Partagez
Désormais, la guerre est finie.
##   Jeu 18 Déc 2014 - 17:31

Personnage ~
► Âge : 25 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
Mitsuki Hojitake
Mitsuki Hojitake
Master Tonnerre Lunaire
Messages : 2899
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Faire ce que je veux o/
Humeur : EXCELLENTE !

L'impulsivité. J'avais toujours été impulsive. Mais dernièrement, cette impulsivité s'était aggravée. Etait-ce depuis qu'Aaron avait réussi à me débarrasser de mon monstre ? Devenais-je, à cause de ça, incontrôlable malgré moi ?
Toujours en était-il que cette fois-ci, cette impulsivité aura failli me coûter la vie.
C'était déjà la deuxième fois, en si peu de temps pourtant, que je désobéissais à Hideko. Sur un coup de tête, évidemment.
J'avais appris que des missiles allaient être lancés. En direction de Terrae. Nous étions une menace. Et toute menace doit être éradiquée avant qu'il ne soit trop tard. C'est ce nouveau principe, le principe de précaution, qui veut ça.
Hideko avait tenté de m'expliquer que je ne devais pas agir. Que si les Etats-Unis avait prévu ça, c'était forcément une erreur, car une mission diplomatique avait été lancée à ce sujet. Nous avions normalement leur soutien, et les forces armées américaines étaient de notre côté. Mais j'avais refusé de la croire. Pourtant, je savais que cette mission diplomatique avait eu lieu. Je savais qu'Allen y avait participé, avec Aaron Eran, si je me souviens bien de son nom. Keitaro, diplomate de Terrae, les avait accompagné. Si la conclusion de la mission était un succès... je finissais par ne plus y croire. Les missiles étaient pointés ! Et vous savez ce que ça signifiait ? Qu'ils nous considéraient comme des monstres. Nous n'étions plus que des monstres. Des monstres qui risquaient de déclencher la troisième guerre mondiale. Et il fallait éradiquer la menace pour protéger le monde. Nous étions la menace.
En réalisant ça, je m'étais mise hors de moi. J'avais mis fin à notre réunion d'urgence des Masters, et j'étais partie. J'avais disparu. Je sentais que j'étais en tort. Je le sentais, mais à cet instant, je ne l'avais pas encore réalisé. Tous m'avaient regardé avec stupeur, voire effroi. J'étais en train de devenir la menace en réagissant ainsi. Je confirmais leurs dires. Mais vous savez quoi ? Je me plais à croire que j'avais raison.
Je m'étais téléporté auprès d'Allen. Je lui avais vaguement expliqué la situation. Nous étions partis. Juste tous les deux. Une mission suicidaire.
Arrivé sur place, nous avions rapidement trouvé la base. Amplifié par toutes mes émotions, ma puissance magique s'était décuplée. Mes pouvoirs me rendaient invincible.
Des forces armées étaient là. Ils préparaient le lancement. Aucune mission diplomatique n'aurait permis d'éviter ça. J'étais forcée de le faire. Et je le faisais. Entraînant pourtant mon meilleur ami dans une mort certaine, avec moi.
Mes souvenirs ne me permettent pas de me rappeler clairement de ce qu'il s'est passé. La seule chose dont je me souviens, c'est qu'il y avait d'autres militaires. Ceux qui avaient répondu « oui » et qui voulaient aider Terrae. Mais d'autres étaient là, aussi. Ceux qui avaient refusé. Ceux qui, depuis le début, étaient réticents. Ceux qui souhaitaient simplement nous exterminer.
Les « gentils », appelons-les ainsi, avaient réussi à stopper les autres. Grâce à eux, nous étions sauvés. Mais lorsqu'ils m'ont vu arriver, lorsqu'ils m'ont vu débarquer, avec Allen, le pacte qu'ils avaient conclu avait été brisé. Je leur prouvais que nous étions dangereux.
A partir de là, tout est flou dans mon esprit. Je crois en avoir tué quelques uns. J'étais hors de contrôle. Allen tenta de me raisonner, mais aussi de les raisonner ; il parla avec ces hommes, ces « gentils » qu'il avait rencontré lors de sa mission diplomatique. Il les supplia de stopper le lancement des missiles, qui avait été reprogrammé. Rien ne marcha. Je venais de trahir Terrae par ma simple présence et mon impulsivité. J'allais détruire ce qui m'était le plus cher.
Allen fut blessé. Les militaires ne nous laissèrent pas faire. « Ennemi au sol », comme ils crièrent. C'est là que je sentis une énergie similaire à la mienne apparaître. Je crois qu'il s'agissait d'Aoi et Nikkou. Cette forme de téléportation, basée sur la personne et non plus le lieu, que je pensais être la seule à maîtriser, n'était pas si étrangère pour Nikkou. Comment avais-je pu croire que j'étais la seule à pouvoir faire ça ? J'avais vraiment été naïve.
Celle que je crus reconnaître être Aoi se pencha sur Allen, et le soigna. Au loin, j'entendis alors un bruit sourd. Mon cœur rata un battement. Nikkou pesta. Il se téléporta. La base ne fit plus aucun bruit. D'un coup. Il avait détruit tout le système électrique. Ce que je n'avais, bêtement, pas pensé à faire, trop emportée par mes émotions.
Au loin, dans le ciel, filant à vive allure, le missile s'envolait vers Terrae. Mon corps se recouvrit de noir. Je disparus. Réapparaissant face au missile, je l'enserrai de toutes mes forces, les larmes coulant à flot sur mes joues. Il explosa. Je perdis connaissance.

Je crois ne pas me tromper lorsque j'affirme ne pas être morte. Depuis ce qui me semble durer une éternité à présent, j'entends des voix, bien que je reste plongée dans le noir. Des voix que je ne reconnais pas, et parfois des voix que je connais. J'ai cru comprendre qu'après l'explosion, j'ai chuté longuement jusqu'à atterrir sur le sol avec fracas. Aoi aurait tenté de me soigner, mais mon tatouage refusant de se résorber, elle n'y ait parvenu que bien trop tard. Une des voix que je ne connaissais pas laissa échapper qu'à cause de cela, ils ont du l'empêcher d'entrer dans ma chambre pendant toute l'opération. Elle était en état de choc, criant, hurlant, pleurant toutes les larmes de son corps. Elle voulait aider, me soigner, mais son instabilité la bloquait et il lui avait été interdit de m'approcher jusqu'à ce que je sois parfaitement guérie. Quelques fois, je crois encore l'entendre sangloter, perdue dans cette brume étouffante.
Quelqu'un a dit que ma greffe m'avait sauvé. Qu'instinctivement, son déclenchement m'avait permis de survivre. Le fait qu'elle n'ait pas voulu se résorber tient au fait qu'elle me pensait encore en danger. Toutefois, cette voix était tremblante. Effrayée. Etais-je un monstre ? « Un pouvoir pareil... C'est trop dangereux. Trop fort. Son impulsivité lui coûtera la vie. Sa greffe la dévore. Elle n'y survivra pas. »
Dans cette inconscience, je crus parfois entendre les voix d'Aaron et d'Allen. La directrice passa aussi. Après, j'ai tout oublié.

Lorsque je me réveillai, il faisait nuit. Un sanglot me tira de ma rêverie. J'aperçus Aoi. A cet instant, je voulus disparaître. Mais mes pouvoirs ne m'obéissaient plus. On me les avait retiré, jusqu'à ce que je sois rétablie, m'informa mon amie. « Jusqu'à ce que je sois rétablie ». Qu'avais-je fait ? J'étais restée inconsciente durant une semaine entière.
Quand je revins parfaitement à moi, je ne compris pas ce que je faisais ici. Aoi tenta de m'expliquer, puis elle se tut. Je voulus tendre la main vers elle, mais me rendis compte que je tremblais. Rien ne me revint. Mon rêve avait pris fin, et je n'en avais plus aucun souvenir. Qu'avais-je fait ?
Les jours qui suivirent furent difficile. J'échappai douloureusement aux ténèbres. On m'autorisa à récupérer mes pouvoirs après qu'Aoi ait discuté longuement avec la directrice. Quelque chose en moi avait changé. Quelque chose me manquait... Et j'étais incapable de savoir quoi. Fouillant dans ma mémoire, je me demandais comment ma dernière mission avait pu me coûter tant de temps d'inconscience. Nous n'avions même pas rencontré de scientifiques, avec Isis ! Alors pourquoi ? Pourquoi avais-je été hospitalisée ?
« Elle a tout oublié. Nous pouvons lui rendre ses pouvoirs. »
Hideko s'approcha de moi, et souris délicatement, de ce sourire de Master, doux et réconfortant. Un sentiment de chaleur s'empara de moi, et tandis qu'elle posait sa main sur mon front, je partis rejoindre Morphée. Qu'avais-je oublié... ?

A mon réveil, je me trouvai dans ma chambre. Mon téléphone vibra et je sursautai. Le prenant dans ma main, je remarquai un message d'Hideko, qui me demandait si je ne pouvais pas remplacer une cantinière, l'autre étant malade. Après avoir pris ma douche, je partis à la cafétéria. Il fallait bien que je trouve comment occuper mes journées, n'ayant toujours pas de poste fixe au sein de l'Institut. J'étais vraiment inutile ! Il allait falloir que je sache ce que je pouvais faire de ma vie ! Et comme il y avait déjà une équipe qui tournait régulièrement dans le monde, j'étais bien obligée de me trouver un emploi au sein-même de l'Institut. Cela dit, cantinière, ce ne serait qu'aujourd'hui, en tant que remplaçante !


Désormais, la guerre est finie.  Mitsu-signa
Ronron jtm ♥️

Et merci à Elfie pour l'avatar OMG CE KDO JPP
 

Désormais, la guerre est finie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Salle des Masters.