Partagez | 
Parce que pour survivre, il faut apprendre à se battre [Terminé]
#   Ven 4 Juil 2014 - 17:58

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Nathanaël Lancer et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 460
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 21

Le mois de juillet vient de commencer. L'air est chaud, le ciel est dégagé... quoi de mieux ? L'été est vraiment ma saison préférée. Je ne pourrais pas vivre au pôle nord, j'ai besoin de chaleur. Je ris toute seule, puis me relève, quittant l'herbe verte du parc. Il y a plein de monde ici. Des promeneurs solitaires, des bandes, des groupes formés pour jouer au ballon, des enfants qui se courent après. Le parc vit ! Je prends mon sac de sport et me décide enfin à partir. Depuis quelques semaines, je me suis inscrite à un cours d'Aïkido proposé après les cours, trois fois par semaine. Avec ce qui s'est passé, toute cette histoire avec Aëlita, l’hospitalisation d'Aoi, la mort de certains élèves, je me suis dit qu'il fallait que j'apprenne à me défendre. Pas que ça aurait changer quelque chose sur le moment, ou que ça me sauve la vie plus tard, mais c'est plus rassurant de savoir qu'on est moins inutile, moins faible, moins impuissante. Il m'a fallu un moment pour prendre cette décision, mais je me suis laissée du temps pour mûrir ma réflexion et voilà, j'ai sauté le pas. Terrae est une terre d'accueil, mais nous ne sommes, finalement, à l'abri nulle part.

Ensuite, il a fallu que je choisisse quel cours j'allais suivre, qu'est-ce que je voulais apprendre, et l'Aïkido s'est posé comme une évidence. Je n'aime pas me battre, mais je suis prête à la faire pour me défendre ou pour défendre une personne qui m'est chère... et puisque cet art est basé sur le fait d'utiliser la force de l'autre pour la retourner contre lui, je crois que c'est exactement ce qu'il me fallait.

J'arrive devant le gymnase, lieu que je ne « visitais » que pour mes leçons de sport avant ça. Il faut dire que je préfère aller dehors, me dépenser à l'air libre. J'ai un peu d'avance, mais il y a déjà des élèves présents dans la salle. La plupart des autres participants sont plutôt jeunes. Je suis un cours de débutant et ce genre d'activité se commence très tôt. Du haut de mes bientôt 18 ans, j'ai vraiment l'impression d'être très... vieille... Je balaie cette idée de ma tête. Je dois avouer que ça m'a un peu perturbé au début, mais maintenant je m'y fais. Et puis, j'ai vraiment envie d'apprendre, donc je suis le mouvement, je persévère, je m'accroche. On voit déjà que certains sont doués et faits pour ça. Je me situe dans la moyenne, pas lamentable, pas extraordinaire et ça me convient parfaitement.

Le professeur entre et le brouhaha des discutions s'estompent. La leçon commence. Je me concentre un maximum pour tout suivre et comprendre. Je m'applique à fond, refaire les gestes. J'espère faire des progrès rapidement, parce que... j'ai un mauvais pressentiment. Les masters semblent de plus en plus tendus, peut-être que le monde extérieur devient plus hostile.



merci Haley


Dernière édition par Selvi Sayanel le Lun 11 Aoû 2014 - 22:00, édité 1 fois
#   Ven 25 Juil 2014 - 17:11
avatar
Invité

Hrp : au final, ne te sens pas obligé de modifier ta réponse, je me suis adapté et j’espère que ça t'ira ~


Hisméria observa le reflet du soleil couchant dans le lac avant de s’en aller dormir. Au réveil, il ne savait dire si ce n’était du fait de quelques rêves mélancoliques, des larmes semblaient avoir coulé depuis ses yeux. Alors il se mit à penser à Elsa et pleura à chaudes larmes. 
L'homme descendit plus tard, après avoir revêtu ses vêtements, son manteau et son Katana. Une fois sortit, il marcha longtemps, sans réellement avoir de but. Pendant tous son trajet, l’homme était soumis à l’emprise de sa pensée :
*
« Comment peut-on justifier le bien ? Existe-t-il une vérité supérieur qui le définit et lui donne un sens ? Est-ce que le bien serait quelque chose de forcément positif ?
Il ne fait aucun doute que ce concept a été créé pour permettre une certaine cohésion au sein de la société. Il est donc essentiel de connaitre l’utilité de celle-ci et ses travers. Il semblerait qu’elle permette d’organiser et de faciliter la vie de chacun en unissant les forces de plusieurs Hommes. Cela n’a d’intérêt par rapport à l’isolement que par le contact de l’autre et par l’absence de répétitivité de la vie. Il faut apprendre à prendre plaisir de l’autre et chaque jour qui vient se doit d’être meilleur que le précédant. On dit que c’est cela qui fait l’Homme est un Homme. Et les erreurs apportent l’expérience.
Mais comment faire confiance à l’homme quand des personnes comme S.N.E sont prête à tous pour arriver à leur but. Même si cela comprend annihiler la société, voir le monde tel que nous le connaissons aujourd’hui.
En cela le mal est nécessaire pour permettre le bien. L’horreur, la guerre, la pauvreté sont l’expérience qui fait évoluer l’homme. Mais le paradoxe est lorsque cette quantité d’expérience permet d’anticiper le mal. Le bien serait donc d’éviter tout les désastres à venir  et pour cela, ce serait de stagner en société et d’imposer la lumière à chacun. Alors nous naissons pour mourir dans une vie déjà façonné par notre civilisation. Nous vivons un bonheur préconçu et éphémère, une vie à peine plus tangible qu’un rêve.
 Ainsi le bien détruit le fondement même de ce qu’on appelle la réalité et par l’ordre crée le chaos, toujours ordonné. La boucle est bouclée, la notion de « bien » est mensongère. Ou cette logique ne tient pas, ou tout ce qui est paradoxe, soit le bien, le mal et les actes qui définissent ces deux principes manichéens ne sont que des illusions créées par un esprit pervers. » 
Hisméria sortit peu à peu de cette réflexion philosophique et ses pensées devinrent beaucoup plus terre à terre. « En tout cas, une chose est sure, mon retour d’expérience fait que bien ou mal, maintenant je suis sur de moi : j’ai encore besoin de technique pour arriver à battre S.N.E. » L’homme s’arrêta est remarqua une petite annonce placardé parmi tant d’autre sur un grand panneau d’affichage. « Tiens ? Un cours d’Aïkido devant se tenir tout prêt d’ici. Des techniques de corps à corps ne me ferais pas de mal.» Pensa l’homme curieux. Après deux minutes de réflexions, il se décida à voir ce que cela pouvait bien donner.  
Une fois arrivé au gymnase, une personne vient l’accueillir :
- A partir d’ici, veuillez portez le Kimono et laisser vos armes à l’entrée.
Hisméria eu vraiment du mal à se séparer de son Katana, mais après tout c’était un mal pour un bien. L’homme hocha la tête, déposa son arme, et alla se changer.
Une fois en tenu de combat, l’adolescent se dirigea vers le tatami. A sa grande surprise, Hisméria remarqua que les personnes saluèrent avant de monter sur le Tapis. Surement une forme de respect. L’adolescent soucieux de respecter les règles, une fois pied nus, salua à son tour et monta dans l’arène.
Beaucoup d’élèves parlaient autour de lui comme s’ils se connaissait depuis maintenant plusieurs années... C’était à la fois troublant et inquiétant. L’homme voyait là une quantité d’ennemies potentiels. Cependant, celui-ci essaya de se calmer et resta silencieux durant toute l’attente.  
Puis soudain, le sensei entra dans la pièce, la tension retomba. Après avoir effectué le salut conventionnel de l'art martial, les élèves commencèrent l’entrainement avec plus ou moins d’habilité. « Bordel, je ne suis pas fait pour répéter des gestes en continu ! » Pensa l’homme sans pour autant s’arrêter.
Après quelques minutes d’entrainement le sensei ordonna de faire un combat avec un autre élève afin de mettre en pratique les gestes montrés. Hisméria ne connaissant personnes se retourna et aperçut une jeune femme exécutant avec parcimonie et précision les gestes proposés. L'homme se présenta calmement :
- Bonjour, je me nomme Hisméria, Hisméria Altair [Prononcé Alt’ Air], est ce que ça te dirais de t’entraîner avec moi ?
#   Ven 1 Aoû 2014 - 17:18

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Nathanaël Lancer et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 460
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 21

Je répète avec application l'exercice qu'on nous demande de faire. Les premiers essaient sont très chaotiques, mais je comprends rapidement le truc et parvient à un résultat concluant. Pour une fois que je comprends vite ! Mais je ne relâche pas ma concentration, parce que c'est par la répétition qu'on apprend le mieux.

Soudain, le professeur annonce la fin de l'exercice pour passer à la phase suivante, celle que les autres élèves semblent le plus apprécier. Pour ma part, c'est celle que je redoute le plus : le combat. Je comprends tout à fait qu'il est important de mettre en pratique ce qu'on apprend et il n'y a rien de plus concret que de se mesurer à un adversaire, mais je ne peux m'empêcher de détester cela. Je n'aime pas attaquer les gens, voilà tout... Je soupire.

Je regarde autour de moi pour trouver un autre élève à affronter. Les duos se sont rapidement formés, mais heureusement un jeune homme se propose.

- Bonjour, je me nomme Hisméria, Hisméria Altair, est ce que ça te dirais de t’entraîner avec moi ?

Je le jauge rapidement. Il faut dire que je ne l'avais pas encore remarqué, peut-être était-ce son premier cours ?, ou alors je suis vraiment à la masse. Erhm, oui... passons.

Il est plus grand que moi, mais pas trop et il a une corpulence normale. C'est important, parce que je n'ai pas encore le niveau pour affronter n'importe qui. Jamais je n'arriverais à soulever un géant deux fois plus large que moi par exemple. Bref, je hoche la tête pour montrer mon accord, me place en face de lui et le salue. J'attends qu'il soit prêt. C'est une politesse essentielle qu'on nous a rapidement appris. Même si le but est de se défendre et de "gagner", le respect de l'adversaire est primordial! Puis je tente de l'attaquer, plus pour le tester que dans l'espoir de réussir ma tentative. Je me retrouve rapidement au sol, sans vraiment comprendre ce qui s'est passé. Il est fort, en tout cas plus que moi à priori. Après m'être relevée j'attends qu'il m'attaque, concentrée.


[hrp : sorry pour le retard, je n'ai finalement pas eu accès à mon ordi cette semaine et répondre sur la tablette, c'est horrible xD
Oh, et désolée aussi pour la taille du post ^^']



merci Haley
#   Ven 1 Aoû 2014 - 18:54
avatar
Invité

Dans un grand silence mon adversaire me salua, puis le combat commença. Hisméria réussit à la mettre au sol sans trop grande difficulté. Faut-il dire que l’homme était plus grand, et plus lourd. Et surement plus fort. Puis la jeune femme se remit en position de combat, et c’est comme ci celle-ci attendait une nouvelle offensive. Hisméria, sure de lui prononça :
- C’est tout ce que tu peux faire ?
Hisméria lança une contre attaque mais bizarrement, à ce moment la  Hisméria se rappela pourquoi il avait voulut prendre des cours d’Aïkido :
Le souvenir du combat avec Kana contre S.N.E s’empara de nouveau de lui :
*
« L’adolescent ne put s’empêcher de rentrer dans la sale, dégainant automatiquement son Wakizashi. S.N.E ne bougea pas,  le provoquant par son immobilité. 
Hisméria voudrait prendre sa force, le vider de toute son énergie, le détruire afin qu'il n'en reste pratiquement rien. Ainsi l’adolescent pourrait savourer sa victoire. Imaginer qu'enfin il n'aurait plus à se battre pour acquérir sa délivrance, que ses promesses auront été respectées. 
Mais son adversaire est là devant lui et n'attend qu'une chose, qu'il fonce sur lui, qu'il fasse le premier pas  pour lui affliger ses coups fulgurants. Son regard est fixé sur S.NE et n'en démord pas, tel est son pouvoir. Sa vision est floue et la fatigue des anciennes péripéties commence à se faire ressentir. Une puissante douleur se promène dans ses membres lourds, comme si le regard de son adversaire la dirigeait au grès du temps. Que faire pour l'attirer dans un piège, et quel piège? Aurait-il assez de temps pour pouvoir en constituer un, il ne croit pas. S'il ne bouge pas l'adversaire passera à l'action ça c'est sûr et certain, étant donné sa fatigue  l’adolescent sait que quoi qu'il tentera, S.NE. prendra le dessus.
Sur l'instant S.N.E se souvint des paroles de Eren leurs maitre d’arme au commencement de leur aventure : «  Si tes forces s'amenuisent et que tu es désarmé, réfugies-toi dans ton esprit  et prends en le contrôle. Alors tu deviendras plus fort sur une courte durée, tu disposeras de toute la puissance de concentration de tous les derniers entraînements que tu auras faits. Et ce afin de vaincre ton ennemi, mais fais attention S.NE, cette source de pouvoir est infinie et trop puissante pour une âme de ton âge. L'utiliser bien trop de temps serait tout simplement du suicide, ton corps ne le supporterait pas, et tu finirais par bouillir de l'intérieur sans forcément t'en rendre compte. Aligner l’alchimie du corps et l’esprit représente un danger aux-de-là de neuf minutes, ne l'oublies surtout pas ou alors cela sera ta fin. »
Ces mots lui redonnèrent confiance. S.N.E se me mit en position de concentration comme bien des fois auparavant. Accroupis, genoux écartés, une main le katana, l'autre point fermé, l’homme semblait paisible. Hisméria  recula soudain d'un pas le regardant différemment de tout à l'heure. 
Plus étonné qu’inquiet mais toujours dans la même position d'attaque. Sa position prise, Hisméria aligna son regard avec celui de S.N.E son ennemi qui se mit à sourire. Un sourire effacé plutôt moqueur sur son coin droit. Il venait probablement de voir que leurs regards n'avaient pas changé, ou du moins pas encore. Celui de l’adolescent était toujours fuyant, l'iris affolé, les paupières à moitié fermées, la confiance à l'abandon. 
Mais c'est ce que l’homme voulait bien lui montrer. Hisméria ne pouvait effectuer ses parades les yeux fermés en vue de ses blessures. Sinon, il l’aurait sûrement déjà attaqué. Et ce regard peiné lui servait à garder plus ou moins le contrôle de la situation. Si nous réfléchissons bien, le combat s'étant interrompu depuis moins de cinq minutes, Hisméria ne l’avait pas attaqué, voilà qui est bien étrange, peut-être n’avait-il plus assez de force pour prendre un tel risque ? 
Il fallait moins de cinq minutes à S.NE pour atteindre le maximum de sa concentration, Hisméria  ne souhaitant pas attaquer, la tâche était facile. Mais d'un coup l’adversaire ouvra la bouche en grand ainsi que ses paupières, et vit une chose anormale dans ses yeux, une chose paraissant effroyable dans les yeux du valeureux guerrier. S.N.E avait effectivement changé de regard.  Devenu désormais déterminé, froid et implacable, il venait de faire sombrer Hisméria dans un sombre doute pour la première fois. Notre adversaire y voyait des flammes rouge sang se déployant tout autour de ses iris noirs, comme des balles de feu inondant son cœur d'une haine inconnue. On pouvait voir un sourire crispé sur le visage d’Hismé, sûrement dû à une forte douleur. 
En regardant tout autour furtivement Hisméria eut une idée. L’adolescent savait pertinemment que S.N.E ne pourrait pas gérer sa puissance au-delà de neuf minutes. Cette règle était fort connue car personne n'avait jamais dépassé le seuil critique de la force humaine disponible dans un corps. Les rares combattants ayant voulu transgresser cette règle étaient mort, malgré leur incommensurable force, sans pouvoir revenir à la normalité. Ayant perdu le contrôle d'eux même, de leur force, ils se sont effondrés, suite à une rupture de vaisseau sanguin dans leur cervelle. Donc, pour Hisméria la seule solution était d'esquiver les assauts par des attaques au corps a corps de S.N.E pendant les neuf prochaines minutes. 


Mais cela n'avait pas fonctionné et S.N.E avait gagné le combat... Voila donc les raisons des cours de l’Aïkido, réussir à surprendre S.N.E lors de leur prochain affrontement… »

Le moment d’égarement d’Hisméria peut permettre à la jeune femme de riposter...
#   Mar 5 Aoû 2014 - 10:33

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Nathanaël Lancer et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 460
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 21

Ma première attaque est un échec lamentable. Je me suis trop précipitée et j'en avais conscience, mais j'avais peut-être espéré qu'avec la surprise, je réussirais. Je suis stupide. Cet homme, Hisméria si je me souviens bien, il sait déjà se battre. Enfin, il n'est pas là pour rien, mais je suis quasiment sûr que ce n'est pas son premier combat. Et puis, rien qu'en le regardant... cette cicatrice, ce n'est pas anodin. Je secoue la tête intérieurement. Ce n'est pas le moment de divaguer sur le passé d'un adversaire dont je ne sais rien. Je dois me méfier, mais pas lui inventer une histoire. Hum... c'est bien là que je me reconnais... bref...

Je me reconcentre sur le moment présent, attentive à ce qui se passe, c'est-à-dire rien. Alors que j'attends son attaque, mon adversaire m'adresse la parole.

- C’est tout ce que tu peux faire ?

Quoi ?!? Non, mais je n'en reviens pas. Il me nargue !! Je fronce les sourcils. Il essaie de me déstabiliser, comme s'il en avait besoin pour gagner. Je ne suis pas du genre à m'énerver facilement, parce que sous le coup de la colère on fait souvent des choses qu'on regrette, mais je suis quelqu'un d'orgueilleux. Il ne va pas falloir qu'il me cherche longtemps comme ça. Alors que je rumine mon mécontentement, mon adversaire se met en action. Ah enfin, il se décide à bouger... mais il ne m'attaque pas. Il semble perdu dans ses pensées. Est-ce une ruse ? Je ne comprends pas ce qui se passe. Bon, je devrais en profiter pour le mettre à terre, mais ce n'est pas très sympa, non ? En même temps, c'est sa faute s'il n'est pas capable de se concentrer sur le combat.

Je décide de m'approcher gentiment pour voir sa réaction, juste un pas... mais il ne réagit pas. Il est vraiment ailleurs. Je rassemble mon courage et ma détermination. Tant pis pour lui, je laisse mes scrupules de côté et je passe à l'acte. Rapidement, je m'approche de lui, pose une main contre son torse et de l'autre agrippe son bras, puis place ma jambe derrière la sienne et d'un mouvement je le pousse au sol. Je ne sais pas trop d'où ça sort, mais j'espère que c'est efficace. J'espère qu'il va bel et bien tomber et que je pourrai le retourner sur le ventre en lui tordant le bras, ça c'est quelque chose qu'on a appris. Tout passe si vite et en même temps, j'ai l'impression que le temps est figé.



merci Haley
#   Mar 5 Aoû 2014 - 18:47
avatar
Invité

Sans qu’il ne comprenne véritablement ce qu’il s’était passé, son adversaire rétorqua avec une fluidité qui surprit l’adolescent. La jeune femme posa une main sur son torse puis effectua une projection. Hisméria se retrouva au sol dans un grand fracas. Immobilisé par une clé, celui-ci ne pouvait pas bouger. Ses premiers reflexes aurait été de déboité l’épaule de la jeune femme. Mais heureusement, celui-ci se rappela à temps que ce n’était qu’un entrainement.

Hisméria tous en serrant les dents prononça :

- Et bien tu vois quand tu veux !

Cependant Hisméria s’emporta dans un sentiment de colère :
« Les gens. Ils médisent sur moi. Je n'y trouve, rien d'anormal. C'est moi qui les manipule. Qui leur incite à éprouver ce sentiment. C'est ainsi en coupable que je conte mes histoires. Dans ses moments-là, mes yeux se révulsent. Comme pris d'une pulsion démoniaque, j’avais envie de courir vers mon adversaire pour la frapper ! Le laissant, quasi, mort. Hurlant… Pareil à quelques âmes déchirées. Sur le tatami sans vie. Cette haine, je l'aimais… J'avais toujours admiré la haine. Je savais pourtant, que mes actions étaient mauvaises. Je continuais, tout de même.

Certain jour, je cherche désespérément à, attiser l'antipathie. Je réfléchissais... Calme toi Hismé, calme toi, c’est exactement comme ça que S.N.E voudrait que tu réagisses. Tu es ici avant toutes choses pour trouver une parade à ses attaques.

Aujourd'hui je me rends compte. Tout cela est vain. Nul, coup ne m'apporte l'extase. Je le connais celui qui me l'apportera : la mort de S.N.E. Elle seule peut m'apaiser. J'entrepris donc, la conception d'un plan, d'une, ignominie totale. Simple, et téméraire. Il me conduirait au Nirvana.

Le déroulement, le surprendre là où il ne m’attend pas. »

Hisméria qui réussit enfin à se calmer, réussit à se libérer sans trop comprendre comment. L’adolescent remarqua que ce genre de phénomène lui arrivé souvent. « Il faut absolument que je remplace le hasard par des gestes maitrisés. » Pensa Hisméria. L’homme se releva, un petit sourire aux lèvres et prononça :

- Je veux bien que tu m’apprennes cette technique. Apres tous, je suis là pour ça.

L’homme se remis en garde, puis ajouta simplement :

- Si tu veux bien, cette fois ci j’userai de toutes mes connaissances de combat. Ne me fait pas de cadeau non plus.
#   Mer 6 Aoû 2014 - 11:28

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Nathanaël Lancer et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 460
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 21

Je ressens une certaine fierté lorsque je vois mon adversaire à terre et immobilisé, mais je ne relâche pas mon attention, car lors d'un vrai combat, cela pourrait être fatal. Autant prendre tout de suite les bonnes habitudes, n'est-ce pas ?

- Et bien tu vois quand tu veux !

Je soupire. Est-ce qu'il essaierait encore de me provoquer ? Cette fois, ça ne prend pas, parce que je viens de me prouver que j'étais capable de faire quelque chose. Le reste, je m'en moque. Hum... oui, je manque de confiance en moi, je sais, mais j'y travaille ! Il y a cependant quelque chose que je ne comprends pas dans son attitude. Il ne souffre pas là ? Parce que je lui tords le bras méchamment. Il devrait frapper le tapis et je le lâcherais. Pourquoi il ne le fait pas ? Il aime peut-être ça. Brrr, moi pas... Je secoue la tête sans qu'il ne le voie et décide de le libérer. Après tout, on est là pour s'entraîner, pas pour se blesser. Et s'il est trop orgueilleux pour admettre sa défaite, soit. Cependant, au moment où je relâche la pression, Hisméra fait une tentative pour se libérer. Prise par surprise, je suis incapable de réagir et je me retrouve sur les fesses un peu plus loin. Eh bien, c'est malin...

Mon adversaire se relève, certainement très content de lui et de sa miraculeuse libération. Je retiens une moue boudeuse.

- Je veux bien que tu m’apprennes cette technique. Apres tous, je suis là pour ça.

Je le regarde se remettre en garde. Je retiens un sourire satisfait. Il aimerait que je lui apprenne quelque chose ! Bon, comme j'ai fait ça à l’instinct, ça risque d'être un peu compliqué, mais je peux essayer. Je me souviens des gestes que j'ai fait. Je me relève donc, prête à tenter de lui transmettre mon savoir.

- Si tu veux bien, cette fois ci j’userai de toutes mes connaissances de combat. Ne me fait pas de cadeau non plus.

Euuuuuh quoi ? Mayday, mayday, nous avons un problème !! Ça  veut dire quoi « toutes mes connaissances de combat » ?!? Attends, il est conscience que ça fait moins de trois mois que je fais de l'aïkido... et que je n'ai jamais fait de sport de combat avant ? Hum... non, je ne pense pas qu'il sache tout ça. Lui par contre, il semble maîtriser un peu plus les arts martiaux que moi... enfin, c'est surtout une intuition, puisque je ne connais rien de lui... ou alors un préjugé... râaa, faut que j'arrête de trop réfléchir et de me faire des cinémas.

Bon, va falloir que je me concentre et... que j'aie un peu de chance peut-être. Je me mets à mon tour en garde et hoche la tête. Ah, je crois que je n'ai pas encore dit un mot. Il va croire que je ne sais pas parler... ou alors que je me donne un genre. Super... je soupire. Je crois qu'il veut que j'attaque à nouveau. Il n'est pas drôle... je me débrouille bien mieux en défense qu'en attaque, ça par contre il doit le savoir. Bon, voilà ce que je vais faire... je vais faire semblant de le frapper à l'épaule pour le distraire et, dans le même temps, me saisir de son bras opposé et lui faire une clef pour me retrouver derrière lui en lui tordant le bras... oui, à nouveau, je sais, ce n'est pas très original, mais cette fois ce sera l'autre bras, faut pas abuser non plus. Je ne souhaite rien lui casser non plus. Bref, si tout ça réussit, je n'aurai qu'à lui faire suffisamment mal pour qu'il pose un genou à terre. Hum... passons à l'acte !



merci Haley
#   Mer 6 Aoû 2014 - 18:40
avatar
Invité

La jeune femme n’avait pas prononcé un seul mot depuis le début. Lui ferais-je peur ? Ou était-ce là un moyen détourné pour réussir à faire le vide dans sa tête ? Quelques soit la raison, les techniques de maitrises de l’adversaire de la jeune femme étaient plutôt efficace. C’est à cette instant qu’Hisméria comprit que les trois quarts de ce qu’il pourrait donner sur le tatami n’était pas permis lors d’un randori d’entraide. Et encore moins dans cette art martial dont il ignorait les secrets.

Il faudrait donc qu’il se débrouille à écouter son corps pour riposter sans prendre le risque de blesser son adversaire. Une première pour l’homme qui avait l’habitude de livrer bataille jusqu’à ce que ce son corps expulse ses dernières forces. « Bien, je dois quand même pouvoir augmenter la vitesse de mes coups avec le contrôle de l’air » pensa l’homme soucieux de trouver rapidement une riposte avant de nouveau se faire contrôler par une prise de soumission.

Hisméria se concentra sur lui-même et se mis à trembler si fort que son corps semblait interagir avec petite molécules l’entourant. L’homme se rappela avec précision le sentiment qu’il avait ressenti la première fois que ses pouvoirs sont apparus. Cette tristesse heureuse coulant dans ses veines. Ce tourbillons de folie grandissant, à tel point qu’il était impossible de l’arrêter. Son expression changea brutalement et son expression s’assombrit. Comme si les ténèbres ne faisait plus qu’un avec ce qui le constitue. Corps et esprits s’alignèrent, formant une alchimie parfaite.  Ca y est-il était prêt.

A partir de ce moment-là, l’homme ne prononça plus un mot et se contenta d’observer son adversaire. Pendant qu’il l’observait Hisméria fut saisit d’un drôle de sentiment. Celui de la haine que prodigue le combat :

*

« Une douleur bien difficile à décrire, qui pourtant le fait bel et bien souffrir. Cette douleur qui vous broie dos, poumons et corps. Même douleur qui vous fait tant désirer la mort. Un être cher perdu dans les tréfonds du tunnel. Plus jamais Hisméria ne pourra entretenir avec lui d'amicales querelles.

Cette douleur qui le paralyse, le détruit, l’anéantit. Lui était moi et moi j'étais lui. Mais sans lui, qui suis-je moi et que puis-je faire sans lui ? Un amour fraternel comme deux frères  Qui, pourtant finit dans la bouche gourmande et impitoyable des enfers. Il était pur mais son destin l'a traumatisé, l'a effrayé, l'a maltraité, l'a violenté. Il ne reste que de ça un massif de l'insurmontable souffrance.

Lui qui me l'a volé, lui qui me l'a pris. S.N.E allait le payer et  allait être détruit La vengeance coule à flots dans mes veines, désirant ardemment remplir ce gouffre de peine. Pour que la vérité puisse enfin éclater au grand jour, je me battrais pour qu'il soit enfin juger un jour. »

Cette fois ci, Hisméria revient rapidement à lui. Au final, l’affrontement reprit de plus belle : la jeune femme essaye de me saisir de l’épaule. « Cette fois je ne me laisserais pas faire. » pensa l’homme déterminé. « Je vais attendre le dernier moment avant de riposter. Mon instinct me dit que quelques choses se trament derrière cette attaque si commune. Observons ce qu’il se passe. »  Hisméria laisse saisir l’épaule. Quoi ? Au moment où l’homme allait riposter, la jeune femme se saisit du bras opposé. « Je vois, une diversion !

Tu ne m’auras pas cette fois. » Hisméria mit son corps de profil, bloqua rapidement la main de son adversaire sur son bras à l’aide de l’autre bras de disponible puis plia les genoux pour descendre son centre de gravité au sol. Ce qui eut pour effet de tirer la jeune femme vers le tapis. Les voilà tous les deux aux sols. Commence maintenant une face de combat sur de l’immobilisation…
#   Jeu 7 Aoû 2014 - 11:25

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Nathanaël Lancer et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 460
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 21

Juste avant de lancer mon attaque, je sens un changement autour de mon adversaire et moi... l'air bouge. Hum... intéressant, j'ai donc un air en face de moi. C'est un avantage, puisque lui ne sait pas que j'en suis une aussi. Bon, j'ai envie de dire qu'utiliser les pouvoirs ici, c'est un peu de la triche. On est là pour apprendre l'aïkido, pas pour s'entraîner avec nos pouvoirs. En vrai combat, c'est sûr qu'on ne fait pas de quartier, mais là... Est-ce que c'est moi qui suis à côté de la plaque ? Est-ce que je suis trop tendre ? Est-ce que je devrais voir ce combat autrement ? Non, je n'en ai pas envie. Mais s'il veut utiliser l'air, on va l'utiliser. Je ne sais pas depuis combien de temps il est à Terrae et je ne sais pas quel est son niveau, mais tant pis. Je vais le tester. Cela fait un peu plus d'un an que j'ai passé mon initiation et, si on laisse de côté le premier mois où j'ai vraiment galéré, je me suis entraînée régulièrement depuis ce moment-là. Si on rajoute encore les quelques leçons que Aoi m'a donnée, je crois que je peux dire que je me débrouille vraiment bien avec l'air maintenant. Donc si tu veux jouer, on va jouer, mais pas tout de suite. Je te garde la surprise pour quand tu t'y attendras le moins... et quand j'en aurai le plus besoin...

Sortant de mes réflexions, je me décide enfin à exécuter mon plan... qui échoue lamentablement. Il a senti le piège. Peut-être mon attaque directe était... justement trop directe pour être crédible. Hisméria bloque mon mouvement et se laisse tomber en me projetant au sol. Nous nous trouvons donc les deux à terre. Lui a un léger avantage, puisque c'est lui qui nous y a amené. Il faut que je bouge rapidement, que je l'empêche de m'immobiliser. J'essaie de m'éloigner, mais il me tient toujours le bras fermement. Je n'ai aucune chance comme ça. Il faudrait que je me libère, mais si je le fais, il aura certainement le temps de me bloquer les jambes. Il faut que je prenne une décision et vite ! Bon, on va essayer ça. D'un geste vif, je libère mon bras et frappant sa main du côté de l'ouverture et dans le même temps, je place mon pied contre sa jambe opposée. Ensuite, je tire sa jambe avec mon pied et donne un coup de bassin en m'aidant de mon pouvoir pour le faire rouler sur le côté.

Je suis à présent en position de force. Je ne pense pas qu'il s'attendait à ce que j'utilise mon pouvoir, c'est sûrement ça qui m'a « sauvée », parce que je doute que ma technique ait fonctionné sinon. J'avais dit que c'était de la triche... Sans attendre, je l'immobilise en m'aidant toujours de mon pouvoir pour le maintenir au sol. J'espère sincèrement qu'il maîtrise moins l'air que moi, autrement je vais me faire ratatiner. Déjà qu'il est plus grand et fort que moi... Je reste concentrée pour subir les assauts de sa volonté.

Je vais attendre une minute. Si après cette minute, il ne s'est pas libéré, je le lâche. Je n'ai pas envie de le frustrer non plus... or s'il n'arrive pas à faire quoi que ce soit... Sans doute qu'après ça, on décidera de ne pas utiliser les pouvoirs. Enfin j'espère... parce que ce n'est pas mon objectif. Bon, j'espère que je ne vais pas trop l'énerver non plus. Après tout, je ne sais pas qui j'ai en face de moi... Bref...

1... 2... 3... 4...



merci Haley
#   Jeu 7 Aoû 2014 - 18:22
avatar
Invité

Malgré les efforts d’Hisméria, la jeune femme réussit à le surprendre avec une attaque encore plus vive. Puis son adversaire l’immobilisa sans que l’homme se rende véritablement compte. La clé était impeccable et empêchait de bouger l’adolescent. L’homme commençait à mobiliser un peu plus son pouvoir se concentrant sur sa rage de vaincre :
*
« Je me souviens de cette sensation-là, celle que j’ai éprouvée au moment où le temps allait basculer, où j’ai ouvert ma porte pour faire face au vide. S’il j’avais su ce qu’il allait se passer, peut-être que j’aurais eu peur.

J’ai inspiré à pleins poumons, puis j’ai soufflé. J’ai soufflé si fort que l’automne et ses pluies orangées, l’hiver et son silence immaculé, le printemps et ses nuées revigorantes, l’été et le soleil; toutes les saisons à venir ont été balayées en l’espace d’un instant. De mon souffle il ne reste aujourd’hui que du vent. Ce jour-là le ciel, bien que privé des saisons, allait commencer une certaine forme de repos au sein de mon esprit.

Mais il restait le jour et la nuit, qui me hantaient toujours et me maintenaient éveillé dans ma somnolence. Sur le pas de mon appartement j’ai encore soufflé, espérant non seulement les emporter loin, mais aussi les faire disparaître. En vain, le jour et la nuit se succédaient toujours, impassibles à mon agonie, et le vent soupirait.

A bout de forces et appuyé contre le chambranle de la porte, j’ai renoncé à les faire disparaitre. Ayant eu l’idée de les réunir, j’ai demandé au vent, désormais indépendant de moi, de m’y aider.

Du vent et de l’alliance du jour et de la nuit sont apparus mes premiers pouvoirs. Ils se sont rapidement approprié une part de ce qui me constitue. Je me sentais faible mais, dans l’ombre. Ce même jour j’ai ressenti une cassure en moi. Enfin, après avoir tant patienté, j’ai senti le sommeil me gagner. Mais il me restait certaines choses à accomplir. Avant de fermer les yeux à jamais. Mais je crois que j’étais trop fatigué pour me rendre compte de ce que je faisais vraiment… »

Après avoir réfléchit, Hisméria se calma et stoppa ses pouvoirs. « Après tous, nous ne sommes pas dans un combat à mort. Je ne sais pas quel est le niveau en air de mon adversaire, mais en vue de l’impact de sa précédente attaque, elle a clairement contrôlé sa force pour ne pas me blesser. Je vais tacher d’en faire autant. C’est une bonne chose de pouvoir maitrisé l’impact de ses coups. J’ai encore beaucoup de chemin à faire de ce côté-là.  Cependant, il faut encore que je me libère. » Pensa l’homme d’un calme absolu.

La jeune femme semblait procéder à un compte à rebours pour attendre avant de me libérer. « Mais je ne compte pas me laisser aller et simplement attendre. Si j’ai bien compris le principe de cet art martial, celui-ci repose sur l’utilisation de la force de son adversaire. Réfléchis Hismé, réfléchis. Il doit bien avoir un moyen pour te libérer sans tes pouvoirs…

Utiliser la force de son adversaire… Hum. J’y suis ! Eren (le seinsei d’Hisméria en Iaido) m’avait une fois parlé de l’utilisation des points vitaux. » Pensa Hisméria persuadé d’avoir trouvé un moyen de contre attaquer.  Jusqu’à présent, l’homme n’était que très peu convaincu par ce genre de technique. Mais c’est le moment où  jamais de juger de leur efficacité.

Hisméria se concentra pour se rappeler avec précision les gestes qu’il devait effectuer. Faisant fonctionner sa mémoire visuelle pour se souvenir des gestes de son sensei. Et sans utiliser aucun de ses pouvoirs, l’homme relâcha tous son corps pour ensuite, effectuer un point de pression sur la main de la jeune femme. La petite douleur s’échappant devrait faire qu’elle relâche sa prise et me permettra de me libérer. Ou du moins je l’espère, sinon je vais rester bloquer un bon moment comme ça.
#   Jeu 7 Aoû 2014 - 22:48

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Nathanaël Lancer et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 460
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 21

Je sens rapidement quelques tentatives de mon adversaire avec son pouvoir. J'ai peur qu'il soit plus fort que moi, j'ai peur de ne pas tenir le coup. Je sens l'air vibrer légèrement autour de nous, mais cela s'arrête soudainement. Il n'utilise plus son pouvoir. D'abord un peu surprise, je ne relâche pas ma concentration. Ce serait vraiment trop bête de se faire avoir comme ça. Je l'observe, tente de deviner sa prochaine action, car je suis sûre qu'il va essayer de se libérer. Je réfléchis aux possibilités qui s'offrent à lui... mais je ne me suis pas préparée à ça.

Sans crier garde, je sens qu'Hisméria relâche tout son corps. Interdite, je comprends trop tard. Une vive douleur parcourt ma main, me volant un petit cri au passage. Ma concentration vole en éclat, laissant tout le loisir à mon adversaire de renverser la situation. Il se libère et, devant mon manque de réaction, en profite pour m'immobiliser. Bloquée à mon tour, je me mets à réfléchir. Je dois économiser mes forces. Gigoter ne m'apportera rien. J'envisage la possibilité d'utiliser l'air, mais rejette cette idée. Mon adversaire ne l'utilise plus, je le sentirais sinon. Et c'est ce que je souhaitais... plus de pouvoir. Je pourrais utiliser la même technique qu'Hisméria. Trouver un point faible, le distraire... je réfléchis. Plus vite Selvi, plus vite ! Je balaie l'idée de m'attaquer à sa main. C'est ce qu'il vient de faire et il ne semble pas stupide au point de me laisser faire la même chose. Il y a bien les pieds, mais je crois que ce n'est efficace que lorsqu'on est debout, pour faire chuter la personne... ah, la gorge... oui, mais c'est dangereux et je n'ai pas envie de le blesser. En plus, je ne pense pas pouvoir l'atteindre. Mes bras sont bloqués et ma main est encore un peu engourdie.

Je soupire. Il faut que je trouve quelque chose, un point faible dans sa prise. Rien... mes bras, mes jambes sont inutiles. Ne souhaitant pas céder à l'abandon trop facilement, j'essaie de bouger un peu, voir comment mon adversaire réagit. J'essaie de visser mon poignet et je rentre mon pouce de manière à ce que ma main soit la plus fine possible et doucement, je les sens glisser dans sa main. Le moment fatidique sera lorsqu'il me lâchera, soit pour reprendre sa prise correctement, soit parce que j'aurai réussi à sortir ma main de la sienne. Ce sera une question de secondes, non moins ! Je devrai être rapide. Mais qu'est-ce que je ferai de ma main libre ? Vu où elle est, la seule cible disponible... c'est sa gorge... râaa, pourquoi !

Je bloque mon mouvement et le regarde dans les yeux. J'y vois beaucoup de détermination. C'est bien, il en faut. Sans doute suis-je un peu trop tendre. Tant pis... je souhaite rester moi-même avant tout. Ce n'est pas parce que j'apprends à me battre que je vais devenir un monstre sanguinaire ou je ne sais pas quoi d'autre. Je souris à Hisméria.

- Tu as gagné, j'abandonne, félicitations



merci Haley
#   Ven 8 Aoû 2014 - 18:38
avatar
Invité

Hisméria dans un dernier effort continua le combat. A force de persévérance, l’adolescent réussit à se défaire de la prise de son adversaire. En un instant la situation fut à son avantage. L’adolescent ne lâcha rien, mais ne pensais pas tenir. Il faut dire que La jeune femme semblait déterminée à continuer le combat, mais à la grande surprise d’Hisméria celle-ci prononça :  

- Tu as gagné, j'abandonne, félicitations

Le sourire de la jeune femme semblait sincère et apaisé, puis celle-ci se releva.

« Qu’est ce qui a bien pu se passer ? Pourquoi à t’elle abandonné ? » pensa l'adolescent

Hisméria se souvient d’un poème qui imageait parfaitement ce qu’il était devenu avec le temps :

*

« Je suis un fléau qu'il faut éradiquer
Un truc qui n'a pas le droit d'exister
Quelque chose que tout le monde rejette
Considéré comme moins qu'un insecte
Alors s'il est décidé que je dois crever
Viens me chercher

Une quelconque rêverie obscène dans mes yeux
Lorsque ceux-ci sont énucléés par le feu
J'arrive encore à désirer que mon sacrifice
Ne soit que le premier d'une longue liste
Et que d'autres subiront le même supplice

Alors que je cherche mon ombre tutélaire
Alors que mon corps tutoie le néant
Le monde change, irréel et inquiétant ;
Insensiblement, je glisse vers cet implacable univers.
Mes maîtres sont là, en nombre, présents et hostiles

Certains amènent mon lot de questions
Mais le sanctuaire regorge de fantômes versatiles
Dont je cherche au loin la véritable version.

Les démons devinent violemment l'indicible
Inconscients du drame du jour et de l'heure
Sous un soleil timide et dévastateur
Je promène mon avenir innocent et risible.

Les monstres menacent mes moments de quiétude
Arrachés au firmament légendaire du rêve
L'amour fut un mythe, ainsi que le nombre et la multitude
Qui appartiennent au passé qui se lève.

Je sais le présent si proche et si beau
Dans un monde si fragile et ténu  
Où au vide succède le vertige des mots
Où la renaissance meurt juste après avoir vécue.

Puis la force des actes réapparaît librement
Des restes d'un passé qui avait abdiqué

Mon corps est à l'image du monde dans lequel j'ai sévi
Une chose infâme dont on ne pense qu'à enlever la vie
Mon sang dégoulinant de monstre pourra nourrir la terre
Pendant que les diables me clameront maître de l'Enfer »

Hisméria sourit puis prononça :

- Au final tu es en mesures de t’exprimer.

L’homme fit une courte pause puis reprit :

- Je vois, tu cherches à ne pas te perdre en chemin, c’est une manière admirable de se préserver. Mais laisse-moi te donner un conseil si tu veux bien : tu as surement des raisons qui font qu’aujourd’hui tu cherches à te défendre. Si tel est le cas, il ne faudra pas abandonner lorsque tu seras en mesures de porter le coup fatal à ton adversaire. J’ai bien conscience que dans notre cas, ce n’était qu’un entrainement, mais abandonner est une preuve de faiblesse. Peut-être que tu penses que je ne suis qu’un monstre qui a soif de vengeance, peut être que tu crois pouvoir te préserver en ayant ce genre d’attitude, mais laisse-moi te dire, dans la vrai vie, ça ne marche pas comme ça. Je suis quand même content d’avoir combattu avec toi aujourd’hui, c’était formateur pour moi aussi. Nous aurons l’occasion de nous recroiser.

Hisméria se retourna et s’apprêta à sortir du gymnase puis prononça :

- Peut-être qu’un jour je connaîtrais ton nom ?
#   Ven 8 Aoû 2014 - 21:29

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Nathanaël Lancer et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 460
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 21

Je me relève rapidement lorsque Hisméria me libère de son emprise et lui fait face. Il me sourit.

- Au final tu es en mesures de t’exprimer.

Je lâche un petit rire. C'est vrai que je n'ai pas été très bavarde. Ma timidité est toujours présente, mais je crois que pendant cette leçon, c'est surtout la concentration qui m'a faite me taire.

- Je vois, tu cherches à ne pas te perdre en chemin, c’est une manière admirable de se préserver. Mais laisse-moi te donner un conseil si tu veux bien : tu as surement des raisons qui font qu’aujourd’hui tu cherches à te défendre. Si tel est le cas, il ne faudra pas abandonner lorsque tu seras en mesures de porter le coup fatal à ton adversaire. J’ai bien conscience que dans notre cas, ce n’était qu’un entrainement, mais abandonner est une preuve de faiblesse. Peut-être que tu penses que je ne suis qu’un monstre qui a soif de vengeance, peut être que tu crois pouvoir te préserver en ayant ce genre d’attitude, mais laisse-moi te dire, dans la vrai vie, ça ne marche pas comme ça. Je suis quand même content d’avoir combattu avec toi aujourd’hui, c’était formateur pour moi aussi. Nous aurons l’occasion de nous recroiser.

Je le regarde, interdite. Il a tout compris. Il sait que j'aurais pu continuer le combat, mais que j'ai préféré m'arrêter pour ne pas risquer de le blesser... ou du moins il le soupçonne. Je le regarde se retourner sans savoir quoi lui dire. Je sens que je dois répondre. Ça ne peut pas se terminer ainsi. Il manque quelque chose. Je m'apprête à l'appeler tout de même et tant pis, je verrai bien ce qui sortira, mais il s'arrête de lui-même.

- Peut-être qu’un jour je connaîtrais ton nom ?

Il me tend la perche.

- Attends ! Je... je m'appelle Selvi. Selvi Sayanel. Je suis ravie d'avoir été ton adversaire.

Je marque une courte pause. Je sais à présent ce que je veux lui dire.

- Et... je ne pense pas qu'abandonner soit une preuve de faiblesse. C'est parfois faire preuve de maturité. C'est connaître ses limites et savoir ne pas les dépasser. Tu n'es pas mon ennemi. Je n'ai aucune raison de te blesser.

Si je suis ces cours d'aïkido, c'est pour pouvoir me défendre et défendre ceux qui me sont chers. Je ne sais pas encore qui sont mes ennemis, mais, au fond de moi, je sens que je ne vais pas tarder à les connaître et ce jour-là, j'aimerais être prête. Je ne sais pas si ce que je fais ici et maintenant pourra changer ce qui se passera demain, mais je veux au moins être en mesure d'essayer.



merci Haley
#   Lun 11 Aoû 2014 - 16:42
avatar
Invité

Hrp : Je finis le topic vu afin de pouvoir me consacrer entièrement à l’event ! Si tu veux, on pourra relancer un autre topic plus tard avec plaisir ! Désolé c’est un peu plus court …

*

- Attends ! Je... je m'appelle Selvi. Selvi Sayanel. Je suis ravie d'avoir été ton adversaire.

Hisméria sourit et regarda la jeune femme avec un regard impartiale. L’homme prononça :

- C’est un très jolie nom que tu as l’as, je tacherai de m’en souvenir.

La jeune femme sans trop tarder reprit la parole :

- Et... je ne pense pas qu'abandonner soit une preuve de faiblesse. C'est parfois faire preuve de maturité. C'est connaître ses limites et savoir ne pas les dépasser. Tu n'es pas mon ennemi. Je n'ai aucune raison de te blesser.

Les paroles de Selvi déclenchèrent en Hismé une réflexion sur le sujet :

*
« J'étais seul et désespéré,
On m'a dit d'abandonner, de l'oublier,
Et si j'en suis la aujourd'hui
C'est parce que je ne les ait pas écouté. C’est parce que j’ai toujours eu le désir d’aboutir.

Grace à cette chose qui m'a poussé,
Cette force puissante et inatteignable,
Qui, en moi, était inaliénable,
Et aujourd'hui je sais qu'elle ne m’a pas trompé!

Alors écoute S.N.E et apprend
Ces mots que je ne te dis pas assez souvent:
Laisse-toi aller à ton désespoir sans arrêt
Je t'interdis aujourd'hui de mourir avant que je te l’ai ordonné »

Sortant peu à peu de ses pensées, Hisméria sourit reprit une dernière fois la parole avant de sortir définitivement du gymnase et de disparaître :

- Tu as de la chance de ne pas encore connaitre ce genre d’évènement. Mais ma réalité des choses est bien différente, et je n’ai pas la chance de pouvoir faire confiance à qui que ce soit. Encore moins prendre le temps de considérer l’abandon comme une faiblesse. Non vraiment, il ne s’agit-là que de vie ou de mort. Avoir conscience de ses limites dans mon affrontement est permettre à son adversaire d’avoir un avantage.

Bien que tu ne sois pas mon ennemie non plus, je ne peux garantir de ce qui arrivera si un jour tu te mets sur mon chemin. Cependant, ça ne sert à rien d’en parler, puisque pour le moment ce n’est pas le cas. J’espère que tu arriveras à protéger les gens que tu aimes. Au revoir Selvi.
#   Lun 11 Aoû 2014 - 22:00

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Nathanaël Lancer et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 460
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 21

Suite à ma réflexion, Hisméria semble plongé dans ses pensées. Après un instant de silence, il sourit.

- Tu as de la chance de ne pas encore connaitre ce genre d’évènement. Mais ma réalité des choses est bien différente, et je n’ai pas la chance de pouvoir faire confiance à qui que ce soit. Encore moins prendre le temps de considérer l’abandon comme une faiblesse. Non vraiment, il ne s’agit-là que de vie ou de mort. Avoir conscience de ses limites dans mon affrontement est permettre à son adversaire d’avoir un avantage.

Bien que tu ne sois pas mon ennemie non plus, je ne peux garantir de ce qui arrivera si un jour tu te mets sur mon chemin. Cependant, ça ne sert à rien d’en parler, puisque pour le moment ce n’est pas le cas. J’espère que tu arriveras à protéger les gens que tu aimes. Au revoir Selvi.


Je le regarde partir sans le retenir. Ce qu'il a dit me perturbe un peu. Qu'a-t-il bien pu vivre pour avoir ce genre de réflexion. Tout est tellement sombre dans ses propos. Il n'est pas près de trouver la paix. Je soupire. La salle s'est vidée. Les autres élèves ont aussi terminé leur combat, même le professeur est parti sans que je ne le remarque, pourtant il ne me semble pas que nous ayons combattu longtemps. Je profite d'être seule pour faire encore quelques exercices, puis des étirements. J'aime ce silence et cette solitude. C'est apaisant. Puis, je m'allonge sur le tapis et ferme un instant les yeux. Je me remémore ce que j'ai appris aujourd'hui, je revois les gestes et réentends les explications, les conseils. Ensuite, je tente de me souvenir des autres leçons. Je ne sais pas si cela sert à quelque chose, mais j'aime faire cette démarche à la fin de chaque entraînement. Je le fais rarement ici, souvent dans ma chambre, mais puisque je suis seule, autant en profiter.

Une fois que j'ai passé en revu tout ce dont je peux me souvenir, je me relève et quitte les lieux. Je suis heureuse, car je sais que j'ai énormément progressé depuis mon premier cours, mais il n'est pas encore temps de baisser les bras. Je ne suis qu'au début d'un long apprentissage.

[hrp : ne t'en fais pas, j'avais prévu de conclure moi aussi. ^^]



merci Haley
#   
Contenu sponsorisé

 

Parce que pour survivre, il faut apprendre à se battre [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Gymnase.