Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Une arrivée à Terrae dans les brumes de mon esprit..
#   Mer 7 Mai 2014 - 11:15

Personnage ~
► Âge : 17
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 23
Date d'inscription : 05/05/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Dro... D'accord, j'allume juste une cigarette.
Humeur : 'Hé, pas besoin de bouger, on est bien là..'

Après une overdose, peu ont la chance de se dire encore en vie. Manque de mauvaise fortune, moi aussi, j’ai la chance en ce moment même de pouvoir dire ça. Et après une overdose, le réveil  est, croyez-moi, des plus difficiles. Ce réveil-ci a du s’étaler le long de quelques jours, je pense. Enfin, pour moi, ça m’a paru être une éternité de rêves toujours plus burlesques ou bien des fois aberrants.

Maintenant que j’essaie de me souvenir de mes rêves, je repense clairement à un qui m’entrainait dans les profondeurs d’une forêt sombre, à l’intérieur d’un manoir regorgeant de fantômes. Quelques vers d’un rap me viennent à l’esprit :

Mes amis célestes sont joyeux pourtant la fête est gore
J’aime danser avec les ombres, chanter avec les morts
C’est mystique les portes s’ouvrent toutes seules
Et voilà qu’les placards tapent, j’tape l’éclate avec trois-quatres cadavres
Les esprits crient, entendez-vous l’coup d’gueule ?
C’est pas une vaste mascarade, ça crame la valse est grave macabre
J’déambule, j’perds mon temps, j’tends l’oreille et j’crois,
Qu’c’est pas juste qu’j’entends des voix mais qu’en plus j’les comprends
Ce soir je déserte ma demeure, j’laisse ma femme en plan
J’marche vers un grand manoir, noir, voir des dames en blanc


Et de tout ça est sorti de la lumière, moi qui pensait que seul l’obscurité pouvait m’éblouir, eh bien j’avais tort. Sans aucune formule de préavis, elle me prit tout mon corps, et je baignais en elle comme elle baignait en moi, pour ensuite le déserter toujours sans aucune forme de pitié et me laisser seul, des brûlures dans tous les recoins de mon pauvre corps, enfin lucide sur le lit où je suis encore allongé.

A cet instant-là, la lumière surement artificielle n’a pas encore percé ma rétine, mes paupières étant fermées depuis des jours. Dans un éclair de volonté, je fais disparaître le voile autour de ce sens : Mes yeux s’ouvrent enfin. Je me découvre dans une sorte de chambre d’hôpital, en un peu plus chaleureux, et je me souviens en même temps de mon songe où j’ai vu l’être qui me demande si je voulais combler ce vide en moi. Le lien se fait sans doute, apparent comme une évidence.

J’essaie au moins de m’assoir. Tous mes muscles protestent, mes la deuxième tentative est la bonne. Mon corps est en feu. J’aperçois mes affaires sur une petite table de chevet, j’en extirpe tant bien que mal une petite boulette d’opium, le manque se faisant plus que ressentir, et de quoi rouler.

C’est à ce moment que ma vision me fait part d’un autre homme, sur un lit voisin. Je le regarde, et je trouve qu’il ressemble à une sorte de poupée folle qui se lacérerait sa propre chair. Je lui lance donc :

- Hé, on est où ici ?


Dernière édition par Ehsan Qara-Beigi le Jeu 8 Mai 2014 - 12:45, édité 1 fois
#   Mer 7 Mai 2014 - 19:10

Personnage ~
► Âge :
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 45
Date d'inscription : 23/09/2013
Age : 18
Emploi/loisirs : Musique,punk a 40%,et glandeur dans le reste\o/
Humeur : instable

-Papa, papa dis tu étais où? Hein dis papa?
-A l'hosto morveux me gonfle pas...
-Pourquoi à l'hosto hein p'pa?

Cette réponse je l'ais eu bien que je m'en serais passé... Ouais carrément même... C'étais un quoi? Samedi aprem on construisait un bureau en chêne. Il me semblait immense...Trois heures qu'on étais dessus et la ce truc qui me sers de père devient complètement fou me tranche le br....
AAAAA putain je sors de mes méditations en sursaut, le corps couvert de sueur, les pieds en spasmes et es cheveux dressés sur la tête. J'observe la pièce autour de moi...Merde.. je suis à l’hôpital... Un traumatisme encore sa m'arrive souvent en ce moment... Bref je suis torse nue... GENRE ON DÉSHABILLE LES GENS COMME SA NORMAL?????
me v'là sans armes bien bon grâce à cette putain de lumière suspendu au dessus de ma tête je vois la pièce en entier..
Ba dites donc mon cochon on a du luxe! Grand comme de fois ma piaule ce bloc opératoire.
Je chope vite une lame au coté de moi histoire de savoir me protéger. Autour de moi personne, tant mieux d’ailleurs!
Bon faut que je dorme la je suis en sécurité c'est la seule fois de l'année où je peux dormir sur mes deux oreille (tiens elles fonctionnent normalement elle encore, sa doit être une des seules partie de mon anatomie qui on cette particularité).
Clac la porte s'ouvre en grand quatre mec arrive avec un loque dans un brancard! Pff un faible... Il a plein de spasmes et bavent il est chelou lui j'aime bien sa...Bref je me rendort mais pas tranquille je lui tourne pas le dos et un œil mi-ouvert sur lui,lame dans la main...
3/4h  plus tard il se réveille, fin ce réveille amorphe quand même mais arrive à ce levé.
Je vois ses lèvres remuer, des sons s'échappent j'arrive a peine à attendre (merde les oreilles déconnaient pas vous marcher bien z'êtes dans les seules!)
- Hé, on est où ici ?
Ici,ici on est dans la m**** si on est ici...
-Ici on est à terrae... C'est un institue pour les gamins aux pouvoirs qui ressentent le vide sa c'est la phrase qu'il te sorte pour faire gentil.. En gros c'est un hosto pour les plus gros cassos de la terre... Le seul intérêt c'est les pouvoirs..Tu verra t'en aura des sympa
Il me fixe un peu trop l'asperge la... J'lui fait peur ou coup..bon faut que je fasse super gaffe à l'intonation de sa voix à sa prochaine phrase, faut que je fasse gaffe avec les inconnus faut pas leurs faire de mal tout de suite quand même!



Votre peur face à la mort est égal à la mienne quand je regarde mon petit doigt....
#   Mer 7 Mai 2014 - 22:45

Personnage ~
► Âge : 17
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 23
Date d'inscription : 05/05/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Dro... D'accord, j'allume juste une cigarette.
Humeur : 'Hé, pas besoin de bouger, on est bien là..'

« - Ici on est à Terrae... C'est une institue pour les gamins aux pouvoirs qui ressentent le vide, ça, c'est la phrase qu'ils te sortent pour faire gentil… En gros c'est un hosto pour les plus gros cassos de la terre... Le seul intérêt c'est les pouvoirs...Tu verras t'en aura des sympas. »

D’accord. Donc ici, c’est Terrae. C’est donc là où l’homme m’a emmené. Tout ça est un peu dur à digérer, mais effectivement, la personne devant moi a l’air assez barré. Il lui manque un bras mais en tout pas de plaies en tout genre recousues de manière presque superficielle.

Et cette personne même est en train de me dire que j’étais dans un asile pour avoir des pouvoirs. Je m’accorde une pose, ouvre tant bien que mal la fenêtre, roule un join à l’opium puis tire deux grandes lattes. Je sens une partie de la douleur partir de mes membres, et le manque se faire taire.

Je recommence à réfléchir à ce que vient de me dire cette personne-là. Le seul moyen d’en savoir un peu plus est de lui parler, je m’y applique donc :

- Et quoi exactement comme pouvoirs ? C’est une institue, donc, il n’y a pas quelqu'un pour me faire visiter les lieux ? Et… Pourquoi tu es recousu de partout ?

HRP : Désolé c'est un peu court, mais je trouve ça pas intéressant de faire un texte à rallonge dans cette situation :3


"Noirci mon âme jusqu'à atteindre la laideur éternelle
Il n'y a pas d'erreurs, ça fait peur, la frayeur est réelle"

"Va savoir pourquoi j’aime autant regarder la pluie tomber
Le cœur malade, il m’reste beaucoup d’crevasses à lui combler"
#   Jeu 8 Mai 2014 - 12:22

Personnage ~
► Âge :
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 45
Date d'inscription : 23/09/2013
Age : 18
Emploi/loisirs : Musique,punk a 40%,et glandeur dans le reste\o/
Humeur : instable

Tiens le gringalet va à la fenêtre et fume un truc.... Un tarpé arf que dire c'est mal c'est pas bon t'es la pour overdose (du moins j'pense)? Nan en plus j'en fume aussi sa me calme les nerds donc bon...Bref vu le mouvement de mes cheveux une faible brise agite l'air... Fait froid vu le mouvement de ses doigt on le dirait frigorifier... Bref je m'égare il à l'air doux comme un agneau... Pas besoin d'avoir peur en plus il à pas remarquer la lame sous son bide niark niark un faux pas et Shorue reprend le contrôle...

- Et quoi exactement comme pouvoirs ? C’est une institue, donc, il n’y a pas quelqu’un pour me faire visiter les lieux ? Et… Pourquoi tu es recousu de partout ?

Oula une question à la fois le toxico m'énerve pas...Je suis assez agressif,genre ta dernière question j'y répondrais par cette réponse: Une seule autre question sur ma lobotomie,caractère ou cicatrice d'autant plus dans un hosto et tu finis dans une boite en sapin ok?
Après pour les pouvoirs euh y en a plein je sais qu'il y a quatre grand domaine:électricité,terre,eau et feu et après il y a des spécialisation s'tu veux plus de réponses demande à la dirlo ou un master,c'est les profs en gros.
Et qui peut te faire visiter... Demande à un prof et pour les alentours je peux j'y vis je me mélange pas aux autres je leurs ferais trop peur


En  master je connais que Aaron Williams si sa t'interresse mais bon il est assez pris en ce moment....



Votre peur face à la mort est égal à la mienne quand je regarde mon petit doigt....
#   Jeu 8 Mai 2014 - 12:59

Personnage ~
► Âge : 17
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 23
Date d'inscription : 05/05/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Dro... D'accord, j'allume juste une cigarette.
Humeur : 'Hé, pas besoin de bouger, on est bien là..'

« Oula une question à la fois le toxico m'énerve pas... Je suis assez agressif, genre ta dernière question j'y répondrais par cette réponse: Une seule autre question sur ma lobotomie, mon caractère ou une cicatrice d'autant plus dans un hosto et tu finis dans une boite en sapin ok? »

Ma théorie est approuvée. Cet homme est timbré, et en plus susceptible. Il a l’air du genre à te refaire le portrait pour pas grand-chose. Etant à la fenêtre, mon regard embrasse tout Terrae. Pour une institue, c’est vraiment grand. Il me manque juste à vérifier si les autres sont aussi timbrés que lui.

Ma vision périphérique dénote quelque chose, il a passé quelque chose sous mon ventre, surement une lame. S’il a voulu me transpercer avec, je serais surement les boyaux à l’air en ce moment même. Il me voit donc juste comme une potentielle menace.

Je n’ai pas à afficher de crainte, même si la situation est pernicieuse. Ma dague est avec mes autres affaires, sur la table de chevet. Seules deux options se présentent à moi ; soit récupérer d’une manière ou d’une autre ma dague ou une arme et risquer un combat, soit de lui montrer que je ne suis pas une menace. Je continue donc à tirer sur mon pétard.

« Après pour les pouvoirs euh, il y en a pleins, je sais qu'il y a quatre grands domaines : électricité, terre, eau et feu, et après il y a des spécialisations, s'tu veux plus de réponses demandes à la dirlo ou un master, c'est les profs en gros.
Et qui peut te faire visiter... Demande à un prof et pour les alentours je peux j'y vis je me mélange pas aux autres je leurs ferais trop peur. »


Il repart donc dans son délire. Des pouvoirs, ça me parait impossible. Surement quelques tours de passe-passe, à la grâce de la science. Il peut me faire visiter les lieux, dit-il, toujours en brandissant une arme devant mon bas ventre, assez paradoxale.

« En master je connais que Aaron Williams si ça t'intéresses, mais bon il est assez pris en ce moment... »

Un master. Un prof’, à ce que j’ai compris. Ce prof est surement moins timbré que lui. Mais si ce n’est pas le cas, je vais donc me retrouver avec un cas pire à faire la visite de l’institut.

Je tourne donc ma tête vers la sienne, en lui fixant ses yeux, lui faisant comprendre que j’avais vu son arme mais que je n’en avais pas peur, ou du moins rien à faire. Je tire une autre latte.

« Tu peux me faire la visite des alentours, s’teuplait ? »


"Noirci mon âme jusqu'à atteindre la laideur éternelle
Il n'y a pas d'erreurs, ça fait peur, la frayeur est réelle"

"Va savoir pourquoi j’aime autant regarder la pluie tomber
Le cœur malade, il m’reste beaucoup d’crevasses à lui combler"


Dernière édition par Ehsan Qara-Beigi le Dim 11 Mai 2014 - 19:16, édité 1 fois
#   Jeu 8 Mai 2014 - 22:10

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 256
Date d'inscription : 16/09/2013
Age : 20
Emploi/loisirs : getting datas...
Humeur : var humeur=meteo*identity/neuro_1

[HS: Je m'incruste >< Désolé Shorue si c'était pas dans tes plans]

Fin d'après-midi. Je suis fatigué. A l’hôpital, encore une fois, je sors de la salle d'IRM un peu groggy dans une tunique blanche et rapeuse. Je n'ai plus qu'à attendre les résultats. Et pourquoi? Tu les connais déjà!
C'est vrai. Aujourd'hui encore une fois, victime d'un de ces malaises à répétition, je me suis fait embarquer à l'hosto. J'ai horreur de ça. On a beau dire aux gens qui utilisent la petite cuiller pour nous ramasser que c'est pas grave, on finit toujours dans la cage blanche. La plupart du temps, on y reste deux ou trois jours, le temps que les geôliers se rendent compte qu'il n'y a rien.
"Malaise vagal", concluent-ils avec perplexité. Et avec un peu de chance, on passe entre les pinces de tous les plus éminents professionnels de la ville, intéressés par un cas unique. Des rapaces.

Et moi, je me fais passer d'une main à l'autre sans rien dire, me contentant d'observer, d'analyser. Toujours observer, et comprendre, pour ne pas perdre pied.

Je sais, ça peut paraître bizarre de perdre conscience comme ça. Je sais. Et à vrai dire je préférerais ne rien savoir. Tout ça c'est juste pour ne plus rien voir, ne plus rien observer, ne plus rien comprendre. S'abandonner, juste un instant, et perdre ses sens.
Ouvrir les yeux, hagard, redécouvrir la lumière et les sons. Le toucher.
Je déteste toucher. Mes mains sont trop agressives, qui sait ce qu'elles pourraient déchirer? Une fine couche douce et tiède, frémissante, un océan de sensations dessous. Du sang.

Alors je me force à rester immobile, à regarder. C'est comme quand on essaye de s'empêcher de se gratter l'oeil, ou d'éternuer. On cède.

Enfin, aujourd'hui, c'est différent. Je sors de cette salle d'examen. Le médecin me prend par le bras pour me dire qu'il n'y comprend rien. Lâche-moi, humain, ou je t'écorche vivant. Il me lâche rapidement, heureusement. Peut-être une lueur sombre de mon regard y a-t-elle participé. Peut-être pas.

Je me change rapidement, habitué à ces T-shirts plein de ficelles qui tiennent pas. Là, en théorie, je devrais regagner ma chambre. Inutile de dire que ça ne me tente pas DU TOUT. Heureusement, il n'y a pas besoin de grand chose pour qu'une infirmière maternelle fasse confiance au mignon garçon que je suis pour un court trajet.
Voilà comment je me retrouvai dans ce couloir identique à tous les autres, en cette fin d'après-midi.
Mais pour m'être déjà évadé de cette prison je sais que cette fois il n'y aura pas de plante en pot pour casser la porte vitrée.
Des voix, derrière cette porte. Masculines, jeunes. Je dois dire que ça change des habituelles plaintes des vieilles dames. Intrigué, je pousse la porte.

« En master je connais que Aaron Williams si ça t'intéresse, mais bon il est assez pris en ce moment... »
« Tu peux me faire la visite des alentours, s’teuplait ? »

Un homme en très mauvais état, avec quelques morceaux manquants. L'air agressif et méfiant.
L'autre à la fenêtre, fumant un truc à l'odeur entêtante que je considérai comme une forme de drogue. Plutôt du genre mince et nerveux, défiant l'autre.
Et toi tu te pointes au milieu d'un regard de tueurs?! ...Pas fait exprès. Mais comme je suis là, autant y rester. Dis surtout que tu es curieux, jeune homme.

Toi ta gueule.
Je refermai la porte derrière moi, ne pouvant contenir un léger claquement. Bon eh bien puisque je m'invite, autant y aller carrément.

_Salut. C'est moi qui m'occupe des visites ici. Sauf si vous voulez un tarif complet avec visite de l'hôpital de l'intérieur, on ferait mieux d'y aller vite fait.

J'ai dit ça sans sourire, fixant les deux hommes tour à tour en essayant de capter un regard. Je préfère regarder dans les yeux. Question de respect. Question de mettre les autres mal à l'aise, oui!
Je t'ai dit de la fermer.
Voyons à présent leurs réactions. Ces deux-là m'ont l'air d'être très intéressants.



#   Dim 11 Mai 2014 - 18:59

Personnage ~
► Âge :
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 45
Date d'inscription : 23/09/2013
Age : 18
Emploi/loisirs : Musique,punk a 40%,et glandeur dans le reste\o/
Humeur : instable

A voilà des yeux que j'aime il voit la lame et il a pas peur de la lame sous son bide!
*tue le il te defi!* *fait lui la peau a ce toxico!*
Non lui il est intéressant, j'ai pas de raison d'avoir peur en plus c'est une crevette, bref s'pas bien grave.. je retire ma lame... fin elle part tête en bas dans mes mains...si il doit mourir ce sera à la loyal..

J'entend un bruit une porte qui s'ouvre dans mon dos! Tout mes sens en alertes! Je me retourne pas..j'peux pas sinon je vois mal l'asperge, je fais comme si de rien était... je jette un coup d’œil quand même... bon ça va il risque pas de me faire du mal, une autre brindille et amorphe en plus! 'tin j'ai vraiment les tic et tac des muscles aujourd'hui... boulets de services!
*Euh Shorue on doit de rappeler l'état de tes muscles ou...*
Ou rien du tout! J'ai assez de muscles pour (sur)vivre. Et puis si j'ai trop de muscles j'ai les cicatrices qui craquent vous le savez bien...
*Pas faux*, *Niark niark faibles*
FAIBLES QUI A LA GENTILLESSE DE VOUS HÉBERGEZ DANS SA TÊTE!
Oula faut que je me calme bon sinon ils vont stresser, donc il ma demandé quoi la frite déjà? A oui si je pouvais lui présenté les alentours...
Ba bien sur mon cochon! Bon les bâtiments non je connais rien mais les alentours surtout la forêt et le lac j'y habite!
Et là avant d'ouvrir la bouche y Ardy qui l'ouvre

-Salut. C'est moi qui m'occupe des visites ici. Sauf si vous voulez un tarif complet avec visite de l'hôpital de l'intérieur, on ferait mieux d'y aller vite fait.
Mais il se prend pour qui ce morveux???
-Avant de te suivre tu es qui toi? D'ailleurs j’espère que le "on" ne m'incluais pas car c'est pas aujourd'hui ni demain que je suivrais  une fillette comme toi même pour un grand bal
Une insulte, une question il te lâche et en plus tu sais qui il ait, Shorue parfois je t'adore!
*Niark niark il doit pas être content le gnome*

hrp: désole de la longueur c'étais chaud d'écrire quand on attend juste vous deux malheureuse réponse:)
et non t'inquiete astel^^



Votre peur face à la mort est égal à la mienne quand je regarde mon petit doigt....
#   Mar 13 Mai 2014 - 20:59

Personnage ~
► Âge : 17
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 23
Date d'inscription : 05/05/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Dro... D'accord, j'allume juste une cigarette.
Humeur : 'Hé, pas besoin de bouger, on est bien là..'

Un homme entre. Rectification, un jeune homme entre. Il doit être plus grand d’un peu plus d’une dizaine de centimètres que moi, a des cheveux blonds se livrant bataille, et est assez fin pour sa taille. De quelle manière a-t-il pu atterrir ici ? Il nous surprend donc en plein moment de tension, mais reste calme et déclare avec une indifférence certaine sur son visage :

« - Salut. C'est moi qui m'occupe des visites ici. Sauf si vous voulez un tarif complet avec visite de l'hôpital de l'intérieur, on ferait mieux d'y aller vite fait. »

Voilà une réponse à ma question. J’espère que le fait qu’il débarque comme ça calmera le jeu avec l’autre fou. Il regarde tour à tour moi et le délabré, et va donc certainement capter son l’attention. J’espère que lui pourra me donner des explications quant à ce qu’est exactement Terrae. L’épave de chair jette un regard sur l’inconnu puis lui lance :

« - Avant de te suivre tu es qui toi? D'ailleurs j’espère que le "on" ne m'incluait pas car ce n’est pas aujourd'hui ni demain que je suivrais une fillette comme toi, même pour un grand bal! »

Et il recommence. Bon. L’inconnu n’a pas l’air aussi barré que lui, mais il faut quand même s’en méfier, à la vue de son comportement ; en effet il est dur d’être normal, rester stoïque, et sortir cela en surprenant deux hommes dans cette situation. Soit il a un bon sang froid naturel, soit il en a vue d’autres.

Le mieux reste encore de lui suivre. Et si l’épave nous suit, il le canalisera surement. Mon pétard m’invite à rentrer encore dans sa danse, de manière à effacer totalement la douleur et de marcher à peu près correctement. Il s’en suit une lourde fumée sortant de ma bouche. Mes jambes cessent totalement de protester à tenir mon corps, et il s’en suit la sensation propre à l’opium de le relaxer totalement. Malgré que je sois sur un petit nuage corporellement, il aurait été plus difficile de marcher avec le mal dans mes muscles qu’avec le relâchement que veut imposer l’opium.

Je perds donc mon regard de foudre qui été fixé vers l’homme en lambeaux, laissant apparaître un visage sans sentiment. Je jette mon pétard par la fenêtre, prend mon sac et mes petites affaires qui tombent dans mes poches d'un geste ,puis marche vers l’inconnu tout en ignorant le fou, tant bien que mal, certaines substances voulant laisser Volonté au tapis, mais j’ai de l’expérience avec ces choses. Je lui dis simplement :

- Alors on y va.

Je me demande si l’épave peut marcher dans son état. Au pire, tant pis, c’est moi qui ne connais pas les lieux, et il faut surtout que je sorte de cet hôpital pour essayer de comprendre ce qu’il se passe ici. Aussi, j’espère que le blond ne répondra pas aux provocations de l’autre, je ne veux pas assister à une bataille sans avoir au moins eu d’explications.


"Noirci mon âme jusqu'à atteindre la laideur éternelle
Il n'y a pas d'erreurs, ça fait peur, la frayeur est réelle"

"Va savoir pourquoi j’aime autant regarder la pluie tomber
Le cœur malade, il m’reste beaucoup d’crevasses à lui combler"


Dernière édition par Ehsan Qara-Beigi le Mar 13 Mai 2014 - 21:54, édité 1 fois
#   Mar 13 Mai 2014 - 21:50

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 256
Date d'inscription : 16/09/2013
Age : 20
Emploi/loisirs : getting datas...
Humeur : var humeur=meteo*identity/neuro_1

Gagné, j'ai l'attention des deux à la fois. Dont celle, venimeuse et haineuse, du morceau d'humain qui traîne sur le lit. Celui-là doit en avoir vu de belles pour être dans un état pareil. Physiquement et mentalement. Hoho, regard méprisant. C'est vrai que j'ai l'air d'un gamin trop vite grandi et MIGNON.
Comme quoi, les apparences peuvent parfois apparaître trompeuses, mais le sont-elles vraiment? Arrête avec ta psychologie à l'envers, crétin.
Le son de la douce voix de l'individu résonna soudain fort agréablement à mes oreilles.

« - Avant de te suivre tu es qui toi? D'ailleurs j’espère que le "on" ne m'incluait pas car ce n’est pas aujourd'hui ni demain que je suivrais une fillette comme toi, même pour un grand bal! »

Vraiment...? On peut dire qu'il ne manque pas d'air celui-là... Malheureusement pour lui, il s'attaque à un télépathe... Je réprimai un ricanement mental -oui, ça existe.
Allons-y. Je "jetai" mon esprit vers lui, à la recherche de quelques infos importantes.
Je ne suis pas encore très doué en télépathie, aussi dans un premier temps la seule chose que je discernai fut une sorte de brouillard noir et rouge en constant mouvement. Joli, mais pas très utile. Petit à petit (c'est à dire en une fraction de seconde, en réalité) je commençai à entrevoir des sorte de bulles flottant et se heurtant les unes les autres. Shorue Rice. Bien. Une sombre histoire de bureau, de tronçonneuse.

Satisfait, je ressortis mine de rien juste à temps pour voir le drogué traverser la pièce d'une démarche un peu incertaine. Il y a beaucoup de formes de drogue, tu le sais?

- Alors on y va.

Ce type a l'air décidé, vraiment décidé je veux dire, malgré son regard flou. Malgré moi j'en fus un peu impressionné, tout comme je l'avais été un instant plus tôt devant la ténacité de la loque. Loque? Allait-il pouvoir venir, malgré ce qu'il avait dit?
Pas sûr. Dans ce cas, rien de tel qu'un peu de motivation supplémentaire -du genre piquant.

_Parfait. Si tu n'as rien à prendre, on y va. Et quant à toi, Shorue, sache que je suis ce qui me plaît, que je t'incluais dans le "on", et que je ne te demande pas de me suivre. De toute façon tu n'as pas l'air en état de te lever, et tu n'as manifestement pas envie de venir.

Rectification: tu n'avais pas envie de venir. Je lui dédicaçai mon sourire le plus ingénu, m'arrangeant pour ne pas être vu de l'autre. Et lui? Tu ne devrais pas t'informer sur lui? Par sécurité?
Il n'a rien fait qui le justifie. On verra plus tard... Ça viendra.
En attendant, si Mr Rice ne venait pas, ce serait bien incroyable. Sans m'assurer d'être suivi, en apparence tout au moins, je sortis de la petite chambre aseptisée dans le couloir. A cette heure-ci, les patients font la sieste et le personnel prend son café. Tout ce que nous avons à faire, c'est avoir l'air d'avoir le droit d'être là.
Ça risque d'être un peu difficile avec ton teint maladif, l'air drogué de l'autre et les morceaux manquants de l'espèce de puzzle humain, là.
Peu importe. J'en ai assez de cet hosto, de toutes façons. Seul ou pas, je sors.

_Essayez d'avoir l'air naturel. Ici c'est l'endroit le plus touristique de la ville et il ne faudrait pas attirer l'attention sur nous.

Je marche à longs pas souples. J'adore marcher. Quelle merveille que cette machine parfaitement équilibrée qui fonctionne si bien! Quelle chance que l'évolution nous aie voulus ainsi! Nous, les humains, nous pouvons marcher, sur seulement deux membres.
Cela fait-il de nous de parfaits imbéciles naïfs et orgueilleux?
...
C'est bon, j'ai compris.

Je fis le point, et me fis la réflexion que j'étais bien idiot de m'encombrer de pareilles épaves humaines pour m'exfiltrer de cet asile. Pourquoi avais-je fait ça? Une petite voix en italique me fit comprendre que je m'associais encore aux gens perdus. Ce n'est donc pas parti? Devrais-je toujours me considérer comme différent, juste parce que je l'ai été, une fois?
Tu ne crois tout de même pas que tu es normal, petit Astel? Ou alors c'est que tu es presque aussi doué pour te tromper toi-même que pour tromper les autres. Tu fais de la peine.


Enfin, malgré nos têtes de déterrés respectives, jusqu'ici, il n'y avait eu aucun problème. Nous étions au rez-de chaussée, dans la salle des ascenseurs, et tout était parfaitement vide, à part la concierge écoutant de la country en lisant Norah Jones. Parfait.



#   Dim 18 Mai 2014 - 19:46

Personnage ~
► Âge :
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 45
Date d'inscription : 23/09/2013
Age : 18
Emploi/loisirs : Musique,punk a 40%,et glandeur dans le reste\o/
Humeur : instable

Bon, bon voilà les deux frite qui ce barre....
Manquerais plus que je les suivent! En plus je le connais cet institue...
"Des bâtiments tout blanc
Pour accueillir tout les dérangeant"
Haha nan mais c'est quoi ce délire sérieux????
Bref je chope la fin du tarpé de l'autre toxico...
Pas mal moi j'aime bien bien dosé... de la frappe comme qui dirait mais bon...
A enfin je me sens normal... bien très bien...
Bref toujours est t'il que je suis seul comme un clanpin...
Pom pom pom... pas d'autre handicapé dans la salle fait chier je me serais bien amuser à en terrifier quelques uns...
Bon ba que dire... je me sauve moi hein....
ADIEU HOSTO DE MERDE
Et peu être à une prochaine tic et tac...

hrp: j'avais pas linspi mais je me barre vous pouvez continuez tranquille



Votre peur face à la mort est égal à la mienne quand je regarde mon petit doigt....
 

Une arrivée à Terrae dans les brumes de mon esprit..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village. :: Hôpital.