Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Lève les yeux, regarde le ciel, et dis moi ce que tu y vois. [PV: Rin Hakari] FINIT
#   Dim 15 Juin 2014 - 22:21

Personnage ~
► Âge : 19 ans et toutes mes dents!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1294
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 19
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

Je me réveillais en sursaut cette nuit là, pour changer. Des jours et des jours que je ne dormais que par intermittence, sans savoir comment ou pourquoi.
Je ne connaissais que peu de personne ici, pourtant, je n'étais pas d'une nature très timide, au contraire. Maria... Pas vu depuis bien des lustres. Lumia... Pas revue depuis notre première rencontre. Ouai. Je dois vraiment avoir un problème. Hier, une jeune homme m'avait fait salut de la main. Je me suis barrée en quatrième vitesse. Bravo Ludmi', on peut dire que tu sais te faire des amis!
Je me suis redressais dans mon lit, et j'ai regardé par la fenêtre: C'étais une nuit remplie d'étoiles. J'aime l'obscurité. J'aime les étoiles. J'aime la solitude. Ce sont ces trois fondements qui m'ont fait me glisser en catimini dans les couloirs de l'institut, tachant de ne réveiller personne, afin de me faufiler jusqu'au toit, où il n'y avait personne. Le vent soufflait peu, mais une légère brume faisait son apparition sur l'herbe humide au pied du bâtiment. Le temps frais aurait pu décourager certains des élèves à monter ici, mais il faut dire qu'en même temps, à une heure du mat', il ne devait y avoir personne d'autre de lever. Qui serait assez fous pour rester éveillé aussi tardivement? Moi sûrement.
Assise, seule au bord du toit d'un institut immensément grand, je repensais à avant. A ma petite sœur, laissait seule dans une famille brisée par mon malheur. Elle avait quatorze ans. Je n'ose imaginer ce que ça a dû lui faire de me savoir disparue à jamais. Si je dois avoir un regret de ma vie d'autrefois, ce doit être celui-là. J'ai laissé ma jeune sœur dans les griffes de mon père, seule en proie à l'incompréhension et à la peur de ma disparition. Néanmoins, je lui souhaite une vie heureuse, malgré qu'elle soit si loin de moi.
Je levai alors la tête vers le rideau sombre et constellé et adressai une prière muette à ma jeune sœur, lui assurant que j'étais toujours là, que je pensais à elle.
Puis, je pensai à aujourd'hui. Terrae m'avait apporté beaucoup. J'apprenais jour après jour à accepter mon passé, et aujourd'hui, j'avais quelque chose de précieux: Mes pouvoirs. Mon Dieu, il faudrait que je songe à aller en salle d'entraînement pour apprendre à m'en servir. Je ne sais même pas ce que je dois en faire! S'il vous plaît, de l'aide!
La vérité, c'est que tout cela me faisait horriblement peur. C'est vrai quoi, je ne m'étais pas attendu à recevoir une telle responsabilité! Bon Dieu, 17 ans et déjà responsable... Après... Ce n'était pas pour me déplaire. Je l'acceptais.
Toujours est-il que je réfléchissais lorsque j'entendis la porte du toit s'ouvrir. Je sursautais et me levai rapidement, prête à en découdre.

- Qui êtes-vous?

Bordel, si on peut même plu être tranquille à une heure du mat'! La silhouette était plutôt masculine et une ombre se dessinait derrière celle-ci... Oh merde. Et moi qui avait réussis à tenir éloigné les garçons depuis mon arrivé, c'est raté!




Dernière édition par Ludmila Parker le Ven 11 Juil 2014 - 14:00, édité 1 fois
#   Lun 16 Juin 2014 - 17:08

Personnage ~
► Âge : 16 ans
► Doubles-comptes ? : Nils Hirano
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 754
Date d'inscription : 01/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : - / la caligraphie et la sculture d'eau
Humeur : Détruit

Je venais à peine d'arriver à l'institut et pourtant je savais que je ne mi ferais pas... Le manque d'entourage m'avait enfermé, je m'étais enfermé moi-même dans ma propre cage et rien ni personne ne semblait pouvoir me sortir de cette spirale infernale de la peur et de l’angoisse. Mon seul et unique ami était le ciel de la nuit ainsi que Asa, mon animal protecteur. Dès mon arrivée j'avais repéré le toit plat de Terrés, un endroit où il n'y avait sens doute personne, surtout à l'heure où j'allais y aller. C'était parfait, je pourrais être seul et contemplé le ciel étoilé. Je m'étais faufilé dans les couloirs et grimpais des marches pour enfin, arrivé à l'endroit temps attendu. D'une main j'ouvris la porte et le vent frai s’engouffra dans la petite cage d’escalier où je me trouvais encore. Je fis quelques pas et s'est en me dévoilant à la lueur de la lune qu'une jeune fille, un peu près de mon âge surement, se tenait là et m'observait comme si j'étais un monstre. Je ne pus bouger, j’étais fixé sur place car moi-même je n'appréciais pas la compagnie. Le vent se mit à souffler et la porte se claqua derrière moi. Mes cheveux d'une bleue nuit se secouaient de manière gracieuse dans ce silence de plomb où on n'entendait que le frottement des feuilles entre elles et les grillons qui annonçaient l'été. Mon œil gauche, d'un bleu glacial à présent, me voilait légèrement et il m'était encore compliqué de mi habituer. De cet œil je ne pouvais plus voir, ou presque. Tout ça à cause de l’accident, de cette affreuse journée... Mon corps s'en souviendra pour toujours, une cicatrisé balaie la partie gauche de mon visage et ceux pour l’éternité. Je commence quelque peu à stresser, elle me parle, je ne lui ai rien demandé. Plus qu'une solution; partir comme si je n'étais jamais venu et pourtant, le sort semble m'en empêcher... La porte étant un peu trop vieille était resté coincer après le coup de vent et l'emprisonnait ici avec la jeune fille. Et pas la peine de pensait à descendre en escalade, non s'était bien trop dangereux et haut... Mon cœur bat la chamade et ma peur pouvait surement se lire dans mes yeux et dans mon expression. Je sens quelque chose me toucher la main; c'est doux et agréable, c'est Asa, toujours là pour me rassurer. Jusqu'à présent elle était restée caché derrière mes vêtements. S'est en montrant d'abord le bout de son museau qu'elle se dévoile au regard en passant devant moi, comme pour me protéger. Son pelage noir et blanc semble si doux... Ses yeux perçants, d'un bleu comme l'eau de roche s'étaient fixé sur l'individu et semblaient faire passait un message claire comme quoi il ne fallait pas toucher à son maître.


2ème compte: Nils Hirano
#   Lun 16 Juin 2014 - 19:35

Personnage ~
► Âge : 19 ans et toutes mes dents!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1294
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 19
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

Je fixais le jeune homme d'à peu prés mon âge dans la pénombre. Des cheveux bleus me rappelant ceux de Maria, en bien plus foncé, ils pouvaient paraîtres noirs à l'obscurité. Il était... Différent. Tout dans son attitude montraient une envie de fuir. Je regardais la porte close, me rendant moi aussi prisonnière sur ce toit que j'aurais aimé apprécier seule. Aller, Ludmila, bouge, fais quelque chose! Mais même mes propres ordres n'arrivèrent pas à me faire bouger.
Le plus troublant dans ce garçon était sûrement... La partie gauche de son visage. Une large cicatrice blessait sa beauté fauve et je ne pouvais m'empêcher de me demander comment il avait pu se faire une chose pareil.
Ce garçon m'intriguait énormément, je ne l'avais pourtant jamais croisé. Moi qui haïssais le sexe masculin dans son intégralité, je me surprenais de ne pas vouloir m'enfuir. Je ne sentais en moi qu'une légère méprise envers lui, envers eux. Bon d'accord, pas si légère! Bizarrement, l'idée de sauter pour lui échapper ne me vint pas tout de suite, mais lorsqu'elle arriva, avec un peu de retard, je partis lentement vers les rampes de sécurité. Je ne savais si j'avais l'envie de sauter ou non. Jusqu'où ma peur pouvait-elle me guider?
J'étais victime de ma peur, victime de celle que j'étais devenue. J'en avez assez. Assez!
Prenant en moi tout le courage nécessaire, je me tournai vers le jeune homme, le fixant. L'ombre derrière lui apparu alors à la lueur de la lune et je restai pétrifiée: Un tigre. Ce gars avait un tigre pour animal de compagnie. Normal. Tout à fait normal. Mais plus rien ne m'étonnait à Terrae. J'avais appris qu'ici, rien n'est plus normal que la différence. Ici, chacun a un vécu, un passé douloureux. Chacun a un manque à combler, un vide. Et ce jeune homme ne devait pas faire exception. Je me forçai à sourire, mais mon sourire tomba vite à l'eau, je n'en étais pas vraiment capable, surtout après avoir ruminé tant de souvenirs.

- Je crois qu'on est enfermé pour un bon bout de temps... Quand la porte se coince, elle ne peut s'ouvrir que de l'intérieur. Et... A une heure aussi tardive, ça m'étonnerai que quelqu'un vienne nous ouvrir. Même si on hurlait, personne ne nous entendrait. Mais tu as de la chance, ton tigre doit te tenir chaud, tu ne mourras pas de froid.

Je laissai passer un moment, profitant de l'air frais de la nuit, m'enveloppant de sa douceur, me rassurant par son obscurité. Je savais que les heures seraient longues à attendre si l'on ne disait rien. Mais je ne savais que dire. Il devait être nouveau. Il était plutôt mignon. Stop, Ludmila stop! Je secouais la tête pour me remettre les idées au clair. Je n'arrivais pas à voir s'il était plutôt grand ou plutôt moyen. Je ne savais pas, cela m'intriguait. Je me demandais quel était son nom, quel était son âge, s'il était nouveau, s'il était initié, et dans ce cas, quel était son affinité. Tant de question sans réponse! Je voulais le lui demander, et je ne sais par quels moyens mes mots franchir ma bouche. Ma curiosité me perdra que voulez-vous!

- Je ne t'ai jamais vu ici. Tu es nouveau? Quel est ton nom?

Oui bon. On fait plus acceuillant, mais essayer de parler poliment à une personne quand vous en avez une trouille bleue et vous verrez que ce n'est pas si facile! Brusquement, une bourrasque de vent me fît sursauter et je me fracassai sans classe aucune au pied de la barrière, du bon côté. Ben bravo Ludmila, on peut dire que tu sais faire des entrées fracassantes! Ah, Ironie quand tu nous tiens! Toujours est-il qu'il était restait muet. Peut-être l'était-il en vérité... Oh merde, et moi qui lui parlait depuis tout à l'heure!


#   Lun 16 Juin 2014 - 21:53

Personnage ~
► Âge : 16 ans
► Doubles-comptes ? : Nils Hirano
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 754
Date d'inscription : 01/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : - / la caligraphie et la sculture d'eau
Humeur : Détruit

J'étais horrifié par le simple fait d'être à quelqu'un mètre de quelqu'un alors qu'il y a quelques années j'aimais la compagnie. J'avais l'impression que ce passé était lointain, si lointain que j'avais de vague souvenir. J'observais ses moindres gestes, mes quatre sens aux aguets prêts à partir le plus loin possible au moindre signe de danger. Aller... ressaisis-toi Rin... Cette personne ne te fera rien, c'est une fille dans le même cas que moi... C'est en prenant une grande inspiration, point seraient et musclent contracté que j'approche la jeune fille, seulement de quelques pas, pour garder une certaine distance entre nous. Et là je finis par ouvrir la bouche et seul quelque mot de ma voix suave et élégante, presque inaudible, sort de ma bouche.

- Asa wani onananoko oku kanetsu surui...

C'était incompréhensible pour celle qui se trouvait à quelque mètre de moi, C'était sûr car cette langue était seulement parlée par ma famille, apprise de siècle en siècle et elle demeura toujours. Cette langue ressemblait au Japonais bien que bien changé. Elle permettait de pouvoir communiquer plus clairement avec nos animaux protecteurs, un langage qu'Asa comprenait bien mieux que celle que je parlais couramment.
Enfin bref, le félin se déplaça lentement vers la jeune fille; cela avait été mon ordre pour qu'elle ne prenne pas froid. Asa vint se frotter calmement aux jambes fines et élancées de l'inconnu tendit que je m'assis non loin de la rouquine. Je déglutis, j'hésite... Finalement, après un long moment de silence je me résigne à lui répondre mais en fixant une étoile dans le ciel.

-Je vins juste d'arrivé... et... mon nom est... Rin.


Ce fut tout simplement ce que je répondis, avec ma voix angélique. Elle était parfois comparée au rossignol quand j’étais enfant et elle l'était surement encore. J'étais tremblant par la peur mais j'avais réussi à parler. Je repliai mes jambes contre mon corps que très peu musclé et je jetai un petit coup d’œil à mon animal protecteur. Elle s'occupait bien d'elle, la réchauffant correctement. D'ailleurs, sa taille était supérieure à au normal bien plus grand que ce qu'on pouvait imaginer.


2ème compte: Nils Hirano
#   Lun 16 Juin 2014 - 22:33

Personnage ~
► Âge : 19 ans et toutes mes dents!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1294
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 19
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

Je me sentais mal. J'avais peur. Et j'avais froid. Je tremblais tellement qu'on aurait dit mon portable sur mode vibreur! Je vous laisse imaginer mon état quand le jeune homme avança de quelques pas, resserrant la déjà trop faible distance entre nous. Je resserrais mes bras autour de moi. Ben bien  joué Ludmi', c'est super de sortir avec une jupe et un haut à manches courtes mais maintenant, tu te les gèles! OK. Faut vraiment que j'arrête les sarcasmes. Ca ne me va pas du tout. En plus, on dirait une schizophrène là!
Alors que je pétais mon câble mentalement (c'est soit ça, soit la crise de panique...) le jeune homme se fît entendre d'une voix grave et mélodieuse... Dans une langue incompréhensible, malgré la puce.

- Asa wani onananoko oku kanetsu surui...


OK mais moi je capte pas l'alien. Il avait une voix magnifique, un ton et une prestance impérieux. Je me demandais bien qui il était...
Toujours est-il que son tigre, tigresse vue la bête, s'avança vers moi. Ma pensée à ce moment-là? "Je vais mourir, ça y est, elle va me bouffer!". Je n'ai jamais eu peur des animaux. Jamais. Mais une bête de deux cents kilos et carnivore s'avançant vers vous, je peux vous assurez que ça fous la trouille! Presque par automatisme, j'ai levé les bras au devant de mon visage, en tentant vainement de me protéger. Mais la tigresse se frotta contre mes jambes, avec douceur. Etourdis, je regardai le jeune homme, que je vis s'assoir tranquillement, comme si de rien était. Il regarda les étoiles, presque avec mélancolie. Avait-il quelqu'un là-haut qui l'attendait? J'espérais pour lui que oui. Chacun à le droit au bonheur, même s'il ne vient qu'après la vie.
Mon mépris s'était tu, sûrement grâce au fait que le jeune homme ne m'inspirait pas un réel danger. Il semblait innocent. Ignorant. Et pourtant, on pouvait voir à son regard vers le ciel qu'il avait un vécu douloureux, comme nous tous ici.
Alors, sa voix transperça encore, hésitante, presque craintive:

- Je vins juste d'arrivé... et... mon nom est... Rin.

Rin... Joli nom pour un joli garçon. Ludmila, reviens sur Terre! On se réveille, c'est un homme!
Je secouais la tête et ma main, presque par automatisme, rencontra le pelage doux et soyeux du tigre. Regrettant mon geste par peur de représaille, je n'osais vraiment caresser la tigresse. Pourtant, elle n'avait pas l'air de me vouloir du mal... Elle semblait même vouloir me réchauffer, ce qui marchait très bien.

- Ce n'est pas courant comme nom. Bien Ludmila, plus froid tu peux? Ton tigre -où tigresse je dirais- est très doux. Il ou elle s'appelle comment?

Je lui laissais le temps de répondre, préférant le laisser poser des question plutôt que de faire mon inscrète. Je déteste que les gens me questionne sur mon passé. Alors je préfère ne pas brusquer les gens, ils me parleront d'eux s'ils le veulent. Et j'écouterais avec attention. Il regarda un instant vers moi, puis jugeant que ça allait pour son tigre, il se tourna de nouveau vers le ciel.
Mon mépris, ma peur, tous me tenaientt à la gorge mais je décidais néanmoins de rester calme, il ne m'avait rien fait. Il ne m'a rien fait. Il ne m'as rien fait. Il ne m'a rien fait!
Je me mordis la lèvre jusqu'au sang, avant de gémir. Gémissement de douleur ressemblant à celui d'un chaton, et très bruyant.  Aïe, bon sang ça fait mal! Et en plus, Rin n'a pas pu ne pas entendre ce gémissement de... ne soyons pas vulgaire Lud', ce n'est pas ton genre!


#   Mar 17 Juin 2014 - 13:25

Personnage ~
► Âge : 16 ans
► Doubles-comptes ? : Nils Hirano
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 754
Date d'inscription : 01/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : - / la caligraphie et la sculture d'eau
Humeur : Détruit

Mon regard se mélangeait au ciel et je repensais à mes proches, ma famille. Ma grande sœur avait toujours été là pour moi. Avec elle je partais toujours à l'aventure dans les forêts de bambou émeraude après avoir fini tous nos devoirs. Je me rappelais aussi qu'un jour on s'était perdu et que du coup, on s'était assis dans une plaine et on regardait vers le ciel. Ce jour de ma vie me fit un peu pensais au moment que je passais avec la rouquine, belle rousse d'ailleurs. De lui avoir parlé une fois m'avait mis plus en confiance. Ses questions étaient simples et pas trop intimes. Elle se remit à parler, remarquant le fait que mon nom n'était que peu courant. Je ne fis aucune remarque et elle continua sur ça lançait.

-Ton tigre -où tigresse je dirais- est très doux. Il ou elle s'appelle comment?

Alors je décidai de lui répondre avec un léger temps d'hésitation.

-Elle s'appelle Asa.

Je ressentais la peur de la jeune fille je le ressentais... Je n'avais pas besoin de voir pour savoir, j'avais appris à écouter et à entendre. Mon ouï était fine et parfois j'avais même l’impression d’entendre le battement de cœur des personnes. Je ressentais qu'elle tremblait et voilà que je remarque qu'elle est plutôt en train de se maltraiter en planter ses dents dans sa propre lèvre. Le gémissement m'avait fait tourner la tête, j'avais l'impression d'entendre ma grande sœur étant plus jeune. Quand elle était enfant elle gémissait souvent mais ne pleurait jamais de la douleur... Le simple fait que cette fille est le même miaulement que son ainé le fit réagir et approcher lentement d'elle. Je m'approchai de manière calme et fluide comme le vent et sortit de l'une de mes poches un mouchoir en tissu des plus soyeux dignes d'être de famille royale, ce qui l'était d'ailleurs. Il avait une jolie couleur d'ivoire et scintillé légèrement. Doux et bordé de file d'argent, je le proposai à la jeune rousse en lui disant en même temps de ma voie calme pareil aux rivières ruisselante.

- Tien... Ce serait dommage d’abimer ton beau visage... Je me sentirais confus si tu te blessais par ma faute.


2ème compte: Nils Hirano
#   Mar 17 Juin 2014 - 16:45

Personnage ~
► Âge : 19 ans et toutes mes dents!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1294
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 19
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

Aïe mais bon sang ça fait mal! En plus ça pique! Je portais la main à ma lèvre et mon index y récupéra une goutte, puis deux, de sang. Super! Bravo Ludmila! Asa était toujours contre moi, me réchauffant, et malencontreusement, ma main toucha une nouvelle fois sa douce fourrure. J'espérais qu'elle ne me tue pas mais je n'avais pas l'impression qu'elle me voulait du mal. Asa... C'étai joli... C'était même original et bien trouvé pour cette tigresse.
Rin semblait un plus confiant, et j'espérais sembler le moins possible intimidée, même si tout en moi me crier que ce n'était pas le cas et que j'étais en train de me ridiculiser. Mais... Mais je me sentais... Je ne sais pas, Rin ne m'aspirait pas un réel danger. A part mon ton glacial et mes mimiques de terrreur, je ne pensais pas que je laissais transparaître ce côté sombre qui était mien depuis quelques mois.
Je vis du coin de l'œil Rin se lever, et... Ludmila reste calme! Oh non, mais il fait quoi là?! Non, ne me dîtes pas qu'il approche! Oh mon Dieu, je crois que... Stop! Je restais figée sur place, la peur au ventre. Que me voulait-il? Il prit quelque chose dans sa poche et je me sentais tremblante. Tellement que mon mépris prit le dessus sur ma raison et je le regardais d'un œil noir. Mais il me regarda avant de me tendre un mouchoir de soie... Digne d'une famille royal. Euh... Comment dire... Je fais quoi moi maintenant? Tout mon mépris retomba quand il prononça d'une voix douce:

- Tien... Ce serait dommage d’abimer ton beau visage... Je me sentirais confus si tu te blessais par ma faute.

WHAT?! J'ouvrais de grands yeux et les braquée dans les siens, choquée, étonnée... surprise de sa gentillesse. Ludmila, c'est un garçon, il fait tout ça pour te faire du mal après! Mais dans son regard, une pure sincérité.

- Je... Mais je ne pouvais poursuivre ma phrase, bien trop étonnée.

En cherchant à attraper le tissus ivoire, je frôlai sa main: Sensation bizarre pou quelqu'un n'ayant plus eu de contact avec un homme depuis... Des mois. Affligeant. Je m'essuyais les perles de sang présentes au coin de ma bouche mais ça ne s'arrêtai pas de couler. Il me fallu cinq minutes pour calmer les saignements. Mince, je m'étais vraiment déchirée la lèvre! Le mouchoir était tâché de sang.

- Ma grand-mère utilisait une vieille recette pour faire partir les tâche de sang. Je te le rendrais une fois propre, promis... Et merci.

Je fis une pause, ne sachant comment continuer la conversation. Je ne voulais plus avoir peur. Et Rin ne semblait pas dangereux. Mais c'est un... Non. Ce n'est pas lui.

- Rin? Comment ça se fait qu'Asa ne me fasse aucun mal?

Bizarrement, j'espérais qu'il relance la conversation. J'en avais assez de toujours lui poser des questions. Après tout, on avait sept heures à attendre avant le réveil des autres et j'avais épuisé mon stock de questions! Oh pire, je me tire en sautant, je serais bonne pour l'infirmerie... Non.Je ne voulais plus laisser le mépris ou la peur me pourrir la vie.


#   Mar 17 Juin 2014 - 21:35

Personnage ~
► Âge : 16 ans
► Doubles-comptes ? : Nils Hirano
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 754
Date d'inscription : 01/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : - / la caligraphie et la sculture d'eau
Humeur : Détruit

Je laissai glisser le mouchoir de ma main pour que la rousse l'utilise. Cette fois-ci je restai à côté, laissant tout de même une légère distance bien que moi grande que précédemment. Le froid commençait déjà un peu à me congeler mais c'était encore supportable. Je me demandais pourquoi m'étais-je approché d'elle car j'aurais pu rester dans mon coin avec Asa et surtout... je savais qu'a n'importe quel moment, si elle me faisait soudainement peur sans faire expert que je pourrais très bien le faire... Je l'ai déjà fait plusieurs fois alors que je ne le voulais pas... Après ce meurtre j'avais l'impression de voir partout ces personnes. J'avais fait des choses que je n'aurais pas dû faire. Pourtant quand cela arrivait, je n'arrivais pas à me contrôler, la haine étant la chose la plus existant en moi. J'aurais pu être condamné pour ça ou même tué mais même dans les instants les plus sombres, quand notre vie nous abandonne, il y a toujours quelque chose, quelque chose qui nous maintient en vie. Je m’efforçais à ne plus y pensais, il fallait simplement que je sois le plus calme possible... Elle avait apparemment l’intention de me le rendre mais peut-être lui ferais-je cadeau, j'en ai plusieurs mais enfin, là n'était pas le sujet. Elle me reposa une question et je lui répondis, bien plus vite que ce que je n'aurais pu le faire il y a quelques secondes.

- Asa est ma partenaire. C'est précisément mon animal protecteur... Dans ma famille on attribuait un animal, ou plutôt l'animal choisissait son maître, à s'est 12 ans. Ces des animaux sauvage qui habitent dans la forêt sacré. Il est dit que ses animaux comprennent bien mieux que les autres des intentions de leur maître et ils restent fidèles pour la vie et veille à ce que nous soyons en sécurité. Asa est mon animal protecteur et il obéit à ce que je lui dis. Tout à l'heure je lui ai parlé dans la langue sacrée, un langage que ces animaux comprennent bien mieux que le Japonais.

Mais qu'est-ce qui me prenait d'en dire autant! Je ne la connaissais même pas et je balançais comme ça que je venais de la famille sacrée, celle-ci tuée il y a peu avec le fis unique disparu! Non mais j'étais complètement fou... Tout le pays entier avait appris ce drame et même aux alentours... Mon père était populaire car ses idées de paie et sagesse était reconnue dans le pays. Tout le monde savait que ma famille avait un animal sacré, tous différant.


2ème compte: Nils Hirano
#   Mar 17 Juin 2014 - 22:20

Personnage ~
► Âge : 19 ans et toutes mes dents!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1294
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 19
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

S'étant rapproché, le jeune homme me paraissait maintenant plus grand que moi. Je pu le détailler, regarder avec mes yeux d'autrefois: Ceux d'une jeune fille de 17 ans, amoureuse de la vie et craquant pour les garçons. Ludmila arrête! Mais je n'arrêtais pas.
Rin était vraiment un beau jeune homme abîmé par la vie. Ca se voyait dans son regard, dans son attitude. Une cicatrice barrait la partie gauche de son visage, mais ça ne le rendait pas moins beau. Seulement, on pouvait voir que la vie n'avait pas était clémente avec lui. Ca me rendait un peu triste de me dire qu'ici, nous étions tous comme ça: Détruits, abîmés, en manque... Plutôt que d'étudier nos... Différences, les scientifiques feraient mieux d'étudié l'espèce humaine et sa bêtise!
Je me rendais compte que je le fixais depuis un petit moment, sans rien éprouver d'autre que de la curiosité. Il devait me prendre pour une folle. Je baissai le regard, les joues rouge de honte.

- Asa est ma partenaire. C'est précisément mon animal protecteur... Dans ma famille on attribuait un animal, ou plutôt l'animal choisissait son maître, à s'est 12 ans. Ces des animaux sauvage qui habitent dans la forêt sacré. Il est dit que ses animaux comprennent bien mieux que les autres des intentions de leur maître et ils restent fidèles pour la vie et veille à ce que nous soyons en sécurité. Asa est mon animal protecteur et il obéit à ce que je lui dis. Tout à l'heure je lui ai parlé dans la langue sacrée, un langage que ces animaux comprennent bien mieux que le Japonais.

Il m'avait répondu si vite! Je n'osais plus rien dire. J'avais compris. Même en France, tout le monde connaissais la famille "maudite". Et ce qu'il s'était passé. Mais quel était le rapport entre cette famille et Rin? Un peu longue à la détente, je ne mis qu'un certain temps avant de me rappeler. Le fils disparu. Rin.
Le fils disparu = Rin.
Euh... Je ne savais que répondre. Je n'étais pas plus intimidée. Je me foutais de savoir qu'il était royal, pauvre, riche, célèbre. Non. Ce qui me gêné, c'était son vécu. Et le fait qu'il est perdu toute sa famille. Le seul lien qu'il avait encore était Asa. Je n'en revenais pas. Personne ne mérite de perdre sa famille. Personne.
Je restai muette un long moment. Je le fixais, l'envie de le consoler au cœur. Qu'est-ce-qu'il m'arrivait bon sang?! Moi? Consoler un mec?! Mais j'étais pas bien ou quoi?! Pourtant... En y réfléchissant, je ne ressentais plus autant de peur. Surtout de la gêne et une crainte sourde. Il ne ferait pas de mal. Pareil pour Asa. Je plongeais mon regard dans la contemplation des étoiles. Je ne savais que dire. Timide, tremblante de honte et de gêne, je balbutiai en regardant mes mains, le sol... Tout sauf lui:  

- Mon Dieu Rin... Comment... Je suis désolée. Je sais que ça ne veut rien dire, que ça ne sert à rien et que ça ne réglera rien... Je suis désolée. Que des... Cons pareils existent me révoltent. Personne ne mérite d'être malheureux. Ps comme ça en tout cas. Certains rêveraient d'avoir de nouveau la chaleur d'un câlin maternel. D'autre rêverais seulement de revoir ne serait-ce qu'un moment, les êtres aimés. Et c'est impossible à cause des imbéciles de l'espèce humaine.
Je sais que cela ne veut peut être rien dire pour toi mais... Je comprends. Moi aussi j'ai perdu des être chers.
Dis-je en repensant à ma jeune sœur.

Je laissai passer un moment, émue par les souvenirs me submergeant et l'histoire de Rin. Finalement, les hommes n'étaient peut être pas tous les mêmes... Je repris, légèrement calmée:

- J'aimerais te dire que l'on oublie. Mais c'est faux. Mais ce dont je suis sûr, c'est qu'ils sont toujours là. Dans le cœur. Et là, personne ne peut leur faire du mal mis à part toi. Il ne faut jamais se sentir coupable d'avoir survécu, ou d'avoir veillé à sa survie. Jamais. Il faut toujours garder l'esprit ouvert, pas tous le monde est pareil... Je ne sais pas pourquoi je te dis tout ça. Je ne te connais même pas.

Mais c'était peut-être pour cela justement: Je ne le connaissais pas. Mais... Quelque chose me disait que derrière ce jeune homme détruit qu'était Rin, se cachait en vérité une personne méritant tout le respect possible, et une générosité sans pareil.


#   Mer 18 Juin 2014 - 13:24

Personnage ~
► Âge : 16 ans
► Doubles-comptes ? : Nils Hirano
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 754
Date d'inscription : 01/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : - / la caligraphie et la sculture d'eau
Humeur : Détruit

Il se passa un moment, court et long à la foi. Je m'étais laissé aller... J'en avais trop dit. Il ne fallait pas que je dévoile qui j'étais, c'était trop dangereux et je le savais. Mais pourtant je lui fessais confiance. Quelle drôle de sensation... Savoir où ne pas savoir si c'était une ennemie. À première vue elle ne l'était pas mais la vie m'avait appris que même aux premières apparitions la personne pouvait cacher derrière lui de mauvaise pensé. Voilà que la rousse se remit à parler d'une manière timide et elle ne semblait pouvoir me fixer, elle ne savait où regarder, elle n'avait sens douté pas l’habitude de parler tout comme moi.

- Mon Dieu Rin... Comment... Je suis désolée. Je sais que ça ne veut rien dire, que ça ne sert à rien et que ça ne réglera rien... Je suis désolée. Que des... Cons pareils existent me révoltent. Personne ne mérite d'être malheureux. Pas comme ça en tout cas. Certains rêveraient d'avoir de nouveau la chaleur d'un câlin maternel. D'autre rêverais seulement de revoir ne serait-ce qu'un moment, les êtres aimés. Et c'est impossible à cause des imbéciles de l'espèce humaine.
Je sais que cela ne veut peut être rien dire pour toi mais... Je comprends. Moi aussi j'ai perdu des être chers.


Je me rappelle, c'était horrible... Tout avait brûlé... Je me rappelais de tout ça au fur et à mesure qu'elle rajoutait un mot, un simple mot. Ça avait été horrible. J'avais vu les corps calciné et mort de ma famille, j'avais été piéger dans les flammes et brûlé par le feu de l’incendie dévastateur. Je me rappelle, j'avais pleuré de toutes mais larmes et ces hommes ignobles m'avaient pris en otage. L'odeur m'était resté dans les narines. C'était une odeur de moisi et d'urine... L'endroit était froid et sombre, je n'avais pas vu la lumière du jour pendant plus d'une semaine. Ils cherchaient à me faire cracher le morceau, que je dévoile tout ce que cacher ma famille. Mais rien ne sortit de ma bouche. J'attendais le moment propice pour partir de cet endroit infecte. Asa attendait aussi car elle avait réussi à s'en sortir. Je me libérai de mes liens et à l'aide d'une arme je tuai tous ceux qui m'empêchaient de partir. J'avais encore l'odeur du sang marqué dans mon esprit... Et ce groupe d'homme étaient surement encore à ma recherche, ils me cherchaient
Je touchai lentement mes poignets encore légèrement rouges car il restait encore quelques marques de ces jours passé dans cet endroit, ligoté, attaché si fort que le sang avait du mal à passer... La jeune rousse reprise ce qui me fit légèrement sortir de mes pensées.

- J'aimerais te dire que l'on oublie. Mais c'est faux. Mais ce dont je suis sûr, c'est qu'ils sont toujours là. Dans le cœur. Et là, personne ne peut leur faire du mal mis à part toi. Il ne faut jamais se sentir coupable d'avoir survécu, ou d'avoir veillé à sa survie. Jamais. Il faut toujours garder l'esprit ouvert, pas tous le monde est pareil... Je ne sais pas pourquoi je te dis tout ça. Je ne te connais même pas.

Je réfléchis à ce qu'elle venait de dire... C'est vrai, elle a raison mais je ne crois pas que tout ça changera. Au mieux, je pourrais pouvoir m’ouvrir un peu plus aux autres mais le reste restera... Je pris alors la parole après tout ce qu'elle venait de dire, d'une voie je dirais plus sereine et gracieuse qu'avant.

- Merci... Tes paroles sont nobles et bonnes. En réalité, ça me fait un grand bien de pouvoir parler sincèrement à quelqu'un. C'est vrai je ne te connais même pas moi aussi mais dans ce cas... Apprenons-nous à nous connaître.

Je m'étais retourné vers elle et affichai un léger sourire, un que je n'avais pas fait depuis longtemps. Le temps semblait s'arrêter pendant un certain temps, ce moment était important pour moi, les premiers vrais discutaient que je n'avais pas faite depuis un moment.


2ème compte: Nils Hirano
#   Mer 18 Juin 2014 - 14:20

Personnage ~
► Âge : 19 ans et toutes mes dents!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1294
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 19
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

J'avais finis mon monologue d'une voix entrecoupé de soupirs, tellement l'émotion me montait à la gorge. Rin s'était ouvert à moi et je doutais pouvoir en faire autant. Après tout, j'avais perdu tellement après cette histoire!
Je me rappelais ce regard glacial, ces mains froides parcourant mon corps frêle et tremblant. Je me rappelle ces coups si durs, ces mots murmurés tout bas dans l'obscurité d'une ruelle sentant l'alcool et la peur. Je me souviens de mes vêtements déchirés au sol, tandis que je pleurais alors qu'il m'avait abandonné, laissait pour morte au fond de cette impasse. Sans issus de sortie. Je me souviens et j'en tremble alors violemment, retenant mes larmes et ma peur. Tout était revenu. Tout.
Mon père me battant chaque soir, ma mère m'ignorant, ma sœur... Non... Pas elle. Ma sœur partie en internat pour ne plus subir les coups de mon père. Partie en internat sous décision de mes parents pour que jamais elle ne puisse plus me voir. Les coups, les insultes, les regards, les cauchemars qu'encore aujourd'hui, me font me réveiller en sursaut, désorientée et apeurée. Je donnerais tout pour tout oublier. Pour revivre. Comme avant. Ne plus être salie. Ne plus être vide.
Rin se touchait les poignés, que je remarquais plutôt rouge à la lueur de la lune. Il ne fallait pas être devin pour savoir qu'ils étaient une des traces de son enfer. Je me rappelle avoir suivit l'histoire de Rin le soir, après que mon père m'ai frappé. Quand la maison était calme et que je le savais dehors en train de se saouler. De se saouler pour oublier. J'avais un peu suivit l'histoire. Rin avait été enlevé par les tueurs de sa famille mais je n'en savais pas plus. Entre temps, Terrae m'avait tendu les bras. Mais je pouvais facilement deviné que ses poignets portaient les traces de son incarcération. Après, peut-être me trompais-je.
Je me demandais quel genre de sentiment on peut avoir lorsque nous sommes séquestré, sûrement à peu prés les mêmes que lors d'un viol: peur, haine, colère, déception, désespoir, tristesse...
D'une certaine manière, on se ressemble tous à Terrae. Nous avons tous nos démons, nos douleurs.

- Merci... Tes paroles sont nobles et bonnes. En réalité, ça me fait un grand bien de pouvoir parler sincèrement à quelqu'un. C'est vrai je ne te connais même pas moi aussi mais dans ce cas... Apprenons-nous à nous connaître.

Ses mots me ramenèrent à la réalité. Je les repassais en boucle dans mon esprit, tâchant d'en comprendre les mots. Un léger sourire naquît sur ces lèvres. Il y a plusieurs type de sourires: les vrais, les faux, les tristes, les maussades, les forcés... Et il y a celui que Rin me fait: Un sourire chargé d'espoir et de sincérité. Ma peur ne s'était pas évanouis, seulement, le jeune homme en face de moi n'avait pas l'air dangereux, seulement détruit. Sans m'en rendre réellement compte, Rin avait réussi un miracle: Je souriais légèrement, intimidée, mais sincère. Une sourire sincère, sans l'ombre d'hypocrisie. Non. Mon sourire était sans crainte, sans peur, je me surprenais à vouloir accorder ma confiance, comme autrefois. Les derniers mots de ma sœur me revinrent alors en mémoire:

"- Un jour, tu réussiras à apaiser ta peur. Un jour, quelqu'un te montrera la beauté du monde. Un jour, je sais que tu arriveras à passer à autre chose. Peut-être rencontreras-tu un ami qui sauras gagner ta confiance. Il n'empêche que tu réussiras à refaire confiance aux hommes. Pas tout de suite. Mais un jour."

Je me rappelle qu'à l'époque, je ne l'avais pas cru. Pour moi, les hommes étaient de dangereux psychopathes. Tous. Mais... Mais ici, j'avais compris que non. J'avais croisé plusieurs garçons qui avaient l'air aussi détruit que moi. On a tous un vécu.
Rin me regardait toujours, le sourire aux lèvres. Les souvenirs affluaient dans ma tête et je me surpris à trembler violemment, une unique larme roulant sur ma joue.

- Excuses-moi, je ne sais pas ce qu'il m'a pris. Dis-je en écrasant la chaude perle d'eau.

Je respirai un bout coups et dis:

- Tu... La seule chose que je peux te dire c'est que rien ne fait plus de bien que de dire ce qu'on a sur le cœur. Et si besoin, tu sauras que je serais disponible pour que tu te défoules. Je te donnes même la permission de me gueuler dessus! Dis-je en lui souriant de nouveau.

- Et je serais ravi d'apprendre à connaître celui que tu es. En plus, Asa est juste un super chauffage!

Malgré mon ton enjoué et mon sourire, je tremblais encore sous les souvenirs. Il nous restait à peu prés six heures avant que la porte ne s'ouvre. Mais étrangement, je n'avais plus tellement envie de m'enfuir. Bien sûr j'avais encore peur et mon mépris tentait en vain de sortir, mais Rin me semblait vraiment sympa et... Et ma phobie me semblait moins douloureuse. Moins dure. Et aujourd'hui plus que hier, je sentais qu'à Terrae, je pouvais vraiment changer. Et devenir une jeune femme un peu plus forte.

- Et puis... Je soupirai et repris: Qui sait, peut-être peut-on devenir amis par la suite!

AAAAAAAAH MAIS QU'EST-CE-QU'IL M'A PRIS A MOI DE DIRE CA! Zen, respire Ludmila! Je crois qu'à ce moment-là, mes joues sont devenus cramoisies. J'étais pire que gênée, les mots étaient sortis seuls, sans que j'ai le temps de les retenir. Mais qu'allait-il penser de moi bon sang?! Bon... Ben pour la crédibilité et l'amitié, on repassera Ludmila Parker! Et merde... Et moi qui croyait mon calvaire finit...


#   Mer 18 Juin 2014 - 15:19

Personnage ~
► Âge : 16 ans
► Doubles-comptes ? : Nils Hirano
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 754
Date d'inscription : 01/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : - / la caligraphie et la sculture d'eau
Humeur : Détruit

Je m'étonnais moi-même... J'avais fait confiance à quelqu'un... C'était un premier pas d’accompli mais pour que ça aille plus loin ça allait être bien compliqué. Asa bailla, ouvrant grand sa gueule avant de poser sa tête sur ses pattes avant. Elle enroula par la suite sa queue sur la jeune fille tout en fermant ses beaux yeux clairs.
Je l'observais, et vue sa manière de réagir, ses mouvements, elle avait beaucoup vécu. Comme apparemment tout le monde ici, ou grand nombre. Ma tigresse semblait sereine ce qui était bon car si elle s'approchait autant d'elle s'est qu'Asa lui faisait confiance. Alors que tout semblait bien, je vis parfaitement une larme déferlait sur sa joue qu'elle s'empressa d'enlever avec le dos de sa main.

- Excuses-moi, je ne sais pas ce qu'il m'a pris.

La jeune fille se remit à parler peu de temps après. En fait, je ne connaissais même pas son nom. Je devrais peut-être lui demander après tout ça, enfin, quand je me sentirais capable.

- Tu... La seule chose que je peux te dire c'est que rien ne fait plus de bien que de dire ce qu'on a sur le cœur. Et si besoin, tu sauras que je serais disponible pour que tu te défoules. Je te donnes même la permission de me gueuler dessus! Et je serais ravi d'apprendre à connaître celui que tu es. En plus, Asa est juste un super chauffage!

Cette information-là, je la garde dans un coin de ma tête... Se pourrais être intéressant car je savais qu'elle m'écouterait et qu'elle garderait surement ça pour elle. Son sourire me fessait pensait à ma sœur... je trouvais que le sourire lui allait parfaitement et j'aimais sa pointe d'humour. Après tout ce qu'elle m'avait dit, je ne m'attendais pas à ce qu'elle me dise encore quelque chose et à ma plus grande surprise elle prononça des mots qui me semblaient inconnus.

- Et puis... Qui sait, peut-être peut-on devenir amis par la suite!

J'étais heureux, cela se voyais surement sur les traies de mon visage. Et pourtant, j'eus l'impression qu'elle devint soudainement confuse et d'ailleurs, elle devint d'une jolie couleur cramoisie. Je croyais en premier qu'elle commençait à avoir froid, non, je pensais réellement ça. Alors, lentement, j’enlève ma veste confectionnée pour allait avec mon kimono et je la pose délicatement sur ses épaules tout en disant calmement.

-Ça va? Ça te réchauffera. Je n'aimerais pas que peut-être ma future amie tombe malade à cause d'un inconnu qui a laissé la porte ouverte et qui malheureusement s'est refermé à cause du vent.

J'avais encore mes mains posées sur elle. Sa peau était douce, comme la soie... Et elle avait le corps chaud par rapport à moi. Mon corps tout entier était glacé et froid, presque aussi froid que l'hiver mais cela l'était en permanence mise à part quand je tombais malade. J'étais fixé, scotché... Pourquoi cette fille me rappelait toujours ma sœur? Était-ce en ressemblance? Non... ce n'était pas ça... En caractères? Non plus. Alors s'était tout simplement par ce que je n'avais pas vu de fille que ça me fessait pensais à mon ainé?


2ème compte: Nils Hirano
#   Mer 18 Juin 2014 - 18:37

Personnage ~
► Âge : 19 ans et toutes mes dents!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1294
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 19
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

Toujours en train de m'insulter mentalement d'avoir oser prononcer ma volonté à voix haute... Idiote! Je remarquai alors le regard de Rin. Sur son visage, un pur bonheur... Avait-il la même envie que moi? Je souris mais très vite, je sentis une veste sur mes épaules. Je savais que j'avais froid, mais je n'avais pas remarqué que Rin en avait conscience.

-Ça va? Ça te réchauffera. Je n'aimerais pas que peut-être ma future amie tombe malade à cause d'un inconnu qui a laissé la porte ouverte et qui malheureusement s'est refermé à cause du vent.

J'ai souris. Puis je repensai au terme qu'il avait employé pour me décrire. Et là, ce fût trop: Les larmes roulèrent sur mes joues. Comment et pourquoi je ne sais pas. Seulement, que Rin veuille probablement être mon ami... Wow. Je me rendais compte que ma peur avait foutue le camp. J'étais en confiance. En total confiance.

- Mer... merci. Et pardon. Je ne sais pas pourquoi je pleure. C'est juste... Merci.

J'avais l'air pathétique. Mais bizarrement, je me doutais qu'il ne jugerais pas. Je repensai à ma sœur: Peut-être avait elle raison, les garçons n'étaient pas tous les mêmes.
A ce moment-là, j'aurais tué pour un peu de chaleur humaine. Un câlin de ma sœur, ou d'un ami. Mais je n'avais ni l'un, ni l'autre.

- Excuse-moi pardon. Mais les larmes continuaient à couler. Merde. Ludmila reprends toi!

- Oh faîte. Je m'appelles Ludmila Parker. Et j'ai 17 ans. Je souriais tristement et les larmes continuaient de couler. Mais je n'en avais rien à faire. J'étais pathétique. Mais je m'en foutais. Je savais que Rin ne jugerais pas. J'appréhendais juste sa réaction face à mes larmes. Qui ne cessaient de couler...


#   Mer 18 Juin 2014 - 19:03

Personnage ~
► Âge : 16 ans
► Doubles-comptes ? : Nils Hirano
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 754
Date d'inscription : 01/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : - / la caligraphie et la sculture d'eau
Humeur : Détruit

Et voilà que la jeune fille pleurait à chaude larmes. Je me décalai légèrement pour être à côté d'elle. Elle essayait plus ou moins de parler alors qu'elle pleurait mais je compris tout. Je gardai mes deux mains sur ses épaules et automatiquement je la serai lentement contre moi pour la rassurer. Parfois, les personnes disaient que j'avais une odeur réconfortante, ou sinon que je sentaient bon, un mélange de forêt mais tout ça s'est-ce qu'on me disait à l'époque. Je lui murmurai à l'oreille de ma voie presque irréelle.

-Je me sans coupable quand tu fais ça. Aller, ça va aller...

Je versai alors moi aussi une larme mais retenu les autres. S'était peut-être le fait que l'on se rendait compte comme le monde était, qu'on avait été victime d'un mauvais sort. Elle connaissait surement mon drame mais moi, par contre, je ne connaissais pas le sien et pourtant je la comprenais, quoique se soit, que s'était horrible. Enfin, j’appris son nom, le nom qu'on lui avait attribué.

- Oh faîte. Je m'appelles Ludmila Parker. Et j'ai 17 ans.

-C'est un beau nom. J'ai aussi 17 ans. D'où viens-tu Ludmila?

Je lui avais posé une question et j'espérais qu'elle n'allait pas mal le prendre... C'était toujours ma peur que la personne n'apprécie pas ce que je dis, d'autant plus après la perte de ma famille. Avant s’était timide et maintenant je suis renfermé. Ludmila m'avait permis de m’ouvrir un peu aux autres mais je savais que cette cage invisible qui m'entourait restera comme elle l'ait pourtant.


2ème compte: Nils Hirano
#   Mer 18 Juin 2014 - 19:38

Personnage ~
► Âge : 19 ans et toutes mes dents!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1294
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 19
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

Je tremblais de tout mon corps, en proie aux sanglots. Ah ben merde, moi qui ne pleurait jamais! C'était raté!
Brusquement, je sentis les main froide de Rin sur mes épaules. J'en frissonnais. Depuis combien de temps un homme ne m'avait pas touché? Longtemps. Mes pleurs redoublaient et une crainte sourde me nouait l'estomac. Il s'était décalé, se positionnant à mes côtés. Doucement et dans un geste affectueux, il me prit contre lui et me serra. Une étreinte. Avec un garçon. Je tremblais, mon Dieu comme je tremblais! Il prit alors la parole, d'une voix douce:

- Je me sens coupable quand tu fais ça. Aller, ça va aller...

Oui, ça allait aller. Timidement, impulsivement, mes mains se posèrent sur son dos et j'étouffais un sanglot. Une étreinte. Une étreinte que je lui rendais. Alors il se sentait coupable? Pour moi?

- Ca faisait tellement longtemps que... Que je... Que je n'avais pas parlé à un garçon! Je murmurais contre lui.

Je vis du coin de l'œil une larme perler sur la joue de Rin et je souris tristement:

- C'est malin tiens, j'ai l'air d'une andouille maintenant. C'est toi qui me raconte ton histoire et c'est moi qui pleure. Et toi, tu ne t'autorises qu'une larme. Je suis une amie déplorable mon cher Rin.

Je me sentais... Bien. Etrangement bien. Dans les bras d'un homme. C'est fou comme ça me faisait bizarre. Je n'arrivais pas à y croire. Je savais qu'il devait se demander quelle était mon histoire mais... Mais il n'en disait rien, ce en quoi je le remerciais secrètement.

- C'est un beau nom. J'ai aussi 17 ans. D'où viens-tu Ludmila?

J'ai dû rougir quand il me complimenta sur mon nom. Un compliment. Je n'en avait pas eu depuis... Bon sang, que le temps où l'on me complimentait était loin!
17 ans? Il fait plus âgé. Je ne défaisais pas de son étreinte et à nos pieds Asa dormait paisiblement.

- Je viens de France... Où de nul part, je préfère. Oh! Et appelle moi Lud' ou Ludmi'. Je déteste mon prénom. Il fait vieux! Je laissai traîner, triste, puis enjouée.

Alors que je me déplaçais légèrement pour avoir un meilleur appui, je glissai malencontreusement sur une flaque d'eau en entraînant Rin dans ma chute. BIM. Bon sang que ce toit est dur! Asa était un mètre derrière nous, et je regardais Rin. S'était-il fait mal? J'espérais que non. Aïe mon dos! Merde, j'étais tombé sur une dalle mal scellée. Bordel ça fait mal! Je suis quitte pour un bleu!

- Tu t'es fais mal?


#   
Contenu sponsorisé

 

Lève les yeux, regarde le ciel, et dis moi ce que tu y vois. [PV: Rin Hakari] FINIT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Toit de l'institut
Aller à la page : 1, 2  Suivant