Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2
Casse-croûte nocturne ~ [Hisméria Altair et Teru Tetsukamen] [Abandonné]
##   Dim 20 Juil 2014 - 2:29
Anonymous
Invité

Hrp : Je suis complètement perdu dans ce RP, trop longtemps, je sais plus où en est (et surtout flemme de tout relire) du coup, il est probable que je fasse des contres sens, n’hésitez pas à me le dire si vous en voyez ! 
- J'ai peut être été un homme... Il y a longtemps... Je ne ... Sais plus... 
Hisméria en colère répondit : 
- Tu te fou de ma gueule c’est ça ? Tu crois vraiment que c’est le moment de jouer à un jeu de devinette ? Tu es quoi si tu n’es pas humain ? Un cyborg ? 
L’étrange individu reprit sur un drôle de délire :
- Il a été un enfant brillant, un ado prêt à tout pour suivre son ami, un jeune camé, un homme traitre.
L’adolescent soupira puis s’exclama : 
- Ok, je vois, tu es justes complètement défoncé, des personnes comme toi me dégoutte. Je ferais peut être mieux de te trancher la gorge tout de suite ? 
L’homme d’un calme olympien reprit naturellement : 
- Que cherchez-vous ?... Je sais... Je sais…
Avec une tonalité méprisante, Hisméria ne laissa pas le temps à l’individu de finir sa phrase qu’il reprit : 
- Bon bah si tu sais, amène moi y ! Et arrête de me parler, si tu ne veux pas que je te coupe la langue. 
De l’autre coté, l’affamé râla : 
- Je te l'avais demandé en premier ; Mais sinon c'est Aaron…
L’adolescent répondit simplement avec une tonalité sèche :
- Moi c’est Hisméria. Hisméria Altair. Content monsieur l’affamé ? Ah et pendant qu’on y est, donne nous ton prénom toi aussi, sinon tu vas finir avec un surnom pourris.
Aaron répondit sur le même ton : 
- Ah.
Au bout de quelques instants le gamin se poussa et prononça : 
- Voilà,  La voie est libre.
- C'est pas trop tôt !
Répondit Hisméria qui lâcha son prisonnier et commença aussi tôt a chercher avec précision. 
Aaron intrigué, demanda :
- Tu cherche quelque chose ?
- Je te l’ai déjà dis, mêle toi de tes affaires, et vérifie que l’autre fou ne fasse pas de bêtise
Hisméria sursauta et cria :
- La voila enfin ! Reculez-vous... 
Hisméria posa la main sur la boite. Un mécanisme s’enclencha. Cependant, l’homme eu à peine le temps de bloquer le petit mécanisme à l’aide d’une fourchette. Avec une voix calme Hisméria reprit la parole : 
- Bien maintenant, personne n’entre et personne ne sort, ou on est tous mort.
Qu’allait-il pouvoir bien trouver dans cette boite ? C’était le grand moment, Hisméria Commença à désamorcé la mécanique.  
Un clic retentit. Bon ou mauvais signe ? Une chose est sur, le bruit lui rappela un souvenir amer... 


Hisméria sous état de choc sombra dans de ténébreux souvenirs :
*


« A cette distance, il n'aurait pu dire avec certitude ce dont il s'agissait. La peur s'emparait doucement de son âme, ne se préoccupant pas de l'alcool qui grisait son esprit. L’homme aurait voulu fuir, tout de suite, ne pas savoir ce qu'était cette silhouette sur le sol, pourtant, sans qu'il ne pût les retenir, ses jambes se mirent en mouvement, avançant avec lenteur dans l'obscurité. Un dernier pas dans un bruit d'éclaboussure et il se trouva à trois mètres de la forme qui se dégageait dans l'obscurité... Et l'horreur prit sa constitution la plus pure.
Deux yeux injectés de sang le fixait avec insistance, tout un visage qui appelait à l'aide. Par terre, une silhouette gisait la, inerte. Cherchant doucement à apercevoir le reste du corps, un frisson glaça le corps d’Hisméria. Au niveau du cou, il y avait comme un espace. Non une zone d'ombre... Son cœur s'emballa, mais dans un nouveau clapotis, il avança un peu plus et cette fois la terreur le saisit au plus profond de lui. L’homme recula rapidement en s'emmêlant les jambes, tombant à la renverse dans ce liquide qui recouvrait le sol. L’adolescent ne voulait même pas vérifier ce dans quoi il était tombé, sa vision précédente lui confirmait déjà. Cette chair meurtrie... Toutes ces rivières qui s'en échappaient, oui, il venait de tomber dans le sang de son coéquipier, spécialement missionné pour une mission délicate. Qui avait pu commettre un tel meurtre de sang froid ? L’organisation était bien moins sur qu’il ne le pensait. A moins que S.N.E ait découvert son véritable plan ? « J’ai compris » Pensa l’homme, ce n’est autre qu’une mission de nettoyage, au sein de notre propre armée et non sur l’extérieur. A cette idée, tout son corps se mit à frémir, des tremblements incontrôlables. La cruauté de S.N.E ne s’arrêterait donc jamais… 
Un bruit de pas étouffé se fit entendre sur sa droite. Son coéquipier n'avait pu gémir ainsi, si peu de temps auparavant si son agresseur se trouvait déjà loin... Or Hisméria était parvenu à cet endroit seulement deux minutes après le dernier cri, et il n'avait croisé personne... Ce fut comme la réflexion de trop. Ses jambes se contractèrent le poussant en arrière, glissant dans ce sang qui n'avait eu le temps de sécher, avant d'être aidé par ses bras parvenant à le soulever du sol. Aussitôt debout, Hisméria se mit à tituber, entendant derrière lui des froissements de vêtements lui indiquant qu'il était poursuivi. Oubliant son ivresse, le jeune homme se mit à courir, prenant une rue au hasard, ne cherchant rien d'autre que mettre le plus de distance entre lui et ce corps mutilé. Il avait toujours été bon à ce sport d'endurance, mais aujourd'hui, tout était différent : il n'arrivait à sentir ses jambes, si lourdes, son alcoolémie lui coupait le souffle aidée par la peur qui lui tiraillait l'estomac, et surtout, ses pas précipités qui le suivaient de près. Qui se rapprochaient même ! 
Sur place régnait un drôle de sentiment, celui du désespoir. Le désespoir d'un homme courant pour sa vie, sentant chaque instant son ennemi gagner du terrain. Sa course le poussa à tourner le plus souvent possible espérant semer cet adversaire qui ne peinait pas autant que lui. Sa respiration devenait haletante, ses côtes le meurtrissaient, chaque partie de son corps semblait endolorie par l'effort, menaçant de céder à chaque instant. Jusqu'à ce que les sons eussent cessés. Surpris de ce soudain silence, Hisméria en profita pour se reposer un instant, appuyé contre un mur, la main sur son flanc, tentant de reprendre sa respiration, de retrouver son calme... Tout son corps se figea. L’adolescent venait de comprendre pourquoi il n'entendait plus rien. 
Inconsciemment, il était revenu à son point de départ, il reconnaissait ce croisement qui, sur la droite, se finissait en cul-de-sac. L’homme était tombé dans un piège, ne pouvant plus retourner en arrière, mais n'osant pas avancer, le souvenir de la scène gravé dans son esprit. Pourtant, l’adolescent ne devait rester ici, son esprit bouillonnant de le découvrir, mais son corps refusant tout mouvement, paralysé par la peur. 
« Bouge ! » Pensa Hisméria. 
Le bruit de pas venait de reprendre, venant du bout de la ruelle... 
Bouge ! Il se rapprochait, lentement, comme se délectant de cet instant magique où sa proie se sentait prise au piège, cette jouissance de sentir en soi le pouvoir... 
Bouge ! 
Vésper était tout proche, mais cette fois, le jeune homme parvint à se mouvoir. Ses membres se mettant en mouvement, maladroitement, essayant de rejoindre un coin de lumière, lui tournant le dos.  « Il faut que je me sorte de la avant de me faire tuer moi aussi » Pensa Hisméria. Sans qu’il ne s’en rende véritablement compte, l’homme se retrouva devant Vesper, paralysé… Soudain, un grand bruit raisonna au loin, comme si une explosion venait de surgir. Le souffle suivit, d’une telle violence qu’Hisméria ne réussit pas à lutter. Et puis plus rien. Ce fut le dernier souvenir qu’Hisméria se souvienne avant de se réveiller, quelques instants après seul, sous les décombres. » 

Hisméria sortit de son rêve en sursaut : que c'est t'il passé ? 
 

Casse-croûte nocturne ~ [Hisméria Altair et Teru Tetsukamen] [Abandonné]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Cafétéria.
Aller à la page : Précédent  1, 2