Partagez
Que vaut le bonheur solitaire face au souffle du chagrin ?
##   Dim 1 Juin 2014 - 0:48

Personnage ~
► Âge : 15 ans.
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 502
Date d'inscription : 24/10/2012
Emploi/loisirs : Délire de psycho-dalleuse ?
Humeur : Assoiffée de sang.

'Cesse de mentir. Casse de traîner ce chapelet de mensonges qui ne fait qu'alourdir le poids de ta conscience.
Ne vois-tu donc pas que tu t'enchaînes toi-même ? Ne peux-tu donc simplement sourire ?
Quel est le poids de ta douleur ?
Quel chagrin t'attriste au point de tourmenter et de menacer de ta noireceur tes amis et tes proches ?

La confiance n'est pas cadeau facile...

Sois courageuse et relève toi de nouveau.
Ne te laisse pas abattre par la douleur.
Respire calemement, regarde autour de toi, tu n'es pas seule.
Et je t'en prie, souris.'

Alicia se regarda dans le miroir.
Ses cheveux blonds tombaient pitoyablement sur ses épaules, presque affaissées.
Sa froide pâleur montrait son manque de sommeil, et ses yeux d'habitude si brillants, paraissaient s'emplir de lasseté et flotter dans le vide...
Sa beauté semblait être partie en vacances.

// Les blessures, quelque soit leur profondeur, ne disparaissent jamais, même après des années. Certes la plaie se referme, mais à sa place se trouve une cicatrice, un horrible cicatrice qui témoigne -qui témoignera toujours- et qui s'évertue à vous remémorer vos pires souffrances.

Cette cicatrice qui défigure intérieurement se nourrit des souvenirs.
Elle vous rappelle ces voix, ces visages, ces sentiments si douloureux. Douloureux à en hurler. Douloureux à vouloir s'en arracher le coeur.
Douloureux à vous rendre fou. //

Alicia, vêtue de noir, tourna les talons et traîna sa silhouette devenue morne et grise jusqu'à l'extérieur du bâtiment des chambres.

Les pales lueurs de l'aube laissaient une rosée perler le long des arbres et glisser le long des herbes.
La fraîcheur du matin rassénéra un peu Alicia.
Elle qui détestait la chaleur, au moins elle pouvait profiter de la douce brise de l'aurore.

Des filaments de nuages rosissaient déjà, mais Alicia savait le soleil tarderait à se lever.
Inspirant profondémment, un sourire à demi-esquissé sur le visage, elle se dirigea d'un bon pas vers la lisière de la forêt.

Elle effleura le tronc d'un arbre avec douceur, humant le parfum de la terre retournée, faisant craquer des branches à chaque pas.
Alicia n'était pas une grande fan de la nature, mais ressentir la proximité d'êtres vivants et silencieux la calmait et lui donnait un sentiment de liberté.


Pénétrant au coeur du bois, avançant avec sérénité, la d'habitude si vive et souriante Alicia se trouva bientôt devant une clairière, petite, si petite qu'il ne lui fallut que quelques bonds pour en atteindre le milieu.

Levant son joli petit nez, elle aperçut la voûte des arbres, laissant passer un vent frais.
Un petit rire trouva le chemin jusqu'à la bouche d'Alicia, et raisonna, doux, presque enfantin, dans la clairière.

La jolie blonde s'assit sur une vieille souche non loin de là, ferma les yeux, attentive aux gazouillis indéchiffrables des oiseaux, surgissant de tous les côtés.
Sa main effleura l'herbe comme une caresse, ses doigts se saisirent délicatement d'une petite fleur blanche, qu'elle porta à son nez. Elle inspira ; ça sentait bon.

Poussée par l'envoûtement presque invisible créée par les pépiements des oiseaux, par l'endroit presque magique, Alicia, de sa magnifique voix claire et douce, lumineuse et agréable comme un jour de printemps passé sous des cerisiers en fleurs, s'éleva à travers la caresse du vent dans ses cheveux, dans ses reins, sur ses joues, un chant indescriptiblement captivant :

'I close my eyes,
Obly for a moment,
And the moment's gone.

All my dreams,
Pass before my eyes with curiosity

Dust in the wind,
All we are is dust in the wind... '

Mettant fin à son idylle solitaire, un craquement alerta la chanteuse, qui se retourna précipitamment.

Ca y est. Tout c'était à nouveau envolé. Son sourire comme son bonheur.
Remplacés par des doutes du chagrin.
Même une ombre sinistre semblait planer au dessus de la clairière.
Les oiseaux s'étaient tus.
L'équilibre était rompu.

HRP : Bon, enfin terminé ! :D
J'espère que ça te convient et que tu prendras plaisir à y répobdre !
Déjà : première fois que j'écris un RP pour Ali à la 3em personne :o (j'avais envie de tester)
Ensuite, j'ai pas non plus l'habitude qu'elle ne soit pas déjantée, vive, à sauter de partout et à rire, je crois même avoir fait aucun RP où elle est triste. (Enfin, une Alicia déprimée ça n'existe pas ! )
Et j'ai p'tet été un peu dans les extrêmes avec la forêt là xD
Elle qui est une grosse flemmarde et qui s'en bat les steaks de la nature o/
M'enfin si tu veux que je change un truc, dis le moi ! :)

Ah, et sur phone j'peux pas mettre les couleurs pour les paroles donc j le fais demain :)
 

Que vaut le bonheur solitaire face au souffle du chagrin ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Aux alentours de Terrae.
 :: Forêt.