Partagez | 
Douce pluie sur le paysage nippon [Kei - Wyatt (avec le perso qu'il veut)]
##   Ven 9 Mai - 0:26

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 40
Date d'inscription : 05/05/2014
Age : 24

J'ouvris doucement les yeux. Un vrombissement gras venait de me sortir de ma torpeur. Mes yeux clignèrent doucement tandis que je tâchais de me remémorer les évènements précédents ainsi que ma localisation. Un coup d’œil par le hublot me rappela ma présence dans un avion. Même si normalement, le hublot seul aurait du me le signaler. Nous étions partis tard dans la nuit, dans les eaux de minuits et je m’apprêtais à atterrir à quatorze heures. Je n'avais jamais eu le "jet lag" et j'avais peur de mal le supporter. Enfin, peur... Passons. Le stewart passa et nous signala dans un anglais basique le besoin de nous attacher. L'avion allait atterrir, cela expliquant la hausse de bruit produit par les réacteurs.

A nouveau j'ouvris les yeux, cette fois-ci, c'était ma tête cognant doucement la vitre de façon répétée qui provoqua mon réveil. J'avais beau essayer de me rappeler, je ne me souvenait pas du tout de ce qu'il s'était passé entre les deux moments. Il m'avait peut-être même porté. Mais à vrai dire, je m'en fichais un peu. D'habitude, je n'aime pas les contacts, mais avec cette personne, anormalement, ça allait. Enfin... Il commença à me parler de l'Institut, de choses plus ou moins délirantes auxquelles j'ai toujours rêver quand j'étais gosse mais qui depuis n'arrivait même plus à me faire sourire. De grands murs longeaient la route que nous empruntions et bientôt, je put apercevoir d'immenses grilles. Il déposa sa main sur mon épaule puis m'incita à descendre avant de me donner une petite carte ainsi qu'une sorte d'oreillette. Après l'avoir remercier brièvement, je pénétrais dans l'enceinte de la zone en me faufilant dans l’entrebâillement. Lâchant un soupir, je me mis en route en essayant de ne pas trop réfléchir. Il y a neuf heures à peine, je me trouvais en France, sur le rebord d'un pont... Et me voilà là, devant un institut paumé au Japon dans lequel serait entassés des jeunes aux pouvoirs étranges. C'est atypique comme idée, mais bon. Haussant les épaules, je passa la porte et entra dans le hall silencieux. Si on enlevais ma dégaine de touriste et ma mine pas fraîche, même si je ne suis pas mieux en général, je pense qu'on aurait put me prendre pour un ancien. Aucune valise, un sac à peine remplis avec le strict nécessaire. A peine arrivé que je ne me sentais déjà pas à ma place.

Un coup d’œil vers les escaliers me donna un frisson. Secouant ma tête, je déposa mon regard sur l'oreillette avant de la placer dans mon oreille, maladroitement. Me faisant mal à deux reprises. Si ce truc marchait réellement et que, comme l'avais dit l'homme, il y avait plein de nationalités ici, je risquais d'en avoir besoin. Même si j'avais envie de fuir tout contact. Soupirant une énième fois, je déposais mes fesses sur un petit banc et plongea ma tête dans mes mains, à la fois fatigué et désespéré.
##   Ven 9 Mai - 11:28

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 149
Date d'inscription : 09/09/2012
Age : 22
Emploi/loisirs : *baille*
Humeur : Calme

Je souriais en repensant à la dernière, et récente, rencontre avec Swann. Franchement, j'avais encore du mal à me rendre compte de l'énergie que j'avais mis dans ce petit travail, une simple clé. Je haussai les épaules et descendais l'escalier le plus proche, mes sourcils se fronçant légèrement, ça fait un bout de temps que je n'étais pas passé par ce coin de l'institut, l'entrée.

Je me souviens à peine de mon arrivée, sûrement encore un peu dans les vapes, un peu somnolant, il me semblait me souvenir d'un grand hall, peut-être qu'en allant y faire un tour je me souviendrai un peu mieux de ce moment, pas qu'il soit si important, mais je suppose que ce jour-là, même si je devais être pas mal angoissé et découragé, j'avais fait le bon choix. Bien sur, il m'arrivait encore de penser à ma maman, que j'avais lâchement abandonné au cœur de la maladie, trop blessé par ses pertes de mémoires de plus en plus fréquentes, mais, c'était un mal pour un bien sûrement.

J'arrivai dans le hall, souriant en coin, ils n'avaient pas lésiné sur les moyens pour en faire un lieu neutre et pourtant chaleureux, mon regard s'arrête sur une silhouette plus loin, prostrée sur un banc. Un nouveau peut-être... J'hésitai un moment avant de m'approcher avec prudence, pas qu'il me fasse peur ou m'intimide, juste pour... Lui permettre de fuir si je le dérangeai ? Peut-être... Une fois à quelques pas de lui, à l'autre bout du banc, je m’asseyais sans bruit, enfin, si on oublie momentanément le bois qui grince.

" Salut toi. "

Non, je n'étais toujours pas plus doué avec les conversations que je ne l'étais à mon arrivée, enfin, j'avais surtout toujours autant de mal à commencer et paraître assez sympathique pour qu'on me réponde, je ne savais toujours pas comment faisait Swann d'ailleurs.


##   Dim 11 Mai - 10:28

Personnage ~
► Âge : 17 ans... Ouais, non, 15, en fait.
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1227
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 20
Emploi/loisirs : Rien que du vide.
Humeur : A peu près la même que toi le matin quand tu te réveille, sauf que moi, c’est un état permanent.

VOUS SAVEZ CE QUE CA FAIT DE CRÉCHER DANS UNE AILE ENTIÈRE PEUPLÉE SEULEMENT PAR DES FEUX PEUT ÊTRE ?!!

Bah ce que ça fait, parce que NON, VOUS NE POUVEZ MÊME PAS VOUS IMAGINER ! C'est qu'actuellement, je cherche un endroit plus ou moins calme pour roupiller tranquille.

SANS BLAGUE ! Et ma tête, tu l'as vu ma tête ? Non ?! Parce qu'en fait, si tu l'avais vu, t'aurais direct capté !

C'EST SUR QU'AVEC CET ESPÈCE DE FACE DE CLÉBARD MALADE QUE JE ME TRIMBALLE, LE MANQUE DE SOMMEIL EST PAS DUR A METTRE A JOUR HEIN !

Comme d'hab', teint frais, yeux éclairés d'un regard intelligent, vif et brillant, et n'oublions pas ces magnifiques cheveux, bien nourris, avec brushing et tout le tralala.

Tsoin tsoin.

OU ALORS TEINT DE VIEUX YAOURT, UNIFORME DÉPENAILLÉ EN MODE CLODO, CERNES DE POULET OUBLIÉ DANS LE FRIGO, REGARD QUI EN DIT LONG SUR MON AMOUR DE CES STUPIDES FEUX ET DE MON SEUL BUT ACTUEL DANS MON EXISTENCE : DORMIR.

L'entrée, c'calme. J'ai la tête dans le pâté, il fait jour mais je serais un peu trop intelligent pour ma tête si je pouvais dire quelle heure.

Je sais juste qu'il fait jour et que je veux dormir. Tant pis pour les cours.

Je m'affale sur un banc, le premier qui me tombe sous mes yeux injectés de sang, qui a l'air d'être un bon compromis entre faire mal au cul au bout d'une heure et être assez planqué pour qu'on me foute la paix.

- Salut toi.

Me foutre la paix. Tellement de concentration dans ma mise en veille interne que je capte pas.

- Ouais, salut, je réponds en maugréant.

Je bite enfin. On vient de me dire salut. Et merde.

J'ouvre un paupière, capte deux personnes qui squatte mon banc. D'ailleurs, elle pouvait être la avant moi sur ce banc, que ce serait quand même MON banc à partir du moment où j'ai décidé de poser mes fesses dessus pour roupiller peinard.

Re merde.

Le salut était même pas pour moi. Mais je n'ajoute rien, avec un peu de chance, ça va bien se dégoupiller.

Même si je devrais pas trop laissé le hasard à ma chance... Car j'ai la poisse.

Je les fixe avec toute la vivacité d'esprit dont je peux faire preuve, tentant de les foudroyer du regard.

Face de pitt bull de mauvais poil, ON.


♠️♠️♠️

Spoiler:
 

##   Dim 11 Mai - 21:49

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 40
Date d'inscription : 05/05/2014
Age : 24

Des pas doux résonnait dans le hall. Légèrement feutrés, comme si la personne à qui ils appartenaient, cherchait à se faire discrète. Cependant, l'action était peu convaincante. Visiblement, l'individu avait le même réflexe que n'importe qui quand on essaie de se faire discret, on contracte ses muscles. A tel point que nos oreilles ne captent pas tout et nous font penser que l'on est discret alors qu'au final, ce n'est pas réellement le cas. Enfin. Je m'étais mis à penser à cela uniquement pour me trouver une excuse pour ne pas avoir à lever la tête durant son passage, avec un peu de chance aurait-il juste passé son chemin et m'aurait laisser tout seul ici. D'un côté, sa présence m'aurait fait plaisir, mais de l'autre, je n'aime pas les contacts. Enfin si. Je les aimes mais c'est comme si mon et/ou mon esprit ne les toléraient plus.
Le grincement du banc me sortit de mes pensées tandis que mon cerveau se calma en l'espace de quelques micro-secondes. Rapidement, je me mis à analyser la scène. Les images de mes souvenirs défilaient, se mettant en tête de trouver l'issue de secours en cas de débandade tandis que mon cerveau construisait des hypothétiques situation, validant chaque choix au fur et à mesure. Un peu comme un tableau ou chaque branche mène à deux autres et ainsi de suite. Comme "Chocolat ou Fruit" - "Chocolat Blanc ou Chocolat Noir" - "Blanc maison ou Blanc industriel". Vous avez compris l'idée. Sauf que là n'était pas question de bouffe, mais bien de dialogue. Il fallait que je joue le jeu, personne ne devait mettre le doigt sur mes plaies. Je ne voulais pas que tout recommences.

- Salut toi.

Sa voix me donna un léger frisson dans le dos, cependant, je n'eut le temps d'essayer de rétorquer ou d'au moins relever la tête qu'un autre individu visiblement nerveux arriva et prit ses aises.

- Ouais, salut.

Une grande inspiration prise, je relevais la tête. Au moins, je savais que l'oreillette marchait. C'était déjà cela de prit. Les observant durant quelques secondes, je pris mon temps pour répondre avec une voix aussi neutre que possible.

- Euh... Bonjour. Navré, je ne voulais pas vous déranger, je suis un peu perdu ici et-... Oubliez. Je ne vais pas vous ennuyer avec mes états d'âme.

Super, c'était la grande débandade spirituelle. Plus rien n'allait correctement et je n'avais pas été foutu d'aligner quelques phrases sans afficher mon côté paumé et mon côté "soumis" aux émotions des autres. En plus de cela, ma voix avait trembler presque tout du long, trahissant la gêne et le mal-être ressentit par leur présence mais surtout par leur proximité. Aussitôt pensé, aussitôt transmit. Mon corps se mit à frissonner, mes poils se hérissèrent, comme si un danger était proche. Je n'étais pas à l'aise. Je voulais qu'ils s'écartent. J'étouffe. J'ai peur. Poussez vous.
Non, pitié, ne me laissez pas seul.
##   Lun 12 Mai - 18:49

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 149
Date d'inscription : 09/09/2012
Age : 22
Emploi/loisirs : *baille*
Humeur : Calme

A peine quelques secondes après que j'ai décidé de m'asseoir sur le banc et de saluer le seul occupant, un garçon légèrement plus jeune se jeta littéralement dessus. Enfin, c'était surtout l'impression que j'en avais eu, parce qu'avec sa tête de tuer il allait pas aller bien loin sans faire peur à quelqu'un, et le hall d'entrée pour les nouveaux était peut-être pas le meilleur endroit pour faire une tête pareil. Je levais les yeux au plafond et le laissait nous fixer avec toute la hargne qu'il pouvait y mettre, remarquant rapidement les belles cernes qui ornaient ses yeux, bon bah là, au moins, il avait une raison valable pour faire une tête pareille, même moi je ne résiste pas avec une fatigue pareille. Faut dire que dans le coin Terre c'est plutôt calme, même les Titans se calment le soir pour qu'on dorme tous tranquille.

Par contre, en entendant la voix tremblotante de mon autre petit voisin, j'avais eu l'envie de fouiller un peu sa tête, me retenant juste avant de le faire c'était plutôt malvenu et indiscret, surtout pour savoir ce qu'il le mettait aussi mal-à-l'aise, la proximité sûrement, mais faut dire qu'avec le chien enragé à côté, y avait pas beaucoup d'autre possibilité maintenant. Je me retenais pourtant de me lever et l'écoutait, laissant un petit sourire sympathique illuminer mes traits, l'arrivée, j'avais bien du me perdre pendant les deux semaines suivantes de manière récurrentes.

" Tu risques d'être perdu un petit moment, une fois que tu auras retenu l'essentiel ça ira tout seul. "

J'évitais de mentionner la suite, même après peut-être un an ici, ou plus, je ne savais plus vraiment, je n'en parlais pas non plus, je m'y faisais simplement, j'y pensais, mais je ne l'évoquais jamais, peut-être que ce serait plus simple si ça m'arrivait. Je m'asseyais plus confortablement sur le banc, mon regard fixant le mur en face sans vraiment le voir, le joli tableau accroché donnait un peu un caractère plus doux à l'endroit. Finalement, le hall mettait vraiment à l'aise, plus que la bibliothèque immensément vide ou le parc toujours débordant de monde.

" Je m'appelle Noah, c'est australien. D'ailleurs, l'Australie est un très joli pays, vous avez déjà visité ? "

Autant mettre à l'aise tout le monde, même si je doutais que mon voisin à moitié endormi ne réponde grand chose. Au moins j'aurai essayé, ça ne coûtait rien.


##   Mer 14 Mai - 16:39

Personnage ~
► Âge : 17 ans... Ouais, non, 15, en fait.
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1227
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 20
Emploi/loisirs : Rien que du vide.
Humeur : A peu près la même que toi le matin quand tu te réveille, sauf que moi, c’est un état permanent.

A vrai dire, la, j'étais tellement à plat que je me mis plus ou moins malgré moi en mode stone.

Ouais, bah que d'habitude, je hurle pour ouvrir le bal.

Mais la, j'aurais pu m'endormir ou rester la, réveillé mais que à moitié, comme un putain de légume qui regarde les gens avec un air très réveillé et la bave au lèvres, ç'aurait été pareil.

Je crois qu'à la base j'attendais juste que les deux guignols se barrent enfin, pour piquer un somme, mais c'est qu'ils ont commencé à se faire la conversation ces corniauds.

- Je m'appelle Noah, c'est australien. D'ailleurs, l'Australie est un très joli pays, vous avez déjà visité ?

Genre. Genre genre genre, l'autre il commence à chercher, pour blablater, pendant des heures, comme au salon de thé, j'imagine.

C'est sur que vu ma gueule, passé de l'état vénerf à celui du mec un peu stone sur les bords qui regarde le monde béatement, avec un œil vif, injecté de sang et noir de cerne.

- Noooooon, j'ai pas visit' l'Australie, j'suis resté en Angleterre, mais c'est pas joli comme pays, c'est même moche à chialer, de tout ce que j'en ai vu... Je réponds spontanément, mais avec l'impression d'avoir la bouche bourrée avec du mauvais pâté. Et je m’appelle Kei, et non, c'pas un prénom anglais, C'juste que je m'appelais pas comme ça, mais la master, POUF ! Elle m'a appelé comme ça, et c'sera toujours mieux qu'un foutu prénom anglais.

Je capte même pas si il ont capté, j'ai tout sorti d'un bloc, ton monocorde. Je ferme les yeux et m'adosse au banc.


♠️♠️♠️

Spoiler:
 

##   Lun 19 Mai - 16:14

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 40
Date d'inscription : 05/05/2014
Age : 24

Ma main se déposa sur mon autre bras. Comme pour me serrer contre quelque chose qui n'existais pas. Petit à petit, je tâchais de garder mon calme quand à la proximité des deux personnes qui, visiblement, n'allait pas partir de suite.

- Tu risques d'être perdu un petit moment, une fois que tu auras retenu l'essentiel ça ira tout seul. Je m'appelle Noah, c'est australien. D'ailleurs, l'Australie est un très joli pays, vous avez déjà visité ?

Un australien... En temps normal j'aurais surement souris en pensant à toutes les créatures bizarres s'y trouvant mais... Rien n'était plus normal et ce, depuis bien longtemps. A côté de moi, malgré sa fatigue apparente, l'autre bouillonnait. Comme une vrai pile électrique. Une vrai pelote de nerf. Il devait d'ailleurs faire contraste avec moi, mou et peu bavard.

- Noooooon, j'ai pas visit' l'Australie, j'suis resté en Angleterre, mais c'est pas joli comme pays, c'est même moche à chialer, de tout ce que j'en ai vu... Et je m’appelle Kei, et non, c'pas un prénom anglais, C'juste que je m'appelais pas comme ça, mais la master, POUF ! Elle m'a appelé comme ça, et c'sera toujours mieux qu'un foutu prénom anglais.

Et un anglais. Qui s'appelle Kei. La master ? Peut-être parle-t-il de la personne étant venu le chercher. Ou.. Non, en fait je m'en fiche. Ce n'est pas méchant. C'est juste que je m'en fiche. Je m'en fiche de leur vie, de leurs sentiments, de leurs pensées. Je n'arrive déjà pas à retrouver ça chez moi. Alors pourquoi me soucier des autres. Pourquoi ? Parce que je suis idiot.

- Je suis id-... Ethan. Je suis français. Je n'ai quitter la France que par deux fois et uniquement pour voyage scolaire. Je ne pense pas aller en Australie, il y fait trop chaud et je ne suis pas fan des araignées aussi grande que ma jambe.

Le manque de motivation était palpable. La phrase étant sortie réellement comme un ensemble de mot. Comme un enfant qui récite quelque chose par cœur juste parce qu'il s'est souvenu des mots et pas pourquoi ils sont placés dans cet ordre. Ainsi je récitais ma poésie.

- Je dois remplir des papiers ou quelque chose comme ça pour l'entrée ici ?
##   Mar 27 Mai - 17:54

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 149
Date d'inscription : 09/09/2012
Age : 22
Emploi/loisirs : *baille*
Humeur : Calme

Il semblait pas mal angoissé, ce qui est une réaction plutôt normale quand deux personnes s'installent à côté de toi alors que tu viens d'arriver, surtout quand on sait pourquoi on arrive ici. Je retenais un soupir, il aurait peut-être été plus judicieux de s'installer plus loin, de seulement engager plus vaguement la situation, histoire qu'il voit que le lieu était vivant, qu'il atterrissait pas simplement dans un dédale de couloirs vides et tristes. Même si parfois, la majorité des personnes ici étaient trop compréhensives, ce qui donnaient presque envie d'être tout seul et de se morfondre un peu.

L'enthousiasme croissant de mon voisin pas si ensommeillé que ça me gagnais légèrement et un fin sourire étira mes lèvres, je me souviens vaguement de personnes comme ça en cours avant, pleine de joie, de gestes larges et d'exaltation. C'était plutôt sympathique en soit, quand on oublie cette certaine désinvolture dont Kei semble faire preuve. Je baillai discrètement et écoutai le petit nouveau, Ethan, prénom en soi banal, rien de très extravagant, même si je l'aurai plus associé à un pays anglophone qu'à la France. Je souris en coin à la mention de nos araignées gigantesques, c'est vrai que ce sont de sacrés spécimens.

" Ce n'est pas tant leur taille qui effraie, enfin, si, quand on y est pas habitué. C'est dommage que tu t'arrêtes sur ça, c'est un joli pays, même si j'avoue que le bush peut faire peur. "

Je n'écoutais pas tant son intonation que ses mots, Swann avait montré quelque chose de semblable au début, une voix monocorde, sans vie, vide, comme lui. Je réfléchissais un instant avant de me tourner vers Kei, personnellement, je me souvenais à peine de mon arrivée, j'étais un peu sonné à ce moment-là, peut-être qu'on m'avait vaguement fait signer quelque chose, ou peut-être pas.

" Aucune idée. Il faudrait peut-être voir à l'accueil pour ce qui est administratif. "

Je haussai les épaules et jetai un œil dans le couloir qui y mène, franchement, je le voyais mal se bouger jusque là avec le peu d'énergie qui émanait de lui.

(Je m'excuse pour le retard, je vous embête dans le RP. Je vais sûrement avoir du mal pendant les 2/3 semaines qui arrive, avec le Bac etc. C'est un peu la course folle aux révisions. Navré. ♥)


##   Jeu 29 Mai - 20:27

Personnage ~
► Âge : 17 ans... Ouais, non, 15, en fait.
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1227
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 20
Emploi/loisirs : Rien que du vide.
Humeur : A peu près la même que toi le matin quand tu te réveille, sauf que moi, c’est un état permanent.

OUAIS, C'EST CA, NON MAIS SANS BLAGUE !

Genre il a peur des araignée ? Ah ah, laissez moi rire. Nan mais sérieux, quelle conversation pathétique, laissez moi me rendormir !

Ah ouaaaais, in the bushland, there are BIG RARAIGNEE ! ATTENTION, SPIDER TREEEES MÉCHANTES !

C'est genre le seul truc qui leur vient en tête la ?!! Parce que même aussi claqué, à moitié crevé la ouche ouverte que moi qui fait le mort de fatigue, ET QUI L'EST, HEIN, EN PASSANT !

Même moi à moitié mort je trouve que leur conversation est juste PATHÉTIQUE LA QUOI !

PARCE QUE FRANCHEMENT, C'EST PRESQUE AUSSI NAZE QUE DE PARLER DE LA PLUIE ET DU BEAU TEMPS !!

- Ouais, quel temps il fait dehors ? Je lâche à mi-voix, dans ma barbe, presque en grognant, à moitié endormi.

L'autre parle de papier, je capte en ouvrant un oeil vitreux qu'il me demande plus ou moins mon avis sur la question. Ou peut être pas, tant pis.

Han ça fait chier. Il veut pas que je lève mes fesses me renseigner non plus hein ?!

Ah, ce coup d'oeil vers ce couloir, ça veut dire que si ?...

Je ferme l'oeil et lache un lêger ronflement, faisant mine de roupiller.

OUAIS, JE ME FOUT DE LA GUEULE DU MONDE !

Mais ça a pas l'air d'être des violents non plus, les mecs, alors qu'est ce que je m'en fout !...


♠️♠️♠️

Spoiler:
 

##   Mer 11 Juin - 16:28

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 40
Date d'inscription : 05/05/2014
Age : 24

La présence de l'homme aux cheveux blancs me dérangeait. Non pas que celle de l'autre m'égayait, non, les deux me rendaient légèrement anxieux. Mais le premier cité suscitait en moi une once d'énervement. Comme si son comportement piquait à vif la morne pensée qu'était mon esprit. Ces individus étaient rares. Peut-être était-ce un don qu'ils avaient, mais quoi qu'il en soit, je n'arrivais pas réellement à les supporter. Vantard, grandes gueules ou imbus d'eux même, j'avais beaucoup de mal.
Par simple réflexe je me relevais, ignorant presque la discussion qu'avait essayer d'entamer le brun. Elle ne m'intéressait pas, en fait, ils ne m'intéressaient pas. Rien ne m'intéresse. Qu'est ce que je devais leur dire. "Merci mais vous m'ennuyez" ? Même pas, ils ne m'ennuient pas. Ils n'arrivent même pas à créer cette sensation en moi. Soudainement, je me surprend à les trouver aussi, si ce n'est plus, pathétique que moi. Accueillaient-ils tout les nouveaux comme ça ? Avec un "tu connais l’Australie ?". Même moi, asocial, je savais que c'était juste ridicule.

Lâchant un soupir sans retenu, je laissais mes yeux papillonner lentement, comme marquant une fatigue ou un ennui. Avec une voix toujours aussi plate, je repris la parole.

- Et... Où est cet accueil ?

Oui, je n'avais pas envie de rester là. Pas envie de devoir parler de la pluie et du beau temps avec eux. Avec n'importe qui d'autre d'ailleurs. Je voulais être seul, dans un coin, en paix. Laissez moi.

- Tu peux juste m'indiquer, tu n'es pas obligé de te lever.

Non, ne te lèves pas. Ne me suis pas. Tu es peut-être très gentil mais non. Pitié ne viens pas. Et ne ramènes pas l'autre personne. Je ne me souviens même plus s'il a prononcer son nom. Je ne sais même plus le tien mais ne viens pas. Toi. Pourquoi est-ce que je suis ici et pas au fond de l'eau ou repêché par les gardes côtes avant d'être envoyé à la morgue. Je veux juste qu'on me laisse tranquille. Je veux juste être en paix.
##   Ven 13 Juin - 14:47

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 149
Date d'inscription : 09/09/2012
Age : 22
Emploi/loisirs : *baille*
Humeur : Calme

Je commençai à trouver Kei un poil agaçant, non pas que son énergie quasi inexistante en dehors de ses crises de papote soudaine soit fatigante hein, enfin si, mais là, il donne l'impression de bouillir sur place alors qu'il comptait roupiller. Je soupire en regardant Ethan se lever, bon ok, finalement, accueillir les nouveaux, je passe mon tour, c'est absolument compliqué, surtout quand ça fait un petit moment qu'on est à Terrae et qu'on a réussi à combler une petite partie du Vide et du reste.

J'étais conscient qu'Ethan voudrait rester seul et aller se débrouiller seul, c'est ce que moi-même j'avais fait eu début, fuyant les contacts jusqu'à tomber par hasard sur Aoi et son chat. Je souriais en coin au souvenir, ça fait un moment que je ne l'avais plus vu, ce serait pas mal de la revoir rien que quelques minutes, il me semble qu'elle a eu un combat de mastérisation y a pas si longtemps en plus, elle doit être devenu sacrément forte.

" Au fond du couloir de droite, il me semble que c'est indiqué sur une porte. "

Je n'avais même pas l'envie de me lever en réalité, j'aimais beaucoup échanger avec des personnes qui continuaient de briller même au fond d'un trou, voir que même cette petite joie qui émanait de pas mal de gens ici, semblait juste les faire fuir... Ouais, ça me démoralisait quand même un peu. J'avais juste envie de remonter dans ma chambre et d'écrire une lettre à Maman, même si elle ne se souviendrait à nouveau plus de moi, peut-être qu'au moins elle lirait.

Je ne savais si Kei comptait aller donner un coup de main au nouveau ou pas, s'il comptait roupiller encore longtemps, enfin, faire semblant surtout. J'indiquais donc un peu plus précisément l'emplacement de l'accueil à Ethan et lui lançait un petit signe de la main, affreusement mal-à-l'aise dans une telle atmosphère, pressé de la quitter d'ailleurs, de retrouver Peech et de rire un peu avec lui pour effacer toute cette peine et cette douleur qui commençait à m'envahir aussi, comme si les regrets revenaient me mettre une grande claque pour ces nombreux mois où j'ai probablement juste fuis en me complaisant dans la facilité de la vie à Terrae. Ça n'est pas comme si on allait m'en vouloir pour ça.


##   Ven 13 Juin - 16:36

Personnage ~
► Âge : 17 ans... Ouais, non, 15, en fait.
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1227
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 20
Emploi/loisirs : Rien que du vide.
Humeur : A peu près la même que toi le matin quand tu te réveille, sauf que moi, c’est un état permanent.

ILS SONT SERIEUX LA ?!

Qu'il aillent pas croire que c'est parce que je roupille que je ne les entends pas.

OUAIS, PARCE QUE VOUS AVEZ BEAU FAIRE GENRE QUE VOUS L'AVEZ PAS REMARQUER PARCE QUE VOUS ETES UN MINIMUM POLI, JE SAIS QUE VOUS SAVEZ QUE JE NE DORS PAS VRAIMENT HEIN !

SI J'AVAIS UN OSCAR D'ACTEUR CA SE SAURAIT ! MAIS J'EN AI PAS, TANT PIS QUOI !

J'ouvre soudain un oeil vitreux et rougis, parce que je les entends, quoi, et que ça fait pitié leur petit discours.

Pas un pour rattraper l'autre, FRANCHEMENT, OK, JE SUIS PAS NON PLUS UN EXEMPLE A SUIVRE NIVEAU MEC SOCIABLE OU JUSTE SORTABLE.

MAIS LA, NON SEULEMENT ILS ONT TOUT LES DEUX GENRE UN BALAI DANS LE CUL QUOI, MAIS EN PLUS ON DIRAIT QU'IL SE FONT CHIER, BREF, LEUR DÉLIRE, C'EST UN MASSACRE INTERGALACTIQUE.

- Ben c'est fout l'ambiance que vous installez en moins de deux minutes vous hein !

MAIS ILS SONT TELLEMENT TOUT TRISTE LA, C'EN SERAIT PRESQUE DRÔLE A VOIR SI CA NE FERAIT PAS AUTANT PITIE !

- Toi, t'es nouveau ? Si t'as plus envie de voir nos gueules, tu peux aller au fond du couloir la bas pour demander comment qu'ça s'passe dans cet asi... Institut. Sinon, comme je vois qu't'as déjà l'oreillette, tu peux te barrer librement. Dans l'institut.

J'ai un sourire carnassier qui doit faire un peu bourré sur les bords à la vue du reste de ma gueule défoncé - Yeux rougis bordés de violet, cheveux en filasse blanche et raplaplas, peau laiteuse et blême comme un cacheton.

- Voila, sinon, t'as une place au dortoir jusqu'à qu'tu te sois installé, après, t'as genre une grande chambre. Je te souhaite pas d'être feu, on y dort très mal.

Enfin, vu sa face de lapin apeuré, je parierais pas sur feu pour son inititation.


♠️♠️♠️

Spoiler:
 

##   
Contenu sponsorisé

 

Douce pluie sur le paysage nippon [Kei - Wyatt (avec le perso qu'il veut)]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Entrée.