Partagez | 
[Event] Mission D : Patrouille autour de Terrae (Matheo et Ryu)
##   Lun 11 Aoû 2014 - 10:45

Personnage ~
► Âge : 25 ans.
► Doubles-comptes ? : Mitsuki & Allen
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2569
Date d'inscription : 24/12/2010
Age : 24
Emploi/loisirs : Heuu... Directrice à plein temps, à c'qui paraît.
Humeur : C'est vous qui voyez :3
http://terrae.forumpro.fr

Je jetai un regard en coin à Chris, qui ne cessait de fixer Matheo. Leur dernière rencontre ne s'était pas si bien passé que ça... Je ne sais pas s'ils avaient déjà eu le temps de s'expliquer. Pour ma part, j'avais déjà essayé de parler à Chris, histoire de lui expliquer de ce qu'il s'était passé, mais c'était un homme d'honneur. Ce qu'il voulait, c'était des excuses en face. Et j'ignorais si Matheo avait déjà eu l'occasion de le faire ou non.
J'essayais pourtant de penser à autre chose. Notre mission était claire. Après ce qu'il s'était passé avec Aaron, Misao et Mitsuki, Hideko se devait d'être exigeante, et claire. Alors elle avait ordonné les équipes, tout bien préparé. Chaque Master avait eu un coéquipier à choisir. Si l'équipe lui paraissait trop faible, elle y rajoutait quelqu'un. Les Masters qui mettaient trop de temps à se décider sur leur coéquipier se voyaient assignés à une équipe déjà préparée. Nous nous devions d'être rapide et cohérent. Il n'y avait pas de place pour l'attente, le doute, toutes ces choses. Nous devions purement et simplement nous tenir prêt. Défendre. Attaquer. Pouvoir réagir en fonction de ce qu'il se passerait. C'était notre devoir, à nous, en tant que Master, et j'étais bien décidé à accomplir mon rôle.
En parallèle, j'essayais d'être là pour Hideko, pour la soutenir, lui affirmer que tout se passerait bien. Mais elle restait tendue, parfois froide ; cette situation la stressait deux fois plus que nous. Parce qu'elle se sentait responsable. Elle avait laissé partir Aaron et Misao...
Je me pinçai la lèvre. C'était déjà le quatrième soir que nous passions ici avec Matheo. Hideko avait décidé d'organiser des patrouilles de nuit, afin de renforcer les défenses de Terrae, en compagnie de Chris. Plusieurs équipes avaient été formées, et nous devions toutes tenir une semaine, chacun notre tour. Après, un roulement avait lieu, une fois que toutes les équipes avaient protégé Terrae pendant une semaine, nous devions recommencer le tour. C'était nous qui ouvrions la danse avec Matheo. Nous tenions la première semaine. Jusque là, tout se passait bien. Et ça me rassurait... Quatre jours, et toujours rien.
Je fermai les yeux un instant, sentant la brise caresser mon visage. Le silence régnait autour de nous, et je profitai de ce calme. Finalement, après un moment, je rouvris les yeux, et, ne sentant toujours rien, je me redressai.

-Je vais partir faire un petit tour autour des grilles, pour m'assurer que rien n'échappe à notre surveillance. Vous pouvez partir de l'autre côté si vous voulez.


Après un léger signe de tête, je glissai mes mains dans mes poches et partis vers la droite. J'avais demandé à Hideko la permission de s'équiper de micros, afin que nous puissions communiquer à distance, en cas de problème. Si jamais l'un de nous était pris au piège, ou voyait les scientifiques, les autres seraient immédiatement au courant.

-Rien de mon côté
, soufflai-je dans la puce.

Je continuai à marcher, l'esprit ailleurs, avant de terminer mon tour et de revenir à notre point de rendez-vous, face au portail.



Spoiler:
 

##   Lun 11 Aoû 2014 - 11:05

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 663
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

Je suis stressé, rien ne sert de le nier. Lorsque Ryu m'a parlé de cette mission, que nous ferons en équipe, j'avais été ravi, même si j'avais peur de faire tout capoter. Mais Ryu semblait me faire confiance, alors j'avais bien vite accepté. En revanche, lorsqu'il me dit que Chris, le gardien de Terrae, serait là, je ne pus retenir un frisson. La nouvelle de la mission m'était parvenu peu après notre repas au restaurant, et suite à quelques excès de fatigue dû à ma maladie, je n'avais pas encore eu l'occasion de m'excuser auprès de Chris. Je redoutais sa réaction.

Je note le regard de Chris dans ma direction. Je sais ce qu'il attend mais, pour honnête, son regard me fait franchement peur. Il me donne l'impression qu'il ne rêve que d'une chose : me démolir. Je sais bien que je me fais surement des idées mais... Je ne peux m'empêcher d'avoir cette drôle de sensation.
Pourtant, lorsque Ryu annonce qu'il va faire un tour du côté des grilles pour vérifier que tout va bien, je hoche distraitement la tête. je suis à la fois distrait et concentré, la présence de Chris me perturbe. C'est pourquoi, dès que Ryu, part, je saisis l'occasion de mettre les choses à plat. On doit faire une mission ensemble après tout, cela fait quatre jours que l'on se voit et que je n'ai pas encore eu le courage de lui parler, mais maintenant ça ne peut plus durer, il faut percer la tension.

-Excusez-moi euh... Chris ?

Il se retourne vers moi d'un bloc, toujours impassible, à l'exception de ce regard qui me fait froid dans le dos.

-Voilà euh... Je voulais m'excuser pour vous avoir blessé la dernière fois. J'étais désemparé et paniqué à l'idée que les scientifiques fassent du mal à mes parents alors je n'ai pensé qu'à une chose : les sauver... sans vraiment me soucier de ce qu'il y avait devant moi, soupirais-je tristement.

Puis, me rendant compte que je cherchais plus à me dédouaner qu'autre chose, je secouai la tête, et m'inclinais respectueusement. J'avais vu des japonais faire ça ici, alors quelque chose me disait que ça avait un rapport avec une marque de respect peut-être... Ou un truc du style.

-Je suis vraiment désolé. Pardon.

Je ne le vis pas réagir, il se retourna tout aussi soudainement qu'il m'avait regardé mais pourtant... Je crus percevoir un petit sourire sur ses lèvres avant qu'il ne se détourne. Peut-être que j'avais rêvé.
La voix de Ryu me tira de mes pensées et je partis dans la direction opposée pour vérifier une éventuelle activité anormale. Je regarde discrètement l'heure de ma montre. Ça va, j'ai encore beaucoup de temps. J'observe scrupuleusement les moindres ombres autour de moi, me fie à mon vent pour détecter d'éventuelles présences mais rien ne me vient.

-Rien non plus de mon côté...

Cela fait quatre jours maintenant que rien ne se passe. Les scientifiques ont-ils vraiment l'intention de nous attaquer ?

##   Mar 12 Aoû 2014 - 17:27

Personnage ~
► Âge : 25 ans.
► Doubles-comptes ? : Mitsuki & Allen
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2569
Date d'inscription : 24/12/2010
Age : 24
Emploi/loisirs : Heuu... Directrice à plein temps, à c'qui paraît.
Humeur : C'est vous qui voyez :3
http://terrae.forumpro.fr

Mon pied rencontra un caillou qui commença à voler au loin avant de terminer sa course en roulant jusqu'à la bouche d’égout. Un soupir m'échappa tandis que la voix de Matheo résonnait à mes oreilles. Je commençais à douter de l'existence de cette soi-disant « guerre ». Aaron, Mitsuki et Misao s'étaient peut-être fait des idées...
Je m'assis sur un banc, à quelques mètres de Terrae, dans Tokyo. J'observai les grandes grilles, et l'Institut qui trônait face à moi, grande, belle, forte.
J'aperçus quelque chose qui brillait à côté de moi, et remarquai qu'il s'agissait d'une bille. Je la pris dans mes mains avec un sourire mélancolique. Qu'est-ce que j'avais pu jouer avec ça quand j'étais gamin, avec mon frère...
J'étais en train de l'admirer dans ma main, quand un reflet dans le bouclier, érigé par magie aux frontières de Terrae par plusieurs d'entre nous, Masters, scintilla. Je relevai les yeux et l'observai un instant avec fierté. C'est à cet instant que je me dis que tout de même, nous devions garder l'Institut alors qu'il n'y avait aucune chance qu'ils rentrent...
Matheo ne tarda pas à revenir et je me levai de mon banc pour retourner à l'entrée de Terrae. Je lui adressai un sourire.

-Pas très intéressant, hein... A force de passer toutes nos nuits là, on ne va plus savoir quoi se raconter ! Tous nos sujets de conversation vont s'épuiser !
Plaisantai-je.

Je m'adossai à la grille, à côté de mon ami, et regardai dans les rues, au loin, tentant tout de même de rester concentré et de continuer à être aux aguets.

-Il n'y a même pas un chat pour nous attaquer... Je commence à me dire que les scientifiques ne viendront pas. J'espère que tu ne regrettes pas d'avoir accepté de tenir ce poste avec moi ! Parce que je t'avoue que c'est loin d'être palpitant...

J'observai Chris, qui venait de s'allumer un cigare. S'il en venait là, c'est que même lui devait commencer à s'ennuyer. En temps normal, lorsqu'il gardait la porte, il avait le droit de rester dans sa loge, à l'entrée. Là, il avait de quoi s'occuper, et comme il avait participer à la formation du bouclier magique, en cas de problème, il le sentait, et il était sur place pour intervenir. Mais là... Comme nous étions obligés de faire de réelles patrouilles, en cas de danger, tant qu'il ne se passait rien, c'était à mourir d'ennui.
Je venais de sortir un chewing-gum de ma poche, et je m'apprêtai à le mettre dans ma bouche, quand mes yeux s'écarquillèrent soudainement. Mon esprit flancha un instant, et je sentis une vive douleur me secouer de partout avant de disparaître tout aussi rapidement qu'elle était apparue. Je tournai la tête vers Chris, qui était déjà en train de me regarder. Je hochai la tête. Nous l'avions senti tous les deux. Ils étaient là... Ils avaient réussi à franchir la barrière magique.
Chris s'était déjà élancé, et j'étais parti à sa suite.

-Matheo ! Ramène-toi ! Ils sont entrés, ils... A la forêt. Ils ont franchi nos barrières, vers la forêt !

Je me pinçai les lèvres, accélérant l'allure. Nous devions faire vite... Avant qu'ils ne nous échappent. Une fois perdue entre les arbres, cela deviendrait impossible de le retrouver, et de les stopper.
Pendant ma course, je me demandais un instant comment ils avaient pu franchir notre bouclier... Et puis je réalisais que beaucoup de Master étaient en ce moment en mission... Et que les défenses avaient diminuées...
Paniqué, je me mis à courir plus vite encore, poussé par le vent dans mon dos.

HRP : Ton post était très bien <3 Je te laisse décrire les scientifiques, les dégâts qu'ils ont fait :3 Pour faire sauter le mur qui encadre Terrae, son village, sa forêt, bref, l'enceinte en général, tu peux dire qu'ils ont placé une bombe ou quelque chose, bien sûr :) Après, pour le reste, je te laisse décrire leur nombre, leur sexe, les armes qu'ils ont (ou n'ont pas) etc <3



Spoiler:
 

##   Mar 12 Aoû 2014 - 20:22

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 663
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

La remarque de Ryu me fit sourire. Je vois bien qu'il s'ennuie, comme Chris d'ailleurs. Moi je ne réagis pas, je ne m'ennuie pas vraiment puisque j'ai l'habitude de passer mes nuits seul, à ne rien faire ou simplement me balader. Donc dans un sens, pour moi, c'est une des nuits les plus animées que j'ai eus. Mais je peux comprendre que les autres, peu habitués à ce mode de vie, soient un peu dérangés.

-On trouvera toujours quelque chose à dire, par exemple...

Alors que je réfléchis, il intervient une seconde fois. J'éclate alors de rire, tout en secouant la tête avec amusement.

-Tu vois, tu trouves tout seul : tu préfères les chiens ou les chats Ryu ? Et dis pas n'importe quoi... Je suis toujours très content d'avoir de la compagnie, ajoutais-je gentiment.

Brusquement, je sens le corps de Ryu se contracter. Mon don de guérisseur m'alerte que Son corps connait une brusque tension, et qu'il se crispe instinctivement. Ce qui m'étonne, c'est Chris également ressent la même chose. Je le sens. Surpris, je les regarde tous les deux sans comprendre, un peu affolé. Lorsque Ryu me dit ce qui se passe, je me garde bien de lui demander comment il le sait et me précipite vers le mur de la forêt sans questions. Je rage intérieurement, loin d'être sportif, je bouge avec la lenteur d'une tortue. Concentré, je tente alors de mettre à profit mes nouvelles connaissances. Je n'étais pas resté inactifs depuis mon passage étoile, Ryu avait continué de m'entraîner et j'avais également continué de mon côté. Déployant alors mon énergie, j'utilise alors pour me projeter et augmenter significativement ma vitesse. J'ai presque l'impression d'être un X-men a super vitesse. Le décor file vite devant moi mais je ne me laisse désorienté, contrôlant ma vitesse pour ne pas dépenser trop d'énergie inutilement.

Nous arrivons quelques minutes plus tard à destination, pour constater les dégâts. A la place du mur se tient une énorme ruine fumante, inutile... Le mur gît en un gros tas de pierres brisées sur le sol. L'ouverture, faisant penser à celle d'une grotte pour un dragon, laisse filtrer toutes une armée de scientifiques. Il sont nombreux, très nombreux... une bonne trentaine au moins à déjà pénétré dans l'enceinte de Terrae, peut-être plus attendent à l'extérieur mais rien ne l'indique. Certains portent une tenue militaire, camouflante dans un espace de forêt. Ils sont armés de mitraillettes pour la plupart, ce qui me surprend et me fait frissonner d'effroi. Ils comptent abattre du gibier ? On distingue tout un arsenal militaire, des armes blanches jusqu'aux automatiques. Les scientifiques de pur souche, dans leur inconditionnelles blouses telles que je m'en souviens, ne portent qu'un pistolet gris, translucide sur certaines parties. Je m'en souviens. Un pistolet à fléchettes, surement destinés à nous droguer pour nous rendre inoffensif.

Je reste un moment tétanisé, cherchant un moyen de les ralentir. Comment... Oui, comment sont-ils rentrés ? Le mur n'est-il pas censé être protéger par plus que de simples briques ? Des cadavres de coques de fer attirent mon regard. J'en avais déjà vu dans les séries et els bouquins que je lisais. C'est une bombe à grappins, que l'on accroche sur le lieu à faire sauter avant de déclencher la minuterie. Du matériel militaire, c'est sûr. Où ce le sont-ils procurés ?
Mais les questions restent prisonnières. Les scientifiques avancent, ceux en tenue militaire en premier, les blouses restant bien sagement en arrière. Ils ne nous ont pas encore repérés.
On les observe encore un temps, ils se séparent alors en plusieurs groupes, et partent dans des directions différentes. Certains veulent passer par la forêt, d'autres se dirigent directement sur le village... Je me tourne alors vers Ryu.

-Ce serait mieux si chacun d'entre nous nous occupions d'un groupe...

Je ne cherche pas à lui donner d'ordre bien sur, mais je lui offre mon point de vue. Le temps presse et rien ne nous dit qu'il n'enverront pas de renforts. Il vaux mieux frapper vite, et les éliminant un par un, groupe par groupe.
Je refréné le tremblement de mes mains. Je n'ai pas vraiment peur, mais l'idée d'être de nouveau face à des scientifiques me terrifie. Cela me rappelle tellement de mauvaises choses. Il fallait les arrêter.


Hrp : désolé, c'est pas super alors que tu comptais sur moi >< Je pars pas direct parce que c'est quand même Ryu le dirigeant donc je préfères qu'il approuve ou donne son idée :) <3

##   Sam 16 Aoû 2014 - 19:53

Personnage ~
► Âge : 25 ans.
► Doubles-comptes ? : Mitsuki & Allen
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2569
Date d'inscription : 24/12/2010
Age : 24
Emploi/loisirs : Heuu... Directrice à plein temps, à c'qui paraît.
Humeur : C'est vous qui voyez :3
http://terrae.forumpro.fr

HRP : Mais noooon, c'est super, t'en fais donc pas ! <3

Je les fixais, totalement impuissant, passer les barrières de l'institut, franchir le mur qu'ils avaient si bien détruits. J'avais l'impression de voir mon monde s'écrouler. Comment... Comment osaient-ils ? C'était un endroit sacré... Cette terre, ce sol, ce monde qui était le nôtre... Ils marchaient dessus, le piétinaient avec audace, sans la moindre gêne. Cette image me mit hors de moi.
Parallèlement, je savais que je ne devais pas y aller tout de suite. Chris et Matheo l'avaient bien compris eux aussi. Ils ne se doutaient pas une seconde que nous serions ici... Que nous étions là, à les observer. Aussi étrange que cela puisse paraître face à ce qu'ils venaient de faire, nous étions en position de force.
Je les observais donc faire, le cœur serré, les lèvres pincées, les poings serrés ; je les observais détruire ma vie, mon bien... Mon univers s'écroulait.
La voix de Matheo me ramena à la raison. Je tournai la tête vers lui. Son regard me fit comprendre qu'il avait tout compris. Il avait clairement identifié la menace, il avait pris conscience des risques. Et il avait déjà anticipé leurs actes... Son plan était déjà établi.
Je ne pouvais, dans l'instant, pas être plus fier de lui. Il était si perspicace, si prévoyant, si logique... En réalité, il était bien plus mature que bien d'autres de son âge, voire plus âgé. Il était paré pour cette mission. Et je savais que je pouvais lui faire confiance. J'aurais même pu laisser ma vie entre ses mains.
Je tournai une dernière fois la tête vers tous les scientifiques qui commençaient à se séparer en plusieurs groupes. Ils étaient si nombreux... Comment n'avions-nous pas pu voir ça arriver avec Chris ? Toute cette attente, ces quatre jours où rien ne s'était passé... Ils avaient eu le temps de préparer leur attaque.
Je me pinçai la lèvre, m'en voulant terriblement. Puis, je posai ma main sur mon torse, et en sortis un cristal transparent, éclatant de mille feux. Je le tendis à Matheo, tandis que Chris faisait de même en lui offrant un cristal aux teintes chocolats, aux reflets flamboyants. Je lui adressai un sourire de remerciement. Il aurait très bien pu refuser.

-Tiens. Prends ça. On ne sait pas encore ce qui nous attend. Ils sont terriblement nombreux et... Même avec nos pouvoirs, finalement, nous allons nous retrouver seul face à un groupe chacun. Prends donc ça. Et surtout...

Je tapotai la puce, dans son oreille.

-Au moindre problème, tu nous l'indiques. Chris et moi viendrons t'aider. C'est d'accord ?

J'attendis que Matheo accepte nos cristaux, qui contenaient deux usages chacun. Je lui souris, puis créai un autre cristal que je tendis à Chris, ce dernier en faisant de même.

-Je t'ai donné un cristal de Sonore. Un cristal d'Air n'aurait pas été utile... Par contre, est-ce que tu pourrais nous donner des cristaux de soin, à Chris et moi ? Je suis désolé de te demander ça, mais...


Je lui offris un sourire gêné, mais je vis qu'il avait compris. C'était parti. Et son soin pourrait nous être terriblement utile en cas de problème...
Une fois tous nos échanges faits, nous partîmes chacun dans une direction. Je pris la direction du village. Je préférais m'occuper de cette partie... Il y aurait peut être des gens à protéger... Et si jamais certaines personnes étaient blessées, je ne voulais pas que Matheo s'en sentent responsable.

HRP : Je te laisse décider du cristal que te donne Chris ! <3 Soit force de Titan, soit deux utilisations de l'élément Terre !



Spoiler:
 

##   Sam 16 Aoû 2014 - 23:30

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 663
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

Je vois Ryu serrer les poings avec appréhension, redoutant sa colère qui pourrait l'emmener à faire des choses inconsidérés, qu'il ne ferait jamais en temps normal. J'ai peur pour lui, qu'il soit blessé mais aussi qu'il fasse une chose qu'il pourrait regretter. J'ai appris à le connaître, et je sais que c'est un homme plein de bonté, gentil par nature... Ce n'était pas un homme violent. Je ne veux pas que ces maudits scientifiques le transforment en autre chose, quelque chose qu'il n'est pas. Je peux voir sa tristesse devant le mur en ruine, et je peux sentir sa rage, comme lors de notre repas au restaurant où la discussion avait ciblé les scientifiques.
Calmement, je posai une main sur son poing crispé, lui transmettant tout le calme et la compassion que je pouvais.

-Ne t'en fais pas Ryu... On les protégera tous.

Je vis alors Ryu me tendre un cristal, de sonore d'après ce qu'il me dit. Je souris alors, j'aurais pu deviner facilement puisque, comme il le dit, me donner un cristal air serait peu utile. Je sens alors que l'on tape légèrement dans le dos. Je me tourne alors vers Chris, qui me tend lui aussi un cristal couleur chocolat. Il me dit qu'il contient son pouvoir sur la terre, suffisamment pour deux utilisation. D'abord un peu surpris, mon sourire revient très vite et je le remercie avec chaleur, ravi qu'il me considère enfin comme son allié. Les deux cristaux dans les mains, je les range précieusement dans une poche d'accès rapide, sentant leur pouvoir palpiter à travers le tissu.

A la demande de Ryu, je prends un air gêné, rougissant légèrement dans la nuit en me rendant compte que je n'ai pas pensé à le leur donner. Un petit sourire accroché aux lèvres, je plonge les mains dans une poche arrière et un ressort deux cristaux de taille moyenne, brillant faiblement de mon pouvoir.

-J'y avais déjà pensé avant la mission, mais je n'ai jamais pensé à vous les offrir puisque tout était calme..., leur expliquais-je, encore un peu rouge.

Je leur tant alors à chacun un cristal, contenant deux utilisation du pouvoir de guérisseur. Je les préviens qu'ils ne feront pas de miracles mais que s'ils n'en font pas trop, le cristal devrait leur épargner la douleur et les blessures légères. De toute façon, au fond de moi, je me dit que si je sens l'un deux gravement blessé, j'accourrais aussitôt.

Ryu se dirigea alors vers la village. Silencieux, je murmurais un petit " bonne chance" tout en sachant qu'il n'en avait pas besoin. C'est Ryu, il ne peut pas être blessé, encore moins mourir... C'est mon maître, mon ami, mon grand frère... Il ne peut pas mourir. Rien ne pourra jamais lui arriver.
Le plus silencieusement possible, j'usais de mon pouvoir de lévitation pour ne pas faire de bruit au sol, et me dirige vers la forêt. Si le groupe la franchit, il risque d'envahir Terrae plus facilement, ayant un accès direct à l'institut. Mais il ne l'atteindrait jamais. Je me cache parmi les arbres, repérant au passage le groupe dont je dois m'occuper. Ils sont huit... juste des soldats de ce que je peux sentir. Les blouses blanches sont resté à l'entrée, bien que je ne comprenne pas pourquoi. Ils veulent surement être sûr qu'il n'y est aucun danger avant de s'engager. Accroupi, je garde les yeux fixés sur ma cible. Je les laisse me dépasser un peu, pour les prendre à revers, par surprise. Ma vitesse accentué par l'air, je sors de ma cachette et assomme directement le dernier du peloton avec une masse d'air dans le crâne. Mon élan me permet de me dissimuler derrière un autre arbre, mais je suis repéré à présent. Ils ne savent pas précisément où je suis mais ils savent que je suis là.

-Montre-toi! Inutile de te cacher!

Je me souviens alors de leur équipement. Des lunettes de visions nocturnes... Je peste intérieurement de ne m'en souvenir que maintenant mais reste tout de même caché. Je sens qu'ils s'approchent de la zone où je suis lentement. Je mets ce temps à profit pour créer deux masses d'air au-dessus de leur groupe, et prolonge mes mains avec des lames d'air. Je dois à tout prix éviter le combat rapproché... ou alors c'est la fin. Soufflant un bon coup, je lance les eux lames d'air devant moi et les dirige à distance avec mon contrôle de l'air. J'entends avec satisfaction des grognements inintelligibles, preuve que j'ai atteint mes cibles. Mais cela les pousse à agir également. Je les entends armer et, affolé, je n'ai que le temps de m'éloigner à pleine vitesse avant que les balles ne fusent.

-Il est là, je l'ai repéré!

Que tu crois! Je vire brusquement de bord et laisse mes deux masses d'air s'abattre avec fracas. Un mini-chaos s'ensuit alors car elles percutent la terre, soulevant des gerbes de particules dans les airs qui brouillent leur lunettes quelques secondes. Secondes que je mets à profit. Toujours en décuplant ma vitesse, je crée une mini tornade qui balaie les deux premiers soldats les plus proches, les envoyant valser contre un tronc d'arbre. Je vois alors une mitraillette se tourner vers moi. Sans réfléchir, je projette de toute mes forces un énorme courant d'air qui freine les balles, et projette leur instigateur à terre. Sa tête cogne contre une racine mais je suis déjà de nouveau à l'abri. Les balles fusent de partout. Je préfère rester à l'abri, me concentrant sur ceux qui restent. Je serre alors le cristal de Chris dans mes mains. Son pouvoir irradie de mille feux et se met à couler dans mes veines. Je pose la main au sol et, laissant le pouvoir de Chris me guider, crée une faille sur leur chemin, dans laquelle trois d'entre eux, surpris, tombent. Un s'est assommé mais les deux autres sont justes coincés. Ne me préoccupant pas d'eux, je vise les deux derniers encore debout. Je ne peux toujours pas sortir, ils continuent de tirer en rafale. Mais je ne dois pas échouer... J'ai promis de réussir, c'est moi qui est proposé ce plan. Je dois réussir. La survie de Terrae en dépend!

-Assez joué gamin. Je vais te faire sortir moi.

Je l'entends alors ricaner avant de commencer à courir en arrière. Ne comprenant pas, le vent me porte alors le bruit d'une chose que l'on dégoupille. Pris de peur, je réalise trop tard ce que ça signifie. Lorsque la grenade explose, je commence à peine à me propulser hors du champ d'action. Ma vitesse est grande, mais pas assez. Le souffle de l'explosion me projette contre un arbre. Je sens un douleur irradiait à travers tout mon bras gauche. La déflagration m'a brûlé une partie du vêtement et a atteint la peau, sérieusement touchée. Des grenades... Je ne savais pas qu'ils en avaient, je me suis laissé avoir! Je grogne de douleur, mais renonce bien vite à me plaindre ou à pleurer. Ce n'est pas le moment. Ce n'est pas ce qui va m'aider. Il y a des choses plus importantes. Lentement, car je ne maîtrises pas encore la technique, je commence à guérir le gros de la brûlure pour ne pas que ça s'infecte ou que la douleur me gêne.
Alerté par un bruit, je relève la tête et voit les deux soldats encore debout avancer vers moi. Trop tôt, je ne peux pas encore bouger mon bras. J'entends alors leurs armes, ainsi que des pas derrière eux. Certains sont revenus à eux ? Ou alors les blouses blanches les rejoignent ? Je sens alors la panique monter. Je ne pourrai jamais tous les affronter dans mon état. Mais je ne peux pas me résoudre à appeler Ryu ou Chris également. Ils ont suffisamment à faire avec leur groupe... Je dois m'en sortir seul. Je dois aussi me prouver à moi-même que je peux le faire.

-Allez renonce petit... C'est fini le petit jeu.
- Surement pas, répliquais-je sur le même ton.

Un éclat au niveau de mon visage semble les surprendre. Je souris. Mes prunelles ont virées au gris. Je concentre alors une énorme masse d'air autour de moi, mettant tout cet air sous pression sous forme de bulle protectrice. Ils pensent que je vais me défendre. Ils se trompent. Avec un grand cri pour extérioriser toute ma peine et ma souffrance, je relâche toute cet air concentré d'un seul coup, provoquant une mini-onde de choc qui les envoie tous sur orbite, avec quelques arbres déjà affectés par la grenade. Grâce à la forme de bulle centré sur mon corps, je suis épargné par les secousses qui n'atteignent que ce qui est autour de moi. A la distance où ils étaient, ils retombent lourdement à terre, complètement assommés pour plusieurs heures.
Je vacille alors légèrement, avant de me relever. Je tiens mon bras blessé de mon autre main, toujours en me soignant le plus possible. Puis, ne voulant pas gaspiller mon énergie, je cesse la guérison lorsque le douleur s'endort, même si la plaie reste encore moche.

Discrètement, le cristal de Ryu serré contre moi, je me dirige vers le groupe de blouses blanches qui suivaient le mien à distance. Je les aperçois avant qu'eux ne me voient, dissimulés derrière des fourrés. L'onde de choc les a effrayés et ils se cachent. Avec un petit sourire satisfait, je puise dans l'énergie du cristal de Ryu, trop épuisé par ma récente expérience pour tenter ma propre énergie. Je sens alors mon pouvoir rencontrer celui de Ryu, ce pouvoir si familier qui me plonge dans les tréfonds de son âme. Envahi par une douce chaleur, j'utilise le pouvoir de Sonore de l'homme que je considère le plus a Terrae avec fierté, non pas pour les charmer, mais pour créer une onde sonore si forte que je leur fais exploser les tympans. Rendus fous par la douleur, je m'approche alors des deux scientifiques, le regard triste mais déterminé.

-C'était pour mes parents... Et voilà pour avoir perturbé l'endroit le plus harmonieux de cette planète!

Sur ce, je fouette l'air de mon bras valide, projetant une masse d'air compacte qui les percute comme un mur. Le visage marqué par la surprise et la douleur, ils s'effondrent à terre.
Lentement, je me laisse tomber à genoux, le sourire aux lèvres. J'ai accompli ma part de la mission. J'ai réussi. J'ai enfin été utile à quelqu'un, et à cet institut qui m'a tant apporté...
##   Ven 22 Aoû 2014 - 19:10

Personnage ~
► Âge : 25 ans.
► Doubles-comptes ? : Mitsuki & Allen
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2569
Date d'inscription : 24/12/2010
Age : 24
Emploi/loisirs : Heuu... Directrice à plein temps, à c'qui paraît.
Humeur : C'est vous qui voyez :3
http://terrae.forumpro.fr

HRP : C'est super nuuuul je suis désolée ToT En plus j'ai l'impression d'avoir tout copié sur toi et et et... C'est vraiment pas un post bien, je suis vraiment désolée ToT

Je jetai un regard de remerciement à mon jeune ami, et hochai légèrement la tête, sans dire un mot. Oui... Bien sûr qu'on allait les protéger.
Après qu'il m'ait donc donné son cristal de guérison, je le glissai dans ma poche, à côté de celui de Chris qui brillait d'un marron argenté.
Le signal fut lancé, silencieux mais clair. Chacun de nous partit dans une direction différente. Je pris la direction du village. Matheo s'occupa de la forêt. Chris, quant à lui, suivit le dernier groupe qui s'éloignait vers les plaines.
Pendant ma course, je sentis la colère monter en moi. Elle monta tant et si vite que je ne me rendis même pas compte qu'au bout de plusieurs minutes, mes pieds ne touchaient même plus le sol et que je lévitais à quelques centimètres de la terre.
Après quinze bonnes minutes de course, j'avais rattrapé les scientifiques. Un goût amer restait dans ma bouche, la colère titillait mes nerfs. Je ne parvins pas à rester discret, et très rapidement, l'un d'eux me vit et alerta les autres.

-Y en a un ici !


Je ne pus m'empêcher de soupirer, terriblement agacé et énervé à l'idée d'avoir été déjà repéré. J'étais tellement incompétent, là, maintenant, tout de suite !
Mais le déchirement du bouclier m'avait affaibli, et ma colère me rendait terriblement mauvais. J'étais faible, et je le savais... Et en prime, ils étaient beaucoup plus nombreux. J'avais beaucoup moins de chance. D'autant que j'avais à protéger les élèves qui pourraient se trouver au village.
Pour le moment, j'étais chanceux sur ce plan-là. Ils n'avaient pas encore atteint le village, et le fait qu'ils m'aient découvert les avait freiné. Ce n'était peut-être pas une si mauvaise idée d'avoir été repéré, finalement.
Je restai pourtant de marbre, tandis qu'ils m'encerclaient. A tout instant, je pouvais m'échapper, et prendre mon envol. Mais je réfléchissais encore à un moyen de protéger le village, de protéger ces enfants, ces adolescents, ces jeunes adultes... Et la création d'un bouclier était parfaitement stupide. Ils avaient déjà brisé celui que plusieurs Masters avaient créé, alors un bouclier, créé par un seul Master ? Ce serait une feuille de papier... Un tranche de pain de mie, déchirable avec un seul petit doigt.
Je revins à moi lorsque je remarquai que les scientifiques me parlaient depuis tout à l'heure. Je n'avais absolument rien suivi depuis le début, aussi étais-je incapable de leur répondre. Ainsi, du ton le plus aimable possible, j'entendis ma voix franchir mes lèvres, reprenant ces intonations qui m'avaient quitté lorsque j'avais commencé à grandir.

-Mais vous n'avez pas fini de m'emmerder, oui ?

La phrase eut l'effet escompté. Je n'avais pas encore trouvé un moyen d'éloigner les scientifiques du village, mais j'avais au moins pu les ralentir un peu.
D'un de leur espèce de canon à roulette qu'ils avaient entraîné avec eux, un filet sortit et s'abattit sur moi, m'enroulant jusqu'à me faire tomber au sol. Droit comme un i, j'étais littéralement pris au piège tandis qu'ils revenaient vers moi, un large sourire sur les lèvres.

-Et de un !
S'exclama l'un d'eux, tout content.

Je lui rendis son sourire avec un regard glacial, me retenant de lui cracher dessus.

-Vous savez... Vous êtes minables.

Un coup de pied me frappa de plein fouet au visage, et je pestai instinctivement, ce qui me permit d'en gagner un deuxième.

-Pour l'instant, celui qui est minable, c'est celui qui est coincé dans ce filet !


Je crachai du sang sur le sol, à deux centimètres de ses pieds, ce qui eût pour effet de l'énerver encore davantage. Je lui offris alors un sourire rayonnant, et me débarrassai de mes liens, que j'avais tranché en affûtant l'air au bout de mes doigts, créant des lames d'air tranchantes au bout de ma main.
Il écarquilla les yeux, et je ne le laissai pas réagir.

-Qui est coincé où ?


Par vengeance à titre personnel, je lui décrochai un coup de point dans la mâchoire, et tous les autres gardes braquèrent leurs armes sur moi, tandis que les scientifiques commençaient à s'avancer avec leurs seringues. Ils étaient tellement primaires...

-Ca suffit,
résonna ma voix, contrôlée par mon pouvoir de Sonore.

Ils s'arrêtèrent tous dans leurs gestes, et je fis voler toutes les seringues que je regroupai autour de moi, les maintenant dans les airs. Mon sourire s'étira en coin.

-Vraiment... Si vous étiez un peu plus intelligents...

Master... Un statut de Demi-dieu. Ca n'était que pure vérité. J'étais l'un des plus anciens, avec Hideko... J'avais déjà expérimenté tant de choses, que j'étais capable de réagir avec une vitesse et une assurance certaine. Mes gestes étaient fluides et terriblement précis. Je ne ratais jamais. C'était ma plus grande fierté.
Ils avaient beau venir avec toutes les armes qu'ils voudraient... Ce ne serait jamais assez pour me battre. Même si ma greffe ne m'était absolument d'aucune utilité, ayant été créé spécialement pour la femme qui partageait désormais ma vie.
Je n'avais pas besoin de plus. Mes pouvoirs me suffisaient pour les détruire.
L'effet de mon pouvoir de Sonore se dissipa et ils revinrent à eux. Les scientifiques commencèrent à reculer, hésitant en voyant les seringues qui volaient autour de moi, la pointe dirigée vers eux. Les gardes, eux, n'hésitèrent pas une seconde de plus avant de tirer.
Je soupirai d'amusement, et plissai légèrement les genoux, poussant le sol avec la pointe de mes pieds, et pris mon envol, tout en créant autour de moi un épais mur d'air qui bloqua chacune de leurs balles, ralentissant les quelques unes que je ne stoppais pas, les rendant beaucoup plus simple à éviter.
Les gardes, dans un esprit très militaire, ne s'arrêtèrent pas là. D'où j'étais, je ne pouvais me mettre à couvert que derrière une maison, dans le village, ce que je refusais de faire. C'est d'ailleurs en y jetant un coup d'oeil que je remarquai la présence d'un enfant qui se cachait derrière le mur, cédant à sa curiosité et regardant de ses grands yeux la scène qui se passait à quelques mètres de lui.
Je lui adressai un clin d'oeil, tandis que je renforçai les barrières de mon bouclier pour tenir face au second assaut. Brisant le bouclier en une onde de choc à laquelle j'y mêlai mon pouvoir de Sonore, je sonnai les gardes ainsi que les scientifiques, leur jetant les seringues qui avaient continué de léviter à côté de moi.
Je redescendis au sol, et aperçus que des renforts arrivaient, ce groupe dont j'étais responsable s'était déjà scindé à nouveau en deux.
Je soupirai, tandis que les scientifiques qui m'avaient déjà fait face auparavant se redressaient et revenaient à la réalité, me fixant avec une haine maladroite. Ils étaient à court de moyen, et beaucoup d'entre eux avaient déjà pris une seringue dans le bras, le produit n'allait pas tarder à faire effet. Un sourire se dessina pourtant sur le visage de l'un d'eux, et je fronçai les sourcils. Quand je les remarquai s'éloigner de moi, je regardai autour de moi, et remarquai une grenade. Une gre-... Mais ils avaient cambriolé une caserne militaire ou quoi ?!
Pestant, je m'éloignai le plus rapidement possible, tout en évitant de courir en direction des scientifiques, mais le souffle me rattrapa et me cloua au sol. Toussant et crachant de la poussière, je me redressai, encore aveugle face à brouillard créé par la grenade, les oreilles en feu. J'entendais des bruits de pas, mais rien d'autre qu'un bourdonnement sourd, ce qui m'empêcha de localiser les scientifiques.
J'usais de mon pouvoir de Sonore pour déployer la puissance de mon ouïe, et j'en sentis un au moment où il se trouvait derrière moi. J'eus à peine le temps de me retourner. La poussière avait commencé à retomber, et je le fixai avec incrédulité, laissant glisser mon regard jusqu'à mon épaule où une seringue était plantée. Je me pinçai la lèvre inférieure, et, instinctivement, je plaquai la paume de ma main contre l'abdomen de l'homme, qui partit voler quelques mètres plus loin. Je sentis le cristal de Chris se réduire dans ma poche. Plus qu'une utilisation...
Puisant sur mes forces qui s'amenuisaient dangereusement, je glissai ma main dans ma poche pour en sortir le cristal de Matheo. C'était ma dernière chance...
Tremblant, je parvins à le sortir de ma poche, et je le serrai dans ma main, maladroit. Après quelques minutes, alors que j'allais perdre connaissance, je parvins à actionner le cristal, et un liquide chaud et réconfortant se répandit dans mes veines tandis que le cristal disparaissait, usant les deux utilisations d'un coup pour supprimer le poison qui courait dans mes veines. Mon sourire étira délicatement mes lèvres alors que mon épaule devenait plus légère, ma respiration moins lourde, mon esprit plus sain. J'essuyai la sueur qui avait perlé sur mon front, et me redressai, malgré tout encore un peu faible.

-Tu l'as eu ?
Entendis-je.
-Oui !
-Ok. On ira le récupérer plus tard, quand le produit aura pleinement fait effet. Pour l'instant on s'occupe du village, il doit y avoir plein de gamins à récupérer ! Après, on rasera les bâtiments, pour qu'ils ne puissent plus rien nous faire...


Je sentis le sang pulser dans mes veines. J'étais déjà bien essoufflé, mais je ne pouvais pas les laisser faire ça.
Je tournai la tête vers eux, qui s'étaient éloignés sans même vérifier que j'étais bien par terre comme ça aurait du être le cas. Mon cœur battait la chamarade, et je ne savais pas quoi faire pour les arrêter au plus vite. Ils avaient déjà pris de l'avance, et même en volant, je n'y arriverais pas.
Aussi, je glissai ma main dans ma poche, et en sortis le cristal de Chris. Je pensais le finir plus tard, au cas où, mais je n'avais pas le choix.
Ma main se fracassa contre le sol, et une énorme fente se propagea de moi à eux. Quelques uns, déstabilisés, basculèrent sur les extérieurs, et d'autres tombèrent en plein dans la fissure.
Je me rapprochai alors d'eux, après avoir repris mon envol. Nous étions désormais dans le village, mais je n'avais plus le choix. Je devais les combattre ici... Je retombai sur le sol.
Plusieurs élèves étaient maintenant dans la rue, et regardaient la scène. J'étais fatigué, trempé de sueur, faible et pas très loin d'être à court d'énergie... Mais je devais les protéger.
Aussi, tandis que certains essayaient de relever les personnes qui étaient tombées dans la fissure, je pris une longue inspiration, et ouvris la bouche. Aucun son n'en sortit au premier abord, et je vis l'un des scientifiques esquisser un sourire en coin. N'y tenant plus, j'abattis une bourrasque sur lui, ce qui le fit tomber dans le fossé.
Finalement, trois grosses ondes sonores se répandirent autour de moi, et les scientifiques abattirent leurs mains sur leurs oreilles. Ceux qui étaient accrochés sur le rebord du fossé ne purent qu'accepter de se faire détruire les tympans. Concernant les autres, je créai une grosse tornade qui les bloqua et les repoussa jusqu'à l'extérieur du village. M'adossant contre un mur, ne tenant plus, je regardais ce que je venais d'engendrer, et j'attendis de voir si je devais encore faire quelque chose ou non.
J'aperçus certains élèves, hasardeux, me rejoindre. Avec maladresse, ils me firent comprendre qu'ils étaient là, et que je pouvais compter sur eux. Je me pinçai la lèvre, avant d'actionner la puce dans mon oreille.

-Je ne sais pas où vous en êtes... Mais de mon côté, je n'arrive pas encore à savoir s'ils sont hors d'état de nuit ou non. Dans le doute, on se rejoint au village dès que vous êtes sûrs de vous. Pour ma part, j'y reste pour le protéger jusqu'à ce que tout soit de retour à la normale...


Et le mur. Les « murailles » de Terrae. Notre bouclier magique... Il fallait faire quelque chose. Bloquer cette entrée. La sceller.
Je devais prévenir Hideko.
Je fouillai dans mes poches. Je n'avais plus mon téléphone...



Spoiler:
 

##   Ven 22 Aoû 2014 - 21:07

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 663
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

Je redresse la tête, m'étant assoupi pendant quelques secondes sous le coup de la fatigue. Ma blessure me tirait, elle me faisait mal même... Je ne parvenais pas à la guérir totalement, je ne suis pas assez avancé en auto-guérison pour ça. Je ressens la force de Ryu au loin... c'est lui qui m'a réveillé. Mais je ne parviens pas à porter davantage mon attention. La fatigue commence déjà à ruiner mon corps mais je laisse mon pouvoir de guérisseur agir. Du temps, j'ai besoin de temps. Je cligne des yeux plusieurs fois, la vision brouillée. Je retrouve rapidement la vue mais elle reste un peu floue, quoique suffisante pour que j'y vois. Je soupire profondément. Pourquoi maintenant, alors que tout le monde compte sur moi ?

Je me relève doucement, ménageant mon bras blessé en entendant Ryu dans la puce. Je ne réponds pas, me contentant d'esquisser un sourire suite à sa voix. Je suis soulagé, profondément soulagé... J'ai eu si peur qu'il lui arrive quelque chose. Même ne sachant que c'était le meilleur et que jamais personne ne pourrait lui faire de mal, je ne pouvais m'empêcher d'être inquiet pour lui. S'il lui arrivait quelque chose, je ne saurais vraiment pas quoi faire.
Debout, je m'adosse à un arbre, tenant mon bras blessé contre moi. La douleur me clouait littéralement sur place. Moi qui ai passé toute ma vie bien protégé aux confins de ma chambre, sans jamais avoir à affronter quelques épreuves physiques que ce soit... C'est la première fois que je me bats vraiment de tout mon coeur pour quelque chose, que je suis réellement blessé. Je me rends compte alors qu'on ne peut pas imaginer la douleur à la voyant à la télé, il faut la vivre... pour aussi se sentir vivre. Je souffle un grand coup puis me redresse, me mordant la lèvre inférieure pour ne pas crier. Mes jambes ont du mal à me porter, mais je sens que mon pouvoir de guérisseur me préserve du pire. Le reste n'est qu'une question de mental... et il est hors de question que je me laisse terrasser, pas comme ça. Je dois rejoindre Ryu au village.

Courant à moitié, je me dirige vers le village, après avoir vérifier que ceux de mon équipe étaient bien hors-service ( m'en assurant à coup de masse d'air parfois ). Alors que j'atteint les alentours du village, j'avise deux soldats derrière moi, qui arrive en, courant. Ils regardent derrière eux, ils ne m'ont pas vu. Je comprends très vite pourquoi. Chris entre ua même moment dans mon champ de vision, terrifiant avec son pouvoir de titan. Les soldats croient lui échapper... Ils se trompent. Chris pose sa main au sol et une explosion de terre projette les deux soldats en l'air. Je n'ai que le temps de cligner des yeux avant d'en retrouver un sous chaque bras de Chris, assommé. Il les laisse tomber comme deux sacs à patates avant de s'approcher. Son regard s'attarde sur mon bras, mais je secoue la tête avant qu'il ne dise quoique ce soit.

- Ce n'est rien! Ne vous en faîtes pas, j'espère que mon cristal vous a aidé ?

Il hoche la tête en silence, et nous nous mettons en route ensemble. J'aperçois bientôt Ryu, entouré par des élèves de Terrae. J'esquisse un sourire. Ils vont tous bien, il n'y a pas l'air d'avoir de blessés grave...

-Nous sommes là Ryu, appelais-je avec force.

Un rapide coup d'oeil me confirme qu'il a quelques blessures légères mais rien de bien grave. Le nœud à ma estomac se décontracte. J'ai eu plus peur que je ne l'avais imaginé. Je regarde alors autour de moi, enchaînant rapidement sur mon autre préoccupation.

-Quelqu'un a besoin de soin ?

Mon pouvoir m'informa que non, mais je préfères vérifier au cas où. Il me le confirme d'ailleurs, secouant tous la tête. Ils sont surtout effrayés et se demandent se qui se passe. Un grand sourire se dessine sur mon visage, alors que je rassure une jeune fille qui a fondu en larmes.

-Que fait-on maintenant Ryu ? Avec Chris, on est certain de les avoir à peu près tous mis K.O...

Je tourne alors mon visage du côté du mur explosé.

-Vous croyez pouvoir réparer la barrière à vous deux seulement ?, demandais-je avec douceur, sans laisser transparaître mes doutes pour ne pas effrayer les jeunes autour de nous.

Je me sens si inutile à ce moment-là. C'est un truc de master cette barrière, je ne suis d'aucun utilité pour eux là maintenant.


Hrp: comment tu dis trop n'importe quoi! Ton post est génial, j'aime beaucoup! Par contre le mien laisse un peu à désirer...
##   Mar 26 Aoû 2014 - 18:18

Personnage ~
► Âge : 25 ans.
► Doubles-comptes ? : Mitsuki & Allen
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2569
Date d'inscription : 24/12/2010
Age : 24
Emploi/loisirs : Heuu... Directrice à plein temps, à c'qui paraît.
Humeur : C'est vous qui voyez :3
http://terrae.forumpro.fr

HRP : Mais non, c'est très bien <3

Je fus terriblement heureux de voir Chris et Matheo arriver. Je crois que l'équipe dont je devais m'occuper était hors d'état de nuire, mais je n'étais sûr de rien. Certains gesticulaient encore par terre, et même s'ils ne pouvaient plus rien faire, je préférais être sûr que quelqu'un pourrait les surveiller.
Matheo m'annonça qu'il était quasiment sûr, avec Chris, que les scientifiques desquels ils étaient responsables étaient K.O. Une bonne chose.
Je ne pus m'empêcher de constater la baisse d'énergie de Matheo, qui avait du s'épuiser lors de son combat. Pourtant, il n'avait pu s'empêcher de proposer de soigner quelqu'un dès son arrivée. Un petit sourire se dessina sur mes lèvres, tandis que sa question me ramenait à la réalité.

-Non,
soupirai-je. On n'y arrivera pas tous les deux...

Je tournai la tête vers Chris. La seule chose que nous pouvions faire pour l'instant, c'était au moins reconstruire le mur. La barrière magique attendrait. Mais pour cela, il allait avoir besoin d'énormément d'énergie... Construire un mur, même lorsqu'on est Terre, un mur comme celui qui protège Terrae, c'est loin d'être une mince affaire.
J'observai les élèves courageux qui étaient venus nous soutenir, cherchant quelqu'un qui pourrait être d'affinité Terre et qui pourrait joindre son pouvoir à celui de Chris pour rebâtir un mur éphémère en attendant qu'un véritable mur soit reconstruit. Ma déception se stoppa lorsque je reconnus l'affinité d'une jeune fille légèrement en retrait, probablement une Télépathe. Je n'en avais aucune certitude, la seule chose que je savais, c'est que son énergie, et son aura, se manifestait dans les tons marrons.
Je me dirigeais vers elle, tandis que Matheo s'affairait à soigner les quelques blessures des personnes qui avaient été légèrement égratignés lors de l'assaut.

-Ecoute ma belle... Je suis désolé de devoir te demander ça. J'imagine que tu t'en as pas envie, et que tu es plus effrayée qu'autre chose. Je m'appelle Ryu, tu as probablement déjà eu cours avec moi, je suis prof de sport... Mais je suis aussi le directeur adjoint de l'école. Et j'aurais besoin de toi là, maintenant. Tu es Terre, non ?


Elle hocha la tête avec timidité, et je souris doucement.

-Notre ami, là-bas, Chris, est Terre aussi. Les scientifiques, pour pénétrer dans l'Institut, ont fait sauter le mur qui protège notre périmètre. Chris ne pourra pas reconstruire ce mur tout seul. Et nous avons besoin de toi... Tu es la seule Terre ici actuellement et... Tu es probablement notre seule chance. Je me doute que tu ne pensais pas te retrouver dans un bazar pareil en te levant ce matin mais... S'il te plait, est-ce que tu veux bien joindre ton pouvoir au sien pour reconstruire le mur ?

De nouveau, elle hocha la tête avec maladresse, suite à une hésitation qu'elle manifesta en passant son regard de Chris, à Matheo, puis à moi. Je lui offris un sourire chaleureux.

-Merci beaucoup...

-Marie, compléta-t-elle.

J'acquiesçai, et fis signe à Chris.
Je me tournai vers Matheo.

-Matheo... Tu as ton téléphone avec toi ? Je sais que ça peut paraître bête mais... Le mien est probablement tombé pendant que j'étais en train de me battre, et je ne peux pas appeler Hideko... Je pense qu'elle a senti le bouclier se briser, mais je préférerais la prévenir tout de même.

J'essuyai la sueur qui perlait sur mon front.

-L'idéal, ce serait que tu l'appelles et que tu l'informes de la situation actuelle... Pendant ce temps, j'irais là où Chris et toi avez mis les scientifiques hors d'état de nuire pour essayer de surveiller, et d'attendre qu'une équipe arrive pour nous aider à les évacuer. Si ça ne te dérange pas, je te demanderais de rester là et de surveiller cette équipe-là, ainsi que les élèves qui sont arrivés... Tu es beaucoup plus doué que moi pour rassurer les gens je pense.


Je passai une main sur mon épaule, où la seringue avait été plantée. J'avais réussi à retirer le poison grâce au cristal de Matheo, mais la plaie était malheureusement toujours là, et elle me faisait mal. Cependant, je ne pouvais pas demander à mon ami de gaspiller son énergie pour moi comme ça. Je réajustais ce qu'il me restait de t-shirt pour cacher la plaie.

-Ca te va comme plan ?



Spoiler:
 

##   Sam 4 Oct 2014 - 16:27

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 663
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

Je restai en retrait pendant tout le temps où Ryu parlait. Il le faisait bien, il ressemblait à un leader, à un homme qui encourage ses troupes. Il ne les forçait pas, il leur donnait du courage, le courage de faire ce qui leur semble juste, ce qui peut tous nous aider. Il était impressionnant, alors que je devinais son envie de s'arrêter, d'arrêter tout ça, de savoir si Mademoiselle Honda va bien, de même pour Daisuke... Je pouvais deviner ce qui agitait ses pensées, et pourtant il restait maître de la situation. Je le regardais de loin, mais je l'admirais pour ça, fier d'autant plus qu'il soit mon professeur.
Un sourire naquit sur mes lèvres, puis je me détournai pour me concentrer sur le petit groupe qui s'était formé près de moi. Ils étaient peu nombreux, la plupart avaient quelques contusions mais rien de sérieux. Je n'eus pas besoin de trop puiser dans mon énergie. J'avais toujours mal bien sur, mais je n'en montrais rien, surtout pas. Je leur offrais mon sourire le plus rassurant, leur parlais avec douceur... Je voulais les ménager. Sans savoir bien comment faire.

Lorsque Ryu s'adressa à moi, je fis volte-face aussitôt, tout ouïe pour connaître son plan. Je jetais un regard discret à la jeune fille qu'il avait mobilisé... Marie apparemment. Lorsqu'il me demanda d'appeler Mademoiselle Honda et de veiller sur le groupe, je hochais la tête avant d'avoir pensé à quoique ce soit. C'est alors que enfin je me manifestais:

-Sois prudent hein ? Peut-être que certains se sont cachés...

J'étais très sceptique aussi quant aux chances qu'un nouveau mur puisse arrêter une nouvelle vague de sbires. Mais je gardais ça pour moi. Nous avions surtout besoin d'espérer, il nous fallait un plan et celui-ci était le plus logique de ceux qui étaient permis. Mais malgré le fait qu'au fond je sache bien qu'il ne craignait rien, une angoisse sourde continuait de faire rage en moi. Je lui offris malgré tout un sourire et me retira quelques instants pour appeler mademoiselle Honda. Malgré la situation, j'étais un peu stressé. Je n'aimais pas trop parler au téléphone alors en plus s'adresser à la directrice... Je savais bien qu'il n'y avait aucune d'avoir peur mais ce n'était pas le genre de situation auquel j'étais habitué. De ce fait, lorsque sa voix retentit à l'autre bout du combiné, je ne pus m'empêcher de rougir, cherchant à maîtriser au maximum les tremblements de ma voix.

-C'est moi Mademoiselle Honda... euh... Matheo. Ryu m'a demandé de vous appeler pour vous... Mettre au courant...

Je me sentais stupide rien qu'en prononçant ses mots. Je lui expliquais malgré tout rapidement la situation. Elle semblait calme à l'autre bout du fil, ou peut-être était-ce simplement pour ne pas me faire paniquer. Elle était au courant bien sur du mur de Terrae. Elle avait déjà commencé à prendre des mesures apparemment. Le tout était de tenir le temps que tout s'arrange et que les renforts arrivent. Je ne pus retenir un soupir de soulagement. Je raccrochais après un dernier échange.
Je regardais autour de moi. Ryu était déjà parti. J'inspirais profondément puis me tourner vers le groupe encore sur place.

-Venez avec moi! On va chercher un abri provisoire.

Je les ramenais vers le village, vérifiant que personne ne nous suivait et n'était dans les alentours. Le vent ne m'indiquait rien de spécial. Je progressais donc avec assurance, mais également avec prudence. Le groupe me suivait, il semblait me faire confiance. Je me demande encore s'il devrait. Je ne m'y connais pas trop en guide, je suis plutôt du genre à me faire guider... Du coup, je me faisais violence pour réprimer mon instinct naturel. Ce n'était pourtant pas si dur. La situation aidant, je prenais mes marques assez aisément.
Je nous cachais d'un un petit bâtiment, à l'entrée du village. D'apparence neutre, il avait au moins le mérite de me donner une vue assez dégagée, me permettant de prédire une attaque à notre encontre. De plus, il était spacieux, et nous avions besoin de place.
Je me préparais à ressortir pour m'assurer que le groupe de scientifique de Ryu ne fasse bel et bien plus de siennes quand une petit fille m'attrapa la manche. Inquiet, la croyant blessée, je me penchais vers elle.

-Tu t'en vas pas hein?
-Je...

Je cherchais mes mots à vrai dire. Je devais les protéger, je l'avais promis. Mais il fallait que je surveille les scientifiques aussi. Je ne pouvais me résoudra à laisser Chris et Ryu prendre tous les risques. Cela m'était inconcevable.
Concentrant toute la douceur possible dans ma voix et mes yeux, je m'agenouillais à sa hauteur pour lui parler.

-Je dois m'assurer que vous ne courrez aucun danger. Ne t'en fais je serai juste là, dis-je en pointant mon doigt pur désigner l'endroit.

Avec un dernier sourire, je me relevais et la raccompagner vers un duo de deux adolescents, du même âge que moi je pense. Je la leur confiais, leur demandant de faire bien attention aux autres, que je ne serai pas loin de toute manière. Ils acquiescèrent. Ils avaient compris.
Discrètement, je me faufilais hors de la bâtisse et me rapprocher des scientifiques à terre. Aucun n'avait bougé... Mon pouvoir me disait qu'il était bien assommé. C'était tant mieux.
Je tournais mon regard vers le ciel, adressant à la lune et aux étoiles une prière muette. Pitié, faîtes que les renforts arrivent vite... Et qu'il ne leur arrive rien surtout!

Hrp: Je suis impardonnable... En plus mon post fait pas avancer grand chose. Je suis désolé ma belle, je me rattrape promis <3


##   Mer 8 Oct 2014 - 16:20

Personnage ~
► Âge : 25 ans.
► Doubles-comptes ? : Mitsuki & Allen
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2569
Date d'inscription : 24/12/2010
Age : 24
Emploi/loisirs : Heuu... Directrice à plein temps, à c'qui paraît.
Humeur : C'est vous qui voyez :3
http://terrae.forumpro.fr

HRP : Mais nooon tu es tout à fait pardonnable, avec la rentrée et tout ! Et puis, bien sûr que si tu as fait avancer l'intrigue o.o Je vais booster un peu de mon côté aussi, comme ça on pourra clore rapidement le topic de la mission :)

Matheo accepta, et s'éloigna passer son appel à Hideko. Je l'observai un peu de loin, remarquant le léger malaise qui l'habitait. C'est vrai que si Hideko était la femme que j'aimais, elle était aussi la directrice... Et Matheo restait un élève.
Un petit sourire naquit néanmoins dans le coin de mes lèvres, tandis que je l'entendais, grâce à mon ouïe fine, propre aux Airs, commencer à s'adresser à Hideko. Je décrochais ensuite pour me reconcentrer sur la mission.
Chris était parti avec Marie, se dirigeant vers le mur qui avait été détruit. Les autres élèves commençaient à parler entre eux, et un brouhaha monstrueux s'éleva. Une jeune fille vint vers moi, me demandant ce qu'il s'était vraiment passé, ce que nous avions fait, si les scientifiques au sol étaient morts... Plusieurs yeux se posèrent sur moi. Je souris doucement.

-Les scientifiques ne sont pas morts, non. Une équipe va venir récupérer leurs corps et les déposer en dehors de Terrae. Nous ne pouvons pas leur permettre de reprendre connaissance ici...

Je soufflai, avant de reprendre contenance. Je ne devais pas montrer mon agacement. Je déposai une main sur son épaule, et retrouvai mon sourire doux.

-T'inquiète pas. Tout va s'arranger. Mon jeune ami Matheo, va revenir ici et s'occuper de vous. Te fais pas de souci, d'accord ? Tu ne crains rien, nous sommes là pour nous occuper de la menace. Le mur va bientôt être reconstruit, et les barrières de Terrae seront remises en ordre. Ca va aller maintenant.

Disais-je cela pour la convaincre, ou pour me convaincre ? Un peu des deux, j'imagine. J'avais besoin d'y croire, et espérer, rassurer, c'était le seul moyen d'y arriver.
J'entendis la voix de Matheo mettre fin à l'appel, et je me tournai vers les jeunes.

-Je vous laisse avec Matheo. Ne faites pas n'importe quoi et écoutez-le, d'accord.

Sur ce, j'adressai un clin d'oeil à la jeune fille qui était venue me voir, puis je m'éloignai, pris le pas de cours, avant de m'envoler, rejoignant assez rapidement Chris et la jeune Marie.
Lorsque j'arrivai, je remarquai que Chris avait déjà expliquer à la jeune Terre comment s'y prendre. Main dans la main, bien que celle de la demoiselle soit tremblante, ils étaient en train d'unir leurs pouvoirs. Chris m'aperçut, mais je plaçai un doigt sur mes lèvres pour lui intimer le silence. Marie avait les yeux fermés, se concentrait... Et m'entendre la déstabiliserait à coup sûr.
Devant mes yeux, le mur se redressa, fébrile et un peu gauche. Mais bel et bien là. Et c'était mieux que rien.
Voir cela me réchauffa un instant le coeur. Je m'approchai de quelques pas, et souris la Marie.

-Bon travail. Je te remercie. Tu as été parfaite.

Je posai ma main sur son épaule.

-Tu peux retourner voir tes amis si tu veux. Je ne te retiendrais pas plus longtemps. Tu en as déjà fait beaucoup pour nous.

Elle hocha la tête et commença à s'éloigner, avant de s'arrêter et de faire demi-tour.

-Je... Je préfère rester avec vous. Je ne veux pas faire le chemin toute seule.

J'acquiesçai.

-Bien sûr. Je comprends. Tu peux rester avec nous.

Je lui offris un dernier sourire avant de me tourner vers Chris.

-Nous n'avons plus qu'à attendre que l'équipe arrive. Matheo a prévenu Hideko, ça devrait aller...
-Matheo ? Pas toi ? Une dispute dans l'air ?

J'arquai un sourcil et l'observai avec une ébauche de sourire en coin. Chris me fixait avec malice. Je soupirai.

-Arrête de faire l'idiot... Les scientifiques ont détruit mon portable.

-Oh. Bien sûr. C'est forcément ça...

Un soupir amusé m'échappa et je renchéris :

-T'inquiète va. Quand j'aurais un problème, je viendrais me confier ! Je sais que tu aimes les ragots...


Il poussa un grognement assez significatif chez lui, souvent à prendre un peu comme un "Pff, c'est pas sympa de te moquer !" d'une façon un peu plus grognon. Un éclat de rire m'échappa, quand j'entendis des bruits de pas qui arrivaient vers nous.
Je me tournai sur le champ, et fis signe à Marie de venir derrière Chris et moi. Finalement, un sourire naquit apparut sur mes lèvres, et mes muscles se détendirent.

-Hideko...

-J'ai laissé Daisuke avec Kei'. Il a prévenu l'infirmerie par télépathie, et ils sont déjà au village normalement. J'ai eu du mal à te trouver, tu sais ?

Je déposai un baiser sur sa joue, et glissai ma main dans ses cheveux.

-Je suis soulagée de voir que tu vas bien...

Elle se tourna vers le mur.

-Bon. C'est bien comme ça. Kei' reviendra pour finaliser ça avec toi Chris, d'accord ? Pour l'instant nous n'aurons pas le choix... Mais bon, c'est déjà bien. Vous avez fait un bon travail.

Elle se tourna vers la jeune Marie, et sourit.

-Tu as fait du très bon travail. Merci à toi.

Elle regarda ensuite autour d'elle, et désigna la direction de la forêt du menton.

-Les autres corps sont là-bas, c'est ça ? Là où le mur a été détruit, donc ici, à la forêt, et au village ? C'est ce que m'a dit Matheo au téléphone. D'ailleurs ! Pourquoi est-ce que ce n'est pas toi qui m'a appelé ?


Chris me jeta un regard plein de sous-entendu, que j'ignorai avec habilité.

-Mon portable est cassé.


Un sourire étira le coin de ses lèvres.

-Evidemment...


Elle planta son regard amusé dans le mien, et serra sa main dans la mienne.

-Allez. On s'occupe de ces corps.

Chris lâcha un soupir, détournant rapidement le regard suite au regard d'Hideko. J'esquissai un sourire amusé à mon tour. La pauvre Marie, au milieu de tout ça...
Nous nous mîmes au travail, nous contentons de les désarmer et de les passer de l'autre côté des barrières. Marie, qui n'était pas du tout obligée de nous aider, proposa son aide et nous aida à accomplir plus rapidement notre travail. La chance avait voulu qu'elle soit aussi Titan... Et je peux vous affirmer que voir une jeune fille toute frêle porter un garde qui fait deux fois son poids, c'est assez étonnant.
Une fois fait, nous retrouvâmes la route du village, où je rejoignais Matheo qui était avec l'équipe qui était arrivée.

-Tout va bien ?
demanda Hideko à mon jeune élève. Une dernière équipe s'occupe de la forêt. Il n'y a pas eu d'autres problèmes ici ?



Spoiler:
 

##   Dim 12 Oct 2014 - 18:16

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 663
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

L'attente ne fut pas longue. Alors que je m'assurais que les scientifiques ne se réveillent pas, je vis arriver les premiers renforts au loin. Je sentis que d'autres se dirigeaient à l'endroit où devait se trouver Ryu, mais pour l'instant un groupe venait directement vers moi. Ils m'expliquèrent rapidement la situation, que la directrice était ici et que tout allait s'arranger à présent. Je hochais la tête avec soulagement. Bien que j'étais persuadé que tout se finirait bien, je ne pouvais m'empêcher de ressentir une certaine appréhension à l'idée de me trouver de nouveau face à de tels personnages. Le fait d'être à présent entouré par les secours était bien agréable... Même si la situation n'était pas la meilleure imaginable, je me sentais soulagé, plus libre de respirer.
Un des hommes me demanda de faire une sorte de rapport. Je lui montrais l'endroit où était caché les enfants et autres habitants avant de lui expliquer que je surveiller les scientifiques évanouis pendant que Ryu et Chris réparaient le mur. Il acquiesça et ne me demanda plus rien. Je les aidais à sortir tout le monde et à les rassurer de nouveau. La petite fille de tout à l'heure se colla à mes jambes et je n'eus pas le coeur à la déloger. Après ce qui s'était passé cette nuit, elle avait surement besoin de réconfort et de chaleur. Je la pris donc dans mes bras, lui adressant un joli sourire tandis que des bruits de pas attirèrent mon attention.

Ryu et Mademoiselle Honda arrivaient enfin vers le village, tout deux sain et sauf. Je m'autorisais un large sourire, content de savoir que mon professeur allait bien et que la directrice était venue nous aider. Celle-ci s'adressa d'ailleurs immédiatement à moi, s'enquérant des possibles problèmes survenus.

-Aucun problème. Ils ont tous obéis et se sont très bien tenus, dis-je en secouant la tête. Pas vrai ?, repris-je en m'adressant à la petit, toujours dans mes bras.

Elle hocha la tête timidement et je la reposais alors à terre, non sans avoir lâcher un petit rire. J'observai alors l'équipe prendre soin des scientifiques, tandis que la fillette s'éloignait. Je ne pus retenir un soupir de soulagement.

-Je suis content que vous soyez là Madame, dis-je alors.

Je me tournai alors vers Ryu, curieux de savoir comment la jeune Marie et Chris s'en été sortis.

-Ils ont pu reconstruire le mur alors ? Il n'y a pas eu de problèmes ?

Oui j'étais toujours un peu inquiet malgré tout, mais c'était dans mon caractère. Je me sentais un peu inutile à ce moment-là et pour la première fois, j'aurais souhaité être terre pour pouvoir les aider. Du moins, c'est ce que je me disais en regardant en direction de la brèche.
Mais une autre pensée me vint ne tête, surement plus inquiétante dans mon sens. Ryu m'avait déjà expliqué que l'anonymat de Terrae était une de ses meilleures défense, seulement avec ce qu'il s'est passé, est-ce que l'école n'était pas un peu en danger de ce côté-là ?

-Vous pensez que des gens ont pu entendre ou voir ce qui s'est passé ? Ce n'est surement pas passé inaperçu..., murmurais-je, gêné, en triturant mon haut.

M'adresser à la directrice de façon aussi directe me mettait mal à l'aise. Il m'avait fallu du temps lorsque j'étais allé chez elle pour m'habituer, mais dans ce cas, j'avais de nouveau l'impression d'être face à la directrice, et non à la femme comme c'était le cas chez elle. Et il faut bien avouer que c'est un peu intimidant...

Hrp: Toute façon t'es trop adorable toi <3

##   Lun 27 Oct 2014 - 19:48

Personnage ~
► Âge : 25 ans.
► Doubles-comptes ? : Mitsuki & Allen
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2569
Date d'inscription : 24/12/2010
Age : 24
Emploi/loisirs : Heuu... Directrice à plein temps, à c'qui paraît.
Humeur : C'est vous qui voyez :3
http://terrae.forumpro.fr

HRP : C'est toi qui est adorable ♥ Désolée pour le retard, j'avais pas vu que tu avais rep >O< Et je reprends avec Hideko, j'ai envie de la jouer un peu, ça fait longtemps :3

J'avais eu peur, autant se l'avouer. J'avais eu peur pour Ryu, avec qui je partageais ma vie, mais aussi pour Matheo, son élève, et tous les autres jeunes qui étaient sur les lieux au moment où ça s'est passé... Et puis pour Chris, aussi. Chris qui nous avait toujours été si fidèle, défendant les lieux avec force et vigueur. Il était probablement l'une des personnes ici en qui j'avais le plus confiance. Aussi, oui, j'avais eu peur. Et vous ne pourrez jamais imaginer le soulagement que j'avais ressenti lorsque j'avais entendu la voix de Matheo au téléphone après avoir senti le bouclier se briser. Le soulagement qui s'était emparé de moi lorsque j'avais vu de mes yeux Ryu, Chris, cette jeune fille sains et saufs... En vie. Bel et bien en vie.
De nouveau, j'avais senti la vie reprendre le dessus quand j'avais rejoint Matheo, et tous les autres élèves qui étaient là. Les équipes se chargeaient des corps. Tout serait bientôt terminé.
Je pris des nouvelles de Matheo. Un sourire étira délicatement mes lèvres tandis qu'il me relatait les faits, et m'expliquait ce qu'il s'était passé ici. Par la suite, il se tourna vers Ryu, et mon sourire se fit plus doux. Je hochai la tête, mais ne dis rien. En contrepartie, laissant mon homme répondre, je me tournai vers les autres élèves qui se remettaient tant bien que mal de leurs émotions. Tout revenait au mieux... La jeune Marie partit retrouver ses amies.

-Oui, ils ont recréer un mur. Il tiendra pour l'instant, et c'est le principal. Dès demain matin, une fois cette longue nuit passée, Chris s'occupera de vraiment recréer le mur avec l'aide de Keitaro. Deux Masters Terre dans le coup, ça doit donner quelque chose qui en jette ! Pas vrai ?


Je jetai un coup d'oeil à Ryu qui adressait un clin d'oeil à Matheo. Je souris avec une légère pointe d'amusement. Ils s'étaient bien trouvés ces deux là, finalement. Ryu ne s'en rendait peut-être pas compte mais... Il s'était énormément attaché à lui. Il m'en parlait sans cesse, vantait ses mérites, voulait toujours me dire haut et fort à quel point son élève était le meilleur. Au final, je m'étais habitué à ça. Dans mon esprit, c'était comme si Matheo était le petit frère de Ryu, qui donnerait tout pour le protéger, mais qui, en même temps, n'hésiterait pas à le pousser pour qu'il donne toujours le meilleur de lui-même. Deux frères... C'était ça.
Peut-être était-ce parce que son propre frère lui manquait... Et qu'il avait trouvé chez Matheo cet amour fraternel qu'on ne trouve nulle part ailleurs. Toujours en était-il qu'ils étaient faire pour s'entendre... Et que cette amitié n'était pas née de nulle part.
Je revins vers eux avec un sourire léger sur les lèvres, après avoir remercié l'équipe qui avait fini de débarrasser les lieux.
Matheo s'adressa à moi et je lui souris plus doucement.

-Tu as raison. Mais nous avons déjà une équipe qui s'en occupe. Deux élèves, doués en journalisme, tentent de défendre notre cause dans les journaux. Si des vidéos sont postées, des interviews de personnes à l'extérieur et j'en passe... Ils sauront gérer ça. Ne te fais pas de souci.

Je remarquai sa gêne, et ne pus m'empêcher d'ajouter :

-Allez ! Te fais pas de souci ! Tout va très bien se passer. C'est fini maintenant, et tu as très bien géré ça. Je te laisse aller te reposer... Nous en reparlerons, ne t'en fais pas. En attendant, tu as besoin de repos. Tu as beaucoup donné ce soir, et je ne voudrais pas que cela t'apporte malheur. L'équipe qui s'est chargé des corps va rester pour la fin de la nuit -ou devrais-je dire les quelques heures qu'il reste- et nous remettrons tout bien en place, définitivement, demain.


Je me tournai vers Ryu.

-Et toi aussi, tu rentres ! Je ne veux pas en que tu en fasses encore davantage. Tu as besoin de repos... Et demain, tu iras à l'infirmerie pour t'assurer qu'il ne te reste aucune blessure.

Ryu me regarda avec un air légèrement blasé, et je ris de bon coeur.

-Fais pas ta mijorée va !

Je déposai un baiser sur sa joue, et tournai la tête vers le groupe des élèves.

-Je vais aller les voir et leur dire de retourner dans leur chambre. Je pense que pour eux aussi, la soirée s'arrête là. Je vous laisse discuter entre vous.


______

J'observai Hideko s'éloigner au loin. Petit à petit, le groupe d'élève se dissipa. Quelques téléporteurs s'enfuirent aussi vite que possible, ceux sachant se téléporter à plusieurs emmenant leurs amis avec eux, puis, tous les autres commencèrent à s'éloigner, prenant la direction de l'Institut. Je me tournai vers Matheo.

-Merci pour ce soir... Vraiment. Tu as géré, en plus de tenir le coup. Je n'aurais certainement jamais fait mieux à ton âge... Tu as été remarquable. Alors merci. Je pense que ton soutien m'a en quelque sorte valu la vie ! souris-je.

Je lui donnai une tape amicale sur l'épaule.

-Va te coucher va ! Je vais en faire de même, avant qu'Hideko ne revienne râler ! On se voit demain, d'accord ?


Sur ses mots, je lui adressai un sourire, et une fois qu'il eût acquiescé, je partis rejoindre Hideko, non sans avoir répété une dernière fois, histoire de le confirmer, un petit "à demain !" entraînant. Nous rentrâmes ensuite tous les deux, Hideko saisissant ma main une fois que nous fûmes juste tous les deux. On récupéra Daisuke chez Keitaro, puis, le couchant dans son berceau, nous ne tardâmes pas à faire de même et à rejoindre Morphée
.



Spoiler:
 

##   Mer 29 Oct 2014 - 9:31

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 663
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

Le soulagement que j'avais ressenti en voyant l'équipe de secours avait pris possession de tout mon corps, et de mon esprit. Le stress et la peur de mal faire s'était définitivement envolé, laissant place à un sentiment de satisfaction. On avait réussi... L'attaque avait été contenue. Je vis Mademoiselle Honda s'approchait, et lui offrit un grand sourire. Ses paroles me réconfortèrent, et me détendirent un peu également. Je m'étais rendu compte lors de mon initiation et de mon étoilisation à quel point elle était humaine malgré son rôle de directrice, mais je fus à nouveau surpris. Pourtant, je sentais ce qu'elle peinait à dissimuler : elle s'était inquiétait, surtout pour Ryu. Cette constatation élargit mon sourire actuel, tandis que je les observais tous les deux se taquiner. Ils étaient beaux tous les deux, encore plus quand ils étaient ensemble. Ils étaient bien l'expression même de l'amour. C'était si joli à voir.
J'écoutai leurs explications avec attention, le mur qui allait être reconstruit et l'équipe chargé d'endiguer les informations qui pouvaient filtrer. J'acquiesçait avec entendement, montrant que j'avais compris.

-Tant mieux alors! Je suis content!

J'observais les jeunes du village se regroupait sous la houlette des secouristes. Certains partaient déjà, la plupart même, désirant enfin retrouver un peu de calme. Leur soirée n'avait pas été de tout repos.
J'entendis Mademoiselle Honda s'éloigner, et la saluais d'un geste de la main. Ses remarques avaient apaisées mon sentiment d'être un total novice dans ce genre d'opération. Le fait qu'elle me dise que je m'en étais bien tiré me faisait chaud au coeur. Je n'avais pas été en dessous de tout au moins. Seul avec Ryu, je tournai mon visage vers lui lorsqu'il commença à parler.

-C'est moi qui devrais te remercier, rien n'aurait été possible sans toi... C'est toi qui a fait ce que je suis aujourd'hui après tout, répondis-je avec un grand sourire.

Son entrainement m'avait forgé, développé et permit d'acquérir ce qui m'avait manqué toute ma vie : la confiance, la détermination... et la liberté dans un sens. Pouvoir manier le vent, un élément si libre par définition, alors que ma vie n'avait été que captivité, c'était bien plus expressif qu'on ne pouvait l'imaginer. Et c'était Ryu qui m'offrait ce contrôle. Comment ne pas le remercier ?
Je lâchai un petit rire suite à sa remarque sur Mademoiselle Honda et acquiesçai.

-Tu as surement raison. Je vais rentrer aussi alors. A demain!, confirmais-je avant de m'éloigner.

La nuit se terminerait bientôt, et pour une fois, j'étais bien trop épuisé pour aller me promener seul cette nuit. Je regagnais donc ma chambre en silence, et m'installai sur le lit, en tailleur. Je jetai un coup d'oeil dehors, massant mes courbatures et la blessure de mon bras. Elle ne me faisait plus si mal, mais j'irai quand même voir l'infirmerie demain, d'autant que j'ai un autre problème à éclaircir... Je me frottai les yeux, geste devenu habituel ces derniers temps, et m'allongea, m'endormant avec les images de cette nuit, persuadé au fond de moi d'avoir enfin été utile à quelqu'un.



##   
Contenu sponsorisé

 

[Event] Mission D : Patrouille autour de Terrae (Matheo et Ryu)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Entrée.