Partagez
Après une nuit blanche, rien de tel qu’un petit somme en pleine nature… ou pas (Luna Hoshi)
##   Sam 8 Mar 2014 - 14:22

Personnage ~
► Âge : 15 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Joanie Lacroix
Joanie Lacroix
Etoile Eau Lunaire
Messages : 130
Date d'inscription : 18/05/2013
Humeur : Compliquée... Floue...

7H30. C’est ce qu‘indiquait sa montre. Le timide soleil hivernal pointait le bout de son nez depuis l’aube et Joanie n’avait pas vraiment bien dormi. Faut dire qu’elle a passée presque une nuit entière à regarder les étoiles. Une nuit presque blanche. Mais dieu sait que c’est tellement plus facile en hiver de lever sa tête vers la voûte céleste. Tellement plus beau à regarder aussi. Toutes ces lumières pleines de vies et d’autres qui meurent en filant. Grand soupir. Elle a bien communiqué avec Josie aussi. Une très longue conversation. Ca faisait un moment qu’elle n’avait pas discuté ainsi. Pas qu’elle n’ait plus le temps, au contraire. Non ses pensées étaient ailleurs. Loin de sa jumelle disparue, pour une fois. Depuis qu’elle était arrivée ici, à Terrae.

Terrae. Allongée dans l’herbe, elle lève sa main droite au-dessus de son visage, l’autre reposant tranquille sur son ventre. Ca fait pas mal de semaines qu’elle est ici, à Terrae, qu’elle a appris qu’elle avait un don. Celui de l’eau. Puis aussi celui de pouvoir se transformer. Mais Joanie avait bien du mal à s’y faire. Encore. D’ailleurs, elle ne savait que faire des minis vaguelettes au-dessus du lac et avec l’eau dans les bouteilles et verres. A quand les grands orages ou bien un petit tsunami ?  Quant à son côté morphe. N’en parlons pas ! Rien ou si peu. A quand, là aussi, les grandes courses sur 4 pattes dans l’immense parc de l’institut ? Et pourquoi pas également faire un peu peur aussi à quelques nouvelles têtes qui ne savent pas encore ce qu’est Terrae. Bon ce n’est pas son genre de faire peur à qui que ce soit. Ce serait plutôt le sens contraire.

Elle laisse retomber sa main mollement sur l’herbe perdant son gris regard dans le bleu du ciel  légèrement nuageux et frais. Un grand frisson la parcoure d’un seul coup à penser ce mot. De toute façon, c’est vrai qu’il ne fait pas bien chaud. Le printemps n’est pas encore là. Pas loin, mais pas aujourd’hui. Pas demain non plus. Il serait peut-être temps alors de retourner à l’intérieur, retrouver sa douillette couette er ranger son télescope, par la même occasion. Oui, mais elle est tellement bien là. C’est encore calme. C’est encore vide de monde. Surtout. Puis de toute façon, elle ne craint pas le froid. C’est vrai, ce n’est pas le même froid que de là où elle vient. Gros soupir. Haussement léger d’épaules emmitouflées dans un pull douillet. Elle préférait ce froid que ses nouvelles allergies.

Joanie tourne son visage, regard un peu las, vers son télescope qui repose contre son bras gauche. Elle ne lui a toujours pas trouvé une jolie housse. Il serait temps, là aussi, d’aller en acheter une, tout de même. Elle ferme les yeux. Ecoute le chant mélodieux de la nature qui se lève, elle. Au contraire de Joanie qui s’enfonce dans une petite somnolence. Allez encore quelques secondes. Rien que quelques petites minutes. Et après, promis, elle se bougera. Peut-être grâce à cette silhouette qui s’approche et qu’elle a aperçu avant de clore ses paupières alourdies par sa nuit blanche. Et normalement, elle ne s’endort pas aussi facile, la brunette, mais là, impossible de résister.
##   Sam 8 Mar 2014 - 17:20
Anonymous
Invité

Il était déjà minuit et je n'avais toujours pas sommeil. Au dortoir des novices, d'ailleurs je ne savais pas trop pourquoi on appelait cela comme ça, tout le monde dormait déjà. Moi j'étais penché par la fenêtre et je regardais tristement les étoiles. J'aimai croire que Kuru en était devenue une et qu'elle continuait de veiller sur moi en dépit de ce que j'ai fait. Une larme glissa sur ma joue à cette pensée. J'aimerais tant lui parlait et lui dire que je n'ai jamais souhaité que son cœur s'arrête de battre. Et pourtant ça aussi c'est un mensonge. Je ferme alors les yeux et repense un jour à ce qu'elle m'avait dit.* Toi et moi nous sommes pareilles, le reflet l'une de l'autre, alors si tu veux me parler il te suffit juste d'avoir un miroir*

Je me rendis donc devant un beau miroir essayant de la voir. Cela avait déjà marché du temps où elle était encore en vie. Nous l'avions fait en même temps et les deux arrivés à savoir de quoi l'autre avait parlé. Nous mettions cela sur le compte du hasard mais ça nous faisait froid dans le dos. Je relève la tête mais je ne voie que moi, le monstre qui la tuée. Une haine profonde envers moi-même remonte et je prends un objet je ne sais pas ce que sait mais je vais briser ce miroir. Finalement je renonce essaye d'appeler à l'aide mais aucun son ne sort de ma bouche. Je fonds en larmes silencieusement et m'effondre par terre. Je me rappelle quand cette personne est venue me trouver pour m'emmener à Terrae.

Il m'avait dit qu'il y avait des personnes comme moi là-bas. Mais qui peut comprendre ce que cela fait quand on vous arrache votre cœur, votre âme, votre moitié. Personne ne pouvait comprendre. Je me glissai dans mon lit enfonça ma tête dans le coussin et commença à grognai. Je fondis en sanglots . Progressivement je plongeai dans le sommeil alors qu'il était 6h00 du matin. Je me réveillai alors qu'il était 7h00. Quand je dormais cela me faisait oublier et pourtant comme une malédiction j'étais insomniaque.

Je me préparai et partie avant le réveil de tout le monde. Je marchai triste et seul jusqu'à arrivée à un lac. Je vis alors une belle jeune fille allongée avec un télescope près d'elle. Je commençai à m'inquiétait. C'était t'elle évanouit . Mais ce n'était probablement qu'une excuse pour aller lui parler. Je me dirigeai vers elle m'assit et la secoua avec un visage inquiet. Pourtant ce n'était pas mon habitude. Je pris une voie neutre et lui dit :

Excuse moi mais ça va?
##   Lun 10 Mar 2014 - 10:12

Personnage ~
► Âge : 15 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Joanie Lacroix
Joanie Lacroix
Etoile Eau Lunaire
Messages : 130
Date d'inscription : 18/05/2013
Humeur : Compliquée... Floue...

En début de sa somnolence, elle entendit bien les pas se rapprocher, mais quelque part dans son cerveau, ça ne fonctionnait pas en mode alarme, quelqu’un s’approche, vite passer inaperçue, se rendre invisible, mais elle n’a pas ce don, la brunette. Non, elle en a un autre, mais le temps qu’elle se concentre dessus et le temps qu’elle se réveille surtout, ce sera trop tard. Puis, là, elle tombe vraiment de sommeil. Puis aussi, elle pensait vraiment ne pas être vue, allongée dans l’herbe. Tant pis.

Et elle en est presque dans la première phase, quand elle sent une main qui la secoue suivit d’une voix au ton inquiet. Ses paupières lourdes ont du mal à s’ouvrir, mais une fois que c’est fait, Joanie d’un geste protecteur, attrape son télescope en se redressant vivement sur sa couverture. Ouais parce que allongée sur de l’herbe le matin, c’est pas top. C’est froid et c’est mouillé. Elle est peut-être bien fatiguée, mais elle a encore quelques reflexes. Certes un peu maladroits, les reflexes, puisqu’elle manque de perdre son télescope.

-… ça va…

Réponse d’une voix incertaine, endormie et regard un peu perdu, se demandant tout à coup où elle se trouve. C’est pas bon d’être réveillée dans sa première phase de dodo. Joanie en perd vite ses repères. Elle frotte d’un geste machinal, ses paupières d’une main, l’autre tenant précieusement son télescope.  Fait le point, niveau visuel et aussi mémoire, pour le coup, sur l’endroit où elle se trouve. Le lac. Le télescope. Sa nuit blanche à discuter avec Josie… ça lui revient. Elle tourne son visage sans expression vers la personne qui l’a réveillée. La fixe sans vraiment la voir, au début. Puis, en papillonnant un tout petit peu des paupières, voit le visage de l’inconnue. Et surtout, la chevelure d’un blanc presque immaculé qui est illuminé par le soleil levant. Serait-ce un ange ?  Un être de lumière ? Une hallucination ?  Sous son masque inexpressif elle écarquille les yeux et secoue ses méninges. Elle sent qu’elle divague là.  Mais n’en montre rien. Comme toujours.

-… Euuh… je crois que je me suis endormie…

Joanie tente de rassurer l’inconnue et en même temps de se rassurer elle. Elle tient toujours son télescope contre elle, le lorgne discrètement. L’inconnue y a-t-elle toucher pendant qu’elle dormait ? C’est que c’est privé, c’est son lien avec sa jumelle disparue et on ne touche pas à son lien. Non non, elle n’est pas perso, mais c’est juste que voilà quoi. Elle soupire doucement, retient un bâillement en levant son regard vers le lac sur lequel une légère brume vient de se lever. Elle penche un peu la tête sur le côté et un très très mince filet de sourire étire ses lèvres. C’est joli tout ça, avec les rayons du soleil levant. Elle saurait peindre elle le coucherait sur de la toile, ce joli tableau matinal. Elle redresse vite la tête et tourne de nouveau son visage impassible vers l’inconnue. Dire qui elle est, se serait bien non ?

- Au faite… merci de m’avoir réveillée, hein. Je me serais pas sentie bien à dormir ici. Je m’appelle Joanie.

Oui c’est un peu brouillon tout ça en plus d’être dit avec un ton plat. Tant pis, elle a une excuse. Elle est fatiguée et elle se réveille d’à peine 10 minutes de vrai sommeil.
##   Lun 10 Mar 2014 - 11:31
Anonymous
Invité

La jeune fille sembla émergée difficilement . Puis elle se redressa saisit son télescope. Vu la manière avec laquelle elle le tenait ce devait être un objet précieux pour elle. Elle avait l'air un peu perdue. C'était une sensation qu'à mon grand malheur je ne connaissais pas. Deux heures de sommeil par nuit me suffisent. J'étais encore un peu inquiète et instinctivement je mis mes mains en position pour la rattraper au cas où. J'attendais un peu repensant à la mauvaise nuit que je venais de passer. Je commençai alors à divaguer mon regard bleu devenant presque blanc. Je fus tirée de ma torpeur par la voix de la jeune fille.

-… ça va…

Progressivement je retire mes mains. Elle continue d'avoir l'air perdue alors je la regarde pour voir si elle n'est pas blessée. C'est une jeune fille plutôt belle avec de longs cheveux noirs. Je regarde ses yeux qui sont gris cela me rappelle les miens mais les siens son beaucoup plus clair. En taille j'ai l'air d'être légèrement plus grande. Je sens alors une sensation de froid sur l'arrière de ma robe. D'un bon je me lève et attrape le bout de ma robe. C'était juste l'humidité de l'herbe alors je me rassois. Je porte une robe bleue à bustier qui au niveau des jambes s'ouvre en deux bouts de tissu bleu qui montre un jupon blanc froufrou. Puis sans expression la jeune fille se met à me regarder. Tout de suite je prends ce masque neutre sans aucune émotion. Pourtant la jeune fille m'inspire confiance. Elle me sort un :

-… Euuh… je crois que je me suis endormie…

Alors elle est juste tombée de sommeil cela me rassure. Elle semble être légèrement préoccupé par son télescope. Cela me confronte dans l'idée que cela doit être un objet de grande valeur pour elle. Cela me rappelle l'histoire des boîtes à musique . Kuru et moi avions la même à quelque différence près. Elles avaient été faite a la main ce qui nous amenait souvent à penser que nous étions de vraie sœur jumelle. Le lendemain de sa mort j'ai reçu un colis de sa part avec sa boîte à musique. Mais on n'a jamais eu le courage toute les deux de fouiller pour savoir si on avait vraiment été adopté. Quand je serais prête je ferrais des recherches en hommage à Kuru. Pour rassurer la jeune fille sur son télescope je lui dis d'un ton neutre et sans émotions en lui montrant son télescope :

Je n'y est pas touché.

Puis la jeune fille regarda le lac et l'ombre d'un sourire apparu sur ses lèvres. Je me retournai aussi en effet c'était très beau. Je me perdis dans sa contemplation quand la jeune fille me dit :

- Au faite… merci de m’avoir réveillée, hein. Je me serais pas sentie bien à dormir ici. Je m’appelle Joanie.

Je retournai ma tête vers elle. Il serait bon que je lui dise qui je suis moi aussi :

Moi c'est Luna et je suis arrivé à Terae il y a quelque jour.

Puis je me relavai et lui tendit la main pour l'aider. Je me dirigeai vers le lac et je vis mon reflet. Je me penchai et avec ma main l'effaçai. Je me mis à pleurer et mes larmes faisaient de léger rond sur l'eau. J'ouvris la bouche et le seul sont qui en sortit fut un grondement étouffé de souffrance. Je fermai les yeux inspira expira. Mes traits redevinrent neutres je me murmurai à moi-même :

Je vais bien

Puis je me retournai vers Joanie et fixai l'herbe comme si c'était quelque chose d'extrêmement intéressant.
##   Mer 12 Mar 2014 - 10:31

Personnage ~
► Âge : 15 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Joanie Lacroix
Joanie Lacroix
Etoile Eau Lunaire
Messages : 130
Date d'inscription : 18/05/2013
Humeur : Compliquée... Floue...

Oh, ça se voyait tant que ça qu’elle s’était fait du souci pour ça ? Joanie se senti gênée, embêtée. Encore quelque chose à corriger. Elle soupira doucement et regarda d’un air neutre l’inconnue qui se relevait. Elle dit s’appeler Luna. Elle penche très peu la tête sur le côté. Original comme prénom. Puis prend gauchement la main tendue par celle-ci pour se relever. Ses jambes sont un peu engourdies, mais en les frottant à travers son jean, ça remet en place la circulation sanguine. Puis ça fait du bien, ça réchauffe. Joanie regarde toujours Luna qui se dirige vers le bord du lac, la quitte un instant du regard pour en profiter pour plier sa couverture en posant délicatement son télescope, qu’elle posera quelques secondes plus tard dans un pli de la dite couverture.

Accroupie en effectuant ces quelques gestes fluides et rapides, Joanie entend un étrange bruit provenant de Luna. Elle arrête ce qu’elle est en train de finir, pose un instant le tout sur l’herbe et se dirige vers la jeune fille. A ce moment, elle voit des gouttes tomber dans l’eau. Des larmes. La brunette ne sent pas bien. Elle cherche dans ses méninges ce qu’elle a pu dire qui aurait pu blesser la jeune fille. Mais rien de particulièrement méchant. Voire pas du tout même. Elle fait alors un petit pas en arrière, hésite à s’approcher d’elle. Regarde son télescope enroulé dans la couverture comme si elle cherchait une aide, une réponse aux milles questions qu’elle se posait actuellement, quand elle vit Luna se retourner en murmurant que ça allait. Les murmures, Joanie, elle connaît. C’est son truc à elle aussi de parler tout bas. De se parler, en un sens, également.

- Tu es sûre ?

Les yeux un peu rougis de le jeune fille la faisait douter et cette façon de fixer un point invisible dans l’herbe lui faisait se dire qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas. Mais pas curieuse pour un sou, Joanie se dirigea vers sa couverture enroulée autour de son télescope. Prit le tout et le porta comme on porte un nouveau-né, qui dort. En même temps c’est un peu son bébé. C’est précieux. La brunette revint ensuite devant Luna qui fixait toujours le sol. Joanie se pencha un peu comme pour capter son regard. Attirer son attention, en même temps de jeter un coup d’œil par terre. On ne sait jamais, il y avait peut-être vraiment quelque chose qu’elle avait loupé. Ahem. Elle secoua vivement la tête et reporta son attention sur la nouvelle en se redressant lentement.

- Dit… euh… tu as pris un petit déjeuner ?

Attendant une réponse de Luna, qui pourrait la rassurer, Joanie regarde un cout instant vers l’institut, retenant un bâillement. La journée allait être longue, elle le sentait. Un léger frisson la parcourut. Un petit air frais venait de la bousculer un peu, lui faisant sentir qu’elle aurait dû prévoir une veste par-dessus son pull. La brunette se demande alors comment la jeune fille peut supporter cette fraîcheur matinale. Elle qui est vêtue d’une simple robe, bustier en plus ! A moins que ce ne soit Joanie qui soit très frileuse... Néanmoins, elle est plutôt jolie la robe, même si ce n’est pas dans les goûts de Joanie. Elle secoue discrètement la tête. Non, vraiment, elle ne se voit pas dans ce genre de vêtement. Enfin… ça lui va bien, à Luna. Puis, elle ne la quitte pas du regard. Cette posture. Ça lui rappelle elle, devant la falaise, il y a de ça quelques mois…

-…. Luna ?

Joanie serre son télescope contre elle en faisant un petit pas vers la jeune fille. Et même si elle n'en montre rien, ça la stresse de la voir figée ainsi. Elle ne sait pas transformée en statue, hein, dites ?!
##   Ven 14 Mar 2014 - 14:37
Anonymous
Invité

En voyant mon reflet j'avais pleuré et m'étais dit pour moi-même que ça allait. Joanie l'avait entendue et à mon avis elle devait légèrement en douter. Mes yeux étaient rouges et mes mains tremblés ce qui me trahissait. Je fixais l'herbe perdue dans de tristes souvenirs. Je n'étais plus au bord du lac mais sur le toit à regarder comme une abrutie ce que j'avais fait. Un étrange son me parvint aux oreilles. Je me concentrai je ne comprenais pas ce que c'était. Après une intense réflexion c'était une voix qui me demandait si j'étais sûr. Sur de quoi ? Ha oui c'était la voix de Joanie. Je suppose que mon silence répondrait à sa question. J'ai comme l'impression que mon silence doit la mettre mal à l'aise. Pourtant je laisse ça au stade de simple impression. C'est tellement plus simple de ne pas se souciait des autres. Peut-être même que je devrais crier sur la jeune fille. Lui dire de partir et qu'elle m'énerve. Ce serait simple si la vie était comme ça. Si j'étais comme ça. Mais non. Moi je suis bien trop sensible pour souhaiter le malheur. La seule fois où je l'ai fait cela à coûter la vie de la personne la plus importante de mon monde. Une voix me sortit de mes sombres pensées :

- Dit… euh… tu as pris un petit déjeuner ?

Pris un petit déjeuner ? J'avais oublié l'emplacement de la cafétéria et je n'avais de toute manière pas pensée à prendre un petit déjeuner. Ma nuit avait était trop mouvementé pour ça. Cela me poussa à me demander pourquoi la jeune fille me demandait ça. Peut-être avait elle faim. Après tout elle avait l'air d'avoir passé sa nuit ici. Puis je me rendis compte que la jeune fille devait avoir froid. Moi j'étais très résistante au froid car je vivais la nuit. Mais elle ne devait pas avoir cette habitude. Peut-être voulait elle rentrer pour se mettre à l'abri du froid. Puis une nouvelle fois sa voix me sortit de mes pensées :

-…. Luna ?

Je redressai la tête et la regardai. Je devais faire peur. J'étais pale et mes yeux avaient viré au banc comme à chaque fois que je me plongeais dans mes pensées. En fait si on devait décrire mon état on pourrait dire fantomatique. Je commençai alors à m'excuser en bafouillant :

Excuse moi... je heu... je suis désolé... heu....

J'inspirai profondément repris mes esprits et lui dit d'une voix qui se voulait à peu près normale :

Je n'ai pas pris de petit déjeuner et je ne sais plus où est la cafétéria tu veux y aller ?
##   Lun 17 Mar 2014 - 9:24

Personnage ~
► Âge : 15 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Joanie Lacroix
Joanie Lacroix
Etoile Eau Lunaire
Messages : 130
Date d'inscription : 18/05/2013
Humeur : Compliquée... Floue...

Joanie ne put s’empêcher de faire un léger pas en arrière en voyant le regard de Luna qui avait changé de couleur. C’était assez…. Etrange. Remarquez, depuis qu’elle était arrivée ici, elle en a vu des choses bizarres !  En tout cas, elle ne s’était pas transformée en statue et la brunette au fond d’elle en fut soulagée. Elle se déstressa un peu, laissant retomber mollement ses épaules. La voix de Luna n’était pas particulièrement redevenue normale non plus. Haussement d’épaules mental.  Joanie commençait à s’habituer à ces choses étranges qui se passaient ici. Comme sur elle, en elle. Aussi.

- Nan, ce n’est rien. Ça arrive à tout le monde de… partir ailleurs, comme ça. Enfin, je suppose.

Luna ne devait pas être désolée d’avoir eu un moment d’absence. A qui cela n’arrivait pas un moment ou un autre ? Joanie, elle, elle conversait bien avec son télescope qu’elle avait prénommée, en plus, comme sa jumelle disparue ! la brunette revint sur terre rapidement. Luna n’avait pas pris son petit déjeuner, on plus. La jeune eau tourna rapidement la tête vers l’institut. Trouver la cafétéria ne sera pas difficile et elle rangera son télescope après. Son estomac émit un léger gargouillement d’ailleurs pour lui rappeler qu’il était plus important de le remplir que d’aller perdre des minutes à grimper jusqu’à sa chambre.

- Pas de soucis… je vais t’y emmener, si tu veux. Je n’ai pas petit déjeuner non plus, en fait.

Et sur son visage aux traits pratiquement éternellement impassibles, un sourire furtif se dessine. Elle fit aussi un léger mouvement de tête en direction de Luna, montrant l’institut et entama son retour vers l’immense bâtiment, son télescope bien au chaud dans la couverture, serré contre elle. Un petit silence  s’installa entre elles. Joanie qui n’était pas une grande bavarde, au contraire, ne sût pas trop comment continuer la conversation avec Luna. Elle tourne son visage vers la jeune fille. Son regard semble redevenu normal, enfin, elle pense, parce qu’avec les premiers rayons du soleil et les longs cheveux blancs qui passent un peu devant, elle ne voit pas bien.

- Alors… tu te plait ici ? Même si ça ne fait pas longtemps que tu es là.

Sa voix est basse, douce, comme à son habitude, ou presque. Un tic ou un toc, comme on veut, attrapé depuis qu’elle converse avec sa jumelle disparue. Elle est si basse, à cet instant qu’on pourrait croire qu’elle murmure. Comme le premier jour où elle a été accueillie ici. Un jour peut-être sa voix sera dans une bonne tonalité où les personnes avec qui elle parle, pourront l’entendre sans tendre l’oreille. Oui un jour, peut-être.
##   Jeu 27 Mar 2014 - 18:42
Anonymous
Invité

Je vis Joanie faire un pas en arrière. Mon état n'était vraiment pas convenable. Je fermais quelques instants les yeux. Je reprenais peu à peu contenance reprenant quelque faibles couleurs. Je savais aussi que mes yeux reviraient doucement vers un bleu très clair. Je pris mon masque neutre et je me sentis soulagé. Montré mes émotion c'était pour moi comme insulté Kuru. Pourtant cela aussi c'était un mensonge. Je me mentais à moi-même tout le temps. Si j'avais ce masque c'était pour me protéger moi-même. J'avais peur de faire encore du mal aux autres et à moi-même en sociabilisant. Pourtant ça aussi c'était égoïste. Après tout je vivais pour Kuru et je savais que ce n'était pas de cette vie qu'elle voudrait. Pourtant c'était bien la seule que j'étais capable de vivre. La voix de la jeune fille me se fit alors entendre :

- Nan, ce n’est rien. Ça arrive à tout le monde de… partir ailleurs, comme ça.Enfin, je suppose.

Je vis Joanie se tournait vers le bâtiment. Je suppose qu'elle avait froid et faim. Je n'avais pas envie d'aller dans ma chambre où en coure. Et puis je commençais un peu à avoir faim. Après tout je n'avais même pas pris de repas convenable hier soir. Rien qu'en pensant à une bonne tartine je me mis à saliver. J'entendis le ventre de Joanie gargouillait.

- Pas de soucis… je vais t’y emmener, si tu veux. Je n’ai pas petit déjeuner non plus, en fait. 

Puis un faisan un mouvement de tête pour me montrer l'institue Joanie commença à se dirigeait vers le bâtiment. Je soufflai alors un petit :

Merci

On marcha toute deux en silence. Cela ne me gênez pas et j'en profitai surtout pour regarder le soleil faiblard monté lentement dans le ciel. Quelque nuage gris venait couvrir le ciel bleu pal. Souvent le matin je contemplais le ciel car j'étais souvent levé toute la nuit. Je penchai la tête sur le côté et commençai à planifier ma journée. Je connaissais à peu près mon emploie du temps. Par contre les salles de classe. Et puis parfois je séchais pour aller étudier tout seul. Parfois c'était plus efficace. Puis Joanie entama la conversation :

- Alors… tu te plait ici ? Même si ça ne fait pas longtemps que tu es là.

Dur de répondre. Je ne me plairais nul part sans Kuru. Mais je ne pouvais pas dire que je n'aimais pas être ici. En fait ce n'est pas que j'aimai être ici, c'est que je préférait ça à être chez moi. Je réfléchis un peu à quoi dire. A près tout je ne voudrais pas froisser la jeune fille. Je commençai donc sur un ton neutre mais légèrement hésitant :

Eh bien on va dire que c'est mieux que d'où je viens.

Je continuai de marcher avant d'essayer de faire un peut la conversation juste pour ne pas paraître trop froide :

Et toi tu es ici depuis quand ?

[HRP: Vraiment désolé du gros retard je répondrai beaucoup plus vite maintenant]
##   Lun 31 Mar 2014 - 9:43

Personnage ~
► Âge : 15 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Joanie Lacroix
Joanie Lacroix
Etoile Eau Lunaire
Messages : 130
Date d'inscription : 18/05/2013
Humeur : Compliquée... Floue...

Joanie retient un bâillement en commençant à avancer vers l’institut. La prochaine fois, il lui faudra vraiment rentrer plus tôt. Ne serait-ce que pour dormir un peu. Sinon, elle va être dans un état, à force ! Et là-haut, parmi les étoiles, sa jumelle ne sera pas très heureuse de la voir ressembler à un zombie quand elle viendra la revoir ce soir. Elle soupire. Elle ne sait pas si elle sera assez enforme pour revenir. Elle sent le poids de manque de sommeil peser sur ses épaules. Tout comme, justement, l’absence éternelle de sa sœur. Nouveau grand soupir en laissant un peu retomber ses épaules. Luna lui dit quelque chose. Joanie tourne la tête vers elle. Ecoute. Lentement mais sûrement les mots parviennent à ses méninges embrumées. De plus, la voix de Luna est un peu comme la sienne.

Mieux que de là où elle vient. Joanie reporte son regard vers l’institut. Grand, immense bâtiment qui l’a impressionné le jour de son arrivée. Qui lui a fait un peu per aussi. Faut se l’avouer. La jeune vie de Luna a dû être assez particulière pour qu’elle lui dise cette phrase-là. Pas que Joanie ai eu une vie toute rose non plus. Au début, tout début, dans l’avion même, elle s’est dit que rien ne pourrait remplacer la maison de sa famille et pourtant...

Un nouveau bâillement de retenu. Ses paupières qui s’alourdissent de nouveau… la brunette est encore ailleurs… Joanie écarquille les yeux d’un seul coup en se donnant une claque mentale. Manquerait plus qu’elle s’endorme en marchant ! Ce se serait pas très sympa pour Luna, en plus. Heureusement la petite brise fraiche qui lui caresse le visage à cet instant, l’aide à se réveiller un peu. Pour répondre, c’est mieux aussi.

- Euuh…

Faudrait d’abord qu’elle se souvienne de la question, d’abord. Qu’elle se souvienne de ce qu’elle a demandé également à Luna. Pfiouuu. l’accumulation de nuits blanche, c’est pas bon pour la santé des méninges de Joanie. Visiblement. Déjà qu’elles ne sont pas très éveillées… Nouveau soupir. Luna va se poser des questions, si elle continue à soupirer ainsi. Joanie se redresse alors un peu. Se donne un peu de contenance. D’assurance aussi. Mouais. C’est pas dit ça, par contre. Puis elle tourne légèrement son visage vers Luna, en émettant un faible toussotement.

-….et bien… je n’ai pas vraiment compter, mais ça fait quelques mois… déjà…

Joanie tente d’étirer ses lèvres pour effectuer un simple sourire, mais elle sent que ça tiraille un peu. Elle pense alors que ça doit plus ressembler à un étrange rictus qu’à un sourire engageant. De ce côté-là, aussi, il lui faudra travailler. Mais pas tout de suite. Pas demain non plus. Elle ne peut pas. Pas encore. De nouveau, elle porte son gris regard vers l’institut. Les deux jeunes filles rapprochent quand même assez vite. Un bon café la réveillerait, c’est sûr. Mais elle ne supporte pas trop la caféine. Il lui faudra trouver quelque chose qui s’en rapproche. Là elle soupire encore, mais intérieurement pour ne pas trop inquiéter Luna. Dire qu’elle ne pensait pas à ces détails avant !

-…. On t’a …. expliquer ce qu’était cet institut ?

Cachés par ses longues mèches noires cendrées, ses yeux roulent vers le haut. Pourquoi a-t-elle posé cette question ? Elle qui ne saurait pas trop l’expliquer elle-même. En plus. Vraiment, les nuits blanches, ça lui détruit le peu de neurones qu’elle a encore en bon état de marche. Si elle se concentrait sur ces pouvoirs au lieu de ça hein ? Les travailler … se serait beaucoup mieux, non ? Joanie entend déjà la voix de sa jumelle le lui rappeler. Sans fin. Promis, un jour elle s’y mettra. Oui. Elle regarde le ciel qui se couvre. Encore une journée maussade qui s’annonce. Elle serre contre elle son télescope emmitouflé dans la couverture et accélère un peu le pas. Elle n’a pas peur de recevoir quelques non. Ce serait dommage, pour une Eau. C’est son estomac qui commence légèrement à la brûler. Elle a faim, la brunette.

[HJ : Nan nan , t'excuse pas. Y a pas de soucis :)]
##   
Contenu sponsorisé

 

Après une nuit blanche, rien de tel qu’un petit somme en pleine nature… ou pas (Luna Hoshi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Aux alentours de Terrae.
 :: Lac.