Partagez
L'art ou la manière de passer pour une idiote [Marvin ]
##   Ven 19 Sep 2014 - 12:33
Anonymous
Invité

Elle savait qu'elle ne devrait pas être là enfin peut être-pas seule, pas comme ça. Ait pas prit beaucoup, mais surtout il lui fallait un nouveau téléphone. Elle se rendit donc en ville, seule. Apple était dans sa chambre, en boule sur le lit. Il était si mignon quand il dormait. Et puis elle ne pouvait pas l'emmener partout n'est ce pas ?

Soupirant faiblement elle s'arma, oui oui carrément, de courage pour faire le trajet de l’institue à la ville, à pied. Il lui fallait un peu d'exercice, il fallait que son corps reprenne des forces. La marche à pied, c'était bon pour elle. Elle avait prit un petit calepin , avec un stylos, qu’elle avait mit dans son sac. Comme ça elle pourrait s'exprimer comme elle pourrait.

Aujourd'hui, le beau temps le permettait, elle avait mit Tunique, ainsi qu'un legging, la tunique était tenu à la taille par une ceinture, pas trop serrer mais pas trop lâche. Des bottines dans les pieds et son sac à main en bandoulière. Ses cheveux étaient détachés aussi, flottant dans son dos au rythme de sa marche.

Elle avait déjà repéré la boutique sans jamais y entrer, elle n'avait pas eu le cœur à ça et puis quand elle venait en ville s'était pour acheter des croquettes ou ce qu'il fallait pour son chat. Entrant dans la boutique elle en fit le tour, admirant les fringues qui y étaient.. Le styliste était doué il n'y avait pas à dire..

Prenant plusieurs habits elle regardait les couleurs, essayant de marier un haut avec un bas, selon ses goûts osant parfois des mélanges que peu de gens porteraient mais qu'elle adorait.. Une fois son choix fait elle se rendit vers les cabine il y en avait plusieurs mais les rideaux étaient tirés elle attendit un peu histoire de voir si quelqu'un en sortait..Aparement non, tapant un peu du pied elle se décida à ouvrir une cabine, tirant le rideau elle tombait presque nez à nez avec une jeune homme.


Se mordillant la lèvre, rougissant un peu de la faute quelle venait de commettre, elle n'avait pas pensé à regarder sous le rideau, elle trouvait que ça se faisait pas et puis, ça faisait pervers ça quand même, non vous ne trouvez pas? Enfin bref ses doigts s'étaient recroquevillés un peu plus sur les habits que elle avait prit, et à la façon nippone elle m'inclinait un peu . Demandant pardon, sans pouvoir parler, et puis elle n'avait pas encore acheter son téléphone..

Qui est la reine du mettage de pieds dans le plat? Ne la chercher pas c'est elle, Maysane.
##   Ven 19 Sep 2014 - 19:56
Anonymous
Invité

L'art ou la manière...


feat Maysane




Crash. Ah bah bien, bravo Marvin. Comme si tes habits étaient pas assez décharnés, qu't'avais besoin d'en remettre une couche. Parce que t'as tellement l'habitude de les recoudre, et que même si ça ressemble à rien tu vas te pointer dehors sans scrupule, en te disant que ça va, ça se voit pas trop encore.

Il se penche et évalue l'ampleur des dégâts avec un air consterné bien réservé à ce genre de situation. Y a un grand trou, juste là, au niveau de son genou qui peut maintenant ressortir complètement. Et puis c'était son dernier jean, évidemment. Il peste, râle, tout seul comme il sait si bien le faire et s'gratte le haut du crâne d'un air perdu, comme si il pouvait y avoir trente-six solutions à ce problème. C'est qu'il commençait à entre fatigué, de jouer aux apprentis couturiers. Comment c'était qu'il faisait, avant ? Ah oui, c'était sa voisine. La gentille voisine qui l'invitait des fois, souvent, après l'école. Elle avait toujours un mot gentil qui l'faisait sourire, avec ses cookies et son lait à la menthe. Et puis comme elle était vraiment très gentille, cette voisine, elle le prenait en pitié et s'affairait à recoudre tous les trous qu'il s'était fait, depuis la dernière fois qu'ils s'étaient vus. Il l'avait regardé faire mais maintenant, tout seul, c'est pas comparable. Y a toujours un fil rebelle qui essaye de se barrer, ou alors le nœud qui est juste pas assez gros, un vrai casse-tête pour pour le brun. Et puis c'était un truc de grand-mère, la couture.

L'Allemand jette un œil à  son portable. Il est que 15h, et le soleil s'est enfin décidé à servir à quelque chose. C'est pas une blague, il fait beau. L'occasion était trop belle, trop évidente, c'était comme si le monde l'appelait pour qu'il sorte enfin de sa grotte. Dans ce genre de moment, le mieux à faire c'est de l'ignorer en parfait ermite, et de s'isoler pour piquer un somme. Mais là, Marvin est coincé. Il a plus rien à mettre de pas trop sale, rien qu'il a pas déjà porté au moins deux ou trois fois dans la semaine. Il lui faut des fringues neuves. Et ça coûte combien, tout ce brinx ? Il roule pas sur l'or, et c'est même un miracle que le chèque trimestriel soit arrivé la veille. A croire qu'on pensait encore un peu à lui, à l'autre bout du monde. Son autre bout du monde qui lui manquait un peu, d'ailleurs. Mais l'moment était pas à la mélancolie.

Il sort du bâtiment trente minutes plus tard avec tout ce qu'il a dans ses poches. C'était pas énorme, mais suffisant pour dépanner, puis il voulait juste de quoi se mettre sur le dos. L'esthétisme des vêtements comptent moins que leurs prix, selon Marvin. Il coince une clope entre ses lèvres et l'allume, en route pour le magasin de fringues le plus proche. C'était à même pas un quart d'heure à pied, et j'peux vous dire que c'est pas un rapide. Il aurait pu en profiter pour acheter de quoi remplir son frigo, mais c'était à dix minutes plus loin. Ce serait pour une prochaine fois, il faudrait quand même pas trop se fatiguer. C'est à droite, puis encore à droite, ou peut-être qu'il fallait tourner avant. Tout droit, surement. Au bout d'un moment il finit pas apercevoir ce qu'il supposait être la fameuse boutique, probablement sur un gros coup de chance, et s'précipite presque à l'intérieur, impatient d'en finir avec cette corvée. On lui avait bien proposé une fois, une sortie shopping. Mais quand on a pas les poches débordantes, on a pas forcément envie de passer une journée à accompagner un soit disant pote refaire sa garde robe toute entière. Même les chaussettes, faut tout changer, parce que sinon c'est pas drôle. Et puis c'était pas trop son truc, faire les magasins, baver sur les vitrines.

Y a une ambiance étrange à l'intérieur, c'est pourtant pas désagréable, en plus il a de la chance, c'est presque vide. Y a qu'un couple au fond en train de se tripoter, planqués derrière un tas de jupes. Le brun retient pas une mine amusée, quoi qu'un peu dégoûtée, mais il préfère se concentrer sur ce qu'il est venu y faire. Il se faufile sans un bruit jusqu'au rayon des tee-shirts, ceux qui ont attiré son regard, probablement par leur non-originalité effarante. Il a jamais aimé s'habiller de manière excentrique, et c'était pas près de changer. Allez, il faut que tu te décides, maintenant. Tant que t'es là tu vas aussi faire le plein en tee shirt. Il en tire un au hasard et hausse les sourcils. Il est très bien, ce tee-shirt, et en plus pas trop cher. Fallait avouer que n'importe lequel aurait fait l'affaire. Mais comment savoir s'il va t'aller, maintenant ? Alors il le tourne, le retourne, regarde minutieusement chaque étiquette jusqu'à celle pour la lessive. Il s'en balance, c'est pas lui qui le lave, son linge. Rapidement agacé, il en prend deux autres vite fait et file vers les cabines d'essaye. Y avait qu'un moyen de savoir si ça allait.

Se changer là dedans, c'est un vrai cauchemar. Vu qu'il avait décidé de le faire comme un con jusqu'au bout, c'était sur le gris qu'il était tombé en premier, pour l’essayage. Les autres étaient noir et blanc. L'endroit est étroit, il faut se tourner dans tous les sens pour arriver à enfiler le moindre truc. En plus, y a une odeur bizarre qui flotte dans l'air, ce genre de parfum qui file la migraine et qui te fait voir des choses pas très claires. C'est bon, il a l'air bien mis. Alors il s'regarde en se tortillant devant la glace. Bien sur il a oublié le pantalon, mais par chance un gars qui était passé avant lui avait laissé un jean. Il a pas l'air trop moche, alors il l'enfile, à tout hasard. Et même si il c'est pas de la grande marque, le résultat est pas du tout décevant. J'dirai même qu'il est agréable à regarder, comme ça.

Puis y a un bruit qui rugit tout près de lui, et il manque pas de le faire sursauter. Ses traits se crispent en un sourire nerveux alors qu'il devient blafard. C'est le moment où la fameuse remarque du " qu'est ce que j'aurais fait, si j'avais été tout nu " vient heurter son esprit alors que la nana en face de lui semble deux fois plus gênée. Elle avait surement cru que c'était vide, car curieusement, sa tête était pas celle d'une emmerdeuse. Oui, parce que les emmerdeurs ont des têtes d’emmerdeurs, c'est un fait, selon Marvin. Il l'observe, attentif et calme alors que ses yeux sombre viennent chercher les siens. Il cherche pas à cacher le sourire, tout près de sa commissure.

<< Pas de problème, j'avais fini. >>

Il la contourne pour lui laisser la place, ses habits sous les bras. Il allait les payer en les gardant sur lui, il pouvait bien faire ça non ? En fait, ça faisait du bien, de se tenir dans des vêtements neufs, malgré les étiquettes planquées qui lui griffaient le dos. Son sourire s'élargit un peu quand il croisa de nouveau le regard de l'inconnue, elle semblait encore gênée, peut-être faudrait-il la rassurer.


Dernière édition par Marvin Wolf le Dim 5 Oct 2014 - 8:37, édité 2 fois
##   Ven 26 Sep 2014 - 11:40
Anonymous
Invité

Spoiler:
 

Elle le fixait, elle n'arrivait pas à ne pas faire autrement, bien sûr qu’elle aurait du détourner les yeux hein, mais non, elle restait là comme une idiote à le fixer.. Fixer ce..Jeune homme comme une gourde. Même pas elle aurait réagis un peu, bah non, elle était trop hébétée pour ça. En tout cas lui il se reprend plus vite qu'elle et il lui sourit. Ne cherchant même pas ça se cacher, pourquoi le faire en même temps ? Pourquoi  pas...

<< Pas de problème, j'avais fini. >>

Elle sursauta un peu, rougissant de plus belle et toussota un peu gênée, enfin un peu,c 'était vite dit... Mais minute il faisait quoi là ?!! Il allait partir comme ça ? On..On avait le droit de faire ça ? Elle en doutais un peu..Mais..En fait elle n'en savait rien. Elle écarquilla un peu les yeux, elle venait de voir une étiquette, il..il allait voler ? Non ..Non ça ne pouvait pas être ça . Elle fronça un peu son nez, l'étudiant plus attentivement. Il avait des affaires sous le bras, sûrement ceux qu'il portaient en arrivant..Mais ils étaient en boule..Ils semblaient un peu usés..Oui mais dans ce cas pourquoi... Oh pourquoi elle s'intéressait à tout ça hein !! Elle avait juste voulus faire un peu de shopping et se racheter un téléphone, alors pourquoi est ce que son cerveau carburait à cent à l'heure comme ça..

Mais elle ne pouvait pas le laisser partir ainsi, pas avec cette étiquette bien trop visible. Il avait une fois de plus accrocher son regard en plus. Déglutissant elle s'approcha un peu, un peu timide, elle était toujours comme ça. Doucement elle se hissa sur la pointe des pieds et passa sa main sur la nuque du jeune homme, rangeant l'étiquette qui en dépassait puis elle se remit sur ses pieds.

Tête un peu penchée, elle tenait toujours les vêtement qu'elle voulait essayer. Un petit soupire s'échappa de ses lèvres, elle avait sans s'en rendre compte bloqué sa respiration sous le geste audacieux qu'elle venait d'avoir. Souriant doucement, elle continuait de le fixer, l'air de dire : qu'il était mieux ainsi, enfin plus présentable sans son étiquette qui ressortait..Elle aurait peu être pas du..Peut être qu’elle venait de commettre sa bourde numéros 2 ..Et dire que la journée commençait à peine et qu’elle faisait connerie sur connerie, c'était pas bien malin...

Il y avait beaucoup de bruit autour d'eux, enfin beaucoup, il y avait du monde dans le magasin, ils passaient sûrement inaperçus d'ailleurs, mais c'était aussi ça quand il y avait de la foule, on était parfois invisible. Pas que ça la dérangeait, oh ça non, elle avait l'habitude de rester dans son coin. Ses dents rencontrèrent sa lèvre inférieure, vieille habitude qui avait la dent dur, sans mauvais jeu de mot. Elle restait là à le fixer... Peut être notre bourde numéros 3 ? Qui savait..Sûrement pas elle en tout cas...
##   Sam 27 Sep 2014 - 12:20
Anonymous
Invité

L'art ou la manière...


feat Maysane




Le brun baissa les yeux sur lui-même, observant avec intérêt la façon dont le tissus moulait chacune de ses formes. C'est rare de trouver des vêtements ajustés dans lesquels on peut être à l'aise, sans se sentir à l'étroit ou peiner pour faire le moindre mouvement un peu trop large. Il jette à nouveau un œil à son reflet, renvoyé par le miroir de la cabine à peine visible derrière le rideau qui flottait devant elle. C'est parfait, il doit les acheter. Rassuré, il soupire dans une aise naïve et détend ses épaules, croisant par hasard une nouvelle fois le regard de la blonde. Sa gourde avait décidément pas fini de faire griller ses pommettes, et même si ça l'amuse sur le coup, il préfère détourner et les yeux et fourrer les mains dans ses nouvelles poches, histoire de pas la mettre encore plus mal à l'aise. Son cou pivote de quelques centimètres sur la droite; il cherche la caisse, là où normalement les gens s’agglutinent pour faire la queue. Mais y a personne, juste une fille qui semble bien se faire chier; elle griffonne quelques trucs sur un papier, comme si elle dessinait.

Peu intéressé, il s'apprête à filer pour payer quand un violent frisson descend le long de sa colonne vertébrale, lui faisant instinctivement tourner la tête. Ça l'avait surpris, mais vraiment surpris. Les doigts de cette fille et la griffure du carton contre sa peau, un mélange qui lui arracha une moue lascive, presque contrariée. Il referme presque aussitôt ses dents sur sa lippe inférieure, les doigts serrés sur le tissus alors que son regard sombre cherche le sien d'une manière plutôt désespérée. Elle avait tenté de cacher l'étiquette, mais pourquoi ? Il n'avait quand même pas l'intention de sortir, la bouche en fleur, embarquant ses petites affaires avec les anciennes sous le bras. Les sourcils légèrement froncés par ses réflexions, il remarqua à peine à quel point la jeune fille était tendue. Et c'est peut-être l'absence de réponse, ce petit vide dans un coin de sa tête qui le mettait si mal à l'aise et lui donnait envie de courir ailleurs et d'aller regarder le pic des montagnes, la hauteur des falaises, la couleur des arbres plutôt que les routes, les magasins et les chambres en désordre.

Mais il veut pas se défiler, alors il va tout planquer derrière un sourire idiot qui ne révèle rien de plus que l'amusement sur son visage. Un sourire qui veut juste la rassurer, lui faire comprendre qu'il est pas un gars de si mauvais genre, histoire de sauver un peu son image et de rafistoler son ego. Ses traits se plissent avec empathie, la tête un peu penchée sur son épaule avant qu'il ne se détourne rapidement pour filer vers la caisse. On aurait dit que Marvin arrivait en sauveur, qu'il tirait la madame de son ennui, à en juger par les milliers de petits dessins qu'elle avait griffonné partout. Ils s'échangent un sourire, et le brun arrache les deux étiquettes pour qu'elle les scan. C'était le mot, hein ? Elle semble vraiment amusée, surtout lorsque ses prunelles vertes se posent sur les vêtements décharnés qu'il tient sous son bras. Il espérait juste ne pas passer pour un mendiant qui venait de gagner au loto.

En quelques minutes tout est réglé, elle lui donne même un sac pour ranger ses vielles affaires. Il manque pas de la remercier d'un sourire avant de la saluer. Quand il se retourne la jeune fille est toujours là, et il arrive pas à savoir si c'est son imagination ou si ses pommettes sont toujours roses. Si ça se trouve il se faisait des films, c'était pas une raison pour se mettre dans des états pareils. Fallait aussi dire que côté filles, l'Allemand s'y connaissait tellement bien qu'en dix-huit années d'existence, y avait jamais eu l'ombre d'une seule copine. Ça le torturait pas plus que ça, quand on voyait pleurer les puceaux de seize balais qui lancent toutes sortes de complaintes sur les réseaux sociaux. Le brun décide de jouer la carte de la sûreté et baisse sur la bouille de la blonde un regard doux. Pourtant la noirceur de ses yeux le trahissait, une nouvelle fois.

<< C'est vraiment rien, t'as pas à t'en faire.>>



Hrp : J'suis pas trop fier de ce que j'ai fait mais t'avais pas trop avancé, je me rattraperai au prochain post. o/


Dernière édition par Marvin Wolf le Dim 5 Oct 2014 - 11:22, édité 2 fois
##   Mer 1 Oct 2014 - 9:00
Anonymous
Invité

Spoiler:
 

Ce n'était pas facile de se faire comprendre quand on avait plus de voix, encore moins quand on ne savait pas trop comment tout ça allait se passer. Maysane continuait de le fixer, oh bien sur elle savait qu'elle ne devait pas mais..Elle n'arrivait pas vraiment à faire autrement. L'espace d'un instant, avoir quelqu'un vers elle, qui lui parlait, lui fit du bien. Être seule, comme ça , tout le temps, ce n'était pas facile à vivre. Bien sur elle était timide et se mettait souvent ne retrait. Mais avant elle pouvait quand même s'exprimer. Engager la conversation avec quelqu'un. Là tout ce qu’elle pouvait faire c'était hoché la tête, hausser les épaules, ou faire quelques grimaces expressive..Ou le comble de tout ça, sortir son calepin et se mettre à écrire. Il y avait sûrement mieux dans le genre.

Par contre elle ne s'était pas attendu à ce qu'il reviennent vers elle, et malgré elle, elle rougit à nouveau. Oh pas grand chose, juste un peu, mais elle ne baissa pas les yeux. Etonnant n'est ce pas ?


" C'est vraiment rien, t'as pas à t'en faire."

Oh il croyait que c'était encore pour ça ? Oui bien sûr ça semblait si évident. Elle secoua négativement la tête, ouvrant la bouche, elle la referma aussitôt et posa les habits qu'elle tenait encore. Le regardant, elle se mit ensuite à fouiller dans son sac, sortant de quoi écrire et donc de quoi faire la conversation.

«  Pardon, ce n’était pas pour..Enfin pour une fois je me suis sentis..Moins..Seule ? Pardon. Encore pour le rideau.

Elle relevant les yeux sur lui, hésitant un instant, ça ne lui ressemblait pas mais elle se lança quand même et donc elle se remit à écrire.

«  Je sais que ça va te sembler bizarre comme demande mais. Tu accepterais de boire un café avec moi ? Je sais ça paraît fou mais... En fait j'ai pas vraiment de mais, juste.. Non laisse tomber . »

Elle était bête de lui demander ça. Elle était vraiment stupide d'avoir cru.. Ils s ne se connaissaient pas. On ne demandait pas aux gens comme ça, c'était vraiment dingue qu'elle ait osé écrire ça. Mais elle avait eus comme..Un sentiment que..Non c'était plus fort que ça elle avait « vu » ..Elle les avaient vu ensemble..Enfin dans la même pièce, il lui semblait avoir vu du café.. Comme d'habitude son imagination lui jouait des tours... A moins que ça soit ce que la Directrice lui avait dit..Sur..Les pouvoir qu'elle aurait...

Elle arracha la feuille et ne réécrivant que la première partie , rangeant le tout elle lui fourra le papier dans la main reprit ses affaires et entra dans la cabine pour essayer tout ça. Oui mais voilà , elle venait de se tromper de papier, gardant celui à la phrase unique, l'autre avec l'invitation se trouvait à présent dans la main du jeune homme. Bonjour bourde n°4. Mais ça elle l'ignorait. Se mordant la lèvre elle soupira faiblement et posa son sac puis retira ce qu’elle portait. Le tout sans se regarder dans le miroir. Elle détestait son corps, enfin cette partir brûlée, la ou les greffes de peau laissaient une drôle de mosaïque sur son corps..
##   Dim 5 Oct 2014 - 11:29
Anonymous
Invité

L'art ou la manière...


feat Maysane




Le brun bronche pas quand la jeune fille se met à fouiller dans son sac, pendant quelques secondes pour en sortir un petit calepin, rien de bien extraordinaire. Commun et pourtant, il suffit à une fois de plus éveiller sa curiosité. La blonde griffonne, arrache, et recommence, laissant Marvin dans ses interrogations qui s'font de plus en plus pesantes. Ça nargue, ça fait languir mais il ose pas bouger, il veut la laisser finir et apprécier la réponse qu'on pourra bien lui donner. Et c'est qu'elle est longue à venir, cette réponse. Faudra bien compter quelques secondes avant que la pt'ite inconnue lui tende le papier en question, celui qui semble contenir toutes le réponses, y comprit celles existentielles. Et il s'attarde pas plus pour commencer à déchiffrer ce qui y est écrit, il s'attendait pas à ce que tout soit en allemand non plus. C'est pas facile mais il y arrive, pas peu fier de cet exploit. Y a un sourire victorieux qui se glisse sur ses lèvres, on sait pas trop si c'est parce qu'il a réussi à comprendre, ou si c'est le message en lui même qui l'amuse. Alors il relève un instant son regard sombre, dans l'espoir d'avoir un indice sur l'expression de la blonde, mais y a plus rien, elle a disparu.

L'agitation du rideau le prend en pitié et lui souffle qu'elle est en train de se changer. Un café, avec lui ? L'Allemand fait un pas en arrière et va s'appuyer contre une des colonnes alors que ses doigts occupés de se frayer un chemin dans sa chevelure ébène trahissent son intense réflexion. Il le relit, encore une fois, ou peut-être deux, et ça manque pas de l'travailler. Cette fille semblait mal, elle semblait surtout très seule. La solitude il la connait bien, Marvin, c'est même sa plus vielle et fidèle amie. Et ça l'fout en rogne de l'admettre, mais il prend son mal en patience et hoche les épaules comme toutes les autres fois, ça passe, et puis ça revient. Alors on doit la chasser encore une fois; sauf que chasser la solitude quand on est tout seul, c'est pas évident. Le brun pince des lèvres et relève son menton qui avait goutté à ses chaussures. Elle semble avoir fini. La commissure de ses lèvres tremble légèrement avant qu'il accepte de dévoiler un véritable sourire, celui qu'il sert à tout le monde tous les jours comme pour dire " Si si, tout va bien. " Et c'est pas grave si personne y croit, parce que tout le monde s'en fout.

Il déglutit la gorge soudain serrée, et fait un pas en avant, un peu intrigué. C'était sa peau, elle est complètement meurtrie, abîmée, mutilée. Il fronce légèrement les sourcils mais détourne aussitôt les yeux, conscient de l'indiscrétion de ses regards. Il avait encore bien réussi à se mettre dans la merde, lui qui voulait simplement sortir pour s'acheter un tee shirt et, une fois sa mission accomplie, retourner se planquer sous ses draps, une nouvelle fois, parce que y avait aucune raison d'innover. De toutes façons il n'avait rien de prévu, et le choix était déjà fait. Marvin il est gentil, il peut bien passer un moment avec elle en se forçant de croire un instant de plus que c'était pas la pitié qui l'avait fait flancher. << Ça te va bien. J'te laisse régler, je t'attends dehors. 'Fin, pour le café. >>

Parce que notre brun n'avait jamais reçu d'invitation de ce genre, aussi formelle. La blonde aurait pour mission de le guider, peut-être même qu'elle connaissait un endroit sympa, qui pourrait faire de bons souvenirs pour plus tard, au moment où la solitude serait revenue les agacer. Une question de taille restait cependant encore sans réponse. Pourquoi avait-elle choisi de lui écrire tout ça ? Pt'être qu'elle était juste timide, qu'elle avait voulu l'inviter sans avoir le courage de vraiment lui demander. Ça puait la merde, toute cette histoire. Il lâcha un long soupire et planqua ses mains dans ses poches, cherchant à moitié conscient son paquet de cigarettes. Il paniqua une fraction de seconde avant de finalement tomber dessus, n'attendant pas d'avantage pour en porter une à ses lippes. Son sachet pendait toujours à son bras gauche, et il balaya la ruelle du regard. Y aurait pt'être une poubelle qui voudrait bien accueillir ses vielles fringues, et lui permettre de pas être encombré pour le reste de l'après midi. Il avait pas l'intention de les porter, alors à quoi bon les garder. Il fini par trouver et les laissa glisser à l'intérieur, retournant attendre la demoiselle devant l'entrée, ni vu ni connu. Il lui fut pas longtemps pour se pointer, d'ailleurs. L'Allemand tira une dernière fois sur sa clope et l'écrasa sous sa semelle, histoire de pas faire trop mauvaise impression. Elle semblait farouche, malgré sa franchise et son culot. L'amusement vient plisser les yeux du brun. << Alors madame, c'est où qu'on va ? >>


Hors rp : Personnage supprimé, rp terminé.
##   
Contenu sponsorisé

 

L'art ou la manière de passer pour une idiote [Marvin ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Boutiques.