Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Parfois, il me vient des envies de tout brûler, comme ça, pour pas grand chose... [Joanie]
#   Sam 28 Juin 2014 - 11:24

Personnage ~
► Âge : 15 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 130
Date d'inscription : 18/05/2013
Humeur : Compliquée... Floue...

[HJ : T'en fais pas, ça me va ! =) Oui j'ai vu que tu as écrit un peu partout ^^]

Elle suit le prof en regardant tous les petits détails qui pourraient la remettre sur le bon chemin, la prochaine fois. C’est vrai qu’elle n’a pas trop le sens de l’orientation quand elle ne connaît pas les lieux. Ce qui est très logique en y réfléchissant bien. Puis ça lui évitera de trimbaler son télescope partout et d’en oublier la moitié dans le parc. Surtout. Pourquoi il lui demande ça ? C'est un test. Sur son visage impassible se dessine alors une petite ombre.

- Euh… un tout petit peu…

Oui, mais vraiment un tout petit peu. Parce que étudier ne conviendrait pas tout à fait à son ressenti par rapport à cette matière. Qui soit dit en passant est pas mal. Oui. Peut-être qu’un jour, elle s’y mettra vraiment. Qui sait. Peut-être qu’un jour ce vide qu’elle ressent, partira, car pour l’instant le contact avec son télescope, son autre… c’est ce qui la fait regarder les étoiles.

- Mais …. Je connais quand même quelques noms d’étoiles…

Elle ne sait pas pourquoi elle rajoute ces mots, comme si elle se justifiait. Elle lève mentalement les yeux au ciel. Joanie garde son regard sur les dédales des couloirs. Comme si c’était un labyrinthe dans lequel elle aurait peur de se perdre. D’un geste machinal elle remonte l’éternel petit nœud qui se balade dans sa longue chevelure cendrée. Ce petit bout de tissu qui ne sert que de décor, en fait, car il ne retient aucune mèche rebelle. Les mèches rebelles elle sont au-dessus de son front. Et celles-là, elle a beau les aplatir, les "ranger", elles finissent toujours par ce coller aux côtés de ses yeux.
Il semble à la brunette que le trajet n’en finit pas. En même temps…. Hein. Puis, le prof lui montre une porte au bout d’un long couloir. Elle ne sait pas pourquoi, mais son cœur bat la chamade. Ce n’est qu’un observatoire, pourtant. Oui, sans doute. Mais quelque chose au fond d’elle lui dit le contraire. Il lui ouvre la porte.

- Merci.

Joanie reste sur le pas de porte. Les mains croisées devant elle, la même posture comme quand elle est entrée dans la salle des masters, lors de son initiation. Elle reste un bon moment. Silencieuse comme une statue. En même temps, la pierre ça ne parle pas. Sauf si c’est ensorcelé. Bref. Elle jette un regard au professeur. Et pourquoi il ne rentre pas en premier ? Y a un piège ? Mais non. Ça lui revient. La prof d’ici. Ils ne s’entendent pas vraiment. Il aurait peur d’elle. Si elle a bien compris. Un sourire invisible se fiche dans ses prunelles. Mais il disparaît bien vite. Cette prof… elle n’est peut-être pas si sympa que ça, donc.

- Mais… je peux entrer même si la professeur n’est pas là ?

Elle rentre la tête dans les épaules. Un peu. Elle a oublié de tourner sa langue 7 fois dans sa bouche. Encore une fois. Si il lui ouvre la porte, c’est évident qu’elle peut rentrer ! Alors, comme si ça n’avait été que penser, Joanie entre dans la pièce. Fait quelques pas hésitant, comme si elle avait peur de réveiller quelqu’un…. Faut dire c’est que c’est la première fois que la brunette rentre dans un observatoire. Alors faut lui pardonner son attitude qui peut paraître bizarre.

- Ah ouais…

C’est dit d’un ton bas, déjà, mais aussi d’un ton bien neutre. Pourtant, Joanie est enthousiaste d’être là. Il fait jour encore. Normal c’est le milieu de l’après-midi. En plus, les jours sont plus longs. Dommage sinon, elle aurait foncé droit sur ce télescope, là à gauche, celui qui a l’air de lui faire de l’œil, tout en pensant qu’elle pourra y amener le sien et lui trouver une jolie petite place. Aussi. Elle revient calmement vers le professeur.

- C’est vers qu’elle heure et quels jours les cours ici, m’sieur ?

Si y a des cours d’astronomie en ce moment, bien sûr. Bah sinon, elle s’arrangera pour venir une nuit. Si la porte n’est pas fermée à clé, également. Ou au pire elle trouvera bien un moyen d’entrer. Ouuuh ! Ça fourmille tout à coup dans son esprit !
#   Mer 9 Juil 2014 - 13:47

Personnage ~
► Âge : 28 ans, contre toute attente... Oui j'ai survécu jusqu'ici !
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2530
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Ahaha. Euh...

Je m'étire doucement, jette parfois quelques coups d’œil à la gamine à côté de moi. Vraiment pas très loquace, j'ai l'impression qu'il faut lui arracher la moindre de ses paroles – et encore, ça semble être légèrement douloureux pour elle, pauvre gosse. Au moins, elle n'est plus traumatisée par moi ; mais sa mélancolie filtre constamment, et ce dès qu'on évoque le télescope ou les étoiles. Mauvais souvenir peut-être. Ou plutôt douloureux. Le genre de choses que l'on aime enfermer dans son cœur.
Lentement, je lui ouvre la porte et lui fait signe d'entrer la première. Par politesse et prudence. Au pire, si Haley me tombe dessus, je lui expliquerai que c'est pas pour vandaliser sa salle qu'on est ici... À mon avis, l'air perdu de la petite parlera pour moi ! Lorsqu'elle m'interroge, je plante à nouveau mes yeux dans les siens.

– Mais oui ! Les salles sont à la disposition des élèves, tant qu'ils ne cassent pas tout. C'est surtout moi qui ne devrais pas être là...

Elle rentre finalement, un peu intimidée, et fais le tour du propriétaire du regard, embrassant avec délicatesse les instruments disposés dans la pièce. J'avoue que c'est plutôt classe comme salle ; ça change un peu de la mienne. Sobre, morne, avec un foutu tableau gris que je remplis de formules de haut en bas toute la journée. Dire que même mon bureau, à l'appart', s'est retrouvé dans cet état... En silence, je la laisse faire et jette un coup d’œil à ma montre. L'heure est bientôt finie, avec un peu de chance je pourrais récupérer ma classe. Et m'expliquer avec l'autre lourdingue de Morphe.
La brune se rapproche à nouveau et j'incline la tête, lâchant un beau « euuuuh... » pas très loquace. Ben, faut dire que je connais pas les horaires d'Haley. À la limite je pourrais envoyer un sms à Gaetano pour qu'il me réponde, mais je suis sûre qu'elle fouille son portable, jalouse comme elle est. Crétine, tss.

– Ben... ça doit bien être marqué quelque part !

Je ressors et cherche des yeux l'emploi du temps à l'arrière de la porte, la refermant à demi. Puis, passant à nouveau la tête par l’entrebâillement de la porte, je souris en coin.

– Hep, viens, c'est là. Y a des cours proposés certains soirs, c'est facultatif. Pour les gens qui ont envie de venir quoi...

Si les maths étaient facultatifs, sûr que j'aurais pas le moindre élève. C'est triste, mais c'est comme ça ! Même à ce niveau-là, c'est de la discrimination et tout ! Ahh, je me demande parfois ce que j'aurais fait si j'étais pas devenu prof à Terrae. Repartir à Boston directement après ma Masterisation... Et retrouver ma sœur, peut-être. Mais j'aurais fait quoi ? C'est Hideko qui a su me prouver que l'enseignement était ce qu'il y avait de mieux pour moi. Parce que je suis le genre de gars paumé qui peut vivre qu'à travers les autres, même si ça se voit pas des masses. Faire comprendre, apprendre des trucs aux autres ; ça fait pas de moi un type altruiste, mais plutôt un parasite. Et elle m'a fait comprendre que même les parasites pouvaient être utiles, quitte à rester dans une optique égoïste. C'est débile, hein ? Mais c'est comme ça. Peut-être qu'au final, j'aurais pas réussi à trouver de truc qui me convienne vraiment si j'étais reparti ? Ça aurait été dommage... Mais franchement, je me serai jamais imaginé bosser pour une université ou un quelconque labo après tout ce que j'ai vu.
Prof, c'est bien, comme quoi !

– Ça va, tu as tout ce qu'il te fallait ? Je pense que si tu empruntes un bouquin et que tu le rapportes rapidement ça dérangera pas, mais penses peut-être à laisser ton nom. Moi je vais pas tarder à y aller...



Je vis en #FEA347.


Un peu d'amour ♥:
 
#   Lun 14 Juil 2014 - 18:34

Personnage ~
► Âge : 15 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 130
Date d'inscription : 18/05/2013
Humeur : Compliquée... Floue...

Joanie trépigne d’impatience. Ça ne se voit pas du tout, par contre, mais elle attends vraiment une bonne réponse à sa question. Elle voit le prof qui s’étire un peu. Il doit être épuisé. Certainement à force de penser à tout faire sauter. Enfin, pas que penser fatigue énormément…. Quoique, ça doit dépendre du cerveau de certaines personnes. Puis elle ne le connaît que depuis quelques très petites heures seulement ce prof. Puis elle aussi, parfois penser, ça l’épuise. Vi vi. Elle soupire. Ça se bouscule un peu trop là-dedans, d’ailleurs. Faut qu’elle arrête. Qu’elle se concentre sur ce qui se passe maintenant. La "visite" de la classe.

C’est intéressant ce que lui répond le prof Williams. Les salles à disposition si on n’y casse rien.  Elle incline doucement la tête sur le côté avant d’entrer dans la pièce. Pièce qu’elle ne pensait pas aussi grande et aussi fournies… en télescopes ! Même si elle pense que là, il serait bien le sien et que sans doute elle prendra justement que le sien. C’est bien ici, elle se sent bien. Et dommage qu’il ne fait pas déjà nuit. C’est vrai qu’elle ne sera certainement pas toute seule dans la pièce, mais quand Joanie a son œil collé à son télescope, elle s’enferme, rentre dans sa bulle. Et oublie un peu ce qui se passe autour d’elle.

Elle revient près de la porte pour demander les horaires. Bon… la réponse du professeur la laisse un peu bête. Elle avoue qu’il a une excuse aussi. C’est pas lui le prof qui s’occupe de cette salle, en fait. Elle le voit disparaître derrière la porte l’air un peu ennuyé. Elle s’en veut du coup. C’est vrai qu’elle aurait pu chercher elle-même le planning ! Nouveau soupir. C’est ça d’avoir toujours été dans l’ombre de sa jumelle. Son regard se perd sur les murs de la pièce, puis glisse lentement sur les télescopes. C’est qu’ils sont bien plus grands que le sien. Et au moins ceux-là, ils ne sont pas prêts d’être emportés ! elle sursaute presque quand la tête du prof fait de nouveau son apparition dans l’entrebâillement de la porte. Joanie sort alors de la pièce et vient se mettre aux côtés du professeur. Elle lit attentivement les horaires en mettant son index sur ceux qui l’intéresse. Elle les enregistre dans un coin de son cerveau.

- Là… et là… ce serait bien ça… puis là aussi…

Elle parle tout bas. Elle se parle à elle-même d’ailleurs. Pauvre professeur qui fait des efforts pour discuter avec elle ! Oui mais voilà, il a rencontré la mauvaise personne s’il veut taper la discute. Joanie et la discussion, ça fait plus que deux. La brunette se recule de la porte  et pose alors son regard sur le professeur après avoir jeté un œil sur la montre du prof, même si elle voit les heures à l’envers, elle voit bien qu’elle lui a pris un peu de son temps. Surtout quand elle y repense, il avait un cours.

- Oui oui, ça va. Je ne sais pas encore si je vais emprunter un livre… en fait… j’hésite… puis non, j’en prendrai un quand je viendrai au cours, plutôt. Oui, ce sera mieux. Merci, m’sieur… Williams, d’avoir pris le temps de m’accompagner jusqu’ici. Je ne voudrais pas vous retenir plus longtemps d’ailleurs. Je pense pouvoir retrouver mon chemin toute seule, également.

Mais non elle ne fait pas de la lèche. Tssss. En plus, elle vient de faire une longue tirade ! Sur le visage impassible de Joanie arrive alors à se dessiner un sourire de remerciement, un peu en coin le sourire et léger aussi. D’ailleurs, elle ne va pas prendre racine plus longtemps non plus. Il lui faut remettre un peu d’ordre dans sa chambre, maintenant qu’elle a retrouvé ce qu’il lui manquait tellement.
#   Sam 26 Juil 2014 - 12:36

Personnage ~
► Âge : 28 ans, contre toute attente... Oui j'ai survécu jusqu'ici !
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2530
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Ahaha. Euh...

Mes yeux la suivent alors qu’elle s’extasie devant la moitié des objets présents dans la salle, se déplaçant un peu partout pour pouvoir découvrir les secrets qu’elle recèle. J’avoue que, n’étant jamais venu, je n’ai pas vraiment pu voir tout ce qu’elle contenait. Visiblement, les instruments qui y sont ont l’air d’être assez précieux. Ou chers, plutôt, et fragiles. C’est vrai, Haley est une personne assez soigneuse dans ce cas, non ? J’ai jamais fait attention à sa personnalité profonde, parce qu’elle m’insupporte assez particulièrement. Elle me rappelle les filles futiles que je croisais au lycée ou au collège, qui passaient leur temps à parler mecs et casser du sucre sur le dos des autres. J’ai l’impression d’être face au même type de personne, parfois. Qui juge sans connaître et pose des conclusions sur ce qu’elle pense être juste alors que ce n’est qu’une façade. Je n’aime pas être moi-même avec les autres, mais j’avoue que je déteste autant les voir tomber dans le panneau que les voir me snober parce qu’ils s’imaginent être mieux que moi. Alors certes, je n’ai pas que des qualités, mais je n’ai pas que des défauts, non ? Impatient et un peu trop survolté peut-être. Trop concerné aussi. C’est fou ça ; j’ai l’air du gars le plus blasé du monde, mais je dois être l’un de ceux qui s’en fout le moins… Je sais pas d’où ça vient, cette capacité pourrie à me foutre dans les pires emmerdes alors qu’à la base ça me concerne pas, ou à peine.
Finalement, Joanie me demande quels sont les horaires des cours et, dans un grand blanc un peu gêné je l’avoue, je sors de la salle pour regarder l’emploi du temps. C’est vrai, je pourrais essayer de voir pour faire un attentat dans sa salle ! Genre quelques confettis par-ci par-là, quelques bobines de fil, tout ça… Ca devrait pas être trooop dangereux. Même si elle risque de me le rendre au centuple comme je la connais – puis c’est vrai, quoi, à part manquer de lui avoir piqué son mec, chose qu’elle ne sait pas, je ne lui ai jamais rien fait à Haley ! Enfin l’emmerder gentiment en lui sortant des conneries, ça va quoi... Y a pire quand même… Genre ça va, je crois que je l’ai pas agressée en lui demandant si elle savait créer des bombes – le pire c’est que je suis sûr que je pourrais en faire, mais je suis pas certain de réussir à le faire tout seul… En aussi peu de temps… Sans assistance… et sans plan. Oui, bon, ok, j’ai juste à chercher sur googleuh mais bon, j’ai eu la flemme. Pour une fois, oui, je sais ! Tout arrive, comme quoi ! C’est comme si pendant une balade sous un soleil de plomb au bord de la plage, je sortais que NON, ça ne me gênait pas de continuer, parce que OUI, j’avais beau être un putain de zombie abruti devant son écran d’ordi, ça m’arrivait aussi d’apprécier de bouger une fois dans ma vie. (Oui ! TOUT arrive !)
Alors qu’elle marmonne dans sa barbe en regardant les horaires, je m’éloigne un peu et lui fait un petit sourire amusé. Vraiment passionnée la petite. J’acquiesce doucement à ses mots et lui fait une légère révérence exagérée.

- Ce fut un plaisir.

Bon, en vrai, j’avais rien d’autre à faire mais chut.
Lui faisant un petit signe, je m’éloigne et remets ensuite mes mains dans mes poches et recommence à penser à mes petites vengeances envers ce prof tyrannique.
Ashton, tu me le paieras. Je le jure.



Je vis en #FEA347.


Un peu d'amour ♥:
 
#   
Contenu sponsorisé

 

Parfois, il me vient des envies de tout brûler, comme ça, pour pas grand chose... [Joanie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Couloirs.
Aller à la page : Précédent  1, 2