laisse retomber ma main sur le lit.

- C’est parce qu’il est parti sans rien lui dire, avant de revenir, que maman a… pété les plombs. Mais elle te détestait pas. Elle ne nous détestait pas…

Je soupire. Ça me fait mal de penser à tout ça.

- Mon père est revenu quand j’avais quinze ans, un truc comme ça. Il m’a demandé de l’aide. Parce qu’il savait que j’avais aucun mal à comprendre et résoudre des équations, et que je semblais plutôt prometteur dans le crackage informatique. Et il pouvait pas se permettre d’engager qui que ce soit susceptible de le trahir.

Je détourne les yeux. Quand maman se faisait soigner de son cancer, elle…

- J’ai pas les détails. Je sais pas s’il a quelque chose à voir avec l’« erreur médicale » qu’a subie maman et qui lui a coûté la vie. Mais je sais qu’il vous a menacées pour me faire avancer plus vite dans mon apprentissage. Il a tué Diana parce que j’ai refusé de l’accompagner sur son projet, au bout du compte.

La phrase a laissé un blanc seulement troublé par l’averse. Mon regard dérive vers la fenêtre par automatisme, et je me perds longuement dans la contemplation de la pluie frappant la vitre. Mon cœur s’est douloureusement serré et je n’ose pas encore regarder son visage. Sa tristesse, sa douleur et sa colère me vrillent l’âme au plus profond de moi-même.
J’ai mal.

- J’ai fait de mon mieux pour préparer le raid. Il voulait récupérer un dossier qui avait été développé dans une base militaire, mais pour ça il fallait que je force le passage. Entre temps, Damian… avait été mis au courant, je sais pas trop comment. Il a dû entrer en contact avec lui. Il s’est engagé et a été envoyé dans cette base. Quand le dossier a pu être récupéré… Je sais pas ce qu’il s’est passé. Mais la base a explosé.

J’ai un sourire infiniment triste.

- Le reste, tu le sais. Je suis parti. Je suis allé sur la corniche, là où je vous avais déjà emmenées avec ta sœur. Et Hideko est venue me trouver là-bas. Je me suis dit que je viendrais te chercher… une fois que je serais devenu plus fort. Et plus digne de me faire appeler « grand frère. »

Mon sourire tremble, mes yeux s’humidifient mais je ne pleure pas. Je plante simplement mon regard dans le sien. Dire que je suis un Master… les élèves riraient bien.

- Le moment venu j’ai pas eu le courage de revenir. Parce que j’étais arrogant, égoïste et con. Mais surtout parce que je pensais que tu vivrais bien mieux sans moi dans tes pattes. Je suis désolé Cassidy. Pour les mensonges, pour être parti. Et pour ne pas avoir eu le courage de te regarder en face avec honnêteté.



Aaron vit en #FEA347.
Louisa danse en #90C15A.


Un peu d'amour ♥:
 
##   Ven 4 Avr 2014 - 23:43

Personnage ~
► Âge : 21 ans, vous y croyez vous ?
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Cassidy Williams
Cassidy Williams
Feu au pouvoir lunaire
Messages : 48
Date d'inscription : 11/02/2013
Age : 26
Emploi/loisirs : Emmerder les autres c'est bien non?
Humeur : Peux-tu voir la tristesse sans fond qui me broie le coeur ?

Je ne dis rien quand il me fait signe de m'assoir et obtempère, m'installant sur mon lit, passant mes bras autour de mes genoux. Je sais que les paroles qu'il s'apprête à prononcer, ils ne les a sans doute jamais dites à personne et je sais que cela va être douloureux pour nous deux. Mais je suis lasse de quémander, lasse de me poser sans arrêt des questions. J'ai soif de connaissance et de vérité. Je veux savoir pourquoi ils sont morts et jusqu’où Aaron est impliqué.
Une longue histoire, hein ? C'est l'histoire de nos vies. Et j'ai toute la nuit devant moi.

Je le vois qui joue avec ses doigts mal à l'aise et je continue de la fixer sans rien dire, les yeux encore rougis par les larmes.
Je ne cille pas lorsqu'il me dit qu'il n'est pas vraiment mon frère, ne bouge pas lorsqu'il m'annonce qu'il est né d'un adultère. Je le savais. Ou du moins même s'il ne l'avait pas dit je m'en doutais depuis bien longtemps et aussi loin que je me souvienne ça ne m'a jamais dérangé. Pour Diana et moi il était notre frère. Celui qui prenait soin de nous et je n'allais pas chercher plus loin.
Je ferme les yeux durant un instant au contact de sa main, incertaine par rapport à mes réactions. Alors je reste de marbre, je l'écoute, regarde sa main qui retombe. J'attend le bon moment pour me déchirer.

Tu sais Aaron, C'est très difficile de croire que cette femme ait pu être aimante. Je comprend quand tu dis que ce n'est pas de sa faute, je comprend quand tu dis qu'elle reste ta mère. Mais ce n'est pas vraiment la mienne. Je n'ai pas eut de mère, seulement deux grand frère, une soeur jumelle et une autre grande soeur qui s'appelait Malorie. Mais je n'avais pas de mère.
Je l'écoute me parler de son père et de ses machinations, des menaces qui pesaient sur nous. "Il a tué Diana". Ce petit bout de phrase résonne dans mon esprit et je resserre l'étau de mes bras autour de mes jambes, presque jusqu'à m'en faire mal. Des larmes silencieuses coulent le long de mes joues mais je ne dis rien. Pas encore. Il n'a pas fini.
Ce n'était pas une erreur alors ? Tu sais quelque part, je ne suis même pas surprise de l'apprendre. Damian a voulu te protéger comme d'habitude, et toi tu es resté sans rien faire.

Pas encore. Je ne peux pas t'appeler grand frère. Je ne peux plus après tout ça. Je hais tellement ce monde de merde ! Je hais ta lâcheté et ta couardise Aaron Williams. N'avais-tu pas au moins la force d'honorer leur mémoire en restant à mes côté ? En venant me chercher plutôt que de me laisser seule à Boston ?
Tu es arrogant, égoïste et con. Tu dis être désolé ? Moi aussi je le suis. Dévastée même. Détruite par ton père qui m'a tout pris. Détruite par toi qui m'a laissée, détruite par ce monde de merde.
Je n'ai même plus la force de réagir, de le frapper et encore moins d'essuyer les larmes qui creusent de profond sillons sur mes joues. Je n'ai plus la force de vivre sans Diana, sans Damian. Quand je repense à eux, je vois ces tombes au cimetière de Boston. Je revois leurs sourires qui se fanent, leur présence qui s’efface, leur chaleur qui s'évanouie.
Mais sais-tu ce qui est pire dans tout ça ? C'est que la présence dont je ressens le plus le besoin c'est la tienne Aaron. Je n'y arrive plus. Pendant trop longtemps je t'ai détesté sauf que je ne me rendais pas conte que tu était la seule personne à qui je pouvais donner mon pardon.

- Je n'y arrive plus, murmurais-je.

J'attrapais les draps et serrait jusqu'à m'en faire blanchir les jointures.

- Je n'arrive plus à te haïr Aaron. J'ai trop besoin de toi... Je m'en fou que tu ois responsable. Je veux juste... Juste...

Ma voix se brisa.
Juste oublier la tempête qui fait rage.


Solitude, amie de mes nuit, et tombe, tombe la pluie... [Privé] Silenc10

Spoiler:
 
##   Sam 12 Avr 2014 - 16:16

Personnage ~
► Âge : 30. Ca y est. C'est la fin :'o
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aaron Williams
Aaron Williams
Master Tonnerre Solaire
Messages : 3215
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?

L'angoisse fait naître une boule dans mon estomac, qui croît au fur et à mesure que je parle. Ma gorge est serrée, avec tant de force qu'elle m'en fait mal. Mais je ne bouge pas. Maintenant, je me tais ; j'attends. Je la fixe, les yeux brillants et le visage blême, espérant voir une réaction. Un sentiment autre que la douleur ou la haine passer dans son regard. Mais après ce que je viens de lui dire, il est fort probable que les choses restent ainsi ; pas vrai ?
Elle pleure à nouveau. Me fixe en silence, sans bouger. Le regard vide. Cette douleur qui creuse de profondes tranchées dans son cœur, et martèle le mien avec autant de force. À l'unisson. J'aimerais être capable de changer les choses. De modifier mes erreurs. De pouvoir revenir la chercher sitôt arrivé ici. Supplier Hideko de me laisser vivre avec elle, si elle ne ressentait pas encore ce Vide ; mais comment aurait-elle pu ne pas le ressentir ? Comment aurait-elle pu ne pas être Appelée ? Ma belle, ma toute petite Cassidy... toujours toute seule. Par ma faute. Depuis enfant, déjà ; elle et Diana n'allaient pas trop vers les autres. Parce qu'elles étaient là l'une pour l'autre. Peut-être que j'aurais dû les forcer à aller plus vers les autres ; peut-être que... je ne sais pas. Non, je ne sais pas ; je ne sais pas non plus ce qu'elle aurait fait si Malory n'était pas restée sur Boston.
Lentement, mes yeux se ferment. Ses paroles sont comme un coup de poignard en pleine poitrine, mais je ne flanche pas. Je n'en ai pas le droit. Pas maintenant. En réalité, je ne sais pas si ses mots me font du bien ou du mal ; un peu des deux je crois. Même si parfois, je me dis qu'elle ferait mieux de me haïr, comme l'ont toujours fait les autres. Qu'elle n'aurait peut-être plus aussi mal, comme ça. Mais je sais que c'est un leurre. Un affreux mensonge... La souffrance ne s'efface pas du jour au lendemain, encore moins lorsque la personne qui a causé votre malheur se retrouve à chialer comme une pucelle devant vous.

– Cassidy... je murmure en rouvrant les yeux, glissant ma main sur sa joue pour en effacer les larmes. Cassidy, je suis désolé. Je ne partirai plus maintenant. Même s'il est un peu trop tard pour ça... Mais je resterai avec toi, je te le jure. Ne pleure plus je t'en prie.

Doucement, je m'approche. Pas trop vite, pour lui laisser le temps de me repousser si elle ne le souhaite pas. La laisser décider si elle a envie de pleurer sur mon épaule aujourd'hui, ou si elle a encore besoin de temps. Puis, avec beaucoup de précaution, je l'attire vers moi, effleurant son dos pour le caresser et espérer tarir ses larmes, utilisant mon pouvoir de sensitif pour l'apaiser un peu. Je ferme les yeux, la gardant contre moi avec douceur.
Dire que je voulais la protéger de moi-même ; je n'ai fait qu'alourdir son fardeau et détruire un peu plus son cœur. Mais moi non plus, je n'ai pas choisi tout ça. J'ai tenté de faire comme je le pouvais pour régler les conflits, les éviter, donner à ce malade ce qu'il le voulait. Disposer de mon corps et de mes connaissances comme il le souhaitait, m'envoyer à la mort s'il le fallait. Pour elle. Mais peut-être que si je n'en avais pas parlé à Damian, peut-être que si j'avais été plus fort, plus tenace, que j'étais parvenu à le retenir d'agir, j'aurais pu réussir à le sauver, au moins lui. Pour Diana, en revanche, ça ne change rien. Je ne m'y étais pas attendu, et je crois que je n'aurais jamais pu deviner ce qu'il comptait faire, même si j'en porte encore la responsabilité. Il a soudainement avancé ses pièces sur mon échiquier, et a fait tomber ma reine. Et, bien vite... échec et mat.

– Je t'aime, petite sœur, je murmure en sentant mes yeux piquer désagréablement, pinçant légèrement les lèvres. Je sais que je le mérite, mais je veux pas que tu me haïsses... C'est trop dur.

Je sais que je ne mérite plus que tu me traites comme ton frère... mais toi, tu seras toujours ma sœur, peu importe ce qu'il arrivera.

– Moi aussi j'ai besoin de toi, Cassidy...

Parce que je serai là, maintenant. Je serai là...



Aaron vit en #FEA347.
Louisa danse en #90C15A.


Un peu d'amour ♥:
 
##   Mar 6 Mai 2014 - 18:30

Personnage ~
► Âge : 21 ans, vous y croyez vous ?
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Cassidy Williams
Cassidy Williams
Feu au pouvoir lunaire
Messages : 48
Date d'inscription : 11/02/2013
Age : 26
Emploi/loisirs : Emmerder les autres c'est bien non?
Humeur : Peux-tu voir la tristesse sans fond qui me broie le coeur ?

J'ai souhaité entendre ses paroles durant de longues années, espéré qu'elles résonnent un jour à mes oreilles. Et puis j'ai cessé d'y croire. Parce que ce n'était plus qu'une veine illusion, une chimère née de mes désirs enfouis, née du trou béant de mon coeur. C'est ce que je croyais. Pourtant il est là devant moi, avec son regard rubis, ses cheveux ébouriffés et cette promesse... J'aimerais tellement croire ces paroles, m'y raccrocher de toutes mes forces pour pouvoir avancer, enfin. Alors s'il te plait Aaron, je t'en supplie. Ne fait pas de promesses que tu ne peux tenir. Car si tu romps cette promesse, tu me détruirais à jamais et alors nul institut, nulle personne, nul endroit sombre ne saurait te dissimuler à ma colère et à ma peine.
Aaron, je t'en supplie : ne brise jamais cette promesse.

Je ferme les yeux au contact de sa main, mes larmes se tarissant petit à petit. Je ne me dérobe pas non plus à son étreinte. Pourquoi le ferais-je après tout ? Je n'en ai plus la force, je suis trop fatiguée pour me battre.
Je passe mes bras autour de sa poitrine, resserrant ainsi notre étreinte. Je souhaiterais que cet instant dure pour l'éternité. Ici, dans cette petite chambre, au milieu de la nuit, avec juste nous deux.

– Je t'aime, petite sœur. Je sais que je le mérite, mais je veux pas que tu me haïsses... C'est trop dur.

J'enfoui mon tête dans son coup et me cale un peu mieux contre lui. Il est trop tard maintenant. Trop tard faire marche arrière. Trop tard pour oublier. Mais peut-être que je suis encore capable de pardonner. J'ai encore besoin de temps. Mais je peux le faire. Pour eux. Parce qu'au fond, j'ai beau traiter Aaron d'imbécile et de lâche, il n'en reste pas moins mon frère aussi.

- Moi aussi, je t'aime.

Je me détachais lentement de lui pour m'allonger et poser ma tête sur ses cuisses.

- Reste s'il te plait. Juste pour cette nuit.

Comme lorsque nous étions petites et que tu nous berçaient le soir pour nous endormir. Je veux retourner en enfance, même si ce n'est que l'espace d'une nuit. Retourner à un temps ou rien ne serait arrivé. Je veux juste rêver pour cette nuit.


Solitude, amie de mes nuit, et tombe, tombe la pluie... [Privé] Silenc10

Spoiler:
 


Dernière édition par Cassidy Williams le Lun 4 Aoû 2014 - 16:36, édité 1 fois
##   Jeu 8 Mai 2014 - 0:19

Personnage ~
► Âge : 30. Ca y est. C'est la fin :'o
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aaron Williams
Aaron Williams
Master Tonnerre Solaire
Messages : 3215
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?

Son parfum m'apaise doucement, alors que je la berce avec lenteur. Beaucoup de tendresse. Jouer au grand-frère m'a manqué plus que je ne saurais l'admettre. Mais maintenant, il est temps de mettre son égo de côté, et arrêter de se morfondre. Ma main glisse par automatisme dans ses cheveux et je me surprends à sourire malgré mes yeux humides. Ses mots me touchent au plus profond de mon cœur. Certainement parce que ses sentiments sont sincères, et qu'ils les accompagnent sans artifice, afin de se superposer aux miens.
Cassidy, tu es devenue tellement merveilleuse. Je regrette tant de ne pas avoir pu te voir devenir la femme que tu es maintenant. Tu espères vraiment que je vais te laisser alors que tu me fixes avec ces yeux-là ?

– Je reste.

Elle s'installe, tête sur mes genoux, et ferme les yeux. Dehors, la pluie continue à battre la vitre avec force, et je n'ose qu'à peine briser le silence qui vient de s'installer. Mes doigts jouent avec ses cheveux – ses belles boucles brunes qu'elle prend toujours l'habitude d'attacher en une longue tresse. Comme avant. Mais ce n'est peut-être pas plus mal... Enfin, après, tout, qu'elle ressemble à sa mère ou à sa sœur, peu importe à présent. Mais pour elle, ça change tout. A-t-elle l'impression de la voir, parfois, lorsqu'elle se regarde dans le miroir ? Je crois que je deviendrais fou. La malédiction de la voir constamment en moi, sans possibilité de la toucher. L'atteindre. La revoir. Ou lui reparler.
Combien de temps s'écoule alors que nous sommes dans cette position ? Je me souviens m'être adossé à la tête de lit et avoir observé ses traits se détendre petit à petit, jusqu'à la voir plongée dans un sommeil profond, assommée par sa tristesse et la colère qu'elle a laissé échappé auparavant. Je la fais doucement descendre de mes genoux en prenant garde à ne pas la réveiller, la glisse sous la couette malgré ses grognements de protestation inconscients, et me met bien au chaud à ses côtés. À peine la tête posée sur l'oreiller, je sombre dans un sommeil doux, le cœur embaumé des légères effluves de la sérénité.


Le lendemain, les rayons du soleil filtrent à travers les rideaux mal fermés et me brûlent joyeusement la rétine. J'étouffe un bâillement et essaie de m'extraire discrètement des couvertures, sans faire le moindre bruit. Discrètement. Difficile quand elle te prend pour son ours en peluche. Mais bon, pour le moment, je pense que Cassi m'en voudra pas trop si je me passe un peu d'eau sur le visage et que je lui emprunte sa salle de bain, hein ! De toute manière, si c'est pas moi qui paie, je me coltine les factures d'eau, de téléphone et d'électricité quasiment tout les mois. Soyez profs qu'ils disent...
En revenant dans la chambre, j'ai un petit regard attendri sur la bouille de ma sœur au saut du lit.

– Salut Cassi. Bien dormi ?



Aaron vit en #FEA347.
Louisa danse en #90C15A.


Un peu d'amour ♥:
 
##   Jeu 8 Mai 2014 - 17:44

Personnage ~
► Âge : 21 ans, vous y croyez vous ?
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Cassidy Williams
Cassidy Williams
Feu au pouvoir lunaire
Messages : 48
Date d'inscription : 11/02/2013
Age : 26
Emploi/loisirs : Emmerder les autres c'est bien non?
Humeur : Peux-tu voir la tristesse sans fond qui me broie le coeur ?

Dehors la pluie fait toujours rage contre les vitres, mais à présent elle semble me bercer. Comme un douce mélopée lancinante et récurrente. Je sens les doigts fin d'Aaron dans mes cheveux et sa présence rassurante. Tout à coup j'ai l'impression de me trouver dans ma chambre à Boston, lorsqu'Aaron venait nous border le soir pour nous endormir. Lorsqu'il venait nous réconforter parce que nous n'arrivions pas à dormir à cause de l'orage. C'est comme un rêve. A l'exception faite, que Diana n'est pas là.
Petit à petit je sombre dans un sommeil profond et sans rêve, terrassée par la fatigue et la tristesse.

Un rayon de soleil vient éclairer mon visage et cligne doucement des yeux pour m'habituer à l'éclairage ambiant. Avec un grognement je me renfonce dans ma couette, telle une larve. Je n'ai pas aussi bien dormi depuis une éternité. A vrai dire j'étais tellement épuisée que je me suis endormie sans m'en rendre compte. C'est sans doute Aaron qui m'a...
Je me redresse d'un bon, me rendant tout à coup compte qu'il n'est plus là. Non ! Pas encore !
Le voyant alors sortir de la salle de bain, je pousse un petit soupir, et me sens tout à coup stupide. J'ai eu tellement peur durant un instant qu'il se soit à nouveau éclipsé.

– Salut Cassi. Bien dormi ?

Je pousse un grognement en guise de réponse et retourne aussitôt sous ma couette. Je n'ai pas envie de me lever. Pour une fois, je veux juste rester à feignanter sous ma couette. Et s'il n'est pas d'accord, et bien qu'il aille se pendre !


Solitude, amie de mes nuit, et tombe, tombe la pluie... [Privé] Silenc10

Spoiler:
 
##   Jeu 8 Mai 2014 - 21:08

Personnage ~
► Âge : 30. Ca y est. C'est la fin :'o
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aaron Williams
Aaron Williams
Master Tonnerre Solaire
Messages : 3215
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?

À la vue de ma petite Cassidy se remettant sous sa couette en grognant – à peu près aussi élégamment qu’un phacochère, il faut bien le dire – je ne peux retenir un sourire en coin. Petite marmotte, hein ? Ça ne change pas vraiment d’avant Terrae. J’ai très envie de l’embêter un peu, pour le coup… Alors, que faisons-nous ? Allons-nous la laisser tranquille, ou bien nous jeter sur elle comme un abruti ?~ Peut-être que ça aura le mérite de la faire suffisamment chier pour qu’elle réplique un peu, et retrouve son superbe aplomb naturel… Hm, je vais faire ça, oui.
Sautillant tranquillement jusqu’à la fenêtre, j’ouvre les rideaux d’un geste ample et décidé, sifflotant doucement.

- Allez Cassiiii, il est tard, debout~

Non, je ne suis pas chiant, je suis juste… moi ! Etrange, pas vrai ? Et encore, paraît que je me suis calmé. C’est l’effet Terrae ça ! Ou l’effet combiné Tomoe-Gaetano-Keitaro-Ryu qui fonctionne plutôt pas mal, sûrement… Quoique Gaetano est aussi taré que moi quand il s’y met ; il n’est pas aussi calme qu’on y paraît au premier abord. Quoiqu’au premier abord il soit surtout froid et inexpressif, mais sans ça le personnage serait pas aussi badass ! Ben ouais, faut bien l’avouer… Enfin bon.
Je m’approche de ma petite sœur adorée et tire un peu la couette en souriant de toutes mes dents – dents blanches et bien alignée, oh yeah !

- Allezzz, je veux qu’on aille prendre un p’tit dej’ ! J’ai la dalle. Bouge tes fesses si tu veux pas que je te kidnappe !

Le pire, c’est que je serais tout à fait capable de la soulever comme un sac à patates et la trimballer jusqu’à mon appart’ pour pouvoir manger un truc. J’ai trop faim, sérieux. En plus pour une fois, c’est rangé chez moi ! Ça lui changera de mon bordel constant. Genre celui que j’avais laissé à l’appart’ avant de partir, déjà. En plus, maintenant, j’ai fait une trève dans ma guerre contre mes appareils électroniques, c’est kioul !

- Tu viens, allez, dis oui, s’te plaît ! je lâche en lui faisant les yeux de biche.



Aaron vit en #FEA347.
Louisa danse en #90C15A.


Un peu d'amour ♥:
 
##   Sam 7 Juin 2014 - 11:54

Personnage ~
► Âge : 21 ans, vous y croyez vous ?
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Cassidy Williams
Cassidy Williams
Feu au pouvoir lunaire
Messages : 48
Date d'inscription : 11/02/2013
Age : 26
Emploi/loisirs : Emmerder les autres c'est bien non?
Humeur : Peux-tu voir la tristesse sans fond qui me broie le coeur ?

Je pousse un soupir d'aise et me retourne sous ma couette, profitant de la chaleur qui règne pour feignanter. Cela faisait longtemps que je n'avais pas dormi ainsi et je comptai bien profiter de ma grasse-matinée. J'allais donc me rendormir lorsque la lumière vint m'aveugler violemment. Je poussais un grognement peu gracieux, sentant soudain des envies de meurtres envers mon frère pointer le bout de leur nez. Ce sentiment ne m'était pas étrangé, en revanche la situation m'apparaissait presque invraisemblable, tellement j'avais perdu espoir de revivre ça un jour.
J'entends alors la douce voix d'Aaron qui vient me susurrer à l'oreille, et en profite pour tirer un peu sur la couette. Honnêtement, je ne sais pas ce qui me retient vraiment de ne pas l'étrangler sur le champ. Non mais c'est vrai, un fratricide, ce serait parfait pour commencer ma journée en beauté !

- Aaron, je grogne, enlèves-toi de là, ou tu va morfler !

Je pousse un soupir qui de loin doit plus ressembler à une sorte de gémissement. Ma grasse-matinée est foutue !
Je repousse donc ma couette et me lève, attrape mes vêtements et m'enferme dans la salle de bain. Après une longue douche bien méritée, je ressortais finalement et décidais que pour une fois j'allais accepter sa proposition.

- Je viens si c'est toi qui paye, lui répondis-je avec un grand sourire.

Et oui, manipulatrice un jour, manipulatrice toujours. Je compte bien profiter de mon frère au maximum !


Solitude, amie de mes nuit, et tombe, tombe la pluie... [Privé] Silenc10

Spoiler:
 
##   Mer 11 Juin 2014 - 22:37

Personnage ~
► Âge : 30. Ca y est. C'est la fin :'o
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aaron Williams
Aaron Williams
Master Tonnerre Solaire
Messages : 3215
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?

Ma grognonne de sœur se lève en bougonnant et en m'assassinant du regard, avant de se déplacer jusqu'à la salle-de-bain comme la larve qu'elle est. Je m'installe sur son lit le temps qu'elle prenne sa douche ; cette fois, j'ai tout mon temps pour observer la déco. Très impersonnelle, ce qui ne m'étonne pas d'elle à vrai dire. Tout ce qu'elle chérit, elle l'a laissé à Boston. Dans un cimetière, pour être exact...
Mes yeux se ferment. Dis moi, Diana, est-ce que tu serais heureuse de la manière dont on s'est retrouvés, elle et moi ? Je ne pense pas vraiment. Tu dois m'en vouloir, toi aussi... Après tout, je le mérite. Mais je sais qu'on ne peut pas revenir en arrière ; autant essayer d'aller de l'avant maintenant, non ? Pour Cassidy et pour moi. Je suis sûr qu'avec un peu de temps, on parviendra à se remettre d'aplomb. À se reparler comme avant. Oui. Avec beaucoup de temps... Mais je nous fais confiance maintenant. Elle m'a laissé rester avec elle pour cette fois ; elle ne me rejettera pas à présent, pas vrai ? J'ai encore peur de la voir ressortir de la salle de bain avec des yeux gonflés et rougis, et de la voir me hurler de déguerpir. Je l'aime tellement ma sœur, si vous saviez.
La porte s'ouvre. Moment de vérité. Sa réponse dessine un immense sourire sur mon visage.

– Évidemment. On va manger chez moi, faut que je m'habille aussi. Et que je mette des chaussures...

Je vous dis pas l'air con que je vais me taper sur le chemin jusqu'à mon appart', mais c'est pas grave. Je suis sûr qu'elle passera le trajet à se foutre de moi...

– Allez, mets les tiennes on y va, je souris en coin et ébouriffant ses cheveux, avant de lui faire un bisou sur le front comme je le ferai à un enfant.

Je m'éloigne un peu, comme pour fuir un éventuel coup suivi d'un « Mais Aaron ! » et lui ouvre la porte :

– Si mademoiselle veut bien se donner la peine.

Nous sortons et je salue distraitement Ryu que je croise dans le couloir, et qui me fixe d'un air amusé. Il me fait une courte remarque sur ma tenue et je hausse les épaules en riant.

– Je suis somnambule, c'est bien connu ! Passe le bonjour à Hideko et Dai-chan de ma part hein.

Puis, je reporte mon attention sur Cassidy et souris en coin.

– Ryu, un collègue. C'est le copain d'Hideko, à se demander comment il supporte une telle furie, je me moque. Peut-être parce qu'il est trop bonne pâte ?

Mais oui, moi aussi je t'aime Hideko...
Nous allons chez moi et je me change après avoir pris une douche rapide, puis nous nous installons devant un petit déjeuner bien mérité en discutant. Ensuite, un peu à la bourre, je la salue et la raccompagne à l'institut avant d'aller voir en salle des Masters s'il n'y a pas de dossier à remplir, de meilleure humeur.
Je ne me souvenais pas que c'était si reposant, de pouvoir parler un peu comme nous l'avons fait... Finalement, je l'ai bien retrouvée. Ma famille.



Aaron vit en #FEA347.
Louisa danse en #90C15A.


Un peu d'amour ♥:
 
##   Lun 4 Aoû 2014 - 16:59

Personnage ~
► Âge : 21 ans, vous y croyez vous ?
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Cassidy Williams
Cassidy Williams
Feu au pouvoir lunaire
Messages : 48
Date d'inscription : 11/02/2013
Age : 26
Emploi/loisirs : Emmerder les autres c'est bien non?
Humeur : Peux-tu voir la tristesse sans fond qui me broie le coeur ?

Je lance un regard noir à mon frère lorsqu'il m’ébouriffe les cheveux. Il sait que j'ai horreur de ça mais il continue quand même ! Et le bisou ? Nan mais il est sérieux là ? Je suis plus une gamine ! J'ai vingt ans ! J'ai passé l'âge de me faire materner et c'est d'autant plus valable quand il s'agit de mon frère !
Il fini par s'écarter peut-être en prévention d'un coup que je lui aurait certainement donné autrement. J'enfile finalement mes chaussures et le suis.
C'est étrange. Il y a quelques jours je le maudissait de m'avoir abandonné, lui faisait vivre un petit enfer en lui faisant des coups bas et maintenant ? Nous allions prendre un petit déjeuner chez lui. Je ne savais pas trop quoi penser. J'étais contente que les choses se soient un peu arrangées, que nous ayons pu enfin discuter mais...
Je poussais un soupir. La situation me paraissait vraiment trop étrange.

Dans le couloir nous croisons un certain Ryu qui se moque gentiment de la tenue d'Aaron. Je ricane. C'est vrai qu'habillé comme ça il a l'air fin tiens ! Après avoir échangé quelques paroles avec le "copain d'Hideko" comme le dis Aaron, nous continuons notre route.
Je fixe mon frère d'un air pensive puis un petit sourire sadique étire le coin de mes lèvres.

- Aaron ?

Il se tourne vers moi d'un air interrogatif et rapidement je sors mon portable et prend une photo de lui avec. Je range l'appareil et lui souris. Encore une qui viendra alimenter ma collection.

- Non, rien !

Je reprend ma route sans écouter ses grommellements et nous arrivons finalement chez lui. Nous prenons un bon petit déjeuner tout en parlant et au final il fini par partir, me mettant plus ou moins à la port en prétextant être en retard.
Je le regarde s'éloigner. Ouais c'est ça ! Trouves-toi une excuse ! En attendant t'as pas fini d'entendre parler de moi mon petit Aaron ! ♥

[Fin !]


Solitude, amie de mes nuit, et tombe, tombe la pluie... [Privé] Silenc10

Spoiler:
 
##   
Contenu sponsorisé

 

Solitude, amie de mes nuit, et tombe, tombe la pluie... [Privé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Chambres. :: Partie Feu. :: Anciennes chambres.