Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Lève les yeux, regarde le ciel, et dis moi ce que tu y vois. [PV: Rin Hakari] FINIT
#   Mer 18 Juin 2014 - 22:05

Personnage ~
► Âge : 16 ans
► Doubles-comptes ? : Nils Hirano
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 754
Date d'inscription : 01/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : - / la caligraphie et la sculture d'eau
Humeur : Détruit

J'allais peut-être m’ouvrir un peu à elle mais pour les autres, je sentais que ça n'allait pas être du gâteau. Et j'avais toujours aussi peur de ce que je pouvais faire si je voyais mal quelqu'un, si je le prenais pour quelqu'un d'autre ou si quelque chose me faisait soudainement peur. Toujours, et que ce soit à n'importe quel moment de la journée, je portais une arme sur moi. Un simple couteau me suffisait parfois à tuer quelqu'un. Accessoirement, là, j'avais dissimulé une dague contre à ma cuisse cachée par mes vêtements. Une fois, j'avais même réussi à tuer quelqu'un à mains nues... Quand j'étais effrayé, je pouvais devenir effrayant pour les autres car devant eut se trouvait plus qu'un Rin sans pitié...

- Je viens de France... Où de nul part, je préfère. Oh! Et appelle moi Lud' ou Ludmi'. Je déteste mon prénom. Il fait vieux!

Je retins ce surnom et j’essaye de le garder dans un coin de ma tête. Alors que tout semblait devenu calme, quelque chose me surpris et je me sentis entrainer vers le sol avec Ludmi'. Malencontreusement, je ne me rattrapai que très mal sur ma main droite et un léger craquement s'entendit. Et bien bravo! Je bougeai légèrement mon poignet mais je ne le peux car une douleur traversa presque tout mon bras. Cela était bien embêtant... S'était avec cette main que je maniais les armes est sans possibilité de me défendre m’apeurais. Je savais utiliser ma dague de la main gauche mais s'étais bien moins précis et rapide ainsi. Je laissai qu'un léger gémissement sortait de ma bouche en le ravalant aussi tôt. Mais malgré la douleur, je repris un aire un peu plus serein et stable en lui répondant.

- Oui... Oui. Ça va, je ne me suis pas trop fait mal. Et toi?

Je l'aidai à se redressait en faisant bien attention d'aider avec ma main gauche. J'observe; elle était tombé au mauvais endroit et alors aussi tôt je lui demandai.

-Ça va? Attends, laisse-moi voir si tu n'as rien.


2ème compte: Nils Hirano
#   Mer 18 Juin 2014 - 22:43

Personnage ~
► Âge : 19 ans et toutes mes dents!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1294
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 19
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

Aïe bon sang, ça saigne!!! J'ai dû me faire plus mal que je ne pensais... Aïe. Malgré ma douleur, je rechigne une grimace, dissimulant mon mal.
Je vois du coin de l'œil que Rin aussi s'est blessé et je me surprends à m'inquiéter. Il me tendis la main droite, m'aidant à me redresser:

- Oui... Oui. Ça va, je ne me suis pas trop fait mal. Et toi?

Mais il ne me laissa pas le temps de répondre puisqu'ayant vu ou j'étais tombée il me fixa, ses yeux bleu me sondant:

-Ça va? Attends, laisse-moi voir si tu n'as rien.

- Mais Rin je te jure que je... Mais il regardait déjà. Et il voyait sûrement le sang. Je me retournai et pris sa main gauche dans la mienne. Contact à la fois rassurant et effrayant.

Sa main était froide dans la mienne. Elle était aussi grande. Je ne sais pas ce qu'il m'a prit. J'ai regardé un instant nos mains, comme une chose étrangère, me souvenant qu'autrefois, je le faisais avec mon petit-ami. Wow... C'était étrange! Je relâchai la main de Rin. Qu'allait être sa réaction? Bon sang j'aurais dû réfléchir!

- Rin, j'ai bien vu ta tête tout à l'heure. Ainsi que le fait que tu protège ton poignet droit. Tu t'es fait mal. Alors laisses-moi regarder.

Je pris son poignet tendrement, tâchant de ne pas lui faire mal et regardai. Il n'avait sûrement qu'une légère foulure, qui serait réparait d'ici une à deux semaines. Je me mis alors à parler doucement, d'une voix presque inaudible. Mais je savais que Rin m'entendait.

- Plus jeune, ma mère nous emmenait ma jeune sœur et moi, à l'hôpital. Elle tenait à ce que nous connaissions la douleur du monde afin de devenir compatissante. Quand je repense à ce qu'elle est devenue par la suite... Ce n'était qu'un ramassis de bêtises tous ça. Je frissonnai avant de me rendre compte de ce que j'avais dis: Ma mère, ma sœur, mon passé. Chose dont je ne parlais jamais.

Je baissai alors le regard, ne sachant si oui ou non j'avais commis une erreur. Je ne pouvais le regarder dans les yeux. Allait-il me demander plus de détails?


#   Dim 22 Juin 2014 - 10:36

Personnage ~
► Âge : 16 ans
► Doubles-comptes ? : Nils Hirano
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 754
Date d'inscription : 01/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : - / la caligraphie et la sculture d'eau
Humeur : Détruit

J'avais relevé lentement ses vêtements pour pouvoir observer ce qu'elle s'était fait. S'est facilement soignable. Une fois sortit de ce toit, je m'occuperais d'elle, s'est sûr. Après tout j'avais appris auprès de mère comment soigner. Elle disait toujours que sauver des vies était important, temps que tu peux faire quelque chose il fallait soigner, même si s'était à ton pire ennemi. Cette pensé était noble... Faire confiance à son ennemi et allais le soigner. En y réfléchissant bien, sa famille n'avait fait que du bien au pays pendant plusieurs années, même plus mais depuis qu'il était mort beaucoup de choses avaient sombré... Tout ce qu'ils avaient construit pour que le peuple soit au mieux avait disparu en sandre. Je voudrais bien reprendre la tête de la famille et réinstaurer ce qu'ils avaient fait mais... je n'avais pas le courage nécessaire, je n'avais personne pour me guider... Voilà que je divaguais encore juste en pensent à ma mère... Ludmila me sortit de ses pensées au moment ou je la sentis prendre ma main. Je regarde un moment sa main l'une dans l'autre pour ensuite relever le visage et observer ses beaux yeux marron aux reflets de grenat hessonite, une magnifique pierre d'après moi. Je sans sa main quittait la mienne. Pourtant, il me fit parvenir ceci, et encore assez clairement.
- Rin, j'ai bien vu ta tête tout à l'heure. Ainsi que le fait que tu protège ton poignet droit. Tu t'es fait mal. Alors laisses-moi regarder.

Combien d'années je n'avais pas vues quelqu'un s’inquiéter pour moi? Ce temps me semblait bien loin... Puis elle repris mais avec moi de facilité, elle parlait si timidement.

- Plus jeune, ma mère nous emmenait ma jeune sœur et moi, à l'hôpital. Elle tenait à ce que nous connaissions la douleur du monde afin de devenir compatissante. Quand je repense à ce qu'elle est devenue par la suite... Ce n'était qu'un ramassis de bêtises tous ça.

Je l'avais écouté attentivement, j'avais compris dans son regard qu'elle ne voulait plus à dire plus à ce sujet. De plus, son comportement montrait parfaitement qu'elle ne parlait que très peu souvent de tout ça. Alors, je repris le relai en lui disant quelque chose, dont je n'avais jamais parlé à qui que ce soit.

- Moi, je me rappelle parfaitement des promenades que l'on faisait en campagne. On y allait tous ensemble une fois par semaine, chargé de paginer remplie de chose fantastique pour les pauvres. On s'arrêtait dans les petits villages et on distribuait des fruits et des légumes de notre grand jardin. Parfois, quand les personnes étaient malade, ont les soignaient. Dans notre famille on nous enseigne toujours comment soigner. Et cette technique n'est pas comme la normale, nous avons notre secret et normalement le malade ou blessé finit toujours par guérir. On nous appelait parfois les miracles ou parfois les prophètes.


Tout en disant ça, j'observais les étoiles comme pour m'adresser aussi à ma famille. Ma mère disait toujours que les morts se transformaient en étoile et qu'ils gardaient toujours un œil bien veillant sur nous...


2ème compte: Nils Hirano
#   Dim 22 Juin 2014 - 11:55

Personnage ~
► Âge : 19 ans et toutes mes dents!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1294
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 19
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

Alors que nos mains s'unissaient, je pu capter le doux regard du jeune homme. Il m'observait d'une telle manière que je su que j'étais l'une des premières personnes à qui il adressait la parole. Autour de nous, le froid et le vent n'avait plus d'importance. Il n'y avait plus que nous, et cette envie d'avancer en faisant confiance. Un peu comme si le temps poursuivait sa course folle sans nous. Je ne voyais plus tout le reste, je n'en avais rien à faire. Je ne voyais que mes sentiments envers Rin, contradictoires: Haine, peur, mépris. Mais aussi joie, espoir et amitié. Bien sûr, ma peur était toujours présente mais je restais sourde face à ses cris. J'étais bien. Gênée mais bien.
J'ai dû fortement rougir avant de lâcher sa main. Je ne savais plus où me mettre. Vraiment.
Au moment où je parlai de mon passé, je ne pu que remarquer son écoute attentive. Mon passé... Pourquoi arrivais-je à en parler? Et c'est là que je me suis souvenue. Les cicatrices dans mon dos. Rin avait dû les voir en regardant ma blessure superficielle. Il n'en avait rien dit. Et dire que je devais ces marques à mon père! J'avais un tel désespoir quand je pensais à lui. Une telle haine. Et ma mère! Quelle lâche! Je ne pouvais penser à eux sans avoir les yeux brillant de larmes. C'est peut-être pour ça que je ne pensais jamais à eux. Je me le refusais. Je retins mes larmes, j'avais assez pleuré pour cette nuit. C'est à ce moment là que Rin prit la parole, d'une voix sourde, comme s'il me confiait quelque chose que personne ne savait. Comme si... Comme s'il me faisait confiance. Je sentis une douce chaleur se diffusait dans mon corps, et je compris que c'était l'espoir mêlé à la joie.

- Moi, je me rappelle parfaitement des promenades que l'on faisait en campagne. On y allait tous ensemble une fois par semaine, chargé de paginer remplie de chose fantastique pour les pauvres. On s'arrêtait dans les petits villages et on distribuait des fruits et des légumes de notre grand jardin. Parfois, quand les personnes étaient malade, ont les soignaient. Dans notre famille on nous enseigne toujours comment soigner. Et cette technique n'est pas comme la normale, nous avons notre secret et normalement le malade ou blessé finit toujours par guérir. On nous appelait parfois les miracles ou parfois les prophètes.

J'écoutai attentivement, et ses mots me firent l'effet d'une balle. Sa famille l'aimait. Ils étaient unis et cherchaient par tous les moyens à aider les autres. C'est drôle de voir que même après des mois, j'ai toujours du mal à entendre les mots famille et amour dans une même phrase. Ca fait toujours aussi mal, comme si nous avions une blessure vive, une cassure. Et c'était peut-être ça justement: une plaie ouverte n'ayant pas su se refermer. Pour moi comme pour Rin et d'autres, les blessures étaient marqués sur nos corps, comme un douloureux rappel du passé. Pour d'autres, les blessures était là, mais dissimulé dans le cœur, dans la tête, dans les souvenirs.

- Vos actes étaient nobles. Ta famille unie. Je me demande comment des gens ont pu vouloir briser ça. Plus qu'une aide au peuple, vous montriez l'exemple d'une famille unie, heureuse. Vous vous aimiez et cela se voit dans tes paroles. Je suis désolée Rin.

Je ne sais pas pourquoi mais à ce moment-là, quelque chose se brisa en moi. Je me m'y à parler tout bas, et je mis un temps certain à comprendre que c'était ma voix. Sans m'en rendre compte je m'étais renfermée physiquement sur moi-même, en proie à une peur indescriptible. J'avais croisé mes bras sur moi même et je tremblais, la tête baissée, mes cheveux dans les yeux.
Pourquoi cette nuit-là? Pourquoi ce moment-là? Pourquoi cette personne-là? Je ne sais pas. Je n'avais jamais confié à quiconque ce que j'étais en train de me passer en boucle dans mon esprit. Je ne l'avais jamais pu. Non pas que je ne le voulais pas seulement... Seulement je ne savais plus comme faire pour me débarrassé d'un fardeaux aussi lourd que le viol où la maltraitance.  

- Je n'ai connu de famille unie que le nom. Mon père était souvent occupé par le travail et ma mère, même si elle... M'aimait... Préférait sortir plutôt que d'être là pour moi. Néanmoins, j'avais une famille aimante. J'ai eu une jeune sœur de deux ans ma cadette. Elle était toute ma vie.
A l'époque, je faisais partie des populaires, et plusieurs garçons me tournaient autour. Je ne sais pas pourquoi je suis rentrée seule chez moi ce soir-là. Je ne sais pas pourquoi j'ai refusé la proposition de Marlie! Je n'en sais rien bon sang!
Toujours est-il qu'un mec bourré m'a suivit. J'avais décidé de l'ignorer. Ca n'a fait que l'énerver et l'exciter encore et encore. Il a finit par me coincer dans une impasse sombre de ma ville. Je ne me rappelle que de son corps froid et de ses yeux... Mon Dieu ses yeux! Deux pierres bleu glaciales, des yeux de prédateur. Dans mes cauchemars ils me hantent encore et toujours.
J'aurais pu me relever de cet... Nuit-là. Mais tous le monde m'a laissé tomber et... Et je... Ma mère m'a ignorer et mon père a commencé à me battre. Chaque jours, chaque nuit, chaque soir... Pour un rien, je me prenais ceinture, poings ou pied dans le corps. Il lui est arrivé de me battre avant d'exploser une assiette au sol, ramassant les morceaux les plus coupant, pour me blesser plus profondément.
La seule chose au monde qu'il me restait était ma jeune sœur. Elle... Quand mes parents ont vu son attachement pour moi, ils l'ont envoyés en internat.
Je n'ai... Les coups de mon père ont redoublés. L'ignorance de ma mère m'a tué. Le deuil de ma vie m'a brisé. Et l'éloignement de ma sœur m'a achevé. Je suis venue à Terrae avec l'espoir d'une nouvelle vie.
Mais... Rin j'ai une peur incontrôlable des hommes, je suis capable des pires choses quand j'en vois un! Les cauchemars me tiennent éveillés, je suis terrifiée que mon père me retrouvent où pire que lui me retrouve! Je ne saurais pas me défendre contre ça! Je sais que l'institut ne laisse entrer que les gens comme toi et moi mais... Mais si on m'envoyait un jour en mission? Si ils me retrouvaient?


Je regardais avec désespoir le jeune homme à qui je venais de tous révéler. Etrangement, malgré ma peur, je ressentais une sorte de soulagement à lui avoir tout dis. A m'être soulagé d'un poids sur mes épaules. Pourquoi lui? Pourquoi avais je choisis de lui confier ça à lui et pas à un autre? Je n'en savais rien. Toujours est-il que je ne pouvais plus supporter un tel poids. Mes jambes se dérobèrent sous moi et je tombai à genoux, tel une enfant. Comme lorsque mon père me battait. J'étais dans la même position, les cheveux cachant mon visage, le dos courbé, les yeux pleins de larmes que je ne savais contenir et les bras le long du corps. D'un corps désincarné, mort intérieurement.
En moi, une unique question: Qu'allait penser Rin?


#   Dim 22 Juin 2014 - 15:19

Personnage ~
► Âge : 16 ans
► Doubles-comptes ? : Nils Hirano
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 754
Date d'inscription : 01/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : - / la caligraphie et la sculture d'eau
Humeur : Détruit

Je ne savais pas pourquoi je lui avais parlé de ça... Surement pour équivalence. Elle me disait quelque chose sûr elle, j'en faisais autant. Après mon récit, elle commenta ce que j'avais dit.

- Vos actes étaient nobles. Ta famille unie. Je me demande comment des gens ont pu vouloir briser ça. Plus qu'une aide au peuple, vous montriez l'exemple d'une famille unie, heureuse. Vous vous aimiez et cela se voit dans tes paroles. Je suis désolée Rin.

S'est vrai... J'aimais tellement ce que nous étions avant. J'avais un pincement au cœur le simple fait que Ludmila s'excuse me faisait mal au fond. Alors que je ne mis attendait pas, elle se mit à parler. Cela ne semblait pas être facile pour elle mais elle m'avoua son histoire, à première vue bien complète. Je sentais sa faiblesse à ce moment, je sentais son désespoir à ce propos. Jamais je ne m'étais senti aussi proche de quelqu'un. Je comprenais ce qu'elle pensait quoique je n'ai jamais eut ce qu'elle a eu...

- Je n'ai connu de famille unie que le nom. Mon père était souvent occupé par le travail et ma mère, même si elle... M'aimait... Préférait sortir plutôt que d'être là pour moi. Néanmoins, j'avais une famille aimante. J'ai eu une jeune sœur de deux ans ma cadette. Elle était toute ma vie.
A l'époque, je faisais partie des populaires, et plusieurs garçons me tournaient autour. Je ne sais pas pourquoi je suis rentrée seule chez moi ce soir-là. Je ne sais pas pourquoi j'ai refusé la proposition de Marlie! Je n'en sais rien bon sang!
Toujours est-il qu'un mec bourré m'a suivit. J'avais décidé de l'ignorer. Ca n'a fait que l'énerver et l'exciter encore et encore. Il a finit par me coincer dans une impasse sombre de ma ville. Je ne me rappelle que de son corps froid et de ses yeux... Mon Dieu ses yeux! Deux pierres bleu glaciales, des yeux de prédateur. Dans mes cauchemars ils me hantent encore et toujours.
J'aurais pu me relever de cet... Nuit-là. Mais tous le monde m'a laissé tomber et... Et je... Ma mère m'a ignorer et mon père a commencé à me battre. Chaque jours, chaque nuit, chaque soir... Pour un rien, je me prenais ceinture, poings ou pied dans le corps. Il lui est arrivé de me battre avant d'exploser une assiette au sol, ramassant les morceaux les plus coupant, pour me blesser plus profondément.
La seule chose au monde qu'il me restait était ma jeune sœur. Elle... Quand mes parents ont vu son attachement pour moi, ils l'ont envoyés en internat.
Je n'ai... Les coups de mon père ont redoublés. L'ignorance de ma mère m'a tué. Le deuil de ma vie m'a brisé. Et l'éloignement de ma sœur m'a achevé. Je suis venue à Terrae avec l'espoir d'une nouvelle vie.
Mais... Rin j'ai une peur incontrôlable des hommes, je suis capable des pires choses quand j'en vois un! Les cauchemars me tiennent éveillés, je suis terrifiée que mon père me retrouvent où pire que lui me retrouve! Je ne saurais pas me défendre contre ça! Je sais que l'institut ne laisse entrer que les gens comme toi et moi mais... Mais si on m'envoyait un jour en mission? Si ils me retrouvaient?


Je l'écoutais, jusqu'au bout... Je gardai le silence, je le vis tombait au sol par le simple fait de repensais à ça. Je posai une de mes main sur mon œil gauche, cet œil, je suis sure, aussi glaciale que l'homme dont elle parlait... Un œil glacial, de prédateur... Celui-ci l'était... C'était l’œil d'un tueur... Je me résignai à essayer de ne pas pensait à cet œil-là et je m’accroupis vers Ludmi'. J'aurais pu la regarder à ne rien faire, mais mon âme de protecteur s'était éveillé en moi, cette âme que j'avais avant. D'une main je remis délicatement les longs cheveux roux derrière ses oreilles. Ainsi je pouvais voir son visage où déferlait l'eau salée. Je m’assoie devant elle, je prends une grande inspiration pour ensuite pouvoir la fixer droit dans ses yeux. J'étais prêt... Je pouvais le faire. Elle l'avait fait, je le pouvais.

-Moi, c'était le jour de mes 12 ans... Je pense que tu connais en partie mon histoire mais seule moi la connais mieux que les autres... L’ambiance était festive et tout le monde était au courant que le fils, le successeur, aller enfin avoir son animal sacré. J'ai trouvé Asa... Elle m'a accepté tout de suite. Je suis rentré, je pensais que mes parents et ma sœur m'attendraient bras ouvert dans la salle des rituelles et qu'après on fêterait tout ça avec le peuple, des grandes tables les longs des rues, de la nourriture presque aux volontés pour tout le monde... Mais ce que je trouve n'était pas tout ce que j'imaginais. Ce ne fut que des flammes ardentes et ne demanda que de manger des corps encore en vie. J'avais demandé à Asa de rester dehors, je ne voulais pas qu'elle s'aventure avec moi... Les couloirs que je connaissais n'étaient plus, mais je retrouvai les corps de ma famille en sang et brûlant. Les domestiques n'étaient plus là, ils étaient tous partit préparer la fête et les gardes du corps avaient eu leurs jours de congé. Je n'y croyais pas... mon père était fort, il était extrêmement fort dans l'art du combat et il avait péri...Je ne savais pas quoi pensai mais je sais que mon âme était partie avec eux. Je ne sais pas ce qui m'a aidait à ressortir de ce brasier, je ne sais pas ce qui m'a poussé à sortir de tout ça... J'étais sorti mais mon visage avait était brûlé et j'ai perdu la vision de cet œil ou plutôt presque perdu. Je peux encore voir mais que très peu... J'étais sorti mais... les tueurs mon prirent avec eux... Ils m’ont emmené dans un entrepôt laissait en friche. Ils mon attaché là, à une chaise, ils m'ont fait saigné jusqu'à la mort. Ils m'ont torturé, ils voulaient savoir la vérité... Ils voulaient que je crache le morceau que je leur dise là où a caché toute notre fortune et voulais aussi avoir notre art du combat hors nome... Je ne sais pas comment j'ai réussi à m'en sortir mais tout ce que je peux dire s'est que j'ai libre, libre après ces semaines passé dans l'ombre, aux côtés d'Asa... Pourtant, je ne m'en remis pas... J'étais détruit et ma haine m'a fait faire des choses impardonnables. Tu disais que les hommes se faisaient peur et que tu étais capable des pires choses mais moi... Moi... J'ai tué des gens qui n'était pour rien. Je vis dans un monde de cauchemars, je vis dans un cauchemar éveillé. Je suis toujours capable des pires choses... même ici... Je ne veux faire aucun mal et pourtant je le fais, s'est comme si j'en étais devenu accro... Mais sache... qu'ici, rien ne t'arrivera. Même si un jour en t'envoie en mission, n'oublie pas que tu es devenu plus forte, je suis certain que tu peux combattre ta peur....

Je me tue, ma voix s'était mué vers la fin. Je ne pouvais me séparer de ses armes... Avec elles, je me sentais en sécurité.


2ème compte: Nils Hirano
#   Dim 22 Juin 2014 - 19:06

Personnage ~
► Âge : 19 ans et toutes mes dents!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1294
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 19
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

J'étais à terre, inconsciente de ce qu'il se passait autour. Rien a faire. Rien à cirer.
Alors que je ne m'y attendais pas, je sentis une présence devant moi, une main remettre mes mèches rebelles derrière mon oreille, dévoilant mon visage, une protection, une sécurité, un regard: Rin.
Son regard doux plongea dans le mien, et je me surpris à aimer le regard qu'il me jeta. Je n'aurais jamais cru pouvoir me sentir si proche d'une personne. Jamais. Mais... Mais les souffrances éprouver alors peuvent amenées à revoir nos positions.
Il s'agenouilla devant moi, d'égal à égal, et comme par magie, je me sentis... Disons moins seule. Son regard rivé au miens, il me fixait. Son œil gauche m'était difficile à regarder, du fait de sa couleur, mais pas impossible. Rin ne me voulait aucun mal, j'en avait l'intuition sûre. Dans son regard, il n'y avait pas cette lueur carnassière qu'il avait.
Il commença alors à parler, d'une voix douloureuse, presque forcée. Comme si, parce que je lui avais révélé qui j'étais, il se sentait obligé de le faire. C'était idiot, je ne lui en demandais pas tant.
Mais je voyais qu'il tenait à le faire, alors j'écoutai, telle une enfant à qui l'on raconte une histoire. Telle la jeune fille égarée que j'étais.

- Moi, c'était le jour de mes 12 ans... Je pense que tu connais en partie mon histoire mais seule moi la connais mieux que les autres... L’ambiance était festive et tout le monde était au courant que le fils, le successeur, aller enfin avoir son animal sacré. J'ai trouvé Asa... Elle m'a accepté tout de suite. Je suis rentré, je pensais que mes parents et ma sœur m'attendraient bras ouvert dans la salle des rituelles et qu'après on fêterait tout ça avec le peuple, des grandes tables les longs des rues, de la nourriture presque aux volontés pour tout le monde... Mais ce que je trouve n'était pas tout ce que j'imaginais. Ce ne fut que des flammes ardentes et ne demanda que de manger des corps encore en vie. J'avais demandé à Asa de rester dehors, je ne voulais pas qu'elle s'aventure avec moi... Les couloirs que je connaissais n'étaient plus, mais je retrouvai les corps de ma famille en sang et brûlant. Les domestiques n'étaient plus là, ils étaient tous partit préparer la fête et les gardes du corps avaient eu leurs jours de congé. Je n'y croyais pas... mon père était fort, il était extrêmement fort dans l'art du combat et il avait péri...Je ne savais pas quoi pensai mais je sais que mon âme était partie avec eux. Je ne sais pas ce qui m'a aidait à ressortir de ce brasier, je ne sais pas ce qui m'a poussé à sortir de tout ça... J'étais sorti mais mon visage avait était brûlé et j'ai perdu la vision de cet œil ou plutôt presque perdu. Je peux encore voir mais que très peu... J'étais sorti mais... les tueurs mon prirent avec eux... Ils m’ont emmené dans un entrepôt laissait en friche. Ils mon attaché là, à une chaise, ils m'ont fait saigné jusqu'à la mort. Ils m'ont torturé, ils voulaient savoir la vérité... Ils voulaient que je crache le morceau que je leur dise là où a caché toute notre fortune et voulais aussi avoir notre art du combat hors nome... Je ne sais pas comment j'ai réussi à m'en sortir mais tout ce que je peux dire s'est que j'ai libre, libre après ces semaines passé dans l'ombre, aux côtés d'Asa... Pourtant, je ne m'en remis pas... J'étais détruit et ma haine m'a fait faire des choses impardonnables. Tu disais que les hommes se faisaient peur et que tu étais capable des pires choses mais moi... Moi... J'ai tué des gens qui n'était pour rien. Je vis dans un monde de cauchemars, je vis dans un cauchemar éveillé. Je suis toujours capable des pires choses... même ici... Je ne veux faire aucun mal et pourtant je le fais, s'est comme si j'en étais devenu accro... Mais sache... qu'ici, rien ne t'arrivera. Même si un jour on t'envoie en mission, n'oublie pas que tu es devenu plus forte, je suis certain que tu peux combattre ta peur....

Les larmes avaient cessées de couler sur mes joues. Rin s'était tu, sûrement absorbé dans ses douloureux souvenirs. Je comprenais chaque mot, chaque phrase qu'il avait prononcé. Le désir de vengeance... Dieu comme il m'habitait! Et je comprenais ce besoin de faire du mal sans en avoir envie à cause de ce mal qui s'emparait de nous. Un cœur pur transformé en cœur de pierre. Une main innocente balayé par quelques atrocités commises sous l'effet de la colère. Oui. Je connaissais tout ça. Je pris sa main de nouveau, mais avec plus de confiance. J'espérais secrètement qu'il ne se déroba pas.

- Rin je... Je comprends ce que tu viens de dire. Et... Et s'il est vrai que je n'ai... Pas vu périr ma famille, je peux affirmer que d'une certaine manière, je l'ai perdue moi aussi. Je sais ce que ça fait de voir les personnes que tu aimes le plus au monde t'être arraché de la sorte. Je suis privée de ma sœur par la faute de mes parents et de mon agresseur, tout comme toi à cause de tes bourreaux. D'une certaine manière, on peut dire que nous nous ressemblons sur certain point.
Ils... Rin, le désir de vengeance ne te quitteras pas mais il faut apprendre à le dompter. Ils ne voudraient pas te voir te gâcher la vie par vengeance, par haine et par tristesse.
Je ne te connais peut-être pas, mais je sais pour les quelques heures passées avec toi  que tu es quelqu'un de fort. Ton père, ta mère, ta sœur... Tous vivent en toi Rin. A toi de leur permettre une vie après la mort.


Je ne me reconnaissais pas dans ces paroles. Je ne pensais pas les prononcer un jour. Mais... Mais cette nuit-là, à ce moment-là, je sentis que ce que je disais était ce que je ressentais. Alors, parce qu'il n'y avait plus rien à dire et parce que je sentais que tous deux nous avions besoin de réconfort après avoir raconter ce qui nous hantait, je le pris dans mes bras, nichant ma tête sur son épaule. Je ne savais pas comment il allait réagir. Mais j'espérais qu'il me permettrait cette étreinte. J'avais peur, mais plus de lui. Plutôt de sa réaction vis avis de mon acte.

- Rien n'est impardonnable Rin. On fait tous des choses que l'on regrette au moins une fois dans notre vie. Mais ne permet pas à ces regrets de dicter ta vie.

Je ne sais pas ce qu'il m'a prit. Pourquoi j'ai fais ça bon Dieu de merde?! Mais avant de ne pouvoir me retenir, mes lèvres étaient déjà sur sa joue droite. Et merde!


#   Mer 25 Juin 2014 - 19:33

Personnage ~
► Âge : 16 ans
► Doubles-comptes ? : Nils Hirano
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 754
Date d'inscription : 01/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : - / la caligraphie et la sculture d'eau
Humeur : Détruit

Après mon récit de mes aventures malheureusement bien triste et affreuse, je ne m'attendais qu'à du silence pur et dur mais au lieu de ça, Ludmi' avait repris et en quelque sorte elle me consolait dans ses paroles. S'était... Ça fessait beaucoup de bien.... Elle me prit ma main mais je la laissai faire, j'avais confiance en elle. Habituellement j'aurais eu directement peur, mon cœur se serait défoulé et je me serais enfui.


- Rin je... Je comprends ce que tu viens de dire. Et... Et s'il est vrai que je n'ai... Pas vu périr ma famille, je peux affirmer que d'une certaine manière, je l'ai perdue moi aussi. Je sais ce que ça fait de voir les personnes que tu aimes le plus au monde t'être arraché de la sorte. Je suis privée de ma sœur par la faute de mes parents et de mon agresseur, tout comme toi à cause de tes bourreaux. D'une certaine manière, on peut dire que nous nous ressemblons sur certain point.
Ils... Rin, le désir de vengeance ne te quitteras pas mais il faut apprendre à le dompter. Ils ne voudraient pas te voir te gâcher la vie par vengeance, par haine et par tristesse.
Je ne te connais peut-être pas, mais je sais pour les quelques heures passées avec toi  que tu es quelqu'un de fort. Ton père, ta mère, ta sœur... Tous vivent en toi Rin. A toi de leur permettre une vie après la mort.


Je sentais un souffle s’abattre dans le creux entre mon épaule et mon coup... Je sentais une douce chaleur m’envahir, une chaleur humaine et douce. C'était Ludmi', elle s'était approché et voilà qu'on se serait mutuellement entre nous. Comment ça s’appeler ça déjà?... Une étreinte... oui une éteinte. Le temps sembla comme s'arrêter autour de nous, plus rien ne m'importer à ce moment.

- Rien n'est impardonnable Rin. On fait tous des choses que l'on regrette au moins une fois dans notre vie. Mais ne permet pas à ces regrets de dicter ta vie.


Voilà qu'elle s'était remis à parler et peu après, je sentis des lèvres froides se poser sur ma joue. Je dus en rougir. J'étais si heureux en fait car je rencontrais comme une nouvelle fois la vie sous un autre angle pendant un moment. Pourtant, Asa me fit sortir de la bulle où nous étions tout d'eux. Grognant gentiment, elle semblait observer un point au loin. Je plissai légèrement les yeux; des montages est une forêt à perte de vue au loin et le soleil qui pointée, montrant son visage lentement, rendant le ciel d'un beau rose. Le point noir se transforma peu à peu en oiseau et l'oiseau en aigle. Dès que je le reconnus, d'une main je sifflai une douce aire et l'aigle majestueux vint se poser sur mon avant-bras que je lui présentais.


-Alors Akarui? La balade t'a plut? Mh... Excuse moi... So Akarui? Anatawa gate notteka sukideshitama kana?

Aussitôt, l’animal rappliqua en ouvrant ses grandes aille brune et en poussant un petit cri.


2ème compte: Nils Hirano
#   Mer 25 Juin 2014 - 21:06

Personnage ~
► Âge : 19 ans et toutes mes dents!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1294
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 19
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

Le temps semblait s'être arrêté autour de nous. Il n'y avait que Rin, moi et notre confiance mutuelle. Je ne reconnaissais plus, ou plutôt... Je me revoyais, mais dans le passé. Je revoyais celle que j'étais autrefois, souriante, heureuse de connaître la vie, sachant comment parler à un garçon. Oui, je me retrouvais. Rin m'a fait comprendre en quelques heures ce que je n'avais compris en plusieurs mois.
Il ne retira pas sa main quand je la pris dans la mienne. Il répondit à mon étreinte avec timidité et force. Mais il avait fallu que je lui donne un baiser innocent sur la joue. Innocent? Ludmila tu te fous de moi? Bon OK. Peut-être pas si innocent. Mais quand même!
Je le vis rougir, de même que moi. Mais la parenthèse qu'ensemble nous avions érigée se brisa lorsqu'Asa grogna. Je fixai Rin, qui regardait vers le ciel et je fus étonné de le trouver vraiment... Enfantin. Il ne se contentait pas de regarder le monde, il voulait participer à l'évolution de celui-ci. Et je l'admirais. Aussi fou que cela puisse être, j'admirais ce jeune homme. Il était fort, j'étais faible. Il était la douceur de la brise d'été, j'étais la tornade destructrice. Il était bon, j'étais emplis de haine. Et ce constat ne fît que me briser tant et plus que possible. Un aigle se posai alors sur son bras, et je compris facilement qu'il était l'animal sacré de l'un des membres de sa famille. La voix qu'il prit pour parler à cette oiseau, douce et calme, emplis d'amour et de respect, me brisa encore.

-Alors Akarui? La balade t'a plut? Mh... Excuse moi... So Akarui? Anatawa gate notteka sukideshitama kana?

C'en fût trop pour moi lorsque l'oiseau répondit. Allez savoir pourquoi! Je me sentais seule. Rin avait la chance d'avoir deux fidèles compagnons pour l'aider, Maria avait des amis, Lumia avait sa peluche... Et moi, je me sentais seule. Je n'avais personne. Et cette dure confrontation à la réalité finis de m'achever.Je m'écartai de lui, d'eux. Je pris alors la parole, la voix tremblante.

- Excuse-moi, je ne sais pas ce qu'il m'a prit. Vraiment. Pardon je... Je ne sais pas pourquoi j'ai fais ça.


Je parlais du baiser, mais aussi de tout ce que j'avais révéler de ma personnalité ce soir-là. Comme si mes pensées avaient été entendus, une jeune fille ouvrit la porte, me libérant de cette douleur qu'était la mienne.

- La porte était encore bloquée, pas de problème! Cria-t-elle à un coéquipier, sûrement à l'étage d'en dessous avant de filer.

Je regardai Rin encore une fois, affrontant son regard, et sûrement sa surprise, ainsi que sa déception.

- Pardon Rin. Je... Je ne sais pas ce qu'il m'a prit.

Et je le disais pour l'étreinte, pour ma main dans la sienne, pour le baiser innocent... Pour avoir osé tout ça. Pour avoir était impulsive, comme toujours. J'avais le don de tout gâcher. Je me levai alors et commençai à m'avancer vers la porte de sortie. Néanmoins, quelque chose en moi s'éveilla et je ne sais comment ou pourquoi, une voix soufflait en moi "Pourvu qu'il cherche à me rattraper. QU'il ne me laisse pas partir." Mais je prendrais mes rêves pour des réalité si j'y croyais. Et je savais que les rêves n'étaient qu'un ramassis d'espoir. Et je ne suis pas du genre faux-espoirs. Alors, sans un regard en arrière, je continuai ma route. J'étais à présent à quelques mètres de la sortie quand j'entendis vaguement le grondement d'Asa. Les larmes roulaient sur mes joues, je me faisais honte. En quoi avais je cru? Le bonheur n'existe pas. Pas plus que l'amour où l'amitié. J'avais cru en un rêve. Et je venais de me réveiller. Cinq mètres. Cinq mètres et je pourrais laisser libre court à ma peine et à ma honte. Mais peut-être le destin en avait-il décidé autrement...


#   Sam 5 Juil 2014 - 19:06

Personnage ~
► Âge : 16 ans
► Doubles-comptes ? : Nils Hirano
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 754
Date d'inscription : 01/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : - / la caligraphie et la sculture d'eau
Humeur : Détruit

Je lui tenais encore la main je sentais sa chaleur me traversait tout entier. J'avais le regard rivé sur l'aigle de ma sœur défunte mais même si je n'avais pas l'œil sur elle je savais qu'elle ne se sentait que mal en voyant ça, de voir qu'elle était seule au final. Je la sentis s'éloignait et je rivai une nouvelle fois mon regard sur elle. Je ne sentais plus sa douce chaleur qui m'avait changé ce temps passé ensemble et je ne vis pas un sourire, plus de la tristesse, je le voyais dans ses yeux... Elle tremblait et elle s’excusa de quelque chose qui ne m'avait pas blessé. Pour moi, on accusait des choses mal mais les choses mal n'étaient pas ce qu'on avait fait ensemble.

- Excuse-moi, je ne sais pas ce qu'il m'a prit. Vraiment. Pardon je... Je ne sais pas pourquoi j'ai fais ça.


Voilà... simplement après ça... tout se brisa comme une simple bulle qui éclaterait en heurtant quelque chose, ça faisait mal au fond de moi... La porte ouverte montrait la fin de cette rencontre et je retournerais seul et sans aucune personne juste avec mes animaux sacrés. En réalité, au fond de moi, j'avais peur de me retrouver une nouvelle fois seule et ce fut quand Ludmila ces leva en disant ses derniers mots que mon visage dût se décomposer....

- Pardon Rin. Je... Je ne sais pas ce qu'il m'a prit.

Elle se détourna de ma route, elle préféré prendre la sienne, et tel un pétale de fleur dans le vent, elle se détournait de moi s'en allant loin dans un autre monde que le mien. Je me disais qu'elle s'était intéressé à moi pour faire passer le temps et que je n'avais été que la source de distraction. Elle allait me filer entre les doigts mais si elle le voulait je la laisserais faire. Je me laissai décourager et rabaissa mon visage vers le sol. Je sentis Asa, il grognait et me poussa légèrement vers l'avant. Je l'observai, je fixai son regard de prédateur, elle ne rigolait pas à ce sujet: si je ne bougeais pas, elle avait la ferme intention de me mordre. Je relevai le regard, plus que cinq mètres et elle ne serait plus dans ma vie. Serrant les poings je pris une résolution: Je ne laisserais plus une personne que j'aime partir. Rapidement, je me redresse, laisse partir l'aigle de ma sœur dans le ciel et accouru vers celle qui m'avait sonné un petit espoir dans ma vie incrusté d'encre de chine. Une tache blanche parmi toute cette encre sur le bout de papier blanc. Oui, avant j'avais un papier blanc comme neige et il était devenu noir à cause d'un pot d'encre et maintenant, cette encore qui me recouvrait s’enlevait petit à petit... Ce n'était qu'une petite tache blanche mais qui m'avait rendu l'espoir. Je la pris dans mes bras, je la serrai aussi fort qu'il m'était permis de faire. Mon pire cauchemar serait qu'elle se défasse de mes liens et qu'elle parte loin de moins. Ce fut, mon visage enfouit dans ses vêtements, ou plutôt la veste de kimono que je lui avais prêté, que je lui donnai mes paroles sincères.

-Reste... Reste avec moi Ludmila. Ne t’excuse pas, l’acte que tu as faits n'est pas un crime. C'est un acte venant tout droit du cœur. Tu te sans seul... je le sais alors dans ce cas-là, je suis à ta disposition, je serais là pour toi et tu te sentiras bien moins seul. Je te promets, parole de ma famille, qu'on fera énormément de chose ensemble... On s’amusera, un s'apprendra mutuellement des choses... Mais, s'il te plaît, ne part pas de ma vie... Tu es celle qui a illuminait la noirceur de mon cœur.


2ème compte: Nils Hirano
#   Sam 5 Juil 2014 - 20:55

Personnage ~
► Âge : 19 ans et toutes mes dents!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1294
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 19
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

Cinq mètres... Quatre mètres... Trois mètres... On dit que l'espoir meure en dernier. C'est vrai. Au fond de mon cœur, je n'espérais qu'une chose: Que Rin me rattrape, qu'il me pardonne, qu'il ne me laisse pas partir. Il... Rin était le seul homme à qui je n'avais montré aucune méprise.
Trois mètres... Deux mètres... Je pouvais déjà tendre mon bras vers la poignée, étant libre de partir. Mon cœur sombra, finit la parenthèse, retour à la réalité: Rin ne m'avait pas rattraper et je me retrouver seule.
Qui sait? Si je n'avais pas eu cet arrêt, cette hésitation, m'aurait-il courut après dans les escaliers? Ou m'aurait-il laissait partir? Je n'en sais rien. Et cela n'a aucune importance aujourd'hui. Il m'avait brusquement retourné face à lui pour me prendre avec force contre lui. Un instant, mon souffle fût coupé. Il me serrait fortement, à  la limite de l'éttoufement. Et ainsi, je ne compris plus rien: Mon cœur s'emballa dans ma poitrine, ma respiration était saccadé, la surprise se lisait sur mon visage, et l'espoir reprenait vie en moi.
Ouai. J'étais ce qui peut s'appeler heureuse. Je me foutais du reste, plus rien n'avait d'importance. Ma crainte, ma douleur, ma honte: Envolées. Je n'en avais que faire. Juste... Jute Rin me tenant contre lui, sa bouche sur le kimono lui appartenant, sur mon épaule. Passé le moment de surprise, je me mis à penser qu'il avait peut-être fait une erreur. Qu'il voulait juste... Je ne sais pas moi... Être poli? C'es bête mais oui, à ce moment-là, je pensais à ça. Jusqu'à ce qu'il prenne la parole.

- Reste... Reste avec moi Ludmila. Ne t’excuse pas, l’acte que tu as fais n'est pas un crime. C'est un acte venant tout droit du cœur. Tu te sens seule... Je le sais alors dans ce cas-là, je suis à ta disposition, je serais là pour toi et tu te sentiras bien moins seule. Je te promets, parole de ma famille, qu'on fera énormément de chose ensemble... On s’amusera, on s'apprendra mutuellement des choses... Mais, s'il te plaît, ne pars pas de ma vie... Tu es celle qui a illuminé la noirceur de mon cœur.


J'étais restée stoïque depuis qu'il m'avait prise dans ses bras. La surprise et le bonheur m'empêchant de faire quoi que ce soit. Moi? Amie de ce jeune homme là? Je n'y croyais pas. C'était trop beau pour être vrai. Bien trop.
Mon cœur, brisé en mille morceaux par le passé, battait la chamade. Ses mots tournaient dans ma tête, et je ne pus m'empêcher de sourire... Et un miracle se produisit. Je ne sais pas pourquoi ce fût à ce moment-là. Ni même pourquoi je fis ça. Je n'en sais rien, pourtant, les faits sont là: C'était un vrai sourire qui étirait mes lèvres abîmées par les larmes et les mordillement. Un vrai sourire oui. Un de ces sourires qui montrent tout de l'attachement d'une personne pour une autre, plein de sincérité et d'espoir. Plein de bonheur et d'amitié. Un vrai sourire. Fier et beau. Un sourire comme je n'en faisais plus. Oui. Rin avait créé un miracle cette nuit-là.
Il me serrait toujours contre lui et finalement, ce sont mes mains qui se posèrent sur son dos et je le serrais contre moi. Le bonheur explosait dans ma poitrine, m'irradiant de toutes ses forces. Et puis... Et je remarquai la pointe de mes cheveux... Grésillant. Les pouvoirs... Fallait qu'ils se pointent maintenant! Mais je savais ce que c'était: C'était mon bonheur, mon espoir qui créé ce pouvoir. Cette envie de continuer. Oui. C'était moi. Je fis redescendre la pression avant que Rin n'est pu remarquer quoi que ce soit. Je soupirai et mon souffle fit bouger quelques mèches du beau jeune homme.

- Oh Rin... Bon sang je... Je suis là.

Il n'y avait rien d'autre à dire si ce n'est cela, pourtant, je me sentis obligé de continuer.

- Je... Te crois. Merci d'être là je veux dire... Rin, je n'aurais pas dû faire ce que j'ai fais ce soir, j'en ai conscience mais... Je n'aurais pas du m'enfuir non plus... Je ne m'enfuirais plus jamais. Je te le promets. Ma place est ici.

Il n'y avait rien a ajouter. Je ne savais quoi faire... Rin... Wow, un sacré garçon quand même! Il avait rallumé en moi le peu d'espoir qui restait dans mon cœur. Il m'avait redonné mon âme. M'avait libéré d'un poids lourd à porter. Il était devenu plus qu'un ami. Je le savais. Il n'y avait aucun nom pour lui car ce que j'avais vécu cette nuit, cette relation-là était unique. Ni ami, ni petit-ami, ni confident, ni frère, non... C'était autre chose de tellement plus complexe! Quelque chose qui me dépassait. Que je ne comprenait pas. Et j'avais envie de continuer à regarder dans ce sens. De profiter de ce lien particulier. Rin... Wow. Tout simplement. J'avais confiance en lui. Plus qu'en quiconque. Il ne jugeait pas. Et j'aimais ça.

- J'ai confiance en toi Rin. Seulement, ne me lâche pas. Ne m'abandonne pas. Je n'ai plus personne. Je ne peux pas perdre de nouveau quelqu'un. Pas encore. Plus jamais.

Je ne rajoutai pas que je serais là pour lui. Mais on le voyait dans mes gestes, dans mes yeux et dans mes paroles. Oui, il suffisait juste de lire entre les lignes. J'étais là pour lui, peu importe quand.
Il aurait pu m'appeler à quatre heures du matin, je me serais levée et j'aurais courue le rejoindre. Je me serais foutue du pourquoi ou du comment. Peu m'importais. J'aurais tout fait pour le rejoindre, simplement parce que lui avait cherché à me rattraper. Parce qu'il était là, et qu'il ne comptait pas me laisser partir. Et ça, pour moi, ça valait bien plus que n'importe quoi au monde. Le cauchemar pouvait bien continuer, je n'en avais rien à faire: J'avais quelqu'un à qui en parler. J'avais Rin. Pour la première fois depuis deux ans que le calvaire avait commencé, je pensais pouvoir m'en sortir.
Alors, parce que ces derniers mots me touchaient au plus profond, une unique larme coula sur ma joue, et j'embrassai de nouveau sa joue, plus confiante, plus heureuse que jamais. il ne me repousserai pas, j'en avais la certitude.


#   Dim 6 Juil 2014 - 21:50

Personnage ~
► Âge : 16 ans
► Doubles-comptes ? : Nils Hirano
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 754
Date d'inscription : 01/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : - / la caligraphie et la sculture d'eau
Humeur : Détruit

Ludmila répondue à cet appel invisible, celui qui nous relier au final depuis notre naissance. La vie avait surement voulu que nous nous rencontrions. Ensemble, nous nous complétons, l'un dans l'autre formait une magnifique fleur ouverte. Ludmila... qu'elle doux nom et j'avais réussis à découvrir ce qu'elle renfermait dans son cœur. Ne s'était fantastique et rien, à présent pourrait briser ce qui nous lier tous les deux. Elle s'était remis à parler, je sentais son émotion grandissante en elle. Je l'étais aussi moi... Heureux, plus qu'heureux je dirais un on sourire qui n'avait pas apparu depuis longtemps se dessina sur mes lèvres.

- Oh Rin... Bon sang je... Je suis là.


Oui, elle était là, j'étais là pour elle. Je suis sur... même si elle était partie au bout du monde, je l'aurais cherché dans les mondes recoin de chaque pays. Même si elle était retourné dans son pays natal je serais allé dans ce monde inconnu pour moi.

- Je... Te crois. Merci d'être là je veux dire... Rin, je n'aurais pas dû faire ce que j'ai fais ce soir, j'en ai conscience mais... Je n'aurais pas du m'enfuir non plus... Je ne m'enfuirais plus jamais. Je te le promets. Ma place est ici.


Mon cœur dut faire un saut dans ma poitrine. Ses paroles étaient sincères je le savais. Mon père avait toujours œuvré pour que j’apprenne à voir la vérité dans les yeux des gens mais là je n'en avais pas besoin. Je le savais même sans voir que tout ce qui ce passé était ce qu'elle pansait. Elle s'excusait, je crois qu'elle avait reçu une bonne éducation de base mais s'est vraiment pour rien. Je me promis que je la chérirais comme un membre de ma famille, je ne la laisserais pas partir comme les autres.

- J'ai confiance en toi Rin. Seulement, ne me lâche pas. Ne m'abandonne pas. Je n'ai plus personne. Je ne peux pas perdre de nouveau quelqu'un. Pas encore. Plus jamais.


Cette fois-ci, j'avais évolué. J'étais plus âgé et j'avais muri. Mon passé ne s'effacera jamais, non, il restera toujours gravait au plus profond de mon âme mais ici, j'ai trouvé quelqu'un, une raison nouvelle de vivre, celle de protéger quelqu'un au péril de ma vie. Protéger de toute chose, des blessures physiques mais aussi des blessures faite part d'autres, des simples paroles qui vont parfois trop loin. Je la protégerais. Ludmila Parker sera sur ma protection maintenant.

-Je ne te lâcherais pas. Je ne veux pas encore perdre quelqu'un dans le tourbillon de cette vie infernal. Alors restons ensemble.

Dans le fil de ses phrases, ma main se glissa lentement dans la sienne et je pus fixer intensément mon regard de glace dans le sien qui bouillonnait intérieurement.


2ème compte: Nils Hirano
#   Dim 6 Juil 2014 - 22:30

Personnage ~
► Âge : 19 ans et toutes mes dents!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1294
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 19
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

J'étais au bord des larmes tant l'émotion me nouait l'estomac. J'en avais des crampes. C'était tellement bon de se sentir appréciée! Tellement bon de laisser tomber une vieille peur! Tellement bon de sentir les bras d'un ami autour de moi. Un ami... Je n'arrivais pas à y croire... Était-ce bien moi qui avait réussis cet exploit que d'avoir un ami? Je n'arrivais pas à y croire. C'était tellement... Irréel! Moi, Ludmila Parker, retrouver confiance après deux ans de cet enfer qu'était devenu ma vie? Impossible. Cela semblait si... Impossible. Je croyais rêver.
Rin... Mon Dieu comment la vie avait-elle pu être assez bonne pour m'offrir ce cadeau? Je n'en savais rien et je ne voulais pas le savoir. J'étais seulement heureuse d'être dans ses bras. Je me sentais en sécurité, apaisée, heureuse.
Il prit alors la parole, d'une voie sincère et pleine d'émotion.

- Je ne te lâcherais pas. Je ne veux pas encore perdre quelqu'un dans le tourbillon de cette vie infernal. Alors restons ensemble.

Je ne sais pas pourquoi ce sont ses mots là qui me firent le plus mal. Peut-être parce que je les attendais depuis deux ans. Peut-être parce que cette main tendue que j'attendais, elle était là. Et elle n'attendait que moi. Rin s'écarta doucement de moi, rivant son beau regard dans le miens, banal. Ses yeux me transcendaient, me sondaient. Wow, je n'avais jamais vu ça. Sa cicatrice me donnait juste l'envie d'assassiner les auteurs de ce crime. S'il me l'avait demandé, j'aurais été la première à attraper armes et pouvoirs. Et j'aurais été la dernière à quitter la bataille.
Il fît alors une chose plutôt surprenante: Lentement, sa main parcourra mon bras jusqu'à prendre ma main droite. Je baissai le regard sur nos mains, comme si cela m'était totalement étranger. Et ça l'était. Mon regard posé sur nos mains, je n'arrivais plus à penser autre chose que: "Et maintenant? Quelle direction prendre?" Allions-nous réussir à rester ensemble? N'allait-il pas m'abandonnais comme les autres?
Je rivai mon regard au sien et dit d'une faible voix avec les larmes dans les yeux:

- Je t'en supplie, dis moi que ce n'est pas un rêve. Ou alors promets-moi que je ne me réveillerais pas. Je t'en pris Rin, je ne veux pas que ça se termine.

Je ne m'étais pas sentis si frêle depuis des mois. Depuis deux ans! Mais là, dans ses bras, je me sentais tel une petite fille apeurée. Pas très grande. Pas très forte. Apeurée et faible.
Je serrai sa main dans la mienne avant d'entrelacer nos doigts, rougissante.
Et que faire à présent? Malgré moi, j'adressai un "merci" aux étoiles disparaissant dans l'aube. Une nouvelle journée commençait. Un nouveau lever de soleil. Une nouvelle vie. Un nouveau départ s'offrait à moi. Et Rin était mon premier pas dans cette nouvelle histoire.
Je me rapprochais alors de lui et murmura:

- Je serais là. A partir de maintenant, je serais toujours là. Peut importera l'heure, le moment ou le lieu. Je serais-là pour toi. Et s'il faut tuer pour cela, crois-moi je le ferais. Pour toi Rin.


#   Lun 7 Juil 2014 - 11:24

Personnage ~
► Âge : 16 ans
► Doubles-comptes ? : Nils Hirano
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 754
Date d'inscription : 01/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : - / la caligraphie et la sculture d'eau
Humeur : Détruit

Je l'observais longuement sans vraiment comprendre ce qui m'avait poussé à aller vers cette étrangère. Je ne me comprenais même pas moi-même. J'avais fait l’inverse des choses cette nuit, mais cela était surement le signe d'un nouveau départ. J'étais tout nouveau et même après avoir fait un pas dans cette institue je m'étais dit que le miracle ne pouvait pas réapparaître après ce que j'avais eu, qu'il n'était pas possible de reprendre une nouvelle vie et de se faire des amis. Je m'étais trompé... J'aurais dû y penser... Je n'ai pas été dans n'importe quelle famille, on m'a appris à garder espoirs même si le pays était dans son plus mauvais état. On m'avait appris tant de chose et même si moi je ne me voyais pas entend que dirigeant, ma famille m'aurait vu comme une personne hors normes ayant la capacité de diriger tout un pays.
Je l'observais, je m'étais encore perdu dans maïs pensé mais le simple fait de voir ses yeux brillait de mille feux par un miracle, qu'était la joie qui se rependait en pleurs, me fit revenir à côté d'elle, encore plus proche qu'avant.


- Je t'en supplie, dis moi que ce n'est pas un rêve. Ou alors promets-moi que je ne me réveillerais pas. Je t'en pris Rin, je ne veux pas que ça se termine.


Un rêve peut-être... Ou la réalité. La réponse était surement des deux... Tout était un rêve au final, un rêve devenu réalité pour nous.

-Si c'est un rêve, c'est un rêve merveilleux dans le quelle nous sommes. Mais si je peux te toucher ainsi s'est que nous sommes dans la réalité... Alors je te promets de rester éveillé près de moi et que l'on gravit les échelles de la vie ensemble.

Elle était frémissante, tremblante mais cela signifiait que de la bonne humeur. Nous étions tous les deux dans deux états particuliers, un état de joie si instance. Je la sentis entrelacer ses doigts au mien, ça fessait tant de bien. Eh bien elle continua sur ça lancée me prouvant parfaitement que nous allions vivre une longue et grande aventure ensemble.


- Je serais là. A partir de maintenant, je serais toujours là. Peut importera l'heure, le moment ou le lieu. Je serais-là pour toi. Et s'il faut tuer pour cela, crois-moi je le ferais. Pour toi Rin.

En l’entendant dire ça, je l'entrainai avec moi, m'approchant des grilles qui nous séparaient du vide et un regard vers l’horizon, vers ce ciel de feu ou un bel orange éclatant montrer le nouveau jour, pour lui dire une ultime phrase avant que nous entamions cette vie ensemble.

-Je serais là moi aussi... Je serais toujours là pour toi Ludmila mais sache que tuer n'est pas la bonne méthode. Tué ne ferais qu'aggraver les choses. Mais maintenant, commençons notre nouvelle dansée ensemble vers cet avenir incertain.


2ème compte: Nils Hirano
#   Lun 7 Juil 2014 - 14:04

Personnage ~
► Âge : 19 ans et toutes mes dents!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1294
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 19
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

Je frémissais à l'idée de ce nouveau départ. J'avais peur je devais bien l'avouer. Mais Rin semblait confiant, et j'avais confiance en lui. Il me fixait de ses beaux yeux bleu, et je m'y perdais. Cet océan dans son regard me permettait de croire en quelque chose de beau. En quelque chose de nouveau. En nous et en notre amitié.
Une légère distance nous séparait, mais lorsqu'il accepta que nos mains se tiennent ainsi, je sus qu'en vérité, nous n'avions jamais été aussi proche d'une personne.
Entre nous, quelque chose avait éclot. Quelque chose de nouveau pour nous, et qui ne demandait qu'à s'épanouir, telle une fleur demandant le soleil pour pouvoir grandir et s'épanouir. Sauf que cette fleur là, je ne la laisserais pas faner. Jamais. Au contraire, je ferais tout pour qu'elle reste dans mon cœur, qu'elle ne meurt jamais. Pour que ce liens que ce soir-là nous avions tissé avec ce garçon, jamais ne se brise.
Et dire qu'en début de soirée, je pensais qu'il ne pouvait rien m'arriver de pire que d'être coincée sur un toit jusqu'au petit matin, avec un jeune homme! Quelle idiote! En ce monde et en cet instant, mon passé me laissait tranquille. Bien sûr, la douleur était là, et c'était bien normal, mais j'arrivais à ne plus y faire autant attention. Tout ce qui comptait à cet instant, c'était mes larmes de joie et la main de Rin dans la mienne.

-Si c'est un rêve, c'est un rêve merveilleux dans lequel nous sommes. Mais si je peux te toucher ainsi c'est que nous sommes dans la réalité... Alors je te promets de rester éveillé près de moi et que l'on gravit les échelles de la vie ensemble.

Ces mots était plein d'une poésie maladive. J'aimais sa façon de voir les choses. Sa façon d'appréhender la vie. Oh oui, Rin était un pas en avant dans ma guérison! Quand je lui dis que je serais là pour lui, il m'entraîna, heureux; vers la rambarde. L'aube se lever, et pour certains, nous pouvions faire penser à un couple romantique se connaissant depuis toujours. Nous en étions tellement loin et tellement proche à la fois! C'en était troublant. Mais d'un trouble dont on ne voudrait jamais sortir. Un vent frais et agréable fît voler doucement mes cheveux, ainsi que ce de Rin. L'ambiance calme du petit matin me permettait de croire que tout était pour le plus parfait.
D'ici une heure, quelques élèves commencerait à se lever, à s'affairer ça et là avant d'aller en cour. Je n'irais pas ce matin-là. Comment l'aurais-je pu? Je venais de passer la nuit la plus belle mais aussi la plus éprouvante de ma vie. Peut-être irais-je l'après-midi. Mais j'avais besoin de repos, de me poser et de me remettre les idées au clairs. De me persuader que ceci n'était pas un rêve.

-Je serais là moi aussi... Je serais toujours là pour toi Ludmila mais sache que tuer n'est pas la bonne méthode. Tuer ne ferait qu'aggraver les choses. Mais maintenant, commençons notre nouvelle dansée ensemble vers cet avenir incertain.

Je le savais que ce n'était pas une solution. Mais j'aurais tout donner pour enfoncer un de mes poignards dans le cœur de mon agresseur. Et au fond de moi, je savais que Rin devait avoir ce genre d'envie contre ceux ayant tué sa famille. Qui n'en aurait pas eu l'envie?
Je n'y pensai pas plus, profitant simplement du petit air frais de l'aube avec lui.
J'aimais sa façon de prononcer mon nom, comme s'il était heureux de m'avoir rencontrer, cette nuit-là sur ce toit. Comme si j'étais importante à ses yeux. J'aimais cette sensation là: La sensation d'être apprécié à ma juste valeur, peut importe mon passé et mon caractère. Il était un ami. Mon ami. Je vivais un rêve éveillé et malgré ma peur de l'avenir, je savais que ça irait pour nous: On serait là l'un pour l'autre. Peu importe le problème, nous serions là. Pour le pire et le meilleur. Mais n'était-ce pas la définition de l'amitié justement?

- Un jour, ma sœur m'a dit: Dans les bons moments, les vrais amis sont là quand on les appelle. Dans les mauvais, ils sont là, sans même que l'on est besoin de les prévenir. Je ne l'ai pas cru avec tout ce qui c'était passé. Mais... Mais si maintenant je la croyais? Si aujourd'hui, j'avais envie que tu sois ce genre d'ami? Et que je sois cette amie là pour toi?


Je me collai un peu plus contre lui, sa main toujours dans la mienne et serrai doucement avant de regarder de nouveau vers l'horizon.

- J'ai confiance en l'avenir Rin. On y arrivera. Ensembles.


#   Ven 11 Juil 2014 - 9:59

Personnage ~
► Âge : 16 ans
► Doubles-comptes ? : Nils Hirano
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 754
Date d'inscription : 01/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : - / la caligraphie et la sculture d'eau
Humeur : Détruit

Ce sentiment était sensationnel... Asa s'était relevé tranquillement du sol en baillant et attendait tranquillement le départ. Elle savait qu'ils allaient partir tôt ou tard. Ludmila avait repris la parole. J'aimais sa voie, sa voie était divine et de la toucher ainsi était des plus grands plaisirs.

- Un jour, ma sœur m'a dit: Dans les bons moments, les vrais amis sont là quand on les appelle. Dans les mauvais, ils sont là, sans même que l'on est besoin de les prévenir. Je ne l'ai pas cru avec tout ce qui c'était passé. Mais... Mais si maintenant je la croyais? Si aujourd'hui, j'avais envie que tu sois ce genre d'ami? Et que je sois cette amie là pour toi?

-Ta sœur a raison... Que ce soi dans les bons ou mauvais moment, un ami, un véritable ami, sera toujours là. Tout ce que je peux te dire, s'est que je suis prêt à être ce genre d'ami et quel que soit l'enjeu je serais toujours là pour toi Ludmi'.

Lentement, après cette petite discutions, je sentis la jeune rousse venir plus contre moi et je savais que c'était son ultime phrase pour la journée.


- J'ai confiance en l'avenir Rin. On y arrivera. Ensembles.

-Oui, nous y arriverons ensemble.

C'était la conclusion de notre rencontre et je savais que nous allions surmonter de nombreuses choses ensemble. Lentement, je cherchai dans une des poches de ma veste de kimono quelque chose, cette veste que j'avais prête à Ludmila. Si elle le souhaitait, je lui donnerais cette veste. Enfin, je sortis un crayon et un petit bout de papier. De mon écriture qui était plutôt bien jolie, j’inscrivais des numéros et une fois finie, je glaçai ce petit bout de papier dans la main douce de la jeune fille. Je ne rajoutai rien à ce sujet, elle aurait vite fait de savoir ce que s'était.
Je ne la laissai pas seul sur ce toit, non, je l'entrainai avec moi pour descendre ses escaliers que j'avais empruntés cette nuit. Asa nous suivait gaiment en remuant la queue. On descendait ensemble ses marches, sourire aux lèvres... Notre nouveau départ avait commencé.


2ème compte: Nils Hirano
#   
Contenu sponsorisé

 

Lève les yeux, regarde le ciel, et dis moi ce que tu y vois. [PV: Rin Hakari] FINIT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Toit de l'institut
Aller à la page : Précédent  1, 2