Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Les balançoire brûlent (Et litteralement si ça continue de ma gonfler)
#   Sam 22 Nov 2014 - 11:58

Personnage ~
► Âge : 17 ans... Ouais, non, 15, en fait.
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1227
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 19
Emploi/loisirs : Rien que du vide.
Humeur : A peu près la même que toi le matin quand tu te réveille, sauf que moi, c’est un état permanent.

- Music theme -

De l'air ! De l'AIR ! DE L'AIR BORDEL !!
OUAIS, C'EST CA ! ON ME LE REDIRA ! BESOIN D'AIR HEIN ??!!!
T'SAIS PAS QUE LES MELANCOMANES Y VONT SUR LES TOITS POUR PRENDRE L'AIR EN AYANT L'AIR (AH AH) D'ETRE PUTAIN DE MELANCOLIQUE ET TOUT LA ?!!

OUAIS, MON GENRE, D'ETRE MELANCOLMANE ! MA GUEULE, TU L'AS VUE MA GUEULE ?!!
OUAIS, J'AI PLUS L'AIR D'UN MOME SUR LE POINT DE CHIALER, ET ALORS ??!!!
OUAIS, CA SE DIT PAS QU'ON EST MALECOMANE ?
BALEK, FAIS PAS COMME SI T'AVAIS PAS COMPRIS ABRUTI.

Un parc. Un parc ?! UN PARC SERIEUX ?
Ouais. J'aurais toujours l'air plus pathétique que sur un toit.
J'M'EN FOUT OK ?!! EST CE QUE J'AI L'AIR D'ETRE SOUVENT AUSSI PATHETIQUE HEIN ? J'AI UNE FACE DE PATHETIQUE PEUT ETRE ?!!

COMMENT CA OUI ?!!
TA GUEULE MAGGLE, J'AI PRIS CINQ CENTIMETRE EN UN AN OK ??!
JE FAIS UN METRE SOIXANTE BORDEL !
A CETTE VITESSE, JE FERAIS 1m85 A 21 ANS OK ?!!!

Je me laisse tomber sur un balançoire parce que c'est toujours plus trippant que la pierre qui glace le cul des bancs. Puis ça bouge, et tout, même si avec la gueule de blasé au regard perdu dans le vide que je tire, je dois avoir l'air d'un putain de mélancomane plein de putain de mélancolie qui pousse doucement la balançoire d'un pied de l'air nonchalant de celui qui est perdu dans ses pensées de mélancomane à récidives.

BORDEL DE MERDE, J'AVAIS BESOIN D'AIR OU DE RIEN.
DES MOIS QUE J'EN CHIE COMME UN CONNARD POUR RIEN.
POUR DES CONNERIES. PARCE QUE JE SUIS QUAND UN PUTAIN DE CON DANS MA TETE, DES FOIS HEIN !!

ET CELUI QUI DIT TOUT LE TEMPS IL SE PRENDS MON POING D'ALBINOS SOUS-VITAMINE DANS SA FACE DE MERDEUX OK ?!!

IL PARAIT QU'UN ZONA, CA PEUT GUÉRIR PLUS VITE QU'EN DEUX MOIS ??! OU FAIRE MOINS MAL ?!!
MAIS NON !! JE SUIS UN WARRIOR MOI ! Y CROYAIT QUE J'ALLAIS ENCORE ME POINTER PRESENT A L'INFIRMERIE ?!! BAH NON ! VOILA !
PARCE QUE JE SUIS UN PUTAIN DE WARRIOR ! A PART LA TAILLE, JE POSSEDE TOUT LES ATTRIBUTS : INSTINCT DE SURVIE NUL REMPLACE PAR DU MASOCHISME INVETERE, ET MOINS DE CINQ GRAMMES DE CERVEAU DANS LA BOITE CRANIENNE !

Puis ça pouvait bien m'éviter de voir du monde, et j'en avais vu des pires. JE REVAIS MEME DES FOIS, LA NUIT, QU'ON M'APPORTAIT MA PETITE DOSE DE MORPHINE SALUTAIRE !
Déformation professionnelle, on dit ? OU PUTAIN DE RECHUTE NON ?!!
Parce que le seul truc que j'aurais réussi à faire dans ma putain de pré-adolescence chez les scientifiques, C'EST DE FAIRE DES PUTAIN DE REVE DE RECHUTE ?!!

OUAIS J'AI QUE CA A FOUTRE !!

JE L'AI PAS EU ME DOSE DE MORPHINE BORDEL. TANT MIEUX, NON ? MERDE.
DES ANTALGIQUES, QUE JE CHOPAIS DANS LE DORTOIR DES NOVICES (PARCE QUE C'EST MON PLUS GRAND STOCK DE MERDES PRATIQUES, CE BARNAM DE NOVICES), DES FOIS.

PUIS CES PUTAIN DE BRULURES DE MERDE, CES MACHINS QUE JE SAVAIS QU'IL FALLAIT PAS GRATTER ET QUI GRATTAIT MÊME PAS JUSTE QUE CA ME FAISAIT CHIER DE OUF, TOUT MON DOS, MON ÉPAULE BRULE ET CE PUTAIN DE MAL AU CERVICALES BORDEL !

Puis avant ça, y'avait ces deux putains de missions qui m'ont pris du temps. OUAIS, DU TEMPS ! ET UNE PEU DE MA TETE, NON ?!! COMMENT CA J'EN AVAIS DEJA PLUS ?!!
J'AI EU L'IMPRESSION DE BOSSER ! C'EST HORRIBLE NON ?!! ON COMMENCE BIEN L'ANNEE EN BOSSANT ?!!
BAH TANT MIEUX PARCE QUE LE PIRE C'EST QUE CETTE ADRENALINE M'A PLUE, DES FOIS !
ET DES FOIS TROP PAS QUAND C'ETAIT CHAUD POUR NOS CULS BORDEL !

APRES CA, J'AVAIS PLUS ENVIE D'VOIR PERSONNE ! OUAIS, NON, ENCORE MOINS QUE D'HABITUDE ! IL A FALLU QUE JE FASSE ACTE DE PRÉSENCE EN COURS,CHIURE, MAIS CE QUE JE PUTAIN DE PREFERAIS RESTER CLOITRE DANS MA CHAMBRE !
C'TAIT P'T'ETRE PAS LE BONHEUR MAIS C'TAIT MON PUTAIN DE CACHOT SPIRITUEL !

OUAIS, C'EST D'LA MERDE, JE SAIS.
Mais avec ce putain de zona, j''avais presque pris l'habitude d'aller dans ma tête vagabonder, de noter ce qui passait jusqu'au nerf de ma main dans un carnet.
C'tait pas aussi tripant qu'un dose de morphine mais être dans cet inaction prolongé m'avait plongé dans un état second.
Tout ce que j'avais vêcu était dans ma tête et était à la fois bien plus et bien moins douloureux que le réel.

Il fait presque nuit. Je me suis pas squat un banc mais j'ai quand même le cul gelé sur ma balançoire. SALOPERIE !
Je me rends compte que j'ai une gueule de gamin dans un parc. Et qu'en plus je suis surune balançoire comme un gamin dan un parc.
BORDEL DE MERDE ! BALANCOIRE DE MERDE !
OUAIS JE SAIS, J'AI DEJA UNE PUTAIN DE GUEULE DE GAMIN, C'EST PEUT ETRE PAS LA PEINE D'EN RAJOUTER HEIN !

Je bondis vivement de la balançoire comme si elle m'avait brulée.
JE SAIS JE SUIS FEU, C'EST UNE IMAGE OK ?!!

- BALANCOIRE DE MERDE ! RAAAAH ! T'AS CRU QU'C'ETAIT PAS TA GUEULE QUE JE POUVAIS BRULER ?!! TU RIS HEIN ?!! TU RIS ?!! RAAAH ! PUTAIN DE BALANCOIRE DE...

Je shoote dans la blanacoire. Je me fais putain de mal au pied. Je hurle encore plus fort...


♠️♠️♠️

Spoiler:
 

#   Dim 23 Nov 2014 - 23:06

Personnage ~
► Âge : 31. Vos gueules.
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 370
Date d'inscription : 15/06/2013
Emploi/loisirs : Chimiste à mes temps perdus...
Humeur : Hmm... incendiaire ?

J'aime pas le mois de novembre.
Il fait froid, et y a tout le temps du vent. En plus, il pleut tout le temps. Et quand il pleut pas, il fait humide. Parfois, y a du soleil, mais franchement, ça dure cinq minutes, c’est moche, et quand on voit la gueule du ciel – gris, gris, griiiis (non j’imite pas les criquets) – ça donne pas envie de sortir non plus. Puis le mois de novembre, je sais pas, ça me déprime. C’est triste. Y a rien qui bouge ; à croire que c’est le froid qui engourdit tout le monde de la tête aux pieds. On peut même plus jouer à l’extérieur. Ma batte me sert plus à rien. Je fais quoi de mes journées ? Je les passe à taper dans un sac de sable en salle d’entraînement, à tel point que j’en ai les jointures pétées. C’est super comme occupation, avouez-le. Puis ça fait les muscles, ça fait décompresser un peu, aussi. Autant dire que c’est tout bénéf’ pour ma petite tête de pauvre scientifique dépressif. Quand je vois tout ce qu’il s’est passé ces derniers temps, je me dis que franchement, ça ne peut pas me faire du mal de me défouler un peu comme ça. Et puis ça m’évite de devoir croiser Ryu en salle de sport, seul ou avec ses élèves. Et qu’il me fixe comme si j’étais un alien, aussi. (Et que je le fusille du regard pendant une heure, au passage.)
J’avoue, j’ai un peu bu tout à l’heure. Juste un verre, rien de suffisant pour me faire ramper hein. Mais juste assez pour me mettre d’assez mauvais poils en cette aprem’ de novembre particulièrement chiante. J’ai besoin de bouger, de sortir, de voir des gens, de voir des choses ! De m’amuser tranquillement. De câliner Roxy, de la rassurer, de l’accompagner. Parce que je sais que même si elle va mieux, elle a encore mal. C’était pas rien, tout ce qu’elle a subi – les os pétés, tout ça. Mais bon…
Je sors pour me promener un peu dans le parc. Il faut moche, bien évidemment. Mais bon, je m’y attends – on est même plus en novembre, on est presque en décembre ! Oui, j’ai un problème avec ce mois, si ça dérange quelqu’un, ben merde hein… C’est parce qu’on est presque en hiver, je pense. Et puis bon, maintenant je suis feu, j’apprécie mieux de me la couler douce au soleil. Sauf que j’ai pas eu de vacances cet été, comme la majorité des gens de l’institut. (Et le pire, c’est que c’est un peu de ma faute quand même…)
J’arrive dans le parc alors que le jour décline dans le ciel, et suis attiré par des cris. L’un de mes sourcils se hausse, alors que je plante mes mains dans mes poches et que je m’approche de sa source. J’observe de loin un gamin hurler sa rage contre une… balançoire. Ah oui d’accord. Le pauvre type est si désespéré qu’il se met à parler à des objets inanimés, c’est ça ? En fait je me demande si Terrae est pas simplement un refuge pour cinglés. Vraiment. Entre moi et mes TOC, l’autre Master masochiste et ce type – puis bon, je compte pas tous les autres hein – je commence à me poser des questions, sincèrement.
Un peu perturbé par la vision qui s’offre à moi, je m’approche. L’air à demi blasé, mais un sourire moqueur au coin des lèvres. Oui, ce que je viens de dire n’a aucune logique, mais je m’en tape.

- Tu sais, si la balançoire t’a bousculé, c’est pas la peine de la frapper, hein. Je suis pas sûr qu’elle soit super réceptive…

Hum hum hum. Je me fous pas réellement de sa gueule… Mais faut avouer que la situation est plutôt cocasse, hein. Tout de même, ne nous mentons pas. Moi, au moins, quand je parle à des trucs qui sont pas vivants, je le fais dans ma tête. J’ai déjà l’air assez taré en refaisant mes lacets pendant cinq minutes tous les matins…

- Puis, évite de brailler, j’ai cru qu’y avait eu un meurtre... Je suis presque déçu, pour le coup, je lâche en haussant les épaules, taquin.

Bon, j’avoue, c’est totalement faux. Mais c’est vrai qu’avec ses cris de cochon égorgé, on aurait pu croire… Mais bon, il semblerait que ce soit plus logique de croiser des tarés ici, plutôt qu’une scène de crime. Tout est normal ; bienvenue à Terrae…



PLS en #b7273d.
#   Mer 26 Nov 2014 - 17:13

Personnage ~
► Âge : 17 ans... Ouais, non, 15, en fait.
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1227
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 19
Emploi/loisirs : Rien que du vide.
Humeur : A peu près la même que toi le matin quand tu te réveille, sauf que moi, c’est un état permanent.

-Music theme 2-

PUTAIN DE MERDE !
DES GENS, DES GENS, DES GENS ET TERRAE !
RAAH BORDEL DE TERRAE !

YA TOUJOURS DES GENS DANS TERRAE HEIN !
C'EST LE PRINCIPE MÊME DE CET INSTITUT QUI ME CASSE LE CUL !
DES GENS, DES GENS ET DES TÉMOINS HEIN !

BAH OUAIS ! PAS DE TÉMOIN PENDANT TROIS,
PUIS LA, D'UN COUP, COMME CA, CA ME PRENDS,
CONNERIE ! ET POUF !

POUF UN POV'GARS APPARUT COMME CA,
QUI VIENT ME BRISER LES NOIX.

Grand.Jeune. Bien bâti. Les yeux bleus comme pas deux.
Mère Nature n'a pas besoin d'envoyer ses meilleurs rejetons se foutrent de ma gueule.
Je les croise COMME CA, par hasard, quand je fais une connerie, un truc con, ET FAUT PAS CHERCHER CA M'ARRIVE SOUVENT HEIN
(SAUF QUAND J'AI UN PUTAIN DE ZONA PEUT ETRE)
DU COUP J'AI SOUVENT UN PUBLIC AVEC LA GUEULE D’APOLLON QUI VIENT ME NARGUER
ET PÊTER DANS MON AMOUR-PROPRE DE MOUSTIQUE ANOREXIQUE.
Merde. Merde. Merde merde merde, Mère Nature.

UN ESPECE DE Z'GEG QUI DOIT MEME PAS SAVOIR LUI MEME CE QU'IL FOUT LA A UNE HEURE PAREILLE,
IL A PAS A SAVOIR DE TOUTE FACON C'EST LE DESTIN QUI L'ENVOIE ME BRISER LES NOIX HEIN !

QUOI ?!! JE ME MET A CROIRE A CETTE PUTAIN DE FATALITÉ MOI MAINTENANT ?!!!
GOSH CA ME RAPPELLE CETTE CONNASSE DE BELLE MERE FATALISTE!
PARCE QUE SI J'AI CETTE GUEULE DE PUTAIN D'ALBINOS C'EST A CAUSE DE MA PUTAIN DE MERE C'EST CA SALOPE ?!!

RAAAH ! VIVE LE HASARD ! VIVE LE HASARD PUTAIN !
ET AU DIABLE LEIBNIZ !
OUI JE CONNAIS LEIBNIZ ! CA T’ÉTONNE ?
PARCE QU'AVEC UK GOT TALENT, C'ETAIT LA SEULE CULTURE DE LA BARAQUE QUE CETTE GROSSE VACHE DE BELLE-MÈRE ARRIVAIT A IMPOSER !
ELLE SAVAIT MÊME PAS QUI C'ETAIT, ELLE PENSAIT JUSTE QUE CA DEVAIT RENDRE SON ROUGE A LÈVRE DE SALOPE PLUS BRILLANT DE SORTIR DES PUTAINS DE NOMS DE PUTAINS D'INTELLO !

Et voila. Tout ça pour dire que j'ai encore l'air putain de con.
Terrae ma fait toujours passé pour un con, putain !

L'AUTRE IL ATTENDAIT UN MEURTRE ?
WOW, ATTENTION, ON SUCE DES CLOWNS A TERRAE.
NON MAIS ILS ONT TOUS UN HUMOUR CYNIQUE OU QUOI ?
OK, NON, LUI IL A L'AIR D'ETRE UN CAS PARTICULIEREMENT EVEILLE !

- Je suis sure qu'en langage de balançoire, elle hurle qu'elle aurait jamais dû quitter son écorce sa maman. Et c'est jouissif, je lance nonchalamment, basculant mon regard sur le gars planté au milieu de l'allée. Je vais devenir la terreur des balançoire ! j'ajoute comme si c'était une putain de fin badass en soi.


♠️♠️♠️

Spoiler:
 

#   Ven 5 Déc 2014 - 14:00

Personnage ~
► Âge : 31. Vos gueules.
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 370
Date d'inscription : 15/06/2013
Emploi/loisirs : Chimiste à mes temps perdus...
Humeur : Hmm... incendiaire ?

Wow, c’est quoi ce regard trop assassin là ? J’lui ai rien fait, moi, qu’il arrête de me fixer comme s’il allait me sauter dessus, cette espèce de microbe, wesh ! Oui, je viens de dire ‘wesh’ (penser en fait, mais on s’en fout), vous n’avez pas halluciné. C’est mon petit côté racaille qui se réveille de temps à autres quand j’ai envie de râler, c’est normal. D’ailleurs, petite aparté qui mérite réflexion : racaillou, c’est pas un wesh des montagnes par pur hasard ? Non, parce que voilà, je me demandais juste ça comme ça…
Bref. C’est pas commun de croiser un gosse de dix ans – ou j’en sais rien, hein, j’vais pas lui demander sa carte d’identité non plus – avec les ch’veux blancs (tout est normal à Terrae, comme d’hab) qui tape dans une balançoire qui lui a rien fait comme s’il espérait qu’elle ait mal… Peut-être qu’il a un problème mental ? Ca expliquerait peut-être des trucs ! Le pauvre, quoi. En plus d’être aussi épais et opaque qu’un papier calque… Punaise, il a vraiment pas eu de bol dans sa vie lui, ça se voit. Enfin, tu me diras, des gens bien portants ici, y en a pas des masses, hein. Quand je parle de gang de dépressifs, hein, je blague pas…
Lorsqu’il me répond, j’hésite très fortement entre hausser un sourcil dubitatif et me foutre ouvertement de sa gueule. Nan mais… Misao, chut, sois gentil avec les enfants, ils sont petits, c’est pas de leur faute. Surtout lui ! Regarde, il a l’air tout perdu le pauvre chou ! Bon, je veux bien croire qu’il n’ait pas l’air SI jeune que ça. Mais on doit avoir au moins deux cent ans d’écart, alors j’ai le droit ! J’m’en fous d’être vieux, la barbe c’est badass et on peut prendre les autres de haut sans que ça choque personne. Enfin je crois. Bon, j’ai pas de barbe mais c’est pas grave…
Sinon, faut vraiment que j’arrête de dire de la merde.

- Ah ouais, donc t’es un sadique toi en fait !

Non, j’ai rien de mieux à ajouter. Laissez-moi dire ce que je veuuuux…

- Nan mais. T’imagine si, dans sa grande douleur, elle laisse tomber le prochain gosse qui s’assoit dessus ? Tu pourras être considéré comme un meurtrier là !

M’approchant, toujours les mains dans les poches, je me laisse tomber sur la selle de la balançoire. Sans toucher les chaînes. Parce que c’est plein de microbes. Et que les microbes, ça transmet les maladies. Sisisi. (Sinon, je suis biologiste et j’assume difficilement le manque total de précision scientifique dans mes propos, mais c’est pas grave, tout est normal dans ma vie !)
Un sourire en coin finit par étirer le coin de mes lèvres, encore une fois.

- Ah. J’espère que tu voulais pas te rasseoir, hein ? Non parce que j’aimerais pas te voler ton titre de terreur des balançoires, ce serait pas cool ! J’te le laisse, comme je suis sympa. C’est cadeau. Mais comme ça, j’t’évite peut-être de mourir. Elle aurait pu se venger sur toi.

C’est pas fait exprès, j’vous promets, les mots sortent d’eux-mêmes ! C’est parce que c’est la pleine lune ce soir… Du moins, je crois ? Je suppose ? J’en sais rieeen.
En fait je dois avoir l’air d’un gros taré, mais c’est pas grave ; il comprendra peut-être pas…



PLS en #b7273d.
#   Ven 5 Déc 2014 - 19:39

Personnage ~
► Âge : 17 ans... Ouais, non, 15, en fait.
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1227
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 19
Emploi/loisirs : Rien que du vide.
Humeur : A peu près la même que toi le matin quand tu te réveille, sauf que moi, c’est un état permanent.

HRP : Me comparer à un papier calque xD J'étais mort de rire, et je trouvas ça tellement violent xD

_____________________________________________________________________________


Le gars me considère pendant quelques instants, muet comme une carpe Koi.
JE FAIS DES BLAGUES DE MERDE SI JE VEUX, OK ?!!
IL A CAS PAS AVOIR UNE TÊTE DE CHINOIS !
SURTOUT QU'AVEC LE POT QUE J'AI IL VA ÊTRE JAPONAIS !

PARCE QUE C'EST DESTIN !
Oh, oui, putain, je joue au con.
MAIS D’OÙ JE JOUE A M’ÉNERVER MOI MÊME ? MERDE !
OUAIS JE SUIS UN PUTAIN DE MASOCHISTE OUAIS !

J'ai pas le temps de biter c'qui s'passe que je me fais chourer ma victime.
DOUX PUTAIN DE NOM DE VICTIME QUE BALANÇOIRE QUOI !

Je reste un instant dubitatif.
-What...
OK OK OK OK.

- Ah. J’espère que tu voulais pas te rasseoir, hein ? Non parce que j’aimerais pas te voler ton titre de terreur des balançoires, ce serait pas cool ! J’te le laisse, comme je suis sympa. C’est cadeau. Mais comme ça, j’t’évite peut-être de mourir. Elle aurait pu se venger sur toi.

- Sinon, c'est cool d'endosser le rôle du gamin victime de ma victime à ma place.

Sinon j'aurais été la victime de ma victime ! VICTIMISATION, POURQUOI FAUT TOUJOURS QUE LES VICTIMES VEUILLENT VICTIMISER ? Non, le mieux, c'est encore que les victimes se trouvent d'autres victimes. COMME CA ELLES POURRONT VICTIMISER ENTRE VICTIMES ! ...

OUAIS, J'AI UNE TETE DE VICTIME ET J'ASSUME PAS ! (Merde hein).
- Sinon, ya les tourniquets hein, je fais au gars avec un sourire sardonique, en me dirigeant vers un banc tout près, les mains dans les poches.


♠️♠️♠️

Spoiler:
 

#   Ven 5 Déc 2014 - 22:00

Personnage ~
► Âge : 31. Vos gueules.
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 370
Date d'inscription : 15/06/2013
Emploi/loisirs : Chimiste à mes temps perdus...
Humeur : Hmm... incendiaire ?

Hrp : Je savais que t'aimerais. ♥ Perso l'état de mon propre cerveau m'inquiète assez...



Quoi, qu'est-ce qu'y a ? J'ai encore dit un truc qu'il fallait pas dire, c'est ça ?! Ouais ben j'y peux rien moi, je suis pas dans la tête des gens, je sais pas comment ils pensent ! Non cette phrase n'a aucune cohérence avec ce que je viens et/ou allais dire, c'est pas grave, mon cerveau s'est juste tapé un blanc pendant trois secondes. Ca arrive parfois quand je suis crevé ou que j'ai un peu picolé - après j'irais pas jusqu'à dire que je suis bourré, quand même pas, faut pas abuser non plus, mais fatigue plus alcool en général ça donne un truc assez rigolo. Oh, d'ailleurs, en parlant de rigolo, je me mets à faire se balancer un peu la balançoire (genre ça sert pas à ça à la base, vous savez)... Bon en fait je bouge juste ma jambe avec le pied par terre, mais vu que j'ai de grandes guiboles, vous savez, c'est cool, ça fait bouger le monde entier.

- Évidemment, je suis trop généreux. C'est inné chez moi. Comme la modestie !

Au moins, j'l'avoue hein. Contrairement à tous les autres !!
Puis j'incline la tête sur le côté en le fixant quand il parle de tourniquet. C'est quoi son délire avec les tourniquets ?

- Quoi, t'as aussi envie de les martyriser ? Mais les pauvres, arrête, ils t'ont rien fait quoi !

C'est vrai, et après tu rentreras dans une spirale de violence !! (Ben oui, le tourniquet, la spirale, tout ça tout ça... Non ? Non, bon, ben, ok.)
Puis, je lève le nez vers le ciel en soufflant un léger nuage de buée, reste un moment dans cette position. Ma tête est vide. Mon dieu. Ça fait du bien.

- T'as la haine contre le monde entier ou quoi ? je rigole en reportant mon attention sur le gosse. J'ai jamais vu quelqu'un qui f'sait autant la gueule...



PLS en #b7273d.
#   Dim 7 Déc 2014 - 13:06

Personnage ~
► Âge : 17 ans... Ouais, non, 15, en fait.
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1227
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 19
Emploi/loisirs : Rien que du vide.
Humeur : A peu près la même que toi le matin quand tu te réveille, sauf que moi, c’est un état permanent.

-Music theme-
Je voulais mettre Tilt de In flames, mais ça correspondait absolumment pas D: Encore de la hard tech, donc xD



- T'as la haine contre le monde entier ou quoi ?

ET VOILA. ET VOILA. ET VOILA.
OK, REÇU CINQ SUR CINQ !
TKT MAYDAY, LE MESSAGE PASSE !
J'AI UNE PUTAIN DE GUEULE DE BOULEDOGUE FRANÇAIS, C'EST CA ?!!

- J'ai jamais vu quelqu'un qui f'sait autant la gueule...

ET VOILA. ET VOILA. ET VOILA.
BORDEL DE MERDE, C'EST QUE JE FERAIS UN PUTAIN DE BON MEDIUM HEIN !
HAN NON, TA GUEULE LE MEDIUM !...
CES FOUTU ORACLES DE MERDE, C'EST PIRE QUE LA FATALITÉ !

OK OK OK OK.
RÉPONSE ?
- La rage, c'est un middle kick à la gueule du bonheur, je marmonne dans ma barbe inexistante d'ado pas pubère pour deux clous.
OU TU L'AS VU LE BONHEUR, TU L'AS VU ?!

- Sans la rage, je serais mort putain ! Ouais, je crois que je serais cuit. C'est pas l'envie de vivre, c'est pas la vie devant soi, celle qui reste. Non, ça, quand on t'as tout pris, c'est des conneries. Ya pas l'espoir, c'est pas ça, ça c'est des conneries. C'est la haine de tous ceux qui ont voulus de prendre ta vie. Qui pensaient qu'un putain de bâtard, ça mérite pas de vivre. Qui ont taxé sans préavis ta cervelle, et tout ce qui restait physiquement. Qui te nique ta gueule gratuitement, t'enlevant le dernier torchon en papier qui te restait. C'est la haine contre la mort qui t'as pris le reste. Au nom de cette putain d'utopie qui n'est qu'une prison sans avenir qui s'appelle Terrae. Wow.

HEIN JENNY ?!

- T'en as vu beaucoup des gens heureux avec ces putains de scientifiques ? A part ces espèces de cocaïnomanes dépressifs qu'ils sont ! Ouais, à part le putain de bonheur artificiel, à part cette putain de morphine... La frénésie de la recherche ? Mon cul oui ! C'est pour être plus occupé à chercher des conneries qu'à chercher le bonheur !


J'enchaine.
OUAIS J'AI UN PUTAIN DE CERVEAU !
QUI EMBRAYE SUR MES PUTAINS DE CONNERIES A CHAQUE FOIS !

- Ouais, je parle. C'est l'effet de la balançoire.



HRP : Je suis parti dans un délire O-O Au début, j'avais écrit en pensées, d'un bloc, puis je me suis dit que Kei se torturait trop le cerveau, alors je l'ai mis en paroles, ça correspond encore moins au perso mais ça me fais bien triper x) Nos cerveaux sont inquiétants, oui...


♠️♠️♠️

Spoiler:
 

#   Sam 13 Déc 2014 - 16:03

Personnage ~
► Âge : 31. Vos gueules.
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 370
Date d'inscription : 15/06/2013
Emploi/loisirs : Chimiste à mes temps perdus...
Humeur : Hmm... incendiaire ?

HRP : Ben écoute, la musique convient assez bien je trouve xDD C’est fou mais ça m’a trop redonné la pêche pour poster ! (Bref sorry pour le retard j’ai eu une semaine difficile iwi) Et t’inquiète ton post est perfect ahah xD Sérieux, je le plains ton perso, qu’est-ce que tu lui fais subir… xD



Eh ben, il a vraiment pas l'air commode ce gars. Ou alors pas tout seule dans sa tête, surtout. C'est dingue, j'ai l'impression qu'il va m'assassiner sur place – ou qu’il va laisser les gens dans sa tête m’assassiner, mais c’est pareil au final ! Surtout depuis que j'ai eu l'immense bonne idée de lui dire qu'il avait une sale gueule. Oui ben oui, c'est à peu près ça au final, hein. C'était pas le but, à la base, mais bon. J'suis un gentil gars moi, sérieux ! Faut me croire. Mais là, j'ai surtout l'impression d'avoir touché une corde un peu trop sensible. Vraiment trop sensible. Déjà, il grommelle. Bon. Ça n’a rien de spécialement dépressif – et encore, hein, avec la tête qu’il tire à côté, on pourrait se poser des questions des fois nan ? Bref. J’essaie d’ignorer, mais la suite de ses mots me fait me tendre. Pas qu’un peu.
Ma mâchoire se resserre et je me contente de fixer le p’tit monstre s’énerver tout seul sur son banc. Je ne sais pas si c’est parce qu’il m’énerve réellement ou parce que je suis un peu alcoolisé, mais j’ai vraiment envie de le tarter. Je comprends pas la moitié de ce qu’il raconte. Après tout, je la connais pas vraiment, cette rage dont il parle. Parfois, ça m’arrive de me sentir furax, pour rien. Mais je passe mes nerfs autrement. Ça se répercute autrement qu’en pétages de plombs et crises de rage – finalement, je sais pas ce qui est le mieux, ça ou mes foutus tocs. Ça doit pas être au même niveau après. J’ai toujours eu un problème, moi…
Mais ce qu’il m’énerve le plus, c’est qu’il parle de Terrae comme ça. Qu’il parle des « scientifiques », comme ça. J’ai envie de lui hurler « Putain, mais qu’est-ce que tu sais de nous ?! », lui crier de se la fermer. Et puis cette boule qui se loge dans ma gorge. Celle de la culpabilité et de la haine, envers eux et envers moi. Parce qu’à présent je suis ici, mais que moi aussi j’ai été là-bas. De l’autre côté de la vitre. Auprès des machines qui clignotent et des données qui s’affichent sur les moniteurs. Des produits que l’on prépare et des calculs compliqués que l’on essaie de résoudre. Pour comprendre. Comprendre.
C’était aussi pour le bonheur qu’on a essayé tout ça. Non ? Au fond, je sais même plus. Putain, je veux plus savoir.

- Pourquoi t’es encore là si tu considères Terrae comme une prison ? je ricane. Suffit de te casser si ça te plaît pas. T’arrêteras p’tetre d’agresser les balançoires du coup. C’est tout bénef’.

Je devrais pas être aussi acide. Mais quelque part, tout ça, ça m’a touché. Et ça m’a fait du mal. Du mal pour moi, mais aussi du mal pour ma sœur. C’est pour des gens aussi cons qu’elle se donne du mal ?

- Mais si t’es encore là, c’est bien que ça t’apporte quelque chose. Nan ?

Puis je fixe le sol, me balance un peu. On dirait que la terre tangue...

- Être heureux, ça se commande pas à Noël t’façon. Faut savoir accepter ce qui arrive et arrêter de regretter. Et de se plaindre, j’ajoute en ricanant. Mais je comprends qu'à ton âge on comprenne pas encore ça.

Si je me fais pas traiter de vieux con, après ça, je vois pas. Mais bon, difficile, hein. Même moi je suis pas mon propre conseil. Pourtant, quand je pense pas à tout ça, je me sens bien. Je suis pas malheureux pour autant. Je suis juste… vide. Ouais j'crois qu'c’est ça. Un putain de pantin à la poitrine creuse.
Sérieux… je suis même pas sûr de ressentir la moindre pitié, au final. On va mettre ça sur le compte de mon état pathétique de ce soir, ok ?
Ah, merde... on est même pas encore le soir.



PLS en #b7273d.


Dernière édition par Misao Honda le Mar 13 Jan 2015 - 19:57, édité 1 fois
#   Sam 20 Déc 2014 - 16:31

Personnage ~
► Âge : 17 ans... Ouais, non, 15, en fait.
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1227
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 19
Emploi/loisirs : Rien que du vide.
Humeur : A peu près la même que toi le matin quand tu te réveille, sauf que moi, c’est un état permanent.

-music theme-
(Enfiiiiiin du metaaaal)
Ouais, Teru et lui en prennent vraiment plein la gueule... THAT'S SO FUNNY !! :D

____________________________________________________________

Je ricane. Ouais, je ricane à la gueule du mec !
Il a l'air tellement embrouillé, mes paroles qui font d'habitude putain de rire le monde ont l'air de d'avoir un peu remué son magma intérieur.
PUTAIN, UN QUI PAS ENCORE GUERI !
JE ME SENTAIS SEUL, A AVOIR EU UN PASSÉ QUI PASSE PAS !
A part Michigan évidemment.
Mouais, on va dire que je me sentais quand même seul hein !...

Il répond.
Peut être qu'il cherche lui-même, qu'il veut se convaincre pour me convaincre.
Je sais pas.
- Être heureux, ça se commande pas à Noël t’façon. Faut savoir accepter ce qui arrive et arrêter de regretter. Et de se plaindre. Mais je comprends qu'à ton âge on comprenne pas encore ça.
Je sais pas.
Mais putain, cinq secondes, j'ai cru que ce gars pourrait être intéressant.
Est-ce que je peux toujours espérer ?!

-Hin hin, qu'on comprenne pas quoi ?! je réponds, d'un ton qui est aussi sarcastique que rageur. Qu'il faut se satisfaire de sa situation sans hurler ? Sans se plaindre, accepter, tout, tout, TOUT ?!!


J'ai comme mal au ventre, mais je ne ressens aucune douleur.
Pourtant, mon échine se cambre vers l'avant.
Je me retiens de hurler.

-Accepter une condition de putain de cobaye ? C'est vrai que quand les rats n'ont plus rien, ils sont plus dociles, non ? NON ! C'est le mot qui nait de la rage, ce mot non, parce que sans, on crève ! Et ce non, c'est un feu, il faut jamais qu'il ne s'éteigne. Sinon, on risquerait d'accepter la prison.

La prison. Je sais qu'en argumentant pas, ma comparaison est dérisoire.
Mais ça fait sept ans que je le sais.
-Terrae est sympa, mais elle m'emprisonne. Terrae offre généreusement à ceux qui n'ont plus rien. Mais quand c'est Terrae qui te prends tout, elle n'a plus rien à offrir. Le pseudo-cadeau que l'on me fait ne vaut rien. Et je ne peux pas l'accepter, putain...
Ma voix n'est qu'un souffle entrecoupé, je ne sais si on me comprendre, mais je m'en fout, putain !

C'est centré sur moi.
Impossible qu'il s'y retrouve et que je puisse revoir son expression, l'expression qu'il a affiché tout à l'heure, parce que j'avais touché dans le mille et qu'il se sentait visé.
Je cherche un instant pourquoi il a eu cette expression, lequel de mes propos l'avait déclenché.
Je le dévisage, je scrute son expression, et la réponse me percute soudainement.
J'avais plus beaucoup de souffle, mais il se coupe à nouveau.
PUTAIN DE MERDE, RESPIRATION DE CHIOTTE OUAIS !
Je pensais à Teru, à Akito, lorsque je parlais des scientifiques.
Je n'avais pas pensé qu'un scientifique pouvait se trouver à Terrae.
Je n'ai plus de respiration mais quand je reprends la parole, ma voix est aussi grave que mon regard :
-Tu es un scientifique ?

Ce n'est qu'une demi-question.
D'ailleurs, mon ton ressemble plus à celui d'une affirmation.
Cela n'a pas percuté dans ma tête, mais est-ce qu'un ancien scientifique pourrait être accepté à Terrae ?
Est-ce que cet homme ne serait pas plutôt un putain de scientifique dans Terrae ?!


♠️♠️♠️

Spoiler:
 

#   Ven 16 Jan 2015 - 1:17

Personnage ~
► Âge : 31. Vos gueules.
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 370
Date d'inscription : 15/06/2013
Emploi/loisirs : Chimiste à mes temps perdus...
Humeur : Hmm... incendiaire ?

Honnêtement, j'aime pas quand les gens pètent des plombs. Peut-être parce que je suis pas forcément quelqu'un de super sanguin, mais de très vite agacé. C'est un peu étrange dit comme ça : mais comprenez-le. Je suis capable d'encaisser beaucoup de choses, de sourire longtemps. De me taire encore plus longtemps. De continuer à prendre, prendre et accumuler, parce qu'il paraît que je suis un assez beau con pour supporter tout ce qu'on me dit. Mais c'est pas le cas. Ce n'est pas parce qu'on sourit qu'on n'a pas mal. Ce n'est pas parce qu'on ne dit rien qu'on n'a rien à dire. Et parfois, on espère juste que le silence soit plus fort : plus fort que ces foutus mots que t'arrives pas à prononcer et qui se bloquent dans ta gorge. Alors tu te dis "ouais, plus tard, plus tard, c'est pas le moment."
Et là, lui, il vient me faire chier avec ça ? Oui, je me sens mal, oui, je me sens coupable ; mais mec, tu crois que c'est en me balançant ta vie en pleine gueule que ça ira mieux ? Parce que j'ai un scoop : nan, ça n'ira pas mieux, ni pour toi ni pour moi.
Parce que putain, je la connais pas, moi, cette sensation d'être un cobaye, d'être totalement réifié, transformé en un simple objet qui subit le bon vouloir de scientifiques abjectes. Moi, j'étais ces monstres, j'en suis peut-être même toujours un - peut-être que c'est une maladie, que quand on a été infecté, on en réchappe jamais vraiment. Que ce soit d'un côté ou de l'autre, on oublie jamais ; ni le mal causé, ni celui subi. Ni les mots, ni les mauvais traitements. Au final, je ne sais pas, actuellement, à quel groupe je m'identifie le plus. À quel groupe j'appartiens. Est-ce que je suis de celui des monstres, ou bien de celui des animaux ? Qu'est-ce qui est le plus appréciable ? À ce niveau, je crois que ça revient au même : je suis même plus humain. C'est ça la réponse ? C'est ça la putain de réponse à mes questions que Terrae était censée me fournir ?!
Ricane tant que tu le voudras. Moi aussi, je peux rire ; et mon rire est tellement, tellement plus grinçant que le tien. Accepter, accepter tout ? Ouais, j'accepte tout. Pourquoi vous le faites pas aussi ? C'est p'tetre plus simple que de se battre contre quelque chose qui nous échappe totalement.
Ce feu, ce feu qui brûle en lui, je le sens qui brûle en moi, au creux de mon ventre et dans ma tête, il se répand comme la peste. C'est ça, ouais, continue à beugler, à t'énerver. J'en ai rien à foutre, mec. J'aurais pas dû venir. C'est la seule pensée qui cogne dans ma tête à ce moment-là. La seule putain de pensée qui veut bien tenter de se frayer un chemin dans le bordel sans nom qui me sert de cerveau. P'tetre que c'est pour ça que je suis maniaque : pour compenser ce bordel intérieur ? Qu'est-ce qui tourne pas rond chez moi ? Fuck, fuck, FUCK !
Je me lève et garde mes mains plantées dans mes poches, commence à me barrer. En plein milieu, comme ça, parce que j'en ai ras le cul des gens, que j'en ai ras le cul des mecs qui passent leur vie à se plaindre, que j'en ai ras le cul de cette culpabilité qui me ronge sans que je veuille l'admettre. Alors ouais, je t'ai causé ; mais honnêtement, je le regrette déjà.
Pourtant, je sais que je ne le regretterai jamais plus qu'au moment où il s'est tu. M'a probablement suivi du regard, pendant que je passais devant lui. Et qu'il ne prononce ces quelques mots qui ouvrent un gouffre.
Un putain de gouffre béant, celui de la réalité peut-être, qui vient enfin de me rattraper.
Salut Misao. T'espérais vraiment pouvoir mener une vie normale ? Te racheter ? Oublier ? Dégager tes antécédents de médecin taré comme tu chasserais une mouche de ton bras ? C'est pas comme ça que ça fonctionne. C'est tellement pas comme ça que ça fonctionne, putain.
Mes yeux brillent d'une colère que je ne contiens plus. Un sourire s'étire. Mauvais. Peut-être un peu cruel. Beaucoup trop pour la détresse qui m'anime. Mais la haine est plus forte. C'est mon seul moyen de riposte. Parce que je ne peux pas nier. Que je n'en ai pas envie.
Et sûrement plus la force.

- Tu aimerais ?

Je me tourne vers lui. Me déplie du haut de mon mètre quatre-vingt, le regarde de haut, un rictus semblable à un sourire plaqué sur les lèvres. Grimace, sourire, rictus, décrivez-le comme vous le voulez. Ça ne représente rien.

- Moi, je sais plus ce que je veux. Si j'ai envie de la science ou de la paix. J'crois que j'ai voulu la paix pendant un moment. Mais visiblement c'est elle qui veut pas de moi.

Un ricanement m'échappe. Ça devient glauque, mais je m'en tape. Qu'il aille crever, lui et ses idéaux, lui et ses problèmes. J'en ai rien à foutre.
Je me rends à peine compte que ma voix se hausse au fur et à mesure que je parle.

- Tu t'imagines quoi ? Que Terrae c'est un monde de bisounours ? J'sais pas plus c'que j'fais là qu'toi. Alors pas la peine de prendre tes grands airs d'humaniste outré. Des gens qui souffrent, y en a des tonnes dans le monde. T'es triste ? Tu crois que t'es détruis ? Tout le monde l'est ici. Différemment.

Ma main tremble, et je remarque seulement que je serre le poing à m'en faire mal. Pourtant mes yeux ne se détachent pas des siens.

- On a beau faire tout ce qu'on peut, on sera jamais assez bien ni assez saints pour que les autres estiment qu'on ait le droit à l'asile ici. Si t'es dans le même cas qu'eux à propos de toi, casse-toi. En attendant, moi j'reste. Que vous le vouliez ou pas. Terrae, c'est ma prison. J'suis bien mieux ici que dehors. Alors dis ce que tu veux. Regarde moi comme tu le sens. J'en ai juste plus rien à foutre. Certains ont pas plus leur place ici que moi.

J'en ai marre, moi aussi, de rester la gueule fermée. Parce que c'est pas ce que je suis vraiment. C'est pas ça que je suis censé être.
Pardon p'tite sœur. Mais pour le moment, je suis beaucoup trop perdu. Je sais toujours pas si j'aime ou si je hais cet endroit. P'tetre que je crèverai avant d'avoir à trouver la réponse, qui sait ? Dans tous les cas, je suis pas sûr qu'elle me convienne.

- Et, au passage, mêle-toi de ton cul.




HRP : OMG pardon pour la taille je me suis plus sentie Oo' Je m'attendais vraiment pas à ce que Misao parte en vrille comme ça en fait... xD Désolée pour le manque de logique profond dans ce qu'il dit, sérieux >>'



PLS en #b7273d.
#   Lun 27 Juil 2015 - 15:02

Personnage ~
► Âge : 17 ans... Ouais, non, 15, en fait.
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1227
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 19
Emploi/loisirs : Rien que du vide.
Humeur : A peu près la même que toi le matin quand tu te réveille, sauf que moi, c’est un état permanent.

- Music Theme - The chosen Pessimist -

HRP : J'AI PERDU MA REEEEEP BOUHOUHOUH Elle était plutôt badass. Et méga longue. Et Kei y était presque calme.
Bon, je recommence.

C'est dur de reprendre le RP en argumentant de ouf direct quand t'as plus le perso au bout des doigts depuis des semaines !! Je suis désolé si la qualité de l'argumentation à la Kei néglige certains points, c'est un peu hard-core de se remettre dans le bain dans ces conditions ...

J'ai 40 min pour réécrire un post.
*Motivation*

__________________________________________________________


Je me radosse au banc, lentement.
Je suis comme à bout de souffle.
Une putain d'hyperventilation en route, une !
PUTAIN DE PRESSION, C'EST QUOI CETTE TENSION ??
UN CORP QUI SOMATISE ! JAMAIS RIEN VU D'AUSSI PATHETIQUE !
ALLEZ, UN BN COUP POUR TOUTES : TA GUEULE MON CORP ! JE T'AI RIEN DEMANDER, ARRETE DE TE TAPER L'INCRUSTE EN SOUFFRANT QUAND MA TETE SOUFFRE BORDEL DE MERDE !

Souffle court pour une cage thoracique qui ferait palir de jalousie Golum (Pour autant qu'un mec encore plus grisâtre que mi puisse pâlir, bordel) de part sa maigreur et son cruel manque de pigment.

Je l'écoute. J'écoute le z'geg encore debout à cette heure.
QUI PREND SON PIED EN S'BALADANT DANS UN PARC A LA NUIT TOMBANTE.

L'accusation m'a, d'apparence extérieure, fait l'effet d'une douche froide.
TRES FROIDE. DU GENRE DE CELLE DONT TU REVE EN TEMPS DE PUTAIN DE CANICULE.
MAIS PAS EN CE MOIS DE NOVEMBRE OU UN MERDEUX DANS MON GENRE SE PELE LES MICHES AU MOINDRE PAS A L'EXTERIEUR.

C'est noté : Il n'a pas démenti l'accusation.
Je me demande un instant si ce n'est que par simple jeu.
Mais vu comme il s'emporte dans son discours, ça m'étonnerait qu'il prennent un temps de réflexion suffisamment pour essayer de m'embrouiller.
Mes paroles n'ont pas l'air de l'avoir mis d'humeur à plaisanter, le gaillard !
BAH SI CA PEUT M4EPARGNER SES REMARQUES SUR MON AGE HEIN !
GNAGNAGNA PEUT PAS COMPRENDRE CA A MON AGE ! VA VOIR SI JE PEUX RIEN COMPRENDRE A MON AGE ! POV'VIEUX SCHNOCK POURRI VA !

Les petits bouts survivants de ma cervelle de complexé chronique, chargés d'adrénaline, se mettent en turbine 500 tours minutes.
J'analyse. Chaque mots sortant de sa bouche.
J'analyse, tout ce que je connais et qui transparaît dans son discours.

Un instant, je me demande même si je ne suis pas tombé sur un dépressif aussi gratiné que Michigan.
COMME SI UN SEUL NE SUFFISAIT PAS OUAIS !
Ya du potentiel, mais ça reste à voir.

DEJA, SI LE BONHOMME EST PAS FEU ET UN POIL PLUS MATURE, ON CALME LE BAROMETRE A CONNERIES.

Je laisse tomber ma tête en arrière et laisse filer d'une voix morne et grave :
-J'suis pas sur qu'il y ai beaucoup d'humanistes à Terrae, Dude. Si on croyait encore en l'humanité, on s'retrouverait pas à chialer sur not'sort dans un parc glauque comme y faut. D'ailleurs, je me demande ce que tu fous là si tu ose me dire que tu crois encore sérieusement en quelque chose.

Sa voix se hausse.
Je le saoule.
Ou peut être que lui aussi a le pouvoir pathétique de s'auto-saouler.
Je suis persuadé que je suis pas le seul qui aie du mal à s'auto-supporter.

Je lui épargne mon cas.
Détruis, oui, je l'ai été. Par Terrae.
Détruis, je le suis toujours.
Mais vide, je ne le suis plus.
Je l'ai ressenti, il y a des années.
Et ce sentiment de vide m'est étranger aujourd'hui.

La gaillard me fixe de toute sa hauteur.
NON MAIS CA VA, JE SAIS QUE JE SUIS UN GAMIN,
PROFITE PAS DU FAIT QUE JE SOIS ASSIS POUR ME TOISER DE TOUTE TAHAUTEUR DE GRAND MERDEUX, TU VEUX ??!
Il se laisse emporter et parle, parle.
Il ne maîtrise pas ses émotions. Il ne se maîtrise pas.
C'est bon, ça, je sais le cramer direct : Je suis dans le même cas.

Il veut tout contrôler parce qu'il ne contrôle rien dans sa tête.
Ca ne m'étonnerai pas qu'il somatise un peu beaucoup, lui aussi.
Anorexie -Quoi que ça m'étonnerait vu la stature du gars, tocs, spasmo, bi-bip-bipolaire,
OUAIS, JE RECONNAIS UN ASCENSEUR EMOTIONNEL, ET ALORS ??
ON M'APPLAUDIS ?

Tout son corps est tendu,
Et son regard posé sur moi transparaît de toutes cette tension.
-On a beau faire tout ce qu'on peut, on sera jamais assez bien ni assez saints pour que les autres estiment qu'on ait le droit à l'asile ici. Si t'es dans le même cas qu'eux à propos de toi, casse-toi. En attendant, moi j'reste. Que vous le vouliez ou pas. Terrae, c'est ma prison. J'suis bien mieux ici que dehors. Alors dis ce que tu veux. Regarde moi comme tu le sens. J'en ai juste plus rien à foutre. Certains ont pas plus leur place ici que moi.

Il part dans son délire, là. J'connais pas son histoire, moi, il veux que je m'y retrouve ??
WSH, POURQUOI J'AI COMMENCER A L'ECOUTER ??
Je suis déjà perdu, j'aurais du biter que j'allais perdre mon temps.
Je le fixe droit dans les yeux.
-Sérieux, c'est quoi ce charabia tout décousu ?...
-Au passage, mêle-toi de ton cul.
-Moi, j'reste keblo sur ta dernière tirade. T'as peur que je te juge ou quoi ?? Okok, je pète plus haut que mon cul. Tu parlais des autres. On s'en bat les couilles des autres, et pour le coup, bah t'as juste l'air d'un gars qui a tellement une mauvaise image de lui qu'il interprète celle que les autres se font de lui.

Je le fixe un moment.
OK, CA VA, JE SAIS QUE J'AI PAS LA TETE A ME PAYER UN PSY ET QUE JE PERDS MON TEMPS.

Décidant que je l'avais assez regarder d'en bas (OUAIS CA VA DEUX MINUTES CETTE VUE EN CONTREPLONGEE DE SA GUEULE) je me lève de mon banc, lentement.
C'est nez à nez avec lui (ENFIN, UNE TETE EN MOINS TOUT DE MEME, MAIS LA TAILLE, C'EST AUSSI DANS LA TETE ET DANS L'IMAGE QU'ON SE FAIT DE SOI BORDELDE MERDE, OK ??) que je détecte une odeur, une douce haleine, que je reconnaîtrais entre mille.
P't'être la cause du manque de cohérence de son discours sur les longueurs.
Ou de son manque de self-control.
Quoi que j'ai moi-même pas besoin d'alcool pour perdre les pédales.
Putain, elle m'avais pas manqué, cette odeur âcre et amère.

Je le fixe droit dans les yeux, masquant ma répugnance pour son haleine, bien que légère, qui fait malgré remonter tout les souvenirs les plus haïssables de mon enfance.
-Quand je parle de l'image que tu te fais de toi, je parle pas de confiance en soi ou de ce genre de truc d'adolescent prépubère à la con. Je parle de tes démons, des tourments, des trucs qui te font avoir des sueurs froides quand tu ferme les yeux. Ou te bourrer la gueule à la vodka orange en fin de journée.

Allez, pas possible qu'il aie loupé le petit mouvement de dégoût et de mépris qui m'a échappé au moment d'évoquer l'alcool.
Je m'en bat les couilles, le message passe.


♠️♠️♠️

Spoiler:
 

#   Ven 31 Juil 2015 - 0:21

Personnage ~
► Âge : 31. Vos gueules.
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 370
Date d'inscription : 15/06/2013
Emploi/loisirs : Chimiste à mes temps perdus...
Humeur : Hmm... incendiaire ?

HRP : Presque calme ? Mais... mais... COMMENT ? Les miracles existent-ils ?!! (Non en vrai je suis tellement contente que tu m'aies répondu, tu n'imagines pas xD) Puis euh... 40 minutes ?!! *ça lui a pris deux heures et quelques*
T'en fais pas, j'ai un peu de mal à reprendre l'argumentation aussi, c'est difficile de se remettre dans les mêmes conditions xD Du coup c'est nul mais voilà ><




Hyperventilation. Son souffle se fait plus rapide, plus vif, il a des difficultés à respirer de manière contrôlée. Panique. Il panique, et je serais presque tenté de pencher la tête sur le côté. C'est à cause de moi ? Ah. C'est à cause de moi. C'est pas cool. Tant mieux, peut-être. Je l'aime pas. Ne pas le connaître ? Ouais, certainement. Je n'ai pas envie de le connaître, en fait. Ça ne m'apporterait rien. Même pas un semblant de sentiment rassurant, qui me dirait que je ne suis pas un de ces gros connards qui jugent sans rien savoir de l'autre. On juge tous sans rien savoir des autres, quand est-ce que vous le comprendrez ? On est tous jugés. On est tous mis dans des foutus sacs. Lui, moi, nous tous. J'allais dire "et est-ce qu'on en fait une maladie ?" mais ahah ouais, en fait. Carrément. On s'en tire assez mal, ici, mais c'est peut-être parce qu'on est tous particulièrement destroy en arrivant ici. Tant pis, tant mieux. Je sais pas vraiment…

Mon sang bat à mes tempes. En fait, je n'aurais pas cru que j'allais péter les plombs juste en l'entendant me poser cette simple foutue question, qui a remis la moitié - au moins - de mon univers en question. Mais au fond, au fond, est-ce qu'il n'a pas tort de disjoncter de cette manière ? Dans sa situation, je sais que j'aurais la haine, moi aussi. Pourtant, ce n'est pas comme si j'arrivais réellement à être conscient de ce que je dis. Au final, je pense la même chose que lui, petit à petit. "Casse-toi si tu n'es pas heureux." Je ne suis pas heureux, mais est-ce que je pars pour autant ? Non. C'est incompréhensible, même pour moi.

J'le regarde sans m'éloigner, et les yeux vides de toute expression. Je suis fatigué. Ma tête est comprimée dans un étau. Je déteste ça. Je déteste cette sensation. Je le déteste, lui aussi. Pourquoi j'ai pas le droit d'être tranquille, hein ? Je venais, peinard dans le parc, et j'ai juste parlé à un gosse qui avait l'air de péter les plombs. Là, je me reprends tout sur la gueule. Encore une fois. J'repense à cet été, et j'ai envie de gerber. Même mes mots me donnent la gerbe. Est-ce que j'ai vraiment le choix entre être tranquille et découper des gens ? La morale voudrait dire que non. Mais ma morale, elle existe pas. Y a pas de bonnes ou de mauvaises raisons de faire les choses. On fait simplement les choses. Et on doit les assumer. Je ne les assume pas. Comment vous voulez que je les assume, putain ? Vous voulez que je vous sourie, que je fasse comme si de rien n'était ? Mais au fond, c'est à qui que je mens le plus ? Alors, ouais : ouais, je n'ai même pas démenti. Pourquoi je démentirai ? La moitié des gens qui me connaissent ne m'approchent plus depuis cet été, parce qu'ils ont appris qu'il y avait un traître ici. Mais je suis un traître ? Vraiment ?! Alors que j'ai tout fait pour sortir leur Master de là ? Que j'y ai aussi risqué ma vie ? Enfoirés.

Pas beaucoup d'humanistes ? En effet. Chialer sur notre sort dans un parc ? Carrément. Mon sourire se crispe. Je ne crois plus en rien, mais ça m'empêche pas de continuer à espérer bêtement. À espérer bêtement qu'il y a plus que ce que j'aimerais croire.

J'suis tenté de faire demi tour au moment où il me parle de charabia décousu. Il est marrant. Il pense qu'il ne fait pas de même, de son côté ? Il veut que j'lui réponde quoi putain ?!

Je me détourne et je me bloque. Parce qu'au fond, ses mots font écho à quelque chose en moi. Peur d'être jugé, interpréter ce que disent les autres. Est-ce que je suis paranoïaque ? Est-ce que je suis vraiment en train de dev'nir paranoïaque ? Ma main se passe sur mon visage.

- J'n'interprète rien, je grogne. Je constate.

Il se lève et je lui lance un regard assassin qui lui signifie clairement de ne pas s'approcher. Sinon quoi ? Sinon rien… Je pourrais dire "sinon je me fais un manteau avec sa peau" mais y en a à peine assez pour un slip.

Il s'approche encore, se plante devant moi et me fixe droit dans les yeux. Aucun de nous ne tressaille ; pourtant, son visage se tord en une grimace de dégoût que je ne comprends pas. Que j'interprète probablement en rapport à notre discussion, jusqu'à ce qu'il finisse de causer. Mon sourire se mue en rictus de mépris.

- C'est mon problème, ça, tu crois pas ?

Mes mains retournent dans mes poches. J'me détourne pour partir. M'arrête encore. Me retourne et le fixe d'un air méprisant, une fois de plus.

- J'm'énerve pas parce que j'ai bu. Et j'bois pas parce que j'ai peur de fermer les yeux la nuit. Pas la peine de me regarder de cette manière-là.

Pourquoi je me sens obligé de me justifier ? Parce qu'il me fixe avec ces yeux-là ? Parce que je sens clairement le poids de son accusation me peser dessus ?

- Mes démons ? Ils existent pas. Pas dans ma tête. Y a pas assez de place pour eux.

À la place, ils se manifestent autrement. Ce besoin frénétique d'être propre, que tout soit parfait autour de moi. Est-ce que c'est pas pour signifier ma propre répugnance à mon égard ?

- T'espères tirer quoi de cette discussion, au juste ? Me faire comprendre un truc ? J'en suis parfaitement conscient… Mais tout ça, crois-moi, c'est mieux que de passer ses nerfs sur une putain de balançoire qui n'a même pas conscience d'exister. Tu me diras, c'est une chance. Elle, elle est tranquille au moins. Elle risque pas de se péter un truc parce que tu l'auras frappée, contrairement à toi. Ta rage, elle te sert à rien ici.



PLS en #b7273d.
 

Les balançoire brûlent (Et litteralement si ça continue de ma gonfler)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village. :: Parc.