Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Début catastrophique ~ [Tahia Makoto]
#   Lun 24 Fév 2014 - 17:11

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 335
Date d'inscription : 23/02/2014
Age : 18
Emploi/loisirs : Lire et écrire.
Humeur : Je larveeee ~

Aaron souffla dans ses mains glacées pour les réchauffer. S’était… Si étrange. Si étrange de se retrouver ici. Ça lui changeait tellement de son immense maison. Même s’il avait l’impression de revivre il y avait toujours ce vide. Ce vide qui lui faisait si mal. Il voulait son frère. Son frère et seulement son frère.
Aaron n’en avait pas parlé à la personne qui l’avait amenée à cet endroit. A Terrae. Elle devait surement le savoir, qu’il ressentait ce vide, puisque elle lui avait expliquée qu’il ‘’comblerait’’ ce vide ici.

Mais Aaron ne voulait pas combler l’absence de son frère, il le voulait…
Ça ne faisait que quelques heures, que l’adolescent, était à Terrae, et pourtant, il aimait déjà cet endroit. Peut-être parce qu’il n’avait toujours pas croisé âme qui vive à part la personne qui l’avait amenée aux dortoirs… Il aimait bien cet étrange calme, surement parce qu’il lui permettait de se reposer un peu. Mais c’est surtout cette impression de magie qui avait séduit le garçon. De voir ses affaires sous son lit, alors qu’il ne les avait pas pris…
Aaron avait dormit, très peu et surtout très mal et c’était finalement une douleur qui l’avait réveillée. Une douleur qui le hantait depuis que Kyro ne venait plus. Cette même douleur qui accompagnait son vide. Il avait fini par sortir des dortoirs et à explorer l’endroit…

Des couloirs. Des couloirs et toujours des couloirs, comme si le bâtiment était fait en couloir. C’était étrange, comme perdu au fond d’un labyrinthe sans fin… Finalement, après quelques minutes d’errances il avait fini par trouver une sortie. Une sortie qui débouchait sur une cour enneigée.




« Aaron aime la neige. La neige et les arbres.
Peut-être parce qu’on est née tous les deux un jour de neige ? Peut-être parce… Non finalement, je n’ai aucune idée. Il les aime et c’est tout…
Surtout si après il se retrouve avec un chocolat chaud…
Journal de Kyro. »

Aaron n’aurait pas su expliquer sa raison dans l’arbre. Juste qu’il avait envie d’être en hauteur, de voir cette cour de haut. Il était donc monté dans le premier arbre venu. C’était surement un chêne, ses branches nues, recouverte d’une légère couche de neiges, s’élançaient à la conquête du ciel. Un ciel bleu, magnifiquement bleu. Il laissa échapper un léger rire enfantin…
Une silhouette noire debout dans un arbre recouvert de neige. Elle s’avance sans crainte de tomber et trébuche emportant avec elle la neige…
Le rire se transforma en léger gémissement de douleur. Aaron ferma les yeux et se laissa glisser. Ça faisait mal… Vraiment mal de se prendre une branche en plein ventre… Heureusement la neige avait amortis la chute au sol. D’ailleurs elle devait surement être vraiment très épaisse puisqu’il n’avait presque pas eut mal.
Aaron se releva, s’était vraiment trop moue pour être de la neige… Il se pencha légèrement et demanda doucement.

- Y a quelqu’un ? Ou c’est juste de la neige ?

Tant pis s’il passer pour un idiot, après tout, il n’y avait personne… Il espérait que c'était juste de la neige, parce qu'écraser quelqu'un dès son premier jour serait vraiment un début catastrophique...


En ligne#   Lun 24 Fév 2014 - 21:35

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 396
Date d'inscription : 16/02/2014
Age : 23
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Un peu mieux, je suppose

De la neige...Voilà ce qu'avait vu Tahia lorsqu'elle s'était réveillée le matin même et qu'elle avait vu un paysage blanc par la fenêtre. Ses yeux avaient pétillé de joie lorsqu'elle avait vu ce grand manteau neigeux couvrir tout l'extérieur de l'institut alors qu'il n'y a même pas une semaine, jamais elle n'aurait prévu que ce phénomène finirait par apparaitre. Certes, elle avait toujours connu la neige quand elle était en France mais cette dernière arrivait de plus en plus tard dans l'année et il fallait donc se montrer patient et attendre qu'enfin, les flocons de neige daignent se montrer, ce qui pouvait être très très long. Cependant, voir la neige tomber en masse comme cela, alors que le mois de décembre commençait tout juste était une chose que la brune n'avait plus revu depuis bien longtemps et elle se trouvait juste émerveillée par ce spectacle qui la faisait retomber en enfance. Il était donc évident qu'elle allait profiter de l'occasion pour s'amuser un peu et profiter de toute cette neige qui s'offrait à elle, il était tout de même encore tôt malgré le soleil qui avait commencé à pointer le bout de son nez à l'horizon. Aussi, quittant les dortoirs en silence en prenant ses affaires avec elle, cela lui permettrait d'éviter un aller-retour inutile, la prochaine destination fut la salle de bain réservée aux filles et comme il n'y avait personne, elle comptait bien en profiter au maximum. Elle ne mit pas très longtemps à la trouver et s'y enferma un moment afin de prendre une douche bien chaude, histoire de la préparer au froid qu'elle allait ressentir dès qu'elle quittera le bâtiment. Dire qu'il y a plus d'une semaine, elle était arrivée à l'institut et ignorait tout de cet endroit, voilà que maintenant, elle avait fini par connaitre tous les recoins de l'établissement, évitant soigneusement les sous-sols bien qu'elle aurait aimé voir ce qu'il s'y passait pour qu'on interdise à ce point aux élèves de s'y rendre. Sans doute que peu de personnes suivaient ce conseil aussi.

Après quelques minutes passées sous la douche, Tahia finit par en sortir avant de sécher en vitesse, de s'habiller puis de sortir, bien qu'elle fut obligée de revenir dans le dortoir pour ranger ses affaires et enfiler son manteau. Ce fut donc habillée de son manteau gris ainsi que d'un bonnet en laine, d'une écharpe et d'une paire de gants qu'elle sortit rapidement, son sac accroché à son épaule et contenant quelques livres qu'elle avait emprunté dans la semaine. Déjà qu'être tombée sur la librairie l'avait fait bondir de joie alors trouver la bibliothèque avait été encore mieux et il n'était pas rare de voir la jeune fille s'y rendre et y passer un bon bout de temps, quasiment toute la journée en fait, bien que cela ne soit arrivé que deux fois depuis qu'elle était arrivée. Enfin, toujours est-il que le sac de l'adolescente contenait deux livres dont un qu'elle avait commencé à lire hier soir et qu'elle comptait finir aujourd'hui afin de commencer les deux autres, même s'il y avait peu de chances qu'elle les finisse tous le jour même. Il ne lui fallut pas très longtemps pour atteindre la sortie de l'institut et très vite, un courant d'air glacé vint frapper son visage et un frisson vint parcourir tout son corps, même si elle était très peu frileuse et savait tenir face au froid. Le sol était recouvert d'une bonne épaisseur de neige mais rien qui ne soit infranchissable pour la brune qui parcourait la cour de l'établissement, la couche de neige n'ayant aucunement été touchée dans cette partie de l'institut et c'était plutôt amusant du point de vue de l'étudiante. Elle avisa d'abord les différents bancs de la cour mais tous étaient recouverts de neige et ses vêtements allaient rapidement être trempés si elle choisissait de s'asseoir, ce qui signifiait qu'elle devait trouver un autre coin où s'installer, ce qui ne devrait pas être bien difficile à trouver étant donné qu'elle était habituée à venir ici pour se reposer ou pour s'isoler un peu lorsqu'elle en avait besoin.

En s'approchant des petits groupes d'arbres qui offraient à la cour un petit espace isolé et protégé, Tahia remarqua qu'ici, la neige était un peu moins importe, elle avait donc peu de chance de se retrouver trempée à cause de toute cette eau gelée même si elle regarda d'un œil un peu septique la neige qui s'était accumulée sur les branches de certains arbres. Espérons que l'une de ces branches ne céderait pas sous le poids de la neige, elle n'avait pas besoin de ça franchement et si ça devait arriver, frileuse ou non, la jeune fille allait être gelée sur place et aurait surement droit à un rhume en prime, elle qui n'était pratiquement jamais tombée malade de toute sa vie. Enfin, l'heure n'était pas à se demander si elle allait ou non tomber malade mais plutôt de s'installer pour pouvoir lire tranquillement et profiter qu'il n'y avait personne, même s'il y avait des chances qu'avec ce temps là, les autres élèves allaient plutôt rester dans l'institut ou sortir au village. En tout cas, la brune avait la mâtinée pour elle toute seule et cela lui suffisait amplement. Chassant du pied le peu de neige qui s'était accumulée sous un des arbres, l'adolescente finit par s'y installer, grimaçant malgré tout en sentant le contact froid du sol malgré ses vêtements, puis elle sortit le livre qu'elle avait commencé la veille et entreprit de continuer sa lecture. Le souffle du vent et les piaillements des oiseaux des alentours donnaient à cet endroit un lieu serein et qui semblait coupé du monde, ce qui convenait parfaitement à l'étudiante qui finit par se plonger dans sa lecture, se déconnectant à cet instant de la réalité. C'était cela qu'elle adorait quand elle lisait, elle ne pensait plus à rien, juste à ce qu'elle lisait et vivait tout ce qui était raconté à travers les lignes que ses yeux parcouraient tandis qu'un petit sourire amusé apparaissait par moment alors qu'elle lisait un passage qu'elle trouvait drôle ou passablement ridicule. Et personne ne vint la déranger et c'était tant mieux, d'un côté.

Qui plus, et c'était plutôt exceptionnel, Tahia avait dégagé entièrement son visage, laissant cette fois-ci son œil gauche à découvert donc si quelqu'un devait venir, cette personne aurait l'occasion de voir tout du visage de la jeune fille, ce qui ne plairait surement pas à cette dernière. Cependant, après plusieurs heures passées dans le froid et sans se rendre compte du temps qui défilait, il fallait bien qu'un événement arrive sauf qu'une question devait se poser. Qui, entre la brune et la personne qui allait apparaitre, serait la plus à plaindre? Sans doute dirait-on que c'était Tahia tandis que d'autres diraient que c'était l'autre personne, eh bien, on n'obtiendrait la réponse qu'après avoir attendu et cela n'arriva qu'au bout de quelques minutes. L'adolescente avait finalement réussi à terminer son livre et venait tout juste de le ranger dans son sac à dos quand soudain, de la neige lui tomba littéralement dessus en même temps que quelque chose de beaucoup plus lourd lui atterri dessus. Autant dire que la jeune fille en eut le souffle légèrement coupée en même temps d'être recouverte de neige et comme elle s'y était attendue: elle était trempée et frigorifiée. Mais à cet instant, la neige fut bien le dernier de ses soucis car la brune finit par voir ce qui lui était tombé dessus: certes avec toute cette neige, c'était bien difficile de voir exactement mais entre la silhouette qui venait de se pencher vers elle, sans vraiment la voir, en plus de la question, elle n'eut aucun mal à reconnaitre un garçon. Un garçon venait de lui tomber dessus...un garçon qui devait surement se trouver sur l'arbre au-dessus d'elle...et un garçon qui demandait s'il y avait quelqu'un ou s'il y avait que de la neige ici. Autant dire que l'étudiante sentit ses joues se chauffer. D'énervement? De gêne? Surement un peu des deux mais là, vraiment, elle ne demandait qu'une seule chose: celle d'étrangler sur place ce garçon qui venait de lui tomber dessus!

Et il ne fallut même pas une minute à Tahia pour se redresser de sa place, ses vêtements trempés de neige et l'air vraiment furieuse, si bien qu'elle en oublia même de cacher la cicatrice de son œil, et son premier réflexe fut le suivant: celle de donner un bon coup de poing sur le sommet du crâne du garçon en question. Puis, même si elle mourrait d'envie d'en donner un second, là maintenant et dans la figure cette fois, la jeune fille ne put se retenir de hurler:

" OUI, IL Y AVAIT QUELQU'UN! QUELQU'UN QUI N'A RIEN A VOIR AVEC LA NEIGE ET QUI N'EST PAS UN AIRBAG OU UN COUSSIN! "


Puis, mettant ses poings sur les hanches, l'adolescente ne cessa pas de fixer avec colère le garçon en face d'elle avant de lui demander, d'un ton très sec:

" Et puis d'abord, t'es qui? J'ai jamais vu ta tête ici. T'es un nouveau? "



Spoiler:
 


Lantana (Oldcodex) - Main Theme
Savin' me (Nickelback) - Sad Theme
Mononoke Hime Theme (Ocarina)- Wind Theme
#   Mar 25 Fév 2014 - 15:23

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 335
Date d'inscription : 23/02/2014
Age : 18
Emploi/loisirs : Lire et écrire.
Humeur : Je larveeee ~

Par réflexe, Aaron recula lorsque le tas de neige se dressa. Il ne réussit pas à retenir le cri, très efféminée, qui sortit lorsqu'un poing s'abattit sur sa tête. Ses mains se posèrent à l'endroit frappé, tandis qu'il se recroquevillait sur lui-même. La personne n'avait pas frappé si fort que ça, mais ce cri tenait plus à une habitude et à la surprise qu'à une réelle douleur. Il commençait à peine à lever la tête, quand quelqu'un se mit à lui crier dessus.

" OUI, IL Y AVAIT QUELQU'UN! QUELQU'UN QUI N'A RIEN A VOIR AVEC LA NEIGE ET QUI N'EST PAS UN AIRBAG OU UN COUSSIN! "

De ses grands yeux bleus, l'adolescent regarda la personne en face de lui. Il avait eut la malchance, de tomber sur une fille. Une fille aux yeux étranges. L'un était bleu tandis que l'autre gris... Gris comme son manteau. C'était assez... étrange ? Fascinant ? Il y brûlait une flamme de colère, en même elle avait toutes ses raisons d’être en colère, il était tombé sur elle. Allait avec ça, des cheveux bruns-châtains, qu'il avait confondu avec la terre, et une peau halée. Les poings sur les hanches, son ton était sec quand elle lui demanda.

" Et puis d'abord, t'es qui? J'ai jamais vu ta tête ici. T'es un nouveau? "

Aaron recula de quelques pas, il n'avait pas envie de se prendre un nouveau coup. Il se frotta le crane, à l'endroit où la fille l'avait frappé tout en se redressant. Il enfonça ses mains dans son manteau, aussi noir que ses cheveux, en cherchant des excuses à présenter. La tête rentrée dans les épaules et le nez caché dans son écharpe, il marmonna un semblant d'excuse, avant de reprendre plus fort et plus enjoué.

" Excuse moi, je... J'avais pas vu qu'il y avait quelqu'un en bas... Et euh..."

L'adolescent se referma de nouveau, il ne savait vraiment comment les présenter. Il n'avait jamais été doué en excuse, d'ailleurs, il n'avait jamais vraiment du s'excuser. Avec un soupire, il se redressa de nouveau. Son regard se planta dans celui de la jeune fille, et il finit par dire.

"- Excuse moi de t’être tomber dessus. J'ai vraiment, mais alors vraiment pas fait exprès. Même si on ne peut ne pas..."

Aaron secoua la tête en fronçant le nez. C'était stupide ! Ne pas réussir à s'excuser... Il regarda le sol, et au bout de quelques secondes, il finit enfin par trouver la bonne façon. Il releva la tête, un léger sourire flottait sur son visage. Ses yeux, semblaient pétiller d'une étrange lueur, à la fois entre l'amusant d'un enfant, et celle qu'on voit dans les yeux de petit chiot abandonné. Sa voix était aussi semblable à celle d'un enfant.

"- Bref, tu veux bien pardonner au pauvre petit nouveau que je suis d’être, tomber sans le faire exprès d'un arbre sur toi ?"


L'adolescent éclata de rire et se frotta les yeux. Il avait retrouvé un peu de bonne humeur malgré le vide. Avec un plus grand sourire, il ajouta.

"- Je crois que, les excuses c'est vraiment pas mon truc. Bref, je suis nouveau, complètement paumé et désolé, et je m'appelle Aaron Eran, et toi ?"

Aaron se réchauffa en frottant ses bras, il rajouta.

"- Sinon, tu faisais quoi sous cet arbre ? Avec toute la neige qu'il y avait ça aurait pu te tomber dessus et tu aurais eu l'air maligne d'engueuler l'arbre..."


En ligne#   Mar 25 Fév 2014 - 17:54

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 396
Date d'inscription : 16/02/2014
Age : 23
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Un peu mieux, je suppose

Bon d'accord, Tahia y était peut être allée un peu fort en engueulant et en frappant la tête du garçon mais c'était tout à fait légitime de sa part non? Et ça aurait été tout autant légitime pour le garçon en question si les rôles s'étaient inversés et que cela aurait été l'adolescente qui lui était tombée dessus, quoique, un garçon qui frappe une fille n'est pas non plus quelque chose de normal, à vrai dire. Enfin, même si elle était furieuse, la brune regretta quelque peu de s'être emportée comme cela, étant donné que ce n'était pas dans ses habitudes et qu'il était vraiment rare de la voir se mettre dans des états pareils mais cela, elle ne le montrait que si vraiment quelqu'un la soulait au plus haut point ou qu'elle se faisait surprendre comme cela était le cas actuellement. En tout cas, elle vit que le jeune homme en face d'elle s'était reculé de quelques pas en se tenant l'endroit où le coup avait été donné et il ne semblait pas très rassuré, sans doute ne s'attendait-il pas à voir une fille qui s'énerve comme cela et qu'un autre coup risquait de voler s'il s'approchait trop. La jeune fille soupira intérieurement à cette pensée: elle ne lui a donné le coup de poing que parce qu'il lui était tombé dessus et c'était permis de la comparer à de la neige alors que la différence était tout de même un peu frappante. Mais elle ne donnait surement pas de second coup de poing comme ça, sauf en cas de grande nécessité et vu comment réagissait l'adolescent, elle doutait que cela soit vraiment nécessaire cette fois-ci et elle n'en avait de toute façon, pas l'envie maintenant. Elle avait frappé une fois et avait crié un bon coup donc, à moins que l'autre dise ou fasse quelque chose qui n'est pas au goût de la brune et alors oui, un autre coup partira et elle criera encore mais c'est surement pas pour tout de suite.

Toujours les poings sur les hanches, Tahia attendait que le jeune homme prenne la parole et s'explique sur la raison pour laquelle il se trouvait en haut d'un arbre et qu'il soit tombé dessus par la suite. En même temps, qui serait assez idiot pour grimper à un arbre avec toute cette neige sachant qu'il y avait de grandes chances de glisser et de se casser quelque chose en tombant, à croire que les gens ici peuvent faire preuve d'une étonnante stupidité quand ils s'y mettent. Par la suite, la jeune fille vit l'adolescent baisser la tête, elle dirait même qu'il essayait de se cacher mais vu qu'il était aussi grand qu'elle, il la dépassait même de quelques centimètres, ce n'était pas vraiment pratique d'essayer de se faire tout petit. Au bout de quelques instants, elle l'entendit marmonner quelque chose avant de reprendre et de commencer à s'excuser sauf qu'il ne savait pas vraiment quoi dire et très vite, il reprit sa posture initiale, c'est à dire essayer de se refermer sur lui même. A cette simple vu et à constater qu'il ne savait vraiment pas comment s'excuser, le regard de l'étudiante se fit bien moins sévère et un peu plus compatissant bizarrement, tandis qu'elle croisa ses bras contre sa poitrine et attendait patiemment qu'il formule enfin sa pensée. Elle le vit donc se redresser à nouveau et recommencer à formuler son excuse qu'elle comprit bien mieux que la précédente. De moins, elle comprit au début qu'il n'avait vraiment pas fait exprès et que ce n'était pas ce qu'il avait voulu mais la fin se perdit totalement et ce n'était visiblement pas prêt de s'améliorer. Sans doute ce nouveau venu ne devait pas avoir l'habitude de s'excuser auprès des gens, soit parce qu'il n'était pas du genre à poser problème aux autres soit parce que c'était plutôt les autres qui devaient s'excuser mais pas lui. Bah, ça ne lui fera surement pas de mal.

Finalement, Tahia eut finalement droit à quelque chose qu'elle n'avait pas l'habitude de voir tous les jours et qui l'intrigua quelque peu au début: à savoir qu'elle vit le jeune homme lui sourire tandis que son regard était un mélange entre l'amusement et les yeux de chien battu. Or, il y a bien un type de regard qui arrivait à faire un peu craquer la jeune fille et c'était les yeux de chien battu, ce qui des fois l'agaçait légèrement parce qu'elle ne parvenait pas à y résister et c'était parfois extrêmement embêtant pour elle. Quoiqu'il en soit, l'adolescent lui demanda si elle pouvait lui pardonner d'être tombé de l'arbre sans faire exprès et de lui avoir atterri dessus, le tout avec une voix semblable à celle d'un enfant, ce qui amusa un petit peu la brune qui secoua légèrement la tête en soupirant, mi-amusée mi-exaspérée. Et cela ne s'arrangea pas lorsqu'elle l'entendit éclater de rire par la suite, au moins voir quelqu'un sourire et être amusé quelqu'un finissait toujours par rendre la bonne humeur à l'adolescente et très vite, ce fut à son tour de rire un peu, bien que le sien soit plus léger et discret que celui du jeune homme. Par la suite, ce dernier ajouta que les excuses n'étaient vraiment pas sa spécialité avant de lui confirmer qu'il était nouveau, un peu paumé et toujours désolé par ce qu'il avait fait. Du même qu'il s'excusait et que ce n'était qu'un accident, elle n'allait pas l'en blâmer à vie. Il se présenta sous le nom de Aaron Eran avant de lui demander son nom avant de lui demander ce qu'elle faisait exactement sous l'arbre en question étant donné qu'avec toute la neige qu'il y avait, ça aurait pu lui tomber dessus et qu'elle aurait vraiment paru maligne en se mettant en colère contre cet arbre. Ce n'était pas faux, du moins le début parce que pour la fin, cela ne serait juste jamais arrivé car la brune avait tout de même conscience que ce ne serait pas la faute de l'arbre et qu'elle n'aurait donc aucune raison de crier pour ça.

" Un arbre est aussi vivant que toi et moi sauf qu'à la différence de nous deux, il est immobile et ses mouvements de branches ne sont causés que par le vent. Sauf qu'aujourd'hui, je doute que la neige me serait tombée dessus si tu ne te trouvais pas en haut car il n'y a que très peu de vent actuellement et que malgré le soleil, il fait encore suffisamment froid pour que la neige ne fonde pas aussi facilement. Donc, je n'aurai eu aucune raison valable d'engueuler et de frapper l'arbre en question. "


Son explication enfin achevée, Tahia reprit rapidement la parole:

" Sinon, je m'appelle Tahia Makoto, je suis une nouvelle aussi même si ça va faire un peu plus d'une semaine que je me trouve dans cet institut. Et si je me trouve ici, c'était pour être tranquille et pouvoir lire au calme. Je sais que c'est toujours mieux d'être au chaud mais je ne suis pas une frileuse et être à l'air libre est surement ce que je trouve de mieux qu'être à l'intérieur d'un bâtiment toute une journée. Sinon, oui, faut vraiment que tu t'entraines à bien formuler tes excuses car crois moi que les yeux de chien battu ne vont pas marcher sur tout le monde et que certains vont plutôt parler avec leurs poings en guise de réponse. "

Ne sachant pas s'il avait compris la mise en garde, Tahia se dit au passage qu'il apprendrait surement à ses dépends comment marchent les choses à Terrae. Reprenant une dernière fois la parole, elle se contenta de lui demander:

" D'autres questions? "



Spoiler:
 


Lantana (Oldcodex) - Main Theme
Savin' me (Nickelback) - Sad Theme
Mononoke Hime Theme (Ocarina)- Wind Theme
#   Mar 25 Fév 2014 - 19:25

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 335
Date d'inscription : 23/02/2014
Age : 18
Emploi/loisirs : Lire et écrire.
Humeur : Je larveeee ~

Un léger sourire se dessina sur le visage d'Aaron en l'entendant rire. Discret et léger comme la brise glacé qui venait de souffler. Un rire qui le réconforta sur son sort : quelqu'un qui riait si facilement ne pouvait pas être méchant ! Elle l'avait surement fait sous le coup de la surprise ou parce qu'il était tombé sur elle, mais c'était... c'était... L'adolescent cherchait encore le mot lorsque la demoiselle prit la parole.

" Un arbre est aussi vivant que toi et moi sauf qu'à la différence de nous deux, il est immobile et ses mouvements de branches ne sont causés que par le vent. Sauf qu'aujourd'hui, je doute que la neige me serait tombée dessus si tu ne te trouvais pas en haut car il n'y a que très peu de vent actuellement et que malgré le soleil, il fait encore suffisamment froid pour que la neige ne fonde pas aussi facilement. Donc, je n'aurai eu aucune raison valable d'engueuler et de frapper l'arbre en question. "

Il ne put retenir un sourire embarrassé. Elle avait mit en plein dans le mille, juste qu'Aaron n'avait pas prit la peine de prendre en compte tous ces étranges facteurs qui influençaient chaque choses. Après tout, qu'aurait-il fait si de la neige lui serait tombée dessus ? Il aurait surement râlé, et pesté mais qu'est-ce qu'il pouvait y faire ? Le vent, le soleil, la chaleur tous ces trucs, c'étaient hors de sa portée et il n'en avait que faire. Pourquoi s’inquiéter de quelque chose qu'il ne peut pas contrôler, alors que d'autres personnes les prévoient ?

« Aaron est comme ça.
Il se fie aux autres, comme un aveugle se fie à son chien.
Si le temps est horrible alors qu'au journal ils avaient prévu un beau temps, il râlera pendant quelques minutes avant de passer à autre chose.
Il pardonne et oublie trop vite pour certaine chose...
Journal de Kyro.»


" Sinon, je m'appelle Tahia Makoto, je suis une nouvelle aussi même si ça va faire un peu plus d'une semaine que je me trouve dans cet institut. Et si je me trouve ici, c'était pour être tranquille et pouvoir lire au calme. Je sais que c'est toujours mieux d'être au chaud mais je ne suis pas une frileuse et être à l'air libre est surement ce que je trouve de mieux qu'être à l'intérieur d'un bâtiment toute une journée. Sinon, oui, faut vraiment que tu t'entraines à bien formuler tes excuses car crois moi que les yeux de chien battu ne vont pas marcher sur tout le monde et que certains vont plutôt parler avec leurs poings en guise de réponse. D'autres questions? "

Trop... Aaron fronça le nez. Trop d'information en même temps. Il baissa la tête en enfouissant le nez dans son écharpe pour démêler, le discourt de la jeune fille de ses propres pensées. Tahia Makoto devait surement être son nom... étrange. ça avait des consonances japonaises pourtant... Pourtant il l'entendait dans un anglais irréprochable. Après, le mot 'semaine' qui traînait dans son esprit, voulait surement lui indiquer que la demoiselle était là depuis plus d'une semaine ou... Ou autre chose qu'Aaron ne préférait pas penser. Il eut beau réfléchir, il ne retrouva pas la raison de sa présence sous l'arbre. A l'avenir, il écouterait un peu mieux les gens et arrêterait de penser à mille et une chose à chaque fois qu'ils parlent. Bien que ça ne le dérange pas qu'elle parle autant, puisqu'il le fait lui aussi quand il est de bonne humeur et en présence de personne qu'il connaissait, juste qu'il n'avait pas écouté...

L'adolescent leva le nez de son écharpe, et lui adressa un sourire mi-désolé, mi-gêné. Ici aussi, les gens préféraient régler leurs problèmes par les poings... Aw, ça serait surement catastrophique, Aaron savait très bien qu'il avait un caractère de m*rde. Bien sur s'excuser devant une fille était tout à fait normal, et logique. Même s'il n'irait pas jusqu'à dire que toutes les filles étaient de petites créatures toutes fragiles qui méritaient d’être protégées et tout le blabla que sortaient les adultes... Mais s'excuser face à un garçon... Jamais. Ou alors, si c'est vraiment de sa faute et que ça paraissait clair comme de l'eau de roche !

Aaron esquissa une grimace quand une bourrasque, glacé, lui colla son manteau, mouillé, contre sa chemise. Non. Non et non.  Il était hors de question qu'elle soit mouillée. L'adolescent ne supportait absolument pas d'avoir un tissu mouillé sur lui. Il commença à retirer le manteau en lui répondant.

"- Excuse moi, j'ai un léger problème d'écoute et donc... Euh..."

Aaron cligna des yeux en se rendant compte qu'il s'était excusé sans aucun problème. Un nouveau sourire apparut, plus discret, respirant une victoire acquise plus vite que prévue, même s'il ne dura pas longtemps.

"- En fait, j'en ai des centaines puisque je n'ai presque pas écouté la personne qui m'a amenée ici. Euuh..."

L'adolescent leva les yeux vers le ciel, un air interrogateur peint sur le visage. Pendant qu'il réfléchissait, il plia maladroitement son manteau et le garda en main. Le dog tag ( = plaque militaire) argenté de son frère était la seule touche de couleur. Une chemise, un jean et des bottes tout en noir... Son sourire revient, et il plongea son regard dans celui de Tahia.

"- Wui, alors voila : Comment ça se prononce ton prénom ? Taia (Ta-ia) ? Tayha (Téa) ? Tahia (Ta-i-a)... Puis Makoto c'est japonaise, donc tu es japonaise ? Si tu es japonaise... Comment se fait-il que je t'entendes en anglais ? A moins que tu parles anglais, et que tu sois anglo-japo... Euh japonais-angla... Que tu sois japonaise et anglais à la fois ! Voila là c'est dit...  Et euh... ça ne serait pas mieux d'aller se réfugier dans la chaleur du bâtiment plutôt que de se geler dehors ? Car franchement, tomber malade alors que je... Alors qu'on est arrivé y a pas longtemps serait vraiment pas malin..."

Aaron espérait ne pas avoir parlé trop vite. Il détourna les yeux en rajoutant d'une petite voix.

"- Et si ça te dérange pas, est-ce que tu pourrais me faire visiter ? Parce que je suis même pas sur de retrouver les dortoirs..."


En ligne#   Mer 26 Fév 2014 - 0:37

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 396
Date d'inscription : 16/02/2014
Age : 23
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Un peu mieux, je suppose

Bon, la petite tempête venait de passer et n'avait pas été si violente que cela finalement, d'après ce que Tahia pouvait en conclure étant donné qu'elle s'était finalement calmée suite aux excuses du jeune homme, qui répondait donc au nom de Aaron. En fin de compte, ce n'était pas une méchante personne ou quoi que ce soit d'autre, bien qu'elle se demandait comment il faisait pour grimper aux arbres, sachant qu'en cette période de l'année, il aurait été presque normal qu'il neige et donc les risques de chutes n'étaient pas à laisser de côté. Enfin, la brune se disait que c'était très certainement un passetemps de la part de l'adolescent, au même titre qu'elle adorait lire ou écrire quand elle en avait l'occasion et l'envie. D'ailleurs, en parlant de livres, il faudrait qu'elle les sorte de son sac car il valait mieux éviter qu'ils prennent trop l'humidité et avec toute cette neige, le sac devait être dans un bel état maintenant donc elle ne voulait même pas s'imaginer ce qu'il pourrait en être des livres. Mais l'heure n'était pas cela et actuellement, l'étudiante se sentait plutôt à l'aise finalement auprès de l'adolescent, surement à cause de son petit accès de colère et d'avoir vu que Aaron était plus calme qu'elle ne l'aurait cru à première vue. Certes, il ne lui paraissait pas le genre d'homme imposant et dont il vaudrait mieux de ne pas trop se frotter mais il n'en restait pas moins costaud et aucun doute qu'il saurait surement se défendre si jamais il devait avoir des ennuis avec d'autres garçons. Du moins, la jeune fille n'avait encore jamais assisté à la moindre bagarre même si elle se doutait qu'il y en avait ici comme dans n'importe quel établissement, c'était bien l'un des seuls points communs que la brune avait réussi à trouver entre Terrae et les autres bâtiments scolaires du reste du monde. Pour le reste, il lui fallait encore chercher d'autres points communs mais c'était plus compliqué.

Après qu'elle se soit présentée et qu'elle ait donné quelques explications concernant sa présence en ces lieux, Tahia remarqua que Aaron était plutôt songeur et l'expression de son visage montrait qu'il avait encore bien des questions en tête, ce qu'elle ne lui reprocha pas. Au moins, il était curieux mais en même temps, cela prouvait aussi qu'il n'avait pas entièrement conscience de ce qu'est Terrae. Elle aussi, d'un côté, n'avait conscience de rien quand elle était arrivée mais elle avait accepté certaines choses plus facilement même si elle avait toujours le sentiment de se trouver dans un de ces fameux romans fantastiques qu'elle lisait quand elle était plus jeune et dont elle ne se passait pas. Aussi, la jeune fille se demandait comme réagirait son nouveau camarade s'il savait la raison pour laquelle il se trouvait ici et ce qui l'attendait à présent. Mais cela, ils auraient sans doute l'occasion d'en parler plus tard, à moins que le jeune homme n'interroge un autre élève qui se trouvait dans l'institut depuis plus longtemps que la brune, les choses seront bien plus faciles à expliquer ainsi. Alors que le silence s'était installé pendant quelques minutes entre eux, l'adolescente vit Aaron retirer son manteau en même temps qu'il frissonnait un peu de froid, elle aussi avait ressenti un courant d'air glacé et n'avait pu retenir un léger tremblement. D'ordinaire, elle n'était pas frileuse mais essayez de rester dans le froid avec des vêtements trempés de neige fondue et là, il était fort probable que même la personne ne craignant que très peu le froid aurait tout de même droit à un frisson, sauf s'il était vraiment habitué à vivre dans le froid, ce que la jeune fille trouvait juste inimaginable. Et bien malgré elle, l'étudiante préféra suivre l'exemple du jeune homme et retira rapidement son manteau, ne gardant finalement que son gilet par dessus sa chemise pour la protéger du froid.

Tahia ne put s'empêcher d'afficher un sourire amusé en entendant Aaron s'excuser une nouvelle fois, sauf que cette fois, c'était pour lui dire qu'il avait un léger problème d'écoute. Tiens donc, avait-il écouté tout cela d'une oreille ou était-ce parce qu'il en avait trop entendu et qu'il avait finalement oublié une partie de ce qu'elle avait dit? Aucune idée mais l'adolescente n'allait pas l'en blâmer, c'était des choses qui arrivaient et autant dire qu'elle y avait été à son rythme, bien que parler autant ne faisait pas partie de ses habitudes et qu'elle préférait au contraire se faire plutôt discrète. En entendant qu'il avait en fait des centaines de questions à poser, étant donné qu'il n'avait pas vraiment écouté ce que lui avait dit la personne l'ayant amené ici, la brune ne put s'empêcher de penser à sa propre situation lorsqu'elle était arrivée il y a une semaine. Sauf que elle, ce n'était pas tant que cela l'écoute qui l'avait empêché de se renseigner sur l'endroit où le Master l'amenait mais plutôt sur le contact étant donné qu'elle refusait toute proximité avec l'homme qui était venu à sa rencontre. Ce qui signifiait que le jeune homme risquait de lui poser des questions dont elle aurait sans doute les réponses, bien que ces dernières seront surement moins développées et moins précises contrairement à celles qu'auraient pu donner les étudiants plus âgés. Mais elle préféra attendre qu'il s'explique plus en détails et en profita pour le regarder plus attentivement et ce qu'elle avait pensé à l'origine concernant son physique était plutôt exact: il n'était pas vraiment musclé et il ne portait que du noir sur lui, ce qui s'accordait parfaitement avec ses cheveux de même couleur. Les seules choses qui donnaient un tout autre contraste étaient ses yeux d'un magnifique bleu clair, sa peau blanche, qui ne semblait pas avec connu le soleil et enfin, le collier qu'il portait autour du cou et dont les plaques qu'elle put distinguer lui rappeler vaguement celles que portaient les militaires.

Bien que les paroles suivantes d'Aaron fussent prononcées en toute innocence et par simple curiosité, Tahia ne put empêcher son visage de se fermer d'un coup dès qu'il l'interrogea sur ses origines en raison de son prénom et de son nom de famille. C'est vrai que Tahia Makoto était très peu commun, surtout que la jeune fille n'avait rien de japonais physiquement malgré son nom de famille qui prêtait à confusion. Mais pour être franc, la brune ne connaissait pas son véritable nom de famille, on l'appelait uniquement Tahia lorsqu'elle était à l'orphelinat et elle n'avait endossé le nom de Makoto que lors de son arrivée au centre et il s'agissait d'une nom de famille de celle qu'elle considérait comme sa Grand-Mère. Et l'une des raisons pour lesquelles le vide s'était créé dans sa poitrine, ce vide qui n'avait pas entièrement disparu même si la brune se sentait un peu mieux depuis qu'elle était arrivée dans l'institut mais elle ne parvenait toujours pas à combler totalement ce vide qui logeait toujours dans son corps. Pendant qu'elle écoutait d'une oreille distraite la demande du jeune homme qui était de pouvoir rentrer se mettre au chaud pour ne pas prendre froid alors qu'ils venaient à peine d'arriver, la jeune fille hocha légèrement la tête avant de replacer sans vraiment s'en rendre compte sa mèche de cheveux sur son œil gauche, rendant de nouveau ce dernier invisible pour les autres. Elle écouta la fin des paroles de l'adolescent qui lui demanda aussi si elle pouvait lui faire visiter les lieux car il était sur qu'il n'arriverait pas retrouver les dortoirs. Se tournant pour récupérer son sac mouillé qu'elle plaça sur son épaule, l'étudiante se contenta de fixer Aaron d'un regard dénué d'émotion avant de dire d'une voix ayant perdu toute trace de joie:

" Makoto n'est pas mon vrai nom de famille, c'était celui de ma Grand-Mère adoptive. Je ne portais pas le moindre nom de famille lorsque l'on m'a trouvée devant un orphelinat alors que je n'étais encore qu'un bébé... Pour ce qui est de mon prénom, il se prononce Tahia (Ta-i-a) et je suis une Française, pas Anglaise ou Japonaise... "


Puis détournant le regard, elle prit la direction de l'institut après avoir fait signe à Aaron de la suivre. Elle espérait vraiment qu'il ne l'interrogerait pas sur ce qu'elle venait de lui dire bien malgré elle ainsi que sur son geste de cacher son œil gauche, qu'elle venait de laisser à l'air libre et visible, alors qu'elle tenait à ce que personne ne le voit. Ignorant si une autre fille se trouvait dans le dortoir actuellement, Tahia avait tout de même préféré le conduire jusque dans son dortoir, celui des garçons ne se trouvant, de toute façon, pas bien loin d'ici, elle n'aura qu'à lui indiquer où se trouvait ce dernier. Arrivée devant la porte de son dortoir, la jeune fille y rentra sans hésitation, laissant rentrer par la suite Aaron avant de refermer et de se diriger vers son lit où elle déposa son sac, dont elle retira rapidement les livres qu'il contenait, et son manteau avant de retirer son bonnet ainsi que ses gants. Après quoi, elle se tourna une fois vers le jeune homme avant de lui demander:

" Qu'est ce que tu veux savoir d'autre qui ne concerne pas ma vie privée...? " 



Spoiler:
 


Lantana (Oldcodex) - Main Theme
Savin' me (Nickelback) - Sad Theme
Mononoke Hime Theme (Ocarina)- Wind Theme
#   Mer 26 Fév 2014 - 11:32

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 335
Date d'inscription : 23/02/2014
Age : 18
Emploi/loisirs : Lire et écrire.
Humeur : Je larveeee ~

Aaron pencha légère la tête sur le coté en voyant Tahia faire demi-tour. L'avait-il fâchée en l'interrogeant sur ses origines ? Il ne voyait pas trop pourquoi... Après tout, il lui avait juste demandé si elle était japonaise, il n'y avait donc pas de mal... Pourtant, l'adolescent avait eut l'impression qu'elle s'était refermée à l'instant même où il le lui avait demandé... Il fut rassurer en la voyant ramasser quelque chose. Ce quelque chose, devait surement être un sac à en voir la forme. Peut-être qu'elle était venue ici pour réviser ? Ou bien pour...
Aaron eut envie de n'avoir jamais posé ses questions au moment, où il croisa le regard dénué d'émotion de Tahia. Il ne voyait plus qu'un des ses yeux, le bleu...

" Makoto n'est pas mon vrai nom de famille, c'était celui de ma Grand-Mère adoptive. Je ne portais pas le moindre nom de famille lorsque l'on m'a trouvée devant un orphelinat alors que je n'étais encore qu'un bébé... Pour ce qui est de mon prénom, il se prononce Tahia (Ta-i-a) et je suis une Française, pas Anglaise ou Japonaise... "

Aaron ouvrit la bouche pour s'excuser mais, les mots s'envolèrent quand il prit conscience de sa bêtise. Il resta, les bras ballants, tandis qu'elle s'éloignait. Il comprenait encore moins. Elle est d'origine française, donc elle parle français. Elle a nom Japonais, parce celle qui l'a adoptée avait ce nom... Mais... Mais alors, comment se faisait-il qu'il l'entendait en anglais. L'adolescent se précipita lorsqu'il se rendit compte qu'elle était presque entrée dans un bâtiment. Il n'avait aucune envie d’être de nouveau seul... Pensif, il la suivit sans rien dire, essayant de comprendre son erreur...

Tout d'abord, elle avait dit que Makoto c'était le nom de famille de sa Grand-Mère adoptif. C'était... ça voulait donc signifier qu'elle l'avait perdu ? Ou que cette Grand-Mère l'avait abandonné ? C'était vraiment compliqué... De toute façon, Aaron ne préférait pas essayer de comprendre ce sujet. Surtout parce qu'il s'appelait Eran, alors que sa famille adoptif était les Rockwell... Où était la logique ? S'ils avaient vraiment voulu qu'il soit leur fils, alors il aurait eut leurs nom... Comme un second cœur, il sentit de nouveau le vide. Chaque battement de cœur lui donnait l'impression de violent frisson, comme si cette petite pompe cherchait désespérément un endroit où elle arrêterait enfin de tomber...

Aaron se stoppa net en se rendant compte qu'il ne voyait plut Tahia. Comme un enfant, il tourna rapidement la tête de tous les cotés à la recherche de son guide. Il laissa échapper un soupire en se rendant compte qu'elle était juste entrée dans une pièce. Il l'a suivit et juste quand elle ferma la porte, il lu sur la porte : Dortoir des filles.
Les joues rouges, il n'osa pas faire un pas de plus. Les chambres de filles, il en gardait un très mauvais souvenir. Surtout après avoir vu celle de sa demi-sœur... Du rose, du rose et du rose partout. Mais quand il disait partout, c'était vraiment partout. Les murs, les poupées, les draps, les rideaux etc... Du rose se déclinant dans tous les tons possible et inimaginable... La seule chose qui n'était pas rose, c'était le sol et le visage des poupées...

" Qu'est ce que tu veux savoir d'autre qui ne concerne pas ma vie privée...? "

Pour cacher ses joues qui s'enflammer, Aaron baissa la tête jusqu'à ce que son nez disparaisse dans son écharpe. Le ton froid de la jeune fille avait douché sa bonne humeur. Il ne savait plus comment s'y prendre. S'il reprenait sa bonne humeur, elle risquerait, peut-être, de croire qu'il ne faisait pas attention et que... Le regard fuyant, il dit d'une toute petite voix.

"- Je suis désolé, j'voulais pas..."

« Aaron à deux façon de s'excuser :
La première est plus semblable à celle des enfants quand on les grondes. Il baisse la tête et s'exprime tout bas. Il l'utilise quand il se rend compte que ses paroles ont blessées son interlocuteur. Quand il le fait, il est vraiment sincère...
Quant à la seconde, c'est tout simplement pour ses actions.  Il ne l'utilise pas souvent et quand bien même, il le fait c'est d'une façon maladroite. D'ailleurs, c'est souvent dur de le lui arracher.
Le plus amusant, c'est qu'il ne semble même pas s'en rendre compte. Comme si... Comme s'il y avait un mur entre ces deux façons.
Journal de Kyro.»

Aaron passait d'un pied à l'autre, ne sachant plus trop sur lequel danser... Quel comportement adopter ? Il s'en voulait. C'est comme si elle lui aurait parlé de Kyro, il l'aurait surement mal prit et... Et... Oh et puis zut. Il soupira un bon coup puis releva la tête. Tant pis, ce qui était fait, était fait et il ne pouvait plus rien changer. Il reprit, légèrement plus hésitant et beaucoup moins sur de lui.

"- Euh oui, j'en ai est d'autre... Aaaron inspira un bon coup et se lança. Tu es française, donc tu parles français. Alors que moi, je suis Américain et je ne parle que l'anglais. Comment se fait-il que je puisse te comprendre, et encore plus t'entendre en anglais ? C'est pareil avec tous les gens ici ? Tiens ! En parlant de gens, comment ça se fait que je n'ai croisé personne à part toi et... Et, celui qui m'a amené ici. D'ailleurs ! Ici, c'est où ? Il m'a dit Terrae mais, ça, ça aide pas... Terrae c'est du latin, enfin je pense, donc on serait en Italie ? M'enfin ça me semble pas possible vu le climat et euh..."

L'adolescent s’arrêta en se rendant compte du nombre de question posé en même temps. Surement quatre ou cinq, maintenant il fallait encore qu'il réussisse à suivre les réponses... Avec un soupire, il ajouta en baissant un peu la tête.

"- Et euh, puisque je t'ai embêtée en te posant des questions sur toi tu peux m'en poser si tu veux..."


En ligne#   Mer 26 Fév 2014 - 13:46

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 396
Date d'inscription : 16/02/2014
Age : 23
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Un peu mieux, je suppose

Pour ceux qui ne connaissaient pas Tahia ou qui n'avaient connu que son côté doux et gentil, il ne faisait aucun doute que l'on serait soit surpris soit un peu effrayé par son changement d'humeur si jamais on se permettait de la mettre en colère ou de l'interroger sur son passé. Dans les deux cas, on avait affaire à une toute autre personne, qui n'avait rien à avoir avec la jeune fille habituelle et dans ces cas là, on pouvait s'attendre à tout et n'importe quoi venant de sa part, même s'il y avait de fortes chances que, sa mauvaise humeur passée, elle se montre beaucoup plus calme et même, elle s'excuse de son comportement. Sauf que pour l'instant, l'adolescente venait de montrer cette face cachée de son caractère au jeune Aaron, un novice tout comme elle et qui venait d'arriver tout récemment, et visiblement, la brune avait le sentiment qu'elle allait finir par le faire culpabiliser à force, bien que cela ne soit pas son but. Mais il faut croire que le jeune homme ait joué un peu la malchance ce coup-ci en interrogeant sur des choses que la brune ne voulait pas discuter actuellement, pas tant que son vide ne sera pas parti une bonne fois pour toute, ce qui risquait d'être très long, elle en était sûre. Peut être qu'un jour, elle trouvera le courage d'en parler sans avoir à devenir aussi froide envers les gens mais c'était plus fort qu'elle et l'étudiante savait que ce n'était pas le moment pour raconter ce qui a pu lui arriver par le passé, surtout qu'il n'y avait pas que son nom qui lui rappelait les raisons de son vide. Son œil faisait aussi partie intégrante de son passé et était lié à ce qui avait provoqué sa toute première sensation de vide alors qu'elle n'était qu'une gosse de neuf ans tandis que le reste n'est vraiment survenu qu'il y a quelques jours lorsqu'elle avait perdu sa Grand-Mère et c'était surement le pire.

Cependant, malgré sa froideur qui ne l'avait pas encore quittée, Tahia s'en voulut tout de même de s'être comportée comme cela avec Aaron, ce dernier se sentait même gêné de se trouver dans le dortoir des filles mais il était hors de question pour l'adolescente de l'amener tout de suite chez les garçons, elle ne savait pas si certains étaient toujours dans leur dortoir, de toute façon. Et puis, elle aurait trouvé cela vraiment gênant et comme elle savait qu'actuellement, les autres filles étaient parties et n'allaient pas revenir avant un moment, c'était bien mieux ici. Bref, en plus de cette gêne, elle voyait parfaitement que le jeune homme s'en voulait vraiment de lui avoir ces questions, sans doute le regrettait-il, d'ailleurs, et l'adolescente ne put retenir un soupir, sachant parfaitement que ce n'était pas de sa faute. Comment pouvait-il savoir de toute façon que c'était un sujet tabou pour la brune? Rien ne l'indiquait alors elle n'avait aucune raison de lui faire le moindre reproche sur ce point, aussi essaya-t-elle de se calmer et de retirer cette froideur qui, décidément, semblait être plutôt effrayante et qui était bien loin de lui correspondre à bien y repenser. Qui plus est, elle entendit l'adolescent s'excuser et contrairement à ce qu'il s'est passé dans la cour, il parlait d'une petite voix et son regard fuyant prouvé qu'il avait conscience qu'il venait de la blesser un peu, ce qui n'était pourtant pas son attention. Et cette sincérité fut suffisante à la jeune fille qui ferma un instant les yeux afin de se concentrer et de calmer une bonne fois pour toute cette mauvaise humeur qu'elle devrait vraiment apprendre à contrôler de temps à autre. Pas étonnant que lorsqu'elle était au centre, elle faisait peur à plusieurs patients à force de piquer quelques crises de nerfs, heureusement qu'elle s'était calmée avec le temps mais il semblerait qu'elle n'ait pas fait disparaitre cette mauvaise habitude.

S'asseyant sur le lit qui lui avait été attribué à son arrivée dans l'institut, Tahia s'était finalement un peu calmée et elle espérait que son regard soit beaucoup moins froid cette fois-ci par rapport à l'instant précédent mais malheureusement, elle ne pouvait le garantir. Elle se contenta donc d'observer Aaron qui n'avait pas encore relevé la tête et qui ne devait plus savoir comment demander les choses sans la mettre de nouveau en colère, la brune se répétant mentalement qu'elle devrait apprendre à se calmer. Enfin, elle vit le jeune homme se redresser et dire, d'une voix un peu plus hésitante et moins assurée, qu'il avait en effet d'autres questions puis, prenant un peu plus de courage, il lui parla du fait qu'elle était Française donc qu'elle parlait à l'origine français tandis que lui était Américain et qu'il parlait donc anglais. Ne comprenant pas tout à fait où il voulait en venir, la réponse lui vint tout de suite après qu'il lui ait demandé comment cela se faisait qu'il arrive à la comprendre et qu'en plus de cela, il l'entente parler anglais. Visiblement, il n'avait pas fait attention à ce qu'on lui a donné dès qu'il est arrivé dans l'institut sinon il n'aurait pas eu à poser la question, en plus de demander si toutes les autres personnes étaient dans le même cas. Par la suite, il lui demanda comment cela se faisait qu'il n'ait croisé personne à part la jeune fille et le Master qui l'avait amené ici. Enfin, il lui demanda où est-ce qu'ils se trouvaient exactement, pensant d'abord qu'ils se trouvaient en Italie en raison du nom "Terrae" mais que c'était peu probable vu le climat qu'il faisait ici. Eh bien voilà, il arrivait enfin à se délier la langue et au moins, ses questions n'étaient pas aussi compliquées à répondre, du point de vue de l'adolescente en tout cas et elle appréciait cette curiosité, qui n'était pas sans lui rappeler un peu la sienne lorsqu'elle était arrivée ici.

En tout cas, Tahia était finalement calmée et se sentait prête à répondre à toute cette série de questions bien qu'elle entendit Aaron lui dire qu'elle pouvait aussi lui poser des questions, étant donné qu'il l'avait embêté avec toutes ses questions. La jeune fille soupira légèrement avant de dire:

" Si tu ne sais même pas la moitié des choses qu'un novice devrait connaitre de Terrae, je crois que je vais en avoir pour la journée à tout expliquer. Après, tout va dépendre si tu me crois ou non et si tu es plus ouvert à certaines choses qui peuvent paraitre étranges ou surnaturelles. Mais bon, commençons par le commencement, je vais répondre à tes questions alors sois très attentif. "


Toujours assise sur son lit, Tahia se décala un peu pour permettre à Aaron de s'installer à côté d'elle puis elle reprit la parole une seconde fois.

" Tu as raison sur le point que c'est plutôt étrange qu'on arrive à se parler et à se comprendre sans problème, et il en sera de même avec toutes les personnes que tu rencontreras ici étant donné que nous avons tous des nationalités différentes. C'est pourquoi, on nous donne dès notre arrivée des micro-puces traducteurs, afin que la communication soit possible entre nous. Sinon, tu n'as croisé personne car tout le monde doit être occupé de son côté, l'institut est grand et il nous est permis d'aller jusqu'à un village ou de nous promener aux alentours. Nous sommes libres de nos mouvements ici et il nous est possible d'aller où bon nous semble, du moment qu'on ne sorte pas à l'extérieur sans avoir un Master avec nous, comme celui qui t'a amené ici, de même qu'un Master m'a conduit jusqu'à Terrae. Quant à Terrae elle-même, nous ne sommes pas en Italie en effet, nous sommes au Japon, à Tokyo plus précisément. "

Tahia s'arrêta là, laissant le temps à Aaron de bien assimiler tout ce qu'elle venait de lui dire et espérant qu'il ait compris ce qu'elle essayait de lui expliquer le mieux possible mais sur ce point, elle ne pouvait en être entièrement sûre. En attendant, elle réfléchit à ce qu'elle pourrait lui demander mais elle fut un peu hésitante car elle ne tenait pas non plus à lui poser des questions qui pourraient le faire réagir au même titre qu'elle si jamais elle l'interrogeait sur son passé. Mais elle se doutait que s'il était là, c'était à cause du vide donc autant qu'elle l'interroge sur ce fameux vide.

" Sinon, as-tu la sensation d'un vide dans ta poitrine? Si c'est le cas, depuis combien de temps l'as tu et est ce que tu as une idée de son origine? Enfin, sais-tu pourquoi nous sommes dans cet institut et ce que l'on attend de nous? "



Spoiler:
 


Lantana (Oldcodex) - Main Theme
Savin' me (Nickelback) - Sad Theme
Mononoke Hime Theme (Ocarina)- Wind Theme
#   Mer 26 Fév 2014 - 15:08

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 335
Date d'inscription : 23/02/2014
Age : 18
Emploi/loisirs : Lire et écrire.
Humeur : Je larveeee ~

La réponse de Tahia ne tarda pas à arriver après un léger soupir.

" Si tu ne sais même pas la moitié des choses qu'un novice devrait connaitre de Terrae, je crois que je vais en avoir pour la journée à tout expliquer. Après, tout va dépendre si tu me crois ou non et si tu es plus ouvert à certaines choses qui peuvent paraitre étranges ou surnaturelles. Mais bon, commençons par le commencement, je vais répondre à tes questions alors sois très attentif. "

Aaron ne put s’empêcher de sourire bêtement. Voilà ce qui arrivait quand il n'écoutait pas les gens. Surtout cet étrange personne qui se disait "Master" et qui l'avait amené ici... Franchement ! Se faire appeler Master, ce n'est pas un peu narcissique ? L'adolescent se demandait bien en quoi cette personne normale, bien que son aura lui avait parut incroyablement réconfortante et qu'il était apparut de nulle part, pouvait être un maître. Maître de quoi ? Maître des éléments comme dans le dessin animé Avatar ? Un sourire amusé vint remplacer l'air niai qu'il avait. ça serait amusant de voir des gens contrôler des éléments. Voyons... Qu'est-ce qu'il y avait encore dedans ? Terre, eau, feu et... Et air. Les yeux levés vers le plafond, il s'imaginer voir cette personne crée du feu ou alors marcher sur l'eau. Mais bon, là ça expliquerait pourquoi elle lui avait dit qu'il fallait être ouvert aux choses surnaturelles et étranges. Et aussi pourquoi elle lui avait dit d’être attentif... Très attentif.

"... arrivée des micro-puces traducteurs, afin que la communication soit possible entre nous. Sinon, tu n'as croisé personne car tout le monde doit être occupé de son côté, l'institut est grand et il nous est permis d'aller jusqu'à un village ou de nous promener aux alentours. Nous sommes libres de nos mouvements ici et il nous est possible d'aller où bon nous semble, du moment qu'on ne sorte pas à l'extérieur sans avoir un Master avec nous, comme celui qui t'a amené ici, de même qu'un Master m'a conduit jusqu'à Terrae. Quant à Terrae elle-même, nous ne sommes pas en Italie en effet, nous sommes au Japon, à Tokyo plus précisément. "

Aaron cligna des yeux comme une ampoule défectueuse. Debout devant la porte, il ne devait surement pas avoir l'air très malin à clignoter des yeux la bouche ouvert... Bon, reprendre peu à peu... Des micros-puces traducteurs ? ça commençait mal... Avec un nom aussi dur à retenir, l'adolescent avait du mal à voir ce que c'était. A peut-être que... Peut-être que c'était le machin que la personne lui avait donné en lui disant de mettre dans son oreille... Par réflexe, il porta la main à son oreille en cherchant une quelconque modification. Non rien, elle était parfaitement normal... Nor... Mal ? Aaron paniqua en regardant de tous les cotés. Il ne trouvait plus le machin... Le machin au nom étrange, pourtant il entendait parfaitement Tahia.

" Sinon, as-tu la sensation d'un vide dans ta poitrine? Si c'est le cas, depuis combien de temps l'as tu et est ce que tu as une idée de son origine? Enfin, sais-tu pourquoi nous sommes dans cet institut et ce que l'on attend de nous? "

Aaron resta paralysé quelques secondes. Plus par surprise que par une réelle souffrance. Son regard était posé sur Tahia, il devait surement exprimer de la surprise et un peu d'incompréhension. Le vide était toujours là, même si l'adolescent essayait de l'oublier il était trop fort et revenait toujours à la charge. Son regard fuit, la jeune fille pour aller se loger sur un point visible de lui seul, tandis qu'il laissa échapper un "Euuuuh" qui démontré très clairement qu'il ne savait plus quoi penser.
Par une décision égoïstement naturel, il préférait mettre de l'ordre dans les réponses de Tahia avant de le répondre. Question survie. S'il n'avait croisé personne, c'était uniquement parce que Terrae était grand. Tellement grand qu'elle abritait un village. Mais ça l'étonnait quand même. Les dortoirs, enfin, le bâtiment où se trouve les dortoirs n'est pas le bâtiment principal ? Et puis, il devrait toujours y avoir des flemmards qui sèchent les cours, non ? C'est une généralité dans toutes les écoles, particulièrement dans celle où il était avant...

Aaron serra, sans s'en rendre compte, son manteau contre lui. Il ne devait pas penser à avant. Il ne devait pas penser que Kyro, malgré ses excellentes notes était quand même ce genre d'e... Et zut ! Aaron se mordit la langue. Trop tard. Son coeur commençait déjà à s’accélère tandis que l'impression de vide devenait plus forte. S'il y avait eut un miroir en face, il aurait certainement vu les couleurs déserter son visage, déjà pale... La gorge serrée par ce vide. Il avait pourtant l'air calme. Calme comme tous les adolescents, si on excepté la désertions de couleur, pourtant, dans sa tête il y avait une tempête. Une tempête que l'on pouvait voir à travers ses yeux.

Aaron sentait qu'il était presque au bord de l'explosion. Explosion de larme et de cris... Combien en avait-il eut depuis... Depuis le début de la semaine ? Il préférait ne pas compter. Il fallait qu'il lui réponde, sinon elle s'inquiéterait et il... Il pleurerait devant une fille. Le première jour ça serait pas cool. Et encore moins si, la fille en question, était celle qu'il avait écrasé il y a moins de dix minutes et qui l'avait frappée sans aucun remord... Sa voix était tremblante et presque étranglée. Des notes de tristesse et de douleur venait parfois s'ajouter.

"- Pas seulement là, fit-il en mettant sa main sur à l'emplacement de son coeur. Partout... C'est... C'est comme si je tombais sans... Sans m’arrêter. Et que j'attendais simplement... Simplement l'impact..."

Sa main se serra sur le dog tag. Il aurait largement préféré s'enfuir, mais il n'aimait pas laisser les gens sans explication et puis... Et puis c'était la première personne à le lui demander. Et aussi la première à qui il parlait de ça. Pas même ses parents adoptifs ne savaient ce qu'il ressentait... Il continua, malgré le fait qu'il serrait le collier à s'en faire blanchir les phalanges.

"- Je... Je l'ai toujours sentit, mais...  Mais il n'était pas si fort. Juste une légère jalousie ou... ou quelques choses comme ça. Pourquoi eux, ils avaient leurs parents et pas moi ? Il... Il est devenu aussi fort quand... Quand mon frère est..."

« Aaron ment. Il ment beaucoup.
Mais y a deux types de mensonges.
Ceux qu'on fait pour se protéger. Et ceux qu'on fait pour protéger les autres...
Aaron à plus l'habitude de se protéger. C'est un égoïste par nature, alors si quelques choses ne va pas avec sa pensée, il l'ignore. Il l'ignore ou la déforme. La déforme jusqu'à se crée un monde autour. J'ai honte du mensonge sur lequel il se construit, mais je ne veux pas le lui briser... Il a l'air si heureux...
Journal de Kyro.»


Aaron se rendit compte qu'il était planté devant la porte, la bouche à moitié ouverte ainsi qu'un mot coincé au fond de sa gorge, un bras ballant et l'autre tenant le manteau... Et un calme étrange. Ses pensées avaient toutes disparues d'un coup... Il reste seulement un étrange schéma. Le mot "mort" avait été rayé plein de fois, de différente couleurs, rouge, bleu, noir, blanc, il était toujours visible. Une flèche, partant du mot rayé jusqu'à un autre mot. En blanc, son écriture avait quelque chose de plaisant : Disparu.

Simplement.

Un sourire discret apparut sur son visage, et son regard se plaça de nouveau sur Tahia. Quand il reprit la parole, sa voix était calme et joyeuse, comme si la tempête n'avait jamais eut lieu.

"- Quand mon frère a disparu."

Étrangement, ça sonnait faux.

"- Hum... Je pense qu'on est là pour essayer de vaincre ce vide ? Après j'en ai aucune idée. Surement qu'on ai de bonnes notes, qu'on respecte le règlement et qu'on soit de gentil élèves ?"

Aaron termina sa phrase en hochant les épaules. C'était ce que tout institut attendait de ses élèves, nan ? Il ne voyait vraiment pas quoi d'autre. Levant les yeux vers le plafond, il essaya de se souvenir des paroles de Tahia. Mais rien à faire. C'était le néant total. Pour une fois... Fallait que ça tombe à ce moment. Avec un soupire, il alla s'asseoir sur le lit à l'endroit où la jeune fille lui avait laissé une place.

"- Bon, j'ai encore des problèmes d'excuses... Euh, d'écoute ! Voila problème d'écoute, et j'ai légèrement décroché après que tu ais dis que Terrae était grande... Mais je ne comprend quand même pas. Les dortoirs, ça devraient au moins être peuplés par les flemmards et ceux qui font semblant d’être malade ! Et puis les Master... C'est amusant ce titre, ils sont master de quoi ? Certes, c'est logique que les adultes soient les maîtres de l'institut mais de là à se faire appeler master... Hum... Et dernière question, pour le moment, un peu plus indiscrète. Quel age as-tu ?"


En ligne#   Jeu 27 Fév 2014 - 12:51

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 396
Date d'inscription : 16/02/2014
Age : 23
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Un peu mieux, je suppose

Parler du vide n'était pas toujours une très bonne chose, Tahia ne le savait que trop bien en raison de son propre vide qu'elle ressentait encore dans sa poitrine et qui lui rappelait à chaque occasion la raison pour laquelle elle l'avait obtenu et pourquoi elle se trouvait dans cet institut. Tant que ce vide n'aurait pas disparu, jamais elle ne parviendrait à retrouver un tant soit peu de joie, bien qu'elle ait retrouvé un peu le sourire ces derniers jours et qu'elle avait fini par s'habituer aux lieux, le changement ne l'ayant finalement pas autant dérangé qu'elle l'avait cru au début. Concernant le vide, la jeune fille savait que ce dernier ne faisait son apparition qu'à un moment de notre vie et était provoqué pour différentes raisons, cela pouvait être à cause de la mort d'une personne dont on était proche, du manque de quelque chose qu'il n'est pas possible de combler et surement bien d'autres choses. La brune ayant ressenti à deux reprises ce vide, elle savait à présent ce que c'était exactement et puis, les explications que lui avaient donné Hisméria, le jour de son arrivée à l'institut, s'étaient montrées plutôt utiles et elle avait pu mieux cerner ce problème qui avait dû toucher toutes les personnes présentes à Terrae. A présent, il fallait trouver comment combler ce vide et c'était très certainement la partie la plus compliquée à réaliser, du moins, l'adolescente ne savait vraiment pas comment il lui serait possible de faire disparaitre le vide dans sa poitrine, bien qu'elle se doutait qu'elle devait accepter certaines choses concernant son passé. Certes, elle était consciente qu'elle avait eu droit à la cruauté des hommes lorsqu'elle n'était qu'une petite fille de neuf ans tout comme elle avait conscience que celle qu'elle considérait comme sa Grand-Mère était morte et elle s'y était faite mais comment réussir à accepter de telle chose en fin de compte...?

Pourtant, Tahia cessa de s'interroger sur son cas, son attention s'étant reportée immédiatement sur Aaron qui s'était immobilisé après qu'elle l'ait interrogé concernant le vide et très vite, elle sut que ses questions avaient fait réagir le jeune homme. Qui plus est, il y avait bien des signes qui montraient que le vide était aussi présent chez lui: il avait le regard fuyant, était encore plus pâle qu'il ne l'était déjà, l'étudiante espérant qu'il n'allait pas non plus tomber les pommes, elle ne tenait pas à se faire encore plus de soucis comme ça. Depuis longtemps, la brune avait appris à voir quand les gens n'allaient pas bien et son vécu lui avait permis de distinguer les gens qui pouvaient se montrer sincères et ceux qui, au contraire, pouvaient être de bons menteurs. Jusqu'à présent, elle n'était pas encore tombée sur ce type de personne et c'était plutôt tant mieux mais aucun doute que cela ne durerait pas et que tôt ou tard, elle se retrouverait confrontée à ces personnes qu'elle pouvait considérer comme des menteurs. Mais là n'était pas la question, elle voyait qu'Aaron faisait tout pour rester calme mais elle voyait et elle sentait que l'aspect extérieur n'était qu'une façade et que c'était une toute autre affaire à l'intérieur mais elle préféra ne pas le presser, attendant qu'il parle de lui même et qu'il lui dise. Ce fut d'ailleurs après un moment d'attente qu'elle finit par entendre le jeune homme lui dire, d'une voix vraiment triste, que ce n'était pas seulement dans son cœur qu'il le ressentait ce vide mais partout dans son corps et que c'était similaire à chuter dans l'attente, et l’inquiétude sans doute, de toucher finalement le point d'impact. Était-ce qu'elle avait aussi ressenti la première fois qu'elle avait senti le vide? Non, la jeune fille avait plutôt eu l'impression qu'on lui avait déchirée son âme en plusieurs morceaux et elle n'avait souhaité qu'une chose ce jour-là: c'était de mourir, de disparaitre une bonne fois pour toute...

Pour le moment, Tahia conserva encore le silence, sachant qu'Aaron n'avait pas encore fini de lui parler, ce dernier lui expliquant qu'il avait toujours ressenti ce vide bien que celui-ci n'était pas très fort au début, qu'il n'était que le résultat de la jalousie du jeune homme. En l'entendant demander pourquoi certains avaient des parents et pas lui, ce fut au tour de la jeune fille de se sentir un peu mal car elle ne comprenait que trop bien ce sentiment même si c'était parfois pire: ils étaient tous deux des orphelins. Ne pas savoir qui était ses parents avait été une horrible expérience pour la brune, au même titre que celui de ne même pas connaitre son nom de famille. Mais entendre la suite ne fut guère plus joyeuse lorsque le jeune homme déclara que ce vide avait augmenté le jour où son frère...était mort. La jeune fille avait achevé elle même cette phrase, dans sa tête bien sur, mais elle voyait que ce mot restait bloqué dans la gorge d'Aaron et elle ne pouvait le lui reprocher. De toute façon, comment pouvait-on prononcer ce mot s'il concernait une personne qui nous était très cher? Les plaques militaires que l'adolescent portait autour de son cou, est-ce que c'était celles de son frère? En voyant l'état de l'adolescent, la brune aurait tellement voulu se lever et le prendre dans ses bras mais elle ne savait pas comment il réagirait. Est-ce qu'il la repousserait ou bien accepterait-il finalement? Elle n'eut pas le temps de se poser davantage la question qu'elle vit le jeune homme dire, d'une voix plus calme et joyeuse, que son frère avait disparu mais cela, elle ne le crut pas un seul instant, ça sonnait bien trop faux dans son esprit et ce n'était certainement pas ce que les yeux d'Aaron disaient. On prétend que les yeux sont le miroir de l'âme, non? Eh bien, ceux de l'adolescent montraient et parlaient bien plus sincèrement que les paroles que ce dernier avait prononcées. Certes, il ne mentait pas sur le vide mais il mentait sur son frère, c'était certain.

Mais Tahia préféra ne pas faire de commentaires sur ces dernières paroles et laissa Aaron donner sa réponse concernant leur présence dans l'institut, ce dernier disant que c'était surtout pour vaincre le vide tandis qu'ils devaient par la suite se comporter comme n'importe quels étudiants dans un établissement normal. Sauf que Terrae était tout sauf normale et elle avait pourtant prévenu le jeune homme que certaines choses ici dépassaient toute logique ou rationalité. Mais n'avait-elle pas ce même problème, même si elle avait accepté cette situation facilement? Enfin, elle vit que l'adolescent s'était finalement décidé à s'asseoir à côté d'elle tout en lui disant qu'il avait des problèmes d'écoute étant donné qu'il avait commencé à décrocher après qu'elle ait commencé à parler de Terrae. Les remarques suivantes furent la preuve qu'il n'avait visiblement pas conscience que cet endroit était hors norme et n'avait rien à voir avec les autres établissements qu'il avait pu connaitre, au même titre qu'il n'avait pas saisi combien les Master avaient aussi leur importance ici. Enfin, la brune ne put retenir un petit sourire amusé lorsqu'il lui demanda son âge, en même temps qu'elle réfléchissait à tout ce qu'elle allait devoir lui expliquer mais est-ce qu'il la croirait seulement? Tant pis, elle l'avait mis en garde de toute façon alors elle n'allait pas non plus tourner autour du pot pendant des heures. Se tournant vers lui, l'étudiante commença d'abord par le plus facile à répondre:

" Actuellement, j'ai dix-sept ans même si les gens me disaient que j'en paraissais plus que ça. Tu as quel âge, toi? Sinon, je crois que tu n'as pas très bien compris que j'étais sérieuse quand je te disais qu'il faut être plutôt ouvert d'esprit et accepter certaines choses qui sont au dessus de la normale. Et c'est exactement ce qu'est Terrae...au même titre que tous ceux qui se trouvent ici, nous deux y compris. Pourquoi le Master t'a amené ici et pas ailleurs? Tout simplement parce que toutes les personnes ici, même les Master, ont ressenti le vide et c'est dans cet endroit qu'il nous faudra le faire disparaitre bien que cela peut prendre des années, si tu veux mon avis. Et les Master portent très bien leur titre car ils font des personnes les plus puissantes à Terrae, bien que cela soit vraiment notre directrice la plus puissante et notre chef par la même occasion. Et crois moi, vu ce qu'il va nous arriver à nous, novices, tu comprendras rapidement pourquoi tu ne trouveras pas beaucoup de "flemmards" ici. "

Tahia avait dit cette dernière phrase avec un certain amusement, bien que la manière dont elle l'avait formulée pouvait prêter à confusion et donnait un tout autre aspect, surtout en faisant clairement comprendre qu'il allait leur arriver quelque chose très prochainement. Mais elle pouvait bien se permettre de faire une petite frayeur à ce nouveau, même si elle doutait qu'il prenne aussi bien la chose qu'elle, enfin, elle verra bien. Après, tout dépendra de son "ouverture d'esprit" et cela, elle ne pouvait le garantir car elle ignorait totalement comment se situer Aaron par rapport aux histoires plutôt fantastiques et quelque peu, surréalistes. Sauf que, il lui restait tout de même une chose à lui demander et c'était surement ce qui allait compliquer un peu les choses.

" Tu sais, il y a des choses que j'ai appris sur les gens, en particulier quand je regarde leurs yeux: très souvent, le regard d'une personne peut montrer les plus grandes vérités et une sincérité que les paroles ne disent pas forcément. Alors explique-moi pourquoi je ne crois pas un seul instant que ton frère ait disparu? Je ne sais que trop bien combien le vide est douloureux, je l'ai ressenti deux fois dans ma vie, aussi affreux l'un que l'autre, et je ne peux que te croire quand tu me dis qu'il te fait souffrir mais ce vide, il ne disparaitra jamais si tu n'es pas sincère concernant les origines de sa création. Qu'est-il arrivé à ton frère...? "



Spoiler:
 


Lantana (Oldcodex) - Main Theme
Savin' me (Nickelback) - Sad Theme
Mononoke Hime Theme (Ocarina)- Wind Theme
#   Jeu 27 Fév 2014 - 16:21

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 335
Date d'inscription : 23/02/2014
Age : 18
Emploi/loisirs : Lire et écrire.
Humeur : Je larveeee ~

Aaron se sentait calme. Étrangement calme. Le genre de calme qu'il ressent lorsqu'il s'assoit, devant une fenêtre alors qu'il pleut dehors, un chocolat chaud dans les mains et une couette sur les épaules. C'était... étrange, il n'arrivait plus à aligner plus de deux mots sans qu'une étrange flemme ne le prenne. C'était la même sensation qu'après avoir pleuré un bon coup. Agréable, pendant un moment, mais sans plus. Malheureusement pour lui, ce n'était pas cette sensation qu'il ressentait, c'était son vide. Son vide bien caché. Son vide qui n'attendait qu'une seule petite chose pour sortir et provoquer une nouvelle crise. Son vide qui le guette. Aaron ne le voit pas, pourtant il sait qu'il est là... Mélangé à cet étrange calme, son vide lui paraissait mille fois plus effrayant. Tellement effrayant que l'adolescent réussit, pour une fois, à se concentrer sur les réponses que lui apportait Tahia.

" Actuellement, j'ai dix-sept ans même si les gens me disaient que j'en paraissais plus que ça. Tu as quel âge, toi? Sinon, je crois que tu n'as pas très bien compris que j'étais sérieuse quand je te disais qu'il faut être plutôt ouvert d'esprit et accepter certaines choses qui sont au dessus de la normale. Et c'est exactement ce qu'est Terrae...au même titre que tous ceux qui se trouvent ici, nous deux y compris. Pourquoi le Master t'a amené ici et pas ailleurs? Tout simplement parce que toutes les personnes ici, même les Master, ont ressenti le vide et c'est dans cet endroit qu'il nous faudra le faire disparaitre bien que cela peut prendre des années, si tu veux mon avis. Et les Master portent très bien leur titre car ils font des personnes les plus puissantes à Terrae, bien que cela soit vraiment notre directrice la plus puissante et notre chef par la même occasion. Et crois moi, vu ce qu'il va nous arriver à nous, novices, tu comprendras rapidement pourquoi tu ne trouveras pas beaucoup de "flemmards" ici. "

Un sourire amusé naquit rapidement sur le visage d'Aaron. Il voulait bien reconnaître que l'institut était spéciale mais de là à devoir être ouvert d'esprit pour la comprendre, ce n'était pas un peu exagérée ? Et puis les Masters, elle ne lui avait toujours pas expliquée en quoi ils étaient des "masters". D'accord, ils ont ressentit le vide et ont surement étudier ici et réussit à le vaincre, puisque c'était le but de Terrae, mais pourquoi partir à la rechercher d'autres personnes ressentant ce vide ? D'ailleurs, comment pouvaient-ils ressentir le vide des autres ? Est-ce que c'est la directrice, qui leur disait où il y en avait ? Franchement... ça ne tenait absolument pas debout ! Son sourire s'élargit lorsqu'il eut l'impression qu'elle parlait de la directrice comme une sorte de chef. Un chef incontesté, tout puissant et dont les paroles ne doivent être écoutées que d'une petite minorités de personne !

Une petite lumière s'alluma dans l'esprit d'Aaron. Oui, c'était surement ça ! Terrae était une secte ! Une secte qui recrutait de enfants, enfin pas totalement recrutait puisqu'il était venu de son plein gré... A moins que ça ne soit l'aura réconfortante de la personne qui l'avait forcée à venir... ? Bref... Terrae devait surement être une secte qui recueille des enfants complètements perdu, pour les aider à vaincre le vide qui les hante, et après leur demander d'aller chercher d'autre enfant ressentant eux même le vide... Et la directrice est en faite une sorte de gourou qui fait quelque chose, aux novices, qu'ils sont pour les rendre moins flemmards...
Aaron disait non. Un grand et unique non. C'était déjà assez compliqué de s'en sortir avec son propre vide, alors s'il devait s'occuper d'aller chercher des gosses, pour qui il n'a aucune sympathie en passant, et les ramener ici, c'était non ! Autant rester novice jusqu'à jamais, mais jamais il n'accepterai de s'occuper d'autre novice. C'était de l’égoïsme pur et simple, mais voila c'est Aaron. Aaron c'est Aaron. Avec un style de pensée parfaitement illogique et égoïste, qui préfère cent fois se débrouillé tout seul ou avec des amis, que de s'occuper de parfait inconnu qui ne lui inspirent absolument rien. Il tient à son petit monde comme un gosse à son jouet, et n'apprécie pas qu'on vienne le lui prendre...

" Tu sais, il y a des choses que j'ai appris sur les gens, en particulier quand je regarde leurs yeux: très souvent, le regard d'une personne peut montrer les plus grandes vérités et une sincérité que les paroles ne disent pas forcément. Alors explique-moi pourquoi je ne crois pas un seul instant que ton frère ait disparu? Je ne sais que trop bien combien le vide est douloureux, je l'ai ressenti deux fois dans ma vie, aussi affreux l'un que l'autre, et je ne peux que te croire quand tu me dis qu'il te fait souffrir mais ce vide, il ne disparaitra jamais si tu n'es pas sincère concernant les origines de sa création. Qu'est-il arrivé à ton frère...? "

... pourtant il finit toujours par ce le faire prendre. Comme tout à l'heure, ses pensées se stoppèrent et il eut l'impression que le temps s’arrêta lui aussi. Aaron croisa les bras, après avoir de nouveau baissé la tête pour cacher son nez dans son écharpe. Empêchant ainsi la jeune fille de voir ses yeux. Il n'aimait pas qu'on lui dise ça. Non, ses yeux ne reflètent pas ses pensées profondes ! Non, c'était tout simplement non. Non, non et non ! C'était inconcevable. Une moue boudeuse d'enfant passa sur son visage quand il releva la tête. Il planta ses deux yeux bleus dans l'unique oeil visible de Tahia. Sa voix aussi était semblable à celle d'un enfant boudeur, traînante et mâchant les mots.

"- Si tu veux pas croire qu'il est disparu, c'est uniquement parce que tu le connais pas. Kyro il est fort et y a personne qui peut le battre, pas même ta directrice gourou ! Et puis il a pas de le droit de partir ! Déjà qu'il a promit qu'il viendrait me chercher en Janvier, et qu'il est pas venu..."

D'un léger mouvement de bras, il ramena sa main devant lui et tira légèrement plus haut sur son écharpe. Sa voix se fit légèrement plus hésitante tandis que son regard cherchait à fuir. Le vide gagnait encore...

"- Et puis, c'est pas parce que j'ai son pendentif qu'il est... Qu'il est... De toute façon, ils ont dit qu'il était parti durant la nuit avec ses affaires ! Personne ne l'a vu partir, il a simplement laissé son pendentif. Il en avait peut-être marre..."

« Aaron déforme la réalité.
Dés que quelque chose ne correspond pas avec sa vision du monde, il la déformera pour l'adapter. Parce qu'il ne peut y avoir que des gentils et des méchants, il n'arrive pas à concevoir que quelqu'un soit dans les deux camps...»


L'adolescent se stoppe quand son regard bute sur quelque chose de rectangulaire. Il reconnait rapidement la silhouette d'un livre. Enfin de plusieurs. Une nouvelle lumière fait tilte dans son esprit quand il voit le sac à coté. Il cligne de nouveau des yeux en reportant son regard sur Tahia. Son seul oeil visible semble déborder d'une résolution qui le mettait mal à l'aise. Aaron n'avait jamais beaucoup aimé les personnes ayants ce genre de lueur dans les yeux. Surtout parce qu'elles lui donnaient l'impression de vouloir rendre tout le monde heureux, ce débordement d'attention ça l'agacer.

"- C'était pour lire que tu étais sous l'arbre, pensait-il tout haut."

Nouveaux clignements d'yeux. A croire que cette petite ampoule avait bien du mal à s'éteindre ou à s'allumer quand il le fallait. En l’occurrence, elle ne s'était pas éteinte assez vite. Le rouge monta rapidement à ses joues et il enchaina.

"- Non ! Euh... Nan j'voulais pas dire que je t'avais pas écouté dans le... Oh zut et..."

Aaron retient du bout de la langue le juron. Ses yeux cherchèrent une issues. Une issues qui lui permettrait de cacher ses joues rouges et sa gaffe. Soudain, la lumière revient. Dix-sept ans. Elle avait dit qu'elle avait dix-sept ans... Ah bah bravo l'attention ! Pour ne s'en souvenir que maintenant... Dire qu'il se faisait corriger par une fille plus grand que lui... C'était... Pitoyable ? Non pas jusqu'à là, disons juste que sa fierté en avait prit un coup. Il pouvait s'estimer heureux de ne pas avoir finit en larme, ça aurait été le début le plus catastrophique de la terre... Elle lui avait aussi demander son age. Il reporta timidement son regard sur Tahia et reprit de nouveau la parole.

"- Hum, j'en ai seize. Seize ans..."

Avec un courage qu'il ne connaissait pas, il rajouta sur un ton qui paraissait trop lointaine pour être dit avec une once de bonne volonté.

"- Et hum... Tahia (Taya) tu pourrais éviter de me poser des questions sur mon frère, c'est un peu dérangeant. C'est comme si je me mettais à te demander des trucs sur ta grand-mère et pourquoi c'est un nom japonais qu'elle a... T'apprécierais surement pas, et j'ai pas trop envie de me fâcher ou de faire une nouvelle crise. La semaine à déjà était assez dure... Bref tu as compris..."


En ligne#   Jeu 27 Fév 2014 - 19:06

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 396
Date d'inscription : 16/02/2014
Age : 23
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Un peu mieux, je suppose

Elle avait visé juste, c'était sur et certain, sinon elle ne verrait pas de nouveau Aaron se raidir dès qu'elle lui avait demandé ce qui était arrivé à son frère, Tahia se doutait en peu qu'elle aurait encore droit à cette réaction mais elle préférait savoir que d'avoir affaire à un mensonge. Surtout qu'elle éprouvait une étrange sympathie pour le jeune homme, alors qu'elle venait tout juste de le rencontrer et qu'elle n'était certainement pas le genre de personne à se lier facilement avec quelqu'un qu'elle ne connait pas mais c'était plus fort qu'elle. Quelque chose en elle lui disait qu'elle pouvait faire confiance à l'adolescent et qu'elle n'avait pas de crainte à avoir concernant la nature de ce dernier. Et puis, il y avait quelque chose qui faisait qu'elle ne pouvait tout simplement pas se méfier de lui, quelque chose qui faisait qu'elle avait l'étrange envie de lui faire câlin, elle qui n'avait jamais vraiment aimé les contacts humains. Et le voir croiser les bras et baisser la tête pour que la jeune fille ne soit pas capable de voir ses yeux lui donnait un air plutôt mignon et enfantin à la fois, ce qui était plutôt étrange, surtout quand on se dit que les deux adolescents avaient sans aucun doute le même âge. Sauf que visiblement, le jeune homme faisait cela lorsqu'il était gêné de quelque chose ou qu'il réfléchissait à ce qu'il comptait dire, pour être sur qu'il n'allait pas dire de bêtises ou quoi que ce soit d'autre. Oui, il y avait vraiment quelque chose de très enfantin chez lui et la brune ne savait vraiment pas si elle devait être amusée ou si elle devait être surprise de ce genre de comportement de la part d'un adolescent, surtout un garçon mais bon, elle pouvait parler elle aussi à vouloir agir comme une personne mature alors qu'elle n'avait que dix-sept ans donc elle n'était pas vraiment le meilleur exemple à suivre.

Aussi, Tahia ne put retenir un petit sourire amusé lorsqu'elle vit Aaron afficher une petite moue boudeuse en même temps qu'il prenait la parole, d'une voix qui lui faisait vraiment penser à celle d'un enfant, en lui disant que si elle prétendait que son frère avait disparu, c'est uniquement parce qu'elle ne le connaissait pas. Étrangement, son sourire s’agrandit et elle se retint d'éclater de rire en l'entendant décrire son frère, qui répondait au nom de Kyro, en disant qu'il était fort et que personne ne pourrait le battre, la brune devait en conclure que ce Kyro devait surement être l'aîné car c'était bien le genre de discours que tiendrait un enfant qui adore son grand frère ou sa grande sœur et elle ne put s'empêcher d'avoir un petit pincement au cœur. Elle n'avait jamais eu cette chance d'avoir un frère ou une sœur, qu'importe qu'elle soit la petite ou la grande, au moins elle aurait pu partager de très belles choses, se sentir en sécurité et dire toutes ses peurs et ses craintes. Mais jamais cette possibilité ne s'est offerte à elle et quand elle écoutait Aaron en parlait, la jeune fille enviait un peu l'adolescent d'avoir eu cette chance, qu'on ne lui avait pas offerte à elle, même si cela faisait partie de ce qu'elle avait souvent souhaité. Quand elle entendit le mot "gourou", la brune se demandait déjà si elle avait bien entendu et l'envie de rire se faisait de plus en plus présente. Mais qu'est ce qu'il croyait franchement? Que cet institut était une secte? Et que la directrice était le grand manitou? Certes, cet endroit n'accueille pas n'importe qui et veille à ce que personne d'autre ne rentre et que si quelqu'un veut sortir, c'est sous la protection d'un Master mais quand même, il ne fallait pas non plus exagérer. Et rien que d'avoir entendu cela, fit comprendre une chose à l'étudiante: tout lui expliquer risquait de prendre un très long moment parce que c'était mal parti pour qu'il comprenne.

Mais son sourire se fana un peu lorsqu'elle entendit la voix de l'adolescent se faire plus faible et plus hésitante, en disant que ce n'était pas parce qu'il avait les plaques de son frère que cela voulait dire qu'il était mort, que personne ne l'avait vu partir et qu'il n'avait plus ses affaires. En fin de compte, Tahia comprit un peu ce qu'Aaron ne parvenait pas à comprendre lui non plus: il n'arrivait pas à admettre que son frère est mort et continuait à penser qu'il était toujours vivant, ce qui l'empêchait d'admettre et d'accepter la réalité. La jeune fille agissait un peu pareil même si cela faisait longtemps qu'elle avait admis que sa Grand-Mère était morte mais elle ne l'avait pas encore totalement accepté et c'était cela qui était douloureux au fond. Alors, en voyant le jeune homme fuir ce qui était pourtant une réalité dure, la brune avait l'impression de se voir un peu en lui sauf que cela faisait très longtemps qu'elle n'agissait plus comme la petite fille qu'elle était censée être. L'orphelinat, son agression, le centre...tout cela l'avait privé de la vie que n'importe quel enfant était censé avoir normalement et de ce fait, jamais l'adolescente n'avait eu de réelle enfance et avait été obligée de grandir plus vite que les autres enfants. Alors que lorsqu'elle voyait Aaron, c'était l'inverse: elle voyait plutôt un enfant dans le corps d'un adolescent et c'était assez étrange mais pas impossible, elle en avait conscience. Pourtant, en voyant l'étudiant fixer un instant les livres qu'elle avait sorti de son sac puis la regarder à nouveau avant de lui dire que c'était parce qu'elle lisait qu'elle se trouvait sous l'arbre, la brune n'y tint plus et elle éclata de rire devant la tête de son vis-à-vis en même temps qu'il devait se rendre compte qu'il était complètement en retard dans la logique et les sujets auxquels ils étaient en train de parler.

Par la suite, Tahia remarqua qu'Aaron semblait s'être vraiment rendu compte de ses paroles tandis que son visage prenait une jolie teinte rouge en même temps qu'il essayait de s'excuser en disant que ça ne voulait pas dire qu'il n'avait rien suivi à la conversation. La brune se calma un peu, autant ne pas gêner encore plus le jeune homme, c'était déjà assez comme ça, aussi le laissa-t-elle réfléchir un instant, le temps qu'il remette ses idées en place puis il lui déclara, d'une voix timide, qu'il avait seize ans. En effet, il était plus jeune qu'elle, bien qu'ils n'aient qu'une année de différence mais cela n'empêchait pas que l'étudiante le trouve vraiment enfantin. Par la suite, il lui expliqua qu'il aimerait qu'elle évite de poser des questions sur son frère car cela serait un peu similaire aux questions qu'il lui avait posé sur son nom de famille, et des questions qu'il aurait pu poser sur sa Grand-Mère. En effet, elle n'aurait pas vraiment apprécié, elle n'avait même pas du tout apprécié. L'adolescente ne pouvait que le comprendre mais elle ne voulait pas que le jeune homme se cache de la réalité à partir de mensonges car c'est justement cela qui sera pire: s'il a vécu pendant des années dans un mensonge, le retour dans la réalité sera surement la chose la plus douloureuse pour lui et la brune trouva cela vraiment triste. Aussi, finit-elle par faire quelque chose qu'elle avait envie de faire depuis un petit moment et très vite, l'étudiante finit par prendre le jeune homme dans ses bras, cachant par la même occasion son visage, sachant parfaitement qu'elle devait rougir à cause de cette proximité. Mais ne voulant pas montrer son embarras, elle prit la parole:

" J'arrêterai peut être si tu cesses de bouder et d'agir comme un petit garçon de dix ans qui veut avoir raison à tout. Et puis, qu'est ce que c'est que cette histoire de gourou? On est pas dans une secte ici, sinon, on nous autoriserait certainement pas à sortir de Terrae car ce ne sont pas que les Master qui peuvent partir, nous aussi nous le pouvons. Du moins, ceux qui ne sont plus des novices, même si je ne sais pas très bien comment ça se passe pour nous, en fin de compte. Après tout, je suis aussi nouvelle que toi, même si je sais juste un peu plus de choses. Mais je peux t'assurer que nous ne sommes pas dans une secte, je serai partie depuis longtemps sinon... "

Tahia se tut un instant, ne sachant pas si elle devait à nouveau parler du frère d'Aaron mais elle voulait quand même lui dire une petite chose.

" Tu sais, c'est vrai que je ne connais pas ton frère, et je suis sûre que c'est quelqu'un de bien, mais je connais la même chose que toi: le vide que tu ressens. Et ce vide, je sais qu'il disparaitra surement un jour mais ce n'est pas en venant simplement ici que tu pourras le combler. La première fois que j'ai ressenti le vide...je voulais mourir tellement il était affreux mais aucun Master n'est venu à ce moment là, il n'est apparu que lorsque j'ai perdu ma Grand-Mère et lorsque mon second vide est apparu. Un vide, ça ne se comble pas seul...est-ce que tu accepterais que je t'aide à combler le tien? "



Spoiler:
 


Lantana (Oldcodex) - Main Theme
Savin' me (Nickelback) - Sad Theme
Mononoke Hime Theme (Ocarina)- Wind Theme
#   Jeu 27 Fév 2014 - 20:26

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 335
Date d'inscription : 23/02/2014
Age : 18
Emploi/loisirs : Lire et écrire.
Humeur : Je larveeee ~

La petite lumière défectueuse refit son retour. Aaron cligna des yeux en essayant de comprendre. Il rêvait ou... Ou bien Tahia lui faisait vraiment un câlin. Le genre de câlin gentil, qu'on fait parce qu'on apprécie bien la personne. En se rendant compte de cet proximité, ses joues s'empourprèrent tandis qu'il profitait du câlin. Aaron préféré en donner plutôt, qu'en recevoir. C'était... Tellement étrange quand quelqu'un prenait cet initiative sans qu'il le lui demande. Kyro rechignait toujours, parce qu'il disait que ça se faisait pas, qu'il devait apprendre à être plus mature et qu'il était grand maintenant... Mais qu'est-ce qu'il pouvait y faire ? Il n'avait reçu presque aucun geste affectueux des Rockwell. Pas de bisou magique après se blesser, ni même de câlin... Un étrange manque d'affection qui n'avait fait que renforcer son premier vide.

" J'arrêterai peut être si tu cesses de bouder et d'agir comme un petit garçon de dix ans qui veut avoir raison à tout. Et puis, qu'est ce que c'est que cette histoire de gourou? On est pas dans une secte ici, sinon, on nous autoriserait certainement pas à sortir de Terrae car ce ne sont pas que les Master qui peuvent partir, nous aussi nous le pouvons. Du moins, ceux qui ne sont plus des novices, même si je ne sais pas très bien comment ça se passe pour nous, en fin de compte. Après tout, je suis aussi nouvelle que toi, même si je sais juste un peu plus de choses. Mais je peux t'assurer que nous ne sommes pas dans une secte, je serai partie depuis longtemps sinon... "

Hum non, c'était bien trop beau pour etre réel. C'était juste une fourberie bien masquée, en s'en rendant compte Aaron laissa échapper un léger rire nerveux. Il était presque sur qu'elle se mettrait à parler de nouveau de Kyro. Et puis Non ! Non il n'agissait pas comme un garçon de dix ans ! Non, il ne voulait pas avoir raison sur tout, quoique... Mais non, non et non ! Ses joues s’empourprèrent encore plus à cause de cette comparaison. C'était assez... Assez humiliant de se faire traité de gosse de dix ans par une fille qui avait juste un an de plus. Humiliant et peu amusant. Il devait quand même faire quelques centimètres de plus qu'elle.
Sa nature caline reprit le dessus, et il lui rendit son calin. Le nez enfouit contre le cou de la jeune fille, il avait passé une main derrière sa nuque et lui tenait l'épaule. C'était assez étrange, mais il avait toujours fait comme ça avec Kyro alors... Sa respiration s'apaisa rapidement, et le désordre habituel revient rapidement. Balayant le vide. Balayant l'idée que cet endroit était une secte. Une idée assez amusante en soit mais étrange. Et puis, au moins il avait comprit qu'il pourrait sortit après avoir le stade qui suivait le novice. Maintenant, restait à savoir lequel et en quoi il consistait. Son repos fut de courte durée car Tahia reprit rapidement.

" Tu sais, c'est vrai que je ne connais pas ton frère, et je suis sûre que c'est quelqu'un de bien, mais je connais la même chose que toi: le vide que tu ressens. Et ce vide, je sais qu'il disparaitra surement un jour mais ce n'est pas en venant simplement ici que tu pourras le combler. La première fois que j'ai ressenti le vide...je voulais mourir tellement il était affreux mais aucun Master n'est venu à ce moment là, il n'est apparu que lorsque j'ai perdu ma Grand-Mère et lorsque mon second vide est apparu. Un vide, ça ne se comble pas seul...est-ce que tu accepterais que je t'aide à combler le tien? "

La gorge nouée, sa main se crispa sur l'épaule de la jeune fille. Aaron le savait. C'était juste un piège pourtant... Pourtant, Tahia est une gentille, son rire et le câlin le lui confirme, mais alors pourquoi s'acharne-t-elle à revenir sur un sujet qu'il ne veut pas. N'avait-il pas été assez clair en lui demandant d’arrêter ? Ou était-ce qui ne voulait pas comprendre ? Surement était à cause de cet étrange résolution qu'il avait vu dans son œil... D'ailleurs, pourquoi cachait-elle le gris ? Peut-être avait-il lui aussi un rapport avec la grand-mère et son nom japonais.
Aaron essayait de garder une certaine logique dans ses pensées, pourtant la question de la jeune fille tournait en rond dans son esprit. Passant sans honte devant les autres, le narguant de sa belle forme. Son cœur s'accéléra en comprenant ce qu'elle lui proposerai. Combler son vide, reviendrait à accepter que Kyro avait disparu et le laisser dans un quoi. Au fond, l'idée le séduisait un peu. Il serait tranquille et aurait tout son temps pour lui en vouloir d'avoir oublié sa promesse. D'avoir laissé quelqu'un d'autre le faire. D'être parti sans un mot. Oui c'était tentant, même trop mais... Mais qu'est-ce qu'il ferait si un jour il reviendrait ? Il lui balancerait tout à la figure ? Il l'ignorerait ? Non... Aaron ne voulait pas de ça. Ce qu'il voulait c'était son grand-frère. Son grand-frère qui avait simplement disparu. Son grand-frère qui reviendrait un jour. Un jour... Mais quand ? Il le voulait maintenant, pas dans deux jours, une semaine, un mois, une année ou même dix ans. Non, maintenant... Ce que lui proposait Tahia n'était tout simplement pas acceptable. Oublier son frère pour mener une petite vie peinarde, non ! Il ne savait pas ce qu'elle avait connu pour avoir souhaité mourir en ressentant son premier vide, mais ça devait surement être très dur... Mourir ? Oui, Aaron l'avait souhait à peine quelques minutes après que l'officier lui avait dit que Kyro était parti sans rien dire. Pourquoi l'abandonnait-il ? Cette question n'avait pas disparu. Pourquoi partir alors qu'il lui avait une promesse ?

Sa main se crispa encore plus alors que des sanglots agitèrent ses épaules. Super... Maintenant, il se mettait à chialer, franchement... Ce début était vraiment catastrophique, il tombe sur une fille, cette fille le frappe, puis il arrive à la mettre en colère et s'excuse, et elle... Elle, elle arrive presque à le faire pleurer comme un gosse en seulement une question. Bah bravo la fierté ! Maintenant il tremblait et sentait les larmes se présenter aux portes de ses yeux. Il fallait vraiment qu'il réagisse vite... Lever la tête, rompre l'étreindre, mais faire quelque chose ! Quelque chose pour éviter que le vide ne le remplisse encore, qu'il repense sans cesse à Kyro et qu'il pleure... Réponds lui, lâche la, fait ce que tu veux mais bouge toi ! ça c'était sa fierté qui en prenait un coup et qui ne tolérait pas qu'il pleure devant une fille...

"- Non merci..."

Aaron fut lui-même surpris par la froideur de sa phrase. Au moins, s'il avait voulu lui faire comprendre d'une manière beaucoup moins élégante de le laisser tranquille, il n'aurait pas fait mieux. Il a toujours trouvé dingue, de voir à quel point, une simple intonation pouvait changer complètement le sens d'une phrase. Il finit par trouver le courage de lâcher Tahia dans sa fierté blessée d'avoir laissé échapper quelques larmes. Il détourna la tete, les joues rouges, légèrement mouillées, la rentra dans les épaules tout en enfouissant son nez dans son écharpe. Il croisa les bras tandis que son regard alla s'égarer dans un coin de la pièce.

"- C'est même pas vrai du tout, un gosse de dix ans aurait surement décliné plus gentiment. Je dirai plutôt de six ans. C'est plus mignon et plus gentil. ça à pas encore compris le sens de la vie sans être pourtant un parfait ignorant. L'age parfait quoi..."

Aaron le pensait vraiment. C'était pareil pour sa demi-soeur. Quand elle avait six ans, c'était un véritable petit ange aux cheveux roux qui ne savaient pas encore le rose, les téléphones et les amis ça existaient. Franchement, dire qu'il avait du batailler fermer avec ses parents adoptifs pour avoir un téléphone, elle, il lui avait simplement fallu qu'elle leur demande avec son petit sourire. Cette pensée, mit comme une chape de plomb sur le moral de l'adolescent. Toujours ce battre sans en ayant aucune certitude qu'il finirait vainqueur... Il se leva sans aucune bonne volonté, en disant.

"- Hum, il faudrait peut-être partir en exploration des lieux avant que d'autres filles n'arrivent et ne me voient... D'ailleurs j'ai même cru lire que c'était normalement interdit aux garçons..."

Le ton était détaché, à la limite du lointain. Son regard la fuyait, il était mal à l'aise de lui avoir parlé comme ça. Un léger soupire franchit ses lèvres tandis qu'il osait lever un peu la tête et qu'il reprit la parole en ayant une toute petite voix.

"- Excuse moi, c'est juste que je ne voulais pas pleurer... C'est comme si je te demandais ce qui est..."

Que choisir, il avait déjà choisit l'exemple de la grand-mère et du nom... Hum son oeil peut-être ? Il semblait plus être caché qu'autre chose...

"-... Comme si je te demandais pourquoi tu caches ton œil gris. T'apprécierais surement pas et tu m'enverrais surement ch... petre. Voila c'est dit, alors.... S'il te plais, Tahia, arrête."


En ligne#   Ven 28 Fév 2014 - 2:24

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 396
Date d'inscription : 16/02/2014
Age : 23
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Un peu mieux, je suppose

Elle n'était vraiment pas habituée à ce contact et pourtant, Tahia n'avait pas pu s'en empêcher de faire un câlin à Aaron, sachant parfaitement qu'elle ne serait pas forcément très à l'aise et qu'elle ne s'autorisait pas ce genre de geste avec n'importe qui. Mais la jeune fille sentait que l'étudiant avait besoin de ce contact, même s'ils ne se connaissaient pas et qu'elle ignorait comment il allait réagir, surtout qu'il s'agissait d'un garçon et bien qu'il soit à peine plus jeune qu'elle, il était bien connu que les garçons avaient une certaine fierté alors imaginez un adolescent de seize ans qui reçoit un câlin de la part d'une fille. Et pourtant, l'étudiante s'étonna de voir le jeune homme lui rendre son étreinte et autant dire que sentir le contact d'une autre personne avec cette proximité était vraiment gênant, elle s'était même légèrement crispée, bien que cela soit à peine perceptible. Depuis son agression, elle avait toujours craint le contact avec des hommes, même si ça s'était amélioré au centre, la brune éprouvait encore cette envie de repousser un homme qui s'approcherait trop d'elle, même si elle avait conscience que ce dernier n'agissait pas en mal. C'est pourquoi, elle prenait sur elle pour ne pas chercher à repousser Aaron, même si elle se doutait qu'il ne lui ferait rien de mal et que son étreinte était une simple manière de répondre au câlin qu'elle lui avait donné mais c'était vraiment tout. Et puis, elle n'avait pas peur de lui et doutait d'avoir peur de lui un jour mais être à proximité d'un homme la renvoyait à chaque instant à son enfance et c'était sans doute le pire pour elle qui ne désirait qu'une chose: c'est que cela s'arrête. Comment lui serait-il possible d'être vraiment proche d'un garçon avec son problème si elle en avait peur malgré elle? Et c'était bien destiné à continuer un long moment.

Son cœur se serra quelque peu lorsqu'elle sentit la main d'Aaron se crisper sur son épaule, Tahia se doutait que refaire référence à son frère le remettrait dans cet état et cela ne faisait que la rendre triste pour lui. Elle voulait l'aider, c'est quelque chose qu'elle souhaitait vraiment, mais cela ne lui serait juste pas possible maintenant si le jeune homme continuait à se rebuter et ce n'était pas en forçant un peu les choses qu'elle allait réussir quoi que ce soit pour lui. Aussi, elle préféra attendre qu'il se calme un peu, bien qu'elle se doute que cela risquait d'être impossible. Elle ne pouvait pas lire dans l'esprit de son camarade mais maintenant qu'elle avait remis le sujet de Kyro sur le tapis, la jeune fille aurait droit à un nouveau changement de réactions de la part d'Aaron et ce n'était pas le moment, bien qu'elle ne fasse pas le moindre commentaire. Mais ce qui fut surement le pire pour l'étudiante, c'est lorsqu'elle crut entendre des sanglots de la part de l'adolescent et elle se sentit un peu plus démunie face à cela, aussi préféra-t-elle rester dans les bras de son camarade et tenter elle même de garder son calme. Non, elle ne comptait pas pleurer, c'est du moins ce qu'elle ne voulait pas faire mais le cas d'Aaron la touchait plus qu'elle ne l'aurait voulu et ce qui était au début de l'amusement pour elle et qui consistait à réconforter un peu, voilà qu'elle allait elle-même se mettre à pleurer. La brune se trouvait déjà assez pathétique d'avoir de telles réactions rien que pour une seule personne mais c'était plus fort qu'elle, elle ne parvenait tout simplement pas à rester indifférente face à la situation d'une personne et encore plus lorsque cette dernière laissait voir un sentiment de détresse. Même au centre, elle ne s'était permise des larmes que lorsqu'elle avait enfin réagi aux paroles de sa Grand-Mère mais il n'y en avait plus eu depuis ce jour.

Et d'un coup, tout cessa lorsque Tahia entendit enfin la voix d'Aaron mais c'était une voix qu'elle ne connaissait pas, non surement pas une voix froide comme celle que la jeune fille venait d'entendre à l'instant en lui donnant une réponse négative. Surprise de cette voix, elle ne comprit pas tout de suite à quelle question il venait de lui répondre et elle le lâcha en même temps que le jeune homme et elle eut le temps de voir qu'il avait vraiment pleuré avant qu'il ne cache son visage en fuyant son regard. Elle s'écarta un peu de lui et détourna à son tour le regard, attendant que l'un d'eux prenne la parole et elle n'attendit pas très longtemps étant donné qu'il lui déclara que ce n'était pas vrai quand elle disait qu'il ressemblait à un gosse de dix car ce dernier se serait montré beaucoup plus gentil en répondant. Il parla ensuite d'un enfant s'il devait avoir six ans, qu'il trouvait que c'était bien plus mignon, que ça n'avait pas encore compris le sens de la vie bien que cela ne soit pas non plus ignorant, l'âge parfait en somme. Si ça pouvait être pareil pour tous les enfants, cela aurait été le bonheur mais ce n'était malheureusement pas le cas pour tous et à six ans, la brune savait bien des choses qu'une gamine de son âge n'est pas censée savoir, pas avant des années en tout cas. A cet âge là déjà, elle n'avait plus la moindre innocence enfantine et il avait fallu que trois années plus tard, on la lui arrache totalement, avec une telle facilité et une telle cruauté qu'elle en était devenue muette et ravagée et si elle avait retrouvé la parole au bout de six mois, la douleur était toujours présente et son œil le lui rappelait à chaque instant. Mais cela, jamais l'adolescente n'avait voulu en parler et personne n'a jamais su ce qui lui était arrivé il y a maintenant huit ans de cela, elle n'avait jamais réussi à prononcer ce mot, ce simple mot qui la rendait si mal.

Heureusement qu'elle ne regardait pas Aaron lorsque ce dernier se levait de sa place car il aurait été témoin de ce que Tahia considérait comme sa faiblesse et qu'elle s'efforçait de ne montrer à personne: ses larmes. Heureusement, seul son œil droit avait pleuré et c'était une larme silencieuse qui avait coulé, larme que la brune s'empressa de retirer rapidement tandis qu'elle posa son regard vers le jeune homme qui lui proposa de partir explorer les lieux avant que quelqu'un remarque qu'il se trouvait dans les dortoirs des filles. En rajoutant qu'il avait cru lire que c'était interdit aux garçons, l'étudiante eut un pauvre sourire face à l'excuse du jeune homme car il avait faux sur un seul point: le dortoir des filles n'était pas interdit aux garçons à la condition qu'ils y viennent dans la journée mais c'était une toute autre chose si l'un d'eux s'aventurait de nuit chez les filles. Et le contraire était exactement similaire, une fille ne pouvait aller chez les garçons la nuit mais uniquement dans la journée. Mais elle ne fit aucun commentaire et se leva à son tour même si franchement, elle n'avait aucune envie de quitter la pièce actuellement. Mais la jeune fille ne pouvait pas non plus laisser l'adolescent se débrouiller seul pour la visite et elle avait promis qu'elle lui montrerait un peu l'institut. Alors, elle tiendrait parole, même si elle n'avait vraiment plus la gaieté de cœur du début. Pourtant, entendre le jeune homme s'excuser du ton qu'il avait employé lui fit un peu de bien et elle comprenait qu'il n'avait pas voulu pleurer, mettre si ce n'était pas forcément un mal mais ils avaient de toute façon le même souci là-dessus: pleurer est une mauvaise chose pour eux deux. L'un trouvait que pleurer, surtout devant quelqu'un, touchait un peu trop sur la fierté tandis que l'autre considérait les larmes comme une grande faiblesse. Et dans les deux cas, ils n'avaient jamais été aussi loin de la vérité.

Tahia ne put retenir un autre soupir lorsqu'elle entendit Aaron faire une nouvelle comparaison, en parlant cette fois-ci de l’œil gris de la jeune fille et du fait qu'elle l'enverrait bouler si jamais il l'interrogeait là-dessus. La dernière phrase du jeune homme sonnait comme une supplique de sa part et l'adolescente n'eut tout simplement pas l'envie de reparler encore une fois mais il y eut cependant une dernière petite chose qu'elle souhaitait lui dire clairement. Se mettant face à lui, la brune retira un instant la mèche de cheveux qui cachait son œil gris et sa cicatrice avant de dire très calmement:

" S'il m'était possible de changer mon passé et de retirer un de mes deux vides, j'aurai tout donné pour qu'on m'efface la raison pour laquelle j'avais souhaité mourir et disparaitre, mon tout premier vide. Cela n'aurait rien changé à la mort de Grand-Mère Makoto et j'aurai été autant malheureuse mais au moins, même si mon enfance m'a été enlevée dès l'instant où j'ai su qu'on m'avait abandonnée, au moins je n'aurai pas perdu mon innocence qui m'a été arrachée par la cruauté des hommes et que même Grand-Mère n'a jamais pu me rendre... Mon œil est la preuve extérieure de ce que j'ai vécu il y a huit ans de cela mais ce n'est rien comparé à ce que j'ai à l'intérieur désormais... "


Elle cacha une nouvelle fois son œil avant de reprendre.

" Tu es le seul à savoir pour mon œil et ce n'est pas quelque chose que tout le monde peut se vanter d'avoir vu et de connaitre. Alors garde ça pour toi et en contrepartie, je ne dirai rien pour ma part... Au fait, je ne sais pas où tu as lu que les dortoirs pour filles sont strictement interdits aux garçons. Tu crois que j'aurai été assez stupide pour t'y amener si c'était vraiment le cas? Ce n'est interdit que le soir mais il n'est pas impossible à un garçon d'aller chez les filles tout comme une fille peut aller chez les garçons, du moment que c'est dans la journée. Enfin, je vais déjà te montrer ton dortoir après, on verra pour le reste de l'institut mais tu vas vraiment me fatiguer alors même que tu viens tout juste d'arriver. "

Si au départ, Tahia avait prononcé ces dernières paroles d'une voix déjà fatiguée en levant les yeux au ciel, un sourire avait finalement réussi à s'incruster un petit moment sur ses lèvres et cela la soulagea quelque peu.



Spoiler:
 


Lantana (Oldcodex) - Main Theme
Savin' me (Nickelback) - Sad Theme
Mononoke Hime Theme (Ocarina)- Wind Theme
#   Ven 28 Fév 2014 - 14:06

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 335
Date d'inscription : 23/02/2014
Age : 18
Emploi/loisirs : Lire et écrire.
Humeur : Je larveeee ~

Aaron garda la tête baissait, il n'aimait pas faire comprendre, de cette façon, aux gens qu'il ne voulaient plus parler d'un sujet. Les blesser avec leurs propre faiblesses, c'était une méthode méchante et lâche, qu'il n'aimait pas utiliser. Mais si ça pouvait éviter de crier comme un dingue, il l'utilisait. Parce que oui, quand Aaron s'énerve, il crie, il ne tape pas ou autre chose. Et généralement après, il fait demi-tour sans un mot en boudant. Une manière vraiment mature de régler la chose... Le soupire de Tahia lui fit relever la tête. Voila, il avait réussit à l'énerver et il allait s'en vouloir d'avoir parler aussi méchamment. Pourquoi fallait-il donc qui se sente si désolé de ses paroles, franchement... Il ne pouvait pas simplement ne plus y penser et ignorer leur répercussion ? Il recula, par surprise, quand il vit la jeune fille se mettre en face de lui et retirer la mèche cachant l'oeil gris.

" S'il m'était possible de changer mon passé et de retirer un de mes deux vides, j'aurai tout donné pour qu'on m'efface la raison pour laquelle j'avais souhaité mourir et disparaitre, mon tout premier vide. Cela n'aurait rien changé à la mort de Grand-Mère Makoto et j'aurai été autant malheureuse mais au moins, même si mon enfance m'a été enlevée dès l'instant où j'ai su qu'on m'avait abandonnée, au moins je n'aurai pas perdu mon innocence qui m'a été arrachée par la cruauté des hommes et que même Grand-Mère n'a jamais pu me rendre... Mon œil est la preuve extérieure de ce que j'ai vécu il y a huit ans de cela mais ce n'est comparé à ce que j'ai à l'intérieur désormais... "

Le calme de... La bouche légèrement ouverte, l'adolescent comprenait rapidement ce qu'elle voulait dire. La possibilité de retirer son vide, tout le monde l'aurait bien voulu mais... Mais si c'était si facile à obtenir cet institut n'existerai pas... Il recula encore en prenant conscience de ce que représentait l'oeil gris pour Tahia. La preuve extérieur de ce que lui ont fait les homme il y a huit ans... Leur cruauté... La perte de son innocence... Le visage d'Aaron se décomposa. La grosse bourde... Demi-tour, changement de sujet le plus rapidement possible ! Franchement quel con, il avait été de parlé de son oeil comme ça. Dire qu'il avait simplement pensé que c'était à cause de la méchanceté des autres enfants de l'orphelinat mais non... La vérité était mille fois pire. Et y a huit ans en plus donc... Oh putain. Elle devait avoir quoi, huit voire neuf ans, la Tahia. Alors là, Aaron ne pouvait pas s'en vouloir plus. Maintenant, il n'avait plus qu'une envie c'était disparaître le plus rapidement possible. Dans le trou le plus minuscule qui puisse exister. Comme un gosse à qui on révélé la vérité, ses mains vinrent se placer toutes seules devant sa bouche. Son côté égoïste se mit en retrait pendant quelques secondes pour laisser Tahia parler.

" Tu es le seul à savoir pour mon œil et ce n'est pas quelque chose que tout le monde peut se vanter d'avoir vu et de connaitre. Alors garde ça pour toi et en contrepartie, je ne dirai rien pour ma part... Au fait, je ne sais pas où tu as lu que les dortoirs pour filles sont strictement interdits aux garçons. Tu crois que j'aurai été assez stupide pour t'y amener si c'était vraiment le cas? Ce n'est interdit que le soir mais il n'est pas impossible à un garçon d'aller chez les filles tout comme une fille peut aller chez les garçons, du moment que c'est dans la journée. Enfin, je vais déjà te montrer ton dortoir après, on verra pour le reste de l'institut mais tu vas vraiment me fatiguer alors même que tu viens tout juste d'arriver. "

Oh merde...  Mais comment fait-elle pour être aussi calme ? D'accord ça s'est passé il y a huit ans mais quand même, en parler avec... Avec ce calme... L'adolescent était bluffé. Complètement bluffé, dire qu'il n'aurait jamais parlé autant, il aurait esquissé la réponse pour lui donner une allure abstraite pour que personne ne puisse comprendre mais non... Tahia elle avait parlé calmement. Tahia et sa résolution étrange qui l’agacer. Tahia qui voulait surement vaincre son vide plus que tout. Tahia qui... Une nouvelle lumière fit tilte dans l'esprit d'Aaron. Tahia qui l'avait prise dans ses bras alors que les... Oh putain ! Et lui qui s’énervait et l'engueuler presque pour de simple question. Et qui finissait toujours par ne pas répondre. Égoïste, suprême et imbattable. Si avant il avait des doutes concernant la gentillesse de Tahia, ce simple geste suffit à l'y replacer directement.

Bon... Ce n'était pas tout, mais rester planté comme ça, la main devant la bouche avec un air surprit sur le visage ne devait pas être la meilleur façon de paraître sérieux. Pourtant, de nouvelle tempête naissaient des révélations de la jeune fille. Elle avait du courage, vraiment beaucoup de courage. Il se mit à bafouiller en essayant de cacher ses joues rouges de honte.

"- Et bien, franchement... Je euh... Je voulais pas dire ça. Je. Euh..."


Les mots s'embrouillaient en voulant tous sortir en même temps. Dire qu'il était désolé ne changerai rien puisque de toute façon ça s'était passé il y a huit ans. Ses yeux exprimaient la surprise et une étrange admiration. Une admiration pour une personne qui arrivait à parler si calmement de son vide... Il passa ses mains tremblantes dans ses cheveux en reprenant.

"- Oh merde... Le con que je viens de faire... C'pas possible de faire pire... Nan bien sûr, je dirai rien et absolument rien. Pas même sous la torture...


Aaron se tu pour arrêter le massacre. Il ne pouvait vraiment pas faire pire. Dire qu'il avait crû toucher le fond en apprenant ça, mais non, il trouvait encore le moyen de creuser plus profond... Il suivit Tahia jusqu'aux dortoirs des garçons, finalement pas si éloigné que ça de celui des filles. Il ne parla pas de tout le trajet, la tête embrouillé de mille et une excuse qu'il ne trouverait jamais le courage de les dire.
L'adolescent trouva rapidement son lit parmi ceux du dortoir. En fait, ça tenait plus qu'à de la chance qu'à une véritable orientation puisqu'il avait l'impression que la pièce n'était qu'un immense capharnaüm. Après tout c'était des garçons. Il avait aussi son bordel à lui. Mais un bordel organisé où il finissait toujours par trouver ce qu'il voulait. Sauf qu'il n'avait pas prévu d'avoir laissé le carnet de Kyro grand ouvert avec un crayon à côté. Parce que oui, même si c'était son frère il avait une écriture... Une écriture qu'Aaron qualifierait gentiment de tout à fait illisible. Les lettres étaient serrées les unes contre les autres comme si elles avaient peur de prendre trop de place et en plus, elles étaient penchées. Rien que ça.

Aaron sauta presque dessus pour le cacher. Les joues légèrement enflammées, son manteau tomba sur le lit sans aucune grâce alors qu'il cachait le carnet derrière son dos. Dedans, il y avait plein de chose, pour l'instant ce n'était que des récapitulatifs barbants de missions plus dangereuse les unes que les autres, avec parfois des petites vérités que Kyro écrivait sur lui. En fait... Le plus étrange c'était qu'il commençait son carnet par : Si un jour je venais à mourir, j'aimerai qu'Aaron ait ce carnet. Non il n'était pas mort, il avait surement dû l'oublier et c'était pour cette raison qu'il l'avait...

"- Hum... Tu n'as rien vu."


L'adolescent ne voulait pas qu'elle aille s'imaginer qu'il avait un journal intime ou un truc dans le genre. Non, Aaron n'était pas doué pour l'écriture et il préférait largement se défouler physiquement que d'écrire ses sentiments sur du papier... Il toussota légèrement en se souvenant de ce qu'elle lui avait dit. Il l'a fatigué... Son regard s'enfuit tandis que sa main libre alla frotter sa nuque. Il détestait les au revoir, parce qu'il ne savait jamais quand il reverrait cette personne. Parce qu'il avait peur d'être oublier et qu'il tenait à chaque personne pour que son petit monde puisse tourner correctement.

"- Bon, je suppose que tu dois être fatigué... Alors je vais pas t'embêter plus longtemps. C'est pas grave pour la visite, je trouverai bien une carte ou quelque chose dans le genre..."


Aaron eut une légère hésitation, avant de reprendre en relevant légèrement la tête et en planta son regard bleuté dans l'oeil de Tahia.

"- Sinon merci pour les infos. Et... Euh... J'y réfléchirai pour l'aide..."


Les joues rouges, il reprit, en baissant de nouveau la tête, d'une voix d'enfant.

"- Et si toi aussi tu veux de l'aide pour... Je serai quand même là..."


Aaron releva la tête et esquissa un léger sourire.

"- Bon bah... On se revoit une prochaine fois... ?"


 

Début catastrophique ~ [Tahia Makoto]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Cour.
Aller à la page : 1, 2  Suivant