Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Le contrôle des pouvoirs. Quoi de plus étonnant à une heure aussi tardive, hein ? (libre)
#   Lun 25 Avr 2011 - 11:17

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2125
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Martyriser Allen 8D /pan
Humeur : EXCELLENTE !

Il était tard. J'étais fatiguée. Pourtant, je n'allais pas partir d'ici sans avoir réussi à faire quelque chose de potable avec mon électricité.

En l'espace de 3h, mes éclairs avaient grandi d'une bonne quinzaine de centimètres. Sauf que ce n'était toujours pas suffisant ! J'en avais marre d'être toujours aussi nulle, toujours derrière les autres. Il me suffisait de penser à ma mère, qui avait toujours été si douée, et à mon père, qui malgré sa maladresse maladive avec les objets électriques -allez savoir pourquoi- avait malgré tout su faire de grandes choses. Même si je tournai la tête et regardai Allen, il avait toujours une longueur d'avance sur moi ! Il était intelligent, réfléchi... Il trouvait souvent les choses avant moi, je le savais. C'était un truc, dans ses yeux. Lorsqu'il réfléchissait, son regard se voilait, il était presque absent, parce qu'il se plongeait dans ses pensées. Puis, une fois qu'il avait trouvé, même s'il ne voulait jamais me le dire, préférant me le cacher pour que je n'ai pas l'impression d'être totalement idiote, ses yeux devenaient clairs, lumineux, et je ne voyais que ça : la réponse qu'il avait trouvé. Même avec ses pouvoirs, j'étais certaine qu'il se débrouillait mieux !

Je me laissai tomber sur le sol, agacée. Avançant à genoux jusqu'au lac, je m'assis en tailleur juste en face, me penchant légèrement pour plonger ma main dans l'eau glacée. Ayant tâté la température, je me redressai, passai accroupi et plongeai mes deux mains pour ensuite me jeter de l'eau sur le visage. Il ne fallait pas croire : s'entraîner était très épuisant. Pourtant, si je m'étais entraînée aux pirouettes et autres éléments gymniques en tout genre, j'aurais été incroyable, c'était sûr. Sauf que voilà, lorsqu'ensuite ça touchait au mental, à la réflexion... J'étais nulle.

Poussant un long soupir, je me reculai du lac, et m'allongeai dans l'herbe, fixant le ciel étoilé. "Mitsuki". "Jolie lune". Je fermai les yeux, et savourai le vent qui venait balayer mon visage. Maman... Papa... C'est fou ce qu'ils manquaient. Je n'aurais jamais cru qu'ils puissent me manquer autant... Comment dire ? J'avais toujours énormément de mal à m'accrocher véritablement aux gens. Et même si c'était mes parents je... Je n'sais pas, je ne savais pas exactement comment je tenais à eux... Maintenant au moins, j'étais fixé. Ne dit-on pas qu'on ne se rend compte de ce qu'on a que lorsqu'on le perd ? Haha, une phrase bien pessimiste, en réalité.

Je rouvris les yeux et aperçus une étoile filante. Me relevant d'un bond pour l'observer, je fermai les yeux pour faire un vœu avant de me rallonger. Il fallait que je me motive pour reprendre l'entraînement... Soupirant longuement, je ramenai mon buste en avant, prenant de l'élan avant d'enchaîner avec une roulade arrière, revenant ensuite en équilibre, pour reposer un à un mes pieds. J'inspirai longuement, expirai, puis me tournai vers les arbres qui entouraient le lac. Un petit sourire naquit sur mes lèvres. Je me sentais vraiment bien, dans la nature, finalement...

Je restai un moment immobile, comme ça, cherchant la motivation d'encore rater mon entraînement, quand j'aperçus...

-Des lucioles !
m'exclamai-je.

Un large sourire étira mes lèvres et je m'en approchai, levant mes mains devant moi, les positionnant en coupe, comme si les lucioles allaient d'elles-même venir se nicher dans le creux de mes mains. Je les observai un long moment, un sourire béat collé sur les lèvres, avant de me délecter de leur beauté, ayant retrouvé mon envie de réussir. Je m'éloignai d'elles, de peur de les blesser en ratant mon coup, et fermai les yeux, me concentrant.

Allez, Mitsu'. Courage ma petite. Tu peux le faire. Tu peux y arriver !

Sentant un courant d'air balayer mon visage, je sentis mes cheveux s'envoler dans le vent. Je ne serais plus aussi nulle et pitoyable qu'avant. Je deviendrais plus forte, encore, encore toujours, pour ne plus qu'Allen soit toujours là pour me défendre, pour qu'il n'ait plus toujours cette fichue longueur d'avance, pour que je puisse, moi, être là pour lui.

Je sentis mon énergie m'envahir, comme à chaque fois. Sauf que là, il fallait que je parvienne à la relâcher, correctement. Que je fasse quelque chose de bien, pour une fois dans ma vie.

Je sentis mon corps chauffer, comme envahi par toute cette magie. Je tendis mes mains devant moi, et me concentrai de plus en plus, toujours. Lorsque ma concentration atteignit son apogée, je relâchai tout et rouvris les yeux pour observer le résultat. Un éclair, comme je n'en avais jamais fait, s'échappa brusquement de ma main, beau, énorme, et vif. Eclairant tout sur son passage, il s'enfuit en direction de la forêt, avant de s'éteindre doucement, disparaissant sous une pluie de paillettes dorées.

Le temps que l'information monte à mon cerveau, un sourire béat était né sur mes lèvres. J'observai le lieu où mon éclair venait de disparaître avec émerveillement, avant de récupérer mes sens et de pouvoir recommencer à bouger. Une fois ceci fait, je me mis à sautiller sur place, telle une enfant, me dirigeant vers les lucioles pour danser avec elles, leur criant pratiquement merci, jurant que c'était grâce à elles.

Une fois que je fus calmée, je me laissai tomber assise sur le sol, sans contrôler ma chute. Atterrissant dans un bruit sourd, je m'allongeant ensuite, savourant le contact du sol, profitant de l'herbe que je n'avais pas encore arrachée suite à une possible crise de nerf.

Vidée de toute énergie après cet entraînement de plus de 4 heures, je ne pris pas conscience de ce qu'il se passait, et bientôt, je rejoignis les bras de Morphée, bercée par tous ces petits bruits nocturnes que j'affectionnais tant.
#   Jeu 28 Avr 2011 - 21:16
avatar
Invité

Ce soir j’avais décidé de sortir de ma chambre après un cauchemar monstrueux que j’avais fait, je n’avais pas dormis avec Natsuki cette nuit-ci et cela fut l’erreur de ma vie. Courant à en perde l'haleine, je traversais les branchages l’un après l’autre sans me soucier du chemin que j’empruntais. Désirant trouver un coin calme et dépourvu de civilisation, mes pas m’emmenèrent vers une petite clairière que je n’avais jamais vue jusqu'à présent. Entrant ainsi dedans en pliant les branches sur mon passage, je me dirigeais de plus en plus en profondeur en espérant trouver une place digne de m’accueillir, moi et ma mélancolie constante. Croyant trouver un endroit adéquat, je ralentissais le pas jusqu’à ce que j’arrive sur une petite pelouse ornée de fleurs de Lys. Émerveillée par le spectacle s’offrant à mes yeux, je soupirai d’aisance tout en continuant ma marche jusqu'à son centre. Arrivée à destination, je m’accroupis près d’un Lys rouge tout en titillant ses feuilles du bout de mes doigts.

Ne voulant guère l’abimer d’avantage, je décidais de me reposer au près d’elle. Son emplacement me laissait légèrement confuse, pourquoi cette magnifique fleur ne se trouvait pas avec les autres de son espèce ? Pourquoi avait-elle choisis le centre tandis que ses amies non loin de là, s’étaient réfugiées sur les abords du cercle que formaient les arbres des alentours ? Me creusant les méninges à la recherche d’une explication plausible, je fouillais dans mon imagination en me demandant pourquoi … Soupirant finalement sans trouver de raisonnement sensé, je décidais de rester là, sans bouger un doigt à admirer le lieu qui m’entourait.

Soudain, une petite lueur blanche sorti du Lys qui se trouvait à mes côtés. Sursautant de surprise, je reculais et là, tout plein de petites lucioles de lumière sortirent à leurs tour de chaque Lys, effrayée tout en étant admirative de ce spectacle que je n’avais jamais vu jusqu’ici, j’écarquillais les yeux en restant bouche-bée.

- Mais que ? Que se passe-t-il donc ?

Une mélodie venant de nul part se faisant entendre au loin tandis que les lumières commencèrent à danser sur le champ de Lys rouges. Tourbillonnant au rythme calme du son, mes membres se mirent d’eux-mêmes à joindre la musique des lieux. Je ne contrôlais pas mon corps et son comportement était plus qu’étrange, jamais, jamais je ne me serai mise à danser dans un champ de Lys volontairement. Pourtant les gestes que je faisais ne me déplaisaient guère. Je trouvais cela plus marrant qu’amusant en somme. Puis, silence.

La musique s’arrêtait et les boules de lumière tombèrent une à une …

- Que venait-il de se passer ? … Pourquoi … ?

Tout d’un coup un éclair sortant de nul part vint à ma rencontre et passa à cinq centimètres de mon visage. Affolée en tremblant de partout, je me demandais une fois de plus ce qu’il venait de se passer. Mais ou étais-je donc? Encore dans mon rêve ? Étais-je emprise de folie ? Non ce n’était pas ça mais que … ! Oui … Terrae. Me souvenant de l’endroit où j’étais, je soupirais lourdement en me traitant d’imbécile profonde. J’avais tellement été bouleversée par le rêve que j’avais fait, qui d’ailleurs ne fait plus parti de mes souvenirs, que j’en avais oublié l’endroit où je me trouvais. Cela faisait déjà un petit moment que j’étais ici, dans cet institut … J’avais rencontré des gens plus différents les uns que les autres, mais par dessus tout étranges. Oui, il était bel et bien possible d’être plus étrange que moi ! Soupirant en me relevant, je me demandais comment sortir de cet endroit qui m’était inconnu. Je n’avais pas le sens de l’orientation et j’avais la sale manie de me perdre à gauche et à droite et en plus de cela, ma tenue n’était pas appropriée pour les grandes marches … Pieds nu en kimono, quelle chance ! Au moins j’avais pensé prendre mon portable … Comment j’y avais pensé ? C’était tout simplement accidentel. M’étant endormie avec mon soutien, j’avais l’habitude de coincer mon portable là pour être sur d’y faire attention si Natsuki voulait me joindre, mais cette fois-ci ce sera moi qui la joindrai … J’allais me faire tuer.

Composant le numéro de ma belle à une rapidité folle, je posai le portable sur mon oreille en entendant les « Bip … bip » montrant que le réseau passe et que ma chère louve n’était pas en communication avec une personne. Après un court instant, elle décrocha le téléphone de sa voix glaciale … Aie, elle dormait sans doute …

- Natsuki … Gomenasaï … Je me suis perdue …

- Je ne sais pas … Tu sais me retrouver avec la puce de mon Gsm ? J’essayerai de trouver un point fixe pour t’attendre … Dépêche-toi … J’ai peur …

- Okini … Moi aussi, oui, je fais attention à moi …


Après ce court appel, je décidais d’avancer encore plus en profondeur pour me trouver un coin stable … Ce qui n’arriva pas de si tôt. Après une bonne quinzaine de minutes de marche, j’arrivais enfin devant le lac … Le lac ?! était-ce une blague ? Après autant de paniques, je me retrouvais devant mon lieu favori de Terrae ? Mais ma peur ne s’arrêta pas sur ma stupidité, non sur la réaction de Natsuki qui me tuerait sans doute pour l’avoir fait une frayeur impossible au plein milieu de la nuit … Devrais-je lui envoyer un message ? Oui, j’ai bien trop d’appréhension pour l’appeler voyons !

« Natsuki, j’ai retrouvé mon chemin finalement >_> Je t’attend au Lac … Gomenasaï ? »

Il en était fini de moi, aujourd’hui sera … le dernier jour de mon existence. Soupirant de lassitude, j’avançais vers l’eau quand mon attention se portait sur une petite forme endormie sur le sol … Ara ? Une jeune demoiselle se trouvait sur le sol en se permettant un petit somme au milieu de nul part, m’approchant d’elle je l’examinais de plus près en me demandant si je la connaissais ou pas … Son visage me disait quelque chose, mais je ne savais d’où ni comment. Après tout, je ne me souvenais même pas des gens que j’avais rencontré depuis que Natsuki faisait partie de ma nouvelle vie … Prenait-elle toute mes pensées ? Oui, c’était le cas. Secouant ma tête pour arrêter d’être hantée par le visage de Natsuki, je reportais mon attention sur la jeune fille qui dormait toujours. Elle devait être exténuée … Pauvre chérie … Cela ne m’allait pas du tout d’être gentille ? Pourtant c’était le cas … J’étais devenue … gentille.

- Ara … Ojou-San ?

Ne recevant aucune réponse de sa part, je me décidais de la laisser dormir … Que pouvais-je faire d’autre hein ? La réveiller à coup de pied ? Non, je vous l’ai dit, je suis devenue gentille … Me déposant de manière à ce que sa tête soit sur mes genoux, oui j’aime faire ce genre de chose ; me poser en tant que « Onee-Sama », je caressais ses cheveux en me demandant qui pouvait bien être cette inconnue et la raison pour laquelle elle se trouvait ici si tard …


Dernière édition par Shizuru Fujino le Dim 22 Mai 2011 - 15:38, édité 1 fois
#   Dim 22 Mai 2011 - 13:12

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2125
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Martyriser Allen 8D /pan
Humeur : EXCELLENTE !

C'est chaud... C'est plus que chaud même... La maison brûle, et je suis là, à quelques mètres, incapable de faire quoi que ce soit. La rue est déserte, et je suis toute seule à regarder cette ancienne belle et grande bâtisse s'effondrer dans les flammes. Un morceau de bois est expulsé suite à une légère explosion, et me passe à travers. Que puis-je faire dans tous les cas...? Je ne suis qu'un spectateur.
L'effroyable spectacle qui se déroule devant mes yeux me glace soudain d'effroi. Une forme, fière et victorieuse s'extirpe de la maison enflammée. Tenant dans ses bras la silhouette frêle de la mère d'Allen que je reconnais bien vite, le visage de cette forme finit par m'apparaître, les traits creusés par la cendre et la poussière. Alors qu'il passe la porte, j'aperçois ses cheveux gris suivre les mouvements du vent. Mon coeur se serre. E...riol ? Yureka...? Serait-ce...
Totalement paralysée, je sens tous mes sens en alerte, paniqué. Pourtant, je suis incapable d'agir. L'incendie. C'est l'incendie qui a détruit la maison d'Allen ! Comment ?! Pourquoi ?!
Le père de mon meilleur ami dépose sa femme sur le sol avec délicatesse. Quelques éclairs s'échappent encore de ses mains, mais ça ne dure pas. Des... éclairs ?
Je fais quelques pas en arrière, effrayé, incapable de réagir face à tout cela. Deux nouvelles silhouettes passent cependant à travers moi, arrivant de derrière. Je sursaute et me recroqueville alors sur moi-même, tombant sur le sol. Ma...man. Papa... Pourquoi sont-ils...?

-C'est fini, Eriol. Il faut y aller maintenant !
-Yureka ne voulait pas partir sans prévenir Allen. J'ai dû faire péter le circuit électrique pour déclencher l'incendie avant qu'elle ne fasse quoi que ce soit qui pourrait ruiner notre plan. Elle est blessée...

C'est fini. Mon coeur a cessé de battre... Vais-je mourir...?
Ma mère s'approche, laissant ses cheveux blancs flotter dans son dos, légèrement ondulés aux points. Elle s'accroupit à côté de la jeune brune, et pose sa main sur sa joue, laissant un petit soupir amusé franchir la barrière de ses lèvres.

-Elle ne changera jamais, hein... Il faut pourtant que l'on passe par là. Il ne doit rester aucune preuve... Et on ne doit absolument rien dévoiler à Mitsuki et Allen... Même si c'est difficile. Nous faisons ça pour eux.

Elle retire sa main de la joue de Yureka pour la glisser dans sa poche et en sortir un mouchoir. Elle essuie le sang qui coule du visage de la mère d'Allen, et se relève enfin, attrapant fièrement la main de mon père. Je le sens. Je n'ai même pas besoin de le croiser pour sentir à quel point son regard est déterminé...
Et je n'ai d'ailleurs pas le temps de le sentir. Eriol se baisse, prend sa femme dans ses bras et se relève. Lui adressant un sourire, Maman dépose un baiser furtif sur la joue de mon père, avant de lancer d'une voix sûre :

-Il est temps d'y aller.

Le noir s'installe dans l'espace. Tout s'éteint. Le visage de ces êtres si chers à mon coeur disparaît. Et je tombe alors dans ce vide sans fin, où peine, mort, et douleur sont les maîtres mots.


-Non... Non...! Non !

Je me réveillai en sursaut, sentant la sueur perler sur mon front. Regardant mes mains, je remarquai qu'elles étaient poser sur la cuisse de quelqu'un... Sur... quelqu'un ? Qui pouvait...?
Comme effrayée, je me reculai d'un bon avant d'examiner le visage de la personne présente à mes côtés. Plissant les yeux pour y voir clair à travers l'obscurité, je crus déceler les traits d'un visage connu. M'y risquant, j'appelai un nom :

-Shi... Shizuru-chan, est-ce que c'est toi...?


Je ne pris pas le temps d'attendre sa réponse avant de me recroqueviller sur moi-même, encore perturbée par mon cauchemar. Maman... Papa... Yureka et Eriol... Pourquoi...? Pourquoi !? Je n'étais pas Voyante... Alors devais-je me fier à mon rêve ? Devais-je vraiment y croire ?! Je sentis mes yeux douloureux. C'est alors que, captant mon regard dans l'eau du lac, je m'aperçus qu'ils avaient perdu leur éclat habituel. Oui... Ils n'étaient plus violets... Ils étaient... doré ?

-Qu'est-ce que...


Une douleur me tira doucement hors de cette léthargie, tiraillant mon coeur de toute part. Je me sentis plus fragile que jamais, perdue et perturbée. Des visions s'imposaient à moi, se mêlaient dans mon esprit. Maman, Papa, les parents d'Allen, s'éloignant fièrement après avoir mis le feu à leur maison...
Je pris ma tête entre mes bras et me forçai à me calmer. Peine perdue. Perdant contrôle, je sentis mes pouvoirs l'emporter sur ma raison. Mes mains s'électrifièrent, comme l'avaient fait celles d'Eriol, lui-même responsable du propre incendie de sa demeure.
J'étais en train de me perdre, sans aucun port d'attache où me rattraper. Mes pensées me tuaient, et j'allais bientôt perdre entièrement le contrôle.

-Shizuru-san... Je suis désolée... Je suis tellement désolée...

HRP : Voilà, je vais essayer de faire vite fait la première étoile, comme ça tu es la prochaine sur la liste avec Shizuru ! :D Je t'explique tout ça en détail bientôt !
#   Dim 22 Mai 2011 - 15:38
avatar
Invité

-Non... Non...! Non !

Se réveillant finalement en hurlant ces négations, elle fit un bon en arrière tout en regardant autour d’elle d’un air affolé. Je ne comprenais pas du tout ce qu’il se passait, que pouvait-il bien arriver à cette jeune fille pour qu’elle soit dans cet état ? Me regardant de plus près, elle fini par sortir mon prénom dans un bégaiement peu compréhensible.

-Shi... Shizuru-chan, est-ce que c'est toi...?

Se laissant aller dans ses pensées, je la vis tourner la tête vers le lac pour regarder son reflet. Affichant une tête encore plus apeurée, je m’approchais d’elle en me relevant. Avais-je été assez idiote pour ne plus me rappeler cette chevelure blanche ? Cela faisait un petit moment que je ne l’avais plus croisée, la meilleure amie du voyeur. Mais elle était bien plus différente que d’habitude, oui, elle avait perdu son calme si je pouvais le dire.

-Qu'est-ce que...

Sentant l’air autour de nous s’électriser, je souris jaune en comprenant que cela venait de Mitsuki. Que se passait-il donc ? Ce n’était pas la première fois que j’avais à faire à ce genre de spectacle, mais ma réaction ne pouvait être la même avec tous les détenteurs du tonnerre.

La dernière personne à m’avoir montré cette prise de contrôle n’était autre que Natsuki. Et malheureusement, j’en ai encore des séquelles peu attirantes si je puisse le dire, se faire fouetter par des filaments électriques n’avait rien de gai !

-Shizuru-San... Je suis désolée... Je suis tellement désolée...

S’excuser ? Non, ce n’était pas sa faute, elle ne devait pas s’excuser. Je ne savais même pas la raison à cela, se sentait-elle donc coupable de quelque chose qui me toucherait ? Je ne savais pas, mais je ne pouvais la laisser aller ainsi.

M’approchant de son corps s’électrisant de plus en plus, dans un effort surhumain, je la coinçai dans une étreinte. Je n’étais pas assez débile pour croire que cela pourrait changer quelque chose, mais à ce moment là, c’était bel et bien la seule chose que je pouvais faire.

- Calme toi Mitsuki … Ne t’inquiètes pas, ne t’excuses plus … calme toi …

Ma voix était devenue douce, plus douce que normalement, ressentant des petits chocs électriques me parcourir le corps, je me reculais un temps soit peu de la jeune fille en la regardant dans les yeux. Voyant que ceux-ci avaient passé d’une couleur ocre, je sentais le danger arriver. Pourtant, je ne me décidais pas à partir en la laissant ainsi … étais-je donc tombée sur la tête pour en arriver à un tel niveau de … gentillesse ?!

- Essaye de reprendre le dessus Mitsuki, je sais que tu peux y arriver, tu le peux … calme toi …

Je ne savais pas quoi lui dire, ni que faire. Utiliser mes dons de marionnettistes ? Je n’étais pas encore assez expérimentée pour cela, et je ne savais même pas si ca pourrait m’aider à contrôler son pouvoir qui échappait à son contrôle.

Me redressant en me disant que si je n’essayais pas, je ne saurai pas, je levais ma main gauche en direction de Mitsuki en essayant de me concentrer sur le surplus de pouvoir qui émanait de son corps. Chose très difficile à faire savez-vous ? Je n’étais pas un tonnerre, mais un feu, le tonnerre et le feu n’était pas ce qu’on pouvait dire « lié ». Je ne savais pas comment m’y prendre, pourtant, je devais essayer.

Trouvant par miracle une étincelle dans son corps, je fus rapidement submergée par une masse incontrôlable d’électricité. Sentant ma main commençant à chauffer à son tour, j’eus un mouvement de recul. Et mince, que faire ?

Me relançant sur elle, je m’accroupissais à sa hauteur afin de croiser son regard. Déposant mes mains sur ses épaules, je grimaçais en sentant un courant passé dans celle-ci …

- Mitsuki …


HRP: J'ai trop hate là ! *O* Je vais enfin être une étoile *O*
#   Mar 24 Mai 2011 - 21:36

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2125
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Martyriser Allen 8D /pan
Humeur : EXCELLENTE !

"Calme-toi"... Ces mots résonnaient dans ma tête, sans que je ne sois jamais capable d'en comprendre le sens. Des mots vides, vides d'une quelconque raison, j'étais devenue complètement analphabète, ou bien tout simplement en train de perdre moi-même la raison. C'était bête. Comment un rêve pouvait me perturber autant ? Pourquoi voir mes yeux d'une autre couleur me faisaient-ils si peurs ? Pourquoi n'arrivais-je pas à me persuader de l'absurdité de ce cauchemar ?
Je sentis un frisson me parcourir, alors que Shizuru tentait de me serrer contre elle. Douce et chaleureuse, je sentis mon coeur se serrer lorsque, incapable de contrôler mes pouvoirs, je sentais mon énergie lui brûler la peau.
L'image de ma mère me revint en tête. Celle de mon père, les yeux... Non pas violets, mais dorés. Ceux de ma mère identiques, ceux d'Eriol également. Et surtout... Surtout... Cette réalité : ce feu, cet incendie que j'avais pendant si longtemps cru responsable de la disparition de mes parents... N'était en réalité que l'argument qu'ils avaient monté afin de disparaître. C'était tout l'inverse. Ils nous avaient menti. Ils nous avaient trompés. Allen et moi. Tout n'avait été qu'un mensonge, monté de toute pièce, une belle illusion qu'ils avaient provoqué afin de bêtement... partir sans nous. Ca me révoltait. D'une part, étrangement, je ressentais ce besoin de croire en ce cauchemar. D'autre part... Parce qu'il se révélait exact, et bien je me rendais tout bêtement compte d'un fait idiot et pourtant bien là : j'avais cherché la cause vainement, j'avais été triste pour eux, j'en avais voulu à tous ceux que je désignais suspect... Alors qu'ils avaient tout prévu. Je leur en voulais. Je leur en voulais tellement !
En l'espace de quelques instants... Tout en moi s'était effondré. Et je savais qu'il me faudrait du temps pour le leur pardonner.
Lorsque je repris conscience, abandonnant enfin mes pensées, je trouvais Shizuru en face de moi, accroupie, ses mains sur mes épaules, murmurant mon prénom.

-Shi...zuru...
soufflai-je d'une fois mal contrôlée.

Je sentais l'électricité qui sortait de mon corps s'engouffrer dans le sien, remonter le long de ses bras. C'est là que je réagis. Bizarrement, une phrase que j'avais entendue il y a d'ici plusieurs années, en cours, m'apparut plus affreuse que jamais. Le corps humain possède plus de 60% d'eau. La foudre et l'eau ? Ca ne fait pas bon ménage. Je peux la tuer... Si je ne me contrôle pas... Malgré ce sceau que ces Masters nous ont posé... Je peux lui faire plus que mal.
Réagissant sans m'en rendre compte, sans tenir compte de rien à vrai dire, je me reculai d'un bond, tombant sur les fesses après m'être relevée quelques secondes à peine. Je la regardai, apeurée par ce que j'aurais pu faire. Je ne savais plus comment réagir, j'étais perdue, déboussolée. C'est là que je remarquai ses mains. Ses mains... Qui me semblaient si chaudes. Brûlées par mon élément, certes... Mais pas uniquement. Shizuru était puissante. Bien plus que moi... Elle aurait pu se défendre.
Reprenant peu à peu contenance, retrouvant mon sérieux, je voulus me relever lorsque je me sentis brusquement transportée, téléportée ailleurs. Me retrouvant, en l'espace de seulement quelques secondes, derrière elle, à sa droite, au dessus en chute libre puis juste après à mon emplacement originel, j'écarquillai les yeux, sans comprendre, sentant un frisson d'angoisse s'emparer de mon corps. J'avais la chair de poule, j'étais perdue, et surtout, je me sentais de plus en plus lamentable. Pourquoi ne me contrôlais-je pas, hein ? Pourquoi n'avais-je jamais réussi à exceller en quoi que ce soit, mis à part peut-être en sport, ce truc inutile qui ne sert qu'à faire remonter la moyenne des résultats des faibles ?
Je sentis alors une larme couler de mes yeux, et lorsque je me regardai dans le lac, je constatai que mes yeux avaient repris une couleur normale, comme si le doré s'était envolé dans cette larme amère.

-Shizuru... Je... Ne t'aie rien fait ? Tu veux... Tu veux que je t'amène à l'infirmerie ? Pour tes mains, ou... Je... Je n'sais pas..
.
#   Mer 25 Mai 2011 - 1:23
avatar
Invité

- Shi...zuru...

Etait-ce donc si difficile que cela de prononcer mon prénom correctement ? Pour elle oui, tout simplement parce qu’elle n’avait plus le contrôle de sa puissance. Je sentais mes mains bruler aux contacts de sa peau, mais ma souffrance se changea rapidement en étonnement en la voyant se téléporter à gauche et à droite. C’était la première fois que je voyais quelque chose comme ça, jamais, jamais je n’avais vu Natsuki ou qui que soit d’autres arrivés à un tel état … mais que se passait-il donc ?

Je n’étais pas désemparée, non, bien pire à vrai dire. J’étais sous le choc et complètement tétanisée par le spectacle qui se présentait devant moi … Pouvais-je l’aider ne quoi que ce soit ? Non, je ne pouvais que me contenter du rôle de spectateur blessé … regardant mes mains, je me surpris d’y voir des traces de brulures, non, ce n’était pas mon pouvoir qui m’avait consommé une fois de plus … Mais la puissance monstrueuse que rejetait Mitsuki.

Restant sur le sol à la voir reprendre un temps soit peut contrôler d’elle, je ne bougeais pas jusqu’à ce qu’elle se décide à lever le regard sur moi. Qu’allait-elle me faire ? Allait-elle m’attaquer ? Devrais-je me défendre et utiliser mes capacités ? Non, je ne pouvais perdre mon self-control ainsi, je devais me calmer, mais me préparer à tous éventuels mouvements brusques de sa part.

- Shizuru... Je... Ne t'aie rien fait ? Tu veux... Tu veux que je t'amène à l'infirmerie ? Pour tes mains, ou... Je... Je n'sais pas...

Se regardant premièrement dans l’eau miroitée du lac, elle fini par détourner son regard en comprenant une chose qui m’échappait complètement. Laissant tracer une larme sur sa joue, je me maudissais de mon incompréhension du moi.

- Ara … Ne serait-il pas plus sage de s’occuper de ton état avant de penser au mien ?

Essayant de me relever tant bien que mal, je m’dépoussiérai les vêtements d’un geste automatique. Regardant mes mains un court instant, je décidais finalement qu’il serait peut être bien plus judicieux pour moi d’aller à l’infirmerie, plus tard … Serait-il possible d’arranger cela ? Non pas que j’étais frottement brulée, juste que c’était laid à la vue. Je tenais à mes précieuses mains, sans elles, il me serait impossible de « jouer ». Ara, vous ne comprenez pas ? Mieux vaut cela que tomber dans ma perversité …

- Peux-tu m’expliquer ce qu’il vient de se passer, Mitsuki-San ?
#   Ven 10 Juin 2011 - 21:42

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2125
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Martyriser Allen 8D /pan
Humeur : EXCELLENTE !

- Peux-tu m’expliquer ce qu’il vient de se passer, Mitsuki-San ?

Cette phrase résonna un long instant dans ma tête. Je me sentais mal. Et j'avais beau comprendre sa phrase, comprendre les mots et le sens de ses paroles... J'étais incapable de répondre. Aussi bêtement que ça.

Parce que les mots refusaient de franchir la barrière de mes lèvres.

Je me perdis un instant dans son regard, dans ses yeux rouge sang, avant de laisser mes prunelles se poser sur ses mains. Je grimaçai, ayant cette impression de ressentir sa douleur dans mes propres mains.

Je voulais la déposer à l'infirmerie. Je voulais l'y emmener, qu'elle se fasse soignée, qu'elle soit tranquille, pour que j'aille, moi, ensuite, dans ma chambre. Pour ne plus m'en vouloir. Pour ne plus avoir l'impression d'être la plus grande monstruosité du monde.

Je me sentais mal. Vis à vis de ça, certes... Mais aussi en moi. J'avais ce... sentiment de trop plein, comme si une quantité d'énergie incroyable était contenue dans mon si minuscule corps. Sauf qu'en parallèle, j'avais cette fatigue qui pesaient sur mes épaules. Mes paupières étaient lourdes, c'était comme si j'étais susceptible de m'endormir à tout instant.

Pendant un long moment, je restai silencieuse, sans daigner sortir le moindre mot. Enfin, je me rapprochai à nouveau d'elle.

Saisissant sa main, je la fixai dans les yeux, lui faisant comprendre qu'il ne fallait pas faire de gestes brusques.

Je fermai les yeux un instant, me concentrant comme jamais. Seule, la téléportation n'était pas trop dure à contrôlée. A deux...? Je n'avais jamais pensé pouvoir en avoir le niveau. A présent... C'était légèrement différent.

Ce soir, je me sentais capable de tout. J'avais l'impression de pouvoir aller au delà de mes limites, de pouvoir franchir des frontières et des frontières ! Je me sentais pleine d'énergie, mais j'avais en même temps peur de me fondre dans une illusion. C'était comme après consommation d'alcool ou de drogues. On s'imagine toujours plus fort, on a toujours plus confiance en soi... Alors qu'en général, il ne faudrait pas. C'est moche. Est-ce la même chose ici ? L'effet secondaire des pouvoirs serait... La défervescence de tout ce potentiel magique ?

Je sentis soudainement un courant d'air chaud passer à l'intérieur de mon corps, comme si mon sang avait fait un tour complet dans mon corps avant de sortir brusquement. Ce n'était bien sûr qu'une impression...

Lorsque je rouvris les yeux, tout autour de nous, je découvris l'infirmerie. Surprise, une guérisseuse à côté de nous poussa un petit cri, avant d'accourir vers nous pour connaître la source du problème.

Je lâchai la main de Shizuru à cet instant.

Murmurant faiblement à l'infirmière que mon amie était brûlée aux mains, je leur adressai à toutes deux un sourire avant de finalement disparaître une nouvelle fois. Je n'arrivais pas dans ma chambre, comme je l'aurais souhaitée, mais dans le couloir.

Avec difficulté, je parvins à rentrer dans ma chambre, rampant plus que je ne marchais. Je parvins à m'affaler sur mon lit, vidée, entièrement. Malheureusement, je ne me contrôlais toujours pas.

Après ces deux téléportations quasi-consécutives, mon corps avait commencé à devenir brillant, comme si l'énergie électrique s'était concentrée en moi. Je rayonnais, et j'avais beau chercher à y faire tout mon possible pour changer ça... Rien n'y faisait rien.
#   
Contenu sponsorisé

 

Le contrôle des pouvoirs. Quoi de plus étonnant à une heure aussi tardive, hein ? (libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Aux alentours de Terrae.
 :: Lac.