Partagez
Pouvoir, bouffe et... Oh mais je te connais ! [Pv : Tahia]
##   Jeu 20 Mar 2014 - 20:06

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Aaron Eran
Aaron Eran
Etoile Tonnerre Lunaire
Messages : 335
Date d'inscription : 23/02/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Lire et écrire.
Humeur : Je larveeee ~

Du bout de son crayon, Aaron tapa avec frustration la table. Il leva la tête et entreprit de mâchouiller son crayon, malgré son repas. La cafétéria était presque complète, et il ne restait presque plus aucune table libre. Il avait de la chance que personne ne soit venu, enfin la tronche qu’il tirait devait surement en être pour beaucoup. Ça faisait une petite semaine –enfin presque mais chuut- qu’il avait ses… Ses pouvoirs. Oui, il avait des pouvoirs. Plus exactement le pouvoir faire des éclairs –il arrivait à faire des étincelles, c’était déjà un bon début !- et apparemment des téléportations, mais ça il n’avait toujours pas réussit…

Aaron trouvait ça trop étrange. Déjà l’ambiance de l’initiation… Il était sûr que c’était des sectaires, maintenant, mais ils ne mangeaient pas les enfants. Ils… Ils leurs donnaient des supers-pouvoirs. Cette idée le fit légèrement sourire. Des supers-pouvoir qu’ils devaient apprendre à maitriser. L’adolescent aurait très bien pu découvrir ses propres pouvoirs là-bas, mais ça aurait été moins marrant… M’enfin, vu comment il galère juste pour crée un petit arc, il aurait peut-être mieux fait de rester là-bas. Le mieux dans tout ça, c’est qu’il avait une chambre ! Pour lui tout seul ! Il avait presque bondit de joie quand on le lui avait dit. Enfin ! Il pourrait mettre propre bazar sans qu’on vienne le gronde. Dormir autant qu’il voulait, sans être réveillé par les autres élèves –en même temps qu’est-ce qu’il en aurait à faire…- et être tranquille ! Et puis, il n’avait presque plus de problème pour s’endormir vu qu’il passait toutes ses journées à essayer de faire un peu d’électricité, et qu’il était crevé avant même midi.

L’adolescent mâchonna son crayon en jetant un regard noir au carnet. Abruti, abruti, abruti… Abruti de Kyro qui écrit dans une autre langue. La seule chose qu’Aaron savait, c’est que ce n’était pas de l’anglais. Franchement, pourquoi écrire dans… dans ce truc ! Les mots étaient juste incompréhensibles, il avait bien essayé de lire mais… Mais son machin au nom barbare n’avait pas voulu traduire. Quelqu’un lui avait dit que c’était du français, mais… Mais c’était tellement étrange, qu’il n’avait même pas voulu prendre un dictionnaire de traduction. Il pourrait peut-être essayer de trouver quelqu’un qui parle français… Mais qui…

Aaron abandonna rapidement l’idée de manger son crayon et s’attaqua à sa part de gâteau. Le carnet et une feuille de papier était posé juste à côté. Ça devait bien faire cinq jours qu’il essaye de déchiffrer cet horrible passage… Il aurait bien voulu en passer à un autre, mais… Mais c’était le dernier. Le dernier qui occupait toute une page en plus ! Maintenant qu’il y réfléchissait… Ce n’était pas le premier passage en français qu’il trouvait. Il feuilleta, la cuillère dans la bouche, en quête des passages. En fait… Ils étaient tellement petits –c’était souvent une seule phrase voire deux- qu’il les avait sauté en pensant que Kyro avait simplement fait des fautes. Après tout, vu son écriture de docteur, ce n’était pas évident. D’ailleurs, comment un militaire pouvait avoir une telle écriture ! C’était horrible, toute petite et complètement serrée… Il poussa un soupire et tapa la table du bout de la cuillère.

Son regard dériva sur son petit déjeuner. Pas vraiment équilibré, mais bon… Mais bon c’était bien meilleur que des céréales avec du lait et un fruit… Arf, comment pouvait-on tenir avec si peu toute une journée ? Il avait donc prit, deux parts de gâteau au chocolat, une pomme et du chocolat chaud. Il aurait très bien pu emporter tout ça dans sa chambre, et bosser sur le carnet tranquillement, mais il attendait des cookies. Parce qu’un repas sans cookies s’était pas un repas… Bien que le brouhaha habituel de la cafétéria ait pu le gêner, il n’y prêtait même pas attention. C’était étrange de voir à quel point, dès qu’il était absorbé par quelque chose, il pouvait ne plus prêtait attention à rien.

Aaron lâcha le crayon et posa sa cuillère. Il ramena ses genoux contre lui en posant ses pieds sur la banquette. Bien que le soleil se soit levé depuis un moment l’adolescent était toujours en pyjama. Le pull blanc trop grand, où ses mains disparaissaient sous des manches interminables, avec les plaques de son frère qui ajoutaient une touche de gris dessus. Un pantalon noir, et des chaussettes de la même couleur. Avec son teint pâle et ses grands yeux bleus, il devait surement ressembler à un gosse… Un gosse de six ans, alors qu’il en a seize… Cette comparaison à tendant à énerver l’adolescent, mais vu qu’il ne pouvait pas faire autrement, il s’en servait à son avantage.
Il laissa échapper un bâillement en étirant ses bras. Heureusement, il n’avait pas cours de la matinée –le rêve- et bien qu’il aurait pu se réveiller bien plus tard, il avait préféré se lever tôt pour avoir une table dans un coin. C’était peut-être éloigné du self et encore plus de la porte, mais au moins y avait une banquette et un mur pour s’appuyer et finir discrètement sa nuit. Mais manque de bol, les cookies n’avaient pas finis de cuir, et il se retrouvait à attendre pitoyablement dans son coin.

Ah les cookies… Aaron pourrait passer des heures à en manger tellement ils sont délicieux ! Surtout ceux aux pépites de chocolats… Il ferme les yeux et imagine déjà leur gout. Sucré… Mélangé avec le chocolat chaud… Il en salive d’avance ! Comme à chaque fois qu’il pense à ce mélange, il a l’impression de devenir léger et pourrait faire des kilomètres justes pour en avoir. D’un coup, l’adolescent se lève pour aller voir si c’est prêt. Bien qu’il n’ait aucune raison de se presser, il accéléré quand même les pas en voyant quelqu’un reculer sa chaise pour sortir. Parce que s’il attend, il va devoir attendre que la personne se lève, prenne son plateau et se dirige vers la sortie. Etrangement… Son impatience d’arriver vite combinée à la paix d’imaginer les cookies et le chocolat créèrent quelques choses de différents.

Aaron sentit un courant électrique le parcourir. Le monde s’assombrit jusqu’à devenir complètement noir. La chaise, la personne, le sol, le self tout disparait. Puis, emporté par son élan, il heurte quelque chose avant même que les couleurs ne reviennent. En plein dans le nez… Il sent l’objet qu’il a heurté partir en avant tandis qu’il s’effondre les jambes complètement coton et l’impression que le monde tourne. Il heurte le sol alors que de l’autre côté de l’objet – qui semble être une porte- un choc se fait entendre. L’adolescent place les mains sur son nez en laissant échapper des gémissements. Voilà… Fallait bien qu’il se fasse mal. C’était vraiment pathétique cette fois… Les yeux entrouverts, il se recroquevilla en position fœtal en gémissant comme une fillette. C’était bien une porte. L’horrible porte de la cafétéria qui s’ouvre dans les deux sens. Il aurait bien aimé plaindre celui qui se l’était prise de l’autre côté, mais son côté égoïste ne voulait pas. Malgré tout, il laissa échapper la première pensée qui lui passa par l’esprit.

- J’espère que c’est le mur que vient de se prendre la porte… Sinon je suis mal…


##   Dim 23 Mar 2014 - 15:50

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Tahia Makoto
Tahia Makoto
Etoile Air Solaire
Messages : 532
Date d'inscription : 16/02/2014
Age : 25
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Un peu mieux, je suppose

Tahia avait toujours été une lève-tôt, c'était un fait, même lorsqu'elle n'était encore qu'une petite fille, elle était presque tout le temps la première à se lever avant ses camarades et cela ne s'était pas amélioré lorsqu'elle avait intégré le centre où il lui arrivait parfois de faire quelques nuits blanches mais là aussi, la jeune fille avait l'habitude se réveiller tôt. Si à son arrivée à l'institut, elle avait eu du mal à reprendre ses marques, cela n'avait pas duré très longtemps avant qu'elle ne reprenne ses vieilles habitudes, même si ce n'était pas toujours simple quand elle se trouvait dans les dortoirs avec d'autres filles. Mais à présent qu'elle avait été initiée, l'adolescente avait désormais sa propre chambre et très franchement, elle ne pouvait pas rêver mieux, d'avoir une pièce rien que pour elle où elle pouvait y faire ce qu'elle voulait sans qu'on vienne lui reprocher quoi que ce soit. Bon certes, on ne pouvait pas lui dire que sa chambre était un capharnaüm, c'était même tout le contraire vu qu'elle détestait quand ce n'était pas rangé et qu'elle préférait largement retrouver quelque chose quand c'était bien rangé et qu'elle savait où trouver ce qu'elle cherchait. Bref, on pouvait donc comprendre que la brune était quelqu'un d'ordonnée, qui aimait se lever tôt, là où d'autres préféreraient au contraire rester au lit d'ordinaire, rajoutez à cela que l'étudiante apprenait à maitriser un peu mieux son pouvoir sur l'air, qu'elle parvenait à rassembler autour d'elle pendant quelques secondes avant d'en perdre l'emprise. Quoiqu'il en soit, la brune avait finalement réussi à s'habituer à ce nouvel environnement qu'était l'institut et elle en était plutôt fière, elle qui n'avait jamais quitté son pays natal et qui découvrait des lieux nouveaux mais très intéressants. Peut être était-ce juste grâce à sa curiosité et au fait qu'elle ait découvert un endroit sortant tout droit d'un monde fantastique et surréaliste.  

Et pourtant, ce matin là, Tahia se maudit d'être une lève-tôt et ne demandait actuellement qu'une chose, c'était retourner en arrière et faire en sorte d'éviter la cafétéria un moment, ce qui lui aurait permis d'éviter de se prendre une porte en plein visage. La journée avait pourtant bien commencé et la jeune fille était sûre que cela allait durer au moins une partie de la matinée avant qu'il ne se passe quelque chose, étant donné qu'il lui arrivait de faire des rencontres improbables et de se retrouver dans des situations délicates. Certes, elle n'allait pas dire qu'elle allait vraiment s'en plaindre car en général, la brune ne regrettait pas non plus et elle finissait même par s'en amuser au bout d'un moment et suivant la personne qu'elle rencontrait. En tout cas, l'adolescente suivait sa routine habituelle, bien qu'elle n'ait pas cours avant plusieurs heures, avant le début de l'après-midi en fait, elle avait prévu de s'occuper une partie de la matinée et de passer à l'infirmerie surtout. Non, cela n'avait rien à voir avec le fait qu'elle soit blessée quelque part mais la jeune fille aurait aimé savoir si elle pouvait se rendre utile là-bas, étant donné qu'elle avait un pouvoir lui permettant de soigner les blessures. Certes, elle ne savait pas encore s'en servir correctement, elle ne parvenait qu'à ralentir un saignement ou refermer de petites blessures, mais c'était toujours mieux que rien. Et puis, même si elle ne parvenait pas à totalement guérir de cette façon, la brune avait tout de même quelques connaissances pour soigner les gens autrement, ses quelques années passées au centre l'ayant bien aidé dans le domaine des soins. C'est pourquoi elle tenait à aller voir l'infirmière afin de demander s'il lui était possible d'apporter une aide quelconque, ce qu'elle espérait qui lui serait possible mais elle ne devait pas être la seule dans cette situation alors elle ne se faisait pas non plus de grands espoirs là-dessus. Mais bon, rien ne lui coûtait d'essayer et l'étudiante que dans un endroit comme Terrae, elle pouvait avoir bien des surprises.

C'est pourquoi, ignorant totalement ce qui allait suivre un peu plus tard, Tahia s'était préparée comme à son habitude et était déjà en tenue, bien qu'elle ait rajouté un pull par dessus son chemisier ne tenant pas non plus à attraper froid malgré la chaleur qu'il faisait à l'intérieur de l'établissement. Elle se rendit d'abord à la cafétéria, se doutant qu'il devait y avoir d'autres étudiants à cette heure-ci en raison des différentes heures de début des cours, et cela faisait longtemps qu'elle ne se sentait plus gênée par la présence de plusieurs personnes. La jeune fille espérait tout de même qu'elle trouverait une table de libre où il n'y aurait personne pour la déranger pendant qu'elle mangerait mais vu les éclats de voix qu'elle parvenait à entendre alors qu'elle se rapprochait de la porte lui indiquaient clairement qu'elle allait avoir beaucoup de mal à trouver un endroit au calme. Et pourtant, alors qu'elle allait pousser la porte, le drame arriva: l'étudiante entendit d'abord un bruit de choc de l'autre côté de la porte avant que cette dernière, sous l'effet du choc ne parte en avant et vienne claquer contre elle. Si son bras a pu amortir quelque peu le coup, l'adolescente se reçut tout de même un coup au visage en même temps qu'elle grimaça de douleur alors qu'elle se tenait le visage qui lui faisait vraiment mal, elle ne doutait pas qu'elle devait avoir une belle marque rouge sur le visage maintenant. Heureusement, il n'y avait pas eu de saignements, ce qui relevait du miracle quand on voyait ce qu'elle venait de recevoir mais elle n'accorda plus très longtemps d'attention à son cas, se demandant au contraire ce qu'il s'était passé de l'autre côté pour que la porte parte comme ça. Qui plus est, la jeune fille n'avait pu retenir l'agacement qui montait jusqu'à sa tête et si elle plaignait la personne qui s'était prise la porte de l'autre côté, la seule chose qui lui venait à l'esprit était de faire partir cette porte dans l'autre sens et tant pis si l'autre personne se trouvait de l'autre côté encore.

Pourtant, Tahia s'autorisa quelques minutes de calme durant lequel elle préféra attendre un moment et ne pas taper contre cette porte puis, jugeant que c'était bon, elle poussa tranquillement la porte, comme si de rien n'était, si ce n'est qu'elle devait toujours avoir la trace de la porte sur le visage. Et alors qu'elle allait passer la porte, elle distingua une voix qui lui parut très familière sur le coup, une voix qui déclara qu'il y avait intérêt que cela soit le mur qui s'est pris la porte sinon il était très mal et l'adolescente fut plutôt amusée qu'agacée ce coup-ci tandis qu'elle remarqua la silhouette d'un garçon couché par terre et se tenant le visage lui aussi.

" Aaron? Ça va? "

Question stupide vu qu'il s'est pris la porte comme elle mais l'étudiante préférait savoir plutôt que de ne rien dire et elle s'accroupit pour aider son camarade à se redresser, essayant de voir par la même occasion l'état du jeune homme qui, visiblement, avait eu un peu moins de chance qu'elle. En effet, la brune remarqua qu'il y avait un peu de sang qui coulait du nez de l'adolescent, au grand damne de Tahia qui jura entre ses dents. Le mieux à faire serait d'arrêter le saignement, du moins de le ralentir un peu et il y avait des chances qu'elle puisse le faire. Plaçant délicatement une main sur le visage su jeune homme, l'adolescente se concentra un long moment avant qu'une très faible lumière n'apparaisse de sa main, l'opération durant quelques minutes avant que la jeune fille s'arrête et retire sa main. Bien que rassurée de voir que le saignement s'était stoppé, ou du moins s'était considérablement ralenti, l'étudiante soupira un instant avant de demander:

" Qu'est-ce que tu as encore fait pour te prendre cette porte? Certes, elle peut s'ouvrir des deux côtés mais si tu tenais à sortir, vérifie d'abord qu'il n'y a pas quelqu'un qui va vouloir rentrer dans la cafétéria. "


Pouvoir, bouffe et... Oh mais je te connais !  [Pv : Tahia] Signat10

Spoiler:
 

Spoiler:
 


Gris (OST) Part 1 & 2 - Main Theme
Savin' me (Nickelback) - Sad Theme
Mononoke Hime Theme (Ocarina)- Wind Theme
##   Dim 23 Mar 2014 - 17:35

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Aaron Eran
Aaron Eran
Etoile Tonnerre Lunaire
Messages : 335
Date d'inscription : 23/02/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Lire et écrire.
Humeur : Je larveeee ~

Réflexion faite, même si c'était le mur qui venait de se prendre la porte, Aaron était quand même très mal. Très très mal. Les mains sur son nez il laissa échapper de nouveau un gémissement en sentant le liquide poisseux sous ses doigts. Super... Oh moins, il était sûr d'être réveillé. Et un peu assommé sur les bords... Enfin, tellement assommé qu'il n'entendit pas le début la phrase.

"...Ça va? "

Ça... Va ?! Est-ce qu'il avait l'air d'aller bien ! Non, non et absolument non ! Il ne pouvait pas aller mieux ! Les jambes en coton, une légère envie de vomir, la tête qui tourne et un pu... gentil saignement de nez. Il ne peut absolument pas aller mieux ! Pour seul réponse il lâcha un grognement, qui aurait été largement suffisant comme réponse, accompagné d'une belle réplique ironique légèrement nasillarde.

- Naaaan ça va pour le mieux du monde ! Le soleil chante et les oiseaux brillent ! Et y a des licornes... Oh la vache ça tourne !

Mauvaise idée. Aaron avait eut la très mauvaise idée d'avoir voulu se lever. Il avait bien réussit à se lever légèrement, les jambes jouant des castagnettes, mais dès qu'il eut ouvert les yeux, le monde s'était mit à tourner d'une horrible façon. Renforçant bien gentiment l'envie de vomir qui le cloua définitivement au sol. Mais, pendant les petites secondes où il avait réussit à les ouvrir, il avait crû voir quelqu'un devant lui. Quelqu'un au cheveux brun...

Cheveux brun... Cheveux brun. Aaron essaya vainement de se rappeler quelle personne qu'il avait rencontré avait les cheveux bruns... D'ailleurs, pourquoi obligatoirement quelqu'un qui connait ? Il enleva prudemment ses mains de son nez pour fouiller ses poches à la recherche d'un moucher. Niet... L'adolescent se retient de soupirer et ouvrit doucement les yeux pour essayer de se situer. Porte... Porte... La porte ne se situe pas à l'opposé du self ? Et... Son regard fut attiré par une lueur près de son nez. Lueur qui se dégageait d'une main. Main qui appartenait à quelqu'un.

Comme quand Aoi l'avait soignée, Aaron eut une sorte de bug. Qu'est-ce... Qu'est-ce qui vient de se passer ?! La porte, le saignement de nez et... Et les soins ? Son regard bleuté, où se mêlait une incompréhension des plus totale et l'admiration, remonte doucement le bras. Il s'apprête à ouvrir la bouche pour remercier la personne quand les mots se coincèrent brutalement au fond de sa gorge. La lueur d'incompréhension laisse place à un brasier de joie en reconnaissant le visage. Pour que son petit monde tourne bien en rond, Aaron a toujours eut besoin de voir ceux qu'il aime régulièrement. Qu'importe la façon tant qu'il pouvait les voir ça tournait. D'ailleurs... ça faisait combien de temps ? Un mois. Qu'est-ce que ça passe vite !

Le soupire de Tahia le ramène brutalement sur terre. Il se souvient, avec une pointe de déception, la façon dont s'était terminé leur première rencontre. Quel début catastrophique ! On pouvait pas faire pire. Quoique...

" Qu'est-ce que tu as encore fait pour te prendre cette porte? Certes, elle peut s'ouvrir des deux côtés mais si tu tenais à sortir, vérifie d'abord qu'il n'y a pas quelqu'un qui va vouloir rentrer dans la cafétéria. "

Ah ? Aaron cligne des yeux tandis que les engrenages de son cerveau se décident enfin à se mettre en route. Pour... Pourquoi cette reproche ? Ses yeux s'écarquillèrent lentement quand son regard tomba sur la marque rouge sur le visage de Tahia. Par la faute d'un vieux réflexe qu'Aaron avait prit, il tira sur ses cheveux tandis qu'un léger cri étranglé et paniqué sorti tout seul. La honte... Aaron détestait avoir ce genre de réaction, surtout avec l'air complètement désemparé qu'il devait avoir. Dans ces moments-là il devait plus ressembler à une furie en panique totale qu'à un garçon...

Quelques rires discrets fusèrent de derrière Aaron, mais il s'en contrefichait. Son cri disparut par manque d'air... Vous voyez le tableau Le Cri ? A quelques détails près l'adolescent avait presque la même expression que le personnage. Il crû même avoir réussit à articuler un "Je suis désolé !" bien aigu et bien plaintif, mais il ne s'en souvient pas. Il bascula lentement en arrière, plus par manque d'air que par panique, avant de se redresser brutalement. Le monde en mode : Regaaaarde comme je tourne ! Ça va deux minutes puis ça devient légèrement embêtant. Il esquissa une légère grimace avant que la bonne humeur ne prenne le dessus. Un immense sourire et les yeux pétillants, il tendit les bras vers Tahia. Ce geste tenait plus d'une habitude qu'il avait avec Kyro qu'une réelle envie de câlin.

- Tahiiiiiia !

Une petite voix au fond d'Aaron vint lui dire qu'on pouvait pas faire plus gamin que ça. Ou animal. Un gentil chienchien tout content de retrouver son maître. Donc dans l'ensemble c'était bien pathétique tout ça... Pourtant, il n'arrivait pas à se décrocher son air plus-qu'heureux du visage. C'est surement pour cette raison qu'il sourit en se balançant doucement d'avant en arrière. Il était bien au sol, pas besoin de se lever et puis au moins il ne risquait plus de tomber comme ça.

Soudain, dans le désert assommé qu'est son esprit une question se souleva. " Qu'est-ce que tu as encore fait pour te prendre cette porte?". Cette simple question suffit à le faire descendre de son petit nuage. C'est vrai ça ? Qu'est-ce qu'il avait pour se la prendre ? Il s'était lever pour aller chercher des cookies et... Et POUF la porte ! Ce qui était totalement impensable puisqu'il n'allait pas vers la porte.

- Mais j'ai rien fais ! Râla l'adolescent en fouillant de nouveau ses poches à la recherche d'un mouchoir. J'me suis juste levé et précipité pour passer et Poouf ! La porte a voulu un câlin... achève-t-il avec une moue boudeuse.

Aaron ramena lentement ses jambes vers lui et s'assit en tailleur. Il tourna rapidement la tête pour essayer de voir sa place. Ce simple geste lui procura une horrible douleur. Pendant qu'il essayait de repérer le lieu, il passa doucement sa main sous son nez pour essuyer le sang. Au moins, ça avait arrêter de saigner. Pas totalement mais en parti, et ça c'était déjà super ! D'ailleurs... Dans quel sens fallait-il pencher la tête quand on saignait ? En arrière... ? Pour s'étouffer en attendant que ça s'arrêter ? Franchement non merci... Peut-être en avant. Mais dans ce cas, le sang continuerait de couler... N'ayant aucune réponse pour son dilemme intérieur, il continua en pointant vaguement l'endroit de la main.

- Regarde, j'étais assis là-bas et...

L'adolescent se stoppa brutalement quand une petite lumière s'allume dans son esprit. Il devait avoir l'air malin à pointer une direction du doigt la bouche ouvert...


##   Sam 5 Avr 2014 - 0:59

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Tahia Makoto
Tahia Makoto
Etoile Air Solaire
Messages : 532
Date d'inscription : 16/02/2014
Age : 25
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Un peu mieux, je suppose

Cela faisait bien un mois depuis qu'elle avait fait la connaissance d'Aaron et qu'elle ne l'avait pas revu, Tahia se demandant comment c'était passé son intégration dans l'institut, surement très bien malgré un détail que le jeune homme ne semblait pas avoir perdu depuis le temps: il ressemblait toujours à un gamin dans sa manière de réagir que comme un adolescent de seize ans. Oh elle avait bien joué à celle que ce genre de comportement pouvait agacer mais la brune devait tout de même reconnaitre que son camarade lui avait un peu manqué et qu'elle était curieuse de savoir comment les choses se passaient pour lui et s'il avait cessé de penser qu'il se trouvait au sein d'une secte. Si on l'avait mis au courant de quoi que ce soit sur l'établissement, sans doute avait-il fini par comprendre que Terrae n'avait rien d'une secte, d'un asile ou quoi que ce soit d'autre, même si les étudiants étaient en soi très particuliers et que la jeune fille s'attendait toujours à avoir des surprises, même si elle commençait à parfaitement connaitre les lieux désormais. Si elle avait reconnu le jeune homme, ce dernier ne l'avait pas tout de suite identifié vu le grognement et la note sarcastique dans sa voix lorsqu'il avait pris la parole après qu'elle lui ait demandé comment il allait, ce qui avait plutôt amusé l'adolescente, bien que cela n'ait pas duré longtemps vu le sang qui coulait du nez de son camarade. Vraiment, c'était la deuxième fois qu'ils se revoyaient et là encore, ils ont droit à des retrouvailles particulières et plutôt fracassantes vu la situation actuelle et celle dans laquelle ils se trouvaient la première fois qu'ils se sont rencontrés. Quoiqu'il en soit, la priorité première était de faire cesser le flot de sang qui continuait de couler et, même si elle se doutait que l'adolescent serait surement surpris, l'étudiante n'y prêta pas la moindre attention et fit apparaitre son pouvoir, en espérant que ce dernier lui permette au moins de ralentir le saignement.

Comme elle s'y attendait, et malgré sa concentration pour effectuer son soin, Tahia vit l'expression de surprise d'Aaron et elle fut tout de même fière de son petit effet, bien que sa magie ne soit pas non plus la meilleure et qu'elle avait encore bien des progrès à faire pour pouvoir refermer correctement une blessure légère. En tout cas, le processus ne dura que quelques minutes et après qu'elle eut cessé de faire briller ses mains, la brune remarqua que le jeune homme la fixer avec une joie non dissimulable et faisant pétiller les yeux de l'élève. Et après, il prétendait que son regard ne reflétait en rien ce qu'il ressentait, on aurait tout vu, tiens, mais là n'était pas le sujet de la discussion et après qu'elle ait soupiré tout en lui demandant ce qu'il s'était passé, l'adolescente vit le brun écarquiller les yeux, sans doute avait-il vraiment vu une marque rouge sur le visage de la brune, avant qu'il ne prenne une attitude lui faisant penser qu'il allait devenir complètement hystérique, en même temps qu'elle l'entendit lui dire qu'il était désolé. Oui, c'était réellement un gosse et l'étudiante n'avait vraiment pas envie de faire quoi que ce soit, cette situation avait déjà quelque chose d'assez gênant alors si en plus Aaron se mettait à avoir ce genre de réaction dans un endroit rempli de monde, aucun doute que les choses allaient empirer pour la jeune fille. Et puis, elle avait peut être ralenti l'écoulement du sang, le jeune homme n'allait pas améliorer son cas s'il se mettait à s'agiter comme cela mais cela risquait d'être peine perdu et puis, son camarade finirait bien par s'en rendre compte et agir plus posément plutôt que de paniquer sur quelques chose auquel la jeune fille ne lui en tiendrait pas rigueur. Mais vu ce dont elle se souvenait du jeune homme, il risquait d'y avoir une chose qu'elle ne pourra pas éviter, étant donné qu'Aaron la connait et qu'il n'avait pas pour habitude de rester dans cet état très longtemps et cela, peu importe la situation sauf si c'était vraiment quelque chose de sérieux ou de grave.

Comme Tahia s'y attendait, la bonne humeur habituelle du jeune homme reprit le dessus puis un sourire naquit sur les lèvres d'Aaron avant qu'il ne tende les bras vers elle tout en l'appelant par son prénom, le tout d'une manière des plus enfantines. Et après, il lui disait qu'il n'était pas un gamin, là les dix ans se valaient très bien quand on voit son attitude et s'il n'y avait eu autant de personnes présentes, aucun doute que la brune aurait fini par craquer et accepter de faire le fameux câlin à l'adolescent. Mais la gêne de devenir le centre d'attention ainsi que le fait qu'elle était intriguée par ce qu'il s'était passé avec la porte de la cafétéria, l'étudiante ne fit rien et attendit plutôt que son camarade lui dise enfin ce qu'il s'était passé pour qu'il se retrouve dans un piteux état, sachant qu'il n'avait pas eu beaucoup de chance contrairement à elle. L'adolescent lui déclara par la suite qu'il n'avait rien fait, donc qu'il ne savait pas comment ça a pu lui arriver, qu'il s'était juste levé, s'était précipité pour passer puis d'un coup il s'est produit quelque chose qui a fait qu'il se cogne contre la porte. La brune le regarda un moment, n'étant pas sûre de bien comprendre ce que son camarade venait de lui raconter et alors que l'évidence commençait à apparaitre petit à petit dans son esprit, un sourire commença à faire son apparition sur ses lèvres tandis que le brun semblait lui montrer du doigt une direction vers une des tables de la cafétéria, commençant par lui dire vers quel endroit il était installé. La jeune fille remarqua que l'adolescent n'avait pas terminé sa phrase et semblait lui même prendre conscience de quelque chose à mesure que son visage s'éclairait sur quelque chose dont il venait de prendre conscience et cela amusa quelque peu la brune qui se demandait bien ce que l'étudiant venait de comprendre par lui même. Mais elle ne fit pas le moindre commentaire, pour le moment, et attendit un instant qu'Aaron prenne la parole, soit pour continuer sa phrase soit pour enfin lui donner une explication.

Mais rien n'arriva et Tahia finit par soupirer une nouvelle fois, cela risquait de devenir une habitude si jamais elle continuait à côtoyer Aaron plus souvent que la dernière fois, puis elle secoua légèrement son camarade, histoire qu'il revienne un minimum à la réalité puis elle sortit un mouchoir qu'elle appliqua sur le nez du jeune homme, tamponnant le sang qui commençait à s'atténuer même s'il était encore présent. Après quoi, elle finit par demander au brun, toujours le sourire aux lèvres:

" Tu as été initié récemment, toi aussi? Je ne sais pas encore très bien comment marche cette histoire d'éléments ainsi que le fait qu'on soit solaire ou lunaire mais j'ai cru comprendre qu'en plus de pouvoir utiliser un élément, on a une capacité supplémentaire que l'on pourra améliorer avec le temps, au même titre que notre élément. Je ne sais pas si tu le sais mais apparemment, je suis une Air Solaire vu que je peux guérir les gens maintenant. C'est assez bizarre de pouvoir faire ça ainsi, vu que j'ai toujours été habituée à guérir les gens autrement mais je ne pense pas qu'on puisse m'interdire l'autre méthode aussi. Mais pour toi, je ne vois pas très bien ce que ça pourrait être. La directrice t'a dit quoi exactement sur ton élément? "


Comme toujours, Tahia ne pouvait pas s'empêcher de se montrer curieuse sur tout, bien que son excuse soit valable: elle n'avait pas revu Aaron depuis un moment déjà et tenait à savoir ce qu'il devenait, sans compter que s'il avait été initié, cela serait un bon sujet de conversation entre eux. Aussi, la brune se redressa, tout en questionnant son camarade.

" Tu crois que tu peux te lever sans t'évanouir? Certes, je voudrai passer à l’infirmerie après pour voir si je peux y apporter un peu d'aide, mais je voudrai avoir autre chose qu'un prétexte pour montrer que je peux soigner quelqu'un. Sinon, montre moi où tu es installé et je t'y amène, comme ça tu pourras m'expliquer tout ça. "


Pouvoir, bouffe et... Oh mais je te connais !  [Pv : Tahia] Signat10

Spoiler:
 

Spoiler:
 


Gris (OST) Part 1 & 2 - Main Theme
Savin' me (Nickelback) - Sad Theme
Mononoke Hime Theme (Ocarina)- Wind Theme
##   Sam 5 Avr 2014 - 12:12

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Aaron Eran
Aaron Eran
Etoile Tonnerre Lunaire
Messages : 335
Date d'inscription : 23/02/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Lire et écrire.
Humeur : Je larveeee ~

Table. Porte. Porte. Table... Ces deux mots tournaient autour d'une petite lumière dans l'esprit d'Aaron. Ainsi qu'un troisième. Brillant, à tel point qu'il l'aurait surement aveuglé, parce qu'il était la lumière. Lumière d'un beau jaune dorée, portant le nom de téléportation. Il avait réussit ! Il avait enfin réussit à utiliser son pouvoir de téléportation ! Enfin réussir est un grand mot... Vu que son objectif principal était le self et que la porte était tout à faire à l'opposé... Mais bon ! Au moins il s'était téléporté ! Cette prise de conscient apparut physiquement, avec un immense sourire, quand Tahia se mit à le secouer.

Secouer... Secouer... Une légère grimace se mêla à son sourire, quand les mini-vertiges virent s'y ajouter. Le monde se mit de nouveau à tourner. Il ferma les yeux en espérant pouvoir les calmer, mais même à l'intérieur de sa tête, il avait l'impression que ça tournait. Tiens... Peut-être que la téléportation lui avait grillé quelques neurones... Aw... Nan, ça serait nul. Déjà qu'il avait du mal à faire fonctionner le peu qu'il en avait, alors si en plus...

"...tié récemment, toi aussi? Je ne sais pas encore très bien comment marche cette histoire d'éléments ainsi que le fait qu'on soit solaire ou lunaire mais j'ai cru comprendre qu'en plus de pouvoir utiliser un élément, on a une capacité supplémentaire que l'on pourra améliorer avec le temps, au même titre que notre élément. Je ne sais pas si tu le sais mais apparemment, je suis une Air Solaire vu que je peux guérir les gens maintenant. C'est assez bizarre de pouvoir faire ça ainsi, vu que j'ai toujours été habituée à guérir les gens autrement mais je ne pense pas qu'on puisse m'interdire l'autre méthode aussi. Mais pour toi, je ne vois pas très bien ce que ça pourrait être. La directrice t'a dit quoi exactement sur ton élément?
- Euuuhm, fit-il avec la plus grande élégance du monde.

L'adolescent avait rouvert les yeux et très légèrement incliné la tête sur le coté. Awh... Tahia est ses grands discourt dont il avait du mal à écouter jusqu'au bout. Bon. Peut-être qu'il fallait reprendre depuis le début... Sauf que les début est complètement incompréhensible ! Tié récemment ? Tié récemment ! Qu'est-ce que ça pouvait bien dire, hein ?! Il devait avoir l'air malin à la regarder avec son air perdu... Ah, nan plutôt à regarder ses jambes, vu qu'elle venait de se lever. Cette fois-ci il réussit à suivre, du début, jusqu'à la fin le discourt de Tahia.

" Tu crois que tu peux te lever sans t'évanouir? Certes, je voudrai passer à l’infirmerie après pour voir si je peux y apporter un peu d'aide, mais je voudrai avoir autre chose qu'un prétexte pour montrer que je peux soigner quelqu'un. Sinon, montre moi où tu es installé et je t'y amène, comme ça tu pourras m'expliquer tout ça. "

Aaron eut un sourire nerveux. Étrangement, il avait l'impression que sa fierté venait de se faire piétiner par ce simple bout phrase : Montre moi où tu es installé, et je t'y amène. Bon vraiment, c'était stupide pour se vexer pour aussi peu, alors qu'il venait de faire pire il y a peine quelques secondes mais... Mais c'était la logique d'Aaron. Il se leva brusquement. Pas question de rester plus longtemps à terre ! Cette fois-ci les vertiges ne viennent pas, permettant de lui sauver la face quand il dit :

- Bien sur que je peux ! C'est pas une petite porte qui m'enverrait  à l'infirmerie !

De son point de vue, la porte l'avait simplement fait tomber ! C'était son pouvoir qui l'avait assommé... Oh, en parlant de pouvoir ! Si Tahia l'avait soigné, ça voulait dire qu'elle était initié ! Air... Air... Qu'est-ce qu'elle avait dit ? Ah oui ! Air solaire !... So... Solaire ? Soleil ? Air soleil ? C'était quoi encore cette histoire ? La directrice lui avait dit qu'il était... Tonnerre... Tonnerre lunaire ! Donc la lune... Une infinité de chemin se présenta dans son esprit. Tous partants dans des directions différentes pour des idées différentes. Et qui se croisaient, décroisaient, évitaient, rejoignaient... Complètement perdu mentalement, il finit par dire, légèrement ailleurs.

- Euuh... Deux minutes, j'dois prendre un truc. Prends toujours ton p'tit déj en attendant. Je te montre... Euhm...

Aaron se stoppa en posant son regard sur les différentes tables. Un beau bordel, de feuille et de crayon, traînait sur la sienne. Il eut un toussotement gêné avant de reprendre.

- C'est la seule de déserte et de bordélique. Là-bas, dans le coin.

L'adolescent laissa échapper un léger sourire désolé pour Tahia avant de tourner les talons. Se concentrer sur une chose de concret, les cookies ! Il traversa la distance qui le séparé du self, d'un pas aussi léger que son humeur. Cette fierté d'avoir réussis une téléportation -non voulu- lui aurait presque donnée des ailes. La serveuse le reconnu facilement. Après tout, il lui avait presque fais les yeux de chiots battus juste pour qu'elle fasse des cookies plutôt ! Et ça avait quand même fonctionné ! Elle lui tendit une assiette remplies de cookies, presque à ras-bord ! Ainsi qu'une serviette.. L'immense sourire revient et il l'a remercia avant d'attendre Tahia près de l'allée permettant de se rendre aux tables, l'assiette à la main.

Tiens... Pourquoi lui avoir donné une serviette ? Les cookies c'est pas gras.. Certes ça laisse des miettes, mais quand même ! Il passa sa langue sur ses lèvres et eut la surprise de sentir le gout du sang. Ah oui ! Son nez ! Il avait du avoir l'air malin. Il l'aurait été encore plus si Tahia n'avait pas réussit à stopper l'écoulement. Il essuya le sang qui restait. D'ailleurs... La question de la brunette lui revient en tête. Dire quoi exactement sur son pouvoir... Ah exactement, ça va être un peu dur, puisqu'il avait été à moitié crevé de fatigue le soir de l'initiation... D'ailleurs ! Pourquoi mettre ça en plein soir, hein !? C'est quoi cette idée ! Des sectaires bouffeurs d'enfants ! Pour éviter de partir plus en profondeur sur cette idée, il parla à Tahia. Enfin, il ignorait si elle l'avait rejoins ou pas, mais vu qu'il n'était pas si éloigné du self, elle l'aurait quand même entendu au cas où...

- T'as surement du être attaqué par un fantôme du jour ! Pour être solaire... Il éclata légèrement de rire. Nan, en fait j'en sais rien. J'étais complètement crevé et j'ai écouté... Hum un douzième de ce qu'elle a dit ! Nouveau rire. Juste que... Hum, j'te monterai quand on sera assis.

Pourquoi assis ? Parce qu'il n'avait aucune envie de s'écraser de nouveau au sol, comme une grosse me..., parce qu'il était crevé ! Puis parce qu'il avait envie de s'attaquer à ses cookies. Bon après, ça servait à rien de lui dire qu'il s'était légèrement énervé parce qu'ils savaient pas où étaient son frère, et avait préféré tester ses pouvoirs tout seul. Ils n'avaient aucunes raison de savoir où il est... Mais... Mais toujours espérer. Pour se changer les idées, il reprit :

- Au fait, tu savais qu'il y avait un fantôme de la cafét ? Un vilain fantôme qui m'a traité de petit, rajoute-t-il en fronçant le nez. Et... Tu as été initié y a longtemps ?

Ouch nan... Ne pas refaire ça. Pas pour l'instant, en tout cas. Ça fait mal. Un peu trop. Douillet, mais nan ! Enfin... Juste un peu. Un tout petit peu... L'adolescent s'avança jusqu'à la table pour ranger son bazar avant que la brunette n'arrive. Surtout pour cacher le carnet...


##   Dim 6 Avr 2014 - 0:37

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Tahia Makoto
Tahia Makoto
Etoile Air Solaire
Messages : 532
Date d'inscription : 16/02/2014
Age : 25
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Un peu mieux, je suppose

Tout compte fait, ce n'était pas nécessaire de demander à Aaron s'il pouvait ou non se levait, ce dernier s'était redressé à l'instant même où elle finissait de parler, c'était même limite s'il ne se mettait pas à la défier du regard sur ce qu'elle venait de lui dire. Tahia mit cela sur le compte de la fierté des hommes, que ces derniers ne supportaient pas qu'une fille leur apporte de l'aide sur quelque chose où elle pourrait être utile mais bon, c'était leur problème et si vraiment son camarade tombait dans les pommes ensuite, la brune n'en porterait aucune responsabilité. Quoiqu'il en soit, l'adolescent lui déclara qu'il pouvait parfaitement se lever et que ce n'était pas une simple porte qui allait l'envoyer à l'infirmerie, ce à quoi la jeune fille répondit par un regard amusé bien que légèrement blasé par l'attitude du brun. Certes, une porte n'a jamais tué personne, du moins pas à sa connaissance, mais c'était tout à fait possible de se retrouver assommer dans ce genre de situation, et l'étudiante évita de faire mention du fait que peut être que cette porte ne l'enverrait pas à l'infirmerie mais elle avait au moins eu le mérite de faire saigner le jeune homme et de l'assommer à moitié, même si elle doutait que son camarade l'admette. Quant à l'infirmerie, la jeune fille doutait que cela soit nécessaire qu'elle y amène Aaron, l'écoulement de sang avait cessé depuis un petit moment maintenant, ce dont elle était très fière, donc il y avait peu de chance que cela redevienne grave, le mieux maintenant était qu'il retire le sang qu'il avait encore sur le visage et ça serait tout. De plus, il n'avait toujours pas répondu à la question de la brune, ce qui fit presque soupirer cette dernière, bien qu'elle ne le fit qu'intérieurement, se doutant sans doute que le jeune homme ne l'écouterait qu'à moitié et ne suivrait jamais une conversation correctement. Pour les autres personnes avec qui il a pu parler, elle se demandait vraiment comment les choses s'étaient passées mais ça devait être très comique à voir.

Après quoi, Tahia entendit son camarade lui dire, d'un ton assez distrait, qu'il devait aller prendre quelque chose, qu'elle pouvait en profiter pour aller chercher son petit déjeuner en attendant qu'il revienne. Puis il balaya rapidement la salle du regard jusqu'à ce qu'elle le voie s'arrêter vers l'une des différentes tables et bien que la brune ne parvienne pas à distinguer correctement ce qu'il y avait, elle ne pouvait cependant pas louper le fait qu'il y avait un véritable foutoir sur la table avec ce qui ressemblait à des feuilles, qui jonchaient ça et là de manière désordonnée et totalement négligée. Visiblement, Aaron semblait s'en être rendu compte vu qu'il déclara à la jeune fille d'une manière très gênée que c'était la table étant la seule de déserte et de désordonnée, pas étonnant alors que personne ne soit venu s'y installer avec tout ça et qu'elle soit dans un coin de la cafétéria y était surement pour quelque chose aussi. Quoiqu'il en soit, l'adolescente alla récupérer un plateau, le temps que le brun revienne avec ce qu'il devait aller chercher, il ne lui avait d'ailleurs pas dit ce que cela pouvait bien être, puis elle récupéra ce qu'il lui fallait pour se constituer un petit déjeuner, reprenant ses vieilles habitudes du centre. Aussi se contenta-t-elle d'un bol de chocolat au lait, d'un jus d'orange et de deux tartines puis elle se dirigea de nouveau vers Aaron, ce dernier étant revenu entretemps avec dans ses mains une assiette remplie de cookies. La jeune fille ne fit pas le moindre commentaire mais une question restait dans son esprit: il allait vraiment manger tout ça et à cette heure-ci de la journée? D'accord, elle savait pourtant que cet institut n'était pas en lieu normal, que les gens qui se trouvaient ici n'étaient donc pas des personnes jugées comme normales et qui possèdent quelques particularités. Et pourtant, rien qu'en voyant son camarade, l'étudiante se dit que vraiment, elle était désormais tellement habituée à tout ce qui relevait du surréalisme que tout ce qui pouvait être ordinaire ou venir de la simple gourmandise de quelqu'un, que c'était cela qui rendait la personne anormale à ses yeux.

Car oui, Tahia avait du mal à regarder Aaron comme quelqu'un de normal, même s'il y avait de fortes chances pour que son camarade soit maintenant initié et qu'il pouvait lui aussi se servir de facultés magiques, même si elle ignorait encore quel élément il maitrisait désormais. En tout cas, l'adolescent avait repris la parole pour lui dire qu'elle avait surement été attaquée par un fantôme du jour étant donné qu'elle était solaire, la brune ne comprenant pas très bien où l'étudiant voulait en venir jusqu'à ce qu'elle entende ce dernier rire puis dire qu'il n'en savait vraiment rien et qu'il était fatigué après son initiation et qu'il n'avait pas vraiment écouté ce qu'on lui disait. Pourquoi ça ne la surprenait pas, exactement? Parce que venant du brun, c'était presque normal, même si c'était plutôt exaspérant qu'il n'écoute pas un minimum ce qu'on lui dit, surtout que cela pouvait se révéler très important dans certains cas. En tout cas, l'adolescente avait plutôt hâte de voir ce que le jeune homme était exactement et ce qu'il pouvait dès à présent faire. Cela devait bien faire deux semaines qu'elle avait été initiée et elle commençait à peine à maitriser son élément, pouvant voir et "toucher" l'air mais aucunement l'influencer, bien qu'elle soit pressée de pouvoir enfin exercer un léger contrôler sur lui, au même titre qu'elle tenait vraiment à développer son don de guérison. Tellement perdue dans ses pensées, la jeune fille ne prêta pas directement attention au fait qu'elle se trouvait près de la table où Aaron s'était installé, ne voyant donc pas ce dernier commencer à ranger rapidement ses affaires et ce dut la reprise de parole de son camarade qui la ramena sur Terre, lui demandant si elle était au courant qu'il y avait un fantôme dans la cafétéria qui l'avait traité de petit. Puis il lui demanda par la suite si elle avait été initiée il y a longtemps, question que l'étudiante attendait depuis un moment déjà, même si elle aurait d'abord voulu connaitre la réponse du jeune homme avant de partir sur des explications concernant son pouvoir, sachant que le brun n'écouterait qu'à moitié.

Tahia ne put s'empêcher de rire un peu en se souvenant de la mention du "fantôme" qui hanterait les lieux et elle ne put s'empêcher de penser encore plus à l'idée qu'Aaron était vraiment un gamin encore à être aussi naïf sur cette histoire de fantôme. Certes, on ne pouvait pas dire que c'était improbable vu l'endroit dans lequel ils se trouvaient actuellement mais les fantômes ont tout de même un point en commun, peu importe le pays ou le lieu où ils se trouvent. S'asseyant à une des places que lui offrait cette table de libre, la jeune fille finit par prendre la parole à son tour:

" S'il y avait vraiment un fantôme dans cette cafétéria, l'endroit ne serait pas aussi rempli et ceux qui veulent venir ici seraient alors des fous ou des suicidaires vu que les fantômes sont aussi présents le jour que la nuit. En plus, ils n'ont pas de corps, ce ne sont que des esprits donc si tu as pu le toucher, c'est que c'était un être humain, parfaitement vivant, lui. Je ne dis pas que ça n'existe pas mais actuellement, je crois plutôt à l'idée que tu as rencontré un autre étudiant qui, comme toi, avait une bonne raison de venir à la cafétéria, de nuit. "


Bien contente de sa thèse sur cette histoire de fantôme de la cafétéria, Tahia commença à manger, tenant tout de même à faire taire son ventre qui commençait à s'impatienter d'attendre d'être rempli. Après quoi, elle en profita pour répondre à la seconde question d'Aaron, en même temps qu'elle se demandait, maintenant qu'elle avait pu voir les feuilles qui avaient été éparpillées sur la table, ce que son camarade faisait.

" Sinon, j'ai été initiée il y a deux semaines environ et je suis plutôt satisfaite de mes facultés. Je peux voir et "toucher" l'air qui est autour de moi mais je n'arrive pas à encore à contrôler quoi que ce soit. Quant à mon pouvoir de guérison, je compte bien le développer même si je ne peux que réduire la taille d'une blessure si jamais cette dernière est sévère et je sais refermer les petites blessures seulement. Donc, tu maitrises quel élément qui puisse te permettre d'avoir été aussi rapide au point que tu te prennes cette porte? Et qu'est ce que c'est que toutes ces feuilles exactement? Tu fais des recherches sur quelque chose? "


Pouvoir, bouffe et... Oh mais je te connais !  [Pv : Tahia] Signat10

Spoiler:
 

Spoiler:
 


Gris (OST) Part 1 & 2 - Main Theme
Savin' me (Nickelback) - Sad Theme
Mononoke Hime Theme (Ocarina)- Wind Theme
##   Dim 6 Avr 2014 - 6:55

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Aaron Eran
Aaron Eran
Etoile Tonnerre Lunaire
Messages : 335
Date d'inscription : 23/02/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Lire et écrire.
Humeur : Je larveeee ~

Aaron se laisse presque tomber sur la banquette après que le carnet ait été fermé et repris. Il rangea le crayon et le taille-crayon dans sa poche. D'une main il commença à manger un cookie, tandis que de l'autre, il rassemblait les feuilles noircis d'écriture pendant que Tahia parlait.

" S'il y avait vraiment un fantôme dans cette cafétéria, l'endroit ne serait pas aussi rempli et ceux qui veulent venir ici seraient alors des fous ou des suicidaires vu que les fantômes sont aussi présents le jour que la nuit. En plus, ils n'ont pas de corps, ce ne sont que des esprits donc si tu as pu le toucher, c'est que c'était un être humain, parfaitement vivant, lui. Je ne dis pas que ça n'existe pas mais actuellement, je crois plutôt à l'idée que tu as rencontré un autre étudiant qui, comme toi, avait une bonne raison de venir à la cafétéria, de nuit. "

L'adolescent eut un sourire amusé. Pourquoi être obligatoirement fous ou suicidaires pour vouloir se rendre dans un endroit hanté par une fantôme ? Ça ne pouvait pas être poussé, simplement, par la curiosité ? Il laissa cette question de côté, tandis qu'il n'était pas d'accord sur le fait que des fantômes puissent être présent jour et nuit, mais ça, il s'en garda bien de faire la remarque, sûr que la brune trouverait quelque chose à redire. Pour lui, c'était soit l'un, soit l'autre. Il voulait bien être d'accord pour qu'une minorité de fantôme puissent être présent tout le temps, mais pas tous. Comme pour les humains, il y avait deux catégories : les fantômes de jours, et ce de nuit. Même si l'adolescent savait que la personne rencontrée dans la cafétéria cette nuit était bien réelle. Il préférait croire que c'était un fantôme, c'était plus amusant. Et puis... Pourquoi être toujours obligé d'être qualifié d'humain ? Les parents surnomment bien leurs enfants de chaton, de trésor, de puce etc... La plus part, sauf les siens... Un début de mauvaise humeur se pointa doucement, rapidement balayé par les paroles de Tahia.

" Sinon, j'ai été initiée il y a deux semaines environ et je suis plutôt satisfaite de mes facultés. Je peux voir et "toucher" l'air qui est autour de moi mais je n'arrive pas à encore à contrôler quoi que ce soit. Quant à mon pouvoir de guérison, je compte bien le développer même si je ne peux que réduire la taille d'une blessure si jamais cette dernière est sévère et je sais refermer les petites blessures seulement. Donc, tu maitrises quel élément qui puisse te permettre d'avoir été aussi rapide au point que tu te prennes cette porte? Et qu'est ce que c'est que toutes ces feuilles exactement? Tu fais des recherches sur quelque chose? "

Aaron se stoppa. La liasse de feuille dans les mains, juste au-dessus de la carafe d'eau. Que lui répondre en premier ? Lui montrer son pouvoir ? Ou alors lui parler du carnet... Il opta pour la seconde solution après avoir finis d'engloutir son cookie.

- Ça ? marmonna-t-il en agitant les feuilles au-dessus du récipient remplis d'eau. C'est pour essayer de comprendre l'écriture désastreuse de mon frère. C'est pire qu'un médecin. Tout petit, tout serré et complètement illisible ! Bien sûr c'est compréhensible quand il écrit en anglais mais là....

L'adolescent fronça le nez en esquissant une moue dégoûté. Pourquoi avoir écrit en français ! Hein, pourquoi !? Franchement, dès qu'il le retrouverait il l'engueulerait bien sur ce point. Il continua après avoir réussis à dénicher la seule feuille d'assez propre où était retranscrit le passage, et la tandis à Tahia.

- Mais là, c'est même pas de l'anglais ! Comment il veut que je comprenne un truc pareil !? Bon d'accord, je ne devrai même pas l'avoir avec moi, j'aurai du le donner à ceux qui s'occupe de moi mais... Attend ! Tu vois les livres qu'on remet aux gens quand il adopte un animal ? Les livres du genre : comment bien prendre soin de votre chat ? Comment éduquer votre chien ? J'ai limite l'impression que c'est un guide pour s'occuper de moi !

Aaron poussa un soupire en baissant la tête. C'était bien plus qu'une impression... Il savait très bien qu'il était difficile, mais vu comment Kyro parlait de lui dans son carnet, il avait l'impression d'être un véritable gamin...

- Oh, mais tu manges, j'veux pas te déranger avec ça ! Fit-il en rangeant la feuille. Si tu veux, je te la montrerai après, un élève m'a dit que c'était écrit en français... Mais il s'est barré avant que je puisse lui demander de me le traduire...

Il passa les mains dans ses cheveux. Bien sûr, le fait que Tahia soit française ne lui vient absolument pas à l'esprit. La faute à la puce, qui la faisait parler anglais... C'était l'une des seules fois où il avait parlé aussi sérieusement à Terrae. Un nouveau soupire franchit ses lèvres, puis il ramena ses genoux contre lui en prenant sa tasse. Voilà, la mauvaise humeur s'était installé... Il ignora royalement son vide tandis qu'il buvait son chocolat chaud. Il murmura sans vraiment s'en rendre compte, une lueur de tristesse dans les yeux.

- A croire qu'il avait prévu disparaître sans un mot...

Une légère alarme résonna dans sa tête. La dernière fois qu'il avait parlé de Kyro avec Tahia, il avait presque finis en larme au bord de la crise de panique. Il... Il fallait s'en éloigner au plus vite. Comme électrisé par cette pensée, Aaron se redressa. Oui ! Il l'avait son échappatoire.

- Attention les yeux ! J'vais enfin te montrer mon pouvoir ! Fit-il en riant.

Plonger. Plonger au fond de ses ténèbres pour trouver cette lumière dorée. Ce fut assez rapide puisqu'il y était déjà. Il posa sa tasse et approcha ses mains de la carafe. Carafe en fer, évidemment. Sinon, il se serait loupé en beauté ! Il sent l'électricité courir le long de ses doigts. Bon ça c'est fait, maintenant le plus dur : la dirigeait vers la carafe. Au dernier moment, il sent son regard être attiré par un truc orange dans le plateau de Tahia. Ah ? Qu'est-ce que c'est... ? Aaron n'eut pas le temps de se poser plus longtemps la question, que les petits arcs sont déjà sur le conteneur du machin orange. Oh la vache ! Il ne peut retenir un rire nerveux. La vache ça va hyper vite ! Ouai, ça va hyper vite quand il le veut pas mais quand il cherche a en faire, ça prend des plombes ! Evidemment. Il passa sa main tremblante dans ses cheveux, légère électrisé à cause de ses pouvoirs.

- Oups..., fit-il avec l’innocence d'un gosse venant de faire exprès une bêtise. Hum... La directrice a dit que j'étais, tonnerre lunaire ! Donc je peux faire des éclairs, et me téléporter ! Si ça, c'est pas la classe !

Il ne peut s'empêcher de rire à nouveau. Bon d'accord, faire des éclairs, il était encore très très très loin d'y arriver, et se téléporter c'était déjà une chance d'y être arrivé ! Il sentit le rouge lui monter légèrement aux joues. Du bout de sa cuillère, il coupa un morceau de gâteau tout en parlant.

- Bon... Niveau téléportation, c'était ma première réussite donc pas le droit de rire ! Ça aurait pu être pire, imagine que je serai tombé dans les vestiaires des filles...

Awh, il se serait surement pris bien des gifles plus quelques coups de pouvoir mais bon... Quoi ?! Aaron est un garçon après tout, bien qu'il n'ait pas vraiment la tête à ce genre de chose en ce moment, il en restait un. Il eut un grand sourire lorsque l'arôme du chocolat se répandit sur sa langue. Il continua après avoir reposé sa cuillère.

- Toucher l'air ? Fit-il en arquant un sourcil et en regardant la brune. C'est... étrange. Mais ça a quel consistance ? Oh et sinon, promets moi que t'essayeras pas de sauter du toit juste pour réussir à voler !

D'accord... ça faisait légèrement parano. Et même si Aoi, lui avait dit que la hauteur l'avait découragé, il se doutait un peu que même ça, ça n'arriverait pas à découragé la brune si elle voulait amélioré son pouvoir... Il passa de nouveau sa main dans son cou, légèrement gêné. Il n'avait plus trop idée, et sa dernière question sortie toute seule.

- Euhm, t'es pas obligé de répondre, mais c'est quand ton anniversaire ?


##   Mar 12 Aoû 2014 - 2:20

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Tahia Makoto
Tahia Makoto
Etoile Air Solaire
Messages : 532
Date d'inscription : 16/02/2014
Age : 25
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Un peu mieux, je suppose

Visiblement, ses dernières questions avaient fait réagir l'adolescent et Tahia devait bien reconnaitre qu'elle se demandait bien ce qu'Aaron faisait avec toutes ces feuilles sur lesquelles elle avait pu distinguer une écriture, surement celle de l'étudiant. Bon, c'est vrai que la jeune fille n'avait pas à s'en mêler, cela ne la concernait pas mais elle était, comme à son habitude, curieuse et elle n'était pas aussi inquiète des réactions que pouvait avoir l'adolescent, même si cela faisait maintenant un moment qu'ils n'avaient pas eu l'occasion de se revoir et qu'elle ignorait s'il était toujours le même garçon qui lui était tombé dessus alors qu'elle était en train de lire sous un arbre. Autant dire qu'ils n'étaient pas partis d'un très bon pied et pourtant, la brune en était rapidement venue à apprécier cet adolescent qui avait tout juste un an de moins qu'elle, qui était du genre maladroit et encore bien enfantin malgré son âge. Même maintenant elle avait encore l'impression de voir un petit garçon, même s'il se montrait tout de même bien plus à l'aise qu'il y a un mois et que cette fois, il faisait preuve d'un peu moins de maladresse contrairement à la fois où il lui avait posé quelques questions ou fait des remarques auxquelles Tahia n'avait pas vraiment bien réagi, après tout elle avait bien été jusqu'à montrer son œil gauche et sa cicatrice à Aaron et à lui dire d'une manière plus ou moins directe ce qui lui était arrivé par le passé. Bref, cette rencontre avait été particulière et ce n'était pas le genre de rencontres que la brune aimerait faire tous les jours, cela deviendrait particulièrement agaçant et ce qu'elle avait montré à son camarade n'était pas quelque chose qu'elle ferait à n'importe qui. Elle avait simplement agi ainsi parce qu'elle savait que l'étudiant ne raconterait rien à quelqu'un d'autre et force était de constater qu'elle avait eu bien raison de lui faire confiance sur ce point.

Quoiqu'il en soit, Tahia n'eut pas à attendre longtemps que une réponse de son camarade que celui-ci lui expliqua qu'il essayait de comprendre l'écriture de son frère, ce qui n'était visiblement pas aussi simple, surtout lorsqu'il lui décrivit l'écriture en question. En effet, ça ne devait pas être facile du tout, bien qu'Aaron ait rajouté que c'était tout de même compréhensible pour ce qui était écrit en anglais, cette dernière remarque intriguant légèrement la jeune fille qui se demandait ce qu'il voulait dire à la fin. Tout n'était pas écrit en anglais? C'était bizarre mais l'étudiante n'eut pas le temps de s'interroger plus que son camarade avait repris la parole, répétant que ce n'était pas de l'anglais et qu'il ne risquait pas de comprendre quoi que ce soit, bien que normalement, le carnet qu'il avait avec lui n'aurait pas dû se retrouver entre ses mains mais plutôt entre celles des adultes ayant l'adolescent à leur charge. Tout en rajoutant que ce livre lui faisait d'une certaine manière penser qu'il s'agissait d'un guide pour s'occuper de lui, Aaron avait tendu à la jeune fille une des feuilles sur laquelle il avait pu retranscrire un passage que visiblement, il n'avait pas compris. Bien qu'elle n'ait pas pris la feuille tendue, Tahia eut le temps de voir quelques mots et malgré l'écriture, elle eut la surprise de reconnaitre du français, avant que la feuille lui soit retirée et que l'étudiant la remette avec les autres feuilles qu'il avait gardées. Ce dernier ayant préféré qu'elle mange d'abord avant de lui montrer plus en détail le contenu de ce texte, expliquant par la suite que c'était apparemment du français, d'après ce qu'un étudiant lui avait dit, même si ce dernier était parti avant que le jeune homme ne demande une traduction. En clair, il n'avait trouvé personne pour lui traduire ce texte ou qui comprenait un minimum le français pour lui résumer ce qui était écrit.

Après cela, il y eut un moment de silence et même si Tahia aurait voulu briser ce silence, elle préféra attendre et commença à manger un peu, tout en regardant un moment Aaron, ce dernier ayant changé d'attitude tout d'un coup, la brune remarqua une lueur de tristesse dans le regard bleuté de son camarade avant qu'elle ne l'entende murmurer que son frère avait surement prévu de disparaitre sans un mot. Elle détestait voir les gens tristes mais sur le coup, la jeune fille ne savait vraiment pas quoi dire pour consoler l'adolescent, après tout, le sujet de Kyro, le frère d'Aaron, avait déjà été abordé quand ils s'étaient connus et ça ne s'était pas très bien passé donc elle préférait éviter d'en rajouter en parlant à l'étudiant. D'ailleurs, la tristesse disparut aussi rapidement qu'elle était apparue tandis que le jeune homme se redressait en lui disant de faire attention car il allait lui montrer son pouvoir, l'adolescente devenant sur le coup attentive car elle ignorait totalement quel élément son camarade maitrisait désormais. Sauf que, il y eut un petit incident, incident qui fit que, au lieu de se diriger vers la carafe qui trônait sur la table, Tahia vit alors de petits éclairs sortir de la main d'Aaron et se diriger...sur le jus d'orange de la jeune fille, qui ne fut d'abord surprise avant de jeter un regard blasée sur l'adolescent qui émit un petit rire nerveux suite à cela. Bon, au moins ça avait le mérite d'être clair: l'étudiant était un initié ayant une maitrise sur le tonnerre. Bien que ce dernier rajouta que d'après la directrice, il était un tonnerre lunaire, ce qui voulait dire qu'en plus de maitriser les éclairs, il avait la possibilité de se téléporter. L'adolescente ne put retenir un sourire amusée tandis que le jeune homme s'était remis à rire. Au moins cela expliquait beaucoup de chose, en particulier pourquoi il s'était pris la porte alors qu'il ne comptait pas sortir de la cafétéria.

Apparemment, il s'était rendu compte de ce qu'il avait dit concernant la téléportation car Tahia entendit Aaron lui dire que c'était sa première réussite concernant la téléportation et qu'il aurait pu y avoir pire, comme apparaitre dans le vestiaire des filles... L'adolescente préféra se taire et ne rien dire concernant cette remarque, bien qu'elle ne put retenir une légère rougeur d'apparaitre sur ses joues alors qu'elle s'imaginait la scène. Si un garçon devait apparaitre soudainement dans une pièce remplie de filles plus ou moins dénudées, il ne faisait aucun doute que le garçon en question avait peu de chance de s'en sortir indemne, dans le meilleur des cas, il aurait quelques bleus et des bosses suite aux différentes choses qu'on lui balancerait mais sinon, il y aurait en prime des baffes et quelques coups de pied destinés à faire sortir rapidement l'indésiré hors de la pièce. Du moins, c'est ce qu'auraient fait des filles normales mais à Terrae, personne n'était normal et aucun doute que quelques pouvoirs auraient été utilisés sur l'intrus. En clair, il aurait été très mal. Enfin, la brune préféra oublier cette idée rapidement et se concentrer sur les paroles du jeune homme, ce dernier étant particulièrement intrigué par le fait que l'étudiante puisse, comme elle l'avait dit, toucher l'air avant de lui demander quelle était la consistance de ce qu'elle pouvait toucher. La jeune fille ne fut, cependant, pas bien sûre d'avoir compris les dernières paroles de son camarades. Comment ça elle ne devait pas sauter du haut d'un toit pour apprendre à voler? La dernière fois qu'elle était montée sur le toit de l'institut, c'était à son arrivée et elle n'avait aucunement cherché à sauter de là-haut. Et puis, il lui était impossible pour le moment d'utiliser correctement l'air autour d'elle pour lui permettre de s'élever ne serait-ce que quelques centimètres au-dessus du sol, le mieux qu'elle pouvait faire étant de soigner les petites blessures ou de réduire les blessures importantes, elle n'avait pas eu trop d'occasions de se servir de sa maitrise sur l'air, ne parvenant pour le moment qu'à le toucher, le voir et même l'écouter.

Cependant, la question que lui posa Aaron eut tôt fait de jeter un froid et Tahia sentit ses mains se crisper sur le bol qu'elle tenait alors qu'elle baissa la tête un moment, gardant le silence. Non vraiment, son camarade n'avait pas encore compris que certaines questions ne devaient pas être posées, et surtout pas celles qui avait un rapport plus ou moins directe avec son passé, passé qu'elle voulait oublier mais qui la hantait encore.

" Je sais juste que j'ai dix-sept ans en ce moment, mes "parents" n'ont pas jugé nécessaire de marquer mon nom et ma date de naissance lorsqu'ils m'ont laissé aux portes d'un orphelinat... "


Encore cette voix neutre et sèche qu'elle utilisait lorsqu'elle était agacée par quelque chose qu'on venait de lui dire et qui ne lui plaisait pas du tout. Surtout que Tahia avait fait en sorte sans que son camarade ne voie pas son regard pendant qu'elle était en train de parler, il était de toute façon inutile qu'il voit l'expression de son visage, il ne faisait aucun doute qu'il avait surement compris qu'il avait fait une bêtise en posant cette question. Puis, respirant un peu avant de soupirer longuement, la brune redressa la tête, essayant d'afficher un air plus détendu mais c'était surement peine perdue, bien que cela finirait par se calmer lorsqu'elle se mettrait à parler d'autre chose que cette maudite date de naissance.

" En général, quand je touche l'air, je dirai que c'est similaire à vouloir toucher de la fumée, à la différence que toi tu ne vois pas l'air contrairement à moi. Après, tout dépend de comment j'agis sur l'air, il peut rester tel qu'il est actuellement tout comme il peut devenir plus compact si c'est ce que je souhaite. Mais pour le moment, j'arrive surtout à le voir, le toucher et à l'entendre, c'est assez étrange mais on a l'impression d'entendre des murmures en continu ou alors, une sorte de musique mais c'est plus rare. Et je ne compte pas sauter du toit, je ne suis pas encore assez folle ou stupide pour me suicider, que je sache. "

Bon, elle avait peut être été un peu forte sur sa dernière phrase mais l'idée qu'elle saute du toit de l'établissement pour essayer de voler, Tahia trouvait cela légèrement déplacé et vraiment stupide. A croire qu'il y avait surement des fous dans cet institut pour penser que c'était en se mettant aussi haut par rapport au sol que l'on parviendrait à voler comme un oiseau.

" Et pour ta page, je pourrai te la traduire, si tu veux. Je suis Française d'origine donc malgré cette affreuse écriture, je devrais pouvoir te dire ce que ton frère a écrit et ce qu'il voulait faire comprendre en écrivant dans une langue différente. "


Pouvoir, bouffe et... Oh mais je te connais !  [Pv : Tahia] Signat10

Spoiler:
 

Spoiler:
 


Gris (OST) Part 1 & 2 - Main Theme
Savin' me (Nickelback) - Sad Theme
Mononoke Hime Theme (Ocarina)- Wind Theme
##   Mar 12 Aoû 2014 - 12:34

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Aaron Eran
Aaron Eran
Etoile Tonnerre Lunaire
Messages : 335
Date d'inscription : 23/02/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Lire et écrire.
Humeur : Je larveeee ~

La question d'Aaron sembla jeter un froid sur leur conversation quand il vit Tahia baisser la tête. Qu'a... Qu'avait-il put faire pour la mettre dans cet état ? Sa question était pourtant innocente. Sans aucune méchante pensée derrière. Après tout, l'adolescent aimait bien faire des cadeaux au gens, et les anniversaires étaient le meilleur moyen pour. Parce qu'en offrir comme ça, un jour lambda, paraissait tout de suite suspect et pouvait même être déplacé... L'adolescent rentra la tête dans ses épaules en se recroquevillant légèrement, comme s'il allait se faire gronder. Peut-être qu'elle n'aimait son anniversaire ? Qu'il s'était peut-être passé quelque chose... ? Comme lors de leur première rencontre, il se sentit comme un gosse qui ne comprenait pas pourquoi on l'engueulait. Il aurait du faire plus attention, à ses paroles, elle le lui avait même dit, mais c'était plus fort. Elle ne voulait pas d'autres questions sur sa vie privée, après celles de la dernière fois. Il scrutait le visage de la brune, qu'il ne pouvait pas voir, en quête d'un signe, qui lui prouverai qu'il avait tord. Qu'il n'avait pas fait l'erreur de retourner en terrain dangereux.
" Je sais juste que j'ai dix-sept ans en ce moment, mes "parents" n'ont pas jugé nécessaire de marquer mon nom et ma date de naissance lorsqu'ils m'ont laissé aux portes d'un orphelinat... "


L'adolescent se recroquevilla encore un peu en murmurant un petit désolé presque inaudible en baissant la tête. Pourquoi ressentait-il presque de l'empathie pour l'adolescente alors qu'il était si égoïste habituellement ? Surement parce qu'en parlant d'orphelinat, elle lui avait rappelé la chance qu'il avait eut de ne pas se retrouver collé dans un endroit pareil. Que comparé à sa certain enfant, il avait vécu avec une cuillère d'argent dans la bouche pendant longtemps, malgré les mauvaises farces qu'un dieu facétieux avait décidé de lui imposer, en lui enlevant ses parents, son frère et en mettant d'autres bâtons plus ou moins gros dans les roues de sa vie... Les pensées d'Aaron dérivèrent lentement dans tous les sens tandis qu'une ombre de tristesse passait dans ses yeux. Il se sentait malin maintenant, à dire tout ce qui lui traversait l'esprit, il avait vexé et agacé, Tahia. Les deux en même temps. Légèrement boudeur contre lui même, il tira sur la cuillère qu'il avait garder dans la bouche alors que l'adolescent soupirait. Tirant nerveusement sur sa chaussette, Aaron espérait qu'elle veuille bien lui pardonner sa gaffe. Encore une fois.
" En général, quand je touche l'air, je dirai que c'est similaire à vouloir toucher de la fumée, à la différence que toi tu ne vois pas l'air contrairement à moi. Après, tout dépend de comment j'agis sur l'air, il peut rester tel qu'il est actuellement tout comme il peut devenir plus compact si c'est ce que je souhaite. Mais pour le moment, j'arrive surtout à le voir, le toucher et à l'entendre, c'est assez étrange mais on a l'impression d'entendre des murmures en continu ou alors, une sorte de musique mais c'est plus rare. Et je ne compte pas sauter du toit, je ne suis pas encore assez folle ou stupide pour me suicider, que je sache. "


La dernière phrase de Tahia lui arracha un sourire. Pourquoi fallait-il obligatoirement être fou ou stupide pour sauter d'un toit ? Puis il ne lui avait jamais dis que c'était pas se suicider ! Même si en général quand on saute d'un toit, ce n'est pas pour faire la fête... Sauf s'il y a un mètre de neige et qu'elles sont les premières de l'année. Et encore, ça dépend de la hauteur du toit. Quand elle lui avait dit qu'elle entendait l'air comme un murmure ou une sorte de mélodie, l'adolescent avait mit les mains sur ses oreilles en levant la tête vers les néons de la cafétéria, une bouille d'enfant découvrant un nouveau jouet, plaquée sur le visage. Et lui ? Entendait-il les courants électriques ? Ou l’électricité ? D'ailleurs, pouvait-il atteindre ce courant ? Il avait l'impression qu'il était tellement haut. Encore hors de porté pour ses petites capacités qui peinaient à faire un éclair digne de ce nom. Enfin elle lui avait dit que l'air avait la même consistance que la fumée, ou du moins c'était ce qu'il avait comprit, enfin, elle lui avait dit ça en premier, mais en se repassant son discourt pour le comprendre, cette partie-là revenait en dernière.

La consistance de la fumée... Aaron ne savait même pas comment ça pouvait être. Etant donné qu'il était assez maladroit, pour ne pas dire très, ses par... les Rockwell lui avaient toujours interdit de s'approcher de grills lorsqu'ils cuisinaient où faisaient un barbecue. Puis, il n'avait même pas eut la liberté d'être envoyé dans une colonie de vacance. Mais en même temps, il n'était pas sûr que ça lui aurait tellement plu. Se retrouver avec d'autres enfants, dans la nature, avec pleins d'araignées... Brrr, il en avait froid dans le dos. 

Il prit un nouveau morceau de son gâteau et se crispant malgré lui en pensant aux arachnides. Il allait être mal à Halloween. Ce n'est pas la fête en elle même qu'il n'aimait pas, au contraire, il l'adorait parce qu'il pouvait avoir plein de bonbon ! Sauf qu'à Halloween, on décorait les maisons de toiles d'araignées, puis d'araignées, et les gens s'amusaient à faire peur. Et Aaron avait peur de araignée. Qu'importe si c'était des petites bêtes, elles lui faisaient peur. Les petites bêtes ne mangent pas les grosses. Elles ont plus peur de toi que toi tu en as. Ah ah. La bonne blague. Allait dire ça aux Australiens. Des champs entiers recouvert d'une espèce de toile blanche comme de la barbe à papa. En voyant ça, la première fois, le petit garçon qu'il était, avait voulu se jeter dedans pour jouer, mais le guide l'avait heureusement rattrapé avant même qu'il ait posé le doigt sur l'étrange fils. Il lui avait expliqué que c'était dangereux, que c'était des toiles d'araignées, et que ces araignées là, bien qu'elles soient presque minuscule n'en étaient pas moins vraiment venimeuse, et qu'une seule de leurs morsures pouvaient être mortelles, malgré le fait que ces deux derniers points étant complètement faux, le jeune enfant qu'il était tomba en plein dans la plaisanterie, pourtant il pencha la tête sur le côté, pas très sûr de comprendre, et avec un soupire  face à l'incompréhension de l'enfant qui n'y voyait qu'un immense terrain de jeu, il finit par le prendre par les aisselles pour l'approcher au plus près des toiles. Aaron n'avait jamais autant crier que ce jour là quand il s'était rendu compte que c'était ces petites bêtes, qui étaient présent par millions voire même des milliard, qu'il avait en horreur qui recouvraient tout. Il frissonna en s'en rappelant.
"... traduire, si tu veux. Je suis Française d'origine donc malgré cette affreuse écriture, je devrais pouvoir te dire ce que ton frère a écrit et ce qu'il voulait faire comprendre en écrivant dans une langue différente. "


Aaron tourna brusquement la tête vers Tahia. Les yeux légèrement écarquillés où brillaient une lueur d'incompréhension mêlée à la surprise. Que.. Que voulait-elle dire pas... Française ? Ses yeux s'écarquillèrent un peu plus et il ouvrit la bouche en comprenant. Il porta la main juste devant comme si on venait de lui annoncer une nouvelle choquante, alors qu'un immense sourire se dessinait sur son visage et que la lueur se transforma en flamme de joie. Mais oui ! Tahia était française ! Donc Tahia parlait français ! Mais sa puce traduisait ça en anglais. Donc pour lui Tahia était anglaise ! Quel boulet ! Comme un enfant surexcité, l'adolescent trépigna sur son siège en lui demandant, des étoiles dans les yeux.
- Vraiment ? Ce n'est pas une blague !? Tu peux vraiment le faire ? Je t'en saurai vraiment reconnaissant ! Je cherche a tout prix à savoir ce qu'il a écrit dedans, depuis quelques jours, et cette page résiste ! Pourtant elle m'a l'air vraiment importante et...

Aaron inspira brusquement lorsque sa voix partie dans les aiguë par manque d'air. Il avait surement dépassé son débit. Toujours des étoiles dans les yeux le garçon, le garçon prit le carnet posé sur ses genoux et l'ouvrit directement là où le passage commençait. Ce n'était pas vraiment la dernière page, mais vu que c'était les derniers mots, il lui donnait ce nom. Dernier paragraphe aurait surement mieux convenu, mais c'était moins beau. Il lui tendit le carnet en ajoutant, soudain beaucoup plus calme, les yeux dans les yeux, comme pour vouloir lui prouver sa détermination à savoir ce que refermait cette lettre.
- Je... sais que ce que tu vas trouver là-dedans ne va pas vraiment me plaire, mais il faut que je sache... Ça à l'air si important. Sinon pourquoi aurait-il prit la peine d'écrire ça en français ? Alors qu'on parle anglais... ? Et puis, ça me permettrait peut-être de le retrouver... ou du moins avoir une idée où il se trouve...

Les mots écrits, il les connaissait par coeur. Chaque courbes ratées, chaque bavures d'encres, chaque mots où l'écriture semblait trembler. Mais il ne les comprenait pas. C'était juste une autre langue. Une langue qu'il ne connaissait pas, qui lui était inconnue, étrangère et qui semblait le narguer. Le ventre serré par le stress de savoir qu'il saurait enfin ce que referme cette page, lui coupa tout appétit. Les mains sur les genoux, il ne quittait pas Tahia du regard alors qu'elle devait surement lire.

« Bon, je suppose que cette fois-ci je n'ai plus le choix... C'est l'heure des vérités et j'espère qu'Aaron n'apprendra jamais ce qui se trouve là dedans... même si je souhaite de tout mon cœur qu'il arrête de vivre dans ce mensonge. Ce mensonge que les Rockwell et moi, nous nous sommes efforcés à ériger, à consolider, jusqu'à ce qu'il soit impossible de le briser. Pourtant ce quand on construit quelque chose, il y aura toujours une façon pour le détruire. Et cette façon pour Aaron c'est la vérité.. 

Je ne sais pas vraiment comment l'écrire. Comment le dire. Ce n'est pourtant pas difficile. Il suffit juste d'écrire, de tracer les mots sauf... sauf qu'ils restaient coincés au bout de mon stylo, tout comme ils restent coincés dans ma gorge quand j'y songe. J'ai peur d'être trop direct, ou trop évasif, et en arriver à blesser Aaron. C'est tout aussi dur à l'écrit qu'à la parole. Pourtant... Pourtant il faut poser cet honteux mensonge sur le papier. Noir sur blanc. C'est... Encore plus dur à l'accepter. Nos parents ne sont pas morts. Ils ne l'ont jamais étés. Ils se sont juste enfuis après la naissance d'Aaron. L'abandonnant aux Rockwell. Nous abandonnant. Rien que m'en souvenir, je sens mon vide revenir mais je me console en me disant qu'aujourd'hui j'ai réussi à le surpasser. Le dompter... Pour finalement ne plus le sentir. Mais Aaron...  Aaron est trop jeune. Il ne sait même pas à quoi ils ressemblent. Et encore moins qu'ils sont en vie. Pour lui, ce ne sont que de parfait inconnu pour qui, il aurait un petit peu de compassion. Mais je doute, qu'il en ait plus pour les Rockwell. C'est vrai qu'ils sont gentils, de vieux amis à nos parents, mais de là à s'occuper de leurs enfants... Non. S'occuper du bébé de leurs amis alors qu'ils n'avaient rien demandés, a surement été très pesant pour eux. D'ailleurs, ils ne se sont pas foulés pour dire à Aaron que nos parents étaient morts. Après tout, ils ne l'ont jamais considérés comme leurs fils, juste comme une chose qu'on leur mettait dans les bras avec une chaîne pour être sûr qu'ils ne s'en débarrasseraient pas. 
Les Rockwell sont gentils. Mais la gentillesse a des limites. 
A l'époque.. Il y a seize ans. Ils avaient surement espérés que je les aiderai un peu. Pour m'occuper d'Aaron. Prendre soin de lui. Après tout, en étant son grand-frère c'était tout à fait ce que j'aurai dû faire. Mais je ne l'ai pas fait. Je suis parti. Comme un simple coup de vent. Parti pendant cinq ans. Pendant cinq ans, on me croyait mort, moi aussi. Mon retour fut plutôt froid, sauf pour Aaron, à qui l'idée d'avoir une personne pour jouer le séduisait. Mais je revivais simplement... De l'autre côté du Pacifique. A essayer d'oublier le vide qu'ils avaient laissés. Dit comme ça, les mots couchés sur du papier, on ne s'en rend pas compte, mais c'est tellement plus dur. J'étais complètement anéantis, je leurs faisais confiance, et eux, ils disparaissent comme ça... Sans un mot. J'étais... vide. Un vide qu'on m'a aidé à combler là-bas. Mais une blessure de cette ampleur ne guérit jamais vraiment, elle s'apaise au point de presque disparaître et on finit par s'y habituer. Comme l'ombre réconfortante d'un vieil ami... Puis quand il y a eut cette éclipse, j'ai eu l'impression de tout perdre de nouveau, me retrouvant sans ce... pouvoir qui m'avait aidé à remonter, pour finalement devoir quitter l'institut. Une fois en Amérique, je ne savais plus quoi faire.  Tiraillé entre l'envie de retourner voir Aaron, qui devait avoir cinq ans, à l'époque, et que je n'avais plus revu depuis et celle de vouloir le protéger en ne le laissant jamais me connaître. Pourtant... Pourtant je me sentais mal de l'avoir abandonné, et c'est comme ça que je désertais une seconde fois en intégrant une école militaire. 


Quand j'avais proposé mon dossier pour l'intégrer, je pensais vraiment pouvoir entrer sans problème.  Mais c'était sans compter sur l'ombre de mes parents qui ne cessaient de planer sur la police. A peine mon nom lu par un bureaucrate, que je me retrouvais en prison.  Drôle de chose, non ? Si je n'étais pas assis, j'en serai surement tomber. Narcotrafiquant. Rien que ça. Mes parents... Enfin, nos parents étaient, et sont toujours des narcotrafiquants. Et bien connu, qui plus est ! Autant par la police mexicaine, qu'américaine, si ce n'est pas beau tout ça ? Eux qui s'étaient toujours appliqués à me donner une éducation correcte, m'empêchant de partir en vrille, de tout foutre en l'air, au moins maintenant j'en ai la raison. Et, ô quel véritable hasard, ils avaient disparu pendant dix sept ans avant de réapparaître brusquement il y a cinq ans ! Je ne sais pas si cela me désespère ou renforce la haine que j'ai finis par éprouver pour eux. Mais malgré cela, j'ai finalement pu entrer dans cette école après leur avoir prouvé que je n'avais plus aucun contact avec eux et, qu'Aaron non plus. Cela me semblait une éternité que je ne les avait pas vu et leurs visages commençaient à s'effacer de ma mémoire... J'y suis resté deux ans. Tout en étant un élément prometteur. En même temps, j'avais l'impression que pour moi c'était plus difficile à cause de mes parents mais au moins ça m'a permit de réussir, de me protéger d'une certaine façon. De crée une sorte de coquille entre moi et le monde. Je rentrai de temps en temps chez les Rockwell.  A chaque fois Aaron était aux anges. C'était si agréable de voir qu'il n'était pas du tout touché par la désertion de nos parents, ni par la mienne. Mais c'était à chaque fois plus dur de le quitter, l'entendant me supplier et pleurer à chaque fois que je partais... Je ne sais pas où je trouvais la force de ne pas me retourner et aller le serrer dans mes bras. Maintenant... Je crois que je regrette de n'avoir jamais fais ça, parce qu'il va... tellement me manquer.
 
Je suis un génie de langue, tout comme ma mère, je les apprend comme on apprend à connaître, ou a parler. C'est pour ça que j'écris en français, langue apprit lors d'une mission de protection en France. Parce que je sais pertinemment qu'Aaron ne cherchera jamais à la comprendre -même pour décrypter cette page, il est tellement flemmard...- et qu'il est peu probable qu'il trouve quelqu'un pour lui lire. Mais si ça arrive, vous qui lisez, je veux m'excusez d'avance de vous refiler cette sale besogne. De devoir détruire tout ce que je me suis efforcé de construire... S'il vous plait, ne vous en voulez pas, je sais combien Aaron peut inverser les rôles, en pleurant comme un enfant, mais je ne veux pas que vous culpabilisez. Vous exécutez juste les derniers mots d'un lâche. 


A vous qui lisez cette page, s'il vous plait, dites lui. Je ne veux plus qu'il vive dans ce mensonge. Dans le mensonge de nos parents, et de ma propre mort. C'est que... C'est tellement compliqué. Mais... je pense que je pourrai enfin les retrouver. Avec l'aide d'une agence gouvernemental américaine bien connu, mais pour cela, il faut que tout ceux qui me connaissent me croient mort. C'est triste et ça me fend le cœur, mais je ne peux pas faire autrement. Je veux les retrouver. Peut-être que comme Aaron, je vais me brûler à force d'insister inconsciemment, me faire mal, souffrir encore et encore, mais il le faut.  Il faut que je leur demande. Qu'ils me le disent droit dans les yeux pourquoi ils sont partis, même si la raison est si évidente. Ils avaient déjà préparé de retourner au Mexique et Aaron n'était pas désiré. Mais ils ne pouvaient quand même pas tuer cette chose avant même qu'elle soit née... Alors ils se sont contentés de déserter. Sans un mot. 
Je... vais surement vous paraître égoïste, froid, complètement détaché et surement un peu fou, mais Aaron sait comment je suis. J'ai sans cesse besoin de mettre les choses au clair, que tout soit net pour une parfaite compréhension, sauf que... que je ne sais plus quoi faire. Je voudrai courir aller le voir, tout lui dire, de but en blanc, mais j'ai trop peur. Trop peur qu'il se mette à me détester, à me haïr... Mais en même temps, ce que je fais est bien pire que la désertion de nos parents. J'ai... tellement changé entre temps. Moi qui était timide, j'en suis plus qu'expansif avec mon petit frère. Ma loyauté est remise en cause et je me dégoûte moi-même en faisant ce que je fais.  Et vous me verrez surement comme un monstre de l'abandonner comme ça. Comme ils l'ont faits. Mais je le fais avec une boule au ventre, la gorge serrée et les larmes voulant se pointer. La seule chose que je vous demande, c'est de lui dire la vérité. Je... Je ne veux plus qu'il vive dans le mensonge. Je veux qu'il sache que je l'aime vraiment, parce qu'il est mon petit frère, parce qu'il n'est plus que ma seule famille, et parce que lui dire tout cela me fait peur... Je suis lâche et je m'excuse de devoir vous refiler cette lourde tâche. »


##   Mer 13 Aoû 2014 - 0:01

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Tahia Makoto
Tahia Makoto
Etoile Air Solaire
Messages : 532
Date d'inscription : 16/02/2014
Age : 25
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Un peu mieux, je suppose

Elle n'arriverait pas à lui en vouloir pour ses maladresses, même s'il fallait avouer que l'adolescent aurait dû se douter qu'il devait faire attention à ce qu'il disait, surtout lorsqu'il s'agissait de quelque chose en rapport avec le passé de Tahia. Après tout, c'était vrai quand elle disait qu'elle ne connaissait pas sa date d'anniversaire, on ne s'était jamais vraiment donné la peine de lui en trouver une, du moins, ce n'était pas le cas quand elle était à l'orphelinat, tandis qu'on lui avait demandé si elle voulait un jour et un mois en particulier pour fêter son anniversaire, lorsqu'elle avait intégré le centre. Si au départ, elle avait pensé au jour où elle était arrivée au centre, la brune s'était aussi souvenue que c'était ce même jour qu'on l'avait chassé de l'orphelinat et qu'elle s'était faite agresser, elle avait donc rapidement oublier cette idée. Après quoi, elle avait plutôt pensé au jour où elle avait enfin recommencé à parler, après quelques semaines de silence suite à son agression, et finalement cela avait été adopté et la jeune fille avait eu comme date d'anniversaire le 4 janvier. Quoiqu'il en soit, l'adolescente n'avait pas voulu en parler à son camarade, après tout, ce n'était pas sa véritable date de naissance et elle aurait préféré que cela soit avec la bonne date qu'on fêterait son anniversaire et non avec une autre. Sauf que maintenant, elle avait remarqué qu'Aaron s'était recroquevillé en raison du ton qu'elle avait employé pour répondre à sa question tandis qu'il avait murmuré faiblement un "désolé". Non vraiment, l'étudiante ne pouvait pas rester énerver longtemps avec l'adolescent et s'en était presque embêtant, elle qui en général avait un caractère différent en fonction de la personne avec qui elle parlait, si elle pouvait être en confiance ou non avec cette dernière.

Mais cela ne dura pas très longtemps car Tahia remarqua rapidement un sourire sur les lèvres de son camarade alors qu'elle lui avait dit qu'elle ne comptait pas se suicider en sautant du toi de l'institut, ou du moins qu'elle n'était pas encore assez folle pour le faire. Après tout, elle trouvait cela tout bonnement stupide et elle n'y songerait pas le moins du monde, pas avec cette grande envie de vivre qui l'habitait depuis qu'on l'avait recueillie au centre et qui ne s'était pas tari depuis toutes ces années. En tout cas, l'adolescente avait vu que l'expression d'Aaron avait totalement changé et qu'il avait retrouvé le sourire donc cela lui suffisait amplement pour qu'elle même laisse sa mauvaise humeur de côté et qu'elle reprenne son attitude plus calme comme lorsqu'elle était arrivée à la cafétéria, même si elle s'était prise la porte d'entrée en pleine figure. Enfin, c'était quelque chose qu'elle avait déjà oublié et dont elle ne tiendrait pas rigueur au jeune homme étant donné les circonstances dans lesquelles c'était arrivé et la brune s'en était bien mieux sorti que lui, qui c'était retrouvé avec un joli saignement de nez. Par la suite, alors qu'elle déclara à son camarade qu'elle pouvait lire le texte dont il lui avait parlée quelques minutes plus tôt, étant donné qu'elle était Française et qu'elle pourrait donc lui faire une traduction, l'adolescente vit avec amusement le jeune homme sortir de ses pensées et la fixer avec surprise mais aussi avec incompréhension. Avant que cette expression ne se transforme en pure joie et Tahia ne put que se dire que ce qui se trouvait dans ce carnet devait être vraiment important pour que l'étudiant ait autant souhaité de connaitre la partie qu'il ne parvenait pas à comprendre. Après tout, même s'il avait entraperçu le dit carnet la première fois, elle n'avait encore jamais su ce que ce dernier pouvait contenir et très franchement, ce n'était pas ses affaires.

Par la suite, l'adolescent finit par reprendre la parole, demandant à Tahia si elle pouvait vraiment le faire et qu'il lui en serait très reconnaissant si elle le faisait, qu'il cherchait depuis quelques jours déjà à savoir ce qui était écrit mais qu'il n'y était pas parvenu. Il rajouta que cette page devait vraiment être importante et sur le coup, la brune eut un léger sentiment de malaise, elle avait l'impression qu'elle allait découvrir quelque chose qui ne la regardait pas et dont elle n'avait normalement pas le droit de toucher et cela la dérangeait vraiment. Certes, il ne s'agissait juste que de lire un texte et d'en faire la traduction à Aaron mais quelque chose lui disait qu'elle risquait de le regretter un peu et autant dire qu'elle n'aimait pas ça et qu'elle regarda d'un sceptique le carnet que son camarade lui tendit et dont elle se saisit par la suite. Le jeune homme lui déclara qu'il avait conscience que ce qu'elle allait trouver n'allait surement pas lui plaire mais qu'il avait besoin de savoir, que c'était surement quelque chose d'important, en raison du texte écrit dans une autre langue que l'anglais. C'était vrai mais lorsque l'on se mettait à écrire différemment et d'une manière à ce que cela ne soit pas compris par la personne en question, c'est que le contenu n'était pas plaisant du tout et qu'il y avait fort à parier que le frère d'Aaron avait quelque chose à dire mais qu'il ne parvenait pas à retranscrire à haute voix. Certes, l'adolescent s'attendait à trouver une quelconque information qui pourrait lui permettre de savoir où pouvait bien se trouver son frère ou d'avoir un indice mais, était-ce vraiment ce que le frère de ce dernier souhaitait? L'étudiante avait sérieusement un doute là dessus mais elle se garda d'en faire la moindre remarque et préféra plutôt se concentrer sur le carnet qu'elle avait entre les mains, en particulier son contenu.

Mettant de côté ses préoccupations sur ce qu'elle allait découvrir, Tahia commença silencieusement sa lecture, comme elle avait l'habitude de le faire pour les autres livres qu'elle avait l'habitude de lire dans ses moments de tranquillité et quand elle était au calme. Au début, les mots la surprirent quelque peu et bientôt, une curiosité commença à apparaitre et elle eut envie d'en lire davantage, et bien qu'elle trouva cela quelque peu malsain, la brune continua de lire les mots suivants, oubliant où elle se trouvait, oubliant le regard qu'Aaron posait sur elle et qui devait attendre avec impatience qu'elle lui dise ce qui était raconté. Mais très vite, cette curiosité malsaine finit par disparaitre aussi rapidement qu'elle était venue et l'adolescente ressentit une boule dans sa gorge à mesure qu'elle lisait les lignes concernant les parents d'Aaron, de ce qu'ils avaient fait, et de ce que le frère d'Aaron avait fait. La partie faisant référence au Vide intrigua légèrement la jeune fille et elle ne tarda pas à venir à la conclusion que le frère de l'adolescent avait lui aussi été amené à Terrae et qu'il avait réussi à combler son vide, même si ce dernier semblait avoir repris en partie le dessus avec toute cette histoire. Mais alors qu'elle continuait à lire, la brune vit une goutte d'eau tomber sur le papier, s'étalant doucement et faisant diluer l'encre, rendant les mots un peu moins visibles mais toujours possible à lire et elle se rendit compte alors que des larmes avaient commencé à couler de son œil droit, le gauche restant toujours aussi imperceptible et inactif, comme d'habitude. Essayant d'ignorer ce détail, elle continua à lire, se rendant compte qu'elle approchait de la fin de la lecture mais ce fut surement la fin qui toucha plus encore la jeune fille qui dut rapidement s'essuyer son œil si elle ne voulait pas que d'autres coulent et se rendent totalement illisible le texte. Mais elle comprenait désormais son pressentiment du début et elle ne pouvait retenir ce sentiment de culpabilité et le regret d'avoir accepté de lire.

Dès qu'elle eut terminé sa lecture, Tahia ferma un instant les yeux, tentant de faire le point sur ce qu'elle venait de lire et surtout, devait-elle vraiment dire à Aaron tout ce qu'elle venait de découvrir rien que par ce simple texte? Mais ne rien lui dire ne serait pas une bonne solution, le jeune homme lui en voudrait énormément si elle taisait ce qu'elle avait trouvé en lisant et elle avait accepté de faire la traduction, elle devait donc tenir sa promesse, même si cela chamboulerait sans le moindre doute son camarade. Après un long soupir, la brune ouvrit à nouveau les yeux, reprenant contact avec la réalité et fixant à présent le jeune homme avant de lui dire:

" Je vais te lire maintenant ce que ton frère a écrit mais je te préviens d'avance, ce n'est pas très joyeux et...sache que ce que je vais te lire est la pure vérité, pas quelque chose que j'aurai inventé... "


Pourquoi lui disait-elle cela? Parce qu'elle craignait qu'il ne la croie pas? D'un côté, Tahia aurait bien aimé que cela ne soit pas vrai, elle devait le reconnaitre mais c'était malheureusement une réalité et elle se devait de dire la vérité à Aaron. Après quoi, la brune reposa ses yeux sur le carnet et commença à lire à haute voix.

" Bon, je suppose que cette fois-ci je n'ai plus le choix... C'est l'heure des vérités et j'espère qu'Aaron n'apprendra jamais ce qui se trouve là dedans... même si je souhaite de tout mon cœur qu'il arrête de vivre dans ce mensonge. Ce mensonge que les Rockwell et moi, nous nous sommes efforcés à ériger, à consolider, jusqu'à ce qu'il soit impossible de le briser. Pourtant ce quand on construit quelque chose, il y aura toujours une façon pour le détruire. Et cette façon pour Aaron c'est la vérité... "


Tahia s'arrêta un instant, hésitant à nouveau à lire la suite mais maintenant qu'elle avait commencé, la jeune fille savait qu'elle devait continuer et ne surtout pas s'arrêter, sinon elle n'aurait jamais la force de continuer et de tout lire. Maitrisant l'émotion qui menaçait de revenir, elle reprit la parole et cette fois-ci, elle ne s'arrêta pas une seule seconde et continua jusqu'à ce qu'elle arrive à la fin du texte et qu'elle ait prononcé le tout dernier mot. La brune n'osa pas fixer de nouveau Aaron et attendit, elle attendait la réaction du jeune homme et il ne faisait aucun doute que cela n'allait pas être une réaction positive et même, cette réaction faisait peur à l'adolescente...


Pouvoir, bouffe et... Oh mais je te connais !  [Pv : Tahia] Signat10

Spoiler:
 

Spoiler:
 


Gris (OST) Part 1 & 2 - Main Theme
Savin' me (Nickelback) - Sad Theme
Mononoke Hime Theme (Ocarina)- Wind Theme
##   Mer 13 Aoû 2014 - 12:44

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Aaron Eran
Aaron Eran
Etoile Tonnerre Lunaire
Messages : 335
Date d'inscription : 23/02/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Lire et écrire.
Humeur : Je larveeee ~

Aaron inspira profondément alors qu'il sentait son cœur s'affoler. Pourquoi avait-il peur ? C'était bien ce qu'il voulait... Non ? Connaître la vérité, connaître pourquoi son frère était parti... Connaître pour essayer de le retrouver. Mais étrangement, il se sentait mal. Une boule dans le ventre, la gorge serrée... Si Kyro avait voulu qu'il le remette à ceux qui s'occupent de lui, c'était surement pour une bonne raison ? Puis surtout le fait d'avoir écrit cette page, et seulement celle-là, en français, ne lui inspirait rien de bon. Mais il cherchait quand même désespérément à trouver sa signification... Une signification qu'il allait enfin avoir. 

L'adolescent cligna des yeux et sentit son souffle se faire court lorsqu'il vit Tahia pleurer. Que... Qu'est-ce qui pouvait bien être écrit pour faire pleurer son amie ? Ces mots étaient si affreux que ça... ? Pourtant, ils le lui avaient paru complètement calmes, hésitants mais un peu froid. Un étau enserra la gorge d'Aaron lorsque de nouvelles larmes coulèrent. Il... Il ne voulait pas les voir. Il ne voulait pas se faire des films en imaginant ce qui pouvait être écrit et le rendre encore plus affreux qu'ils ne l'étaient déjà. L'adolescent se rendit compte qu'il enfonçait ses ongles dans les paumes de ses mains tellement il était tendu. Ses épaules étaient légèrement voûtées comme si elles connaissaient déjà l'issues de cette lettre, tandis qu'il essayait de garder la tête haute. Par pour se donner de la contenance, non seulement parce qu'il était sûr que s'il la baissait, il voudrait instinctivement se recroqueviller et n'écouterait plus. Un long soupire le ramena à la réalité, mais il ne trouva pas le courage de tourner la tête.
" Je vais te lire maintenant ce que ton frère a écrit mais je te préviens d'avance, ce n'est pas très joyeux et...sache que ce que je vais te lire est la pure vérité, pas quelque chose que j'aurai inventé... "

Aaron inspira doucement et profondément. Fermant les yeux comme pour essayer de rassembler son courage. Ce courage qui commençait à s’effiler doucement plus les secondes passaient. Ce n'est pas très joyeux... Comment ça aurait pu l'être ? C'était la dernière page, d'un carnet où il avait été sérieux presque tout le long, il n'allait donc pas se mettre à raconter des idioties... Il acquiesa sans ouvrir les yeux lorsqu'elle lui dit qu'elle lui lirait les texte, et que tout ce qu'elle disait serait la pure vérité, ce qui était vraiment écrit dedans... C'était mieux puisque quand on lui faisait un résumé des choses, il avait tendance à déformer pour que ça corresponde à sa vision des choses.

Aaron inspira de nouveau profondément pour desserrer ses mains. Des petites lunes sanglantes étaient apparus dans les paumes, mais il n'y prêta pas vraiment attention. Les serrant sur ses genoux, le regard posé sur son repas mais, dès que Tahia commença à lire, l'adolescent eut l'impression de recevoir un coup de poing dans le ventre et il ferma de nouveau les yeux en expirant entre ses dents serrées. Un...  Mensonge. Il vivait depuis toujours dans un mensonge... Le souffle court, il essayait de ne pas laisser ses pensées dériver pour pouvoir comprendre l'intégralité du texte. Il essaya de garder les yeux fermés mais il ne put plus tenir lorsqu'elle lut le passage sur ses parents. Pas morts... Pas morts. Le regard fixé sur ses mains qui étaient déjà devenue blanche à force de serrer ses genoux, il ne pouvait empêcher une lueur de colère de briller dans ses yeux. Ils... Ils auraient pu lui dire ! Ce n'est pas comme s'il allait leurs en vouloir ! C'est... c'est... faux. Il leur en aurait encore plus voulu, mais... voilà, quoi... Il s'efforçait de respirer malgré le poids qui grandissait de plus en plus sur sa poitrine au fur et à mesure des révélations.

Aaron sentit de nouveau la colère l'envahir lorsqu'elle aborda le passage où Kyro parlait de ce qui lui était arrivé. Pou... Pourquoi lui mentir sur ce point là !? Il ne s'en souvenait même pas, alors pourquoi... Il avait l'impression de connaître, de comprendre, ce que son frère avait ressentit à l'époque. Il avait surement dû connaître la même chose qu'il connaissait là... La désertion d'un être cher sans aucune explication. Il... Kyro avait été anéanti à l'époque, par cette disparition soudaine et sans explication et il osait faire ce que leurs parents avaient faits, mais avec lui ! La mâchoire crispée, cette pensée lui était insupportable. Abandonné par ses parents. Puis par son frère. Était-il si insupportable que ça pour qu'ils désertaient tous l'un après l'autre ? Si ce n'était que cela... Il aurait pu changer... Du moins essayer de changer mais... mais pourquoi ne lui avait-il rien dit. L'adolescent se mit à cligner des yeux pour chasser les larmes qui montaient. Il voulait se pincer, se dire que tout ça n'était qu'un cauchemar et qu'il n'y avait jamais cette page. Mais il l'avait voulu et la pression qu'il exerçait sur ses genoux avec ses mains serrées étaient plus suffisante que n'importe quel pincement.

Aaron se mit à trembler lorsqu'elle arriva sur le passage parlant de ses parents. Il tomba du petit nuage qu'avait crée la nouvelle qu'ils étaient en vies, pour retomber dans les décombres de leurs mensonges. Son monde s'effondrait pour ne laisser plus que de triste ruines. L'adolescent ne savait pas où il trouvait la force de ne pas pleurer. De retenir ses larmes. Sa réponse ne tarda pas à arriver lorsqu'elle lit que Kyro s'était crée comme une sorte de carapace après avoir passé deux ans dans l'école militaire. Au moins ça expliquait pourquoi il ne se retournait jamais lorsqu'il partait de la maison. Il était devenu presque insensible à ses gémissements de pauvre gosse désespéré... L'adolescent eut l'impression de revoir cette scène qui se déroulait à chaque fois qu'il partait. Lui s'accrochant au pantalon de Rockwell tout en demandant à Kyro de rester, le suppliant, l'implorant en pleurant de sa petite voix un peu trop aiguë pour son âge. Puis avec les années, il avait finit par arrêter ça. Serrant simplement les mains et la mâchoire pour éviter de pleurer. Regardant son dos s'éloigner en sachant pertinemment qu'il ne se retournerait pas mais sans jamais cesser d'espérer. Il refoulait sans cesse ses larmes... Ce souvenir fit tomber une première larme qui ne tarda pas à être suivit par d'autre. Il avait beau avoir écrit que c'était sans cesse plus dur de partir, Aaron n'arrivait pas à le croire. Le voyant sans cesse s'éloigner sans se retourner, son sac sur une épaule. L'adolescent se mordit la lèvre pour retenir ses larmes et reprendre le récit.

Aaron eut l'impression qu'il avait raté un passage lorsqu'il entendit Tahia dire, à quel point il savait inverser les rôles, et qu'il ne fallait pas que la personne qui lise ne culpabilise car elle ne faisait qu’exécuter les derniers mots d'un lâche. Cette phrase révolta l'adolescent. Kyro n'était pas un lâche ! Il ne devait pas parler comme ça de lui ! Parce que... pour avoir réussi à continuer de le regarder dans les yeux après les mensonges qu'il lui avait raconté, il fallait bien du courage ! Non... ? Aaron trembla. Il trembla violemment lorsqu'il dit que c'était compliqué. Non ça ne l'était pas ! Au contraire, pour lui ça lui semblait plus clair que n'importe quelle chose. Kyro lui avait raconté des mensonges toute sa vie et là, dès qu'il disparaissait il voulait mettre les choses au clair ! Ce n'était pas un peu gonflé ! Lui qui disait qu'il était parti parce que la désertion de leurs parents avait crée un vide en lui, il... Aaron étouffa un hoquet de dégoût alors que sa vision était embuée depuis bien longtemps. Il n'arrivait pas à y croire. A sa vision des choses. A celle de Kyro. A ces mensonges enfin dévoilés...

Le sol imaginaire sur lequel était Aaron, et les débris des mensonges de toute une vie, s'ouvrit brusquement en l'entendant dire qu'il devait faire croire à tout ceux qui le connaissait qu'il était mort, pour pouvoir intégrer une agence gouvernemental américaine - FBI ? CIA ? DEA ? - car il voulait savoir, il voulait entendre de la bouche de leurs parents la raison de leurs départs. Kyro ajouta même, que comme lui, il allait surement se blesser en essayant de connaître la vérité, qu'il allait surement tomber de haut, mais qu'il voulait à tout prix savoir. Cette remarque fit sangloter le garçon. Oui, il s'était brûlé à cause de cette lettre. Les ailes que lui avait donné l'insouciance et l'ignorance venaient de cramer comme un papillon qui s'était approché un peu trop près d'une flamme. Et la chute fut bien plus dure que prévu. Notamment en apprenant qu'il n'était pas désiré. Ça faisait... vraiment mal. Vraiment très mal de le savoir. Comme si un enfant s'était amusé à le jeter avec toute ses forces contre le sol pour savoir si c'était cassable. Et la réponse était oui.

Aaron se plia en deux, les mains serrées autour de son ventre, et le front sur les genoux. Ses larmes ne voulaient plus s'arrêter contenir ses sanglots étaient de plus en plus dur. Il était partagé entre tellement d'émotion qu'au final cela créait un chaos indescriptible dans la tête de l'adolescent. D'abord la colère d'apprendre qu'on lui avait raconté des mensonges toutes sa vie. Que ses parents n'étaient pas morts mais qu'ils l'avaient abandonnés. Que Kyro n'avait pas passé sept ans dans une école militaire. Puis par la joie de le savoir en vie. Que quelque part dans le monde, il pensait à lui en essayant de retrouver leurs parents... Et enfin la douleur d'apprendre qu'il n'était pas désiré. Pourquoi cela lui faisait-il si mal ? Il n'avait jamais connu ses parents, alors pourquoi cela lui faisait-il si mal comme si ça avait une quelconque importance ? Ils... Ils étaient juste des étrangers. De pur et simple étrangers...

La gorge serrée, Aaron n'arrivait pas à se convaincre de cela. Non... Ils n'étaient pas de simple étrangers. C'était ses parents. Ses parents à lui, et même si il ne les avait connu, ils l'étaient. Et quand bien même, il voulait prêter une grandeur insignifiante à ce détail, il n'y arrivait pas. Parce qu'ils restaient ses parents quoiqu'ils faisaient...

Le dernier paragraphe était simplement destiné au sentiment de son frère. Sauf qu'il fut le plus dur de tout. Ses mains serrées autour de son ventre créaient des petites lunes rouges dans ses bras. Pourtant... Pourtant il s'efforça de se redresser. De poser ses mains sur ses genoux et d'essayer de chasser les larmes de ses yeux. Il tremblait mais... Kyro trouvait les mots justes pour exprimer ce qu'Aaron avait failli ressentir. Qu'il avait ressenti. Et ce qu'il ressentait. C'est vrai que pendant que pendant quelques secondes il l'avait détesté. Pour lui avoir menti mais... mais pas haït quand même. C'était son frère... Il ne pouvait pas le haïr ! De plus... De plus il disait qu'il ne le laissait pas comme ça. Qu'il avait une boule dans le votre, la gorge serrée et des larmes... Qu'il l'aimait. Parce qu'il était son frère et sa seule famille à la fois.

Aaron avait mal. Son vide pulsait en lui comme son coeur qui battait à la chamade. Il avait tellement mal qu'il ne réalisa que le texte était finit qu'après de longue minute d'égarement où il n'arrivait pas à détacher son regard du bord de la table. C'était... Trop. Il n'avait jamais pensé que cette page lui cachait autant de chose. Il ne s'était pas préparé... C'était trop dur... Pourtant il restait calme si ce n'était que ses tremblements et les larmes au bord des yeux. C'était ce qu'on appelait être sous le choc. Puis lentement il ramena ses genoux contre lui. Posant ses pieds en chaussettes sur la banquette. Il prit les plaques dans ses mains et les serra comme un chrétien aurait surement serré sa croix. Mais Aaron n'était pas chrétien. Il ne croyait pas en dieu, il ne savait même plus en qui croire, si même son frère se mettait à lui mentir...

Aaron ne savait plus trop où il se trouvait. Complètement désorienté par les dernières révélations. Mais rapidement le bruit de la cafétéria le ramena à la réalité malgré l'impression persistante d'essayer de nager dans une sorte de brume épaisse. Il tourna lentement la tête vers Tahia et dû cligner plusieurs fois des yeux pour pouvoir la distinguer clairement. Il... Il ne savait pas quoi lui dire. Comment la remercier de le lui avoir lu... S'était presque aussi difficile que de s'excuser. Il finit par lever la main pour lui montrer le pendentif et s'efforça de sourire, malgré l'envie de pleurer grandissante. Il ferma les yeux en sentant qu'il ne pouvait plus les retenir et les laissa couler.
- Je... Commença-t-il la voix aussi tremblante que lui. Je... Je t'avais bien dis qu'il avait... juste.... juste disparu...

Le dernier mot fut prononcé en soufflant alors qu'un sanglot le prenait et que son sourire s'effaçait. Ça faisait vraiment très mal... Il finit par baisser la tête qu'il cacha entre ses genoux et la main. Il tremblait et avait soudain froid. Le monde avait reprit la même consistance que lorsque des militaires étaient venu lui annoncer une fausse nouvelle. Froide, gélatineuse, hostile.. Il inspira profondément et ce fut comme si cette bouffée d'air suffit à éclaircir ses pensées et à chasser les sanglots. Il ne sentait plus que les larmes glisser...
- Je... Je sais... pas comment te di... dire merci, Tahia. Fit-il pour éviter que les sanglots ne reviennent. Je... je cherchais vraiment à... savoir ce qui était écrit et... Je... sais pas non plus si je me sens mieux, maintenant que je le sais... Mais bon... Maintenant, je sais la vérité... Merci...

L'adolescent avait l'impression qu'il venait de souffler cela comme on souffle doucement sur une bateau en papier. Assez fort pour qu'il se déplace, mais pas trop de peur de le faire chavirer et de le voir couler. Il l'espérait qu'elle l'entende, même à travers le brouhaha assourdissant de la pièce.


##   
Contenu sponsorisé

 

Pouvoir, bouffe et... Oh mais je te connais ! [Pv : Tahia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Cafétéria.