Partagez
Aimer ou Haïr ? Pour ton Amour, même si j'embrasse les tenèbres
##   Dim 1 Mai 2011 - 19:32
Anonymous
Invité

Depuis quand étais-je devenue si gentille ? Si attentionnée ? Si … amoureuse ? Depuis que j’ai croisé son regard, à elle, la seule qui a réussi à me prendre par surprise. Un combat acharné au nom de l’amour … du sang coulé, des mains sales et tout ça pour un sourire qui n’était dédié qu’à moi … moi et à personne d’autre.

Laissant l’eau froide couler sur ma peau de porcelaine, je m’enfuyais dans mes pensées qui s’assombrissaient de plus en plus, pourtant avant de toucher le fond, le visage de Natsuki me revenait en tête … Toujours sans arrêt. Moi qui croyais ne pas savoir aimer, qui croyais ne pas pouvoir l’être tout simplement. Il était temps, temps que ce petit jeu finisse, non pas que je ne l’aimais plus, mais il fallait que je sois sur d’une chose et pour cela, je devais disparaître pendant un bon moment. Sortant de la douche, je m’essuyais rapidement avant d’enfiler mes vêtements. Ma valise était déjà prête depuis hier soir, il ne me restait plus qu’à la saisir et partir. Ce que je fis sans plus attendre … Natsuki, pardonne-moi.

Ne laissant aucune trace d’un quelconque départ, je partis sans me retourner. Le train pour Kyoto arriva en gare à dix heures trente, une dernière larme laissée sur un Adieu.

C’est ainsi qu’un mois après mon départ, je revenais à Terrae, bagages en mains, doute perdu durant mon voyage. Beaucoup de choses avaient l’air d'avoir changé dans ce paysage auquel je m’étais fait, beaucoup de nouvelles personnes avaient eux aussi été envoyés dans cet endroit spécial … Dans quel genre de monde vivait-on pour ressentir autant de malheur ? Dans quel genre de monde avais-je ouvert les yeux ? Restant lamentée par mes questions, j’avançais en direction des dortoirs mais je me fis stopper par une personne que je ne voulais pas voir en mon jour de retour.

- Shizuru-Chan, te revoilà !

Devant moi ce dressait un homme grand et fort, quatre étoiles brillant sur son uniforme et une expression de puissance. Master …

- Nous avons reçu ta lettre, mais nous n’étions plus sur si tu allais revenir ou pas … Ce serait-il passé quelque chose pour que tu partes ainsi ?

Ne répondant même pas à ses questions, je passais à côté de lui en laissant mon masque froid sur le visage. Continuant ma marche jusqu’au dortoir, j’arrivais à celui-ci en moins de temps qu’il ne faut pour m’en rendre compte. Saisissant mes clés, j’ouvris ma porte et balançais mes valises dans un geste grossier. Celles-ci s’éclatèrent sur le sol et s’ouvrirent par la même occasion laissant mes vêtements se rependre sur le sol ainsi que quelques affaires personnelles … Me rapprochant d’un cadre se trouvant brisé sur le sol, je regardais de plus près la photo. Laissant un fin sourire se dessiner sur mon visage, je me demandais bien ce que pouvait faire mon ange …

- T’aurais-je manqué Natsuki ?

A cette pensée, mon cœur se serra sans raison apparente, ce qui me laissait un gout amer dans la bouche. Comment arriverais-je à justifier ma disparition ? était-ce un choix judicieux de partir sans la prévenir ? Allait-elle m’en vouloir ? Me haïr ? Je le découvrirais dans peu …

Sortant de ma chambre, je fermais la porte derrière moi dans un claquement sourd. M’abattant contre le mur faisant face à la porte, je me demandais que faire à cet instant précis … Aller à sa rencontre ? Non … Je devais faire quelque chose de bien plus subtile … Saisissant mon portable, je lui envoyais un message lui demandant de me rejoindre dans l’arène de Terrae.

« Désolée de ne pas avoir répondu à tes messages précédents, si tu désires plus de détails, rejoins-moi dans une heure à l’Arène de l’Institut Terrae. Apporte ta Robe de combats en même temps. Signé, Shizuru Fujino. »

Il fallait que je me prépare à la combattre … Pourquoi cette idée et cette envie soudaine me demanderiez-vous ? Vous le découvririez dans peu …

Retournant une fois de plus dans ma chambre, j’en sortis une combinaison spéciale que j’avais achetée en même temps que Natsuki dans un des magasins de Terrae avant mon départ. Le département de GardeRode, confection de « Robes » de combats comme le vendeur les appelait si bien. Enfilant celle-ci, je l’ajustais jusqu’à ce que j’entende les signaux de matérialisation. Attrapant ma nouvelle acquisition que j’avais fait forger pendant mon séjour à Kyoto, je la brandissais de toute sa hauteur avant de m’enfoncer une fois de plus vers la sortie du dortoir.

Arrivée devant l’arène, je contemplais un court instant l’infrastructure de celle-ci avant de me placer en son milieu. Tout autour se dressaient des estrades pour les curieux désirant assister à un quelconque combat, c’était la première fois que je mettais les pieds ici. Sur les côtés de l’arène qui formait un cercle, des piliers de protections avaient été dressé. Me demandant comment je pouvais m’en servir, je restais silencieuse dans cet endroit désert.

- Natsuki … Je t’attend.

Spoiler:
 
##   Dim 1 Mai 2011 - 20:50
Anonymous
Invité

C'était un jour comme un autre. Paisible et bon pour une promenade. C'est surement pour cela que je me retrouvais à chevaucher mon destrier mécanique. Parcourant les rues, slalomant entre les voitures sans moindre crainte d'avoir un accident. La vitesse était mon amie, l'adrénaline ma passion et le danger mon allié. C'est sur cette joyeuse résolution que je fonçais à corps perdu en direction de l'institut, car chaque balade à sa fin et il était temps de rentrer au bercail.

Ayant laissé un message au part avant à Shizuru que j'allais rentrer tard, elle me répondit affirmatif. C'est ainsi que je me retrouvais quelques heures après devant sa porte, attendant qu'elle m'ouvre. Après qu'aucune réponse ne me parvint, j'ouvris la porte qui, à ma plus garde surprise n'était pas fermée à clé. La suite de la scène, je pense ne pas devoir vous la décrire en détail. Je me mis à l'appeler, à la chercher, à m'inquiéter s'il lui soit rien arrivé. Des messages envoyés dont aucune réponse me parvint, des appels où seul sa boite à message me répondait. Des questionnement posés aux Master, aux gens qui la connaissaient, et là aussi personne ne savait rien, ou ne voulait me dire quoi que ce soit.

C'est comme cela qu'un jour passa. Ma crainte et colère augmentant à chaque instant. Ainsi de jour en jour, pendant environ une semaine. Des appels réguliers sans réponse, des recherches personnelles. Mais rien... Aucune trace de ma chère Shizuru. Comme si elle s'était volatilisée, comme si elle voulait disparaitre et s'arrangeait de bien masquer les traces. C'est ainsi que je tombais dans un désespoir froid. Passant mes journées dans ma chambre à me demander qu'est-ce qui s'était passé. Ne sortant même pas pour me nourrir ou tout justement, suivre les cours. Après quelques jours de solitudes intensive, j'en conclu qu'elle m'avait abandonné, comme tous les autres... Elle qui m'avait promis d'être là pour moi, elle à qui j'ai ouvert toutes mes barrières. Enfin de compte elle était comme tous ces minables personnes... Elle n’a même pas tenu deux mois en ma compagnie, j'ai vu pire effectivement... Mais avec elle, c'était différent. Elle n'avait pas le droit de me délaisser ainsi sans moindre explication!

Deux semaines passèrent, ma colère était à son comble. Prenant des résolutions draconiennes, je commençais à défouler ma douleur sur tout ce qui se trouvait autour de moi. Devant une personne encore plus détestable, je suis devenue complétement instable utilisant mon pourvoir pour des mauvais desseins, tout en gardant la discrétion. Ayant tout de même un petit espoir, j'envoyais de temps en temps encore des messages sur le numéro non-disponible de Shizuru. Cela dura deux semaines... Ensuite c'était fini. Deux semaines à croire naïvement que peut être elle ne m'avait pas abandonné. Stupidité.

Ainsi, j'arrêtais mes appels inutiles, je m'enfermais dans ma rage et je me promis de ne plus jamais refaire confiance à qui que ce soit. Tous ses mots, toutes ses phrases, tous ces concepts qu'elle essayait de m'inculquer n'étaient que des conneries pour me blesser encore plus. Elle m'a trahi, et pour couronner le tout, elle m'a enfoncé un couteau dans le dos au moment où j'étais le plus vulnérable, où je commençais à changer pour elle. Foutaise!

Aujourd'hui, seule la haine dirigeait mes pas et mes actions. M'entrainant pour écraser mes 'camarades de classe', je passais des heures et des heures dans différents lieux pour tester mes pouvoirs. Parfois seule, parfois sur des ingrats ayant croisé mon chemin. Cela m'apporta des mérites comme des réprimandes de la part des Master. Dont je m'en foutais royalement à vrai dire. Étant un loup solitaire, je ne croyais qu'en moi, qu'en mon pouvoir. Et je détestais tout le monde sans exception quelconque. C'est surement pour cette raison particulièrement familière que j'intensifiais mes efforts pour la maitrise du tonnerre. Pour éliminer tout ce qui me gênait.

C'est après ces jours qui passèrent trop lentement, que j'ai réussi à maitriser plus ou moins mon 'fouet' découvert plus d'un mois de là. Dirigée par mon désespoir, seul des cicatrices et des bleus ornaient mon corps meurtri. Mes journées se résumaient à manger, m'entrainer, aller de temps en temps au cours pour mieux apprivoisé toute cette masse incontrôlable. Et c'était mon dernier espoir pour vivre. Car Terrae devait changer ma vie d'avant, et pour ca, je ne devais pas faire attention aux autres. Non, une fois l'erreur faite, elle restera bien gravée, certes, mais ne se reproduira plus jamais.

C'est en sortant de la cafétéria que mon portable vibra. Surement encore un de mes clients. Eh oui, Tokyo, même dans les alentours de Terrae, avait de l'or à revendre. Du business pur dans un endroit pas si propre que ça. Grognant avec ennui, je sortis ce dernier de ma poche. Voyant le nom que je ne pensais plus jamais revoir, s'afficher sur l'écran, je m'arrêtais net, me ramassant des regards en biais des étudiants autour de moi. Ouvrant le message, j'ai lu cette phrase qui me laissa perplexe.

« Désolée de ne pas avoir répondu à tes messages précédents, si tu désires plus de détails, rejoins-moi dans une heure à l’Arène de l’Institut Terrae. Apporte ta Robe de combats en même temps. Signé, Shizuru Fujino. »

Serrant mon portable de toutes mes forces, je le projetais au sol, ce qui le fracassa par la même occasion. Non, mais je rêvais là. Elle réapparaissait comme ca, comme si de rien était... Elle osait encore prendre contact avec moi! Je ne savais pas si j'étais soulagée de la voir sain et sauf ou si j’étais complétement furieuse. Que faire? Laisser cette personne immonde à son propre destin, ou aller lui faire face. Oui, j'irai lui dire 'bonjour', non pas pour des explications, mais pour lui montrer qu'elle n'était plus rien à mes yeux, comme je devais déjà être inexistante aux siens. Voulait-elle me voir pour m'enfoncer d'avantage? Si c'était le cas, elle se mettait le doigt dans l'oeil. D'ailleurs cette pensée me fit rire.

C'est avec un mélange de haine et de contentement que je me précipitais lentement vers ma chambre. La Robe de combats hein... ayant brulé la plus part des choses qui nous liait, ainsi qu'avoir démolit à peu près tout dans mes moments de rage incontrôlable, je dus avouer que cette fichue robe était restée intacte. Pourquoi? Car elle valait beaucoup à mes yeux? Ou tout simplement car elle était assez utile? À vous de voir, en sachant que je ne l'ai jamais remis après la disparition de la fille du feu.

Dans la chambre, j'ouvris ma garde-robe et trouva tout de suite ledit costume d'un joli gris/bleu se mariant à perfection avec mes cheveux bleutés. Que faisais-je? Qu'attendais-je d'elle? Je ne le savais pas moi-même. Je voulais juste lui hurler ma douleur à la figure... Ou juste lui montrer qu'elle n'était qu'un déchet à mes yeux? Je ne savais pas. Mettant la combinaison, je restais un moment à me contempler dans la glace. Moi narcissique? Non, mais des mauvais souvenirs me revenait à l'esprit, m'ordonnant presque d'arracher cet habit de mon corps. Pulsion que j'arrêtais en claquant la porte de ma chambre et me dirigeant vers ladite arène. Je savais pertinemment que le lieu choisit n'était pas un hasard. C'est pourquoi j'ai pris mes couteaux de lancée avec moi... Simple précaution, cela va de soi.

Arrivant à l'arène, je m'arrêtais à l'ombre d'un coin, protégée par les regards extérieur. Regardant autour de moi, je la vis... Elle... Au milieu de l'arène, habillée dans sa Robe qui lui allant si bien. Une vague de soulagement et de haine me parcourut. Je voulus me précipiter sur elle. Mais, après ce mois, je suis devenue moins impulsive, plus réfléchie. C'est pourquoi, je restais là, à observer cette forme immobile, et ainsi pendant une bonne dizaine de minutes. Décidant enfin de sortir de ma cachette improvisée, je m'avançais vers elle d'une démarche lente et droite. M'arrêtant à une bonne vingtaine de mètres d'elle, mon visage glacial n'exprimait rien. Pas de moindre sentiment, juste mes yeux qui lançaient des éclairs, et encore d'une froideur sans borne. Tu n'existes plus pour moi... Tu es mon ennemie, tu m'as trahi et je te hais.

-Shi...

Seul essayer de prononcer son prénom me fit monter une douleur impossible. La colère commençait aussi à faire son apparition sur mes traits contre mon grès. Serrant les poings, je me repris rapidement, cette fois avec une rage glaciale.

-Que fais-tu là Fujino ? Ou je devrais peut être demander qu'est-ce que tu me veux, hein!


Spoiler:
 
##   Dim 1 Mai 2011 - 21:06
Anonymous
Invité

-Shi...

Natsuki sortit enfin de l’ombre pour me faire face, me retournant de manière à ce que je sois en face d’elle, je la regardais avec une pointe de tristesse que je m’amusais à cacher. Elle avait l’air … si triste. Natsuki, cette séparation t’a-t-elle fait tant de mal ? Je suis heureuse, oui, j’en suis heureuse que lorsque je ne suis pas présente tu ne sois plus bonne à rien. Ce qui veut dire que je te suis utile ? Ce qui veut dire que tu m’aimais vraiment n’est ce pas ?

-Que fais-tu là Fujino ? Ou je devrais peut être demander qu'est-ce que tu me veux, hein!

Cela fait si longtemps que tu ne m’as plus appelée ainsi, cela fait mal de t’entendre me dire ça tu sais ? Je ne voulais pas te faire souffrir, non, c’était pour ton bien. Laissant mes pensées se battre contre mon cœur et ma raison, je restais stoïque devant Natsuki qui, elle, avait déjà perdu tout sang-froid d’après ce que je voyais. Allais-je combattre l’animal qui se battait à force égale avec Miya ?

- Ara, Natsuki n’a pas l’air heureuse de me voir, moi qui croyait t’avoir un peu manqué …

Brandissant ma lance à une vitesse folle, je me ruais sur Natsuki sans que celle-ci ne puisse faire le moindre geste. Atterrissant dans son épaule en une fraction de seconde, tout mon corps se laissait propulser par la vitesse folle dont je faisais preuve. Me retrouvant derrière celle-ci de dos, je laissais échapper un petit rire avant de lâcher dans un murmure :

- Non … Je ne t’ai pas manquée …

Inaudible, c’était le but premier. Me retournant pour voir toujours le corps de Natsuki immobile avec une plaie béante à l’épaule, je me demandais si je n’avais pas été trop fort pour une première attaque. Générant du feu autour de mon corps comme à chaque fois que je perdais contrôle, je devenais une torche humaine. Levant ma lance vers le ciel, d’un mouvement prédéfini, celle-ci se transformait en un fouet tranchant séparé en lame tranchante.

- Tu n’as rien compris … la raison de mon départ … regarde seulement ce que tu es.

Me jetant à corps perdu dans la bataille, je me savais protégée par mes flammes, mais je savais tout aussi bien que Natsuki ne se laisserait pas avoir ainsi et trouverait rapidement un moyen pour que ma barrière protectrice ne me soit plus d’aucune utilité.
##   Dim 1 Mai 2011 - 21:54
Anonymous
Invité

-Ara, Natsuki n’a pas l’air heureuse de me voir, moi qui croyait t’avoir un peu manqué …

Son accent si particulier résonnait entre les murs de l'arène. Mais ses paroles étaient insensées. Bien sur qu'elle me manquait, mais c'est elle qui m'a abandonné, et elle osait encore prétendre que mon comportement envers elle était injuste... Pauvre inconsciente. Mais avant que je puisse répondre quoi que ce soit, cette énorme chose qu'elle tenait dans les mains depuis tout à l'heure, s'enfonça dans mon épaule sans pitié. Plaçant automatiquement ma main sur l'endroit traversé de douleur, je ne comprenais rien à la situation. Pourquoi m'attaquait-elle si soudainement?!

-Tu n’as rien compris … la raison de mon départ … regarde seulement ce que tu es.

Grimaçant tout en me retournant vivement vers elle, je vis son arme prendre une nouvelle forme. Encore plus dangereuse selon mes estimations. Je ne savais pas ce qu'elle voulait dire par ses paroles qui, pour moi, n'avaient aucun sens. Elle ne me laissait même pas le temps de souffler avant de foncer sur moi avec son arme destructrice. Évitant de peu de me faire trancher en deux morceaux, je m'éloignais d'elle à quelques mètres, question de pouvoir analyser la situation sous tous les angles. Ce qui n'était pas mon fort, la douleur mélangée à l'incompréhension, ne m'aidaient pas à établi un quelconque constat. Devais-je me battre ou arrêter tout ce cirque? Mais l'arrêter comment? Shizuru était décidée à me mettre en rondelles. Pourquoi devrais-je me retenir? Je la détestais tellement... Et elle me blessait, au point de revenir pour m'infliger encore plus de dégâts, mais cette fois physiques.

-Et tu crois qu'en m'attaquant je te pardonnerais de m'avoir abandonné?!

N'attendant pas une quelconque réponse de sa part, je m'éloignais encore plus voyant que je risquais des blessures encore plus graves. Détaillant son arme, j'en déduis qu'elle pouvait tant être à courte qu'à longue portée. Mais pas trop longue tout de même. Elle avait autour d'elle sa barrière protectrice, ce qui m'empêchait de s'approcher d'elle, risque de brulures graves. Que faire?

Je ne m'étais jamais entrainée avec elle de cette façon, surtout pas dans une battle sans pitié ainsi. Elle était rapide, certes, mais pas assez pour un utilisateur de tonnerre, encore moins si je pouvais me téléporter. Téléporter hein? La bonne blague. Cela me générait énormément d'énergie et, de plus, je ne savais jamais où j'allais atterrir, sans oublier les nausées. Quelle horreur. En tout cas, en cas de grave danger, je devrais me servir de cela, question de fuir.

À première vue, j'étais désavantagée par la situation, je n'avais même pas d'arme sur moi, pouvant l'atteindre. Merde! Tout en essayant d'éviter ses attaques, ce qui était assez aisé par ma vitesse, j'essayais de générer de l'électricité autour de mais mains. Chose compliquée en devant lutter pour sa survie en même temps. Jurant de rage, je me rappelais avoir pris mes chers couteaux avec moi, lançant un à en direction de la fille du feu, je profitais de la diversion pour arriver enfin à faire apparaitre des ligaments blancs autour de mes doigts. Me concentrant du mieux que je pouvais, je créais un long fil brillant que je propulsais sur mon ennemie du jour. Ce qui m'a bien valut un recul de quelques centimètres tout en perdant l'équilibre. Me rattrapant sur mes pas, je me remis droite en réfléchissant comment m'approcher d'elle. Au corps-à-corps, je me débrouillais mieux, vu que je savais, après des longues heures d'entrainement, à envelopper mes mains de ce pouvoir. Il suffirait que je la touche et que je lui envois une décharge pour pouvoir la paralyser ne serait ce que pour un moment. Question que je la maitrise facilement. Un bon mouvement et game over. Sauf que cela ne marchera pas aussi facilement que sur un simple humain sans pouvoir, car elle, elle avait la capacité de se défendre ou encore, de me rendre la pareille. Sentant des sueurs froides mes parcourir le front, je balançais mon fouet en sa direction, essayant d'avoir une ouverture. Que ce passerait-il si je touchais sa barrière ayant les mains enveloppées de l'électricité? Je ne savais pas. Je savais juste que ce combat ne pouvait durer trop longtemps, mon pouvoir n'était pas infini non plus.

- Qu'essayes-tu de me prouver par ce combat, hein?!
##   Dim 1 Mai 2011 - 22:08
Anonymous
Invité

-Et tu crois qu'en m'attaquant je te pardonnerais de m'avoir abandonné?!

Elle évita ma deuxième attaque avec un peu trop de facilité à mon gout, elle avait bel et bien progressé. J’en étais tellement heureuse … Natsuki. Pourtant ce sentiment de tristesse grondait en moi, en plus, sa phrase m’avait complètement déchirée en deux. Non, je ne voulais pas l’abandonner ! J’avais fait ça pour son bien ! Je voulais qu’elle gagne en puissance ! Et avec moi à ses côtés, rien n’aurait évolué … Nous étions toujours ensemble, je la suivais partout et même si elle me grognait dessus, elle finissait pas m’étreindre en me disant « Ce n’est pas grave si c’est toi … ». J’étais complètement folle amoureuse de cette fille, mais notre relation portait nuisance à son évolution … Je ne voulais pas être un point pour toi Natsuki …

La regardant créer un genre de lasso, je restais perplexe quand celle-ci s’approchait de plus en plus de moi. Ma protection ne servirait à rien, à la vitesse à laquelle bat son fouet, mon feu s’atténue de plus en plus. Je ne pouvais pas non plus utiliser ce bouclier comme bon me semblait, choisir entre la protection ou l’attaque. De plus, mon bouclier n’avait rien de solide, et la chaleur générée par celui-ci pouvait certes brûler un humain, mais en rien une structure solide comme celle de son fouet.

- Qu'essayes-tu de me prouver par ce combat, hein?!

Je ne peux pas répondre pour le moment Natsuki, tu dois le comprendre par toi-même, même si cela me nuira. Lançant un couteau de nul part, je perdis un instant ma concentration ce qui m'était fatale. Sentant une pression électrique s’abattre dans mon abdomen, mes genoux flanchèrent et je m’écrasais sur le sol lourdement. Mes flammes avaient disparus par la même occasion à cause de la proximité de Natsuki qui, avec son lasso faisait du vent. Crachant du sang en sentant la douleur immonde grandir dans mon être, je pleurais presque de mal mais je retenais mes larmes pour ne pas laisser une quelconque ouverture à Natsuki sur mon ressentit du moment. Elle ne devait pas voir mon visage, non … sinon elle comprendrait tout … directement. Baissant la tête en me relevant du mieux que je pouvais, je laissais échapper un cri, la tête toujours baissée.

- Je n’ai rien … à dire, tu dois le … savoir …

Essayant de reformer le bouclier protecteur en vain, je sentis toute puissance quitter mon corps. Atterrissant sur le sol une fois de plus, mon corps s’écrasa violemment sur la terre battue qui formait le sol de l’arène. Sentant des larmes couler de mes yeux, je les fermais en essayant de contenir mes pleures … Sans succès une fois de plus. Natsuki était devenue si forte … Si puissance … Si magnifique.

- Natsuki …

Un dernier murmure avant que tout s’assombrisse. Restant inconsciente ce qui me paraissait des heures, je fus stupéfaite en rouvrant les yeux. Natsuki se trouvait désormais à même pas un mètre de ma carcasse immobile, j’essayais en vain de la soumettre à mes dons de marionnettistes, mais cela ne fonctionna pas non plus. Je n’avais pas assez de puissances … Je n’étais … qu’une débutante après tout.

- N’approche pas … plus …
##   Lun 2 Mai 2011 - 18:15
Anonymous
Invité

J'y suis arrivée. Oui, j'ai réussi à la toucher par je ne sais quel miracle. Ne pensant à rien d'autre que de la mettre en charpie, je m'avançais rapidement vers elle. Ralentissant tout de même en entendant le cri qu'elle fit sortir de sa bouche. Un cri déchirant, effrayant. C'était quelque chose qui ne ressemblait pas du tout à Shizuru Fujino.

-Je n’ai rien … à dire, tu dois le … savoir …

Ma colère reprit le dessus. Le savoir? Comment pouvais-je le savoir? Elle est arrivée là, après son absence injustifiée, en m'attaquant pour je ne sais quelle raison. Et elle voulait que je comprenne quelque chose à cela? Laissant échapper un sifflement méprisable de ma bouche, je sortis un autre de mes couteaux avec lequel je jouais, le faisant tourner dans ma main. Cette attaque m'a valu une grande dépense de mon énergie, c'est surement pour ca que je sentais mes fils d'éclair moins puissants, moins lumineux. Quoi que... Elle tomba à terre, et vu sa posture, j'avais de grandes chances de l'abattre sans problème.

-Natsuki …

Un murmure presque inaudible, un simple murmure qui me fit hésiter. Mais que voulais-je faire? Détruire cet être qui m'a fait si mal. Mais... Pourquoi? Toute cette situation n'avait pas de sens en fin de compte. Elle était là, vulnérable comme jamais, elle était revenue. Moi aussi j'étais là, j'ai répondu à son appel. Pourquoi? Non, pas pour me venger, mais pour avoir des explications.

-N’approche pas … plus …

Regardant son visage de haut, je pus apercevoir des larmes sillonner sur ses joues. Toujours en colère, le fait que je sentis une pression minime qu'elle soit, sur mon corps, m'irrita encore plus. Essayais-tu de te défendre avec le peu de force qu'il te restait, Shizuru? Peine perdue.

M'agenouillant à ses cotés, je l'attrapais par le col de sa Robe la soulevant un peu par la même occasion. Abattant ma main avec force, je la fis retomber lourdement sur le sol. Mon état furieux mélangé à la puissance ressentie, me hurlait d'en finir. De détruire cet être qui m'a fait tant souffrir. Mais mon coeur n'était pas du même avis. Pourquoi ce picotement tout au fond de moi... Pourquoi?

-Arrêtes de pleurer!!

Enfonçant le couteau dans la terre, je me fis en même temps mal à mon épaule blessée. Ce qui ne fit que monter ma frustration.

-Pourquoi Shizuru... Pourquoi être partie sans rien dire... Pourquoi me laisser m'inquiéter pour toi naïvement?! Pourquoi?!

Lui hurlant littéralement dessus, je sentais l'impuissance me gagner. Je la détestais certes, mais en même temps je n’en étais plus sure. Cette fois, je voulais des explications, je ne voulais pas commettre la même erreur qu'avec mes parents, juste à cause de la haine. Parce que elle, je l'aimais. Reprenant mon air glacial, en sentant qu'elle essayait de bouger, je générais de l'électricité dans ma paume. La plaçant au niveau de son cou, je laissais échapper le peu d'énergie qui s'y présentait.

-Ne t'en fait pas, tu ne pourras pas bouger pendant une dizaine de minutes, rien de plus.

M'asseyant à ses cotés en me détendant, vu l'absence de risque. Je poursuivis d'une voix neutre, tout en fixant les rubis de la fille du feu, d'un air sombre.

-Cette blessure... Ca fait mal. Tu sais... Tu m'as vraiment manqué. Enfin, avant que je commence à te haïr. Là, ca me dépasse, je ne vois pas pourquoi tu as disparu ainsi. Aurais-je fait quelque chose de mal? Il fallait me le dire, ce serait plus... moins douloureux peut-être.

Soupirant de lassitude, je laissais mon sens critique me diriger sans prendre en considération mes sentiments qui se chamboulaient dans tout mon être. Tout en replaçant une mèche de ses cheveux, derrière son oreille, je poursuivis en me gardant bien de montrer que rentrer en contact avec son visage me déstabilisait encore plus.

-Tu es faible en ce moment. Je pourrais te faire payer tous tes mensonges. Mais...

Coupant ma phrase en plein milieu, je serrais mes poings sur le sol en détournant mon regard. Je ne savais continuer dans ces conditions, je ne savais pas garder mon sang-froid. Tout mon être me hurlait de la prendre dans mes bras. Mais... Mais elle était mon ennemi, elle ne voulait que ma destruction, et je ne lui faisais pas confiance. Beaucoup de bonnes raisons pour s'en abstenir. Mais... C'était une des seules à m'avoir accordé de l'attention, d’avoir fait de moi un être bon.

-J'ai tout gâché... ne?
##   Lun 2 Mai 2011 - 18:58
Anonymous
Invité

- Arrêtes de pleurer!!

Se mettant à genoux pour me saisir, je ne m’attendais pas à ce qu’elle me prenne si violemment par le col pour finalement me projeter une fois de plus. Mes yeux pleuraient d’eux-mêmes, je savais pertinemment que la situation actuelle ne m’était pas du tout favorable.

-Pourquoi Shizuru... Pourquoi être partie sans rien dire... Pourquoi me laisser m'inquiéter pour toi naïvement?! Pourquoi?!

Elle criait sa tristesse, me déchirant le cœur, je ne savais que répondre. J’avais été stupide de croire que mon absence pourrait lui être utile, au contraire, elle était devenue encore plus détestable qu’avant notre rencontre, elle s’était sentie trahie … et cela, par ma faute. Sentant une boule d’énergie me prendre au niveau du corps tel un choc électrique, je restais paralysée sur le sol sans que je ne puisse comprendre ce qu’il venait de se passer.

-Ne t'en fait pas, tu ne pourras pas bouger pendant une dizaine de minutes, rien de plus.

Devais-je en être rassurée ? Non pas du tout, son regard froid m’effrayait un temps soi peu et évidemment, je ne le lui montrai pas. C’est pour cette raison que je continuais à la fixer sans dévier le regard. Mes larmes s’étaient dissoutes, seul mon masque se plaquait sur mon visage à cet instant précis.

-Cette blessure... Ca fait mal. Tu sais... Tu m'as vraiment manqué. Enfin, avant que je commence à te haïr. Là, ca me dépasse, je ne vois pas pourquoi tu as disparu ainsi. Aurais-je fait quelque chose de mal? Il fallait me le dire, ce serait plus... moins douloureux peut-être.

Ces mots sonnèrent comme des excuses … Oui, sans l’admettre elle essayait d’avouer un crime dont elle n’était en rien responsable, Natsuki ne soit pas si cruelle envers toi … Je suis la seule responsable de ce malheur qui nous encombre.

-Tu es faible en ce moment. Je pourrais te faire payer tous tes mensonges. Mais...

S’arrêtant dans ses dires, je restais là à la regarder sans lever le petit doigt. Ma position couchée n’était pas favorable, mais je ne pouvais rien faire. Mon corps paralysé m’encombrait, et je ne pouvais me détacher de mon enveloppe charnelle … Je n’étais pas dieu après tout.

-J'ai tout gâché... ne?

Non, ce n’est pas de ta faute … Non ce n’est pas toi qui à tout gâché. Me redressant par je ne sais quel miracle, un long soupir sortit de ma bouche accentué par un petit cri causé par ma blessure au ventre. Me tournant doucement vers Natsuki qui, ne me regardait toujours pas, je déposais ma main sur sa joue pour capter son attention. Me plongeant dans ses yeux d’un vert forêt, je lui accordais un doux sourire désolé.

- Tu n’es en rien la fautive dans cette histoire, Natsuki …

Je ne savais même pas d’où je sortais cette force pour parler, mais je lui devais des explications … Je devais à mon tour me faire pardonner de ma connerie. Parce que je l’aimais.

- J’ai cru que en étant loin de moi, Natsuki pourrait se concentrer sur son pouvoir. Que je n’étais qu’une gêne pour toi … J’ai disparu en croyant que cela te serait plus utile que si je restais toujours là à te tourner autour …

Accordant une petite pause à mes dires, je baissais les yeux en regardant le sol de terre battue avant de continuer mes explications.

- En focalisant ta haine sur moi, ton pouvoir grandirait … Même si tu devais me haïr pour cela, je t’ai promis que je t’aiderai d’une manière ou d’une autre à avoir la maitrise de cette puissance … J’ai été stupide n’est ce pas ?

Reportant mon attention sur Natsuki, je me jetais littéralement dans ses bras en laissant ma tristesse s’écouler.

- Gomenasaï Natsuki ! Gomenasaï … Mon attention n’était en rien de te trahir … Je t’aime tellement … Par amour je préfère me détacher de toi que d’être une gêne quelconque … Gomenasaï … Gomenasaï …
##   Lun 2 Mai 2011 - 22:06
Anonymous
Invité

Trouvant le sol vraiment intéressant, je ne portais plus attention à cette fille en qui je croyais, il y a encore un mois d'ici. Tout à coup j'ai sentis un touché sur ma joue, ce qui me fit relever la tête précipitamment. Restant surprise en voyant Shizuru assise à ma hauteur, je me demandais comment est-elle arrivée à se mouvoir. Aurais-je mal calculé ma force? Surement, après tout je n'avais pas de maitrise parfaite de mon pouvoir... Ou c'est elle qui possédait une volonté plus forte qu'on ne se l'imaginait. Voulant repousser ce corps étranger me touchant, je m'arrêtais dans ma démarche quand elle se mise à parler. Enfin des explications.

-J’ai cru que en étant loin de moi, Natsuki pourrait se concentrer sur son pouvoir. Que je n’étais qu’une gêne pour toi … J’ai disparu en croyant que cela te serait plus utile que si je restais toujours là à te tourner autour …

-En focalisant ta haine sur moi, ton pouvoir grandirait … Même si tu devais me haïr pour cela, je t’ai promis que je t’aiderai d’une manière ou d’une autre à avoir la maitrise de cette puissance … J’ai été stupide n’est ce pas ?


Tout cela était insensé, comment une personne tellement intelligente que Shizuru pouvait penser ainsi? D'où lui est venue une telle idée. Restant perplexe à ses dire, mes émotions passèrent par la colère pour sa stupidité, par le soulagement de savoir qu'elle a fait tout cela pour moi et que je n'y étais pour rien, jusqu'à la tristesse d'avoir cru qu'elle ne valait pas plus que les autres. Et je ne dissimulais même pas ces sentiments tellement j'étais sous le choque par rapport à ses propos.

Ne m'attendant pas qu'elle me saute dans les bras, je tombais à la renverse, son corps sur moi écrasant par la même occasion mon épaule endolorie.

-Gomenasaï Natsuki ! Gomenasaï … Mon attention n’était en rien de te trahir … Je t’aime tellement … Par amour je préfère me détacher de toi que d’être une gêne quelconque … Gomenasaï … Gomenasaï …

Grimaçant sous la pression, je la repoussais de coté. Tout en m'agenouillant pour garder une quelconque stabilité. La voyant ainsi, je me disais bien qu'elle n'était encore qu'un enfant qui, se croyant adulte, commettait des erreurs impardonnables. Il était temps de la remettre sur le bon chemin, quel paradoxe que c'est moi qui le disais. C'est surement pour cela que me suivants mots étaient dur comme de la pierre.

-Tu n'es qu'une pauvre idiote. Je te croyais plus mature que ça.

Fermant les yeux un moment pour bien trouver mes mots, je les rouvris et déposais mes yeux sombres de colères sur son visage dépité.

-Regarde toi maintenant, agissant comme bon te semblais, tu m'as perdu. Et je ne laisse jamais de deuxième chance ainsi.

Ces paroles me faisaient mal à moi-même. Je savais que je devais me tenir à mes principes, mais avec elle s'était différent, j'étais prête à lui pardonner tout cela, car au fond elle l'a fait pour mon bien. Enfin, c'est ce qu'elle pensait. Je savais pertinemment que j'allais lui pardonner cette disparition, mais elle ne devait pas le savoir pour le moment. Elle devait d'abord comprendre son erreur. Me remettant debout, je mis mes mains dans les poches tout en la regardant. Grognant avec colère, je lui lançais un regard froid tout en aboyant.

-Relèves-toi! Oui Shizuru, tout à changé après ton départ, ne compte même pas à ce que je te saute dans les bras en te disant que tout cela est oublié.

J'étais vraiment devenue pire qu'avant. Encore plus froide et sans pitié, si cela pouvait être possible. Et surtout sado-maso, car la blesser maintenant en cachant que je ne pouvais pas lui en vouloir était encore plus dégueulasse que de la rejeter tout simplement. C'est peut-être pour ca que je lui tendis mon bras valide, attendant qu'elle le saisisse.

-à toi de voir à quel point tout est différent à présent. Ah! Au passage, tu es toujours aussi jolie, même après tout ce temps... Enfin, quand tu pleures pas et que tes cheveux ressemblent à quelque chose...

Moi? Avoir le sens de l'humour au dixième degré? Ouais, mais le pire ce que je le disais avec une sincérité et analyse enfantine. C'est surtout mon expression perdue qui devait bien montrer que je ne voulais pas sortir ca, à la base. Aïe Nats', tu te goures à chaque fois en essayant de faire ta maligne devant cette fille.
##   Lun 2 Mai 2011 - 22:18
Anonymous
Invité

-Tu n'es qu'une pauvre idiote. Je te croyais plus mature que ça.

Me repoussant sur le sol, je compris à cet instant que mes excuses ne servaient à rien. Je l’avais tellement blessée, que je l’avais perdue … C’en était fini de nous deux.

-Regarde toi maintenant, agissant comme bon te semblais, tu m'as perdu. Et je ne laisse jamais de deuxième chance ainsi.

Ne dis pas ça Natsuki … C’est bon, j’ai compris. Je sais que je t’ai perdue, je n’ai pas besoin de mots pour le comprendre, je n’ai pas besoin de tes gestes pour le voir … Je ne suis plus rien pour toi.

-Relèves-toi! Oui Shizuru, tout à changé après ton départ, ne compte même pas à ce que je te saute dans les bras en te disant que tout cela est oublié.

C’était affreux, méchant, dégoutant, je ne reconnaissais plus la fille qui se trouvait devant moi. Je ne voyais plus en elle la Natsuki que j’avais tant aimé et désiré … Qui était-elle … Pour me parler ainsi ? Ravalant mes larmes, je restais tête baissée sur le sol.

-à toi de voir à quel point tout est différent à présent. Ah! Au passage, tu es toujours aussi jolie, même après tout ce temps... Enfin, quand tu pleures pas et que tes cheveux ressemblent à quelque chose...

La différence ? Oui, je l’avais bien remarqué Natsuki, oui, je voyais bien que je n’étais plus rien. N’essaye pas d’être humoristique, non … Tu ne peux pas te permettre d’essayer de recopier MA Natsuki … Monstre.

Ne prenant plus en compte la main qu’elle me tendait, je me relevais tant bien que mal par mes propres moyens, la tête toujours baissée en murmurant des paroles incompréhensibles, je faisais dos à mon ennemie du jour afin de partir de ce lieu maudit.

M’écrasant sur le sol une fois de plus, seul un hurlement se laissait entendre dans l’arène. Mes mains étaient ensanglantées et cela, je le devais à ma stupidité et à la personne qui m’avait abattu avec ce coup. Me relevant pour la énième fois de la journée, j’essayais tant bien que mal à garder mon équilibre.

- Ara … Je crois que ma blessure est plus sérieuse que je n’aurai cru …

Fermant les yeux, je me concentrais sur ma plaie. En rouvrant les yeux, je laissais mon pouvoir émaner tout autour de moi. Je ne contrôlais rien, ni ma peine, ni mon orgueil … Je lui en voulais pour ne pas comprendre mes efforts, et je lui en voulais pour ne pas me pardonner … Mais en même temps, j’étais bien plus méprisable qu’elle … Oui, j’étais le monstre dans cette histoire. Passant ma main sur ma plaie, j’en essuyais le sang en affichant une mine assez terrifiante, j’aurai eu moi-même peur de mon reflet dans un miroir.

- Tu ne m’aimes plus n’est ce pas ?

Cette parole … elle m’avait échappé. Moi-même j’en étais choquée, je ne voulais rien lui dire, pas à cette fille qui n’était plus MA Natsuki … Pourtant, elle partageait le même visage … la même odeur … sa peau était aussi douce que celle de MA Natsuki … alors pourquoi ?
##   Lun 2 Mai 2011 - 23:01
Anonymous
Invité

Me faisant dos, elle essaya de partir au loin titubant de gauche à droite. Je ne savais pas pourquoi, mais son aura était terrifiante au point que j'hésitais de m'approcher d'elle. Devrais-je partir la laissant ainsi seule avec sa peine? Je ne savais pas, mais l'entendre hurler ainsi me glaçait le sang.

-Ara … Je crois que ma blessure est plus sérieuse que je n’aurai cru …

Déglutissant, je n'osais faire un geste, regardant ce spectacle macabre. Je sentais, non je voyais l'air se transformer sous la chaleur ambiante de Shizuru. Je ne pensais pas l'avoir blessé si fort, mais dans mon moment de haine, je n'ai pas contrôlé ma force. Et elle, maintenant, elle a complétement pété un câble.

-Tu ne m’aimes plus n’est ce pas ?

La phrase qui déborda le vase. Ne faisant même pas attention à me bruler, je me plaçais rapidement devant elle et la giflais sans retenue. L'attrapant dans mes bras avant qu'elle ne tombe, je la serrais contre moi sentant distinctement la différence de température. Fermant les yeux tout en refusant de lâcher prise, je lui murmurais à l'oreille:

-Ne dis pas ça... Je suis désolée, désolée de t'avoir fait mal. Je t'aime plus que tout et ce depuis le jour où tu m'as montré ce monde avec d'autres couleurs. Mais ça m'a fait peur, ta disparition... Je...

Je sentais des larmes me monter aux yeux. Je ne savais si c'était à cause de la chaleur ou quelque chose d'autre, mais j'essayais de les freiner du mieux possible avant qu'elles ne sillonnent sur mes joues.

-J'ai vraiment cru que tu m'as laissé tomber Shizuru! J'étais stupide de ne pas croire en toi...

Je n'espérais même pas que ces paroles changent quelque chose. Après tout j'étais trop dure avec sa personne quelques instants au part avant. J'étais prête à en payer le prix plein. Car oui, je suis devenue un être sans coeur, j'ai gâché tous les efforts qu'elle a fournit pour me rendre meilleure, tout ca à causes des hypothèses farfelues. Déposant mon front sur le sien, je fixais intensément ses rubis, pour la première fois de la journée.

-J'étais égoïste, j'ai pas pris en compte ce que tu ressentais... C'est pourquoi, tu peux te défouler sur moi autant que tu veux. Je t'ai blessé par stupidité.

Me reculant d'elle, j'ouvris grand les bras, attendant je ne savais quoi.

##   Lun 2 Mai 2011 - 23:19
Anonymous
Invité

-Ne dis pas ça... Je suis désolée, désolée de t'avoir fait mal. Je t'aime plus que tout et ce depuis le jour où tu m'as montré ce monde avec d'autres couleurs. Mais ça m'a fait peur, ta disparition... Je...

Me murmurant ces mots à l’oreille, me sautant dessus sans prendre en compte le feu que je générais, Natsuki m’avait étonnée. L’écoutant en restant immobile, je ne savais que dire à ce moment même. Avais-je été une fois de plus aveuglée par ma folie pour ne pas reconnaître mon louveteau ? Elle me dévouait son amour, je voulu l’enlacer, mais mes bras ne répondirent pas à ma demande.

-J'ai vraiment cru que tu m'as laissé tomber Shizuru! J'étais stupide de ne pas croire en toi...

Penses-tu seulement à ce que tu dis ? Comment pouvais-je laisser tomber une personne que j’aimais ?! Oui tu as été stupide de me renier, mais j’ai moi-même été stupide de ne pas croire non plus en ta foie …

-J'étais égoïste, j'ai pas pris en compte ce que tu ressentais... C'est pourquoi, tu peux te défouler sur moi autant que tu veux. Je t'ai blessé par stupidité.

Fixant mes pupilles rouges, elle se détachait de moi et ouvrit grand les bras. Je restais là à la regarder tandis que mon feu s’éteignait petit à petit, baissant la tête, de nouvelles larmes venaient se répandre sur mes joues tandis que mon visage se déformait de tristesse. Accourant vers Natsuki, je lui sautai presque dessus en laissant mon chagrin se déverser.

- Ai … Ai Shiteru Natsuki … Gomenasaï …

Me détachant de son cou, je venais déposer mes lèvres sur les siennes dans ce geste marquant que notre entende revenait à son niveau de départ. Etait-ce cela … le pouvoir de l’amour ? Pardonner à l’autre … toutes ces horreurs ?

Lui attrapant la main, je me dirigeais vers la sortie de l’arène en laissant planer dans l’air une mélodie que j’aimais depuis peu. Dans un murmure le son commençait à sortir de ma bouche jusqu’à ce que ma voix se mette à transformer la mélodie en parole … Toujours … toujours aussi douce.

Mezame wo matsu kuni no mukashi no hanashi
Sasagemashou mune ni yadoru hikari
Hoshi ni naru kibou ashita ga mieru
Aisuru hito yo mattete okure …




END
##   
Contenu sponsorisé

 

Aimer ou Haïr ? Pour ton Amour, même si j'embrasse les tenèbres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Aux alentours de Terrae.
 :: Arène.