Partagez
Dans le noir [pv Kakeru]
##   Mar 22 Juil 2014 - 21:33
Anonymous
Invité

Dans le noir [pv Kakeru] Tumblr_n7n2q90HTw1qbvovho1_r1_500
Dans le noir


Personne ne peut arrêter une fille qui rêve. Pourtant c'était dans un cauchemars que je me trouvais. Je ne me rappelais plus de rien, tout était noir et flou, comme si une ombre m'enlaçait, je ne voyais plus ni ne sentais. Tout mes sens était réduit à une voix livide dans ma tête, une voix qui me rappelait certaines choses... La mort de Shin, puis le cimetière, l'homme que j'avais suivis et après ... Et après... C'était comme si il n'y avait pas de suite, comme si tout avait été fait quand je dormais. Ma voix était la seule chose encore réel ainsi qu'une lumière qui m'éblouissait au travers de mes paupières, forte et chaude, réchauffant mon visage de manière agréable et rassurante.

Quand je libérais mes yeux, mes prunelles furent éblouies par cette lumière avant de m'habituer peu à peu. Je pouvais voir l'immense étendue du soleil levant, comme du haut d'une montagne au dessus d'une vaste plaine vide. Pas un bruit. Le paysage dormait sous la brume, dans la fraîcheur du matin. Étais je seule à voir ce merveilleux spectacle ? Seule dans l'immensité silencieuse de ce vide ? Peut être.
Ce spectacle me remplissait de ce sentiment pur, frais, de la beauté, que seul possède les jeunes gens, quand il ne pense a rien, n'écoutez que ses sens, sans souvenirs. Il me semblait éprouver une sorte de complicité entre moi et cette lumière de l'aube. Elle et moi, nous commencions.

Je détaillais nuages et plaine verdoyante par le hublot, comme si la terre et le ciel se mêlaient dans une apothéose remarquable. Un hublot.. Un avion, j'étais dans un avion. Je reconnaissais la vibration du moteur, l'odeur des plats réchauffés et le bruit insupportable qui envahissait l'espace. J'étais fatiguée, si fatiguée que mes yeux se fermèrent d'eux même.

Quand je les rouvrît, j'étais devant une grille, brillante comme le métal au soleil et teintée comme la pierre de jade. Qu'est ce que je fichais là ? Je crois qu'on m'avait bien expliquée quelque chose mais.. Je ne m'en souvenais pas. J'étais seule devant ce grand portail, j'avais l'impression de perdre la tête, comme si tout cela n'étais qu'un rêve et que j'étais devenue la folle. Cependant, attirée par une force qui ne m'appartenait plus, je dirigeais ma main vers l'un des barreau, guidée par une toute puissance étonnante. Au contact de mes doigts sur le métal froid, ma main se dérobe. Ce réflexe, presque électrique me surprend, c'est comme si je m'interdisais d'entrer... Je ramenais ma paume vers moi pendant que je scrutais aux alentours. Seuls des mélodies aviaires se faisaient entendre, magnifiques chants d'oiseaux qui me ravissaient les oreilles. Mais c'est une ombre qui attira mon attention, une silhouette qui s'évaporait pour réapparaître plus loin. Mes yeux la suivirent, surprise et angoissée, puis mes pas se dirigèrent tout seuls vers elle, abandonnant la grille au soleil. Je ne savais pas de qui il s'agissait mais je devais la suivre, je le sentais, cette ombre tanto familière tanto effrayante. Ma marche se transformait en course, et mes pensées furent troublées, je pensais apercevoir Shin. Je courais de plus en plus vite, ne m'inquiétant pas de l'environnement autour de moi, je traversais une route, un parc, une rue, je rencontrais des gens sur la course, ils me regardaient avec interrogation suivant mon corps pendant mon passage. Je traversais un champs puis.. Une lisière sombre. J'entrais dans une forêt sombre sans broncher, comme si celle ci se refermait sur moi avec une attraction envoûtante, comme une gueule qui dévore une proie. Je courais puis je marchais, ne percevant plus l'ombre que je suivais jusqu'à présent. Je m'étais enfoncée profondément dans la forêt et la lumière se faisait rare, laissant quelques traits par ci par la. J'étais perdue.

Je commençais à frissonner. J'avais fait demi-tour pour retrouver mon chemin mais je sentais que je tournais en rond. Tout se ressemblais et je ne savais pas comment morienter, si bien que je menfoncais de plus en plus dans la forêt. Ma robe blanche s'accrochait aux branches et mes sandales me faisaient glisser sur le sol. La lumière entrait de moins en moins et l'humidité emplissait mes poumons, c'était comme si tout mon être s'imprégnait de l'air... Je regrettais vite d'avoir poursuivie cette ombre, certainement mon imagination, pour me perdre dans cette forêt si sombre. Je me sentais idiote d'être passée à côté de cette grille, de ne pas l'avoir franchie quand elle se trouvait encore face a moi.

Puis, quand je marchais encore, grelotante, J'ai sentie une ombre se tapir dans le noir mobserver. Le silence avait cessé et j'entendais à la place des grognements et des bruits de pas, qui semblait tourner tout autour de moi.
Je l'ai vue immédiatement, la chose qui me suivait depuis un moment. Je me tenais debout sur un tâ de feuille colorées, mes yeux fixèrent la masse noir qui s'était immobilisé devant moi, mon cœur s'arrêtant presque. Il était énorme, aussi gros qu'un lion certainement, féroce et imposant. Sa présence, à elle seule, me terrifiait. Tout autour de moi c'était arrêté, le temps et le bruit. Un silence insoutenable pesait. Je reculais doucement mais la bête n'aimait pas, elle montrait des crocs. Je gardais un calme presque maladif en essayant de deviner qu'elle était cette créature, une sorte de lion mêler à un ours. Puis, je me suis mise à courir. Dans un élan de folie ou de survie, je ne saurais dire.

Je n'ai rien sentie quand la bête me plaqua au sol de tout son poids. J'ai simplement glisser sur une terre humide dont la senteur me rappel celle des champignons frais et du bois coupé. J'étais à plat ventre, tremblante de peur et fermant les yeux.. Je sentais la respiration chaude de la créature, ses griffes râper ma peau sans me griffer.. Sa patte me plaquait le dos, je n'arrivais pas à reprendre mon souffle, je suffoquais en silence.
##   Mer 23 Juil 2014 - 14:44

Personnage ~
► Âge : 17 années
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Kakeru Hojitake
Messages : 104
Date d'inscription : 12/04/2011
Age : 26
Emploi/loisirs : Massacrer des chansons d'amour
Humeur : Ca dépend de ce que tu me veux...

L'aurore se levait sur Terrae quand j'émergeais de mon lit. Les yeux encore fermés, je passais une main dans mes cheveux décoiffés avant de bailler. Il devait faire encore un peu frais dehors, le temps idéal pour profiter de l'extérieur de Terrae. J'ouvris ma fenêtre pour laisser rentrer le soleil et les bruits alentours, écoutant les oiseaux chanter à leur réveil. Ce moment de la journée était un des plus apaisants et des plus motivants. Tout laissait croire que la journée serait pleine de promesses.

Une fois prêt et réveillé, je descendis pour manger mon petit déjeuner. Je saluai les connaissances présentes, avant de de m'installer à une table. Je discutais calmement avec un Terre et un Feu, sans trop en faire contrairement à mon acolyte Feu. Je les quittais avec un léger sourire, pour ranger mon plateau et partir en salle d'entrainement. J'avais une heure avant d'aller en cours... Et je les passait à manipuler l'eau en la faisant changer de forme. D'abord liquide, je créais deux lames de glaces, tranchantes, acérées, avant de passer à une vapeur brûlante. Je parvenais à manier mon élément avec de plus en plus de facilité, mais malheureusement c'était un contrôle faible, très court, je ne pouvais réellement tenir mon élément entre mes mains que lorsqu'il était liquide, et c'était frustrant. Je sentais que je pouvais faire mieux, avoir mieux, et malgré tout j'étais boqué à ce stade... Ca me faisait rager.

C'est d'une humeur revêche que je me rendis à mon cours, ne songeant qu'à une chose : sortir, et vite. Alors, quand la coche commençait à sonner, je bondis de ma chaise et sortit en trombe pour profiter de l'extérieur. Si je m'en sortais encore faiblement avec l'eau, je retrouvais mon moral avec ma transformation. J'étais de plus en plus agile pour me transformer, et je tenais de plus en plus longtemps. Le seul problème était que je me faisais souvent submerger par mes... Instincts animaux. Et c'était plus que dangereux.

Une fois dans la forêt, j'inspirais un bon coup, fermais les yeux et soufflais. Quand je les rouvris, j'étais loup. Les bruits étaient plus forts, les odeurs moins tenues, pour compenser ma vision diurne. J'avançais de quelques pas, avant de me mettre à courir entre les arbres. La truffe alerte, je profitais de toutes ces sensations, mais en cherchant à les contrôler. Toujours garder le contrôle, être conscient, sûr de soi... Je maintiens cet état d'esprit pendant plusieurs minutes, jusqu'au moment où je m'arrêtais. J'avais flairé dans l'air une odeur humaine, mais une autre, bestiale aussi. Suivi d'une sensation de peur, et... De faim. Ces sensations, plus fortes que les odeurs présentes, me déstabilisèrent, me firent vaciller...


Le loup se mit à grogner, les yeux tournés vers l'endroit d'où lui parvenaient les bruits de la bête et de l'humaine. Se frayant un chemin dans les buissons, il sauta sur le dos de la bête, y plantant ses griffes acérées, avant de mordre la nuque de l'animal et de secouer violemment la tête. La douleur parut atteindre la bête, qui lâcha prise et projetai le loup contre un arbre, sur lequel il atterrit en couinant. Mais il se relevait rapidement, le temps d'apercevoir la bête partir dans la forêt. Le loup se tournait alors vers l'humaine en grognant, se léchant les babines en pensant à sa proie...

Je parvins enfin à reprendre conscience quand je plongeai mon regard dans celui de la jeune femme. La bête s'était enfuit mais j'aurais pu l'attaquer à mon tour... J'aurais pu faire une énorme erreur et, avant de perdre une nouvelle fois le contrôle, je m'en allais en claudiquant... Mais ne fis pas un chemin très long. A peine sorti de la clairière, je glissais en couinant sur une pente humide, pour me retrouver dans un lit de ruisseau presque asséché. Je repris forme humaine, essoufflé, exténué et avec un goût de sang dans la bouche. Je toussai et crachai le sang de l'animal, avant de boire un peu d'eau fraiche et de poser ma tête sur une pierre. J'étais allongé en travers du ruisseau, à un mètre cinquante en contrebas de la forêt. Et avec ça, j'étais sûr que la jeune femme que j'avais sauvé était plus qu’apeurée...


Dans le noir [pv Kakeru] 141206082719184371
##   Mer 23 Juil 2014 - 17:44
Anonymous
Invité

Dans le noir [pv Kakeru] Tumblr_n7n2q90HTw1qbvovho1_r1_500
Dans le noir


Les yeux fermés, je commençais à pleurer de peur, abandonnant tout ce qui m'était donné. Je m'effaçais doucement en attendant le coup de gueule qui me serait fatal. Mais la bête se ravisa. Un bruit que je n'avais pas perçut attirait son attention, une sorte de mouvement rapide qui approchait et qui la rendait nerveuse. Elle humait l'air rapidement avant de grogner. Ensuite, tout est aller très vite. Le poids qui  me plaquait au sol se détacha de moi et je pu reprendre mon souffle. Sur le moment, je ne réalisais pas pourquoi la bête avait lâché prise. J'haletais en toussant, reprenant mon air, affolée. je me redressais doucement, m'appuyant sur mes poignets abîmés et m'écartant de la bête. Dans la seconde d'après, je fut surprise et terrifiée par le spectacle qui se produisait devant moi. Un loup énorme plaquait la bête, tenant par la gueule son cou ensanglanté, féroce et énergique. D'où sortait cette créature ?? Il y avait encore beaucoup d'animaux dans le même genre dans les parages ?

Mon coeur battait à cent à l'heure, comme une petite bombe qui tardait d'exploser, je regardais fascinée et terrorisée, les deux créatures se battre. Le loup fut projeté contre un arbre quand la bête se débattait, d'une puissante violence. Le gros chien couinait de douleur en se redressant pendant que mon agresseur s’enfuyait en courant, mortellement blessé. Je me sentais rassurée mais pas pour autant débarrassée du danger... Le loup me guettait, le pelage irisé et la gueule alléchée. Celui ci me lança un regard que je ne pourrais jamais oublier, un regard qui n'appartenait pas à un loup, des yeux profonds et doux, semblable à ceux d'un humain.

Le loup s'était enfuit. Je restais assise, interdite et surprise, la bouche ouverte et les yeux fatiguée, je comprenais maintenant. Je pense que le loup m'aurait mangé. Il aurait dû me dévorer mais il n'en fit rien, se contentant de partir. En réfléchissant sur la situation, je me relevais en m'appuyant sur un arbre à l’écorce rappeuse, silencieuse, je recouvrais mes esprits et la raison doucement. Une fois redressée, j'écartais la terre qui collait à ma robe et ma peau avant de regarder vers la direction où le loup c'était enfuit. C'était peut être lui que je suivais depuis le début ? Je me serais cru dans mauvais roman mais je ne plaisantais plus, j'étais inquiète pour le loup. Il n'était peut être qu'une bête mais il m'avait sauvé et.. ce regard.. ce regard si expressif. Quelque chose n'allait pas.

Sans tarder, je marchais timidement en suivant la piste du loup. J'avais peur et je sursautais au moindre bruits mais je ne reculais pas, je sentais que je devais y aller, essayer de le trouver, pour voir au moins s'il était encore en vie. Je me rassurais en pensant que je le guetterais de loin et que je ferais ensuite demi tour pour retourner au portail.
Au dernier pas, j'étais à l'extérieur de la forêt. J'étais si heureuse d'être sortie que je m'asseyais en souriant. Je respirais enfin, un air pur qui ne m'étouffait pas. Je prenais de grandes inspirations sans m'apercevoir de la masse qui était allongée plus bas. Près d'un maigre ruisseau, s'étendait un garçon. Sur le moment, je n'en croyait pas mes yeux, je regardais en contre bas, l'air surprise. Je ne sais pas s'il me voyait, mais dans tout les cas, je percevais bien que quelque chose n'allait pas... Il ne bougeait pas et je voyais quelques traces de sang sur la terre et sur sa bouche.

Oubliant presque le loup et aussi ma frayeur, je me précipitais en bas comme une furie, glissant sur la terre humide, mes sandales s'abîmant encore plus. En arrivant au niveau du ruisseau, je m'agenouillais près de lui, m'imaginant le pire.  

« Est ce que tu vas bien ?? »
fis je d'une voix inquiète et douce.

Je me penchais sur lui en cherchant des blessures mais je ne voyais rien à par le sang sur la bouche.. Je prenais un mouchoir blanc dans ma poche avant de lui essuyer un peu  les lèvres pour retirer le liquide rouge avec une grande délicatesse. Puis, sans le laisser parler ni réagir, j'approchais du ruisseau pour puiser un peau d'eau dans mes mains que je lavais préalablement. Je revenais m’asseoir près de lui, l'eau fraîche entre mes mains, lançant un petit sourire pour le rassurer de mon agitation.

« Est ce que tu aimerais un peu d'eau ? » rajoutais je, plus lentement cette fois. « Je me demande comment tu as atterris ici... »

J'attendais une réaction avant de lui donner l'eau, j'hésitais à le redresser moi même car je ne le connaissais pas, je restais juste interrogative à ses côtés, regardant ses yeux magnifiques.
##   Ven 25 Juil 2014 - 0:12

Personnage ~
► Âge : 17 années
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Kakeru Hojitake
Messages : 104
Date d'inscription : 12/04/2011
Age : 26
Emploi/loisirs : Massacrer des chansons d'amour
Humeur : Ca dépend de ce que tu me veux...

Etendu au milieu du ruisseau, je sentais l'eau s'infiltrer dans mon uniforme, continuant sa course sans être dérangée par ma chute, creusant inlassablement son lit. Fatigué de ma course et de ma transformation, je n'avais pas envie de me lever pour le moment. Ou plutôt pas la force. Je devrais pourtant, pour retrouver la jeune femme et l'aider, elle devait être terrorisée, elle avait de peu échappé à la mort... Mais actuellement, j'étais dans un état de fatigue indescriptible, mais sans vouloir m'endormir, comme ces nuits où, par manque de repos, les nerfs étaient trop à vif pour se calmer et me laissaient dormir.

Je soupirais et posais mon bras sur ma tête, avant d'entendre un glissement au dessus de moi. La bête était-elle revenue ? Si c'était le cas, j'étais bon pour la casse, incapable de me défendre tout seul... Mais, heureusement pour moi, la bête était partie loin, et à sa place la jeune femme que je venais de sauver venait de descendre en dévalant la pente pour venir à côté de moi. Elle semblait inquiète, en me regardant. De quoi ?... De moi ? Ou d'autre chose ? Quand elle me demanda si tout allait bien, je hochai la tête, surpris de sa voix inquiète, mais aux intonations douces, presque de velours.

Elle essuyait le reste de sang que j'avais au coin des lèvres sans que je puisse dire quelque chose. C'était étrange, ce mélange entre l'inquiétude, la tension et le calme chez cette jeune fille... Sans vraiment la connaitre, je pouvais le deviner dans ses gestes et sa voix. C'était confus, mais je pouvais ressentir cela... Je suivais ses gestes du regard, sans parler, encore étourdi de ma transformation et ma chute. Cependant, quand elle revint avec de l'eau dans le creux des mains, me parlant plus lentement, je me demandais un moment si elle ne me prenait pas pour un demeuré. En même temps, j'étais vautré là depuis deux bonnes minutes alors qu'elle s'affairait à mes côtés... Je clignais plusieurs fois des yeux, avant de toussoter.


- Je... J'ai déjà bu, merci. Mais toi, tu vas bien ?...

Au moment où la question fusa entre mes lèvres, je pestai. Elle n'avait peut-être pas fait le lien entre le loup et moi... Si elle était nouvelle, peut-être qu'elle n'avait pas encore repéré que mon regard et celui du loup étaient semblables. Car sinon, j'étais presque sûr qu'elle allait prendre peur... Et ça n'était pas vraiment ce que je comptais faire en guise de présentation ! Je préférais donc me reprendre en baissant les yeux.

- J'ai glissé en... Me baladant. Et toi, que faisait-tu au milieu de la forêt ?...

Et des questions stupides de la sorte, j'en ai combien encore ? Si j'étais capable de me balader en forêt, elle aussi, sombre crétin que je suis...


Dans le noir [pv Kakeru] 141206082719184371
##   
Contenu sponsorisé

 

Dans le noir [pv Kakeru]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Aux alentours de Terrae.
 :: Forêt.