Partagez
Je t'ai enfin trouvée, et je ne te lâcherai pas.
##   Mer 19 Mar 2014 - 15:30

Personnage ~
► Âge : 18 ans. Euh, enfin j'crois.
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Elena Derevko
Messages : 118
Date d'inscription : 27/06/2011
Age : 25
Emploi/loisirs : Jouer avec la Lune.
Humeur : En toute honnêteté ... Aucune idée.

J'avais tout vu.

Le sang, les larmes, la poussière, la mort, et la vie qui renaissait.
J'avais vu les coups et entendu les cris, senti s'éteindre des coeurs et du sang tomber sur le sol.

Les clapotis de l'eau m'avaient amenée là, apaisants. Depuis que j'avais retrouvé une petite partie de mes pouvoirs, la haine et la rage s'en étaient allées et s'étaient faites remplacer par une douce mélancolie. L'eau m'apaisait, j'aimais son chant et son silence, et c'était pour ça que, ce jour plus qu'un autre, à ce moment plutôt qu'un autre, j'avais décidé d'aller vers le Lac.

Et c'était là, là que parmi les doux bruissements de l'air et l'écoulement sage de l'eau, du coin de l'oeil, l'espace de quelques secondes, j'avais vu. J'avais entendu.

Tout.

Les corps tomber. La silhouette s'enfuir. Tout allait tellement vite.

La rage qui ronronnait en moi, en boule comme un chat apaisé se réveilla soudainement. Je sentis tout mon corps se tendre et bondir, courir après cette silhouette qui allait tellement vite.

Je passai négligemment à côté des corps, à côté de cette vie qui s'enfuyait. Honnêtement, je n'en avais rien à faire. Je ne les connaissais pas.

Mes pas se firent plus larges et plus puissants, et bien vite déjà je courais. Je mobilisais tout ce dont mon corps se souvenait. J'avais mobilisé la course effrénée des loups, le regard de l'aigle, tout ce que mes membres avaient ressenti, tout ce qui avait fait trembler mes os, et je m'étais élancée.

J'avais mis tout mon coeur dans cette course, toute mon énergie, toute ma rage.

Et soudain, alors que je la voyais, tout au fond, tout au loin, je mobilisai une dernière fois, au milieu d'un champ de fleur timides, tout ce qu'il me restait. Du fond de ma gorge gronda un cri, rauque, qui m'arracha les poumons et secoua toute ma gorge, un cri clair, puissant, tonnant, et terriblement provocateur.


- AËLITAAA !

Je m'arrêtai, reprenant mon souffle, au milieu de ce champ. Le vent faisait brasser quelques fleurs précoces, et je sentais gronder sous mes pieds un torrent vivace. Je me redressai, mes cheveux longs -trop longs- battant doucement sous ce vent de printemps, la veste en cuir lourde de mon frère appuyant sur mes épaules, comme deux de ses mains posées sur moi, qui m'englobaient, paisibles.

J'étais sereine. Alors que je courrais sans doute à une mort certaine, j'étais sereine.

Parce que, au milieu de ce tumulte, de ce silence, du cuir, de la sueur, de mon souffle effréné, d'Elle, de sa silhouette féline et dangereuse, de sa chevelure de feu, je voyais Adam. Je voyais Adam partout, je le sentais dans le torrent à mes pieds, dans le feu qui brûlait mon coeur et mes poumons.

J'arrivais. Adam, dans chacun de Ses pas, se rapprochait un peu plus de moi.

Et rien que pour ça, j'étais prête à mourir.


.
Je t'ai enfin trouvée, et je ne te lâcherai pas.  395968mononokebydanielauhligd6jwlcy
.
Are you afraid of the Big Bad Wolf ?
##   Ven 21 Mar 2014 - 9:52

Personnage ~
► Âge : 32 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Aëlita Stones
Messages : 82
Date d'inscription : 04/03/2013
Age : 39
Emploi/loisirs : Humm.
Humeur : Vous tenez vraiment à ce que je réponde ?

J'étais frustrée. Malgré l'apparente satisfaction que j'avais daigné montrer en les torturant, savoir que des Masters arrivaient, qu'ils me privaient de ce plaisir de leur ôter la vie, m'avait mise hors de moi. Bien sûr, j'avais dans un premier temps imaginé que ce n'était pas grave, et qu'au contraire, j'allais pouvoir faire durer le plaisir en revenant une autre fois pour leur faire finalement rendre leur dernier souffle.
Mais non. Alors que je courrais depuis un bon moment maintenant, je me rendis compte que ce changement de plan ne me plaisait pas. J'étais agitée, énervée. Ces maudits Masters gagnaient dans tous les cas, puisqu'ils m'avaient poussé à changer mes initiatives !
Je pris une lourde inspiration, avant d'expirer lentement, tentant de me calmer. Je repris forme humaine dans le même laps de temps, arrivant bientôt au champ de fleur. Je détestais cette journée. Ce "printemps" qui pointait le bout de son nez, ces initiés imbéciles et ces foutus Masters qui avaient tout détruit. Je les détestais tous.
Je courrais à en perdre haleine, pensant probablement que ça allait m'aider à retrouver la paix, quand j'entendis une voix très déplaisante fendre l'air silencieux de la prairie.
Je tournai la tête, lentement, pour voir à plusieurs mètres derrière moi le visage d'une gamine aux cheveux châtains, aux yeux apparemment verts, et aux vêtements visiblement bien trop grands pour elle. Elle était stupide. Qui met des vêtements trop grands ? Les capacités de mouvement sont ainsi réduites, et on est plus lents, plus entravés. Face à moi, elle n'a pas la moindre chance de s'en sortir.
Je fis alors volte face, et posai mes mains sur ma taille avec un sourire provocateur. Et bien alors... Est-ce que c'était elle qui allait finalement me rendre ma bonne humeur ?
Combien d'autres personnes seraient aussi suicidaires qu'elle, hein ? Je l'admirais rien que pour ça.
L'autre raison pour laquelle je l'admirais est qu'elle connaissait mon nom. A part Hideko, les Masters, et quelques personnes qui m'avaient croisées... Qui le connaissait ?
Je lui octroyai une seconde de répit. L'instant qui suivit, j'étais face à elle, ma main sur sa gorge, forçant juste assez pour lui permettre de répondre à ma question.

-Qui es-tu ?


I will destroy you.
##   Sam 22 Mar 2014 - 19:05

Personnage ~
► Âge : 18 ans. Euh, enfin j'crois.
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Elena Derevko
Messages : 118
Date d'inscription : 27/06/2011
Age : 25
Emploi/loisirs : Jouer avec la Lune.
Humeur : En toute honnêteté ... Aucune idée.

Elle s'était approchée de moi; féline, rapide, puis bientôt m'envahissant toute entière. Sa main à la peau veloutée et douce était enserrée autour de ma gorge comme un étau de fer.

J'eus un réflexe primaire, celui de lui saisir le poignet. Je me figeai immédiatemment. Il était tellement fin, tellement doux, tellement délicat. Un poignet pour écrire, pour jouer d'un instrument, pour être témoin de douceur et de précision. Certainement pas un poignet fait pour enserrer des gorges et percer des coeurs.

Je laissai retomber ma main mollement sur mon flanc. Ma gorge me faisait un mal de chien et j'étais décidément dans une mauvaise posture.

J'étais d'un calme olympien qui me surprenait moi-même. Etais-ce la mort que j'acceptais comme une vieille amie ? Ou bien cette certitude qu'ont encore les enfants d'être immortels ? Sans doute un peu des deux.

Elle me demanda qui j'étais, ce qui contre moi m'arracha un vieux rire étouffé. Putain, ça faisait mal. Je grimaçai. Autant ne pas jouer avec sa patience, j'étais déjà au bord du gouffre.


- Je ... suis ... Elena ... soufflai-je avec difficulté.

Je sentis qu'elle accentuait sa pression. Ses yeux transpercèrent les miens comme une lame dans du beurre. Elle allait me tuer.
Et toujours, cette Peur qui ne venait pas. En moi, la Haine ronronnait logée en boule contre mon coeur. Elle, je l'avais bien identifiée. Les autres émotions étaient quelques part, cachées, enfermées. Toujours, toujours, rien ne pouvait me rendre plus sereine que de sentir son aura englober la mienne. Cette aura de perfection. Cette aura de Master que je ne pouvais jalouser, que je n'aurais jamais, et que je ne pouvais qu'aimer de toutes mes forces. J'allais mourir tuée par une Déesse d'un monde ancien.


- De... L'ancienne...Terrae... réussis-je à cracher avant qu'elle n'accentue encore sa pression.

Je la sentis intriguée, légèrement, et profitai de ses quelques secondes pour inspirer de petites gorgées d'air. Pour quelqu'n qui voulait mourir je m'accorchais tout de même bien à la Vie, cette saloperie de malédicition qui me collait bien à la peau.


- ... Et... J'ai besoin de ton aide, lui dis-je alors en retenant une énième grimace de douleur, la regardant droit dans ses yeux colorés de tous les reflets du Monde.


.
Je t'ai enfin trouvée, et je ne te lâcherai pas.  395968mononokebydanielauhligd6jwlcy
.
Are you afraid of the Big Bad Wolf ?
##   Sam 22 Mar 2014 - 21:55

Personnage ~
► Âge : 32 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Aëlita Stones
Messages : 82
Date d'inscription : 04/03/2013
Age : 39
Emploi/loisirs : Humm.
Humeur : Vous tenez vraiment à ce que je réponde ?

Elle souffla quelques mots, et mon sourire s'élargit délicatement avant que mon regard ne se perde, quittant son visage si pâle. "Elena"... Ce nom me disait quelque chose. J'en étais persuadée.
Je resserrais mon emprise sur sa gorge, énervée à l'idée de ne pas me souvenir d'où ça venait, quand elle articula les informations qui me manquaient.
Je la fixais comme si j'avais vu un fantôme. Mes yeux s'écarquillèrent. Comment... Comment pouvait-elle...
Mon coeur se serra durement tandis que j'observai son corps frêle, blanc... jeune. Si jeune... Pourquoi n'avait-elle pas vieilli ? Ce n'était pas possible ! C'était totalement inhumain c'était...
Impossible.
Tout comme le fait que je réunisse tous les pouvoirs. Cinq affinités et dix pouvoirs en un seul corps. En quoi cela était-il plus normal que le fait qu'elle n'aie pas vieilli ? Light n'a pas pris beaucoup de rides non plus.
Je sentis à cet instant, revenant à la réalité, que j'avais légère desserré mon emprise autour de sa gorge, et je rectifiai ce détail. C'est là qu'elle me demanda de... Quoi ?
Je la lâchai définitivement. Elle atterrit sur le sol dur, recouvert de toutes ces fleurs en bouton, et je reculai de quelques pas. Je fouillai dans son regard, à la recherche d'une information que j'ignorais. J'étais perdue, sans doute un peu choquée aussi, et pourtant, je n'arrivais pas à m'éloigner d'elle de plus d'un mètre. Qui...? Qui pourrait vouloir... "mon aide" ? Quelqu'un de l'ancienne Terrae qui...
Je fermai les yeux et inspirai une longue bouffée d'air, comme si je m'apprêtai à sauter du plus haut plongeoir de la piscine. Affronter sa peur.
J'avais peur ?
Probablement.

-Qu'est-ce que tu veux ? crachai-je amèrement.

Je rouvris les yeux, et plantai mon regard dans le sien.

-Un battement de cil en trop et je te tue, la prévins-je en levant la main à côté de moi, y faisant naître une sphère d'eau électrifiée.


I will destroy you.
##   Sam 22 Mar 2014 - 22:37

Personnage ~
► Âge : 18 ans. Euh, enfin j'crois.
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Elena Derevko
Messages : 118
Date d'inscription : 27/06/2011
Age : 25
Emploi/loisirs : Jouer avec la Lune.
Humeur : En toute honnêteté ... Aucune idée.

Elle finit par me lâcher, et je m'écrasai lourdement au milieu des fleurs. Les pétales voletèrent un peu partout, séparés de leur tige. J'étais là, à genoux au milieu de ces fleurs, reprenant ma respiration. A ses pieds.

Je relevai la tête vers elle. Des points noirs dansaient devant mes yeux, mais peti à petit l'oxygène revenait irriguer mes membres qui cessèrent de trembler. Je sentis une quinte de toux qui arrivait, comme une ancienne maldécition. Je l'étouffai, la regardant.

Elle avait tellement grandi en effet. Cette aura d'enfant avait disparue, et celle de l'Avatar avait pris place, puissante, écrasante, Harmonieuse à son degré le plus achevé. Ses longs cheveux rougeoyants dansaient le long de ses hanches, et ses yeux qui criaient la mort portaient en eux ce savoir infini des choses.

Je me redressai, doucement, les mains levées. Que pouvais-je faire, réellement? L'arroser ? J'étais complètement désarmée. Enfin ...
La crosse froide du revolver d'Argent de mon père me mordait le dos. Hors de question que je l'utilise. Il l'aurait sans doute voulu, mais pour rien au monde je n'aurais dégainé face à cette créature qui n'était ni humaine ni animale, quelque part entre les deux où chaque parcelle de son corps avait quelque chose de sauvage.

- C'est au sujet de ... (je toussotai) ... De la Chute.

Je détachai mon regard de la boule crépitante porteuse de mort qu'elle tenait à quelques centimètres de moi pour remonter mon regard vers elle.

- J'ai perdu mon frère ... jumeau pendant la Chute de Terrae et je voulais savoir si tu savais quoi que ce soit. Si tu étais là.

Ma main droite aggripa la manche en cuir de la veste d'Adam.

- Un Feu, avec une aura très particulière, comme la mienne. Celle d'un enfant, avec les pouvoirs d'un Originel. Mais dans le corps d'un adulte.

J'eus un bref sourire.

- C'est un peu compliqué dans la famille.

Je trouvai finalement le courage de planter mes yeux dans les siens.

- Nous avons été séparés pendant la Chute et j'ai l'intime conviction que tout s'est joué pendant l'Eclipse. Si tu sais quelque chose, je t'en supplie, dis le moi.

Je soufflai, en guise de conclusion, mes prunelles refusant de quitter les siennes :

- Parce que je préfère mourir que de devoir vivre sans Lui.


.
Je t'ai enfin trouvée, et je ne te lâcherai pas.  395968mononokebydanielauhligd6jwlcy
.
Are you afraid of the Big Bad Wolf ?
##   Sam 22 Mar 2014 - 23:39

Personnage ~
► Âge : 32 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Aëlita Stones
Messages : 82
Date d'inscription : 04/03/2013
Age : 39
Emploi/loisirs : Humm.
Humeur : Vous tenez vraiment à ce que je réponde ?

En se redressant, elle leva les mains. Un sourire étira le coin de mes lèvres. C'était quoi ça ? Le plagiat raté d'un film de western ?
A ce que je sache, ce n'était pas un flingue que je tenais, mais une sphère.
Allons bon, soit. Passons.
Après un léger silence -sans doute avait-elle besoin de reprendre son souffle, elle n'était encore qu'une gamine après tout- sa voix brisa la silence de marbre.
Elle commença par évoquer la Chute. Mon coeur se serra violemment et je lui jetai un regard noir. C'était vraiment dommage parfois qu'un mauvais regard ne soit pas en mesure de tuer quelqu'un.
Elle continua sur sa lancée et, nerveuse, je refermai brutalement ma main, la sphère explosant alors, déversant l'eau partout autour de moi. Si j'étais... là ?
Je fermai les yeux dans l'espoir de me changer les idées et d'oublier qu'elle se trouvait là, face à moi. En vain, bien naturellement.
Comment oublier ce jour, hein ? Ce jour où tout ce qui était devenu purement et simplement ma vie avait disparu et quitter mon corps. Vous n'avez qu'à l'imaginer pour le comprendre. Lorsque tous les éléments se déferlent dans vos veines, il suffit que cette puissance vous quitte pour que vous vous sentiez vide.
Je n'étais plus qu'une coquille vide.
Et Light a été là, bien sûr. C'est grâce à lui que j'ai surmonté ça -non, que nous l'avons surmonté.
Quand elle afficha ce sourire, pourtant bref, je ne pus m'empêcher de grimacer. C'était quoi, cet air-là ?! Ca puait la niaiserie. On aurait dit une de ces phrases stéréotypes des films américains où la famille est si spéciale que la gamine peut se permettre, en racontant son histoire, de glisser quelques commentaires du style "C'est compliqué dans la famille" suivi d'un rire débile.
Elle osa enfin plonger son regard dans le mien et je la fusillai des yeux. Est-ce qu'elle s'entendait parler au moins ?! C'était quoi, cette plainte ? Elle se prenait pour une figure de tragédie grecque, avec ses "Je préfère mourir que vivre sans lui ?".
A force de l'écouter déblatérer ses horreurs, je finis par avoir la nausée.

-Mais ferme-là ! lui hurlai-je à la figure. Tu t'es entendue parler ? On dirait un chien qui pleure l'absence de son maître. C'est pitoyable. Quoi que même un chien serait plus convainquant... Il te manque probablement les yeux larmoyants, mais tant mieux pour moi, c'est déjà assez désolant comme ça.

Je poussai un long soupir agacé, sans chercher un seul instant à masquer mon agacement. Qu'avais-je imaginé, quand elle m'avait appelée ? Ah, oui, que ce serait elle qui me rendrait le sourire. Mauvaise pioche. C'était même encore pire qu'avant.
Je m'approchai d'elle. Si j'avais eu peur avant, alors ce n'était définitivement plus le cas. Plongeant mon regard aux milles reflets dans le sien, j'affichai un rictus moqueur.

-Je l'ai pas vu, ton "jumeau" si précieux. Et puis de toute façon, pour ce que ça m'apporte. Il a dû crever va.

Mon rictus se changea en un sourire franchement mauvais.

-Mais du coup, si tu veux, je peux t'aider à le rejoindre... Puisque Mademoiselle la jolie Elena ne peut visiblement pas imaginer sa vie sans lui.

Mon corps entier s'enflamma et mon regard s'éclaira. Mon sourire rayonnait.

-Pauvre petite chose.

Le sol se découpa en un cercle. Postées au centre du cercle, l'étendue de terre se sur-éleva d'un coup et nous fit nous élever dans les airs. La terre continua de trembler jusqu'à ce que nous atteignîmes une hauteur de dix mètres.

-Alors, dis-moi, Elena. Puisque tu n'imaginais pas vivre sans ton frère... Quelle mort avais-tu prévu de t'infliger au moment où tu aurais appris qu'il était définitivement parti ? Sans même te dire au revoir, ma pauvre chérie... murmurai-je avec une fausse moue attentionnée.


I will destroy you.
##   Dim 23 Mar 2014 - 0:21

Personnage ~
► Âge : 18 ans. Euh, enfin j'crois.
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Elena Derevko
Messages : 118
Date d'inscription : 27/06/2011
Age : 25
Emploi/loisirs : Jouer avec la Lune.
Humeur : En toute honnêteté ... Aucune idée.

Bon.
C'était ... plutôt mal parti.

Je ne sais pas trop exactement où ça avait dérapé. Etais-ce quand elle m'avait hurlé à la figure, ou bien quand elle m'avait envoyé flotter à une dizaines de mètres du sol sur un disque de Terre qu'elle contrôlait, avec elle dessus ? Pas évident.

Malgré moi, un frisson parcourut ma colonne vertébrale. Ce n'était pas de la Peur. Non, la Peur m'avait quittée au moment où j'avais décollé. Au moment où elle m'avait dit qu'Adam était sans doute mort. A ce moment, quelque chose s'était brisé en moi. Comme si je sortais d'une brume cotonneuse. La Rage s'était réveillée, un peu de désespoir. Mais surtout, une hargne monstrueuse.

Grâce à Aëlita, j'avais compris que je n'avais plus rien à perdre.


- Je sais ce que ça fait de perdre un être cher, et je sais que tu es dans le même cas que moi, grondai-je alors.

Je regardai autour de nous.


- Imprenable. Au moins la vue sera belle.

Je haussai les épaules, lui faisant face de nouveau. Je reculai de quelques pas, jusqu'à ce que mes talons fassent tomber quelques parcelles du disque de terre jusqu'au sol.

- Je pensais que toi plus que quiconque saurait ce qui s'était passé. Mais si ni toi, ni les Masters de l'Ancienne avec lesquels je suis en contact ne le savent, j'imagine qu'il n'y a en effet aucune raison de continuer.

Je reculai encore, me mis sur la pointe des pieds, étendis les bras, provocatrice.

- Autant me laisser tomber hein ? C'est tellement plus facile que de continuer. Tellement plus facile que de se battre. Tu en sais quelque chose, non ? Laisser les gens te chercher.

Un large sourire s'étira sur mes lèvres.

- Tu croyais vraiment que j'étais venue sans quelque chose à t'offrir en échange ?

Je laissai planer quelques secondes de silence ; le vent battant mon manteau contre mon corps qui semblait tellement frêle.

- Dommage, soufflai-je.

Je me laissai alors tomber dans le vide en arrière, les yeux dardés dans les siens, et bientôt mon corps désarticulé se fit brasser par le vent, se dirigeant à une vitesse affolante vers le sol.

Je fermai les yeux, ma dernière pensée volant vers Adam.

Note à moi même : Dans une prochaine vie, penser à être moins littérale.





.
Je t'ai enfin trouvée, et je ne te lâcherai pas.  395968mononokebydanielauhligd6jwlcy
.
Are you afraid of the Big Bad Wolf ?
##   Dim 23 Mar 2014 - 13:07

Personnage ~
► Âge : 32 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Aëlita Stones
Messages : 82
Date d'inscription : 04/03/2013
Age : 39
Emploi/loisirs : Humm.
Humeur : Vous tenez vraiment à ce que je réponde ?

Son regard avait changé. L'éclat qui brillait dans ses yeux n'était plus le même ; elle semblait maintenant habitée par la rage, de la rage mêlée à la souffrance que je venais de lui infliger. Elle ne répondit pas à ma question. A l'inverse, elle enfonça un couteau dans mon coeur, et s'amusa à le remuer. Elle recula, et je sentis mon orgueil en prendre un coup. Elle n'avait pas le droit de faire ça ! C'était moi. Moi qui devait lui prendre la vie ! C'était moi qui devait entendre son dernier souffle, moi qui devait figer son regard à jamais.
Elle recula encore, alors que la distance qui la séparait sur bord se comptait déjà en centimètre. Elle monta sur la pointe des pieds, écarta les bras, et ma voix s'interposa avec violence :

-ARRETE !

Je lui avais craché à la figure, hors de moi. Ses derniers mots achevèrent de me mettre en rogne, et je courus vers elle tandis qu'elle basculait en arrière, le regard fier, les traits sereins.
Je me penchai en avant, tendis une main dans sa direction. Mes pensées me quittèrent et mon esprit s'enfuit ; ce fut mon instinct qui la sauva.
Un coussin d'air apparut sous elle, et je me jetai à mon tour en avant, la tête en bas pour accélérer ma vitesse. Des ailes poussèrent dans mon dos, et avant que je ne m'écrase au sol, elle s'agitèrent pour me faire retrouver l'équilibre, et j'atterris avec légèreté. Je levai les yeux, observant la colonne de terre redescendre avec fracas à côté d'Elena qui flottait à côté, jusqu'à toucher le sol.
Je plantai mon regard glacial dans le sien.
" Tu croyais vraiment que j'étais venue sans quelque chose à t'offrir en échange ? "
Cette phrase ne cessait de résonner dans ma tête. Aussi, ma voix trancha la silence, et le nuage d'air changea de consistance, augmenta la pression, pour venir enserrer Elena, l'empêchant de partir.

-Qu'est-ce que tu as à m'offrir en échange, sale peste ?


I will destroy you.
##   Dim 23 Mar 2014 - 23:41

Personnage ~
► Âge : 18 ans. Euh, enfin j'crois.
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Elena Derevko
Messages : 118
Date d'inscription : 27/06/2011
Age : 25
Emploi/loisirs : Jouer avec la Lune.
Humeur : En toute honnêteté ... Aucune idée.

J'avais vraiment cru mourir. Alors que j'allais heurter le sol, je fermai mes yeux et crispai mes muscles, me préparant à l'impact ... Qui ne vint jamais. Je restai à flotter à un petit mètre du sol, suspendue, le souffle coupé. Bon ... Ce n'était pas aujourd'hui que je mourrais.

J'entendis le sol trembler et les fleurs soufflées par l'impact d'Aëlita sautant à mes côtés. J'allais me relever lorsque sa pression me cloua pour de bon sur le sol. J'expirai violemment l'air de mes poumons sous le choc. Je me débattis quelques secondes, plus un instinct de survie qu'autre chose.

Lorsqu'elle se posa à mes côtés, menaçante, me demandant de cracher le morceau, je ne pus que sourire.


- Allez ... fais un effort, t'es sûre que tu n'as rien vu ce jour là ? Sois sympa... Essaye de te rappeler. Tu n'as pas vu de corps, pas vu de mec qui agissait bizarrement ?

Je ris doucement, un rire etouffé, amer. Je n'obtiendrais rien d'elle, vraiment rien. Je respirais difficilement, sa pression sur ma cage thoracique et mon corps tout entier ne faisant que s'accentuer. Je sentais qu'elle était mécontente. Mais tant pis. Je la tenais, je comptais bien la faire souffrir un peu.

Elle n'aurait jamais du me dire qu'Adam était mort. Il n'existait pas de monde dans lequel il ne vivait plus auquel je pouvais appartenir.


- Sérieusement, tu vas me faire croire que tu as tellement été aveuglée par tes pouvoirs que tu ne le sais même pas ?...

Quand n'avait-elle pas pris le temps d'entendre les murmures dans les herbes et les chants du vent ?

- Allez ... fais un effort chérie, tu devrais trouver, grimaçai-je sous l'effet de la pression qui s'accentuait.


.
Je t'ai enfin trouvée, et je ne te lâcherai pas.  395968mononokebydanielauhligd6jwlcy
.
Are you afraid of the Big Bad Wolf ?
##   Dim 30 Mar 2014 - 10:59

Personnage ~
► Âge : 32 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Aëlita Stones
Messages : 82
Date d'inscription : 04/03/2013
Age : 39
Emploi/loisirs : Humm.
Humeur : Vous tenez vraiment à ce que je réponde ?

Suite à ma question, un léger silence s'en suivit, et elle prit finalement la parole. Je lui jetai un regard noir. Mes mains commençaient à trembler tant j'étais énervé, et à chaque seconde, je devais me retenir de ne pas lui sauter dessus pour l'étrangler. Son rire franchit ses lèvres et je fermai les yeux, inspirai lentement pour tenter de me calmer. Je la détestais. Comment pouvait-elle me mettre hors de moi si facilement ?
Tss. La réponse était simple. Elle avait des informations. Des informations que je voulais. Et elle me tenait ainsi comme un pauvre petit chien en laisse.
C'était tellement plus simple d'habitude. En entendant mon nom, tous tremblaient. Puis ils constataient que j'avais tous les pouvoirs. Et là, ils étaient bêtement à ma merci. Leurs corps fragiles s'agitaient à droite et à gauche en vain, jusqu'à ce que mes griffes viennent leur arracher la vie.
Mais là, là... Elle était maîtresse de la situation. Et je ne supportai pas ça. Elle savait... Elle savait que jusqu'à ce que je n'ai pas la réponse à ma question, elle serait sauve. J'aurais beau la blesser, je ne la tuerais pas. Jusqu'à où s'élevait son seuil de résistance à la torture ? C'est ce que je m'apprêtai à découvrir. Pourtant, je continuais à avoir peur. Quelqu'un qui ne tient plus à la vie n'est-il pas insensible à la douleur ?
Voici une autre réponse que tu allais m'apporter, Elena.
Je rouvris les yeux et fixai mon regard sur elle. Je joignis mes mains, toujours tremblante à cause de ma colère croissante, dans mon dos, tentant certainement de cacher ma frustration.

-Je te répète ma question une dernière fois...

Un faible sourire carnassier étira le coin de mes lèvres.
La pression qui s'exerçait sur elle se relâcha soudainement tandis que son corps s'élevait dans les airs, à un mètre à peine du sol. Je pris le contrôle de son corps par le marionnettisme, et étirai les quatre membres de son corps, malheureusement sans pouvoir jouir pleinement du plaisir de l'écarteler.

-Qu'est-ce que je suis censée ne pas avoir remarqué ? demanda ma voix cinglante, froide, et meurtrière.


I will destroy you.
##   Mer 16 Avr 2014 - 15:37

Personnage ~
► Âge : 18 ans. Euh, enfin j'crois.
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Elena Derevko
Messages : 118
Date d'inscription : 27/06/2011
Age : 25
Emploi/loisirs : Jouer avec la Lune.
Humeur : En toute honnêteté ... Aucune idée.

(HRP : pardon pardon pardoooon pour le retrad mais avec mon mémoire j'ai du me couper du monde ! Mais je suis de retour pour de nouvelles aventures 8D)

J'étais désormais dans les airs, les bras et jambes en croix, étirée dans tous les sens par une pression intenable. L'air me battait le visage, une douc brise de printemps qui semblait tellement peu appropriée.

Je sentais mes muscles se tirer et se tordre, tirer sur mes articulations et sur mes joints. Ma colonne s'étirait, je sentais chacune de mes vertèbres qui se balançaient, molles, dans mon dos -bon moi qui voulais aler chez le kiné au moins c'était ça de fait.

La douleur était de plus en plus insoutenable. Elle n'hésiterait pas à m'arracher les membres un à un pour avoir une réponse. Cette constatation m'arracha un ou deux hoquets, ce qu'il me restait d'un rire.


- Putain ... Moi qui pensais que t'étais... une gentille fille... Un peu paumée... comme moi.

Je grimaçai sous la douleur, ne retins pas un gémissement. Je ne sentais plus mes orteils.

- ... Mais en fait t'es vraiment qu'une pauvre fille, crachai-je. Une ... pauvre fille ... qui a vraiment trop de chance.

Je sentis une vive douleur dans une de mes jambes. Quelque chose me disait qu'un de mes ligaments venait de me lâcher. Je glapis tandis qu'une chaleur vive envahissait mon membre.

- Sème ... tes putains de cadavre ... de toute façon... Tu vas t'en sortir, continuai-je malgré tout.

Des larmes de douleur et de rage envahissaient mes yeux. Cette fille avait tellement de chance. Trop de chance. Elle avait trouvé ce qu'elle voulait, ce dont elle avait besoin. Elle n'avait même pas eu à faire d'efforts. Tout ce qu'elle voulait plus que tout au monde c'était Lui, et sans qu'elle ait à faire quoi que ce soit Il était revenu.

Et moi je cherchais encore sans rien trouver.


- Putain ... de chanceuse ... articulai-je. Tout ce que tu cherchais ... On te l'offre sur un plateau.

[b]Je ne voyais plus rien. Les larmes obstruaient ma vue, sans que je ne puisse rien y faire. Je n'arrivais qu'à respirer difficilement, ma cage thoracique étirée à son maximum.

Sur ma dernière phrase, ma voix ne fut plus qu'un souffle. Putain, Light, tu avais intérêt à assurer. Parce que la prochaine fois que je la verrais, je n'hésiterais pas à lui tirer tois balles dans le coeur.


- Il est là... Pétasse, soufflai-je difficilement.

Je pris une difficile inspiration, mais il était trop tard. Je ne sentais plus mes jambes, et tout le reste était d'une douleur insoutenable. L'image d'Adam et son sourire furent la dernière chose à laquelle mon cerveau s'accrocha. Un voile passa devant mes yeux, et soudain ce fut le noir.






.
Je t'ai enfin trouvée, et je ne te lâcherai pas.  395968mononokebydanielauhligd6jwlcy
.
Are you afraid of the Big Bad Wolf ?
##   Lun 21 Avr 2014 - 13:43

Personnage ~
► Âge : 32 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Aëlita Stones
Messages : 82
Date d'inscription : 04/03/2013
Age : 39
Emploi/loisirs : Humm.
Humeur : Vous tenez vraiment à ce que je réponde ?

HRP : Hey ! Mais c'est Mononoké ça, nan ?! Très beau kit en tout cas <3

Mon coeur cessa de battre un instant. Mon esprit se vida littéralement de tout. Je ne pensais plus à rien. Je n'étais plus rien. Là, maintenant, tout de suite, j'étais la fraction de seconde qui permet de séparer le temps lors d'un bombardement. Il y a toujours le avant, et l'après. Mais il y a la fraction de seconde qui change tout. Qui bouleverse tout notre conscient, autant que notre inconscient.
Mon monde s'était effondré.
Le corps d'Elena tomba salement sur le sol. Mes pouvoirs n'étaient plus actifs, et je ne tentai même pas d'amortir réellement sa chute. A mon tour, je m'effondrai sur le sol et commença à fixer le vide.
Il était là.
Après ça, il me fallut beaucoup de temps pour me relever. Je n'ai aucune idée du temps qui passa. Probablement quelques minutes, qui semblèrent durer des heures dans mon esprit. Tout ce que je sais, c'est que lorsque je parvins à me relever, je sentis son énergie. Là, proche, plus proche que jamais. Et pourtant, il me fut impossible de la localiser. Il y avait bien son aura, là, quelque part. Mais bridée. Intouchable. Injoignable. Introuvable.
Mes pieds commencèrent à bouger, et petit à petit, je me retrouvais en train de marcher. Passant à côté du corps de l'autre folle, je m'accroupis à côté, et esquissai un sourire en coin. Je fis passer ma main au dessus d'elle, et chacune de ses plaies se referma, ses os fêlés ou déboîtés se replacèrent. Un rictus m'échappa.

-On va dire que tu l'as mérité... Sale garce. Je ne te dois plus rien maintenant.

Je me redressai, et m'éloignai en silence. Avant de me transformer en chat et de disparaître dans la plaine, je mêlai mes 5 affinités pour frapper un grand coup dans le sol, provoquant une secousse violente. Cette décharge de pouvoir serait probablement suffisante pour signaler aux Masters ma présence ici... Ils n'auraient alors qu'à s'occuper de cette Elena. Elle était déjà saine et sauve, de toute façon.
Après un dernier regard en arrière vers la brune, je m'éloignai en galopant à travers le champ, savourant le contact de l'herbe fraîche et des fleurs sous les coussinets de mes pattes.


I will destroy you.
##   
Contenu sponsorisé

 

Je t'ai enfin trouvée, et je ne te lâcherai pas.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Aux alentours de Terrae.
 :: Champ de fleur.