Partagez
Être au bout du rouleau...
##   Mar 1 Juil 2014 - 16:17
Anonymous
Invité

Ma respiration est encore trop forte, j'espère ne pas être repéré. Encore un peu d'effort, il faut respirer lentement. Je ne vais pas utiliser ma greffe sur elle, je n'aurais jamais le temps de les dérober sinon. Allez sort de cette pièce, tu verras tes papiers demain ! Dans quel pétrin je me suis encore mis ? Calme, il faut être calme, au pire, si elle me remarque je ne suis pas encore fichu. Mais il faut que ce soit ce soir, l'occasion est trop belle pour reculer maintenant. Peut-être si je refroidis l'atmosphère ? Non, elle va se douter de quelque chose, c'est qu'elle n'est pas née de la dernière pluie cette dame. J'ai la clé, vu que je lui ai déjà volé. Autour de son cou, bien garder. Le coffre où s'est entreposé ne doit pas être loin. Oui, elle en a besoin de ses cristaux pour leurs énergies.
Ah ! Elle ramasse ses affaires, je peux l'entendre d'où je suis. Elle ferme son sac puis ferme la porte à clé. Elle a oublié qu'elle avait à sa disposition des cristaux, tout doit être bousculé dans sa tête. La clé elle-même comporte un cristal. Un beau bleu, surement un eau.
Elle est partie ! Je sors de ma cachette puis ferme les stores pour pas que l'on me voit à travers les fenêtres avec ma lampe comme un cambrioleur. Ce que je suis, je l'admets. Merci Aïsurendo pour cette précieuse information, finalement travailler pour lui ne va pas être si long que ça.
Voyons voir où elle peut cacher ça dans un endroit pareil où tant de gens circulent. La clé n'ouvre pas ce tiroir et apparemment pas non plus celui-ci. Ce n'est pas le bureau où alors le coffre est le un des tiroirs dont je n'ai pas la clé. Mais, j'ai mes pouvoirs d'eau, je l'ai déjà fait, c'est comme n'importe qu'elle serrure. Concentration, je respire lentement puis crée de la glace dans le trou de la serrure. Je ferme les yeux, essayant que cette glace ai une forme de clé qui s'emboite parfaitement dans les coins. C'est plutôt compliqué mais si on est précis, concentré et patient avec un minimum d’expérience n'importe qui pourrait le faire. Je tourne lentement, renforçant la glace pour pas qu'elle ne casse, comme la dernière fois. Doucement, lentement, j'y suis presque...
Enfin ! Cela fait un léger bruit, le bruit de la victoire. J'ouvre le fameux tiroir mais rien, pas de coffre à l'horizon. Pfft'... Et dire que j'ai fait ça pour rien. Voyons l'autre alors, je vais le forcer. Là, la glace s'incruste, je tourne... Ah ! Eh merde ! Elle s'est cassée. Je ne suis pas bien patient là. Je reprends, je glace puis solidifie et je tourne. Voilà, encore un de fait ! Ah, un petit coffre. Bien trop petit et la clé ne rentre pas dedans... Calme, je suis un eau, je suis censé être patient. Hum... Ce tiroir est bien plus profond que l'autre. Voyons, si je retire tout ce bazar de femme mal organisé ça donne quoi... Ah, une petite poignée pour tirer vers le haut.
Bingo ! Un coffre bien caché s'y trouve. La clé entre dedans, chouette, il doit y avoir pleins d'objets et pas tous petit, le coffre fait un peu près la taille en largeur et longueur que le tiroir. Mais avant ça je vais me carapater de là vite fait.
Hum... Elle a fermé à clé du coup.
Je suis franchement nul en cambriolage. Non vraiment, je n'ai pas pensé à ce petit détail contraignant. Bon et bien c'est repartit pour un tour. Hum... Voilà, la dernière étape pour ne pas se faire prendre quand on est eau avec cette technique c'est de tout remettre en eau. Et évidement ça va sécher jusqu'au lendemain. Ce qui est contraignant et pas encore fait c'est de verrouiller comme ça. Après tout je m'en fiche elle peut bien soupçonner ce qu'elle veut elle a oublié l’existence de ses cristaux... Impossible qu'elle s'en rappelle.
Bref... j'ai quitté l'infirmerie là, il me faut l'endroit parfait pour mes magouilles. Où comploter tranquillement sans attirer personne ? Evidemment dans e cimetière vu que je suis venu pour cela mais où... Oh je sais, dans cette sorte de mini-tombeau pathétique d'un mort. Que la nuit est claire aujourd'hui, la lune n'est pourtant pas pleine. L'air ambiant est plutôt doux, cette nuit va être agréable pour travailler. Comme c'est apaisant une nuit calme, vers la forêt où se trouve le petit cimetière est plutôt frais mais si la fraîcheur gène un eau c'est le comble.
Me voilà à l'endroit prévu, je dépose le coffre sur le cercueil en pierre du macchabée puis je m’apprête à ouvrir le coffre avec la clé pour y découvrir mes précieux trésors... J'en salive déjà, combien il y a de cristaux dedans ? Hum...? Je tourne la tête mais, personne. Surement un animal passant par-là. Je ferais mieux défaire la clé de ce fil ridicule. Voilà, c'est fait maintenant, j'ouvre le coffre...
##   Ven 25 Juil 2014 - 10:48

Personnage ~
► Âge : 35 ans (Je ne fais pas mon âge okey)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Light Stones
Messages : 57
Date d'inscription : 18/06/2013
Age : 46
Emploi/loisirs : La couture, les jeux vidéos, les chatons et ... SORTIR MON AMOUREUSE DE VOS SALES PATTES
Humeur : Ouais, ça va, super bonne humeur. NON MAIS VOUS VOUS FOUTEZ DE MOI OU QUOI ?

J'avais entendu parler de ces mystérieux cristaux au gré de mes rencontres et recherches dans cet Institut qui, malgré ses ressemblances avec ma Terrae, cachait bien des surprises. Et ces cristaux, pouvoirs en pilule, étaient tout ce qu'il me fallait. J'en avais désespéremment besoin.

J'avais décidé de m'introduire de nuit à l'infirmerie, de crocheter la serrure de l'infirmière en chef dans le but d'en apprendre plus, et, qui sait, de pouvoir en trouver quelques uns pour les essayer.

Je faisais ceci en toute illégalité pour la simple et bonne raison que Hideko n'aurait jamais accepté -en soi, je la comprenais. Plus de pouvoirs équivaudrait à plus de danger pour les élèves de l'Institut, plus de risques de nouveaux morts.

Mais je ne pouvais pas m'en passer. Je ne voulais pas entraîner des gamins innocents et bienveillants dans mes combats, je ne voulais plus les former comme je le faisais auparavant, à se jeter en première ligne. Je ne serais jamais un Zane. Jamais je ne pourrai envisager de tels sacrifices pour sauver la femme que j'aime.

Alors que j'atteignais l'infirmerie, longeant les murs, je m'autorisai un léger soupir. Cela faisait-il de moi un mauvais amant ? Ne méritais-je plus Aëlita, si je n'étais pas prêt à tout pour la sauver ?

Je secouai la tête. Le Monstre en moi grogna de mécontentement. Non. J'étais prêt à tout. Mais seulement moi. Pas les autres. Surtout pas des enfants.

Alors que j'arrivai près du bureau, j'entendis des bruits de pas. Je me collai précipitemment dans un renflement du mur, caché dans l'ombre. Lorsque je risquai un regard, contrôlant ma respiration et chacun de mes gestes avec précaution, je vis un homme ... Qui faisait exactement ce que j'avais en tête. Je pestai silencieusement.

Soudain, je sentis son aura se glacer. Un Eau, qui utilisait ses pouvoirs. Il les utilisa pour forcer la serrure -malin- et ressortit brièvement du bureau avec un coffret sous la main. Le coffret en lui même était monté d'un critsal doré de taille moyenne. Mon sang ne fit qu'un tour. Putain ! Mauvais timing.

Je n'avais plus d'autre choix que de le prendre en filature. Je le suivis de longues minutes, d'une discrétion absolue - mon entraînement me sauvait décidemment une nouvelle fois la vie ; mon expérience permettait à mon corps de ne pas faire le faux pas qui m'aurait coûté la poursuite, le coffre, et de longs jours d'investigations.

Il finit par s'arrêter dans un cimetière -glauque- et se réfugia dans un petit caveau en pierre. Je m'arrêtai quelques instants au milieu des pierres tombales, laissant mon esprit divaguer. Combien d'enfants parmi ces pierres ? Combien à cause d'Elle ?

Le vent bruissant brusquement dans mes vêtements et faisant tinter ma veste me ramena à la réalité. Merde ! Il devait sans doute m'avoir entendu. Je m'approchai du caveau, avant de finalement opter pour une approche frontale. Je n'avais pas le choix. Il me fallait ces cristaux.

Je me postai dans l'encadrement de la porte, sondant l'aura de mon adversaire. Merde merde merde. Un Master. Je ne pourrai jamais faire le poids. Un Eau. Morphe, ou Voyant ? Je penchais plus pour Morphe, un Voyant de ce niveau m'aurait déjà targué d'un "Je t'attendais" bien moqueur.

Pfeuh. J'aime pas les Eau.


- Qu'est-ce que tu comptes faire avec ça ? Lui demandai-je d'un ton assuré.

Eau, Master, mais encore un gamin. J'étais un vétéran qui se battait depuis plus longtemps qu'il était né. J'avais une chance. J'avais toutes mes chances.

Je sentais vibrer au fond de ce coffre entrouvert une source d'énergie inconnue. Si seulement j'arrivais ne serais-ce qu'à l'effleurer ... Je devrais réussir à en absorber quelques uns.

Je pouvais y arriver. Je pouvais avoir le dessus.

Je durcis mes traits et le dominai de toute ma stature, un mètre quatre-vingt dix de muscles, de cicatrices et de peine.

Qu'il vienne s'il ose. J'étais prêt à tout pour retrouver mon Amour.


Être au bout du rouleau... 479626103
##   Dim 27 Juil 2014 - 18:10
Anonymous
Invité

Hum ? Un soupir ? J'ai dû rêver. Je suis assez fatigué à cette heure-ci pour être paranoïaque. Non, juste légèrement parano'. En même temps c'est bien le chic des Allemands pour te faire chopper la frousse en arrivant derrière-toi. J’entends le couinement de la porte, ce qui m'oblige instinctivement à regarder derrière-moi.

- Qu'est-ce que tu comptes faire avec ça ?

Merde. C'est qui lui ? Que vient-il faire ici ? Bon sang, c'est bien mon jour de me faire emmerder une nuit, dans un cimetière par un inconnu. Je m'attendrais plutôt à ce que ce soit Aïsurendo mais non, c'est un inconnu. Je ne dirais pas un "simple inconnu", vu sa posture assuré aidé par son bon mètre quatre-vingt-dix. Cet homme est aussi grand que ce taré de Master qui parle à ses morts chéries. Que faire ? Je n'arrive pas à analyser ce qu'il est. Simple humain ? Non, impossible. Juste un employé d'Aïsurendo qui vient de revenir d'un congé maladie ? Il est bien vieux pour être compatible avec la description que cet autre fou m'a fait. Dans tous les cas je suis plutôt dans la merde.
Que répondre ? Il sait ce que ça représente à mon avis. Oui, ça me paraît évident. Je ne le sens pas du tout, ça veut dire qu'il sait d'où il provient. Comment a-t-il su que je serais là ? Un eau voyant ? Je ne vois rien de cela en lui. Merde, que lui répondre. Vais-je devoir me battre ? J'ai déjà fait l'expérience de me battre tout en protégeant un objet, ce n’est pas si simple que ce que l'on croit.

- Si je suis venu dans un cimetière la nuit c'est bien que je ne veux pas que l'on sache ce que je veux faire avec.

Pfft'... Comment ai-je pu me faire repérer, je n'en revient même pas. Cet homme est certes assez impressionnant contenu sa taille, carrure et son âge mais je suis Master. Non, je ne suis pas "un" Master, je suis celui qui ne faut pas chercher car contrairement à ces autres Master je ne prendrais pas de gans avec qui que ce soit. Et voilà que je tente de me rassurer, je suis pitoyable. Je m'énerve tout seul sur moi-même. Je n'arriverais pas à vivre sachant ce que je suis, il faut vite que je disparaisse mais avant... Je ne mourrais pas tant que tous les scientifiques ne seront pas morts à mes pieds. J'ai besoin de ça et cet homme est mon ennemie par sa simple présence. Je soupir, faisant mine de fermer le coffre avec la clé à l'intérieur. En réalité, je l'ai glissé dans mon gan pour l'avoir dans la paume de la main. Astucieux ? Hum... J'ai fait ça discrètement en espérant qu'il ne l'a pas vu. Le coffre est donc refermé à clé.

- Je suis Shiroi Jigoku, Master eau lunaire. Maintenant tu as le choix, partir tranquillement en faisant mine de n'avoir rien vu où tu peux essayer de te confronter à moi, c'est toi qui voit.

Mon statut de Master le fera dégager d'ici ? Bien sûr s'il s'en va je vais devoir l'étourdir un peu tout de même mais c'est mieux que de le tuer ou le maîtriser puis "l'étourdir". Me laissera-t-il tranquille ?
##   Mer 30 Juil 2014 - 1:55

Personnage ~
► Âge : 35 ans (Je ne fais pas mon âge okey)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Light Stones
Messages : 57
Date d'inscription : 18/06/2013
Age : 46
Emploi/loisirs : La couture, les jeux vidéos, les chatons et ... SORTIR MON AMOUREUSE DE VOS SALES PATTES
Humeur : Ouais, ça va, super bonne humeur. NON MAIS VOUS VOUS FOUTEZ DE MOI OU QUOI ?

Il s'était redressé, méfiant. En même temps comment le blâmer ? J'étais clairement menaçant et pour une raison qui m'échappait il désirait ces cristaux au moins autant que moi.

Lorsqu'il se présenta, déclinant son titre, je ne retins pas un bref éclat de rire. J'avais donc eu raison. Un Eau, morphe en plus. Et un Master. Evidemment. C'eut été trop simple. Il fallait quà chaque pas qui me rapprochait d'Aëlita, un autre obstacle se mette en travers de ma route.

Cependant j'en avais assez. Assez de devoir attendre, déblatérer, assez de devoir être diplomate, de devoir être gentil. L'épisode avec les cinq membres de cette milice anti-Aëlita m'avait appris quelque chose.

Quand c'était des Masters de cet Institut, ne joue pas selon les règles. Parce que eux non plus ne le feront pas.


- Je m'appelle Light, dis-je calmement. Je ne suis pas d'ici.

Je dégainai un 357 Magnum que je lui collai presque contre le front, en à peine quelques secondes. Il avait des pouvoirs. J'avais un flingue. J'en avais marre d'attendre, marre de jouer. Voyons ce que de ses pouvoirs encore jeunes -même si puissants- ou d'une balle entre ses deux yeux ferait le travail le plus rapidement. J'avais ma petite idée sur la question.

- Maintenant, donne moi les cristaux. Je ne partirai pas, et, au cas où tu n'aurais pas remarqué, j'ai pas envie d'être patient.

Je vrillai mes yeux dans les siens. C'était un gamin, mais tant pis. Je devais commencer à abattre mes propres cartes. Je devais commencer à m'endurcir.

Sans ceci, je ne pourrais jamais la retrouver. Il me fallait ces cristaux, pour que personne d'autre que moi ne se mette en danger.


Être au bout du rouleau... 479626103
##   Jeu 31 Juil 2014 - 16:45
Anonymous
Invité

Light ? Hum, ça me rappelle un nom qui m'a été donné. Mais par qui ? Pas Aëlita ! Non, ce n'est pas exactement ça. Non. C'est Hideko. Oui, je lui ai dit être surveillé par quelqu'un, épié en permanence. Mais ça c'est calmé depuis. Depuis quand ? Hum, ce n'est pas le sujet. Hideko. Hideko m'a dit que c'était peut-être cette Aëlita. Une sorte d'Avatar. Je n'assiste jamais au réunions. Moi qui les pensait inutiles... Si j'aurais assisté à cette réunion concernant cette nana je ne serais pas prit de court. Oui donc c'est elle, oui. J'en avais déjà déduit que je l'avais rencontré alors qu'elle voulais se faire passer pour Hideko. Quel rapport avec Light ? Saleté de greffe ! Je dosi vraiment faire un tri dans mon esprit... Mais oui. C'est CE Light qui recherche l'avatar. Tout me reviens d'un coup. Comment ai-je pu oublier ça ? Effrayant, vraiment.

- Maintenant, donne moi les cristaux. Je ne partirai pas, et, au cas où tu n'aurais pas remarqué, j'ai pas envie d'être patient.

Il dégaine un flingue. Un foutu flingue ! Ce n'est pas ça qui va m'arrêter. Cela me rappel... Oui, cet Allemand. C'était il y a si longtemps... Oh bien sûr lui n'avait pas un 357 Magnum lorsqu'il me la pointé sur moi. Il ne visait pas non plus ma tête. N'empêche que ça fait deux fois dans ma vie que l'on me menace avec une arme. Hum... C'était bien trop différent. L'Allemand avait la frousse, son 9mm tremblait avec lui. Pourquoi ? Pourquoi cet Allemand n'avait pas l'assurance et la détermination de ce Light ? How... La volonté n'est pas la même. Voyons voir si sa volonté à lui l'emportera sur la mienne. Doucement la glace s'infiltre discrètement à l'intérieur du Magnum. Oh bien sûr la charge va devenir plus lourde et il va se rendre compte du poids en trop dans un petit moment mais il est trop concentré sur son objectif. Il veut le coffre ? Moi aussi !

- Hors de question.

Je gèle d'un coup son arme et sa main avec, bien sûr une balle fut tiré mais elle est gelée avec le reste. Je ne fais pas dans la dentelle, si ça le gêne de tuer quelqu'un, moi je me suis résigné à cette faiblesse. Attention Light, le sol devient glissant... Je ne sais pas si j'ai une chance contre toi, tu es sûrement plus fort avec ton expérience et le fait que tu sois de la "1ère Terrae" ou "l'ancienne Terrae" mais ça ne m'empêchera pas de me battre. Je décide de refroidir son cœur voir même de le geler. Je recule d'assez pour placer mon attaque et tirer. Là ! Directe dans son cœur. Je connais, c'est plutôt douloureux. Malheureusement il est à l'entrée et je suis coincé avec ce mur derrière-moi. Je gèle ensuite ses jambes pour éviter qu'il ne fonce sur moi. Je dois avouer, je ne sais pas du tout quel force il a et c'est plutôt inquiétant surtout quand lui connait déjà deux de tes pouvoirs. Que dois-je faire ? De quoi est capable mon ennemi ?
##   Ven 29 Aoû 2014 - 13:47

Personnage ~
► Âge : 35 ans (Je ne fais pas mon âge okey)
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Light Stones
Messages : 57
Date d'inscription : 18/06/2013
Age : 46
Emploi/loisirs : La couture, les jeux vidéos, les chatons et ... SORTIR MON AMOUREUSE DE VOS SALES PATTES
Humeur : Ouais, ça va, super bonne humeur. NON MAIS VOUS VOUS FOUTEZ DE MOI OU QUOI ?

HRP : Pardon pardon pardon ! Je pensais avoir répondu et ... non. encore désolé !

Putain. J'étais vraiment, vraiment mal parti. Ce que je donnerais pour une once d'électricité, un grésillement, un soupir de téléportation en ce moment.

Pour résumer la situation : je m'étais fait geler le revolver, mes jambes étaient prises dans une fine couche de glace, des éclats de glace volaient en direction de mon torse à toute vitesse. Bon.

Ce que je déteste les Eau.

Dans un râle, j'utilisai ce qu'il me restait de ma force de Master pour donner un grand coup de hanches vers l'avant, ayant pour effet de fragiliser la glace autour de mes jambes. Je me lançai ensuite en arrière, évitant les éclats de glace qui passèrent à quelques centimètres à peine de mon visage. Mon poids finit par briser la glace déjà fragile et je tombai au sol dans un bruit sourd, sur le dos.

Je roulai brièvement sur mon flanc pour me relever et me jetai à couvert près de l'entrée, derrière la stèle du pauvre type qui devait se demander quel était ce boucan venant troubler son repos.

Risquant un regard, je reçus une nouvelle salve d'éclats. Bon. Examinons la situation. Nous étions tous les deux dans un caveau d'environ deux mètres de haut pour 3 mètres carrés au sol. Je me tenais près de l'entrée tandis qu'il était coincé -du moins pour le moment- contre le mur au fond. J'avais l'avantage de la position et ne devais pas le laisser filer.

Je pestai en silence et sortis un second revolver -le premier désormais inutilisable- de l'arrière de mon jean. Je retirai la sécurité et pestai une fois encore. Je détestais les armes à feu. Mais je n'avais pas vraiment le choix. Je ne pouvais pas passer sur les côtés, car j'allais me faire canarder. Ma seule solution ...

Je pris appui sur le tombeau et me propulsai sur la surface poussiéreuse pour littéralement arriver sur lui. Je tirai un coup, qui se perdit sans doute dans le vide, mais réussis tant bien que mal à atterrir sur mon agresseur.

Je lâchai mon revolver, et donnai rapidement trois coups ancrés dans son cou du bout de mes doigts. Il se débattait, et j'avais peur de ne pas être assez précis.Mais je devais tenter lecoup avant qu'il ne m'expulse.

Si tout se passait bien, j'avais réussi à toucher ses points d'énergie principaux et sa maîtrise de l'eau s'effacerait- ou s'amenuiserait- au moins pour quelques minutes, ce qui me donnerait l'avantage. Sinon ... Et bien j'aurais fait tout ceci pour rien.

Comme je m'y attendais je fus rapidement dégagé par mon agresseur d'un coup de pied dans le torse -ouch- et glissai dans la poussière. Du coin de l'oeil, j'aperçus un éclat brillant. Les cristaux ! Il me les fallait.

Je me remis à couvert, espérant que mon coup ait porté ses fruits.


- Ecoute petit, je ne te veux rien en particulier. Juste donne moi la boîte et je m'en vais. Je ne veux pas te blesser ou te tuer. juste la boîte. Ne me force pas à me battre sérieusement, tout ce que je veux c'est les cristaux. C'est important, plaidai-je dans un souffle.

Sûrement stupide de ma part, mais au moins j'aurais essayé. J'attendais une réaction de sa part ..
.


Être au bout du rouleau... 479626103
##   Sam 6 Sep 2014 - 17:27
Anonymous
Invité

Mais que fiche-t-il ? Non... Bon sang ! Mon dos ! Arg... Mais ne me touche pas imbécile ! Retire-toi tout de suite ! Arg... J'ai beau le pousser, il se tient bien à moi, farouchement accroché à mes vêtements. Etant plus petit que lui et lui étant au-dessus de moi, il a l'avantage. Là ! Voilà, je l'ai enfin retiré de moi. Pourquoi va-t-il touché mon cou ? Une technique chinoise pour m'arrêter ? Si c'est ça alors ça n'a pas marché. A-ah... Tout son poids était sur moi, mon dos en a fait les frais. Je me suis vite relevé mais... Quelque chose ne tourne pas rond. Je ressens quelque chose… Je suis déjà affaibli ? Comment c’est possible ? C’est comme quand Hideko m’avais mis un seau pour que je ne puisse plus utiliser mes pouvoirs. Alors c’est ça ? Un seau ? Non, ce n’est pas comme elle. Pfft’ … Je vais utiliser mes dernières forces dans une attaque. Ou alors activer ma greffe ? Non ! Je ne dois pas l’utiliser tout le temps, ça me donne un mal de crâne terrible !

- Tu crois que je n’ai pas une raison valable de les dérober ainsi à Terrae et ainsi trahir la confiance des autres ? Je te connais de nom, tu es l’homme après qui Aëlita cours depuis qu’elle s’est évadé. Elle te cherche autant que tu la cherche.

Je refroidis alors l’air ambiant, nous sommes à présent dans le froid comme si l’on était dans un congélateur. Je peux à présent former de mini pieux de glace à ma guise et où je veux, l’air autour de nous, gelé, contient un peu de glace. Ainsi, je peux le blesser à tout moment voir le tuer sans trop d’effort. Malheureusement, c’est comme s’il m’avait anesthésié, mes pouvoirs « s’endorme » un peu et deviennent moins efficaces. Comment a-t-il fait ça ? Une technique qu’on apprenait dans l’ancienne Terrae ?

- En ayant volé ses cristaux, je ne suis plus apte selon leur règles à être Master, je serais surement banni pour mes fautes. Il faut que je fasse vite, tout comme toi, j’ai un but. Je suis plus jeune que toi et pourtant, moi aussi j’ai des choses à accomplir.

Je fais alors quelques cristaux de glace autour de Light, je grimasse un peu à la tête de mes pieux. Franchement, comparé à tout à l’heure, ces pieux sont minables. J’empale mon ennemi sans toucher aux points vitaux. De toute façon, ses cristaux ne sont pas assez solide pour aller jusqu’à faire de grandes entailles. Je regarde le coffre au sol tout en le prenant puis soupir, hésitant. Que dois-je faire ? Mes pouvoirs sont dignes d’un étoile de basses catégories mais il y a encore ma greffe… Je n’ai aucune envie de les utiliser sur cet homme. Je me souviens alors du flingue qu’il a lâché. Hum… Je suis fatigué de tout ceci, pourquoi perpétuer inlassablement les batailles contre nos ennemis les scientifiques ? Ils ont surement peur d’avoir mauvaise conscience en tuant d’autres êtres humains. Un entendement est impossible, ils se fourvoient tous. D’un autre côté, Light est venu récupérer les cristaux, je ne sais pas pourquoi. Peut-être avoir sa puissance t’entant ? Ou alors les donner à sa chère épouse ? A moins qu’il croit que ça va l’aider pour la retrouver. Nous avons donc d’un côté un massacre et de l’autre une réunion de deux êtres. Le choix est vite fait.

- Light, je n’ai rien non plus contre toi mais ta priorité passe après la mienne. Je ne peux pas te faire confiance en te les laissant même en promesse que tu iras avec moi faire ma mission.

(Shiroi se retourne un instant et baisse la tête, on peut ainsi voir tatouer sur sa nuque les numéros "00170", ses cheveux étant trop court pour les cacher.)

Je mets le coffre sur un petit rebord contre le mur. Un sorte de plus îlots où je le cale bien. Je le recouvre d’une épaisse couche de glace, mes dernières forces en utilisant le cristal dans la clé. Je me tourne ensuite vers lui.

- Tu l’as trouveras bien un jour, moi, tant que je n’aurais pas ces cristaux,  je ne pourrais pas me venger et exterminer les scientifiques.
-Je soupir avant de poursuivre.-
Tu peux me maudire autant que tu veux, me dire que tu ne sais pas ce que tu peux ressentir et tu as raison puisque je n’ai jamais rien ressentit de tel pour une personne… Mais ma décision est prise, malgré que tu m’as affaiblis, je n’ai jamais compté sur mes pouvoirs plus que mes techniques de combat. Je t’attends Light.
##   
Contenu sponsorisé

 

Être au bout du rouleau...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Aux alentours de Terrae.
 :: Forêt.