Partagez
Être si proche et si loin à la fois. (Pv : Makiko)
##   Mer 16 Juil 2014 - 12:28

Personnage ~
► Âge : 32 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Aëlita Stones
Messages : 82
Date d'inscription : 04/03/2013
Age : 39
Emploi/loisirs : Humm.
Humeur : Vous tenez vraiment à ce que je réponde ?

Ma crise d'angoisse ne voulait pas passer. J'étais repliée sur moi même, les genoux ramenés contre ma poitrine, mes bras enserrant mes jambes, et mon corps tout entier qui ne cessait d'aller d'avant en arrière. Mes traits étaient tirés, mon coeur battait la chamarade, mais aucune larme ne coulait. Rien. Etais-je devenue insensible ?
Mes pouvoirs, à côté de moi, fusaient. Ils extériorisaient ce que mes yeux étaient incapables de faire. L'eau du petit ruisseau qui se trouvait à quelques mètres de moi était sortie de son berceau pour venir creuser un cercle autour de moi. A l'intérieur de ce cercle, des vagues se créaient, se cognant avec violence contre les rebords. Des ronces avaient commencés à s'étendre et à m'entourer. Je m'enfermai dans mon monde. La pluie ne tarda pas à tomber à sceau, les éclairs retentirent au dessus de ma tête. Je ne tardai pas à être trempée, mais je ne le restai jamais bien longtemps, la température de mon corps augmentant toujours rapidement jusqu'à me sécher. Bientôt, sans jamais cesser de déchaîner les éléments, la vitesse de l'air s'accentua et je ne tardai pas à me retrouver au milieu d'un tornade, presque d'un typhon, l'eau s'y mêlant avec une aisance folle.
Et moi, je restai là, sans bouger, recroquevillée. Les paroles de la gosse des escaliers résonnaient au creux de mon être.
"Light ne voulait pas ça pour toi". Un frisson me parcourut, et j'abattis finalement mon poing au sol avec rage, provoquant une légère secousse sur une bonne partie de la forêt.

-Elle ne sait rien ! Rien ! RIEN !

Enfin, des larmes coulèrent le long de ma joue, et le liquide chaud et salé rejoignit rapidement mes lèvres. Mais ces larmes étaient mues par la colère.

-SALE PETITE PESTE ! hurlai-je.

Une fois encore, mes pouvoirs m'échappèrent, la foudre s'abattit sur un arbre, et ma voix, amplifiée par mes pouvoirs, s'éleva dans les airs, résonnant à des kilomètres, provoquant un envol d'oiseaux à plusieurs mètres d'ici.
Alors que je levai ma main pour m'essuyer les yeux, je perçus alors les pensées de quelqu'un. Une gamine qui traînait dans la forêt. Ce n'était pas vraiment l'heure pour une promenade. Mes pensées se stoppèrent soudainement lorsque, visitant ses souvenirs, j'aperçus le visage de Light.
Je me redressai d'un coup, et tel un robot, je me levai. Autour de moi, l'eau retrouva son ruisseau, les ronces disparurent dans la terre, le feu s'éteignit et la pluie se calma petit à petit. Je marchai, non, courrai dans sa direction, vivant ses souvenirs, revoyant Light, m'imaginant toucher son visage, laisser glisser mes doigts sur sa peau...
Non. Je me stoppai nette dans ma course. Qu'est-ce que cet homme faisait ? Il touchait Light ? Comment osait-il... Comment osait-il faire...
Mon corps se transforma, et bientôt, tombant à quatre pattes, je me retrouvai avec de grosses pattes, des griffes aiguisées, et un pas léger.
Sous la forme d'un tigre blanc, je parcourais la distance qu'il me restait avant de rejoindre la source de toutes ces pensées en quelques secondes à peine. L'apercevant face à moi, je lui sautai au visage, la plaquant au sol, sans même lui laisser le temps de réagir. Mon coeur battait vite derrière ma cage thoracique, et un seul mot de travers de sa part et je lui gelai son flux sanguin.
Je repris forme humaine, tout en continuant à la plaquer au sol.

-Qu'avez-vous fait à Light ?! scinda ma voix glaciale.

Mes yeux s'ancrèrent dans les siens, petits, perçants, vifs. Des yeux de rapace. Mes ongles s'allongèrent, et mes dents devinrent légèrement plus pointues. Je la défigurai.

-Qui est cette ordure qui a osé lui faire du mal ?!

De nouveau, ma voix brisa le silence ambiant de la forêt. Je m'appuyai sur la jeune femme, appuyant mon genou sur ses poumons. Dépêche-toi de répondre. Dépêche-toi de répondre, ou je te tue.


I will destroy you.
##   Mer 23 Juil 2014 - 21:07
Anonymous
Invité

Les cheveux relevés en queue de cheval, des vêtements légers et confortables enfilés à la va vite le matin, Makiko s'entraînait comme le lui avait montré Aoi. Malaxer l'air, le sentir, l'utiliser, changer son sens, sa vitesse, la température d'un courant d'air, elle le faisait déjà un peu mieux, du moins aussi bien que lui permettait son statut d'Initiée, mais elle s'efforçait à se lever tôt les matins où elle n'avait pas cours pour aller dans la forêt pour se tester. Mais depuis qu'elle avait été alertée de la présence de l'Avatar et depuis l'affrontement Dante-Light, elle se sentait de moins en moins à l'aise et en sécurité, seule dans ces bois qu'elle trouvait, ce jour là, particulièrement sombres.

La jeune femme ramassa son katana. Elle était restée plus longtemps qu'elle ne l'aurait du et Eïon, qu'elle devait rejoindre, s'inquiéterait sûrement -et inutilement au passage.
Makiko commençait à bien connaître cette partie de la forêt et hésitait un peu moins quant aux détours à prendre. Elle naviguait entre les troncs sans faire attention au bruit qu'elle faisait ou aux choses l'entourant. Ainsi, elle n'entendit pas la bête qui fonçait vers elle. Elle n'entendit pas ses pattes énormes écraser les brindilles jonchant le sol avec violence et rage et lorsque la créature se retrouva sur elle, elle n'eut même pas le temps de hurler. Elle hoqueta et tenta de se dégager pendant quelques secondes avant de se rendre compte qu'elle ne le pouvait pas, même avec toute la volonté du monde.
C'était un tigre, blanc et noir qui l'écrasait avec cette force inouïe. Elle craignait que l'animal ne lui arrache la tête d'un coup de patte mais celui-ci prit l'apparence d'une femme. Largement plus âgée qu'elle, aux traits déformés par la rage, la tristesse et d'autres émotions toutes mélangées et donnant à son visage une air effrayant et repoussant à la fois.

-Qu'avez-vous fait à Light ?!

Makiko plongea ses yeux dans les siens, sans comprendre ce qu'elle demandait. Son corps entier était crispé et douloureux. Le genoux de la femme appuya sur sa poitrine et elle chercha l'air, le trouvant avec beaucoup de peine.

-Qui est cette ordure qui a osé lui faire du mal ?!


Il ne lui fallut pas plus de temps pour comprendre que l’agressive femme était la dangereuse Avatar et qu'elle cherchait Dante. Elle pensa à autre chose, à tout ce qu'elle pouvait trouver, se concentrant sur les zones de son corps les plus douloureuses et en usant de son pouvoir de guérison. Elle ouvrit la bouche une première fois, mais aucun son ne s'en échappa. La seconde fut la bonne, et en premier tant bien que mal le ton de la personne la plus ignorante du monde elle souffla:

-Light ? Qui... Est-ce ?
##   Mer 23 Juil 2014 - 23:34

Personnage ~
► Âge : 32 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Aëlita Stones
Messages : 82
Date d'inscription : 04/03/2013
Age : 39
Emploi/loisirs : Humm.
Humeur : Vous tenez vraiment à ce que je réponde ?

Mon regard devint noir. Mes yeux, perçants, s'ancraient dans les siens, et je sentis mes canines devenir encore plus pointues. Cette insolence... Cette insolence dont elle venait de faire preuve...
Mon iris commença à changer de couleur, hésitant entre toutes les couleurs des éléments.
Mon pouvoir de Titan prit le dessus sur ma volonté, et sous mon genou, un 'crac' retentit. A l'entente de ce son, j'eus terriblement envie d'en profiter pour en finir avec cette idiote immédiatement, mais je me rappelai bien assez vite que si je mettais un terme à ses souffrances, de une, je ne pourrais pas me venger pour ce qui avait été affligé à Light, et de deux, je ne pourrais pas connaître le nom de cet espèce de... qui avait fait du mal à Light.
Alors, seulement après une côte cassée, je me relevai souplement, reposant mon pied sur l'abdomen de la jeune fille pour qu'elle ne puisse pas se relever, me servant en prime de mes pouvoirs de Marionnettiste pour la bloquer du reste de ses mouvements.
Je lui offris un sourire assassin, la fixant du regard. Mon sourire s'étira en coin lorsque je parvins à percer ses pensées qu'elle s'efforçait de camoufler.
Un rire mauvais m'échappa.

-Alors cette enflure s'appelle Dan... Dante ? C'est bien ça ? lui demandai-je avec une voix doucereuse.

Je restai un moment avec cet air rayonnant, avant de retrouver un visage froid et dur.

-Espèce de peste ! Qu'est-ce que tu pensais pouvoir me cacher avec ton joli minois et tes paroles douces ? Tu crois que c'est si facile ?

Mon rire franchit à nouveau la barrière de mes lèvres. Je m'amusai à faire tourner mon pied sur son torse comme si j'écrasai un mégot.

-Hmm... Comment est-ce que je pourrais donc me venger de ce que cet homme a fait à Light maintenant, hein ? Eclaire-moi ?


I will destroy you.
##   Jeu 24 Juil 2014 - 16:03
Anonymous
Invité

Makiko commençait à suffoquer. L'air devenait de plus en plus dur à trouver et la pression sur sa poitrine augmentait. Son regard écarlate croisa celui de la femme au-dessus d'elle. Bleu, rouge, vert, jaune, gris... Tout y passait et les éléments qui étaient d'habitude les plus doux portaient à présent des menaces de mort.
Elle tenta à nouveau de se dégager de l'emprise mais le genou de l'Avatar s'enfonça plus profondément et le craquement d'un os se brisant retentit, immédiatement suivit d'une douleur aiguë qui envahit tout son corps. Elle lâcha un gémissement, retenu par le manque d'air dans ses poumons. Sa tête commençait à lui tourner, mais elle se retint de bouger sou la douleur, pour éviter d'aggraver sa blessure.
Tout d'un coup, elle sentit la pression la libérer, une fraction de secondes avant qu'Aëlita, redressée n'enfonce son pied entre ses côtes pour la maintenir à terre. Non seulement elle titillait sa côte cassée, mais, elle usait aussi du marionnettisme afin de la garder totalement sous son emprise.

-Alors cette enflure s'appelle Dan... Dante ? C'est bien ça ?

La voix de la jeune femme était emplie de mépris, extrêmement mielleuse.
Makiko se mordit la lèvre inférieure. Elle s'en voulait de ne pas avoir pu camoufler correctement ses pensées, mais elle continua tant bien que mal afin de préserver ce qu'elle pensait à présent comme vital: sa relation avec Dante et Aikô.

-Espèce de peste ! Qu'est-ce que tu pensais pouvoir me cacher avec ton joli minois et tes paroles douces ? Tu crois que c'est si facile ?


Le pied de l'Avatar labourait sa poitrine, faisant bouger l'os de façon douloureuse et dangereuse.

-Hmm... Comment est-ce que je pourrais donc me venger de ce que cet homme a fait à Light maintenant, hein ? Eclaire-moi ?

Makiko ferma les yeux et se concentra sur son pouvoir de guérison, aussi bien qu'elle le pouvait, pour diminuer la douleur et les dégâts sur son corps. Elle pensa à utiliser l'air, mais y renonça presque tout de suite, préférant ne pas énerver plus son agresseuse. Elle n'osait même pas ouvrir la bouche et préférait rester muette, attendant une chance de se dégager.
Puis, réfrénant la peur qui l'envahissait:

-Light s'est laissé faire...
##   Ven 25 Juil 2014 - 16:34

Personnage ~
► Âge : 32 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Aëlita Stones
Messages : 82
Date d'inscription : 04/03/2013
Age : 39
Emploi/loisirs : Humm.
Humeur : Vous tenez vraiment à ce que je réponde ?

HRP : Je suis sorry, Lili est très méchante dans la façon dont elle traite Makiko >O> Si ça ne te plaît pas, n'hésite pas à me le dire...

Je crois que depuis que j'étais à Terrae, je n'avais jamais été aussi enragée. Sa phrase résonnait en moi tel l'écho dans la montagne. "Light s'est laissé faire". Light s'est laissé faire... Light s'est laissé...
Toute mon énergie explosa d'un coup. Enfin, toute ? Je n'en sais rien. Je n'ai jamais été jusqu'au bout, jusqu'au fond ; je n'ai jamais été jusqu'à cet instant fatal où je n'aurais pu d'énergie. C'était dangereux. Bien trop dangereux. Et j'en avais conscience. Je ne voulais pas détruire le monde.
Alors j'avais appris à me gérer avec Light. J'avais grandi à ses côtés, j'avais pris connaissance de mes pouvoirs. Je m'étais familiarisée avec, j'avais même commencé à créer de jolies choses. J'étais devenue heureuse d'avoir ces pouvoirs. Je pouvais créer la vie. Je ne faisais plus qu'un avec la nature, vivant en harmonie avec elle. Je vivais avec la nature, et avec Light.
"Light s'est laissé faire..."
Menteuse.
Tous mes sens se décuplèrent. Ma télépathie se répandit sur l'ensemble de Terrae, m'empêchant de comprendre fixement les pensées de cette gamine à mes pieds. L'orage tonna, la pluie s'abattit sur nous. La terre se mit à trembler. Mes cheveux volaient dans le vent, la pression s'accentuait et parallèlement, une tornade se formait autour de nous. Je n'avais même plus envie d'être gentille, et ma voix mielleuse m'avait quitté.
Ma respiration était devenue plus forte. Mes pouvoirs m'échappaient littéralement. Light m'avait appris à me contenir. Parce que mes pouvoirs étaient dangereux. Encore plus que les siens. Encore plus que ceux des Masters. Mais là, je ne pouvais tout simplement pas m'en empêcher.
Elle allait mourir. Pour ces quelques mots, prononcés si innocemment. Elle allait le payer.

-Sale menteuse, grogna ma voix, d'un timbre que je n'avais encore jamais entendu sortir de ma bouche.

On aurait dit que le son de ma voix venait directement des enfers. Elle était empreinte de tant de choses, de mauvaises choses, que j'étais incapable de décrire cette voix. La seule chose que je savais, c'est qu'elle naissait directement de mon pouvoir de Sonore.
Je finis par retirer mon pied de sa poitrine. Me servant de l'air pour la porter, je la forçai à se redresser, la postant sur ses pieds. Usant de mon pouvoir de guérisseur, je stoppai ses soins, que je lui avais autorisé depuis bien trop de temps. Je me mis à contrôler son corps, la forçant à me regarder. Ma voix, glaciale, franchit de nouveau la barrière de mes lèvres.

-Ne bouge pas, lui ordonnai-je.

Mon pouvoir de Sonore fit effet, et sa volonté s'associa à la mienne, la clouant sur place, hypnotisée.
Mon sourire carnassier reparut sur mes lèvres. Les pensées de chacun des membres de cette foutue Institut envahissait mon esprit, me créant un mal de tête atroce.
Je créai une énorme sphère d'eau dans ma main, l'envoyant sur Makiko. J'avais été adorable sur ce coup. Je n'avais même pas visé sa tête. Enveloppant son corps d'eau, je gelai le liquide qui lui compressa le corps.
Je m'approchai d'elle, lentement. A chaque pas, le sol tremblait, se fissurant toujours un peu plus grâce à mes dons de Titan.

-Je te prendrai tout ce que tu as, la prévins-je.

Elle venait de battre Hideko. Cette femme que je haïssais tant... Elle prenait pourtant la seconde place. Cette salope d'Air avait gagné mon coeur de plein fouet.
Je tapai du pied. Le sol se fissura.

-Tout, répétai-je.

L'orage tonna. Un éclair s'abattit sur le sol. L'arbre prit feu. L'herbe qui nous entourait suivit le même mouvement. Je donnai un coup de talon, et mon sourire s'agrandit. Je lui donnai une pichenette sur le front, brisant la glace, la faisant tomber à la renverse. La faille s'était ouverte. Et elle tombait dans le vide.

-Et quand tu n'auras plus rien, je te tuerai, soufflai-je, avant de disparaître.

Allez. Utilise l'air. Sauve-toi. Survis. Et laisse-moi te prendre tout ce que tu chéris.
Elle s'appelle Aiko... C'est ça ? Pff. Stupide prénom. Aucun goût.
Après la téléportation, j'arrivai dans la cour, sous la forme d'un étudiant ordinaire. Tu allais payer pour tout ça, sale petite peste.


I will destroy you.
##   Ven 25 Juil 2014 - 18:28
Anonymous
Invité

[Hrp: Nan t'en fais pas, c'est super mignon tout ça xD ! Plus sérieusement, continue sur ta lancée, c'est super :) ]

Même si Makiko était, depuis le début, certaine que, cette femme en face d'elle, refuserait de la laisser indemne, elle n'aurait jamais pensé à un tel dénouement.
Elle tombait, à une vitesse qui lui était totalement inconnue, presque, inintéressante. Son esprit était encore embué, focalisé sur la voix caverneuse d'Aëlita, sur l'hypnose étrange et dangereuse qu'elle avait subit, en quelques secondes et sur les menaces. Elles étaient bien assez explicites pour qu'elle comprenne de qui elle voulait parler. La jeune femme était presque soulagée à l'idée que sa fille soit avec Dante. Presque soulagée, puisqu'elle s'inquiétait tout autant pour les deux.
Ses habits collaient à sa peau, malgré le vent soulevé autour d'elle, mouillés par les torrents de pluie créés par la colère de la folle furieuse qui l'avait jetée là. Elle avait beau essayer de se concentrer, de faire comme lors de son entraînement, mais rien n'arrivait, son corps entier la faisait souffrir et elle ne pouvait se concentrer. Elle continuait de tomber, sans savoir où se situait le sol. Certainement très proche, toujours plus proche et elle allait s'écraser.

Makiko ferma les yeux, n'osant même plus respirer et se concentra sur les colonnes d'airs soulevées par la vitesse de sa chute. Mais, épuisée, souffrante, elle parvenait à peine à les ressentir. Elle finit par miser, de tout son cœur, sur la chance, le hasard, les coïncidences, la bonne fortune, son ange gardien, sa bonne étoile et toutes ces choses stupides et potentiellement inutiles.
Elle fut secouée, comme lancée par un filet, puis retomba, avant d'être à nouveau lancée, une dernière fois, pour se retrouvée, le nez collé sur une surface invisible et au touché peu certain. Elle cligna des yeux quelques secondes avant de comprendre que la chance avait fonctionné et qu'elle avait pu malaxer l'air, sans réellement s'en rendre compte. Une sorte filet tendu, invisible, l'avait retenue, à quelques mètres du sol et à quelques secondes de la mort.
Son corps tremblait et la jeune femme sentait la fatigue tomber sur elle, des frissons de douleur traversant sa colonne vertébrale et lui donnant un mal de crâne presque insoutenable. Il ne lui fallut pas très longtemps, pour comprendre qu'elle devait essayer de rejoindre une des paroi avant que son filet miracle ne lâche. Elle rampa, non sans peine, jusqu'à la plus proche et posa une main tremblante sur une des roche saillante, trempée, comme à peu près tout autour d'elle. Makiko s'y agrippa à bras le corps et leva la tête.
Contrairement à ce qu'elle avait cru, la faille n'était pas si profonde, et elle aurait atteint le haut rapidement si elle ne s'était pas sentie si mal. Mais elle serra les dents et s'efforça de ne pas glisser, s'aidant de tout son corps, malgré son côté douloureux et sa peur qu'un des morceaux d'os ne perce l'un de ses poumons.
Arrivée en haut, elle fut prise de cours par les flammes qui ne s'étaient pas éteintes et qui se propageaient petit à petit malgré les herbes mouillées. Elle se hissa, tremblante, se mordant les lèvres au sang sous la douleur et se laissa retomber un instant pour reprendre son souffle. Puis elle contourna le feu, encore minime et s'en éloigna jusqu'à être à bout de force.
Makiko se posa, le dos contre un arbre, cherchant désespérément une idée pour se sortir de cet endroit apocalyptique...
##   Ven 25 Juil 2014 - 19:06
Anonymous
Invité

-Je lui avait dit de pas aller dans cette putain de forêt seule ! Tu y crois ça ? On m'écoute jamais et elle a presque deux heures de retard. Je lui en ai laissé du temps quand même. Merde !/

Je jetais un coup d'oeil à mon interlocuteur, Miko, le chat d'Ezequiel qui squattait ma salle de classe depuis le dernier passage du blondinet et qui se léchait allègrement les parties intimes sans me prêter attention. Je finis de ranger mes affaires et sortis précipitamment de la salle, me dirigeant à vive allure vers la forêt. 
La cours était quasiment vide, je croisais une seule élève, une demoiselle semblait assez perturbée et étrange, mais je n'y fis guère plus attention. On a tous nos soucis et le mien pourrait être grave.
Au bout de quelques minutes, je me mis à courir, bousculant au passage quelques personnes qui m'injurièrent, comme d'habitude en fait. En échange je lançais quelques bras d'honneurs ou des langues tirées de façon très mature.

[i]-Makiko Makiko... Voilà, si quelque chose lui est arrivé, je vais me faire boxer par Dante, grommelais-je.


J'arrivais à la clairière qui servait à Makiko de terrain d'entraînement. Pas de traces d'elle. Je soupirais et repris la route, espérant qu'elle m'ait devancé et soit arrivée à l'établissement. Le cœur battant je zigzaguais, me guidant grâce à une odeur âcre et dérangeante de bois brûlé et la chaleur que dégageais un, probablement, feu de forêt. Pourtant... Plus j'avançais, plus le sol était mouillé.... Je ne tardais pas à reconnaître, au sol, le pommeau du katana de la jeune femme, que je ramassais machinalement avant de reprendre dans la même direction.
J'apercevais des troncs calcinés et les premières flammes que j'éteignis d'un revers de la main. Je fis de même avec toutes les autres avant de voir, un peu plus loin, la silhouette féminine que je cherchais.

-Makiko !

Je m'élançais et l'atteignis rapidement. Elle était allongée, évanouie, la main appuyée sur son côté droit. Je tâtais doucement et m'arrêtais immédiatement après avoir sentit l'os brisé, presque manquant. Je la relevais doucement et sortit mon téléphone de ma poche. Vive les raccourcis, j'appelais directement chez Dante. Messagerie...

-Fais chier ! Dante, espèce d'abruti finit qui répond pas au téléphone quand il faut, rejoins moi à l'hôpital, je suis avec Makiko, et dépêche ton boule !

Quoi ? Fallait le ménager ?
[/i]
##   
Contenu sponsorisé

 

Être si proche et si loin à la fois. (Pv : Makiko)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Aux alentours de Terrae.
 :: Forêt.