Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Moon should I try to hide, the way I feel inside~ {Aoi ♥} {Fini o/}
Ven 15 Nov 2013 - 19:32
avatar
Masculin

Messages : 896
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 26
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Je crois que je déprime, là assis dans le froid sur ce banc. Ça ne me ressemble vraiment pas pourtant et ça a le don de m'énerver. Depuis cet épisode en salle d'entrainement j'ai beaucoup hésiter à retourner la voir mais... Alors qu'avant je n'aurais eu aucun problème de conscience à retourner l'embêter, je ne l'ai pas fait. Je ne sais pas pourquoi.
Ce n'est pas comme si ça m'avait traumatisé : les infirmières m'ont rafistolé en trois secondes et j'ai déjà eu des blessures bien plus graves. Non ce qui m'en empêche c'est ce petit cristal rouge qui rayonne de mon énergie que je trimbale dans ma poche. Chaque fois que je songe à elle, je serre mon poing sur cette parcelle de pouvoir et son visage trempé de larmes me revient. Alors j'oublie, je détourne les yeux du manque grandissant qui prend racine dans mon coeur sans que je puisse rien y changer et je me force à ne pas y penser.
Je ne reconnais pas ce sentiment, il me perturbe. Je pense tout le temps à elle sans même m'en rendre compte et ça m'obsède, ça m'agace. Je pensais que m'éloigner d'elle m'aiderait mais ce n'est pas le cas. Je m'aperçois souvent le soir que j'ai pensé à elle toute la journée et au lieu de m'énerver ça m'attendrit. Moi, le supposé démon au coeur de pierre je suis attendri par elle et ça ne me gêne même plus.
Je ne voulais pas de ça pourtant, l'amour c'est pas fait pour moi. J'ai essayé mais les seuls résultats que j'ai obtenu c'est un coeur brisé et une morte. C'est idiot mais je ne veux pas qu'il lui arrive quoi que ce soit et ce sera le cas si je m'attache à elle. La situation telle qu'elle est me convient : au moins les quelques filles filles avec qui je sors pour un soir ne risquent pas de s'attacher à moi.
Si j'avais un coeur, si je n'était pas un démon tombé amoureux d'un ange, je crois que j'aurais mal dans mon âme à en mourir. Le froid qui m'engourdit le cerveau est presque une bénédiction, il me permet de ne pas trop penser. Penser qu'encore une fois je n'ai été qu'un gros con, que je l'ai poussé à bout sans aucune raison autre que l'éloigner de moi.
Je voudrais revenir en arrière une fois de plus, ne pas la provoquer à ce stupide combat qui m'a coûté plus que je le pensais. Tant pis pour moi, j'ai joué au con une fois de trop et j'ai perdu. Je soupire, las, et murmure.


-Je suis un abruti.
Voir le profil de l'utilisateur




Dernière édition par Huo Zhang le Mer 19 Mar 2014 - 10:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Lun 18 Nov 2013 - 21:29
avatar
Féminin

Messages : 1132
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Les questions tournent et se retournent dans mon esprit, vagabondage inutile et sans intérêt autre que me faire ressentir une culpabilité plus grande encore. Je me suis calmée – je l'ai essayé longuement, je l'avoue. Pas par envie, mais par besoin ; ce besoin de reculer, d'observer, silencieuse, et de tirer mes conclusions. De tirer les bonnes conclusions. Sur mon comportement, sur ceux des autres ; le sien, aussi. Surtout le sien.

J'en ai parlé avec Allen ; d'abord un peu, puis avec plus d'insistance. Plus longuement. Comme pour me convaincre que je n'étais devenue ni folle, ni l'être détestable que je voyais dans le miroir chaque jour durant.

C'est bête comme certaines personnes peuvent tout changer. Tout changer en vous, sans que vous ne le sachiez, sans même que vous ne vous en rendiez compte ; Terrae, tout d'abord, a modifié ma façon de percevoir les choses autour de moi, et je ne sais toujours pas si c'est en bien ou en mal. Je suis devenue plus égoïste en tout cas – c'est la seule chose dont je suis certaine. Allen aussi, bien entendu, m'avait aidée ; il m'a sortie de mon petit enfer personnel. Et Huo... est apparu comme un con en plein milieu en foutant le bordel – disons les choses comme elles le sont, hein. Il a fait resurgir des souvenirs que je pensais définitivement disparus. Ou du moins enfouis profondément – invisibles. Impalpables. Bref. Disparus, en quelques sortes...

Je soupire en resserrant ma grosse écharpe autour de mon cou, enfouissant mon nez contre le tricot de laine. J'espère échapper, même un peu, à la morsure du froid de novembre. En vain. Toujours.

Un nouveau soupir, et je jette un regard tout autour de moi. Partout, des couples. Ils se tiennent la main, se sourient, se blottissent l'un contre l'autre ; c'est déprimant. Et je refuse de penser à ce type. Je ne ressens rien – rien que de l'agacement, de la colère, et peut-être un brin de tristesse. C'est ça que je ne comprends pas, ou plus. Cette tristesse qui me noie le cœur à chaque fois que je songe à ses mots, aux miens. Il s'était imposé dans mon horizon ; il n'avait pas le droit de partir et de me laisser seule comme il l'a fait.

Ah... Oui, c'est débile. Je sais, merci. C'est juste que je pensais, comme la fille crétine que je suis, qu'il-- Qu'il quoi, déjà ? C'est pas comme si on était amis, en soi...

Je grommelle dans ma barbe en rougissant bêtement. On a pas idée de ressasser des pensées pareilles à longueur de journée – surtout quand lesdites pensées n'évoluent pas d'un iota. Quoique si, j'ai réussi à passer du stade « je suis une mauvaise fille – mais de toute manière c'est un pauvre type » au stade... En fait non, j'ai rien dit, c'est toujours un pauvre type. Et moi, je suis toujours aussi abominablement stupide.

Je resserre mon manteau autour de mon corps en frissonnant. Le vent vient de se lever, et je savoure ce contact avec mon élément avec autant de joie que de mélancolie. Le bruissement des branches, bientôt entièrement dénudées, me tire un léger sourire. Le calme. La paix... dans cet univers pâle et gris.
Quelques pas de plus ; je ralentis l'allure, puis me stoppe. Un murmure me parvient avec la brise, et je frissonne encore en observant une silhouette bien connue assise sur un banc, les yeux perdus dans le vague. J'ai un instant de pitié pour lui ; il a l'air mort de froid – et j'avoue ne pas être mieux. Puis je me souviens qu'il est feu, et que c'est carrément inutile de m'en faire pour lui. De toute manière c'est un crétin, et les crétins prennent jamais froid, hein... Pas vrai ?

Je grimace derrière mon écharpe. Il ne m'a pas vue, et je suis tentée de faire demi tour sur le champ. Pas par couardise ; simplement... « Un deal est un deal. » Oh god, pourquoi je lui avais dit ça, déjà ?

J'ai un nouveau pincement au cœur.

Quelques secondes plus tard, je m'asseyais à côté de lui, en silence, ne sachant pas trop quoi dire de peur de lâcher un truc stupide. Mes yeux sont fixés sur mes pieds, et je me concentre pour ne pas tourner mon regard vers lui – je déteste me faire happer par ses yeux trop bleus, j'ai l'impression de m'y perdre pendant... Une éternité.

Finalement, lorsqu'il semble prêt à prendre la parole, je le coupe avant qu'il n'ait pu finir sa phrase :

– Je confirme, tu es un abruti.

Je pique un fard violent, lève un regard incertain vers lui, avant de le détourner dans la direction opposée, boudeuse.

– Désolée, je grommelle finalement comme une enfant prise en faute, fixant sans le vouloir un arbre avec beaucoup d'intensité.
Voir le profil de l'utilisateur



Je vole en #F54759
Revenir en haut Aller en bas

Mar 19 Nov 2013 - 19:10
avatar
Masculin

Messages : 896
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 26
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Je sens qu'on s'assoit à côté de moi et tourne la tête. Mon coeur rate un battement en la voyant et j'esquisse un moue à mi-chemin entre la grimace et le sourire. Elle est jolie comme ça, emmitouflée dans son manteau avec sa grosse écharpe qui lui mange le bas du visage et les joues rougies par le froid.
Elle fixe ses pieds, mal à l'aise, et en vérité je ne suis pas mieux. Je ne sais pas quoi dire, je ne sais même pas si je dois dire quelque chose. Je la trouve juste tellement belle, j'ai envie de me mettre des claques pour penser une chose pareille. Elle a quatre ans de moins que moins merde ! Comment je peux la trouver désirable ? C'est malsain.


– Je confirme, tu es un abruti.

J'esquisse un sourire amusé en la voyant tourner la tête avec une moue boudeuse. Elle est adorable comme ça, on dirait une gamine prise en faute qui ne veut pas s'excuser.

– Désolée.

Je n'ai rien dit... Et du coup je me sens encore plus coupable, ça devrait être à moi de m'excuser pour mon attitude irresponsable. Elle a l'air gênée et pas du tout décidée à me regarder en face. Tant pis, j'ai pas l'intention de lui faire des signaux de fumée pour qu'elle le fasse non plus, c'est déjà bien assez qu'elle soit venue d'elle-même.


-C'est à moi de m'excuser. Je me suis comporté comme... Comme un gros con mono neuronal. Pardon. Ça me ressemble pas.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Mar 19 Nov 2013 - 20:00
avatar
Féminin

Messages : 1132
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Un frisson me remonte le long de l'échine lorsque je sens son regard se poser sur moi. Tiens, ça faisait longtemps, ce genre de choses. Ça m'avait pas réellement manqué – quand même pas, hein ! – mais j'avoue que... Bon, un peu quand même, d'accord.

Je ne le regarde toujours pas, et j'attends une réponse presque avec désespoir. J'ai eu peur qu'il me déteste. C'est bête, et on dirait que je parle comme une enfant de cinq ans. Mais j'ai vraiment eu peur de définitivement perdre ce... je sais pas, ce petit quelque chose qui faisait que nos échanges arrivaient à me donner le sourire. Sa bêtise et la mienne, je songe dans un demi sourire amusé. Sa moquerie et ma naïveté, probablement aussi. Ça a déjà produit quelques chocs assez mémorables. Et je crois que... j'avais bien envie qu'il y en ait d'autres. Peu importe. Mais que tout ça ne reste pas de cette manière...

-C'est à moi de m'excuser. Je me suis comporté comme... Comme un gros con mono neuronal. Pardon. Ça me ressemble pas.

Je relève la tête vers lui, le cœur battant, et le fixe longuement... avant de partir dans un léger éclat de rire. Un rire détendu, rassuré ; le rire libéré. Ce type est vraiment bête... Mais je suis contente, je suppose ?

– Mono neuronal ? je ris doucement, avant de rougir et détourner les yeux lorsque je croise son regard.

Je toussote légèrement pour me donner une contenance.

– Ca va, t'excuse pas, j'ai été débile aussi.

Je marque une longue pause, me mordille la lèvre.

– Et j'aurais pu te tuer, en plus... Je voulais pas ça.

Je m'entortille les doigts, à nouveau mal à l'aise. C'est pas que parler devant son miroir ou à une feuille de papier c'est plus simple, mais en fait... si. J'ai l'impression d'être une petite fille face à son père, qui lui explique pourquoi elle a traversé la route sans réfléchir.

Je me pince les lèvres. La comparaison ne convient même pas.

– Je suis bête, désolée, je murmure en me ratatinant sur mon siège sans vraiment le vouloir. Je t'embêterai pas longtemps.
Voir le profil de l'utilisateur



Je vole en #F54759
Revenir en haut Aller en bas

Mar 26 Nov 2013 - 18:22
avatar
Masculin

Messages : 896
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 26
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Elle rit doucement avant de détourner les yeux en rougissant et je me sens très bête mais en même temps incroyablement libéré. J'avais tellement peur qu'elle continue de m'en vouloir mais de la voir comme ça, gênée et rougissante - belle - ça me rassure.
J'aimerais me retenir d'espérer, je ne le devrais pas et je le sais, mais je n'arrive pas à lutter contre les sentiments qu'elle m'inspire doucement. Des sentiments dont j'ai besoin aussi parce que j'ai encore besoin de croire au futur, parce que j'ai envie d'espérer un "nous" un jour, même si ce ne sera pas forcément celui que je veux ça me suffira.


– Et j'aurais pu te tuer, en plus... Je voulais pas ça.

Je retiens un soupire, un peu agacé. Je n'aime pas la voir aussi mal à l'aise en face de moi même si j'aurais des raisons de lui en vouloir ce n'est pas le cas, ce qui s'est passé est entièrement ma faute.

– Je suis bête, désolée. Je t'embêterai pas longtemps.

J'hésite un instant avant d'effleurer sa main furtivement. Sa peau est froide, elle doit être dehors depuis un bout de temps. Je déteste la voir craintive comme ça, j'ai l'impression de lui faire peur.


-Tu ne m'embête pas Princesse. C'est pas forcément l'impression que je donne mais j'apprécie beaucoup ta compagnie.

La main dans ma poche serre mon cristal doucement. Je me sens serein mais en même temps très nerveux. Sa présence m'apaise mais j'ai toujours peur de gaffer, comme les autres fois.

-Tu sais, c'est pas ta faute, vraiment. J'aurais du réfléchir avant de... Enfin voilà, ça m'apprendra à tourner sept fois ma langue dans ma bouche avant de parler.

J'ai l'impression d'être ridicule, mes mots sont hésitants et je trébuche sur mes phrases. Pourquoi il n'y a que quand je suis avec elle que je me sens comme ça ?
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Mar 26 Nov 2013 - 20:58
avatar
Féminin

Messages : 1132
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Je m'enfonce un peu plus sur le banc, sans trop savoir quoi dire. Essayer de pas paraître mal à l'aise, c'est déjà loupé ; mais s'il pouvait éviter de me regarder comme ça, ça m'arrangerait quand même.
Sa main effleure la mienne, et je sursaute presque. Mes joues reprennent une teinte plus rouge, alors que je consens finalement à lever les yeux vers lui. J'ai envie de mourir. Plus je me plonge dans ses yeux, et plus j'ai l'impression de tomber face à deux billes de ciel clair, lumineux, qui n'appellent qu'à être parcourus. S'envoler, si loin...

-Tu ne m'embête pas Princesse. C'est pas forcément l'impression que je donne mais j'apprécie beaucoup ta compagnie.

Un sourire se glisse sur mes lèvres malgré moi. Très malgré moi... Mais ses mots embaument mon cœur, et cette fois, je n'ai pas honte d'avouer que j'en suis tout de même très heureuse. C'est complètement stupide, mais j'aimerais, pour une fois, arrêter de me prendre la tête, et croire les autres. Leur faire confiance. Et me faire confiance à moi-même...

-Tu sais, c'est pas ta faute, vraiment. J'aurais du réfléchir avant de... Enfin voilà, ça m'apprendra à tourner sept fois ma langue dans ma bouche avant de parler.

Je me mordille la lèvre, secoue la tête.

– Bon, si tu le dis. N'en parlons plus alors. On a été bêtes tous les deux.

J'esquisse un sourire plus doux, puis tente un changement de sujet pas vraiment discret. Mais soit...

– Au fait, tu avais l'air de mieux contrôler tes pouvoirs, je me trompe ?

Non, j'ai pas trouvé mieux, désolée, hein. Les « Et sinon il fait jour chez toi ? » ça marche que quand on est pas côte à côte...

– Et peut-être que tu seras bientôt Etoilisé ! je rajoute en riant doucement, m'imaginant l'état dans lequel ce crétin serait capable de se mettre sitôt après avoir reçu ses pouvoirs.
Voir le profil de l'utilisateur



Je vole en #F54759
Revenir en haut Aller en bas

Jeu 5 Déc 2013 - 21:50
avatar
Masculin

Messages : 896
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 26
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Elle sourit un peu malgré sa gêne et je la trouve adorable quand elle rougit comme ça. Je suis sincère pourtant, seulement je ne compte pas lui dire jusqu'à quel point. Qu'on puisse se réconcilier c'est déjà beaucoup. Je veux pas gâcher ça avec mon pseudo-psychotage. Elle a pas besoin de ça.

– Au fait, tu avais l'air de mieux contrôler tes pouvoirs, je me trompe ? Et peut-être que tu seras bientôt Etoilisé !

-J'aimerais beaucoup, je m’entraîne pas mal ces derniers temps même si je suis loin du niveau que je veux atteindre.

Enfin c'est surtout que je dors tellement peu que je passe la grande partie de mes nuits à m’entraîner. De toute façon j'ai besoin de peu de sommeil et quand je dors trop je me met à rêver ce qui est une très mauvaise chose.

-Toi aussi t'es balèze au fait. Fin je veux dire t'as vraiment une maîtrise impressionnante de ton corps et de tes pouvoirs. Et t'as un style que j'aime bien.

Et là je parle bien de son style de combat bande de pervers même si j'apprécie aussi son style tout court. J'ai pas envie qu'elle parte, j'aime lui parler même si j'ai du mal à me contenir avec elle. Mais j'ai juré que j'arrêtais ça alors je le ferais. Je vais rester son ami et juste ça.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Jeu 5 Déc 2013 - 23:17
avatar
Féminin

Messages : 1132
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Changement de sujet amorcé ! Et bien réussi d'ailleurs. Pour changer, je veux dire. Généralement, on me fait remarquer assez peu amicalement que, ben... Changer de sujet, c'est pas poli du tout. Mais bon, c'est pour la bonne cause, pour une fois !
N'empêche, je suis contente qu'il m'envoie pas bouler... Danse de la joie, première !

-J'aimerais beaucoup, je m’entraîne pas mal ces derniers temps même si je suis loin du niveau que je veux atteindre.

Je penche la tête sur le côté, un sourire amusé aux lèvres, sans cesser de l'observer. Ça ne m'étonne pas dans un sens. La quête du pouvoir, de la puissance. Tout le monde a envie de progresser. De monter. Sentir ce vide diminuer, au moins un peu. C'est sans doute ça qui nous pousse à ne pas haïr nos pouvoirs, parfois dévastateurs. À les intégrer totalement.
Et lui, comment les ressent-il, ses pouvoirs ? Généralement, en observant la relation que quelqu'un a avec eux, on peut deviner ce qu'il pense de lui-même...

– Tu sais, je suis sûre que tu l'atteindras vite, je ris doucement. Mais n'en fais pas trop, ça pourrait être dangereux...

Je fais la moue. Ouais enfin je suis le seul danger public ici...

-Toi aussi t'es balèze au fait. Fin je veux dire t'as vraiment une maîtrise impressionnante de ton corps et de tes pouvoirs. Et t'as un style que j'aime bien.

À ces mots, je grimace. De une parce que j'aime pas qu'on me complimente sur mes pouvoirs et ma manière de me battre, et de deux parce que... j'aime pas qu'on me complimente tout court, en fait.

– C'est ma mère qui m'a appris, je grommelle. Elle était effrayante, j'avais pas le droit à l'erreur. J'aime vraiment pas me battre, à la base...

Le souvenir de ma mère me montrant comment tenir son sabre me traverse l'esprit, et je le chasse aussitôt.

– Puis, les pouvoirs... Ça vient au fur et à mesure. Ça fait presque trois ans que je suis là, tu sais, je souris doucement. Je ne suis pas très forte si on compare avec certaines personnes.

Mon sourire se fait plus lumineux, et je me perds dans la contemplation des arbres, un peu apaisée.

– Je réussis à voler maintenant, alors qu'avant j'arrivais à peine à planer. Ah ! Allen est venu me chercher la dernière fois. Je n'ai jamais tenté de voler toute seule parce que j'avais peur, jusque-là...

Je fais la moue, avant de rire doucement de moi-même.

– C'est plus rassurant quand quelqu'un est là pour te tenir la main.
Voir le profil de l'utilisateur



Je vole en #F54759
Revenir en haut Aller en bas

Sam 7 Déc 2013 - 14:28
avatar
Masculin

Messages : 896
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 26
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Je souris en l'entendant évoquer le danger d'en faire trop. J'en fais déjà trop, mis ça elle ne le sait pas. Je m'entraîne souvent jusqu'à l'épuisement mais j'ai tendance à en perdre le contrôle. Parfois j'ai l'impression d'avoir froid parce que j'ai fait brûler toutes mes flammes ou alors je ne peux plus bouger un muscle tellement j'ai mal partout.
Son sourire se fait nostalgique alors qu'elle évoque sa mère, puis plus lumineux quand elle me parle de voler et je lui envie son pouvoir. J'aimerais beaucoup pouvoir faire ça aussi, me perdre dans le nuages et flotter avec les oiseaux. En échange je n'ai que mes flammes qui, si je les trouve magnifiques, sont destructrices et mortelles. Elles sont comme moi, dangereuses et mauvaises. Et elle est un papillon qui risque de se brûler les ailes si elle s'approche trop.


– C'est plus rassurant quand quelqu'un est là pour te tenir la main.

Je retiens une moue agacée. C'est tellement injuste qu'un autre que moi puisse lui tenir la main alors que je peux à peine la toucher. Calme Huo, calme... Réfrène ta jalousie, t'as plus droit d'être jaloux de toute façon. Pfeuh, c'est l'injustice totale. En plus si ça se trouve, Allen c'est son copain. Non je sais pas qui c'est mais je m'en fous, si jamais je le croise je me vengerais.


-Ha... Eh bien j'imagine que ça doit être plus facile de s'équilibrer quand tu peux te tenir à quelque chose.

Je me hais... Pourquoi à chaque fois qu'il y a une bonne ambiance je peux pas m'empêcher de tout gâcher avec ma jalousie ? C'est comme avec Jun la dernière fois, je suis un crétin fini.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Mar 10 Déc 2013 - 22:06
avatar
Féminin

Messages : 1132
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Il a l'air agacé, et je sens que j'ai fais une bourde – mais j'ai beau chercher où, j'arrive pas à voir ce que j'ai pu dire de mal. Ou d'agaçant. Bref, quelque chose qui justifie une grimace pareille de sa part. (Bon, d'accord, il a juste fait la moue... Non je ne le dévisage pas, allez tous vous faire empapaouter.) Peut-être qu'il aime pas que je parle de mes pouvoirs, finalement ? Mais en même temps, c'est lui qui m'a lancé sur le sujet... Donc soit c'est ça et il est bête (ou masochiste – ou les deux ?) soit... Soit ben, je sais pas. Les gars sont trop compliqués à comprendre... (Et dans compliqué, y a aussi « con ». Donc Huo est stupide. CQDF)

-Ha... Eh bien j'imagine que ça doit être plus facile de s'équilibrer quand tu peux te tenir à quelque chose.

Je lui lance un petit sourire gêné, semblant deviner de quoi il voulait parler. Ah, je vois. Il n'était pas là depuis si longtemps que ça – enfin si, sûrement, mais moins que moi en tout cas. Peut-être qu'il se sentait toujours pas avoir des attaches solides à Terrae ? Ou quelque chose du genre...

– Tu sais, tout le monde a quelque chose sur quoi s'accrocher ici, je lui souris gentiment. Ses pouvoirs, d'abord. Puis les autres. Et Terrae dans son ensemble.

Je ris doucement.

– J'en parle un peu candidement, mais c'est le seul endroit que je connaisse où on est aussi solidaires les uns avec les autres. Malgré les différends, on arrive toujours à trouver sa place auprès de quelqu'un.

Mon regard se fait mélancolique, doux ; encore une fois, je me laisse aller à la rêverie.

– Personne n'est jamais seul, ici.

Puis je penche la tête sur le côté, esquisse un sourire mutin.

– Même toi, je me moque gentiment en retenant difficilement un nouveau rire clair. Tout ça met du temps, mais au final, on est jamais déçus.

Même si ne plus voir une ou deux personnes peut littéralement vous conduire dans le mur... Pas vrai, Huo ?
Voir le profil de l'utilisateur



Je vole en #F54759
Revenir en haut Aller en bas

Mar 17 Déc 2013 - 13:05
avatar
Masculin

Messages : 896
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 26
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

– Tu sais, tout le monde a quelque chose sur quoi s'accrocher ici. Ses pouvoirs, d'abord. Puis les autres. Et Terrae dans son ensemble.

Elle sourit gentiment et je frissonne. Elle est tellement douce et gentille, même avec moi et pourtant Dieu sait que je ne le mérite pas, que je ne La mérite pas. J'aimerais tant ne pas me sentir seul comme elle le dit si bien. Et quelque part c'est un peu le cas mais il me faut du temps. Surement plus de temps qu'aux autres parce qu'au delà du fait de me remettre du vide j'ai besoin d'apprendre à faire confiance, une chose que je ne sais plus faire. Quand on a vécu dans un monde de violence et de haine on a tendance à ne plus voir le bon côté des gens.

– Personne n'est jamais seul, ici. Même toi. Tout ça met du temps, mais au final, on est jamais déçus.

J'acquiesce avec un sourire. Merci Princesse, merci de me montrer encore une fois à quel point je peux me tromper sur la nature humaine. Les rencontres que j'ai fait ici m'on réchauffé le coeur, que ce soit elle ou Matheo sans parler de Jun que j'ai enfin retrouvé. Savoir qu'il est enfin en sécurité et qu'il peut manger à sa faim me soulage énormément. Je ne rembourserais surement jamais la dette que j'ai envers Terrae, celle de toute une vie.


-J'aimerais y croire tu sais ? Vraiment. Mais je...

Je m'interromps, hésitant. Comment dire ça ? Comment avouer l'impardonnable ? Même à Jun je ne l'ai pas dit pourtant il sait. Il sait que le vrai problème est que je ne peux pas Me faire confiance. Plus maintenant, après tout ce que j'ai fait.

-Comment on peut se pardonner ? Après tout ce temps, comment on peut continuer à vivre ?

Je regarde le soleil en plissant les yeux, le cachant avec ma main tendue. Moi je ne peux pas, je suis trop égoïste pour renoncer à ma vie afin de me faire pardonner. Mais un jour j'y arriverais, je le ferais et la mer reprendra le bleu qu'elle n'aurait jamais dû quitter.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Mer 25 Déc 2013 - 20:05
avatar
Féminin

Messages : 1132
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Ma voix est calme et posée, et alors que je tente de le rassurer. C’est assez perturbant – si on me l’avait dit, je n’aurais jamais cru quiconque. Moi, en train de rassurer Huo Zhang, le marionnettiste lourdingue ? Franchement… Des fois, les relations entre deux personnes évoluent sans même qu’elles s’en rendent compte, et prennent carrément des directions opposées à celles empruntées au départ. Quand je pense qu’on s’est battus l’un contre l’autre, ça me rend dingue ; c’est vrai, c’est encore récent, et pourtant… Tout s’est déjà envolé.
Un léger sourire étire mes lèvres. Je me suis trompée sur son compte, je crois bien. Mais j’ai tellement peur, quand je suis avec lui, qu’il finisse par me dire qu’il se jouait de moi… J’ai tellement peur de lui faire confiance ; tellement peur de revivre encore ce que j’ai déjà vécu avant. Rin… Je lui avais offert ma confiance, à lui aussi. Et je l’avais amèrement regretté…
Suite au pincement de mon cœur, je tente de garder une expression plus calme, plus sereine. Je ne devrais pas penser à ça dans des moments pareils – Huo est Huo, et tant pis si je suis à nouveau déçue. Mais cette fois, je vais essayer d’éviter de le massacrer avec mes pouvoirs, ce serait… Une mauvaise idée, je crois. Ahem.
J’observe le visage de mon vis-à-vis et suis heureuse qu’il n’ait pas l’air blessé ; au contraire, il semblait rasséréné. Pendant quelques secondes, tout du moins. Il a l’air hésitant. Et, sans le presser, je garde mes prunelles ambre plantées dans les siennes, comme pour l’encourager. Le voir dans cet état ne me fait pas plaisir ; pourtant, je ne peux que ressentir un certain soulagement à l’idée de le voir se confier à moi. C’est ce qu’il fait, n’est-ce pas ? Cette lueur dans son regard… J’aimerais penser qu’il ne la dédie qu’à moi.
Je tente de ne pas m’empourprer à cette pensée, mais retombe vite sur terre lorsqu’il reprend la parole. Mon cœur se serre douloureusement. Son visage exprime la plus infinie des tristesses. Du remords. Je ne peux pas m’empêcher de le trouver beau, dans cette manière qu’il a de plisser les yeux à cause de la luminosité ; peut-être, aussi, pour cacher la lueur de désespoir qui s’est ancrée dans ses yeux, pour en retirer toute essence de vie. Ma seconde pensée est que je ne veux pas le voir comme ça ; je refuse qu’il prenne cet air si perdu, qui lui donne l’air de complètement baisser les bras. Je ne connais que trop bien cette expression, pour l’avoir arborée chaque jour jusqu’à mon arrivée à Terrae – et même encore au-delà.
Même si les situations ne sont pas comparables, bien évidemment. Mais peu importe.
Je me penche vers lui pour déposer un léger baiser sur sa joue – pour le rassurer, lui faire retrouver le sourire.

- N’aies pas l’air si triste, je lâche, un peu gênée par ce que je viens de faire mais ne le regrettant nullement.

Je replace machinalement une mèche de cheveux derrière mon oreille, réfrénant de mon mieux l’affreuse couleur rouge qui apparaît en traitre sur mes joues.

- Si tu as fait quelque chose de mal, tu te dois de continuer à vivre avec ce fardeau, je continue, mal à l’aise. Même si c’est dur, par respect pour les autres, tu dois continuer à le porter en toi.

Je lui souris à nouveau, très doucement.

- C’est simple à dire, je sais. Mais un jour tu comprendras que fuir n’est pas la solution. Il faut faire face et l’accepter. Pas se pardonner, parce que tu n’as pas le droit de le faire. Mais tu dois comprendre… et accepter.

Ma main glisse sur la sienne furtivement, et je frissonne à ce simple contact. Ses mains sont chaudes…
Maudit feu.

- L’important ce n’est pas qui tu étais, mais qui tu es. On ne change pas le passé, même par magie. Alors que ce futur… c’est à toi de le créer, ici et maintenant, je conclus d’un ton espiègle et énigmatique, fière de ma dernière phrase.
Voir le profil de l'utilisateur



Je vole en #F54759
Revenir en haut Aller en bas

Dim 29 Déc 2013 - 22:52
avatar
Masculin

Messages : 896
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 26
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Elle m'embrasse sur la joue et je souris un peu. Son geste est innocent, dénué du moindre intérêt que j'aurais pu y mettre et il me réconforte. Elle est vraiment aussi pure qu'un ange, à rougir comme ça juste pour un bisou. Ça me donne envie de l'emb- Pitié faites que j'ai pas pensé ça, j'en peux plus de devoir me contenir constamment. Elle va me rendre fou sans même en avoir conscience.

- Si tu as fait quelque chose de mal, tu te dois de continuer à vivre avec ce fardeau. Même si c’est dur, par respect pour les autres, tu dois continuer à le porter en toi.

Je souris faiblement, continuer à vivre... J'ai eu l'impression de survivre depuis longtemps. J'ai toujours vécu à 100 à l'heure sans me soucier des conséquences et maintenant que j'ai enfin pris le temps de vivre elles me rattrapent. Je prend conscience de ce que j'ai fait, je vois réellement mes mains rouges de sang et j'ai envie de pleurer.

- C’est simple à dire, je sais. Mais un jour tu comprendras que fuir n’est pas la solution. Il faut faire face et l’accepter. Pas se pardonner, parce que tu n’as pas le droit de le faire. Mais tu dois comprendre… et accepter.

-Comment ? Comment puis-je accepter ce que j'ai fait ? Je ne me fuis pas Aoi et c'est bien pour ça que je me dégoûte. J'aimerais comprendre comment j'ai pu en arriver là mais je... Ça me fait trop peur je crois.

Je frémit alors qu'elle effleure ma main. La sienne est fraîche et je la prend dans la mienne. Elle me fait tellement de bien, sa présence me rassure et me réconforte. Elle me montre que j'ai peut-être encore du bon en moi et ça me fait du bien quand je suis au plus bas comme maintenant.

-J'y arriverais, je m'en suis déjà sorti une fois. Je n'ai qu'à recommencer.

J'ai envie de la prendre dans mes bras soudainement mais je me retiens, je ne pense pas qu'elle apprécierait. J'ai beau me dire que je ne devrais pas la désirer je n'arrive pas à m'en empêcher. Et encore si c'était juste du désir je pourrais le gérer mai comme évidemment je l'aime beaucoup trop j'ai beaucoup de mal à me contenir.
Je caresse le dos de sa main du pouce avec un sourire. Je me sens mieux, elle a réussi à m'éclaircir les idées et j'ai soudain envie de l'embêter un peu. Je prend un sourire espiègle pour la questionne d'un ton léger, amusé et plaisantin.


-Et toi Princesse, il y a donc des choses dont tu as honte ?
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Lun 30 Déc 2013 - 0:14
avatar
Féminin

Messages : 1132
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Travailler à l'hôpital et bosser mes cours... C'est ça les études de médecine !
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Je rougis brusquement lorsqu’il me prend la main. La sienne est chaude et je me prends à vouloir sourire à nouveau à ce contact ; mais la soudaine proximité que ce simple geste crée me rend mal à l’aise. Une bulle d’intimité qui me ramène trois ans en arrière – plus j’y repense, et plus je trouve qu’Huo lui ressemble, dans sa manière d’être et d’agir. Dans sa manière de parler, aussi. Ce soupçon de mélancolie et de douleur, qu’il cache derrière un sourire irritant. Toujours rechercher la cause derrière les actes et les paroles…
Je serre doucement sa main dans la mienne, timidement, comme pour faire acte de présence. Je ne devrais pas les comparer – c’est stupide. Même si je l’apprécie suffisamment pour ne pas douter de lui, parfois, j’ai encore peur, et je me demande si je n’ai pas tort de continuer à le chercher partout où il n’est pas. Où tout ça va nous mener ? Me mener ? J’ai tellement peur. Tellement peur de finir encore blessée, et en pleurs… Pleurer devant lui est la dernière chose que je souhaite.
Mes yeux se lèvent vers lui alors qu’il prononce mon prénom, sans moquerie, animosité ou que sais-je. Ça a le don de me perturber plus que nécessaire – déjà que lui me perturbe, alors si en plus il rajoute le petit sourire tout triste et le prénom désespéré, ça va pas aller. Il n’empêche que je sais pas quoi lui répondre. J’ai bien compris qu’il a fait des choses pas vraiment pardonnables… et encore moins recommandables. Et c’est peu dire. Mais j’arrive pas à voir en lui le monstre qu’il me dit être. Je l’imagine, une arme en main, et je frissonne ; comment réussir à imaginer ces yeux bleus dépourvus de la chaleur que je lui connais ?

- Pardon je… Je sais pas vraiment quoi dire, je murmure en me mordillant la lèvre.
-J'y arriverais, je m'en suis déjà sorti une fois. Je n'ai qu'à recommencer, répondit-il sur un ton plus léger.

Je souris doucement.

- C’est vrai, c’est comme ça qu’il faut partir.

Il me renvoie plus ou moins l’ascenseur et j’esquisse une moue boudeuse, détournant les yeux. J’ai envie de retirer ma main, comme si je m’étais brûlée à son contact – et c’est un peu le cas. Mais je ne bouge pas, me contentant de frémir en sentant son pouce effleurer ma peau et de détourner les yeux.

- J’en ai une liste longue comme le bras, tu sais !

J’ai abandonné l’idée de lui faire arrêter de m’appeler par ce surnom stupide. Ça sert à rien avec lui, il fait de toute façon ce qu’il veut.

- J’ai honte d’être partie en laissant ma mère seule, je lâche finalement, en articulant difficilement chaque syllabe – elles me sont comme arrachées de force. J’ai honte de moi ; de tout ce que j’ai pu dire et faire. J’ai honte d’avoir cédé à la violence.

J’esquisse un pâle sourire.

- J’ai honte de ne pas avoir pu me défendre seule, il y a trois ans, et d’avoir été si faible. Mais ce dont j’ai le plus honte, c’est—

Mon regard se plante dans le sien et je rougis brusquement avant de détourner la tête, encore, et de retenir un rire gêné.

- C’est que tu réussisses à me faire dire des trucs aussi embarrassants sans aucun problème. T’as vraiment une mauvaise influence sur moi, Huo.
Voir le profil de l'utilisateur



Je vole en #F54759
Revenir en haut Aller en bas

Mar 31 Déc 2013 - 1:37
avatar
Masculin

Messages : 896
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 26
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Ma question semble la prendre au dépourvu et je crains un instant qu'elle retire sa main. Je ne veux pas qu'elle s'en aille, pas encore une fois. Je l'ai déjà trop déçu je ne veux pas recommencer. Son pouce effleure ma main et je retiens un frisson. Douce torture, la pire qui soit. Etre prêt d'elle ainsi sans pouvoir la toucher vraiment, l'enlacer et la serrer dans mes bras est surement la pire torture qui a été inventée pour moi.

- J’en ai une liste longue comme le bras, tu sais !

Je souris en coin. J'ai aussi de nombreux défauts, dont certains que je préfère garder cachés et beaucoup dont j'ai honte. Elle semble si vulnérable, j'ai presque l'impression qu'elle va pleurer.

- J’ai honte d’être partie en laissant ma mère seule. J’ai honte de moi ; de tout ce que j’ai pu dire et faire. J’ai honte d’avoir cédé à la violence.

Son sourire est si pâle et je me retiens de la prendre dans mes bras alors que mon coeur se serre. Je voudrais tant la réconforter, lui dire que ce n'est rien et que je ne lui en veux pas. Je ne pourrais pas lui mentir, j'ai réalisé qu'après qu'elle m'ai fait ça mon coeur s'est brisé.

- J’ai honte de ne pas avoir pu me défendre seule, il y a trois ans, et d’avoir été si faible. Mais ce dont j’ai le plus honte, c’est—

Je plonge mes yeux dans les siens, bleu perçant contre feu doré. Elle rougit et détourne le regard et j'esquisse un sourire amusé. Elle est gêné et je ne la trouve que plus mignonne.

- C’est que tu réussisses à me faire dire des trucs aussi embarrassants sans aucun problème. T’as vraiment une mauvaise influence sur moi, Huo.

Je rougis et détourne les yeux. J'ai honte de réagir comme ça mais me dire des choses pareilles... C'est trop pour moi. Je déteste être gêné et encore plus à cause d'elle. Je déteste l'influence qu'elle a sur moi.


-Toi aussi je crois. J'aime vraiment pas... Comment tu peux me faire ressentir tout ça ? Je pensais pas... Que je pourrais un jour me sentir comme ça par rapport à quelqu'un.

Je lâche sa main et me détourne en me mordant la lèvre. Je déteste me sentir aussi faible face à mes sentiments. J'ai l'impression de ne pas pouvoir me contrôler face à elle, toute la façade et le contrôle que j'ai mis des années à construire vole en éclat contre son regard et son sourire.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

 

Moon should I try to hide, the way I feel inside~ {Aoi ♥} {Fini o/}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village. :: Parc.
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant