Partagez | 
Comment abîmer une si adorable créature...?
##   Sam 26 Juil 2014 - 0:41

Personnage ~
► Âge : 32 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 82
Date d'inscription : 04/03/2013
Age : 38
Emploi/loisirs : Humm.
Humeur : Vous tenez vraiment à ce que je réponde ?

HRP : A situer après le passage à l'hôpital de Makiko.

Je sais que j'avais dit que je lui prendrai tout. Je sais qu'elle le méritait, pour m'avoir menti, pour avoir laissé Light endurer tout ça. Je savais tout ça. Et généralement, je ne faisais jamais de promesse en l'air.
Mais comment le pouvais-je ? Comment pouvais-je lui prendre tout ce qu'elle avait, en sachant que dans ce "tout ce qu'elle avait", il y avait cette adorable petite créature ?
J'avais rapidement trouvé la maison, et assez facilement. Il faut dire que cette Institut était stupide : tous les Masters avaient leur logement au même endroit. Mais que voulez-vous, la directrice est une idiote, et rien n'y changera rien.
J'étais donc arrivée rapidement. Luttant contre ces journées d'été d'une chaleur pesante, cet homme avait fait comme la moitié des habitants de la planète et avait laissé ses fenêtres entrouvertes pour aérer la nuit.
C'était un soir où il passait du temps tous les deux, et de ce fait, ils laissaient leur bébé dans la chambre pour qu'il dorme, emportant le babyphone avec eux dans le salon, la cuisine, enfin bref, là où ils se trouvaient.
J'étais donc parvenue à la chambre de l'enfant avec une aisance certaine, bien que la fenêtre ait été bloquée pour empêcher quelqu'un d'entrer. Mais je suis l'Avatar, ne l'oubliez pas. Entrer n'est pas un problème pour moi.
J'avais donc avancé jusqu'au berceau, et je m'étais penchée au dessus. En m'apercevant, l'enfant a semblé perturbée. Et puis, un sourire s'est dessiné sur mes lèvres. Elle m'a regardé, et a souri. Un sourire si beau. Si heureux. Si sincère !
Depuis quand n'avais-je pas eu droit à un tel sourire ? Je me croyais dans un rêve. Il n'y avait que dans mes rêves qu'on me souriait ainsi. Dans mes rêves, et dans mes souvenirs.
Le bébé a tendu ses mains vers moi, agitant maladroitement ses doigts, probablement en recherche de chaleur humaine. J'en avais d'ailleurs rapidement déduit qu'elle avait eu du mal à s'endormir ce soir, si elle ne dormait pas encore.
J'ai avancé timidement ma main vers elle, et me suis rapidement reculée alors que nos doigts entraient en contact, affolée et apeurée. Cette petite chose... Cette si fragile créature... Je pouvais la détruire si facilement...
Je sais que j'avais dit à cette peste que je lui prendrai tout. Mais face à cela, j'en étais totalement incapable. Elle était la seule à m'avoir souri ainsi. Cette chaleur qui animait son visage faisait battre mon coeur. J'avais l'impression de revivre...
Alors lui prendre la vie ? Je ne pouvais pas faire ça.
Cédant à la tentation, je passai un doigt sur sa joue, et elle s'empressa de s'emparer de ma main dans un rire enfantin. Mon coeur se serra quand je me rappelai que je n'aurais jamais la chance de connaître cela. Quand je me rappelai que je ne pouvais pas avoir d'enfant...
Pendant une fraction de seconde, ma respiration se stoppa tandis qu'elle me défigurait de ses grands yeux interrogateurs, comme si elle sentait ma tristesse. Comme si elle voyait en moi. L'espace d'un instant, je crus voir le reflet de ma propre âme dans son regard.
Les enfants sont tellement purs. Tellement innocents... Si beaux.
Une larme roula sur ma joue. Jamais. Jamais je ne connaîtrais ça. Et j'avais ôté cette chance à Light. A cause de moi, jamais il ne pourrait devenir Papa.
Mon ouïe fine ainsi que l'ensemble de mes sens m'alertèrent des bruits dans la maison. Quelqu'un arrivait. Deux personnes même. J'étais restée trop longtemps. L'homme, cette ordure qui avait détruit mon Amour, était Master. Il avait forcément senti mon énergie, que j'étais incapable de camoufler tant elle irradiait en ce moment. Et la fille... Elle m'avait déjà rencontré. Elle avait eu un contact direct avec ma magie. Il était certain qu'elle sentirait ma présence. D'autant plus si je m'approchais de son enfant.
D'un geste un peu brusque, je reculai ma main de l'enfant, et me rendis invisible. Cette spontanéité fit pleurer la petite fille, ce qui me fendit le coeur. J'aurais voulu la consoler, la prendre dans mes bras, mais il était déjà trop tard.
La porte s'ouvrit à la volée, et je me reculai jusqu'à être dos au mur, encore invisible. Mon coeur battait à tout rompre. Pourquoi fallait-il que ces humains viennent encore tout gâcher ?!
Longeant le mur jusqu'à la fenêtre, je me transformai en papillon de nuit, et m'envolai dans les airs, quittant la maison.
Je me perchai un instant sur le côté de la maison, observant cette petite famille qui s'était regroupée autour de l'enfant. Ils étaient là, doux, calmes, encore sur le qui-vive, s'attendant à ce que je revienne. Ils s'occupaient d'elle. La réconfortait. Ils l'aimaient.
Ils vivaient tout ce de quoi j'avais été privée lorsque j'avais reçu mes pouvoirs.
C'était ce que Philos m'avait dit. Quand j'avais découvert que je ne pouvais pas avoir d'enfants, désemparée, j'étais allée le voir. J'avais besoin de parler. Et puis, il était guérisseur dans l'Ancienne Terrae ! Non ? Je voulais qu'il m'aide. J'y avais cru si fort. J'avais tant espéré. Mais il m'avait expliqué qu'il ne pouvait rien pour moi. "Tu as trop de pouvoirs... Ce n'est pas naturel. Toute magie s'accompagne d'un prix à payer...". J'avais pleuré pendant longtemps. Et puis j'étais rentrée. J'avais annoncé la nouvelle à Light. Il m'a rassurée. Il m'a aidée. Il m'a aimée.
Mais il n'aurait à jamais que moi à aimer. Pas d'enfant. Pas comme ces deux-là. Qui avaient pourtant oser le blesser...
Mon Light. Qui avait tout donné pour moi.
Mon coeur se serra à nouveau. Ce soir-là, j'étais incapable d'être énervée. Je ne pouvais pas leur souhaiter du mal.
Ce soir-là, j'étais juste terriblement jalouse de leur bonheur. Et j'avais mal. Mal au coeur.
Si je n'avais pas été un papillon, à cet instant-là, je pense que les larmes auraient ruisselé sur mes joues.
Au lieu de ça, je pris mon envol, et m'éloignai au maximum de cette maison, le coeur lourd. Même sous cette forme, mon énergie était repérable. Et le master n'aurait pas mis longtemps à me trouver...
Lorsque je pus enfin me poser, perdue au milieu de nulle part, dans la forêt, où j'avais élu domicile, je repris forme humaine, et je me mis à pleurer à chaudes larmes, étouffant mes sanglots douloureux. Ces larmes qui coulèrent sur mes joues, et la tristesse qui m'accablaient me permirent de me sentir à nouveau... Humaine. Sensation que je n'avais pas éprouvée depuis longtemps.
Pendant des heures, je restai ainsi, recroquevillée. Je finis par m'endormir plus tard, éreintée, avec un mal de tête en prime, que mon pouvoir de soin ne voulut pas guérir.
Dans mes rêves, je vis Light. Light qui me manquait tant. Light dont j'avais besoin pour vivre. Light... Que je n'avais peut-être pas perdu à jamais.
C'est ainsi qu'au fond des bois, perdue dans le noir, une lueur d'espoir naquit en moi. Je voulais le retrouver... Je le voulais, vraiment. Et j'y arriverai.
C'était une promesse gravée à l'encre de Chine.
Et rien n'y personne ne pourrait désormais m'en empêcher.


I will destroy you.
 

Comment abîmer une si adorable créature...?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Passons du temps tous ensemble !
 :: Maison de Dante.