Partagez | 
Comme un retour en arrière [A fermer]
##   Lun 11 Nov 2013 - 16:36

Personnage ~
► Âge : 25 bougies
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 611
Date d'inscription : 05/05/2011
Age : 25
Emploi/loisirs : jouer avec le feu
Humeur : Wahouuuuu !

Ma vie sur Terrae me plaisait. J'y étais bien. J'enseignais l'une de mes grandes passions, l'astronomie. Je venais depuis quelques temps de me trouver un charmant petit ami. Mais ce n'était pas parce que j'avais quelqu'un que mon regard verdoyant ne se posait plus sur les hommes qui passait sous mes yeux. J'étais charmeuse et j'aimais les hommes. Si j'étais fidèle lorsque je croyais dans une relation, j'aimais également m'amuser auprès d'autres hommes.

On était en début de soirée. J'avais une irrésistible envie de m'amuser un peu, de prendre du bon temps. Mon petit ami n'était pas avec moi ce soir. J'étais du genre assez libre et sauvage comme fille il faut dire aussi. Je décidais de m'habiller d'une très jolie robe rouge moulante, avec le bas légèrement fendue, ce qui mettait parfaitement en valeur mes jambes et les collants fins noirs, que je portais. J'attachai avec des barrettes quelques mèches de mes cheveux. J'ajoutais comme toujours un peu de maquillage. Un peu de sombre sur mes yeux verts, du mascara et un rouge à lèvre vif. J'enfilai des chaussures à talons assorti à mon vêtement. J'enfilais tout de même un manteau sur mes épaules et une écharpe autour de mon cou. Je pris mon sac à main en sortant, Nako dedans bien sûr.

Je me dirigeais vers le cœur de la ville. J'avais besoin de prendre l'air et de m'amuser, loin des soucis de Terrae. Je me trouvais bien plus rapidement que ce que je n'aurais cru devant le bar.
Sans que je sache trop pourquoi ce moment m'en rappela un autre. Il s'agissait d'une mission. J'étais allée en France. Plutôt au sud-ouest si je me souviens bien. J'avais récupéré un jeune homme là-bas. Je l'avais reconnu de suite. Les jeunes ayant un vide sont facilement repérable. Je l'avais observé un peu. Il buvait dans un bar. Il semblait complètement perdu et dans un autre monde. Il était beau mais son visage était masqué par ce désespoir. Et puis, en sortant du bar il s'était battu pour sauver une fille agressée. Cela m'avait fait sourire. C'était un brave type. Afin de ne pas trop me faire remarquer, j'étais habillée de manière très simple et sombre. Je lui avais parlé d'une voix beaucoup plus douce qu'à l'ordinaire et lui avais tendu la main en souriant. Il l'avait prit sans avoir l'air de trop réfléchir. Sans même s'en rendre compte, il savait au plus profond de lui-même qu'il avait besoin de « nous ». Car j'étais loin d'être seule. Nous étions une famille...Bien sûr, comme beaucoup d'élèves quie j'étais pourtant allé chercher, je ne l'avais pas spécialement recroisé depuis. Il faut dire que l'on récupérait rarement les élèves dans un très bon état et rare étaient ceux qui savaient reconnaître celui ou celle parmi les masters qui était venu les chercher. D'autant plus que cela tournait. Certains restant plus ou moins longtemps avec nous.

Oubliant cet instant de ma vie sans importance, qui pourtant avait sûrement sauvé ce garçon, je m'engouffrai dans le bar. On était vendredi et il était plutôt remplit. Je souris. J'aimais entendre la musique un peu trop forte qui résonnait dans mes tympans. Les personnes étaient éparpillées dans la salle. Certains étaient assis avec des amis ou seul, avec un verre ou en train de discuter ; d'autres encore dansaient et riaient. Parfait pour ce soir.
Je me dirigeais vers le bar et je commandais un monaco. Il fallait commencer la soirée en douceur. Je m'installai sur un fauteuil et dès que je le pu je me mis à siroter ma boisson en regardant les gens autour de moi. Il y avait vraiment de tout. Qui allais-je aborder ?...



2ème compte d'Elio

Nakoma, sa marionnette:
Spoiler:
 




Dernière édition par Haley Lindley le Mer 27 Mai 2015 - 12:57, édité 1 fois
##   Lun 11 Nov 2013 - 20:36

Personnage ~
► Âge : 20
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 234
Date d'inscription : 24/02/2013
Age : 25
Emploi/loisirs : Procrastiner, lambiner, être parfaitement improductif.
Humeur : lyrique, libertine et volage, telle est mon humeur

J'ouvrais enfin les yeux, lourds encore de la longue léthargie de la semaine d'ivresse perpétuelle que je venais de passer... Ou bien était-ce un mois? Je ne le savais pas vraiment et je n'en avait cure. La mort de Livy m'avait apparemment beaucoup plus affectée que ce que j'aurai pu imaginer, une plaie béante à la place de ce qui aurait dû être une égratignure.

Je me levais finalement pour me diriger vers la salle d'eau, naviguant entre les bouteilles tombées lors du combat de ma dépression, car il ne fallait pas se mentir, s'en était bien une, provoquée par la mort d'une jeune fille dont je ne savais presque rien. C'était stupide et insensé comme réaction et pourtant je n'arrivais pas à me convaincre que c'était le cas. Après tout, cette femme aurait pu me tuer, ainsi que Léon, et j'aurai dû être heureux de vivre encore mais le non-sens absolu de cette mort me rongeait comme la lèpre, plus j'y pensais et plus ma raison étiolée. Ainsi j'étais allé vers l'alcool aussi naturellement qu'un ours vers du miel, n'ayant pas l'envie ni la force de me vautrer dans la luxure en courtisan une demoiselle quelconque.

L'eau froide ayant chassé les dernières brumes de mon cerveau, je me regardais dans le miroir. Qu'avais-je donc fait de mon charme, de mes manières et de mon hygiène pendant mon temps d'absence? Je filais, moins que de rien vêtu, attraper mon téléphone et lancé La Grande Polonaise Brillante de Chopin, le temps de me redonner un air présentable.

Je me rasais d'abord les joues, le cou et ces odieuses pattes qui me mangeaient la mâchoire. Je taillais ensuite mon bouc à l'aide d'une paire de ciseaux puis passé un bout de temps à démêler mes cheveux dans un état improbable malgré la douche que je venais de prendre et le shampoing que j'avais fait. Cela fait, le morceau se terminait et La Marche Funèbre se lançait à son tour. Mon visage affichait désormais quelque chose de tout à fait satisfaisant pour un esthète qui se respecte, je devais maintenant m'occuper de mon "outil" de travail.

Armé d'une lime à ongles, je bichonnais un peu mes mains trop négligés ces derniers temps. J'avais laissé mes travaux d'écriture et cette instrument irremplaçable à l'abandon trop longtemps et je devais maintenant réparer cette ignoble faute. Cette tâche achevée je daignais enfin regarder l'heure. Il était bientôt 19 heure et je me sentais neuf et prêt à me mettre en chasse. Je me trouvais donc dans l'obligation de choisir une tenue convenable.

J'avais fait venir une petite partie de ma penderie depuis Bordeaux et je contemplais maintenant l'armoire, remplie presque à craqué, de ma chambre. Les japonais ne sont peut-être pas aussi exigeant que moi en terme vestimentaire mais là il y avait de laissé aller quant à l'espace attribué aux vêtements des élèves. D'après la date qu'affichait mon cellulaire, l'automne avait fait son nid sans que je n'y prête attention. Mon incurie me perdra vraisemblablement un jour.

J'optais donc pour quelque chose de simple et qui convenait à la saison, un chemise blanche, pardessus un gilet noir avec de fines rayures vertes dessus, une veste noire , un jean tout ce qu'il y a de plus standard et ma fidèle paire de santiags. Satisfait de l'ensemble, je passais une montre à mon poignet droit et une chevalière en or à l'annulaire du même coté.

Mon miroir me signifiant que j'étais aussi parfait que je pouvais l'être, je me dirigeais vers la ville, en sifflotant un air de Brassens. Laissant mes pas choisir ma destination précise et c'est sans surprise que je me retrouve devant le bar. J'entre sans me faire prier et me met d'abord en quête de la serveuse.

Postée derrière son zinc, elle gère plus ou moins bien les commandes à servir. Je m'appuie sur le comptoir et lui lance mon plus beau sourire, à peine plus âgée que moi, elle me remarque très vite et vient immédiatement prendre ma commande.

C'était un whisky sec à la main, une serveuse fraîchement complimentée et rougissante derrière moi, que je me posais dans un coin du bar pour observer la plèbe devant moi. Des gens que je jugeais sans intérêt se détachait une silhouette.

Une demoiselle aux cheveux châtains dans une robe rouge fendu qui laissait entrevoir ses longues jambes. Je relevais ses yeux et m'attardais sur ce qui m’intéressait vraiment, ses yeux. Je ne fus pas déçu du voyage car je rencontrais deux perles de jades qui me captivèrent en l'instant.

Je sortais portant en un instant de cette état de transe esthétique. Une sensation de déjà vu, les yeux verts semblable à la belle Katharina? non ce n'était pas si simple...

Problème insoluble, je m'attardais dessus en me promettant d'aller aborder cette demoiselle après avoir répondu à cette question muette que je me posais.


##   Dim 22 Déc 2013 - 13:18

Personnage ~
► Âge : 25 bougies
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 611
Date d'inscription : 05/05/2011
Age : 25
Emploi/loisirs : jouer avec le feu
Humeur : Wahouuuuu !

La vie était une chose que je trouvais plaisante. Je n'avais jamais fait parti de ces fous qui avaient tenté au moins une fois de ne serait-ce que penser à mettre fin à leurs jours. J'avais toujours été d'un naturel combatif et optimiste. Pour moi, la vie était précieuse et il fallait la vivre à fond. Ce que je faisais bien entendu.
Et c'était également la raison qui m'avait poussé à sortir ce soir. Je ne savais pas trop ce que faisaient mes autres amis masters, mais me disant qu'ils devaient être occupés j'avais préféré sortir seule en ville. Je m'étais tout de suite dirigée vers le bar, un peu d'alcool ne me ferait pas de mal. Cela faisait un petit moment à présent que je ne m'étais pas amusée en soirée.

Je ne sais trop pourquoi en arrivant devant le bar j'avais pensé à l'une de mes missions. Un sauvetage d'un jeune en France. Etrange. J'avais aussitôt oublié cette pensée et j'étais rentrée dans le bâtiment. Il y avait pas mal de monde. Ce n'était pas bondé, mais pas vide non plus.
J'étais habillé de manière plutôt sexy et plutôt aguicheuse il faut le dire. Si j'étais de manière général une fille fidèle, j'aimais savoir que je plaisais aux hommes, à tous les hommes. J'étais belle et je le savais. Sentir un regard admiratif d'un homme sur moi était une terrible sensation que j'adorais. Une grande passion de Karin et moi depuis notre adolescence.
Il était donc normal pour moi, que de nombreuses paires d'yeux se posent constamment sur ma personne, après tout, n'étais-je pas l'une des plus belles, voir la plus belle personne de cette pièce ?
Je n'étais pas du genre modeste il est vrai, mais jusque là personne ne m'avait dit le contraire. Oh ! Bien sûr, il y avait également quelques autres très belles femmes ! Mais autant que moi.

Je ne faisais pas spécialement attention à toutes les personnes qui rentraient dans le bar, mais mon regard se baladait dans la salle à la recherche d'une personne à aborder. Un homme, une femme je n'en savais rien. Je recherchais juste une personne qui aurait assez de charisme ou de mystère pour que cela me donne envie de l'aborder.
Et d'ailleurs je venais de trouver cette personne. Il s'agissait d'un homme. Peut-être un peu peu plus jeune que moi. Il avait des cheveux assez longs, blonds. Un charmant regard bleu. Et il était plutôt beau gosse et j'aurais sûrement tenté ma chance si il n'y avait déjà un autre homme dans ma vie. De plus, j'aimais son style. J'avais sentit qu'il me regardait. Continuant de boire à petites gorgées ma boisson, je le fixai. J'étais du genre direct et pas timide du tout, donc cela ne me gênait aucunement.

Je décidais enfin de me lever et d'aller vers lui. Après tout pourquoi pas ? Mais alors que je commençais à marcher, je me disais que j'avais l'impression d'avoir déjà vu ce visage quelque part...Tout en avançant je me mis à réfléchir. Il y avait beaucoup de monde à Terrae, et l'on rencontrait de nombreuses têtes, mais il me semblait mieux connaître la sienne, pourquoi ?...
Alors que j'arrivais à son niveau cela me revint ! Mais bien sûr ! Le type du bar en France ! C'était bizarre que j'y ai pensé en rentrant avant de rentrer dans le bar. Un peu comme si je le savais. Je jetai un coup d'oeil assez discret vers mon sac à main. Nako...A tout le coups c'était elle...Oui, c'était même sûre que c'était elle !
J'arrivais donc juste devant ce jeune homme blond. Je m'installai à ses côtés sans lui demander son avis et lui lançais :


Bonsoir, monsieur le français. Décidément il est facile de vous trouver. Toujours dans un bar.

Je lui souriais. Un beau et franc sourire dont j'avais le secret. Je voulais savoir si il m'avait reconnu ou pas du tout, ce qui était très probable au vu de l'état dans lequel je l'avais trouvé. Et puis il faut le dire, je n'étais pas spécialement à mon avantage dans ce genre de moment. Par contre impossible de me souvenir vraiment de son nom...Rahh ! Ce n'était pas un prénom de roi français ? Oui, mais lequel ? Et shit ! François ? Henri ? Jacques ? Jacques ! C'était ça ! Enfin je crois...Bon, je me jetai à l'eau:

Jacques, c'est bien ça ?



2ème compte d'Elio

Nakoma, sa marionnette:
Spoiler:
 


##   Jeu 2 Jan 2014 - 22:02

Personnage ~
► Âge : 20
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 234
Date d'inscription : 24/02/2013
Age : 25
Emploi/loisirs : Procrastiner, lambiner, être parfaitement improductif.
Humeur : lyrique, libertine et volage, telle est mon humeur

En pleine trituration de cerveau, je regardais toujours cette demoiselle. Bon sang, les yeux verts ont toujours eu le don de m'envouter mais en plus quand il y a un travail sur la tenue, elle cherchait donc à charmer. Ne semblant pas avoir de cible, je devinais qu'elle voulait s'amuser pour la soirée, un peu comme moi en fait. Les grands esprits se rencontrent donc autour d'un verre je suppose.

Cette demoiselle se distinguait de l'assemblée par plusieurs caractéristiques notables. D'abord, elle était, et de loin, la plus belle de toutes les femmes ici présentes et elle le savait je pense. Ensuite, elle dégageait comme une espèce d'aura attractive qui attirait le regard sur elle, sa démarche féminine mais assurée, son regard serein et brulant qui balayait la salle... Le manant ne lui aurait pas résisté longtemps en cas de tentative de séduction... une femme fatale. Gare à toi Duroy.

Elle venait dans ma direction alors que je me trouvais toujours tourmenté par cette sensation de déjà vu, je connaissais cette femme et cette aura, cette sensation qu'elle dégageait, c'était à la fois prégnant et volatile, je cernais cette sensation sans la reconnaitre.

Quelle malaise m'avait étreint alors que se posais à coté de moi sans un mot avant de me saluer par ma nationalité et mon habite des bars.... cela sous-tendait un bar différent et il n'y en avait qu'un seul à Terrae donc.... Oh bordel!!! La master!!!

J'eus un mouvement de recul avant même qu'elle n'ait prononcé mon nom. Je me trouvais devant une situation que je trouvais surréaliste, d'abord parce que je trouvais surprenant de ma part de ne pas avoir noté la beauté de cette femme le soir où elle m'avait emmené et en plus qu'elle se souvienne de moi. Je prenais donc le parti de faire comme si de rien était.

" En même temps, qui n'a pas sa place dans un bar? Puis si une demoiselle de votre qualité vient ici, il est de mon devoir de m'y trouver aussi. Cependant, si vous connaissez mon nom, je dois dire, à regret que j'ignore me votre. Mais il convient avant ça de me présenter correctement; Jacques Duroy, pour votre bon plaisir, enchanté et déjà charmé"


##   Dim 19 Jan 2014 - 16:55

Personnage ~
► Âge : 25 bougies
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 611
Date d'inscription : 05/05/2011
Age : 25
Emploi/loisirs : jouer avec le feu
Humeur : Wahouuuuu !

Nul doute que si Nako ne m'avait pas aidé en arrivant devant ce bar, que je n'aurais pas reconnu ce jeune homme. Enfin, si j'aurais tout de même capté que je l'avais déjà vu, je ne me serais sans doute pas souvenu d'où. Il faut dire que les sauvetages font partis du quotidien et que depuis que j'étais devenue master j'en avais fait un beau paquet. Alors, impossible de me souvenir de la tête de tout le monde ! Mais Nako, ma marionnette avait quelques pouvoirs, dont un don de divination qui pouvait être utile parfois. Le seul hic dans l'histoire c'est que je ne le contrôle absolument pas.

Ce beau blond avait un petit quelque chose qui m'attirait et qui me faisait me dire que ça pouvait être quelqu'un d’intéressant.
J'étais alors venue tout sourire vers lui. Je ne savais pas si ma tête lui disait également quelque chose, mais j'avais bien remarqué qu'il me regardait souvent. Je me disais donc que je lui rappelais donc peut-être quelques souvenirs. Je m'étais installée à ses côtés sans lui demander son avis, je ne doutais pas de sa réponse.

Alors que je le saluai en faisant référence à son origine et son habitude des bars, il sembla comprendre et me remettre. Il fit un petit mouvement de recul, ce qui eu pour effet de me faire sourire. Il semblait m'avoir bien reconnue. J'avais tenté un prénom dont je n'étais pas très sûre. Il faut dire que je me souvenais seulement qu'il portait un nom de roi de France, pas facile pour trouver lequel. Jacques semblait lui aller alors j'avais tenté. Et forcément j'avais eu raison, j'étais décidément vraiment la meilleure !

Il me répondit alors d'une jolie voix grave d'une phrase qui me fit sourire. Qui n'avait pas sa place dans un bar ? C'est vrai, mais disons qu'il y en avait des plus habitués que d'autres, mais je pris le parti de ne rien ajouter.
Il me complimenta alors en disant que si une demoiselle de ma qualité venait ici, il était de son devoir d'y être. Je souris de plus belle en plantant mes yeux verts dans les siens au couleur du ciel. Un charmeur ? Probable, j'aimais ça. J'adorais les compliments et les flatteries, mais qui ne les aime pas ?
Il avoua tout de même de ne pas se souvenir de mon nom, ce que je comprenais tout à fait, mais je doutais pas qu'à la suite de cette rencontre il l'aurait bien retenu. Il se présenta tout de même en bonne et dû forme. Bien élevée en plus ! Que de bons points pour lui !
Je lui répondis alors tout sourire:


Egalement enchantée, je m'appelle Haley Lindley, je suis une master feu et professeur d'astronomie ici.
Je vois que tu as du répondant ! J'aime ça !
A vrai dire il est plutôt rare que les élèves reconnaissent le master qui est allé les chercher. Tu as une bonne mémoire dis-moi !


Ma voix était enjouée et amicale. Ca faisait bizarre de le reconnaître et de le voir comme cela maintenant, en fait, il avait l'air d'aller beaucoup mieux en tout cas.

Alors ça t'a fait quoi d'apprendre que tu avais des pouvoirs ?
Aucun rapport, mais je pense que tous nos élèves devraient être aussi mignons que toi!


Moi une charmeuse ? Noooon ! Je tenais juste à être franche et sincère et à apprendre à la connaître également, il m'intriguait...



2ème compte d'Elio

Nakoma, sa marionnette:
Spoiler:
 


##   Mer 26 Fév 2014 - 23:25

Personnage ~
► Âge : 20
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 234
Date d'inscription : 24/02/2013
Age : 25
Emploi/loisirs : Procrastiner, lambiner, être parfaitement improductif.
Humeur : lyrique, libertine et volage, telle est mon humeur

La belle master devant moi ne me laissais pas indifférent... Elle était très attractive physiquement et je pouvais annoncer d'office qu'elle en avait conscience. Je déglutissais péniblement, sans savoir pourquoi sa présence me mettait mal à l'aise. Peut-être que l'aura de puissance qu'elle dégageais m'intimidé sans que je ne puisse rien y faire. Ou alors peut-être était-elle simplement trop charmante pour que je puisse me concentrer sur autre chose.... Autant par orgueil que parce que je ne pouvais décoller mon regard d'elle je choisissais la seconde option.

Pourtant, je savais pertinemment qu'elle connaissait mon mal, et peut-être que c'était cela, au final qui m'angoissé le plus. Elle devait savoir ce qui me rongeait et je me sentais en danger.

Je profitais ainsi du fait qu'elle se présente pour tenter prendre l'initiative de la conversation, à défaut d'être important, ce détail me rassurait un petit peu.

" De deux choses l'une, d'abord vous n'avez absolument pas la tête de l'emploie, j'entend par là que quand j'imagine un professeur d'astronomie, j'imagine les fous furieux en blouse de la NASA. Dans un second temps, je crois que je devrais revenir plus souvent en cours si tout les professeurs ont votre charme. "

Vient ensuite une question sur mes pouvoirs et l'impressions qu'ils me laissaient et un compliment. Je laissais partir un petit soupir avant de répondre honnêtement.

" En vérité, je crois pas que mes nouveaux talents me changent. au détail près que je n'ai plus besoin de porter en permanence un briquet sur moi. Je visualise le potentiel que cela m'offre, mais je me dis.... à quoi bon? Ils ne m'ont pas servi jusqu'à maintenant, au contraire.... Et je vous remercie du compliment Miss Lindley, mais je le vivrais mal si tout les élèves étaient comme moi."


##   Sam 3 Mai 2014 - 20:10

Personnage ~
► Âge : 25 bougies
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 611
Date d'inscription : 05/05/2011
Age : 25
Emploi/loisirs : jouer avec le feu
Humeur : Wahouuuuu !

Je bus une gorgée de ma boisson en fixant les étagères du bar devant moi...Nako était toujours bien planquée dans mon sac à main, mais je sentais qu'elle commençait à en avoir un peu marre d'être là-dedans. J'ouvris donc un peu la fermeture histoire qu'elle « respire » un peu mieux, après tout elle restait un jouet qui parlait !

Je sentais que Jacques n'était pas indifférent à mon charme et cela me plaisait terriblement. Il y a des moments comme celui-ci où un sentiment de puissance se trouve en nous et contente les esprits. Une fois que je fis ma présentation, il me répondit que je n'avais absolument pas la tête de l'emploi. Je fus tout d'abord surprise, avec mon teint loin d'être blanc et la forme de mes yeux qui marquaient tant mes origines indiennes, cela me paraissait plutôt normal de m'être orientée là-dedans. Les astres n'étaient pas ce qui nous guidaient tout au long de notre vie ? Mais je compris mieux lorsqu'il ajouta qu'il imaginait plus des personnes en blouses venant de la NASA. Il eu le mérite de me faire rire, même si je dois bien dire que cela me faisait aussi terriblement penser aux scientifiques, aux blouses blanches...Puis, il ajouta qu'il devrait revenir plus souvent en cours, si tous les professeurs avaient mon charme, riant de nouveau je lui répondis:


Tu sais quand on a du sang d'indiens dans les veines, l'astronomie fait partie intégrante du quotidien. Mais l'approche, je te l'accorde, est complètement différente de la NASA !
Et mes collègues n'ont pas tous mon charme, même si quelque uns veulent le détour ! Tu serais sûrement agréablement surpris par la master qui enseigne les langues !


Je lui lançai un clin d'oeil, Tomoe avait le don pour mettre tout le monde à ses pieds, tout le monde aime Tomoe. Cette fille est un véritable amour. J'ajoutais d'une voix un peu plus basse:

Bon par contre le professeur de maths est un type un peu particulier...
M'enfin tu sais que tu devrais aller à tous les cours!


Ajoutais-je plus fort. Quelle master je faisais donc ! Voilà que je disais à un élève de ne pas aller en cours de maths ! M'enfin pour voir Aaron...la plaie quoi !
Je lui avais ensuite parlé de ces pouvoirs. Cela ne sembla pas lui importer beaucoup pour le moment, je su à sa remarque sur le briquet qu'il était également du type feu. Ce qui en soi n'était pas une surprise, il semblait avoir le caractère pour.


Pour le moment ils ne te servaient, mais tu verras que grâce à eux tu tu découvriras et tu apprendras plus sur toi-même que tu n'en as jamais su.

Il pouvait me faire confiance là-dessus, on apprend beaucoup sur soi grâce à eux. Et puis sans pouvoirs, on ne pourrait pas se défendre contre les blouses blanches. Reste, que c'est un cercle sans fin, puisque sans pouvoirs ils ne viendraient pas nous chercher...M'enfin, il ne faut jamais renier sa nature.
Le jeune homme me remercia ensuite pour le compliment que je lui fis et dit que si tous les élèves étaient comme lui, il le vivrait mal. Je lâchai un rire, amusé. Un vraiment charmant jeune homme et drôle avec ça !

C'est à ce moment, sans doute lassée de rester dans un coin sombre, que Nako décida de surgir de mon sac à main posé à mes côtés, elle fit dépasser doucement sa petite tête d'indienne et regarda Jacques avec de grands yeux, intriguée...



2ème compte d'Elio

Nakoma, sa marionnette:
Spoiler:
 


##   Mer 27 Aoû 2014 - 0:00

Personnage ~
► Âge : 20
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 234
Date d'inscription : 24/02/2013
Age : 25
Emploi/loisirs : Procrastiner, lambiner, être parfaitement improductif.
Humeur : lyrique, libertine et volage, telle est mon humeur

Je balayais la salle du regard tout en écoutant la master à mes cotés parler de sa vocation, je ne pus réprimer un rire en pesant à Katharina, indienne elle aussi, en train de m'enseigner les mystères de notre univers.L'idée avait au moins le mérite d'être plaisante à regarder.

" Tiens, j'ai une amie qui va donc m'entendre lui faire des blagues là dessus pendant un petit moment grâce à vous. Remarquez, je ne suis pas sûr qu'elle s'amuserai autant et je ne pourrais m'en sortir impunément."

je reportais mon attention sur elle, alors qu'elle me recommandait sa collègue de langue pour ses remarquables atouts si j'en croyais ses mots. Chose curieuse, je devais m'avouer un peu sceptique quand je détaillé l'aspect de la jeune femme fasse à moi. Sa robe rouge comme son rouge à lèvres faisait que me regard hésitait entre se poser naturellement sur l'une ou l'autre de ses deux partie, mettant paradoxalement en avant son cou et ses yeux. Je ne suis qu'un homme et mon regard se trouvait capté par mon interlocutrice.

" Il n'est guère plaisant de remettre votre parole en doute mais je doutes sincèrement qu'une de vos collègues puisse rivaliser avec vous sur ce terrain là. Enfin, ce n'est que mon humble avis."

J’acquiesçais de la tête alors qu'elle me parlait du professeur de math, j'avais déjà entendu parlé de lui et m'étais fait une idée du personnage.

"Laissez-devinez le personnage. Un homme brun à lunettes, turbulent et plutôt égocentrique et peu avare de critique, qui tente de se mettre en avant, souvent à ses propres dépends si l'on considère que beaucoup d'élèves parlent de lui et de ses trajets hospitaliers réguliers. Suis-je assez près de la vérité?

Je n'avais pas tenu compte de sa remarque quant à ma présence en cours. Il y avait tant de choses plus importantes à faire puis je dépassais aisément la moyenne d'âge des élèves présent. Autant rester en retrait. Je préférais de loin sa conversation sur les pouvoirs , j'étais donc supposé apprendre quelque chose de mes pouvoirs... J'avais une impression de déjà entendu.

" C'est possible mais je dois avouer ne pas savoir qu'en faire, ils sont bien attrayant mais... Ils ne me disent rien, je crois comprendre comment ils marchent mais pas pourquoi. C'est un sentiment assez pénible."

Je baissais les yeux sur mon verre avant de le porter à mes lèvres. Alors que je buvais, quelque chose attirait mon regard, une paire d'yeux qui n'appartenaient pas à la demoiselle qui me tenait compagnie. Une poupée? on aurait plutôt dit une marionnette. Elle semblait se mouvoir seule. Instinctivement curieux, je tendais un doigt non loin d'elle, comme si je voulais lui serrer la main. C'est probablement stupide vu que la master à coté de moi devait l'animer avec ses dons mais j'avais réagi avant même que l'idée n'ait le temps de naître. Alors, je lançais simplement à l'attention du jouet:

" Bonjour petite oreille indiscrète."


##   Mer 8 Oct 2014 - 23:31

Personnage ~
► Âge : 25 bougies
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 611
Date d'inscription : 05/05/2011
Age : 25
Emploi/loisirs : jouer avec le feu
Humeur : Wahouuuuu !

Jacques était pour moi une charmante compagnie et égayait largement ce qui aurait pu être une soirée bien monotone. Alors que je lui parlais de la matière que j'enseignais et le rapport qu'il y avait avec mes origines, il me répondit qu'une de ses amies allait pouvoir se faire charrier grâce à moi. Je fus surprise. Je n'avais pas à ma connaissance rencontré beaucoup d'indiens depuis que j'étais arrivée et je ne voyais pas vraiment de qui il pouvait bien parler. Mais je faisais ma curieuse et puis j'étais bien loin de connaître tout le monde. Mais il y avait une indienne que j'avais raté. Je voulais la rencontrer. J'adore rencontrer des gens qui me ressemblent un peu plus grâce à mes origines. Elles sont pour moi une source d'un insatiable sujet de discussion.

Et puis j'en venais à parler de Tomoe. De son charisme. Je ne dirais pas que mon interlocuteur ne me croyait pas...Je dirais plutôt qu'il semblait assez septique...Il ajouta d'ailleurs qu'il ne voulait pas mettre ma parole en doute, mais qu'il doutait qu'une de mes collègues puisse rivaliser avec moi. Cette remarque me fit sourire de plus belle. Bien sûr que j'étais l'une des plus belles femmes de Terrae (Karin aussi !), mais Tomoe avait quelque chose d'autre que la beauté. Elle avait du charme. Et une incroyable douceur et gentillesse aussi.


Tomoe Yoshida est d'un autre genre de beauté.

Je choisissais délibérément de ne pas en dire plus. Il comprendrait tout à fait en la rencontrant. Peut-être qu'elle n'était pas son type, mais on ne pouvait qu'elle avait un petit quelque chose.
Puis j'avais parlé d'Aaron sans jamais prononcer son nom, mais visiblement l'élève avait très bien compris de qui je parlais, puisqu'il me fit une parfaite description du personnage. Je me mis à rire en l'entendant et ajoutais:


C'est tellement lui ! Je pense que l'on parle bien de la même personne !

Et puis forcément, on est tout de même à Terrae, les pouvoirs. Il ne semblait absolument pas convaincu. C'était plutôt original, la plupart en était assez heureux. Il avoua qu'il comprenait bien comment ils marchaient mais pas pourquoi. Ah le pourquoi ! C'est une bien bonne question ! Malheureusement je n'avais pas plus de réponses à lui donner. Certaines choses sont un éternel mystère. Je lui répondis doucement:

Il n'y a pas toujours une raison à tout. Certaines choses sont là et c'est comme ça.

Je repris une gorgée de ma boisson tranquillement. Et puis je vis le regard de Jacques vers mon sac à main et que je vis Nako. Le jeune homme sembla tout de suite à l'aise, ce qui contrairement à ce que l'on peut croire n'était pas toujours le cas. Il tendit un doigt en la saluant de petite oreille indiscrète. Il n'avait pas tort. La petite indienne se rapprocha de ce doigt tendu et le prit entre ses deux petites mains en souriant. Je me décidais alors de faire les présentations :

Voici Nakoma, c'est ma marionnette. Elle entends en effet très bien mais ne peut pas parler. Ce qui ne l'empêche pas d'être une sacré chipie quand elle s'y met !
Dans le genre on ne comprend pas pourquoi, elle est l'une de ces énigmes. Si elle est bien liée à mes pouvoirs, je ne la contrôle absolument pas, ce qui est plutôt étrange.


C'est vrai que je n'avais jamais compris. Nako était un jouet d'enfance auquel je tenais beaucoup, et lorsque j'étais rentrée dans ma chambre après l'initiation, au lieu de rester bien sagement posée sur mon petit bout de bureau, elle était venue vers moi comme si cela était normal. Et avec le temps je m'étais habituée. Je m'étais même encore plus attachée à ce vieux jouet...



2ème compte d'Elio

Nakoma, sa marionnette:
Spoiler:
 


##   Mar 16 Déc 2014 - 3:48

Personnage ~
► Âge : 20
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 234
Date d'inscription : 24/02/2013
Age : 25
Emploi/loisirs : Procrastiner, lambiner, être parfaitement improductif.
Humeur : lyrique, libertine et volage, telle est mon humeur

Haley parlait de Tomoe avec une forme d'admiration qui laissait sans voix, je pensais que tout les feux étaient aussi fier que moi. Ou alors ce devait être un fabuleux phénomène que cette demoiselle et je songeais à faire un détour par ses salles de cours pour me rendre compte par moi-même, après une éloge pareil je devais manquer une véritable douceur pour les yeux. Je pris mon carnet dans la poche intérieur de ma veste ainsi qu'un stylo, j'y inscrivais le nom de la master en question tout en parlant à ma ravissante compagne.

" Je prends note Immédiatement..."Tomoe Yoshida est d'un autre genre de beauté", je rajoute en nota bene que cette blague ne marche pas mieux que la première fois où je l'ai tentée. Non vraiment, faire une blague sur la prise de note, c'est juste la mort de l'humour.Et pourtant je le préfère noir cet humour."

Arrêter les jeux de mots idiots avec un sourire charmeur aussi, ça peut aider, puis bon au meilleur des cas, je serai juste le quatre de cette ravissante master, le pire.... qui sait à quoi s'attendre dans cet asile d'aliens.

Les "on dit" que j'avais capté sur le fameux prof de math semblait coller à la personne dont la demoiselle parlait. En même temps, ce prof là tout le monde en parle et probablement sans le connaitre, un peu comme je venais de le faire mais moi, c'était uniquement dans l'intention de ravir un sourire à la jolie indienne, je fus même gratifié d'un rire que j'accompagnais tranquillement.

La réponse qu'elle me servi sur les pouvoirs avaient un petit goût de déjà entendu, sans savoir pourquoi, j'étais presque sûr d'avoir entendu cela quelque part sans parvenir à me rappeler d'où, je haussais finalement les épaules avant de reprendre:

" Au pire des cas je passe le restant de mes jours enfermés entre 4 grilles électrifiées, j'ai connu des sorts moins enviable. Après tout, il faut quand même arriver à surmonter le seuil d'incompétence pour être master, je pense que d'ici une décennie environs, je daignerai peut-être faire quelques chose de mes dix doigts. Marionnettiste pour divertir les enfants, c'est une vocation comme une autre."

Les présentations avec le jouet mouvant me tirèrent un air d'enfant ébahit. Que voulez vous, je suis bon public. Je souriais à mon tour à la petite chose en lui lançant.

" C'est un privilège pour moi de te rencontrer Nakoma."

Je restais cependant un peu incrédule sur un point, elle s'animait toute seule? De quel conte de fée sortait donc cette Nakoma? Artifice ou réalité, je devais m'incliner, mon rationalisme n'avait pas souffert ainsi depuis longtemps.

" Et je suppose qu'elle t'accompagne presque partout n'est-ce pas? Cela doit-être plaisant de toujours avoir de la compagnie. Je n'ai que quelques bouquins comme compagnons de chambre et je dois bien avouer qu'ils ne sont pas aussi agréable au premier abord. Tu dois énormément tenir à elle, même avant qu'elle ne s'anime cela devait être le cas, sinon je ne vois pas ce qui pourrait te lier à elle suffisamment pour qu'elle s'anime 'elle même à l'aide de tes pouvoirs.... Ou alors cette poupée est hantée ce qui soulèverait d'autre questions autrement plus grave. Peut-être avez vous pratiqué le Vodoo ou une autre formes d'occultisme?"

Cela ressemblait étonnement à une conversation normal, si on omettais le fait qu'on parlait d'une marionnette vivante. Mes aïeux, en fait peut-être étais-je devenu fou mais l'incohérence de tout cela m'aurait presque fait blêmir si je n'avais pas été trop occupé à amuser Haley avec mes quelques calembours plus ou moins bien sentis.

Un jour, je renouvellerai mon répertoire.


##   Dim 11 Jan 2015 - 23:52

Personnage ~
► Âge : 25 bougies
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 611
Date d'inscription : 05/05/2011
Age : 25
Emploi/loisirs : jouer avec le feu
Humeur : Wahouuuuu !

Je l'avoue, j'aimais beaucoup Tomoe. J'étais assez admirative de sa manière d'être. Il faut dire qu'elle était tout mon contraire, douce, prudente et réfléchie. Bon après ce n'était pas une eau pour rien non plus. Elle m'étais d'ailleurs tellement opposée que je n'arrivais pas vraiment à comprendre comment elle faisait pour avoir un tel carcatère, c'est con tout de même.

Je voyais bien que Jacques était visiblement un type qui aimait amuser la galerie, peut-être plus la gente féminine que masculine que ça ne m'étonnerais pas. Mais cela m'allait très bien. J'aimais être le centre d'attention et là c'était le cas. Je souris lorsqu'il sortit son carnet pour prendre note. J'étais du genre bon public, et même ce genre de blague m'amusait.


Pourtant cette blague n'avait rien de très noir.

Mon ton était aimable, amusé. Je souriais. Je passai un bon moment et je n'avais pas de raison de tirer la tronche, de toute manière j'étais d'un naturel enjoué. Et même parler d'Aaron ne me vola pas mon sourire. Pourtant il y avait de quoi, ce n'était pas comme si nous étions vraiment en très bons termes.

Jacques devait sans doute être la personne la plus insensible à ces pouvoirs, que j'avais rencontré jusqu'alors. Tout le monde y trouve plus ou moins son compte. Lui pas apparemment. Ma réponse ne du pas vraiment l'aider, mais je ne pouvais rien lui dire de plus. Moi non plus je ne savais pas vraiment. Pour moi c'était un peu comme si la vie nous offrait une deuxième renaissance lorsque la vie avait décidé de nous laisser tomber. Le blond me répondit qu'au pire des cas il passait le reste de ces jours enfermé ici, qu'il y avait des sorts moins enviables. C'était donc ça qu'il ressentait en vivant ici ? Pourtant ces grilles étaient plus là pour la protection que comme des grillages...Il ajouta que dans dix ans, il daignerai se bouger pour devenir marionnettiste et divertir les enfants. Je souris de nouveau. Peut-être qu'il était encore un peu tôt pour lui.


Il faut parfois un peu de temps, mais le déclic vient toujours.

A croire que lorsque l'on est master, on a cette manie de faire des mystères et à ne pas tout dire. Il allait sûrement oublier mes propos très rapidement, mais lorsque cela sera le bon moment peut-être qu'il s'en souviendra et qu'il comprendra ?

Nakoma fit sa curieuse et entra en scène. Je fis rapidement les présentations. C'était toujours étonnant comme phénomène. Et d'après mes connaissances j'étais bien la seule à vivre un truc pareil. Jacques salua la petite indienne aux cheveux verts, qui le salua d'un signe de tête. Si elle ne parlait pas, elle savait cependant très bien se faire comprendre.
Le français me demanda si elle m'accompagnait bien presque partout et que cela devait être plaisant d'avoir de la compagnie, plus que ses livres à lui. Il n'avait pas tort. Elle ajouta que je devais beaucoup tenir à elle pour que cela soit arrivé, à moins qu'elle ne soit hantée. Il me demanda aussitôt si j'avais eu des pratiques vodoo ou quelque chose du style.
Je lâchai un rire avant de lui répondre:


Tu supposes bien, elle m'accompagne presque partout. Et non je n'ai pas eu une quelconque pratique d'occultisme, quoique puisse te faire penser mes origines indiennes. Je l'aime juste beaucoup. C'était mon jouet préféré. Et puis comme elle m'accompagnait partout, j'en ai gardé l'habitude. La preuve, je l'ai quand même emmené içi. Mais on a tous ses objets fétiches.

La seule chose que je savais c'était qu'elle était liée à ma greffe...Mais de nouveau pourquoi ? Je n'en savais rien...



2ème compte d'Elio

Nakoma, sa marionnette:
Spoiler:
 


##   
Contenu sponsorisé

 

Comme un retour en arrière [A fermer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Bar.