Partagez
[Event] Allons dans la diplomatie !
##   Mer 8 Oct 2014 - 19:00

Personnage ~
► Âge : 23 ans et toutes mes dents askip
► Doubles-comptes ? : Hideko Honda -- Mitsuki Hojitake
► Rencontres ♫♪ :
Allen K.Wilder
Messages : 1179
Date d'inscription : 24/01/2011
Emploi/loisirs : Je vous jure : j'adore répondre à des questions.
Humeur : Ca me donne l'impression d'être... Ben pas inutile quoi. J'ai l'impression qu'on s'intéresse à moi, et c'est gratifiant !

Nous étions dans la voiture avec Keitaro, Master Télépathe de l'Institut. Malgré le désastre de ma dernière mission, la mort de mon coéquipier, j'avais vite compris que je ne devais pas rester dans ma chambre à broyer du noir.
Mitsuki était sans cesse en mission, son grade de Master et son courage, sa dévotion, tout en elle la poussant à aider au maximum cet institut qu'elle avait fini par tant chérir. Aoi était aussi en mission, master elle aussi à présent. Et c'était moche, mais j'étais seul.
J'avais donc pris connaissance d'une mission que la directrice prévoyait de lancer. Une mission diplomatique. J'avais compris que c'était ce qu'il me fallait. Avec ce que j'avais vécu, je ne pouvais pas retourner dans un laboratoire. Et je voulais que cette guerre cesse. Je n'étais plus capable de supporter cela. Et comme il m'était devenu incapable de rester seul dans ma chambre sans que je me mette hors de moi, j'avais compris qu'il fallait que je sorte, que je prenne l'air, que je tente de me changer les idées.
J'étais bien moins bavard que j'avais pu l'être autrefois. J'étais encore choqué. Swann était mort. Bel et bien mort...
A cette pensée, mon corps frissonna. Je m'étais placé à l'arrière de la voiture, et Aaron était devant, à côté de Keitaro. Le Master n'était pas très bavard, mais répondait tout de même aux questions d'Aaron, tentait de faire la conversation. Moi, je m'enfermais dans mon mutisme.
Nous étions arrivés à l'aéroport dans la nuit, et une voiture avait été réservée à l'avance. Washington n'était pas si éloignée de New-York. Et c'était à Washington que nous nous rendions.
Nous devions convaincre les américains de nous aider. Cette mission sonnait comme une lueur d'espoir. J'avais besoin d'y croire, mais plus encore, le fait que ce soit les Etats-Unis, cette grande puissance, m'aidait à y croire. Nous pouvions le faire. Les convaincre de nous aider. Mettre fin à tout ce carnage.
C'est en tout cas ce que je croyais.
A travers la fenêtre, je regardais les paysages défiler. La voiture s'arrêta enfin, et Keitaro se tourna vers Aaron, puis vers moi.

-On est arrivés. Je sais que vous n'avez peut-être pas trop dormi... Et même si la nuit a été longue, un membre du Sénat nous attend. Nous allons d'abord discuter avec lui, et ensuite, nous verrons s'il considère que notre demande mérite d'aller plus loin ou non.

Je hochai la tête. Il devait déjà être 9h ou 10h du matin. Le décalage horaire m'avait tué, d'autant que je ne dormais plus beaucoup ces derniers jours. Mais au fond de moi, je sentais qu'accomplir cette mission était mon devoir, et même si je ne ressemblais presque plus qu'à un cadavre vivant, j'allais donner le meilleur de moi-même pour que Terrae soit entendue, et soutenue.
Keitaro sortit de la voiture et je le suivis. Nous récupérâmes chacun notre sac dans le coffre, et à sa suite, laissant Aaron passer devant moi, je rentrais dans le bâtiment qui nous faisait face.
Les dés étaient jetés à présent... Et de tout coeur, je croisais les doigts pour que tout se passe bien. Pas comme lors de ma dernière mission...
Nous traversâmes de longs couloirs, croisèrent quelques personnes qui s'adressèrent à Keitaro pour lui demander la raison de notre présence ici. Nous fûmes guidés jusqu'à une salle, d'où sortit un homme aux cheveux gris, une barbe de quelques jours sur le menton. Il réajusta ses lunettes en nous voyant arriver, et un sourire naquit sur ses lèvres.

-Ah, vous êtes là ! Venez, entrez.


[Event] Allons dans la diplomatie ! 268985Love2

Merci Aa-chan ♥️
##   Jeu 9 Oct 2014 - 8:18

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Aaron Eran
Messages : 335
Date d'inscription : 23/02/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Lire et écrire.
Humeur : Je larveeee ~


Prendre part à une seconde mission... Était-il suicidaire ou complètement à côté de la plaque ? C'est sûr que vue comment s'était terminée sa dernière mission, il y avait de quoi pencher pour la première option... Mais quand il avait vu que la mission se déroulait aux Etats-Unis, il n'avait pas pu s'empêcher de se porter volontaire. D'autant plus que c'était une mission de diplomatie et qu'il s'était porté volontaire auprès de la directrice même. Surement un peu des deux.
Aaron mit la main devant sa bouche alors qu'un immense bâillement s'enfuyait. Il avait dormi dans l'avion et pendant tout le trajet entre New-York et Washington et pourtant... Pourtant il restait complètement crevé. Son horloge biologique était encore en train de se demander quelle heure il était, que le master qui les accompagnait prenait la parole.
-On est arrivés. Je sais que vous n'avez peut-être pas trop dormi... Et même si la nuit a été longue, un membre du Sénat nous attend. Nous allons d'abord discuter avec lui, et ensuite, nous verrons s'il considère que notre demande mérite d'aller plus loin ou non. 

L'adolescent hocha de la tête puis suivit d'un mouvement mécanique le master et l'autre élève présent. Ses pensées avaient du mal à se caler sur quelque chose et ce n'est que lorsqu'une personne commença à les guider qu'il réussit vraiment à se réveiller. Comme l'avait dit Keitaro, ce fut un sénateur qui les accueillit. Aaron eut l'impression qu'il était presque aussi fatigué qu'eux...
-Ah, vous êtes là ! Venez, entrez.

Ils entrèrent après que Keitaro ait salué le sénateur qui se présenta sous le nom de Dereck Peterson. Dans la salle, cinq personnes étaient réunis autour d'une table. Des feuilles recouverte d'écritures serrées et différentes étaient devant chacun des hommes. Un immense écran plat recouvrait tout le mur à l'opposé d'eux. Le sénateur Peterson les présenta comme la délégation Terraenienne. A croire que Terrae était devenue un pays a part entre temps... Alors qu'il laissait quelques secondes aux différentes personnes pour réagir, un homme au cheveux blonds et aux yeux presque aussi bleu qu'Aaron et qui semblait assez jeune se leva :
- Excusez moi... J'ai un appel important à prendre.

Aaron fit un pas sur le côté afin de le laisser passer, mais il eut quand même le temps d'apercevoir le regard soupçonneux du master se poser sur l'homme. Un silence pesant s'installa pendant quelques secondes puis, pour détendre un peu l'atmosphère le sénateur reprit.
- Installez-vous, on va débuter.

Juste avant de commencer le sénateur leur présenta les différentes personnes. Il était tous des représentants des principales agences gouvernementales des Etats-Unis. Ils représentaient chacun la CIA, le FBI, la NSA et la DEA qui étaient aussi représentés par l'homme blond. Alors qu'ils s'asseyaient, le sénateur les informa que le Président et les directeurs du cabinet de la sécurité du président les rejoindraient plus tard. Ce fut finalement le représentant de la CIA, un homme aux cheveux bruns à la carrure assez athlétique, qui prit la parole, manifestant publiquement son désaccord. 
- Votre Institut demande de l'aide aux Etats-Unis, et vous, vous venez avec des enfants pour négociez... N'est-ce pas un peu décaler ? Puis vos soi-disant pouvoirs, pouvez-vous réellement nous confirmer qu'ils ne constituent pas une menace ?

___________________________
Note : La NSA (National Security Agency, qui s'occupe de la sécurité national du pays) fait parti du cabinet de sécurité du président avec la CIA et la DEA (Drug Enforcement Administration, qui est le bureau fédéral de la lutte contre la drogue, et vu que les scientifiques utilisent une espèce de drogue...).


##   Jeu 9 Oct 2014 - 9:42

Personnage ~
► Âge : 23 ans et toutes mes dents askip
► Doubles-comptes ? : Hideko Honda -- Mitsuki Hojitake
► Rencontres ♫♪ :
Allen K.Wilder
Messages : 1179
Date d'inscription : 24/01/2011
Emploi/loisirs : Je vous jure : j'adore répondre à des questions.
Humeur : Ca me donne l'impression d'être... Ben pas inutile quoi. J'ai l'impression qu'on s'intéresse à moi, et c'est gratifiant !

Après que le sénateur nous ait présenté à toutes les personnes présentes dans la salle, en tant que délégation Terraenienne, un jeune homme blond se leva et annonça qu'il avait un appel à passer. Le sénateur hocha la tête, et l'homme quitta la salle. Malgré moi -et je ne saurais dire si c'était à cause du sentiment de doute qui persistait depuis ma dernière mission ou si je devais vraiment m'en inquiéter- je le regardai s'éloigner avec suspicion. Mon yeux se tournèrent instinctivement vers le Master qui nous accompagnait, et je perçus son regard soupçonneux. Combien aurais-je donné pour être télépathe moi aussi ? Je me contentai pourtant de me pincer la lèvre inférieure.
J'appris par la suite qu'étaient regroupés dans cette salle les représentants de la CIA, la NSA, le FBI et la DEA. Le blond appartenait à la DEA... Mon malaise s'accentua, mais je fus rapidement ramené à la réalité par une première contestation. Nous n'étions que des enfants... Et nos pouvoirs étaient toujours perçus comme une menace.
Qu'avais-je pensé en venant ici, hein ? Que tout se passerait bien ? Que tous nous souriraient et nous confirmeraient qu'ils allaient nous aider ? Ce n'était pas un peu utopique ?
Emporté dans mon élan, j'allais répliquer, mais Keitaro m'ordonna par la pensée de ne rien faire. Il était télépathe... Il pouvait forcément prévoir la majorité de nos actions. J'imagine que ce n'était pas pour rien qu'Hideko l'avait choisi pour représenter notre équipe. Il était le mieux placé pour gérer cette mission. Il pouvait trouver les mots, choisir les mots que ces hommes désiraient entendre pour être rassurés. Il prit donc la parole.

-Certes ce sont des enfants... Mais ils sont bien assez mature pour comprendre ce qu'il se passe. Et leur place est bien ici.

Il marqua une pause, et poursuivit.

-Nous venons bien vous demander de l'aide. Mais n'est-ce pas plus juste de venir vous montrer précisément de quoi il retourne en ramenant, justement, des enfants ?

Il s'avança. Sa voix était forte, assurée.

-C'est pour lutter contre les scientifiques que nous avons besoin de vous. Et c'est parce que ces scientifiques-même s'en prennent à ces enfants que nous avons besoin de votre aide. Vous ne vous souvenez pas de ce qu'il s'est passé il y a un mois maintenant, avec votre président ?

Il regarda chacun des membres de l'assemblée, sûr de lui. Sa prestance m'impressionnait... Et il ne parlait pas comme ça uniquement parce qu'il était professeur.

-Ces enfants, comme vous aimez les appeler -alors que ce sont déjà de jeunes adultes- pourront témoigner, et vous donner une preuve concrète de ce qu'ils ont vu, et vécu.

Il s'arrêta un instant, puis un sourire doux naquit sur mes lèvres.

-Quant à nos pouvoirs, vous ne pouvez que nous croire sur parole. Cependant, pourquoi serait-ce une menace ? Cela fait de longues années qu'ils existent à présent... Et pourtant, vous n'en avez jamais entendu parler. Si nous avions voulu les utiliser pour prendre le pouvoir, ou que sais-je encore, ce serait fait depuis bien longtemps...

Il souffla, presque amusé.

-Et puis, s'ils étaient si dangereux... Si puissants, si forts... Pourquoi aurions-nous besoin de votre aide ?

Un silence s'installa dans la salle, mais il reprit finalement, après s'être tourné vers la porte qui s'était refermée derrière nous, toujours close.

-Votre collègue n'est toujours pas revenu ?


[Event] Allons dans la diplomatie ! 268985Love2

Merci Aa-chan ♥️
##   Jeu 9 Oct 2014 - 13:27

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Aaron Eran
Messages : 335
Date d'inscription : 23/02/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Lire et écrire.
Humeur : Je larveeee ~


Aaron se retient de répliquer quand le représentant de la CIA les traita d'enfant. Se contentant de serrer les dents. De l'indignation se faufila en lui lorsque le master lui ordonna de ne rien faire. Ils n'étaient quand même pas venu ici, simplement pour faire bonne figure ! Croisant des bras, il observa sans un mot les représentant pendant que Keitaro prenait la parole.

Contrairement à Allen qui avait un pouvoir Sonore si Aaron avait bien suivit, et à Keitaro qui était télépathe, le pouvoir de téléportation d'Aaron ne semblait pas être le plus adapté ici. Un sensitif ou un voyant aurait surement été plus à leurs places. Alors il essayait de faire de son mieux, sans se faire voir. Même si c'était assez compliqué puisque les gens qu'ils avaient en face d'eux, étaient surement habitués interroger, à examiner chacun des gestes qu'ils feraient.. Et ça, ça le mettait assez mal à l'aise.

Ça le mettait mal à l'aise car ces hommes ne laissaient absolument rien paraître. Pas une seule émotion. Il avait l'impression de se retrouver face à des statues. Des statues dont les regards étaient posés sur le master. Et parfois ces regards se posaient sur eux, quand le master faisait référence aux enfants.

Il y avait un immense contraste entre Keitaro qui était expressif, dont sa voix captivait l'attention, et les représentants, presque immobile. Comme si on leur avait jeté un sort d'immobilité. Un sort qui fut brisé lorsque le master demanda si l'homme blond qui était sorti n'était pas revenu. Le premier représentant de la DEA croisa les bras et posa un regard dur sur le master.
- Mon collègue travaille sur une affaire, qui est pour l'instant, beaucoup plus importante que la protection d'enfants, il est donc normal qui s'en occupe.

Il se tut et le représentant du FBI en profita pour prendre la parole après quelques secondes, pendant lesquelles Aaron se torturait l'esprit, à essayer de deviner qu'elle affaire pouvait être plus importante que la leur...
- Si vous avez besoin d'être rassurés, sachez que tout ceux qui sont présent ici, monsieur Carteur inclus, sont tenus au secret. Nous ne travaillons pas avec les scientifiques et si c'était le cas, vous seriez déjà dans un de leurs laboratoire.

Aaron remarqua qu'une étrange lueur s'était allumée dans les yeux de l'homme de la DEA alors que celui-ci s'empressait de prendre la parole.
- En parlant de scientifique, lors de votre précédente intervention ici, ils ont utilisés un gaz dans le bureau de monsieur le Président. Malheureusement, il était tellement volatile qu'il n'en restait plus rien quand l'enquête a pu démarré. Et les saisis dans le laboratoire que vous avez... détruit, étaient bien trop peu important pour permettre une bonne analyse... En auriez vous récupéré dans d'autre laboratoire ? 

Aaron vit l'homme de la CIA relevait le menton et croiser les bras alors qu'il reprenait la parole.
- Vous avez besoin de notre aide car les enfants que vous employez ne sont pas capable de contrôler leurs pouvoir. Il est tout a fait inacceptable que j'envoie mes hommes protéger des gamins inca...
- De un, ce ne sont pas vos hommes Mattew. De deux, c'est moi qui décide ce qu'il faut faire et c'est justement parce que ces enfants ne savent pas totalement contrôler leurs pouvoirs qu'il faut qu'on les aide.

L'adolescent sursauta en se retournant. Quatre hommes venaient d'entrée, et le blond de tout à l'heure refermait sans un bruit la porte. Ils se présentèrent comme les dirigeants des organisations alors le blond que le sénateur avait nommé Carteur allait s'asseoir.


##   Dim 12 Oct 2014 - 0:29

Personnage ~
► Âge : 23 ans et toutes mes dents askip
► Doubles-comptes ? : Hideko Honda -- Mitsuki Hojitake
► Rencontres ♫♪ :
Allen K.Wilder
Messages : 1179
Date d'inscription : 24/01/2011
Emploi/loisirs : Je vous jure : j'adore répondre à des questions.
Humeur : Ca me donne l'impression d'être... Ben pas inutile quoi. J'ai l'impression qu'on s'intéresse à moi, et c'est gratifiant !

Autant être honnête. J'étais terriblement confus. A chaque réplique, mes pensées partaient un peu plus loin, s'entremêlaient, se confondaient pour ne jamais rien aboutir à quoi que ce soit de concret.
Comme l'avait relevé notre Master, le blond de tout à l'heure n'était toujours pas revenu, et je persistais à trouver cela louche. En face de nous, les hommes ne semblaient absolument pas prêt à nous aider. Chaque réplique me faisait l'effet d'un coup de couteau planté dans le coeur. Nous étions qualifiés d'incapables, de minables qui ne savent pas contrôler leurs pouvoirs... Face à eux, c'était comme si nous n'étions rien.
Pendant un bon moment, je dus prendre sur moi pour ne pas m'énerver et littéralement explosé. Je ne comprenais d'ailleurs toujours pas pourquoi Keitaro n'utilisait tout bêtement pas son pouvoir de télépathie pour les convaincre... Mais après réflexion, ce n'était absolument pas par la magie qu'il fallait les placer dans notre camp, bien au contraire. Il fallait y aller à la loyale. Leur montrer qu'on leur faisait confiance et qu'ils pouvaient en faire de même. Utiliser la magie détruirait ce lien de confiance...
Ici, peu importe nos pouvoirs, nous n'étions rien.
Keitaro réajusta ses lunettes sur son nez, tandis qu'un homme qui me semblait assez imbu de lui-même prenait la parole pour expliquer qu'il n'y avait aucune raison pour eux de nous soutenir. Il n'eut pas le temps de terminer sa phrase que la porte, derrière nous, s'ouvrit à la volée. Je me décalai, en même temps qu'Aaron, tandis que quatre hommes entraient, le blondinet refermant la porte derrière lui pour aller retrouver sa place.
Je me pinçai la lèvre inférieure. Je rêvais ou bien... Ils venaient de nous soutenir ? Ce blond qui me semblait jusqu'alors si louche était... De notre côté ?
Je le fixai un bon moment, jusqu'à ce que je croise son regard et que je devine que le mien était un peu déplacé. Je remarquai alors le petit sourire de Keitaro qui était né sur ses lèvres.

-Votre soutien me va droit au coeur. Je vous remercie profondément, monsieur...?

Il laissa sa phrase en suspens. Je remarquai qu'il avait parfaitement évité toutes les répliques des autres personnes présentes, notamment celle de l'homme qui avait demandé plus de détails sur le "poison" qui avait peut-être été récupéré lorsque le président avant été pris en otage par les scientifiques. Cette question aussi, je la trouvais louche. Mais comprenez-moi bien... Après la mission que je venais de passer, tout me semblait étrange et absolument pas digne de confiance. Dans un premier temps, même Aaron, alors qu'il venait pourtant de Terrae, avait été sujet de mes doutes.

-Je suis heureux de voir que notre cause attire les dirigeants-même des grandes organisations des Etats-Unis. J'espère que nous parviendrons à trouver un terrain d'entente.

J'observai notre Master, attentif. Pendant un moment, je pensais que j'avais trouvé ma voix. Terminer mes études, et me lancer dans quelque chose en rapport avec les discours, la politique, la diplomatie. Face à Mitsuki qui était douée en tout, il avait bien fallu que je trouve quelque chose où je n'étais pas si nul. Et pourtant, quand je voyais maintenant Keitaro... Je comprenais bien vite que je n'étais vraiment rien à côté de lui. Pourtant, ce n'était pas grand chose. Mais son éloquence m'impressionnait malgré moi. Je devais vraiment être rien du tout à côté pour en venir à trouver mon professeur impressionnant. Ou bien l'était-il vraiment... Il paraît que lorsqu'on passe Master, la voix s'adoucit, le timbre prend quelque chose de... Neuf. Convaincant. Rassurant parfois. C'est une voix à laquelle on a envie de faire confiance. On a envie de croire en elle. Je pense que c'est probablement grâce à ça que les enfants, lorsqu'un Master va les chercher et leur parle de Terrae, acceptent de suivre un parfait inconnu. Cette voix, propre aux Masters, est magique... Envoûtante.

-Je m'appelle Keitaro,
déclara le Master en réalisant qu'il avait oublié de se présenter. Je suis professeur d'Histoire à Terrae, et aussi le diplomate de notre école. Si nous sommes ici... C'est donc effectivement dans l'optique de nous demander une certaine protection... Afin de protéger nos élèves... Ces enfants, acheva-t-il en nous désignant, Aaron et moi.


[Event] Allons dans la diplomatie ! 268985Love2

Merci Aa-chan ♥️
##   Dim 12 Oct 2014 - 14:30

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Aaron Eran
Messages : 335
Date d'inscription : 23/02/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Lire et écrire.
Humeur : Je larveeee ~


Aaron souffla doucement pour se calmer. Son cœur battait un peu trop vite à son goût. Il avait l'impression de ne pas être à sa place ici. Qu'il était là, uniquement pour me montrer de quoi cela en retournait. Mais bon... Maintenant qu'il y était, il ne pouvait rien faire d'autre. Écoutant d'une oreille les échanges de politesse entre les adultes, son regard se perdait sur le plafond. C'est pas que la discussion ne l'intéressait pas, jusque... sa légendaire attention avait refait surface. Il savait très bien, qu'il devait être attentif, mais il n'y arrivait pas. Y avait toujours quelques pensées qui arrivaient à s'échapper, et cela faisait l'effet mouton. Les autres suivaient immédiatement cette ligne qui menait vers quelque chose de bien plus intéressant. Mais heureusement, il y avait toujours une ou deux petites pensées pour rattraper le coup, et le ramener à la réalité. Son regard retombe sur l'assistance alors que le mot enfant lui sautait aux oreilles. Étrangement, il se sent très mal-à-l'aise d'un coup. 

Son regard glisse lentement vers Allen en quête d'un pseudo-soutien. C'est bas de faire un coup pareil... Il aurait put le prévenir... Un léger sourire nerveux se glisse sur son visage lorsqu'il entend le master lui dire qu'il l'avait prévenu. Ah ah... Voilà ce qui arrive quand il n'écoute pas. Alors que son regard dérive pour retourner se perdre sur le plafond, il se retrouve confronté à celui de l'homme blond. Il ne savait pas trop pourquoi, mais il lui disait quelque chose. Quelque chose qu'il n'arrivait pas à se souvenir. Se disant que ça allait revenir tout seul, l'adolescent se concentra vaguement sur les paroles d'un homme.
- Je veux bien mettre quelque uns de mes hommes à vos services, mais, il me faut la confirmation que ce qu'utilise ces scientifiques ne soit pas mortel pour eux. Sinon, il n'y aura aucune aide.

L'homme qui venait de parler faisait parti de ceux qui étaient entrés. De taille moyenne avec des cheveux grisonnants, il avait l'air assez vieux, peut-être sur le point de prendre sa retraite. Il était assit à côté de celui que le sénateur avait désigné comme représentant de la NSA. Le directeur du FBI enchaîna aussitôt.
- Pareils pour mes hommes. 
- Après, je pense que si nous avions accès à toutes les informations que vous avez pu collecteur sur ces scientifiques, ils nous seraient plus facile de vous aider.

Aaron avait du mal à suivre entre qui parlait et qui rajoutait quelque chose. Il était presque sûr que l'homme qui venait de parler était le directeur de la CIA, mais bon... Il n'y avait pas de petites étiquettes qui indiquaient qui était qui, et il trouvait ça bien dommage. Parce que déjà que son esprit était en train de repartir ailleurs. Mais il retomba comme une masse quand l'homme blond prit la parole.
- A priori, ce que les scientifiques utilisent contre eux est une sorte de... cocktail paralysant. D'après le peu que nos agents ont pu récupérer dans le laboratoire... Ils mélangeraient plusieurs sortes d'anesthésiants avec une chose en plus, qu'on n'arrive pas à identifier.

Le nez dans l'une de ses feuilles. Il plissait les yeux et le nez comme s'il avait du mal à la déchiffrer. C'est fou... Aaron a de plus en plus l'impression de connaître cet homme. Mais ça veut pas lui revenir. Les intonations, la façon de se tenir... C'est affreux comme impression. Il abaissa sa feuille et reprend.
- Donc en gros, ils devraient juste être paralysés pendant la même dur...
- Vous voulez tester, Carteur ?

Sursautant, le regard de l'adolescent glissa rapidement vers celui qui l'avait interrompu froidement. C'était encore l'homme de la CIA.
- Euh, non, répondit-légèrement désemparé après avoir bafouiller, ce n'est pas ce...
- Mais ça ne vous dérange pas de mettre en jeu la vie de quelqu'un d'autre. Il semblerait que vous n'ayez pas compris que dans ce monde, il n'y a pas de place pour les peut-être et les en gros. Il faut des choses concrètes !

Bien que ces deux personnes ne possédaient pas de pouvoir, l'adolescent sentait avec précision l'électricité qu'il y avait entre eux. Apparemment, ils avaient déjà eut un problème... Aaron vit le visage du blond se fermer et alors qu'il ouvrait la bouche pour dire quelque chose, son supérieur lui donna une légère claque derrière la tête.
- Il est hors de question que vous recommencez tout les deux. Vous êtes pire que des enfants.
- Veuillez les excusez, Mr. Keitaro, ajouta le directeur de la CIA. Ils sont tout le temps comme ça...

Les directeurs des deux cellules lançaient des regards meurtriers vers leurs officiers. Si l'adolescent était sûr d'une chose, c'est que pour ces deux-là auraient des problèmes biens plus gros que leur dispute.
- Mais il vrai, reconnu le dirigeant de la NSA, que si nous avions plus d'informations sur les scientifiques qui vous menacent, cela pourraient nous aider à mieux nous protéger, et à vous protéger.


##   Mer 15 Oct 2014 - 22:59

Personnage ~
► Âge : 23 ans et toutes mes dents askip
► Doubles-comptes ? : Hideko Honda -- Mitsuki Hojitake
► Rencontres ♫♪ :
Allen K.Wilder
Messages : 1179
Date d'inscription : 24/01/2011
Emploi/loisirs : Je vous jure : j'adore répondre à des questions.
Humeur : Ca me donne l'impression d'être... Ben pas inutile quoi. J'ai l'impression qu'on s'intéresse à moi, et c'est gratifiant !

HRP : Je suis... Désolée. J'avais carrément zappé que la seule mission où Kei' participe en tant que PNJ, c'est celle du sauvetage des EU... Bon, dans un sens, c'est plutôt super cool pour cette mission ! Sauf que du coup, j'me rends compte que j'aurais du le placer avant >< Mais bon, j'essaie de me rattraper plus ou moins bien là ><

J'avais énormément de mal à repérer qui parlait, et surtout à quel organisme ils appartenaient. Bien que j'ai quelques racines anglaises, j'avais toujours appartenu au monde japonais par le biais de ma mère... Et la politique n'avait jamais été mon fort. Autant que tout ce qui s'y rapportait : l'économie, l'éducation civique... Bref, ce genre de choses. Ce qui, étrangement, ne m'avait jamais empêché d'être relativement doué en diplomatie. Allez savoir pourquoi. J'imagine que savoir parler et coopérer ne veut pas dire "connaître les personnes avec qui il est possible un jour que vous discutâtes avec".
Cependant, même si j'avais du mal à repérer les interlocuteurs, je comprenais parfaitement de quoi ils parlaient. Lorsque le blond prit la parole pour tenter d'expliquer ce que ce "poison" contenait, et qu'il fut stoppé par quelqu'un d'autre, je dus me retenir pour ne pas prendre la parole à mon tour, mais à ce que j'en comprenais, ce n'était pas vraiment ma place.
Pourtant, il était dans le vrai selon moi. Ce "poison" était un paralysant... Qui contenait une substance complémentaire, une substance qui nous était réservée à nous, Terraens. Quelque chose qui bloquait nos pouvoirs...
Le responsable de ce groupe prit alors la parole pour faire taire les deux hommes qui commençaient à se confronter, et je repérai un léger sourire en coin qui bordait les lèvres de Keitaro.
Finalement, l'attention se reposa sur lui, et il reprit son sérieux. C'était assez déstabilisant. Même si Keitaro nous avait présenté... avec finesse, j'avais cette sensation d'être parfaitement inutile. Nous avions un vécu, une expérience, Aaron comme moi -bien que j'ignorais ce qu'il avait pu vivre-, mais pourtant, ce savoir semblait être devenu parfaitement illusoire. Inutile, pour ainsi dire. Exactement comme je me sentais...
Notre Master prit donc la parole, répondant aux dirigeants qui lui faisaient face.

-Je comprends votre demande, et je la trouve parfaitement légitime. Vous ne pouvez pas vous lancer dans quelque chose de cette envergure sans avoir l'assurance de votre sécurité.

Il marqua une pause, et s'avança légèrement dans la salle, fixant le dirigeant de la NSA.

-Nous avons une équipe de scientifiques à Terrae, qui pourront vous fournir les résultats des analyses de ce liquide que les scientifiques utilisent pour nous stopper. Je n'ai pas la formule chimique exacte, mais ce que je peux vous dire pour l'instant, c'est que ce poison, comme l'a dit votre jeune compagnon, est un paralysant. Sur un homme ordinaire, il ne ferait que l'endormir ; c'est une forme de somnifère puissance 10. L'autre partie que vous n'avez probablement pas réussi à analyser concerne les pouvoirs... En plus de nous endormir, ce liquide nous supprime l'accès à nos pouvoirs. Pendant une certaine durée, nous ne pouvons plus les utiliser.

Keitaro se tourna vers nous, et j'en fus par ailleurs assez surpris. Il reprit la parole.

-Je pense que mon temps de parole est passé. Si vous avez quelque chose à dire, à demander, n'hésitez pas, Allen et Aaron. Autrement...

Il se tourna à nouveau vers l'assemblée.

-Autrement, je vous laisse, vous, leur poser des questions. Bien sûr, je serais ouvert aussi à vos questions, d'autant que vous devez en avoir... Je dirigeai justement l'équipe qui était en charge de venir sauver votre président. Mais cet avis ne sera peut-être pas le plus démonstratif. D'autant que mon point de vue n'est pas celui de ces enfants... Alors que peut-être, leur demander à eux ce qu'ils ont vécu sera plus significatif.


Je restai un moment sans voix. Attendez. C'était nous les "stars", maintenant ? Genre à nous de parler, et tout ? De recevoir les questions ? De faire la conversation ? Je me pinçai la lèvre. J'avais bien eu des questions... Mais elles s'étaient toutes envolées.
Je tournai la tête vers Aaron. Est-ce que lui en avait, au moins ?


[Event] Allons dans la diplomatie ! 268985Love2

Merci Aa-chan ♥️
##   Sam 18 Oct 2014 - 16:23

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Aaron Eran
Messages : 335
Date d'inscription : 23/02/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Lire et écrire.
Humeur : Je larveeee ~

Aaron était relativement d'accord avec les craintes des dirigeants. Surtout parce qu'il se souvenait de la peur que provoquait chacun des départs de son frère. Refusant obstinément de lui dire où et pourquoi. Il se souvenait aussi qu'à chaque fois qu'il le revoyait, toutes ces craintes s'envolaient... pour seulement laisser place au soulagement. En plus de penser à leurs hommes, les dirigeants devaient aussi penser aux familles... Une légère boule dans la gorge, le garçon baissa le regard. Il écoutait d'une oreille vaguement attentive le discourt de Keitaro. Il essayait simplement d'oublier les battements rapides de son coeur qui faisaient trembler ses mains. Finalement, ce fut son prénom qui attira son attention et il détacha son regard de ses pieds.

Clignant des yeux, il eut à peine le temps de remarquer que le master était tourné vers eux que ce-dernier se retourna vers l'assemblée. Les invitants à leurs poser des questions. Un léger sourire nerveux se dessina sur son visage. Son regard parcourt rapidement l'assemblée avant d'essayer de croiser celui d'Allen. Ah ah... Vraiment ? Son esprit qui était emplit de question s'était soudainement vidé. Il sent les regards des différentes personnes sur lui et ça ne fait que le mettre encore plus mal à l'aise. Comment le master pouvait-il supporter cela ? Il ne savait pas vraiment quoi demander, et les hommes devaient surement attendre une première question. Soupirant doucement pour calmer cette soudaine montée de stress. Qu'est-ce qu'il pouvait bien dire ? Il avait peur que ses mots soient mal compris. Mal interprétés...
- Ce ne sont que des scientifiques, armés de petites seringues, et même si vous ne contrôlez pas bien vos pouvoirs, vous devriez être en mesure de vous défendre alors...
- C'est qu'ils ont des militaires avec eux.

Aaron cligna des yeux en se rendant compte de ce qu'il venait de dire. Enfin, plutôt de faire. Et aussi dire. Parce qu'il insinuait que des militaires d'un état les aidaient. Puis, il avait interrompu l'homme. Le dirigeant de... Il n'en avait absolument aucune idée, ses connexions cérébrales refusant de lui donner l'information, il essaya en vain de se rattraper alors qu'il remarquait un certain changement de teint chez les hommes présents.
- Enfin non, pas des militaires. Juste qu'ils avaient de l'équipement militaire. Puis aussi qu'ils se battaient comme des militaires. Puis c'est plutôt des mercenaires. Mais ils sont tellement beaucoup que c'est pas possible qu'ils ne peuvent pas venir que du japon. Puis ils ont apparemment eut des problèmes avec la mafia sicilienne ou italienne... Et ils risquent surement d'en avoir avec ceux qui emploient puis aussi parce que les adultes ont beaux être puissants ils peuvent pas nous protéger sur trois fronts différents et vu qu'une grande partie des élèves ne savent pas se bat...

Les joues de l'adolescent virèrent soudainement au rouge alors qu'il buta contre un mot. Vu a la vitesse à laquelle il avait parlé, ce n'était pas étonnant que ça finisse par arriver. Il s'était même complètement perdu dans ses propres explications. Baissant la tête, il essaya de se refaire son discourt alors qu'un lourd silence tombait. Il avait réellement dit "tellement beaucoup"... ? Ses joues s'enflammèrent un peu plus. Quel boulet. En même temps, le master aurait pu les prévenir, ça lui aurait éviter ce gros coup de stress. Mais non.
- Eh bien vous n'avez qu'à apprendre.

Aaron releva brutalement la tête en foudroyant du regard celui qui venait de dire cela. Cette voix désagréable c'était encore le type de la CIA. Il sentait son pouvoir s'agiter, comme pouvait-il dire ça ?! Keitaro lui intimida mentalement l'ordre de se calmer.
- Ce ne sont que des enfants, imbécile, gronda le blond en le foudroyant lui aussi du regard. Ils ont autres choses à...
- Pauvres petits chou, je suis sûr que tu te ferais une joie d'aller leurs apprendre, tellement attentionné que tu es.

Aaron serra les poings, pourquoi les dirigeants n'intervenaient pas ? Ils n'étaient quand même pas d'accord avec cet homme !?
- Tu vas la...
- Oh mais j'allais oublier, n'es-tu pas trop occupé avec l'affaire Eran pour vouloir te mêler de celle-ci ?
- Quoi... murmure doucement l'adolescent alors que son regard n'arrive plus à se détacher du blond.

Quoi... ? Aaron cligne des yeux complètement perdu. Qu'est-ce qu'il venait de dire ? Quelle affaire Eran ? C'est quoi cette histoire... ? Il a comme l'impression de recevoir un coup de poing dans le ventre. Lui enlevant tout souffle. Toute couleur à son visage. Il se déconnecte complètement de la réalité. Ignorant les dirigeants rappelant à l'ordre leurs officiers. Se main attrape juste le bout du haut du master en lui soufflant doucement, la tête étrangement vide.
- Je... peux prendre l'air deux secondes  ?


##   Mer 22 Oct 2014 - 16:43

Personnage ~
► Âge : 23 ans et toutes mes dents askip
► Doubles-comptes ? : Hideko Honda -- Mitsuki Hojitake
► Rencontres ♫♪ :
Allen K.Wilder
Messages : 1179
Date d'inscription : 24/01/2011
Emploi/loisirs : Je vous jure : j'adore répondre à des questions.
Humeur : Ca me donne l'impression d'être... Ben pas inutile quoi. J'ai l'impression qu'on s'intéresse à moi, et c'est gratifiant !

Aaron sembla plus courageux que moi. Alors qu'un homme venait, une fois encore, de nous accuser d'être faible, Aaron réagit, et parla, enfin, des militaires. Ou en tout cas de ces gardes armés qui étaient avec eux. Il parla longtemps, peut-être presque un peu trop, et trop vite. Mais en un sens, je trouvais ça bien. Et puis, j'imagine qu'il n'était pas en tort, sinon Keitaro l'aurait stoppé.
Pourtant, il s'arrêta à un moment, et après un bref silence, l'homme qui appartenait à la CIA (je finissais enfin par les reconnaître) éleva à nouveau la loi, de nouveau avec un visage austère, une voix mauvaise. Je me pinçai la lèvre inférieure, agacé. Le blond, qui me paraissait suspect tout à l'heure, le coupa, et réagit à ses provocations. Finalement, il n'était pas du tout suspect hein...
L'homme de la CIA, toujours aussi aimable, lui répondit avec cynisme. Je pense que si je n'avais pas eu un tempérament aussi calme, il aurait déjà pris mon poing quelque part, celui-là... Comment pouvait-on être si fermé d'esprit ? Si dur ? La compassion, il ne connaissait pas ? L'entraide ? Keitaro ne venait-il pas de dire qu'il avait participé au sauvetage du président ?! Mais nom de Dieu, il ne trouvait pas cela un minimum "normal" de nous aider ? Ce n'était qu'un rendu ! On ne leur demandait pourtant pas grand chose ! Être entendus, soutenus, savoir qu'ils étaient avec nous. Qu'est-ce qui le retenait ?! Pourquoi est-ce qu'il était si suspicieux ?!
C'est alors que le mot, visiblement de trop, éclata. "L'affaire Eran". Eran... Ce n'était pas le nom de famille d'Aaron ? Qu'est-ce que ça venait faire là ? Je ne comprenais pas... Pourquoi est-ce que cet homme plaçait ça dans la conversation ? Ce n'était pas le sujet ! Et pourquoi y avait-il une affaire qui portât le nom d'Aaron ?
Je tournai la tête vers le Master qui nous accompagnait, qui se pinçai la lèvre, contrarié. Je ne pus m'empêcher de me dire qu'il avait du le comprendre. Saisir de quoi il retournait. Il était télépathe... Il avait forcément fouillé les esprits de toutes les personnes présentes ici pour être sûr que nous ne courrions aucun danger.
Aaron demanda la permission d'aller prendre un peu l'air, et Keitaro la lui accorda. Il se tourna ensuite vers l'assemblée, et je remarquai qu'il semblait en colère. Pourquoi était-il en colère ?

-Et bah alors ? Votre gamin a pas tenu le coup ? Pas étonnant que vous n'arriviez pas à faire face à de vulgaires scientifiques, s'il n'y a que des enfants comme ça dans votre "Institut"...
-Ca suffit.

Sa voix était dure, presque mauvaise. Un frisson me parcourut l'échine.

-Je ne comprends pas ce qu'il vous faut. Je vais être clair, et honnête avec vous, ce qu'apparemment certains d'entre vous ont du mal à faire. Mais avant cela, j'aurais besoin d'une réponse à ma question. Qu'est-ce qui vous dérange ? Sérieusement ? Votre attitude me dépasse ! Je n'ai presque pas l'impression d'être face à des adultes ! Ce blond qui prend la parole depuis tout à l'heure est probablement le plus jeune d'entre vous, et c'est lui qui a tenu le discours le plus raisonnable depuis que nous sommes ici ! Alors enfin, dîtes-moi clairement quel est votre problème ?! Parce que j'aimerais comprendre !

Un silence s'installa dans la salle, silence durant lequel l'homme de la CIA sembla se renfrogner, presque mal à l'aise. Il ouvrit la bouche, prêt à dire quelque chose, avant de se taire. Finalement, Keitaro soupira.

-Et bien ? Vous n'avez rien à redire ? Si j'avais su que venir demander de l'aide à la plus grande puissance du monde ressemblerait à ça, croyez-moi, je ne serais pas venu, et je n'aurais pas emmené ces jeunes là-dedans, qui n'ont absolument pas besoin de discours pareils. Ils en ont déjà vu bien assez pour leur âge. Et ne croyez pas qu'ils ne sont que des incapables munis d'un cerveau de bébé. Parce que ce serait vraiment bas.

Il marqua une pause, et je remarquai que son poing était serré.

-Ce dont ils ont besoin, c'est de l'espoir. Alors si vous ne voulez pas nous apporter ne serait-ce qu'un peu d'aide, ça ne sert à rien que je reste là. Entre nous, je pense que nous sommes tous d'accord : je perds mon temps, et eux avec moi.

Dans l'instant, je me sentis troublé. Depuis le début de l'entretien, je n'avais pas dit un seul mot. Et une fois encore, Keitaro parlait pour nous... Pour moi. Aaron, lui, au moins, avait eu le courage de s'exprimer.
Keitaro laissa le silence s'installer, les lèvres pincées. Je n'avais jamais vu un Master énervé... En dehors de la directrice. Mais ce qui m'impressionnait le plus, c'était qu'il était d'affinité Terre. Je sais que ce n'était pas significatif... Mais l'affinité correspondait à un caractère. Et en règle générale, les Terres étaient calmes, attentifs, posés. Ce n'était pas ce à quoi je m'attendais. D'autant qu'il était Master...
Finalement, après un certain temps qui me parut durer une éternité, Keitaro lâcha un long soupir.

-Viens Allen. On s'en va. Cette discussion ne sert à rien, et vu la situation dans laquelle nous sommes actuellement, nous avons bien mieux à faire que de perdre notre temps comme ça.


Il fit volte face, et un peu perdu, je m'exécutai à mon tour. De toute façon, je ne pouvais pas faire grand chose d'autre...
C'est là qu'une voix résonna.

-Attendez. Ne partez pas comme ça. Nous, nous vous avons entendu... Et si cet imbécile refuse de le faire, ce n'est pas notre cas.

Je me retournai, curieux quant à la tournure des choses.

-Ce qu'il se passe ne doit pas être négligé. Comme vous le dîtes, la situation est compliquée... Mais aussi grave. Nous devons l'envisager et la prendre au sérieux. Parce qu'en cas de dérapage, c'est le monde entier qui sera concerné, et pris dans cette guerre.

Il jeta un regard amer à l'homme de la CIA, et reprit :

-En ce qui concerne les Etats-Unis, il me semble tout bonnement impossible de prendre le parti des scientifiques après ce qu'ils ont fait à notre président. La logique voudrait donc que l'on s'associe à vous. Comme je l'ai déjà précisé, j'ai besoin de plus d'informations. Et j'ai également bien compris que vous me les fournirez sans problème. Alors en ce qui me concerne, en ce qui nous concerne... La NSA est avec vous. Et il me semble qu'il en est de même pour le FBI.

L'homme hocha la tête. Une chaleur douce s'empara de mon corps, comme un réconfort. Alors c'était vrai...? Nous allions vraiment avoir de l'aide ? Pour de vrai ? C'était comme si tout ce qui se passait là n'était qu'un rêve.
Keitaro laissa un sourire étirer le coin de ses lèvres.

-Je vous remercie. J'imagine que la conversation s'arrête là, n'est-ce pas ? Nous vous donnerons davantage d'informations lorsque nous aurons toutes les analyses.

Les hommes hochèrent la tête, et Keitaro s'inclina respectueusement.

-Je vous laisse. Je vais rejoindre mon élève. Allen...?

Je tournai la tête vers lui, un peu perdu. Finalement, mes paroles me surprirent.

-Je vais rester ici encore quelques minutes. Je vous rejoins tout à l'heure.
-Très bien. A tout à l'heure dans ce cas.

J'acquiesçai, et il sortit de la salle. L'homme de la CIA me regarda d'un mauvais oeil. C'est ce que je voulais. Ce que j'attendais précisément.
Pourtant, la désillusion fut totale lorsque j'entendis l'homme de la NSA prendre la parole.

-Qu'y a-t-il jeune homme ? Y a-t-il autre chose que tu souhaiterais ajouter ?

Je reportai mon regard sur eux, quittant l'homme de la CIA des yeux.

-Je... Voulais vous dire que même lorsque vous aurez les informations que nous vous aurons fournies... Faites attention. Aaron avait raison lorsqu'il disait qu'ils avaient des... Gardes. Je ne sais pas s'ils sont militaires. Ce que je sais, c'est qu'ils sont entraînés tout comme et...
-Hé, gamin. Nos hommes sont des militaires. Des espions. Ils sauront se débrouiller.
-Je sais, c'est juste... Que je voulais que vous en soyez sûrs. Que vous soyez au courant. Je ne veux pas que d'autres personnes perdent la vie dans ce conflit.

Un sourire se dessina sur son visage, et je baissai les yeux, presque honteux. Depuis quand n'avais-je pas ressenti ce sentiment... La honte ?

-T'inquiète pas. Nous saurons gérer ça.

-Et puis, si quelqu'un meurt, qu'est-ce que ça te fera, hein ? Tu t'en fiches, nan ? Qu'est-ce que cette personne représentera pour toi ? C'est bien pour ça que vous nous demandez de l'aide, pas vrai ? Histoire d'avoir des gens pour mourir pour vous. Pour que votre si merveilleuse idylle ne soit pas mise en péril... Pas vrai ?

Je levai les yeux vers l'homme de la CIA, et réprimai ma colère.

-Si ça peut vous faire plaisir de penser ça. Par contre, permettez-moi simplement une chose. C'est de me demander ce qu'un homme comme vous fait au sein de la CIA. Car, de mon point de vue, ces scientifiques sont comme des terroristes. Et votre devoir est de protéger les gens de ce genre d'individu...


Je ne voulus pas entendre sa réponse. C'est pourquoi, après ces derniers mots, je quittai la salle, et rejoignis Keitaro qui était en train de discuter avec Aaron dans l'arrière-cour.


[Event] Allons dans la diplomatie ! 268985Love2

Merci Aa-chan ♥️
##   Dim 26 Oct 2014 - 20:04

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Aaron Eran
Messages : 335
Date d'inscription : 23/02/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Lire et écrire.
Humeur : Je larveeee ~

Fuir... Fuir le plus loin possible de cette salle. De ces hommes. De cette horrible réalité. Le garçon souffla faiblement alors qu'il s'appuyait contre la porte de fer glacée. Son corps tout entier tremblé, il s'efforçait d'ignorer ces deux mots, mais c'était impossible. Ils semblaient clignoter d'une lumière horriblement forte dans son esprit complètement vide. Se laissant glisser le long de la porte, les mains sur la bouche pour tenter de calmer le début de crise. Ce n'était tout simplement pas possible... Pourquoi... ? Les larmes aux bords des yeux, il tremblait. De peur. Son cœur battait à la chamade tandis que ses entrailles se nouaient... Le garçon se releva brutalement et fit quelques pas. Hésitant. Désorienté... Ce n'était pas le moment pour faire une crise. Ses mains tombèrent du bas de son visage pour venir enserré ses bras alors qu'une brise d'automne se glissait doucement dans la petite cour.

Respirer... Toujours plus doucement pour tenter de se calmer. Le regard dans les vagues, il fait encore quelques pas. Il arrive finalement à faire partir cette pensée. Ces pensées. Ces horribles pensées. Ça ne peut tout simplement pas être son frère... Non. Et puis, qu'est-ce qu'il pourrait bien faire là s'il est... La réalité lui saute soudain aux yeux et il a l'impression d'étouffer. De se faire étrangler. Son frère... Le garçon se retourne brusquement prêt à vouloir retourner dans la salle. Retrouver cet homme aux cheveux blonds... Mais il tombe nez à nez avec le master.
- Ça va aller, Aaron ? lui demanda-t-il gentiment.

Il a envie de lui répondre que non, mais il n'y arrive pas. Sa gorge se noue et il ne peut que baisser la tête. Il déteste se retrouver dans un tel état pour si peu.
- Je... oui, oui, finit-il par bafouiller en essuyant les larmes qui commençaient à monter. Désolé, ça m'a un peu surpris...

Un peu était faible pour décrire la surprise qu'avait eut l'adolescent. En même temps, il essayait de les oublier, alors quand il apprenait qu'il y avait carrément une affaire sur eux... Soupirant doucement, il se passa les mains sur le visage en relevant la tête.
- ça va aller, ça va, murmure-t-il.
- Je comprend que tu ne veuilles pas en parler à un adulte, mais tu ne dois pas te laisser dévorer par ça alors, si tu sens que ça devient trop grand, essaye quand même d'en parler...

L'adolescent ne peut s'empêcher de regarder par terre. Il déteste lorsque quelqu'un saisi aussi bien ses pensées. Ce qu'il a... Deux secondes... Le master n'est pas télépathe ? Ah ok. Très drôle. Il fronce le nez en tournant brusquement la tête. Vraiment drôle. Étrangement, il se sent déjà un peu mieux. En voyant arriver Allen, un léger sourire se dessine sur son visage et il arrive à mettre de côté tout cela.
- Ça s'est passé comment là-bas ? Ils ont enfin réussis à le faire taire ?

Le concernait bien l'homme de la CIA. Maintenant qu'il avait réussit à ignorer toutes ces pensées négatives, il revoyait les choses clairement. Et s'il y avait une chose de clair, c'est que cet homme est une horrible ordure.
- Sinon... Je pense que le blond de la NSA est vraiment de notre côté. Et... C'est finit maintenant ? demanda-t-il en se tournant vers le master. On rentre ou il reste des choses à faire ?
 


##   Jeu 30 Oct 2014 - 11:38

Personnage ~
► Âge : 23 ans et toutes mes dents askip
► Doubles-comptes ? : Hideko Honda -- Mitsuki Hojitake
► Rencontres ♫♪ :
Allen K.Wilder
Messages : 1179
Date d'inscription : 24/01/2011
Emploi/loisirs : Je vous jure : j'adore répondre à des questions.
Humeur : Ca me donne l'impression d'être... Ben pas inutile quoi. J'ai l'impression qu'on s'intéresse à moi, et c'est gratifiant !

Lorsque j'arrivais dans l'arrière-cour, il y avait déjà Aaron et Keitaro. Ils étaient en train de parler, aussi, ne voulant pas passer pour un voyeur, je me raclais la gorge afin de leur avertir de ma présence. Les deux se tournèrent vers moi, et je vis un sourire se dessiner sur les lèvres d'Aaron. Je ne comprenais toujours pas ce que cette histoire "Eran" faisait là, et qui était ce garçon blond qui semblait sur cette affaire... Cependant, j'étais bien heureux de voir qu'Aaron avait l'air d'aller mieux. Je lui rendis son sourire, et m'approchai d'eux tandis qu'il me questionnait sur ce qu'il s'était passé à l'intérieur depuis qu'il était parti. Un sourire naquit sur le coin des lèvres de Keitaro.

-Oui... Notre Master a réussi à le faire taire,
déclarai-je en tournant le regard vers lui avant de le reporter sur Aaron. Et je pense que tu as raison... Ce blond, même s'il me semblait louche au début, n'a fait que tenter à plusieurs reprises de nous apporter son soutien alors... Je pense aussi qu'il est de notre côté.

Concernant la dernière question d'Aaron, je me tournai vers Keitaro. Ce n'était plus à moi de répondre.

-Oui, on y va. Rester ici et s'attarder n'apporterait rien de bon. Il vaut mieux rentrer le plus rapidement possible. Nous leur enverrons des échantillons de ce que nous avons pu récolter et étudier, et ensuite nous attendrons que l'aide vienne.

Keitaro se tourna vers Aaron, l'observa quelques instants, puis, sans un mot, passa devant moi, retournant à l'intérieur du bâtiment.

-Direction la voiture ! Mission accomplie.

Un peu surpris par son esprit pratique et formel -c'était étonnant que ce ne soit pas lui le prof de maths, avec cette façon d'agir et de réfléchir...- je le suivis sans un moi, rejoint par Aaron. Je voulus tenter d'engager la conversation avec lui, mais rien ne vint, aussi me contentai-je de regarder le monde qui nous entourait avant que je ne parte d'ici. Après tout, c'était la première fois que je venais aux Etats-Unis et... même si la visite avait été rudement courte, je voulais en garder quelques souvenirs.
Keitaro retrouva la voiture, déposa son sac dans le coffre, et s'installa côté conducteur. J'aurai aimé m'asseoir à l'arrière, comme à l'allée, mais ce fut Aaron qui s'y mit, et je compris qu'après ce qu'il venait de se passer, il avait probablement besoin de plus d'intimité et de solitude que moi.
Aussi, je m'installai à l'avant. La route jusqu'à l'aéroport fut assez rapide, et je me délectai des paysages qui défilaient sous mes yeux. Bye Bye USA...
Des tentatives pour lancer la conversation se répétèrent, mais à chaque fois, nous n'allions pas plus loin que les simples formalités. Finalement, une fois dans l'avion, je m'autorisai une petite sieste. Le voyage fut rapide, et après ça, je rentrai, bien heureux, à Terrae, retrouvant ma chambre. Je crois que cette mission m'avait fait du bien, finalement... Pas tant que ça... Ce n'était pas un progrès fou. Mais ça m'avait fait du bien.


[Event] Allons dans la diplomatie ! 268985Love2

Merci Aa-chan ♥️
##   
Contenu sponsorisé

 

[Event] Allons dans la diplomatie !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Le Monde.
 :: L'Amérique du Nord.