Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Un café pour bien dormir. [Micha ♥]
Dim 14 Déc 2014 - 19:10
avatar
Masculin

Messages : 2370
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths. LOL. Je sais ça me fait rire aussi.
Humeur : Ahaha. Euh...

J’en ai marre de ce foutu plafond. Ça fait des jours que je fais que le fixer. Y a rien d’autre dans cette chambre. Des murs blancs, le plafond blanc, et parfois Gaetano, Tomoe et Mitsuki qui passent me rendre visite. Allongé tout le temps, avec Norah et Keitaro qui viennent m’examiner une à deux fois par jour. C’est vrai, je suis mou. Y a rien dans mon crâne. Je suis même pas capable de lire. C’est dur de tenir une discussion cohérente plus de cinq minutes. Et être constamment seul me donne envie de sauter par la fenêtre. Heureusement, Tomoe a pu m’installer une petite télé dans un coin de ma chambre. Ça me fait un bruit de fond. Quelques images qui m’aident à me sentir moins vide.
Avec un soupir las, je me renfonce sous mes couvertures. Il est tard, c’est vrai. Enfin j’en sais rien. Je sais même pas quel jour on est. Juste qu’on est en presque hiver, qu’il fait froid, qu’il fait nuit, et… Et quoi au juste ? Rien. J’ai fini mon repas y a quelques temps. Je me suis assoupi quelques minutes. Ou peut-être plus. Je sais pas. Je sais pas, et j’en ai marre de vivre comme ça. Dans le flou constant. Cette impression de flottement dans l’air, qui ne part pas. Qui ne s’amenuise pas.
Mon dieu, qu’est-ce que je me sens seul.
Lentement, je me redresse dans mon lit. Aussitôt, un goût de bile remonte dans ma gorge et je dois me retenir pour ne pas rendre les quelques aliments que j’ai daigné ingurgiter plus tôt. Mais j’en peux plus de rester assis à attendre que le temps passe. Que j’aille « mieux ». Que les autres passent me voir, pour continuer à me fixer avec cet air de pitié qui leur va si mal. Je tiens à eux, mais je préférerais presque qu’ils ne viennent pas si c’est pour me regarder de cette manière – et à côté, quand je suis seul, dans le noir de ma chambre, complètement démuni et perdu, j’ai du mal à me retenir de ne pas éclater en sanglots. Mas même ça, c’est dur. Ça demande tellement d’énergie. Cette énergie que j’ai pas…
C’est un long cauchemar qui n’a pas de fin, je crois bien…
J’essaie de m’asseoir sur mon matelas. De glisser mes jambes à l’extérieur des couvertures – j’en profite pour débrancher tous ces tuyaux qui sortent de mon corps, que je peux plus voir, qui franchement m’emmerdent. Poser les pieds au sol, première étape – ô joie. Je sais pas combien de temps ça me prend, mais j’ai l’impression d’être un vieillard. Complètement lessivé. Quand finalement je me tiens debout, c’est plus par la force du Saint-Esprit que grâce à mes muscles qui ont totalement fondu. Je me retiens au mur pour avancer jusqu’à l’armoire, mâchoire serrée. Attrape un boxer, un pantalon et un sweat-shirt trop grand pour moi, que j’enfile avec difficulté. Avant de m’éclipser dans le couloir, à l’allure d’un gastéropode arthritique. Direction la cafet’. J’sais que j’ai pas le droit, mais ça me manque. Et je suis un gros drogué, tout le monde le sait.
Arrivé devant le distributeur, je m’appuie dessus de la main gauche. Ferme les yeux en sentant un vertige me prendre.

- Putain. Ça va durer combien de temps ? je gémis faiblement entre mes dents serrées.
Voir le profil de l'utilisateur



Je vis en #FEA347.


Un peu d'amour ♥:
 


Dernière édition par Aaron Williams le Mar 3 Fév 2015 - 21:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Dim 14 Déc 2014 - 19:43
avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 28/07/2014

15H13. Je me lève enfin, réveillé depuis plusieurs heures dans mon lit, ou plutôt dans l’ancien lit de Matheo. J’ai beau dormir, je suis toujours épuisé, et je sais pas pourquoi. C’est agaçant. Alors je finis par me lever pour prendre une bonne douche bien chaude et m’habiller. Par contre, manger reste toujours un besoin facultatif pour moi, j’ai repris peu de poids depuis mon arrivée il y a quelques semaines maintenant, voire plus d’un mois. J’ai simplement pas envie de me fatiguer à manger, parler non plus en dehors de mes visites pour voir Matheo.

17H24. Je vais m’enfermer dans la salle d’astronomie où personne ne va jamais. Une des seules salles de classe vide constamment, enfin, il est arrivé quelques fois où j’y ai croisé des personnes mais rien de trop nombreux. Juste une ou deux de temps à autre. Des amoureux des étoiles sûrement. Moi j’y viens simplement pour somnoler sur les bancs avec un livre sur la tête, parce qu’il fait trop froid pour que je le fasse dehors. Le besoin d’aller Matheo me prend alors. Parce que c’est comme ça, un besoin, parfois, de temps à autres, de le voir, de lui parler.

19H37. Je sors de sa chambre, encore un peu à l’ouest. C’est aussi difficile de le voir là que ça ne l’était de voir Yelina sur le canapé. Bien sur, une fois dans sa chambre, je ne dis rien ni ne montre rien. Je suis juste là à lui parler, à l’écouter, à le soutenir. Mais ça reste difficile et douloureux, même si ça l’est évidemment beaucoup moins que pour lui, ce serait prétentieux que de dire le contraire.

19H45. En passant devant la cafétéria, j’ai bien envie de me prendre un café et une tarte au citron. Je rentre et m’arrête devant la machine à café, ou plutôt devant l’homme appuyé dessus et qui a franchement pas l’air dans son assiette. Je m’approche et m’arrête avant de poser ma main sur son épaule, simple précaution.

Si tu veux mon avis, c’est pas prêt de s’arrêter.

19H47. Je n’ose pas faire un geste, j’attends simplement qu’il se prenne son café pour que je puisse prendre le mien et que j’aille m’asseoir pour grignoter. Allez, zou mon vieux, t’es blanc comme un cul mais bon. J’ai besoin d’un café pour tenir le reste de la journée moi.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Dim 14 Déc 2014 - 21:43
avatar
Masculin

Messages : 2370
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths. LOL. Je sais ça me fait rire aussi.
Humeur : Ahaha. Euh...

Une main sur mon épaule, une voix. Je sursaute comme jamais, le cœur battant, et lève des yeux douloureux vers l’homme qui se tient à côté de moi. Putain je l’ai pas entendu venir. Ni senti, d’ailleurs. Inutile de dire qu’avec tout ce que je me suis pris dans la tête et tous les médocs qu’on m’a injecté, je suis pas sûr d’être capable de réutiliser mes pouvoirs un jour. Joke, joke. Juste que là j’ai la tête dans le cul, c’est pas de ma faute. De toute manière, on s’en fout.
J’ai un soupir en me redressant comme je le peux et appuie sur un des boutons de la machine. Va te faire voir, mec. J’ai déjà suffisamment le moral dans les chaussettes pour pas avoir besoin qu’un anorexique blond gaulé comme un dieu – ouais, bon, anorexique et gaulé comme un dieu ça va pas trop ensemble mais passons – me dise que ouais, nan, pas besoin d’espérer, ça ira de toute manière pas mieux.

- Merci d’ta compassion, vieux, ça motive à vivre, je lâche faiblement, continuant à m’appuyer sur la machine pour ne pas tomber.

En vrai, je crois que je lui aurais jarté assez violemment la main en temps normal. Voire même électrocuté. Mais j’ai même pas envie de bouger le bras pour ce type, ça vaut pas le coup. Enfin peut-être. Mais peu importe, j’ai pas envie de causer à qui que ce soit là, j’veux juste ma dose de caféine et c’est tout. Sérieusement, mon ordi me mannnque… J’suis sûr qu’il va pleurer quand je rentrerai à la maison. Il aura droit à un câlin pour la peine. (Et là je pourrai vraiment me faire interner, cool !)
Le bip caractéristique résonne dans la cafétéria vide, et je mets quelques secondes à faire comprendre à mon cerveau qu’il faudrait éventuellement coordonner les mouvements de mon bras et de mes doigts pour attraper le gobelet. Gobelet qui reste coincé entre les pinces de la machine. Évidemment. Sinon c’est pas drôle, pensez-vous. Je tire un peu plus fort en grognant et une partie du café se renverse sur ma main. Qui, ébouillantée, préfère lâcher le gobelet que continuer à le tenir, cette traîtresse.
Je me tiens la main en gémissant doucement de douleur, et contemple d’un air totalement désespéré la flaque de café au sol.

- Putain mais non…

Puis je lève les yeux pour chercher un possible local d’entretien – une serpillère surtout, mais je vois mal une serpillère être accrochée au mur de la cafétéria en fait, du coup c’est totalement inutile – et croise le regard du blond.

- Quoi, t’as un problème ?! je geins encore (oui, je suis incapable de m'exclamer, c'normal), avant de m’éloigner en titubant pour chercher des serviettes près du comptoir. Fait chieeer…
Voir le profil de l'utilisateur



Je vis en #FEA347.


Un peu d'amour ♥:
 


Dernière édition par Aaron Williams le Mar 3 Fév 2015 - 21:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Lun 15 Déc 2014 - 10:07
avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 28/07/2014

19H46. J’ai la désagréable impression de me voir, quelques temps plus tôt. C’est vraiment l’apparence que je donnais aux autres ? C’est pas étonnant que personne ne soit vraiment venu, resté etc. Avec une tête pareil on a de quoi faire peur même à un mort. Enfin, c’est peut-être pas le moment de parler de ça non plus. Il a l’air de tenir à peine debout, je le vois bien finir par juste tomber là, et dormir, ou bien attendre.

Tu ne me croiras pas si je te dis le contraire. Autant pas se fatiguer à essayer.

19H50. C’est pas qu’il est à l’ouest hein, non. Je dirais juste qu’il a un putain de soucis entre son cerveau et ses muscles, parce que ça doit bien faire une minute que son café est prêt et il vient à peine de bouger. Allez va, courage vieux, tu vas y arri- Ou pas. Je retiens un rire qu’il prendrait mal en le voyant se démener avec la machine avant de finalement faire tomber sa tasse. Non vraiment, ce serait cruel.

Tu peux tenir debout tout seul ? Parce qu’il va falloir que tu te pousses pour que je puisse avoir mon café hein. Dommage pour le tiens.

19H53. Oh non Micha, tu es abominablement cruel quand t’as envie de jouer. Faudrait que j’évite de le faire marcher comme ça, il va me taper dessus, enfin, j’en doute puisqu'il tient à peine debout mais mieux vaut assurer mes arrière. Enfin bon, j’arrive quand même à me payer un café noir, tiens, comme son défunt café à lui, et à le sortir sans encombres même s’il a pas bougé des masses.

Fait pas cette tête là, tu l’as ton café. On va quand même éviter un autre malheur, va t’asseoir je te l’apporte.

20H01. Tant de bonté en moi, incroyable. Non en fait, j’avais pas forcément envie non plus de le voir renverser une autre tasse. Enfin, autant arrêter de se donner de fausses excuses, qu’il ne croira de toute façon pas. Parce que clairement, j’ai juste envie de lui parler, de savoir, cette envie malsaine d’être au courant de tout, déformation professionnelle hein. Et probablement aussi l’envie de l’aider, parce qu’il me rappelle trop l’état dans lequel je suis sorti de l’hôpital.

Monsieur est servi.

20H05. C’est pas la première fois que je prends un café ici et je me fais quand même surprendre à chaque fois par la chaleur de celui-ci. Bordel, ils se rendent compte que c’est dangereux un café aussi chaud ? Non mais, imaginons un instant qu’un gars un peu perdu arrive, paf, il se brûle les papilles et hop, plus de langues ! Je ronchonne un peu après m’être brûlé et jette un œil à mon voisin, parce que forcément, sans son nom, c’est compliqué.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Lun 15 Déc 2014 - 22:20
avatar
Masculin

Messages : 2370
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths. LOL. Je sais ça me fait rire aussi.
Humeur : Ahaha. Euh...

Mon café gise au sol et je le regarde d’un air désespéré, complètement déprimé. Alors maintenant, je suis même plus capable de tenir un gobelet de café, c’est ça ? C’est vraiment pitoyable. Mon existence entière est pitoyable, en fait ! Ceci explique certainement cela. À vrai dire, j’ai beau me demander de plus en plus souvent ce que je fais encore ici, je crois que j’aurai jamais de réponse. Tu parles d’un Master, hein. Même ce type, là, je sais pas si c’est un regard compatissant ou clairement blasé qu’il me lance. Un mix des deux, probablement. Quoiqu’il a l’air aussi désespéré que moi. À son niveau. Je peux pas dire. J’imagine que oui, après tout. Enfin s’il est là, en même temps. Faut pas trop se poser de questions, hein.
Lorsqu’il reprend la parole, je le fusille à demi du regard – à demi, parce que je dois pas avoir l’air très réveillé.

- Ouais ben prends-le ton café, j’te retiens pas, je grommelle en m’éloignant, avant de revenir éponger le sol avec des serviettes, que je jette avec le gobelet.

Avec une grâce incomparable, je m’affale sur une chaise et pose ma tête douloureuse sur mes bras. J’ai une abominable envie de sauter par la fenêtre là, c’est fou. Pourquoiiii je suis incapable de me concentrer plus de trente secondes, et quand j’y arrive, je crée forcément une foutue catastrophe. C’est tout le temps comme ça en ce moment. Comme l’autre jour, j’ai insisté pour me laver seul – je suis un assisté maintenant, vous le saviez pas ? Non, d’ailleurs, assisté c’est bien mieux qu’handicapé hein. C’est plus joliment dit. Ça fait moins le pauvre clodo qui peut plus avancer sur ses jambes tout seul ! Et encore j’ai de la chance, j’ai pas de canne ni de fauteuil. Quoique je devrais peut-être…
Un gobelet fumant se pose à côté de moi, et la douce odeur – façon de parler – du café me monte aux narines. Oh mon dieu, ça sent autre chose que le formol !

- Quand je sortirai d’ici, je te construirai un temple, je lui assure avec un soupir de bonheur, avant d’attraper le gobelet pour me réchauffer les doigts.

Un pâle sourire s’étire sur mes lèvres.

- Merci. Tu f’sais quoi ici ? J’ai l’impression qu’y a de plus en plus de monde, c’est Noël qui fait ça ?

Mais ça, c’est peut-être parce que je suis pas sorti depuis longtemps, du coup croiser trois clampins ça me donne l’impression d’avoir pris un bain de foule… C’est crevant de parler aux gens mine de rien.
Puis, je laisse dériver mon regard vers l’extérieur. Hum… Déjà décembre. Comme quoi, je passe toujours les mêmes périodes de ma vie dans un hosto !
Je souffle. Un an, hein ? Bordel.
Voir le profil de l'utilisateur



Je vis en #FEA347.


Un peu d'amour ♥:
 


Dernière édition par Aaron Williams le Mar 3 Fév 2015 - 21:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Sam 31 Jan 2015 - 18:29
avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 28/07/2014

19H58. Il a l’air misérable là, fatigué et démuni. C’est pas à ça que je ressemblait au début rassurez moi. Parce que là, c’est pire qu’une loque hein. Bon après, on lui donnera l’excuse de subir les médicaments etc. C’est déjà ça, mais ça reste… Pas pathétique mais… Pas génial quoi.

20H03. Je souris en déposant la tasse devant son nez. Allez, bois ça, tu vas survivre va. Je sais pas trop comment l’appeler d’ailleurs. Parce qu’il a l’air aussi vieux que moi. Voire un peu plus peut-être ? Va savoir… Quoi qu’il en soit, le café à l’air de lui plaire, c’est déjà ça. Je me sens au moins utile avec une personne dans ce coin perdu. Je soupire en levant mon gobelet jusque ma bouche, faut que je trouve un truc pour aider Matheo.

Avec plaisir. Fais en sorte de me prier tous les jours.

20H07. Juste après sa remarque, je laisse mes yeux se balader dans le reste de la cafétéria et du hall. Je n’ai pas l’impression qu’il y a tant de monde que ça, beaucoup de visiteurs peut-être… Je hausse les épaules, Noël ouais, peut-être. Avec le verglas qui s’installe peut-être. Suffit d’être prudent non ?

20H11. Une gorgée trop chaude de mon café me brûle la gorge et la langue, me faisant ronchonner. Bon hé bien, si en hiver on fait tous pareil, à ce rythme y aura beaucoup de monde à l’hosto ouais… Je fixe mon gobelet un moment, c’est le premier hiver depuis un sacré bout de temps que je passe seul… C’est plutôt étrange, ici tout à l’air un peu irréel, donc, je réalise pas vraiment en fait, comme dans un grand et long rêve…

T’as l’air bien abîmé aussi toi.

20H15. Remarque, Matheo n’est pas vraiment amoché physiquement parlant lui, mais il l’est pas mal aussi… Le pire c’est probablement qu’on ne peut rien faire. On pourra seulement l’aider à s’adapter à sa condition. Déjà que sa vie était assez compliquée comme ça, il a fallu qu’on lui en ajoute. Y en a vraiment qui ont la poisse hein ? Je pense qu’on a pas trop de quoi se plaindre à côté. Je relève la tête vers mon partenaire de café, lui, il a l’air fatigué, mais vraiment fatigué. Pas seulement une fatigue physique, et ça fait de la peine. Je sais même pas quoi dire...
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Lun 16 Fév 2015 - 21:47
avatar
Masculin

Messages : 2370
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths. LOL. Je sais ça me fait rire aussi.
Humeur : Ahaha. Euh...

Café. J'ai mon café, mon dieu. Je crois qu'il y a quelqu'un qui m'aime bien, au final. Je crois. Tout arrive, hein ? Avec tout ce qui est arrivé, je me pose des questions. De savoir s’il y a pas une pseudo divinité qui s’éclate à me matraquer la tête. Ou à faire en sorte que les autres le fassent pour elle. C’est vrai que ça marche plutôt bien, dans le genre. Suffit de voir où ça m’a amené. Une semaine et demie dans un soit disant coma – j’appellerais pas ça comme ça. Disons plutôt une sorte de sommeil profond. Réparateur. Ça m’a fait du bien, mais parfois, j’ai l’impression de toujours pas en être sorti. C’est triste d’être faible.
Le mec en face de moi cause pas beaucoup. Tant mieux, dans un sens. Mais d’un autre côté, ça me gave. J’ai été plongé dans le silence pendant… trop longtemps, ces derniers jours. Tout seul dans ma chambre. Ça me déprime grave…

- T’inquiète, j’suis un mec fidèle moi ! Fidèle aux dieux, hein. Pas à autre chose.

Oui, ben oui. On se refait pas, cherchez pas la logique là-dedans…
Doucement, je m’étire. Fais craquer chaque os de mon pauvre dos, en retenant un bâillement sans conteste très sexy. C’est dingue comme il y a personne à cette heure-ci. J’ai même pas vu d’infirmière traîner dans les couloirs, c’est dire.
Puis je relève les yeux vers le type en face de moi, un peu intrigué par sa remarque – qui sonne un peu comme une question. Et à la fois comme un aveu. « Toi aussi », hein ?

- Ouais, j’ai eu la mauvaise idée de me battre contre plus fort que moi. Je suis là depuis perpette, je soupire d’une voix lasse.

Plus fort que moi. L’expression pourrait me faire sourire. Mais je ne me voyais pas vraiment lui dire que c’était contre mon meilleur pote enragé. Il comprendrait pas. Je pense pas…

- T’es venu voir quelqu’un ? Ou c’était pour toi ?

On sait jamais ce que les gens peuvent cacher. Une blessure invisible. Une maladie…

- Oh. J’me suis pas présenté. J’m’appelle Aaron.

L’implicite de la question, c’est « Et toi, c’est quoi ton nom belle blonde ? » mais j’ai ni l’envie ni la force de verser dans ce genre d’humour. Surtout vu sa tête de dépressif. Ahh… que mes pouvoirs me manquent…

- J'ai l'impression d'avoir jamais vu ta tête... Enfin tu me diras, avec ma mémoire ça m'étonnerait pas.

Quoiqu'il n'a pas vraiment l'âge de continuer à aller en cours. Mais bon...
Voir le profil de l'utilisateur



Je vis en #FEA347.


Un peu d'amour ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas

Jeu 16 Juil 2015 - 22:09
avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 28/07/2014

20H05. Fidèle hein ? J’en ai connu beaucoup qui s’en vantait sans l’être. Un peu comme une maladie aujourd’hui. Méfie-toi de tes ennemis, garde à l’oeil tes amis. Vigilance zéro ça n’existe plus, pas de coin tranquille à moins d’être totalement seul. Qui sait, ton meilleur ami pourrait très bien revenir te poignarder dès la première bonne occasion, sous n’importe quel prétexte.

20H12. Je souris en coin en l’écoutant. Se battre contre plus fort que soi. J’en connais une qui n’a fait que ça toute sa vie, bien qu’elle fut courte. La première fois que je l’avais remarqué, elle menaçait de pouvoir mettre au tapis le plus fort des écoliers du quartier. Déjà à l’époque elle tenait ses promesses. Une gorgée de café me ramène rapidement à Mathéo et sa situation. Lui, il se bat carrément contre un ennemi invincible, pas très fair-play la nature hein.

Un ami arrivé il y a quelques jours. Moi, je suis heureux d’en être enfin sorti et j’ai pas hâte d’y retourner.

20H31. Aaron donc, prénom assez inhabituel à mon oreille. Je commence à sentir le manque de prénoms Russe, un peu de difficulté à prononcer aussi ceux que je découvre jour après jour.

Moi c’est Micha. Et non, on s’est pas déjà vu. Mais il est un peu tôt pour Alzheimer non ?

20H37. Oh mais quel humour douteux… Je pense qu’on a un vainqueur pour la blague pourrie de l’année.

T’en as encore pour longtemps ?

20H50. Non parce qu’avec son état physique presque végétatif, on peut se le demander. Si ça se trouve, les gens ici guérissent plus vite que la normale, sait-on jamais. Leurs cellules se reproduisent peut-être plus vite avec tous ces pouvoirs. Ça change forcément un peu le métabolisme non ? Bon, autant orienter la conversation dans l’autre sens, ce sera plus cool pour lui et plus pratique pour moi, si quelqu’un doit pouvoir me renseigner, autant demander à un peu tout le monde, y en aura bien un pour me répondre.

Tu saurais pas où trouver du matériel informatique par hasard ?
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Ven 24 Juil 2015 - 16:03
avatar
Masculin

Messages : 2370
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths. LOL. Je sais ça me fait rire aussi.
Humeur : Ahaha. Euh...

Le temps passe et s'étire. J'ai envie de fermer les yeux en espérant que le temps passera plus vite encore, et que lorsque je les rouvrirai, j'aurai le droit de sortir d'ici. Ce serait bien. Passer autant de temps à errer dans les couloirs, ou simplement à regarder le mur de ma chambre. C'est agaçant. J'aimerais pouvoir être tranquille, chez moi. Pouvoir rester un peu devant la télé. Dans mon salon. Mon ordinateur. Faire n'importe quoi, rien peut-être. Mais être chez moi. Et plus dans ce satané hôpital.

Il parle d'un de ses amis arrivé ici, et je hausse les épaules. Pas cool, en effet. C'est jamais cool d'être à l'hosto, de toute manière. J'avoue que si j'avais pas Tomoe et Gae qui venaient me voir régulièrement, j'aurais envie de sauter par la fenêtre. Merci gentils petits eaux. (Quoique, je dois remercier celui qui m'a envoyé ici ou pas ?)

- Personne n'a hâte.

Même pas les masochistes. Personne ne peut aimer être à l'hôpital, c'est juste pas possible.

- Un peu trop tôt, un peu trop tôt... J'sais pas, si ça se trouve, j'ai Alzheimer précoce hein.

Ceci expliquerait bien des choses. Notamment mon incapacité la plus totale à retenir les noms des gens. Les têtes, ça passe ; les prénoms ? Pfuiiit. Ça s'en va et ça revient pas. Jamais, en fait.

Mes épaules se haussent lorsqu'il me demande si j'en ai encore pour longtemps. Pour longtemps, ici, à l'hôpital ? Probablement, ouais. En fait, je saurais même pas le dire. On ne m'a pas tant informé que ça. J'crois qu'ils veulent s'assurer que mon cerveau n'a subi aucun dommages irréversibles.

- J'sais pas trop. Peut-être que j'aurai le droit de repartir bientôt. Mais il va falloir que je passe des tests, j'serai forcé de revenir de toute manière.

Un soupir m'échappe et je m'étale à demi sur la table, en faisant gaffe de pas renverser mon gobelet de café.

- Sinon, pour le matos, ben... Salle commune. Y en a en salles de science aussi. Et à la bibliothèque. Pourquoi ça ?
Voir le profil de l'utilisateur



Je vis en #FEA347.


Un peu d'amour ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas

Mar 28 Juil 2015 - 17:33
avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 28/07/2014

20H30. Je hausse les épaules, non, personne n’a hâte, en même temps, en général, personne ne s’y attend non plus, personne ne se dit en se levant le matin “Tiens, et si j’allais faire un tour à l’hosto aujourd’hui ?”. Ce serait un peu glauque de prévoir un accident ou une bagarre. M’enfin, il en existera toujours des comme ça, ça fait peur mais ça arrive, les attentats, tous ces trucs comme ça.

20H40. Je hoche la tête, on revient tous à un moment donné, que ce soit pour des examens ou bien juste pour quelqu’un. J’admets quand même que revenir pour quelqu’un est plus agréable que de devoir faire des examens en plus. Moi, j’ai pas tant vécu ça, pas vraiment d’examens, juste de temps à autres des petites visites pour voir si tout allait bien là dedans. Histoire que je perde pas complètement la tête dans cette foutue chambre toute la journée.

Je vois.

20H52. Je fixe son gobelet un moment, évité de justesse il y a quelques secondes par sa main gauche. C’est pas comme si je savais vraiment de quoi il parlait, j’ai jamais vraiment fait le tour de l’institut, de toute façon j’avais rien à y faire, ce serait un peu étrange de retourner en cours après autant de temps. Je sais même pas si je pourrais suivre un cours en fait, j’avais déjà pas assez de patience à l’époque.

D’accord. Juste histoire de faire des petites recherches. Rien de très intéressant.

21H01. Je ne savais même plus quoi vraiment chercher maintenant, reprendre contact avec d’anciens amis, trouver un moyen de passer le temps et stimuler ma cervelle, juste retrouver quelque chose de familier. Quoique ce soit, ce serait bien de pouvoir retrouver un peu de technologie, même si ce sera probablement pas ce que j’avais avant, c’est mieux que rien.

T’as pas loupé l’heure de ton plateau repas ? Non pas que je me plaigne hein, perso je commence à avoir faim. Jte rapporte un truc si tu veux.

21H16. Je vide ma tasse, froide depuis le temps, et le regarde un moment, allez, fais pas cette tête, ça pourra qu’aller mieux vu où t’en es maintenant. Juste une sale période, comme y en a eu et comme y en aura encore. Bon allez, une très sale période pour lui là à mon avis. Je souris et me lève, prêt à prendre la direction de la cafétéria, ou tout autre truc susceptible de nous apporter de quoi nous remplir l’estomac.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Jeu 6 Aoû 2015 - 1:57
avatar
Masculin

Messages : 2370
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths. LOL. Je sais ça me fait rire aussi.
Humeur : Ahaha. Euh...

Histoire de faire des petites recherches, hein… Il a pas besoin de se justifier, après. Je sais pas pourquoi j'lui ai posé la question, sans doute en espérant qu'il fasse un peu la conversation. Parce que les gens qui te disent que c'est "rien de très intéressant", dans le milieu, peuvent parfois disparaître du jour au lendemain avec l'intention de dézinguer un parrain de la mafia italienne. N'est-ce pas… Aïe… Ne pense pas, Aaron, au pire tu t'en tapes. Pense juste au fait que ton cerveau est un légume, et au fait que tu ne rêves que de retrouver ton merveilleux lit, là, maintenant, tout de suite. Pas le lit de ta chambre d'hosto, mais le tien, hein. Enfin, le mien. Bref. Je m'embrouille. Chut.

- Ça marche. Tu peux y accéder sans code, hein. Donc hésites pas, surtout.

Allez, on s'étale sur la table. J'ferme les yeux en savourant le calme autour de nous, et surtout le fait de ne plus avoir de lumière qui m'agresse la rétine. Un moment passe durant lequel aucun de nous ne parle. Ça fait du bien, et j'suis content qu'il ne me piaille pas dans les oreilles. Même si c'est un chic type, hein, j'dis pas le contraire. Mais là je crois que j'ai la capacité de tolérance à la socialisation proche du 0,1… En gros, y a de l'espoir, un peu, mais faut pas trop abuser non plus. Parler, c'est bien cinq minutes, mais vraiment juste cinq minutes.

Il reprend la parole – bordel je me souviens plus de son nom, il m'a dit son nom ? Ah mais ouais, merde, c'était y a pas longtemps en plus, branche ton cerveau putain – et je relève des yeux morts vers lui. Plateau repas… manger. Ahah.

- Euh. Ouais, sûrement, peut-être. C'est pas grave, j'ai pas faim…

Nan mais bon, il m'a payé un café, j'vais pas en plus lui demander de me nourrir hein. Y a pas marqué "handicapé mental ou moteur" sur mon front. Il se lève et je sens mon ventre grogner. Ahh, saleté de traître…

- Hng… J'veux bien un truc. N'importe quoi, un fruit, un biscuit, un… truc qui se mange. M'en fous.

L'éloquence, ça se travaille, mon cher Aaron. (Ouais ben fuck.)
Voir le profil de l'utilisateur



Je vis en #FEA347.


Un peu d'amour ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas

Jeu 6 Aoû 2015 - 23:08
avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 28/07/2014

21H00. J’acquiesce, content de savoir qu’il était facile d’y accéder, et sourit davantage en le voyant s’étaler sur la table. Et bien, et bien, tout ça a l’air bien déprimant. Je ne m’attarde pas plus sur lui, en profitant pour essayer de réfléchir à tout ça, ce que je pourrais bien faire d’un ordinateur. Parce que déjà, je doute de pouvoir m’en servir sans soucis, ça doit pas être la même chose qu’à la maison.

21H15. Il a pas l’air franchement emballé par l’idée de manger, tant pis, ça en fera plus pour moi. Je me lève, et j’ai à peine le temps de faire deux ou trois pas que son ventre grogne, ahah. Pas très honnête avec lui-même n’est-ce pas ?

J’avais cru comprendre oui.

21H22. Je me dirige doucement vers un des nombreux distributeurs dans le hall. Y a pas trop de monde, c’est à la fois agréable, et étrange, j’avais l’habitude de toujours croiser pas mal de monde quand j’y étais moi, à l’hosto. J’hésite une fois devant la machine, parce que merde, y a un choix de malade.

Elle est belle la banderole ‘Mangez équilibré’ avec tout ce qui est là-dedans.

21H28. Je finis par revenir à table, deux paquets de chips dans une main et des gaufres et de la compote dans l’autre. Il y a aura bien un truc qu’il mangera avec tout ça, au pire, ce sera pour moi. Je m’assieds et dépose mes jolies trouvailles au milieu de la table, avant de me relever pour me prendre un jus de tomate, ah les distributeurs, que serions-nous sans eux ?

Sers-toi. J’ai pris le moins pire de tout ce qui traînait dans le distributeur.

21H37. Je grignote un paquet de chips à moi tout seul, il faut dire qu’il est tout petit aussi, et attrape une gaufre. Bon, okay, ça vaut pas un bon repas, mais c’est déjà ça, je vais pas faire la fine bouche. Enfin, au moins jusqu’à ce que je retourne dans ma chambre, dans pas longtemps si vous voulez mon avis, une fois mon verre et les paquets fini, j’y retourne. J’ai envie d’une bonne douche avant de dormir.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Ven 7 Aoû 2015 - 0:05
avatar
Masculin

Messages : 2370
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths. LOL. Je sais ça me fait rire aussi.
Humeur : Ahaha. Euh...

Trop aimable, ce mec. C'est un ange ? Ou bien un envoyé de dieu, peut-être ? Je saurais pas dire. Dans tous les cas, il se lève et j'imagine qu'il va chercher un petit truc à manger. Le temps passe lentement quand il est parti, et je referme les yeux pour me laisser bercer par le tic-tac de l'horloge murale. Y a personne dans les couloirs à cette heure, et je suis encore surpris de n'avoir pas été ramené de force dans mon lit. Bon, j'avoue que là, l'oreiller de l'hosto me manque un peu. Entre la table froide et un truc plus ou moins mou, inutile de mettre dix plombes à choisir hein. Dans tous les cas, quand Micha revient, je suis à demi réveillé et papillonne un peu des yeux en baillant. Ouais, même avec le café. Je pensais pas que ça me donnerait autant envie de pioncer.

Sans rien dire, je contemple le micro festin qu'il a ramené et fais la navette entre la table et lui. Doucement, je me frotte l'œil gauche, et souris légèrement. J'attends d'avoir baillé une seconde fois avant de prendre la parole, histoire de pas être interrompu en plein milieu.

- Merci, c'est cool.

Il attrape un paquet de chips et je fais de même, grimace un peu en entendant les petites rondelles de pommes de terre résonner dans mon crâne. Bordel.

- T'es là depuis longtemps, sinon ? À Terrae, j'veux dire.

Rapidement, je termine le paquet et le froisse avant de l'abandonner sur la table. Ma main va chercher d'elle-même mon gobelet de café après s'être essuyée sur mes fringues. Bah ouais, c'est gras cette merde. C'est pas comme si ça pouvait me faire du mal, après. Faut que j'me remplume.

Un nouveau bâillement, et je m'étire un peu. Je regarde s'il n'y a pas autre chose qui me ferait envie dans le lot de ce qu'il a ramené, mais franchement, là, j'ai absolument rien envie d'avaler. À part éventuellement un somnifère.

- Par contre je pense que je vais pas tarder. Je suis en train de m'endormir debout… et il est déjà un peu tard. Encore merci pour ça, je fais en désignant la bouffe.

Si on m'avait dit qu'un jour je trouverai qu'il tard à 22h, j'aurais beaucoup ri. Beaucoup. Mais là, deux heures dehors et pouf je tombe comme une mouche.
Voir le profil de l'utilisateur



Je vis en #FEA347.


Un peu d'amour ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas

Ven 7 Aoû 2015 - 19:34
avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 28/07/2014

21H30. Je ne m’attendais pas à ce qu’il mange vraiment, mais ça ne me dérange pas plus que ça. De toute façon, si c’est pas des chips qu’il mange, ce sera ce que lui donne les infirmières.

Quelques mois.

21H45. Le temps a l’air de s’étirer plus lentement, de nous laisser un peu de temps avant de finalement devoir, chacun, rentrer de son côté. Je hoche la tête pour lui montrer que tout va bien, ma compote en bouche, histoire de me montrer poli même en mangeant. J’hésite un moment à le laisser seul en partant, et décide de chercher une infirmière pour qu’il retourne sans trop s’épuiser dans sa chambre.

Ce fut un plaisir. J’espère que tu te remettras bien.

21H56. J’arrive près de ma chambre peu après. C’est vrai que ça me fait bizarre, ne plus voir Matheo aussi souvent, et le voir dans cet été surtout. Mais tout ira bien. C’est comme ça que ça se passe ici de toute façon.

22H14.
En sortant de la douche, juste avant de dormir, je m’arrête sur mon carnet, les photos en dépassant un peu. Il faudrait que j’en fasse, ici aussi, après tout, ce sont des souvenirs aussi. Je baille et me décide finalement à dormir, espérant que cette nuit-là, au moins, aucun cauchemar ne viendra me déranger.

Allez. Tout ça ne sera bientôt plus qu’un vieux souvenir.

22H37. Le sommeil m’emporte rapidement, me menant droit dans les bras de Morphée. Qui aurait cru que tout se passerait comme ça aujourd’hui hein ? C’est pas tous les jours qu’on peut entrevoir ce qu’on a soi-même été plusieurs mois plus tôt.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Ven 7 Aoû 2015 - 22:50
avatar
Masculin

Messages : 2370
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths. LOL. Je sais ça me fait rire aussi.
Humeur : Ahaha. Euh...

Quelques mois, hein. C'est pas bien long, et en même temps, on a l'impression que ça fait une éternité, par moments. Le temps passe plus vite, puis plus lentement. Cette boucle, toujours, qui est sans fin. Insoutenable, et d'autres fois, on ne peut que bénir ces jours, ces semaines, ces mois qui s'écoulent. Là, je ne peux qu'espérer que le temps passe plus vite. Mais pour l'instant, je me contente de hausser les épaules. Acquiescer simplement. Un sourire s'étire sur mes lèvres, et je finis par lui annoncer que je vais pas tarder à aller me coucher. Mes yeux papillonnent un peu et je me sens partir, mes idées elles-mêmes se brouillent et sont de moins en moins cohérentes. Nous finissons par nous lever tous les deux, jetons nos ordures à la poubelle et je m'avance dans le couloir. Cependant, il interpelle une infirmière et je grimace en voyant le regard assassin de celle-ci.

- Ouais, à la prochaine. Si t'as besoin d'un truc une fois, hésite pas. C'était cool, merci.

La femme rouspète un peu contre moi en me disant que je n'aurais pas dû quitter mon lit, mais m'accompagne jusqu'à ma chambre en papotant. Sa voix me tape un peu sur le système mais je ne dis rien, au final. Elle m'oblige à m'allonger, sans me faire mal, et me force à manger un peu pour le dîner de ce soir. Même en retard. Je la remercie brièvement avant qu'elle ne me shoote pour "faire de beaux rêves", comme elle me le dit si bien. Je ne tarde pas à voir des points devant mes yeux et tombe finalement dans un sommeil sans le moindre rêve.


HRP : Bon c'est court, désolée, mais c'est pour clore ^^ Je verrouille ! Thanks !
Voir le profil de l'utilisateur



Je vis en #FEA347.


Un peu d'amour ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas

 

Un café pour bien dormir. [Micha ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village. :: Hôpital.